Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités politiques en Révolution

 | 
Christine Peyrard

Lyon rouge ou/et blanche 1789-1799. Approche historique et historiographique des minorités politiques lyonnaises

Bruno Benoit

Texte intégral

  • 1 À ce propos voir mon ouvrage, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et manifes (...)

1Lyon a un parcours original sous la Révolution. Les dix années révolutionnaires sont, à la fois, un marqueur fondamental de la modernité municipale de cette ville et un moment fondateur pour les discours et comportements politiques locaux. Or, à la veille de la Révolution, Lyon est caractérisée par une double identité, à la fois économique et spirituelle, mais totalement dénuée d’identité politique1. N’est-elle pas une ville où les arts à la façon encyclopédique sont développés, mais aussi un pôle commercial et une place bancaire de premier ordre, sans oublier sa dimension religieuse de primatie des Gaules, ce qui n’empêche nullement d’autres spiritualités de s’y développer, en particulier la franc-maçonnerie !

  • 2 Pour l’étude du XVIIIe siècle à Lyon, consulter Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siè (...)
  • 3 Félix Rivet, Le quartier Perrache (1766-1946), Lyon, Audin, 1951, 126 p. et XLVI planches.

2Avant d’entrer dans le parcours révolutionnaire lyonnais, il est bon de découvrir Lyon2. C’est une grande ville de petite taille. En effet, elle ne couvre, à l’intérieur de ses remparts, que 364 hectares, mais elle est entourée par les faubourgs de Vaise, de la Croix-Rousse et de La Guillotière, ce dernier étant même situé en Dauphiné. Son territoire est délimité au nord par les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse et au sud par la confluence du Rhône et de la Saône, confluence que les travaux récents d’Antoine-Michel Perrache ont repoussée bien au sud d’Ainay, offrant ainsi à Lyon un espace qui lui faisait jusqu’alors défaut, mais qu’il faut aménager3.

3Dans ce triangle urbain de petites dimensions, dont la presqu’île est le centre et les Terreaux le cœur, vivent environ 120 000 habitants, dont le plus grand nombre est formé de Lyonnais de fraîche date. Par le nombre des hommes, Lyon est la deuxième ville du royaume et une des grandes villes de l’Europe des Lumières, surtout quand on ajoute à la population intra-muros les 30 000 habitants des faubourgs. Sachant que la moitié de la surface urbaine est en jardins, vignes et friches, phénomène qui, pour être classique dans les villes d’Ancien Régime, est accentué ici par la présence de fortes pentes malaisément aménageables à cette époque, l’espace bâti lyonnais ne peut être que limité. Les rues sont donc étroites, les maisons hautes et densément occupées, particulièrement entre Terreaux et Bellecour. La circulation y est difficile et le franchissement des ponts donne lieu aux plus graves embarras. Pour traverser la Saône, malgré l’existence de nombreux ponts, c’est le pont de Pierre ou du Change qui est le plus fréquenté, donc le plus encombré. Pour franchir le Rhône, il n’y a que deux ponts, le vieux pont de La Guillotière, véritable cordon ombilical pour la ville, et le nouveau pont construit par Jean-Antoine Morand en 1775 qui ouvre à la spéculation lyonnaise le vaste espace « pionnier » des Brotteaux. Le corps urbain lyonnais, où règne l’entassement, donne à voir quelques beaux monuments, l’hôtel de ville et l’hôtel-Dieu, de belles perspectives le long des quais de la rive droite du Rhône, une belle place, dénommée Bellecour, embellie en son centre par une statue équestre de Louis XIV, un quartier tout récemment construit, celui de Saint-Clair, vaste opération immobilière à laquelle l’architecte Soufflot a été associé.

  • 4 Le tarif est le prix payé pour une pièce de soie tissée.

4Sur le plan économique et social, la Fabrique des tissus de soie, associant marchands-fabricants, chefs d’atelier et ouvriers, reste l’activité économique dominante qui mobilise l’essentiel de la population. Enfin, cette ville sans noblesse, mais riche d’une puissante bourgeoisie et d’un peuple nombreux et actif, n’a pas de symbole de pouvoir, puisque, dénuée de parlement, elle est soumise au parlement de Paris. En revanche, compte tenu de son importante concentration de travailleurs de la soie, cette vile a connu au XVIIIe siècle des émeutes violentes, comme en 1744 et surtout en 1786, la fameuse émeute des 2 sous qui n’a apporté aucune réponse matérielle aux émeutiers qui réclamaient une augmentation du tarif4, mais dont la répression est une source de contentieux entre marchands-fabricants et travailleurs de la soie, aussi bien chefs d’atelier que compagnons. Dès le début de juillet 1789, la population se soulève contre les octrois qui taxent les produits de consommation courante et rendent ainsi la vie plus chère, ce qui est d’autant plus inacceptable que le travail est rare et donc les ressources du monde du travail plus faibles. On retrouve dans ces émeutes anti-octrois les mêmes acteurs qu’en 1786 et s’il n’y a pas de revendication politique dans ces violences, il y a là un terreau insurrectionnel qui va être utilisé par les acteurs politiques de la Révolution.

5L’histoire tourmentée de Lyon sous la Révolution s’explique par le rôle tenu par les minorités. Tout au long de la période, les Rouges et les Blancs sont actifs à Lyon et, pour cela, ils sont, aux yeux de la majorité de la population, responsables des « malheurs » de Lyon. Mais pourtant, c’est bien de ces malheurs que naîtra l’identité politique lyonnaise. Après avoir présenté ces deux minorités, une périodisation révolutionnaire, où alternent le Rouge et le Blanc, sera mise en perspective. Enfin, une étude historiographique de ces années permettra de parcourir les différentes lectures des « malheurs » de Lyon dont sont accusées les minorités.

Rouges et Blancs, des minorités actives à Lyon

6L’histoire de Lyon à la période révolutionnaire est animée, voire perturbée, par l’action des Blancs dirigés par Jacques Imbert-Colomès et des Rouges entraînés par Joseph Chalier. Tous deux entrent en scène dès juillet1789 et seul le coup d’État de brumaire an VIII met fin, temporairement, à leur affrontement. Comme la majorité de la population ne les suit pas dans leur manière de voir les choses, Rouges et Blancs se révèlent être, à Lyon, deux minorités politiques qui, malgré leur statut de minorités, vont fondamentalement marquer l’histoire politique de cette ville.

  • 5 Ce terme leur a été donné en 1790 lors des violences anti-octrois par les manifestants. Un muscadi (...)
  • 6 « Instructions d’Imbert-Colomès à un agent royaliste (mars 1792) », Revue d’Histoire de Lyon, 1907 (...)

7Le premier à entrer en scène est le lyonnais Jacques Imbert-Colomès (1729-1808), marchand-fabricant et premier échevin du Consulat. Devenu l’homme fort de la ville depuis que le prévôt des marchands Tolozan de Montfort a quitté Lyon au printemps 1789, il n’hésite pas, s’opposant à l’esprit de 1789, à employer la répression contre le peuple dans la rue, croyant pouvoir arrêter par la force le processus révolutionnaire. Il se fait aider dans sa tâche de répression, en juillet 1789 et au début 1790, par des jeunes gens appartenant aux familles des marchands-fabricants, les muscadins5. Le départ d’Imbert-Colomès, qui quitte en catastrophe la ville en février 1790, n’empêche nullement celui-ci d’être souvent à Lyon, nouant des liens avec les éléments contre-révolutionnaires réfugiés dans la ville, servant d’agent de liaison entre les envoyés des princes ou des monarchies en guerre contre la France et les réseaux royalistes agissant dans la République. Pour lui, Lyon représente le « détroit des Thermopyles »6 de la France. Imbert-Colomès consacre toute son énergie, ses relations et l’argent anglais à construire un réseau contre-révolutionnaire, dont Lyon est le centre, pour renverser la République régicide et la Révolution sans Dieu. Présent à Lyon lors du siège, élu député sous le Directoire, en fuite après fructidor an V, Imbert-Colomès est l’âme damnée de la réaction royaliste et fait que la ville a la réputation d’une ville blanche.

  • 7 L’expression revient à Takashi Koï, Les « Chalier » et les sans-culottes lyonnais, thèse de 3e cyc (...)

8Marie-Joseph Chalier est le représentant de la seconde minorité à animer la scène politique lyonnaise. Ce sujet du roi de Sardaigne né en 1747, venu à Lyon pour y faire des études chez les Dominicains, y est devenu négociant en soieries. Après avoir parcouru l’Europe, il s’associe en affaires avec le représentant d’une famille de marchands-fabricants, Antoine-Marie Bertrand. Élu comme notable au printemps 1790 dans la première municipalité lyonnaise, il devient officier municipal, en novembre 1790, dans l’équipe Vitet. Suspendu de ses fonctions par le directoire du département de Rhône-et-Loire en janvier 1792, à la suite de plaintes de citoyens pour visites domiciliaires abusives, il se rend à Paris où la fièvre clubiste s’empare de lui après avoir rencontré Marat, l’homme qu’il admire et qu’il veut être à Lyon. Quand il rentre à Lyon le 24 août 1792, il retrouve ses fonctions au sein de l’équipe municipale, désormais conduite par Nivière-Chol, Vitet ayant été élu à la Convention. Il est alors convaincu qu’il faut nettoyer Lyon de tous ses aristocrates – Lyon est pourtant une ville sans noblesse –, de tous ses riches et de tous ses « mangeurs d’hommes », mais à Lyon celui qui a un métier est-il riche ? Sa lecture socio-économique de la ville étant décalée par rapport à la réalité, il suscite, avec ses amis « les Chalier »7, l’opposition des Lyonnais qui se sentent menacés par son discours contre la Fabrique. Le soulèvement, le 29 mai 1793, de la majorité de la population de Lyon contre les « Chalier » et l’exécution par guillotine le 16 juillet 1793 de leur leader met fin à la tension locale, mais transforme Chalier en martyr et en saint du calendrier révolutionnaire. Désormais, le spectre des « Chalier » plane sur la scène lyonnaise.

  • 8 Il ne vote pas la mort du roi, est en fuite après le 2 juin 1793, se réfugie à Lyon, puis à Lausan (...)

9Entre ces deux minorités se situe la majorité lyonnaise dont le meilleur représentant est Louis Vitet (1736-1803)8. Ce fils de chirurgien lyonnais devient médecin et ses traités de médecine le font élire à l’Académie de Lyon. Il appartient donc à la bourgeoisie à talent qui aspire à plus de liberté pour le peuple, à condition que celui-ci respecte la souveraineté déléguée. Membre de la Société des amis de la Constitution en 1789, il devient le deuxième maire de Lyon en décembre 1790. Réélu en 1791, il n’est pas hostile à la République à condition qu’elle soit modérée et respectueuse des libertés locales. Les septembrisades, qui lui révèlent la puissance des « Chalier » et son impuissance face au peuple dans la rue, lui montrent les limites du pouvoir du droit face au pouvoir du verbe. Populaire à Lyon, il est élu à la Convention. Désormais sans véritable chef, la majorité se laisse débordée par les minorités. Le départ de Vitet, homme de compromis et franc-maçon défenseur des Lumières, correspond à la rupture de 1793, comme si sa personnalité avait pu jusque-là endiguer les extrêmes !

Une chronologie où alternent le Rouge et le Blanc

  • 9 Bruno Benoit, « Analyse des violences urbaines à l’époque révolutionnaire : l’exemple lyonnais », (...)
  • 10 Gilbert Garrier, Histoire sociale et culturelle du vin, Paris, Bordas, 1995, p. 140.
  • 11 Pour suivre la trame événementielle de l’histoire de Lyon sous la Révolution, lire Bruno Benoit et (...)

10Dans le temps de l’été 1789, il y a dans les violences collectives anti-octrois un face-à-face social9 entre ceux qui veulent plus de liberté et d’égalité et ceux qui ne veulent pas que les choses changent. Ces « colères de la soif »10 et de la faim concernent d’abord tous ceux et celles qui vivent mal dans cette ville et ses faubourgs, c’est-à-dire le plus grand nombre. La violence s’affirme alors comme légitime puisque le pouvoir en place, représenté par Imbert-Colomès et certains fils de la bourgeoisie lyonnaise, refuse cette liberté. Il n’y a pas encore la partie à trois entre la majorité et les deux minorités. À l’été 1790, la situation a évolué. Le départ en catastrophe d’Imbert-Colomès en février 1790 et l’élection d’une municipalité11, font que les royalistes vont agir maintenant de façon souterraine laissant la place de la contestation officielle à ceux qui cherchent à accentuer le processus révolutionnaire. De ce fait, les citoyens actifs qui animent les sections agissent en faveur de la suppression des octrois, facteurs d’inégalité, mais refusent d’aller jusqu’à l’affrontement avec le pouvoir. En juillet 1790 coexistent, au sein de la population lyonnaise, deux groupes déclarés – le troisième étant à l’affût du mécontentement populaire pour entrer en action –, l’un majoritaire qui récuse l’idée de recourir aux violences collectives et l’autre minoritaire qui n’hésite pas à utiliser ce moyen d’action pour obtenir gain de cause, mais qui manque encore de chef et de programme. L’action souterraine d’Imbert-Colomès et l’entrée en action de Chalier vont donc radicaliser la situation à partir de la chute du roi en 1792.

11De septembre 1792 à mai 1793, les « Chalier » occupent le devant de la scène publique lyonnaise et un état de surexcitation s’abat sur Lyon. À mesure que leur pression s’accentue, les peurs et les réactions hostiles grandissent. L’arme favorite des « Chalier » demeure la parole assassine, le discours violent. Le 6 février 1793, Chalier préconise, au Club central, devant les représentants des différentes sections de la ville, l’installation de la guillotine sur le pont Morand afin que les têtes tombent directement dans le Rhône ! Il s’en prend aussi à la municipalité qu’il trouve trop modérée et réclame son renversement. Cette séance du 6 février ouvre une période de crise municipale qui se termine le 9 mars par l’élection à la mairie, plus par lassitude que par succès, d’Antoine-Marie Bertrand, son associé, un « Chalier ».

12Durant les 80 jours de leur pouvoir municipal qui s’insère dans une période économique très difficile pour la ville et ses habitants, les « Chalier » s’appuient sur la Société lyonnaise des Jacobins et leur programme consiste à créer un tribunal révolutionnaire pour réprimer tous les opposants qui sont pour eux nombreux – aristocrates, royalistes, accapareurs, prêtres réfractaires, modérés –, à instituer une armée révolutionnaire et à taxer les riches. Si le département s’oppose le plus souvent à ces mesures, tout comme la Convention, cela n’empêche nullement les « Chalier » de poursuivre leur politique de jacobinisation.

13Cette politique plaît aux plus démunis qui trouvent enfin un chef qui parle leur langage. Estimés à environ 8 000 à 9 000 personnes, ils représentent environ le tiers de la population masculine adulte, le plus souvent des citoyens passifs, sans compter les femmes et les enfants. En revanche, elle irrite rapidement la majorité de la population qui refuse que la violence devienne un instrument de gouvernement et qui ne peut accepter que la municipalité élue gouverne sans leur demander leur avis. De plus, Chalier, par ses attaques, a cherché à porter atteinte à la Fabrique des tissus de soie, à la fois pilier de la réalité socio-économique de la ville et élément central de l’identité de groupe. Dans sa dénonciation aveugle des accapareurs, des corrupteurs et autres ennemis de la Liberté, Chalier n’a pas tenu compte du fonctionnement de la Fabrique qui n’est dual que sur le plan salarial. En effet, si la Fabrique est un lieu d’affrontement tarifaire, il y existe une réelle solidarité professionnelle reposant sur une complémentarité économique et sur une communauté d’intérêt, évidemment à des échelles différentes, entre le corps des marchands-fabricants et celui des chefs d’atelier, voire des ouvriers.

14En ignorant cette curieuse alchimie sociale et en cherchant à détruire ce syncrétisme socio-économique, les « Chalier » déclenchent, dans la majorité de la population lyonnaise liée au travail de la soie, fondement économique et culturel de leur ville, un réflexe de rejet. La majorité des sections, refusant de reconnaître l’autorité de la municipalité exagérée qui a abusé de leur confiance, s’érige en véritable contre-pouvoir. Le 29 mai, un soulèvement armé a lieu faisant plus de 40 morts. Chalier et la plupart de ses amis sont arrêtés. Ce soulèvement majoritaire et sectionnaire du 29 mai 1793 se fait donc contre la politique menée par la municipalité « Chalier » considérée comme un danger pour l’existence et la prospérité de la ville.

  • 12 Archives départementales du Rhône (ADR), 1L 383.

15À partir du 30 mai 1793, le soulèvement lyonnais, s’inscrivant à contre-courant des événements parisiens du 2 juin, perd vite sa signification locale qu’il avait au départ pour s’inscrire dans un mouvement de protestation nationale contre le coup de force jacobino-montagnard qui, à son tour, le dénonce comme un mouvement fédéraliste, c’est-à-dire cherchant à rompre l’unité et l’indivisibilité de la République et qui, de ce fait, appartient à la contre-révolution. C’est en juillet, alors que Lyon goûte aux joies de l’autonomie, que la rupture est véritablement consommée. Le 8 juillet, les autorités provisoires lyonnaises choisissent le colonel Précy, un royaliste, pour organiser et commander l’armée lyonnaise. Aux yeux du pouvoir central, Lyon confirme sa réputation de ville blanche acquise en 1790 et est en train de devenir une nouvelle Vendée12. Le décret de la Convention du 12 juillet, qui déclare Lyon en état de rébellion, s’avère être la conséquence directe de cette nomination et ouvre la spirale de violences à l’égard de Lyon. La dernière étape dans la rupture survient le 16 juillet. Au terme de son procès, Chalier est guillotiné et ce, trois jours après l’assassinat de Marat ! La Convention considère cette exécution comme une provocation et n’a aucun mal à dénoncer Lyon comme un foyer du royalisme, de la contre-révolution où les amis de la Liberté sont en danger. De ce fait, la Convention et le Comité de Salut public, où Robespierre a fait son entrée le 27 du mois, décident d’y rétablir, par la violence, l’ordre, celui de la Convention jacobino-montagnarde.

  • 13 Voir le numéro spécial des Cahiers de Rhône 89, 1793 : L’année terrible à Lyon, Lyon, Ville de Lyo (...)

16Le siège est mis devant la ville le 7 août, les bombardements avec des boulets rouges s’abattent à compter du 22 août, les redoutes lyonnaises tombent à partir du 17 septembre, au moment du remplacement du général Kellermann par le général Doppet à la tête des troupes de la Convention, et la ville est investie le 9 octobre. Le siège a duré 62 jours, les combats ont fait de nombreuses victimes dont le nombre est difficile à établir et la violence répressive s’abat sur Lyon avec le décret du 12 octobre « Lyon n’est plus ». La ville est soumise aux pioches des démolisseurs et aux jugements de commissions de justice qui se montrent très expéditives puisque près de 1900 personnes sont guillotinées ou passées par les armes entre octobre 1793 et avril 1794, place des Terreaux ou dans la plaine des Brotteaux13.

17Le décret du 12 octobre 1793 donne le coup d’envoi à une période de répression qui se veut une régénération pour cette ville souillée par la contre-révolution et qui a remis en cause l’unité et l’indivisibilité de la République. Cette régénération passe par les exécutions, mais aussi par la démolition qui s’en prend aux immeubles de la place Bellecour, symboles de la morgue aristocratique. Les violences sont aussi symboliques, puisque la ville n’est plus que le chef-lieu d’un département « croupion », le Rhône au lieu de Rhône-et-Loire, et perd son nom pour celui de Ville-Affranchie. La thèse du martyrologe de Lyon, le second après celui de 177, fait son chemin.

18Pourtant, les morts de 1793 ne sont pas morts pour Dieu et le roi, mais pour défendre leur ville et leur manière de vivre le politique au quotidien. Les violences collectives des années 1793-1794 sont donc une véritable guerre civile. Pour comprendre l’âpreté de la lutte, il faut mettre en avant le fait que Lyon est le théâtre où évoluent trois acteurs politiques. Les modérés, majoritaires dans la population, sont partisans d’un pouvoir local fort et respectent la religion. À l’une des deux extrémités politiques, il y a les exagérés. qui veulent des réformes sociales égalitaires et une République contrôlée par les sociétés populaires. À l’autre extrémité, il y a les royalistes qui, de façon discrète en infiltrant les sections, en faisant jouer les réseaux religieux, en recevant le soutien de tous ceux qui se sont réfugiés dans la grande ville qu’est Lyon et en bénéficiant des conseils d’Imbert-Colomès, ont fait de Lyon un véritable sanctuaire pour la reconquête du trône. Ce sont eux qui poussent à l’affrontement avec la Convention qui n’a aucun mal, compte tenu de la réputation royaliste de Lyon, à ne voir entre Saône et Rhône qu’une nouvelle Vendée. La présence des royalistes occulte en 1793 et 1794, et ce pour longtemps, la véritable signification du soulèvement du 29 mai.

  • 14 Bruno Benoit, L’identité politique de Lyon…, op. cit.

19Entre 1793 et 1794, la ville de Lyon s’appelle « Ville-affranchie ». Les Lyonnais y ont vu une humiliation, il faut y voir un acte de naissance politique ! Au-delà des dégâts matériels, des morts, du traumatisme mémoriel, les rugissements de 1793 ont politiquement émancipé Lyon qui a dit, en politique, ce qu’elle veut et ce qu’elle refuse. Quoi qu’il en soit, la mémoire de 1793, réactivée par toutes les violences qui vont avoir lieu au XIXe siècle, conduit les élites à construire une identité politique pour la ville loin des extrémismes, donc axée sur le modérantisme et le centrisme. Cependant, dans une France où le clivage Gauche/Droite domine la vie politique, il est très difficile de se situer au centre. De plus, l’affirmation identitaire locale n’a pas de place dans une république une et indivisible. De ce fait, Lyon va mal vivre son identité jusqu’au début du XXe siècle14.

20La répression de 1793 contre Lyon, ville supposée abriter des royalistes, qui ne sont en vérité que des Lyonnais ayant défendu leur ville, entraîne en 1795 des violences de revanche, de vengeance et de contre-révolution. Cette mauvaise réputation, au sein de la République, date de l’échec du complot visant à faire venir le roi à Lyon en décembre 1790. Le soulèvement de mai 1793 ne fait que confirmer que Lyon, aux yeux du pouvoir central, est une ville blanche, ce qui est curieux pour une ville où l’aristocratie est rare et où domine le monde du travail ! Si les royalistes ont des partisans dans la population lyonnaise, le gros des troupes royalistes est formé d’étrangers à la ville, réfugiés ou infiltrés.

  • 15 Cette liste est publiée dans Albert Metzger et Joseph Vaesen, Lyon en 1793, Après le siège, Lyon, (...)
  • 16 Bruno Benoit, « Les compagnons de Jéhu ont-ils existé ? », L’Histoire, février 1995, p. 16-18.
  • 17 Bruno Benoit, « Lyon en 1795 ou le refus de l’extrémisme de droite », dans Cahiers de Rhône 89, (...)
  • 18 Bruno Benoit, « Les paris lyonnais en l’an VIII », Du Directoire au Consulat. Brumaire dans l’hist (...)

21Lyon, entre février et mai 1795, sans que cela ne cesse vraiment jusqu’à la mise en état de siège de la ville en février 1798, connaît des violences collectives où se mêlent assassinats collectifs d’anciens responsables lyonnais à l’époque de la Terreur et éliminations de dénonciateurs suite à la publication en février 1795 de la Liste générale des dénonciateurs et des dénoncés de la ville de Lyon15 qui fournit des renseignements précieux à tous ceux qui cherchent à se venger. Ces violences culminent le 15 floréal an III (4 mai 1795) lors du massacre dans les prisons de « mathevons » ou jacobins lyonnais emprisonnés dont le bilan dépasse les 100 morts. Au centre de la machination royaliste, il y a l’action des Compagnons de Jésus16. Si les Lyonnais se souviennent particulièrement de la République qui a fait couler le sang des Lyonnais, ils se souviennent aussi des royalistes qui cherchent à utiliser Lyon dans leur projet de reconquête du trône17. Pour les Lyonnais, « Chalier » et Compagnons de Jésus sont, par leur extrémisme, étrangers à la ville, du moins à son identité politique modérée. Devant ces violences permanentes, forme de guerre civile larvée, qui durent, le pouvoir central met la ville en état de siège le 2 février 1798. La mauvaise réputation de Lyon est alors totale et seul le pari lyonnais en l’an VIII18 lors du coup d’État de Brumaire mettra fin à cette situation.

22En effet, si Lyon rejette les « rouges » et les « blancs », en revanche, le courant est passé entre les Lyonnais et Bonaparte en octobre 1799 lors de son retour d’Égypte. Bonaparte a été séduit par l’accueil chaleureux des Lyonnais qui l’ont conforté dans le bien fondé de sa décision de mettre un terme à la Révolution. De leur côté, les Lyonnais comptent sur Bonaparte pour restaurer leur ville qui est dans un triste état. Les deux parties ont tout à gagner à s’entendre. En effet, Bonaparte a besoin, dans son grand projet de conquêtes européennes, de soutiens financiers que les marchands-fabricants lyonnais sont en mesure de lui apporter à condition d’avoir une économie restaurée et protégée. Pour cela, il faut rétablir la confiance entre le pouvoir central et Lyon et donner à la Fabrique lyonnaise l’occasion de reconquérir certains marchés et d’en conquérir de nouveaux. Quant aux Lyonnais, ils ne peuvent espérer renouer avec la grandeur, qu’elle soit économique ou urbaine, qu’avec le soutien du pouvoir central. L’alliance entre Lyon et Bonaparte a besoin d’un signe fort pour exister au-delà des sympathies réciproques. Or ce signe gît dans les décombres des démolitions des immeubles de la place Bellecour, stigmates de la répression de 1793 et 1794. C’est pour cette raison que le 10 messidor en VIII, le 28 juin 1800, Bonaparte, en provenance d’Italie où il vient de remporter la victoire de Marengo, s’arrête en fin d’après-midi à Lyon pour annoncer la reconstruction des façades de Bellecour. Reconstruire Lyon, c’est tourner la page de la Révolution. La petite truelle en argent avec laquelle Bonaparte pose la première pierre le 29 juin 1800 – il est alors salué comme un nouveau Munatius Plancus – est l’instrument qui efface le traumatisme lyonnais de la guerre civile de 1793 et redonne à cette ville sa prospérité et son éclat.

Lectures historiques et historiographiques du phénomène minoritaire durant la Révolution à Lyon

23Pour comprendre l’âpreté de la lutte des années 1792-1798, il faut mettre en avant le fait que Lyon est le théâtre où évoluent trois acteurs politiques, un majoritaire et deux minoritaires. Les modérés, majoritaires dans la population, sont des hommes de 1789 défendant le principe de liberté et qui s’affirment comme des libéraux ; ils sont partisans d’un pouvoir local fort et respectent la religion. Ne sachant pas vraiment se battre, ils seraient prêts à un dialogue. À une des deux extrémités politiques, il y a les exagérés. Ils sont partisans de réformes sociales égalitaires et d’une République contrôlée par les sociétés populaires. Ce sont plus des hommes de 1793 que de 1789, à l’image de Chalier. Ils se veulent les relais locaux des sans-culottes parisiens, tout en étant plus hébertistes, voire enragés, que robespierristes. À l’autre extrémité, il y a les royalistes qui, de façon discrète en infiltrant les sections, en faisant jouer les réseaux religieux, en recevant le soutien de tous ceux qui se sont réfugiés dans la grande ville qu’est Lyon et en bénéficiant des conseils d’Imbert-Colomès, ont fait de Lyon un véritable sanctuaire pour la reconquête du trône. Ce sont eux qui poussent à l’affrontement avec la Convention qui n’a aucun mal, compte tenu de la réputation royaliste de Lyon, à ne voir entre Saône et Rhône qu’une nouvelle Vendée.

  • 19 ADR, 1L 272.
  • 20 ADR, 1L 272. Lettre de l’administration départementale au citoyen Béraud, représentant en date du (...)
  • 21 ADR, 1L 272. Lettre de l’administration centrale du département du Rhône au ministre de la Police (...)
  • 22 ADR, 1L 272. Lettre de l’administration départementale au ministre des Finances en date du 28 nivô (...)

24De son côté, Lyon cultive le sentiment de persécution, ce qui est facile compte tenu du passé mémorisé et du présent visible. Les Lyonnais se sentent victimes d’un complot. Ne déclarent-ils pas le 22 frimaire an IV (13 décembre 1795) qu’ils croient « apercevoir un plan combiné, une tactique qui ressemble infiniment à ce qui précéda les événements de 1793 »19 ? Au cœur de ce complot, il y aurait les journaux parisiens, en particulier La sentinelle de Louvet20 et Le Régénérateur de Pougin21, qui répandent « des calomnies… sur cette malheureuse cité »22 en la faisant passer pour un repaire de la violence contre-révolutionnaire où l’on chante Le Réveil du peuple au lieu de La Marseillaise, en déclarant qu’elle refuse de souscrire à l’emprunt forcé, en affirmant que des bagarres éclatent lors du passage des troupes de l’armée d’Italie. Cette accusation visant la presse parisienne ne peut qu’alimenter à Lyon un anti-parisianisme primaire – à Paris on ne comprend pas Lyon – qui vient s’ajouter à l’anti-parisianisme économique antérieur à la Révolution. De là à dire entre Saône et Rhône que le refus de reconstruire l’économie lyonnaise sert les intérêts de Paris, il n’y a qu’un pas que les Lyonnais vont franchir rapidement à mesure que le Directoire laisse en l’état « Lyon n’est plus ».

  • 23 Alan Forrest, « Le fédéralisme, un républicanisme de province », Les fédéralismes-Réalités et repr (...)
  • 24 Bruno Benoit, « Les fêtes révolutionnaires à Lyon », dans Cahiers d’Histoire, 1987, n° 2, 1987, p. (...)

25L’impossible rapprochement entre Lyon et la République n’a-t-il pas ses origines dans les représentations que la République directoriale se fait de Lyon et que Lyon se fait de la République directoriale ? La République directoriale associe, au travers du prisme de sa mémoire révolutionnaire, Lyon et royalisme. En effet, pour la République, Lyon demeure la ville du soulèvement royaliste de 1793 et contre laquelle il a fallu prendre des mesures extrêmement répressives pour maintenir l’unité et l’indivisibilité de la République. De ce fait, Lyon est une ville qui n’a rien à attendre de la République directoriale tant qu’elle ne lui aura pas prouvé un attachement sans faille. De son côté, Lyon voit dans la République le messager de ses malheurs, et l’identifie à un régime violent et privatif de liberté puisqu’il a réprimé l’envie lyonnaise de vivre son localisme en politique et qui l’a empêché d’appliquer sa loi entre Saône et Rhône23. Lyon attend donc de la République directoriale qu’elle répare les torts qui lui ont été faits. Mais vu que la République, responsable de la situation dans laquelle se trouve Lyon, ne fait rien pour relever Lyon de ses ruines et qu’elle ne cesse de lui reprocher son manque d’engagement républicain surtout lors des fêtes civiques24, Lyon cherche, surtout après Fructidor an V qui voit les attaques contre Lyon, patrie de Précy, d’Imbert-Colomès et de Camille Jordan, se renouveler, le régime qui pourrait lui rendre son dynamisme économique tout en lui garantissant une certaine autonomie municipale. Or, ni la monarchie qui a toujours privé Lyon de tout pouvoir politique, ni la République qui a ruiné son commerce et l’a réprimé en 1793 ne peuvent lui convenir. De ce fait, Lyon commence à regarder vers celui qui pourrait être l’homme providentiel pour Lyon et n’hésite pas à louanger le jeune général Bonaparte et à répondre favorablement à ses exigences.

26La présence des royalistes occulte en 1793-1794, et ce pour longtemps, la véritable signification du soulèvement du 29 mai. Le martyrologe de 1793 rend la lecture des années 1793-1794 complexe. Pour les majoritaires, la République est coupable. Pour les Blancs, Lyon s’est soulevé au nom de Dieu et du Roi. Pour les Rouges, Lyon a une capacité révolutionnaire indiscutable, une véritable Rome du socialisme. Pour les Lyonnais, le décret du 12 octobre 1793 a affranchi Lyon. Il ne faut pas y voir une humiliation, mais une libération, un véritable acte de naissance politique !

27Quant à l’historiographie, elle peut se décliner en plusieurs branches, sans que cette présentation soit exhaustive :

  • L’historiographie doloriste, proche de la minorité blanche, celle qui dénonce la répression dont Lyon a été victime et qui fait de Lyon une ville qui a combattu pour la foi. Elle est contemporaine de l’événement et son père spirituel est l’abbé Aimé Guillon de Montléon (1758-1842) dont son Histoire du siège de Lyon (1797) et ses Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Lyon pendant la Révolution (1824) vont alimenter tous les auteurs contre-révolutionnaires locaux et nationaux. Dans cette famille, il faut donc ranger Antoine François Delandine et son Tableau des prisons de Lyon pour servir à l’histoire de la tyrannie de 1792 et 1793 (1797), Alphonse Balleydier et son Histoire politique et militaire du peuple de Lyon pendant la Révolution (1845), André Steyert et sa Nouvelle histoire de Lyon (1899) qui règle ses comptes avec les francs-maçons et la République25.
  • L’historiographie socialisante, celle qui défend l’engagement de la minorité « rouge ». Elle souligne la dimension royaliste de Lyon déformant ainsi la réalité historique et mettant en valeur la dimension révolutionnaire de cette ville au travers de la lutte de classes, phénomène souligné par Jaurès dans son Histoire socialiste de la révolution française en 1905. Il faut ranger dans cette rubrique, Claude Riffaterre, auteur du Mouvement antijacobin et antiparisien à Lyon et dans le Rhône-et-Loire en 1793 et Takashi Koï, historien japonais, avec sa thèse Les Chalier et les sans-culottes lyonnais (1974). Certains historiens de l’association Rhône 89, née à l’occasion du Bicentenaire, partagent ces analyses.
  • L’historiographie que j’appelle historique, celle qui cherche à dire comment les choses se sont passées sans utiliser une grille de lecture préalablement établie. Elle met en avant la lecture majoritaire de la Révolution à Lyon tout en soulignant la dimension négative de l’action des minorités. Elle apparaît pour le centenaire de la Révolution avec André Metzger et J. Vaesen qui publient 9 recueils de documents sur la Révolution. Ensuite, Maurice Wahl fait paraître en 1894, Les premières années de la Révolution à Lyon et Sébastien Charléty avec son Histoire de Lyon (1903) offrent une analyse apaisée. Puis viennent les 4 tomes de Lyon n’est plus d’Herriot parus pour le cent-cinquantenaire de la Révolution. Après la seconde guerre mondiale, la grande Histoire de Lyon de Kleinclausz (1948-1952), les travaux de Renée Fuoc sur La Réaction thermidorienne (1954) et de Louis Trenard sur Lyon de l’Encyclopédie au préromantisme (1958) sont à ranger dans cette catégorie. Enfin, le Bicentenaire et les années qui suivent donnent lieu à des travaux qui renouvellent la lecture de la Révolution à Lyon, dont ceux de William D. Edmonds sur Jacobinism and the revolt of Lyon (1789-1793), ceux de l’association Rhône 89 et les miens dont Le guide historique de la Révolution à Lyon (1789-1799) avec Roland Saussac paru en 1988 et L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905).

28Toutes les violences qui ont lieu à Lyon à l’époque révolutionnaire rythment l’histoire de cette ville, impriment leur marque dans son paysage socio-économique et participent fortement à la formation de son identité politique. En effet, elles ont peut-être traumatisé et appauvri, du moins temporairement, Lyon, mais elles lui ont donné le goût de la Liberté et de l’émancipation politique. Ce message est bien compris par ses élites modérées. D’autres messages, comme celui de l’Égalité ou de l’amour de Dieu et du Roi, sont enregistrés par les minorités lyonnaises, qu’elles soient exagérées ou royalistes.

  • 26 Colin Lucas, La structure de la Terreur, St-Étienne, 1990, p. 42.

29À Lyon, les prétendants au pouvoir sont donc au nombre de trois : les partisans d’une République sociale, minorité qui cultive l’héritage des « Chalier », les partisans d’un régime modéré qui sont des libéraux qui se souviennent du 29 mai, du fédéralisme et de l’esprit de résistance lyonnais et enfin les partisans de la monarchie, la minorité qui veut le règne du Roi et de Dieu. Ces trois familles se retrouvent également dans l’historiographie lyonnaise de la Révolution. Quant à la majorité de la population, elle suit les élites modérées quand celles-ci lui montrent le chemin, ce qui a été le cas en 1793. En revanche, quand ces élites ne maîtrisent plus la situation, comme en 1795, la majorité de la population peut être tentée par les extrêmes. Les ingrédients d’une guerre civile permanente sont bien réunis à Lyon et les violences collectives ne peuvent qu’entraîner à leur tour d’autres violences, car elles reflètent « les exclusions mutuelles dont s’anathétisent les prétendants au pouvoir à la fois sur le plan national et local pendant la Révolution »26.

Le triomphe de Marat dans les enfers, gravure anonyme.
© Bibliothèque nationale, Paris

Notes

1 À ce propos voir mon ouvrage, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et manifestation des élites (1786-1905), Paris, L’Harmattan, 1999, 240 p.

2 Pour l’étude du XVIIIe siècle à Lyon, consulter Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, 772 p.

3 Félix Rivet, Le quartier Perrache (1766-1946), Lyon, Audin, 1951, 126 p. et XLVI planches.

4 Le tarif est le prix payé pour une pièce de soie tissée.

5 Ce terme leur a été donné en 1790 lors des violences anti-octrois par les manifestants. Un muscadin, terme qui vient de musc, donc de la toilette de ces jeunes gens de « bonne famille », s’oppose à patriote et désigne vite un contre-révolutionnaire.

6 « Instructions d’Imbert-Colomès à un agent royaliste (mars 1792) », Revue d’Histoire de Lyon, 1907, p. 312.

7 L’expression revient à Takashi Koï, Les « Chalier » et les sans-culottes lyonnais, thèse de 3e cycle, Université Lyon II, 1974, 185 p.

8 Il ne vote pas la mort du roi, est en fuite après le 2 juin 1793, se réfugie à Lyon, puis à Lausanne. Réintégré après Thermidor, député aux Cinq-Cents, il se retire de la vie politique après Brumaire.

9 Bruno Benoit, « Analyse des violences urbaines à l’époque révolutionnaire : l’exemple lyonnais », Ville et Révolution française, Bruno Benoit (dir.), Lyon, PUL, 1994, p. 149. Pierre Favre, La manifestation, Paris, Presses de la Fondation nationale de Sciences politiques, 1990, p. 34 analyse le face-à-face comme une manifestation de crise, susceptible de s’étendre à toute la population et à potentiel émeutier.

10 Gilbert Garrier, Histoire sociale et culturelle du vin, Paris, Bordas, 1995, p. 140.

11 Pour suivre la trame événementielle de l’histoire de Lyon sous la Révolution, lire Bruno Benoit et Roland Saussac, Guide historique de la Révolution à Lyon (1789-1799), Lyon, Éd. de Trévoux, 1988, 192 p.

12 Archives départementales du Rhône (ADR), 1L 383.

13 Voir le numéro spécial des Cahiers de Rhône 89, 1793 : L’année terrible à Lyon, Lyon, Ville de Lyon et Musée de l’imprimerie et de la banque, 1993, 114 p.

14 Bruno Benoit, L’identité politique de Lyon…, op. cit.

15 Cette liste est publiée dans Albert Metzger et Joseph Vaesen, Lyon en 1793, Après le siège, Lyon, Henri Georg, 1885, p. 85-155.

16 Bruno Benoit, « Les compagnons de Jéhu ont-ils existé ? », L’Histoire, février 1995, p. 16-18.

17 Bruno Benoit, « Lyon en 1795 ou le refus de l’extrémisme de droite », dans Cahiers de Rhône 89, n° 17, 1995, pp. 76 à 80.

18 Bruno Benoit, « Les paris lyonnais en l’an VIII », Du Directoire au Consulat. Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-nation, Jean-Pierre Jessenne (dir.), Rouen, Grhis, Actes du colloque de Rouen de mars 2000, 2001, p. 135-145.

19 ADR, 1L 272.

20 ADR, 1L 272. Lettre de l’administration départementale au citoyen Béraud, représentant en date du 11 frimaire an IV (2 décembre 1795).

21 ADR, 1L 272. Lettre de l’administration centrale du département du Rhône au ministre de la Police générale de la République en date du 29 fructidor an V (15 septembre 1797).

22 ADR, 1L 272. Lettre de l’administration départementale au ministre des Finances en date du 28 nivôse an IV (18 janvier 1796).

23 Alan Forrest, « Le fédéralisme, un républicanisme de province », Les fédéralismes-Réalités et représentations 1789-1874, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1995, p. 303-311. L’auteur emploie l’expression républicanisme de province qui correspond parfaitement à la situation lyonnaise.

24 Bruno Benoit, « Les fêtes révolutionnaires à Lyon », dans Cahiers d’Histoire, 1987, n° 2, 1987, p. 101-121.

25 Se rapproche de cette famille, l’historiographie modérée qui a du mal à accepter la Révolution, mais qui ne remet pas en cause la République, même si celle-ci n’est pas franchement bien acceptée. Elle apparaît au tournant du milieu du XIXe siècle sous la plume de Jean-Baptiste Monfalcon (1792-1874) dans son Histoire de la ville de Lyon (1847). René Bittard des Portes et son Insurrection de Lyon en 1793 (1906) perpétue cette veine qui se retrouve, lors du Bicentenaire, dans les travaux des associations Lyon 89 et Lyon 93.

26 Colin Lucas, La structure de la Terreur, St-Étienne, 1990, p. 42.

Table des illustrations

Légende Le triomphe de Marat dans les enfers, gravure anonyme.© Bibliothèque nationale, Paris
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

Auteur

IEP de Lyon

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540