Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités politiques en Révolution

 | 
Christine Peyrard

La mise en scène d’une minorité supposée : les anarchistes dans le discours politique révolutionnaire

Marc Deleplace

Texte intégral

1À quel titre qualifier les anarchistes de minorité politique pendant la Révolution française ? La question mérite d’être posée en préalable, tant il est de prime abord évident qu’évoquer les anarchistes pendant la Révolution revient à saisir une chimère du discours politique révolutionnaire.

  • 1 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, Paris, A. Colin, 1937, (...)
  • 2 Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, 1975, Paris, Maspero, 1983, t. 1, p. 14.
  • 3 Proudhon, Idée générale de la Révolution au XIXe siècle, Œuvres complètes, t. 2, Slatkine, 1982, p. (...)

2Telle est la position de Ferdinand Brunot remarquant qu’« il semble tout d’abord, en raison du sens que ce mot a pris de nos jours, se rapporter à un programme, négatif peut-être, mais arrêté [...], en réalité, des deux côtés on jette ce mot à tort et à travers à tout le monde. »1 Quant aux historiens de l’anarchisme, d’une part ils admettent avec Ferdinand Brunot que l’usage du mot renvoie à son indétermination2, et de l’autre, ils identifient des précurseurs de l’anarchisme dans la Révolution française, comme le faisait déjà Proudhon : « Robespierre, s’étant débarrassé successivement par la guillotine des factions anarchiques d’alors, les Enragés, les hébertistes, les dantonistes, de tous ceux enfin qu’il soupçonnait de prendre au sérieux la constitution de 1793, crut que le moment était venu de frapper un dernier coup et de rétablir sur ses bases normales le gouvernement indirect. »3

3Évoquer les anarchistes comme une minorité politique en Révolution reviendrait alors à cerner la figure des Enragés, ou plus largement des « fractions les plus avancées » du mouvement populaire.

4C’est une autre voie que nous nous proposons de suivre par un retour aux sources du discours politique révolutionnaire qui nous conduit à valoriser d’autres figures de l’anarchie, somme toute plus constamment présentes au long de l’aventure révolutionnaire, et à faire émerger autour de la figure de l’anarchiste le « bon usage » de la minorité en révolution.

À quelle image de la minorité confronter l’anarchie ?

5Cela suppose en préalable, de préciser par rapport à quelle configuration énonciative de la minorité nous nous situons. Ce propos liminaire repose sur une interrogation de la base Frantext, sur les trente années qui séparent l’avènement de Louis XVI (1774) de celui de Napoléon 1er (1804). Cette interrogation nous fournit 82 résultats dont 53 à caractère politique. Sur ces 53 résultats, 31 sont à porter au crédit de Sieyès (de 1789 à 1795), 11 à celui de Robespierre. Les 29 autres renvoient au vocabulaire juridique et se répartissent entre la minorité du roi (11 occurrences avant 1789) et la minorité légale inscrite dans le Code civil de 1804 (18 occurrences).

  • 4 Emmanuel Sieyès, Qu’est-ce que le Tiers état ?, 1789, p. 74, chap. V.
  • 5 Louis RamonddeCarbonnières, Lettres de M. William Coxe à M. W. Melmoth sur l’état politique, civil (...)

6Pour les résultats proprement politiques, on peut mettre en évidence trois situations énonciatives. Dans la première, la minorité renvoie d’emblée à la majorité et aux relations de subordination qui les unissent. Elle permet d’opérer le calcul de la volonté générale et de fonder en droit la soumission à cette volonté. Dans ce cas, la minorité s’oppose à la majorité pour produire un découpage binaire de l’espace public dans lequel il ne saurait être question de voir la minorité se substituer à la majorité puisqu’« une nation n’a jamais pu statuer que les droits inhérents à la volonté commune, c’est-à-dire à la pluralité, passeraient à la minorité. La volonté commune ne peut pas se détruire elle-même »4. De là découle la soumission légitime de la minorité à la majorité, expression de la volonté générale. Ainsi de l’adoption ou du rejet de la réforme en Suisse où l’on « a vu cette question judiciairement soumise à la décision du peuple assemblé, et partout la minorité s’est fait un devoir d’acquiescer avec soumission à l’avis de la majorité. »5

  • 6 Emmanuel Sieyès, Œuvres, t. 3, 1799, p. 21-22, 41, 5 août 1795, sur le jury constitutionnaire.

7Cela ne signifie pas que la minorité soit privée de droits, et c’est la deuxième situation. Ainsi des modalités de saisine relatives au jury constitutionnaire défendu par Sieyès en 1795. Celui-ci pourra être saisi « soit par le conseil des anciens, soit par le conseil des cinq cents, soit par des citoyens en nom individuel. Il prononcera sur semblable dénonciation qui lui serait portée par la minorité contre la majorité de l’un ou l’autre des susdits corps constitués. »6 Une telle reconnaissance se conçoit dans un espace public stabilisé qui autorise en fait l’institution de la minorité comme opposition sur le modèle anglais.

  • 7 François deChateaubriand, Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et mo (...)
  • 8 Emmanuel Sieyès, Œuvres, t. 3, 1799, p. 20, 40, 20 juillet 1795, sur le projet de constitution.

8L’interrogation de la base Frantext sur ce deuxième terme donne 345 résultats dont 41 seulement relevant du discours politique. Parmi ceux-ci 17 font directement référence au système anglais (dont 10 imputables à Chateaubriand les autres se rencontrant pour l’essentiel dans les correspondances de Julie de Lespinasse 1774 et de Mme de Staël 1793) et 7 en sont dérivés (Sieyès, Diderot et Mme de Staël). Chateaubriand nous livre la filiation qui unit historiquement les deux termes : « Ce fut sous le règne de Georges II que la minorité commença à se faire connaître sous le nom de Parti de l’Opposition, qu’elle retient encore de nos jours. Elle obtint alors plusieurs victoires célèbres. »7 Où l’on retrouve la justification du découpage binaire de l’espace politique, auquel Sieyès donne une portée plus générale : « L’existence de deux partis semblables ou analogues à ceux que l’on connaît ailleurs sous les noms de parti ministériel, et parti de l’opposition est inséparable de toute espèce de système représentatif. Disons la vérité, ils se rencontrent partout, quelle que soit la forme du gouvernement. »8

  • 9 Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, 1778, p. 56, 4e promenade.
  • 10 Denis Diderot, Réfutation suivie de l’ouvrage d’Helvétius intitulé l’Homme, 1774, p. 381, t. 1, se (...)

9L’identification de la minorité à l’opposition institutionnalise ce dernier principe. Si, dans l’horizon de la souveraineté rousseauiste, « l’intérêt particulier est presque toujours en opposition avec l’intérêt public »9, on peut aussi admettre en d’autres circonstances que « cependant ce droit d’opposition, tout insensé qu’il est, est sacré : sans quoi les sujets ressemblent à un troupeau dont on méprise la réclamation, sous prétexte qu’on le conduit dans de gras pâturages. »10

10Au-delà – ou en deçà – de cette institutionnalisation de l’opposition comme de la minorité, cette dernière est enfin pourvue d’une dynamique qui la rend propre à faire résonner les affrontements politiques. C’est la dernière situation, dans laquelle la minorité peut chercher à se substituer à la majorité, ce qui la rejette en dernière instance aux côtés de la faction séditieuse.

  • 11 Maximilien deRobespierre, Discours, 1793, p. 198, part. 4, jugement L. XVI 2 1792.
  • 12 Maximilien deRobespierre, Discours, 1793, p. 198-199, part. 4, jugement Louis XVI 2 1792.

11Robespierre conteste au nom du droit de la minorité le découpage binaire stabilisé de l’espace politique et instaure une relation dialectique entre minorité et majorité qui vise à justifier à quelles conditions la minorité peut en réalité prétendre à signifier plus sûrement la volonté générale que la majorité. Il oppose l’espace de l’Assemblée à celui de la nation entière, il oppose une majorité, celle du peuple, à une autre majorité, celle de l’Assemblée, réduite alors au rang de minorité : « Déjà, pour éterniser la discorde, et pour se rendre maîtres des délibérations, on a imaginé de distinguer l’assemblée en majorité et en minorité ; nouveau moyen d’outrager et de réduire au silence ceux qu’on désigne sous cette dernière dénomination. Je ne connais point ici ni minorité, ni majorité. La majorité est celle des bons citoyens ; la majorité n’est point permanente, parce qu’elle n’appartient à aucun parti. »11 Ce faisant, il affirme le caractère relatif de la minorité en opposant à la majorité apparente la valeur d’un principe qui l’emporte sur le découpage politique de l’espace public : la vertu. « Et quand l’assemblée reconnaît une erreur, comme il arrive quelquefois, la minorité devient alors la majorité. La volonté générale ne se forme point dans les conciliabules ténébreux, ni autour des tables ministérielles. La minorité a partout un droit éternel, c’est celui de faire entendre la voix de la vérité ou de ce qu’elle regarde comme telle. La vertu fut toujours en minorité sur la terre. Sans cela, la terre serait-elle peuplée de tyrans et d’esclaves ? »12

  • 13 Emmanuel Sieyès, Œuvres, t. 3, 1799, p. 2-3, 37, 10 mars 1795, sur le retour des députés girondins

12Une position contestée par Sieyès en l’an III, au nom de l’irréductible supériorité de la majorité sur la minorité, considérées toutes deux comme données stables de l’espace public (mais en fait au sein du seul espace de l’assemblée) : « Vous avez vu, à cette fatale époque, la Convention décimée, sa majorité mise sous le joug. Il n’y avait plus de Convention : la minorité régnait ; et ce renversement de tout ordre social fut l’effet de l’apparence d’une portion du peuple qu’on disait en insurrection… »13

13Ce sont en définitive quatre caractères discriminants que nous retiendrons relativement à la minorité : 1. la capacité à générer un espace public binaire tout en produisant une mesure du rapport des forces ; 2. l’aptitude consécutive à rendre compte des affrontements politiques ; 3. l’identification plus ou moins stable de la minorité à un groupe donné ; 4. la capacité de la minorité à se muer dès lors en opposition à l’anglaise. Seul ce dernier critère n’est pas rempli par l’anarchie dans le discours politique révolutionnaire.

Aptitude de l’anarchie à désigner une minorité

14L’anarchie se révèle donc apte à constituer une minorité politique en Révolution, quoiqu’aucun groupe sociopolitique ne s’en revendique alors. La position de l’anarchie dans le discours politique révolutionnaire produit une bipartition de l’espace public. L’anarchie rend compte de la mesure de rapports de forces et permet la mise en scène de l’affrontement politique. Enfin, elle s’incarne dans des figures successives qui lui confèrent progressivement une consistance propre en tant que minorité.

Le découpage binaire de l’espace public

15Ce découpage est le fruit de formulations successives qui répondent à des situations déterminées. Il ne se traduit pas immédiatement en termes d’opposition entre une minorité et une majorité, mais en prépare la réalisation.

  • 14 LaVicomterie, Du Peuple et des rois, 1790, Les Droits du peuple sur l’Assemblée Nationale, 1791, Le (...)
  • 15 Discours préliminaire au projet de constitution, par Boissy d’Anglas, au nom de la commission des O (...)

16À deux reprises, ce découpage prend la forme d’un dilemme posé par le choix entre deux formes de gouvernement dont l’une est systématiquement assimilée à l’anarchie. De 1789 à 1791, le soupçon d’anarchie jette le discrédit sur la république au profit de la monarchie. Plus largement elle sert à combattre le principe de la souveraineté de la nation sous la plume de Mounier ou de Barruel. L’anarchie rend ainsi compte d’une opposition binaire à laquelle les partisans précoces de la république ne cherchent pas à échapper mais dont ils tentent plutôt d’inverser le sens à leur profit. La Vicomterie, Robert et Billaud-Varenne s’efforcent tour à tour de démontrer que la république, bien loin d’être l’anarchie en est l’antithèse, tandis que la monarchie absolutiste est le véritable promoteur de l’anarchie par l’usurpation de souveraineté à laquelle elle procède14. Par la suite, une fois instaurée la république, la ligne de fracture se déplace entre la république et la démocratie. En 1795, le dilemme posé en termes d’anarchie oppose le gouvernement représentatif à la démocratie, assimilée par le discours politique thermidorien à l’anarchie. C’est qu’il s’agit désormais de couper court aux revendications du mouvement sectionnaire et de reléguer définitivement la constitution de 1793 et la déclaration des droits qui la précède, textes repoussés comme anarchiques par Boissy-d’Anglas le 5 messidor an III15.

17À ces situations conjoncturelles propres à donner à l’anarchie la capacité à signifier une minorité politique, républicaine en 1791, démocratique en 1795, s’ajoute une tendance structurelle de l’anarchie à promouvoir un découpage dichotomique de l’espace politique. Le premier découpage de ce type introduit par l’anarchie se réalise autour du couple « ami de/ennemi de », qui peut prendre la forme « ami de/ami de », et qui n’enferme pas encore dans une vision dichotomique, mais prépare un espace d’affrontement dual que le désignant « anarchistes » portera à son comble.

Association

Opposition

VIII 89 ennemis du bien public
IV 91 ennemis de la constitution

IX 89 amis de l’ordre

II 92 amis de l’anarchie ennemis de la liberté

XI 92 amis de la liberté

VI 93 ennemis de l’ordre Germ. III en. de la république

Vent. IV amis de la république

Mess. III amis du désordre
Vend. V amis des rois
Brum. V amis des émigrés

Brum. V amis de la patrie

Frim. VI ennemis de la patrie

Therm. VII am. de la constitution

18La bipolarisation sous-jacente se manifeste particulièrement dans les couples amis/ennemis (de la liberté, de l’ordre, de la patrie, de la constitution). De plus, la liste des opposants à l’anarchie renvoie à la supériorité de la volonté générale sur les volontés particulières : aux « amis de l’ordre » se joignent les « bons citoyens » et les « bons français » (août 1789), et enfin « tous les bons citoyens » (avril 1792). Mais le découpage binaire de l’espace public ne prend tout son sens qu’avec l’apparition du désignant anarchiste autour duquel s’opère progressivement une mise en cohérence du discours sur l’anarchie lui donnant sa pleine valeur de minorité.

19L’anarchie se révèle à deux reprises, en 1793 et en 1795, capable d’une extension de ses applications qui la conduit progressivement à couvrir uniformément tout le champ politique de l’adversité au locuteur (espace public binaire ou ternaire sur le mode des extrêmes qui se rejoignent). Dans ce mécanisme, qui participe de la structuration de l’espace politique, les rapports de la notion d’anarchie avec celle de despotisme occupent une place centrale. Certains éléments de cette mise en cohérence sont perceptibles déjà dans la configuration girondine de l’anarchie. Mais il appartiendra au discours thermidorien de la mener à son terme

  • 16 Voir notamment Le Patriote Français du 19 mars 1793.

20Tout au long du printemps1793, les Girondins et notamment Le Patriote français de Brissot, dénoncent avec force la triple conspiration nouée contre la République et la Révolution françaises par les « anarchistes », les royalistes et le cabinet de Londres16.

21Mais l’anarchiste ne suffit pas encore à décrire l’ensemble des forces en lutte contre la Gironde, alors que celle-ci s’identifie prestement à la « République », et même au « genre humain ». La vaste coalition à laquelle elle s’oppose ne trouve qu’imparfaitement son expression dans l’anarchie. Il n’est même pas certain que sa place, certes centrale, soit incontestée. Pour cela, il faudrait que l’anarchie soit en mesure de recouvrir uniformément chacune des composantes de la triple conspiration. Or ce n’est pas le cas. La collusion entre les trois composantes de la triple conspiration ne se résout pas en identité. Les anarchistes ne sont que rarement présentés comme les agents de Pitt, bien que celui-ci s’apprête à recueillir les fruits de l’anarchie répandue dans la République. Ils ne sont pas non plus confondus avec les royalistes. La révolte vendéenne, si elle est bien attisée par les anarchistes met en mouvement des forces qui ne leur sont pas toutes assimilées sans discernement.

  • 17 Discours à la Convention, 1er germinal an III (21 mars 1795), Bib. nat. Le38 1303.
  • 18 Nouvelles politiques, 11 messidor an III (29 juin 1795)
  • 19 Thermidor semble ainsi trouver, ou retrouver, le « centre perdu » des Monarchiens, pour reprendre (...)
  • 20 Discours à la Convention, prairial an III, Bib. nat. Le38 1453.

22En revanche, l’anarchie en vient à couvrir tout le champ des oppositions à la Convention thermidorienne en l’an III, dans une configuration de l’anarchiste qui s’avère durable, formant le socle de son image au XIXe siècle. La synthèse thermidorienne s’effectue de deux manières. 1. L’anarchie et le despotisme subissent ensemble le contrecoup des événements révolutionnaires, qui vont leur attribuer à chacun une forme mieux définie de gouvernement : la royauté pour le despotisme ; et surtout la terreur pour l’anarchie. 2. Dans le même temps, le discours thermidorien exploite le potentiel d’identité des deux phénomènes pour opérer une fusion réductrice de l’un à l’autre. Ces deux cheminements entrent en compétition, et le discours thermidorien, puis directorial, semble hésiter longtemps entre les deux solutions. Cette hésitation se traduit par trois situations énonciatives. L’anarchie est considérée en tant qu’instrument utilisé par les royalistes pour provoquer la désorganisation de la république. Sieyès avertit, le 1er germinal an III que « les ennemis de la république [...] trament sans cesse des moyens [...] de nous ramener sous le joug du royalisme par l’anarchie. »17 Ou bien la République se trouve prise entre l’anarchie et le royalisme : « On peut distinguer tous les ennemis de la chose publique en deux classes : les anarchistes et les royalistes. »18 Il s’établit ainsi un balancement qui détermine une représentation ternaire de l’espace politique. Un espace politique centré, dont le centre n’est plus cet entre-deux douteux que l’on désignait parfois sous le terme peu flatteur de « marais », mais constitue au contraire la référence normative, la valeur positive, tandis que les « ailes » en sont occupées par les hideux apôtres des deux vices désorganisateurs : despotisme-royauté et anarchie-« an II »19. Enfin, l’identité de l’anarchie/terreur et de la royauté peut s’affirmer sans fard : « l’anarchie, la royauté et la démagogie (autre désignation du gouvernement révolutionnaire) sont trois sœurs. »20

  • 21 Nouvelles politiques, 11 messidor an III (29 juin 1795). Le rôle fédérateur de la tyrannie est bien (...)

23La tyrannie est le plus souvent le terme fédérateur : « La [commission des Onze] a repoussé toute sorte de tyrannie, et celle d’un roi, et celle de l’anarchie, et celle des Jacobins. »21 Mais ce principe peut s’étendre à l’anarchie elle-même. Les Nouvelles politiques du 13 floréal an III dénoncent « les partisans de toutes les tyrannies, royale ou populaire, et tous les faiseurs d’anarchie ».

Le jeu du nombre

24La division binaire de l’espace public ne suffit pas à définir une minorité. Encore faut-il qu’elle s’accompagne d’un dénombrement des forces en présence. De ce point de vue, il n’est pas certain que l’anarchie soit toujours en minorité.

  • 22 Auger, Catéchisme du citoyen français composé de l’esprit et de la lettre de la nouvelle constituti (...)
  • 23 Rapport [...] sur la procédure prévôtale de Marseille par l’abbé Maury, 23 janvier 1790, Bib. nat. (...)

25La représentation des anarchistes oscille entre deux figures numériques : celles de la « multitude » et des « factieux ». C’est la multitude qui s’impose en premier : « Le despotisme est en effet l’état de choses dans lequel celui ou ceux qui gouvernent n’ont de loi et de règle que leur volonté et leur caprice [...]. L’anarchie est lorsque la multitude ne connaît ni loi, ni roi, ni magistrats, ni aucune puissance quelconque [...]. L’anarchie est le pire de tous les états, la ruine et le fléau de tout gouvernement. »22 Cette multitude ne saurait être confondue avec le peuple et ne peut dès lors s’interpréter comme une majorité. Ainsi, l’abbé Maury, pourtant peu enclin à ménager ses attaques, propose un peuple exposé au danger de l’anarchie plutôt que son provocateur : « Le peuple collectif, qui compose la nation, possède originairement tous les pouvoirs publics, mais il est obligé de les déléguer tous à ses mandataires : et s’il voulait s’en réserver un seul, il tomberait aussitôt dans cet état d’anarchie qui est le plus exécrable de tous les despotismes, puisque suppose le despotisme de tous les individus. »23 Cette dernière expression absorbe la multitude dans le jeu des volontés individuelles qui ne peuvent s’identifier en aucun cas à la volonté générale du peuple. La multitude renvoie le peuple à l’indétermination politique, autre forme de la minorité, puisque la volonté générale ne peut que l’emporter sur les volontés particulières, fussent-elles additionnées. La multitude conduit ainsi au factieux. Elle en est le pendant et non le contraire.

26Du début à la fin de la période, l’identification de l’anarchiste au factieux le relègue dans une minorité intrigante à laquelle on oppose constamment la force de la volonté générale. La figure du factieux introduit ainsi à une véritable mesure du rapport des forces en présence et dote l’anarchie de la capacité à en restituer l’évolution.

27Les hésitations quant au nombre des anarchistes sont à l’image de ces évolutions. Non qu’elles transcrivent « naïvement » leur réalité. Elles expriment plus souvent la réalité souhaitée par les locuteurs de l’anarchie. Cela explique que la faiblesse numérique des anarchistes soit la règle, lors même que les groupes politiques qu’ils recouvrent occupent plus sûrement une position dominante.

  • 24 Mémoires inédits de Pétion et mémoires de Buzot et Barbaroux, Paris, Plon, 1866, « Mémoires de Buzo (...)

28L’ambivalence du discours girondin est à cet égard exemplaire. D’un côté, mis en difficulté au sein de la Convention, dont le contrôle leur échappe le plus souvent entre janvier et mai 1793, les Girondins s’effrayent de l’autorité prise par les anarchistes. C’est alors que s’impose l’idée du « parti anarchiste », organisé, étendant ses activités cordonnées à l’ensemble du territoire de la République, et appelant par sa force même l’ampleur de la riposte et la vigueur de la dénonciation. Mais d’un autre côté, les Girondins ne peuvent se résoudre à penser que le nombre des anarchistes véritables coïncide exactement avec celui de leurs opposants déclarés. L’omnipotence de l’anarchie ne s’accompagne pas forcément de l’omniprésence des anarchistes. Qui sont-ils en fait, ces scélérats qui égarent le peuple ? Si l’anarchie pousse ses appendices dans les départements, la majorité, pour ne pas dire la totalité de ceux-ci reste saine. Buzot l’explique minutieusement dans ses mémoires. Non seulement les anarchistes ne sont pas répandus partout, mais ils sont honnis par leurs concitoyens : « Partout Marat était en horreur, partout la Montagne était maudite, et partout la confiance du peuple des campagnes, des villes et des armées était entièrement en nous. »24 Où sont les seuls vrais anarchistes ? À Paris. Et encore, pas tout Paris. Buzot le précise immédiatement, et Brissot désignait quelques mois auparavant le vrai centre des intrigues anarchistes, « une municipalité coupable où la licence et l’anarchie semblent avoir établi leur conclave » (Patriote français n° 1367, 12 mai 1793). La faiblesse numérique des anarchistes rend leur triomphe d’autant plus incompréhensible, et Buzot en est réduit à invoquer « l’inconcevable mobilité de ces têtes française ».

29À l’inverse de la période girondine, l’évaluation du rapport des forces en présence en 1795 penche cette fois nettement en faveur des contradicteurs de l’anarchie. Deux éléments contribuent au sentiment de la défaite inéluctable de l’anarchie. Après-coup, lorsqu’il s’agit de glorifier l’admirable courage des thermidoriens, l’omnipotence momentanée de l’anarchie ne fait plus aucun doute. Boissy-d’Anglas rappelle, le 1er thermidor de l’an III, combien fut redoutable cette « faction colossale des anarchistes-révolutionnaires ». Mais le triomphe de l’anarchie est de courte durée. La « faction colossale des anarchistes-révolutionnaires » se dissout rapidement. Que reste-t-il d’un si formidable adversaire après prairial ? Une « poignée de factieux », « une fraction du faubourg Saint-Antoine », qui ne sont certes pas tout le mouvement sectionnaire, selon une géographie héritée du discours girondin.

Les incarnations successives de l’anarchiste

30La mesure du nombre s’accompagne ainsi d’une stabilisation progressive de la figure de l’anarchiste, dernier trait de l’anarchie comme minorité politique.

31La « faction » se fait parti en 1793. Les chefs sont nommés, dénoncés, poursuivis. Le Patriote retranscrit la liste dressée dans une adresse du département du Finistère qui, selon ses dires, « foudroyait les anarchistes » (n° 1244, 7 janvier 1793). Ils ont pour noms « Marat, Robespierre, Danton, Chabot, Bazire, Merlin ». Brissot complète la liste au fil des jours. Ce sont Thuriot, Billaud-Varenne, Chalier, le futur « martyr de la liberté », maire de Lyon, Chasles et Saint-Just que la plume acérée du rédacteur désigne à la vindicte de ses concitoyens. Marat l’emporte cependant sur tous les autres et les anarchistes se confondent avec les « maratistes ».

  • 25 B. Baczko, Comment sortir de la Terreur : thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989, p. 1 (...)

32Lorsqu’après thermidor, les anarchistes sont à nouveau dénoncés, la figure emblématique est désormais celle de Robespierre, accusé d’aspirer à la royauté25. Fable tenace, qui se transforme pour donner naissance au « trône démagogique » sur lequel Robespierre tenait sans doute le « sceptre jacobite ». Car si la figure de proue a changé, la « secte jacobine », toujours épaulée par ses complices des Cordeliers, mène à nouveau le bal anarchique. Le « jacobinisme » entraîne avec lui tout l’appareil gouvernemental de l’an II. Les « décemvirs » du Comité de salut public figurent en bonne place parmi les « nombreux complices de Robespierre ». Collot, Billaud et Barère sont déportés dès le lendemain de l’insurrection du 12 germinal, piètre résultat de cette avant-dernière journée populaire. La terreur est du reste là pour nous rappeler que le jacobin et le Montagnard ne sont pas seuls en cause, que l’anarchiste « terroriste » se recrute aussi dans les sections parisiennes, parmi le peuple des faubourgs.

33Dès 1793, le mouvement populaire est associé à l’anarchie. Le 7 janvier, Brissot approuvait son collègue Salle démontrant que « la permanence des sections de Paris est, dans la main des anarchistes, l’instrument de la désorganisation » (n° 1244). Puis il désignait les « tribunes », celles de la Convention, comme foyer de l’agitation anarchiste. Cette association devient plus agressive avec les émeutes de février. Brissot s’en prend aux « fripons à cheveux plats », « fripons tutoyeurs », « fripons qui ont soif de sang » (n° 1293- 25 février). Avec la disparition des chefs, morts ou déportés, après la décimation de la Montagne, dont la « Crête » se réduit de jour en jour, au printemps de l’an III, le Jacobin cède progressivement le pas au Sans-culotte. Après les journées de prairial, Robespierre s’efface, et les Jacobins avec lui. Au contraire, l’attaque se concentre sur le mouvement populaire, désigné directement pour la première fois. C’est d’abord, comme au temps de la Gironde, « l’insolente commune », qui est placée au banc des accusés. C’est ensuite le collectif indéterminé « factieux » qui assure le relais. D’abord chargé du souvenir des « factions » qui tourmentaient la Convention, c’est-à-dire plutôt évocateur du Jacobin et du Montagnard, il glisse nettement vers le sans-culottisme par l’apparition de la locution « factieux du faubourg Saint-Antoine ». Le mouvement populaire, resté jusqu’alors, pour le discours sur l’anarchie, dans la subordination du jacobinisme, accède à l’autonomie. En thermidor et fructidor, en l’absence de toute référence explicite aux Jacobins, dont seul le passage furtif de « l’ombre des décemvirs » ravive le souvenir, le mouvement populaire occupe résolument la scène de l’anarchie.

Du bon usage de l’anarchie comme minorité

34La question sur laquelle nous voudrions conclure est de savoir ce que la désignation d’anarchistes apporte à ceux qui y ont recours en termes d’efficacité politique. Et il nous semble que sous ce rapport, l’anarchie tend durablement à disqualifier l’idée même de minorité politique. L’anarchie comme minorité politique vise à légitimer une majorité qui a vocation à représenter le tout, c’est-à-dire le vœu de la nation, une et indivisible.

  • 26 Discours à la Convention, 6 messidor an III (24 juin 1795), Bib. nat. Le38 1507. Cette position de (...)

35Sous une forme élémentaire, l’anarchie permet de forger une majorité improbable au sein de l’Assemblée. Elle est en quelque sorte l’adversaire « qui nous divise le moins ». Désignation de l’autre, le désignant sociopolitique acquiert par contrecoup une valeur d’auto-désignation par antinomie. La diversité et l’hétérogénéité du groupe thermidorien peuvent expliquer cette particularité de l’anarchie en l’an III. La lutte contre l’anarchie devient la bannière sous laquelle peuvent se ranger côte à côte l’ancien girondin Louvet, le terroriste à peine repenti Tallien, ou le cryptoroyaliste Boissy-d’Anglas. Aussi Marie-Joseph Chénier peut-il s’exclamer à juste titre, le 6 messidor an III, à la Convention : « Soyez tous réunis pour la république, soyez tous réunis contre l’anarchie. »26

  • 27 Position quelque peu différente de celle énoncée par Pierre Rosanvallon qui renvoie implicitement (...)
  • 28 Jean-Jacques Rousseau, op. cit., p. 146.

36Sur le terrain des principes, la subordination des volontés particulières à la volonté générale permet d’écarter le droit d’insurrection en l’an III, dès lors qu’il est possible de l’identifier comme action d’une minorité factieuse. Ce que l’association à l’anarchie autorise incontestablement. L’insurrection est un abus perpétré contre l’autorité souveraine, et non le juste rétablissement de droits légitimes. On le voit dans le débat sur la souveraineté, lorsque Merlin de Douai réaffirme, en l’an III, contre la conception « sans-culotte » d’une souveraineté entière dans chaque réunion de citoyens, que le souverain est constitué « de la collection des citoyens »27. La question de l’adéquation de la volonté de tous et de la volonté générale, posée par Rousseau, est éludée. Ne sera retenu, sur le terrain de l’anarchie, que le danger couru par le corps social lorsque l’individuel prend le pas sur le collectif dans les délibérations. « Quand le nœud social commence à se relâcher et l’État à s’affaiblir, quand les intérêts particuliers commencent à se faire sentir et les petites sociétés à influer sur la grande, l’intérêt commun s’altère et trouve des opposants, l’unanimité ne règne plus dans les voix, la volonté générale n’est plus la volonté de tous, il s’élève des contradictions, des débats, et le meilleur avis ne passe point sans disputes. »28 La cause est entendue, et la nouvelle constitution ignore le droit de résistance à l’oppression, qui a naguère ouvert la porte au droit d’insurrection.

  • 29 Nous sommes placés là devant un exemple de ce qu’Annie Geffroy désigne comme « néologie en corpus  (...)

37On peut par ailleurs suivre dans les colonnes du Patriote français, la manière dont le désignant « anarchistes », en conquérant son autonomie, permet de marginaliser la minorité qu’il stigmatise, ajoutant à une géographie de l’Assemblée déjà riche (côté droit, côté gauche, Montagne, Plaine). La première opération est la réduction au seul désignant sans mention des figures qu’il pouvait jusque-là recouvrir (Jacobin ou Montagnard). « Les anarchistes applaudissent beaucoup au projet de Saint-Just » (n° 1370, 15 mai 1793). Apparaît alors une nouvelle unité lexicale à connotation péjorative, pour désigner les bancs de la Montagne : « le coin des anarchistes »29 (n° 1373, 18 mai 1793). La connotation péjorative étant effectuée à la fois par le terme de localisation (« coin »), destiné également à indiquer le faible nombre et la position marginale des agitateurs, et par le verbe qui suit cette locution : « le coin des anarchistes mugit ». Puis l’insistance se fait plus forte sur la première partie du groupe lexical : « le coin des anarchistes » (n° 1376, 21 mai 1793). Dernière étape, celle de la présupposition maximale, qui réduit l’énoncé à cette seule partie : « le coin » (n° 1380, 28 mai 1793). Le désignant devient lui-même objet de connotation, suffisant pour jouer par son absence.

  • 30 Réflexions sur les bases d’une constitution par le citoyen *** présentées par Bresson, prairial an (...)

38Le discours thermidorien étend le principe de marginalisation de l’anarchiste au-delà des limites de l’Assemblée. L’anarchiste n’a pas sa place dans une république de propriétaires, ni parmi les honnêtes gens qui vivent du juste fruit de leur labeur. « Il n’y avait que des hommes sans terre et sans industrie capables de déclarer cette haine violente jurée dans les derniers temps aux propriétaires, aux cultivateurs et aux négociants », admet-on en prairial an III. Mauvais gestionnaire, l’anarchiste est aussi mauvais père de famille, double incapacité qui relève de la même tare. « Parcourez la liste des énergumènes et des scélérats qui ont tout bouleversé dans ces derniers temps ; ils étaient presque tous jeunes et sans propriétés ». Et cela accentue leur incapacité à gérer les affaires publiques. En effet, « qu’est-ce, aux yeux d’un jeune fou qui sort du collège, que la toison d’une brebis ? »30 Il se dégage une figure sociale de l’anarchiste, enrichie de connotations moralisantes. L’anarchiste est irréductible à toute insertion sociale. Il est sans famille, sans biens, sans travail. Il est enfin sans instruction, sans éducation, sans moralité.

39Mis hors de la loi sociale, l’anarchiste est durablement disqualifié en tant que minorité politique. L’anarchie se trouve rejetée au-delà des limites de l’ordre politique dans le serment institué le 2 pluviôse de l’an V, jour anniversaire de la « juste punition du dernier tyran » (21 janvier 1797) : « je jure haine à la royauté, haine à l’anarchie, je jure attachement et fidélité à la République et à la constitution de l’an III ». On comprend alors qu’elle ne puisse en aucun cas atteindre au dernier critère de la minorité politique : se muer en opposition à l’anglaise. Mieux, l’anarchie vise à invalider le principe même d’opposition, ce contre quoi Guizot et les doctrinaires auront à lutter jusqu’au seuil de la monarchie de Juillet.

Les voyageurs de la nuit, eau-forte aquatinte anonyme, photo Édimédia.
© Musée Carnavalet

Notes

1 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, Paris, A. Colin, 1937, t. IX, p. 827.

2 Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, 1975, Paris, Maspero, 1983, t. 1, p. 14.

3 Proudhon, Idée générale de la Révolution au XIXe siècle, Œuvres complètes, t. 2, Slatkine, 1982, p. 230. Voir J. Préposiet, Histoire de l’anarchisme, Paris, Tallandier, coll. « Approches », 1993, ou G. Manfredonia (éd.), Les Anarchistes et la Révolution française, Paris, Éditions du monde libertaire, 1990.

4 Emmanuel Sieyès, Qu’est-ce que le Tiers état ?, 1789, p. 74, chap. V.

5 Louis RamonddeCarbonnières, Lettres de M. William Coxe à M. W. Melmoth sur l’état politique, civil et naturel de la Suisse [trad.]/1781, p. 187, lettre 29.

6 Emmanuel Sieyès, Œuvres, t. 3, 1799, p. 21-22, 41, 5 août 1795, sur le jury constitutionnaire.

7 François deChateaubriand, Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes considérées dans leurs rapports avec la Révolution française, t. 1, 1797, p. 209, livre 1er, 1ère partie, chap. XXXIII.

8 Emmanuel Sieyès, Œuvres, t. 3, 1799, p. 20, 40, 20 juillet 1795, sur le projet de constitution.

9 Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, 1778, p. 56, 4e promenade.

10 Denis Diderot, Réfutation suivie de l’ouvrage d’Helvétius intitulé l’Homme, 1774, p. 381, t. 1, section 4, chap. 2.

11 Maximilien deRobespierre, Discours, 1793, p. 198, part. 4, jugement L. XVI 2 1792.

12 Maximilien deRobespierre, Discours, 1793, p. 198-199, part. 4, jugement Louis XVI 2 1792.

13 Emmanuel Sieyès, Œuvres, t. 3, 1799, p. 2-3, 37, 10 mars 1795, sur le retour des députés girondins.

14 LaVicomterie, Du Peuple et des rois, 1790, Les Droits du peuple sur l’Assemblée Nationale, 1791, Les Crimes des rois de France, 1792 ; Robert, Le Républicanisme adapté à la France, 1790 ; Billaud-Varenne, L’Acéphocratie, 1791.

15 Discours préliminaire au projet de constitution, par Boissy d’Anglas, au nom de la commission des Onze, Bib. nat. Le38 1496.

16 Voir notamment Le Patriote Français du 19 mars 1793.

17 Discours à la Convention, 1er germinal an III (21 mars 1795), Bib. nat. Le38 1303.

18 Nouvelles politiques, 11 messidor an III (29 juin 1795)

19 Thermidor semble ainsi trouver, ou retrouver, le « centre perdu » des Monarchiens, pour reprendre le titre de R. Griffiths, Le Centre perdu. Malouet et les « monarchiens » dans la Révolution française, Grenoble, PUG, 1988.

20 Discours à la Convention, prairial an III, Bib. nat. Le38 1453.

21 Nouvelles politiques, 11 messidor an III (29 juin 1795). Le rôle fédérateur de la tyrannie est bien mis en évidence chez Cabanis par D. Teysseire, « Tyrannie : entre la synonymie tyrans/despotes/rois et l’hapax républicain, la polysémie des révolutions », Dictionnaire des usages socio-politiques, Paris, Klincksieck, 1987, fasc. 2, p. 161-196. D’autres notions, en d’autres temps, peuvent jouer également ce rôle. Ainsi en est-il de l’étranger dans le discours jacobin selon S. Wahnich, « L’Étranger dans la lutte des factions usage d’un mot dans une crise politique (5 nivôse-9 thermidor an II) », Mots, n° 16, 1988, p. 111-130.

22 Auger, Catéchisme du citoyen français composé de l’esprit et de la lettre de la nouvelle constitution, Paris, 1791, p. 34-36.

23 Rapport [...] sur la procédure prévôtale de Marseille par l’abbé Maury, 23 janvier 1790, Bib. nat. Le29 436.

24 Mémoires inédits de Pétion et mémoires de Buzot et Barbaroux, Paris, Plon, 1866, « Mémoires de Buzot », p. 14, note 1.

25 B. Baczko, Comment sortir de la Terreur : thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989, p. 15.

26 Discours à la Convention, 6 messidor an III (24 juin 1795), Bib. nat. Le38 1507. Cette position de l’anarchie rejoint « l’ambiguïté de l’unanimisme anti-terroriste de l’après thermidor », selon la formule de B. Baczko, « L’Expérience thermidorienne », C. Lucas (éd.) The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, Oxford-New York, 1989, t. 2, « The Political Culture of the French Revolution », p. 341 et suivantes.

27 Position quelque peu différente de celle énoncée par Pierre Rosanvallon qui renvoie implicitement à la distinction rousseauiste pour expliquer comment la « société civile va brutalement se muer en société politique en 1789 ». « C’est le peuple comme sujet collectif et non pas l’addition des individus qui exprime la souveraineté. Il y a une entrée collective dans la souveraineté qui s’opère, complètement à distance de la visée individualiste du citoyen propriétaire ». Le Sacre du citoyen : histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, NRF, coll. « Bibliothèque des histoires », 1992, p. 59. Telle n’est pas la perception qui fonde le discours thermidorien en l’an III, et qui s’affirme dans la fameuse formule de Boissy d’Anglas sur le caractère social d’une république de propriétaires.

28 Jean-Jacques Rousseau, op. cit., p. 146.

29 Nous sommes placés là devant un exemple de ce qu’Annie Geffroy désigne comme « néologie en corpus », qu’elle distingue d’une « néologie en langue ». « Lexicologie, lexicométrie et énonciation dans le champ du politique », Cahiers du centre interdisciplinaire des Sciences du langage, 1986-1987, p. 59.

30 Réflexions sur les bases d’une constitution par le citoyen *** présentées par Bresson, prairial an III (mai 1795), Bib. nat. Le38 1455.

Table des illustrations

Légende Les voyageurs de la nuit, eau-forte aquatinte anonyme, photo Édimédia.© Musée Carnavalet
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

Auteur

EA Z616-CERHIC, Université de Reims, IUFM Champagne-Ardenne

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540