Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités politiques en Révolution

 | 
Christine Peyrard

Peut-on considérer les femmes comme une minorité politique ?

Martine Lapied

Texte intégral

1Pris de façon générale, dans sa première définition, le terme de « minorité » semble bien convenir aux femmes puisqu’il désigne l’état de personnes qui n’ont pas atteint la majorité et renvoie donc au statut d’éternelles mineures des femmes sous l’Ancien Régime.

  • 1 Voir Martine Lapied, « Histoire du Genre en Révolution », La Révolution à l’œuvre. Perspectives ac (...)
  • 2 Joan Landes, Women in the Public Sphere in the Age of French Revolution, Ithaca/New-York/London, C (...)

2Au sens du petit nombre par rapport à la majorité, l’utilisation du terme peut poser problème. En effet, les analyses du rapport femmes/ politique pendant la Révolution ne considèrent pas, en général, ces dernières comme une « minorité politique » mais comme la moitié de la population exclue de la citoyenneté, en violation du principe affirmé de l’égalité et de l’universalité des droits de l’être humain1. En effet, à aucun moment, les femmes n’obtiennent le droit de s’exprimer par le suffrage, ni celui d’exercer des fonctions officielles de responsabilité même locales, et, le plus souvent, elles n’ont même pas voix délibérative dans les assemblées. C’est au nom de la nature que les femmes sont exclues de l’espace public, à tel point que certaines historiennes comme Joan Landes ont cru pouvoir affirmer que « la République a été construite contre les femmes et pas seulement sans elles »2.

3Cette situation a conduit, en particulier dans les travaux anglo-saxons, à un questionnement sur la démocratie en tant que régime d’accomplissement des droits puisque les femmes ont été exclues de sa fondation, qu’il s’agisse de la démocratie grecque antique ou des démocraties modernes française ou américaine et que le rattrapage semble demeurer incomplet au point que lorsqu’on parle de discrimination positive pour les minorités, les lois sur la parité sont évoquées. D’ailleurs, aux États-Unis, féminisme et multiculturalisme des minorités ethniques sont liés dans la volonté d’affirmer les droits des minorités.

4Dès le début de la Révolution, de rares voix considèrent les femmes comme une minorité privée de ses droits par un acte de tyrannie, tel Condorcet dans « Sur l’admission des femmes au droit de cité » dans Le Journal de la Société de 1789.

5Par la suite, dans un discours du 29 avril 1793, Guyomar argumente « qu’exclure les femmes c’est détruire la démocratie » et il les qualifie « d’ilotes de la République ». On peut effectivement se demander si dans « La République des frères » telle que la baptise Lynn Hunt, les femmes sont une « minorité » ou un « appendice ».

6Privées de leurs droits, les femmes sembleraient donc avoir vocation à être dans une éternelle opposition. On peut les considérer comme une véritable minorité qui essaie de participer à la vie politique sans posséder l’intégralité de la citoyenneté. Dans une période, en particulier en 1793-1794, où se développent l’obsession de l’unité, le fantasme d’un peuple UN, organisé autour d’institutions et de mœurs communes, au delà du droit à l’expression des minorités, se pose le problème de leur possibilité d’existence.

7On ne peut pas considérer les femmes globalement comme une minorité politiquement homogène puisque, malgré les interdits qui les frappent, elles sont présentes dans tous les camps, de la contre-révolution à la radicalité révolutionnaire. Malgré tout, elles y sont toujours quantitativement minoritaires.

8L’étude portera ici sur les femmes engagées en faveur de la Révolution dans les moments où elles s’opposent au pouvoir ou veulent faire pression sur lui. Les travaux menés au niveau national, en particulier par Dominique Godineau, seront évidemment pris en compte dans les analyses, mais nous nous appuierons essentiellement sur les recherches en cours dans le Sud-est de façon à confirmer que cet engagement des femmes n’est pas uniquement un phénomène parisien comme cela a pu être affirmé dans le passé.

  • 3 Voir Martine Lapied, « La visibilité des femmes dans la Révolution française », La Révolution fran (...)

9Dans le nouvel espace public qui s’élabore pendant la crise révolutionnaire, les pratiques politiques ne doivent pas être restreintes au droit de vote et celles qui en sont exclues peuvent tout de même avoir une influence sur la constitution de l’opinion publique, dans les stratégies et les luttes pour le pouvoir. D’un certain point de vue, les pratiques politiques féminines peuvent être considérées comme les pratiques d’une minorité qui essaie de s’exprimer3.

10Selon les périodes, les femmes disposent de certaines possibilités, tels que le droit de pétition, le droit de se réunir en société. De plus, comme sous l’Ancien Régime, l’action violente peut être utilisée par celles et ceux qui n’ont pas d’autres possibilités d’expression contestataire.

11Plusieurs étapes peuvent être distinguées qui correspondent à différents moments révolutionnaires.

12Jusqu’à la chute de la monarchie, les femmes révolutionnaires peuvent lutter aux côtés de ceux qui, comme elles, n’ont pas le droit de s’exprimer par le vote : les citoyens passifs. Elles participent alors aux séances du club des Cordeliers, entrent dans les sociétés fraternelles.

13De la chute de la monarchie au 30 octobre 1793, elles n’obtiennent ni le droit de vote ni celui de porter les armes, mais elles peuvent militer au sein de sociétés mixtes ou dans des clubs féminins.

14Du 30 octobre 1793 à la fin du gouvernement révolutionnaire, leurs possibilités d’actions sont restreintes à la fois par la fermeture des clubs féminins et par la répression du mouvement populaire radical. Néanmoins, elles peuvent toujours participer aux sociétés mixtes et dans une certaine mesure à la vie politique locale, en particulier par l’intermédiaire des dénonciations devant les comités de surveillance.

15Après l’été 1794, elles prennent part aux luttes contre la réaction thermidorienne. Leur action culmine avec les émeutes de prairial.

  • 4 Raymonde Monnier, « L’invention de la République et la dynamique culturelle », History of European (...)

16Les débuts de la Révolution sont pour les femmes un temps d’apprentissage de l’action et de l’expression politiques dans une période où l’organisation traditionnelle de la société semble pouvoir être remise en cause et où fleurissent les revendications. Les femmes participent alors à la construction de l’opinion publique. Dans le mouvement parisien, elles ne sont pas exclues de cette communauté d’idées réalisée à travers l’expérience physiquement éprouvée de l’unité, les échanges de vive voix dans les réunions publiques telle qu’elle est décrite par Raymonde Monnier4. Le développement d’une culture politique fondée sur les principes de la souveraineté du peuple et les droits naturels rencontre des aspirations diffuses et des thèmes de la culture populaire dont les femmes n’étaient pas exclues.

17Les études de terrain montrent comment les femmes agissent pour pénétrer dans le nouvel espace qu’on répugne à leur ouvrir. L’accès des femmes à la souveraineté populaire ne peut s’exprimer que de façon concrète puisqu’elles en sont exclues au niveau constitutionnel. Le peuple en qui réside la citoyenneté est pourtant composé de citoyens et de citoyennes, mais les femmes ne possédant aucun des attributs de la puissance politique, l’action est particulièrement importante pour elles. Par exemple, ne pouvant être députés ni contribuer à les désigner, elles occupent les tribunes où elles s’expriment. De même, elles interviennent parfois bruyamment dans le processus électoral. Massées à l’entrée des locaux où se déroulent les élections, elles essaient par leurs interventions d’orienter les votes.

  • 5 AC Arles D1.

18C’est, évidemment, au sein des minorités agissantes que les femmes ont le plus de possibilités de contestation, ainsi avec le mouvement cordelier, les Enragés, le mouvement hébertiste. Parmi les motivations des femmes, le problème des subsistances a été souvent mis en avant comme moteur de leurs actions d’opposition. Pendant la Révolution, loin d’être de simples actes de délinquance, des revendications sociales prennent une véritable connotation politique. Ainsi, à Arles le 23 juin 1790, alors que l’approvisionnement en blé est réduit en cette fin de soudure et que les tensions politiques sont fortes, ce sont des femmes qui refusent d’observer les anciens règlements et, se répandant dans la campagne, entrent pour glaner dans les terres à blé que l’on commençait à moissonner. Faisant front, elles menacent les troupes envoyées pour les empêcher de continuer5.

  • 6 Voir Le Panthéon des femmes. Figures et représentations des héroïnes, Geneviève Dermenjian, Jacque (...)

19Mais on peut aussi mettre l’accent sur une forte sensibilité à l’injustice qui conduit les femmes à la résistance, les place facilement dans le camp des minorités opprimées. Cette image de la résistance féminine à la loi injuste s’est perpétuée depuis le modèle d’Antigone qui paie de sa vie sa résistance aux ordres du tyran Créon au nom de ses valeurs, de ce qu’elle estime être juste. Ce type d’héroïsme féminin de résistance est valorisé par Michelet, à l’exemple des protestantes au moment des dragonnades6.

20Les moments de radicalité, sont des moments privilégiés pour les femmes dont la présence est alors reconnue, souhaitée. Qu’il s’agisse du combat pour le rattachement à la France dans le Comtat, pour la démocratie, la République, la Montagne, la pression féminine n’est pas un élément négligeable. Quand la situation politique évolue par l’action de la rue, par la manifestation de sa puissance, les femmes sont de puissantes alliées mais, si elles y jouent un rôle particulier, les femmes ne sont pas une composante isolée de ces mouvements. On peut donc dire qu’avant de devenir une minorité politique, les femmes, au sein des classes populaires urbaines participent à une sorte « d’action de masse », jusqu’à ce que la situation évolue vers l’institutionnalisation qui ne leur laisse plus de place.

21Les sources qui permettent de saisir les traces de ces femmes révolutionnaires, souvent issues des rapports de police, des sources de la répression ou des archives des comités de surveillance, les montrent partageant les idéaux des sans-culottes. Elles affirment des idées fortement égalitaires, leur haine de l’aristocratie et même de la bourgeoisie possédante et marchande.

  • 7 Cité dans Williams D. Edmonds, Jacobinism and revolt of Lyons 1788-1794, Oxford, Clarendon Press, (...)

22Ainsi, les femmes participent-elles aux journées révolutionnaires qu’elles contribuent souvent à déclencher. Le rôle de « boutefeux » des militantes populaires parisiennes a été mis en évidence par les travaux de Dominique Godineau, mais on le retrouve également dans les provinces, là où les antagonismes politiques sont violents. Elles participent à la mise en acte de la souveraineté par leur présence dans les mouvements revendicatifs et insurrectionnels. À Lyon, en septembre 1792, après l’attaque de boutiques d’alimentation, un tribunal féminin fixe le prix de vente des marchandises. D’après le Journal de Lyon du 20 septembre, les femmes insurgées forment une « société délibérante » et s’arment de piques pour contrôler les excès. Elles font une déclaration dans laquelle elles précisent que « leur action est fondée sur la souveraineté du peuple et le droit de se procurer sa subsistance sans être dans le cas d’employer ces moyens violents que nécessitent les calamités publiques venues à leur période. »7

23Le plus souvent la contestation féminine est économique et politique mais plus rarement féministe, sauf en ce qui concerne les demandes pour porter les armes. Par exemple, en prairial, de nombreuses femmes réclament la Constitution de 1793 qui ne leur accorde pas plus les droits politiques que la précédente et la suivante.

  • 8 Voir Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française : naissance des options collectives, Pub (...)

24Dans l’ensemble de la Provence, après leur participation active aux émeutes du printemps 1789, toutes les mobilisations populaires qui marquent les années 1792 et 1793 ont une composante féminine. C’est le cas également dans le Comtat Venaissin où une femme du peuple, La Ratapiole, qui a participé à toutes les luttes du parti français contre la domination pontificale est restée dans les mémoires8.

  • 9 Voir Martine Lapied, « Les Provençales actrices de la révolution ? L’exemple des Arlésiennes », Po (...)

25Des Monnaidières, armées, sont aux côtés des révolutionnaires arlésiens dans toutes leurs actions. Il n’est pas étonnant que le site provençal où l’on retrouve le plus de traces de militantisme révolutionnaire féminin radical soit celui d’Arles9. Il s’agit, en effet, d’une ville où la contre-révolution était très puissante et les conflits nombreux et violents depuis la Révolution. Les structures sociales sont propices aux affrontements dans la cité arlésienne ; elles sont marquées dans le tissu urbain lui-même puisque la répartition de la population dans les quartiers y est nettement fondée sur les activités économiques. De nombreux aristocrates sont en liaison avec la contre-révolution languedocienne, ils forment le parti « chiffoniste » qui s’oppose au parti patriote des « Monnaidiers » en des conflits très durs. La plupart des membres de la noblesse et la majorité de la bourgeoisie appartiennent au parti chiffoniste, mais celui-ci bénéficie d’assises populaires, en particulier mais pas exclusivement, parmi les paysans ; ce soutien devient plus massif lorsque le problème religieux favorise l’opposition à la Révolution. Après avoir été au pouvoir, avec la municipalité d’Antonelle, au début de la Révolution, les révolutionnaires en sont exclus et, durant l’été 1791, l’aristocratie semble triompher. Le nouveau maire, le royaliste Loys, veut faire de la ville un centre actif de la contre-révolution méridionale. Les révolutionnaires arlésiens veulent évidemment lui faire échec. C’est dans ce contexte de résistance dynamique au parti au pouvoir que la vigueur de l’engagement féminin se manifeste. Les Monnaidiers reviennent au pouvoir en mars 1792 à la suite de l’intervention des Jacobins marseillais. Des femmes participent aux expéditions punitives menées par les Jacobins arlésiens contre les modérés des communes des alentours telles Tarascon, Saint-Rémy, Eyrargues, Beaucaire, Eyguière. La vision de ces femmes portant piques et sabres choque certains observateurs qui en profitent pour dénoncer le radicalisme révolutionnaire.

  • 10 En particulier dans Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution fra (...)
  • 11 Voir Jacques Guilhaumou, « Description d’un événement discursif : la mort de Marat à Paris (13 jui (...)

26Un club de femmes est créé dans la ville le 26 octobre 1792, il regroupe une soixantaine de membres venus d’horizons sociaux assez divers. Ses activités sont relativement traditionnelles, bien que des femmes ayant participé aux expéditions des Monnaidiers y participent. Le club n’est pas, ici, le lieu d’expression de la radicalité, mais nous avons vu que les Arlésiennes ne se contentent pas, comme en de nombreux sites, de discussions et d’actions charitables. Lorsque, après Marseille et Aix, les sectionnaires s’emparent du pouvoir à Arles le 19 juillet 1793, des femmes résistent en combattant. Certaines d’entre elles, armées de fusils et de sabres, essaient ensuite de libérer les Monnaidiers emprisonnés. Après l’écrasement de la rébellion fédéraliste en Provence, les Arlésiennes réclament avec virulence la mise en place d’une politique de terreur, se déplaçant dans la ville avec une guillotine, proclamant leur volonté d’anéantissement de l’ennemi. Elles se mobilisent également pour la célébration du culte de Marat auquel une statue est élevée place des portefaix. On voit tous les points communs avec leurs sœurs parisiennes étudiées par Dominique Godineau10, et par Jacques Guilhaumou en ce qui concerne la mobilisation féminine à la mort de Marat11.

  • 12 AD BDR L 1750.

27Le rôle des Monnaidières est reconnu pendant l’an II sous forme d’indemnités versées à 28 d’entre elles pour leur patriotisme mais aussi en raison de leurs difficultés. Les recherches, en cours, montrent que ces révolutionnaires sont des femmes du peuple. Les trois femmes qui déposent devant les comités de surveillance pour dénoncer les actions de persécutions que les fédéralistes ont menées contre les patriotes sont des femmes de travailleur, d’agriculteur, d’un concierge. Aucune ne sait signer alors que parmi les témoins masculins, 17 sur 21 en sont capables12.

  • 13 Voir Martine Lapied, « Les Provençales actrices de la révolution ? L’exemple des Arlésiennes », op (...)
  • 14 sur ce point, voir les travaux de Jacques Guilhaumou
  • 15 Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution fra (...)
  • 16 Suzanne Desan, « “Constitutional Amazons”: Jacobin Women’s Clubs in the French Revolution », Re-cr (...)
  • 17 Joan Landes, Women in the Public Sphere in the Age of French Revolution, op. cit.
  • 18 Olwen H. Hufton, Women and the Limits of Citizenship in the French Revolution, Toronto, University (...)

28La place des femmes dans le processus révolutionnaire arlésien semble liée à son radicalisme13, comme à Paris l’importance des femmes dans le mouvement cordelier14. L’action du club des Citoyennes Républicaines Révolutionnaires étudié par Dominique Godineau15 le place aussi dans l’aile radicale du mouvement populaire. Considéré en 1793 comme une des principales forces du mouvement révolutionnaire, il mène l’agitation anti-girondine au mois de mai. Les dirigeantes ont des liens très forts avec les Enragés et les Cordeliers. Claire Lacombe et Pauline Léon soutiennent les revendications radicales exprimées par Jacques Roux. Pour certaines historiennes, telle Suzanne Desan16, c’est le radicalisme des Citoyennes Républicaines Révolutionnaires qui serait à l’origine du décret de fermeture des clubs féminins qui intervient, le 30 octobre 1793, après une période d’intense agitation centrée autour du problème du port de la cocarde. Le sens à donner à cette nouvelle privation de droit pour les femmes suscite le débat. Pour Joan Landes17, il est lié à une véritable volonté d’interdire la politique aux femmes, alors que pour Olwen Hufton18 il s’agit d’une mesure contingente aux événements et dont le but était de réduire les tensions sur les marchés et de briser le pouvoir des Enragés.

  • 19 BM Arles Ms 662.
  • 20 AC Arles H 125.

29Après cette décision de la Convention d’interdire les clubs de femmes, les patriotes arlésiennes sont accueillies en masse au club des Jacobins de la ville19. Elles sont très nombreuses à prêter le serment et il semble qu’elles soient alors considérées comme des membres à part entière du club. On leur accorde officiellement le droit de porter les armes dont s’étaient déjà emparées les Monnaidières lors des expéditions révolutionnaires. Comme à Paris, cette place des femmes, qui constituent jusqu’à la moitié des membres du club, contribua à faire soupçonner celui-ci d’extrémisme. Les Monnaidiers durent écrire au représentant Maignet, le 25 messidor an II (13 juillet 1794), pour se disculper d’être hébertistes20.

  • 21 Voir Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Les femmes dans les archives des comités de surveilla (...)

30Mais, les minorités peuvent aussi être obligées à la discrétion or, de la contestation à l’adaptation aux circonstances, les femmes ont une certaine habitude des pratiques de contournement d’une norme qui les exclut de l’espace politique. Dans certains cas, elles jouent de leur non-reconnaissance officielle dans le nouvel espace public21, tout en faisant preuve d’une culture politique issue de l’expérience.

31Les femmes utilisent leur invisibilité, qui leur permet une action clandestine dans les périodes où les minorités ne peuvent s’exprimer. Elles donnent alors à leurs actes une allure d’activités féminines naturelles. À l’inverse, elles peuvent faire preuve d’ostentation, exprimant leurs opinions en les donnant à voir, en particulier par leur habillement. Le souci de la parole féminine revient souvent dans les rapports des autorités, dans les accusations de leurs adversaires politiques. Les femmes se servent de leur « mauvaise langue » à des fins politiques. En effet, l’espace public, les lieux où se produit la parole publique sont largement féminins, comme l’ont montré les travaux d’Arlette Farge pour l’Ancien Régime et de Dominique Godineau pour la Révolution. Or pendant la Révolution, la sociabilité et la parole publique deviennent politiques et permettent de travailler pour son camp.

32Les femmes essaient, évidemment, aussi de rendre leurs idées publiques selon des méthodes plus « classiques », c’est-à-dire utilisées également par les hommes : lettres aux journaux, adresses, avis, pétitions.

33Après thermidor, les femmes révolutionnaires se mobilisent avec une énergie qui est, peut-être, celle du désespoir. Ici encore, revendications, actives, de subsistances, se mêlent à un rejet politique des mesures de réaction. Dominique Godineau a décrit les émeutes de prairial comme l’apogée du mouvement féminin. Dans les situations de crise, les voix des femmes crient contre l’injustice.

34Après l’échec des insurrections populaires contre la réaction, le 4 prairial an III (24 mai 1795), il est interdit aux femmes d’assister aux assemblées politiques et de s’attrouper dans la rue à plus de cinq, sous peine d’arrestation. Cette mesure semble marquer la reconnaissance par les autorités de l’efficacité d’un des modes d’action spécifique aux femmes, et semble achever la progressive limitation de leurs possibilités d’expression.

  • 22 BM Arles Ms 794.
  • 23 AC Arles H 128.

35Les Arlésiennes sont victimes de la répression pour leur engagement révolutionnaire. Un tableau récapitulatif des « patriotes terroristes mis en prison ou en fuite » à Arles datant du 8 vendémiaire an IV (30 septembre 1795) montre que 65 femmes dénoncées comme « jacobines terroristes sans-culottes » sont alors en prison aux côtés de 359 jacobins22. Elles proviennent essentiellement des milieux de l’artisanat et du salariat paysan. Une fois en prison, elles sont également citées pour avoir participé à une action contestatrice, un « tumulte organisé » qui a lieu à la maison d’arrêt de l’Oratoire et qui est mené par des hommes et des femmes23.

36Les femmes patriotes qui ne sont pas en prison mènent des actions pour obtenir la libération des prisonniers et s’engagent dans les derniers efforts des Jacobins pour défendre leur idéal. Les Arlésiennes ne craignent pas de dénoncer par leurs actes le système de distribution du pain mis en place par la municipalité, envahissant, le 17 frimaire an IV (8 décembre 1795), les locaux du bureau de distribution pour protester contre les prix trop élevés. Des femmes participent aux actions clandestines qui étaient menées par des groupes de Jacobins agissant la nuit. Elles sont présentes dans les émeutes anti-royalistes qui éclatent les 4 et 5 nivôse an V (25-26 décembre 1795). Dans la nuit du 4 au 5 nivôse, des hommes et des femmes envahissent les rues de la ville, proclamant « Enfin le jour est venu de terrasser les royalistes et les chiffonniers ». Une église est saccagée et les émeutiers s’attaquent aux femmes qui tentent d’y rentrer pour défendre leur culte. Sur 43 émeutiers arrêtés, 4 sont des femmes. L’une d’entre elles, veuve, tenait le cabaret où étaient entreposées les armes de l’insurrection.

  • 24 AD Var, 2L807 : témoignages contre Olivary.
  • 25 Voir Daphnée Mouton, Le district de Saint-Maximin pendant la Révolution française (1787-1801), mém (...)

37Il semble que les voix des femmes se fassent davantage entendre dans l’opposition. À Tourves, dans le Var où l’an V est particulièrement meurtrier avec des persécutions de Jacobins contre lesquels le juge de paix signale, le 28 thermidor, que des malveillants profèrent les menaces les plus violentes, les femmes patriotes se mettent davantage en visibilité que les hommes. Alors que les maris se taisent devant les menaces, les femmes interpellent le chef populaire du clan contre-révolutionnaire, le maçon Olivari, et ses acolytes. L’une d’elles, Marguerite Tochon, femme d’une trentaine d’années, répond directement à ses menaces de mort. Le maçon armé d’un fusil crie dans la rue « périrant aquelli brigand périrant ». Face à lui la jeune femme répond : « périrant ou périrant pas coquin de sabreur, il faut bien que tu gagnes l’écu qu’on te donne pour te faire assassiner les patriotes, mais vous n’en êtes pas encore venus à bout ! ». À cela Olivary rétorque : « oui que périrant et toi aussi putain tu périras », ainsi que d’autres propos insultants et menaçants24. D’autres femmes montrent le même courage à s’opposer aux contre-révolutionnaires. Une jeune femme de 24 ans, Marianne Breton, entend parler le fils d’Olivary disant des républicains : « il n’y a qu’à s’en défaire et quand ils dormiront ils ne seront plus à craindre ». Elle descend sur la place et rapporte ces propos à ses voisines en la présence même du garçon. Celui-ci, qui s’est déjà vanté d’avoir tué des patriotes, ne répond rien à cet attroupement féminin. Trois jours plus tard, la tuerie promise par Olivary et les siens a lieu, elle provoquera l’arrestation d’Olivary, de son fils, de l’émigré Boyer et de quelques contre-révolutionnaires du village. Seul Olivary sera condamné à un an de prison25.

38Ce rapide parcours a permis d’observer trois temps de l’expression politique des femmes pendant la Révolution. Une phase d’affaiblissement des normes leur permet de s’exprimer, de développer une créativité politique. Un premier retour à une norme sociale les prive d’expression en tant que femmes avec la suppression des clubs féminins et en tant que militantes populaires avec la répression contre les Enragés et les Hébertistes, mais ne les prive pas complètement de parole. La réaction politique, à partir de thermidor, ne laisse plus que la violence comme forme d’expression et après l’échec de celle-ci les réduit au silence pour longtemps.

39Quand elles s’engagent, les femmes ont, en quelque sorte, vocation à lutter au côté des minorités, parmi les exclus, dans l’opposition puisqu’elles n’ont pas la possibilité de participer au pouvoir. Par ailleurs, les minorités agissantes ont besoin de leur présence. La dénonciation de l’injustice, au sens large, sur laquelle s’appuient ces minorités semble être une constante de la résistance féminine au pouvoir. Sous la Révolution, cette résistance peut aussi conduire des femmes à s’engager dans l’autre camp, celui de l’action contre-révolutionnaire.

40Ces éléments expliquent la radicalité et la violence de l’engagement politique féminin qui ont heurté les contemporains, et l’historiographie. L’image des « égorgeuses d’Arles » correspond dans les représentations provençales à celle des « furies de guillotine ». Elle est utilisée par l’historiographie conservatrice pour mettre en évidence l’horreur de la violence révolutionnaire et le monde « à l’envers » qui est issu de la radicalité révolutionnaire considérée comme heureusement minoritaire dans une région devenue par la suite un bastion du royalisme et de l’attachement à la religion traditionnelle.

41Plus tard, au XIXe siècle, les féministes militent avec les minorités : avec les républicains tant qu’ils ne sont pas au pouvoir, en 1830 avec les Saint-Simoniens, en 1848 avec les ouvriers, puis les libres-penseurs, les francs-maçons, les démocrates. Comme pendant la Révolution, ce militantisme fut tourné en dérision, haï, et n’atteint pas son but, la reconnaissance de la citoyenneté à part entière.

L’anarchie, gravure anonyme, photo Tristan.
© Musée Carnavalet

Notes

1 Voir Martine Lapied, « Histoire du Genre en Révolution », La Révolution à l’œuvre. Perspectives actuelles dans l’histoire de la Révolution française, Jean-Clément Martin (dir.), Presses Universitaires de Rennes, Collection « Histoire », 2005.

2 Joan Landes, Women in the Public Sphere in the Age of French Revolution, Ithaca/New-York/London, Cornell University Press, 1988.

3 Voir Martine Lapied, « La visibilité des femmes dans la Révolution française », La Révolution française au carrefour des recherches, Martine Lapied et Christine Peyrard (dir.), Publications de l’Université de Provence, Collection « Le temps de l’Histoire », 2003.

4 Raymonde Monnier, « L’invention de la République et la dynamique culturelle », History of Europeans Ideas, Pergamon, 1995.

5 AC Arles D1.

6 Voir Le Panthéon des femmes. Figures et représentations des héroïnes, Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied (dir.), Publisud, 2004.

7 Cité dans Williams D. Edmonds, Jacobinism and revolt of Lyons 1788-1794, Oxford, Clarendon Press, 1990.

8 Voir Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française : naissance des options collectives, Publications de l’Université de Provence, 1996.

9 Voir Martine Lapied, « Les Provençales actrices de la révolution ? L’exemple des Arlésiennes », Pour la Révolution française, recueil d’études en hommage à Claude Mazauric réunies par Christine LeBozec et Éric Wauters, Public de l’Université de Rouen, 1998.

10 En particulier dans Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Alinéa, 1989.

11 Voir Jacques Guilhaumou, « Description d’un événement discursif : la mort de Marat à Paris (13 juillet-16 juillet 1793) », La mort de Marat, ouvrage collectif J.-C. Bonnet (dir.), Éditions Flammarion, 1986.

12 AD BDR L 1750.

13 Voir Martine Lapied, « Les Provençales actrices de la révolution ? L’exemple des Arlésiennes », op. cit.

14 sur ce point, voir les travaux de Jacques Guilhaumou

15 Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, op. cit.

16 Suzanne Desan, « “Constitutional Amazons”: Jacobin Women’s Clubs in the French Revolution », Re-creating Authority in Revolutionary France, B.T. Ragan et E.A. Williams (dir.), New Brunswick, Rutgers University Press, 1992.

17 Joan Landes, Women in the Public Sphere in the Age of French Revolution, op. cit.

18 Olwen H. Hufton, Women and the Limits of Citizenship in the French Revolution, Toronto, University of Toronto Press, 1992.

19 BM Arles Ms 662.

20 AC Arles H 125.

21 Voir Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Les femmes dans les archives des comités de surveillance des Bouches-du-Rhône », Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (XVIe-XXe siècles), Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied (dir.), Publisud, 2000.

22 BM Arles Ms 794.

23 AC Arles H 128.

24 AD Var, 2L807 : témoignages contre Olivary.

25 Voir Daphnée Mouton, Le district de Saint-Maximin pendant la Révolution française (1787-1801), mémoire de maîtrise de l’Université de Provence, sous la direction de Martine Lapied, 2002.

Table des illustrations

Légende L’anarchie, gravure anonyme, photo Tristan.© Musée Carnavalet
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

Auteur

Université d’Aix-Marseille, CNRS-UMR TELEMME

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540