Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités politiques en Révolution

 | 
Christine Peyrard

Rites de violence et fêtes royalistes dans l’Hérault ou comment s’affirmer majoritaire sous le Directoire

Nathalie Alzas

Texte intégral

  • 1 Archives départementales de l’Hérault (ADH), L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Clermont l’Hér (...)
  • 2 Le terme est utilisé par Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête en Provence. De 1750 à 1820. (...)

1Sous la Révolution, à partir de 1792, les royalistes constituent une minorité politique assez paradoxale. Ils menacent à plusieurs reprises la République, soit par des soulèvements armés, soit par un processus démocratique, en gagnant des élections. Mais ils échouent dans leurs tentatives de prise de pouvoir. Le contraste entre leur puissance supposée et la modicité de leurs résultats est le plus frappant lors de la Terreur Blanche : beaucoup de victimes patriotes dans le Midi de la France, le contrôle de certaines autorités locales, mais une incapacité à concrétiser un rapport de force apparemment favorable. Un des enjeux de cette Terreur Blanche est donc, pour les royalistes, de s’affirmer majoritaires. Les contre-révolutionnaires se présentent comme la partie saine du pays, la France des « honnêtes gens », en lutte contre une minorité de « buveurs de sang »1. Ils utilisent une violence ritualisée qui a pour objectif, outre l’assouvissement de haines féroces, de légitimer leur action. Cette étude se propose de s’interroger sur les formes de la violence dans un climat de guerre civile plus ou moins larvée. L’utilisation de rites particuliers est un moyen d’expression privilégié, à tel point qu’on peut se demander s’il n’a pas existé de véritables « fêtes contre-révolutionnaires »2.

  • 3 G. Fournier, « Le néo-jacobinisme héraultais après le coup d’État du 18 fructidor », p. 231-248, L (...)

2Le département de l’Hérault sert de cadre à notre analyse. Même si la Terreur Blanche y est moins prononcée que dans d’autres régions du Midi, des phénomènes analogues apparaissent. Si l’Hérault a moins connu de règlements de compte sanglants pendant la période thermidorienne, la période suivante, notamment l’an V, connaît une réaction royaliste importante3. Après le coup d’État de Fructidor, les républicains redressent la tête, non sans mal. Des poursuites sont lancées contre les monarchistes. Elles constituent l’essentiel des informations utilisées ici. Les actes de violence royalistes mêlés à des aspects festifs sont omniprésents pendant de longs mois, de l’an IV au début de l’an VI surtout. Ils concernent un certain nombre de communes, notamment les plus agitées politiquement. Ils prennent diverses formes.

  • 4 ADH, L 883. États par cantons des attentats commis envers les républicains, en haine de la révolut (...)
  • 5 ADH, L 7361-7362. Procédures.
  • 6 ADH, L 883. États…, Frontignan, événements survenus le 6 thermidor an V à 11 h. du soir.
  • 7 ADH, L 883. États…, termes utilisés par le commissaire du directoire exécutif du canton de Lunel.
  • 8 ADH, L 883. États…, Lansargues, an V.
  • 9 N. Castan, « Contentieux social et utilisation variable du charivari à la fin de l’Ancien Régime e (...)
  • 10 A. Bruguière et D. Fabre, « Rapport introductif. Acteurs et victimes du charivari. Leurs relations (...)
  • 11 ADH, L 7436. Procédure. An VII, 18 pluviôse. Pignan. Événements arrivés le8 brumaire an VI.
  • 12 ADH, L 884. États… des attentats…, Bédarieux, thermidor an V, attaque d’un ex-bénédictin « qui a c (...)
  • 13 ADH, L 7338. Procédure contre des attroupements (14 nivôse an VI), Saint-Jean-de-Fos.

3Les plus fréquents sont des rassemblements armés qui parcourent les rues, à partir du crépuscule jusqu’à tard dans la nuit. Dans les communes où les royalistes se sentent en position de force, l’attroupement a lieu en plein jour. Il gagne en intensité et en violence au fil des semaines. Il a, en effet, un caractère répétitif. Plusieurs jours de suite, la troupe de contre-révolutionnaires se rend maître de l’espace communautaire en parcourant l’ensemble des axes importants. Le schéma est immuable d’une localité à une autre, telle Mireval : les monarchistes sillonnent les « diverses rues de la commune, chantant journellement des chansons provoquant le rétablissement de la royauté, affectant expressement de s’arrêter devant la maison des patriotes »4. Là, les injures fusent, en même temps que des« grêles de pierre »5 jetées contre les portes des familles républicaines terrées chez elles. Les agresseurs sont armés, de simples bâtons à des fusils qui permettent de tirer contre les fenêtres6 des individus particulièrement haïs. Les aspects festifs sont aussi présents que la violence. Le « parcours », la « promenade »7 par la ville ou le village prend la forme d’une farandole. Les témoins sont sensibles à cet aspect. À Lansargues, on parle« d’attroupement et charivari par les royalistes contre les républicains »8. De vieilles pratiques existant sous l’Ancien Régime sont utilisées. Même la violence n’est pas nouvelle. On sait que des charivaris tournent mal au XVIIIe siècle, lorsque les nouveaux époux conspués ou le mari cocu n’acceptent pas d’entrer dans le jeu de la jeunesse. Or les historiens qui ont étudié ce phénomène ont noté son évolution. Le charivari passe de la critique du comportement de quelques individus, dans la sphère privée, à un message à connotation sociale ou politique dans l’espace public9. Cette inflexion ne serait pas nouvelle pour une pratique qui, traditionnellement« illustre les conflits permanents du village ou du quartier »10. Mais l’utilisation politique du charivari prend une telle extension à l’époque de la Terreur Blanche, que les autorités ne savent distinguer ce qui relève des pratiques traditionnelles et des menées subversives. À Pignan, en brumaire an V, les meneurs de la jeunesse, ayant reçu de l’argent d’une jeune mariée, annoncent la bonne nouvelle dans les rues en utilisant une écharpe tricolore et un tambour pour leur proclamation. La municipalité n’apprécie pas qu’un insigne républicain soit ridiculisé et les fait arrêter. Mais cette réaction officielle n’est pas seulement l’indice d’une crispation bien connue d’une autorité face aux conduites irrévérencieuses de la jeunesse. Les poursuites sont engagées car le charivari aurait utilisé des chants royalistes et aurait insulté les républicains rencontrés11. Autrement dit, pour les autorités, le charivari est désormais intimement associé à un activisme contre-révolutionnaire. Son emploi est assez logique. Cette pratique est la dénonciation d’un phénomène jugé choquant. Elle affirme la volonté d’un retour à un ordre ancestral, souillé pense-t-on, par les événements révolutionnaires. Les attroupements privilégient les attaques contre les responsables de l’an II, les acheteurs de biens d’église, soit ceux qui sont accusés de s’être attaqué à la religion catholique et d’avoir renversé l’ordre social. Les prêtres assermentés, ceux qui se sont mariés, figurent également parmi les victimes des rassemblements12. Mais il existe des différences entre les attroupements royalistes et les manifestations traditionnelles autour du mariage. Des meneurs sont des hommes mûrs. Des rassemblements comprennent un nombre significatif de femmes, même à des heures tardives, où elles accompagnent leurs maris dans leurs expéditions vengeresses13. Elles sont armées de pierres, qu’elles portent dans leurs tabliers. Une autre différence est bien sûr l’extrême violence des royalistes. Parfois, les invectives et les jets de projectiles sont suivis d’une entrée en force dans une maisonnée. Les assaillants cherchent fébrilement le chef de famille, de la cave au grenier, et laissent éclater leur dépit, s’ils ne le trouvent pas.

  • 14 ADH, L 882. États récapitulatifs… Montagnac.
  • 15 ADH, L 7364. Procédure contre F. Faure. Chanson dans un cabaret à Ganges, le 9 germinal an V : « A (...)

4L’attroupement se mue en fête sauvage lorsqu’un patriote, au hasard d’une rencontre ou par recherche, tombe entre ses mains. Sous les lazzis et chants royalistes, la victime est battue à coups de bâton, à coup de pieds. Elle reçoit plus rarement des coups de couteaux. À Montagnac, les « participants dansent tout en traînant partout dans les rues », par les cheveux, un républicain. Le hautbois accompagne en musique le lynchage14. La destruction de l’autre suit des pratiques que l’on peut qualifier de rituelles, et qui sont tout aussi importantes que l’élimination elle-même des adversaires. Dans certaines communes, les royalistes auraient pu être beaucoup plus efficaces pour tuer, blesser des patriotes en adoptant une attitude plus systématique ou rationnelle. S’acharner sur un individu, c’est finalement en laisser s’échapper d’autres. Mais le message délivré est tout aussi violent que l’action. Le charivari brutal marque la volonté d’exclure totalement l’autre. Les contre-révolutionnaires se présentent comme l’émanation d’une majorité triomphante dans leur localité. L’adversaire est assimilé à un paria. Le républicain molesté par la foule est un bouc émissaire qui, dans ses souffrances, paye pour tous ceux de son parti. Le camp d’en face est réduit ainsi à une minorité d’individus, tandis que l’attroupement proclame que les royalistes représentent l’essentiel de la population. Le rassemblement permet en outre de réduire au silence une bonne partie de la population, guère engagée politiquement ou dans les luttes de clans, mais tout aussi terrorisée que les patriotes. Les royalistes se sentent alors majoritaires. La victime est rejetée comme un corps étranger à la communauté. L’attroupement violent des royalistes dévoile leur rêve d’un retour à une communauté rêvée, à un ordre des choses antérieur à 1789, sublimé par la nostalgie. L’Ancien Régime devient un âge d’or15.

  • 16 ADH, L 933. Lettre de Régis père, agriculteur à Pézenas, 2 brumaire an VI : « Mes enfants privés d (...)
  • 17 ADH, L 884. États… Bédarieux. Floréal an IV : « Dès ce moment, les républicains ne purent plus se (...)
  • 18 ADH, L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Clermont l’Hérault. Témoignage de G. Pons sur les évén (...)
  • 19 ADH, L 7361. Témoignage de M. Chambert.
  • 20 Ibid. « Tu prends le parti des patriotes, mais nous te tuerons ». Menaces contre Bernard Vignes, Cl (...)
  • 21 « Laurès père et son épouse furent chassés (…) C’étoit chez ce républicain que les patriotes se ré (...)
  • 22 ADH, L 7356. Procédure. À Pignan, une partie des clients d’un cabaretier chante le Réveil du Peupl (...)
  • 23 ADH, L 884. États… Bédarieux, floréal an V.
  • 24 ADH, L 883. États récapitulatifs… Frontignan. 1er germinal an V.

5La réaction s’énonce comme l’exclusion du patriote du corps social. Des royalistes proclament que leurs rassemblements n’ont d’autre but que de chasser tous les républicains du village ou de la ville. L’attroupement permet une mainmise sur l’espace communautaire, parcouru en son entier. Les carrefours, les places, sont des lieux stratégiques où l’on laisse son empreinte. Les contre-révolutionnaires s’y attardent pour y chanter au moins un couplet du Réveil du Peuple ou d’autres chants. Les républicains sont écartés de la sociabilité villageoise. Ils ne peuvent plus parler le soir sur le seuil de leur porte avec leurs amis, leurs voisins16. Ils doivent se barricader chez eux, n’osent plus sortir17. Leurs occupations quotidiennes en sont affectées. Des femmes renoncent à aller à la fontaine pour chercher l’eau dont elles ont besoin18. D’autres ne peuvent plus y parler sans être menacés d’y être « trempées »19. On cherche à les effacer de la communauté en coupant leurs contacts quotidiens avec les autres villageois. Anéantir la visibilité sociale des patriotes est une façon de nier l’existence même de la Révolution. Les habitants qui conservent des liens avec les républicains sont eux-mêmes menacés20. Les cibles privilégiées des attroupements sont les cabaretiers chez lesquels les patriotes ont l’habitude de se retrouver pour évoquer les affaires publiques21. Les tavernes, lieux de sociabilité privilégiés, deviennent un enjeu22. Parfois, chaque camp à la sienne et tente de fermer celle de l’autre. Avec la Révolution, la disparition de structures traditionnelles ne fait qu’intensifier le rôle de l’auberge et l’on sait son importance comme lieu de préparation des charivaris par la jeunesse. Les attroupements royalistes ne sont guère spontanés. Ils s’insèrent dans une stratégie globale de terreur. Des événements violents sont précédés de lettres de menaces ou de placards affichés sur les portes des particuliers visés23. Des royalistes se concertent la veille d’élections dans un banquet24. En donnant une publicité à leur action, les royalistes s’inscrivent dans une politique d’intimidation qui peut être utilisée pour gagner des élections. Des électeurs des villages voisins hésitent à se rendre au chef-lieu de canton s’ils savent que de tels épisodes se produisent.

  • 25 ADH, L 7619. Rapport du commissaire près du tribunal correctionnel d’arrondissement de Béziers.
  • 26 ADH, L 7338. Procédure. Saint-Jean de Fos. An VI, 7 messidor. Contre J. Argery… et autres… pour at (...)

6Les cérémonies républicaines sont des cibles de choix. Se rendre maître des fêtes est affirmer sa domination sur la commune. À Mèze, les contre-révolutionnaires se réunissent dans un cabaret pour se concerter sur la tactique à suivre pour s’opposer à la farandole des républicains25. À Saint-Jean de Fos, la plantation d’un arbre de la Liberté et le discours officiel sont interrompus par des injures. La volonté de nier l’aspect sacré des solennités républicaines passe par le contrôle de l’espace public. L’invective royaliste rabaisse l’autre en lui déniant toute spiritualité. Les femmes contre-révolutionnaires sont particulièrement actives sur ce terrain. Les propos grivois s’attaquent aux officiels en pleine fête (« le bougre, il ne vient que pour voir les putains qui dansent, toutes sont ses maitresses »26). L’injure royaliste s’appuie sur une thématique simple : le républicain est le « buveur de sang », la républicaine « la putain ». Un vocabulaire scatologique et sexuel est couramment utilisé. Par contraste, le contre-révolutionnaire se présente comme le garant des bonnes mœurs, du maintien de l’ordre social. Face aux « fausses » festivités, le royaliste oppose ses propres fêtes, les cérémonies traditionnelles à nouveau solennisées.

  • 27 ADH, L884, Bédarieux, en l’an V.
  • 28 ADH, L 7356. Procédure. An VI, 25 thermidor. Pignan. Contre Pierre Michel… et autres.
  • 29 ADH, L 883. États des attentats… Frontignan. 28 germinal an V.
  • 30 ADH, L 884. États… Commune du Poujol, événements du 4 pluviôse an IV.
  • 31 ADH, L 883. États… Frontignan. 6 et 7 ventôse an V.
  • 32 ADH, L 883. États… Gigean : « cette commune a été constamment pervertie par les prêtres qui ont to (...)
  • 33 ADH, L 7406. Extrait du registre des délibérations du canton de Servian, nivôse an VI.
  • 34 ADH, L 882. États… Gignac.
  • 35 Ainsi le citoyen Marazel à Mireval. Rapport du commissaire du directoire exécutif près le canton d (...)
  • 36 ADH, L 883. À Perols, l’agent municipal fait enterrer sa femme dans l’église.

7Des célébrations anciennes comme la Saint-Jean reprennent vigueur27. Le 15 août est célébré en grande pompe, à Pignan, en l’an V28. Pâques est solennisé à Frontignan29. S’y ajoute le carnaval. La présence de « mascarade »30 au Poujol, d’hommes « déguisés »31, avive les peurs. Certains y voient le prélude à des attaques plus faciles contre les républicains grâce à l’anonymat du masque. Le dimanche est le jour de prédilection des attroupements royalistes. La messe célébrée par un réfractaire occupe une partie de la matinée. Les prêtres « non-conformistes » sont dénoncés comme les principaux moteurs de cette réaction32. Les fêtes locales engendrent une forte mobilisation. Faute de pouvoir les empêcher, les autorités les tolèrent, tout en appelant la population au calme, mesure illusoire vu les tensions, comme à Servian en l’an VI33. Un lustre important est donné, à cette occasion, aux cérémonies religieuses. À Gignac, quatorze prêtres réfractaires sont présents pour une grande messe34. Les participants entendent réaffirmer le caractère sacré de leur culte et de leurs églises, soumises aux utilisations les plus diverses dans les années 1792-1795. Les cloches sont remontées, parfois aux frais des personnes les plus impliquées dans la Contre-Révolution35. Elles sont utilisées avec ostentation. Elles indiquent l’appropriation de l’espace sonore, comme les attroupements sur l’espace habité. Les contre-révolutionnaires restaurent une religion catholique conforme à une vision traditionnelle, y compris par des pratiques remises en cause par le clergé du siècle des Lumières36.

  • 37 ADH L 884. États… Bédarieux.
  • 38 ADH, L 883. États… Lunel. Frimaire an V.
  • 39 ADH, L 882. États… Gignac.
  • 40 ADH, L 7303. Lettre de l’agent municipal de La Blaquière, 25 frimaire an VI.
  • 41 Archives départementales de Vaucluse. 1 L 227. Lettre de républicains réfugiés à Orange.

8Ce retour à la sacralisation des édifices religieux est inséparable d’une purification. Il s’exerce par la destruction de tous les symboles de la Révolution. À Bédarieux, à 11 heures du matin, « au sortir de la messe d’un prêtre réfractaire », le « bonnet de la Liberté » est abattu à coups de hache sous les imprécations37. Les arbres de la Liberté, s’ils sont encore debout, font les frais de ces cérémonies. La destruction se fait en musique, à Lansargues par exemple. À Lunel, les cocardes, les « boutons à la nation » sont foulés au pied, les « emblèmes de la liberté sont arrachés de dessus les portes des citoyens »38. Les royalistes s’acharnent sur tout ce qui pourrait être un obstacle à un retour au passé idéalisé. Des chasses au républicain suivent parfois la messe, comme à Gignac, où un ancien membre du comité de surveillance est « poursuivi à coups de pierre » et « traîné par terre »39. Ce qui rappelle le nouveau régime abhorré doit être non seulement détruit, mais aussi avili, afin d’en nier le caractère sacré que leur accordent les républicains. Un royaliste promène dans les rues, à Lodève, un chien affublé d’un bonnet de la Liberté40. Ce désir de rabaisser les insignes patriotes et les hommes eux-mêmes est un des éléments les plus spectaculaires de la Terreur Blanche. Dans les départements beaucoup plus violents que l’Hérault, tel le Vaucluse, cela va très au delà des aspects carnavalesques ou de charivari, telle la promenade sur des ânes. On peut penser à l’exemple pitoyable de ce gendarme de l’Isle-sur-Sorgues, traîné dans les rues, obligé de tenir une bouteille de vin à la main, avant d’avoir les yeux crevés et d’être exécuté sur l’autel de la Patrie41. Le républicain se doit d’expier ses fautes, c’est-à-dire son engagement, par la souffrance, avant que la mort lui soit accordée. Il faut aussi avoir pleinement le temps de savourer sa vengeance.

  • 42 ADH, L 220. Délibération de l’administration départementale, 7 ventôse an VI, sur les événements d (...)
  • 43 Cf. p. 438-439, OZOUF, M., La fête révolutionnaire. 1789-1799, Paris, 2e édition, Gallimard, 1989, (...)
  • 44 ADH, L 883. États récapitulatifs… Lunel.
  • 45 ADH, L 883. À Lunel, le commissaire du directoire note que la croix fut plantée « au milieu de la (...)

9Cet anéantissement violent de la Révolution, en la personne de ses partisans et de ses emblèmes, passe par la réaffirmation de symboles royalistes confondus avec la religion catholique. Des tambours utilisés lors des attroupements sont décorés de fleurs de lys42. Mais le principal symbole est la croix, revendiquée comme la négation de l’arbre de la Liberté, qu’elle remplace quelquefois43. Des croix sont plantées, à l’issue d’une messe, ainsi à Lunel, en frimaire an V44. Tout laisse penser qu’à cette occasion, l’élévation est faite avec une certaine solennité sous l’égide d’un prêtre. La cérémonie évoque les missions de la Restauration : même souci de réaffirmer la « vraie » foi face à une idéologie détestée, réintroduire l’espace urbain dans un maillage sacré, fortement compromis par les destructions de la déchristianisation45. La rénovation du culte fait resurgir de vieilles haines, inséparables de l’histoire religieuse de certains villages.

  • 46 ADH, L 884. États… Montagnac.
  • 47 ADH, L 7356. Témoignage de Gelly, frimaire an VI, sur les événements arrivés « l’hiver dernier ».
  • 48 ADH, L 7810. Procédure en appel. An VIII, 24 nivôse. Montagnac. Troubles de thermidor an V.
  • 49 ADH, L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Clermont l’Hérault. Pour provocation au rétablissement (...)
  • 50 Ibid., Témoignage de F. Arson.
  • 51 ADH L 7362. Témoignage de Rose Bouisson.
  • 52 Ibid. et aussi ADH, L 7810, à Montagnac, les royalistes hurlent : « saigne, saigne ».

10La Terreur Blanche revivifie la violence à l’égard des huguenots. À Montagnac, des républicains témoignent que les réfractaires « prêchaient le sang et le carnage » des protestants et de ceux qui sont considérés comme mauvais catholiques, à savoir les citoyens engagés dans la Révolution46. Même phénomène à Pignan47. Des paroles extrêmement violentes se libèrent. Elles sont caractéristiques d’une volonté de purification par le meurtre. Les traditionnelles justifications de l’assassinat par le rabaissement de l’adversaire (« tuons celui-ci c’est un batard »)48 sont accompagnées d’expressions significatives : « nous promenerons leurs têtes par la ville »49, « nous égorgerons les voleurs, vous laverons nos mains dans le sang »50. Ce désir de purification et de baptême par le sang, emploie des termes qui indiquent l’imprégnation des changements révolutionnaires. Des royalistes qui hurlent « nous allons te dresser la guillotine [tu] y passera bientôt » n’avaient peut-être jamais vu un tel instrument51. L’invective permet de nier l’humanité de l’autre et justifie le désir de tuerie. Les contre-révolutionnaires n’emploient pas seulement le verbe « tuer » pour dire quel est le sort qu’ils destinent aux républicains. Le terme « saigner », utilisé généralement pour les cochons, est récurrent : « il n’y a rien de mieux à faire que les saigner sans distinction »52.

  • 53 ADH, L 7338. Procédure. Saint-Jean de Fos. An VI, 7 messidor. Contre M. Berger, pour attroupement… (...)
  • 54 ADH, L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Clermont l’Hérault. Témoignage de J. Trombes sur des a (...)
  • 55 ADH, L 7303. Procédure contre H. Tournaire, témoignage de Marie-Thèrése Duvial.
  • 56 Idées résumées ainsi à Saint-Jean de Fos : « tous ceux qui soutiennent la République étoit des coq (...)
  • 57 ADH, L 883. Le 9 thermidor an III, à Lunel, un républicain est « lié et garrotté conduit à la muni (...)

11La violence verbale s’exprime par des chants adaptés aux réalités locales, aux individus attaqués. À Saint-Jean de Fos, les rassemblements chantent des refrains différents en fonction des maisonnées agressés, tel « day tems de la terrou estat a ben un maire qu’a raubat », pour attaquer le maire de l’an II53. On peut se demander si, par moments, il n’y a pas la volonté d’opposer la langue populaire, l’occitan, au langage des autorités le français. Mais le succès du Réveil du Peuple ne permet pas de confirmer l’hypothèse. Omniprésent, complètement adopté par les royalistes, ce chant est concurrencé par d’autres, telle la Terroristat (« en idiome vulgaire, ayant pour objet de ridiculiser le système de la Terreur »54). Ces chansons opèrent une réécriture de l’histoire. Des royalistes utilisent aussi des « petits enfants » pour diffuser dans les rues leurs slogans, ainsi à Saint-Jean de la Blaquière : « à bas les brigands, à bas les scélérats, vive la royauté »55. Les patriotes sont désarmés devant de telles manifestations. Ils ne peuvent sévir sans conforter leur image de « buveurs de sang ». L’innocence accusatrice des enfants permet aux royalistes d’apparaître comme l’unanimité du village face à une minorité, puisque leurs opinions seraient partagées par toute la population, des plus jeunes aux vieillards. Leurs adversaires, obligés de presser le pas sous les lazzis d’un groupe d’enfants, apparaissent plus faibles, bref des proies faciles. En gagnant la « bataille » de la chanson, maîtres de la parole accusatrice, les contre-révolutionnaires ravalent leurs adversaires à des criminels de droit commun. Les injures utilisées sont éloquentes : « brigands », « voleurs », « fripons »56. Pendant la période thermidorienne d’ailleurs, des attroupements capturent des patriotes, qui, attachés, sont menés à la municipalité afin qu’elle les emprisonne57. Le rassemblement se veut l’émanation d’une justice collective qui punit les hommes de l’an II. Les barrières morales, les réflexes de peur, qui font hésiter certains contre-révolutionnaires lorsqu’ils sont seuls, sont plus aisément surmontés en groupe. L’attroupement acquiert un dynamisme qui permet de tuer, molester, en proclamant qu’il exerce la justice de la communauté.

  • 58 ADH, L 7361. Procédure, témoignage de F. Arson sur des attroupements à Clermont.
  • 59 ADH, L 7319. Procédure. An VI, 8 floréal. Lunel, contre Castel pour propos tendant au rétablisseme (...)
  • 60 ADH, L 883. États des attentats… Sans doute en ventôse an V.
  • 61 ADH, L 7356. Procédure. An V.
  • 62 ADH, L 7303. Procédure. An VI, 14 ventôse. Saint-Jean de la Blaquière, contre H. Tournaire.

12Mais il diffuse aussi l’impossible deuil de l’ancien régime. Le rappel des valeurs de la monarchie est assuré par des refrains tel « servir son roy, servir sa dame, c’est le devoir d’un bon français. Sans un Bourbon on ne peut survivre »58. Des rassemblements propagent la contrition face à la mort de Louis XVI. À Lunel, à l’été de l’an V, le soir, un groupe de sept à huit royalistes chantent, accompagnés d’un hautbois, la « complainte (…) de louis le bien aimé »59. Ils se déplacent de rues en rues, pour faire entendre leurs plaintes à la ville. Le « vive le roi » est l’exclamation la plus fréquente des attroupements. Il sonne comme un défi face aux républicains mais il témoigne également d’un traumatisme. Des services religieux sont dédiés à la mémoire du « feu roi », par exemple à Lansargues où est célébrée « une messe des martirs au son du toscin »60. La fête républicaine célébrant le 21 janvier est une des plus menacées par les royalistes qui ne peuvent l’accepter et tentent d’en faire un jour de vengeance ou de deuil. À Pignan, une farandole se rend maîtresse des rues, au son du violon, criant « vive le roi »61. D’autres cérémonies sont détournées pour établir une profession de foi royaliste. Dans certaines communes, le 9 thermidor perd ses ambiguïtés initiales pour devenir une solennité totalement contre-révolutionnaire. À Saint-Jean de la Blaquière, la farandole royaliste, sur la place du village, prêterait le serment suivant, réitéré à chaque carrefour : « je jure de soutenir la royauté jusqu’à la dernière goutte de mon sang »62. Ce type de manifestation pose des questions sur l’acculturation révolutionnaire même chez ses opposants. Les monarchistes détournent ici le serment de haine à la royauté, mais ce faisant, ils adoptent une pratique patriotique emblématique.

  • 63 Y.-M. Berce, Fête et révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 2e éd., H (...)
  • 64 ADH, L 882. États… Bédarieux.
  • 65 Cf. les violences des guerres de religion décrites par Denis Crouzet, et qui rappellent, par bien (...)

13Ailleurs, le 9 thermidor adopte des caractères plus traditionnels, par l’utilisation de mannequins traînés par les rues, et brûlés en musique. Les Thermidoriens avaient accepté, non sans réticences, la présence d’un pantin symbolisant Robespierre. Par l’ambiguïté de son message, cela devient rapidement un moyen d’expression privilégié de la réaction. L’Incorruptible est vite remplacé par des personnalités locales ou une allégorie de la République elle-même. Le mannequin est au centre de la fête violente, comme dans de nombreuses cérémonies d’Ancien Régime63. Il est traîné dans les rues par la farandole pour prendre à témoin la communauté tout entière, intimider, montrer sa force. Cette farandole est, par excellence, l’instrument du défoulement collectif. À Bédarieux, une fête (« dans le plus grand appareil » notent les témoins) a lieu le 10 thermidor an V64. Des mannequins, représentant le secrétaire de l’administration municipale, l’ex-maire de la commune et l’ancien directeur des postes, sont traînés dans « toutes les rues au milieu des plus grandes avanies, décapités et brûlés ». Les acclamations royalistes ne laissent pas de doute sur le sens donné à la fête. La journée se termine par un attroupement violent qui « avait soin de faire des stations devant les portes des républicains et d’y aiguiser les sabres dont ils étoient nantis en proférant toutes sortes d’imprécations ». La farandole qui s’acharne sur un mannequin est la même que celle qui traîne dans les rues un républicain. Les coups le réduisent à l’état d’un pantin sanglant, désarticulé. Ce type de manifestation de la Terreur Blanche se rapproche à celles d’autres époques, telles les guerres de religion65. Dans les deux cas, l’enjeu politique se nourrit d’un enjeu spirituel, d’une conception du monde et de la société qui ne peut se stabiliser qu’en niant à l’adversaire toute légitimité. En effet, l’autre, par sa seule présence, menace tout un système de valeurs et de pensées. L’intensité de la violence répond à l’ébranlement révolutionnaire sur les esprits. La Terreur Blanche s’annonce à un retour à l’ordre, d’autant plus sanguinaire qu’il s’agit de renouer avec des conceptions qui ont éclaté sous le choc révolutionnaire. Il faut non seulement rayer l’autre de la communauté, mais faire en sorte qu’il apparaisse comme minoritaire, comme un épiphénomène, comme si la Révolution allait se limiter à quelques années, et que, dès l’an V, il y avait possibilité de revenir à l’ancien cours des choses.

  • 66 ADH, L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Témoignage de Louis Baumes.

14Mais si la violence est au cœur de ce type de manifestation, il existe des solennités royalistes qui l’excluent. Le 9 thermidor an V, les contre-révolutionnaires de Clermont organisent « une cavalcade » dans les rues. Apparemment la chute de Robespierre est commémorée, mais aussi l’exécution de Louis XVI. Une douzaine de cavaliers défilent dans les rues, suivis par des citoyens habillés de blanc, portant un crêpe noir au bras. Un cavalier croise par hasard un républicain. Il tente de le frapper à coups de sabre. Or un de ses compagnons, connu pourtant lui aussi pour ses actes de violence, l’arrête en lui « disant de se retirer, que cela ne convenoit pas »66. La violence risquerait ici de faire oublier le deuil, de nuire à l’aspect solennel que l’on veut conférer à la « cavalcade ». Ces cérémonies révèlent les ambiguïtés de la Terreur Blanche.

  • 67 ADH, L 7361-7362. Procédure de l’an VI.

15La célébration de la mémoire de Louis XVI montre que les conséquences de la Révolution ne sauraient être effacées. Les royalistes, en utilisant les dates des fêtes républicaines indiquent combien les événements révolutionnaires ont marqué la société. Les tentatives pour renouer avec un cycle de fêtes traditionnelles ne font que rappeler ce que justement leurs promoteurs voudraient anéantir, la Révolution. Cela est d’autant plus frappant dans les fêtes les plus élaborées, comme celles de Clermont, en l’an V67.

  • 68 N. Z. Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, Aubier- (...)
  • 69 ADH L 7362. Témoignage de Marie-Anne Delmas sur les propos tenus par les femmes placées sur l’estr (...)
  • 70 J.-P. Gutton, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime, Paris, 2e éd., 1998, Hach (...)
  • 71 E.P. Thompson, « Rough music et charivari. Quelques réflexions complémentaires », p. 273-283, in J (...)
  • 72 ADH, L 884. États… Bédarieux.

16Dans cette ville, la Terreur Blanche prend son envol par le meurtre, en plein jour, devant témoin, du commissaire de police. À partir du crime inaugural, les attroupements contre les républicains, souvent sanglants, se répètent. Devant la réussite de leur emprise sur la cité, les royalistes préparent la Pentecôte. Le dimanche (16 prairial), une croix de bois est placée sur le piédestal de l’arbre de la Liberté, sans doute face à l’église. La municipalité fait enlever ce « signe ostentatoire du culte ». Mais le lundi, une croix peinte en rouge est élevée sur une autre place, avec un message fort explicite pour les autorités : « quiconque me touchera sera mis à mort ». Tout laisse penser qu’il y a eu, deux jours de suite, célébration d’une messe par un réfractaire. Ces cérémonies comportent plusieurs parties. Le lundi, deux manifestations contre-révolutionnaires ont lieu. Près de la croix rouge, des hommes brûlent un habit de garde national. Ensuite, une estrade, en planches, est placée au centre de la place. Des toiles sont tendues pour figurer le décor, un fauteuil est installé. Là, quatre femmes parodient la séance d’une société populaire. L’une joue le rôle du président, munie d’une clochette pour donner la parole. L’épuration des sociétés politiques est ridiculisée. La représentation est une « farce » qui fait rire le public. L’implication des femmes dans « la farce » est typiquement la représentation d’un monde à l’envers, où les épouses prennent la place des hommes, dans une atmosphère carnavalesque68. Le républicain, imité par des femmes, perd toute puissance et toute crédibilité. La pseudo-présidente lance à la cantonade des « vive la république » prononcés de façon grotesque. Elle questionne le public avec l’interrogation habituelle de l’épuration des sociétés : « qu’as-tu fais depuis 1789 ? » Les femmes, avec forces mimiques, répondent « j’ai couché avec mon mari sans peur ». La farce emploie un ton grivois et s’en prend violemment aux acheteurs de biens nationaux et responsables en l’an II. Les réquisitions, tant pour l’approvisionnement des marchés que pour l’armée, font l’objet d’une vive dénonciation69. La présence d’une représentation est liée à un passé fort ancien. On peut penser à la survivance des « mystères » associés aux fêtes religieuses70, mais aussi à l’aspect « théâtre de rue » pratiqué par certains charivaris71. La « théâtralisation » de l’invective se retrouve ailleurs. À Bédarieux, les contre-révolutionnaires utilisent cet aspect dans des attroupements. Une femme est élevée « sur une table devant les maisons des patriotes et vomissait toutes sortes d’horreurs »72.

  • 73 ADH, L 882. États… Aniane, an V.
  • 74 J. LeGoff et J.-P. Schmitt (dir.), Le charivari, op. cit., cf. p. 402.

17Le caractère festif et public de ces violences contraste avec des actes beaucoup plus discrets, tels les innombrables attentats sur les propriétés. Certes, des rassemblements s’attaquent ostensiblement à des productions. À Aniane, la récolte de deux républicains en vue est emportée par un attroupement composé d’hommes, femmes et enfants73. Mais ce type d’action collective concerne surtout des anciens biens nationaux, que l’on juge appartenant à la communauté. Par contre, la coupe ou la mutilation de ceps de vignes, d’oliviers, propriétés de longue date de familles, même républicaines, se fait, semble-t-il, nuitamment. Les royalistes éviteraient de s’enorgueillir de telles destructions, au contraire d’attentats, parfois violents, commis contre des individus. Cette analyse mériterait confirmation, mais si tel est le cas, cela s’expliquerait par le fait que les attentats contre les propriétés personnelles sont une atteinte aux valeurs de la communauté. Certes, sous l’Ancien Régime, de tels actes sont signalés, lors de tensions extrêmes au village. Mais il s’agit toujours d’un acte difficile à assumer74. Couper des ceps de vigne, des rejets d’oliviers, brûler une récolte, va à l’encontre des principes de propriété, de sacralisation du travail et de la nourriture des communautés paysannes. Par de tels actes, les royalistes s’affirment comme une minorité radicale, et rompent avec l’ambiguïté des attroupements violents, ritualisés, là où ils cherchent à s’imposer comme les porte-parole de leur localité.

  • 75 ADH, L 7362. L’un des principaux meneurs de Clermont est guillotiné dès l’an VII, un autre tué par (...)

18Dans les deux cas, la stratégie d’intimidation des contre-révolutionnaires a des limites, car les républicains de certains cantons rallient les modérés qui craignent que le département tombe dans le chaos, une violence aveugle. Cela explique en partie le sursaut patriote de l’an VI, malgré la permanence de bastions royalistes. Des meneurs contre-révolutionnaires sont rattrapés par leurs crimes, dès l’an VI, soit plus tard, à la fin du Directoire ou sous le Consulat75. Pour échapper à ce sort, beaucoup ont rejoint, à la périphérie du département, des bandes qui sont un mélange composite de royalistes, de déserteurs et de brigands ordinaires. Les républicains n’ont alors aucun mal, au moins dans leurs discours, à en faire une minorité dangereuse.

19La Terreur Blanche n’a pas les effets escomptés par ses promoteurs, car elle dévoile des souhaits contradictoires. Les manifestations contre-révolutionnaires, notamment sous forme festive, veulent montrer la force d’un groupe qui se pense majoritaire et légitime. Elles excluent ceux qui sont désignés comme un corps impur, étranger à la communauté. L’adversaire est discrédité, isolé pour montrer qu’il ne constitue qu’une minorité. Ainsi, les royalistes tentent de limiter la portée de la Révolution, qui ne se résumerait qu’à l’activité néfaste d’une poignée d’individus qui auraient circonvenu l’ordre social et religieux, souillé les valeurs de la communauté. Les manifestations royalistes peuvent être interprétées comme une purification, qui s’exerce tout aussi bien par le rétablissement du culte, l’élimination violente de l’ennemi, sous forme symbolique ou réelle. Il s’agit de revenir au passé, idéalisé. La Terreur Blanche se veut un mouvement populaire, justicier, mais elle effraie une partie de la population qu’elle entend rallier par sa soif de vengeance. Elle veut nier, effacer violemment la Révolution mais elle en perpétue le souvenir par son action, ses slogans et chansons. Le deuil de Louis XVI ne parvient pas à être dépassé comme le laissent penser la circulation de certaines prophéties, le désespoir de complaintes, l’attrition ressentie et diffusée par les messes en mémoire du souverain. Un état d’esprit religieux fait rentrer la Révolution dans les desseins de Dieu, pendant que des actions violentes tentent au contraire d’effacer l’événement en détruisant ses symboles, en chassant ses partisans. La Terreur Blanche est d’autant plus violente que les royalistes sentent confusément qu’un monde est perdu, qu’ils ne parviennent pas à le faire revivre. Eux-mêmes ont été changés par la Révolution. Leurs cérémonies, au lieu de l’effacer, ne font que la ressasser et finalement la perpétuer. Le retour au passé, à la monarchie absolue, devient de plus en plus une utopie, un objectif impossible à atteindre : il y a trop de révolutionnaires à éliminer, de transformations à abolir. La violence de la Terreur Blanche ne fait que souligner que ceux qui refusent et qui échappent aux mutations révolutionnaires ne sont, ne peuvent être qu’une minorité.

Convoy du très haut et très puissant seigneur des abus, gravure de Sergent.
© Bibliothèque nationale, Paris

Notes

1 Archives départementales de l’Hérault (ADH), L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Clermont l’Hérault. Contre Cros, et autres pour provocation au rétablissement de la royauté le 19 floréal an V. Exclamations entendues lors d’un attroupement : « Les honnêtes gens nous voulons gouverner, nous ne voulons plus que la canaille gouverne, vive le roi, à bas la nation »

2 Le terme est utilisé par Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête en Provence. De 1750 à 1820. Paris, Aubier-Flammarion, 1976. 300 p. (cf. p. 141).

3 G. Fournier, « Le néo-jacobinisme héraultais après le coup d’État du 18 fructidor », p. 231-248, L’histoire à travers champs. Mélanges offerts à Jean Sagnes, Perpignan, PUP, 2002, 399 p.

4 ADH, L 883. États par cantons des attentats commis envers les républicains, en haine de la révolution. District de Montpellier. Rapport du 15 pluviôse an VI du commissaire du directoire exécutif près le canton de Frontignan, à propos des troubles concernant Mireval.

5 ADH, L 7361-7362. Procédures.

6 ADH, L 883. États…, Frontignan, événements survenus le 6 thermidor an V à 11 h. du soir.

7 ADH, L 883. États…, termes utilisés par le commissaire du directoire exécutif du canton de Lunel.

8 ADH, L 883. États…, Lansargues, an V.

9 N. Castan, « Contentieux social et utilisation variable du charivari à la fin de l’Ancien Régime en Languedoc », p. 197-205, in J. LeGoff, J.-C. Schmitt, Le charivari, Paris-La Haye, EHESS et Mouton, 1981, 444 p.

10 A. Bruguière et D. Fabre, « Rapport introductif. Acteurs et victimes du charivari. Leurs relations », p. 373-374, in J. LeGoff, J.-C. Schmitt, Le charivari, op. cit.

11 ADH, L 7436. Procédure. An VII, 18 pluviôse. Pignan. Événements arrivés le8 brumaire an VI.

12 ADH, L 884. États… des attentats…, Bédarieux, thermidor an V, attaque d’un ex-bénédictin « qui a commis le grand crime d’avoir seulement laissé voir qu’il ne serait pas éloigné de se marier ».

13 ADH, L 7338. Procédure contre des attroupements (14 nivôse an VI), Saint-Jean-de-Fos.

14 ADH, L 882. États récapitulatifs… Montagnac.

15 ADH, L 7364. Procédure contre F. Faure. Chanson dans un cabaret à Ganges, le 9 germinal an V : « Au diable la République qui ne nous donne des fers et vive la Royauté qui nous donne du pain ».

16 ADH, L 933. Lettre de Régis père, agriculteur à Pézenas, 2 brumaire an VI : « Mes enfants privés de se mettre sur le seuil de leur porte sans s’exposer à l’assassinat… »

17 ADH, L 884. États… Bédarieux. Floréal an IV : « Dès ce moment, les républicains ne purent plus se montrer en public ».

18 ADH, L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Clermont l’Hérault. Témoignage de G. Pons sur les événements du 19 floréal an V.

19 ADH, L 7361. Témoignage de M. Chambert.

20 Ibid. « Tu prends le parti des patriotes, mais nous te tuerons ». Menaces contre Bernard Vignes, Clermont.

21 « Laurès père et son épouse furent chassés (…) C’étoit chez ce républicain que les patriotes se réunissoient pour y lire les papiers nouvelles. Il n’en fallut pas davantage pour exciter la fureur des royaux assassins. Laurès fut obligé d’abattre son enseigne de cafetier et de quitter sa maison et la commune ». ADH, L 884. État… Bédarieux.

22 ADH, L 7356. Procédure. À Pignan, une partie des clients d’un cabaretier chante le Réveil du Peuple, l’autre la Marseillaise.

23 ADH, L 884. États… Bédarieux, floréal an V.

24 ADH, L 883. États récapitulatifs… Frontignan. 1er germinal an V.

25 ADH, L 7619. Rapport du commissaire près du tribunal correctionnel d’arrondissement de Béziers.

26 ADH, L 7338. Procédure. Saint-Jean de Fos. An VI, 7 messidor. Contre J. Argery… et autres… pour attroupement, 13 au 15 nivôse.

27 ADH, L884, Bédarieux, en l’an V.

28 ADH, L 7356. Procédure. An VI, 25 thermidor. Pignan. Contre Pierre Michel… et autres.

29 ADH, L 883. États des attentats… Frontignan. 28 germinal an V.

30 ADH, L 884. États… Commune du Poujol, événements du 4 pluviôse an IV.

31 ADH, L 883. États… Frontignan. 6 et 7 ventôse an V.

32 ADH, L 883. États… Gigean : « cette commune a été constamment pervertie par les prêtres qui ont toujours conservé une influence dangereuse ».

33 ADH, L 7406. Extrait du registre des délibérations du canton de Servian, nivôse an VI.

34 ADH, L 882. États… Gignac.

35 Ainsi le citoyen Marazel à Mireval. Rapport du commissaire du directoire exécutif près le canton de Frontignan. ADH, 883.

36 ADH, L 883. À Perols, l’agent municipal fait enterrer sa femme dans l’église.

37 ADH L 884. États… Bédarieux.

38 ADH, L 883. États… Lunel. Frimaire an V.

39 ADH, L 882. États… Gignac.

40 ADH, L 7303. Lettre de l’agent municipal de La Blaquière, 25 frimaire an VI.

41 Archives départementales de Vaucluse. 1 L 227. Lettre de républicains réfugiés à Orange.

42 ADH, L 220. Délibération de l’administration départementale, 7 ventôse an VI, sur les événements de Gignac des 2 et 3 ventôse.

43 Cf. p. 438-439, OZOUF, M., La fête révolutionnaire. 1789-1799, Paris, 2e édition, Gallimard, 1989, 476 p.

44 ADH, L 883. États récapitulatifs… Lunel.

45 ADH, L 883. À Lunel, le commissaire du directoire note que la croix fut plantée « au milieu de la commune ».

46 ADH, L 884. États… Montagnac.

47 ADH, L 7356. Témoignage de Gelly, frimaire an VI, sur les événements arrivés « l’hiver dernier ».

48 ADH, L 7810. Procédure en appel. An VIII, 24 nivôse. Montagnac. Troubles de thermidor an V.

49 ADH, L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Clermont l’Hérault. Pour provocation au rétablissement de la royauté le 19 floréal an V. Témoignage de Marie Chambert.

50 Ibid., Témoignage de F. Arson.

51 ADH L 7362. Témoignage de Rose Bouisson.

52 Ibid. et aussi ADH, L 7810, à Montagnac, les royalistes hurlent : « saigne, saigne ».

53 ADH, L 7338. Procédure. Saint-Jean de Fos. An VI, 7 messidor. Contre M. Berger, pour attroupement… du 13 au 15 nivôse.

54 ADH, L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Clermont l’Hérault. Témoignage de J. Trombes sur des attroupements le 19 floréal an V.

55 ADH, L 7303. Procédure contre H. Tournaire, témoignage de Marie-Thèrése Duvial.

56 Idées résumées ainsi à Saint-Jean de Fos : « tous ceux qui soutiennent la République étoit des coquins et des voleurs ». ADH, L 7338.

57 ADH, L 883. Le 9 thermidor an III, à Lunel, un républicain est « lié et garrotté conduit à la municipalité ».

58 ADH, L 7361. Procédure, témoignage de F. Arson sur des attroupements à Clermont.

59 ADH, L 7319. Procédure. An VI, 8 floréal. Lunel, contre Castel pour propos tendant au rétablissement de la royauté, le 22 brumaire an VI.

60 ADH, L 883. États des attentats… Sans doute en ventôse an V.

61 ADH, L 7356. Procédure. An V.

62 ADH, L 7303. Procédure. An VI, 14 ventôse. Saint-Jean de la Blaquière, contre H. Tournaire.

63 Y.-M. Berce, Fête et révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 2e éd., Hachette 1994, 253 p. (Cf. p. 47-52 « la mise à mort du bouc émissaire »).

64 ADH, L 882. États… Bédarieux.

65 Cf. les violences des guerres de religion décrites par Denis Crouzet, et qui rappellent, par bien des aspects, la Terreur Blanche (mutilation de l’adversaire, déshumanisation, humiliation…) : Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion. Vers 1525-vers 1610. Seyssel, Champ Vallon, 1990, 2 tomes, 793 et 738 p.

66 ADH, L 7361. Procédure. An VI, 6 fructidor. Témoignage de Louis Baumes.

67 ADH, L 7361-7362. Procédure de l’an VI.

68 N. Z. Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1979, 444 p. (cf. p. 224).

69 ADH L 7362. Témoignage de Marie-Anne Delmas sur les propos tenus par les femmes placées sur l’estrade : « J’ai lui ay fait donner de l’huile, les coquins, les fripons ont fait faire tout cela par force… »

70 J.-P. Gutton, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime, Paris, 2e éd., 1998, Hachette, 296 p. (cf. p. 244).

71 E.P. Thompson, « Rough music et charivari. Quelques réflexions complémentaires », p. 273-283, in J. LeGoff et J.-P. Schmitt (dir.), Le charivari, Paris-La Haye, 1981, EHESS et Mouton, 1981, 444 p.

72 ADH, L 884. États… Bédarieux.

73 ADH, L 882. États… Aniane, an V.

74 J. LeGoff et J.-P. Schmitt (dir.), Le charivari, op. cit., cf. p. 402.

75 ADH, L 7362. L’un des principaux meneurs de Clermont est guillotiné dès l’an VII, un autre tué par des gendarmes quelques années plus tard.

Table des illustrations

Légende Convoy du très haut et très puissant seigneur des abus, gravure de Sergent.© Bibliothèque nationale, Paris
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

Auteur

Université d’Aix-Marseille, CNRS-UMR TELEMME

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540