Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités politiques en Révolution

 | 
Christine Peyrard

Après les réactions, se proclamer patriote est un crime. Les « fermes républicains » sous le Directoire

Christine Peyrard

Texte intégral

1Le Directoire ouvre une toute autre période dans l’histoire de la Révolution. Car la vie politique se déroule, désormais, sans l’intervention des masses populaires depuis la répression des journées révolutionnaires au printemps 1795, à Paris comme à Toulon, et la suppression du suffrage universel masculin avec la mise en place de la constitution de l’an III.

  • 1 Serge Aberdam et alii, Voter, élire pendant la Révolution française 1789-1799. Guide pour la reche (...)

2Cette constitution, certes républicaine, mais « bourgeoise » puisque le corps électoral se réduit aux plus riches propriétaires – sinon dans les assemblées primaires, du moins dans les assemblées électorales1 –, détermine les modes d’intervention politique : elle interdit les sociétés populaires et consacre l’élection comme forme privilégiée d’expression civique. De fait, les confrontations électorales annuelles lors du mois de germinal sont l’occasion de tester l’état de l’opinion publique et d’organiser de véritables campagnes électorales, tant par les « fermes républicains » à gauche, que les royalistes à droite et, au centre, les Directoriaux. Incontestablement, la période directoriale offre un champ nouveau à l’action des factions ou des partis, au plan national et local. Ainsi, des journaux départementaux sont créés, à droite et à gauche, plus rarement au centre, pour gagner les élections. Des Instituts philanthropiques tentent de constituer des comités royalistes électoraux ; des cercles constitutionnels sont fondés et consacrent l’essentiel de leurs délibérations – quand leurs registres sont conservés dans les dépôts d’archives – à l’enjeu électoral, mais ils sont fermés autoritairement dès qu’ils penchent trop à gauche. Enfin, s’il n’y a plus de journées révolutionnaires, en revanche il y a des coups d’État pour renverser, par exemple, une majorité parlementaire, sortie des urnes.

  • 2 Voir les deux dernières éditions scientifiques de l’ouvrage de Vincenzo Cuoco : Histoire de la Rév (...)
  • 3 Voir, par exemple, Cyril Belmonte « Voter à Auriol sous la Révolution », dans Provence Historique, (...)

3Assurément, la République directoriale peut être considérée comme le passage d’une révolution active à une révolution passive, dont Vincenzo Cuoco s’est fait le premier historien à partir du cas napolitain2. Pour autant, la culture politique d’un peuple républicain est une réalité qui peut être appréhendée, non seulement par des études électorales qui se sont heureusement multipliées ces dernières années3, mais aussi par l’analyse d’autres vecteurs classiques de l’opinion en révolution (presse, association, mouvements populaires, etc.). L’examen du sentiment d’appartenance à une minorité politique peut également être conduit à partir de l’analyse des pétitions, comme celle des Carcassonnais adressée au Directoire exécutif, après la nouvelle du coup d’État du 18 fructidor an V, le 9 novembre 1797. Cette adresse, citée par Georges Fournier, est suffisamment révélatrice de la mentalité des « fermes républicains » de Carcassonne et d’ailleurs sous le Directoire pour que nous en donnions de plus larges extraits :

  • 4 Georges Fournier, « L’héritage jacobin chez les fermes républicains languedociens du Directoire », (...)

« (…) Avant les Réactions, à la voix de la Patrie menacée, les Citoyens se levèrent en masse (…), après les Réactions, tous les moyens de désertion furent tolérés (…). Avant les Réactions, nul vestige d’injustice ni d’horreur : la Liberté et la République étaient l’objet constant de tous les vœux (…). Après les Réactions, se proclamer patriote est un crime (…). Mais les arsenaux du royalisme ont-ils été détruits ? Avez-vous changé les membres des administrations ? Ceux qui ont été nommés par Clichy peuvent-ils le délester ? Et les privilégiés du Royalisme peuvent-ils être les amis de la République ? (…) »4

  • 5 Citons notamment Isser Woloch, Jacobin Legacy : the democratic movement under the Directory, Princ (...)
  • 6 Georges Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIIIe siècle au début du (...)

4Les adresses au Corps législatif ou au Directoire exécutif constituent une source majeure pour l’analyse de l’opinion sous le Directoire qui a été bien exploitée par de nombreux historiens5, en termes de contenu, mais aussi de flux, d’analyse des signataires ou encore de manière cartographique dans le cadre d’une étude des mentalités et des pratiques politiques tout au long de la décennie révolutionnaire6. Peut-on cerner, aussi, à partir de ce corpus d’adresses de « fermes républicains », selon l’expression de G. Fournier, ou de « néo jacobins » selon celle de G. Lefebvre, ou mieux encore celle des « républicains démocrates » utilisée par A. Aulard, le sentiment d’appartenance à une minorité politique, en nous appuyant sur les pétitions des Méridionaux ?

5Plusieurs thèmes peuvent être développés, parmi lesquels la dénomination de soi, la conjugaison des temps (passé, présent et avenir) ou encore l’adhésion à un courant d’opinion.

6Ces pétitions en nom collectif sont interdites, en droit, sous le Directoire. L’article 364 de la Constitution de l’an III stipule : « Tous les citoyens sont libres d’adresser aux autorités publiques des pétitions, mais elles doivent être individuelles ; nulle association ne peut en présenter de collectives, si ce n’est les autorités constituées, et seulement pour des objets propres à leur attribution (…) ». Mais, en fait, comme à l’époque de la monarchie constitutionnelle qui avait restreint l’usage pétitionnaire, ces adresses sont présentées en nom collectif et signées individuellement.

7Le terme qui l’emporte pour s’auto désigner collectivement est celui de « Républicains », devant celui de « Citoyens », voire beaucoup plus rare celui d’« Habitants ». Dans la très grande majorité des cas encore, ces Républicains ou Citoyens ne se montrent pas « exclusifs », puisqu’ils écrivent « Des Républicains » ou « Des Citoyens » de Marseille, ou de Montpellier, de Toulon ou du Beausset, etc. Les Aixois précisent même « de la commune et du canton d’Aix » – soit pour faire entendre la voix des ruraux avec celle des citadins, soit pour afficher leur ralliement à la nouvelle organisation territoriale de la France. Mais d’autres sont plus partisans et s’intitulent fièrement : « Les Républicains de », comme ceux de la petite commune de Graveson car ils sont 84 à signer la pétition du 27 messidor an VII, alors qu’à Marseille ce sont toujours des dizaines de pages de signatures qui sont réunies, soit entre cinq cents et un millier de pétitionnaires.

  • 7 Archives nationales, C 685, C 686.

8Fidèles à l’esprit de la constitution républicaine, sinon à la lettre, les signataires se définissent d’abord comme républicains, ensuite comme membres de la cité. La pétition de Cuges du 29 messidor an VII, après la journée parlementaire du 30 prairial, couverte de 113 signatures, se présente d’une manière singulière : « les habitants de Cuges ». Autrement dit, est-ce une survivance de la communauté d’Ancien Régime ou celle de la commune révolutionnaire à une époque d’organisation cantonale ? L’attestation de la municipalité affiche, toutefois, son constitutionnalisme. Peu de singularités sont à noter, sinon par exemple cette dénomination : « Les restants des Républicains de Manosque échappés à la furie royale », le 13 floréal an VII. Au-delà de cet appel au secours adressé aux plus hautes autorités de la République, l’affichage du sentiment d’être une minorité est très rare. Ce qui domine massivement est l’affirmation, réitérée au fil des pétitions et des années7, d’une identité républicaine et civique.

9Par rapport à la floraison des dénominations de clubs au début de la Révolution, même si les termes de Société des Amis de la Constitution, puis de Société des Amis de la Liberté et de l’Égalité après la chute des Tuileries, et enfin de Société populaire en l’an II de la République se soient tour à tour majoritairement imposés, la limitation du vocabulaire politique sous le Directoire, y compris l’appellation de Cercle constitutionnel, témoigne du « grand changement » dont parlait Michelet après la mort de Robespierre. Toutefois, les Républicains ou Citoyens ne tiennent pas la langue du valet, et ils font part de leur critique virulente, comme de leur inquiétude ou de leur enthousiasme, sinon de leur rêve d’une autre Cité et d’une autre République. Cette auto désignation permet, outre le fait de pouvoir être acceptée par les élus de la République, de créer bien sûr un consensus local autour d’une pétition, voire de réunir parfois d’anciens pro Girondins et d’anciens pro Montagnards.

  • 8 Christine Peyrard, « Du club à la chambrée : la résistance républicaine en Provence pendant la Ter (...)

10Il faut signaler, aussi, que cette auto désignation est contestée par l’adversaire politique. Ainsi, dans le Journal de Marseille de Ferréol Beaugeard, comme dans les sources judiciaires ou administratives, apparaît le terme de « Montagnards » ; désignant, typiquement provençal, qui s’ajoute aux expressions répandues partout en France de « terroristes », « anarchistes » et autres « buveurs de sang ». Ces « Montagnards » méridionaux ont, certes, des ancêtres de renom en attendant une descendance quarante-huitarde, mais surtout renvoient à ceux qui se cachent pendant la terreur blanche dans la Montagne, en l’occurrence les collines du Lubéron, et qui en redescendent après un coup d’État républicain, comme celui de Fructidor, et arborent la fleur de la garrigue, sinon du maquis, la férigoule ou le brin de thym qui, pour longtemps, sera un emblème de la résistance républicaine et démocratique en Provence8.

11Enfin, ces désignants n’évoluent guère sous le Directoire, de l’an V à l’an VII, même s’il y a dans la chronologie politique un avant Fructidor et un après : car, fondamentalement, il y a déjà eu un Vendémiaire. Le débat sur la nécessité d’un bloc républicain à opposer au péril royaliste n’est pas plus neuf en l’an VII que l’espoir de rallier les Républicains thermidoriens et directoriaux à une autre politique. La participation à la ratification populaire de la constitution de l’an III en offrait déjà le cadre. L’acte pétitionnaire, de la rédaction du texte à l’appel aux signatures, traduit cette idéologie politique : la République a besoin, non seulement d’institutions représentatives, mais d’un esprit public qui soutienne, ou critique, l’action politique de ses représentants.

12Dans le cadre de cette culture politique, où les pratiques démocratiques sont indissociables de l’engagement républicain, le récit de l’Histoire qui se dégage de ces pétitions est, partout, construit de la même façon. L’impact de la terreur blanche, plus profond en Provence qu’en Languedoc, ne se mesure pas vraiment dans un récit national de l’histoire des réactions. Certes, à Marseille, les républicains insistent sur leur rôle dans la prise des Tuileries et dans la fondation du régime républicain ; certes, le rôle des Cadroy et autres représentants est largement souligné comme sont rappelés à la mémoire les massacres du fort Saint-Jean en l’an III ; et, certes, il n’y a guère d’adresses en Provence qui ne dénoncent les « égorgeurs royaux » qui sévissent toujours.

13Pour autant, les grandes références politiques sont nationales : c’est le sursaut républicain de Vendémiaire, puis de Fructidor, enfin de Prairial ; et ce sont les réactions politiques qui ont suivi ces grands événements : et l’on trouve, récurrentes, les références à Vendôme et à Grenelle. Thermidor est, bien sûr, plongé dans l’oubli. Mais pas dans les consciences. En effet, ces républicains ou citoyens parlent d’eux, dans le texte de leurs pétitions, comme des « patriotes » ou des « Français libres » qui, par leur engagement depuis 1789 et leur rôle en 1792, tiennent à relever des injures, partout les mêmes, celles de « terroristes » et d’« anarchistes » qui dominent, suivies par celle de « factieux ». Car l’analyse des signataires révèle, partout, le rôle prépondérant des jacobins de 1793 et de 1794. Enfin, si les Républicains du Midi célèbrent les coups d’État, comme Benjamin Constant à Paris, quand ils leur sont favorables, ils protestent bien sûr contre celui de Floréal.

  • 9 Jean-Yves Guiomar, « Histoire et significations de La Grande Nation : problèmes d’interprétation » (...)

14Ces pétitions s’adressent aux « Citoyens Représentants » ou aux « Citoyens Législateurs ». Tout en n’oubliant pas « le respect dû aux autorités constituées », selon la lettre de l’article 364 de la Constitution, les citoyens du Midi parlent la langue de l’égalité républicaine, sinon celle de la fraternité démocratique. Ce sont les fonctions de « Représentants du Peuple » ou de « Législateurs » qui sont magnifiées. On rencontre aussi, sous la plume des Marseillais, une partie de l’expression classique sous la République démocratique ou jacobine, celle de « mandataires » : mais, après la brillante campagne d’Italie des citoyens soldats de la Révolution, partout célébrée par les républicains démocrates et partout dénigrée par les royalistes, c’est l’expression de « Mandataires de la Grande Nation » qui prévaut9.

  • 10 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, 199 (...)

15Si on observe le même culte de la Loi qu’en l’an II – où la pratique pétitionnaire était la plus grande10 – ainsi que la dénonciation des corrompus ou des prévaricateurs, les réactions politiques successives ont conduit les républicains à dénoncer des lois mauvaises, sinon scélérates, et des autorités complices de l’assassinat des acquéreurs de biens nationaux ou autres patriotes. De même que l’histoire de la Révolution naît dès 1789, la critique de la représentation élective en est partie prenante. Au-delà de la révélation d’une pitoyable classe politique, les pétitionnaires ne désespèrent pas de la promulgation de nouvelles lois, donc de l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle majorité.

16Si le terme de « majorité » n’apparaît pas plus que celui de « minorité » dans ces pétitions, en revanche il est employé par d’autres commentateurs de la vie politique française. Lorsque Benjamin Constant arrive en France quelques jours après l’insurrection de prairial an III et croise les charrettes des condamnés à mort, il ne se définit pas comme « patriote », n’ayant rien vécu des engagements politiques des Français. Mais il fréquente dans le salon de Mme de Staël toutes les personnalités d’influence du moment, thermidoriennes ou royalistes, et décide de jouer désormais un rôle politique en écrivant des brochures. Par exemple, dès l’an IV, il publie De la force du Gouvernement actuel, et de la nécessité de s’y rallier. Sa grande idée du moment est de renforcer un gouvernement du centre, en demandant aux intérêts particuliers de se plier aux lois d’un gouvernement représentatif. Le ci-devant comte de Lezay Marnésia lui répondit, dans De la faiblesse d’un Gouvernement qui commence, et de la nécessité où il est de se rallier à la majorité nationale, qu’il fallait rompre définitivement avec la gauche, les anciens jacobins, et convaincre socialement tous les propriétaires, en particulier les « anciens propriétaires » et, politiquement, la droite des Conseils « portion de la représentation nationale qui représente la majorité nationale ». Constant réplique, en germinal an V, dans Des réactions politiques. Au-delà, tant de son soutien intellectuel à un système d’idées qui a fait la Révolution française que de son décri des interventions populaires – faute de fréquenter sans doute, alors, des hommes de gauche fidèles à leur conviction de jeunesse –, il répond notamment aux réacteurs dans cette belle langue voltairienne :

« (…) C’est par une erreur, dont la révolution est la cause, que le gouvernement s’est persuadé qu’il devait avoir un parti pour lui. Toutes les factions cherchent à accréditer cette erreur. Chacune d’elle aspire à devenir centre, et prétend faire signe au gouvernement de l’entourer.
Cette prétention leur suggère les raisonnements les plus bizarres. Comme elles sentent bien que la majorité dont elles se vantent ne peut jamais être qu’ondoyante et passagère, elles se gardent de distinguer la majorité d’un jour de la majorité durable. Il faudrait, pour les satisfaire, que le gouvernement fût toujours en observation pour découvrir et toujours en marche pour rattraper cette majorité fugitive. (…) »

17Dans les propos de Benjamin Constant, on peut relever cette appréciation, évidente pour tous depuis 1789, d’une majorité représentative bien relative comme, également, son souci de créer une majorité durable :

« Qui ne voit (…) que, surtout à la fin d’une révolution, tous les intérêts ayant été froissés, les anciens intérêts subsistant encore, les intérêts nouveaux forts de leur jeunesse, chacun voudra faire de son intérêt le centre du gouvernement, et que celui-ci, ballotté par tous ces intérêts successifs et opposés, n’acquerra jamais ni stabilité, ni force, ni dignité, ni confiance ?
Il faut qu’immobile il laisse s’agiter, se briser à ses pieds tous les intérêts particuliers, tous les intérêts de classe, que son immobilité les force à l’entourer, à s’arranger, chacun de la manière la plus tolérable, et à concourir, quelquefois malgré eux, au rétablissement du calme, et à l’organisation d’un nouveau pacte social (…) »

  • 11 Voir en particulier l’édition d’O. Pozzo di Borgo des Écrits et discours politiques par Benjamin C (...)

18Dans les contradictions d’un jeune homme qui fait alors son apprentissage politique, tout en ayant l’ambition d’« être à la tête d’un parti »11, où se mêlent la croyance en la neutralité du gouvernement et la nécessité d’un parti républicain, la reconnaissance d’« intérêts de classe » et celui du bien public, le refus de toute « réminiscence révolutionnaire » et le plaidoyer pour « l’approbation de la Loi », Constant qui commence sa carrière politique au centre et la finira à gauche sous la Restauration, s’adresse aux « amis de la Liberté et des Lumières » et aux « Républicains ».

19À la recherche d’une « majorité durable », fondée sur l’attachement aux principes républicains, la condamnation des réactions et le refus de l’arbitraire, le publiciste qui dénonce la majorité d’un jour n’est pas plus favorable que les signataires de pétition en nom collectif à la légitimation des partis politiques.

  • 12 Christine Peyrard, « Les débats sur le droit d’association et de réunion sous le Directoire », AHR (...)
  • 13 Article « Minorité » dans le Dictionnaire politique. Encyclopédie du langage et de la science poli (...)

20Même sous le Directoire, où la division partisane est reconnue, ce terme de « parti » très usité dans la langue révolutionnaire française depuis la dénonciation du « parti de la Cour » dès 1787, puis du « parti autrichien » ou « de l’étranger » reste décrié et assimilé à celui de « faction ». Dans le foisonnement des formes d’engagement politique ou d’adhésion à un courant d’opinion qui perdurent alors, dont la signature d’une pétition ou d’un pamphlet ne constitue qu’un exemple, et qu’il ne conviendrait pas d’oublier pour ne se consacrer qu’à l’étude des campagnes électorales (ou de « carmagnole électorale » comme on dit alors dans le Midi), l’héritage démocratique qui façonne les idées républicaines pour longtemps reste la publicité des réunions politiques et la procédure de la délibération collective. Cet héritage des clubs révolutionnaires fait, d’ailleurs, l’objet de nombreux débats nationaux sous le Directoire12. À ceux qui détiennent la majorité politique du moment et voudraient restreindre la vie politique à la représentation parlementaire et à la presse, répondent ceux qui veulent fonder la République sur des institutions démocratiques basées sur la large participation de chaque citoyen à la formation de l’opinion publique. Ces derniers, les républicains démocrates ou les « fermes républicains » ne peuvent se définir comme une minorité, c’est-à-dire accepter le rôle qui leur est assigné dans les institutions politiques créées par les Thermidoriens. Certes, les combats qui ont scellé l’unité du Tiers État contre les privilégiés en 1789 peuvent nourrir leur imaginaire politique, mais la règle de la majorité, renforcée par les combats quotidiens, s’est imposée à cette génération révolutionnaire. C’est, donc, à faire entendre sa parole que la minorité démocratique se consacre, dans ses pétitions, comme dans ses réunions publiques ou ses associations, dans ses manifestations festives comme dans ses prises d’armes, dans la rue ou dans les urnes, afin « d’appeler la majorité dans les voies nouvelles », selon l’expression que retiendra, pour la génération quarante-huitarde, Élis Regnault13.

Signalements de chouans et d’autres contre-révolutionnaires, gravure anonyme, photo Édimédia.
© Musée Carnavalet

Notes

1 Serge Aberdam et alii, Voter, élire pendant la Révolution française 1789-1799. Guide pour la recherche, Paris, 1999.

2 Voir les deux dernières éditions scientifiques de l’ouvrage de Vincenzo Cuoco : Histoire de la Révolution de Naples. Ristampa anastatica della traduzione di Bertrand Barère (1807) (dir. Anna Maria Rao et Maïté Bouissy), Napoli, 2001 et Essai historique sur la Révolution de Naples, édition bilingue (dir. A. de Francesco et A. Pons), préface de M. Vovelle, Paris, 2004.

3 Voir, par exemple, Cyril Belmonte « Voter à Auriol sous la Révolution », dans Provence Historique, le numéro consacré à « Provence révolutionnaire », t. LVII, fasc. 228, juin 2007.

4 Georges Fournier, « L’héritage jacobin chez les fermes républicains languedociens du Directoire », Les Jacobins du Midi, M. Péronet (dir.), 1989, p. 198.

5 Citons notamment Isser Woloch, Jacobin Legacy : the democratic movement under the Directory, Princeton, 1970 ; Bernard Gainot, « Les adresses de félicitations au Corps législatif lors des journées des 29-30 prairial an VII », AHRF n° 273, 1988 et, du même auteur, 1799, un nouveau jacobinisme ? Paris, 2001.

6 Georges Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, Toulouse, 1994 ; Christine Peyrard, Les Jacobins de l’Ouest, Paris, 1996.

7 Archives nationales, C 685, C 686.

8 Christine Peyrard, « Du club à la chambrée : la résistance républicaine en Provence pendant la Terreur blanche », La France démocratique. Mélanges offerts à Maurice Agulhon, (dir. Ch. Charle, J. Lalouette, M. Pigenet et A. M. Sohn), Paris, 1998, p. 199-207.

9 Jean-Yves Guiomar, « Histoire et significations de La Grande Nation : problèmes d’interprétation », Du Directoire au Consulat. Le lien politique local dans la Grande Nation (dir. J. Bernet, J.P. Jessenne, H. Leuwers), Lille, 1999, p. 317-329.

10 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, 1993.

11 Voir en particulier l’édition d’O. Pozzo di Borgo des Écrits et discours politiques par Benjamin Constant, t. 1, Paris, 1964. Et Paul Bastid, Benjamin Constant et sa doctrine, Paris, 1966.

12 Christine Peyrard, « Les débats sur le droit d’association et de réunion sous le Directoire », AHRF, 1994, p. 463-478.

13 Article « Minorité » dans le Dictionnaire politique. Encyclopédie du langage et de la science politiques, par une réunion de députés, de publicistes et de journalistes, édité par Pagnerre, 6e édition, 1860.

Table des illustrations

Légende Signalements de chouans et d’autres contre-révolutionnaires, gravure anonyme, photo Édimédia.© Musée Carnavalet
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

Auteur

Université d’Aix-Marseille, CNRS-UMR TELEMME

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540