Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Minorités politiques en Révolution

 | 
Christine Peyrard

Le « Banquet des Olivettes » à Aubagne (12 février 1792)

Luttes politiques et sociales pour une majorité municipale

Cyril Belmonte

Texte intégral

  • 1 Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris (...)

1La question du rapport entre majorité et minorité est aussi celle du pluralisme politique en temps de Révolution. Dans le cadre d’un régime représentatif que la décennie révolutionnaire a étendu à tous les niveaux, national comme local, se pose en effet le problème d’un statut légal voire plus simplement de l’existence même d’une opposition au pouvoir en place. Dans cette perspective, certains historiens, comme P. Rosanvallon, M. Gauchet ou P. Gueniffey1, ont conclu à un échec de la période révolutionnaire quant à la prise en compte des minorités politiques, systématiquement réprimées, en tout cas pas acceptées par le groupe dominant, surtout au temps de la République jacobine. Il y a là pour ces différents auteurs le signe d’un frein à l’adoption d’une culture politique moderne, avec un blocage imputable à l’archaïque conception de l’unanimisme communautaire, relié, non sans d’évidents sous-entendus, à une certaine logique jacobine du « vaincre ou mourir ».

  • 2 Jeff Horn, « Toute politique est locale », AHRF, n° 311, 1998, p. 89-109.

2Cette interprétation qui minore l’importance de la décennie révolutionnaire dans l’émergence de nouveaux principes et de nouvelles pratiques politiques, mérite pourtant d’être largement réexaminée, et notamment en prêtant une attention plus soutenue au contexte dans lequel s’inscrit la lutte entre un groupe devenant majoritaire et une ou plusieurs tendances s’avérant minoritaires. « Toute politique est locale »2, ce qui doit conduire à une mise en évidence des formes du conflit, à travers l’étude de ses enjeux, de ses acteurs et de ses possibles influences.

3C’est ce que la présente communication veut s’attacher à faire, bien modestement, à partir d’un cas concret, celui de l’élection municipale du13 novembre 1791 dans la petite ville provençale d’Aubagne.

Aubagne en Révolution

  • 3 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne à l’abbé De Guin, 2 juin 1790.
  • 4 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseil du 1er avril 1789.

4Aubagne, située à quelques kilomètres de Marseille, est en 1791 une commune peuplée de plus de 7 000 habitants et compte près de 1 460 citoyens actifs3. Elle est entrée en Révolution dès le printemps 1789, comme beaucoup d’autres communautés de Basse-Provence. Le 29 mars 1789, la foule s’est soulevée pour les subsistances, contre le piquet municipal, mais aussi pour contester une manifeste sous-représentation paysanne aux assemblées préparatoires aux États Généraux4.

  • 5 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil général du 7 juillet 1790.
  • 6 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, PV des assemblées primaires, 13-15 novembre 1790.
  • 7 AD BDR, L 364, Lettre des citoyens de la section des Pénitents blancs au District, 14 février 1791.
  • 8 AD BDR, L 1061, PV de la première séance, 21 mars 1791.
  • 9 AD BDR, L 2037, Lettre du Club d’Aubagne à ses frères Antipolitiques, 22 mai 1791.

5L’oligarchie municipale en place soutient alors la répression parlementaire qui s’abat sur les émeutiers aubagnais. Cette première émeute du printemps 1789 est d’une importance capitale pour bien comprendre la profondeur des luttes politiques locales. Elle entraîne en fait l’émergence d’un mouvement populaire, conduit par un groupe de ménagers, qui se dote d’un véritable programme avec la pétition du 28juin 17905 : des revendications économiques avec l’exigence d’une abolition immédiate de toutes les impositions municipales, mais aussi de la banalité des fours qui appartient au puissant Félix d’Ollières, héritier du Maréchal Du Muy, et des revendications politiques, dont « le remboursement des frais de la procédure prise à raison des premiers troubles dont le paiement a été fait des deniers de la commune ». Dès le début de la Révolution, la ville d’Aubagne est donc divisée entre sa classe dirigeante traditionnelle, dont les membres contrôlent la municipalité élue en février 1790, et un mouvement populaire naissant, qui obtient ses premiers élus aux municipales de novembre 17906. L’affrontement est particulièrement vif en janvier-février 1791 à propos des élections pour la justice de paix : l’oligarchie aubagnaise y fait en effet élire comme juge de paix Antoine Jourdan, ancien juge royal et responsable de la répression de 1789, ce qui suscite alarme et protestations chez les patriotes7. Un mois plus tard, le 21 mars 1791, ceux-ci se dotent d’une société des Amis de la Constitution, avec l’aide du club marseillais8 et avec pour devise « La Nation. La Loi » (et non pas « Le Roi »). Le 22 mai 1791, le club aubagnais obtient l’affiliation des Antipolitiques aixois9. Les patriotes aubagnais se situent donc dès le printemps 1791 à l’avant-garde du mouvement patriotique provençal, ce qui n’est d’ailleurs pas une exception (même cas de figure à La Ciotat par exemple).

  • 10 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Nombreux conseils à ce sujet, mai 1791.
  • 11 AD BDR, 135 E HH 8, Pétition des possédants-biens d’Aubagne et de son terroir, avril 1791.
  • 12 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil de tous les chefs de famille, 11 juillet 1 (...)

6Ce bref état des lieux met en tout cas bien en évidence le caractère décisif de l’élection municipale du 13 novembre 1791 : les patriotes aubagnais vont en effet avoir l’occasion de s’emparer du pouvoir local, puisque le maire et le procureur de la commune doivent être renouvelés. Et ce n’est pas négligeable : en effet, il est du ressort de la municipalité de régler un certain nombre d’affaires locales de la plus haute importance, et notamment la confection des rôles de la contribution foncière, entravée par le refus des gros propriétaires de venir déclarer leurs revenus10 ; notamment aussi la réforme du vieux règlement de 1724 pour les journaliers qui réclament d’ailleurs l’abolition de la cloche fixant les heures de travail11 ; notamment enfin, l’attitude que la commune doit adopter dans son déjà long procès avec le baron d’Ollières sur les fours banaux, une banalité que ne supporte plus la grande majorité des habitants qui souhaiterait sa suppression immédiate12. Quant à l’oligarchie aubagnaise, il est tout aussi vital pour elle de remporter les élections du 13 novembre et éviter ainsi le risque de se retrouver face à une municipalité ne défendant plus ses intérêts.

Les élections municipales de novembre 1791

  • 13 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des assemblées primaires, 13-16 novembre 1791.

7Les assemblées primaires aubagnaises se réunissent donc du 13 au16 novembre 179113, dans le cadre des deux sections que compte la ville : celle, plus urbaine, des Pénitents noirs, plutôt favorable jusque-là aux notables traditionnels, et celle, plus rurale, des Pénitents blancs, largement acquise depuis juin 1790 aux patriotes. Le 13, 217 citoyens viennent voter, 182 aux Pénitents blancs et seulement 35 chez les Noirs : Jean-Baptiste Domergue (1754-1795), fils d’apothicaire, frère du célèbre grammairien Urbain et surtout principal dirigeant du mouvement patriotique aubagnais, est élu maire avec 208 voix contre 8 seulement à son concurrent Pierre Martinot, ancien curé et administrateur du district de Marseille. Dans la foulée, et avec un nombre de votants déclinant sans cesse, comme si l’essentiel avait été fait, les assemblées primaires désignent les quatre officiers municipaux, le procureur et dix notables : c’est un succès complet pour les patriotes.

  • 14 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général, 11 décembre 1791.
  • 15 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne au Département, 13 novembre 1791.

8Mais un succès de courte durée, puisque les résultats sont annulés quelques jours plus tard par le district « qui déclare que les dernières assemblées primaires d’Aubagne doivent être déclarées illégalement et inconstitutionnellement tenues »14. Le motif n’est pas clairement précisé, mais ce qui est sûr, c’est que le soir même de l’élection de Domergue, « une foule immense d’habitants de tout état dont la plupart étaient armés de fusils, s’étant introduits avec eux un grand nombre de volontaires marseillais », vient porter le nouveau maire à l’Hôtel de Ville et contraint le curé Templier à « chanter le te deum »15. Il est dès lors fort probable que cette foule armée, aidée des Marseillais, ait tout simplement empêché les bourgeois d’Aubagne d’aller voter, ce qui expliquerait la très faible participation électorale de la section des Pénitents noirs.

  • 16 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des assemblées primaires, 6-11 janvier 1792.

9Toujours est-il que de nouvelles assemblées primaires sont autorisées par le Département. Du 6 au 11 janvier 1792, la procédure électorale reprend, sous la surveillance de deux envoyés du Département et du district16. 432 citoyens viennent élire leur nouveau maire, le 7 : 222aux Pénitents blancs et 210 chez les Noirs (ce qui montre bien que la participation du 13 novembre était « anormale »). Domergue l’emporte une fois de plus, mais de justesse, par 225 voix contre 205 à son adversaire Louis Mille, homme de loi et ancien Consul de France à Rhodes. Domergue ne gagne même que grâce au vote de la section des Blancs (156 voix en sa faveur, 64 à Mille), alors qu’il est battu chez les Noirs (69 voix pour, 141 contre). Le 8 janvier, ce sont les quatre officiers municipaux qui sont désignés, avec là encore une participation importante de 402 votants. Le 9 janvier, l’élection du procureur de la commune entraîne même une participation record, la plus forte de toute la décennie révolutionnaire d’ailleurs, puisque ce sont 450 citoyens qui viennent voter. Barthélémy Charles Beuf, revendeur et membre fondateur du Club, l’emporte de justesse sur le procureur sortant Louis Dominique Bérenger, par 232 voix contre 210. Le 11 janvier, les assemblées primaires s’achèvent avec la désignation de seize notables.

10Ces élections de début janvier 1792 sont en tout cas riches d’enseignements. Elles ont mobilisé une partie non négligeable des ayants droit de vote (27,53 à 30,82 % de participation électorale) et ces votants savent très bien pour qui donner leur suffrage (aucun éparpillement des voix). En d’autres termes, ces élections ont un réel enjeu local, ce qui non seulement intéresse la population, mais entraîne l’émergence de véritables candidats qui représentent les deux tendances politiques locales. Il n’est donc pas inexact alors de dire que, dans le cas de la petite ville d’Aubagne, la généralisation révolutionnaire de la sélection électorale a bel et bien permis « une découverte de la politique » et qu’en ce sens on ne peut parler d’un blocage de la « modernité politique ».

  • 17 AD BDR, L 1021, Pétition des citoyens actifs de la commune d’Aubagne, 12 janvier 1792.
  • 18 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général, 13 janvier 1792.
  • 19 AD BDR, L 1021, Pétition de « citoyens notables », 13 janvier 1792.
  • 20 AD BDR, L 292, Dénonciation du procureur Beuf, 17 janvier 1792.
  • 21 AD BDR, L 292, Dénonciation de Marie Anne Deleuil, 18 janvier 1792.

11Ce qui peut l’être en revanche, c’est l’acceptation ou le refus des résultats de l’élection par la tendance devenue minoritaire. L’oligarchie aubagnaise n’accepte pas en effet d’être évincée par le nouveau principe majoritaire, au fondement désormais de l’accession aux charges publiques. Dès la fermeture des assemblées primaires, les bourgeois d’Aubagne rédigent une pétition signée par 73 personnes et adressée au district pour faire casser l’élection, prétextant la « non activité et la non éligibilité du procureur et de plusieurs notables »17. Le 13 janvier 1792, alors même que la municipalité patriote tient sa première séance et adopte deux motions de Domergue sur « l’égalité des bancs d’église » et sur le remplacement du drapeau « fleurdélisé » de la Garde nationale par un drapeau « aux trois couleurs de la nation »18, quinze « citoyens notables » mettent en garde le district contre les « dommages qui résulteraient » du maintien en place de la nouvelle équipe municipale19. Ces menaces deviennent vite réalité et le 17 janvier 1792, le procureur Barthélémy Charles Beuf s’insurge contre un rassemblement « anticonstitutionnel de bourgeois et d’artisans à la bastide de Rousserie, cafetier, au nombre de cent soixante personnes, qui se sont ensuite portés en ville en criant Vive l’aristocratie ! Vive les aristocrates ! Vive M. Gérard, le même qui a donné un soufflet dans la maison commune à un garde national et qui depuis est resté fugitif »20. Le lendemain, la municipalité patriote écoute apeurée la dénonciation de la citoyenne Marie-Anne Deleuil, épouse du clubiste et gargotier Jean-Mathieu Cucurny : la nuit dernière, devant la maison de l’ancien officier municipal Bruno Aubagne Jourdan, le fils de celui-ci et plusieurs autres bourgeois disaient que « tout était prêt ; il ne fallait pas attendre qu’ils vinssent sur eux ; il fallait faire feu dessus ; s’ils ne prenaient pas garde à eux, ils leur mettraient le pied sur la gorge »21. Les bruits courent d’une attaque contre les municipaux et contre les membres du Club.

Le banquet des Olivettes et ses conséquences

  • 22 AD BDR, L 292, Lettre de la municipalité d’Aubagne au District, 11 février 1792.
  • 23 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 11 février 1792.

12Le 11 février 1792, la municipalité avertit le district qu’une « fête rassemblant trois cents personnes de tout état et de gens choisis ou engagés par une carte par nos bourgeois » va se tenir le lendemain dans la cour du château du ci-devant seigneur-évêque Mgr de Belloy22. Le procureur Beuf veut interdire le rassemblement, mais l’arrêté municipal est accueilli par des huées, tandis que se forme un attroupement chez Rousserie fils. Les manifestants, quelque 200 personnes, mettent le feu à des barriques goudronnées et se lancent, sous la direction de François Sicard dit René, dans une « mascarade » au son du ça ira contre les municipaux. Ceux-ci choisissent alors de se réfugier dans le local de la Société des Antipolitiques23.

  • 24 Récit des événements dans AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 12 février 1792.
  • 25 Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, 1976, p. 76.
  • 26 AD BDR, L 292, Pétition au Département, 12 février 1792.

13Vient alors le dimanche 12 février 179224. La rumeur publique se répand qu’il se prépare au château « une danse dans laquelle les danseurs sont armés d’une épée nue à la main » : c’est la fameuse danse des épées ou des Olivettes, celle-là même qui avait été donnée en 1777 lors du passage du Comte de Provence à Aubagne25. Mais, plus grave encore, l’ancienne Garde nationale, contrôlée par des officiers bourgeois doit fondre sur la ville dans l’après-midi : pour les patriotes aubagnais, affolés, le péril est là, « l’explosion du complot secret est prête à éclater » comme le dit le procureur Beuf. La municipalité requiert alors ses partisans qui prennent les armes et sollicite l’intervention d’un bataillon de la Garde nationale marseillaise en exercice près d’Aubagne, afin de dissiper « l’attroupement illicite ». Les patriotes aubagnais, Domergue et Beuf en tête, se présentent devant le château de l’évêque où ils sont reçus par deux coups de fusil. Malgré la présence menaçante de « deux cents hommes armés d’épées et de sabres », ils donnent l’assaut. Les convives se réfugient alors dans la demeure qu’ils se mettent à saccager, afin, selon la version de la municipalité, d’accuser les clubistes d’être des pillards qui ne respectent ni les personnes ni les propriétés. Ils évacuent ensuite le château et se déversent dans les rues de la ville. La municipalité ordonne alors des patrouilles pour faire rétablir l’ordre, puis des visites domiciliaires dans les « campagnes » des différents invités au Banquet. Ceux-ci ripostent aussi immédiatement, le soir même, en envoyant une pétition au Département, signée par 36 personnes26. Les participants réclament justice et dénoncent les violences commises sur eux par les officiers municipaux, les membres du Club et les Gardes nationales de Marseille. « Cet attentat a été prémédité sans doute, puisqu’un nombre de paysans qui forment ici un club s’étaient joints aux municipaux pour s’unir à cette troupe qui venait de Marseille, le drapeau du Club flottant ils se sont portés sur le lieu du rassemblement ». Dans la maison du ci-devant évêque, « tout a été brisé, cassé et pillé ». « Le drapeau déposé, ils se sont répandus dans la ville et ont fusillé de droite et de gauche les citoyens qu’on leur désignait pour victimes », d’autant plus que la municipalité a inscrit le nom de tous les convives sur le registre des délibérations municipales.

14Deux versions s’opposent donc pour rendre compte des événements du 12 février 1792, connus dès lors sous le nom de « festin ou banquet des Olivettes ». Si Aubagne n’a pas été jonchée de cadavres comme le prétendent les pétitionnaires, l’affrontement a été particulièrement violent ; chez les patriotes comme chez leurs adversaires, on est aussi persuadé qu’il y a un projet d’élimination de l’autre, que cela relève d’un« complot » ou d’un « attentat prémédité ». La contestation des résultats de l’élection municipale débouche alors sur une situation politique dans laquelle il n’y a pas de place pour le pluralisme.

  • 27 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Enregistrement de l’arrêté du Département, 16 févr (...)
  • 28 AD BDR, L 266, Pétition de la majorité des citoyens actifs de la commune d’Aubagne, 20 février 1792

15À cela s’ajoute le 16 février 1792 l’enregistrement de l’arrêté du Département du 9 février qui annule l’élection municipale de début janvier27. Les membres du Club sont furieux et adressent une pétition signée par 397 personnes28, dans laquelle ils s’efforcent de montrer la nullité « des réclamations de la minorité ». Pour les clubistes aubagnais, ce n’est pas au Département de statuer sur la prétendue non-activité et non éligibilité de certains élus, mais aux tribunaux et en dernière instance au Roi lui-même, en tant que chef suprême de tout le corps administratif et à défaut à l’Assemblée législative ; il en va de la « division des pouvoirs, une des bases de la constitution et de la liberté ».En cas de refus, les pétitionnaires qui réitèrent « leur serment sacré de vivre libre ou mourir » se considéreront dans une situation de « résistance à l’oppression, qui est dans la Déclaration des droits, sauvegarde de la liberté française et de la souveraineté nationale ». Les membres du club refusent donc d’assister aux prochaines assemblées primaires qui pourraient être tenues par « la minorité au préjudice de l’opposition et recours de la majorité et par attentat à l’exercice d’un droit légal ». Force est donc de reconnaître que l’argumentation des clubistes aubagnais est fondée sur une certaine connaissance de la Loi et qu’à cet égard, il y a là un bon exemple d’apprentissage à chaud d’un exercice moderne de la citoyenneté dans le cadre d’une société politique.

  • 29 AD BDR, L 292, Pétition du 21 février 1792.
  • 30 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Discours de Beuf les 22 et 23 février 1792.
  • 31 AD BDR, L 292, Pétition du 23 février 1792.

16Mais dans l’immédiat, l’arrêté du Département a redonné confiance aux anti-clubistes aubagnais et cela d’autant plus que le détachement des volontaires marseillais doit quitter la ville. 41 membres du Club signent alors le 21 février 1792 une pétition pour dénoncer les menaces que font peser sur eux leurs ennemis29. Le contenu de cette pétition est repris par le procureur Beuf qui confirme les alarmes des patriotes30. Il a été lui-même menacé dans la rue par « des regards féroces et pleins de noirs desseins de la part des convives du festin des Olivettes ». La sécurité des patriotes n’est pas assurée avec toutes « ces menaces et jactances insultantes faites de la part des bourgeois aux agriculteurs ». Il faut donc exiger d’urgence le maintien d’un détachement de Gardes nationaux marseillais afin de contenir « les malveillants dont les manœuvres ne tendent qu’à exciter des désordres préparatoires de contre-révolution ». D’ailleurs le 23 février 1792, les clubistes présentent une nouvelle pétition signée par 98 personnes pour appuyer cette demande31.

  • 32 Voir à son sujet la notice biographique de Monique Cubells, « Marseille entre en Révolution (1787-1 (...)
  • 33 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 26 février 1792.
  • 34 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 27 février 1792.

17La situation ne se calme vraiment que quelques jours plus tard, avec la venue à Aubagne d’un commissaire du district, en la personne du très patriote Emmanuel de Bausset (1755-1799)32. Le 26 février 1792, les nouvelles assemblées primaires prévues par le Département doivent se tenir, mais aucun citoyen ne se présente33. La décision prise par les clubistes dans leur pétition du 20 a donc été tenue. Le 27 février 1792, une municipalité provisoire est nommée par le Département et complétée par de Bausset : elle est formée en grande partie par les élus patriotes de début janvier, avec notamment Domergue comme officier municipal et Beuf comme procureur34.

Minorités politiques et antagonismes sociaux

18À Aubagne, la période qui va de l’élection municipale de novembre 1791 à la nomination d’une municipalité patriote en février 1792 a été particulièrement mouvementée. Elle se caractérise en premier lieu par l’engagement politique d’une partie non négligeable de la population, tant au niveau de la participation électorale (près de 30 %) qu’à celui de la signature de pétitions (au total : 360 signataires du côté des anti-clubistes ; 433 du côté des Clubistes).

  • 35 AD BDR, 135 E CC 40, État et rôle de capitation sur tous les chefs de famille, 1er mai 1789 et AC A (...)
  • 36 Michel Derlange, « De la répartition fiscale de la capitation à la définition d’un corps social : l (...)
  • 37 AD BDR, L 409-413.

19Elle est marquée aussi par la profonde division de la commune en deux « factions » que tout oppose. La répartition socioprofessionnelle des pétitionnaires des deux camps (tableau 1 en annexes) fait ainsi apparaître un bloc conservateur formé par les notables traditionnels du bourg (bourgeois, ci-devant, maîtres artisans) et un bloc patriote plutôt centré sur le terroir avec une très forte ossature paysanne et sous la direction de quelques puissants ménagers et de certaines figures d’intermédiaires culturels comme Domergue, Beuf ou l’instituteur Nicolas Gury, secrétaire greffier du club. Notons aussi la large part des « indéterminés », qui peut s’expliquer par la présence de nombreux fils de famille qui n’apparaissent pas dans les registres que nous avons utilisés35, mais aussi par l’omission de nombreux « travailleurs », journaliers et gagne-deniers, que l’oligarchie aubagnaise ne mentionnait même pas sur les listes fiscales afin de s’épargner les risques de non-recouvrement36. L’analyse des niveaux de richesse de ces deux blocs (tableau 2), menée à partir des rôles de l’emprunt forcé de l’an IV37, laisse aussi entrevoir les profondes différences entre le « parti » des ennemis du Club regroupant les principales fortunes de la ville et celui des patriotes, qui sans être pour autant tout à fait plébéien, regroupe plutôt des niveaux de richesse inférieurs. Enfin, le tableau 3 sur les fonctions politiques exercées montre bien la nature réelle de l’opposition entre les deux tendances : il y a d’un côté la plus grande partie de l’oligarchie municipale d’Ancien Régime et de l’autre les forces nouvelles apparues grâce à la Révolution.

  • 38 Donald Sutherland, « Le fédéralisme dans une petite ville : le cas d’Aubagne », La Révolution franç (...)
  • 39 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 1er et du 17 septembre 1792.
  • 40 AD BDR, L 334 bis.
  • 41 AD BDR, L 1047, L 1040, L 3122-3123.
  • 42 AD BDR, L 3049 et Paul Gaffarel, « La bande d’Aubagne sous la Révolution », Annales de Provence, 19 (...)
  • 43 Colin Lucas, « Le jeu du pouvoir local sous le Directoire », Les pratiques politiques en province à (...)

20Il est dès lors possible de faire de l’élection de novembre 1791 et du Banquet des Olivettes le point de départ d’une certaine logique d’élimination de l’autre, donc d’un refus de la minorité et du pluralisme, aussi bien d’ailleurs chez les élites locales traditionnelles que chez les tenants de l’essor démocratique. Sur ce point, nous rejoignons d’ailleurs l’interprétation donnée par Donald Sutherland dans les deux articles qu’il a faits sur Aubagne38. Car telle est bien le cas de la petite cité aubagnaise qui va vivre les dernières années de la Révolution au rythme des arrestations et des exécutions : 2 pendaisons populaires en septembre 179239 ; 161 patriotes incarcérés durant l’insurrection fédéraliste40 ; 172 citoyens émigrés, 219 détenus et 23 condamnés à mort sous la Terreur41 ; 36 Républicains assassinés par les « sabreurs royaux » de la fameuse bande d’Aubagne de l’an III à l’an VII42. Avec l’élection municipale de novembre 1791 et le Banquet des Olivettes du 12 février 1792, Aubagne entre donc dans le cadre de la bipolarisation sanglante dont Colin Lucas a dégagé les principaux traits dans son article sur « Le jeu du pouvoir local sous le Directoire »43.

  • 44 Françoise Brunel, « L’histoire politique de la Révolution française. Quelques réflexions sur l’hist (...)
  • 45 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, 1992.

21Cette étude de cas, qui s’appuie sur l’analyse d’une séquence chronologique particulièrement riche, montre enfin, à son bien modeste niveau, que le refus des minorités politiques n’est pas un principe politique a priori sous la Révolution française et notamment sous sa phase jacobine. L’exemple d’Aubagne fait apparaître que ce sont les circonstances locales, l’opposition acharnée de deux « factions » sur fonds de tensions économiques et sociales, qui entraînent la non-acceptation de l’autre. Les circonstances locales sont donc déterminantes, même si, comme le rappelle Françoise Brunel dans son rapport sur l’histoire politique au colloque La Révolution française au carrefour des recherches44, tout ne se réduit pas aux affrontements « clochemerlesques ». Ce faisant, l’épisode aubagnais de l’hiver 1791-1792 ne peut se comprendre aussi que replacé dans son contexte, aussi bien régional que national, à un moment où le rôle révolutionnaire de Marseille est décisif, par l’envoi de ses volontaires comme par la diffusion de son discours sur « l’acte de faire parler la loi »45, à un moment aussi où la Contre-révolution devient un péril, non plus limité à quelques zones rebelles, mais étendu à la France entière.

ANTICLUBISTES

CLUBISTES

Nb. Élus

Total

Total

Électeurs 1789

6

6

0

Municipalité février 1790

28

25

1

Électeurs juin 1790

13

4

3

Municipalité novembre 1790

18

3

12

Justice de paix janvier 1791

5

5

0

Électeurs juin 1791

16

6

6

Annexes

ANNEXES

Tableau 1

Répartition socioprofessionnelle

Répartition socioprofessionnelle

Tableau 2

NIVEAUX DE RICHESSE

EMPRUNT AN IV

ANTICLUBISTES

CLUBISTES

Classe

Nb.

Nb.

Nb.

1 (2 000-4 500 £)

143

26

51

2 (5 000 £)

33

12

9

3 (6 000 £)

73

24

18

4 (7 000 £)

22

8

10

5 (8 000-9 000 £)

46

15

10

6 (10 000- 14 000 £)

64

19

13

7 (15 000-19 000 £)

25

14

4

8 (20 000-24 000 £)

13

3

3

9 (25 000-29 000 £)

6

6

0

10 (30 000-39 000 £)

10

3

0

11 (40 000-49 000 £)

1

0

0

12 (50 000-59 000 £)

7

3

0

13 (60 000-69 000 £)

2

0

0

14 (70 000-79 000 £)

1

0

0

Total

446

133

118

Fortune moyenne

3 557

10 266

6 221

Tableau 3

FONCTIONS POLITIQUES

1) Ancien Régime (1770-1789)

ANTICLUBISTES

CLUBISTES

1er consul

10

0

2ème consul

8

0

3ème consul

5

2

Conseiller

63

6

Justice seigneuriale

1

0

Autre (consul à Rhodes)

1

0

Total

88

8

2) Révolution (1789-1791)

Notes

1 Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, 2000 ; Marcel Gauchet, La démocratie contre elle-même, Paris, 2002 ; Patrice Gueniffey, Le nombre et la raison. La Révolution française et les élections, Paris, 1993.

2 Jeff Horn, « Toute politique est locale », AHRF, n° 311, 1998, p. 89-109.

3 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne à l’abbé De Guin, 2 juin 1790.

4 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseil du 1er avril 1789.

5 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil général du 7 juillet 1790.

6 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, PV des assemblées primaires, 13-15 novembre 1790.

7 AD BDR, L 364, Lettre des citoyens de la section des Pénitents blancs au District, 14 février 1791.

8 AD BDR, L 1061, PV de la première séance, 21 mars 1791.

9 AD BDR, L 2037, Lettre du Club d’Aubagne à ses frères Antipolitiques, 22 mai 1791.

10 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Nombreux conseils à ce sujet, mai 1791.

11 AD BDR, 135 E HH 8, Pétition des possédants-biens d’Aubagne et de son terroir, avril 1791.

12 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil de tous les chefs de famille, 11 juillet 1791.

13 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des assemblées primaires, 13-16 novembre 1791.

14 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général, 11 décembre 1791.

15 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne au Département, 13 novembre 1791.

16 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des assemblées primaires, 6-11 janvier 1792.

17 AD BDR, L 1021, Pétition des citoyens actifs de la commune d’Aubagne, 12 janvier 1792.

18 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général, 13 janvier 1792.

19 AD BDR, L 1021, Pétition de « citoyens notables », 13 janvier 1792.

20 AD BDR, L 292, Dénonciation du procureur Beuf, 17 janvier 1792.

21 AD BDR, L 292, Dénonciation de Marie Anne Deleuil, 18 janvier 1792.

22 AD BDR, L 292, Lettre de la municipalité d’Aubagne au District, 11 février 1792.

23 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 11 février 1792.

24 Récit des événements dans AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 12 février 1792.

25 Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, 1976, p. 76.

26 AD BDR, L 292, Pétition au Département, 12 février 1792.

27 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Enregistrement de l’arrêté du Département, 16 février 1792.

28 AD BDR, L 266, Pétition de la majorité des citoyens actifs de la commune d’Aubagne, 20 février 1792.

29 AD BDR, L 292, Pétition du 21 février 1792.

30 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Discours de Beuf les 22 et 23 février 1792.

31 AD BDR, L 292, Pétition du 23 février 1792.

32 Voir à son sujet la notice biographique de Monique Cubells, « Marseille entre en Révolution (1787-1789) », Marseille en Révolution, Claude Badet (dir.), Marseille, 1989, p. 52.

33 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 26 février 1792.

34 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 27 février 1792.

35 AD BDR, 135 E CC 40, État et rôle de capitation sur tous les chefs de famille, 1er mai 1789 et AC Aubagne, Contributions G 8, Impositions foncières et mobilières (1791).

36 Michel Derlange, « De la répartition fiscale de la capitation à la définition d’un corps social : l’exemple provençal », Annales du Midi, t. XCII, 1980, p. 294.

37 AD BDR, L 409-413.

38 Donald Sutherland, « Le fédéralisme dans une petite ville : le cas d’Aubagne », La Révolution française au carrefour des recherches, Martine Lapied et Christine Peyrard (dir.), Presses de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 2003 et « Étude de cas : le Comité de surveillance d’Aubagne », Rives, n° 18 (« Comités de surveillance et Révolution française »), 2004.

39 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 1er et du 17 septembre 1792.

40 AD BDR, L 334 bis.

41 AD BDR, L 1047, L 1040, L 3122-3123.

42 AD BDR, L 3049 et Paul Gaffarel, « La bande d’Aubagne sous la Révolution », Annales de Provence, 1920.

43 Colin Lucas, « Le jeu du pouvoir local sous le Directoire », Les pratiques politiques en province à l’époque de la Révolution française, Raymond Huard (dir.), Montpellier, 1988.

44 Françoise Brunel, « L’histoire politique de la Révolution française. Quelques réflexions sur l’historiographie récente », La Révolution française au carrefour des recherches, Martine Lapied et Christine Peyrard (dir.), op. cit., p. 126.

45 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, 1992.

Table des illustrations

Titre Répartition socioprofessionnelle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6606/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

Auteur

Université d’Aix-Marseille, CNRS-UMR TELEMME

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540