Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Eurafrique contrepoint de l’idée d’Europe

 | 
Yves Montarsolo

Chronologie

Texte intégral

1814

1● Claude-Henri de Saint-Simon et Augustin Thierry évoquent dans De la Réorganisation de la société européenne, ou de la Nécessité et des moyens de rassembler les peuples de l’Europe en un seul corps politique, en conservant à chacun son indépendance nationale, la possibilité pour les Européens de mettre en valeur conjointement « l’outre-mer ».

1841

2● Charles Fourier dans sa Théorie de l’unité universelle parle d’une mise en valeur du Sahara par les Européens.

1849

3● 21 août : Discours de Victor Hugo, président du Congrès de la Paix, où la colonisation de l’Afrique est présentée comme un moyen de maintenir la paix en Europe.

1879

4● 18 mai : premier discours sur l’Afrique de Victor Hugo qui exhorte explicitement les Européens à coloniser le continent noir.

5● 3 août : deuxième discours sur l’Afrique de Victor Hugo.

1904

6● Congrès d’Amsterdam de la IIe Internationale, les socialistes lancent l’idée de « colonisation démocratique ».

1907

7● Congrès de Stuttgart de la IIe Internationale. Nouveau slogan : « la colonisation par l’entente internationale ».

8● Lucien Coquet, un pacifiste, pro-européen écrit Politique commerciale et coloniale franco-allemande où il met l’Afrique « au service » de la réconciliation franco-allemande et de la paix en Europe.

1917

9● Dans l’optique d’une internationalisation des colonies, le socialiste belge Jules Destrée lance la formule « l’Afrique, colonie européenne ».

10● fin décembre : mémorandum du Comité parlementaire des Trade Unions et du Comité exécutif du Labour Party présenté au Congrès socialiste interallié qui spécifie dans son alinéa « h » de créer entre les 15e parallèles nord et sud, un territoire géré par l’autorité supranationale de la Ligue des Nations.

1918

11● 18 février : les socialistes français amendent le mémorandum britannique de décembre 1917 en insistant sur le « respect des souverainetés nationales ».

1921

12● Le député socialiste de la Haute-Savoie, l’économiste Etienne Antonelli, écrit l’Afrique et la paix de Versailles, où il plaide pour une internationalisation des anciennes colonies allemandes.

1923

13● Coudenhove-Kalergi dans sa revue Paneurope veut étendre « son » Europe à l’Afrique en créant une « Colonie africaine ».

1924

14● Haljmar Schacht propose à la France et à la Grande-Bretagne de créer une société coloniale afin d’exploiter d’anciennes propriétés allemandes au Cameroun.

1925

15● 13 septembre : note de Paul Claudel. La collaboration franco-allemande en Afrique est envisagée comme une solution à la question des réparations.

1928

16● Wladimir d’Ormesson écrit La confiance en l’Allemagne et préconise la « politique du triangle » c’est-à-dire une entente entre l’Allemagne, la Grande Bretagne et la France fondée sur une vaste négociation coloniale.

17● Septembre : le député du Sénégal Blaise Diagne participe aux travaux d’un comité Provisoire National destiné à appuyer en France l’action de Heerfordt.

1929

18● Coudenhove-Kalergi forge le vocable « Eurafrique » dans un article de sa revue, Paneurope.

1930

19● Janvier : Emile Borel, un européiste, pense à un ministère fédéral des Colonies dans un article de L’Esprit international.

20● janvier : dans un article de l’Union douanière européenne, un jeune européiste, Yves Le Trocquer, pense à une internationalisation des colonies pour corriger les inégalités dans la répartition des ressources naturelles entre les États.

21● Janvier : Henry de Jouvenel, publie « Bloc africain et Fédération européenne », dans la Revue des Vivants.

22● 1er mai : mémorandum Briand.

1931

23● 28 mars : Bertrand de Jouvenel, publie un article « Un plan de valorisation coloniale et de collaboration européenne », dans Les Cahiers bleus.

24● 7 mai : le jour de l’inauguration de l’Exposition de Vincennes, discours de Paul Reynaud, ministre des Colonies : « … le fait colonial appelle à une collaboration européenne à laquelle la France est prête… ».

25● 13 mai : Joseph Caillaux commence la publication d’une série d’articles favorables à une coopération économique des Européens en Afrique.

26● juin : Albert Sarraut, ancien ministre des Colonies, publie son Grandeur et servitude coloniale qui prône dans l’introduction une collaboration des Européens en Afrique.

27● Juin : Georges Valois, dans un numéro de ses Cahiers bleus publie son article « L’Afrique chantier de l’Europe », appelé aussi « plan Valois ».

28● 2 juillet 1931 : le Bureau International du Travail, dirigé par le socialiste français Albert Thomas, remet un très important rapport à la sous-commission du chômage du Comité d’Études pour l’Union européenne où il était notamment suggéré « ... d’attirer l’attention de la SDN sur la nécessité de développer davantage l’outillage et l’économie des colonies… ».

29● 21 août : Albert Thomas prend nettement position pour le « plan Valois » au cours de son entretien avec le Chancelier Brüning.

30● 11 octobre : Albert Sarraut, au congrès du parti radical socialiste de St Amand, s’appuie sur l’idée d’Europe pour demander une « révision » des clauses coloniales du Traité de Versailles.

31● Mi-novembre : à l’occasion du dîner d’adieu offert aux commissaires généraux étrangers de l’Exposition de Vincennes, Lyautey célèbre « L’Europe- Une » et appelle les Européens à davantage de coopération en Afrique.

1933

32● 6 mars : devant la Commission générale de la Conférence du Désarmement, Albert Sarraut, ministre des Colonies reprend les thèmes de son discours du 11 octobre 1933.

33● 9 juin : Édouard Daladier, président du Conseil évoque à la Chambre des Députés la possibilité d'une mise en valeur de l’Afrique en collaboration avec les autres nations européennes.

1934

34● Août : le "Groupe du 9 juillet" préconise de "grands travaux" en Afrique pour faciliter « la fusion économique des pays de l’Europe occidentale » et de la « fédération du bloc européo-africain ».

1936

35● Avril : dans leur réponse aux « plans de paix » allemandes du 31 mars 1936, les Français parlent de coopération des Européens « d’un réservoir commun de matières premières et d’un territoire d’expansion ».

36● 28 août : Conversations Blum-Schacht à Paris, la piste d’un réaménagement des clauses coloniales du Traité de Versailles est abordée.

1937

37● 24 janvier : grand discours de politique étrangère de Blum à Lyon. Il évoque une coopération économique, éventuellement dans les colonies, contre l’arrêt de la course aux armements.

38● 17 février : grande interview au journal Marianne d’Albert Sarraut qui reprend ses arguments des années 1931-1933, en faisant explicitement allusion à l’étude : Le problème colonial et la paix dans le monde.

39● 4-11 octobre : Congrès Volta en Italie, la délégation française dit « non » à l’Eurafrique raciste des Italiens et des Allemands.

1941

40● Mars : Darlan donne l’ordre au contre-amiral de Rivoyre, chef du secrétariat de coordination au ministère de la Marine de faire une étude destinée à fixer les perspectives de la collaboration franco-allemande Afrique.

41● 11 et 12 mai : conversations Hitler-Darlan à Berchtesgaden. La notion de bloc euro-africain est évoquée.

42● 13 mai : note signée Darlan, vice-président du Conseil chargeant le contre-amiral de Rivoyre de mener une étude au sujet du développement économique du Bloc africain français

43● 14 mai : Darlan au Conseil des ministres à Vichy et la question eurafricaine resurgit brusquement.

1942

44● Février : l’étude de Rivoyre est publiée mais jamais utilisée.

1948

45● 22 janvier : discours de Bevin aux Communes évoquant une coopération des Européens en Afrique dans le cadre du Pacte de Bruxelles.

46● 19 avril : dans le cadre du Pacte de Bruxelles, la coopération intercoloniale est à l’ordre du jour de la première réunion de « l’organe permanent du Conseil consultatif. Les diplomates avaient prévu un ordre du jour assez vaste qui mêlait le stratégique, le social et l’économique.

47● Mai : discours de Paul Reynaud au Congrès de La Haye, où le suffrage universel est proposé aux Européens… mais pas aux Africains.

48● Juin : l’Union Européenne des Fédéralistes propose de mettre fin au « paternalisme hypocrite » de l’Union française et propose un trusteeship européen.

49● 20 juin : Note sur la défense de l’Europe occidentale du général de Lattre de Tassigny. L’Afrique y est décrite comme la base-arrière économique et stratégique de l’Europe de l’Ouest.

50● Juin-juillet : Eirick Labonne expose son « plan » de mise en valeur stratégique et économique de l’Afrique grâce aux Zones d’organisation industrielle africaines (ZOIA).

51● Décembre : Création du groupe de travail des TOM de l’OECE.

1949

52● 20 janvier : le président Truman lance l’idée d’un programme d’aide aux pays sous-développés, le Point IV.

53Juin : le « plan Labonne » est rejeté.

54● 9 juillet : Naissance de la première assemblée eurafricaine. L’Assemblée nationale vote l’amendement Senghor-Juglas. Deux représentants de l’outremer participeront à la délégation française de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe.

55● Octobre 1949 conversion au statu quo colonial de l’Union Européenne des Fédéralistes.

1950

56● 9 mai : dans son fameux discours Robert Schuman affirme que l’Europe « pourra, avec des moyens accrus, poursuivre la réalisation de l’une de ses tâches essentielles : le développement du continent africain ».

57● 11 mai : le Groupe fédéraliste du Parlement français du 1950 précise que l’élection au suffrage universel pour les délégués français à l’Assemblée du Conseil de l’Europe doit être appliquée seulement au territoire métropolitain.

58● 11, 12 et 13 mai : conférence tripartite de Londres (EU, F, RU), coopération économique « occidentale » et émigration européenne en Afrique française sont à l’ordre du jour.

59● 16 mai : très vives protestations de Senghor au sujet des projets industriels et migratoires de la Conférence Tripartite de Londres.

60● 24 juin : décret instaurant le Comité des Zones d’Organisation Industrielles Africaines (ZOIA).

1951

61● 3 mars : création d’une société anonyme, la Société d’Études pour l’Équipe- ment Minier et Industriel (SEPEMI) chargée de gérer les fonds publics du Comité Labonne.

62● 18 avril : rien n’est prévu pour le « développement » de l’Afrique dans le traité de la CECA. En revanche statut « bizarre » de l’outre-mer qui doit exonérer des droits de douane les aciers européens.

63● Automne : le « non » français à une immigration européenne en Afrique française prévaut à la conférence des migrations de Naples organisée par l’OIT et l’OECE.

64● Décembre : création à Tunis d’un Mouvement pour l’Eurafrique.

1952

65● 5 janvier : loi créant le Bureau d’Industrialisation Africaine (BIA).

66● 25 septembre : Plan de Strasbourg ou plan « Semler » présenté à l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe prévoyant un espace économique euro-africain et la fin du protectionnisme métropolitain en Afrique. Senghor soutient ce projet allemand.

67● 24 octobre : nouveau pas vers l’Eurafrique, à la Commission Constitutionnelle de l’Assemblée « ad hoc » Pierre-Henri Teitgen président du MRP, déclare qu’il est « impossible d’envisager une séparation entre la métropole et ses territoires d’outre-mer ».

1953

68● 8 janvier : amendement n° 40 au projet de CPE, Senghor réclame pour l’outre-mer 20 députés supplémentaires. Il fait l’unanimité au sein de la délégation française. L’Assemblée en accorde seulement 7.

69● 11 février : élaboration de la « doctrine Bidault » qui renonce aux 7 députés supplémentaires pour l’outre-mer et à l’Eurafrique.

70● Janvier-février : Vincent Auriol manifeste son hostilité à l’Eurafrique de l’Assemblée « ad hoc ».

71● 5 mars : mené par Michel Debré et Marius Moutet, le Conseil de la République vote par 280 voix contre 16 une résolution dénonçant l’européisation de l’outre-mer.

72● 10 mars : élaboration de l’article 100 du projet de CPE : échec de Senghor. Son amendement visant à instaurer une sorte de supranationalité européenne sur les TOM est rejeté, en particulier grâce aux efforts de la délégation française.

73● 9 juillet : le Mouvement européen suscite la création « l’Eurafrique ».

74● 16 septembre : approbation au Conseil des Ministres de la « doctrine Bidault ».

75● 22 septembre : À la conférence de Rome, les ministres des Affaires étrangères des Six valident la « doctrine Bidault ».

76● Octobre-novembre : Revirements. La menace fédéraliste s’étant éloignée, de nombreux hommes politiques, cédistes, anticédistes etc. énoncent la « doctrine Bidault » et réclament une Eurafrique plus « confédérale ».

1954

77● 13 août : Revanche des « intégrationnistes » et de Gaston defferre à la Commission de l’outre-mer. Une motion, visant à interdire toute exclusion de l’outre-mer dans la construction européenne, est votée par 23 voix contre 7.

78● 25 août : Riposte anticédiste, vote par 24 voies contre 15 à la Commission de l’outre-mer d’un avis présenté par Apithy hostile à l’intégration de l’outremer dans la CPE.

79● Octobre : Dans le cadre de l’UEO, le thème de la coopération économique des Européens en Afrique resurgit notamment avec les discussions Adenauer-Mendès-France.

1955

80● 31 janvier : création de « l’association eurafricaine minière et industrielle » par le général Georges-Picot président de la SEPEMI.

81● André Postel-Vinay directeur de la CCOM se déclare hostile aux projets de Labonne et au BIA.

82● Mars-mai : le manque de fiabilité du Comité Labonne et du BIA tend à devenir une évidence.

83● 9 juillet : l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe vote la directive n° 77 reprenant le plan Semler et évoquant la notion de « Communauté eurafricaine ».

1956

84● 17 mai : Lettre de Gaston Defferre ministre de la France d’outre-mer au président du Conseil. Le principe d’un « Marché commun eurafricain able à l’adhésion de la France au marché commun.

85● 29-30 mai : à la conférence de Venise, Christian Pineau fait de l’inclusion des PTOM, un préalable à l’adhésion de la France au marché commun

86● Juillet : conformément à la philosophie de « lettre du 17 mai », mise sur pied d’une commission interministérielle chargée d’étudier les modalités de l’inclusion des PTOM dans le marché commun.

87● 31 août : une réunion interministérielle valide les propositions de la commission : l’Europe devrait investir 1 miliard d’UEP par an !

88● 6 septembre : début des négociations, Maurice Faure détaille les propositions françaises et reçoit un accueil « glacial » de la part des Européens.

89● 29 septembre : conférence franco-belge de Bruxelles. Renonciation des Français à l’« inclusion » des PTOM et passage à la notion « d’association ». En contrepartie, position commune franco-belge et maintien de l’essentiel des propositions chiffrées du 31 août.

90● 15 novembre : présentation du rapport franc-belge défini le 29 septembre au Comité des Chefs de Délégation.

91● Le 22 novembre 1956 : les autres délégations européennes font connaître leur hostilité au rapport franco-belge.

92● 20 décembre : reculade française. Rapport du 1956 du Groupe ad hoc des territoires d’outre-mer au Comité des chefs de délégation : du « 1 milliard par an » au « 1 milliard pour 5 ans ».

1957

93● Janvier : conversion de Robert Schuman à l’Eurafrique de Defferre. Publication d’une série d’articles « Unité européenne et Eurafrique : Politique révolutionnaire. Aperçu d’ensemble » etc.

94● 16 janvier : à l’Assemblée nationale, Maurice Faure annonce une concession inacceptable : aboutissement des négociations relatives aux TOM quatre ans après la signature des Traités.

95● 17 janvier : rencontre Maurice Faure-Gaston Defferre, lettre du ministre de la France d’outre-mer à Guy Mollet, demande d’arbitrage et chantage à la démission.

96● 18 janvier : Guy Mollet reçoit son ministre délégué Félix Houphouët-Boigny lui explique sa mission à Bruxelles.

97● 21 janvier : Félix Houphouët-Boigny et Maurice Faure défendent des positions conformes à la « ligne Defferre ».

98● 22 janvier : discours du président du Conseil à l’Assemblée nationale. En apparence, Guy Mollet donne des garanties à Gaston Defferre.

99● 30 janvier : « Note du Président sur les Pays et les Territoires d’outre-Mer ». Spaak se rapproche de la position allemande.

100● Fin janvier-début février : suite à la « Note du président sur les Pays et les Territoires d’outre-mer », fin de « l’axe franco-belge ».

101● 4 février : la Conférence des ministres des Affaires étrangères constate au sujet de l’outre-mer, le blocage des négociations.

102● 5 février 1957 : le ministère des Affaires étrangères modifie la « ligne Defferre » en élaborant un mémorandum prévoyant, entre autres, l’inclusion avec des modalités particulières, de l’Algérie dans le Marché commun. L’Association serait donc réduite aux TOM.

103● 13 février : le Comité interministériel, Gaston Defferre compris, accepte l’essentiel du contenu du mémorandum des Affaires étrangères. Les exigences financières des Français sont divisées par deux.

104● 17 février : le Comité des Chefs de Délégation souscrit à l’idée de l’inclusion, avec des modalités particulières, de l’Algérie dans le Marché commun.

105● 18 février : la Conférence des ministres des Affaires étrangères aboutit dans L’Eurafrique, contrepoint de l’idée d’Europe le domaine douanier et commercial à un accord.

106● 19 février : la Conférence des Chefs de gouvernement valide les contenus des tractations précédentes : inclusion tronquée de l’Algérie dans le marché commun, et association a minima pour les TOM. Les Européens investiront environ 100 millions d’UEP par an dans les TOM au lieu du milliard prévu initialement…

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540