Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Eurafrique contrepoint de l’idée d’Europe

 | 
Yves Montarsolo

Partie II : Un danger redoutable, l’anticédisme (1952-1954)

À coups de chicotte

Texte intégral

Amis, faux amis et faux-semblants

Trop peu d’amis, trop peu d’alliés…

1Si l’idée d’élargir la représentation française avait été applaudie par la délégation française de l’Assemblée « ad hoc » la classe politique française, elle, ne manifesta pas d’enthousiasme particulier. Seuls les IOM soutinrent leur président au moment du Congrès de Bobo-Dioulasso tenu du 12 au 15 février 1953. En effet, le « Congrès des Audacieux » avait évoqué l’évènement comme il se doit car dans sa cinquième résolution sur l’Europe, les IOM avaient fait bloc autour de Senghor en se déclarant pour la communauté eurafricaine. Toujours dans cette résolution le groupe prit également soin de préciser combien il était important « d’éviter la résurrection, à travers la Communauté européenne, d’un pacte colonial qui serait plus tyrannique que l’ancien » mais à part ces déclarations, il n’y eut semble t-il rien d’autre de plus notable à signaler.

  • 124 Charles-Robert Ageron, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, 1994, p. 113-115.
  • 125 Jean-Claude Delbreil, « Les démocrates d’inspiration chrétienne et les problèmes européens de l’en (...)
  • 126 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i.
  • 127 Ibidem.
  • 128 Ibidem.

2Alors, où trouver sinon dans les rangs de l’église catholique un soutien et des idées proches de celles de Senghor ? En effet, dès 1919, avec l’encyclique Maximum illud, le pape Benoît XIV avait annoncé la fin de l’ère coloniale. Son successeur Pie XI avait confirmé cette ligne politique en 1923 en évoquant l’indépendance des colonies et surtout il avait clairement précisé avec la fameuse encyclique de 1926 Rerum Ecclesiae qu’il fallait désormais songer à édifier un « réseau de prêtres indigènes124 ». Il y avait aussi un courant minoritaire, largement favorable à l’idée d’Europe, avec notamment, « L’Internationale démocratique », la revue Démocratie, et bien sûr Jeune République. Ces milieux très ouverts travaillaient en faveur d’une réconciliation franco-allemande, avec une logique très européo-centriste mais imprégnée de ces précédentes directives pontificales et du wilsonisme ambiant125. Ainsi être catholique, européiste et favorable à une certaine émancipation des colonies était une chose possible en France à ce moment. Ainsi, dès l’entre-deux-guerres, un terreau favorable à la germination d’une Eurafrique différente de celle de Coudenhove126, d’Eugène Guernier127 ou d’André Demaison128 existait déjà. Après la deuxième guerre mondiale, cet état d’esprit qui consistait à conjuguer construction européenne et émancipation des colonies s’imposa de plus en plus. À partir de 1948, l’Église entra progressivement en guerre avec le « système colonial ». Dénoncer les abus de « l’impérialisme dominateur » puis à partir de 1953 proclamer « la légitimité de l’aspiration à l’indépendance » et surtout polémiquer avec le président du Comité français pour l’outre-mer, François Charles-Roux, telle fut la ligne politique de ces catholiques progressistes. Très logiquement donc, certains d’entre eux firent de l’Eurafrique l’indispensable corollaire du « devoir de décolonisation ».

  • 129 L’Afrique Nouvelle, 1er novembre 1952.
  • 130 Ibidem.
  • 131 L’Afrique Nouvelle, 3 décembre 1952.

3Ce fut pour la Toussaint de l’année 1952, que L’Afrique nouvelle énonça une doctrine aussi audacieuse que celle de Senghor : « L’Eurafrique est possible129 ». De plus, l’auteur de cette formule, le père Pierre Charles avait pris bien soin de préciser que « la seule formule d’avenir est celle d’une collaboration totale sur le pied de la plus complète égalité. Tout le reste est du déchet toxique130 ». Un immense fossé existait donc entre ce point de vue et celui de la majorité des politiques français, MRP compris, à l’évidence moins soucieux de l’égalité dont parlait le père Charles. Dans les milieux politiques africains du MRP, ce décalage était connu et avait la particularité de créer un réel embarras. Aussi, toujours dans la même revue, le conseiller de la République du Dahomey, le MRP, Emile Poisson, souligna ce décalage. D’un côté, il reconnaissait que bâtir une Europe sans les territoires d’outre-mer n’était pas « moralement viable » mais de l’autre il exprimait ouvertement des inquiétudes bien connues : « si désireux qu’il soit de construire une Europe moralement viable grâce à l’intégration des territoires d’outre-mer, je pense qu’un homme politique français réfléchi ne peut pas ne pas se demander ce qu’il adviendrait alors de l’unité et de la souveraineté française outre-mer si l’Union européenne était réalisée131 ». En somme, c’était le loyalisme et une attitude pas vraiment différente de celle de ses collègues métropolitains qui avait prévalu chez lui.

  • 132 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.
  • 133 « Plus loin que le bout de son nez », La semaine de l’AEF, 25 octobre 1952.

4En revanche, un autre organe de presse catholique, la Semaine de l’AEF appuya le combat du député du Sénégal pour que les Africains soient représentés dans les institutions européennes. « L’Afrique peut être fière d’avoir un représentant comme Senghor » pouvait-on lire le 7 février 1953 dans ses colonnes ! Son action fut applaudie car grâce à lui les territoires non métropolitains avaient été pris compte dans le projet de CPE. Ce soutien avait d’autant plus de poids que la rédaction avait quelques semaines plus tôt dénoncé sans ménagement le Plan Semler132 imaginé par le Conseil de l’Europe. Pour La semaine de l’AEF ces initiatives strasbourgeoises étaient néfastes en particulier dans leurs aspects migratoires. Si des Européens devaient s’installer en Afrique ce serait seulement pour étoffer l’encadrement et non pour se lancer dans une quelconque colonisation agricole133. On voulait donc bien des projets de Senghor, mais pas du « néocolonialisme » européen du plan de Strasbourg.

  • 134 Mgr Lefebvre, « Où va l’Afrique ? », Ecclesia. Lectures chrétiennes, n° 46, janvier 1953, p. 75-78
  • 135 Pierre-Henri Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, Rennes, Ouest-France, 1998, p. 467.

5Cependant, il ne faut pas surestimer ce progressisme. D’autres sensibilités existaient comme celle notamment de Mgr Lefebvre, qui était alors le vicaire apostolique de Dakar. Visiblement, l’évêque s’était tenu à peu près informé de ce qui se passait à Strasbourg depuis l’automne 1952 car il avait rédigé à ce propos un article assez bizarre qui parut au mois de janvier 1953 dans la revue Ecclesia134. Le texte épiscopal avait surestimé la puissance du mouvement qui entendait unir les destinées de l’Europe à celle de l’Afrique. Il mettait au même niveau d’intensité la force des aspirations à l’autonomie et l’avènement d’une fédération euro-africaine ! Considérer que le rattachement de l’Afrique à la construction européenne comme un élan aussi important que la volonté d’émancipation était flatteur pour les partisans de Senghor mais peu réaliste. D’autant que le futur fondateur du séminaire d’Ecône insistait plus sur les valeurs conservatrices que sur celles de la démocratie : « Seule [la religion catholique], elle assigne à l’autorité ses limites, aux inférieurs elle prescrit l’obéissance ». Il ne fallait pas attendre de miracles de ce prélat. Demander à Pierre-Henri Teitgen, devenu ministre de la France d’outre-mer, l’expulsion d’Afrique d’une mère supérieure de couvent, parce qu’elle avait fait peindre un Christ noir135, laisse en effet songeur.

  • 136 Georges Riond, « Du souci de l’harmonie au respect des populations autochtones », L’Intransigeant, (...)

6La belle victoire parlementaire de Senghor avait été remarquée, louée par certains milieux catholiques progressistes, pourtant l’événement ne fut pas salué dans la presse. Il n’y eut ni pluie de confettis, ni concert de louanges au sujet de la saga parlementaire du député du Sénégal. Le plus souvent comme avec Dakar-Matin, il eut seulement droit à des commentaires très fades issus des dépêches de l’AFP. Climats avait réservé le 23 janvier 1953 son numéro du jour à la grande question de l’Eurafrique, mais sans aucun parti pris, puisque Senghor, Silvandre, et René Moreux avaient pu chacun exprimer leur point de vue. L’Intransigeant avait choisi la même ligne éditoriale, en consacrant au problème une tribune libre136 qui sans condamner ouvertement Senghor, ni rejeter l’idée de la représentation outre-mer plaida résolument la cause d’une solution intermédiaire de style confédéral : non à toute supranationalité en Afrique, et oui au statu quo c’est-à-dire au maintien de l’Union française. L’Humanité quant à elle, était restée étrangement silencieuse…

  • 137 Claude Julien, « Le Parlement européen fera sa place aux représentants des territoires français d’ (...)
  • 138 Ibidem.
  • 139 Ibidem.

7Néanmoins, Senghor eut - ce qui n’était pas rien - droit aux honneurs du Monde137 : « Rarement Strasbourg n’avait ouvert un débat d’une telle qualité. Rarement aussi les délégués français avaient apporté le témoignage d’une aussi parfaite harmonie138 ». Deux articles du journaliste Claude Julien saluèrent poliment « la qualité139 » de ses interventions, mais, prudemment, ne risquèrent pas à rendre compte de toute la complexité du problème et de tous ses enjeux éminemment politiques. Le journal de Sirius avait donc estimé que des questions comme celles de la représentation de l’outre-mer à l’Assemblée des Peuples, ou de la supranationalité européenne en Afrique française n’étaient pas dignes d’intérêt, mais peut-être aussi avait-il pratiqué quelque chose qui ressemblait énormément à de l’autocensure…

8Ce traitement pour le moins très… distancié de l’intégration de l’outre-mer dans le cadre européen est assez simple à analyser. Trop d’adversaires, trop peu d’alliés, l’indifférence, la méconnaissance de ce dossier complexe, l’autocensure aussi confirment bien l’isolement politique de Senghor. Finalement, sur qui pouvait-il compter vraiment ? Sur une poignée de catholiques progressistes en Afrique, et peut-être sur certains milieux européens. Reste à savoir quel était le poids et l’efficacité de ses autres « alliés naturels ».

Une toute petite troupe : la commission « Europe-outre-mer » de l’Union Européenne des Fédéralistes

  • 140 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 2.
  • 141 Ce mouvement avait fusionné avec l’Union française des fédéralistes de Frenay.

9Dans cette affaire, l’Union Européenne des Fédéralistes (UEF) et sa commission « Europe-outre-mer » joua le rôle habituel des mouvements européens. Présenter des propositions à la Commission constitutionnelle et à l’Assemblée « ad hoc » et intervenir auprès de ses membres telle fut son action. On l’a vu, l’UEF avait abandonné depuis longtemps les propositions extrêmes de 1948 avancées par Alexandre Marc, il n’était plus du tout question de réaliser un quelconque Conseil européen de trusteeship140 ni d’ailleurs d’appliquer le suffrage universel à l’outre-mer. Les anxieux pouvaient être rassurés. D’ailleurs, l’ancien leader de « Fédération141 », André Voisin en personne et tous ses collègues du groupe parlementaire des fédéralistes français avaient refusé cette idée.

  • 142 Archives historiques des Communautés européennes, EUF, 170.

10Ce fut donc avec beaucoup d’attention que la commission outre-mer de l’UEF suivit les travaux de l’Assemblée « ad hoc » et les prises de position du gouvernement français. Son président, Henri Frenay tint son rang à merveille, et dirigea avec efficacité à partir du mois de février 1953 une demi-douzaine de séances de travail au Grand Hôtel à Paris. Harcèlement amical des membres de l’Assemblée « ad hoc », présentation de propositions, envoi de lettres aux personnalités influentes, rien ne fut négligé. L’ancien rival de Jean Moulin devenu un des plus chauds partisans de l’intégration de l’outre-mer et de sa représentation à l’Assemblée des peuples ne ménagea pas sa peine. Cependant, il y eut un hic car ses efforts ne furent pas coordonnés avec ceux de Senghor. Ces deux défenseurs de l’Eurafrique, l’Africain et l’Européen agirent semble t-il sans plan, sans stratégie définie, et ce, pour une raison très simple : les députés africains toujours invités aux réunions de la commission, étaient presque toujours absents. Le député du Sénégal n’y vint jamais et Silvandre s’y rendit une fois seulement142 ! La commission « Europe-outre-mer » travailla donc le plus souvent sans un seul Africain : comment, dans ces conditions, construire valablement l’Eurafrique ?

  • 143 Voir index Mangin (Robert).
  • 144 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. ii, 1.3.
  • 145 Voir index Pré (Roland)

11Ajoutons que la composition du principal soutien des partisans de cette Eurafrique à la mode de l’UEF donnait matière à réflexion. Les personnalités présentes et actives au cours des réunions de travail n’étaient pas des hommes politiques de premier plan. Pas de ministres ni de parlementaires en fonction, pas même l’ombre d’un conseiller de l’Union française. On avait donc Henri Frenay, grand résistant et ancien ministre, puis un certain M. Pepy, maître des Requêtes au Conseil d’Etat et qui était également « Ancien Conseiller technique au cabinet du ministre d’Etat chargé du Conseil de l’Europe et au cabinet du ministre de la France d’outre-mer » et aussi Robert Mangin qui avait été le lauréat en juin 1930 de la Revue des Vivants143. Ajoutons que la présence d’André de La Far, accentue le côté un peu crépusculaire de cette commission car ce journaliste avait pour spécialité de collectionner les strapontins dans les groupuscules de la nébuleuse européenne : on retrouve son nom dans un autre organisme encore plus évanescent et issu du Mouvement Européen, le Mouvement pour l’Eurafrique144. Heureusement, la présence de deux haut-fonctionnaires en activité, comme Servoise de la direction des Affaires politiques de la France d’outremer, et de Roland Pré, ancien gouverneur de la France d’outre-mer, qui présidait au Plan la commission d’études de modernisation et d’équipement de l’outremer145 relevait un peu le niveau.

  • 146 Voir index Corniglion-Molinier (Edouard)
  • 147 CHAN AJ 80/64 commission d’études et de modernisation et d’équipement des TOM, Discours inaugural (...)
  • 148 Ibidem.
  • 149 Ibidem.
  • 150 Ibidem.
  • 151 CHAN, AJ80/66. Rapport d’ensemble du 16 juillet 1953 établi par la sous-commission des secteurs gé (...)
  • 152 Ibidem.

12Seulement, en y regardant de plus près, on est en droit de se demander s’ils avaient vraiment leur place dans cette commission et dans ce mouvement. Le premier, Servoise qui était aussi membre d’une autre commission outre-mer au Mouvement Européen, n’était-il pas susceptible d’être l’œil de la rue Oudinot ? Le deuxième, Roland Pré, avait un profil étrange pour un fédéraliste. Il était, c’est vrai, proche des partisans de l’intégration de l’outre-mer à l’Europe, mais en même temps très lié politiquement à un député et ministre gaulliste anticédiste, le général Corniglion-Molinier146. De plus, comme président de la Commission d’étude et de coordination des plans d’équipement des territoires d’outre-mer, il fit preuve en avril 1953 dans son discours inaugural147 d’un singulier anticédisme passif. S’il avait effectivement pris soin de placer les réflexions de sa commission « sur le plan constitutionnel et européen148 », seul comptait vraiment l’intégration à la métropole et les « richesses exceptionnelles149 » d’une Afrique dernière chance pour la France « de rester une grande puissance autonome150 ». Créer un véritable bloc franco-africain pour résister au panafricanisme et aux tentatives de sécession, voilà ce qui importait vraiment. Aussi, aucun mot n’était dit à propos du devenir des territoires d’outre-mer dans la future CPE ! Il n’était pas question de supranationalité ni d’une quelconque extension des compétences européennes outre-mer. Mais si le gouverneur avait appliqué la loi du silence, il laissa à une de ses sous-commissions le soin de condamner activement et vertement l’Eurafrique fédérale qui se préparait151 : « Enfin rien ne serait plus grave pour l’avenir du Grand Ensemble Français Métropole outre-mer que de vouloir régler comme un tout la situation de territoires coloniaux à l’égard de leur métropole groupés dans une Europe intégrée. Ce serait frapper à mort la notion de « Grand Ensemble Français », politiquement et économiquement intégré et ouvrir définitivement le chemin dans nos territoires aux influences séparatistes et anti-européennes : il s’agit d’intégrer nos territoires dans une Grande France et à travers elle, dans l’Europe, et non de les apporter en dot à un « néo-colonialisme européen152 ». Quel drôle de fédéraliste faisait donc Roland Pré ! Comment un anticédiste tel que lui pouvait-il sérieusement être une des chevilles ouvrières d’une officine cédiste ? Dans ces conditions l’affaire de l’intégration de l’outre-mer à la CPE était bien mal engagée. Comment aller de l’avant avec un anticédiste dans ses propres troupes ?

  • 153 Archives historiques des Communautés européennes, EUF, 170. Compte rendu des débats de la réunion (...)
  • 154 Voir index Alduy (Paul)
  • 155 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 3.1.
  • 156 Voir index Georges-Picot (général)
  • 157 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iv, Chap. i, 2.

13La tenue les 3 et 4 juillet 1953 d’une commission internationale Europe-outre-mer de l’UEF153 partait, au moins du côté français, sur de bien mauvaises bases. En effet, comme d’habitude, Senghor et Silvandre, pourtant invités, ne s’y rendirent pas et pour couronner le tout, aucun ténor cédiste français ne daigna y participer. Pierre-Henri Teitgen, qui pourtant avait répondu favorablement à une invitation de Frenay lors de la réunion de travail du 28 février, ne participa pas à cette réunion beaucoup plus importante que la précédente et en principe de son niveau. Alors, peut-être y avait-il le risque de se compromettre avec certaines personnalités ? La venue à cette réunion internationale du député allemand Semler, symbole des convoitises africaines des « germano-européens » avait sans doute découragé certaines bonnes volontés. Comment Paul Alduy154, invité mais excusé, et qui avait six mois plus tôt dénoncé à l’Assemblée de l’Union française155 les menées du plan Semler aurait-il pu travailler la main dans la main avec sa bête noire ? Ajoutons aussi que la présence d’un nouveau membre français, le général Georges-Picot directeur général de la SEPEMI156, l’officine affairiste du clan « Labonne » très liée aux intérêts financiers n’était pas très engageante. Faute, sans doute d’autres combattants, Henri Frenay se retrouvait partie liée au petit lobby financier, qui depuis les origines réclamait à cor et à cri l’Eurafrique157 !

  • 158 Voir index Semler (Johannes)
  • 159 Archives historiques des Communautés européennes, EUF, 170. Compte rendu des débats de la réunion (...)
  • 160 Ibidem.
  • 161 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. i.
  • 162 Archives Historiques des Communautés européennes, EUF, 170. Compte rendu des débats de la réunion (...)
  • 163 Ibidem.

14En tout cas, le moment venu, Semler158 choisit de ne pas faire de provocation. S’il prit « pour exemple le Plan de Strasbourg159 » il demanda que « les problèmes politiques ne fassent pas pour l’instant l’objet des travaux de cette commission160 ». Le député-financier avait donc privilégié l’approche économique. Il donna néanmoins son point de vue sur le problème particulièrement « politique » de la représentation de l’outre-mer, mais en souhaitant « sauvegarder les libertés » des métropoles dans les territoires d’outre-mer, ce qui n’avait rien - en apparence - de très subversif. Il revenait donc en fait aux propositions émises par Schacht dans les années vingt161 en les teintant d’un loyalisme de bon aloi à l’Union française. Ainsi, la motion adoptée à la fin des travaux de la commission fut d’une modération impeccable tant elle avait insisté sur le nécessaire respect « des intérêts de tout ordre des populations d’outremer162 » et des sacro-saintes « relations des Métropoles et des territoires d’outremer163 ». Une ligne très modérée et surtout très éloignée des projets fédéralistes de l’année 1948 avait donc été adoptée.

  • 164 ANOM, 1 AFFPOL 2314. Mémorandum de l’UEF du 24 octobre 1953. Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, c (...)
  • 165 Ibidem.
  • 166 Ibidem.

15Celle-ci fut maintenue jusqu’au bout puisqu’au terme de ses travaux cette commission de l’Union Européenne des Fédéralistes diffusa le 24 octobre 1953 un mémorandum très soucieux de préserver la souveraineté française dans les territoires d’outre-mer. Tout était adouci, aplani et en parfaite harmonie avec les institutions de l’Union française. En somme, il était bien dit que le principe d’égalité ne serait pas appliqué aux territoires africains ! Ainsi, il ne serait absolument pas question de bouleverser les statuts électoraux : « Les élections outre-mer n’auront pas lieu obligatoirement au suffrage universel164. » Quant à l’Eurafrique des « intégrationnistes égalitaires » où « l’autorité européenne serait substituée à l’autorité du parlement et du gouvernement français165 », elle était présentée comme un véritable repoussoir montrant à quel point on était attaché au maintien de la souveraineté française. Pour l’UEF, ce qui comptait, c’était l’alinéa 2 de l’article 101 du projet de constitution de la CPE qui constituait à vrai dire une véritable clause de sauvegarde : « les lois, recommandations et toutes les décisions de la Communauté ne s’appliquent aux territoires non européens qu’aux conditions déterminées par l’État-membre dont ils relèvent166 ». Grâce à ce fameux alinéa, pas de changement dans l’Union française ! Entre l’autorité supranationale et les territoires d’outre-mer, il y avait « l’Etat-membre », autrement dit la Métropole, qui restait en fait maîtresse du jeu puisqu’elle confisquait l’intégration à son profit.

  • 167 ANOM 1 AFFPOL 2314/2, Résolution adoptée par la délégation générale de l’Organisation française du (...)
  • 168 Ibidem.
  • 169 Ibidem.
  • 170 Claude Visinet des Presles, « La représentation des peuples de l’Union française à la Communauté e (...)

16D’ailleurs, cette conception très prudente se retrouva aussi dans une résolution adoptée le 5 mai 1953 à la Délégation Générale de l’Organisation Française du Mouvement Européen167. On y réclamait certes pour la République française plus de députés, mais en prenant bien soin de réaffirmer la primauté de la souveraineté de la métropole en termes politiques et économiques. En effet, la France « avait toute latitude pour n’appliquer à ses territoires non-européens les décisions de la Communauté que de façon progressive168 » et même si ce mouvement se prononçait pour l’établissement d’un grand marché, il indiquait clairement sa volonté d’écarter « le danger de certains projets visant l’internationalisation de l’Afrique169. » Néanmoins, cette résolution était plus ambitieuse que l’amendement Senghor, puisqu’elle enjoignait d’aller au-delà de ses 70 députés en revendiquant dans les colonnes d’Union Française et Parlement, le nombre de 100 ou de 104 représentants pour la France à l’Assemblée des Peuples170.

17Ce ne serait donc pas sur les mouvements européens et sur les fédéralistes français de l’UEF qu’il faudrait compter pour soutenir le député du Sénégal et ses idées. À l’évidence, le « néo-colonialisme » européen, la menace d’une supranationalité de la CPE existaient surtout dans les imaginations des anticédistes, puisque les mouvements et les personnes concernées avaient été, on l’a vu, d’un loyalisme exemplaire.

Les mouvements eurafricains : coquilles vides, impostures et décors en trompe l’œil

  • 171 ANOM, BIB AOM 5O280, Assemblée Territoriale du Sénégal, 1954 p. 257.
  • 172 Ibidem.

18Les mouvements européens n’étaient pas les principaux soutiens de l’Eurafrique, mais parmi eux et autour d’eux existaient des mouvements qui s’étaient proclamés « eurafricains ». Reste à savoir s’ils avaient eu effectivement un rôle. Citons l’existence au Sénégal, de l’Association philanthropique des Mulâtres, qui dans le contexte de l’effervescence européenne le 12 janvier 1949 poussa son Assemblée générale à changer de nom et à se transformer en une « Union des Eurafricains de l’Afrique Noire Française171 ». Comme cette association était sénégalaise, il serait tentant d’y voir l’influence de Senghor. Mais on sait peu très peu de chose sur un groupe qui de toute manière s’interdisait dans l’article 15 de ses statuts « toute discussion politique, religieuse172 ».

  • 173 Archives historiques des Communautés Européennes, ME, 2203, Rapport à Monsieur le Président du « M (...)
  • 174 Archives historiques des Communautés Européennes, ME, 2203, Mouvement pour l’Eurafrique. Document (...)
  • 175 Archives historiques des Communautés Européennes, ME, 2203, Projet de Traité devant servir de base (...)

19Un autre mouvement avait vu le jour : le « Comité Régional Français pour l’Eurafrique », une association loi de 1901, déclarée le 9 juillet 1953. Suscité par le Mouvement européen, ce comité était censé appuyer la thèse de l’intégration de l’outre-mer dans la CPE. Il prenait la suite d’un Mouvement pour l’Eurafrique créé à Tunis en décembre 1951, qui avait cherché, sans réel succès, à obtenir le soutien du même Mouvement européen173. Cette autre association autorisée par le gouvernement beylical n’avait pu obtenir que des parrainages sans réelle signification. Si Daniel Boisdon, le premier président de l’Assemblée de l’Union française, avait accepté d’en être le président d’honneur, la cheville ouvrière du mouvement fut son président, un certain Louis Zuretti, vice-président délégué de « l’Association des Anciens Combattants et Victimes de Guerre » et président d’honneur de l’inter fédération nord-africaine des Anciens Combattants. Ce personnage qui déploya une intense activité ne fut pas au départ réellement pris au sérieux tellement il eut du mal à obtenir son affiliation au Mouvement européen. Les idées avancées étaient a priori généreuses puisqu’il était demandé « une Fédération eurafricaine, à laquelle appartiendrait, sur un pied d’égalité, entre autres, la Tunisie, la France et les Etats européens174 ». Mais ses objectifs étaient cousus de fil blanc, tellement les Musulmans brillaient par leur absence et tellement on cherchait à donner à tous les immigrés d’origine européenne, une citoyenneté eurafricaine175 ! On avait donc affaire à quelque chose d’assez marginal, qui avait du mal à se faire connaître et reconnaître mais qui bénéficia sans aucun doute du contexte « européen » de l’année 1953. Du coup, avec la naissance le 3 juillet 1953 du « Comité Régional Français pour l’Eurafrique », le petit groupe tunisien avait débouché de manière inespérée sur des perspectives plus sérieuses.

  • 176 ANOM, 1 AFFPOL 2316/4, Note de renseignements du 9 décembre 1953.
  • 177 ANOM, 1 AFFPOL, 2314/2, Le mouvement pour l’Eurafrique, tract et déclarations des principes. Voir (...)
  • 178 Ibidem.
  • 179 Ibidem.
  • 180 Entretien avec Maurice Faure du 30 décembre 2003.
  • 181 Entretien avec Jean Lacouture du 28 août 2002.
  • 182 Entretien avec Max Jalade du 20 septembre 1999.

20Être pris au sérieux, voilà qui était essentiel pour ce mouvement qui signalait l’adhésion de membres fondateurs connus et pratiquement tous africains comme Ben Tounes, député d’Alger, Cadi Abdelcader, député de Constantine, et de Senghor. Ce mouvement eurafricain se fixait l’ambitieux objectif de susciter « la création et le développement, tant en Europe qu’en Afrique, d’un climat favorable à l’établissement d’un fédéralisme eurafricain176 » et se voulait consensuel : « Des hommes de tous les partis y participent. Seuls ne sont pas admis ceux qui s’excluent eux-mêmes, soit par un esprit de racisme ou de “colonialisme” suranné, soit par leur fanatisme idéologique, soit par leur obéissance occulte ou inavouée, à des mots d’ordre étrangers à l’Eurafrique177 ». Bien entendu, il ne s’agissait pas de déboucher sur une organisation de masse, mais de s’appuyer seulement sur les « élites178 ». Pour y parvenir, le Mouvement européen qui souhaitait créer un carrefour politique propre à insuffler l’ardeur des années 1948-1949, prêta des locaux à ce Mouvement pour l’Eurafrique dans un immeuble haussmanien au 10 boulevard Poissonière à Paris. Mais ce fut peine perdue car tout montre qu’en dépit des apparences l’activité et l’influence de ce mouvement eurafricain fut plus que réduite. En effet, même si on lui accordait au bénéfice du doute la « constitution de 22 comités en Afrique noire et blanche179 » dont on ne sait en réalité pas grand-chose et dont on ne retrouve pas la trace, le Mouvement pour l’Eurafrique ne compta, dans le meilleur cas, que 100 membres actifs, ce qui laisse supposer que certains comités étaient fantomatiques. De plus, un certain nombre de contemporains pourtant bien informés comme Maurice Faure180, Jean Lacouture181 et même Max Jalade182 alors journaliste parlementaire spécialisé dans l’outre-mer, affirment n’avoir jamais été au courant.

  • 183 Lettre de Raymond Barre du 30 septembre 2002 à Yves Montarsolo.
  • 184 ANOM, 1 AFFPOL 2316/4 : Note de renseignements du 9 décembre 1953.
  • 185 Ibidem, lettre manuscrite du 29 décembre 1953.

21Les graves difficultés de cette officine la poussèrent sans doute à user d’expédients. Peut-être inscrivit-elle d’office dans ses rangs telle ou telle personnalité. Par exemple, Raymond Barre qui pourtant était cité comme membre du comité, nous assurait qu’il n’y avait jamais participé183 vu qu’il en ignorait jusqu’à l’existence ! Mais les archives sont encore plus cruelles184 pour ce pauvre mouvement. On y découvre que trois personnalités de second plan en étaient les vrais animateurs. Le président, Louis Jousselin, avait bien été conseiller de l’Union Française, mais le groupe MRP de l’Assemblée Nationale n’avait pas renouvelé son mandat en juillet 1952. Le secrétaire du mouvement, un certain Gautier-Walter, journaliste, avait plus de consistance car il était assez actif politiquement. Membre du Comité exécutif de l’UDSR et européen convaincu, il avait participé au mouvement « Libération Nord ». En 1953, il militait dans deux associations « européennes » : les « Cercles Fédéralistes et Socialistes pour les États-Unis d’Europe » dont il était le secrétaire à la propagande ; et la« Fédération Parisienne du Mouvement Français pour les États-Unis d’Europe » où il était membre de la commission exécutive. Le trésorier, Jacques Faugeras, était quant à lui signalé comme un ancien journaliste spécialiste des questions économiques. Il était bien chevalier de la légion d’honneur, lieutenant-aviateur dans les FFL, mais ses états de service élogieux obtenus durant la deuxième guerre mondiale ne compensaient pas son manque d’entregent… Le ministère de la France d’outre-mer qui avait pris la mesure de ces éléments peu encourageants traita comme il convint ce mouvement. En effet, quand Gautier-Walter, le journaliste secrétaire du Comité régional se rendit au ministère pour réunir dans un camp de jeunesse à Nice des étudiants métropolitains et africains, il essuya un refus. L’administration ne voyait pas l’intérêt de soutenir financièrement une telle initiative et ne souhaitait absolument pas offrir des billets d’avion à : « des originaux (sic) des TOM qui n’ont sans doute rien à gagner à fréquenter des nationalistes même modérés d’Algérie du Maroc ou de Tunisie185 ».

  • 186 Le Courrier d’Afrique, 29 juin 1954.
  • 187 Ibidem.
  • 188 ANOM, 1 AFFPOL 2314/1/4 : Note de renseignements du 9 décembre 1953

22Dans le sillage de ce Mouvement pour l’Eurafrique, il faut relever la tentative d’un authentique aventurier, Jean-Maurice Bugat qui après avoir tenté une carrière vite interrompue de chanteur comique dans un cabaret de Léopoldville, s’était auto-proclamé directeur général d’un Mouvement de l’Union française. Grâce à un article intitulé le Mouvement européen s’organise en AEF186, il avait claironné avec un formidable aplomb que : « Le Mouvement européen, dont les présidents d’honneur sont MM. Winston Churchill, Coudenhove-Kalergi, Alcide de Gaspéri, Robert Schuman et Paul Henri Spaak, vient de déléguer en AEF M. Jean Maurice Bugat187 ». Naturellement, l’administration locale qui s’était fait un plaisir de détailler un parcours si pittoresque, avait préconisé à l’encontre de l’ex-comique beaucoup de prudence : « je crains, en définitive, que le Comité qu’il prétend fonder ici en faveur du Mouvement de l’Union française et du Mouvement Européen, manque de sérieux et je pense qu’il conviendrait d’accueillir les demandes de patronages de M. Bugat avec la plus grande circonspection188. »

  • 189 Général Octave Meynier, « Vers la réalisation de l’Eurafrique », Eurafrique. Revue Générale d’Acti (...)
  • 190 ANOM, Papiers Meynier, 23 APC/5, Lettre du 12 décembre 1947 de Léon Muscatelli délégué général du (...)
  • 191 Michel Pierre, « L’affaire Voulet-Chanoine », L’Histoire, n° 69, 1984, p. 67-71.
  • 192 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i.
  • 193 Général Meynier, « À propos du problème de l’Eurafrique », Comptes-rendus des séances de l’Académi (...)
  • 194 R. C. Llamo, Essai sur le peuplement européen de l’Algérie. Euralgérie ou de la naissance d’un peu (...)
  • 195 Eurafrique, janvier 1959.
  • 196 Jacques Soustelle, Le drame algérien et la décadence française. Réponse à Raymond Aron, Paris, Plo (...)

23Il n’y avait rien de vraiment sérieux, ni de solide non plus avec la petite revue Eurafrique189 créée à Alger par Octave Meynier, un atypique général du cadre de réserve, qui avait été, entre autres, directeur des Territoires du Sud de1927 à 1934. Élu en 1950 à l’Académie des sciences coloniales, ce dynamique retraité avait créé lui aussi « son » association « Les Amis du Sahara » et s’était fait la spécialité de la réclame de l’Eurafrique. Membre du RPF algérois190, ce rescapé de l’affaire Voulet-Chanoine191 avait des conceptions opposées à celles de Senghor ou des fédéralistes et en réalité très comparables à celles de Guernier ou de Coudenhove192. Cet acteur de la conquête du Tchad affirmait encore, après Dien Bien Phû, que les Français avaient été les meilleurs colonisateurs de l’Afrique avec les Portugais193. Il montrait que décidément, cinquante-quatre après son épopée auprès du général Joalland, il avait conservé intact, comme fossilisé, l’état d’esprit de sa jeunesse. Mais, son audience était limitée au millier de personnes qui constituèrent son lectorat : il n’incarnait pas un vaste élan populaire euro-africain. Citons, également, la rédaction en Algérie d’un opuscule marginal intitulé Euralgérie ou de la naissance d’un peuple original, écrit par un Pied-Noir qui avait au moins le mérite de clarté : « Au rêve stérile d’une résurrection du grand empire arabe, nous opposons l’idée féconde d’Eurafrique… Un état euralgérien composé uniquement d’Européens, soutenu par la France et l’Europe, pourrait d’ici bien peu, devenir le seul gage, le seul bastion de l’avenir de l’Europe en Afrique194. » Un peu plus tard un autre mouvement « eurafricain », le Comité Eurafrique-France, rendit hommage à l’action de Meynier le 16 octobre 1958 lors de sa cérémonie inaugurale. Présidé par Jacques Soustelle qui était encore ministre de l’Information, ce comité était en fait une officine très « Algérie française » où d’ailleurs le même Jacques Soustelle ne cachait ni sa préférence pour une solution euro-africaine de style confédéral195, ni le fond de sa pensée : « Disons-le franchement. Il y a quelque chose d’étrange et de suspect dans cette insistance à vouloir à toute force que nous quittions l’Afrique, que nous renoncions à l’Eurafrique, pour nous jeter et nous noyer dans la petite Europe sous tutelle américaine196. »

24Se dire partisan de l’Eurafrique ne voulait donc pas dire soutenir Senghor. Si la coloration politique assez à gauche du « Mouvement pour l’Eurafrique » indiquait qu’il y avait là une base idéologique capable de soutenir les thèses fédéralistes des « intégrationnistes égalitaires », son impact avait été nul. Quant à l’Eurafrique de Meynier, c’était pire car il ne s’agissait là que d’une momie datant de la période de la « Vieille Eurafrique » et qui était par conséquent aux antipodes de celle qui avait surgi en 1952-53. D’ailleurs, que pouvait-on attendre de ce curieux et baroque assemblage composé d’un ex-conseiller de l’Union française, d’un ex-pilote de la France-Libre, d’un journaliste, d’un comique reconverti en animateur politique, et d’un vieux général animateur de rallyes routiers transafricains ? Rien de sérieux, assurément. En revanche, le côté très « pot-pourri » de ces mouvements avait au moins le mérite de souligner tous les contrastes et toute l’ambivalence de l’Eurafrique. En effet, que l’on soit cédiste ou pas, on pouvait selon les circonstances, s’en réclamer facilement.

L’étrange « France eurafricaine » de François Mitterrand

  • 197 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française, Paris, Éditions René Julliard, 1953, p. (...)
  • 198 Georgette Elgey, Histoire de la IVe République. Troisième partie. La République des tourmentes. 19 (...)
  • 199 Jean Lacouture, Mitterrand. Une histoire de Français. 1. Les risques de l’escalade, Paris, Seuil, (...)
  • 200 Entretien avec Jean Lacouture du 25 août 2003.

25L’ambivalence de l’Eurafrique, le fait qu’elle puisse être réclamée par toutes sortes de partisans de l’Europe était un atout. Ce fut peut-être pour cela que François Mitterrand y fit lui aussi référence dans son ouvrage Aux frontières de L’Union française197. Ecrit en 1952, sans doute au cours de son passage dans le gouvernement d’Edgar Faure, ce livre a une importance particulière pour notre étude. En effet, il lui valut d’être qualifié par Georgette Elgey de « chantre de la vocation eurafricaine198 de la France » ce que Jean Lacouture199 confirma. Pour lui, l’Eurafrique était même une des rares idées auxquelles le « Florentin » tenait vraiment200. Mais qu’en était-il en réalité ?

  • 201 FNSP, Archives de l’UDSR, 412 AP 73.
  • 202 Ibidem : « Le Monde uni par l’Europe unie », Brochure de l’Union démocratique et socialiste pour la (...)
  • 203 Il s’agissait de la brochure du RPF destinée à l’Union française et dirigée par Jacques Foccard.
  • 204 FNSP, Archives de l’UDSR, 412 AP 6.

26Trouver cette thématique dans les bonnes feuilles rédigées à la fin de l’année 1952 et au tout début de l’année 1953 par l’ex-ministre de la France d’outre-mer n’est pas très surprenant. N’avait-il pas participé en juin 1949 à « l’Union démocratique et socialiste pour la paix et la fédération des peuples de l’Europe et du monde201 » qui souscrivait à une participation de l’outre-mer à une future communauté européenne202 » ? Peut-être, finalement, était-il un de ces partisans de la « Jeune Eurafrique », un de ceux, qui comme Senghor, y voyaient l’occasion d’infléchir de manière libérale la politique française en Afrique ? Il est vrai que son passage à la rue Oudinot dans le gouvernement Queuille avait fait du jeune député de la Nièvre l’avocat le plus remarqué d’une politique africaine plus progressiste. « Rapatriement » du RDA, élaboration d’un code du Travail, accès des Africains aux conseils municipaux, signature le 23 juin 1951 apposée au manifeste France-Maghreb aux côtés notamment de Senghor, voilà qui donnait le ton et révélait que les trajectoires de ces deux hommes s’étaient déjà croisées au moins une fois. Aussi, que François Mitterrand ait évoqué lui aussi l’Eurafrique, montre qu’il y avait peut-être là une autre identité de point de vue. Se positionner aux côtés du partisan africain le plus connu d’une intégration plus égalitaire de l’Afrique dans la CPE n’était pas politiquement neutre et revêtait un sens particulier. En effet, durant cette période, il se présentait volontiers à l’UDSR comme le chef de file de la « minorité » de gauche face à René Pleven. De sorte que se situer, et situer son parti comme il avait déclaré lors du Ve Congrès national de l’UDSR le 18 octobre 1951 « à gauche – au centre gauche – dans le cadre des institutions républicaines » était parfaitement cohérent, surtout quand il fallait démontrer à son auditoire que la rupture des liens avec le RPF avait été une décision dramatique en terme de nombre de parlementaires mais opportune en terme de fidélité à la République. Dans ces conditions, et en matière de politique « ultra-marine », on pouvait s’attendre chez le François Mitterrand des années 19521953 à un discours plus proche de celui de Senghor que de celui du RPF Jacques Foccard dans sa Lettre à l’Union française203 ! Ainsi, beaucoup de choses donnaient à penser que le jeune et ambitieux rival de René Pleven soutiendrait Senghor et ses initiatives. D’ailleurs l’UDSR dans ses brochures, ne s’était-elle pas proclamée en 1951 au congrès de Marseille, le parti de l’Union française et de l’unité européenne204 ?

  • 205 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française… op. cit., p. 248.

27Pourtant, le député de la Nièvre ne fit pas cause commune avec celui du Sénégal. Lui, qui le 26 février 1953 disait vouloir « essayer l’Europe fédérée de M. Schuman205 » ne s’était pas prononcé sur la place exacte de l’Afrique française dans la CPE ! Oubli dû à un agenda trop chargé, ou bien omission volontaire ? Il est bien difficile de croire qu’un homme comme François Mitterrand, déchargé de fonctions ministérielles de mars 1952 à juin 1953, n’avait pas eu le temps de s’engager davantage sur la voie de la construction de l’Eurafrique. Il faut donc s’interroger sur ce qui le poussa à ne pas s’exprimer en janvier 1953 quand Senghor parla à l’Assemblée « ad hoc ».

  • 206 Ibidem, p. 244-245.
  • 207 Sauf, et encore, le passage suivant : « Dire à nos alliés que là est notre domaine réservé et dire (...)
  • 208 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française… op. cit, p. 39-40 : « L’Europe elle même (...)
  • 209 Ibidem.
  • 210 Jean-Alexandre Carpentier, Les problèmes nord-africains, eurafricains et le vrai message de Lyaute (...)
  • 211 Ibidem, p. 2.

28Des éléments de réponse se trouvent dans son ouvrage Aux frontières de l’Union française et dans ses éloges de Lyautey206 et de « la plus grande France ». Avec des passages dignes d’une littérature datant de l’Exposition coloniale, impossible donc, de trouver quelque chose de vraiment progressiste207 et bien sûr toute trace d’une Eurafrique égalitaire ou une quelconque référence à la nécessité de faire représenter les Africains dans la CPE. La « Jeune Eurafrique » telle que Senghor et les fédéralistes la concevaient n’était pas au rendez-vous. En revanche, la « Vieille Eurafrique » celle des années trente et quarante était là. Aussi, toute la litanie des banalités dites et redites depuis Hugo, Caillaux, Lyautey, Sarraut au sujet de la mystique du « Sud » du « destin » de l’Europe était complaisamment évoquée208. Au point que certains passages de son livre auraient pu être écrits par le Comité de la France d’outre-mer : « Pour les Français qui se désolent et qui étouffent dans les frontières étroites d’une métropole vieillie, quelle responsabilité exaltante : d’eux peut dépendre l’avenir d’un continent209 ! » Sa logique rejoignait donc celle d’un ouvrage paru au même moment Les problèmes nord-africains, eurafricains et le vrai message de Lyautey210, si bien que l’Eurafrique de François Mitterrand permettrait à la France de devenir « la troisième force mondiale211 ».

  • 212 Éric Duhamel, François Mitterrand. L’unité d’un homme, Flammarion, 1998.
  • 213 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française… op. cit., p. 40-41.
  • 214 C’est aussi l’opinion d’Éric Roussel : « François Mitterrand, l’Européen », in Elizabeth Du Réau, (...)

29Sa rivalité avec René Pleven explique probablement cette prise de position. Si le père de la CED souhaitait faire passer l’Europe212 avant l’Union française, pour François Mitterrand c’était le contraire : il faisait de l’Afrique sa priorité. Aussi, le député de la Nièvre était très loin d’être le plus ardent de tous les cédistes car il avait critiqué vertement au Congrès de Clermont-Ferrand l’inversion des priorités entraînée par la CED : « … nous avons accepté des obligations atlantiques sans avoir obtenu des garanties méditerranéennes… la Méditerranée occidentale et le bloc africain avant l’Europe et l’Atlantique ». Ainsi, l’Eurafrique de François Mitterrand était donc une manière de mieux faire accepter le renoncement à l’Indochine. D’ailleurs Pierre Mendès-France qui lui avait préfacé son Aux frontières de L’Union française ne s’y était pas trompé. Pourtant, son audacieux « Adieu à l’Asie » s’accompagnait d’un corollaire qui, lui, était nettement moins novateur. Intituler « l’Afrique d’abord » tout un chapitre de son ouvrage faisait irrésistiblement penser à l’antique Lâchons l’Asie, gardons l’Afrique d’Onésime Reclus, ce qui en soi était tout un programme. Si l’Indochine l’éloignait des Bidault et des Debré, l’Afrique l’en rapprochait étonnamment. Que voulait dire exactement François Mitterrand en évoquant « la seule réalité historique incontestable : la France eurafricaine qui, actuellement, comprend ou contrôle quatre-vingt-cinq millions d’êtres213 » sinon, veillons au salut de l’Empire, et surtout ne nous prononçons pas sur le devenir des territoires d’outre-mer dans la future CPE214 !

30De retour aux affaires en juin 1953 dans le gouvernement Laniel comme ministre délégué au Conseil de l’Europe, il avait indiscutablement avec cette fonction l’opportunité de faire passer « son » Eurafrique de la théorie à la pratique. Quelles initiatives, quels coups d’éclat ferait ce ministre directement concerné par la construction européenne en faveur de l’Afrique ? N’était-ce point l’occasion rêvée de fédérer tous ceux qui rêvaient d’unir l’Europe et l’Union française ? L’ancien ministre de la France d’outre-mer ne saisit pas cette chance au moment où il fut en charge de ces affaires européennes. S’il avait vraiment tenu à la France eurafricaine sur laquelle il avait tant glosé quelques mois plus tôt, il l’aurait certainement faite. Naturellement, on peut objecter que les enjeux des affaires marocaines ne lui en avaient pas laissé le temps. Trois mois au gouvernement seulement, c’était court, et sa démission fracassante en début septembre pour dénoncer les « hommes du maréchal Juin » montra sa détermination à devenir un des chefs de file des « progressistes ». Néanmoins, il avait laissé de côté l’Eurafrique à un moment où avec le projet de l’Assemblée « ad hoc » son avenir se jouait.

  • 215 ANOM, 1AFFPOL 2314, 1.
  • 216 Entretien avec Max Jalade 24 septembre 1999.
  • 217 ANOM, 1AFFPOL 2314, 1. Note de renseignements sur le Comité régional pour l’Eurafrique et ses diri (...)

31Le silence officiel de François Mitterrand s’accompagne de faits attestant qu’il avait pris en compte cette question. En effet, quand on examine la composition du « Comité régional français pour l’Eurafrique215 » on constate l’omniprésence de membres de l’UDSR, qui tous étaient aux commandes. Le secrétaire de ce mouvement Gautier-Walter n’était pas uniquement un journaliste très entreprenant216, il se faisait connaître aussi comme membre du Comité directeur de l’UDSR217. De même, on relève la présence de deux députés UDSR Saïd Mohamed Cheik, le député des Comores ainsi que Cadi Abdelkader député de Constantine. Comment François Mitterrand aurait-il pu ignorer cela ? Des liens tangibles existaient donc encore au deuxième semestre de l’année 1953 entre le seul mouvement eurafricain et le parti de François Mitterrand. Seulement, il n’y avait pas souscrit personnellement, et de plus on ne trouvait aucun député RDA dans ce mouvement. Cette double absence renforcée par la présence de la signature de Senghor, tendrait à démontrer qu’il y avait donc bien des freins puissants destinés à empêcher toute collaboration entre le président des IOM et l’ambitieux leader de l’UDSR.

  • 218 Sa démission du gouvernement Laniel.
  • 219 D’ailleurs, quand à l’automne la menace fédéraliste fut écartée il exigea l’intégration de l’outre (...)
  • 220 Jean Frémigacci, « Les parlementaires africains… » op. cit.
  • 221 Coups de barre en Afrique ou le « grand dessein » est le titre du chapitre que Jean Lacouture cons (...)
  • 222 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française… op. cit., p. 39-40 : « Du Congo au Rhin, (...)

32François Mitterrand avait une autre excellente raison de ne pas aller dans la même direction que Senghor. Comment aurait-il pu, lui qui était l’allié privilégié du RDA, jouer sur la place publique avec le rival d’Houphouët-Boigny, un numéro de duettiste qui aurait été sans doute flamboyant ? C’est pourquoi, on peut avancer l’idée que sa démission de septembre 1953218 était en matière de politique africaine un peu comme l’arbre qui cache la forêt. Ne pas agir résolument pour l’intégration de l’outre-mer dans la CPE, et faire du colonialisme tardif avec sa « France eurafricaine », annonçait plus le célèbre « L’Algérie, c’est la France » du Garde des Sceaux du gouvernement Guy Mollet que sa signature au bas de tel ou tel manifeste ou que son opposition à tel ou tel proconsul219. On voit donc bien que si l’Eurafrique avait a priori toutes les dispositions nécessaires pour séduire les Français, elle pâtissait de la guerre qui sévissait entre les cédistes et les anticédistes. Tous ceux qui auraient pu la soutenir, parce qu’elle accroissait d’autant la puissance française, ne le faisaient plus. Non seulement elle faisait le jeu du fédéralisme, mais en plus elle servait les intérêts de Senghor qui y voyait un moyen supplémentaire d’émancipation220. Dans ces conditions, oui, il avait eu, comme l’ont bien souligné Georgette Elgey et Jean Lacouture221 un « grand dessein » africain222. Mais, dans tout cela, il n’y avait rien de neuf ou d’inédit. Il ne s’agissait que de « colonialisme tardif », que d’une décalcomanie de l’Exposition de Vincennes.

La « doctrine Bidault » ou comment neutraliser Senghor

33Comme on l’a vu, dès le mois de décembre 1952, la double perspective de la mise en place de la CPE et de l’intégration des territoires d’outre-mer avait surpris puis paniqué bon nombre de hauts responsables du Quai. Leurs plans avaient été bouleversés et depuis les initiatives de Teitgen et de Senghor le cours des événements semblait leur avait échappé. Mais la partie était très loin d’être jouée. Des commissions x, y ou z à Strasbourg pouvaient toujours rédiger des projets de constitution, mais le gouvernement français devait les valider avant de les présenter à l’Assemblée nationale. Les bureaux du ministère des Affaires étrangères le savaient et avaient bien compris qu’ils pourraient toujours, le moment venu, reprendre la main.

Une priorité du quai d’Orsay

  • 223 ANOM 1 AFFPOL 3255, Note n° 1437 pour M. le Ministre, Direction des Affaires politiques, 3e Bureau (...)
  • 224 ANOM 1 AFFPOL 3255. Note du 9 février 1953 pour Monsieur le Directeur des Affaires politiques par (...)
  • 225 ANOM 1 AFFPOL 3255, Note n° 1437 pour M. le Ministre, Direction des Affaires politiques, 3e Bureau (...)
  • 226 ANOM 1 AFFPOL 3255. Note du 9 février 1953 pour Monsieur le Directeur des Affaires politiques par (...)
  • 227 Ibidem.

34Contrairement au Quai d’Orsay, le ministère de la France d’outre-mer ne désavoua pas entièrement et tout de suite, les thèses de Senghor. Bien sûr, la direction des Affaires politiques était inquiète : « l’intégration de l’outre-mer à l’Europe continue à être étudiée de manière désordonnée. Aux improvisations spectaculaires de M. Senghor correspondent des mesures opposées lorsque la Commission étudie les conséquences logiques de cette représentation223 ». Cependant, cet événement fut mis à profit pour réfléchir à nouveau à cette question et même à aborder celle du suffrage universel : « Il semble donc qu’il convienne, dès à présent, de se préparer, d’abord, à envisager pour un avenir proche, la réalisation du suffrage universel… Les raisons d’être de l’institution déjà contestée du “double-collège” apparaîtront, vraisemblablement, bien moins nettes, pour des élections européennes que pour des élections au Parlement français224 ». Mais, il ne s’agissait que de supputations, et la direction des Affaires politiques se cabra devant l’obstacle. Elle eut la ferme intention d’orienter à sa guise les choix de la représentation française, de manière à marginaliser le député du Sénégal225. La position attentiste, visant à conserver le statu quo de 1946 prévalait encore et même en étant convaincu de la fin prochaine du « double-collège » certains spécialistes des questions électorales, mis à l’épreuve des faits refusèrent tout net la mise en place immédiate du suffrage universel et recommandèrent au cas où la CPE concernerait l’Afrique de « prendre comme base le degré d’évolution certificat d’études226 » afin « d’aboutir à un système qui ne modifierait que très peu la consistance de la représentation actuelle des Territoires d’outre-mer au Parlement français227 ». Toutefois, l’essentiel du travail de sape destiné à neutraliser les avancées de Senghor et le traité de CPE ne fut pas l’œuvre de la rue Oudinot.

  • 228 CHAN, Papiers Bidault, 457 AP 38, Note de M. Wormser du 9 février 1953 au sujet de l’intégration é (...)
  • 229 Ibidem.
  • 230 Ibidem.
  • 231 Ibidem.
  • 232 Ibidem.
  • 233 Ibidem.

35Le Quai d’Orsay se chargea de cette besogne en multipliant les notes et les mises en garde. Pour le directeur du département des affaires économiques et financières, Olivier Wormser, la France s’acheminait vers une catastrophe sans précédent, en particulier à cause du projet d’intégration économique lancé par le Hollandais Beyen. Avec ce marché commun-là, la Métropole ne risquait rien de moins qu’une « pastoralisation228 » de son économie et pour l’outre-mer, c’était bien pire. L’intégration économique en plus d’être dangereuse serait empêchée par « un obstacle dirrimant229 » : qu’adviendrait-il « des charges » liées à nos responsabilités ultramarines ? Ce que la France devait exiger, selon Wormser, c’était « une répartition équitable230 » des dites charges. Or c’était impossible, car pour l’heure les partenaires européens de la France refuseraient un tel fardeau. Alors, que faire ? Rien, justement. Il fallait donc surtout « s’abstenir d’initiatives nouvelles… au moins jusqu’au moment où l’on sera fixé sur le sort de la CED231 ». D’ailleurs, la voie tracée les années précédentes en matière de coopération intercoloniale n’était-elle pas largement suffisante ? La sagesse consistait donc à s’en tenir à une « étroite collaboration franco-britannique232 » et à commencer par bâtir un marché commun français, autrement dit « à faire de l’Union française un ensemble économique organisé et vivant233 ».

36Avec un tel adversaire, les constituants de l’Assemblée « ad hoc » pouvaient nourrir de sérieuses inquiétudes. Les sombres nuées qui s’accumulaient à Paris trouvaient sans aucun doute une bonne partie de leurs origines au quai d’Orsay. Visiblement, la CPE était mal partie. Mais, pour que cette hostilité des grands feudataires du Quai soit pleinement efficace, il manquait quelque chose d’essentiel : obtenir le ralliement du ministre Georges Bidault.

Pierre-Henri Teitgen encerclé par les diplomates ou le récit d’une réunion de travail chez Georges Bidault

  • 234 Ibidem.
  • 235 Ibidem.
  • 236 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 2.

37Pour convaincre le ministre, il fallait rassembler tout le monde. Ce fut chose faite le mercredi 11 février 1953 à 20h30 au domicile de Georges Bidault. Comme le but de cette très importante réunion de travail était de traiter de la question de l’organisation politique de l’Europe234, les territoires d’outre-mer occupèrent une place de choix dans les discussions. Pierre-Henri Teitgen, qui était présent, chercha à remporter l’adhésion du parterre de diplomates qui l’entourait. Il eut naturellement à cœur de justifier le bien-fondé de sa position au sujet de l’intégration des territoires d’outre-mer. Y renoncer mènerait à la catastrophe, disait-il, car souhaitait t-on vraiment « provoquer un véritable drame à l’intérieur des territoires d’outre-mer235 » ? Ceci dit, et comme Senghor à l’Assemblée « ad hoc », le nouveau président du MRP fit preuve de retenue sur ce point. Pas plus qu’en janvier à Strasbourg, il ne souhaita en février à Paris africaniser la future Assemblée des Peuples. Sept représentants pour les territoires non-métropolitains était un chiffre qui convenait tout à fait. Ajoutés aux 63 autres prévus pour la métropole, la France atteignait donc le maximum prévu : ce qui comportait trois avantages. En effet, s’en tenir au plafond de 70 députés par État-membre constituait un indispensable garde-fou qui permettrait à la France d’éviter une augmentation intolérable de la représentation allemande si une réunification survenait. Grâce à ce seuil de 70, nos voisins germaniques n’auraient jamais plus de députés que l’Union française. D’autre part, ce nombre bien modeste avait un deuxième avantage. Il coupait l’herbe sous le pied de ceux qui redoutaient une représentation française trop nombreuse (une centaine). Les autres Européens verraient bien que Paris n’avait pas l’intention de jouer la carte d’une « force noire » parlementaire à la future Assemblée des Peuples. Enfin, il y avait une troisième raison dont Pierre Henri-Teitgen ne parla pas : comme leurs collègues du Conseil de l’Europe, les 7 députés supplémentaires devaient être désignés au suffrage indirect. Cela impliquait qu’il n’y aurait pas de remise en cause inopportune des lois électorales de l’outre-mer français. Ainsi, l’homme du 24 octobre 1952 s’était beaucoup dépensé pour montrer qu’il n’avait pas obéi au diktat des fédéralistes et qu’en aucun cas il ne serait question d’élections européennes en Afrique et de « Conseil européen de trusteeship236 ».

  • 237 Pour Michel Debré le directeur des Affaires économiques et financières du quai d’Orsay qui devint (...)
  • 238 Directeur des Affaires politiques du quai d’Orsay.

38Mais, ces arguments pesèrent bien peu face à la détermination des adversaires de la CPE. Parodi, Seydoux, Maurice Schumann, Olivier Wormser237, de la Tournelle238, tous repoussaient ce projet, car l’intégration des territoires d’outremer mettrait la France dans une position insensée. Qu’ils fassent partie ou pas de l’Europe, les conséquences en seraient de toute manière désastreuses. Pour Parodi il était clair que : « … si les territoires d’outre-mer ne sont pas mis dans la Communauté européenne et si la charge des investissements n’est pas partagée nous garderons bien l’avantage que la France d’outre-mer restera française mais la France métropolitaine fera encore moins le poids dans l’Europe où elle sera intégrée… l’Allemagne qui n’a pas les mêmes charges se trouve maintenant dans une situation florissante. Inversement, si nous mettons la France d’outre-mer dans la Communauté nous faisons un immense cadeau à nos partenaires et nous perdons notre droit à parler comme une grande puissance ». Après lui, Seydoux répéta à peu près la même chose en précisant les dangers auxquels la France s’exposerait en menant des représentants des territoires d’outre-mer à Strasbourg. Avait-on oublié le discours de Senghor, avait-on réfléchi qu’avec sept députés seulement tous les territoires d’outre-mer ne pourraient pas être représentés ?

  • 239 CHAN, Papiers Bidault, 457 AP 38, Compte-rendu de la réunion tenue le mercredi 11 février à 20 h 3 (...)
  • 240 Ibidem.
  • 241 Ibidem.

39Olivier Wormser continua en condamnant par avance les « projets prévus par l’Assemblée “ad hoc”239 ». Son « très grand scepticisme240 » au sujet de l’accomplissement de la grande œuvre européenne s’accompagnait également d’une attaque en règle dirigée contre les savants calculs exposés par Pierre-Henri Teitgen. D’après le diplomate, la France risquait fort d’être mise en minorité à l’Assemblée des peuples, notamment au sujet des migrations européennes dans les territoires d’outre-mer. Il n’était pas interdit de penser que l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas qui étaient pour puissent voter contre la France. Notons que sur ce point, Olivier Wormser avait fait flèche de tout bois. Les Affaires étrangères qui dans le passé avaient toujours défendu la thèse d’une émigration européenne modérée en Afrique avaient complètement changé d’avis sur la question : tout était bon pour jeter de l’huile sur le feu. Le directeur des Affaires politiques du Quai n’hésita pas à franchir les limites imposées par le devoir de réserve. En effet, sa critique de l’inclusion de l’outre-mer en présence de Pierre-Henri Teitgen, frisait l’insolence : « une Communauté politique qui doit fondre la CED et la CECA, comprendre les territoires d’outre-mer, alors que l’Afrique du Nord ne participe pas à la CECA et que l’Union Française est exclue de la CED. Il y a là une position particulièrement illogique241 ».

40Cette réunion de travail s’était donc transformée en une véritable embuscade. Très isolé, encerclé même, Pierre Henri Teitgen put encore mieux saisir à quel point son initiative du 24 octobre 1952 avait déplu aux diplomates et surtout jusqu’où pouvait aller le respect dû à sa fonction. Tout ministre qu’il était, il eut donc à subir le 11 février 1953 un véritable réquisitoire anticédiste. Cette petite humiliation, subie sous les yeux de son hôte Georges Bidault, eut au moins un enseignement : plus que jamais les cédistes devraient se méfier de la capacité de nuisance du ministère des Affaires étrangères.

Se débarrasser du « barda » eurafricain

  • 242 Ibidem.
  • 243 Lire les cruelles observations de René Massigli in Une comédie des erreurs… op. cit., p. 97 : « un (...)
  • 244 CHAN, Papiers Bidault, 457 AP 38, Compte-rendu de la réunion tenue le mercredi 11 février à 20 h 3 (...)

41Georges Bidault, successeur de Robert Schuman au quai d’Orsay, était cette soirée-là en grande forme, et il valait mieux : la « Fronde » des « Grands » de son ministère battait son plein. Pour répliquer aux attaques de son directeur des Affaires politiques, il choisit l’humour : « M. de la Tournelle a posé une excellente colle242 » et en restant fidèle à son goût pour la litote243, et affirma, plus sérieusement, ne pas vouloir être le naufrageur des traités de la CED et de la CPE, en déclarant finement être : « sinon pour le minimum, tout au plus contre le maximum244 ». L’ancien président du CNR savait ce qu’il voulait. Lui aussi pouvait se montrer tranchant et péremptoire :

  • 245 Ibidem.

« … il s’agit d’être raisonnable c’est-à-dire :
– la CECA et la CED existeront, il faut les réunir sous un toit commun.
– il faut ouvrir les fenêtres par le moyen du suffrage universel245. »

  • 246 Ibidem.
  • 247 Ibidem.
  • 248 Ibidem.
  • 249 Ibidem.

42Le ministre des Affaires étrangères annonça qu’il n’entendait pas renoncer à ce qu’il considérait comme essentiel. Il ne voulait certes pas « changer de but246 » mais fit une concession en se disant prêt à « passer par de petits chemins247 »si c’était nécessaire. La finalité restait donc la même mais l’itinéraire avait changé. Donc, comme l’avait souhaité le Quai, la voie européenne contournerait l’outremer. La décision avait été prise, et il ne restait plus qu’à l’habiller avec une de ces formules dont Bidault avait le secret : « Quant à l’Union française c’est notre grand souci. Il faut être en Europe et être en même temps en dehors de l’Europe248 ». Ces termes sibyllins sonnaient le glas de la proposition de Teitgen, et encore plus celle de Senghor. En effet, que signifiait « être en dehors de l’Europe249 » sinon faire marche arrière et en revenir à l’avant-24 octobre, c’est à-dire une Europe « continentale ».

  • 250 Ibidem.
  • 251 Ibidem.
  • 252 Ibidem.

43Seulement pour emprunter ses « petits chemins250 » plus facilement, il fallait se débarrasser du « barda » eurafricain. Évidemment, prononcer à demi-mot une telle sentence, et surtout en présence de l’homme politique qui, le 24 octobre 1952, avait posé le principe de l’intégration de l’outre-mer, avait quelque chose de gênant. Alors, peut-être pour ménager son collègue, le ministre des Affaires étrangères prononça à son intention quelques paroles consolantes : « nous n’avons pas eu tort de laisser entièrement libre nos représentants de la commission ad hoc251 ». Ces mots ne furent pas perdus pour tout le monde puisque l’intéressé saisit la perche qui lui était tendue. Il répliqua qu’à cette commission « ad hoc », la liberté du gouvernement français en matière de représentation de l’outre-mer avait été préservée252, ce qui était une manière de dire que les initiatives de la délégation française n’engageaient qu’elle, et non la République française. Du coup, il rabaissait son coup d’éclat du 24 octobre à une action personnelle, utile peut-être, mais vouée à l’échec.

  • 253 Pierre Henri Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, … op. cit.
  • 254 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

44Ainsi, la question de l’intégration de l’outre-mer lancée imprudemment à l’automne 1952 avait rendu de si mauvais services à la cause cédiste que son instigateur en était devenu presque penaud. Ce fut peut-être pour ces raisons que Pierre-Henri Teitgen omit d’évoquer dans ses Mémoires cet aspect pourtant capital253. Il faut dire qu’il avait tenté de relever un défi redoutable : concilier le fédéralisme de la CPE avec la constitution de l’Union française. Mais comment réussir, surtout si son propre parti, qu’il présidait à ce moment-là, refusait absolument de le suivre dans cette voie254 ?

Un dénominateur commun ?

  • 255 Philippe Chenaux, « Le MRP face au projet de Communauté politique européenne », in Serge Berstein, (...)

45De toute évidence, le MRP avait beaucoup de difficultés à surmonter ces immenses contradictions. Une telle situation faisait d’ailleurs la supériorité de la position de Bidault sur celle de Teitgen. Au MRP à cette époque, on était davantage disposé à partir en croisade contre la dislocation de l’Union française qu’à mourir pour l’Eurafrique. Ainsi, mettre l’outre-mer en dehors du champ des compétences de la CPE était finalement ce qui rassemblait le plus. Robert Schuman et Maurice Schumann, Bidault, les Coste-Floret, sans parler de Léo Hamon, tous étaient d’accord là-dessus255 ! Ce fut d’ailleurs ce que, le président de l’assemblée consultative de Conseil de l’Europe, le grand cédiste François de Menthon, voulut suggérer en fin juillet 1953, à l’occasion de la 40e semaine sociale en plaidant pour une communauté supranationale unissant des nations qui restaient des nations…

  • 256 Georges-Henri Soutou, « Georges Bidault et la construction européenne. 1944-1954 », in Serge Berst (...)

46Ainsi, au MRP, le fédéralisme était soigneusement mis de côté. D’où l’absence des « grands » du MRP au congrès des Nouvelles Équipes Internationales à Tours les 4 et 6 septembre 1953, rehaussée par l’arrivée en solitaire de Pierre Henri Teitgen. Comment les grands dirigeants du parti pouvaient-ils unir leurs voix à ce partisan du fédéralisme et de la représentation de l’outre-mer dans les institutions européennes ? C’est pourquoi, entre les partisans de « l’Europe de suite », et les passionnés de l’anticédisme, il y avait une place qu’entendait bien occuper l’ancien président du CNR256. Georges Soutou a bien expliqué combien Georges Bidault avait à garder une voie médiane, et à jouer les équilibristes. Il avait pour éviter la chute, absolument intérêt à « réserver » à plus tard le statut de la France d’outre-mer dans la CPE et donc à pratiquer l’attentisme.

  • 257 Ibidem, p. 221-223.
  • 258 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.
  • 259 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.5.

47En effet, comment convaincre du bien fondé du fameux article 38 de la CED si on avait contre soi des cédistes persuadés que l’intégration des territoires d’outre-mer dans la CPE mènerait sûrement l’Union française à sa dissolution ? À agir ainsi, le ministre des Affaires étrangères, c’est vrai, « faisait effectivement l’Europe » mais sans y « dissoudre » l’Union française. Pour lui, la meilleure façon de concilier les deux vocations fondamentales de la France, c’est-à-dire sa vocation européenne, continentale si on préfère, et, sa vocation « mondiale » c’est-à-dire le maintien de l’Union française, c’était de choisir de ne pas intégrer de suite les territoires d’outre-mer dans la CPE257. Pour l’instant, conserver l’Eurafrique du président des IOM et de Teitgen, c’était condamner à mort la CPE et donc la CED. Par conséquent « la doctrine Bidault » empêcha de très graves dissensions de voir le jour dans le camp cédiste et dans le gouvernement Mayer. On l’a vu258, les allergiques à « l’intégrationnisme égalitaire » étaient nombreux et rien n’aurait pu alors les empêcher de se rallier, sur un coup de colère, au panache de Michel Debré259 !

48Pour réussir ce pari, il fallait accomplir un geste logique, facile et presque agréable. Sacrifier Senghor, Pierre Henri Teitgen et sans oublier chez les Indépendants, Paul Reynaud était indispensable. Risquer des ennuis avec le chef du groupe parlementaire des IOM, et avec le président en titre du MRP, et aussi avec un important leader du centre-droit n’était pas non plus une manœuvre politiquement anodine. Mais Bidault avait certainement fait ses comptes. Combien valaient – parlementairement parlant – ces trois hommes politiques ? Certainement suffisamment de députés pour entraîner la chute du gouvernement et a fortiori plus tard celui du gouvernement Laniel. Mais, Bidault avait bien calculé son coup. Teitgen, Senghor et Reynaud n’étaient pas désireux de tout bouleverser. Aller jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à la crise gouvernementale était impossible car ils ne pouvaient pas abandonner CED et CPE seulement à cause des mauvais traitements infligés à l’outre-mer.

  • 260 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. ii, 1.4.
  • 261 Voir supra Partie ii, Chap. i, 3.4.

49Aussi, « réserver » à plus tard le sort des territoires extra-métropolitains, permettait de désamorcer une bombe à retardement susceptible d’exploser dans le camp des cédistes qui n’avaient vraiment pas besoin d’être divisés. Ceux-ci voulaient bien de la CED et de la CPE, mais sans envisager vraiment une assemblée eurafricaine. Les pères naturels ou adoptifs de la CED, de Pleven à Robert Schuman n’avaient jamais soutenu cette option, et François Mitterrand quant à lui était resté muet sur cette question fondamentale260. De leur côté, les radicaux, cédistes ou pas, ne voyaient jamais d’un bon œil tout ce qui pourrait porter atteinte à la souveraineté française dans les territoires d’outre-mer. Bref à un moment où l’idée de « garder l’Afrique » et de « lâcher l’Asie » gagnait de plus en plus de terrain introduire les Européens et les Allemands dans un continent qui devenait le nouveau pré-carré français était très malvenu. Faire admettre la reconstitution de l’armée allemande avec la CED, puis la naissance d’un ersatz de Saint-Empire romain germanique avec la CPE, et pour couronner le tout, transformer la France d’outre-mer en une sorte de terre d’Empire de la nouvelle Europe, c’était beaucoup trop. Pierre-Henri Teitgen et Senghor étaient allés trop vite et trop loin en offrant même des arguments à Michel Debré. Quoi de plus facile de démontrer qu’une curieuse coalition de naïfs, de cyniques et d’opportunistes permettrait aux Allemands de se retrouver droits dans leurs bottes et du même coup en Afrique261 ?

50En bon tacticien, Georges Bidault s’était donc livré à un nécessaire travail d’élagueur en taillant la branche « africaine » de cette Europe des années 1952-1953. Ce rameau qui avait poussé trop vite faisait trop d’ombre dans le jardin des défenseurs de la souveraineté française dans les territoires d’outre-mer. Cette taille sévère lui permettait de ressouder son parti autour d’un projet construit à partir des limites géographiques de la CECA. Dès lors, les Coste-Floret, Robert Schuman, François de Menthon pouvaient défendre sans retenue un projet européen plus conforme à leurs vœux. Le MRP pourrait passer ainsi pour le vrai parti de l’Europe. L’ancien président du CNR n’eut pourtant pas le droit à de spectaculaires manifestations de gratitude. Ces liens passés et présents avec les gaullistes, sa mauvaise réputation « d’Européen » de pacotille firent oublier son geste chirurgical. Mais, grâce à lui, le projet européen devenait viable, moins sujet à caution. De plus, la porte restait entrouverte aux partisans d’une assemblée eurafricaine puisque la métropole se réservait le droit de procéder à leur intégration au moment opportun.

  • 262 Georges-Henri Soutou, « Georges Bidault et la construction européenne. 1944-1954 », in Serge Berst (...)
  • 263 Pierre Letamendia, Le Mouvement Républicain Populaire. Histoire d’un grand parti français, Paris, (...)
  • 264 Pour Georgette Elgey « le ministre-tornade » de la France d’outre-mer voulait concilier les idéaux (...)

51Os jeté maladroitement à Senghor et donc aux Africains, ou suprême habileté, peu importe. Georges Bidault avait contribué à redonner plus de cohérence au projet de traité de CPE. À ce titre, il mérite donc le brevet « d’Européen » que lui a décerné Georges-Henri Soutou262, mais certainement pas celui d’Eurafricain, ni celui de rénovateur du MRP. À l’évidence, avec cette exclusion temporaire ou pas des territoires d’outre-mer, Georges Bidault avait ostensiblement donné raison à des hommes comme Paul Coste-Floret qui incarnaient une tendance hostile aux réformes. Comme le député du Sénégal ne manqua de le faire remarquer à l’Assemblée nationale, ce fut une image résolument « colonialiste » que se donna le MRP avec cette décision. Trahir le président du groupe des IOM et Pierre Henri Teitgen en choisissant la position inverse, était effectivement dans la logique du parti de Jean Letourneau, de Pierre de Chevigné, ou de celle d’un Georges Bidault « couvrant » la déposition du sultan. C’est, du reste, l’opinion de Pierre Letamendia263 : « une fraction importante de l’opinion associe le parti aux aspects les moins généreux et les moins efficaces de l’action coloniale ». Aller contre l’Eurafrique de Senghor correspond donc à une période de l’histoire du MRP où la voix d’authentiques « progressistes » comme Pierre-Henri Teitgen avait été bien mal écoutée. Ainsi, la majorité du MRP, Bidault en tête, n’avait pas changé la ligne politique tracée au moment de la troisième force. Elle avait persisté dans une direction aujourd’hui oubliée qui pouvait se résumer ainsi : toujours plus d’Europe, toujours plus d’Union française. Ce parti restait donc au centre, en donnant sa main gauche aux socialistes et sa main droite aux gaullistes. Impossible donc de trancher, de choisir et par conséquent d’adopter une politique résolument réformatrice comme le fit plus tard Robert Buron264, puis Pierre-Henri Teitgen à leur poste de ministre de la France d’outre-mer.

  • 265 Pierre Letamendia, Le Mouvement Républicain Populaire, op. cit., p. 287.
  • 266 Ibidem.

52Par conséquent, le clivage Schuman-Bidault, si souvent présenté comme fondamental dans l’histoire du MRP doit ici être révisé. Avoir d’un côté un « saint » béatifié par l’Histoire et tourné vers l’avenir, vers l’Europe, et de l’autre un personnage au destin chaotique incarnant le passé et le comité de Vincennes, est intellectuellement confortable. Mais, cette façon de voir les choses ne résiste pas à l’analyse puisque la plupart des cédistes, l’ancien et le nouveau ministre des Affaires étrangères, étaient sur ce point bien d’accord : tous les deux voulaient bien de la CPE, mais sans les députés africains. En fait, l’autre ligne de faille qui divisait le MRP passait par l’Afrique. Et si la mystique européenne avait ébloui le MRP, ce parti avait été également séduit par cette « doctrine Bidault » qui avait triomphé de la ligne défendue par Pierre-Henri Teitgen. Par conséquent, la voie européenne, loin d’entraîner le MRP vers des positions novatrices pour l’outre-mer l’avait orienté vers davantage de conservatisme. Pire, elle laissait éclater, pour ceux qui voulaient bien s’en préoccuper « le manque de générosité » dont parlait Pierre Letamendia265 et que Senghor stigmatisait. C’est pourquoi cette ligne « Bidault » est sans doute à associer aux reproches faits par les mouvements de jeunesse catholiques au sujet d’une politique coloniale trop hostile aux réformes266. Comment des militants sensibles aux thèmes du « catholicisme de gauche » pouvaient-ils souscrire à une politique si peu conforme à leurs idéaux ? Des courants proches de la revue Esprit, du Comité France-Maghreb et de l’hebdomadaire Témoignage chrétien, voire d’André Mandouze, ne pouvaient que condamner ce refus d’envisager l’Eurafrique « égalitaire » voulue par Senghor. En tout cas en 1953 c'était « l’Ordre » l’avait encore emporté sur le « Mouvement ».

Le bien curieux melting-pot des réfractaires à la « Jeune Eurafrique »

  • 267 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. iii, 3.2.
  • 268 Marchés Coloniaux du Monde, 21 février 1953.
  • 269 Ibidem.
  • 270 C’était l’expression ironique qu’utilisa Georges Bidault pour désigner les « pré-constituants » de (...)

53Même s’il ne joua pas un rôle de premier plan dans une affaire qui le concernait pourtant directement, l’indépendant Louis Jacquinot, ministre de la France d’outre-mer du cabinet Mayer puis ensuite du cabinet Laniel, avait bien signifié lui aussi son adhésion aux thèses de Bidault. En bon spécialiste des déclarations tardives267, il fit une déclaration, à la fin du mois de février, c’est-à-dire presque deux mois après le « raid » audacieux de Senghor à l’Assemblée « ad hoc » du début du mois de janvier. Celle-ci résuma bien la pensée gouvernementale et l’opinion commune. Dire que « les territoires d’outre-mer sont constitutionnellement liés à la France si une communauté européenne était réalisée268 » et fustiger « les constructions hâtives269 » revenait évidemment à condamner les travaux des « chercheurs d’aventure270 » de Strasbourg et en particulier l’initiative du député du Sénégal. Sa voix s’ajouta donc à toutes celles qui refusèrent toute « supranationalité » européenne en Afrique française en opposant une fin de non-recevoir à cette « Jeune Eurafrique ».

Hostilité du patronat et du « lobby colonial »

  • 271 Comité d’Etudes et de Liaison du Patronat de l’Union Française : travaux de la conférence plénière (...)
  • 272 Ibidem.
  • 273 Ibidem.

54Réalisées après le coup d’éclat de Senghor à l’Assemblée « ad hoc », les brochures du Comité d’Etudes et de Liaison du Patronat Français (CELPUF) montrent que le patronat français était plutôt hostile à l’intégration de l’outre-mer dans la CPE. Des réactions en chaîne dans l’Union française étaient redoutées : « allons-nous mêler les populations d’outre-mer aux débats qui risquent d’opposer en Europe les libéraux, les chrétiens-démocrates et les socialistes271 ? »Tels étaient ces arguments, analogues d’ailleurs à ceux formulés par les bureaux du Quai le mois précédent, en décembre 1952. D’après les auteurs de cette brochure patronale, le fédéralisme du projet de CPE menait tout droit à un casse-tête institutionnel et à un futur apocalyptique où intégration et exclusion conduiraient inévitablement à un drame épouvantable. D’une part, on démontrait que l’exclusion des territoires d’outre-mer entraînerait « une coupure institutionnelle272 » évidemment intolérable, car la non-intégration aboutirait forcément à séparer sur tous les plans la métropole des DOM - TOM, et de l’autre on expliquait qu’une intégration dans un ensemble trop fédératif distendrait les liens entre la métropole et la France d’outre-mer. Dans cette hypothèse ce serait la nouvelle autorité supranationale, l’Europe, qui détiendrait la souveraineté dans les pays d’outremer, créant ce fameux trusteeship européen impensable pour une métropole dès lors condamnée à la dégénérescence : « se trouvant dans une position de subordonnée par rapport à la Fédération, elle se trouverait hors d’état de jouer son rôle de leader273. » Cela revenait à dire que le pool charbon-acier, comme le traité de la CED étaient tous les deux anticonstitutionnels. Alors, pour concilier des inconciliables et faire l’Europe sans défaire l’Union française, il ne restait, évidemment, qu’une seule solution : opter pour une « Eurafrique » de style confédéral permettant de maintenir le statu quo institutionnel de 1946.

  • 274 Voir Catherine Hodeir, Le grand patronat colonial français face à la décolonisation, Thèse de doct (...)
  • 275 Jean-Marie Palayret, « les mouvements pro-européens et l’Eurafrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gé (...)
  • 276 Climats, du 5 au 11 mars 1953, n° 377.
  • 277 Edmond Giscard d’Estaing, La France et l’unification économique de l’Europe, Paris, Éditions Génin (...)
  • 278 Ibidem.
  • 279 Ibidem.

55Une personnalité très représentative et influente dans les milieux patronaux « impériaux », Edmond Giscard d’Estaing274 renforça ce courant. Européen par excellence et membre de la Ligue Européenne de Coopération Économique (LECE), il faisait partie du lobby libéral275 à l’origine du plan Semler. Pourtant, il s’opposa vigoureusement aux thèses de Senghor en défendant la cause d’une Europe strictement continentale et surtout en critiquant vivement les interventions inopportunes du député du Sénégal : « il semble que l’on parle avec une certaine légèreté de la fédération européenne de son intégration, ou de l’Eurafrique. Les débats remarquables d’ailleurs de l’Assemblée de Strasbourg laissent planer une incertitude qu’il faut dissiper… Quant à la représentation directe des territoires d’outre-mer, elle ne résiste pas à l’examen. Alors qu’un Suisse ou un Autrichien ne fait pas partie de l’Europe des Six telle qu’elle se constitue, comment sans absurdité nier la géographie ou l’ethnographie au point de dire que par contre un Malgache ou un Indonésien est qualifié pour en faire partie276 ? » Pour mieux enfoncer le clou, il réitéra un peu plus tard ses attaques en écrivant que les interventions de Senghor à l’Assemblée « ad hoc » avaient été « maladroites277 » et « intempestives278 ». Il affirma encore plus nettement son refus d’accorder aux populations indigènes le droit de vote montrant que l’on pouvait être à la fois partisan de l’Europe « positive » élaborée à Strasbourg et à Bruxelles et demeurer très attaché aux fines distinctions établies entre les citoyens de l’Union française et les autres. Selon lui, le suffrage universel appliqué à l’outre-mer était tout simplement inimaginable car : « la loi française, en conformité avec la nature des choses, ne prévoit pas ce droit au sein de l’Union française279 ». Autrement dit, il ne restait plus qu’à attendre le changement dans cette si curieuse « nature des choses » !

  • 280 Comité central de la France d’outre-mer, Note sur l’intégration des territoires d’outre-mer dans l (...)
  • 281 Ibidem.
  • 282 Ibidem.

56Le « lobby colonial » quant à lui, partageait également ce point de vue. En effet, une note sur l’intégration des territoires d’outre-mer dans la future communauté européenne datée du 9 avril 1953, le Comité central de la France d’outre-mer, ne s’était pas privé de donner son opinion. S’il se félicitait de la pseudo-intégration de l’outre-mer, il ne se privait pas de dénoncer les terribles dangers « d’une intégration trop brutale et trop complète280 ». Là encore, les choses étaient nettes, on s’attendait à l’éternel retour de l’impérialisme germanique : le vaincu d’hier et d’avant-hier était prêt à subjuguer l’Afrique grâce à des projets industriels « … bien propres par leur allure grandiose à susciter l’enthousiasme des élites africaines281. » L’Italie, quant à elle, était soupçonnée, comme au temps de Mussolini, de voir en Afrique le champ idéal pour « une immigration européenne massive282 ». Ainsi, les vieux réflexes acquis par le passé jouaient à plein : il fallait coûte que coûte maintenir la souveraineté française et faire obstacle aux projets supranationaux.

  • 283 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.
  • 284 Georges Lebrun Kéris, Marchés Coloniaux du monde, n° 385, 28 mars 1953 : « Une assemblée européenn (...)
  • 285 Ibidem.

57Dans la presse, les attaques les plus dures vinrent de Marchés Coloniaux. Cet hebdomadaire très documenté et très éclectique qui avait laissé une large place aux adversaires de l’Eurafrique fut la plupart du temps la tribune des adversaires de la ligne suivie par Pierre Henri-Teitgen et par Senghor. Le porte-parole de ce courant, le MRP Georges Le Brun-Kéris qui s’était toujours opposé à l’Eurafrique même quand cela n’était pas nécessaire283 redoubla d’efforts. Il n’hésita pas à affirmer en première page que : « Une assemblée européenne élue au suffrage universel ouvrirait la voie à des dictatures locales africaines et ferait perdre aux Français le sens de l’outre-mer284 ». Pour lui, le député d’outre-mer était une terrible menace. Sa représentativité et ses pouvoirs en faisaient un dictateur en puissance, doublé d’un ingrat capable de faire une « pétition à l’ONU285 » et susceptible également de devenir le cheval de Troie des nationalismes indigènes. Mais le plus curieux dans la démonstration était que l’extension du suffrage universel à l’outre-mer était censée « faire perdre aux Français le sens de l’outre-mer ». En effet, l’auteur, pour mieux convaincre, affirmait aussi que le futur parlement, étant essentiellement « européen » ne traiterait que de questions européennes…

  • 286 S. T, l’Information, le 7 mars 1953.
  • 287 S. T, « L’Europe qu’on nous propose marquerait la fin de l’Union française », L’Information, le 7 (...)
  • 288 Michel Deveze, La France d’outre-mer, de l’Empire colonial à l’Union française 1938-1947, Paris, H (...)

58L’Information se déchaîna encore plus en titrant que « L’Europe qu’on nous propose marquerait la fin de l’Union française286 » car elle avait parfaitement bien saisi les enjeux des débats autour du projet de CPE : « si une partie de l’Union française est intégrée à l’Europe, les représentants noirs ne se contenteront pas longtemps de 7 ou 8 sièges et réclameront bientôt une représentation proportionnelle au chiffre des populations. On peut concevoir le moment où la représentation française à une telle assemblée sera composée à parts égales de blancs et de noirs, ce qui posera la question d’une représentation identique à l’Assemblée nationale287 ? » Donc, comme aux États Généraux de la colonisation française de l’été 1946, on dénonçait à nouveau « les féodalités du passé » et les « tyrannies de demain288 ».

59Ainsi, la polémique enflait. La discrétion et l’indifférence des milieux « bien informés » au sujet des éventuelles modalités de l’intégration de l’outremer qui avait prévalu en 1949 au moment de la naissance du Conseil de l’Europe, puis en 1950 avec le Plan Schuman appartenait au passé. Pour beaucoup, au premier semestre de l’année 1953, il était clair que les projets européens en cours menaçaient aussi l’outre-mer. Naturellement, il ne fallait pas compter sur Vincent Auriol pour apaiser toutes ces craintes.

La sourde hostilité de Vincent Auriol

60Comment le président de la République, en bon anticédiste qu’il était, aurait-il pu considérer avec bienveillance des projets fédéralistes si inquiétants pour l’outre-mer ? Comment aurait-il pu rester inerte face aux projets « eurafricains » du comité constitutionnel de l’Assemblée « ad hoc » ? Lui, qui était si ardemment attaché à réaliser l’unité de sa chère Union française, ne risquait pas d’applaudir tout ce qui s’était préparé si vite et au débotté à Strasbourg.

  • 289 Vincent Auriol, Journal du septennat. 1947-1954.Tome VII. 1953-1954, Paris, Colin, p. 499.
  • 290 Ibidem.
  • 291 Ibidem.
  • 292 Ibidem.

61Aussi, la note destinée au président du Conseil, René Mayer, et datant du premier trimestre 1953 traduit excellemment sa pensée. Pour Vincent Auriol, cette intégration des territoires d’outre-mer était une très mauvaise affaire car « un certain nombre de dangers très sérieux apparaissaient au premier examen289 » pourtant le président de la République convenait volontiers que les arguments développés par Senghor étaient très ou plutôt trop valables… Il le rejoignait même sur certains points. Pour lui également, il était « difficile de laisser les Territoires d’outre-mer en dehors de la Communauté290 ». Qui plus est, il reconnaissait que « l’octroi de sept sièges291 » supplémentaires à la Chambre des peuples, ce n’était pas, en reprenant ses termes « équitable292 ». Mais, si à Strasbourg, la manœuvre tentée par le député du Sénégal avait pu séduire un moment la délégation française, l’Élysée était resté insensible à ses charmes. Le président de l’Union française avait vu clair et avait bien compris de quoi il s’agissait.

  • 293 Ibidem.
  • 294 Ibidem.
  • 295 Ibidem.

62D’après Vincent Auriol, on n’était pas en face d’une seule menace mais de trois. En premier lieu, avec cette histoire de représentation des territoires d’outremer on offrait éventuellement « à des nationalistes anti-français un levier qui leur permettrait, en prenant appui sur la communauté européenne, de disloquer l’unité de la République293 ». On leur offrait donc le bâton pour se faire battre ! D’autant plus que dans l’esprit du président cette éventualité était doublée d’une certitude : dans tous les cas, cette Assemblée européenne des Peuples deviendrait une excellente tribune pour des « revendications autochtones294 ». Deuxièmement, l’étendue des pouvoirs économiques dévolue à la future communauté l’inquiétait aussi fortement : comment ferait-on au moment où les Assemblées territoriales devraient se prononcer sur les mesures européennes ? Comment, dans ce cas, éviter de passer sous les fourches caudines « d’une consultation préalable de ces assemblées295 ? » Troisièmement, ce qui le gênait le plus dans cette irritante affaire eurafricaine, c’était de procéder à une démocratisation forcée de l’outre-mer, avec à la clé des élections inopinées, des consultations mal venues dans les Assemblées locales. Décidément, cette affaire était trop risquée surtout avec des députés africains parfois trop bavards, et surtout trop intrigants.

  • 296 Ibidem.
  • 297 Ibidem.
  • 298 Ibidem.
  • 299 Vincent Auriol, Journal du septennat.1947-1954.t.VII.1953-1954, Paris, Colin, p. 67.

63Le tableau prospectif qui était brossé dans le domaine économique et social n’était guère plus reluisant. En effet, pour Vincent Auriol, l’avenir avec ce marché commun eurafricain prenait les allures d’un cauchemar car « une épreuve extrêmement rude296 » attendait les Africains. Selon lui, une véritable invasion était à craindre de la part de nos deux ex-ennemis de l’Axe : « il y a lieu de redouter pour les autochtones le déversement en Afrique des excédents démographiques de l’Allemagne et de l’Italie, ce qui rendrait pratiquement impossible la promotion sociale et économique des travailleurs d’origine locale297 ». Mais ce n’était pas tout, « la liste298 » des effets dramatiques de l’inclusion de l’outre-mer n’était pas close. Non contents de venir manger le pain des Africains et de leur voler leur travail, les Européens concurrenceraient en toute impunité des industries locales complètement désarmées face à ce made in Europa qui rappelait tellement le made in Germany de naguère. Ainsi, Vincent Auriol, en vertu des pouvoirs que lui conférait son titre de président de l’Union française, avait déclaré la guerre à la CPE. D’ailleurs comme il le disait joliment, « associer les États associés à l’Europe, c’était rompre les liens avec la France299 ! »

64Son attachement au concept d’Union française n’était donc pas feint et il était persuadé que l’Europe de Monnet et Schuman était un plus grand péril que le Vietminh, l’Istiqlal et Bourguiba réunis. Après la peste rouge que l’on avait contenue, puis le RPF, cette sorte de peste brune que l’on avait enfin réussi à neutraliser, en surgissait une troisième, la peste européenne, la peste bleue. Ce nouveau fléau était plus terrible encore que les précédents. Il redonnait vie à la Wehrmacht tout en menaçant l’Union française de désintégration. Terrorisés par la perspective du renouvellement du désastre de 1940, les anticédistes affectaient de retrouver des terreurs enfantines. Pour eux, à partir du moment où la monstrueuse Europe des fédéralistes toucherait la si délicate Union française, celle-ci perdrait ses belles couleurs. De tricolore qu’elle était, elle se métamorphoserait en quelque chose d’épouvantable, d’européen, d’allemand, d’américain, ou d’international. Tout ceci était assez flou, mais avec ce qui se préparait, l’Afrique française, c’était sûr, disparaîtrait. Il fallait donc tuer le serpent dans l’œuf. Et la meilleure façon d’y parvenir était qu’il y demeure le plus longtemps possible, ce qui, assurément, semblait être en bonne voie.

Senghor reçu par les hommes du président…

  • 300 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note à l’attention de Monsieur le Président au sujet de l’entret (...)

65La vigilance de Vincent Auriol au sujet du devenir de l’outre-mer dans la CPE est confirmée par le fait que Senghor ait été reçu par deux collaborateurs du préfet Méchéri, secrétaire général du Haut-Conseil de l’Union française. L’entretien que le président du groupe des IOM eut le 4 février 1953 avec deux hauts fonctionnaires, Naves et Forster mérite donc d’être analysé300. Retranscrit in extenso par une note transmise à la présidence de la République, ces conversations avaient donc pour but d’instaurer implicitement et indirectement un échange de point de vue entre le président et Senghor.

66Comme Vincent Auriol recevait volontiers les hommes politiques pour leur exposer franchement son point de vue et qu’il avait déjà reçu Senghor personnellement, laisser à l’équipe de Méchéri, donc à des subalternes, le soin de traiter avec lui, avait une signification politique certaine. En procédant ainsi, le chef de l’État avait sans doute choisi de ne pas faire davantage de remous pour ne pas donner encore plus d’importance à une logique qu’il désapprouvait et dont le député africain était le principal porte-parole. En effet, comme ce dernier passait pour « le » défenseur de cette Eurafrique politique, le recevoir aurait été maladroit parce que cela aurait fait sensation. Une fois de plus, il aurait créé l’événement en donnant une certaine publicité à une idée qui n’était manifestement pas du goût de l’Elysée. Toutefois, des discussions sérieuses eurent lieu. Le travail réalisé au cours de cet entretien par les deux hauts fonctionnaires fut très caractéristique des conceptions d’Auriol. En l’occurrence, il s’agissait de convaincre le président du groupe IOM de préserver l’unité de l’Union française au sein de la future CPE. Pour cela il fallait trouver les arguments qui puissent satisfaire ce « passionné » de l’Eurafrique. Et ce ne serait pas facile. Comment réussir à lui prouver que le maintien d’une véritable souveraineté française soit compatible avec ses idées ?

  • 301 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note à l’attention de Monsieur le Président au sujet de l’entret (...)
  • 302 Ibidem.

67Observons d’abord que les positions de Senghor et celles de l’équipe du préfet Méchéri n’étaient pas complètement opposées et qu’elles se rejoignaient même sur certains points. Un certain consensus existait au sujet de la nécessité de préserver l’unité de l’Union française et on peut même avancer que c’était une des rares idées sur lesquelles Auriol et des cédistes comme Pierre-Henri Teitgen et François de Menthon s’entendaient. Tous s’appuyaient effectivement sur l’article premier et sur l’article 60 de la Constitution pour démontrer qu’en vertu de l’indivisibilité de l’Union française, les territoires d’outre-mer ne pouvaient pas être tenus à l’écart de la construction européenne. D’autre part, ils avaient aussi en commun de vouloir « s’opposer à la vague montante du nationalisme301 », mais sur ce point précis, les solutions préconisées divergeaient. Pour Senghor, « son » Eurafrique était « la dernière chance302 » de l’Union française, alors que ce n’était pas du tout le cas pour Auriol.

  • 303 Ibidem.
  • 304 Ibidem, p. 3.

68Cet entretien montre également que les interlocuteurs du député africain reconnaissaient volontiers l’originalité et la sincérité de ses positions. Ils étaient bien conscients que la grâce européenne l’avait touché, et que, étant africain, il avait développé une théorie conforme à son génie : « par certains côtés M. Senghor est un mystique, il a foi dans l’idée eurafricaine303 ». Mais, ils avaient également compris qu’ils étaient en face d’un pragmatique, d’un « un paysan qui a les pieds au sol » pour reprendre les mots du député du Sénégal. Ces vertus terriennes étaient appréciées car elles permettraient peut-être à Naves et à Foster de le convaincre. Ne suffirait-il pas de prouver que la CPE menaçait les intérêts de « ses » chers paysans ? Il est vrai qu’il se moquait éperdument du reste. L’examen du cas « des autres états membres de l’Union française304 » et de ses difficultés ne l’intéressait pas. Comment procéderait-on par exemple avec les États associés ? Le député du Sénégal, en fait, n’en avait cure. Poliment, il admettait qu’il s’agissait d’un vrai problème, mais ce qui comptait à ses yeux, c’était l’intégration des territoires et des départements d’outre-mer dans l’Europe et la réalisation de l’Eurafrique. Le sort réservé à l’Indochine française dans la CPE, qui était vraiment une affaire sérieuse pour Auriol, ne risquait certainement pas de l’émouvoir.

  • 305 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 2.4.
  • 306 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note à l’attention de Monsieur le Président au sujet de l’entret (...)
  • 307 Ibidem, p. 3-4.
  • 308 Ibidem, p. 4.
  • 309 Ibidem, p. 6.

69Il fallait donc pour le convaincre trouver des arguments plus forts, ce qui ne fut pas très difficile. En 1950, le président des IOM avait montré que tout partisan de l’Eurafrique qu’il était, il partageait aussi la hantise d’une « deuxième colonisation » menée par les alliés occidentaux en général et par l’Allemagne en particulier305. Dès lors, il suffisait de signaler que « d’après des informations sûres, plusieurs centaines de médecins allemands sans emploi se disposaient à aller s’installer en Afrique française dès que le statut européen sera acquis306 » et ensuite de flûter que l’intégration de l’Afrique française à la future Europe donnerait automatiquement naissance à une citoyenneté eurafricaine très permissive en matière de droit d’établissement, d’installation et de circulation des étrangers en Afrique française. Si on avait voulu mettre le député du Sénégal devant ses responsabilités et déclencher chez lui une sainte frayeur on ne s’y serait pas pris autrement. Senghor convint qu’il s’agissait là d’un « danger redoutable auquel il sera difficile de s’opposer307 ». Il affirma aussi craindre de la part des Allemands et des Italiens une émigration de masse vers les territoires d’outre-mer, une émigration familiale de colons, qui serait définitive : ne risquait-on pas, disait-il, de se retrouver en face de situations comparables à celle du Kenya britannique ou de l’Afrique du Sud308 ? De même, l’éventualité d’un marché commun étendu à l’Afrique française suscita chez Senghor des réserves plus importantes. Lui qui n’avait pas cessé de réclamer la fin du « pacte colonial » et l’entrée de produits européens moins chers semblait donc – dans le cadre plus intime d’un entretien – nettement moins enthousiaste qu’en septembre 1952 devant ses collègues du Conseil de l’Europe ou qu'en janvier 1953 à l’Assemblée « ad hoc ». Les arguments développés par Naves et Forster parurent avoir fait mouche. Celui qui appartenait à l’espèce dangereuse des « intégrationnistes égalitaires309 » avait donc, pour l’occasion, tempéré ses ardeurs fédéralistes !

  • 310 Ibidem, p. 10.
  • 311 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.1.

70Du coup, l’objectif des deux hauts fonctionnaires semblait atteint. À la fin de l’entretien, le député du Sénégal préconisa de réserver à l’Union Française une place spéciale dans la constitution européenne, de telle sorte que soit admise la priorité des liens entre la France et les États associés. Ils comptaient même, et s’en réjouissaient imprudemment par avance, sur la présentation par le député en personne à la prochaine session de l’Assemblée « ad hoc », au mois de mars prochain, d’une sorte de « clause de sauvegarde » destinée à maintenir la cohésion de l’Union française310. Mais, ces espoirs furent déçus. Le moment venu, il n’alla pas dans le sens des espoirs auriolistes. Si effectivement, il présenta un amendement celui-ci laissa la porte ouverte à l’établissement d’une supranationalité européenne dans les territoires extra-métropolitains311.

Une idée surprenante de l’entourage d’Auriol : consulter les assemblées locales pour dénoncer « le colonialisme européen »

  • 312 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note du 18 mars au sujet des inconvénients du projet de Communau (...)
  • 313 Ibidem.

71Le projet de CPE fut vigoureusement dénoncé par le préfet Méchéri car les points inacceptables étaient trop nombreux. Tout d’abord, comme on le craignait, il était prévu pour les États associés protégés et les mandats, un régime particulier d’association à la CPE… Or, cette solution était inacceptable. Ce que l’on désignait par une « double allégeance » à la France et à l’Europe paraissait de nature à affaiblir le lien existant entre ces États et la métropole. Donc, aux yeux des bureaux de l’Élysée, l’incompatibilité entre les deux souverainetés, la française et l’européenne, était à nouveau soulignée. Haro, donc sur l’option fédéraliste. Dépeinte comme la mère de tous les vices, elle était d’un côté supposée enflammer « les nationalismes ouverts ou larvés312 », et de l’autre elle était suspectée de tuer dans l’œuf le processus démocratique mis en place dans les territoires d’outre-mer : que deviendrait dans cette Europe -là l’autonomie financière des assemblées territoriales dans la CPE313 ?

  • 314 CHAN Papiers Auriol, 552 AP 134. Note pour le M. le préfet Méchéri datée du mois de mars 1953 sign (...)

72En effet, un des arguments agités pour défendre la souveraineté française menacée dans les territoires d’outre-mer par les institutions européennes était le devenir des compétences des assemblées territoriales et des Grands Conseils de l’AOF et de l’AEF. Les attributions de celles-ci ne seraient-elles pas captées par la force prodigieuse d’attraction que l’on accordait à celles-là ? Voilà comment le nouveau colonialisme des Européens remplacerait l’ancien, à peine disparu. En tout cas, les services présidentiels avaient examiné avec soin la plupart des conflits possibles entre les institutions des territoires d’outre-mer et celles de la future CPE. Aussi, comme on pouvait s’y attendre, les conclusions de cette étude avaient été pessimistes car la nocivité du « colonialisme second des Européens » était tellement redoutée qu’il avait été sérieusement envisagé de solliciter l’avis des assemblées territoriales au sujet de leur intégration dans la CPE314.

  • 315 Ibidem.
  • 316 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note pour le préfet Mécheri du 13 mars 1953 signée Forster.
    CHAN, (...)
  • 317 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note pour le M. le préfet Mécheri datée du mois de mars 1953 sig (...)

73Cette idée d’utiliser les assemblées territoriales pour faire échouer les projets d’intégration de l’outre-mer était surprenante et avait a posteriori de quoi étonner tellement la représentativité et la légitimité de ces institutions d’avant la loi-cadre de 1956 fait sourire. Mais, dans le contexte de l’année 1953 et dans l’esprit du rédacteur de la note, ces assemblées avaient toute la crédibilité nécessaire. Évidemment, l’auteur de ce stratagème ne nourrissait aucun espoir sérieux de voir sa suggestion aboutir. Il savait que « le gouvernement serait sans doute hostile à une consultation des dites assemblées locales315 » et que personne ne souhaitait donner à ces assemblées plus d’importance. Mais, cette insistance316 à proposer une telle « solution de la dernière chance » était un signe qui ne trompait pas. Ainsi, on mesure combien les projets de Strasbourg avaient échauffé les esprits et fait perdre le sens commun à plus d’un. La peur de voir s’installer en Afrique française des cohortes d’immigrés européens et une autorité supranationale menait à imaginer des solutions désespérées. Il fallait vraiment être convaincu de l’imminence de la catastrophe pour donner une telle importance politique aux assemblées territoriales : « Il n’est pas douteux qu’on assisterait à l’immigration intolérable dans les territoires d’outre-mer d’une main-d’œuvre et de techniciens motivés par la possible revendication de l’Italie et l’Allemagne sans compter les intrigues internationales bien connues317 ». Ainsi, ce qui ressemblait un peu à une convocation États-Généraux montre toutes les incroyables contradictions de cette conjonction de l’anticédisme et du mythe de la grandeur par l’Empire. Ceux qui ne savaient plus comment maquiller le déficit de démocratie de l’Union française à l’approche de son entrée dans l’Europe en arrivaient à prendre le risque d’ouvrir la boîte de Pandore : irait-on jusqu’à demander aux populations africaines de se prononcer ? En tout cas, certains comptaient bien leur faire voter « non » à l’Europe et « non » à la dissolution de leurs prérogatives dans l’Europe supranationale ! La perspective de la création d’une Assemblée des Peuples où pourtant les territoires d’outre-mer seraient représentés à dose homéopathique, 7 députés seulement, avait donc inspiré des manœuvres bien sinueuses, mais typiques de la IVe République. Imaginer une sorte de référendum parlementaire dans les territoires d’outre-mer, voilà jusqu’où pouvait mener l’anticédisme !

  • 318 Ibidem.
  • 319 Ibidem.

74D’ailleurs, « tout cela peut mener très loin318 » disait-on dans l’entourage de Vincent Auriol. Il avait été fait référence, évidemment, aux épouvantables exemples de l’autonomie que les Britanniques avaient accordée au Nigeria, en Gold Coast et au Soudan. Dans ce contexte si propice à l’irruption inopinée d’indépendances, tout était possible. Ce que l’on redoutait, c’était que les représentants de l’outre-mer se servent des institutions européennes comme d’un levier pour obtenir plus d’autonomie et davantage encore ! Comment empêcher que les parlementaires africains ne puissent transformer les assemblées européennes en tribune ou pire encore, en cour d’arbitrage ? Comment les empêcher de considérer leur mandat comme un mandat impératif et de se croire autorisés à parler au nom de leur territoire ou des territoires d’outre-mer319 ? Ils avaient fait la démonstration de leur capacité de nuisance au Conseil de l’Europe, à l’Assemblée « ad hoc », et forcément on se demandait de quoi serait capable Senghor une fois installé à la future « Assemblée des Peuples ».

Une étrange alliance : Michel Debré et Marius Moutet unis contre le « supercolonialisme international »

  • 320 Ibidem.
  • 321 Archives municipales de Marseille, Fonds Gaston Defferre, 100 II 315, Brochure Contre le traité ac (...)

75Dans ce contexte, certaines des idées de Michel Debré devinrent singulièrement intéressantes et consensuelles. Ainsi, en mars 1953, les gaullistes n’étaient plus du tout, y compris pour Vincent Auriol, les pelés et les galeux qu’ils avaient jadis été. Les critiques du bouillant conseiller de la République au sujet de l’Europe étaient désormais qualifiées de « perspicaces320 » et ses propositions appréciées : le choix d’un ensemble confédéral permettrait à la souveraineté française de demeurer entière et incontestée. Pour l’occasion, les adversaires d’hier étaient tombés d’accord. Les cruautés verbales du passé avaient été oubliées, et les « fascistes » étaient devenus des « patriotes anticédistes321 » : auriolistes et gaullistes pouvaient travailler désormais main dans la main. En effet, l’exacte concordance des thèmes entre les notes écrites par les hommes du président et les arguments de Michel Debré ne fut pas vaine. Cette identité de vue déboucha sur une manœuvre politique classique qui consista à voter une proposition de résolution « tendant à inviter le gouvernement à constituer une commission chargée d’étudier les rapports entre l’Union française et une organisation politique de l’Europe ».

  • 322 Charles de Gaulle, Conférence de presse tenue à l’Hôtel continental le 25 février 1953.
  • 323 CHAN, Papiers Mayer, 363 AP 23, dossier 2, Lettre du 22 janvier 1953 de Michel Debré à René Mayer, (...)
  • 324 Michel Debré, Trois républiques pour une France. Mémoires, vol. 2, Agir (1946-1958), Paris, Albin (...)
  • 325 Ibidem, p. 216.
  • 326 Ibidem, p. 206.
  • 327 Ibidem, p. 183.
  • 328 Ibidem, p. 185.
  • 329 Ibidem, p. 189.
  • 330 Ibidem, p. 183.
  • 331 Diplomate cédiste proche de Monnet (1907-1994) représentant permanent de la France à l’ONU, puis a (...)
  • 332 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 2.
  • 333 CHAN, Papiers Mayer, 363 AP 23, dossier 2, Lettre du 22 janvier 1953 de Michel Debré à René Mayer, (...)

76Les anticédistes avaient donc à leur disposition une arme parlementaire redoutable. De plus, en 1952, de Gaulle avait parlé de « cette France déprimée, dégoûtée et séparée de l’Union française qui se préparait avec la CED322 ». Le signal avait été donné et comme toujours Michel Debré mena l’offensive. Lui qui était devenu le spécialiste de cette « anti-Eurafrique » ne se gêna pas pour écrire le 22 janvier 1953 au président du Conseil René Mayer323 tout le mal qu’il pensait de ce « Frankenstein » en gestation à Strasbourg. Pour l’impétueux gaulliste il y avait incompatibilité entre le fédéralisme de cette « petite Europe » et le maintien de l’Union française. Aussi, il développa à cet égard une théorie où réalisme et exagérations se combinèrent étroitement. Le sénateur de L’Indre qui avait consacré plus de deux ans de sa vie à combattre la CED324, « la Bête325 » comme il disait, déploya une activité intense, confirmée dans ses Mémoires « la fin de l’année 1952 et toute l’année 1953 demeurent dans mon souvenir comme des années où je fais feu de tout bois326 ». Comme il n’avait omis aucune piste, la question de la CPE « scandale juridique327 » fut particulièrement étudiée et « sa supranationalité débordante328 » vigoureusement combattue. Pour lui, le mal venait de la conjonction des forces des fédéralistes, « organisation très peu nombreuse mais agissante329 » avec celle de « l’équipe330 » de Jean Monnet menée par Hervé Halphand331. C’est pourquoi, dans sa lettre au président du Conseil, il évoqua en fait les plans échafaudés par Alexandre Marc au sujet du Conseil européen de trusteeship avec l’Union Européenne des Fédéralistes en novembre 1948332, pour les attribuer au président de la Haute-Autorité de la CECA : « M. Monnet qui se voit déjà nommant des Résidents de l’Europe au Maroc, ou des Gouverneurs généraux de l’Europe à Madagascar333 ! »

77Mais le gaulliste ne se limita pas à des activités épistolaires. En effet, le 5 mars 1953 se tint au Conseil de la République une séance consacrée « aux rapports entre l’Union française et une organisation politique de l’Europe » où précisément, Michel Debré présenta une résolution demandant au gouvernement d’étudier le problème. Ce brûlot dirigé contre les « intégrationnistes égalitaires » et l’Eurafrique de Senghor, remporta un succès éclatant. Avec 280 voix contre 16, le leader anticédiste avait obtenu un excellent chiffre, démontrant ainsi que le thème de la défense l’Union française faisait l’unanimité. La constance et l’efficacité de ses attaques eut donc pour résultat d’accréditer l’idée dans l’opinion que le Conseil de la République était anticédiste. Ce succès fut loin être un coup d’épée dans l’eau. Effectivement, tout ce qui pouvait retarder les débats de la ratification était bon à prendre. Par conséquent, contrairement à ce que laissa entendre 35 ans plus tard l’éditorialiste du Courrier de la Colère, le destin de cette Europe supranationale esquissée à Strasbourg était déjà tout tracé tellement ses adversaires étaient nombreux.

  • 334 Sur Marius Moutet voir les travaux de Jean-Pierre Gratien : Marius Moutet, de la question colonial (...)
  • 335 Cet aspect n’est pas évoqué dans la thèse citée plus haut.
  • 336 Journal officiel de la République Française. Débats du Conseil de la République. Séance du 5 mars (...)
  • 337 Ibidem.
  • 338 Ibidem.

78L’exploit gaulliste était prévisible. En effet, non seulement Debré avait remporté l’adhésion des commissions des Affaires étrangères et de la France d’outremer, mais il avait eu le renfort d’un allié de poids, le socialiste Marius Moutet334. L’ancien ministre des colonies puis de la France d’outre-mer avait accepté d’être le rapporteur de sa proposition335 ! Naturellement, Michel Debré s’en félicita : « c’est un honneur que je ressens comme il convient que M. Moutet ait accepté le problème qu’elle posait. Je lui suis très obligé336 ». Le socialiste s’empressa de remercier chaleureusement le gaulliste et déclara d’ailleurs à cette occasion : « Je suis d’accord avec lui, au moins pour une fois337. » Oui, disait l’ancien ministre, il était impératif de créer une commission chargée d’examiner s’il y avait ou pas incompatibilité entre les institutions de l’Union française et celle de la future CPE. Le gouvernement de René Mayer était donc sommé de faire connaître son opinion et de cesser d’avoir sur ce point une attitude « ondoyante et diverse338 ».

79Au gouvernement donc, de corriger la copie de l’Assemblée « ad hoc ». Aussi, l’ancien ministre de la France d’outre-mer condamna en particulier l’article 100 du projet de CPE car il signait l’acte de naissance d’une Eurafrique politique en rendant presque automatique l’européanisation des territoires d’outre-mer. En effet, sauf réserves expresses, l’intégration des territoires d’outre-mer dans la CPE devait se faire ipso facto : c’était tout simplement inacceptable. Comme le soulignaient les adversaires de cet article 100, on devait en inverser les termes. L’adhésion de la France d’outre-mer ne pourrait s’effectuer qu’après des traités spéciaux conclus entre la puissance administrante et la CPE. D’autre part, Marius Moutet agita lui aussi l’idée de consulter les assemblées territoriales car selon lui, l’article 100 était parfaitement anti-démocratique ! Et de reparler, du jour où la CPE serait faite, de l’envoi dans tel territoire d’outremer français de tel contingent de chômeurs italiens par telle instance européenne.

  • 339 Ibidem.
  • 340 Ibidem.
  • 341 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

80Non au « supercolonialisme international339 » répétait donc à l’envi l’ancien ministre du Front Populaire car CPE, plan de Strasbourg340 tout était lié. La sujétion politique de l’une était le miroir de la sujétion économique de l’autre : l’heure était à l’œcuménisme anticédiste et au combat. Dans ces conditions il était bien naturel de fustiger à nouveau l’aspect le plus ambigu de ce plan Semler que l’Assemblée de l’Union française s’était chargée de mettre en pièce le mois de décembre dernier341. En d’autres termes, il n’était pas question de parler zone de libre-échange « eurafricaine » et de marché commun, à moins de poser des conditions draconiennes. Par exemple, on voulait bien d’une banque internationale européenne d’investissements, à condition qu’elle soit au service du FIDES et qu’elle contribue aux « investissements non-rentables ».

  • 342 Journal officiel de la République Française. Débats du Conseil de la République. Séance du 5 mars (...)
  • 343 Ibidem, p. 838.

81Michel Debré prit la parole pour prononcer quelques phrases définitives342 et surtout pour dénoncer l’Eurafrique fédérale qui faisait le lit du « fédéralisme africain343 » et ferait prendre au panafricanisme un nouvel essor, grâce naturellement, au soutien de Londres et de Washington ! Mais, cela signifiait-il pour autant que les gaullistes étaient complètement allergiques à toute idée d’Eurafrique, à toute idée d’association entre l’Europe et l’Afrique ? Non, car selon le gaulliste, tout resterait possible dans le cadre d’une Europe confédérale qui prendrait soin de préserver, voire de renforcer ce qu’il appelait des « constructions intercontinentales ». Ainsi, l’Union française et au passage le Commonwealth, méritaient d’être des piliers du monde libre, puisqu’ils apparaissaient comme des digues capables de contenir les communistes. Comme de Gaulle aux temps du GPRF, Debré plaida la cause d’une alliance atlantique et d’un camp occidental incluant l’Afrique. Autrement dit, la notion de bloc stratégique euro-africain était acceptée tout comme la coopération économique, à condition de préserver coûte que coûte la souveraineté française.

  • 344 Conseiller de la République chargé des Français de l’étranger Ernest Pezet (1887-1966) avait été u (...)
  • 345 Ibidem.

82Les autres intervenants développèrent des arguments intéressants. Le socialiste René Saller, le conseiller de la République SFIO du Soudan et défenseur du plan de Strasbourg avec Senghor, eut une opinion assez différente. Il estima pour commencer que si le choix de l’option confédérale avait été retenu, Michel Debré n’aurait pas eu aussi beau jeu. Il affirmait également que l’outre-mer devait être intégré dans cette Europe confédérale, mais avec une représentation augmentée : 70 députés était un nombre presque insultant pour ceux qui avaient combattu pour la France en 1914-1918 et en 1939-1945. 100 députés à la Chambre des Peuples et 35 au Sénat voilà ce qu’il convenait d’exiger ! Et à l’homme politique d’obtenir des applaudissements. Il est vrai que demander autant en se munissant du sésame de la confédération avait de quoi rallier énormément de gens. Non seulement la souveraineté de la France était respectée, mais l’Union française participait pour le coup à rendre la République française plus forte dans la future communauté européenne. Le MRP Ernest Pezet344 rejoignit la position de son collègue Alfred Coste-Floret. Faire l’Union française avant l’Europe revenait à dire non aux « enchaînements aventureux du fédéralisme345 ». Pour lui, il convenait désormais « d’étudier les possibilités plastiques du système confédéral ».

  • 346 Ibidem.
  • 347 Ibidem, p. 845.

83Si Ernest Pezet et René Saller souhaitaient la participation de la France « au grand œuvre eurafricain346 » il n’était pas question d’apporter l’outre-mer en dot à l’Europe. Cette « grande coalition » allant de Marius Moutet à Michel Debré voulait bien de ces noces, mais pas du régime de la communauté des biens. L’Afrique devait constituer « la part réservataire » de ce contrat de mariage. Face à une telle unanimité, le représentant du Gouvernement, le radical Henri Caillavet, secrétaire d’Etat à la France d’outre-mer, choisit d’aller dans le sens indiqué par le Conseil de la République. De toute manière, comment faire autrement ? Il se contenta de rappeler que le Gouvernement français n’était pas responsable du projet de l’Assemblée « ad hoc » et qu’il avait un seul but : « défendre la présence française, c’est-à-dire l’honneur national347 ».

Notes

124 Charles-Robert Ageron, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, 1994, p. 113-115.

125 Jean-Claude Delbreil, « Les démocrates d’inspiration chrétienne et les problèmes européens de l’entre-deux-guerre », in Serge Berstein Serge, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza, Le MRP et la construction européenne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1993, p. 15-39.

126 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i.

127 Ibidem.

128 Ibidem.

129 L’Afrique Nouvelle, 1er novembre 1952.

130 Ibidem.

131 L’Afrique Nouvelle, 3 décembre 1952.

132 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.

133 « Plus loin que le bout de son nez », La semaine de l’AEF, 25 octobre 1952.

134 Mgr Lefebvre, « Où va l’Afrique ? », Ecclesia. Lectures chrétiennes, n° 46, janvier 1953, p. 75-78.

135 Pierre-Henri Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, Rennes, Ouest-France, 1998, p. 467.

136 Georges Riond, « Du souci de l’harmonie au respect des populations autochtones », L’Intransigeant, 24 février 1953.

137 Claude Julien, « Le Parlement européen fera sa place aux représentants des territoires français d’outre-mer », Le Monde, 11 et 12 janvier 1953, p. 1 et p. 3.

138 Ibidem.

139 Ibidem.

140 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 2.

141 Ce mouvement avait fusionné avec l’Union française des fédéralistes de Frenay.

142 Archives historiques des Communautés européennes, EUF, 170.

143 Voir index Mangin (Robert).

144 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. ii, 1.3.

145 Voir index Pré (Roland)

146 Voir index Corniglion-Molinier (Edouard)

147 CHAN AJ 80/64 commission d’études et de modernisation et d’équipement des TOM, Discours inaugural de Roland Pré, avril 1953.

148 Ibidem.

149 Ibidem.

150 Ibidem.

151 CHAN, AJ80/66. Rapport d’ensemble du 16 juillet 1953 établi par la sous-commission des secteurs géographiques coordonnés, p. 40.

152 Ibidem.

153 Archives historiques des Communautés européennes, EUF, 170. Compte rendu des débats de la réunion internationale des 3 et 4 juillet 1953 à Paris.

154 Voir index Alduy (Paul)

155 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 3.1.

156 Voir index Georges-Picot (général)

157 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iv, Chap. i, 2.

158 Voir index Semler (Johannes)

159 Archives historiques des Communautés européennes, EUF, 170. Compte rendu des débats de la réunion internationale des 3 et 4 juillet 1953 à Paris.

160 Ibidem.

161 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. i.

162 Archives Historiques des Communautés européennes, EUF, 170. Compte rendu des débats de la réunion internationale des 3 et 4 juillet 1953 à Paris.

163 Ibidem.

164 ANOM, 1 AFFPOL 2314. Mémorandum de l’UEF du 24 octobre 1953. Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., annexe 15.

165 Ibidem.

166 Ibidem.

167 ANOM 1 AFFPOL 2314/2, Résolution adoptée par la délégation générale de l’Organisation française du Mouvement européen.

168 Ibidem.

169 Ibidem.

170 Claude Visinet des Presles, « La représentation des peuples de l’Union française à la Communauté européenne », Union française et Parlement, n° 40, juillet 1953, p. 17-18.

171 ANOM, BIB AOM 5O280, Assemblée Territoriale du Sénégal, 1954 p. 257.

172 Ibidem.

173 Archives historiques des Communautés Européennes, ME, 2203, Rapport à Monsieur le Président du « Mouvement européen » sur les buts et le fonctionnement du « Mouvement sur l’Eurafrique ».

174 Archives historiques des Communautés Européennes, ME, 2203, Mouvement pour l’Eurafrique. Document n° 3. Le problème tunisien. Ses données de droit naturel. Rapport adopté par le Bureau provisoire en sa réunion du 4 février 1952.

175 Archives historiques des Communautés Européennes, ME, 2203, Projet de Traité devant servir de base à de futures négociations pour l’institution de la Fédération franco-tunisienne.

176 ANOM, 1 AFFPOL 2316/4, Note de renseignements du 9 décembre 1953.

177 ANOM, 1 AFFPOL, 2314/2, Le mouvement pour l’Eurafrique, tract et déclarations des principes. Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Annexe 17.

178 Ibidem.

179 Ibidem.

180 Entretien avec Maurice Faure du 30 décembre 2003.

181 Entretien avec Jean Lacouture du 28 août 2002.

182 Entretien avec Max Jalade du 20 septembre 1999.

183 Lettre de Raymond Barre du 30 septembre 2002 à Yves Montarsolo.

184 ANOM, 1 AFFPOL 2316/4 : Note de renseignements du 9 décembre 1953.

185 Ibidem, lettre manuscrite du 29 décembre 1953.

186 Le Courrier d’Afrique, 29 juin 1954.

187 Ibidem.

188 ANOM, 1 AFFPOL 2314/1/4 : Note de renseignements du 9 décembre 1953

189 Général Octave Meynier, « Vers la réalisation de l’Eurafrique », Eurafrique. Revue Générale d’Action africaine, non daté. Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., voir annexe 19.

190 ANOM, Papiers Meynier, 23 APC/5, Lettre du 12 décembre 1947 de Léon Muscatelli délégué général du RPF en Algérie au général Meynier.

191 Michel Pierre, « L’affaire Voulet-Chanoine », L’Histoire, n° 69, 1984, p. 67-71.

192 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i.

193 Général Meynier, « À propos du problème de l’Eurafrique », Comptes-rendus des séances de l’Académie des sciences coloniales, t. xiv, Séances du 2 juillet et du 17 septembre 1954, p. 34.

194 R. C. Llamo, Essai sur le peuplement européen de l’Algérie. Euralgérie ou de la naissance d’un peuple original, Alger, 1956, p. 34.

195 Eurafrique, janvier 1959.

196 Jacques Soustelle, Le drame algérien et la décadence française. Réponse à Raymond Aron, Paris, Plon, 1957, p. 17.

197 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française, Paris, Éditions René Julliard, 1953, p. 248.

198 Georgette Elgey, Histoire de la IVe République. Troisième partie. La République des tourmentes. 1954-1959. t. i, Paris, Fayard, 1993, p. 515.

199 Jean Lacouture, Mitterrand. Une histoire de Français. 1. Les risques de l’escalade, Paris, Seuil, 1997, p. 145.

200 Entretien avec Jean Lacouture du 25 août 2003.

201 FNSP, Archives de l’UDSR, 412 AP 73.

202 Ibidem : « Le Monde uni par l’Europe unie », Brochure de l’Union démocratique et socialiste pour la paix et la fédération des peuples de l’Europe et du monde, juin 1949.

203 Il s’agissait de la brochure du RPF destinée à l’Union française et dirigée par Jacques Foccard.

204 FNSP, Archives de l’UDSR, 412 AP 6.

205 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française… op. cit., p. 248.

206 Ibidem, p. 244-245.

207 Sauf, et encore, le passage suivant : « Dire à nos alliés que là est notre domaine réservé et dire aux populations d’Afrique que ce domaine est aussi et surtout le leur, c’est je le crois, commencer par le commencement ».

208 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française… op. cit, p. 39-40 : « L’Europe elle même ne peut rien sans la France. Où irait-elle à l’est ? Le Sud s’ouvre largement à ses hommes, à ses machines, à ses marchandises, à ses capitaux, mais toutes les routes qui y mènent passent par chez nous… c’est pourquoi, si l’on considère ce bloc colossal qui, de Lille à Brazzaville et d’Abéché à Dakar, s’étale sur sept mille kilomètres de largeur et si l’on constate qu’il n’est entaillé que par le bassin occidental de la Méditerranée, on s’étonne que tout n’ait pas été tenté pour garantir son intégrité. »

209 Ibidem.

210 Jean-Alexandre Carpentier, Les problèmes nord-africains, eurafricains et le vrai message de Lyautey, Paris, France-Editions, 1953.

211 Ibidem, p. 2.

212 Éric Duhamel, François Mitterrand. L’unité d’un homme, Flammarion, 1998.

213 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française… op. cit., p. 40-41.

214 C’est aussi l’opinion d’Éric Roussel : « François Mitterrand, l’Européen », in Elizabeth Du Réau, (dir.), Europe des élites ? Europe des peuples ? La construction de l’espace européen, (1945-1960), Actes du colloque tenu à Paris les 3 et 4 mai 1996, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1998, p. 39-49.

215 ANOM, 1AFFPOL 2314, 1.

216 Entretien avec Max Jalade 24 septembre 1999.

217 ANOM, 1AFFPOL 2314, 1. Note de renseignements sur le Comité régional pour l’Eurafrique et ses dirigeants du 9 décembre 1953.

218 Sa démission du gouvernement Laniel.

219 D’ailleurs, quand à l’automne la menace fédéraliste fut écartée il exigea l’intégration de l’outremer à l’Europe exactement comme certains gaullistes tels que Corniglion-Molinier.

220 Jean Frémigacci, « Les parlementaires africains… » op. cit.

221 Coups de barre en Afrique ou le « grand dessein » est le titre du chapitre que Jean Lacouture consacre aux aspects africains de l’action politique de François Mitterrand dans sa grande et utile biographie Mitterrand. Une histoire de Français.

222 François Mitterrand, Aux frontières de l’Union française… op. cit., p. 39-40 : « Du Congo au Rhin, la troisième nation-continent s’équilibrera autour de notre métropole. »

223 ANOM 1 AFFPOL 3255, Note n° 1437 pour M. le Ministre, Direction des Affaires politiques, 3e Bureau, Le 2 mars 1953.

224 ANOM 1 AFFPOL 3255. Note du 9 février 1953 pour Monsieur le Directeur des Affaires politiques par Yvon Gouet, jurisconsulte…

225 ANOM 1 AFFPOL 3255, Note n° 1437 pour M. le Ministre, Direction des Affaires politiques, 3e Bureau, Le 2 mars 1953 : « Il est heureux, en effet, pour les raisons indiquées dans ma note n° 1025 du 12 février 1953, que le texte ne spécifie pas le nombre des délégués spécialement affectés à l’outre-mer, mais qu’il faudra aussi penser que le nombre de délégués qui sera attribué par le Gouvernement français aux pays d’outre-mer sera certainement trop réduit pour qu’il soit possible d’envisager leur élection au suffrage universel (le problème de leur répartition par territoire serait pratiquement insoluble sans grands risques politiques), de telle sorte qu’il est politiquement essentiel de réserver à la loi française la fixation, non seulement du nombre des délégués, mais aussi par exception à l’article 13, celle des conditions d’élection. Cette loi pourrait décider, par exemple, que les délégués des territoires d’outre-mer au parlement européen seraient désignés par le parlement national parmi les élus des territoires intéressés. »

226 ANOM 1 AFFPOL 3255. Note du 9 février 1953 pour Monsieur le Directeur des Affaires politiques par Yvon Gouet, jurisconsulte.

227 Ibidem.

228 CHAN, Papiers Bidault, 457 AP 38, Note de M. Wormser du 9 février 1953 au sujet de l’intégration économique.

229 Ibidem.

230 Ibidem.

231 Ibidem.

232 Ibidem.

233 Ibidem.

234 Ibidem.

235 Ibidem.

236 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 2.

237 Pour Michel Debré le directeur des Affaires économiques et financières du quai d’Orsay qui devint plus tard gouverneur de la Banque de France était loin d’être « un enthousiaste de la supranationalité. »

238 Directeur des Affaires politiques du quai d’Orsay.

239 CHAN, Papiers Bidault, 457 AP 38, Compte-rendu de la réunion tenue le mercredi 11 février à 20 h 30 chez M. Bidault sur l’organisation politique de l’Europe.

240 Ibidem.

241 Ibidem.

242 Ibidem.

243 Lire les cruelles observations de René Massigli in Une comédie des erreurs… op. cit., p. 97 : « un journaliste qui se plaisait à des formules percutantes trop subtiles pour être comprises sans un effort de réflexion ».

244 CHAN, Papiers Bidault, 457 AP 38, Compte-rendu de la réunion tenue le mercredi 11 février à 20 h 30 chez M. Bidault sur l’organisation politique de l’Europe.

245 Ibidem.

246 Ibidem.

247 Ibidem.

248 Ibidem.

249 Ibidem.

250 Ibidem.

251 Ibidem.

252 Ibidem.

253 Pierre Henri Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, … op. cit.

254 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

255 Philippe Chenaux, « Le MRP face au projet de Communauté politique européenne », in Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza, Le MRP et la construction européenne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1993, p. 171-172.

256 Georges-Henri Soutou, « Georges Bidault et la construction européenne. 1944-1954 », in Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza, Le MRP et la construction européenne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1993, p. 197-229.

257 Ibidem, p. 221-223.

258 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

259 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.5.

260 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. ii, 1.4.

261 Voir supra Partie ii, Chap. i, 3.4.

262 Georges-Henri Soutou, « Georges Bidault et la construction européenne. 1944-1954 », in Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza, Le MRP et la construction européenne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1993, p. 221-225.

263 Pierre Letamendia, Le Mouvement Républicain Populaire. Histoire d’un grand parti français, Paris, Beauchesne, 1995, p. 90-91.

264 Pour Georgette Elgey « le ministre-tornade » de la France d’outre-mer voulait concilier les idéaux chrétiens avec publique in Histoire de la IVe République. Troisième partie. La République des tourmentes, Paris, Fayard, 1992, p. 526-527.

265 Pierre Letamendia, Le Mouvement Républicain Populaire, op. cit., p. 287.

266 Ibidem.

267 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. iii, 3.2.

268 Marchés Coloniaux du Monde, 21 février 1953.

269 Ibidem.

270 C’était l’expression ironique qu’utilisa Georges Bidault pour désigner les « pré-constituants » de l’Assemblée « ad hoc » en mars 1953.

271 Comité d’Etudes et de Liaison du Patronat de l’Union Française : travaux de la conférence plénière des 13 et14 janvier 1953

272 Ibidem.

273 Ibidem.

274 Voir Catherine Hodeir, Le grand patronat colonial français face à la décolonisation, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jacques Marseille, Paris I Sorbonne, 1999.

275 Jean-Marie Palayret, « les mouvements pro-européens et l’Eurafrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 195-200.

276 Climats, du 5 au 11 mars 1953, n° 377.

277 Edmond Giscard d’Estaing, La France et l’unification économique de l’Europe, Paris, Éditions Génin, Librairie de Médicis, 1953, p. 253-254.

278 Ibidem.

279 Ibidem.

280 Comité central de la France d’outre-mer, Note sur l’intégration des territoires d’outre-mer dans la future Communauté européenne du 9 avril 1953.

281 Ibidem.

282 Ibidem.

283 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

284 Georges Lebrun Kéris, Marchés Coloniaux du monde, n° 385, 28 mars 1953 : « Une assemblée européenne élue au suffrage universel ouvrirait la voie à des dictatures locales africaines et ferait perdre aux français le sens de l’outre-mer ».

285 Ibidem.

286 S. T, l’Information, le 7 mars 1953.

287 S. T, « L’Europe qu’on nous propose marquerait la fin de l’Union française », L’Information, le 7 mars 1953.

288 Michel Deveze, La France d’outre-mer, de l’Empire colonial à l’Union française 1938-1947, Paris, Hachette, 1948.
Paul Isoart, L’élaboration de la Constitution et de l’Union française, les assemblées constituantes et le problème colonial, in Charles-Robert Ageron, Les chemins de la décolonisation de l’empire français 1936-1954, Paris, Éd du CNRS, 1986, p. 15-31.

289 Vincent Auriol, Journal du septennat. 1947-1954.Tome VII. 1953-1954, Paris, Colin, p. 499.

290 Ibidem.

291 Ibidem.

292 Ibidem.

293 Ibidem.

294 Ibidem.

295 Ibidem.

296 Ibidem.

297 Ibidem.

298 Ibidem.

299 Vincent Auriol, Journal du septennat.1947-1954.t.VII.1953-1954, Paris, Colin, p. 67.

300 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note à l’attention de Monsieur le Président au sujet de l’entretien Naves-Forster-Senghor du 4 février 1953 avec annotations manuscrites du préfet Méchéri.

301 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note à l’attention de Monsieur le Président au sujet de l’entretien Naves-Forster-Senghor du 4 février 1953 avec annotations manuscrites du préfet Méchéri, p. 3.

302 Ibidem.

303 Ibidem.

304 Ibidem, p. 3.

305 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 2.4.

306 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note à l’attention de Monsieur le Président au sujet de l’entretien Naves-Forster-Senghor du 4 février 1953 avec annotations manuscrites du préfet Méchéri, p. 3.

307 Ibidem, p. 3-4.

308 Ibidem, p. 4.

309 Ibidem, p. 6.

310 Ibidem, p. 10.

311 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.1.

312 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note du 18 mars au sujet des inconvénients du projet de Communauté politique européenne en ce qui concerne l’intégration des territoires d’outre-mer.

313 Ibidem.

314 CHAN Papiers Auriol, 552 AP 134. Note pour le M. le préfet Méchéri datée du mois de mars 1953 signée Forster.

315 Ibidem.

316 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note pour le préfet Mécheri du 13 mars 1953 signée Forster.
CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note du 18 mars au sujet des inconvénients du projet de Communauté politique européenne en ce qui concerne l’intégration des territoires d’outre-mer.

317 CHAN, Papiers Auriol, 552 AP 134. Note pour le M. le préfet Mécheri datée du mois de mars 1953 signée Forster

318 Ibidem.

319 Ibidem.

320 Ibidem.

321 Archives municipales de Marseille, Fonds Gaston Defferre, 100 II 315, Brochure Contre le traité actuel de la CED Pour la liberté de vote et l’unité du parti. Publication réservée aux membres du parti socialiste SFIO.

322 Charles de Gaulle, Conférence de presse tenue à l’Hôtel continental le 25 février 1953.

323 CHAN, Papiers Mayer, 363 AP 23, dossier 2, Lettre du 22 janvier 1953 de Michel Debré à René Mayer, p. 2.

324 Michel Debré, Trois républiques pour une France. Mémoires, vol. 2, Agir (1946-1958), Paris, Albin Michel, 1988.

325 Ibidem, p. 216.

326 Ibidem, p. 206.

327 Ibidem, p. 183.

328 Ibidem, p. 185.

329 Ibidem, p. 189.

330 Ibidem, p. 183.

331 Diplomate cédiste proche de Monnet (1907-1994) représentant permanent de la France à l’ONU, puis ambassadeur à Washington, secrétaire général du Quai d’Orsay de 1965 à 1972.

332 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 2.

333 CHAN, Papiers Mayer, 363 AP 23, dossier 2, Lettre du 22 janvier 1953 de Michel Debré à René Mayer, p. 2.

334 Sur Marius Moutet voir les travaux de Jean-Pierre Gratien : Marius Moutet, de la question coloniale à la construction européenne (1914-1962), 3 vol, thèse sous la direction de Robert Frank, Paris I, 2004.

335 Cet aspect n’est pas évoqué dans la thèse citée plus haut.

336 Journal officiel de la République Française. Débats du Conseil de la République. Séance du 5 mars 1953, p. 838.

337 Ibidem.

338 Ibidem.

339 Ibidem.

340 Ibidem.

341 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

342 Journal officiel de la République Française. Débats du Conseil de la République. Séance du 5 mars 953, p. 839 : « on a beau ne pas être chauvin… voir la France ainsi menacée de perdre ce qui fait sa grandeur et sa prospérité ne peut être accepté. »

343 Ibidem, p. 838.

344 Conseiller de la République chargé des Français de l’étranger Ernest Pezet (1887-1966) avait été un ardent partisan du rapprochement franco-allemand et de l’Europe durant l’entre deux-guerres.
Journal officiel de la République Française. Débats du Conseil de la République. Séance du 5 mars 1953, p. 844.

345 Ibidem.

346 Ibidem.

347 Ibidem, p. 845.

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540