Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Eurafrique contrepoint de l’idée d’Europe

 | 
Yves Montarsolo

Partie II : Un danger redoutable, l’anticédisme (1952-1954)

Quelle Eurafrique pour le Conseil de l’Europe et l’Assemblée « ad hoc » ?

Texte intégral

Deux avancées : le « plan de Strasbourg » et le coup de force de Pierre-Henri Teitgen à la commission constitutionnelle de l’Assemblée « ad hoc »

  • 1 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.4.

1Dès ses premiers travaux, en août 19491 l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe avait été le champ d’expérimentation des partisans de l’Eurafrique. Elle le fut à nouveau à l’automne 1952. En effet, le 25 septembre, elle adopta une recommandation plus connue sous le nom de « Plan de Strasbourg » et destinée à relancer l’idée de la coopération des Européens en Afrique. Enfin, on tenait la preuve qu’un « colonialisme second » menaçait l’Afrique française.

Le Plan de Strasbourg : l’Eurafrique allemande du Dr Semler ?

  • 2 Jean-Marie Palayret, « les mouvements proeuropéens et l’Eurafrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gér (...)
  • 3 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 1.5.

2D’après Jean-Marie Palayret2, ce fut une initiative du Mouvement européen qui poussa l’Assemblée consultative en décembre 1951 à demander au Secrétariat général un rapport sur « les méthodes propres à réaliser une coordination plus étroite entre les économies des Etats membres du Conseil de l’Europe et celles des pays d’outre-mer avec lesquels ils ont des liens constitutionnels ». Ce fut chose faite le 27 août 1952, date où la commission des questions économiques rendit officiellement son étude. Présidée par l’Anglais Sir Cecil Kisch, elle fut présentée le jeudi 25 septembre 1952 par son rapporteur qui n’était autre que le chef du lobby africain allemand, le député CDU-CSU Semler3, dont l’activisme dans ce domaine fut tel que ce rapport appelé aussi « plan de Strasbourg » fut très rapidement baptisé « Plan Semler ».

  • 4 Paru en 1952, commandé par la Maison-Blanche, effectué par la President’s Materials Policy Commiss (...)
  • 5 Plan de Strasbourg, le 25 septembre 1952, Conseil de l'Europe.

3Cette étude qui reprenait la vieille recette du ferrysme au sujet de la nécessité des débouchés africains partait du double constat suivant : l’Europe arrivée à la fin la reconstruction connaissait des difficultés que seul l’outre-mer pouvait résoudre. En fait tout partait de la conjonction de deux facteurs cruciaux pour l’Europe : le dollar gap et le rapport Paley4… À ce moment donc, le Vieux Continent manquait cruellement de billets verts mais il était prévu que les Américains deviendraient dans les vingt années suivantes les premiers acheteurs de matières premières dans le monde. Tout concourait à faire des « richesses du continent africain » une aubaine pour l’Europe. Grâce à elles, le déficit en dollars de l’Europe serait comblé car on achèterait donc moins de matières premières dans la zone dollar et, de plus, on pourrait, moyennant une exploitation en commun en Afrique, en exporter aux Etats-Unis ! Assortie de contrats à long terme sur les prix et les quantités, cette collaboration européenne redonnait vie au concept de bloc euro-africain et à une sorte de système triangulaire. L’Europe mettrait en valeur l’Afrique qui exporterait des matières premières vers les États-Unis qui les payeraient avec leurs précieux dollars de sorte que les experts du Conseil de l’Europe avaient pu clairement poser le problème suivant : « savoir dans quelle mesure l’Europe et les pays qui en dépendent peuvent, en resserrant leurs liens économiques et en développant de concert leurs productions, constituer entre la zone collectiviste et la zone dollar, une troisième zone économique capable d’équilibrer ses échanges avec les autres5 ». Naturellement, les regards ne pouvaient que se porter sur l’outre-mer africain et sur le développement de la production du coton et du sisal, sans oublier l’indispensable mise en valeur du sous-sol. Pour mettre en œuvre ce développement économique, de prodigieux investissements étaient nécessaires, mais, les capitaux privés et notamment les capitaux américains se dirigeaient surtout vers le Canada ou vers l’Amérique du Sud.

  • 6 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. iii, 2.
  • 7 5 Plan de Strasbourg, le 25 septembre 1952, Conseil de l'Europe.
  • 8 Ibidem.
  • 9 Ibidem.
  • 10 Ibidem.
  • 11 Ibidem.

4Aussi, pour les attirer, 5 mesures très classiques furent avancées : l’octroi d’avantages fiscaux, des campagnes publicitaires, la garantie de transférabilité des capitaux, une garantie accordée par la BIRD, et enfin la dernière disposition, mais non la moindre, prévoyait des contrats à long terme garantissant des commandes de matériel ou des livraisons de matières premières. Ceux-ci avaient été conçus pour garantir la stabilité des prix, et, signe des temps, le pays retenu pour fournir les biens d’équipement fut l’Allemagne de l’Ouest. Les modalités de la participation privée étrangère étaient dévolues à « un consortium de banques privées et de sociétés internationales » qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à la « Corporation africaine » du plan de paix d’Albert Sarraut6. De plus, un peu comme dans le « Plan Valois », une Banque appelée ici « Banque européenne des investissements » couronnait l’édifice, mais contrairement aux plans des années trente, la notion de « participation aux charges du développement7 » était devenue une priorité car on affirmait que « les nouveaux partenaires profiteraient des ressources et des marchés des territoires d’outre-mer dans la mesure où ils auraient permis de développer les unes et les autres8 ». Il était également prévu, dans le cas où il s’agirait de capitaux publics de ménager la susceptibilité des métropoles en faisant le nécessaire pour que cette banque « servant d’intermédiaire, dénationalise en quelque sorte des capitaux de façon à supprimer toute objection politique de la part des pays utilisateurs9 ». D’autre part, si l’idée d’un plan d’ensemble était écartée, celle d’une « coordination des plans d’investissements région par région, produit par produit10 » était réclamée. Enfin, en matière douanière, une curieuse libération des échanges ajoutait une dernière touche au projet car il était imaginé d’instituer « un système préférentiel à base de réciprocité entre le Commonwealth et les territoires indépendants, et les autres pays de la zone considérée d’autre part11 ».

  • 12 Après une rencontre des ministres des affaires étrangères du Commonwealth en janvier 1950, à Colom (...)
  • 13 Compte-rendu officiel de la dix-neuvième séance de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe (...)

5Une « Jeune Eurafrique » émergeait, mais avec un accent anglais prononcé : ne soulignait-on pas l’absolue nécessité d’instituer un système préférentiel entre le Commonwealth et les autres pays de la zone considérée, et d’aboutir à des accords comparables à ceux du plan de Colombo12 ? Signalons également, la ferme intention de réguler et d’organiser le marché des matières premières. Pour cela on préconisait la création d’une Banque européenne pour le développement des territoires d’outre-mer et naturellement l’installation en Afrique des ressortissants et des entreprises des pays européens n’ayant pas de responsabilités coloniales. Enfin, exactement comme dans les années trente, l’établissement de sociétés internationales dont le statut serait réglé par des ententes juridiques entre les différents états européens était chaudement recommandé. Par conséquent, même si l’objectif d’élever le niveau de vie des populations des pays d’outremer était mentionné, rien n’avait changé depuis le temps de la « Vieille Eurafrique » : les intérêts européens passaient en premier et ceux des Africains en dernier. On cherchait à nouveau grâce à l’Afrique à résoudre un problème européen, sans « porter préjudice à l’industrie européenne » et par conséquent sans industrialiser l’Afrique vu que l’objectif visé était de produire des matières premières en installant, ici ou là des industries de transformation qui ne viendraient qu’en complément13.

6Évidemment, le choix de la nationalité du rapporteur, le Dr Semler, ne fut pas anodin. Il eut même, aux dires d’un orateur anglais, Lord Layton, un « caractère symbolique » car avec ce « plan de Strasbourg », défendu par un Allemand, on entendait bien ne pas renouveler l’échec de la coopération économique des Européens en Afrique durant l’entre-deux-guerres. Visiblement donc, que l’on soit du côté de la petite Europe ou de la grande, la volonté de promouvoir des efforts communs en Afrique triomphait toujours… mais seulement dans les discours. Mais, encore une fois, la construction envisagée outre-manche était fragile et ses arguments plats. On prétendait mettre sur le même plan les préférences en cours entre les Six de la CECA avec l’indispensable discrimination tarifaire qui devrait exister entre les pays du Commonwealth et les autres puissances européennes. Autrement dit, ce que les uns acceptaient pour les Six de la CECA, ils devraient l’accepter aussi pour le Commonwealth !

Loyalisme de René Saller et « tour de valse » de Senghor avec les Allemands et les Italiens

  • 14 Ibidem.
  • 15 Ibidem.

7Comme on pouvait s’y attendre, cette initiative ne laissa pas indifférent les représentants africains de la délégation française au Conseil de l’Europe qui se montrèrent particulièrement actifs et bien informés. Le conseiller de la République de la Guinée, le SFIO René Saller14, eut une attitude plutôt favorable aux thèses du plan Semler. Selon lui, et moyennant quelques précautions, un ensemble économique euro-africain était en effet de l’ordre du possible. Il affirmait d’ailleurs que l’Europe aurait pu résoudre le problème du dollar gap en faisant appel aux seules ressources de production et de consommation encore inexploitées ou insuffisamment exploitées des pays sous-développés. Cela permettait au représentant français de dire que les fonds du plan Marshall n’avaient pas été utilisés à bon escient, puisque s’ils avaient été dirigés vers l’outre-mer le déficit en dollars de l’Europe aurait été moins élevé ! Pourquoi avoir autant négligé l’Afrique ? Que de temps et de dollars perdus ! Naturellement, il récusait toute velléité de ressusciter un quelconque « bloc » européen, et d’en revenir à l’autarcie tout en réclamant un « système de préférence secondaire15 » avec les pays du Commonwealth. Ce « système » était moins lourd que la préférence impériale des Britanniques, mais il allait véritablement dans le sens d’une Eurafrique commerciale. Donc, Saller proposait l’établissement d’une zone de libre-échange euro-africaine où la réciprocité des franchises entre les produits en provenance de la métropole, et ceux en provenance de l’outre-mer serait étendue à tous les pays européens. Ce faisant, il défendait la cause des Africains, tout en étant favorable à une intégration du Royaume-Uni dans ce nouvel espace économique. En effet, selon lui, c’était à cause des droits de douane européens trop élevés que souvent les matières grasses et les bois africains n’étaient pas écoulés alors que les besoins de l’Europe en ce domaine n’étaient pas assurés. Surproduction d’un coté, pénurie de l’autre : tout poussait à rationaliser ces échanges, d’autant plus que l’insuccès des exportations de l’outre-mer risquait d’entraîner une récession. Avec ses mauvaises performances économiques comment l’Afrique pouvait acheter en Europe les produits manufacturés dont elle avait besoin ? Ainsi, comme elle ne vendait pas assez sur le Vieux Continent, l’Afrique y exporterait la crise et le chômage !

  • 16 Ibidem.
  • 17 Jean Frémigacci, « Les parlementaires africains… » op. cit.

8Comme d’habitude, l’éventualité de transferts massifs de population européenne fut évoquée, et là, la réaction de Saller fut vive : la faiblesse des densités de population ne voulait pas dire qu’il y avait encore des terres vacantes et sans maître ! Saller insista aussi sur la nécessité de penser davantage aux Africains et à l’Afrique. Comment obtenir l’adhésion, le « consentement16 » des populations d’outre-mer, si l’élévation du niveau de vie ne devenait pas une priorité et si des industries de transformation n’étaient pas installées ? Comment souscrire également à un projet de « Banque Européenne des Investissements » sans un seul représentant qualifié des pays d’outre-mer ? Finalement, le parlementaire avait transformé ce plan en une réelle opportunité politique17. L’occasion de défendre les droits des Africains grâce à l’Europe avait été enfin saisie. Si l’Europe entendait utiliser l’Afrique pour éponger son déficit en dollars, qu’elle le fasse, mais dans le sens des intérêts africains. Il fallait donc industrialiser l’Afrique et faire participer les Africains aux futurs organismes européens…

9Quelques heures plus tard, Senghor prit à son tour la parole en développant un argumentaire assez proche de son collègue guinéen. Pour lui non plus, il n’était pas question de laisser les Africains et plus particulièrement les cultivateurs d’arachide faire les frais de cette coopération des Européens en Afrique. Mais, paradoxalement, il indiqua qu’il voterait ce plan Semler ! En fait, Senghor avait astucieusement choisi de ne pas parler des risques d’une dérive néo-coloniale des Européens mais plutôt de dénoncer les méfaits économiques du colonialisme français. Le raisonnement du président du groupe des IOM était simple : comme les trusts français de l’arachide étaient responsables de la prodigieuse dégradation du pouvoir d’achat des cultivateurs africains, il fallait créer une zone de libre-échange euro-africaine susceptible de mettre un terme aux diktats économiques de la métropole. En effet, grâce à cette zone, les producteurs africains auraient enfin la possibilité d’échapper au marché métropolitain et de pourraient ainsi vendre plus cher leurs productions dans les autres pays européens.

  • 18 Compte-rendu officiel de la vingtième séance de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe du (...)
  • 19 Georgette Elgey, Histoire de la IVe République. La République des Contradictions (1951-1954), 1968 (...)

10Dès lors, on comprend mieux le soutien résolu et chaleureux de Senghor au plan Semler. Il fallait faire flèche de tout bois, pour défendre avec succès son Eurafrique. Aussi, pour y parvenir plus sûrement, le député du Sénégal défendit-il des solutions de hardiesse. L’Europe et la France devaient choisir l’Afrique et « lâcher » l’Asie. Ainsi, il fallait dire non au plan de Colombo des Britanniques, en finir avec la guerre d’Indochine, et s’atteler à la construction d’un bloc euro-africain. Dénoncer « les mirages des terres marginales asiatiques18 » servait sa cause et le plaçait dans le même camp que Pierre Mendès-France ou que François Mitterrand. Dès le mois de septembre 1952, Senghor proclama, avant le revirement du mois de mars 195319 de bon nombre des dirigeants du MRP, qu’il fallait sacrifier l’Indochine de Bidault afin de bâtir l’Eurafrique. Le calcul était attrayant et un peu mendèsiste : au lieu de cette guerre interminable et coûteuse, pourquoi, ne pas mettre l’Afrique et la construction européenne au service de la modernisation de l’économie française ?

  • 20 Anton Zichska, L’Afrique, complément de l’Europe, Paris, Laffont, 1952. Voir index Zichska (Anton)
  • 21 Jean Frémigacci, « Les parlementaires africains… » op. cit.

11Pourtant, toujours citer l’africaniste allemand Léo Frobénius était une chose, mais parler d’Eurafrique en se réclamant de la pensée et des projets d’Anton Zichska20 en était une autre, beaucoup plus maladroite. Evoquer sans retenue l’ancien publiciste nazi des années trente, très proche du collaborationisme français pour étayer un plan eurafricain défendu par un Allemand, c’était prendre le risque de discréditer son action et sa pensée politique. En tout cas, avec de telles références, Senghor aurait bien du mal à faire passer son idée pour quelque chose de sérieux et d’innocent. Mais peut-être qu’à ses yeux, et à ce moment-là, le jeu en valait la chandelle. Accepter de faire un tour de valse avec les anciens milieux coloniaux allemands et les amis du Dr Schacht était pour lui le moyen de bâtir un vaste ensemble eurafricain qui aurait pu saper ou plutôt diluer l’autorité de la métropole. Politiquement, les avantages étaient évidents car il pourrait ainsi à bon droit réclamer pour l’Europe « une organisation politique supranationale, en y intégrant pour le moins, l’Afrique, sur une base démocratique ». Dans son esprit, loin de renforcer le pouvoir de la métropole, ces perspectives économiques étaient une brèche où pouvaient s’engouffrer les Africains. Avoir à portée de mains davantage de marchés, davantage d’investissements, et surtout l’éventualité d’une représentation démocratique des Africains dans les institutions européennes, tel était le pari de Senghor, et incontestablement une telle dynamique menait tout droit à l’émancipation21 !

  • 22 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 3.
  • 23 Compte-rendu officiel de la vingtième séance de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe du (...)
  • 24 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. iii, 3.

12Faire passer l’Eurafrique avant l’Union française montrait qu’il avait changé complètement de tactique22. Plus jamais il ne dénoncerait comme auparavant les appétits des italo-allemands sur le continent noir. C’est pourquoi, le député du Sénégal laissa son collègue de Guinée défendre seul les territoires d’outre-mer lorsque les Italiens manifestèrent de nouveau leurs exigences. D’ailleurs, quand leur représentant proposa avec insistance un amendement explicitement favorable à l’émigration massive des Européens en Afrique, ce fut Saller qui lui demanda de le retirer, et non Senghor. De même ce fut encore Saller et non Senghor qui fit basculer le Conseil de l’Europe du côté des partisans du « non » à cet amendement23. Habilement, Saller sut prouver que personne dans l’Union française ne s’opposerait à une émigration sélective et limitée en soulignant l’obstination du délégué italien qui persistait à demander une émigration massive digne des projets mussoliniens et du Congrès Volta24.

  • 25 Compte-rendu officiel de la dix-neuvième séance de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe (...)

13Ce fut également René Saller qui réussit à faire adopter l’amendement « c » qui clarifiait la question du système préférentiel envisagé par le Conseil de l’Europe en préservant les intérêts des territoires dépendants non-britanniques. S’il avait souscrit à l’idée d’une zone de libre-échange à deux vitesses où la préférence impériale du Commonweath était maintenue, il réclamait aussi que les territoires dépendants puissent bénéficier des mêmes avantages que les autres pays européens. En effet, si le principe de la réciprocité avait été admis par les Anglais entre le Commonwealth et les pays du Conseil de l’Europe, les pays d’outre-mer n’avaient pas été explicitement mentionnés. La rédaction de l’amendement de l’Anglais Layton, c’est-à-dire « L’institution d’un système préférentiel, fondé sur les principes généraux énoncés dans le rapport du Secrétariat Général, entre le Commonwealth d’une part, et les autres pays d’autre part25 » le prouvait tellement bien que Saller proposa à son tour un amendement plus précis qui spécifiait que les pays dépendants bénéficieraient aussi de cette fameuse réciprocité. Bien sûr, Lord Layton prétendit que les territoires d’outre-mer étaient de facto compris dans son texte, mais cela n’empêcha pas le parlementaire guinéen de présenter son amendement et surtout de le faire voter, ce qui lui valut une deuxième victoire.

  • 26 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2 et Chap. II.
  • 27 Anton Zichska, L’Afrique, complément de l’Europe… op. cit.

14Ainsi, René Saller avait joué un rôle particulièrement actif. En infléchissant nettement le plan Semler dans un sens plus « français », il avait bien mérité de la Patrie. Quel contraste donc, avec l’attitude du président des IOM dont les omissions furent, à coup sûr, appréciées par certains, mais remarquées par d’autres. En effet, comment en citant l’ancien publiciste nazi Zichska et en faisant le jeu de Semler, ne pas éveiller les soupçons ? Désormais, la suspicion de connivences possibles de parlementaires africains avec leurs collègues allemands pouvait s’installer dans les esprits26. Comment, également, avec de telles références, éviter le ridicule ? En apprenant que Senghor avait donné du crédit à un auteur27 qui voulait relier la Méditerranée à l’océan atlantique grâce à un canal reliant le lac Tchad, le lac Victoria et pour finir le bassin du Congo, tous les baobabs du Sénégal avaient dû se tordre de rire. Néanmoins, les méritoires efforts de René Saller permettent de mieux comprendre la « Jeune Eurafrique » Pour certains parlementaires africains, à partir du moment où elle servirait leurs intérêts, elle deviendrait leur politique !

Le soutien de Saller et de Senghor au Plan Semler

  • 28 Non signé, « La paix du monde dépend de la coopération européenne en Afrique déclare M. Pfimlin à (...)
  • 29 Alfred Fabre-Luce, « L’Eurafrique », Écrits de Paris, juin 1952, p. 24-39.
  • 30 P. M, Dessinges, « Le Conseil de l’Europe et l’Afrique », L’Observateur, 9 octobre 1952, n° 126.
  • 31 Ibidem.

15Au départ, le plan de Strasbourg ne reçut pas un mauvais accueil car le ministre de la France d’outre-mer, le MRP Pierre Pfimlin soutint cette logique. Annoncer publiquement que « la coopération européenne en Afrique est une des meilleures formes de la coopération européenne proprement dite28 » n’était pas équivoque et laissait espérer un appui gouvernemental. La presse française, quant à elle, couvrit assez mal l’événement car peu de journaux en parlèrent, même si trois mois plus tôt, un rescapé de la génération des années trente et de l’Occupation, Alfred Fabre-Luce, avait su faire l’éloge de la coopération tous azimuts des Français avec ses anciens amis allemands en Afrique29. En tout cas, après l’annonce du plan de Strasbourg L’Observateur manifesta son approbation. Pour lui, il y avait là une chance de mener de front « la mise en valeur30 » de l’outremer tout en échappant « à la tutelle américaine31 ». Il y avait donc une chance à saisir, celle de créer « Une Eurafrique comme troisième force mondiale. »

  • 32 Paul Collowald, Climats, semaine du 2 au 8 octobre 1952, n° 355, p. 1.
  • 33 Paul Collowald, Climats, semaine du 2 octobre au 8 octobre 1952, n° 355, p. 1.
  • 34 Ibidem.

16Toutefois, l’analyse fut moins poussée que dans les colonnes du quotidien Climats où Senghor et Saller eurent tout le loisir de défendre ce fameux plan. Un peu comme il l’avait fait au moment du débat du 25 septembre, le député du Sénégal mit en garde les Européens32. S’il ne voulait point de nouvelle économie de traite où l’Afrique serait « le pot de terre » et « l’Europe le pot de fer », c’était pour mieux faire l’éloge du libéralisme du plan Semler. Place à l’ouverture du marché européen aux Africains et haro donc sur l’ancien « pacte colonial ». De son côté et plus que jamais, Senghor, en homme lucide, jouait la carte de la coopération européenne en Afrique. Bien sûr, il ne s’était pas gêné pour rappeler le scandaleux refus de l’automaticité de l’application en Afrique de l’article 64 de la Convention européenne des droits de l’homme par l’Assemblée de Strasbourg33, mais pour l’occasion, il adhérait pleinement au plan Semler. Aussi, il conclut son interview en « exprimant son complet accord avec les recommandations proposées au Comité des Ministres34 ».

  • 35 Ibidem, p. 3.
  • 36 Ibidem.

17René Saller, lui, tint un raisonnement analogue en martelant sa belle formule « Pas d’Europe sans l’Afrique » et surtout en conviant tous les Européens à cette grande œuvre. Comme Sarraut l’avait fait vingt ans auparavant, il souligna combien il était indispensable « d’accorder aux nations qui n’ont pas de responsabilité coloniale des avantages35 » tout en donnant à cette idée une tournure beaucoup plus politique. Mettre en avant que « cette association ne se fera pas sans le consentement des peuples d’outre-mer36 » avait effectivement un sens très précis. En énonçant ce qui pouvait passer pour une banalité, il posait crûment des questions embarrassantes : comment les populations d’outre-mer pourraient-elles manifester leur consentement ? Par les assemblées territoriales, par un référendum ou bien en réunissant le Parlement en Congrès ?

  • 37 MAE DECE, 864, Note sur le Plan de Strasbourg du 13 novembre 1954.

18En 1952, une telle interrogation était éminemment dangereuse et montrait clairement la tactique de ces Africains si intéressés par l’Europe. Tous ces débats seraient comme autant de coins plantés dans l’Union française. L’Europe des droits de l’homme, pouvait-elle intégrer de force le marché africain ? Pouvait-elle refuser aux Africains le droit de s’exprimer au sujet de leur intégration dans l’Europe ? En tout cas, l’OECE en mars 1953 étudia le « plan de Strasbourg » et le rejeta en raison de l’opposition des Français et des Britanniques qui ne voulaient pas d’une ouverture des marchés coloniaux aux produits européens37.

Pierre-Henri Teitgen exige l’intégration de l’outre-mer dans la Communauté Politique Européenne

  • 38 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.1.

19Si l’Assemblée du Conseil de l’Europe avait avec son plan de Strasbourg du 25 septembre 195238 remis en selle l’idée d’Eurafrique, l’Europe des Six, de son côté ne fut pas en reste. Le 10 septembre, l’Assemblée commune de la CECA s’était constituée en Assemblée « ad hoc » afin de rédiger une proposition de constitution instituant la Communauté Politique Européenne (CPE) qui devait être remise aux gouvernements européens le 9 mars 1953, dernier délai. Cette nouvelle initiative qui compliquait considérablement les choses n’était qu’un développement de l’article 38 du traité sur la CED, prévoyant la mise en place de la CPE. Donc, à l’automne 1952, l’opinion publique et la classe politique déjà échauffées par la « querelle de la CED », avaient aussi à s’intéresser à un projet d’union politique intimement lié au sort de cette éventuelle armée européenne. Beaucoup de choses et notamment la question de l’outre-mer reposaient sur les travaux de cette Assemblée « ad hoc ».

  • 39 MAE, DECE, 584, Note de la Sous-Direction Afrique au sujet de la discussion du problème des territ (...)
  • 40 Archives Historiques des Communautés Européennes, PE 28, Assemblée « ad hoc » Commission constitut (...)
  • 41 Ibidem.
  • 42 Ibidem.
  • 43 Voir supra Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.4.
  • 44 Paul-Henri Spaak, Combats inachevés… op. cit., p. 32.
  • 45 Ibidem.

20Au départ, il n’y eut pas d’ambiguïtés : l’Afrique était hors jeu. Tout devait se dérouler comme avec la CECA ou le traité de la CED car à nouveau une conception continentale de l’intégration européenne, avait prévalu. La question des territoires d’outre-mer avait été éludée et on s’acheminait vers « une Europe centrée sur elle-même39 ». Le Comité exécutif du Mouvement Européen avait bien pu approuver la création d’une commission pour l’outremer et l’Union française être une réalité juridique, mais cela n’avait vraiment eu aucune importance. D’ailleurs, ni la délégation française à la commission constitutionnelle de l’Assemblée « ad hoc », ni le Gouvernement ne s’étaient inquiétés de cette anomalie ! L’affaire en serait peut-être restée là si Pierre-Henri Teitgen ne s’était pas ému de cette bizarrerie et n’était pas intervenu. Le président en titre du MRP prit la parole lors de la séance du 24 octobre 1952 du comité constitutionnel pour indiquer qu’il voulait faire une « déclaration capitale40 ». En effet, personne jusqu’ici n’avait songé à l’outre-mer, qui d’ailleurs, n’était même pas à l’ordre du jour. Aussi, le député français changea le cours du débat et celui de l’histoire de la CPE en signifiant qu’en vertu de l’article 60 de la Constitution de 1946, ce serait « La République française indivisible qui entrerait dans une fédération européenne41 ». Par conséquent, il était « impossible d’envisager une séparation entre la métropole et ses territoires d’outre-mer42 ». Cette déclaration n’était pas surprenante de la part d’un personnage qui, déjà, le 18 août 1949 à l’Assemblée consultative de Strasbourg, avait dit que l’Europe avait vocation à traiter à titre principal de questions coloniales43 et qui, selon Spaak, n’avait pas son pareil « pour dramatiser un débat, pour mêler les émotions les plus fortes à la raison du plus sage44 ». Aussi, le 24 octobre 1952, un pavé énorme avait été jeté dans la mare. Michel Debré, présent lui aussi et anticédiste notoire, le sentit tellement bien qu’il en profita pour souligner combien CPE et CED étaient nocives pour l’Union française, en mettant le cédiste Pierre-Henri Teitgen dans son camp : « La délégation française ne pourrait accepter une coupure comme celle qui découle du traité de CED45 ». Par conséquent, ces deux hommes, que toute l’étendue de question de la CED séparait, étaient tombés d’accord pour refuser une mise à l’écart de l’Afrique.

  • 46 Paul Coste-Floret au 8e Congrès national du MRP de mai 1952 avait effectivement réclamé dans son r (...)
  • 47 René Massigli, Une comédie des erreurs…op. cit., p. 339.
  • 48 Maurice Couve de Murville, Le Monde en face, Paris, Plon, 1989, p. 92-93 : « … dans les conversati (...)
  • 49 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.4.
  • 50 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 339.

21Il n’est donc pas très surprenant de constater que cette injonction fut accueillie très fraîchement au sein même du MRP. Si effectivement, ce jour-là, Pierre-Henri Teitgen avait exaucé les vœux de son parti46 qui souhaitait une nouvelle initiative européenne, il y avait peu de chances que celle-ci puisse convenir à tous. En effet, le ministre des Affaires étrangères Robert Schuman, avait expressément refusé de donner suite à la demande de son collègue le ministre de la France d’outremer, Pierre Pfimlin, de mener une étude au sujet de l’intégration de l’outre-mer. Cette « dérobade47 » du Lorrain, qui n’était pas un dévot de la supranationalité48, montrait combien il était défavorable à une Europe élargie d’une manière ou d’une autre à l’Afrique. Un peu plus tard, et à nouveau, le 24 octobre 1952, à la commission exécutive du MRP, lui et son secrétaire d’Etat, Maurice Schumann avaient répété qu’ils ne voulaient pas de l’outre-mer, alors que, le même jour, à Strasbourg, Pierre-Henri Teitgen disait le contraire49. En tout cas, l’affaire avait été sérieuse : même René Massigli à Londres était au courant50 ! D’ailleurs, pour l’ambassadeur de France, le président du MRP, en faisant cavalier seul, avait commis une énorme sottise. Il avait, en agissant ainsi, imprudemment engagé le pays tout entier.

22Comme c’était prévisible, la poursuite à marche forcée de la construction européenne avait eu des répercussions sur le destin de l’outre-mer. D’un côté, il avait quelque chose qui pouvait, à tort ou à raison, être interprété comme « un colonialisme second » des Européens, et de l’autre, il y avait chez certains Africains la volonté de faire de l’Eurafrique un levier destiné à accélérer la marche à l’émancipation. Comment, dans ces conditions et avec tant de facteurs aussi défavorables, espérer faire l’unanimité ?

Un bien mauvais accueil

Le MRP contre le « néo-colonialisme » du Conseil de l’Europe

  • 51 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 1.3.
  • 52 René Moreux, « L’intégration des territoires d’outre-mer dans la confédération européenne ne doit (...)

23Deux semaines après le débat du 25 septembre à l’Assemblée du Conseil de l’Europe, une véritable fièvre anti-eurafricaine se manifesta au grand jour dans les rangs du parti de l’Europe, le MRP. En effet, ce fut de là que partirent des attaques extrêmement virulentes contre l’Eurafrique de Senghor et de Semler. Quinze jours après la publication de son « plan » le MRP réagit énergiquement, le 7 octobre, avec une proposition destinée au Conseil de la République. Elle fut présentée par Georges le Brun Kéris51 qui stigmatisa cette authentique et germanique manifestation du « colonialisme européen ». Ses démonstrations, le plus souvent très serrées et bien documentées, décrivirent avec force détails tous les dangers d’une coopération européenne en Afrique capable de « conduire à un colonialisme plus dangereux que l’ancien52 ». Dans la presse, bien d’autres interventions hostiles aux initiatives eurafricaines du Conseil de l’Europe suivirent, comme notamment l’article du MRP René Moreux, directeur et rédacteur en chef du très influent hebdomadaire Marchés coloniaux du monde.

  • 53 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.
  • 54 Voir supra Partie ii, Chap. ii, 2.
  • 55 P. M Dessinges, « L’intégration économique de l’Afrique », L’Observateur, le 12 mars 1953.

24Cette attaque avait été menée selon les règles car le ministre de la France d’outre-mer en personne donna également à l’assaut. D’abord plutôt favorable au plan de Strasbourg53, Pierre Pfimlin, avait entre-temps complètement changé d’avis. Cet européen convaincu et en principe posé n’avait pas, pour l’occasion, hésité à agiter de vieux démons. Dans sa déclaration faite à la presse le 3 décembre, il exagéra vraiment beaucoup la portée du plan de Strasbourg en allant jusqu’à insinuer que l’Afrique française passerait purement et simplement aux mains d’une Europe assez mal définie : « il n’est pas sans danger que certains esprits, en France et surtout à l’étranger, s’habituent à penser que l’Afrique pourrait devenir une sorte de bien commun de l’Europe. » En tout cas ni Senghor, ni Semler, ni le fédéralisme ne sortaient indemnes de ces diatribes, tant ceux qui voulaient établir « un véritable trusteeship européen » étaient stigmatisés. Le ministre de la France d’outre-mer, en personne, avait interprété ces propositions européennes comme autant de façons d’arriver à une « cogestion déguisée » de l’Union française. Peut-être Pfimlin affectait-il de voir dans le Plan Semler la main d’Alexandre Marc, qui en 1948, avait effectivement, mais sans aucun succès évoqué ce fameux trusteeship européen54. Ainsi, tout se passait comme si certains cédistes, et non des moindres, avaient été un peu effrayés par les coups de semonce d’Herriot et d’Auriol qui venaient de se lancer dans la croisade antidéciste. Avec son agenouillement devant le mythe de la grandeur par l’Empire, le ministre avait cherché à rassurer les défenseurs de l’Union française. Mais peut-être aussi souhaitait-il apaiser les craintes de certains milieux patronaux. C’était en tout cas l’opinion de l’Observateur : « alors pour ne pas partager le gâteau avec les industriels européens, on se raccroche aux trusts américains qui se soucient uniquement de se procurer minerais et produits stratégiques au meilleur compte… dans ces conditions il est certain que les capitalistes français s’opposeront par tous les moyens au plan Zemler (sic)… la création de complexes industriels entraînerait un relèvement général des salaires et du niveau de vie… perspectives qui ne font pas l’affaire de nos capitalistes55 ».

  • 56 Au Comité national le 27 janvier 1952 et au Conseil national le 11 octobre 1952.
  • 57 Voir supra Partie ii, Chap. i, 2.
  • 58 Voir supra Partie ii, Chap. I ; 3.
  • 59 Philippe Chenaux, « Le MRP face au projet de Communauté politique européenne », Serge Berstein, Se (...)
  • 60 Georges-Henri Soutou, « Georges Bidault et la construction européenne. 1944-1954 », Serge Berstein (...)
  • 61 Ibidem note n° 19 : 350 AP 71. Note sur les Mouvements de l’Union européenne, non datée de Paul Cos (...)

25Comme on peut l’imaginer ce fut dans les instances du parti que les paroles les plus dures furent prononcées. Paul Coste-Floret, ancien ministre de la France d’outre-mer, avait déclaré56 au Comité national le 27 janvier 1952, comme au Conseil national du 11 octobre 1952 que, certes, les territoires d’outre-mer français devaient être représentés dans la future assemblée européenne, mais qu’il fallait avant tout « éviter un second colonialisme européen ». La crainte, toujours vivace, du retour de l’Allemagne en Afrique57, la sainte horreur des projets économiques trop ambitieux de l’OECE en Afrique58, ajoutée au refus de la supranationalité trop précoce des fédéralistes ne pouvait que se traduire par le résumé de toutes ces craintes59 : l’Eurafrique. Ainsi, l’obsession du maintien de la souveraineté française, liée au « nationalisme latent » d’un Georges Bidault60 toujours très influent dans ce mouvement, impliquait que si l’intégration de l’outre-mer se devait se faire un jour ce ne serait certainement pas à la manière des fédéralistes61.

  • 62 CHAN, 291 MI 7. Procès verbaux des congrès du MRP. 8e Congrès national, Bordeaux - 22 au 26 mai 19 (...)
  • 63 Ibidem.
  • 64 Ibidem.
  • 65 Ibidem.
  • 66 Ibidem.
  • 67 Ibidem.
  • 68 ANOM, 1AFFPOL 2318, Georges Lebrun-Kéris, L’Union européenne, cours sténographié au Collège Libre (...)
  • 69 CHAN, 291 MI 7. Procès verbaux des congrès du MRP. 8e Congrès national, Bordeaux, 22 au 26 mai 195 (...)

26D’ailleurs, certains, au 8e Congrès national du MRP à Bordeaux avaient vigoureusement dénoncé cette ligne politique. La brochure62 diffusée aux adhérents et aux militants du MRP en vue de la préparation de ce Congrès avait inséré « l’union européenne » dans le chapitre traitant des « menaces extérieures pesant sur l’Union française63 ! » La coopération européenne était souhaitable et l’éloge de la CCTA prononcée, mais l’Eurafrique y était sévèrement fustigée. Cette « anticipation hasardeuse64 » décrite comme un poison, n’était que le fruit d’une union monstrueuse entre le « néo-colonialisme transposé à l’échelle européenne65 » et un « fédéralisme échevelé66 ». Cette prise de position fut largement développée à l’occasion du rapport sur l’Union française présenté par Georges Lebrun-Kéris le 24 mai 1952. Lui qui souhaitait pourtant élever la double vocation européenne et ultramarine de la France au rang d’une « mystique révolutionnaire67 » fut impitoyable. Il l’avait déjà dit en 1948, redit au cours de l’année universitaire 19511952 dans ses cours au Collège Libre des Sciences Sociales et Économiques68, et il le répéta au cours de ce Congrès national devant les militants du parti : « si l’on se lance dans ces élucubrations que l’on appelle l’Eur-Afrique, d’un mot qui, soi-même, est choquant, car il rappelle ceux qui il y a quelques années remplissaient ce que l’on appelait alors, Dieu sait pourquoi, les journaux français et qui n’étaient guère français, ce mot d’Eur-Afrique (sic) a été traîné partout à l’époque et je suis bien étonné qu’on puisse encore l’employer sans qu’il vous écorche la gorge69 ! » Ainsi, fidèle à son orientation antifédéraliste manifestée dès le Congrès de La Haye, il avait condamné fermement et par avance l’Eurafrique de Senghor et de Saller…

27Senghor et son groupe parlementaire des IOM étaient apparentés au MRP, mais jamais ils n’auraient pu obtenir sur ce point le soutien de ce parti. Ils pouvaient compter sur Pierre Henri Teitgen, mais c’était à peu près tout. Leur isolement était presque total car l’essentiel des forces politiques françaises comme les ministères, partageaient largement les haut-le-cœur de Georges Lebrun-Kéris. Oui, cette Eurafrique-là, bien trop allemande, était effectivement un mot qui leur écorchait la gorge.

Et aux diplomates de jouer les Cassandre…

  • 70 MAE, DECE, 584, Note présentée par Yvon Delbos le 8 novembre 1952 à la Commission constitutionnell (...)
  • 71 Ibidem.
  • 72 MAE, DECE, 584, Note de la Sous-Direction Afrique au sujet de la discussion du problème des territ (...)
  • 73 Ibidem.
  • 74 MAE, Europe, généralités, 78. Note de M. Jurgensen de la direction Afrique-levant du 26 décembre 1 (...)
  • 75 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., annexes 14 et 14 bis.
  • 76 Ibidem.

28Un des collègues de Pierre-Henri Teitgen à la commission constitutionnelle de l’Assemblée « ad hoc », le radical Yvon Delbos voyait lui aussi les choses avec beaucoup de circonspection. L’ancien ministre des Affaires étrangères du Front Populaire qui avait certainement entendu naguère parler d’Eurafrique, opposa un contre feu à l’incendie déclenché le 24 octobre par le président du MRP. Dans une note présentée à ses collègues l’ancien ministre rappela quelques vérités très bonnes à dire. Comme l’Union française était d’une complexité juridique redoutable, il recommanda à la lumière du précédent de la CECA de « faire une étude approfondie70 » et de prévoir des « consultations préalables avec les autres Puissances chargées de responsabilités européennes, c’est-à-dire la Belgique les Pays-Bas et la Grande-Bretagne71 ». Son petit texte approuvé par le Quai72 avait préconisé la prudence et la retenue : on ne pouvait pas traiter n’importe comment et n’importe où - il fallait comprendre à Strasbourg - de ces problèmes. Mais si Yvon Delbos avait obtenu que la question ne soit plus abordée par la commission73, le mal avait été fait et bien fait car le processus lancé par Pierre Henri Teitgen était irréversible. Les conclusions de la commission constitutionnelle avaient été rendues le 20 décembre 1952, la France disposait d’une représentation de seulement 63 députés et 21 sénateurs, mais l’outre mer n’avait pas été oublié, au contraire, car il avait bien été spécifié que cet « important problème pourrait être plus utilement étudié après la session de l’assemblée ad hoc en janvier74 ». La France serait donc libre de tenir compte ou pas de l’outre-mer, sans avoir de sièges supplémentaires pour autant. Ainsi, la petite phrase prononcée le 24 octobre 1952 avait posé un problème particulièrement épineux à l’Assemblée « ad hoc ». Puisque l’outremer devait entrer dans la future CPE, il fallait se poser la question de la représentation de l’outre-mer dans les institutions européennes. Dans ces conditions comment la France pourrait-elle relever tous les défis posés par ce casse-tête juridique et ce casse-cou politique ? Le Quai d’Orsay qui suivait de très près ces affaires75 avait immédiatement et complètement saisi la gravité de la situation. La commission constitutionnelle avait agi imprudemment en matière de représentation électorale de l’outre-mer et ses options beaucoup trop fédéralistes avaient été condamnées aussitôt et vertement : « En ce qui concerne la solution actuelle il ne paraît pas excessif de dire qu’elle cumule les inconvénients de tous les systèmes possibles76 ».

  • 77 Ibidem.
  • 78 Ibidem.

29Prophétiquement, le ministère des Affaires étrangères songea que d’autres ennuis plus graves viendraient rapidement : « il apparaît très probable que certains représentants d’outre-mer à l’assemblée ad hoc manifesteront hautement, pour des raisons multiples, leur désir de voir l’outre-mer représenté à l’assemblée européenne77 ». Il avait été aussi prévu que ces petits soucis ne seraient pas grand-chose au regard des très grands que l’avenir réserverait : irruption d’une « compétence européenne » dans les territoires d’outre-mer, possibilité pour leurs élus de se désolidariser de la métropole, en nouant, qui sait, de dangereuses alliances avec d’autres groupes européens. De plus, une aura politique et surtout un prestige immense étaient par anticipation attribués à ces fameux représentants africains78. Grâce à l’Europe, ils deviendraient un jour, c’était certain, les futurs leaders charismatiques de tel ou tel territoire.

Senghor perce les lignes ennemies

Offensive anti-eurafricaine et anticédiste sur tous les fronts

  • 79 En caractères gras dans le texte.
  • 80 Journal Officiel de la République Française, Assemblée de l’Union française, n° 462, Annexe au pro (...)
  • 81 Georges Le Brun-Kéris, Kenneth Vignes, et Mme Lemarchand, Conseillers de l’Union française.
  • 82 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

30Un peu plus tard, l’Assemblée de l’Union française, qui était concernée au premier chef, se joignit elle aussi à cette campagne anti-eurafricaine. Elle hurla avec les loups en émettant le 18 décembre 1952 un « avis ». Ce texte qui se voulait objectif commençait par un en-tête en forme de déclaration de guerre dirigée contre ce fameux plan. On demandait « au gouvernement de veiller79, sans préjudice des harmonisations nécessaires, à préserver l’Union française de certaines tendances colonialistes qui se sont fait jour à la commission économique du Conseil de l’Europe80 ». Il avait été proposé par des membres du groupe MRP de l’Assemblée de Versailles81 et notamment par Georges Le Brun-Kéris. Ce défenseur ardent de l’intégrité de l’Union française voyait ses prédictions du printemps 1952 réalisées et avait enfin trouvé l’occasion d’agir82 et de dénoncer les agissements de Dr Semler !

  • 83 Voir index Semler (Johannes)
    Paul Alduy, « La participation des Peuples et des Nations d’Outre-Mer (...)
  • 84 Journal Officiel de la République Française, Assemblée de l’Union française, n° 462, Annexe au pro (...)
  • 85 Ibidem.
  • 86 Ibidem.
  • 87 Ibidem.
  • 88 Ibidem.
  • 89 Ibidem, p. 17-18.
  • 90 Ibidem, p. 20.

31Une personnalité fut également partie prenante, le socialiste Paul Alduy, qui présenta l’avis de l’Assemblée de Versailles. Partisan d’une Eurafrique différente plus conforme au maintien de l’Union française, il s’était fait une spécialité d’intervenir à propos de l’intégration de l’outre-mer dans les organismes européens au sein des différentes instances du parti83. Ainsi, une réelle convergence de vues existait entre les anciens partenaires de la troisième force. En effet, si Paul Alduy pointait du doigt le risque d’un nouveau colonialisme européen assujetti aux intérêts d’un « consortium de banques privées et de sociétés internationales84 », il ne dénonçait jamais les menées des groupes américains. Selon lui, la menace européenne devenait particulièrement dangereuse si le procédé des contrats à long terme sur les matières premières était retenu. En effet, s’agissant, pour l’outre-mer de contrats portant sur des mono-exportations, il mettait l’accent sur les risques « d’effondrement de leur économie85 » notamment en cas de « pression conjuguée des prix et des charges » et surtout il prédisait que « par ricochet, le système tend à placer entièrement leur économie entre les mains de l’autorité européenne86 ». Par ailleurs, le futur député des Pyrénées orientales qui était favorable à l’idée d’une Banque européenne des investissements s’inquiétait énormément des dérives possibles de cette institution financière à venir. Pour lui, « les crédits du FIDES ne sauraient venir alimenter la Banque européenne des investissements87 », montrant ainsi que des fonds publics ne pouvaient pas être gérés ou utilisés par un organisme étroitement lié au « consortium de banques privées et de sociétés internationales » mentionné dans le plan de Strasbourg. Par conséquent, les puissances « ayant des liens constitutionnels avec des pays d’outre-mer ne devraient y avoir qu’une participation symbolique88 » tout en gardant, avec leurs parts de fondateurs une sorte de droit de regard. Ensuite, en matière de production et d’échanges, l’auteur plaidait à la fois la cause d’une vaste concertation internationale et celle d’un protectionnisme modéré. Partisan de toujours plus de coopération « inter-coloniale », il écrivait des passages qui étaient de véritables hymnes à la planification des productions à l’échelle des puissances coloniales. On pourrait, par exemple éviter tout risque de concurrence entre l’arachide des territoires d’outremer français et anglais89… Enfin, il estimait, exactement comme dans le cas du pool charbon-acier, qu’une libéralisation des échanges avec une diminution ou une abolition des droits d’entrée aurait des conséquences redoutables pour les finances locales. Il avait ainsi habilement posé le problème des prérogatives des assemblées locales90 : comme les recettes des territoires d’outre-mer seraient forcément diminuées, comment ne pas les consulter et se passer de leur point de vue sans avoir à essuyer de graves difficultés politiques ?

  • 91 Ibidem, p. 21.
  • 92 Ibidem, p. 13.

32Ce texte montre donc combien la coopération européenne outre-mer était perçue comme la voie royale de l’internationalisation affairiste de l’outre-mer français, à mi-chemin entre une sorte de trusteeship et l’actuelle mondialisation : « Voulons-nous rendre une quelconque autorité européenne où la France serait minoritaire, maîtresse de l’économie d’outre-mer par la fixation des prix clés à long terme ? Entendons-nous sacrifier les investissements non rentables, souvent à caractère social… et livrer les entreprises d’outre-mer à une nouvelle banque d’affaires européenne91 ? » Les appétits allemands et leurs projets des années vingt, trente et quarante en Afrique n’avaient pas été oubliés et ces précédents servaient à illustrer les arguments d’une presse coloniale prompte à retrouver de vieux réflexes antigermaniques. Pour certains, le plan Semler ne devait surtout pas faire de l’Allemagne le fournisseur privilégié de l’Afrique française. En effet, comme la reconstruction de l’économie française était pratiquement achevée, les entreprises métropolitaines pouvaient désormais facilement équiper l’Afrique ! Pourquoi donc avec ce plan Semler laisser les Africains prendre de mauvaises habitudes92 commerciales avec les Allemands ou d’autres ? Mais, le plus surprenant, restait que parmi toutes les flèches décochées par ce Robin des Bois pas une seule ne soit réservée aux États-Unis. En l’occurrence, c’étaient bien leurs groupes et non ceux des Allemands qui se trouvaient en Afrique !

  • 93 Ibidem, p. 20.
  • 94 Charles de Gaulle, Conférence de presse du 16 mars 1950.
  • 95 Ibidem, déclaration du 12 octobre 1952 de Neuilly-sur-Seine, p. 547.

33Il n’en reste pas moins que les remous soulevés par l’affaire du plan de Strasbourg contribuaient à alimenter la campagne anticédiste. De ce point de vue, l’Assemblée de l’Union française présidée par le vieil Albert Sarraut avait apporté une contribution non négligeable. Grâce à ses travaux, l’arsenal des anticédistes disposait de nouveaux arguments. Désormais ceux qui étaient contre l’Europe fédéraliste ne manqueraient pas de faire l’amalgame avec les menées de l’Assemblée du Conseil de l’Europe, tant il était désormais établi par tous qu’un complot européen menaçait l’Union française sur le plan économique ! Soulignons également qu’à ce moment et un peu comme Édouard Herriot, Albert Sarraut, en ne prenant pas la défense d’une Eurafrique dont il avait été le chantre vingt plus tôt, avait adopté lui aussi une attitude anticédiste. D’après son jeune collègue radical, le secrétaire d’Etat à la France d’outre-mer Henri Caillavet, il était même très hostile aux projets de Senghor. Il n’était sans doute pas étranger à cette attaque « versaillaise » qui dénonçait également le manque de prospectives sérieuses93 et l’incurie des représentants français à Strasbourg renforçait les très graves accusations portées par les anticédistes à l’encontre du responsable des affaires étrangères, Robert Schuman. Avait-on au gouvernement « oublié » de penser au problème de la représentation de l’outre-mer dans les institutions européennes ? En tout cas, Charles de Gaulle n’attendit pas très longtemps pour réagir. Lui qui avait pourtant dit avant le plan Schuman : « Si l’on se ne contraignait pas à voir les choses froidement, on serait presque ébloui par la perspective de ce que pourraient donner ensemble la valeur allemande et la valeur française, celle-ci prolongée par l’Afrique94 » avait complètement changé de discours. Désormais en pleine guerre européenne, il pestait contre la volonté de « défigurer les prolongements de l’Europe sur la mer et l’outre-mer95 ».

  • 96 MAE, Europe, généralités 78, Note de la Sous-Direction d’Afrique au sujet de la réunion concernant (...)
  • 97 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 339.
  • 98 MAE, DECE, 584 Note de la Direction générale politique Europe au sujet de la Communauté politique (...)
  • 99 ANOM 1 AFFPOL 3255, Note n° 1437 pour M. le ministre, Direction des Affaires Politiques, 3e Bureau (...)
  • 100 Alain Greilsammer, Les mouvements fédéralistes en France de 1945 à 1974, op. cit.
  • 101 Raymond Poidevin, Robert Schuman homme d’Etat. 1886-1963, Paris, Imprimerie Nationale,

34Michel Debré se lança donc dans la bataille et dénonça le scandale au Conseil de la République. Il le fit vigoureusement le 30 octobre, et les 3 et 19 décembre 1952. Lui aussi s’étonnait du fait que le gouvernement et donc Robert Schuman n’ait pas pris officiellement position à ce sujet. Pourtant, les choses ne s’étaient pas passées tout à fait de cette manière. Si, effectivement, le gouvernement Pinay avait délibérément choisi « de se tenir à l’écart des travaux de l’Assemblée “ad hoc” et de sa commission constitutionnelle, c’était dans le but de n’apparaître en rien lié à ses travaux96 ». D’autre part, si en septembre-octobre Robert Schuman avait délibérément choisi de ne pas préparer l’intégration de l’outre-mer97, les ministères, eux, avaient vraiment suivi de très près cette question. Le quai d’Orsay, en effet, avait élaboré et soumis aux cinq ministres des Affaires étrangères européens un questionnaire très orienté dont le but était d’éviter « de nouveaux abandons de souveraineté… et une structure de caractère fédéral, étant donné les répercussions que la création d’une fédération européenne doit nécessairement entraîner ; en ce qui concerne… l’exercice des droits réservés reconnus à la France par les Accords contractuels et le maintien de l’intégrité de l’Union française98 ». Comme on peut l’imaginer, la rue Oudinot n’avait pas agi différemment. La direction des Affaires politiques fit beaucoup plus que de seulement « suivre » l’évolution des débats des représentants français aux assemblées européennes. Elle comptait même les manipuler et en jouer à sa guise, vu que l’appui d’hommes « sûrs99 » comme Jean Silvandre, le député socialiste du Soudan, lui paraissait acquis : « Il serait souhaitable que sans donner d’instructions à proprement parler, des contacts soient pris avec certains parlementaires de l’assemblée « ad hoc » pour leur expliquer100 ». Donc, ce fut pour ces raisons, et sans doute pour « expliquer » que René Servoise, haut fonctionnaire au département des Affaires politiques, participa activement aux réunions de la commission d’étude des relations Europe-territoires d’outre-mer de « l’Union Européenne des Fédéralistes101 » comme à celles du Conseil français du Mouvement Européen.

35Les perspectives de l’intégration européenne et la véritable guerre qui opposait les cédistes aux anticédistes avaient considérablement nui à la cause de cette « Jeune Eurafrique » L’essentiel du MRP, de la SFIO, les gaullistes, l’Assemblée de l’Union française, le patronat, le ministre de la France d’outre-mer, le quai d’Orsay, la rue Oudinot, avaient tiré dessus à boulets rouges. Comment, dès lors, imaginer que tout ce tapage et ce battage autour des menaces européennes pesant sur l’outre-mer africain ne puisse pas avoir d’importantes répercussions sur la composition du gouvernement de René Mayer, le successeur d’Antoine Pinay ?

Autour de l’arrivée de René Mayer à Matignon

36Le « coup » de Pierre-Henri Teitgen ajouté aux remous occasionnés par le plan de Strasbourg avait rendu un bien mauvais service à la cause cédiste et au gouvernement d’Antoine Pinay. Celui-ci avait signé le 27 mai 1952 à Paris le traité instituant la CED qui restait à ratifier. Par conséquent, toutes les forces politiques ayant combattu le gouvernement et sa dynamique européenne n’auraient de cesse de multiplier leurs attaques. Dans ce contexte de moins en moins favorable à l’Europe fédérale et de plus en plus germanophobe, il devenait périlleux d’ajouter à la barque déjà bien chargée des cédistes un lest supplémentaire. Du coup, il était devenu évident que l’Eurafrique faisait partie des impedimenta dont il aurait fallu à tout prix se séparer : tout cela ne pouvait-il pas contribuer à différer sine die la ratification du traité de la CED par l’Assemblée nationale ?

  • 102 1986, p. 365.
  • 103 Raymond Poidevin, Robert Schuman…, op. cit, p. 363.
  • 104 Ibidem, p. 364.

37Dans ces conditions, les tractations et les nouvelles intrigues de Georges Bidault102 avec les gaullistes jouèrent un rôle déterminant. Tous ceux qui démontraient qu’il ne fallait pas ratifier en invoquant l’impréparation des projets gouvernementaux au sujet de l’intégration des territoires d’outre-mer servaient une cause. Ils œuvraient en fait pour la domestication de certains députés gaullistes et surtout pour chasser Robert Schuman du ministère des Affaires étrangères. En effet, déjà au moment de la formation du gouvernement du « petit Poincaré » de l’Élysée, Vincent Auriol avait tout fait pour se séparer de l’homme du 9 mai 1950103 tellement il voyait en lui, en bon anticédiste qu’il était, un homme à abattre. Les querelles ultérieures entre les deux hommes104, la garantie pour les cédistes que constituait l’accession à la présidence du Conseil du radical René Mayer firent le reste. C’est pourquoi, l’heure du retour au Quai d’Orsay de Georges Bidault avait sonné. Son parti, devait donc sacrifier Robert Schuman sur l’autel d’une nouvelle majorité dont les futurs gaullistes dissidents seraient la clé de voûte. Qui, à part l’ancien président du CNR, pouvait à la fois donner satisfaction aux gaullistes désireux « d’aller à la soupe » et rassurer le MRP ?

  • 105 Il était cédiste et radical-socialiste. Voir aussi Denise Mayer, René Mayer. Etudes, témoignages, (...)
  • 106 Robert Rochefort, Robert Schuman… op. cit., p. 365.
  • 107 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit, p. 351.
  • 108 Journal Officiel de la République Française, Débats de l’Assemblée nationale, séance du 6 janvier (...)

38Ainsi, à bon droit, on peut estimer que le débat au sujet de cette Eurafrique si menaçante contribua à la chute du gouvernement Pinay et surtout à l’absence de Robert Schuman dans le nouveau gouvernement présidé par René Mayer105. Le président du Conseil désigné était allé au Quai le rencontrer pour lui expliquer combien son éviction lui était nécessaire. Spontanément, le ministre des Affaires étrangères lui proposa son retrait106, ce qui permit au député de Constantine d’obtenir le soutien de la quasi-totalité des parlementaires gaullistes et le silence approbateur du MRP. De plus, selon René Massigli, une sorte d’accord avait été passé avec le chef du groupe parlementaire gaulliste Jacques Chaban-Delmas107. Le futur chef du gouvernement était tenu de donner des gages, en particulier au sujet du devenir de l’outre-mer dans la CPE. Aussi René Mayer déclara t-il dans son discours d’investiture du 6 janvier 1953 que les futures institutions européennes devaient respecter absolument « … les principes qui sont la sauvegarde de l’Union française108… ». On ne pouvait pas être plus clair : il s’agissait d’un « non » à toute supranationalité européenne en Afrique. Les paroles prononcées par le nouveau président du Conseil en ce jour déterminant étaient donc le signal fort attendu et envoyé aux gaullistes et sans doute à un grand nombre de MRP. Il fallait montrer que les différents avertissements prononcés auparavant à l’Assemblée de Versailles et au Conseil de la République avaient été bien entendus.

  • 109 Robert Rochefort, Robert Schuman… op. cit., p. 314.
  • 110 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

39Désormais, le gouvernement comptait dans ses rangs deux ministres gaullistes dissidents et une vingtaine de parlementaires farouchement anticédistes. Le nouveau cabinet était devenu l’otage des plus féroces défenseurs du dogme de l’intégrité de l’Union française, particulièrement allergiques à toute velléité d’ébaucher un « trusteeship européen » en Afrique. Quel succès pour Georges Bidault109 et Vincent Auriol ! Le premier, avec l’absence de Robert Schuman dans le nouveau gouvernement avait évincé son éternel rival, et le deuxième voyait déguerpir celui qu’il qualifiait dans ses mauvais moments de « mufle et de jésuite ». Le président de la République était parvenu au sommet de son art. En effet, avec ce gouvernement Mayer, il avait réussi à réaliser non pas un exploit mais deux. Avec l’entrée au gouvernement des gaullistes dissidents de l’Union Républicaine d’Action Sociale (URAS), il était parvenu à disloquer le RPF, mais aussi à mettre les fers aux pieds de l’ardent défenseur de la CED qu’était le nouveau président du Conseil. Dans ces conditions, et après l’avertissement qu’avait constitué la levée de bouclier contre le plan Semler110, il ne fallait pas s’attendre à une attitude compréhensive du nouveau gouvernement. Lui aussi serait hostile à la « Jeune Eurafrique ».

Tous pour un, ou l’incroyable union sacrée de la délégation française autour de Senghor

40Ce fut donc dans un contexte très défavorable à la construction d’une Eurafrique que l’Assemblée « ad hoc » se réunit comme prévu au siège du Conseil de l’Europe à Strasbourg du 7 au 10 janvier 1953 pour examiner le rapport de sa commission constitutionnelle. Ce projet de constitution européenne fédéral n’avait pas oublié les questions ultramarines qui prirent toute leur place le 8 janvier lors de la deuxième séance de l’Assemblée.

  • 111 Député socialiste du Soudan.
  • 112 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. iii, 1.1.
  • 113 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 3.1.
  • 114 Membre de l’Assemblée « ad hoc » et de celle du Conseil de l’Europe. Voir aussi index Silvandre (J (...)

41À cette occasion, Jean Silvandre111, député SFIO du Soudan et « homme sûr » du ministère de la France d’outre-mer, tint toutes ses promesses112. Dans sa déclaration, il affirma ne vouloir ni internationalisation ni libéralisme et prétendit défendre les droits politiques et économiques des territoires d’outre-mer, ce qui revenait à répéter les accusations formulées à l’Assemblée de l’Union française113 le mois de décembre dernier. Autrement dit le parlementaire soudanais avait stigmatisé certains appétits européo-germaniques pour discréditer, le député allemand Semler114 qui assistait à son discours. Quel doux spectacle ce devait être pour la rue Oudinot que de voir un élu de l'outre-mer s’opposer à Senghor et ne rien revendiquer du tout ! Mais, la partie n’était pas gagnée pour autant…

  • 115 MAE, Europe, généralités, 78. Note de M. Jurgensen de la direction Afrique-levant du 26 décembre 1 (...)
  • 116 Assemblée « ad hoc », compte rendu analytique des débats du 8 janvier 1953.

42En effet, lorsque « l’Ambassadeur du Peuple Noir » prit la parole, les sombres prédictions des diplomates de la sous-direction « Afrique » du Quai se réalisèrent115 car le député se lança dans une de ses grandes et belles envolées : « parlant ici au nom de la grande majorité des députés africains à l’Assemblée Nationale Française, avec qui je me suis entretenu de la question, je dirais ceci : nous sommes pour la Communauté européenne et par-delà elle, pour la Communauté Eurafricaine. Nous sommes pour la réconciliation franco-allemande, nous voulons bien dans ce mariage de raison, être les pages qui portent le voile de la mariée, nous nous refusons à être les cadeaux de noce, ou la vaisselle qui fait les frais des scènes de ménage… Bien sûr, les hommes de révolution sont toujours considérés comme des fous. Mais vous savez que la sagesse emprunte souvent les vêtements de la folie. Nous sommes les fous d’outre-mer, puissiez vous être ceux de l’Europe pour qu’ensemble nous bâtissions une Europe nouvelle qui ne sera pas faite de souvenirs historiques, mais de réalités vivantes, une Eurafrique, comme l’Europe réelle, patrie de l’homme116. »

  • 117 Amendement n° 40 au rapport de la Commission Constitutionnelle présenté par M. Senghor : « Les siè (...)
  • 118 Assemblée « ad hoc », Compte-rendu analytique des débats du 8 janvier 1953.

43Ainsi, le président des IOM réclama des mesures « révolutionnaires » visant à créer une Eurafrique plus « africaine » tant du point de vue économique que du point de politique. Avec son amendement n° 40 au projet de CPE117 et en redoutable parlementaire qu’il était, le député du Sénégal avait réclamé seulement 20 députés supplémentaires pour l’Assemblée des peuples et non un nombre nettement plus élevé : « Je suis un passionné de l’idée eurafricaine. Je suis aussi un paysan qui a les pieds au sol. Je ne vous proposerai pas 63 sièges supplémentaires pour les quelque 40 millions de citoyens français d’outremer118 ». Aussi spectaculairement qu’habilement, il avait proposé une formule conforme à la modestie de la représentation extra-métropolitaine au Parlement, mais aussi, avec ses 20 députés supplémentaires, il lui faisait accomplir un grand bond en avant. Grâce à lui, l’outre-mer aurait eu à l’Assemblée des Peuples deux fois plus d’importance qu’en France, au Palais-Bourbon. La justification de ce supplément n’obéissait à aucune loi mathématique particulière, mais elle était politiquement et tactiquement astucieuse. Qui pouvait dans la représentation française s’opposer publiquement à cette augmentation modérée mais suffisamment substantielle de la représentation française ?

  • 119 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.
  • 120 MAE, DECE, 584, Note de la Direction générale politique Europe au sujet de la Communauté Politique (...)
  • 121 Assemblée « ad hoc », Compte-rendu analytique des débats du 8 janvier 1953.
  • 122 Ibidem.

44Avec cet amendement n° 40, Senghor avait à nouveau très bien joué puisqu’il était parvenu à mettre tout le monde d’accord. Il avait, comme en 1949 à l’Assemblée nationale119, parfaitement manipulé ses collègues. À Strasbourg, ce jour-là, les membres de la délégation française étaient loin de partager toutes les idées du député du Sénégal, mais ils ne pouvaient que répondre présent à cet appel de l’Afrique lancé patriotiquement dans une assemblée européenne : « les représentants français qui ne partageaient sans doute pas toutes les idées émises par M. Senghor, se sont solidarisés avec lui dans la crainte de laisser apparaître une scission de la délégation sur ce point fondamental120 ». C’est pourquoi, le lendemain, le 9 janvier, il parvint à réaliser l’exploit de faire l’unanimité au sein de la délégation française à Strasbourg et de se faire applaudir chaleureusement. Miraculeusement et en pleine querelle de la CED, le député du Sénégal avait réussi le tour de force de se faire acclamer par des personnalités politiques aussi différentes que Paul Reynaud, Debré, Teitgen, etc. Tous avaient succombé au talent et à la qualité de l’argumentation de l’ancien khâgneux qui effectivement savait s’y prendre : « Notre position sur le plan politique est simple : culturellement, politiquement, nous sommes Français, nous entendons être Français, nous voulons entrer dans la communauté, dans le cadre français121 ». Ce fut donc en flattant la fibre nationale de ses collègues métropolitains qu’il put facilement glisser sur le versant économique pour mieux défendre les intérêts des paysans sénégalais et ceux de son Eurafrique. En effet, selon lui, les Africains avaient encore plus intérêt à être européens que les métropolitains « nous voulons que nos marchés soient ouverts à toute l’Europe122 », ce qui était une manière de redire que les prix proposés par la métropole pour les arachides du Sénégal étaient trop faibles. Senghor avait donc accompli l’exploit d’exprimer une revendication importante sans être contredit par certains de ses collègues ! Il était donc parvenu en pleine tempête européenne à contenter tout le monde. Les anticédistes et les germanophobes ne pouvaient que se réjouir : grâce à l’outre-mer, la France aurait plus de représentants que la RFA dans les assemblées de la future CPE. Quant aux cédistes, ils étaient satisfaits eux aussi puisque le président des IOM souscrivait forcément à leurs conceptions.

  • 123 Georges Riond, « Du souci de l’harmonie au respect des populations autochtones », l’Intransigeant, (...)

45Pourtant, même unis pour la circonstance, les Français furent isolés dans cette assemblée européenne. En effet, le rapporteur, un sénateur socialiste belge, Fernand Dehousse, s’en tint aux positions prises par la commission constitutionnelle. Il considéra que le nombre de représentants avait été fixé une bonne fois pour toutes et que la représentation de l’outre-mer était une question d’ordre interne. Par conséquent la France pouvait tout à fait accorder aux Africains le nombre de représentants qu’elle voulait à condition de ne rien demander de plus aux autres nations européennes. Du coup et assez astucieusement, un délégué italien, le démocrate-chrétien Benvenuti exprima l’avis contraire. Il était d’accord pour attribuer des sièges supplémentaires à condition que les territoires français d’outre-mer soient directement soumis à l’autorité fédérale, ce qui alimenta encore plus les suspicions françaises : « l’européisation » des territoires d’outre-mer123 guettait !

46Quelques leçons sont à tirer de cet épisode. En premier lieu, Senghor avait réussi brillamment à Strasbourg un magnifique blitzkrieg parlementaire. Certes, les Français n’avaient obtenu que sept sièges supplémentaires mais ils les devaient au député du Sénégal. Par la force et la logique de ses arguments, il avait su remporter l’adhésion de la délégation française toute entière. Cet exploit mérite d’être signalé car ce fut bien grâce au député du Sénégal que des Français divisés parlèrent, pour un temps limité et sur un sujet limité, d’une même voix. L’insigne privilège d’avoir su créer, pour les besoins de sa cause, une accalmie dans le contexte tumultueux de la « Querelle de la CED » devait donc revenir à un Africain. On pouvait avoir l’illusion que le « patriotisme de l’Union française » dont rêvait Auriol existait vraiment. Mais, l’amendement Senghor, avait produit un autre effet : en donnant plus de place à l’outre-mer, il rendait son inventeur un peu plus crédible. Désormais, « son » Eurafrique avait droit de cité.

Notes

1 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.4.

2 Jean-Marie Palayret, « les mouvements proeuropéens et l’Eurafrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 200.

3 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 1.5.

4 Paru en 1952, commandé par la Maison-Blanche, effectué par la President’s Materials Policy Commission dirigée par William Paley, « le rapport Paley » était une étude destinée à établir les besoins en matières premières des États-Unis pour les années 1950-1975. Comme il prévoyait sur une véritable explosion des besoins américains et donc sur la nécessité de contrôler les ressources naturelles de la planète, certains y virent un nouvel exemple de l’impérialisme yankee.

5 Plan de Strasbourg, le 25 septembre 1952, Conseil de l'Europe.

6 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. iii, 2.

7 5 Plan de Strasbourg, le 25 septembre 1952, Conseil de l'Europe.

8 Ibidem.

9 Ibidem.

10 Ibidem.

11 Ibidem.

12 Après une rencontre des ministres des affaires étrangères du Commonwealth en janvier 1950, à Colombo, une organisation dite du « Plan de Colombo » destinée à promouvoir le développement économique coopératif de l’Asie du Sud et du Sud-Est a été instituée. D’abord limitée aux pays du Commonwealth, elle fut par la suite largement contrôlée par les États-Unis qui en firent un moyen de lutte contre le communisme.

13 Compte-rendu officiel de la dix-neuvième séance de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe du jeudi 25 septembre 1952.

14 Ibidem.

15 Ibidem.

16 Ibidem.

17 Jean Frémigacci, « Les parlementaires africains… » op. cit.

18 Compte-rendu officiel de la vingtième séance de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe du jeudi 25 septembre 1952.

19 Georgette Elgey, Histoire de la IVe République. La République des Contradictions (1951-1954), 1968, Paris, Fayard, p. 132.

20 Anton Zichska, L’Afrique, complément de l’Europe, Paris, Laffont, 1952. Voir index Zichska (Anton).

21 Jean Frémigacci, « Les parlementaires africains… » op. cit.

22 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. i, 3.

23 Compte-rendu officiel de la vingtième séance de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe du jeudi 25 septembre 1952, p. 517-518.

24 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. iii, 3.

25 Compte-rendu officiel de la dix-neuvième séance de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe du jeudi 25 septembre 1952, p. 518.

26 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2 et Chap. II.

27 Anton Zichska, L’Afrique, complément de l’Europe… op. cit.

28 Non signé, « La paix du monde dépend de la coopération européenne en Afrique déclare M. Pfimlin à Gand », Climats, semaine du 25 sept au 1er octobre 1952, n° 354, p. 1.

29 Alfred Fabre-Luce, « L’Eurafrique », Écrits de Paris, juin 1952, p. 24-39.

30 P. M, Dessinges, « Le Conseil de l’Europe et l’Afrique », L’Observateur, 9 octobre 1952, n° 126.

31 Ibidem.

32 Paul Collowald, Climats, semaine du 2 au 8 octobre 1952, n° 355, p. 1.

33 Paul Collowald, Climats, semaine du 2 octobre au 8 octobre 1952, n° 355, p. 1.

34 Ibidem.

35 Ibidem, p. 3.

36 Ibidem.

37 MAE DECE, 864, Note sur le Plan de Strasbourg du 13 novembre 1954.

38 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.1.

39 MAE, DECE, 584, Note de la Sous-Direction Afrique au sujet de la discussion du problème des territoires d’outre-mer par l’Assemblée « ad hoc » du 17 mars 1953.

40 Archives Historiques des Communautés Européennes, PE 28, Assemblée « ad hoc » Commission constitutionnelle, 2e session. Compte-rendu analytique de la séance du vendredi 24 octobre 1952.

41 Ibidem.

42 Ibidem.

43 Voir supra Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.4.

44 Paul-Henri Spaak, Combats inachevés… op. cit., p. 32.

45 Ibidem.

46 Paul Coste-Floret au 8e Congrès national du MRP de mai 1952 avait effectivement réclamé dans son rapport de politique extérieure une nouvelle initiative gouvernementale en faveur de l’Europe. Voir sur ce point Serge Berstein Serge, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza, Le MRP et la construction européenne, Editions Complexe, 1993, p. 168 note 27. Voir aussi FNSP 350 AP 23. Rapport de Paul Coste-Floret sur la politique extérieure, 22-25 mai 1952.

47 René Massigli, Une comédie des erreurs…op. cit., p. 339.

48 Maurice Couve de Murville, Le Monde en face, Paris, Plon, 1989, p. 92-93 : « … dans les conversations personnelles, il ne dissimulait nullement, ce que j’appellerai un scepticisme bienveillant… ».

49 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.4.

50 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 339.

51 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 1.3.

52 René Moreux, « L’intégration des territoires d’outre-mer dans la confédération européenne ne doit pas nous conduire à un colonialisme plus dangereux que l’ancien », Marchés coloniaux du monde, 1er novembre 1952, p. 2785-2786.

53 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 1.

54 Voir supra Partie ii, Chap. ii, 2.

55 P. M Dessinges, « L’intégration économique de l’Afrique », L’Observateur, le 12 mars 1953.

56 Au Comité national le 27 janvier 1952 et au Conseil national le 11 octobre 1952.

57 Voir supra Partie ii, Chap. i, 2.

58 Voir supra Partie ii, Chap. I ; 3.

59 Philippe Chenaux, « Le MRP face au projet de Communauté politique européenne », Serge Berstein, Serge, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza, Le MRP et la construction européenne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1993, p. 166-167.

60 Georges-Henri Soutou, « Georges Bidault et la construction européenne. 1944-1954 », Serge Berstein Serge, Jean-Marie Mayeur, Pierre Milza, Le MRP et la construction européenne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1993, p. 197.

61 Ibidem note n° 19 : 350 AP 71. Note sur les Mouvements de l’Union européenne, non datée de Paul Coste-Floret.

62 CHAN, 291 MI 7. Procès verbaux des congrès du MRP. 8e Congrès national, Bordeaux - 22 au 26 mai 1952, Plan de travail préparatoire au rapport sur l’Union française.

63 Ibidem.

64 Ibidem.

65 Ibidem.

66 Ibidem.

67 Ibidem.

68 ANOM, 1AFFPOL 2318, Georges Lebrun-Kéris, L’Union européenne, cours sténographié au Collège Libre des Sciences Sociales et Économiques, 1951-1952, p. 3 : « On parle beaucoup de l’Eur-Afrique. Ce mot est d’origine française. Il a été créé à l’appui de conceptions critiquables, mais surtout pollué par l’usage qui en a été fait par l’occupant allemand. Je suis étonné de voir que l’on reprend sans hésitation aucune, un pareil vocable… ».

69 CHAN, 291 MI 7. Procès verbaux des congrès du MRP. 8e Congrès national, Bordeaux, 22 au 26 mai 1952, Rapport sur l’Union française de Georges Lebrun-Kéris du 24 mai 1952.

70 MAE, DECE, 584, Note présentée par Yvon Delbos le 8 novembre 1952 à la Commission constitutionnelle sur la situation des territoires ou pays d’outre-mer, parties intégrantes de la République française ou associées à elle, et sur les problèmes qui résultent de cette situation en ce qui concerne la participation de la France à la Communauté Politique européenne.

71 Ibidem.

72 MAE, DECE, 584, Note de la Sous-Direction Afrique au sujet de la discussion du problème des territoires d’outre-mer par l’assemblée ad hoc du 17 mars 1953.

73 Ibidem.

74 MAE, Europe, généralités, 78. Note de M. Jurgensen de la direction Afrique-levant du 26 décembre 1952 au sujet de l’Europe et de l’Union française. Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., annexe 13.

75 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., annexes 14 et 14 bis.

76 Ibidem.

77 Ibidem.

78 Ibidem.

79 En caractères gras dans le texte.

80 Journal Officiel de la République Française, Assemblée de l’Union française, n° 462, Annexe au procès verbal de la séance du 18 décembre 1952.

81 Georges Le Brun-Kéris, Kenneth Vignes, et Mme Lemarchand, Conseillers de l’Union française.

82 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

83 Voir index Semler (Johannes)
Paul Alduy, « La participation des Peuples et des Nations d’Outre-Mer à la future Confédération des “Etats-Unis d’Europe », Bulletin intérieur du Parti Socialiste SFIO, avril-mai 1949, p. 13-14.
Paul Alduy, Ousmane Socé Diop, « Rapport sommaire sur les conditions d’établissement d’une confédération d’Europe et d’Afrique », Bulletin intérieur du Parti Socialiste SFIO, n° 51, novembre 1950, p. 41-46.
Paul Alduy, « Le problème de l’industrialisation outre-mer », Bulletin intérieur du Parti Socialiste SFIO, 1955, p. 19-23.

84 Journal Officiel de la République Française, Assemblée de l’Union française, n° 462, Annexe au procès verbal de la séance du 18 décembre 1952.

85 Ibidem.

86 Ibidem.

87 Ibidem.

88 Ibidem.

89 Ibidem, p. 17-18.

90 Ibidem, p. 20.

91 Ibidem, p. 21.

92 Ibidem, p. 13.

93 Ibidem, p. 20.

94 Charles de Gaulle, Conférence de presse du 16 mars 1950.

95 Ibidem, déclaration du 12 octobre 1952 de Neuilly-sur-Seine, p. 547.

96 MAE, Europe, généralités 78, Note de la Sous-Direction d’Afrique au sujet de la réunion concernant la Communauté européenne et l’Union française du 10 avril 1953.

97 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 339.

98 MAE, DECE, 584 Note de la Direction générale politique Europe au sujet de la Communauté politique du 2 janvier 1953.

99 ANOM 1 AFFPOL 3255, Note n° 1437 pour M. le ministre, Direction des Affaires Politiques, 3e Bureau, le 2 mars 1953.

100 Alain Greilsammer, Les mouvements fédéralistes en France de 1945 à 1974, op. cit.

101 Raymond Poidevin, Robert Schuman homme d’Etat. 1886-1963, Paris, Imprimerie Nationale,

102 1986, p. 365.

103 Raymond Poidevin, Robert Schuman…, op. cit, p. 363.

104 Ibidem, p. 364.

105 Il était cédiste et radical-socialiste. Voir aussi Denise Mayer, René Mayer. Etudes, témoignages, documents, Paris, PUF, 1983, 398 p.

106 Robert Rochefort, Robert Schuman… op. cit., p. 365.

107 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit, p. 351.

108 Journal Officiel de la République Française, Débats de l’Assemblée nationale, séance du 6 janvier 1953, p. 4.

109 Robert Rochefort, Robert Schuman… op. cit., p. 314.

110 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 2.1.

111 Député socialiste du Soudan.

112 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. iii, 1.1.

113 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i, 3.1.

114 Membre de l’Assemblée « ad hoc » et de celle du Conseil de l’Europe. Voir aussi index Silvandre (Jean)

115 MAE, Europe, généralités, 78. Note de M. Jurgensen de la direction Afrique-levant du 26 décembre 1952 au sujet de l’Europe et de l’Union française : « … il apparaît très probable que certains représentants d’outre-mer à l’assemblée ad hoc manifesteront hautement, pour des raisons multiples, leur désir de voir l’outre-mer représenté à l’assemblée européenne… ».

116 Assemblée « ad hoc », compte rendu analytique des débats du 8 janvier 1953.

117 Amendement n° 40 au rapport de la Commission Constitutionnelle présenté par M. Senghor : « Les sièges de la Chambre des Peuples sont répartis comme suit : L’Allemagne et l’Italie disposent chacune de 63 sièges, la France de 83 sièges dont 63 pour la métropole et 20 pour les départements et territoires d’outre-mer, la Belgique et les Pays-Bas chacun de 30 sièges et le Luxembourg de 12 sièges ».

118 Assemblée « ad hoc », Compte-rendu analytique des débats du 8 janvier 1953.

119 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.

120 MAE, DECE, 584, Note de la Direction générale politique Europe au sujet de la Communauté Politique du 2 janvier 1953.

121 Assemblée « ad hoc », Compte-rendu analytique des débats du 8 janvier 1953.

122 Ibidem.

123 Georges Riond, « Du souci de l’harmonie au respect des populations autochtones », l’Intransigeant, 24 février 1953.

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540