Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Eurafrique contrepoint de l’idée d’Europe

 | 
Yves Montarsolo

Partie I : « Vieille Eurafrique » contre « Jeune Eurafrique » (1945-1952)

Une idée qui fit son chemin

Texte intégral

Retour aux sources : la « Vieille Eurafrique »

Les précurseurs

  • 1 Voir Gilles Pécout, « Jusqu’où va l’Europe au XIXe siècle… op. cit., p. 97-117.
  • 2 Claude-Henri de Saint-Simon, Augustin Thierry, De la Réorganisation de la société européenne, ou d (...)

1Qui pouvait imaginer faire un jour de l’Afrique1 le prolongement d’une Europe unie ? Personne, hormis les précurseurs de l’Europe. Aussi, Claude-Henri de Saint-Simon fut le premier à y songer en assignant à son fameux Parlement européen une tâche assurément pré-coloniale : « Sans activité au dehors, il n’y a point de tranquillité au-dedans. Le plus sûr moyen de maintenir la paix dans la confédération, sera de la porter hors d’elle-même, et de l’occuper sans relâche par de grands travaux intérieurs. Peupler le globe de la race européenne, qui est supérieure à toutes les autres races d’hommes, le rendre voyageable et habitable comme l’Europe, voilà l’entreprise par laquelle le Parlement européen devra continuellement exercer l’activité de l’Europe, et la tenir toujours en haleine2. » Il avait donc imaginé de maintenir la paix à l’intérieur de l’Europe grâce des projets communs à l’extérieur mais sans avoir de dessein particulier pour l’Afrique.

  • 3 Gilles Manceron, Marianne et les colonies. Une introduction à l’histoire coloniale de la France, P (...)
  • 4 Victor Hugo, « Discours sur l’Afrique du 18 mai 1879 », Œuvres complètes, Politique, Actes et Paro (...)

2En revanche, Victor Hugo3, lui, en avait un. Il l’exposa dans ses deux dis-cours4 du 18 mai et du 3 août 1879 sur l’Afrique où on put entendre que ses convictions européennes le menaient tout droit vers le continent noir : « Unissez-vous, allez au Sud » avait-il dit. En bon visionnaire, il avait anticipé le scramble et prédit que l’Afrique serait la terre promise des nations européennes enfin unies. Avec lui, ce vaste continent presque inhabité avait désormais un destin. Il serait une sorte de Nouveau Monde, de creuset où se fondrait peut-être l’union voire l’unité des Européens. Faire de l’Afrique une sorte de melting-pot au service des États-Unis d’Europe, telle était la nouvelle vision du Maître. Le poète républicain avait bel et bien rêvé d’Eurafrique mais sans en être le père car s’il avait pensé la chose ce ne fut pas lui qui prononça le mot en premier.

  • 5 Voir à ce sujet : Antoine Fleury, « Paneurope et l’Afrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Boss (...)
  • 6 Richard N. Coudenhove-Kalergi, Pan Europa, Pan Europa Verlag, Vienne, 1923. Traduction française : (...)
  • 7 Ibidem.
  • 8 Ibidem.
  • 9 Hjalmar Schacht, La Nouvelle politique coloniale, 1926.
  • 10 À la tête de territoires très étendus, ces compagnies étaient tenues d’en réaliser la mise en vale (...)

3Cet insigne honneur revint à l’inventeur de la Paneurope, le comte hongrois Coudenhove-Kalergi qui en 1923 forgea le néologisme « Eurafrique ». Cette personnalité hors du commun fut le premier européiste5 à vouloir explicitement associer dans son fameux ouvrage Pan Europa l’Afrique à la notion de construction européenne. Dans sa Paneurope il y avait une sorte de « terre d’Empire » : la « Colonie africaine6 ». Comme ses devanciers de la IIe Internationale socialiste, il vanta les nombreux mérites d’une entreprise commune. L’Afrique devenait un réservoir de matières premières mais en échange elle bénéficiait d’un très prometteur « développement économique et social7 ». L’essentiel était que Coudenhove faisait écho aux initiatives de Schacht, le« Magicien » de l’économie allemande. L’homme d’État allemand réclamait une redistribution rapide des cartes en Afrique8 en faveur de l’Allemagne et avait, pour la circonstance, imaginé le concept très ambivalent de « nouvelle politique coloniale9 ». Celle-ci était d’une étonnante modernité vu qu’elle prônait le financement du développement économique par des institutions financières internationales. Cependant, cette préfiguration d’une « gouvernance publique » mondiale comportait des aspects plus archaïques. Elle s’appuyait sur de « grandes sociétés coloniales munies de droits spéciaux » qui n’étaient pas autre chose que les compagnies à charte10 disparues dès la Belle-Epoque…

  • 11 Claudel diplomate, Cahiers Paul Claudel, t. iv, Paris, Gallimard, 1962, p. 249
  • 12 Wladimir D’Ormesson, La confiance en l’Allemagne, Paris, Gallimard, 1928.

4À l’évidence, cette Eurafrique-là faisait le jeu du lobby colonial allemand. Elle avait donc peu de chances d’être accueillie en France par des ovations. Épouser la cause du révisionnisme colonial allemand n’était pas un atout, et à part Paul Claudel11 et quelques autres comme Vladimir d’Ormesson12, rares furent ceux qui songèrent à l’Afrique pour atténuer les tensions diplomatiques en Europe et améliorer les relations franco-allemandes.

Une idée typique des années trente : l’Afrique, chantier de l’Europe

  • 13 Pour tout ce chapitre on s’est appuyé sur : « L’idée d’Eurafrique et le débat colonial franco-alle (...)
  • 14 Journal officiel de la SDN, Comité d’Études pour l’UE, Genève, 2 juillet 1931, 2e séance.
  • 15 Georges Valois, « L’Afrique chantier de l’Europe Esquisse d’un plan décennal pour la mise en valeu (...)

5La crise économique mondiale changea radicalement la donne. Son arrivée sur le sol français poussa de nombreuses personnalités à examiner de plus près la possibilité13 d’une coopération économique des Européens en Afrique. Ils s’étaient appuyés sur un très important rapport que le Bureau International du Travail avait remis le 2 juillet 1931 à la sous-commission du chômage du Comité d’Études pour l’Union européenne. Ce document largement inspiré par le directeur du Bureau International du Travail (le socialiste français Albert Thomas) suggérait les choses suivantes : « ... attirer l’attention de la SDN sur la nécessité de développer davantage l’outillage et l’économie des colonies14 » et surtout « inviter les États qui possèdent des colonies à les mettre - je ne dirai pas dans le sens politique, mais à tout le moins dans le sens économique - à la disposition des nations qui ont des chômeurs… ». Ces avancées genevoises furent déterminantes. Estampillée du double label du BIT et de la SDN, l’idée d’une utilisation du potentiel colonial au bénéfice de la construction européenne pouvait dépasser le stade des écrits presque confidentiels. Georges Valois, l’ancien duce des faisceaux français, mais également fondateur et directeur de l’importante revue des Cahiers Bleus s’engouffra dans cette brèche en livrant aux lecteurs sa version de la coopération des Européens en Afrique. Dans son « plan15 » intitulé l’Afrique chantier de l’Europe, l’ex-spécialiste des questions économiques de l’Action française montra que pour surmonter la crise l’Europe devait « outiller » l’Afrique, en créant un système, un « bloc » Désormais, un cap avait été franchi. L’Eurafrique en passant dans l’alambic de cette revue typique de « l’esprit des années trente » était devenue une idée à la mode.

  • 16 Catherine Hodeir, Pierre Michel, L’Exposition coloniale (1931), Paris, Éditions Complexe, 1991.
  • 17 « L’Exposition coloniale », Le Temps, le 7 mai 1931.
  • 18 Joseph Caillaux, « Le grand-livre de la dette européenne », Le Capital, le 13 mai 1931.
  • 19 Cette excellente initiative éditoriale avait été mûrement réfléchie puisque l’auteur avait présent (...)
  • 20 Il avait été ministre des Colonies de janvier 1920 à 1924.

6On en eut d’ailleurs la preuve le 7 mai 1931. Ce jour-ci, le ministre des Colonies, Paul Reynaud, en inaugurant l’Exposition de Vincennes16, lança à qui voulut l’entendre que « le fait colonial appelle à une collaboration européenne à laquelle la France est prête17 ». Six jours plus tard, Joseph Caillaux, un grand ancien, entra à son tour dans le cercle de zélateurs de l’Eurafrique. Ce poids lourd de la politique, radical-socialiste et partisan de la construction européenne comme d’un véritable rapprochement franco-allemand se manifesta pour la première fois publiquement en faveur de cette solution. Comme Valois, il parlait « d’outiller » le continent noir18. Après Caillaux vint le tour d'un autre radical de tout premier plan : Albert Sarraut. Lui, procéda un peu différemment en organisant « un coup éditorial19 ». Comme il avait pour habitude de se faire passer pour « le » ministre des Colonies par excellence20, il fit publier un ouvrage, Grandeur et servitude coloniale qui répéta exactement et dès la première page ce que son successeur et rival Paul Reynaud avait dit un mois plus tôt. Très apprécié, ce livre avait été encensé car Lyautey en personne l’avait béni en déclarant y voir un bréviaire et un livre de chevet. Il faut dire que Sarraut, chantre de « l’humanisme colonial », confessait dans ses bonnes feuilles avoir été « obsédé par la réminiscence hugolienne » et prenait des airs de visionnaire qui avait du cœur.

  • 21 Pierre Fabre, « Pour remédier au chômage et consolider la paix. Un projet d’Albert Thomas », La Je (...)
  • 22 BIT, Papiers Thomas, 1- 31-3 : Note sur ma conversation avec le chancelier Brüning, le 21 août 193 (...)
  • 23 Archives Départementales de l’Aude, Papiers Sarraut 12 AJ 162.

7Pourtant, l'enthousiasme issu de l’effervescence de l’Exposition retomba rapidement après les nouvelles et fracassantes déclarations d’Albert Thomas et de Sarraut. En effet, le directeur du BIT se prononça une première fois en faveur du « révisionnisme colonial » à l’occasion d’un discours21 prononcé en juillet 1931 à Berlin : « On ne pourra créer l’Europe qu’en l’attachant à une œuvre commune pour laquelle tous travailleront et dont tous bénéficieront. Cette œuvre se pourrait être l’équipement de l’Afrique. Est-ce qu’en associant l’Allemagne à la mise en valeur du continent nord-africain, par exemple, on ne dissoudrait pas, dans une certaine mesure, l’aigreur du problème colonial. Albert Thomas y refit une deuxième fois allusion lors d’un entretien avec le Chancelier Brüning le 21 août 193122. Albert Sarraut, quant à lui, répéta exactement la même chose au Congrès du parti radical-socialiste tenu à St Amand le 11 octobre 193123. L’ancien disciple de Clemenceau, le radical de service du Bloc national, s’était donc complètement converti aux idées que défendaient depuis longtemps les caillautistes ! L’Eurafrique était devenue suspecte.

  • 24 « L’adieu du maréchal Lyautey aux commissaires généraux étrangers », Le Temps, 15 novembre 1931, p (...)
  • 25 Certains firent en 1933 courir le bruit qu’à Vincennes une « Conférence française pour l’entente c (...)

8Dans ces conditions, Paul Reynaud qui avait tant parlé d’Europe et d’Afrique à l’inauguration de l’exposition coloniale de Vincennes n’en dit plus un mot. Lyautey, qui était « colonial » et « européen » à la fois adopta la même attitude. Cet ami d’Albert Thomas qui objectivement avait tout pour être le père idéal de l’Eurafrique, demeura extrêmement prudent. Oui, il était pour une collaboration intercoloniale et pour « L’Europe-Une24 », mais il attendit pour en parler le dîner de clôture de « son » exposition25

Au service du IIIe Reich ?

  • 26 Non signé, « La collaboration européenne pour la mise en valeur de l’Afrique », La Dépêche Colonia (...)
  • 27 René de la Porte, « Le Tiers-Empire », La Dépêche Coloniale et Maritime, 26 et 27 avril 1933, p. 1
  • 28 Journal Officiel, Débats de la Chambre des Députés, 2e séance du 9 juin 1933, p. 2824-2 825.
  • 29 Il était vice-président du Sénat et président du Comité de l’Afrique française.
  • 30 Maurice Ordinaire, « Dangereuses rêveries », L’Afrique française, Bulletin mensuel du Comité de l’ (...)
  • 31 Ibidem.

9Néanmoins, la volonté de faire aboutir des avancées européennes en Afrique persista. Après le succès des radicaux aux législatives de 1932, Albert Sarraut redevint ministre des Colonies de juin 1932 à septembre 1933. De retour au pouvoir, il défendit ses idées le 6 mars 1933 devant la Commission générale de la Conférence du Désarmement à Genève26. Sans doute agissait-il de concert avec Edouard Daladier. Le président du Conseil confirma les propos de son aîné dans un discours à Orange en avril 1933 en répétant : « Généreusement, notre pays offre la faculté à d’autres de coopérer à l’œuvre qu’il continue en Afrique27 » et pour le redire haut et fort le 9 juin 193328 à la Chambre des Députés. Mais, hostile à tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une remise en cause du « pré-carré » africain, le « lobby colonial » par la voix de Maurice Ordinaire29 n’épargna pas ses critiques30. On le sait, ces ballons d’essai diplomatiques ne donnèrent rien. Toutefois, même si les « coloniaux » n’avaient jamais été franchement inquiets, ils avaient bien compris qu’il ne s’agissait pas là de « conceptions purement individuelles31 ».

  • 32 Plan du 9 juillet. Réforme de la France proposée par le Groupe du 9 juillet, Gallimard, 1934.
  • 33 On en a une ébauche avec le mémorandum puis le plan français répondant au « plan de paix » alleman (...)
  • 34 « Le discours du président du Conseil au grand banquet de Lyon », L’Œuvre, le 25 janvier 1937.
  • 35 Ibidem : « Peut-être n’est-il plus possible d’envisager une convention politique internationale de (...)
  • 36 René Girault « Les relations internationales et l’exercice du pouvoir pendant le front populaire… (...)
  • 37 Marianne était le quotidien emblématique du Front Populaire.
  • 38 Archives départementales de l’Aude, Papiers Sarraut, 12 AJ 162, Le problème colonial…, p. 52.

10Malgré tout, faire la paix avec l’Allemagne grâce à l’Afrique tout en construisant l’Europe resta une idée séduisante. Après les évènements de février 1934, le « Groupe du 9 juillet » reprit dans son « Plan du 9 juillet32 » les thèses déjà présentes dans le Plan Valois… Oui, il était possible de convaincre nos « anciens adversaires » et Hitler des « dangers d’un recours à la guerre » grâce à une « fédération du bloc européo-africain. » Cette logique réapparut au grand jour33 dans le grand discours de Léon Blum du 24 janvier 193734 à Lyon. Il s’agissait de lier coopération économique et arrêt de la course aux armements35 en proposant – entre autres – la piste de l’équipement de l’Afrique36 ! Trois semaines plus tard, le 17 février 1937, Albert Sarraut, qui pour une fois n’était pas au gouvernement, proposa à son tour son plan de paix dans une grande interview au journal Marianne37. Erigée au rang de « doctrine nouvelle38 » et tirée d’un mémorandum intitulé Le problème colonial et la paix dans le monde, son initiative suggérait quelque chose qui s’apparentait à un appeasement africain. Son plan consistait à européaniser la partie de l’Afrique comprise entre les 15° nord et sud et d’en confier, à la manière de Schacht, la mise en valeur économique à « une corporation eurafricaine ». Le tout aurait été confié à la SDN mais naturellement une place de choix avait été réservée au IIIe Reich. Rien de tout cela n'aboutit, mais comme toujours le continent noir était promis à un morne destin : celui d’être le satellite de cette étrange Europe.

  • 39 CHAN, F 60-801, note 1136/SGP du 9 octobre 1942.
    SHAT, 1 P 38, 2, in Catherine Lévisse-Touzé, L’Afr (...)
  • 40 SHAT, 1P37, Note signée Darlan du 13 mai 1941, de l’Amiral de la Flotte ministre, vice-président d (...)

11Évidemment, des projets similaires furent à nouveau caressés sous l’Occupation. L’amiral Darlan y avait pensé pour faire de l’Afrique française un véritable « cadeau de noces » à la Nouvelle Europe. Dans ce but, et dès le mois de mars 1941, il avait chargé le contre-amiral de Rivoyre39, chef du secrétariat de coordination au ministère de la Marine, de faire une étude destinée à fixer les perspectives de la collaboration franco-allemande en Afrique du Nord et à planifier le développement du Maghreb. Intitulée Développement de l’Afrique française pouvant ouvrir des perspectives à la collaboration franco-allemande celle-ci mettait au point l’intégration économique de l’Afrique française dans l’Europe de Hitler. Les conversations tenues les 11 et 12 mai 1941 au « Nid d’Aigle » avec Hitler l’encouragèrent à aller plus loin. Le lendemain, il signa une note où on put lire : « J’ai décidé de faire entreprendre l’étude d’ensemble du développement économique du Bloc africain français dans l’avenir40 ». Mais le dictateur nazi n’avait pas l’intention de donner suite. Quelques personnalités comme Déat ou comme le directeur de Radio-Vichy, André Demaison, y firent allusion, mais elles n’avaient bien sûr aucune chance d’aboutir.

Pacte de Bruxelles et résurgences eurafricaines

  • 41 Jean-François Durantin, « Les conceptions européennes des neutralistes français vis-à-vis du confl (...)
  • 42 Émile Bélime, Quand les forts seront sages, Paris, J.-B. Janin Éditeurs, 1947, p. 242 : « … seule, (...)

12Toujours présente à la fin de la deuxième guerre mondiale, la notion de bloc euro-africain fut remise au goût du jour avec les débuts de la guerre froide. En effet, le nouveau contexte géopolitique favorisa sa redécouverte et son utilisation. Plus que jamais, l’Europe et « son » Afrique semblaient coincées entre le géant américain et le bloc communiste. Les prophéties et les prémonitions de Valois et de Sarraut se réalisaient et dans ces conditions exhumer l’idée un troisième bloc, voire d’une troisième voie en ces débuts de la guerre froide, se justifiait pleinement. Vivre dans un monde désormais bipolaire incitait forcément à disposer d’un « Tiers-empire » et d’une alternative eurafricaine. Celle-ci semblait correspondre idéalement aux exigences de la nouvelle situation internationale. Qui, en effet, à part les communistes, pouvait repousser l’idée d’un bloc euro-africain ? Les « neutralistes41 » ne pouvaient qu’y souscrire car c’était la seule possibilité de résister à la force d’attraction des deux super puissances42. Les « atlantistes » quant à eux, n’y trouvaient rien à redire vu qu’une meilleure intégration de l’Afrique à l’Europe renforçait le monde libre. C’est pourquoi, l’Eurafrique fut présente chaque fois qu’il fut question d’unir les Européens ou même les Occidentaux.

Autour des négociations du Pacte de Bruxelles

  • 43 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Discours de M. Bevin du 22 janvier 1948.
  • 44 Ibidem.
  • 45 Ibidem.
  • 46 Ibidem.
  • 47 Anne Deighton, « Ernest Bevin and the idea of euro-africa », L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée (...)
  • 48 René Massigli, Une comédie des erreurs (1943-1956). Souvenirs et réflexions sur une étape de la co (...)
  • 49 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint de l’idée d’Europe. Le cas français, des origines (...)
  • 50 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Discours de M. Bevin du 22 janvier 1948.
  • 51 Idem.
  • 52 Travailliste comme Ernest Bevin.
  • 53 Christiane Journe, « À Paris la semaine dernière… le bloc eurafricain n’est pas né », Réforme, le (...)
  • 54 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Note du 12 janvier 1948 de la Direction Europe pour la Dir (...)
  • 55 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Note du 19 novembre 1947 de l’Association nationale pour l (...)
  • 56 Ibidem.

13Les négociations du Pacte de Bruxelles qui étaient orientées vers l’intégration de l’Europe de l’Ouest ne passèrent pas sous silence les questions africaines. Dans son très important discours du 22 janvier 1948 à la Chambre des Communes, le travailliste Ernest Bevin, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, avait dit que les colonies constitueraient le « champ offert pour la collaboration des Cinq » et avait laissé entrevoir de grandes espérances pour les partisans de la coopération des Européens en Afrique. La notion de bloc euro-africain était donc bel et bien remise au goût du jour, mais sans grande originalité. Il était affirmé que face aux « deux autres grandes puissances43 », l’Europe occidentale devait « se suffire économiquement44 » en particulier grâce aux territoires d’outre-mer. Ceux-ci étaient d’ailleurs présentés comme des sources de ravitaillement essentielles pour équilibrer la balance des paiements européenne. Pour réaliser ce bloc Europe-Afrique, on faisait appel, exactement comme dans les années antérieures, à toutes les bonnes volontés européennes : « Nous avons l’intention de développer, pas à pas, la coopération économique avec les pays de l’Europe occidentale, de développer les ressources des territoires avec lesquels nous sommes associés45 ». Il était également prévu d’élargir le champ de l’association « … aux autres pays qui administrent des territoires dépendants46… ». Ainsi, Bevin avait-il repris une idée qui lui avait tenu à cœur dans les années 1937-1938. Elargir aux autres puissances européennes le système mis en place dans le Commonwealth britannique était une idée intéressante pour garantir la paix. Aussi, dix ans plus tard, il proposa à peu près la même chose à ses partenaires occidentaux47. Le Britannique, qui n’était certainement pas le béotien syndical décrit par René Massigli48, avait acquis dans le passé une certaine connaissance des relations internationales et de leurs enjeux. De telle sorte que s’il revenait sur des pistes explorées dans les années trente49, il fit tout pour ne pas être accusé de colonialisme. Ainsi, le discours du ministre britannique insista notamment sur l’absence de « conflit entre le développement social et économique de ces territoires d’outre-mer et leur développement comme source de ravitaillement pour l’Europe occidentale50 ». Ces précautions se justifiaient : la vigilance de l’ONU était prise très au sérieux et il n’était pas question d’oublier la notion de développement économique et social ni de l’aborder de manière inappropriée. En effet, Ernest Bevin ne voulait pas créer d’organismes spécialisés pour harmoniser besoins européens et développement africain : il suffisait que des investissements soient faits dans des « proportions convenables51 ». Naturellement, ce discours spectaculaire ne passa pas inaperçu en France. D’autant plus que de manière un petit peu sensationnelle le chancelier de l’Échiquier Sir Stafford Cripps52 avait enfoncé le clou en donnant une interview à Paris-Presse : « La France et l’Angleterre sont en consultation permanente pour réaliser l’Eurafrique économique, élément d’équilibre entre les États-Unis et l’U.R.S.S53 ». Des hommes politiques britanniques avaient donc manœuvré dans les eaux de la presse française pour relancer l’Eurafrique. Évidemment, se risquer à une telle chose ne pouvait pas se concevoir sans l’appui de certains milieux en France. Cette initiative avait été relayée par le projet de création d’une « Association pour l’Union Économique de la France et de la Grande-Bretagne et pour leurs rapports avec leurs territoires d’outre-mer54 » imaginée par un personnage considérable, Georges Villiers, président du Conseil national français, et Daniel Serruys, président du Comité consultatif de l’Empire français. Tous deux réclamaient évidemment le soutien des autorités officielles françaises pour intensifier « les relations économiques privées55 » entre l’Union française et le Commonwealth britannique. La dite association se réclamait de l’action menée par Ligue Indépendante de Coopération européenne, et reposait essentiellement sur des personnalités du patronat métropolitain comme Paul Gilbert, Président de la Fédération des syndicats de produits chimiques et engrais. Elle mettait surtout en avant sa volonté de tenir à la disposition des hommes d’affaires - ses adhérents potentiels - un service de documentation voire un bureau d’études. Méconnue et oubliée, cette tentative en annonça d’autres orientées vers la nécessité d’offrir des données et des perspectives aux entreprises56.

  • 57 Voir Raphaële Ulrich, « René Massigli et l’Europe », in Elizabeth Du Réau, (dir.), Europe des élit (...)
  • 58 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Lettre du 30 janvier 1948 de l’Ambassadeur de France en Gr (...)
  • 59 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 97 : « … la satisfaction naïve devant les rés (...)
  • 60 Ibidem.
  • 61 Ibidem.

14L’accueil que réservèrent les Français à ces propositions fut très mitigé. À Londres, l’ambassadeur de France en Grande-Bretagne, René Massigli57, ne manifesta pas un enthousiasme débordant. Le diplomate fit pourtant mine d’accorder du crédit aux paroles prononcées par l’ancien leader du Transports and General Workers et à la volonté britannique d’aboutir à « des résultats concrets58 ». Mais c’était en fait pour mieux dénigrer un homme qu’il prenait pour un incapable59. « Ernie », disait-il, comme à son habitude, avait réalisé tant sur la forme que sur le fond une bien médiocre prestation et l’ambassadeur avait jugé son intervention « plate, embrouillée, souvent obscure60 ». Quant aux modalités pratiques de cette collaboration, le Français les trouvait vraiment trop floues et pour tout dire parfaitement dépassées. Pour lui, les Anglais se contentaient de ressusciter la vieille formule de « l’ancien pacte colonial61 » ce qui revenait à condamner ces beaux projets.

  • 62 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. ii et iii.
  • 63 C’est précisément la ligne de conduite qu’il tint à ce sujet dans son ouvrage Une comédie des erre (...)

15Tant de scepticisme peut sembler étonnant de la part d’un homme qui avait tant cru dans les années trente aux vertus de la diplomatie multilatérale. Mais à bien y réfléchir, comment lui qui avait si bien connu les ravages causés par une diplomatie française à la remorque de la « gouvernante anglaise », aurait-il pu donner l’impression que, dix ans après l’appeasement, le Quai recommencerait les mêmes erreurs ? Était-il le personnage le mieux placé pour suggérer que les propositions faites par Bevin en 1948 n’étaient que la suite des projets des années 1931-193262 ? Mieux valait donc rester silencieux63 sur les continuités de la diplomatie britannique et faire des commentaires plus adaptés aux circonstances…

Février 1948 : Vincent Auriol dit « non » à l’Eurafrique des Anglais

  • 64 Louis Jouvelet, « La coopération franco-britannique en Afrique noire », Politique, avril 1948.
  • 65 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 115.
  • 66 Christiane Journe, « À Paris la semaine dernière… le bloc eurafricain n’est pas né », Réforme, le (...)
  • 67 Ibidem.
  • 68 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Lettre du 12 février 1948 du Président de la République à (...)

16Sur le sol français, les réactions furent très mitigées64. Certains virent effectivement d’un mauvais œil cette initiative britannique qui, selon René Massigli, était « suspecte65 ». Parler d’Eurafrique avec les Anglais c’était brader l’Empire. Tant et si bien que la mainmise des « trusts anglo-saxons66 » était dénoncée et la « fin de l’indépendance des territoires africains de l’union française67 » prédite ! Mais il ne s’agissait que de la partie émergée de l’iceberg. D’autres responsables français attendaient de pied ferme ces nouvelles discussions et le président de la République faisait partie de ceux-là. Comme Vincent Auriol était très mécontent, il rédigea une « protestation68 » solennelle qu’il adressa à Matignon. L’affaire prenait une tournure plus politique : une crise entre le chef de l’État et son président du Conseil couvait.

  • 69 Ibidem.
  • 70 Ibidem.
  • 71 Ibidem.
  • 72 Ibidem.

17Le Président, qui ne mâchait pas ses mots, avait bien l’intention de faire respecter son autorité. Non seulement « on » ne l’avait pas informé de ces derniers développements liés aux conversations coloniales franco-britanniques, mais de plus, la France était sur le point d’aboutir à des « conclusions69 » extrêmement nocives dans le domaine des prix, des communications et des programmes de production ! Pourquoi n’avait-on pas pris la peine de l’avertir, alors qu’il était doublement concerné, d’abord comme « chef de l’État républicain70 » mais surtout comme « président de l’Union française71 » ? L’accusation qui était en réalité destinée au ministre des Affaires Étrangères, Georges Bidault, plutôt qu’au président du Conseil, Paul Ramadier, ne concernait pas uniquement la singulière mise à l’écart du président de la République. Vincent Auriol manifesta son désaccord sur la forme - il s’agissait d’un incroyable manquement aux règles - et surtout sur le fond. Ne risquait-on pas en aboutissant à des conclusions et à des accords strictement bilatéraux de jouer un mauvais tour à la logique multilatérale et occidentale du Traité de Bruxelles ? Pour lui, il convenait donc d’associer les pays du Benelux à ces accords pour éviter un dialogue franco-britannique qui, selon lui, tournerait au détriment des intérêts français. C’était en tout cas le point de vue de l’Élysée qui redoutait être obligé de devoir « s'incliner ou rompre72 » comme dans les années trente. Il n’était donc pas question de mettre en péril sa toute jeune Union française en la plaçant sur l’autel de l’Entente Cordiale !

  • 73 Non signé, « Aujourd’hui ouverture de la Conférence “africaine” franco-anglaise », Combat, le 17 f (...)
  • 74 Ibidem.
  • 75 Ibidem : « … d’autres demandaient pour quelles raisons le Bénélux ne participait pas aux conversati (...)

18Mais, aux yeux du chef de l’État, le plus important, n’était pas là. Comme il avait été peu et mal informé par la voie officielle, Vincent Auriol avait recueilli des informations inquiétantes et il ne se gêna pas pour en faire état. L’éventualité d’une « assemblée interafricaine73 » placée dans la perspective de la « représentation démocratique des peuples africains74 » avait bel et bien été évoquée. Pour un homme qui avait tant fait pour bâtir les institutions représentatives de l’Union française, tout cela dépassait la mesure. Pour autant, si le chef de l’État ne porta pas directement l’affaire sur la place publique, ses récriminations se retrouvèrent in extenso dans la presse75 : s’il avait cherché à saboter ces tentatives eurafricaines, le président ne s’y serait pas pris différemment ! Envoyer à Matignon un tel courrier le 12 février, puis en retrouver l’essentiel dans Combat, le 17 du même mois, alors que la Conférence franco-britannique sur les questions coloniales débutait le même jour ne pouvait pas être imputé seulement au hasard.

  • 76 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Discours de M. Bevin du 22 janvier 1948.
  • 77 MAE Afrique-Levant, généralités, 72 a, Lettre du 24 février 1948 de l’Inspecteur général des Colon (...)
  • 78 Christiane Journe, « À Paris la semaine dernière… le bloc eurafricain n’est pas né », Réforme, le (...)
  • 79 Voir Marc Michel « La coopération intercoloniale en Afrique noire… op. cit.
  • 80 MAE, Afrique-Levant, généralités 74 a. Circulaire n° 32- IP du 7 février 1949 au sujet du rôle des (...)
  • 81 Il s’était appuyé sur une soi-disant interview accordée par le président du Conseil Henri Queuille (...)

19Il n’en restait pas moins que l’Eurafrique était revenue sur le devant de la scène grâce à une initiative anglaise. Mais, entendre d’un côté de la bouche de Bevin que « … L’Europe a étendu son influence sur le monde entier et nous devons regarder au-delà de nos frontières. Nous apercevons tout d’abord l’Afrique76… » et d’un autre, savoir qu’Auriol était contre donnait vraiment à réfléchir. Qu’adviendrait-il donc au cours des conversations prévues dans le cadre de la Conférence franco-britannique sur les questions coloniales ? De fait, les arguments évoqués par l’Élysée eurent des répercussions. Effectivement et exactement comme l’avait souhaité le président de la République, la volonté d’élargir la coopération intercoloniale aux Belges, aux Portugais et aux Hollandais avait été vraiment une des grandes préoccupations de la conférence77. Finalement, les Britanniques ne mirent pas les Français au pied du mur. Les choses se limitèrent à « recommander » des directions de travail aux deux partenaires et les résultats obtenus furent très éloignés des déclarations formidables des responsables anglais. Aussi, le journal Réforme put titrer Le bloc eurafricain n’est pas né78. Par conséquent, le travail des nombreuses conférences intercoloniales79 des années précédentes, qui préparait à « une union économique des territoires d’outre-mer80 » avait été presque complètement annulé par ces réticences françaises. D’ailleurs, quand un journaliste américain81 révéla que cette « union » serait mise en place par les puissances coloniales africaines du Pacte de Bruxelles, Paris démentit immédiatement ces allégations.

  • 82 MAE Afrique-Levant, généralités, 72 a, Lettre du 24 février 1948 de l’Inspecteur général des Colon (...)
  • 83 Commission de Coopération Technique en Afrique

20Par conséquent, la conférence franco-britannique du mois de février se contenta d’évoquer des possibilités intéressantes de coopération en particulier dans le domaine de la stabilisation des prix de certains produits coloniaux comme les arachides. Le terme prometteur de « fonds de stabilisation des prix82 » avait été cité, tout comme l’idée d’une coordination des plans de production, mais là encore, les objectifs furent modestes. Point de bloc eurafricain, et encore moins de projets pharaoniques. L’intégration européenne par l’Afrique et pour l’Afrique n’avait finalement pas été au cœur des relations franco-anglaises. En revanche, un autre domaine fut exploré avec plus de profit : celui de la coopération de la recherche scientifique de manière à lutter contre les grands complexes pathogènes africains qui déboucha effectivement sur la création du CCTA83. Cet épisode avait donc eu le mérite de clarifier les choses. Désormais, à Paris on saurait un peu mieux à quoi s’en tenir avec les Anglais en matière d’Afrique et de construction européenne : intégrer, jamais. Coopérer, peut-être. Coordonner, volontiers.

Le « oui » des diplomates et des militaires français à une coopération occidentale et européenne en Afrique

  • 84 Marc Michel, « La coopération intercoloniale… op. cit.
    CAOM, 1 AFFPOL, 2222, 3.
  • 85 MAE, Europe GB, 82, Note du 10 octobre 1952 de la Sous-Direction Afrique au Ministère de la France (...)
  • 86 Ibidem.
  • 87 Pierre Guillen, « L’avenir de l’Union française dans la négociation des traités de Rome » Relation (...)

21Comme on l’a vu lors des négociations du Pacte de Bruxelles de février 194884, l’Afrique avait été évoquée et il était apparu au Quai d’Orsay que « l’évolution des territoires africains85 » ne pouvait se concevoir que dans le cadre « d’une association durable et étroite entre l’Afrique et l’Europe86 » Cette hypothèse fut retenue et prit la forme au sein du Pacte d’un Comité spécial chargé de « coordonner les plans de développement de l’Afrique87 » qui lui-même donna lieu le 17 avril 1948 à « un organe permanent du Conseil consultatif » : une ébauche de coopération se précisait donc bien.

  • 88 Ibidem.
  • 89 Ibidem.
  • 90 Ibidem.
  • 91 Pierre Guillen, « L’avenir de l’Union française… » op. cit.
    Archives départementales de l’Aveyron, (...)
  • 92 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 114 -115.
  • 93 Ibidem, p. 105.
  • 94 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Lettre du 19 juin 1948 de l’Ambassadeur de France en Grand (...)

22Pour préparer la toute première réunion de cet « organe permanent du Conseil consultatif » prévu pour le 19 avril 194888, les diplomates avaient prévu un ordre du jour assez vaste qui mêlait le stratégique, le social et l’économique. Il fut convenu de discuter d’une défense commune du continent, d’aborder sur le plan social une meilleure « harmonisation » et de viser sur le plan économique une coopération intercoloniale directement inspirée des vieux projets des années trente. Comme dans l’entre-deux-guerres, toutes les bonnes volontés étaient acceptées car il avait été fait référence aux « signataires non établis en Afrique89 » autrement dit aux Néerlandais et aux Luxembourgeois susceptibles de « fournir des capitaux, des techniciens, de la main d’œuvre90… ». Ainsi, l’association Europe-Afrique devenait un des objectifs des « Cinq ». Ce qui n’était guère surprenant puisque parallèlement, au Congrès de La Haye, Paul Ramadier dans son projet de résolution envisageait lui aussi de « grouper dans l’orbite de l’Europe unie les territoires d’outre-mer91 ». Par la suite, les discussions au sujet de la collaboration coloniale furent menées à un bon rythme. Les Français réservaient désormais aux Anglais les propositions faites dix ans plus tôt environ aux IIIe Reich, et recommençaient à dire qu’il fallait édifier une coopération intercoloniale à partir d’organismes comme la Banque internationale. René Massigli, qui avait pourtant suivi et participé à toutes se tractations, n’évoqua pas les aspects coloniaux des travaux du Conseil consultatif alors qu’ils en faisaient partie intégrante92. Commettant une confusion, il se rappela un projet visant une collaboration coloniale franco-britannique en Afrique au moment du Traité de Dunkerque transmis aux administrations concernées mais qui, d’après lui, n’avait jamais abouti à rien93. Mais, contrairement à ses affirmations, des études avaient été menées de 1947 à 1948. Celles-ci, effectivement, n’aboutirent pas, non à cause des administrations coloniales mais en raison de la mise en sommeil du Conseil consultatif de la Western Union. En effet, cet organisme n’ayant jamais rien donné de concret ni de suivi, tous les projets évoqués plus haut connurent le même sort. Il est vrai que personne ne se faisait trop d’illusions à ce sujet. Les Français ne misaient pas encore sur une hypothétique coopération de grand style avec des « puissances européennes possessionnées en Afrique94 ». Mieux valait, par exemple, quand on parlait mines de fer à Conakry ou culture des arachides au Sénégal, tabler sur les prêts de la Banque internationale que sur la coopération franco-anglaise !

  • 95 SHAT, 1Q n° 29.Union Française. UF4. EMDN section Afrique, Colonel Souard, La Méditerranée, vue d’ (...)

23Les militaires français, qui étaient parfaitement au courant des discussions du Pacte de Bruxelles, étaient favorables à cette coopération et souscrivaient également à la notion d’ensemble eurafricain. En effet, tout en France poussait à imaginer un bloc euro-africain qui aurait été la pièce maîtresse de l’ensemble atlantique. L’énorme déséquilibre des forces conventionnelles en Europe occidentale en faveur des Soviétiques avait donné encore plus de poids à cette idée. Avec une Armée Rouge aussi proche qu’effrayante, il apparaissait clairement que tout devait être tenté pour éviter la répétition annoncée du désastre de 1940. Par conséquent, d’excellentes résolutions furent prises : pour conjurer à tout jamais l’épisode navrant de l’échec de la poursuite de la lutte en Afrique du Nord en juin 1940, il fallait trouver un véritable arrière-plan stratégique. Les têtes pensantes de l’Armée française étaient d’accord : l’Afrique servirait à cela. Du reste, depuis quelque temps déjà, la notion de bloc eurafricain était couramment utilisée pour définir la politique de sécurité de l’Union française. Ainsi, en 1946, une étude de l’Etat-major de la Défense Nationale intitulée La Méditerranée, vue d’ensemble sur les problèmes méditerranéens95 préconisait-elle l’aménagement d’un « axe eurafricain » allant de Paris à Brazzaville.

  • 96 Pierre Gerbet, Le relèvement 1944-1949, politique étrangère de la France 1871-1969, Paris, Édition (...)
  • 97 Voir Yves Montarsolo, Aspects stratégiques de l’idée d’Eurafrique… op. cit.

24Mais il y avait beaucoup plus. Dans le débat capital qui se déroulait en France au sujet de la conduite à tenir en cas d’invasion soviétique, toutes les parties se rejoignaient sur la nécessité d’un bloc eurafricain. Ceux qui, autour du général Juin, prévoyaient un repliement immédiat, ou plutôt un décrochage96 en Afrique, considéraient qu’il existait bien une Eurafrique « stratégique97 » comprise comme un théâtre d’opération pour les forces occidentales. Ceux qui défendaient, autour de de Lattre, la thèse contraire, avaient eux aussi une vision eurafricaine des choses. Ces partisans de « la stratégie vers l’avant » hostiles à un repli automatique en Afrique, estimaient qu’il fallait au contraire « tenir » sur le Rhin et au-delà. Ce qui ne les empêchait pas dans la note sur la défense de l’Europe occidentale du 20 juin 1948 d’élaborer le raisonnement suivant :

  • 98 Jean de Lattre de Tassigny, « Note sur la défense de l’Europe occidentale, 20 juin 1948 », in Ne p (...)

« ... Mais à ce bloc il manque finalement un espace… une base arrière. (nécessité de dispersion, profondeur du système stratégique, réserve de matières premières… accroissement du potentiel sidérurgique) C’est le rôle de l’Afrique.
Donc l’objectif doit être : défense de l’Europe occidentale appuyée sur la base Afrique, ce qui conduit logiquement à :
– appliquer les forces actives à la défense de l’Europe.
– développer les réserves du potentiel économique en Afrique98 ».

25Idée typique des années trente, l’Eurafrique renaissait de ses cendres, mais différemment. Y était en effet adjointe la thématique onusienne du développement, qui en principe, tournait le dos à la sujétion de l’Afrique. Pourtant, en cette fin des années quarante, les Français la considéraient comme une chasse gardée et les Occidentaux comme une arrière-cour. On comprend donc mieux pourquoi le « roi Jean » avec son « concept de bataille de l’avant », avait conçu « une grande stratégie » dont la fin politique était bien une intégration de l’Europe occidentale appuyée sur l’Afrique.

Le « plan Labonne »

  • 99 CHAN, Voir en particulier F60 3052 au sujet de la correspondance d’Eirick Labonne.

26Ce contexte explique la présence de l’Eurafrique dans les nouveaux projets d’Eirick Labonne. Devenu ambassadeur de France à Moscou de 1939 à 1941, puis résident du Maroc de mars 1946 à mai 1947, ce personnage avait jusqu’ici réussi un beau parcours, qui fut brisé net par son éviction et son remplacement par le général Juin. Cet échec le mena à d’autres fonctions plus obscures… Nommé en juillet 1947, conseiller diplomatique du gouvernement chargé de la coordination des études politiques et économiques de l’Union française, le diplomate eut davantage de temps pour réfléchir et du coup il imagina un projet grandiose. En effet, il s’agissait de construire dans l’Afrique française, des zones industrielles comparables à celles qu’avaient bâties les Soviétiques. Le but étant d’édifier un immense ensemble destiné à transcender l’Union française et à l’élever au rang de « super-grand » grâce à la coopération européenne et américaine. Tenace, toujours prêt à écrire et réécrire à tous, à solliciter des audiences, à se déplacer, Eirick Labonne était bien assorti à ce projet démesuré99

  • 100 Erick Labonne Politique économique de l’Union française : industrie et armement. Deux conférences (...)
  • 101 Ibidem.
  • 102 Ibidem.

27Probablement rédigé au premier semestre 1948, ce nouveau plan-miracle fut d’abord exposé en juin et en juillet 1948 à l’occasion de deux conférences prononcées à l’Ecole Nationale d’Administration100. Très marqué par les expériences antérieures et fondé sur la notion de « bloc » européen, ce projet, exactement comme le plan Valois en 1931, proposait des solutions connues : « … les participations européennes, financières, techniques et en personnel, dans les organismes destinés à promouvoir l’industrialisation africaine, constituent l’un des moyens à la fois rare, précis et rapide de nouer, sous notre égide, cette solidarité européenne qui est l’un des véritables piliers de la paix101 ». Mettre les énergies européennes au service de l’Union française et sous contrôle de Paris des projets économiques n’était pas une nouveauté. L’auteur avait réellement innové car la vulgate eurafricaine des années trente avait été sérieusement remaniée. Il s’était appuyé, ayant été ambassadeur à Moscou, sur l’exemple soviétique en préconisant la construction de combinats avec un « établissement d’industries lourdes et légères aux fins simultanées d’équipement stratégique et économique102 ». Industrialiser l’Afrique à partir de ses ressources naturelles pour la transformer en Sibérie de l’Europe tel était son objectif qui tournait le dos aux politiques précédentes.

  • 103 Jean de Lattre de Tassigny, « Note sur la défense de l’Europe occidentale…, op. cit., p. 388.
  • 104 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i.
  • 105 Eirick Labonne, Politique économique de l’Union française…, op. cit.
  • 106 Ibidem : « Mais c’est aussi dans leur sein que devraient s’effectuer la jonction et l’amalgame des (...)
  • 107 Ibidem.

28Pour mener à bien tout cela, il fallait créer quatre zones appelées « Zones d’organisation industrielle africaines ». Les deux qui étaient situées en Afrique du Nord, « groupe des confins algéro-marocains » (ZOIA1) et le « groupe des confins algéro-tunisiens » (ZOIA 2) étaient prioritaires et constituaient l’arrière stratégique que réclamait à ce moment-là de Lattre103 ! Les deux autres zones étaient plus lointaines comme le « groupe de l’Afrique centrale » (ZOIA3) et celui de « l’Océan indien » (ZOIA4). Par ailleurs, la tonalité déjà martiale de l’ensemble était renforcée par la place toute particulière que l’Armée aurait dû occuper dans son plan. Labonne souhaitait confier aux militaires et notamment au Génie, des travaux d’infrastructure. Ceci dit, il ne s’agissait pas de tout militariser. L’Armée ne serait pas le maître d’œuvre. Tout ce que l’on souhaitait c’était qu’elle se mette à la disposition d’un organisme de coordination appelé « Comité d’études » dont il recommandait la création en invoquant le principe de la « jonction des forces ». D’autre part, pour tout ce qui concernait l’exploitation des matières premières, Labonne reprenait ses méthodes expérimentées au Maroc et défendues par les partisans des « compagnies à charte104 ». En citant l’exemple de la Chérifienne des Pétroles ou des Charbonnages du Maroc, il prônait en effet la constitution de « Sociétés mixtes105 » largement ouvertes sur le monde et l’Europe106. Toutefois, cet afflux de capitaux, ces « externalisations », demeuraient au service de la France : « C’est en provoquant et en autorisant de multiples participations des entreprises ou ressortissants de ces pays que nous pourrons prendre opportunément l’initiative, et garder le contrôle d’une action européenne en Afrique107 ».

  • 108 Voir index Coste-Floret, (Paul).
  • 109 Archives départementales de l’Aveyron, Papiers Ramadier, 52 J 84. Note du 8 juillet 1949 du Minist (...)
  • 110 Ibidem.
  • 111 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iv, Chap. i, 2.

29Les thèses avancées remportèrent quelques succès. En effet, le ministre de la France d’outre-mer, Paul Coste-Floret, un MRP, était d’accord, ce qui n’était pas très étonnant vu que dès 1944, il avait déjà défendu la notion de bloc euro-africain108. Ainsi, le soutien ministériel, attesté par une note datée du 8 juillet1949, traduit parfaitement bien ce regain de la notion d’Eurafrique. À nouveau reprise et appréciée, elle avait désormais une ampleur et un contenu sensiblement différent de celui des années trente et quarante. Auparavant, elle avait trouvé un terrain propice dans la presse française et dans certaines discussions diplomatiques. Des plans avaient été même conçus et défendus au plus haut niveau. Mais, cette fois-ci l’initiative venait de l’appareil d’État afin d’être présentée devant les plus hautes instances. D’ailleurs, le ministre en question souscrivait d’autant plus volontiers à ce plan qu’il donnait ce qu’il ne lui appartenait pas. Très prodigue des efforts que devaient consentir les militaires, le ministre n’était pas non plus avare en recommandations gratuites. Il estimait que Labonne avait été trop frileux : « Je ne crois pas qu’il y ait lieu de différer les études pour l’industrialisation des troisièmes et quatrièmes zones en Afrique centrale et à Madagascar109 ». On avait donc affaire à un enthousiaste résolu à aller beaucoup plus loin que la construction d’un arrière stratégique limité à l’Afrique du Nord. Seulement, le ministre prit d’utiles précautions car pour rester crédible il garda à l’esprit la nécessité de s’appuyer sur des évaluations fiables : « Je suis convaincu de la nécessité de faire passer les études du stade des conceptions, principes et méthodes à celui de l’élaboration précise et chiffrée des propositions à soumettre au gouvernement110. » Cette remarque qui mettait effectivement le doigt sur le talon d’Achille du « plan Labonne » fut la première du genre. Plus tard, il serait constamment reproché au vieil ambassadeur de manquer d’estimations sérieuses111

  • 112 Archives départementales de l’Aveyron, Papiers Ramadier, 52 J 84. Lettre du 18 octobre 1949 de Pau (...)
  • 113 Ibidem.
  • 114 Archives départementales de l’Aveyron, Papiers Ramadier, 52 J 84, Rapport de Mission de Monsieur B (...)
  • 115 Idem.

30Néanmoins, ce plan eut l’insigne honneur d’être opposé au plan Monnet. Soumis à l’avis des parlementaires, Labonne fut auditionné par la Commission de la Défense Nationale en juin 1949. Mais, dans le contexte de la reconstruction, et compte tenu des besoins financiers gigantesques l’issue était connue à l’avance. Paul Ramadier alors ministre de la Défense nationale trancha : « … il n’est pas possible d’établir un plan stratégique qui viendrait s’ajouter, ni à plus forte raison contredire le plan orienté vers des problèmes économiques112… » et comme Labonne insistait il lui réitéra son refus. Ramadier avança d’abord que le principe des zones industrielles n’était pas stupide. Mais, très rapidement, il argumenta en dénonçant le manque de sérieux des inventaires de ressources fournis par Labonne « … il importe d’observer que les quatre zones que vous avez envisagées ne sont pas encore nettement dessinées. Leurs ressources naturelles n’ont fait jusqu’à ce jour que l’objet d’une prospection superficielle et c’est l’intuition plus que les recherches qui permettent d’affirmer leurs richesses113… ». Il s’appuyait pour cela sur un rapport de mission au sujet du développement éventuel du Chemin de Fer de la Méditerranée au Niger114 qui recommandait avant tout de mieux étudier la rentabilité des gisements escomptés avant de penser à achever les quelque 4200 kilomètres qui manquaient pour mener à bonne fin le mythique transsaharien. À ce sujet donc, et un peu comme Caillaux en 1933, Ramadier estima qu’en matière d’équipement africain, Labonne à son tour commettait l’erreur de mettre la charrue avant les bœufs. Il ne restait plus qu’à asséner le coup de grâce : « Je ne puis donc souscrire à aucune des parties de votre exposé qui détourneraient vers la création de ces zones des ressources affectées à des buts militaires115. »

  • 116 Archives départementales de l’Aveyron Papiers Ramadier, 52 J4, Lettre de Paul Ramadier du 12 avril (...)
  • 117 Papiers Ramadier, 52 J 4, Lettre d’Eirick Labonne à Paul Ramadier du 19 décembre 1951.

31Labonne n’était pas parvenu à convaincre Paul Ramadier116. Pourtant, malgré ces premières rebuffades, il ne désespéra jamais et s’acharna toujours à démontrer qu’il fallait suivre la logique eurafricaine des années trente : « Peut-être suis-je obnubilé par mon sujet. Il me semble juste pourtant de considérer que l’Afrique est le véritable terrain où peut se nouer, sans risque pour aucun et avec profit pour tous, une solidarité européenne effective, en dehors de laquelle il n’y aura pas d’intégration européenne véritable et durable. Quoiqu’il advienne de l’Allemagne, qu’elle soit unie ou non, revancharde ou non, qu’elle déclenche ou non cette guerre exterminatrice dont vous n’avez pas craint de parler, n’avons-nous pas intérêt et devoir à reprendre la politique de Caillaux117 ? ». Mais, après tout, Labonne n’avait pas eu tort d’avoir rédigé l’énième credo africain de sa foi européenne. Il avait cherché sans doute à faire mouche en s’adressant aux bons sentiments européens du président de la commission politique du Congrès de La Haye. Malheureusement pour lui, la réponse de Ramadier avait valeur de test. Son attitude révélait que de nombreux Européens de valeur ne croyaient pas que l’Afrique fût capable un jour d’être le ciment, voire le levain de l’Europe. De ce fait, si les idées du passé et notamment « la politique de Caillaux » étaient remises au goût du jour, elles auraient encore bien du mal à être effectivement mise en œuvre.

Une lubie du quai d’Orsay : la coopération atlantique et européenne en Afrique

  • 118 Denise Bouche, « L’ouverture de l’Afrique occidentale française au monde extérieur : la fin de l’E (...)
  • 119 Par exemple : CHAN, F 1003, Note du 20 février 1945, non signée sur la position de l’Amérique à l’ (...)
  • 120 MAE, Note pour le secrétariat des conférences au sujet de la Commission économique pour l’Afrique (...)

32La crainte de voir la souveraineté française remplacée par une autorité internationale voire anglo-saxonne est connue118. On sait que durant la deuxième guerre mondiale les Français avaient pris très au sérieux l’éventualité d’un règlement à « l’italienne » des colonies françaises119. Dans cette optique, les États-Unis étaient suspectés de vouloir y remplacer les Français par des institutions internationales… De là venait sans doute une grande partie de l’extrême méfiance des autorités françaises vis-à-vis de l’ONU. De son côté, l’héritière de la SDN n’avait pas repris les idées de coopération des Européens en Afrique ébauchées dans les années trente. Si une logique « eurafricaine » avait jadis percé timidement dans la commission pour l’Union européenne, rien de tel n’avait été évoqué au sortir de la deuxième guerre mondiale. D’ailleurs, contrairement à l’entre-deux-guerres, la construction européenne, et par conséquent les velléités de coopération des Européens en Afrique ne se feraient pas à partir de l’ONU. Du reste, sa très fantomatique Commission économique pour l’Europe ne comportait pas, contrairement à l’OECE, de comité ou de sous-commission « outre-mer » car cela aurait été tout simplement impossible. Constamment, en effet, les gouvernements français s’opposèrent à toute création dans le cadre de l’ONU de Commission économique pour l’Afrique. Celle-ci eut beau être réclamée à corps et à cris par la « Fédération Mondiale des Associations pour les Nations-Unies » rien n’y fit : le Quai d’Orsay montait une garde vigilante. Il ne fallait pas que l’ONU se mêle de nos affaires africaines, quitte, bien sûr, à utiliser des arguments qui laissent un peu perplexes. Subitement, pour la « direction Afrique-Levant » aucun lien géographique, ethnique, historique ne reliait les pays du Maghreb au reste du continent africain120 : personne ne se souvenait de l’harmonie préétablie qui était censée unir toutes les parties du « bloc » français en Afrique.

  • 121 CHAN F 1003, Note classée « secret » de Henri Laurentie délégué adjoint au Conseil de tutelle du 1 (...)

33Le contexte de guerre froide fit évoluer la position qui consistait à tenir l’Afrique le plus loin possible du champ d’action des Nations-Unies. Le délégué français au Conseil de Tutelle de l’ONU, Henri Laurentie se déclara en faveur d’une politique de coopération des Occidentaux en Afrique. Selon lui, l’intervention américaine était devenue « inévitable121 » et comme il fallait de toute manière intégrer l’outre-mer dans le « circuit américano-européen » mieux valait, par conséquent, tirer le maximum de profit de cette intervention. L’Afrique française méritait « un vrai projet de mise en valeur » et en tout état de cause la coopération franco-britannique en Afrique ne suffirait sans doute pas. Ni l’industrie ni le crédit britannique n’offraient les bases nécessaires. En revanche, des solutions existaient dans le cadre de l’Europe occidentale « vivifiée par le plan Marshall » Américains et Européens travailleraient à nouveau ensemble et l’Allemagne de l’Ouest serait évidemment partie prenante dans cette extension africaine de la coopération occidentale.

Atlantisme et Eurafrique

  • 122 MAE, Afrique-Levant, généralités 74 a. Note pour le Ministre du 12 mai 1950 au sujet de conversati (...)
  • 123 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 1.

34Coopérer en Afrique devenait d’autant plus d’actualité à la fin de l’année 1947, l’Américain Georges Kennan avait confié à Georges Bonnet que « … l’Afrique pourrait devenir une entreprise d’exploitation commune des nations européennes, à laquelle serait associée l’Allemagne, et qui scellerait la collaboration et l’union qui sont en train de s’établir entre ces nations122 ». C’est pourquoi, on se s’étonnera pas de retrouver avec l’OECE ces préoccupations, au point même de jeter les bases d’une Eurafrique économique. L’article 2 de la Convention de coopération économique européenne avait en effet stipulé que l’organisation était aussi compétente pour les territoires d’outre-mer. L’Afrique était donc incluse dans cette ébauche d’intégration, mais exactement avec la même logique que celle adoptée au Congrès de la Haye123. Considérés comme des « satellites » de l’Europe, les territoires dépendants n’étaient pas oubliés, mais ils n’avaient pas voix au chapitre. En revanche, un organisme technique leur fut consacré : le comité des territoires d’outre-mer. Ainsi, avec la naissance de cette Europe des Seize, puis en 1949 des Dix-sept, avec l’entrée de la RFA, une coopération économique européenne outre-mer devenait plus envisageable.

  • 124 ANOM, 2 FIDES 884, Rapport provisoire du groupe de travail des TOM de l’OECE du 10 décembre 1948.
  • 125 ANOM, FM 2 FIDES 801. OECECE (49) 175. Comité exécutif projets de développement des territoires d’ (...)
  • 126 Y étaient rattachés Malte, Chypre, et Gibraltar !
  • 127 Laurent-Eynac, « Développement et coordination des transports, coopération internationale, command (...)

35Très rapidement, ce comité reparla de coopération intercoloniale afin de développer les complémentarités entre l’Europe et l’Afrique. Très classiquement aussi, il était prévu que l’Europe apportât des moyens financiers, des équipements, le tout contre une augmentation des productions dans les territoires dépendants124. Mais, comme il ne s’agissait que de mots, cela n’avait pas satisfait les Américains qui manifestèrent leur impatience. Aussi, dans une lettre datée du 4 mai 1949, le représentant spécial adjoint de l’ECA en Europe demanda au comité des territoires d’outre-mer en demandant où en étaient ses grands projets de mise en valeur125. Une semaine plus tard, le 11 mai 1949, le comité en question mit à profit sa quatrième séance pour étudier cette lettre et constituer des groupes de travail. Sommés de mieux fixer leur doctrine et de commencer leurs activités, les Européens étaient tenus de dire ce qu’ils feraient ou pas en matière de coopération en Afrique. Un rapport fut donc rédigé mais la notion de bloc euro-africain en était absente. L’Afrique y perdait son unité géographique et était scindée en deux ensembles, l’Afrique du Nord126 et l’Afrique au sud du Sahara. Comme ce fut le souvent cas, la seconde était signalée, au contraire de la première, comme étant plus favorable à la coopération. L’accent était surtout mis sur l’impérieuse nécessité d’une collaboration très ouverte marquée par le souhait d’éviter l’accusation de vouloir reconstituer une sorte de club colonial127

  • 128 Archives historiques des Communautés européennes, OEEC, 268, Note au sujet des territoires d’outre (...)
  • 129 Ibidem.
  • 130 Walter Hill, « Réarmement et développement des pays sous-développés », Politique Étrangère, n° 3, (...)

36Le comité se limita à étudier en commun des plans de développement et exceptionnellement certains travaux et eut par conséquent une importance réduite. Isolement, échecs, « jamais de propositions hardies128 », tel en fut le bilan. Il est vrai que si les fonctionnaires de l’OECE y participèrent rarement, les difficultés vinrent surtout des délégués des puissances européennes. En effet, on avait affaire, notamment avec les Français, à des hauts fonctionnaires de la rue Oudinot qui avaient « des réflexes de défense129 » : tantôt ils protégeaient la souveraineté française, tantôt les intérêts des populations d’outre-mer. Mis au pied du mur, ils ne firent pas avancer la construction d’une véritable coopération avec leurs partenaires occidentaux en Afrique. Ce qui importait c’était de se protéger des pays sans responsabilités outre-mer et des organisations internationales et de faire en sorte que le comité des territoires d’outre-mer soit « un club fermé » de spécialistes soucieux de garder la main. Il fallait coûte que coûte empêcher que les autres comités ne s’emparent des questions relevant spécifiquement de l’outre-mer ! Cela n’empêcha pas les Américains de lancer une initiative qui fit sensation130.

37Ce fut Harry Truman en personne qui la présenta dans son discours inaugural du 20 janvier 1949 : « Quatrièmement, nous devons mettre en œuvre un programme nouveau et hardi ». Il avait ce jour-là énoncé les bases d’un nouvel axe de sa politique étrangère plus connu sous le nom de Point IV. Quelques mois plus tard, en juin, il évoqua la mise en place d’une législation destinée à favoriser les investissements privés et l’assistance technique en direction des « pays insuffisamment développés ». Il s’agissait de programmes d’aides bilatérales concernant les nouvelles nations mais également les territoires dépendants qui étaient eux aussi concernés. Cette importante déclaration américaine pouvait donc être considérée comme la face « coloniale » du plan Marshall. En effet, non seulement les territoires d’outre-mer pouvaient prétendre à bénéficier de cette manne, mais celle-ci devait être gérée par l’OECE. Confier le soin de répartir l’aide atlantique à une organisation européenne en Afrique française voilà qui revenait à créer une Eurafrique bien ancrée dans le monde libre !

  • 131 ANOM, 1AFFPOL 2224, 3, Note n° 4 du 25 avril 1950 de Georges Peter Directeur des Affaires économiq (...)
  • 132 Ibidem.
  • 133 Ibidem.

38Naturellement, le Point IV ne passa pas inaperçu en France et le directeur des Affaires économiques et du Plan131 du ministère de la France d’outre-mer fut chargé d’analyser et de réfléchir à la question. Ses conclusions n’évoquèrent pas la coopération des Européens en Afrique, mais elles soulignèrent avec acuité quelles devaient être les limites d’une suffisamment « bonne » coopération avec les Américains. Il ressortit de cette étude132 que dans le domaine de l’assistance technique en Afrique, c’était des Américains dont on avait le moins besoin ! Ceux-ci « … revenaient trop chers133… s’adaptaient assez difficilement aux conditions de vie… ». En un mot comme en cent, rien ne valait des techniciens européens, des « coloniaux », qui étaient eux, les seuls véritables spécialistes. De plus, le « Point IV » était essentiellement fondé sur cette assistance technique dont on ne voulait pas rue Oudinot, et qui n’accordait pas assez de place aux investissements publics. Voilà qui faisait d’excellentes raisons de ne pas en vouloir, d’autant plus que les crédits Marshall apportaient déjà une contribution remarquée aux territoires dépendants.

  • 134 Jean-Marie Palayret, « les mouvements proeuropéens et l’Eurafrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gér (...)
  • 135 Il s’agissait du sénateur Kestens. Ibidem, p. 196-197.
  • 136 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i et ii.

39Ajoutons que ces velléités américaines retinrent particulièrement l’attention du Mouvement Européen. Celui-ci, à l’occasion de la conférence économique organisée par ses bons soins à Westminster en avril 1949, se félicita des bonnes intentions américaines et crut même utile de lancer l’idée d’une Eurafrique atlantique patronnée par les libéraux européens. Aussi, en janvier 1949, probablement impressionnées par la naissance de l’OECE, des personnalités appartenant au patronat colonial comme Daniel Serruys et Edmond Giscard d’Estaing134 obtinrent la création d’une commission des territoires d’outre-mer. Comme elle n’était pas présidée par un Français, mais par un sénateur néerlandais135, elle prit de bien imprudentes résolutions. Suggérer, entre autres, la participation de l’Allemagne au développement de l’outre-mer, et aussi une émigration européenne en Afrique, pouvait servir les interêts des gaullistes et des communistes136.

40Parler de manière intempestive d’émigration européenne et donc allemande ou italienne en Afrique risquait fort d’alimenter la hantise de la répétition du drame des années trente. À l’évidence, les audaces des uns alimentaient forcément les craintes des autres. Le résultat, en tout cas, n’était pas douteux. Plus que jamais, il était clair que si les Français voulaient bien d’une coopération, ce serait à condition expresse qu’elle respecte leur souveraineté.

La conférence de Londres des 11, 12 et 13 mai 1950 ou le choix français d’une « Eurafrique atlantique »

  • 137 ANOM, 1AFFPOL 2224, 3, Direction des Affaires Politiques, Presse étrangère, Foreign report du 22 d (...)
  • 138 ANOM, 1AFFPOL 2224, 3, Note de la Direction des Affaires Politiques du Ministère de la France d’ou (...)

41Selon la presse britannique, au mois de décembre 1949, les Américains avaient à propos de l’Afrique « montré quelque impatience au sujet de la non-chalance des nations européennes qui ont des enjeux économiques dans la région137 ». En effet, « Le gouvernement de Washington souhaitait avoir… un échange complet de vues avec les gouvernements français, belge et britannique au sujet des problèmes dits coloniaux afin de parvenir si possible, à une parfaite compréhension des positions des puissances administrantes des Territoires d’outre-mer, ainsi qu’à la définition d’objectifs communs et d’une politique concertée pour atteindre ceux-ci138 ». Ces prétentions firent sans doute l’effet d’une bombe. En fait, depuis la victoire de Mao, les Américains auraient considéré le continent noir comme « un terrain d’expansion » et auraient les yeux fixés sur l’Afrique. On croyait donc en France tenir l’explication de prises de position nettement favorables à « la thèse d’un contrôle international de plus en plus marqué sur les territoires non autonomes » à l’ONU. Devant cette éventualité qui annonçait une « internationalisation occidentale » il fallait réagir rapidement.

  • 139 Ibidem.

42L’épée yankee dans les reins, le gouvernement français ne pouvait pas se dérober et les hauts fonctionnaires s’interrogèrent sur la conduite à tenir. De quoi s’agissait-il exactement ? De critiques anticolonialistes visant à accentuer le contrôle de l’ONU ou des Occidentaux sur les TOM, ou bien de la volonté sincère de réaliser à la suite du « Point IV » un containment en Afrique ? La question était vaste et en France les deux ministères concernés, celui de la France d’outre-mer comme celui des Affaires étrangères eurent des opinions différentes sur la tactique à adopter. La rue Oudinot recommanda de faire le dos rond, de ne surtout pas « … engager le débat et vider la question coloniale au fond », et préconisa « de se montrer extrêmement prudent139… » tout en donnant aux Américains tous les renseignements statistiques qu’ils souhaiteraient. Il fallait donner des arguments pour qu’à l’ONU les Américains soient plus compréhensifs.

  • 140 MAE, Afrique généralités, 75 c, Lettre du 8 mars 1950 de M. l’Ambassadeur Garreau représentant de (...)
  • 141 Voir index Labonne (Eirick) et supra Partie ii, Chap. i, 1.4.
  • 142 MAE, Afrique généralités, 75 c, Lettre du 8 mars 1950 de M. l’Ambassadeur Garreau représentant de (...)

43Les diplomates n’eurent pas tout à fait la même approche. Pour eux, il était impératif d’impressionner les Américains en les mettant rudement en garde : le gouvernement américain devrait être placé sans ambiguïté devant ses responsabilités s’il favorisait d’une manière quelconque les nationalistes africains. Certains, comme, l’ambassadeur en poste au Conseil de Tutelle des Nations-Unies, parlèrent volontiers du Comité des TOM, de l’OECE, du CCTA et surtout de « la nécessité d’approcher les Américains avec un bagage inédit moderne, dont la nouveauté les frappe et dont l’intérêt les attache140 » en plaidant la cause du plan Labonne141, aux charmes duquel notre puissant allié devait forcément succomber. Équipement industriel, développement économique et social, base de repli en cas d’invasion soviétique : les ZOIA de l’ancien ambassadeur de France en URSS offraient une occasion en or aux diplomates français. Car elles pourraient « …changer la perspective sous laquelle on considère les problèmes coloniaux et offrir aux Américains le moyen de résoudre leurs propres contradictions142… ». La France tenait enfin l’occasion de prouver qu’elle avait la solution miracle permettant de combattre la misère en Afrique tout en donnant un arrière stratégique et industriel aux Occidentaux.

  • 143 ANOM, 1AFFPOL 2224/3, Mémorandum du 7 avril 1950 établi par la Direction des Affaires politiques d (...)
  • 144 Ibidem.
  • 145 MAE, Afrique généralités, 75 c, note signé Monod du 15 avril 1950.

44Tenu informé, le ministère de la France d’outre-mer prit acte de tout cela mais ne partagea pas ces enthousiasmes. Trop « théorique143 » trop « désincarné144 » ce plan avait aussi le défaut majeur de favoriser seulement les aspects stratégiques et économiques et de négliger les finalités sociales… Quoi qu’il en soit, les Américains avaient parlé et il fallait bien leur donner satisfaction en les rencontrant. Aussi, une conférence des ministres des Affaires étrangères des États-Unis de la France et du Royaume-Uni à Londres fut programmée pour les 11, 12 et 13 mai 1950. Comme le montrèrent les documents de travail de la délégation française, il apparut que Paris avait décidé de tabler sur la coopération occidentale en Afrique. Il y était notamment affirmé que « le développement social, économique doit être l’œuvre des pays d’Europe occidentale dont les moyens financiers humains et matériels sont indispensables pour mener à bien un développement profitable et suffisamment rapide… il n’est pas interdit de penser que l’Afrique ainsi considérée, peut constituer un des communs dénominateurs que l’Europe occidentale ne trouve pas encore facilement à l’intérieur de ses propres frontières, dans cette recherche d’elle-même à laquelle elle se livre entre Bruxelles, Strasbourg et l’OECE. Ce serait alors à ce travail européen du développement de l’Afrique que les États-Unis pourraient coopérer, sous des formes et selon des procédures à déterminer145 ».

  • 146 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Télégramme du Secrétariat général du 20 avril 1950 (...)
  • 147 Ibidem.

45Le parti qui avait été choisi fut donc bien de rajeunir l’Eurafrique des années trente avec les recettes de l’Alliance atlantique. Si auparavant Georges Bidault avait proposé, sans succès, d’intégrer organiquement les institutions de l’OTAN avec celle de l’OECE, son idée fut reprise sous une forme différente en 1950. Désormais, il s’agissait de « réaliser une association plus étroite des zones européennes et atlantiques146 » en élargissant son champ d’action à l’Afrique. Comme la recette utilisée pour reconstruire et relever l’Europe occidentale avait fait des miracles, pourquoi ne pas la transposer en Afrique, en l’aménageant et en l’adaptant ? À nouveau, et comme avec l’Indochine, la France entendait bien tirer le plus de profits possibles de l’atlantisme. Ainsi, elle pourrait maintenir intacte l’Union française. Cela explique pourquoi le cinquième et dernier point de l’ordre du jour des conversations franco-américaines de Paris programmées avant les conversations tripartites de Londres fut consacré au « développement colonial en Afrique147 ».

  • 148 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, Déclaration française à la Conférence tripartite de Londres de mai 1950 re (...)
  • 149 Ibidem : « Il sera nécessaire de rechercher pour la mise œuvre de ses projets, toutes les ressource (...)

46Aussi, lorsque le moment de parler fut venu, les déclarations de la délégation française au sujet de l’Afrique noire148 allèrent dans le sens voulu par le Quai. Il y fut affirmé que l’anticolonialisme professé à l’ONU nuisait à l’Occident tout entier et gênait par conséquent la bonne mise en œuvre du développement économique et social des territoires dépendants. La démonstration avait été brillante. Les menées de l’ONU empêchaient la France d’améliorer le niveau de développement de ses administrés en Afrique. Ainsi, les paragraphes 6, 7, 8 et 9 de cette déclaration avançaient que la priorité était à l’Afrique et aux Africains149 et à la dénonciation du colonialisme. Le plan Labonne était brandi comme un alibi par les diplomates français qui y voyaient le moyen de désarmer les critiques au sein de la 4e Commission de l’ONU, et surtout de convaincre les Alliés que la France avait bel et bien prévu de « développer » ses territoires africains tout en assurant à l’OTAN les perspectives d’un arrière stratégique en cas d’invasion soviétique.

  • 150 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, Déclaration française en ce qui concerne le point 7 de l’ordre du jour (qu (...)

47Tout se passa fort bien jusqu’au moment où les représentants français s’employèrent à évoquer une possible émigration européenne qualifiée de « raisonnée » et conforme à l’intérêt de l’outre-mer. Celle-ci serait limitée à des zones d’industrialisation strictement définies et à une population très qualifiée. Naturellement, personne dans la délégation française ne souhaitait transformer l’Afrique française en exutoire pour les populations pauvres de toute l’Europe, mais le vocabulaire et les formules utilisés étaient maladroits. On pouvait lire en effet que : « Par contre, et une fois les projets de développement social et économiques précisés, il pourra être envisagé de rechercher sur ce point la coopération d’autres pays, soit en ce qui concerne le personnel technique (médecins, ingénieurs, etc.) soit en ce qui concerne une main-d’œuvre qualifiée pour certains travaux d’infrastructure économique (travaux publics) soit, enfin en ce qui concerne la colonisation proprement dite qui pourra être envisagée dans des zones bien déterminées une fois que les plans du développement économique et d’industrialisation auront reçu un commencement d’exécution150 ».

  • 151 Ibidem : « Le développement économique ne pourra avoir de résultats durables que s’il est désormais (...)

48Jusqu’à ce paragraphe, la délégation française avait réalisé une prestation impeccable. L’émigration des Européens y était comprise comme une fin en soi, comme une « colonisation proprement dite ». Une double erreur avait été commise : non seulement, l’idée d’une émigration européenne en Afrique avait été assez imprudemment lancée, mais le mot « colonisation » qui avait en 1950 perdu une grande partie de sa connotation positive, avait été utilisé. Le Quai semblait l’ignorer et avait sans doute estimé qu’il suffisait de fustiger sévèrement « le colonialisme151 » pour annoncer en toute candeur qu’une nouvelle vague migratoire européenne en Afrique se préparait.

  • 152 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2. Note du 24 juin 1950 pour Monsieur le directeur des Affaires politiques au (...)

49Ces déclarations s’étaient efforcées de donner au mot colonisation un sens plus noble. Pourtant, on avait ici quelque chose qui s’apparentait à un « dérapage ». Un véritable « colonialisme tardif » annonciateur d’une gouvernance atlantique de l’outre-mer africain se dessinait. Naturellement, après coup, la rue Oudinot pointa du doigt cette balourdise, mais c’était trop tard152. Des paroles malheureuses avaient été prononcées et elles ne manqueraient pas de servir de fondement à toutes sortes de rumeurs.

Les diplomates français pris au mot… et pris au piège

  • 153 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, Déclaration des États-Unis sur la question de l’Afrique.
  • 154 Ibidem.
  • 155 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 22. Déclaration de la délégation britannique.

50La déclaration américaine faite à Londres au sujet de l’Afrique fut aussi de la même eau. Elle était donc passablement inquiétante153 et pouvait faire redouter le pire, c’est-à-dire une mainmise des Américains sur le continent noir. Les États-Unis souhaitèrent vivement « avoir accès aux matières premières, aux moyens de transports aériens et maritimes, aux routes aériennes et aux points de communication, et se voir garantir dans les territoires africains l’égalité des droits sur le plan économique ». De plus, ils donnèrent l’impression d’avoir laissé les mains libres aux Anglais et aux Français dans la mesure où ils assureraient « les conditions d’une stabilité politique, économique et sociale suffisantes pour résister à l’emprise de mouvements ou de puissances hostiles agissant par subversion ou agression154 » Les Britanniques, quant à eux, laissèrent une place particulièrement importante dans leurs déclarations sur « l’avenir de l’Afrique »à la coopération entre les pays d’Afrique, les puissances coloniales et les États-Unis. Ils se situaient donc dans une logique très atlantique, mais n’étaient pas désireux de créer de nouvelles structures : la CCTA, l’OECE, et les Américains, cela suffisait amplement155.

  • 156 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, Communiqués relatifs à la Conférence des Trois publiés par les ministres d (...)
  • 157 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i.

51Dans ces conditions, le communiqué final de la Conférence consacra les bonnes intentions africaines des Trois : « il a été reconnu que les Trois Gouvernements étaient d’accord sur l’importance qu’il convient d’attribuer au développement politique des peuples de l’Afrique et pour la réalisation de meilleures conditions économiques et sociales. Les trois ministres ont reconnu la nécessité de développer la coopération déjà existante entre la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis pour atteindre ce but156 ». Mais cette coopération devait s’étendre aux autres partenaires occidentaux : un virage diplomatique serré avait donc été négocié à Londres. Comme il y avait été beaucoup question des vaincus, c’est-à-dire de l’Allemagne et de l’Italie, la preuve était faite que nolens volens, les grandes puissances occidentales étaient décidées à coopérer avec les battus de la veille, en particulier dans les territoires d’outre-mer. Ainsi, les espoirs formulés plus tôt par le Quai voyaient explicitement le jour à Londres au mois de mai 1950. Les recettes157 imaginées par Thomas, Sarraut, Caillaux, Valois avaient été transposées dans le cadre atlantique.

  • 158 Ibidem.

52Tout était bon finalement, pourvu qu’Américains, Français et Anglais adoptent une attitude commune face aux partisans de la décolonisation à l’ONU tout en contrant « l’impérialisme communiste ». Mais pour cela, il fallait aller au-delà du cadre de la CCTA et aboutir à des projets plus conséquents liant effectivement les puissances occidentales et l’Afrique. C’est pourquoi, à l’issue de cette conférence, des experts furent désignés pour « entrer en consultation avec d’autres gouvernements intéressés, en particulier l’Italie et l’Allemagne158 ».

Les protestations solennelles de Senghor, président des IOM

  • 159 Il s’agissait du groupe parlementaire des Indépendants d’outre-mer.
  • 160 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, A.F.P spécial outre-mer du 17 mai 1950 n° 1128, une résolution du groupe i (...)

53Face à ces déclarations intempestives au sujet d’une coopération américano-européenne en Afrique, les réactions du groupe des IOM159 furent virulentes. Leur président, Senghor, avait adressé le 16 mai 1950 une résolution concernant des décisions de la conférence de Londres160 où il avait défini son Eurafrique : « … l’Eurafrique notamment, que nous croyons nécessaire et possible, ne saurait être conçue que sous la forme d’une association de caractère économique, librement conclue sur un pied d’égalité, où les intérêts présents et futurs de l’Afrique seront sauvegardés dans les mêmes conditions que ceux de l’Europe. L’envisager, comme semble le faire le projet de pool franco-allemand du charbon et de l’acier, sous l’aspect d’une domination de l’Europe sur l’Afrique, même habilement dissimulée, conduirait inévitablement à l’échec car on peut tenir pour certain que, maintenant ou plus tard, l’Afrique n’acceptera pas de devenir un appendice de l’Europe, son réservoir de matières premières et un débouché pour les excédents de sa production… ». Le député du Sénégal agitait le spectre de l’Eurafrique de Vichy, car, pour lui, les fameuses zones industrielles imaginées par Labonne n’étaient rien de plus que la version nouvelle de l’exploitation de l’Afrique par les Européens. En outre, elles avaient également l'inconvénient d’aimanter, de gaspiller les investissements destinés à l’Afrique au profit de la métropole et des États-Unis. D’où cet avertissement : « … les populations d’Afrique sont pleinement conscientes du fait que le maintien de la paix nécessite de grands sacrifices. Elles sont disposées à les consentir comme elles en ont consenti pendant la guerre. Mais elles sont également convaincues que la paix serait précaire si elle s’établissait sans le consentement des peuples d’Afrique dans l’inégalité, et au moyen de sacrifices qu’on leur imposerait pour le profit de l’Europe… ».

  • 161 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, réponse du 9 juin 1950 de Jean Letourneau ministre de la France d’outre-me (...)

54La réaction du ministère de la France d’outre-mer à cet avertissement fut immédiate et pragmatique. Après une telle bourde, il fallait rassurer. Le ministre MRP, Jean Letourneau, s’y employa activement car il avait ici à composer avec un groupe modeste, certes, mais qui faisait tout de même partie de la majorité gouvernementale du ministère Bidault. Il fallait donc prendre garde, d’autant plus qu’un autre IOM, Louis Aujoulat, était même un de ses deux sous-secrétaires d’État. Le ministre répondit à Senghor qu’il s’agissait d’un épouvantable malentendu161 : « … il n’entre nullement dans les intentions du Gouvernement d’admettre une domination de l’Europe sur l’Afrique. » Tout, vraiment tout, avait été prévu longtemps à l’avance : depuis toujours, la question de l’immigration européenne avait été traitée correctement par son ministère. Mais le plus important, peut-être, était que les Assemblées locales avaient largement les moyens de s’opposer à tout entrisme des "Européo-américains" en Afrique. Le ministre suggérait que les institutions si démocratiques de l’Union française constituaient un bouclier suffisamment solide pour éviter une appropriation des plantations, des mines etc. Autrement dit, les Africains et leurs représentants démocratiquement élus avaient – sur place – largement les moyens de se défendre ! Évidemment, l’essentiel de son argumentation consista à dire que les IOM et lui étaient d’accord sur le fond. En effet, comme ces derniers se disaient favorables « … à l’idée d’une association plus intime entre l’Europe et l’Afrique et conçue sur un pied d’égalité… » cela voulait dire qu’ils pratiquaient, sans le savoir et par anticipation, la même politique que le Gouvernement.

  • 162 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2. Lettre du 16 juin 1950 de monsieur le ministre des Affaires étrangères à m (...)

55Une fois le cas Senghor réglé, il restait à la rue Oudinot à châtier les responsables en infligeant de sévères remontrances aux responsables de ces remous. Comment le Quai avait-il pu autoriser la publication de communiqués aussi incendiaires ? Dans ce cas, rien ne valait l'envoi d'une note au ministère des Affaires étrangères où il était rappelé aux diplomates qu’avant de publier un communiqué au sujet de l’Afrique il fallait au préalable s’inquiéter de la position des élus africains ! Le Quai se défendit médiocrement en répondant que la rue Oudinot était parfaitement au courant de la teneur du communiqué en question et qu’elle n’avait pas soulevé, au moment opportun, les objections nécessaires162 ! En somme, les deux ministères se rejetaient mutuellement la faute, ce qui était une façon de reconnaître qu’effectivement une bévue avait été commise.

  • 163 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2. Note du 24 juin 1950 pour monsieur le directeur des Affaires politiques au (...)
  • 164 Ibidem.
  • 165 Ibidem.
  • 166 Ibidem.
  • 167 Ibidem.
  • 168 Ibidem.

56La question se posait, après tous ces accrocs, de savoir s’il convenait de publier in extenso le mémorandum français. Cette fois-ci, les Affaires étrangères prirent leurs précautions et montrèrent qu’avant de faire quoi que ce soit, le ministère de la France d’outre-mer serait consulté au sujet des déclarations du Gouvernement. Pressée de donner son avis, la rue Oudinot le fit en chargeant sa direction des Affaires économiques du dossier. Son directeur proposa des modifications qui changeaient notablement le contenu du communiqué163. Pour lui, tout était affaire de nuances, or justement, la copie proposée par les diplomates en manquait singulièrement. Le communiqué, tel qu’il était rédigé, portait un tort considérable aux efforts engagés par les véritables spécialistes de l’outre-mer. Il laissait en effet supposer dans le paragraphe 5 que la France subordonnait le progrès social au progrès économique, alors que le « développement social164 » était conçu au contraire comme « un but supérieur165 ». La France souscrivait donc à une sorte de doctrine de développement très ponctuelle centrée sur les fameuses zones industrielles du plan Labonne. Ceci était naturellement jugé inacceptable par la rue Oudinot qui ne voulait pas d’un développement limité aux seules régions industrielles mais qui choisissait plutôt « d’accroître les richesses partout166 ». Quant au problème de l’immigration européenne, le directeur des Affaires économiques Georges Peter, estima que les possibilités en la matière étaient tellement limitées, qu’en parler dans le cadre d’une conférence aussi importante, était particulièrement maladroit. On alimenterait ainsi inutilement des rumeurs voire, de l’agitation, dans une « opinion publique locale167 » prompte à s’échauffer. La publication souhaitée par les Affaires étrangères était donc jugée « inopportune168 » à moins, et le procédé ne manquait pas de sel, de produire un faux, puisqu’il était fortement recommandé de « remanier » en profondeur le document en question ! Ainsi, Georges Peter était plutôt allé dans le sens des IOM : avec les déclarations que préparaient ces maladroits du Quai, on allait tout droit vers la catastrophe !

57Ainsi, face à la « colonisation tardive » ébauchée par certains milieux occidentaux, se dressait une autre conception de l’Eurafrique, défendue par Senghor et que l’on avait pressentie dans les années trente avec Georges Valois. Un Africain avait parlé et il s’était prononcé pour une Eurafrique égalitaire, qui avait l’ambition de parvenir à un véritable syncrétisme des civilisations africaines et européennes. Mais, force est de constater que cette « Jeune Eurafrique » s’opposait quelque peu à celle préconisée par les Occidentaux et le quai d’Orsay, la rue Oudinot se contentant, elle, de jouer les arbitres.

Refus d’une « gouvernance atlantique » de l’immigration européenne et hantise d’un « néo-révisionnisme colonial » allemand

Faire du neuf avec du vieux : envoyer les chômeurs allemands en Afrique

  • 169 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Projet de proposition du 19 avril 1950 au sujet l’ (...)
  • 170 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. ii et iii.
  • 171 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Projet de proposition du 19 avril 1950 au sujet l’ (...)

58Ce fut lors de la conférence des Trois de Londres que la question de l’immigration européenne en Afrique française se posa à nouveau. Dans le contexte particulier de la fin de la reconstruction et exactement comme au moment de la grande crise des années trente, l’Afrique paraissait être le continent susceptible d’apporter la solution aux nombreuses difficultés européennes. Indiscutablement, la Direction Afrique-Levant du quai d’Orsay avait pris conscience des responsabilités françaises dans ce domaine : il ne fallait surtout pas recommencer les funestes erreurs commises vingt ans plus tôt. En ce printemps de l’année 1950, la répétition du drame européen menaçait à nouveau : « l’excès de populations dont souffrent plusieurs nations de l’Europe occidentale représente un des éléments les plus importants de troubles et de déséquilibres dans le monde169 ». Le « trop plein » démographique qui affectait les deux vaincus de l’Axe inquiétait vraiment les dirigeants occidentaux. Tous, évidemment, avaient gardé en mémoire ce que pouvait entraîner en Allemagne ce type de problèmes. Aussi, les solutions africaines proposées naguère par le Bureau International du Travail d’Albert Thomas, voire par certains membres de l’Union paneuropéenne comme Grunwald et Biber, resurgirent170. Par conséquent, il devenait évident que pour éviter en Allemagne le « chômage avec les graves conséquences sociales et politiques qu’il comporte171 », le gouvernement français devait apporter sa contribution.

  • 172 Ibidem.
  • 173 Ibidem.
  • 174 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. i, 3.2.
  • 175 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Sous Direction d’Europe centrale du 27 (...)

59Celle-ci, pour le Quai, tombait sous le sens. Il suffisait d’offrir des possibilités dans des « territoires moins peuplés172 » à des immigrants allemands et italiens censés permettre « un meilleur développement des ressources encore inexploitées173 ». Loin d’être effrayés par ces perspectives, les diplomates français suggèrent d’organiser ces migrations de manière « systématique » à condition de laisser le coût du transport et de l’installation aux autres. L’affaire n’était pas mince et supposait la mise en place d’une cohorte d’organismes appropriés financés par l’aide américaine dans le cadre du point IV ou de l’ECA. D’ailleurs, il était prévu d’organiser une conférence internationale chargée de d’étudier l’installation de migrants européens en Afrique française. Ainsi, les rêves imaginés par Coudenhove en 1929174 étaient à nouveau évoqués, seulement, il ne s’agissait pas d’une entité eurafricaine indépendante de l’Amérique, mais d’un sous-ensemble inclus dans le bloc occidental. Georges Bidault avait déjà songé à cette éventualité en 1947 à la Conférence des ministres des Affaires étrangères de Moscou. Il avait même proposé d’organiser un comité d’experts chargé d’étudier les modalités possibles de cette émigration germanique mais les Soviétiques avaient décliné l’offre. Trois années s’étaient écoulées, les circonstances avaient changé, et le Quai et la « Direction Europe » put remettre à l’honneur cette solution175.

  • 176 L’ambassade de France en Grèce avait cru bon signaler qu’un certain M. Barrellier était susceptibl (...)
  • 177 MAE, Afrique Levant, généralités 86 b, ministère de la France d’outre-mer. Lettre du directeur des (...)

60À nouveau donc, le ministère des Affaires étrangères joua la carte d’une sorte de « gouvernance occidentale » des flux migratoires. Pourtant, cette conception des choses était loin de faire l’unanimité. En effet, comme toujours lorsqu’il s’agissait d’émigration européenne en Afrique française, le ministère de la France d’outre-mer disait non. Par exemple, lorsqu’en 1948, des rumeurs au sujet d’une « immigration blanche176 » avaient couru jusqu’au bureau du Directeur des Affaires politiques, qui n’était autre que Robert Delavignette, celui-ci avait coupé court. S’appuyant sur les travaux du géographe français Robert Gourou, il avait eu à cœur de montrer combien les possibilités d’installation de colons blancs en Afrique noire étaient limitées par les besoins en terre des populations locales : « procéder autrement ne serait que spoliation177 » et entraînerait de fortes oppositions au sein des assemblées locales.

Une chimère : l’immigration européenne en Afrique française

  • 178 MAE, Afrique Levant, généralités, 75 c, télégramme du 5 juillet 1950 de l’ambassade de France à Wa (...)
  • 179 Ibidem.

61Pour le quai d’Orsay, et dans le contexte de l’année 1950, ces réticences n’étaient plus de mise. En effet, une véritable coopération européenne était à l’ordre du jour et les Affaires étrangères estimèrent que la France devait réviser ses positions en matière de politique migratoire des Européens en Afrique française. De plus, d’après l’ambassade de France aux États-Unis, le directeur du policy planning staff du Département d’État, Georges Kennan, était clairement favorable à une mise en œuvre rapide de ce nouvel exemple de coopération des occidentaux en Afrique : « … l’Afrique pourrait devenir une entreprise d’exploitation commune des nations européennes… et qui scellerait la collaboration et l’unité qui sont en train de s’établir entre ces nations… il souhaiterait qu’à côté de l’organisation de coopération européenne, les seize nations en arrivent à créer un organisme de coopération africaine178. » Des discussions avaient eu lieu à ce sujet entre Kennan et des diplomates français où l’Américain avait suggéré à un conseiller de l’ambassade qu’un « bureau » soit créé. Ainsi, il y aurait un organisme « auquel puissent s’adresser les gouvernements européens pour résoudre les difficultés que peuvent rencontrer leurs nationaux pour s’employer en Afrique et qui faciliterait en particulier le placement de main d’œuvre179 ». Ces invites américaines à construire une Eurafrique autour d’une « colonisation tardive » des Européens conduisaient donc les diplomates français à donner du grain à moudre à leur grand allié.

  • 180 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Sous Direction d’Europe centrale du 27 (...)
  • 181 Ibidem.
  • 182 Ibidem.
  • 183 MAE, Afrique Levant, généralités 86 b, Note non signée du 10 février 1949. Le problème de l’immigr (...)
  • 184 « La Conférence préliminaire sur les migrations. Genève, avril-mai 1950 », Revue internationale du (...)

62Pourtant, pendant ce temps, la délégation française au Comité d’outre-mer de l’OECE n’était pas allée dans ce sens. Pour elle, il ne fallait surtout pas d’émigration massive d’Européens en Afrique française mais seulement des spécialistes, et encore « en petit nombre ». Les hautes sphères diplomatiques françaises contestaient cette vision des choses180 car, selon elles, de nombreux « territoires coloniaux181 » disposaient d’un « climat favorable pour une immigration européenne182. » Cela suffisait apparemment à justifier une participation plus importante de la France à la politique de résorption des surplus de population en Europe occidentale. De toute manière, mieux valait commencer à réfléchir à une immigration européenne : « Il est néanmoins incontestable que, si sous la pression de certains organismes internationaux, ou celle de la conjoncture internationale, la France devait choisir, pour ses territoires africains et en particulier pour Madagascar, entre un peuplement européen important et un peuplement asiatique, c’est du premier qu’elle aurait moins d’inconvénients à redouter183. » La pression internationale s’accentuait, l’OECE, l’OIT et la conférence tripartite de Londres avaient travaillé de manière concertée et les déclarations très favorables à l’immigration européenne prononcées le 13 mai 1950 allaient tout à fait dans le sens des travaux de la Conférence préliminaire des migrations qui s’était tenue à Genève du 25 avril 1950. Aussi, l’OIT eut de quoi pavoiser quand le 28 juin 1950, le secrétaire général de l’OECE annonça qu’il mettait à sa disposition la somme de 988 000 dollars pour la création d’un fonds spécial consacré au financement des migrations européennes. L’Afrique française n’était ni le seul domaine géographique, ni le plus important mais elle faisait bel et bien partie du champ d’action de cet organisme184 !

63Les vœux de Georges Kennan avaient été exaucés. Ils prenaient la forme d’une « gouvernance atlantique » puisque l’OIT aurait à gérer des migrations européennes financées par l’OECE et concernant l’Afrique française. Cependant, le Quai était le seul ministère à préconiser cette solution et aurait bien du mal à faire triompher ses conceptions. Faire accepter un mémorandum à la Conférence de Londres du 13 mai 1950 était une chose, mais le faire appliquer et entrer dans les faits en était une autre.

Le revirement : la France refuse l’immigration européenne en Afrique

  • 185 MAE, Afrique Levant, généralités 86 b, Aide mémoire non daté pour la délégation française au comit (...)

64Pour aboutir, il fallait que les positions du Quai soient validées par les plus hautes instances. Seulement, faire accepter que la contribution des territoires d’outre-mer était nécessaire au relèvement de l’Allemagne n'allait pas de soi. C’est pourquoi, à nouveau, ces partisans de l’immigration européenne en Afrique ne furent pas écoutés là où ils auraient dû l’être, c’est-à-dire au Comité de main-d’œuvre de l’OECE. Mue par une sorte d’égoïsme national, la délégation française refusa sans aucun remord ni état d’âme cette idée. Pour elle, étant donné que les territoires d’outre-mer français n’avaient reçu que 7 milliards sur les 40 perçus par la France, il n’y avait donc pas « d’obligation morale pour le gouvernement français de recourir à une main-d’œuvre étrangère185 ».

  • 186 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Sous Direction d’Europe centrale du 27 (...)
  • 187 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Direction Afrique-Levant du 14 avril 19 (...)
  • 188 Ibidem.

65Ce « non » français mérite d’être davantage expliqué. En effet, cette deuxième vague de colonisation européenne imaginée par le Quai comportait des conditions parfaitement inacceptables pour les populations d’outre-mer. Ce « colonialisme tardif » qui avait germé dans certains cerveaux français ne s’embarrassait pas des conséquences prévisibles de cet afflux de population européenne. Quel coût pour les administrations locales, quels impacts économiques et sociaux ? On ne s’en souciait guère. Pas plus d’ailleurs que de l’avis des populations locales et de leurs représentants. Ce point si important n’était pas évoqué et les Africains étaient singulièrement absents des préoccupations de nos diplomates. Il faut donc supposer que pour la Direction « Europe » du Quai, avoir l’assurance que les émigrants allemands abandonneraient leur nationalité pour s’intégrer définitivement dans leur nouvelle communauté suffisait amplement186. Cette manière d’aborder les choses fut également celle de la Direction « Afrique-Levant » Selon elle, « plusieurs centaines de milliers de personnes187 » pouvaient être installées dans les territoires de l’Afrique française, à condition que cela ne soit pas n’importe où. En fait, beaucoup de territoires étaient écartés. L’Afrique du Nord, l’Afrique occidentale, Madagascar n’offraient aucune possibilité pour ce que l’on appelait encore « la grande colonisation ». Le nationalisme, l’appauvrissement des sols de la « Grande Ile » présentaient des obstacles majeurs, le Maghreb, lui, connaissait déjà des excédents de population, et quant à l’AOF, il ne fallait pas y penser tellement la population était « dense et politiquement évoluée188 ». Par conséquent, seule une immigration limitée à des cadres, à des techniciens, voire des ouvriers, était envisageable dans ces territoires.

  • 189 Ibidem.
  • 190 Ibidem.
  • 191 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Direction Afrique-Levant du 14 avril 19 (...)

66En revanche, des perspectives plus larges étaient évoquées au sujet de l’AEF et d’une partie du Cameroun et même du Congo belge. Là-bas, disait-on, la population était plus « clairsemée189 » et l’intensité du degré d’évolution politique n’était même pas mentionnée. De plus, comme l’obstacle du climat était, paraît-il, surmontable, une immigration d’une ampleur certaine pouvait être mise en œuvre190. Toutefois, au contraire de la Direction « Europe », la Direction « Afrique-Levant » estimait que l’immigration ne devait pas être entendue comme une fin mais seulement comme le moyen « d’un grand programme de transformation économique191 ».

  • 192 Du 2 au 16 octobre 1951.
  • 193 « Conférence des migrations de Naples 2-16 octobre 1951 », Bulletin Officiel du Bureau Internation (...)

67Finalement, ces réticences françaises furent sans objet, et les divergeances françaises dans ce domaine – les Affaires étrangères étaient pour – et les autres contre, n’eut pas de retombées fâcheuses. En effet, l’OIT qui organisa à l’automne 1951 la conférence des migrations de Naples192 donna complètement tort aux spécialistes du Quai et écarta l’Afrique française. Ce serait donc à d’autres contrées comme le Brésil, l’Argentine, le Canada ou l’Australie de recevoir ces immigrés européens193.

« Néo-révisionnisme colonial » allemand et « internationalisation occidentale » : bonnet blanc et blanc bonnet

68L’esquisse d’un retour de l’Allemagne en Afrique par la porte dérobée de l’OECE et de l’OIT ne pouvait qu’engendrer une extrême méfiance. Aussi, la question de l’éternel retour de l’Allemagne dans ses anciennes colonies commença à jeter une ombre inquiétante sur la politique extérieure de la RFA. Ces réflexes de Pavlov conditionnés par l’obsession de la renaissance de la menace allemande en Afrique furent étayés à partir de documents a priori dignes de foi comme certains dossiers élaborés par le SDECE.

  • 194 ANOM, 1 AFFPOL 2225, 3, Afrique noire Allemagne. Activités allemandes. Note du SDECE du 21 mai 195 (...)
  • 195 Ibidem.
  • 196 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, chap. iii, 3 et index Weigelt (...)
  • 197 ANOM, 1 AFFPOL 2225,3, Afrique noire Allemagne. Activités allemandes. Note du SDECE du 21 mai 1951
  • 198 Voir infra Partie ii, Chap. ii, 4.

69L’un d’entre eux largement diffusé et intitulé Afrique noire Allemagne. Activités allemandes194 a pu alimenter la répugnance de nombreux Français à envisager toute forme de coopération que ce soit avec les Allemands en Afrique. Pour l’auteur - inconnu, hélas - de cet intéressant opuscule, la RFA n’avait de cesse de reconstituer l’Eurafrique. Il y était expliqué que non seulement l’Afrique était automatiquement associée à tous les projets d’intégration européenne mais que depuis 1948 nos voisins germaniques ne pensaient qu’à reprendre pied sur le continent noir : « La question africaine qui semble être une des principales préoccupations du monde germanique occidental, surtout depuis l’été 1950, est liée à plusieurs tractations de ses dirigeants avec les grandes puissances195 ». De ce fait, pour mieux argumenter tout cela la longue liste des initiatives allemandes dans ce domaine avait été dressée. La première tentative datait de la fin de l’année 1948 et avait été baptisée projet germano-américain d’internationalisation de l’Afrique ! Elle correspondait d’ailleurs aux menées d’un membre allemand du Comité des territoires d’outre-mer de l’OECE, Kurt Weigelt, celui-là même qui avait parlé d’Eurafrique en 1938196 ! L’ancien nazi proposait un plan qui ressemblait aux projets d’internationalisation de l’Afrique des années 1917-1919 : « La position adoptée était de supranationaliser l’Afrique en dehors de ces parties septentrionales et méridionales et d’en pousser le développement197 ». Mais ce ne fut pas tout. Un an plus tard, à l’automne 1949, les soupçons se portèrent sur un projet de pool des Britanniques avec les Allemands. Tout partit, cette fois-ci, de l’idée d’intégrer l’Allemagne au bloc sterling et de créer « un pool » anglo-allemand des exportations capable de faire pendant au « pool charbon-acier ». L’année suivante offrit son lot de nouveautés et de sujets d’inquiétudes. Avec le plan Schuman198, les Allemands avaient manifesté leur désir de réapparaître en Afrique et leur lobby colonial reprenait ses activités de naguère.

70Tout concourait donc à démontrer que décidément « l’Empire » était l’objet de convoitises diverses. Les appétits des Allemands et des Anglais, avaient été dénoncés et il restait, pour être complet, à évoquer ceux des Américains. Ainsi, les Français étaient habités par la crainte de voir émerger un complot germano-américain, qui naturellement, fut découvert. Des faits très précis avaient été consignés dans un autre rapport du SDECE intitulé La fondation Ford, l’Allemagne et l’Afrique. Il y était démontré que des contacts et des études avaient été entrepris pour créer un organisme « chargé de relever le niveau de vie des populations de l’Afrique ». Le plus intéressant étant qu’il s’agissait d’une initiative privée de la Fondation Ford, laquelle avait chargé un Allemand de l’Ouest, un certain Givesius - très proche des frères Dulles - de réaliser de grands travaux en Afrique. Cet organisme appelé Fondation for National Development qui s’appuyait la participation d’un ancien administrateur de l’ECA, Paul Hofmann, donnait donc corps aux craintes françaises.

  • 199 Bernard Simiot, « Il faut nationaliser le Sahara », Hommes et mondes, août 1951.

71Ces inquiétantes rumeurs eurent des répercussions dans les affaires algéro-sahariennes. Les partisans d’un détachement du Sahara de l’Algérie ou plutôt de son rattachement direct à la Métropole, s’en servirent pour appuyer leurs revendications, d’où leur slogan « il faut nationaliser le Sahara199 » qui était aussi une façon de conjurer d’éventuelles menaces européennes ou atlantiques. Les tenants de ce « Sahara français » qui se méfiaient comme de la peste de la constitution du Royaume de Libye affectèrent de donner du crédit à certaines allégations propagées en Angleterre, en citant notamment un article du Daily Mail du 22 août 1951. Il y était en effet suggéré de laisser l’exploitation du Sahara non pas à l’Union française mais à l’OECE ! En somme, le « lobby saharien », constitué de certains membres de l’Académie des Sciences Coloniales ou d'anciens coloniaux « épurés » comme Marcel Bélîme, eut exactement la même réaction que Senghor face aux dangers de l’internationalisation occidentale de leur Afrique.

72Ainsi, l’élaboration d’une coopération occidentale apparaissait liée au relèvement allemand. La logique de réconciliation franco-allemande des années trente et quarante était reprise, mais avec une différence de taille : cette fois-ci, il y avait les dollars de l’oncle Sam. Cela n’empêcha pas les Français de considérer cette nouveauté avec perplexité. Certes, l’Afrique française avait besoin des Occidentaux, mais leur éventuelle collaboration était perçue comme une bien dangereuse nécessité.

Les francophiles du lobby africain allemand et leurs difficultés

  • 200 MAE, Europe, Allemagne, 433. Note du 17 novembre 1950 d’Hervé Alphand, observateur français à Brêm (...)
  • 201 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.
  • 202 MAE, Europe, Allemagne, 433. Note du 17 novembre 1950 d’Hervé Alphand, observateur français à Brêm (...)
  • 203 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 4.
  • 204 Pour une synthèse de ces questions voir : Andréas Wilkens, « Vom Rhein bis zum Kongo. Französische (...)
  • 205 MAE, Europe, Allemagne, 433. Note du 2 mai 1951 de la Sous-Direction d’Europe centrale au sujet de (...)

73Comme on peut sans douter, les projets occidentaux et atlantiques en faveur de la mise en valeur économique des colonies et des pays sous développés avaient facilité le réveil des anciennes associations coloniales allemandes. Le contexte de la guerre de Corée et la menace d’une invasion brutale de l’Europe de l’Ouest par les forces communistes fournissaient des arguments de choix propres à enflammer certains bons esprits qui ne craignirent pas de clamer « L’Afrique, Sibérie des forces atlantiques200 ». Il est vrai que les perspectives ouvertes par la naissance du Conseil de l’Europe201 avaient rapidement remis à l’honneur l’idée d’Eurafrique. En Allemagne, la notion de bloc ou de fuseau euro-africain avait été aussi exhumée tout comme le curieux slogan « Eurafrique, but final202 ». De même, les quelques mots réservés à la vocation africaine de la déclaration du 9 mai 1950 203 avaient encouragé, on le sait, ce courant au point de susciter l’intérêt du Chancelier Adenauer en personne204. Ce lobby néocolonial avait donc une certaine influence. Il obtint du gouvernement allemand la création du Deutscher Bearbeitung Afrika, un organisme censé mettre sur pied une Commission franco-allemande consacrée à l’exploitation commune des ressources minérales de l’AEF. Parallèlement, au sein des instances de la CECA, les services de Jean Monnet avaient proposé un additif au Plan Schuman destiné à intensifier la collaboration européenne en Afrique. De telles manœuvres plongèrent les diplomates français dans une perplexité mêlée d’inquiétude : « À son retour de Paris, le Dr Adenauer a exposé à ses proches collaborateurs les conversations qu’il avait eues au sujet d’une coopération économique de l’Allemagne en Afrique et les vastes possibilités qu’elle pourrait lui offrir. Il aurait même fait allusion à une éventuelle restitution des colonies allemandes205 ». Naturellement, cette effervescence germanique donna lieu en France à des réactions similaires à celles observées durant l’entre-deux-guerres : il n’en fallait pas plus pour crier au loup ! Ces oies du Capitole avaient des circonstances atténuantes. Le côté récurrent de ces menées en Afrique ajouté aux perspectives très délicates du réarmement allemand était préoccupant. Reparler d’Allemands en Afrique, mettre en route le plan Pleven, et pour finir, constater la vigueur du relèvement économique de la toute jeune RFA, voilà qui donnait objectivement davantage de crédit à tous ceux qui prédisaient un retour rapide aux catastrophes d’un passé très récent.

  • 206 Andréas Wilkens, « L’Allemagne et l’Afrique, 1949-1963 » in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (...)
  • 207 Le ministère des Affaires étrangères de la RFA.
  • 208 MAE, Secrétariat Général, Afrique, 75, Télégramme n° 2980/88 à l’arrivée du 6 avril 1952 d’Armand (...)
  • 209 Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. i, 2 et 3.

74Et, de fait, il existait bel et bien un lobby « néo-colonial » allemand à cette époque qui devait beaucoup à l’action d’un certain docteur Johannes Semler206 député CDU-CSU au Bundestag. Cet ancien président du Conseil économique de la bizone était aussi le créateur de deux sociétés, l’Afrika Kontor et de l’INDUFINA, de plus, ce très entreprenant chef de file avait obtenu de la Chancellerie et des Affaires étrangères la création d’un organisme spécialisé dans la promotion des intérêts allemands en Afrique appelé Arbeitaasb Afrika. Il avait par ailleurs collaboré à la rédaction d’un mémoire demandé par l’Auswärtiges Amt207 et le ministère fédéral de l’Économie. Publiée en 1951 par un « Institut Économique de Munich » et intitulée La signification de l’Afrique française dans le cadre d’une intégration progressive franco-allemande cette brochure faisait figure de vade mecum des nouvelles revendications allemandes en Afrique208. Débarrassées des demandes de restitution de colonies elles étaient forcément d’ordre commercial et économique et reprenaient la plupart des exigences des milieux coloniaux germaniques de l’entre-deux-guerres. Pragmatiquement, il était demandé non pas une totale libération des échanges mais une augmentation sensible des contingents, sans oublier un « droit d’installation » ce qui revenait à réclamer la fin de toutes les préférences économiques accordées aux nationaux dans les territoires d’outre-mer. Pour mener à bien ces projets, on faisait confiance aux États-Unis et à leurs capitaux, l’Allemagne, elle, se contentait d’offrir ce qu’elle avait, c’est-à-dire du matériel d’équipement et des services de maintenance. En outre, comme dans les années vingt209, il était prévu de créer des sociétés mixtes auxquelles la RFA participerait à hauteur de 20 %. L’idée d’une nouvelle division internationale du travail où les États-Unis fourniraient les capitaux, l’Allemagne les machines et l’Afrique française des matières premières, était lancée.

  • 210 Andréas Wilkens, « L’Allemagne et l’Afrique, 1949-1963 » in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard, Bossuat, (...)
  • 211 Ibidem, p. 291.
  • 212 Ibidem, p. 287-289.

75Le plus intéressant dans cette affaire reste que Semler répondait à certaines sollicitations françaises. Le député allemand avait effectivement eu, en juillet 1950, de fructueux entretiens avec Eirik Labonne qui avaient débouché le mois de novembre suivant sur un voyage d’étude au Maroc et au Sahara210 et donné lieu à des projets de transfert massif d’industries aéronautiques en Afrique du Nord. Si le gouvernement de Bonn ne donna pas de suite concrète à ces initiatives personnelles211, les Français s’inquiétèrent et se mirent à surveiller tout cela de très près. Mais cette vigilance fut inutile car les Allemands déjà peu motivés par les perspectives africaines212, eurent d’autres préférences et d’autres enthousiasmes. Pour les émigrants et les entreprises, l’Auswärtiges Amt préféra songer aux colonies portugaises, à l’Ethiopie, ou au Congo belge. De plus, au Comité de l’Afrika Verein, la ligne « francophile » fut mise en minorité par les partisans d’une stratégie « atlantique » Ceux voulaient jouer la carte française en Afrique perdirent la partie en septembre 1951.

  • 213 ANOM, AFFPOL 2224,1, Allemagne occidentale. Activité du député CSU Semler, 17 septembre 1951.

76Pour couronner le tout, l’échec du « parti français » fut aggravé par certains propos de Semler. Peu de temps après ces débats houleux et sa mise en minorité au Comité directeur de l’Afrika Verein, il évoqua « la faillite totale du Plan Labonne213 » montrant que lui aussi ne croyait plus à ce projet si important pour la coopération franco-allemande. En somme, à la fin de l’année 1951 toutes les craintes des Français au sujet « d’une internationalisation occidentale » de leurs colonies et d’une immigration principalement allemande ne reposaient sur plus rien de concret. Il ne restait plus que des rumeurs qui serviraient un peu plus tard à alimenter d’utiles polémiques au moment de la "querelle de la CED"..

Notes

1 Voir Gilles Pécout, « Jusqu’où va l’Europe au XIXe siècle… op. cit., p. 97-117.

2 Claude-Henri de Saint-Simon, Augustin Thierry, De la Réorganisation de la société européenne, ou de la nécessité et des moyens de rassembler les peuples de l’Europe en un seul corps politique, en conservant à chacun son indépendance nationale, Paris, Egron, 1814, p. 52.

3 Gilles Manceron, Marianne et les colonies. Une introduction à l’histoire coloniale de la France, Paris, La Découverte, 2003.

4 Victor Hugo, « Discours sur l’Afrique du 18 mai 1879 », Œuvres complètes, Politique, Actes et Paroles IV, Paris, Laffont, 1985.
Victor Hugo, « Discours pour le Congrès ouvrier de Marseille du 3 août 1879 », Œuvres complètes, Politique, Actes et Paroles IV, Paris, Laffont, 1985.

5 Voir à ce sujet : Antoine Fleury, « Paneurope et l’Afrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 35-57.

6 Richard N. Coudenhove-Kalergi, Pan Europa, Pan Europa Verlag, Vienne, 1923. Traduction française : Paneurope, Éditions paneuropéennes, PUF, 1988.

7 Ibidem.

8 Ibidem.

9 Hjalmar Schacht, La Nouvelle politique coloniale, 1926.

10 À la tête de territoires très étendus, ces compagnies étaient tenues d’en réaliser la mise en valeur. Elles exerçaient donc certaines charges de souveraineté en échange d’une redevance versée à l’État.

11 Claudel diplomate, Cahiers Paul Claudel, t. iv, Paris, Gallimard, 1962, p. 249

12 Wladimir D’Ormesson, La confiance en l’Allemagne, Paris, Gallimard, 1928.

13 Pour tout ce chapitre on s’est appuyé sur : « L’idée d’Eurafrique et le débat colonial franco-allemand de l’entre-deux-guerres », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXII, juillet-septembre 1975, p. 446-475.
Étienne Deschamps, « L’idée d’Eurafrique à l’aube des années trente », in Michel Dumoulin (dir.), Penser l’Europe à l’aube des années trente, Bruxelles, Éditions Nawelaerts, 1995, p. 105-150.

14 Journal officiel de la SDN, Comité d’Études pour l’UE, Genève, 2 juillet 1931, 2e séance.

15 Georges Valois, « L’Afrique chantier de l’Europe Esquisse d’un plan décennal pour la mise en valeur rationnelle de l’Afrique par l’Union européenne apportant son concours au continent noir », Les Cahiers bleus. Pour la république syndicale. Organe hebdomadaire de culture générale et d’organisation, n° 111, 27 juin-4 juillet 1931, p. 24.

16 Catherine Hodeir, Pierre Michel, L’Exposition coloniale (1931), Paris, Éditions Complexe, 1991.

17 « L’Exposition coloniale », Le Temps, le 7 mai 1931.

18 Joseph Caillaux, « Le grand-livre de la dette européenne », Le Capital, le 13 mai 1931.

19 Cette excellente initiative éditoriale avait été mûrement réfléchie puisque l’auteur avait présenté l’année précédente au mois du juillet son canevas à Léon-Pierre Kint, le directeur des éditions Kra.

20 Il avait été ministre des Colonies de janvier 1920 à 1924.

21 Pierre Fabre, « Pour remédier au chômage et consolider la paix. Un projet d’Albert Thomas », La Jeune République, 11 septembre 1931.
Étienne Antonelli, « La crise européenne et l’Afrique », Les Annales coloniales, n° 125, jeudi 3 septembre 1931, p. 1.

22 BIT, Papiers Thomas, 1- 31-3 : Note sur ma conversation avec le chancelier Brüning, le 21 août 1931 à 17 heures.

23 Archives Départementales de l’Aude, Papiers Sarraut 12 AJ 162.

24 « L’adieu du maréchal Lyautey aux commissaires généraux étrangers », Le Temps, 15 novembre 1931, p. 6.

25 Certains firent en 1933 courir le bruit qu’à Vincennes une « Conférence française pour l’entente coloniale » avait été tenue ce qui était absolument faux.

26 Non signé, « La collaboration européenne pour la mise en valeur de l’Afrique », La Dépêche Coloniale et Maritime, 8-9 mars 1933, p. 1.

27 René de la Porte, « Le Tiers-Empire », La Dépêche Coloniale et Maritime, 26 et 27 avril 1933, p. 1.

28 Journal Officiel, Débats de la Chambre des Députés, 2e séance du 9 juin 1933, p. 2824-2 825.

29 Il était vice-président du Sénat et président du Comité de l’Afrique française.

30 Maurice Ordinaire, « Dangereuses rêveries », L’Afrique française, Bulletin mensuel du Comité de l’Afrique française, avril 1933, p. 193.

31 Ibidem.

32 Plan du 9 juillet. Réforme de la France proposée par le Groupe du 9 juillet, Gallimard, 1934.

33 On en a une ébauche avec le mémorandum puis le plan français répondant au « plan de paix » allemand du 31 mars 1936 in Documents Diplomatiques Français. 1932-1939, 2e série, t. ii. (1er avril-18 juillet 1936), n° 37, p. 79.

34 « Le discours du président du Conseil au grand banquet de Lyon », L’Œuvre, le 25 janvier 1937.

35 Ibidem : « Peut-être n’est-il plus possible d’envisager une convention politique internationale de désarmement qui ait pour complément ou pour corollaire une convention économique internationale aménageant des débouchés de remplacement pour les entreprises et pour la main d’œuvre. Ainsi se poserait tout naturellement les questions d’équipement et de grands travaux européens, coloniaux, internationaux… je rejoins ici certaines inspirations du plan qu’avait dressé au début de la crise, le Bureau International du Travail… ».

36 René Girault « Les relations internationales et l’exercice du pouvoir pendant le front populaire… op. cit., p. 15-46.

37 Marianne était le quotidien emblématique du Front Populaire.

38 Archives départementales de l’Aude, Papiers Sarraut, 12 AJ 162, Le problème colonial…, p. 52.

39 CHAN, F 60-801, note 1136/SGP du 9 octobre 1942.
SHAT, 1 P 38, 2, in Catherine Lévisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre 1939-1945, Paris, Albin Michel, 1998 p. 193.

40 SHAT, 1P37, Note signée Darlan du 13 mai 1941, de l’Amiral de la Flotte ministre, vice-président du Conseil à MM. les ministres et Secrétaires d’État.

41 Jean-François Durantin, « Les conceptions européennes des neutralistes français vis-à-vis du conflit Est-Ouest au début de la guerre froide », in « Le pacifisme en Europe des années vingt aux années cinquante », sous la direction de Maurice Vaïsse, Bruxelles, Bruylant, 1993.

42 Émile Bélime, Quand les forts seront sages, Paris, J.-B. Janin Éditeurs, 1947, p. 242 : « … seule, l’Eurafrique, qui ne gêne ni l’URSS, ni l’Empire britannique, ni les Amériques du Nord et du Sud, et par l’apaisement et la revigoration qu’elle assure à l’Occident, sert puissamment leur tranquillité et leurs intérêts, est génératrice de confiance et d’entente, il reste qu’elle n’existe pas… ».

43 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Discours de M. Bevin du 22 janvier 1948.

44 Ibidem.

45 Ibidem.

46 Ibidem.

47 Anne Deighton, « Ernest Bevin and the idea of euro-africa », L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 97-98.

48 René Massigli, Une comédie des erreurs (1943-1956). Souvenirs et réflexions sur une étape de la construction européenne, Paris, Plon, 1978, p. 96-97.

49 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint de l’idée d’Europe. Le cas français, des origines aux négociations des Traités de Rome, Thèse de doctorat d’histoire, Université de Provence, 2006, Partie I, Chap II et III.

50 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Discours de M. Bevin du 22 janvier 1948.

51 Idem.

52 Travailliste comme Ernest Bevin.

53 Christiane Journe, « À Paris la semaine dernière… le bloc eurafricain n’est pas né », Réforme, le 28 février 1948.

54 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Note du 12 janvier 1948 de la Direction Europe pour la Direction économique au sujet de la création d’une association économique de la France et de la Grande-Bretagne.

55 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Note du 19 novembre 1947 de l’Association nationale pour l’expansion économique sur l’Association pour l’Union Economique de la France et de la Grande-Bretagne et pour leurs rapports avec leurs territoires d’outre-mer.

56 Ibidem.

57 Voir Raphaële Ulrich, « René Massigli et l’Europe », in Elizabeth Du Réau, (dir.), Europe des élites ? Europe des peuples ? La construction de l’espace européen, (1945-1960), Actes du colloque tenu à Paris les 3 et 4 mai 1996, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1998, p. 51-64.

58 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Lettre du 30 janvier 1948 de l’Ambassadeur de France en Grande-Bretagne à Son Excellence Monsieur Georges Bidault Ministre des Affaires Étrangères.

59 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 97 : « … la satisfaction naïve devant les résultats qu’il croyait obtenus par son action ».

60 Ibidem.

61 Ibidem.

62 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. ii et iii.

63 C’est précisément la ligne de conduite qu’il tint à ce sujet dans son ouvrage Une comédie des erreurs… op. cit., p. 96-97.

64 Louis Jouvelet, « La coopération franco-britannique en Afrique noire », Politique, avril 1948.

65 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 115.

66 Christiane Journe, « À Paris la semaine dernière… le bloc eurafricain n’est pas né », Réforme, le 28 février 1948.

67 Ibidem.

68 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Lettre du 12 février 1948 du Président de la République à Monsieur le Président du Conseil.

69 Ibidem.

70 Ibidem.

71 Ibidem.

72 Ibidem.

73 Non signé, « Aujourd’hui ouverture de la Conférence “africaine” franco-anglaise », Combat, le 17 février 1948.

74 Ibidem.

75 Ibidem : « … d’autres demandaient pour quelles raisons le Bénélux ne participait pas aux conversations, ni les membres de l’Union française… ».

76 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Discours de M. Bevin du 22 janvier 1948.

77 MAE Afrique-Levant, généralités, 72 a, Lettre du 24 février 1948 de l’Inspecteur général des Colonies Georges Peter Directeur des Affaires économiques de la France d’outre-mer à Monsieur le Ministre des Affaires Étrangères.

78 Christiane Journe, « À Paris la semaine dernière… le bloc eurafricain n’est pas né », Réforme, le 28 février 1948.

79 Voir Marc Michel « La coopération intercoloniale en Afrique noire… op. cit.

80 MAE, Afrique-Levant, généralités 74 a. Circulaire n° 32- IP du 7 février 1949 au sujet du rôle des territoires d’outre-mer dans la coopération économique européenne.

81 Il s’était appuyé sur une soi-disant interview accordée par le président du Conseil Henri Queuille au journal américain Cleveland Plain Dealer et avait lancé son affaire le 6 février 1949.

82 MAE Afrique-Levant, généralités, 72 a, Lettre du 24 février 1948 de l’Inspecteur général des Colonies Georges Peter Directeur des Affaires économiques de la France d’outre-mer à Monsieur le Ministre des Affaires Étrangères.

83 Commission de Coopération Technique en Afrique

84 Marc Michel, « La coopération intercoloniale… op. cit.
CAOM, 1 AFFPOL, 2222, 3.

85 MAE, Europe GB, 82, Note du 10 octobre 1952 de la Sous-Direction Afrique au Ministère de la France d’outre-mer.

86 Ibidem.

87 Pierre Guillen, « L’avenir de l’Union française dans la négociation des traités de Rome » Relations internationales, n° 57, printemps 1989, p. 103-112.
MAE, Europe, 22, note du Secrétariat des Conférences du 19 avril 1948 pour le Ministre, au sujet de la réunion à Londres du Conseil Consultatif.

88 Ibidem.

89 Ibidem.

90 Ibidem.

91 Pierre Guillen, « L’avenir de l’Union française… » op. cit.
Archives départementales de l’Aveyron, Papiers Ramadier 52 J 121, Dossier La Haye, projet de rapport politique et rapport sur le projet de résolution politique.

92 René Massigli, Une comédie des erreurs… op. cit., p. 114 -115.

93 Ibidem, p. 105.

94 MAE, Afrique-Levant, généralités, 72 a. Lettre du 19 juin 1948 de l’Ambassadeur de France en Grande-Bretagne à Son Excellence Georges Bidault au sujet des conversations économiques de Londres des 7-9 juin 1948.

95 SHAT, 1Q n° 29.Union Française. UF4. EMDN section Afrique, Colonel Souard, La Méditerranée, vue d’ensemble sur les problèmes méditerranéens.

96 Pierre Gerbet, Le relèvement 1944-1949, politique étrangère de la France 1871-1969, Paris, Éditions de l’Imprimerie nationale, 1991.
Georges-Henri Soutou, « La sécurité de la France dans l’après-guerre », in La France et l’OTAN (1949-1956), Colloque du C.E.H.D., Bruxelles, Éditions Complexe, 1996, p. 21-54.

97 Voir Yves Montarsolo, Aspects stratégiques de l’idée d’Eurafrique… op. cit.

98 Jean de Lattre de Tassigny, « Note sur la défense de l’Europe occidentale, 20 juin 1948 », in Ne pas subir, écrits 1914-1952, Paris, Plon, 1984, p. 388.

99 CHAN, Voir en particulier F60 3052 au sujet de la correspondance d’Eirick Labonne.

100 Erick Labonne Politique économique de l’Union française : industrie et armement. Deux conférences de Erick Labonne à l’E.N.A, juin 1948.

101 Ibidem.

102 Ibidem.

103 Jean de Lattre de Tassigny, « Note sur la défense de l’Europe occidentale…, op. cit., p. 388.

104 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i.

105 Eirick Labonne, Politique économique de l’Union française…, op. cit.

106 Ibidem : « Mais c’est aussi dans leur sein que devraient s’effectuer la jonction et l’amalgame des forces internationales que le gouvernement et le Parlement jugeront bon, dans une certaine limite, et en suivant les règles d’origines d’y admettre. Par exemple, l’on parle constamment de joindre en Afrique l’action et les intérêts des puissances occidentales de l’Europe ».

107 Ibidem.

108 Voir index Coste-Floret, (Paul).

109 Archives départementales de l’Aveyron, Papiers Ramadier, 52 J 84. Note du 8 juillet 1949 du Ministre de la France d’outre-mer à Monsieur Eirick Labonne, Ambassadeur de France chargé de la coordination des études politiques et économiques de l’Union Française.

110 Ibidem.

111 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iv, Chap. i, 2.

112 Archives départementales de l’Aveyron, Papiers Ramadier, 52 J 84. Lettre du 18 octobre 1949 de Paul Ramadier, Ministre de la Défense nationale à Monsieur Eirick Labonne, Ambassadeur de France chargé de la coordination des études politiques et économiques de l’Union Française.

113 Ibidem.

114 Archives départementales de l’Aveyron, Papiers Ramadier, 52 J 84, Rapport de Mission de Monsieur Boutet Vice président du Conseil général des Ponts et Chaussées au sujet du développement éventuel du Chemin de Fer de la Méditerranée au Niger, mai 1949.

115 Idem.

116 Archives départementales de l’Aveyron Papiers Ramadier, 52 J4, Lettre de Paul Ramadier du 12 avril 1955 à Eirick Labonne : « … J’ai lu avec beaucoup d’intérêt les documents que vous avez bien voulu m’adresser… J’avoue, malgré la richesse espérée des gisements, que je reste sceptique sur la possibilité d’une exploitation. Ne marche t- on pas en plein rêve ? ».

117 Papiers Ramadier, 52 J 4, Lettre d’Eirick Labonne à Paul Ramadier du 19 décembre 1951.

118 Denise Bouche, « L’ouverture de l’Afrique occidentale française au monde extérieur : la fin de l’Empire et l’échec de l’Union française », Relations internationales, n° 34, été 1983, p. 173-185.

119 Par exemple : CHAN, F 1003, Note du 20 février 1945, non signée sur la position de l’Amérique à l’égard de certains problèmes français.

120 MAE, Note pour le secrétariat des conférences au sujet de la Commission économique pour l’Afrique du 25 janvier 1950 de la Direction Afrique-Levant.

121 CHAN F 1003, Note classée « secret » de Henri Laurentie délégué adjoint au Conseil de tutelle du 14 juin 1948 sur la politique qu’il convient à la France d’observer en vue d’une intervention probable des États-Unis en Afrique.

122 MAE, Afrique-Levant, généralités 74 a. Note pour le Ministre du 12 mai 1950 au sujet de conversation (sic) sur l’Afrique.

123 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 1.

124 ANOM, 2 FIDES 884, Rapport provisoire du groupe de travail des TOM de l’OECE du 10 décembre 1948.

125 ANOM, FM 2 FIDES 801. OECECE (49) 175. Comité exécutif projets de développement des territoires d’outre-mer. Projets en cours d’exécution ou réalisés. Volume I : Afrique du Nord et territoires méditerranéens.

126 Y étaient rattachés Malte, Chypre, et Gibraltar !

127 Laurent-Eynac, « Développement et coordination des transports, coopération internationale, commandent l’Eurafrique », Union Française et Parlement, n° 27, 5 novembre 1951, p. 14-15.

128 Archives historiques des Communautés européennes, OEEC, 268, Note au sujet des territoires d’outre-mer du 30 octobre 1959 signée Edmond Lucas.

129 Ibidem.

130 Walter Hill, « Réarmement et développement des pays sous-développés », Politique Étrangère, n° 3, juillet 1951, p. 229-244.

131 ANOM, 1AFFPOL 2224, 3, Note n° 4 du 25 avril 1950 de Georges Peter Directeur des Affaires économiques et du Plan : le Point IV.

132 Ibidem.

133 Ibidem.

134 Jean-Marie Palayret, « les mouvements proeuropéens et l’Eurafrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 196-200.

135 Il s’agissait du sénateur Kestens. Ibidem, p. 196-197.

136 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie iii, Chap. i et ii.

137 ANOM, 1AFFPOL 2224, 3, Direction des Affaires Politiques, Presse étrangère, Foreign report du 22 décembre 1949.

138 ANOM, 1AFFPOL 2224, 3, Note de la Direction des Affaires Politiques du Ministère de la France d’outre-mer concernant la réunion du 20 mars tenue au quai d’Orsay 1950 relative au mémorandum américain.

139 Ibidem.

140 MAE, Afrique généralités, 75 c, Lettre du 8 mars 1950 de M. l’Ambassadeur Garreau représentant de la France au Conseil de Tutelle des Nations-Unies à Son Excellence M. le ministre des Affaires étrangères au sujet des conversations coloniale franco-américaines.

141 Voir index Labonne (Eirick) et supra Partie ii, Chap. i, 1.4.

142 MAE, Afrique généralités, 75 c, Lettre du 8 mars 1950 de M. l’Ambassadeur Garreau représentant de la France au Conseil de Tutelle des Nations-Unies à Son Excellence M. le ministre des Affaires étrangères au sujet des conversations coloniale franco-américaines.

143 ANOM, 1AFFPOL 2224/3, Mémorandum du 7 avril 1950 établi par la Direction des Affaires politiques du Ministère de la France d’outre-mer en vue des conversations franco-américaines.

144 Ibidem.

145 MAE, Afrique généralités, 75 c, note signé Monod du 15 avril 1950.

146 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Télégramme du Secrétariat général du 20 avril 1950 à Ambafrance Londres, 3255-58.

147 Ibidem.

148 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, Déclaration française à la Conférence tripartite de Londres de mai 1950 relative aux problèmes d’Afrique noire.

149 Ibidem : « Il sera nécessaire de rechercher pour la mise œuvre de ses projets, toutes les ressources disponibles dans les pays de l’Europe occidentale qui trouveront là une occasion de manifester leur solidarité, aussi bien qu’aux États-Unis qui sont intéressés, comme l’Europe, au développement de l’Afrique ».

150 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, Déclaration française en ce qui concerne le point 7 de l’ordre du jour (questions coloniales).

151 Ibidem : « Le développement économique ne pourra avoir de résultats durables que s’il est désormais conçu avec un esprit nouveau. Toute action tendant à favoriser l’installation d’entreprises ne visant qu’à retirer des territoires africains des profits immédiats et sans intérêt pour l’Afrique elle-même risquerait d’entraver le progrès politique en maintenant la conception “colonialiste”, à laquelle pour sa part le Gouvernement français a renoncé. »

152 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2. Note du 24 juin 1950 pour Monsieur le directeur des Affaires politiques au sujet de la publication de la déclaration française à la Conférence Tripartite de Londres de mai 1950 relative aux problèmes d’Afrique noire.

153 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, Déclaration des États-Unis sur la question de l’Afrique.

154 Ibidem.

155 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 22. Déclaration de la délégation britannique.

156 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, Communiqués relatifs à la Conférence des Trois publiés par les ministres des Affaires étrangères de France, de Grande Bretagne et des États-Unis (Londres mai 1950). Communiqué final de la Conférence des Trois (13 mai 1950).

157 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i.

158 Ibidem.

159 Il s’agissait du groupe parlementaire des Indépendants d’outre-mer.

160 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, A.F.P spécial outre-mer du 17 mai 1950 n° 1128, une résolution du groupe interparlementaire des IOM à propos des décisions de la conférence de Londres Paris le 16 mai 1950.

161 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2, réponse du 9 juin 1950 de Jean Letourneau ministre de la France d’outre-mer à Léopold Sédar Senghor.

162 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2. Lettre du 16 juin 1950 de monsieur le ministre des Affaires étrangères à monsieur le ministre de la France d’outre-mer au sujet de la motion du groupe des Indépendants d’outre-mer.

163 ANOM, 1 AFFPOL 2224, 2. Note du 24 juin 1950 pour monsieur le directeur des Affaires politiques au sujet de la publication de la déclaration française à la Conférence Tripartite de Londres de mai 1950 relative aux problèmes d’Afrique noire.

164 Ibidem.

165 Ibidem.

166 Ibidem.

167 Ibidem.

168 Ibidem.

169 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Projet de proposition du 19 avril 1950 au sujet l’émigration européenne.

170 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. ii et iii.

171 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Projet de proposition du 19 avril 1950 au sujet l’émigration européenne.

172 Ibidem.

173 Ibidem.

174 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. i, 3.2.

175 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Sous Direction d’Europe centrale du 27 mars 1950 au sujet de l’émigration allemande.

176 L’ambassade de France en Grèce avait cru bon signaler qu’un certain M. Barrellier était susceptible de mener à bien à Madagascar un projet d’installation de plusieurs centaines de familles grecques prêtes d’ailleurs à demander la naturalisation in MAE, Afrique Levant, généralités 86 b, Lettre de M. De Vaux St Cyr du 14 août 1948 à son Excellence M. Robert Schuman au sujet de l’immigration grecque à Madagascar.

177 MAE, Afrique Levant, généralités 86 b, ministère de la France d’outre-mer. Lettre du directeur des Affaires politiques signée Robert Delavignette du 9 décembre 1948 au directeur des Affaires économiques.

178 MAE, Afrique Levant, généralités, 75 c, télégramme du 5 juillet 1950 de l’ambassade de France à Washington.

179 Ibidem.

180 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Sous Direction d’Europe centrale du 27 mars 1950 au sujet de l’émigration allemande.

181 Ibidem.

182 Ibidem.

183 MAE, Afrique Levant, généralités 86 b, Note non signée du 10 février 1949. Le problème de l’immigration dans les territoires français d’outre-mer.

184 « La Conférence préliminaire sur les migrations. Genève, avril-mai 1950 », Revue internationale du Travail, vol. LXII, n° 2, août 1950.

185 MAE, Afrique Levant, généralités 86 b, Aide mémoire non daté pour la délégation française au comité de main d’œuvre de l’OECE au sujet de l’examen des propositions de la délégation italienne concernant le problème des excédents de main d’œuvre.

186 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Sous Direction d’Europe centrale du 27 mars 1950 au sujet de l’émigration allemande.

187 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Direction Afrique-Levant du 14 avril 1950 au sujet de l’immigration européenne en Afrique.

188 Ibidem.

189 Ibidem.

190 Ibidem.

191 MAE, Secrétariat des Conférences, dossiers, 21. Note de la Direction Afrique-Levant du 14 avril 1950 au sujet de l’immigration européenne en Afrique.

192 Du 2 au 16 octobre 1951.

193 « Conférence des migrations de Naples 2-16 octobre 1951 », Bulletin Officiel du Bureau International du Travail, 31 décembre 1951, vol. XXXIV, n° 3, p. 175-189. « L’OIT et les migrations », Revue Internationale du Travail, vol. LXV, n° 2, février 1952.

194 ANOM, 1 AFFPOL 2225, 3, Afrique noire Allemagne. Activités allemandes. Note du SDECE du 21 mai 1951.

195 Ibidem.

196 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, chap. iii, 3 et index Weigelt (Kurt)

197 ANOM, 1 AFFPOL 2225,3, Afrique noire Allemagne. Activités allemandes. Note du SDECE du 21 mai 1951.

198 Voir infra Partie ii, Chap. ii, 4.

199 Bernard Simiot, « Il faut nationaliser le Sahara », Hommes et mondes, août 1951.

200 MAE, Europe, Allemagne, 433. Note du 17 novembre 1950 d’Hervé Alphand, observateur français à Brême, à la Direction Générales des Affaires Politiques, au sujet des lointaines visées allemandes sur l’Afrique.

201 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 3.

202 MAE, Europe, Allemagne, 433. Note du 17 novembre 1950 d’Hervé Alphand, observateur français à Brême, à la Direction Générales des Affaires Politiques, au sujet des lointaines visées allemandes sur l’Afrique.

203 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie ii, Chap. ii, 4.

204 Pour une synthèse de ces questions voir : Andréas Wilkens, « Vom Rhein bis zum Kongo. Französische-deutsche Whirschaftsprojekte und Politik in Afrika 1950-1959 », Revue d’Allemagne, n ° 31, 1999, p. 481-496.

205 MAE, Europe, Allemagne, 433. Note du 2 mai 1951 de la Sous-Direction d’Europe centrale au sujet de l’intérêt allemand pour l’Afrique.

206 Andréas Wilkens, « L’Allemagne et l’Afrique, 1949-1963 » in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dir.), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 290.

207 Le ministère des Affaires étrangères de la RFA.

208 MAE, Secrétariat Général, Afrique, 75, Télégramme n° 2980/88 à l’arrivée du 6 avril 1952 d’Armand Bérard.

209 Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint… op. cit., Partie i, Chap. i, 2 et 3.

210 Andréas Wilkens, « L’Allemagne et l’Afrique, 1949-1963 » in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard, Bossuat, (dirs), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 290.

211 Ibidem, p. 291.

212 Ibidem, p. 287-289.

213 ANOM, AFFPOL 2224,1, Allemagne occidentale. Activité du député CSU Semler, 17 septembre 1951.

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540