Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Eurafrique contrepoint de l’idée d’Europe

 | 
Yves Montarsolo

Introduction

Texte intégral

  • 1 Michèle Riot-Sarcey, (dir.), « Les utopies, moteurs de l’Histoire ? », Les rendez-vous de l’Histoi (...)

1« Ce que veut faire la France avec l’Afrique, c’est préparer l’avènement de l’Eurafrique, ce grand destin commun qui attend l’Europe et l’Afrique. » En concluant par ces mots son fameux discours de Dakar du 26 juillet 2007, Nicolas Sarkozy renouait avec une grande tradition de notre politique extérieure. En effet, la volonté d’arrimer l’Afrique à l’Europe fut pour la France une constante. Comment, un peu plus de cinquante ans après la signature des Traités de Rome, ne pas évoquer l’Association des TOM au Marché commun, puis les accords de Yaoundé, les accords de Lomé et enfin ceux de Cotonou ? L’idée d’Eurafrique avait donc joué un rôle de tout premier plan. Retraçons donc l’histoire de cette utopie qui eut le privilège de devenir un « moteur de l’histoire1 ».

  • 2 La formule est de Jean Dresch, « L’Eurafrique », Présence africaine, n° 7, avril-mai 1956, p. 21.
  • 3 Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry, (dirs), Les mots de la géographie, Paris, La Documentati (...)
  • 4 Benoit Antheaume, Joël Bonnemaison, « Une aire Pacifique ? », La documentation Photographique, n°  (...)
  • 5 Idem.
  • 6 Karis Muller, « Iconographie de l’Eurafrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs), L (...)
  • 7 Yves Lacoste, Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, 1993, p. 1-35 et p. 1275-1277.
  • 8 Ibidem.
  • 9 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, p. 1 (...)
  • 10 Yves Lacoste, Dictionnaire de géopolitique… op. cit.
  • 11 Éric Deroo, Sandrine Lemaire, L’illusion coloniale, Paris, Tallandier, 2006.

2Comme sa sœur l’Europe2, l’Eurafrique gagne d’abord à être définie géographiquement. Ce très vaste ensemble de 40,8 millions de km2 rassemblant les continents africain et européen constitue un « espace géographique3 » un peu comme « l’aire Pacifique4 » Des données objectives, des « … signes positifs tels que des contacts anciens, des alliances régionales qui se juxtaposent et se chevauchent, une intensification des échanges migratoires et commerciaux entre les deux façades maritimes5… » existent bel et bien et lui donnent un véritable contenu. D’autre part, comme l’ont aussi montré les travaux de Karis Muller6, il s’agit aussi d’une configuration intellectuelle issue de multiples perceptions et reconstructions de la réalité. L’Eurafrique est donc une « image7 » une « mise en scène théâtrale8 » car on a affaire à une représentation9 ou plutôt à une représentation géopolitique10 qui participa pleinement à l’élaboration de « l’illusion coloniale11 ».

  • 12 Robert Frank, « Changements identitaires et difficultés de gouvernance en Europe : une approche hi (...)
  • 13 Ibidem.
  • 14 Ibidem.
  • 15 Ibidem.
  • 16 Ibidem.
  • 17 Pierre Naville a appartenu au mouvement surréaliste, puis fut membre fondateur de la IVe Internati (...)
  • 18 Il était militant communiste, voir son article : « L’Eurafrique », Présence africaine, n° 7, avril (...)
  • 19 Urban Vashen, « La conférence parlementaire eurafricaine de Strasbourg (19 juin 1961) », in Marie- (...)
  • 20 Guy Martin, « Africa and the idéology of Eurafrica: néocolonialism or panafricanism? », The journa (...)
  • 21 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint de l’idée d’Europe. Le cas français, des origines (...)
  • 22 Il existe notamment un Conseil ministériel ACP-UE, un Comité des Ambassadeurs et une Assemblée par (...)
  • 23 Pierre Nora, « La Nation- mémoire », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire. t.II. la Nation, (...)
  • 24 Véronique Dimier, « Négocier avec les rois nègres : l’influence des administrateurs coloniaux fran (...)
  • 25 Jacques Le Rider, La Mittelleuropa, Que sais-je, Paris ?, PUF, 1994.
  • 26 Robert Frank, « Changements identitaires et difficultés… op. cit., p. 35.

3Comme l’Europe, elle est également une idée12 visant une intégration dont les modalités furent sujettes à caution. Fédération, confédération, zone de libre échange, les avis divergèrent, s’opposèrent, mais ils aboutirent à un ensemble euro-africain. Comment ne pas voir dans les articles 131 à 136 des Traités de Rome relatifs à l’association des territoires d’outre-mer au Marché commun, une des premières pierres de l’Eurafrique ? Pourtant, les analogies avec l’Europe s’arrêtent là. En effet, discerner dans les années 1900-1957 une identiticité13, une identité14, une conscience15, voire un sentiment16 eurafricain semble délicat tant le destin de ces deux idées fut différent : si l’une mena à l’UE, l’autre fut reniée. Taxée de colonialisme à la fin de la IVe République par des intellectuels de gauche comme Pierre Naville17 et par le grand géographe spécialiste des milieux arides, Jean Dresch18, l’Eurafrique eut assez tôt une mauvaise réputation qui se renforça au fil des années. En effet, la coopération euro-africaine eut beau s’étoffer avec la Conférence parlementaire eurafricaine de Strasbourg de juin 196119, puis avec la reconduction des accords d’association avec la Marché commun l’année suivante, elle fut à nouveau accusée d’être l’une des incarnations du néo-colonialisme20. Loin de s’améliorer, la situation se dégrada encore plus avec les accords de Yaoundé et puis surtout avec ceux de Lomé, puisque leur père, Claude Cheysson, nous confia : « … Je n’ai jamais été séduit par l’idée de l’Eurafrique, je n’en ai pas compris le sens et continue de ne pas le comprendre21… ». En somme, tout se passa comme si son unique concrétisation institutionnelle22 avait subrepticement procédé à un changement patronymique, un peu comme lorsqu’il faut se débarrasser d’un nom ou d’un prénom infamant ou ridicule. Cette relégation aux oubliettes survenue au début des années soixante-dix coïnciderait donc à la volonté de gommer de la mémoire collective l’épisode colonial et le modèle « impérial et militaire23. » L’abandon du mot aurait été naturellement et tacitement convenu afin de dissimuler la chose. À vrai dire, ce changement d’appellation arriva à point nommé. Cela permit sans doute ne pas trop attirer l’attention sur les personnalités et les méthodes « coloniales » de la toute jeune administration euro-africaine, la DG824. Être peuplée et dirigée par des « anciens » de l’ENFOM et de surcroît utiliser un mot connoté négativement était sans doute impensable. Ainsi, comme la Mittelleuropa25, et pour des raisons finalement assez proches, l’Eurafrique fut victime d’une véritable désaffection : l’une à cause de son passé pangermaniste, l’autre à cause de son encombrant héritage impérial et les deux pour leurs connivences suspectes avec l’Europe nazie. Y renoncer revenait à prouver qu’à l’âge des indépendances et à l’heure de la Coopération, l’Europe avait définitivement abandonné son « complexe de supériorité26 ».

  • 27 On s’appuie sur la périodisation binaire choisie dans L’histoire de la colonisation française, pub (...)
  • 28 Henri-Irénée Marrou, Décadence romaine ou antiquité tardive ? Paris, Seuil, 1977. Peter Brown, Gen (...)
  • 29 Johan Huizinga, L’automne du Moyen-Âge, Paris, Payot, 1995.

4Ces aléas s’expliquent facilement. En effet, « l’Eurafrique » naquit en plein cœur de la « deuxième colonisation27 » au moment où l’ère des impérialismes triomphants appartenait déjà au passé. Conçue après la Grande Guerre, à un moment où « l’Empire » semblait encore à son apogée, elle flirta avec certains milieux collaborationnistes et prit son envol à la fin de la IVe République, dans une phase riche en initiatives prometteuses. Son émergence puis son essor se situe donc bien dans une période de déclin qui comporte beaucoup d’analogies avec celles évoquées dans Décadence romaine ou antiquité tardive28 ou L’automne du Moyen-âge29. C’est pourquoi, L’Eurafrique nous semble relever d’un « colonialisme tardif ». On cherchera donc à démontrer qu’elle fut la métaphore d’un « phénomène colonial » qui changeait d’aspect et de contenu en devenant de plus en plus ambigu, avec d’un côté les manifestations les plus insanes du colonialisme et de l’autre les ébauches d’une authentique aide au développement.

  • 30 Max Liniger-Goumaz, Eurafrique : bibliographie générale, Genève, Les Éditions du Temps, 1970.
  • 31 Maurice-Pierre Roy, La Convention de Lomé (CEE - pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique). Am (...)

5Le pullulement30 des articles, opuscules, et autres ouvrages destinés à prouver que l’essor économique de l’Afrique française passerait nécessairement par la coopération des Européens indique bien qu’il s’agissait là d’un « modèle de développement à la française » en gestation. Cette « mise valeur des colonies » annonçait donc les « voies de développement » si chères aux économistes et les géographes, et par conséquent aussi les accords de Lomé31. C’est ainsi que le terme « colonisation tardive » prend tout son sens. En effet, ce fut en pleine décolonisation que des solutions annonçant le temps des indépendances, mais typiques du colonialisme, furent imaginées et surtout mises en place. Il suffira pour accréditer cette thèse de relater combien la rue Oudinot et tous les autres ministères s’acharnèrent à garantir avec une unanimité inhabituelle les droits et les prérogatives de la souveraineté française dans le cadre de la conduite de l’action du Fonds Européen de Développement. La suite est connue. Si les apparences de cette souveraineté s’évanouirent, les instances de la CEE en Afrique non seulement subsistèrent mais poursuivirent leur expansion. Ainsi, pour continuer la comparaison avec l’Antiquité, l’histoire de la coopération des Européens en Afrique et donc celle de l’Eurafrique ressemble un peu à celle de la naissance et du développement du christianisme. En effet, celui-ci, né au Ie siècle, poursuivit son essor au Moyen âge grâce aux legs faits par la civilisation romaine à l’époque de l’antiquité tardive. Il en va de même pour l’idée d’Eurafrique, qui au début resta marginale, mais non persécutée, pour ensuite se diffuser de plus en plus largement, trouver des prosélytes, puis des adeptes de plus en plus influents pour enfin être reconnue de manière éclatante au mois de mai 1956 à la conférence de Venise. La France, avec les déclarations de son ministre des Affaires étrangères, Christian Pineau, dévoilait au monde et à ses cinq partenaires européens qu’elle s’était convertie à la foi eurafricaine. Comment expliquer autrement cet incroyable ultimatum lancé aux Cinq qui faisait de l’inclusion des territoires d’outre-mer français une condition sine qua non de la poursuite des négociations en vue de l’établissement d’un marché commun ?

  • 32 Robert Frank, La hantise du déclin. La France 1920-1960 : finances, défense et identité nationale, (...)
  • 33 Le Figaro, 11 novembre 1958 : « M. Monnet : la Constitution, apport positif pour l’Europe et l’Eura (...)

6Ainsi, l’exigence française de construire un marché commun eurafricain plutôt qu’un marché commun strictement européen à la manière de la CECA a été l’aboutissement d’une longue maturation et aussi de toute une série de tentatives infructueuses. Avant son adoption l’Eurafrique fut un magnifique serpent de mer, une chimère qui eut in fine le destin singulier de passer du rêve à la réalité. Ce privilège assez rare pour une utopie ne dut rien au hasard, bien au contraire. Cette demande très forte des Français à Venise et tout au long des négociations correspondit à un consensus très large et aisément explicable. Comment à ce moment, ne pas être favorable à la fois à l’idée européenne et à celle de la « grandeur par l’Empire » ? Ainsi, pour conjurer la « hantise du déclin32 » et pour demeurer une « puissance » il ne restait finalement qu’à associer la construction européenne à « la plus grande France » : l’Eurafrique avait donc bien été au moment des négociations de Bruxelles le contrepoint de l’idée d’Europe. Mais, si les partisans de la construction européenne et du maintien de l’Union française furent légion, les bataillons eurafricains disposèrent d’effectifs minuscules. Ceux qui souscrivirent à un moment ou un autre à cette notion très vague de bloc euro-africain ou de coopération des Européens en Afrique constituèrent une armée de généraux plutôt hétéroclite dont le défilé laisse perplexe : Victor Hugo, Paul Claudel, Romain Rolland, Hubert Lyautey, Albert Sarraut, Joseph Caillaux, Paul Reynaud, Marcel Déat, François Darlan, Albert Thomas, Léopold-Sédar Senghor, Félix Houphouët-Boigny, Pierre-Henri Teitgen, Gaston Defferre, Charles de Gaulle, Robert Schuman, Guy Mollet, François Mitterrand, Pierre Mendès-France, Jean Monnet33, René Mayer, etc. De même, l’examen du contenu précis de l’Eurafrique ressemble aussi à un inventaire digne de Jacques Prévert. On peut, au fil des revues de presse, des archives les plus variées trouver de tout. Voyons plutôt : on aperçoit dans les papiers d’Albert Sarraut une « corporation eurafricaine » patronnée par la SDN et tout juste à côté une impossible Eurafrique imaginée comme l’extension de l’Europe des nazis. Après la deuxième guerre mondiale, d’autres trouvailles attendent le chercheur : une Eurafrique fédérale dans le cadre de la Communauté Politique Européenne souhaitée par Senghor, une coopération des Européens en Afrique dans le cadre de l’UEO pour Mendès-France, et last but not least, le fameux marché commun eurafricain de Gaston Defferre.

  • 34 Frédéric Turpin, « L’association Europe-Afrique : “une bonne affaire” pour la France dans ses rela (...)
  • 35 Jean-Baptiste Duroselle, « Opinion, attitude, mentalité, mythe, idéologie : essai de clarification (...)

7C’est pourquoi, le 19 février 1957, borne chronologique de notre travail revêt une importance spéciale. Cette date marque l’établissement après de longues semaines de négociations d’un accord passé entre les Six au sujet de l’association des TOM au marché commun. Cet aboutissement prouve que les Français avaient finalement réussi à poser la première pierre d’une « Eurafrique » et justifie ainsi la fin de notre étude. D’ailleurs, après les indépendances, la reconduction de ces accords fut dans la presse française saluée comme une véritable annonciation. C’est dire à l’aube des années soixante, combien cette idée était devenue un lieu commun et surtout combien elle résumait fidèlement les conceptions françaises en matière de relations Europe-Afrique. La ligne politique suivie avait été celle de l’Europe et de l’Afrique et non celle de l’Europe ou de l’Afrique34, de telle sorte que l’Eurafrique, fille35 du mythe colonial et du mythe européen, fut également une réalité.

  • 36 Voir bibliographie.
  • 37 Notamment, celui d’Elizabeth Du Réau : L’idée d’Europe au XXe siècle : des mythes aux réalités, Pa (...)
  • 38 On n’en trouve pas la trace dans Jean-Pierre-Rioux, Jean-Français Sirinelli, La France d’un siècle (...)
  • 39 François Roth, L’invention de l’Europe, Armand Colin, 2005, p. 34-39.
  • 40 Jean-Baptiste Duroselle, André Kaspi, Histoire des relations internationales de 1945 à nos jours. (...)
  • 41 Gérard Bossuat, Faire l’Europe sans défaire la France : 60 ans de politique d’unité européenne des (...)
  • 42 Anne-Marie Saint-Gilles, La « Paneurope ». Un débat d’idées dans l’entre-deux-guerres, Paris, Pres (...)
  • 43 Jean-Baptiste Duroselle, André Kaspi, Histoire des relations internationales… op. cit., p. 183.
  • 44 Éric Saravèse « Faut-il définir l’Europe ? », in Christiane Villain-Gandossi, (dir.), L’Europe à l (...)
  • 45 François Roth, L’invention de l’Europe, op. cit., p. 6-7.
  • 46 Maurice Agulhon, André Nouschi, Ralph Schor, La France de 1940 à nos jours, Paris, Nathan Universi (...)
  • 47 Bernard Phan, La France de 1940 à 1958, Paris, Armand Colin, 1998, p. 126.
    Maurice Vaïsse, Les rela (...)

8Pourtant, un certain nombre d’ouvrages universitaires36 esquivent cette constante37 qui consista à concilier voie européenne et voie africaine38, ou si on préfère, à ne jamais renoncer à la sempiternelle vocation continentale et maritime de la France. Ainsi, la question de l’intégration de l’outre-mer dans le cadre de la CPE39 est la plupart du temps escamotée40 où à peine esquissée41. Le vocable « Eurafrique » est donc souvent ignoré, même dans un ouvrage consacré à son inventeur Coudenhove42. Ignorée aussi, est l’insistance de la France à voir ses PTOM intégrés dans l’Europe des Six43. Le même constat doit être fait au sujet des limites et de la définition44 de l’Europe. Celle-ci est « ouverte », atlantique, méditerranéenne, tant qu’on voudra, mais certainement pas eurafricaine. En effet, l’Afrique n’est jamais mentionnée, elle n’est qu’un « Sud45 ». D’ailleurs, questions africaines et questions européennes sont souvent présentées comme deux champs historiques complètement distincts, sans véritables liens, ni même sans interférences46. Pour toutes ces raisons, les rapports Europe-Afrique dans les ouvrages traitant de l’histoire de l’Europe ou de relations internationales font donc rarement l’objet de chapitres particuliers. Ainsi, le plan de nombreux manuels oppose et sépare les chapitres consacrés à la politique européenne à ceux consacrés à la décolonisation47 alors que dans l’esprit des décideurs français et notamment du gouvernement Guy Mollet il n’y avait pas entre ces deux domaines de solution de continuité, au contraire.

  • 48 Jean Duché, Histoire de l’Occident. Préface de Fernand Braudel, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 58 (...)
  • 49 Danièle Zéraffa-Dray, Histoire de la France : d’une République à l’autre (1918-1958), Paris, Hache (...)
  • 50 Nathalie Ruz, « La force du cartiérisme », in Jean-Pierre Rioux, (dir.), La guerre d’Algérie et le (...)
  • 51 Catherine Coquery-Vidrovitch, Charles-Robert Ageron, Histoire de la France coloniale, t. iii. Le d (...)
  • 52 Ibidem, p. 376.

9De la même manière, quand certains abordent la politique extérieure sous l’angle de la « puissance française », ils décrivent la décolonisation comme un « repli48 » ou une calamité, la construction européenne étant, elle, présentée comme une « troisième voie intensément recherchée49 ». D’autres ouvrages spécialisés dans l’histoire de la France coloniale répondent aussi à cette logique. En effet, au moment d’aborder la décolonisation et le cartiérisme50 rien n’est dit au sujet du pactole européen dont le gouvernement français avait tellement rêvé51. Il est même avancé, au contraire, que dans le contexte si précis du début des négociations du traité de Rome, le choix entre la France et l’Afrique avait déjà été fait52. Cette démonstration s’appuie en particulier sur une lettre de Paul Ramadier ministre des Finances de Guy Mollet à Eirick Labonne où le pragmatisme du premier s’oppose aux lubies sahariennes du second, de telle sorte que l’appui résolu du député de l’Aveyron aux partisans d’un financement massif du développement des TOM africains par les Européens du Marché commun est complètement passé sous silence ! Ainsi, le débat au sujet du cartiérisme a pu mener à des clivages trop simplificateurs : entre les pour et les contre, il n’y avait rien. Pourtant, le ministère Mollet avait constitué une sorte de « tiers-parti » et ébauché une troisième voie, entre statu quo et indépendance où le développement de l'outre-mer aurait été financé par l’Europe.

  • 53 René Girault, Robert Frank, Jacques Thobie, La loi des Géants 1941-1964, Paris, Masson, 1993, p. 3 (...)
  • 54 Ibidem.
  • 55 Charles-Robert Ageron, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, 1991, p. 121-122.
  • 56 Alfred Grosser, Affaires Extérieures. La politique de la France (1944-1989), Paris, Flammarion, p. (...)
  • 57 Marc Michel, Décolonisations et émergence du tiers-monde, Paris, Hachette Supérieur, 1993, p. 216.
  • 58 Ibidem, p. 217.
  • 59 Éric Duhamel, Histoire politique de la IVe République, Paris, Éditions La Découverte, 2000, p. 73.
  • 60 Ibidem.
  • 61 Gérard Bossuat, Faire l’Europe sans défaire la France : 60 ans de politique d’unité européenne des (...)

10Relativement méconnue, l’idée d’Eurafrique fut malgré tout prise en compte par quelques ouvrages « généralistes » et put accéder à une certaine vulgarisation. René Girault et Robert Frank en parlèrent comme d’un « mythe fort répandu53 » et soulignèrent combien le gouvernement de Guy Mollet comptait dessus pour « jouer le rôle de leader entre l’Europe développée et l’Afrique noire en voie de développement54 ». Charles-Robert Ageron lui aussi, souscrivit à cette thèse en précisant que les espoirs molletistes mis dans le financement des TOM par l’Europe du Marché commun allaient en fait dans le sens du cartiérisme dans la mesure où les partenaires européens de la France étaient censés l’aider à alléger le fardeau devenu insupportable du développement de l’outre-mer55. En revanche, pour Alfred Grosser56 les choses sont un peu différentes. Pour lui, ce choix doit être interprété comme un juste milieu habile mais impossible situé entre cartiérisme et communauté franco-africaine. Il s’agissait donc d’une ligne politique à mi-chemin entre l’abandon et le statu-quo, capable de maintenir indirectement la tutelle française. Marc Michel de son côté, mentionna lui aussi l’idée d’Eurafrique57 en l’analysant comme une politique à long terme destinée « d’une part accroître, mais aussi partager le fardeau de l’aide ; d’autre part, consolider l’ancrage européen de l’Afrique58 ». Eric Duhamel ne l’avait pas oublié non plus car il considérait que l’Europe et l’Afrique constituaient bien les « deux grandes ambitions59 » de la France des années cinquante en prenant bien soin de préciser combien celles-ci étaient « incompatibles60 ». Enfin, Gérard Bossuat évoqua ces aspects pour bien montrer à quel point l’Eurafrique avait été au cœur des négociations du Traité de Rome61.

  • 62 Charles-Robert Ageron, « L’idée d’Eurafrique et le débat colonial franco-allemand de l’entre-deux- (...)
  • 63 René Girault, « La France entre l’Europe et l’Afrique », in Enrico Serra, (dir.), La relance europ (...)
  • 64 Ibidem, p. 353.
  • 65 Ibidem, p. 352-353.
  • 66 Ibidem, p. 353.
  • 67 Pierre Guillen, « L’avenir de l’Union française dans la négociation des traités de Rome », Relatio (...)
  • 68 Lothar Ruehl, La politique militaire de la Ve République, Paris, Presses de la Fondation nationale (...)
  • 69 Henri Dutailly, « La revue de Défense nationale et la puissance militaire de la France (1956-1961) (...)
  • 70 Claude d’Abzac-Epezy, Philippe Vial, « Quelle Europe pour les militaires? la perception de l’Europ (...)
  • 71 Ibidem

11Toutes ces réflexions ne jaillirent pas du néant et proviennent en fait d’un certain nombre d’articles. En 1975, le premier d’entre eux, celui de Charles-Robert Ageron62 montra pourquoi et comment l’idée d’Eurafrique avait été présente dans le débat colonial franco-allemand mais conclut sur sa disparition au milieu des années cinquante. Par la suite d’autres études démontrèrent le contraire, comme notamment celle de René Girault63 qui revêt pour notre travail une importance spéciale En effet, il affirma que dans les années 1956-1957 « l’Eurafrique ne fut pas seulement un mythe, elle fut un souci primordial des dirigeants français64 » montrant ainsi l’importance de cette idée. On lui doit également d’avoir posé les bases de la problématique de cette question. Pour lui, ce thème était intéressant dans la mesure où il offrait l’occasion d’examiner les interdépendances entre construction européenne et décolonisation. Il fallait en effet, étudier les incidences de ces « soubresauts tragiques65 » sur la naissance du Marché commun, et voir comment le gouvernement français comptait sur l’Europe pour « sauver l’Union française66 ». Une autre étude « jumelle » de Pierre Guillen, essentiellement consacrée à l’histoire de l’association des TOM au Marché commun67 et à ses origines, reprit aussi cette logique fondatrice pour notre étude. On a donc avec ces deux articles, le socle des connaissances qui permit la relative vulgarisation évoquée plus haut. Un peu plus tard, sans doute à partir des travaux plus anciens de l’historien allemand Lothar Rhuel68, certains chercheurs français, d’abord Henri Dutailly69 puis ensuite Claude d’Abzac et Philipe Vial70 explorèrent cette voie en redécouvrant tous les usages que les militaires français avaient pu en faire : ayant sans doute vu dans la signature des Traités de Rome la naissance de l’Eurafrique, ils la transformèrent dans les années 1958-1959 en « lieu commun de l’analyse stratégique71 » pour justifier la poursuite de leur action en Algérie.

  • 72 Raymond Ebale, L’Europe et l’Afrique, de la décolonisation à la coopération pour le « développemen (...)
  • 73 Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… (...)
  • 74 Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 77, janvier-mars 2005.
  • 75 Jean Frémigacci, « Les parlementaires africains face à la construction européenne », Matériaux pou (...)
  • 76 Ibidem.
  • 77 Voir bibliographie.
  • 78 Max Liniger-Goumaz, Eurafrique : bibliographie générale, Genève, Les Éditions du Temps, 1970.
    Max L (...)
  • 79 Thomas Moser, Europäische Integration, Dekolonisation, Eurafrika Eine historische Analyse über die (...)

12Mais, dans un premier temps, ces deux nouveaux articles ne créèrent pas un contexte favorable à l’ouverture de travaux plus nombreux. Il fallut attendre le début des années 2000 pour trouver de nouveaux travaux consacrés aux rapports existant entre la construction européenne et l’Afrique française puis francophone72. On peut citer le colloque de Paris d’avril 200473 à la suite duquel un important numéro de Matériaux pour l’histoire de notre temps74 parut en janvier 2005. En effet, l’article de Jean Frémigacci75 consacré aux parlementaires africains face à la construction européenne ouvre une piste importante car il montre que les « colonisés » avaient cherché à utiliser l’Europe pour « s’affranchir76 ». À l’étranger, la situation ne fut pas différente77, sauf peut-être chez nos voisins suisses78. Signalons à cet égard la thèse de Thomas Moser79 qui fut la première analyse de fond, mais à l’échelle de l’Europe. Par conséquent notre étude limitée au cas français se justifie pleinement.

  • 80 Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, (...)
  • 81 Ibidem.
  • 82 Ibidem.
  • 83 Gordon Martel, « Decolonisation after Suez: Retreat or rationalisation? », Australian Journal of P (...)
  • 84 Jean-Pierre Rioux « L’opinion publique française et la Communauté Européenne de Défense : querelle (...)

13Étudier une idée située à l’intersection du mythe colonial et du mythe européen impose d’aller toujours dans au moins deux directions différentes. En effet, mesurer l’ampleur de sa diffusion implique deux choses. D’abord, de vérifier dans quelle mesure les « européistes » français avaient pris en compte l’Afrique dans leurs calculs, et ensuite de renouveler l’opération avec le « lobby colonial » de manière à étudier sa perception de la construction européenne. De même, il est indispensable d’en évaluer l’impact : a-t-elle, comme l’idée d’Europe, suscité ou non des associations, des mouvements ? A-t-elle été une « force profonde80 », une « ambiance81 » capable d’influencer les « décideurs82 » français ? Il s’agit donc d’infirmer ou de confirmer la thèse de l’historien australien Gordon Martel83 qui a vu dans l’Eurafrique « un grand dessein » français, en recherchant son absence ou sa présence dans la politique européenne et extérieure de la France. D’autre part, il est tout aussi essentiel de déterminer quelles retombées la construction européenne proprement dite a eu sur l’Afrique française et comment cette possibilité y fut envisagée. Fut-elle perçue comme une menace ou au contraire comme une bénédiction ? Les réactions en l’occurrence ne manquèrent pas et prouvent que cette affaire fut prise vraiment très au sérieux tant « eurafricains » et « anti-eurafricains » se colletèrent vigoureusement notamment aux temps de la « querelle de la CED ». De telles empoignades aujourd’hui oubliées ont donc le mérite de poser un problème historique majeur : souhaitait-on intégrer ou pas les TOM dans l’Europe et le cas échéant, selon quelles modalités ? Le plus piquant étant que l’étude de la « bataille de la mémoire84 » autour de la CED escamota complètement l’outre-mer, même si des interrogations redoutables et récurrentes au sujet des limites de l’Europe ou de la souveraineté française avaient été soulevées à cause de cela. Certes, il fallait se souvenir de l’affaire Finally, d’Oradour, et de beaucoup d’autres choses encore, mais aussi, ne pas oublier Senghor et son Eurafrique.

  • 85 Michèle Riot-Sarcey, (dir.), « Les utopies, moteurs de l’Histoire ? », Les rendez-vous de l’Histoi (...)
  • 86 Fernand Braudel, L’identité de la France. Espace et histoire, Paris, Flammarion, 1990, p. 20-22.

14D’ailleurs, bien peu croyaient que la dynamique européenne n’aurait aucun effet sur l’Afrique française. L’ampleur des réactions, comme la participation des Africains à cette question majeure démontre qu’affaires européennes et africaines n’évoluaient pas dans des sphères distinctes et qu’elles n’avaient pas été séparées par une cloison étanche. Assurément, il y eut bel et bien des interférences et des interactions qui allèrent dans des sens opposés : les unes vers l’émancipation, les autres vers le maintien du statu-quo « colonial ». C’est pourquoi, on cherchera à attester que l’Eurafrique loin d’être seulement un mirage fut aussi à certains moments « un moteur de l’histoire85 » en jouant parfois un rôle de tout premier plan. N’aurait-elle pas contribué elle aussi à façonner une petite partie de l’identité de la France en prenant sa place dans cette France hors de France86 que Fernand Braudel avait envisagé d’écrire ?

15Comme on peut s’en douter, apporter des éléments de réponse à des questions touchant à des domaines aussi différents que l’histoire diplomatique, l’histoire des forces politiques et bien sûr l’histoire des idées implique une extrême diversité doublée naturellement d’une très grande dispersion des sources. Toutes finalement, permettent d’aborder l’Eurafrique à partir de son contenu comme de ses éventuels aboutissements. La presse et les comptes-rendus des débats des différentes assemblées sont évidemment incontournables dans cette étude. Comment sans eux, sans le dépouillement assez fastidieux de quotidiens ou de telle ou telle séance de l’Assemblée nationale, retrouver ou pas l’idée d’Eurafrique ? De même certaines revues à diffusion plus réduite offrent aussi l’opportunité de découvrir des réflexions, voire de véritables doctrines à l’occasion de la parution d’un numéro consacré à l’Afrique ou à l’Europe. Cette diversité qui rend d’ailleurs impossible un dépouillement exhaustif est souvent la seule manière d’opérer de très utiles et très profitables recoupements et croisements avec les sources privées et administratives. En effet, ces dernières ont plutôt vocation à envisager l’idée d’Eurafrique sous l’angle de ses répercussions et de son cheminement dans les instances ministérielles. Elles apportent un luxe d’informations statistiques ou factuelles infiniment précieuses mais elles ont parfois aussi tendance à présenter les choses de manière très partiale voire partielle. Par exemple, les archives des Affaires politiques du ministère de la France d’outre-mer permettent de bien suivre le processus qui au mois de mai 1956 aboutit au « marché eurafricain » mais non de suivre avec précision son devenir lors des négociations qui eurent lieu ensuite. Croiser les sources françaises avec des sources européennes comme celle du Fonds Jean Monnet à Lausanne ou celle des archives européennes de Florence fut donc indispensable. Les papiers privés déposés aux archives nationales ou départementales offrent en principe la possibilité de mieux cerner grâce aux agendas et à la correspondance l’action voire la pensée intime des petits ou grands acteurs politiques du moment. Mais, il s’agit de perles rares, si rares d’ailleurs que les papiers Auriol, Mayer, Bidault, Reynaud, Sarraut, Ramadier, etc. en furent avares et ne valent pour ce sujet que par les notes diffusées par tel ou tel ministère et introuvables ailleurs…

  • 87 Éric Conan, Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994.
  • 88 André Nouschi, Les armes retournées : colonisation et décolonisation françaises, Paris, Essai, Bel (...)
  • 89 Suzanne Citron, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Éditions ouvrières, 19 (...)
  • 90 Raphaëlle Branche, Claude Liauzu, Gilbert Meynier, Sylvie Thénault, « La responsabilité des histor (...)
  • 91 Robert Schuman, « Unité européenne et Eurafrique : politique révolutionnaire, aperçu d’ensemble », (...)

16Enfin, s’agissant d’une idée plus délaissée qu’oubliée, les écueils furent nombreux. Le risque de plaquer artificiellement sur ce thème des problématiques connues depuis longtemps87 est bien réel. De même, avec un sujet imbriqué à ce point dans l’histoire des « colonies88 » et de la construction européenne, verser dans le manichéisme, dans la simplification idéologique ou pourquoi pas dans le sensationnel n’est pas toujours facile à éviter. En effet, déterminer dans quelle mesure, dynamique « coloniale » et dynamique « européenne » étaient liées, c’est avant tout faire œuvre de « mémoire critique89 » dans un contexte aujourd’hui houleux. Notre étude n’a donc pas eu pour objectif de partir à l’inévitable découverte « d’indigènes90 » de la construction européenne, ni de se lancer dans une nouvelle apologie de la « politique révolutionnaire91 » évoquée jadis par Robert Schuman. Elle a tenté seulement de faire l’histoire d’une idée particulièrement ambiguë.

Notes

1 Michèle Riot-Sarcey, (dir.), « Les utopies, moteurs de l’Histoire ? », Les rendez-vous de l’Histoire. Blois 2000, Nantes, Pleins Feux, 2001.

2 La formule est de Jean Dresch, « L’Eurafrique », Présence africaine, n° 7, avril-mai 1956, p. 21.

3 Roger Brunet, Robert Ferras, Hervé Théry, (dirs), Les mots de la géographie, Paris, La Documentation française, 2005.

4 Benoit Antheaume, Joël Bonnemaison, « Une aire Pacifique ? », La documentation Photographique, n° 703, août 1995.

5 Idem.

6 Karis Muller, « Iconographie de l’Eurafrique », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique à la Convention de Lomé I. Colloque international d’histoire. Paris, 1er et 2 avril 2004, 2005, p. 9-37.

7 Yves Lacoste, Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, 1993, p. 1-35 et p. 1275-1277.

8 Ibidem.

9 Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales ESC, novembre-décembre 1989, n° 6, p. 1505-1520.

10 Yves Lacoste, Dictionnaire de géopolitique… op. cit.

11 Éric Deroo, Sandrine Lemaire, L’illusion coloniale, Paris, Tallandier, 2006.

12 Robert Frank, « Changements identitaires et difficultés de gouvernance en Europe : une approche historique », in Robert Frank, Rosalind Greesnstein, (dir.), Gouvernance et identités en Europe, Bruylant, 2004, p. 29-51.

13 Ibidem.

14 Ibidem.

15 Ibidem.

16 Ibidem.

17 Pierre Naville a appartenu au mouvement surréaliste, puis fut membre fondateur de la IVe Internationale. Il participa par la suite au comité national du PSU. Voir son « L’Afrique, enjeu stratégique », Présence africaine, nouvelle série, avril-juillet 1955, p. 20-27.

18 Il était militant communiste, voir son article : « L’Eurafrique », Présence africaine, n° 7, avril-mai 1956, p. 13-25.

19 Urban Vashen, « La conférence parlementaire eurafricaine de Strasbourg (19 juin 1961) », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs.), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 375-391.

20 Guy Martin, « Africa and the idéology of Eurafrica: néocolonialism or panafricanism? », The journal of modern african studies, juin 1982, vol. 20, n° 2.

21 Voir Yves Montarsolo, L’Eurafrique, contrepoint de l’idée d’Europe. Le cas français, des origines aux négociations des Traités de Rome, Thèse de doctorat d’histoire, université de Provence, 2006, annexe 1 : lettre de Claude Cheysson à Yves Montarsolo du 27 juin 1998.

22 Il existe notamment un Conseil ministériel ACP-UE, un Comité des Ambassadeurs et une Assemblée parlementaire paritaire

23 Pierre Nora, « La Nation- mémoire », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire. t.II. la Nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 651-652.

24 Véronique Dimier, « Négocier avec les rois nègres : l’influence des administrateurs coloniaux français sur la politique européenne de développement » in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs.), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 393-409.

25 Jacques Le Rider, La Mittelleuropa, Que sais-je, Paris ?, PUF, 1994.

26 Robert Frank, « Changements identitaires et difficultés… op. cit., p. 35.

27 On s’appuie sur la périodisation binaire choisie dans L’histoire de la colonisation française, publiée chez Fayard, qui distingue un premier empire colonial, des origines à 1815, d’un deuxième, situé entre 1815 et 1962…

28 Henri-Irénée Marrou, Décadence romaine ou antiquité tardive ? Paris, Seuil, 1977. Peter Brown, Genèse de l’Antiquité tardive, Paris, Gallimard, 1983.

29 Johan Huizinga, L’automne du Moyen-Âge, Paris, Payot, 1995.

30 Max Liniger-Goumaz, Eurafrique : bibliographie générale, Genève, Les Éditions du Temps, 1970.

31 Maurice-Pierre Roy, La Convention de Lomé (CEE - pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique). Amorce d’un nouvel ordre économique international, Notes et études documentaires, La Documentation française, n° 4313, 4314, 4315, 20 septembre 1976.

32 Robert Frank, La hantise du déclin. La France 1920-1960 : finances, défense et identité nationale, Paris, Belin, 1994.

33 Le Figaro, 11 novembre 1958 : « M. Monnet : la Constitution, apport positif pour l’Europe et l’Eurafrique ».

34 Frédéric Turpin, « L’association Europe-Afrique : “une bonne affaire” pour la France dans ses relations avec l’Afrique ? (1957-1975) », in Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs.), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit., p. 345-359.

35 Jean-Baptiste Duroselle, « Opinion, attitude, mentalité, mythe, idéologie : essai de clarification », Relations internationales, 1974, n° 2, p. 3-23.

36 Voir bibliographie.

37 Notamment, celui d’Elizabeth Du Réau : L’idée d’Europe au XXe siècle : des mythes aux réalités, Paris, Éditions Complexe, 2001.

38 On n’en trouve pas la trace dans Jean-Pierre-Rioux, Jean-Français Sirinelli, La France d’un siècle à l’autre (1914-2000). Dictionnaire critique, Hachette littérature, 2001.

39 François Roth, L’invention de l’Europe, Armand Colin, 2005, p. 34-39.

40 Jean-Baptiste Duroselle, André Kaspi, Histoire des relations internationales de 1945 à nos jours. Tome 2, Paris, Armand Colin, p. 181-182.

41 Gérard Bossuat, Faire l’Europe sans défaire la France : 60 ans de politique d’unité européenne des gouvernements et des présidents de la République française (1943-2003), Bruxelles, Peter Lang, 2003, p. 52.

42 Anne-Marie Saint-Gilles, La « Paneurope ». Un débat d’idées dans l’entre-deux-guerres, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003.

43 Jean-Baptiste Duroselle, André Kaspi, Histoire des relations internationales… op. cit., p. 183.

44 Éric Saravèse « Faut-il définir l’Europe ? », in Christiane Villain-Gandossi, (dir.), L’Europe à la recherche de son identité, Paris, Éditions du CTHS, 2002, p. 503-505.

45 François Roth, L’invention de l’Europe, op. cit., p. 6-7.

46 Maurice Agulhon, André Nouschi, Ralph Schor, La France de 1940 à nos jours, Paris, Nathan Université, 2001.

47 Bernard Phan, La France de 1940 à 1958, Paris, Armand Colin, 1998, p. 126.
Maurice Vaïsse, Les relations internationales depuis 1945, Paris, Armand Colin, p. 67.

48 Jean Duché, Histoire de l’Occident. Préface de Fernand Braudel, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 585.

49 Danièle Zéraffa-Dray, Histoire de la France : d’une République à l’autre (1918-1958), Paris, Hachette Supérieur, 1992, p. 275.

50 Nathalie Ruz, « La force du cartiérisme », in Jean-Pierre Rioux, (dir.), La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990, p. 328-336.

51 Catherine Coquery-Vidrovitch, Charles-Robert Ageron, Histoire de la France coloniale, t. iii. Le déclin, Paris, Armand Colin, 1991.

52 Ibidem, p. 376.

53 René Girault, Robert Frank, Jacques Thobie, La loi des Géants 1941-1964, Paris, Masson, 1993, p. 317.

54 Ibidem.

55 Charles-Robert Ageron, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, 1991, p. 121-122.

56 Alfred Grosser, Affaires Extérieures. La politique de la France (1944-1989), Paris, Flammarion, p. 130-131.

57 Marc Michel, Décolonisations et émergence du tiers-monde, Paris, Hachette Supérieur, 1993, p. 216.

58 Ibidem, p. 217.

59 Éric Duhamel, Histoire politique de la IVe République, Paris, Éditions La Découverte, 2000, p. 73.

60 Ibidem.

61 Gérard Bossuat, Faire l’Europe sans défaire la France : 60 ans de politique d’unité européenne des gouvernements et des présidents de la République française (1943-2003), Bruxelles, Peter Lang, 2003, p. 63 et p. 68-70.

62 Charles-Robert Ageron, « L’idée d’Eurafrique et le débat colonial franco-allemand de l’entre-deux- guerres », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXII, juillet-septembre 1975, p. 446-475.

63 René Girault, « La France entre l’Europe et l’Afrique », in Enrico Serra, (dir.), La relance européenne et les Traités de Rome. Actes du Colloque de Rome, 25-28 mars 1987, Bruxelles, Bruylant, 1989, p. 351-378.

64 Ibidem, p. 353.

65 Ibidem, p. 352-353.

66 Ibidem, p. 353.

67 Pierre Guillen, « L’avenir de l’Union française dans la négociation des traités de Rome », Relations internationales, n° 57, printemps 1989, p. 103-112.
Rik Schreurs, « L’Eurafrique dans les négociations du Traité de Rome », Politique Africaine », n° 49, mars 1993, p. 82-92.

68 Lothar Ruehl, La politique militaire de la Ve République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1976, p. 37-38.

69 Henri Dutailly, « La revue de Défense nationale et la puissance militaire de la France (1956-1961) », Relations internationales, printemps 1989, n° 57, p. 89-101.

70 Claude d’Abzac-Epezy, Philippe Vial, « Quelle Europe pour les militaires? la perception de l’Europe à travers la presse militaire », Revue d’Histoire des Armées, 1993, n° 4.

71 Ibidem

72 Raymond Ebale, L’Europe et l’Afrique, de la décolonisation à la coopération pour le « développement ». L’exemple de relations économiques entre la CEE et le Cameroun, Thèse sous la direction d’Hélène d’Almeida-Topor, Paris VII, 1996.
Yves Montarsolo, Aspects stratégiques de l’idée d’Eurafrique. Le cas français (1940-1980), Mémoire de DEA, Université de Provence, 1998.
Byakolo Byaokolo, Évolution des relations entre la Cameroun et le Marché commun du Traité de Rome à la deuxième Convention de Yaoundé, Thèse de doctorat sous la direction de Marc Michel, Paris I, 1982.
Pierre Heyndrickx, La convention de Lomé démystifiée. Vingt-cinq ans de coopération UE-ACP, Sous la direction de Robert Frank, Paris I, 2000.

73 Marie-Thérèse Bitsch, Gérard Bossuat, (dirs), L’Europe unie et l’Afrique, de l’idée d’Eurafrique… op. cit.

74 Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 77, janvier-mars 2005.

75 Jean Frémigacci, « Les parlementaires africains face à la construction européenne », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 77, janvier-mars 2005, p. 5-16.

76 Ibidem.

77 Voir bibliographie.

78 Max Liniger-Goumaz, Eurafrique : bibliographie générale, Genève, Les Éditions du Temps, 1970.
Max Liniger-Goumaz, L’Eurafrique, utopie ou réalité ? Les métamorphoses d’une idée, Yaoundé, Éditions CLE, 1972.

79 Thomas Moser, Europäische Integration, Dekolonisation, Eurafrika Eine historische Analyse über die Entstehungsbedingungen der Eurafrikanischen Gemeinschaft von der Weltwirtschaftskrise bis zum Jaunde-Vertrag, 1929-1963, Baden Baden, Nomos Verlag, 2000, p. 550.

80 Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin, 1991.

81 Ibidem.

82 Ibidem.

83 Gordon Martel, « Decolonisation after Suez: Retreat or rationalisation? », Australian Journal of Politics and History, 46 (3), September 2000.

84 Jean-Pierre Rioux « L’opinion publique française et la Communauté Européenne de Défense : querelle partisane ou bataille de mémoire », Relations Internationales, n° 37, printemps 1984, p. 37-53.

85 Michèle Riot-Sarcey, (dir.), « Les utopies, moteurs de l’Histoire ? », Les rendez-vous de l’Histoire. Blois 2000, Nantes, Pleins feux, 2001.

86 Fernand Braudel, L’identité de la France. Espace et histoire, Paris, Flammarion, 1990, p. 20-22.

87 Éric Conan, Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994.

88 André Nouschi, Les armes retournées : colonisation et décolonisation françaises, Paris, Essai, Belin, 1994.

89 Suzanne Citron, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Éditions ouvrières, 1991.

90 Raphaëlle Branche, Claude Liauzu, Gilbert Meynier, Sylvie Thénault, « La responsabilité des historiens face à l’histoire coloniale », Le Monde, 20 septembre 2005

91 Robert Schuman, « Unité européenne et Eurafrique : politique révolutionnaire, aperçu d’ensemble », Union française et Parlement, janvier 1957, p. 1-3.

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540