Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les patriotes et les autres

 | 
Cyril Belmonte

Conclusion

Texto completo

  • 1 Georges Lefebvre, « La Révolution française dans l’histoire du monde », 1948, in Études sur la Rév (...)

1Une décennie où le peuple expérimente une souveraineté conquise de haute lutte, voilà peut-être la fameuse exception française1 ! Dans l’arrière-pays marseillais, en tout cas, la démocratie est en marche et parfois dès l’automne 1790.

  • 2 C’est aussi le cas dans le Languedoc voisin : Georges Fournier, Démocratie et vie municipale… op. (...)

2Au modeste niveau local qui a été le nôtre dans cette recherche, force est bien de constater que la période révolutionnaire, par le biais d’élections ou de nominations par des autorités supérieures, a très nettement influé sur les mécanismes du recrutement des représentants communaux : le « politique » l’emporte sur l’économique et à un moindre degré sur le culturel. Sans surprise, pourtant, les petits villages se caractérisent par une très nette continuité sociale dans l’accès aux charges locales. C’est que la question seigneuriale mobilise encore toute la communauté, du plus puissant ménager au plus humble journalier. C’est aussi que les complexes tâches administratives du moment nécessitent la présence de citoyens ayant au moins quelques rudiments d’instruction. Mais n’est-ce pas là aussi le signe d’une indéniable politisation ? Les citoyens des démocraties villageoises ont mis à leur tête ceux qu’ils estimaient les mieux à même de les débarrasser définitivement d’une tutelle seigneuriale qui n’avait rien d’anecdotique, les mieux à même aussi, d’une certaine manière, de les faire participer aux transformations en cours. Dès que l’on atteint le seuil du bourg, le renouvellement gagne en importance, qu’il soit individuel, avec l’arrivée de nouveaux citoyens de même niveau que les conseillers et parfois que les consuls d’avant 1789, ou social, avec une ouverture plus ou moins prononcée vers l’échoppe et la petite boutique et même vers certaines franges du salariat local2. Il faut aussi remarquer que si dans les villages et les bourgs, la politique descend, pour reprendre la formule agulhonienne, vers les masses, par l’intermédiaire des catégories bourgeoises du lieu, tel n’est pas tout à fait le cas dans les petites villes, où le petit peuple des champs et des métiers a imposé par ses propres luttes sociales une autre conception de la politique. Des meneurs populaires ont donc pu s’imposer, y compris aux fonctions les plus élevées du pouvoir local et pas uniquement lors des nominations de l’an II.

  • 3 Guy Saupin, « Les oligarchies municipales en France sous l’Ancien Régime : réflexion méthodologiqu (...)
  • 4 Les notables de la période censitaire se recrutent aussi bien chez les anciens Jacobins que chez l (...)

3Quoi qu’il en soit, c’est vraiment à partir de 1802 que le processus de démocratisation s’interrompt. Le régime censitaire de la première moitié du XIXe siècle ne redonne pas pour autant, dans les localités de quelque importance, la maîtrise des institutions locales aux mêmes familles qu’avant 1789, d’une part, parce que bon nombre de leurs représentants ont été éliminés durant les luttes révolutionnaires et d’autre part, parce qu’il n’y a jamais vraiment eu de « caste municipale3 ». Autrement dit, la « classe politique » est en perpétuelle recomposition interne, des familles nouvelles venant régulièrement combler les vides laissés par l’extinction naturelle de telle ou telle lignée ou par un départ vers d’autres horizons plus prometteurs, de Marseille à Paris. Ce n’est donc pas vraiment au niveau des hommes et même des familles, et encore moins du passé politique4, qu’une certaine continuité peut être établie avec l’Ancien Régime. Mais, comme avant 1789, les privilèges en moins en quelque sorte, statut social, prééminence culturelle et richesse suffisent pour accéder aux fonctions locales. La parenthèse toute politique de la décennie révolutionnaire est donc refermée.

  • 5 Jean-Pierre Jessenne, « Entre local et national : pratiques et liens politiques du Directoire au C (...)

4Par certains aspects, c’est aussi la nouvelle culture politique engendrée par les institutions révolutionnaires, comme par les évènements eux-mêmes finalement, qui est soudainement mise de côté à partir du Consulat. La consolidation du lien politique autour de la figure charismatique et autoritaire d’un « chef de l’État » s’est faite au détriment d’une certaine modernité, celle des pratiques politiques révolutionnaires5. Modernité en effet que ces luttes politiques que nous avons longuement décrites tout au long de la deuxième partie de cette étude, que ce soit pour le contrôle des pouvoirs locaux, pour le service d’une Patrie souvent en danger ou encore et plus modestement en quelque sorte pour les impératifs même de la survie quotidienne. Modernité en somme que cet affrontement de deux partis aux projets opposés, l’un suivant jusqu’au bout les mots d’ordre d’une Révolution de plus en plus radicale, l’autre les combattant avec plus ou moins de vigueur.

  • 6 Jean-Pierre Jessenne, « L’histoire sociale de la Révolution française : entre doute et renouvellem (...)

5La relative petitesse de notre zone d’étude, quinze communes, dont aucune grande ville, ne nous a certes pas permis de mettre à jour les documents nécessaires pour mener une analyse des discours en présence, pas plus d’ailleurs qu’une étude très poussée des pratiques politiques spécifiques ou pas à chaque camp. Il n’empêche que malgré ce déficit de sources, nous ne nous sommes pas contenté d’une approche exclusivement localiste, privilégiant les rivalités de réseaux familiaux comme explication déterminante des aléas révolutionnaires. La méthode que nous avons adoptée, celle d’une systématique contextualisation des évènements locaux et d’un gros effort d’identification sociopolitique des principaux acteurs de la décennie, nous permet en effet de proposer une lecture véritablement sociale des enjeux révolutionnaires de notre zone d’étude6.

  • 7 Sur ces « deux voies de transition du féodalisme au capitalisme », Albert Soboul, Problèmes paysan (...)
  • 8 La notion de « Révolution paysanne » dans les villages urbanisés de Basse-Provence nous parait un (...)
  • 9 Vue d’ensemble dans Paolo Viola, « L’hégémonie de nouveaux groupes intermédiaires pendant la Révol (...)

6Ainsi, la question qui s’y pose n’est-elle pas République ou Monarchie et encore moins d’une certaine façon Révolution ou Contre-Révolution. Nous avons d’ailleurs bien pris soin dans notre exposé de ne pas taxer les membres des anciennes oligarchies municipales de contre-révolutionnaires, même si une poignée d’entre eux sont incontestablement de fieffés réactionnaires. Au-delà des désignations politiques, lesquelles sont du ressort des historiens du discours, ce qui pose effectivement problème au niveau local qui est le nôtre, c’est vers quel « ordre bourgeois », pour reprendre les termes d’un récent colloque lillois, s’oriente-t-on. Celui d’un nouveau régime, bien évidemment débarrassé des privilèges, des archaïsmes féodaux et des grands abus de la Monarchie absolutiste, celui en quelque sorte de la tentative de compromis de 1791 ? Ou celui d’une destruction totale de tout l’antique édifice économique et social, qu’il relève de la domination directe de seigneurs encore bien redoutables ou d’oligarchies « bourgeoises » plus ou moins figées sur elles-mêmes7 ? En ce sens et là où il a existé de manière durable et dynamique, le jacobinisme des communes de l’arrière-pays marseillais a bel et bien une réelle portée sociale. En s’en prenant, au nom des droits nouveaux de l’humanité souffrante, à tous ceux qui incarnent un passé jugé révolu, en revendiquant la suppression de toutes les tutelles, celles du seigneur, du curé, du propriétaire ou du donneur d’ordres, il incarne ainsi une authentique voie révolutionnaire plébéienne8. Et pourtant, ce jacobinisme de l’arrière-pays marseillais n’est en aucun cas un mouvement de classe, mais bien plutôt un bloc rassemblant de manière plus ou moins durable des éléments populaires et quelques notables, petits et grands, à l’évidente fonction d’intermédiaires culturels9.

7En fin de compte, cette voie jacobine d’une République de petits producteurs indépendants a échoué. Certes, les seigneurs ont disparu en tant que tels et la petite propriété a plutôt été consolidée, ce qui fait que la question agraire ne sera pas aussi déterminante à l’époque contemporaine que dans d’autres pays. Mais, en créant, par le biais du système censitaire, un groupe de notables dont le seul point commun est en définitive le capital, économique comme culturel, autrement dit, sa différence avec les catégories populaires, le pouvoir central a, d’une certaine manière, favorisé l’émergence de classes dirigeantes conscientes d’elles-mêmes. Ainsi, au-delà des itinéraires individuels et familiaux, au-delà aussi des régimes successifs, c’est bel et bien sur un pouvoir de classe, celui des possédants, que débouche à court terme le processus révolutionnaire français.

Notas

1 Georges Lefebvre, « La Révolution française dans l’histoire du monde », 1948, in Études sur la Révolution française, Paris, PUF, 1954, p.317-326 ; Robert Palmer, The Age of the democratic revolution. A political history of Europe and America, 1760-1800, Princeton, Princeton university press, 1959-1964, 2 t. ; Révolution et République : l’exception française, actes du colloque tenu en Sorbonne en septembre 1992, Paris, Société des études robespierristes, 1994, 200 p. et Annie Jourdan, La Révolution, une exception française ? Paris, Flammarion, 2004, 461 p.

2 C’est aussi le cas dans le Languedoc voisin : Georges Fournier, Démocratie et vie municipale… op. cit., t. II, p.296.

3 Guy Saupin, « Les oligarchies municipales en France sous l’Ancien Régime : réflexion méthodologique sur l’analyse historique de leur reproduction à partir de l’exemple de Nantes », in Claude Petit frère (éd.), Construction, reproduction… op. cit., p.108.

4 Les notables de la période censitaire se recrutent aussi bien chez les anciens Jacobins que chez les anciens émigrés. Même constatation dans le département de l’Aube, par exemple : Jeff Horn, Qui parle pour la Nation ? Les élections en Champagne, 1765-1830, Paris, Société des études robespierristes, 2004, p.158.

5 Jean-Pierre Jessenne, « Entre local et national : pratiques et liens politiques du Directoire au Consulat », in Robert Chagny (éd.), La Révolution française. Idéaux… op. cit., p.350-353.

6 Jean-Pierre Jessenne, « L’histoire sociale de la Révolution française : entre doute et renouvellement », in Jean-Clément Martin (dir.), La Révolution à l’œuvre, actes du colloque tenu en Sorbonne en janvier 2004, Rennes, PUR, 2005, p.37-39.

7 Sur ces « deux voies de transition du féodalisme au capitalisme », Albert Soboul, Problèmes paysans de la Révolution ? 1789-1848. Études d’histoire révolutionnaire, Paris, Maspéro, 1976, 442 p.

8 La notion de « Révolution paysanne » dans les villages urbanisés de Basse-Provence nous parait un peu réductrice.

9 Vue d’ensemble dans Paolo Viola, « L’hégémonie de nouveaux groupes intermédiaires pendant la Révolution », in Les intermédiaires culturels, op. cit., p.385-386 et Claude Mazauric, Jacobinisme et Révolution. Autour du Bicentenaire de Quatre-vingt-neuf, Paris, Éditions sociales, 1984, p.125-126. Pour l’espace provençal, Michel Vovelle, « Formes de politisation de la société rurale en Provence sous la Révolution française : entre jacobinisme et contre-révolution au village », in « Les paysans et la politique », op. cit., p.193-194

© Presses universitaires de Provence, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540