Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les patriotes et les autres

 | 
Cyril Belmonte

Révolution et démocratie : une mesure de l’engagement citoyen

Chapitre 6. Élus et désignés de la Révolution : la vitalité démocratique

Texte intégral

  • 1 Que ce soit, exemples parmi tant d’autres, les grands fermiers artésiens de Jean-Pierre Jessenne, (...)

1Dans ce dernier chapitre tout entier consacré au personnel politique local, il s’agit de s’interroger sur le passage des plus apparents d’Ancien Régime aux notables du début du XIXe siècle. Autrement dit, la problématique que nous avons adoptée est celle des (re)définitions révolutionnaires de la classe dirigeante des communes de notre zone d’étude, telle qu’elle peut être appréhendée dans ses rapports au pouvoir local. Alors, bien évidemment, dans un arrière-pays marseillais aux structures sociales nettement différenciées, à l’exception de quelques minuscules villages de production exclusivement agricole, il ne sera peut-être pas possible de mettre en avant la domination d’un groupe social particulier1. Cela ne nous empêchera pas en tout cas de mesurer le degré de continuité ou de renouvellement des différentes oligarchies d’Ancien Régime, dont nous venons précisément de montrer la relative cohérence en terme d’engagement politique sous la Révolution.

Portrait de groupe

  • 2 153 pour Allauch, 194 pour Aubagne, 144 pour Auriol, 16 pour Belcodène, 90 pour Cassis, 53 pour Ce (...)

2Au cours de notre enquête prosopographique, nous avons recensé les titulaires successifs des différentes responsabilités publiques locales, des États généraux du printemps 1789 au 18 Brumaire. 1254 citoyens de l’arrière-pays marseillais ont fait partie, à un moment ou à un autre, du personnel politique local2.

3C’est là, par conséquent, une base statistique des plus satisfaisantes, pour mettre en valeur un certain nombre de phénomènes. Deux grands critères, eux-mêmes subdivisés en toute une série d’items, ont retenu notre attention comme facteurs d’explication du choix de ces hommes de pouvoir : la réputation personnelle et la position socio-économique. Précisons enfin, que, dans cette perspective, il s’agit, autant que faire se peut, d’établir des comparaisons avec le reste de la population, afin de bien mettre en évidence la spécificité éventuelle de notre groupe d’administrateurs locaux.

La réputation

4Dans quelle mesure les hommes qui font partie du personnel politique des communes de l’arrière-pays marseillais sont-ils connus de leurs concitoyens ? Voilà le premier axe de notre réflexion. Pour en faire le tour, il convient de passer en revue toute une série de questions.

Âge en 1789

5Nous avons pu retrouver l’année de naissance de 819 citoyens, soit 65 % environ du total des détenteurs de charges publiques révolutionnaires. Le peuple souverain n’a-t-il alors donné sa confiance qu’à des hommes expérimentés ? Pas forcément, puisque si, sans surprise, la tranche d’âge majoritaire est celle des pères de famille, les 30-49 ans, avec plus de 51 % de l’ensemble, la part des plus âgés (50 ans et plus en 1789) n’est pas écrasante (moins de 35 %). Quant à celle des plus jeunes (moins de 30 ans), elle apparaît non négligeable, avec près de 15 %.

6Autrement dit, cette vue d’ensemble ne permet pas de conclure à une gérontocratie et nous permet de consolider le constat, déjà signalé au chapitre précédent sur les votants auriolais, d’une véritable individualisation des comportements, avec de nombreux jeunes citoyens qui non seulement n’hésitent pas à faire valoir leurs droits, mais qui réussissent même à gagner la confiance générale (ou tout au moins celle de leur parti).

  • 3 Pour Aubagne, AD BDR, L 1087, État de population, 1er fructidor an II-18 août 1794 ; pour Auriol, (...)

7Dans sept communes (Aubagne, Auriol, Belcodène, Cassis, Ceyreste, La Penne et Roquefort)3, nous avons pu mettre en perspective le profil par tranches d’âge du personnel politique et celui de la population adulte masculine.

Tableau 25 : Profil par tranches d’âge (en %)

8La génération des 30-49 ans, celle des sans-culottes parisiens et marseillais au demeurant, est largement surreprésentée dans toutes les communes étudiées. Il faut aussi remarquer que, à l’exception d’Aubagne et de La Penne, les plus de 50 ans occupent une place bien plus considérable au sein du personnel politique que dans la société réelle. Dans les localités relativement épargnées par les orages révolutionnaires (Belcodène, Cassis, Ceyreste, Roquefort), c’est peut-être là l’indice d’une certaine préférence : les plus vieux, censés être les plus sages, doivent, naturellement en quelque sorte, gérer les affaires de la communauté. D’ailleurs, quand ils ne sont plus là, notamment à la fin de la décennie, ils sont remplacés par leurs enfants, soit un renouvellement démographique tout à fait normal, bien perceptible à Roquefort par exemple.

  • 4 Basile Panagiatopoulos, « Les structures d’âge du personnel de l’Empire », in « La France à l’époq (...)

9Dans la très turbulente Auriol, la part importante des plus âgés est peut-être au contraire le signe qu’ils sont eux aussi partie prenante des féroces luttes locales. L’hypothèse est en tout cas alimentée par Aubagne, au profil à peu près similaire, avec notamment l’entrée de nombreux jeunes dans les arcanes du pouvoir local et cela très tôt, dès 1790 même. De là à dire que dans les communes les plus troublées par les conflits de partis, le critère de l’âge n’est pas décisif dans le recrutement des hommes au pouvoir, il n’y a qu’un pas qu’il est bien tentant de franchir4.

L’enracinement local

  • 5 Michel Terrisse, Publication du dénombrement de l’abbé Expilly… op. cit., p.110-111.

10En 1765, lors du recensement de l’abbé Expilly, seuls 697 des 28773 habitants de l’arrière-pays marseillais ne sont pas nés sur place, soit un peu moins de 2,5 % de l’ensemble (2,17 % pour les « étrangers provençaux » et 0,25 % pour les non provençaux5). Ces pourcentages apparaissent certes plutôt sous-évalués, notamment dans les petites cités maritimes (Cassis et La Ciotat), ils n’en donnent pas moins un ordre de grandeur. La part des migrants dans nos communes d’étude n’est pas déterminante, ce qui est somme toute parfaitement logique dans un espace encore très largement dominé par l’agriculture. Quelle est alors la part de ces nouveaux venus dans le personnel politique de la décennie révolutionnaire ? Le bilan dressé par l’historien aubagnais César Couret, dont nous avons rendu compte dans un précédent chapitre, est-il fondé ? Dans quelle mesure les « intrus » se sont-ils emparés de ces charges publiques autrefois entièrement dévolues ou presque aux oligarchies locales ?

Non natifs

Etrangers provençaux

Etrangers non provençaux

La Penne

48,78

48,78

0

Peypin

32,56

30,23

2,33

Roquefort

28,13

28,13

0

Ceyreste

21,15

19,23

1,92

Cassis

20,93

12,79

8,14

La Ciotat

13,49

11,04

2,45

Saint-Savournin

9,09

9,09

0

Auriol

6,2

4,65

1,55

Aubagne

5,62

3,93

1,69

Allauch

2,04

2,04

0

Gémenos

1,41

1,41

0

Cuges

1,35

1,35

0

Roquevaire

1,12

0

1,12

Belcodène

0

0

0

Gréasque

0

0

0

Tableau 26 : Part des non natifs dans le personnel politique local (en %)

11Sur les 1186 citoyens dont nous connaissons le lieu de naissance, 121 ne sont pas originaires des communes qu’ils doivent administrer (10,2 %). Comment interpréter alors ce non négligeable pourcentage ? Les données du tableau 26 nous permettent d’y voir plus clair. Trois cas de figure doivent être distingués. Dans un certain nombre de communes à l’économie plus ou moins traditionnelle, des plus petites aux plus grosses, la part des « étrangers » est des plus réduites. Seule une poignée d’entre eux a réussi en effet à s’agréger à un personnel politique largement dominé par les « natifs ». Ce n’est là après tout qu’un phénomène naturel, au moins dans les milieux urbains de quelque importance comme Allauch, Auriol ou Aubagne.

12Dans les petites cités maritimes (Cassis, La Ciotat), le pourcentage des non natifs dans le groupe dirigeant est beaucoup plus élevé, dépassant allègrement la moyenne. Or, là aussi, ce n’est que la traduction tout à fait logique de l’incessant passage des hommes dans des zones portuaires, au demeurant parfois animées de quelques balbutiantes activités industrielles. Il existe donc dans ces localités un véritable brassage des populations, ce qui permet de donner leur chance à tous ceux qui s’y sont plus ou moins récemment installés, pour le travail ou pour une douce retraite.

  • 6 AD BDR, L 381, Tableau des habitants, 15 pluviôse an IV-4 février 1796.

13Enfin, à Ceyreste, à Roquefort, à Peypin et à La Penne, les « étrangers » représentent entre le quart et la moitié du personnel politique révolutionnaire local. Mais, là encore, le phénomène n’est pas vraiment signifiant. Il faut compter en effet avec l’importance de la propriété foraine, notamment de proximité, celle des Ciotadens à Ceyreste, celle des Roquevairois à Peypin, laquelle relativise quelque peu les pourcentages donnés. À La Penne, par ailleurs, si près de 50 % du groupe au pouvoir sous la Révolution n’est pas né sur place, c’est peut-être parce que près de 30 % de la population adulte masculine du lieu est aussi dans ce cas6.

  • 7 Josef Smets, « Les données languedociennes et le traitement informatique avec KLEIO », in Jean-Phi (...)
  • 8 1232 des 1254 citoyens qui forment le personnel politique de l’arrière-pays marseillais sous la Ré (...)

14Autrement dit, quelque soit le cas de figure, le test que nous avons retenu n’est pas discriminant. Plus que le lieu de naissance, c’est une étude de l’ancienneté des familles dans la place qui aurait été la plus riche d’enseignements7. Une chose est sûre néanmoins : les institutions communales n’ont pas été peuplées d’arrivistes aux dents longues. Pour les gens du cru, la Révolution n’a donc pas été synonyme d’une dépossession de l’autorité locale. C’est que, même si les hommes au pouvoir ne sont pas tous nés dans les communes qu’ils administrent, ils y résident en revanche à peu près tous durant l’exercice de leur charge8.

La compétence

  • 9 Pour Allauch (1747-1789), AD BDR, 103 E BB 10 à 15 ; pour Aubagne (1747-1789), AD BDR, 135 E BB 23 (...)

15Les citoyens de l’arrière-pays marseillais ont-ils fait prioritairement appel à ceux qui avaient déjà fait leurs preuves dans la gestion des affaires communales ? Pour répondre à la question, il convient peut-être de recenser toutes les responsabilités politiques exercées sous l’Ancien Régime par les hommes au pouvoir durant la décennie révolutionnaire, ou, pour les plus jeunes d’entre eux, par leur père. Nous avons donc parcouru les registres de délibérations municipales de la deuxième moitié du XVIIIe siècle à la recherche des juges, des viguiers, des subdélégués, des consuls et des conseillers qui se sont succédés à la tête de nos communautés d’étude9.

16Ainsi, 412 des 1123 citoyens qui ont formé le personnel politique révolutionnaire des douze communes où il a été possible de mener l’enquête ont déjà été membres, à des degrés et pour des durées divers, des institutions en place avant 1789. À ces 412, il faut ajouter 152 autres citoyens dont les pères étaient déjà intégrés aux structures locales d’Ancien Régime. Au total, ceux qui peuvent se prévaloir devant leurs concitoyens d’une certaine expérience, pour ne pas dire d’une certaine compétence, de la gestion communale, représentent 50,22 % de l’ensemble des élites politiques révolutionnaires. Autrement dit, près de la moitié du groupe dirigeant de la décennie 1789-1799 est composée de nouveaux venus.

17Les administrateurs de l’époque révolutionnaire dans les communes de l’arrière-pays marseillais n’ont par conséquent pas la même habitude des pratiques du pouvoir local : pour les uns, il est possible de mettre à profit un important savoir-faire hérité de l’Ancien Régime, pour les autres, tout est à découvrir en quelque sorte. Cela étant dit et bien évidemment, des différences assez nettes peuvent être mises en évidence selon les communes.

18Le degré de renouvellement du personnel politique révolutionnaire semble dépendre en premier lieu de l’importance démographique des communes en question. Ainsi, c’est dans les petites villes de notre zone d’étude (La Ciotat, Aubagne, Auriol, Roquevaire) que le pourcentage des « hommes nouveaux » est le plus élevé, dépassant même celui des citoyens déjà administrateurs sous l’Ancien Régime. Dans les bourgs et dans les villages, au contraire, les éléments de continuité l’emportent, de justesse à Ceyreste et Gémenos, assez largement à Gréasque, Roquefort, Cuges et Belcodène.

Graphique 5 : L’inégal renouvellement du personnel politique révolutionnaire des communes de l’arrière-pays marseillais

19En d’autres termes, dans les petites communes où le « stock » de citoyens éligibles sous la Révolution coïncide plus ou moins avec celui des anciens membres des institutions d’Ancien Régime, les possibilités de renouvellement sont nécessairement limitées. Là où l’offre est plus diversifiée, en revanche, c’est-à-dire dans les localités de quelque importance, il existe une véritable compétition pour l’accès au pouvoir local, laquelle ne tourne pas forcément à l’avantage de ceux qui ont l’expérience des affaires. C’est donc qu’à l’incontournable explication démographique, il faut ajouter les aléas de l’engagement politique des uns et des autres. Dans les communes qui sont restées soudées durant l’embrasement révolutionnaire, notamment contre leur ci-devant seigneur (Cuges), il n’y a pas eu besoin en quelque sorte de changer outre mesure les administrateurs déjà en place. Dans les autres localités, celles des luttes partisanes (Gémenos, Allauch, Roquevaire, Auriol, Aubagne et La Ciotat), le contrôle du pouvoir local a vu s’affronter, pratiquement à jeu égal, oligarchies d’Ancien Régime et forces nouvelles. Autrement dit et d’une certaine manière, le critère de l’expérience des affaires n’est lui non plus pas vraiment décisif pour éclairer ce qui a poussé les habitants de l’arrière-pays marseillais à élire tel ou tel de leurs concitoyens.

La richesse

20La réputation personnelle n’est finalement qu’un élément parmi d’autres dans le processus de sélection des détenteurs de l’autorité locale. S’il n’y a donc pas plus de respect que cela pour les citoyens les plus rompus aux affaires communales et dans une certaine mesure les plus honorables de l’ancienne société d’ordres, peut-être y en a-t-il davantage pour la puissance économique, en ces temps de mise en place de la société de classes ? Quelle est alors la part des déterminants socioéconomiques dans l’exercice du pouvoir ? Les citoyens de l’arrière-pays marseillais n’ont-ils donné leurs voix qu’à ceux qui, d’une manière ou d’une autre, dominent l’économie locale ?

21Il convient donc de poursuivre notre vision d’ensemble du personnel politique révolutionnaire et sa mise en perspective avec le reste de la société en essayant de situer nos différents administrateurs locaux sur l’échelle des hiérarchies sociales de leurs communes respectives.

Approche par secteur d’activité

22Nous avons proposé dans la première partie de cette recherche une typologie des communes de l’arrière-pays marseillais. Nous avons d’abord distingué des villages, de production exclusivement agricole comme Roquefort ou de paysans-mineurs comme Belcodène, Gréasque, Peypin et Saint-Savournin. Ceyreste et La Penne font figure de gros villages urbanisés, tandis que Cuges est plutôt un bourg d’artisanat et Allauch un bourg agricole. À Gémenos, Roquevaire, Auriol et Aubagne, quelques nouveautés commerciales et même industrielles commencent à se développer sur une économie encore très largement agricole. La Ciotat et Cassis se singularisent quant à elles par leur vocation maritime, avec pour la première une certaine prééminence du négoce et pour l’autre une tendance à la villégiature pour retraités aisés.

23La question qui se pose alors, c’est de savoir dans quelle mesure les élus de la décennie révolutionnaire s’intègrent dans les profils socioéconomiques des communes qu’ils se doivent de gérer. Il est temps par conséquent de tenter une répartition socioprofessionnelle de nos administrateurs locaux.

  • 10 Pour comparer, se reporter aux pourcentages des différents secteurs d’activités, tels qu’ils ont é (...)

Tableau 27 : Profil socioprofessionnel du personnel politique des communes de l’arrière-pays marseillais durant la décennie révolutionnaire (en %10)

24Les données du tableau 27 laissent entrevoir que les élus de la Révolution se recrutent dans tous les milieux sociaux et que, dans l’ensemble, ils sont plutôt bien représentatifs des citoyens qui les ont portés au pouvoir. Dans les villages aux structures peu diversifiées, le constat est particulièrement flagrant (Belcodène, Gréasque, Peypin, Roquefort). Alors, bien sûr, dans les bourgs et plus encore dans les petites villes (Allauch, Aubagne, Auriol, Cassis, Cuges, Gémenos, La Ciotat, Roquevaire), c’est-à-dire finalement partout où ils existent, les groupes sociaux naturellement portés vers l’administration des affaires communales, soit en d’autres termes les plus instruits comme ceux qui ont le plus de « temps libre », rentiers comme « gens de services », occupent une part bien supérieure à leur poids réel dans les localités. Cela étant dit, il ne serait pas tout à fait exact de parler dans leur cas d’une véritable position hégémonique au sein du personnel politique local. Des catégories beaucoup plus populaires ont aussi réussi à en faire partie, en particulier celles qui relèvent de ce que nous avons appelé le secteur de l’échoppe, de la boutique et de la petite fabrique. Dans à peu près toutes les communes de quelque importance, les artisans, les commerçants et les petits industriels représentent même à peine moins de la moitié de ceux qui ont été appelés aux charges locales et en tout cas beaucoup plus que leur importance démographique : c’est le cas dans les communes les plus urbanisées (Auriol, La Ciotat, Allauch), mais aussi dans des localités plus modestes, comme Ceyreste, La Penne ou Saint-Savournin, où, en l’absence d’un véritable groupe de notables « traditionnels » et peut-être en raison d’une instruction plus développée que la moyenne, ils pourraient bien avoir joué le rôle de dirigeants naturels de ces communautés en Révolution.

  • 11 Sur l’importance de ce seuil d’éligibilité, mise au point dans Malcolm Crook, Elections…op. cit., (...)

25En fin de compte, c’est le pourtant bien majoritaire « secteur agricole » qui apparaît comme le grand perdant de cette répartition socioprofessionnelle du personnel politique local. C’est aussi que c’est le milieu le plus hétérogène, des gros ménagers aux misérables travailleurs journaliers. C’est qu’en effet, à l’exception des élections pour la Convention nationale du mois d’août 1792 et, bien évidemment des nominations par les représentants du peuple ou les autorités supérieures de l’an II comme de l’an III d’ailleurs, on ne devient pas membre des administrations communales et encore moins départementales par le seul fait de sa volonté. Il faut encore être éligible, autrement dit s’acquitter d’une imposition bien plus discriminante que celle qui est nécessaire pour pouvoir jouir du droit de vote11. Il y a donc bien un critère censitaire dans l’accession aux charges locales, lequel écarte de droit – sinon de fait, comme nous avons eu l’occasion de le voir au chapitre 5 – les citoyens les plus modestes. C’est là en tout cas un élément d’explication majeur à la relative surreprésentation des catégories socioprofessionnelles supérieures, comme à la relative sous-représentation des métiers de l’agriculture. Ce seuil de l’éligibilité pourrait même rendre compte du cas un peu atypique de Gémenos. Dans cette commune, dominée dans une certaine mesure par la petite « nébuleuse industrielle » de la vallée de Saint-Pons, c’est le secteur de l’échoppe, de la boutique et de la petite fabrique qui apparaît comme le plus hétérogène et c’est pourquoi, semble-t-il, ce sont prioritairement des élus issus du monde agricole qui ont été choisis.

26Quoi qu’il en soit, plus que sur le métier, c’est surtout en fonction de la richesse des uns et des autres que les citoyens ont dû faire leur choix, et pour cause.

Approche par niveaux de richesse

27Avec le seuil d’éligibilité imposé par la législation révolutionnaire, les élus locaux doivent en théorie se prévaloir d’un certain niveau de richesse. Les citoyens de l’arrière-pays marseillais n’ont-ils alors donné leurs voix qu’aux plus puissants d’entre eux ? Dans cette perspective, nous avons essayé de regrouper les données concernant la fortune présumée des hommes politiques locaux, telle qu’elle peut être appréhendée à partir des registres de l’emprunt forcé de l’an iv et la place qu’ils occupent dans la hiérarchie des revenus fonciers de leurs communes respectives.

Tableau 28 : Le personnel politique des communes de l’arrière-pays marseillais : répartition par niveaux de richesse et de propriété (en %)

28Il ressort de nos statistiques qu’un peu plus de la moitié des détenteurs du pouvoir local sous la Révolution fait partie du quart le plus riche des contribuables des communes qu’ils se doivent de gérer. Par ailleurs, ces citoyens aisés sont majoritairement ceux qui ont les revenus fonciers les plus conséquents, même s’il peut arriver que certains d’entre eux, commerçants, petits industriels ou encore fermiers de beaux domaines, aient une fortune essentiellement mobilière.

  • 12 Georges Fournier, Démocratie et vie municipale…op. cit. ; François Hincker, « Un micro-climat poli (...)

29Or, cela signifie aussi que l’autre moitié des administrateurs locaux de la décennie révolutionnaire, sans être pour autant tout à fait dénués de ressources, seuil d’éligibilité oblige, n’appartient pas vraiment aux groupes économiquement les plus puissants de leur localité. Les élus riches et gros propriétaires ne représentent en effet qu’un peu moins du tiers des effectifs des riches et gros propriétaires. Autrement dit, une part non négligeable de citoyens aux revenus moyens et même faibles a pu s’agréger durant l’épisode révolutionnaire au personnel politique local. Dans les villages, souvent dominés par la propriété ci-devant seigneuriale ou foraine, le caractère relativement ouvert du recrutement des hommes de pouvoir est lié d’une certaine manière aux structures sociales qui font que le « stock » de citoyens aisés est forcément limité et qu’il doit donc être nécessairement complété (Belcodène, Gréasque, Peypin, Roquefort, Saint-Savournin). Nous retrouvons ici de ce fait la « démocratie villageoise » chère au Languedoc de Georges Fournier, au Causse de Villeneuve de François Hincker ou à la Lorraine de Jean-Paul Rothiot12. Dès que l’on franchit le cap du bourg et plus encore dans les petites villes, alors il n’est pas inexact de parler d’une véritable compétition pour l’accès aux charges locales, avec une offre qui ne se cantonne pas aux seuls citoyens économiquement puissants. Ces derniers y ont certes toutes leurs chances, mais ils n’en ont plus le monopole, comme c’était le cas sous l’Ancien Régime, que ce soit par l’achat d’offices ou par la grâce des règlements municipaux aux conditions d’allivrement plus ou moins draconiennes.

30En d’autres termes, la Révolution, en mettant en place un nouveau système de sélection des détenteurs de l’autorité publique et en dépit d’un seuil d’éligibilité pas tout à fait en rupture avec le passé, a considérablement élargi l’éventail du recrutement social du personnel politique local. Il n’est plus vraiment obligatoire en tout cas de bénéficier d’une importante assise foncière pour intégrer les institutions communales : bon nombre de non propriétaires, riches comme tout juste indépendants, ont ainsi pu avoir la possibilité d’en faire partie. Dès lors, si le critère de la richesse joue incontestablement car légalement un rôle important dans le choix des administrateurs locaux, il n’est peut-être pas pour autant le plus décisif pour comprendre les complexes mécanismes de sélection des élites politiques de l’arrière-pays marseillais.

Bilan d’une décennie démocratique

  • 13 Cf. les données du tableau 15.

31Le bilan de la décennie révolutionnaire en matière de recrutement du personnel municipal ne peut se faire que par une comparaison avec les conseils d’Ancien Régime13. Deux phénomènes vont donc nous intéresser, afin d’évaluer le degré de démocratisation dans l’accès aux charges municipales : le profil socioculturel des élus et désignés de la Révolution ; l’importance du renouvellement par rapport aux familles déjà en place avant 1789.

Tableau 29 : Profil par catégorie sociale des membres des municipalités révolutionnaires (en %)

Tableau 30 : Profil par niveau de richesse et de propriété des membres des municipalités révolutionnaires (en %)

  • 14 71,4 % des administrateurs municipaux d’Allauch durant la décennie révolutionnaire savent signer ; (...)
  • 15 Titre II, article 16 de la Constitution de l’an III.

32Premier signe de l’ouverture sociale révolutionnaire, l’entrée dans les conseils d’un nombre non négligeable de journaliers, travailleurs agricoles ou ouvriers, dans les communes où jusqu’alors, l’accès leur était totalement interdit (Allauch, Aubagne, La Ciotat). Dans les autres localités, au demeurant de taille plus réduite, leur part a eu aussi tendance à augmenter (Gémenos, Roquefort, Belcodène). Deuxième constat : dans les bourgs et les petites villes encore dominées par la terre et imposant souvent dans leurs anciens règlements municipaux des conditions d’allivrement (Allauch, Aubagne, Auriol, Roquevaire), la proportion de riches et par extension de gros propriétaires a pratiquement diminué de 25 %. Il y a donc eu dans une certaine mesure redistribution des groupes sociaux hégémoniques au sein du pouvoir municipal. Là où les agriculteurs dans les bourgs, là où les bourgeois dans les petites villes assuraient autrefois l’essentiel du recrutement, de nouvelles forces sont apparues, du monde de l’échoppe et de la petite boutique (Allauch, Auriol, Ceyreste, La Penne, Roquevaire) ou des métiers de la mer (Cassis). Aubagne se rattache à ce modèle, mais s’en différencie quelque peu avec l’arrivée dans ces municipalités révolutionnaires de tout un groupe de bons ménagers. La part de cette catégorie sociale y est en effet passée de 12,41 % pour la période 1770-1789 à 34 % durant la décennie 1790-1799, soit une poussée très nette, aux dépens d’ailleurs des nombreuses familles bourgeoises de la ville qui assuraient jusqu’alors l’essentiel du recrutement. Il convient enfin de remarquer que ce n’est pas forcément parce que des citoyens moins aisés que par le passé ont été élus ou nommés dans les municipalités révolutionnaires que le niveau culturel d’ensemble a baissé. C’est certes le cas, au niveau quantitatif comme sans doute qualitatif, dans les petites villes (Aubagne et La Ciotat), mais pas vraiment ailleurs, où le pourcentage des municipaux qui savent signer au moment de leur installation a plutôt sensiblement augmenté (Allauch, Auriol, Ceyreste, Cuges, Gémenos, La Penne, Roquevaire14). C’est là sans doute la conséquence de l’entrée des artisans et petits commerçants, peut-être moins fortunés que les ménagers, mais beaucoup plus instruits qu’eux. Comme quoi aussi, au moins dans l’arrière-pays marseillais, l’argument thermidorien selon lequel les gens du peuple ne peuvent avoir une complète citoyenneté politique, puisqu’ils n’ont ni les moyens matériels ni culturels de s’intéresser à la chose publique, n’est pas des plus convaincants15.

33La démocratisation de la vie politique locale sous la Révolution peut aussi être mise en évidence à partir du degré de renouvellement du personnel municipal par rapport à celui d’Ancien Régime.

Tableau 31 : Les municipalités révolutionnaires : anciens et nouveaux venus (en %)

  • 16 Sur la notion de « patriciat », Claude Petitfrère (éd.), Construction, reproduction et représentat (...)

34Les hommes, et plus largement les familles, déjà en place dans les conseils de communauté de l’Ancien Régime, ne sont, durant la décennie révolutionnaire, que très inégalement reconduits par leurs concitoyens. Même dans les petits villages (Belcodène, Gréasque, Roquefort), il existe un certain renouvellement, y compris, comme nous venons de le montrer, au niveau social : les bons ménagers, seules élites en présence en quelque sorte, doivent partager les postes à pourvoir avec quelques artisans et journaliers. Ainsi, loin d’être réduit à néant, le caractère démocratique de ces petites localités s’est encore accentué. C’est aussi le cas de petits bourgs, comme Ceyreste, Gémenos ou Cuges, où les conseils d’Ancien Régime étaient encore relativement ouverts et où la Révolution n’a fait qu’amplifier le phénomène. À Ceyreste, commune plutôt tranquille, les traditionnels gestionnaires des affaires communales ont suivi l’évolution révolutionnaire, rejoints à des degrés et moments variables par quelques nouveaux venus. À Cuges, où il faut définitivement abattre « l’hydre féodale », le peuple souverain a donné sa confiance à ses anciens administrateurs municipaux, eux-mêmes franchement révolutionnaires. Gémenos fait quant à elle un peu transition avec le modèle des gros bourgs. Du fait de structures foncières largement dominées par le ci-devant seigneur d’Albertas, les élites locales ne sont pas ici d’une très grande envergure. C’est ce qui explique en tout cas un certain caractère démocratique des conseils d’Ancien Régime. Il n’est alors pas étonnant que la frange inférieure des simples conseillers, petits ménagers, « rentiers », « mégers », et même journaliers, aient dans l’ensemble pris fait et cause pour les mots d’ordre jacobins et qu’alliés à quelques nouveaux venus, ils aient formé l’essentiel du personnel municipal révolutionnaire. C’est un peu le même cas de figure que l’on retrouve à Allauch, Auriol et Roquevaire. Certes, dans ces gros bourgs, les structures sociales ne sont pas tout à fait identiques, avec davantage de bourgeois, de négociants (à Auriol et Roquevaire) et surtout de gros ménagers. À ce niveau et compte tenu des critères d’allivrement imposés par leurs règlements d’Ancien Régime, il n’était pas faux de qualifier la composition sociale de leurs conseils de communauté d’oligarchique. Or, comme à Gémenos, la poussée démocratique, qui se confond d’ailleurs ici avec 1792 et la République, repose sur l’alliance entre simples conseillers et nouveaux venus de milieux plus populaires, de l’échoppe et de la boutique essentiellement. À Cassis et La Ciotat, ce sont aussi les éléments les plus populaires des anciens conseils de communauté, artisans et gens de mer, qui ont souvent été élus. En revanche, les familles consulaires, la véritable oligarchie locale, ont nettement été battues. Dans ces deux cités maritimes, le passage des hommes et le peu d’importance finalement de la terre expliquent aussi un fort renouvellement, que ce soit au niveau social et individuel. C’est dans ces deux communes en tout cas que la part des élus et désignés non natifs du lieu est la plus significative, « étrangers provençaux » comme « étrangers » d’horizons plus lointains. C’est d’ailleurs la plupart du temps pour le négoce, pour la prise d’intérêts dans les navires ou dans les quelques fabriques locales, que ces « nouveaux » citoyens viennent s’installer. Autrement dit, il y a là tout un milieu d’entrepreneurs, d’affairistes, de négociants, de commis, bref de tous ceux que l’historien aubagnais César Couret aurait appelés des « intrus », à la richesse très inégale, mais ayant en commun et pour cause la faiblesse de leurs revenus fonciers. Ainsi, ce que l’on pourrait presque appeler le « patriciat » local se voit bousculer durant toute la décennie révolutionnaire non moins seulement par les forces populaires du lieu, mais aussi par des riches plus ou fraîchement installés16. À Aubagne, en revanche, ce sont plutôt des citoyens enracinés dans leur terroir, et cela dans tous les sens de cette expression, qui ont fait plus que concurrencer l’oligarchie d’Ancien Régime. Dès lors, toute l’histoire révolutionnaire de cette petite ville se réduit, comme nous l’avons plus longuement montré dans le chapitre 4, à l’affrontement entre deux partis, celui des gens bien en place contre celui de ceux qui veulent s’en faire une.

  • 17 AD BDR, 2 M 95, Arrêtés du Premier Consul pour les maires et adjoints d’Aubagne et de La Ciotat, 1 (...)

35De fait, ce n’est pas tellement Brumaire qui marque un coup d’arrêt à la très démocratique décennie révolutionnaire. Dans un contexte marqué par la nette recrudescence d’un brigandage toujours plus ou moins politique, le préfet Delacroix est quasiment obligé de faire appel aux anciens Jacobins, lesquels ont incarné la résistance républicaine durant tout le Directoire17. Nombreux sont donc les maires de décembre 1792, les membres des comités de surveillance de l’an II ou de plus simples adhérents des sociétés populaires, à venir prendre place au sein des conseils municipaux reconstitués. Bernard Bernard, ancien commissaire du club de la rue Thubaneau à l’automne 1792, devient maire d’Allauch, tandis que Jean-André Michel, son prédécesseur en l’an II, est conseiller municipal. À Aubagne, c’est Joseph Guillen, fils de voiturier et membre du comité de surveillance en l’an II qui est nommé maire, alors que le boulanger Antoine Taurel, très actif dans l’affaire des fours banaux, vient siéger comme deuxième adjoint. À Gémenos, Antoine Jourdan, principal animateur de la municipalité de la période terroriste, se retrouve aussi conseiller municipal. À La Ciotat, Bernardin Ramel (comité de surveillance), Antoine Fontenelle-Auger (président de la commission municipale en 1793-1794) et Toussaint André Besson sont appelés à la tête du nouvel exécutif municipal. À Roquefort, Lazare Julien et Joseph Tricon, les deux citoyens qui ont incarné la résistance communautaire au ci-devant seigneur de Bausset et qui ont été élus durant toute la décennie révolutionnaire, sont eux aussi de la partie. Mais, au-delà de ces personnalités « jacobines », ce sont bien les forces sociales à l’origine de la poussée démocratique des années précédentes qui donnent le ton à ces premiers conseils municipaux du Consulat. Autrement dit, le processus de démocratisation continue d’une certaine manière, avec l’entrée dans les conseils de nombreux nouveaux venus, d’origine modeste et anciens des sociétés populaires. Cela étant dit, par souci d’apaisement, ont aussi été nommés, dans une proportion variable selon les communes et peut-être plus forte qu’il n’y parait là où le bloc « jacobin » a rassemblé au moins à un certain moment à peu près tous les habitants du lieu, des citoyens qui ne se sont pas signalés par un activisme débordant. À La Ciotat, relativement épargnée par la Terreur blanche et pas du tout concernée par le brigandage, quelques « honnêtes gens » sont même réintroduits, dont trois anciens premiers consuls que les élections révolutionnaires avaient complètement désavoués (l’avocat Jacques Gardanne, les négociants François et Jacques Martin). Quant à l’opportuniste Joseph Magloire Olivier, il est toujours là, se contentant pour l’instant d’une modeste place de conseiller municipal.

  • 18 Article 11 du titre II du sénatus-consulte du 14 thermidor an X-2 août 1802.
  • 19 Christian Bonnet, « Les Bouches-du-Rhône sous le Consulat et l’Empire… », op. cit., t. II, p.433-4 (...)

36C’est la « Constitution de l’an X » qui, en matière d’accès aux fonctions municipales, marque la véritable rupture avec la démocratisation des années révolutionnaires : » les membres des conseils municipaux sont pris par chaque assemblée de canton, sur la liste des cent plus imposés du canton18 ». Une oligarchie est donc officiellement reconstituée, peut-être encore plus restrictive que dans les anciens règlements communautaires. De plus, à cette fermeture sociale, s’ajoute le ralliement des moins exaltés de ceux que l’on appelait sous le Directoire les « Royalistes ». Dans les Bouches-du-Rhône, cette rupture est aussi incarnée par le nouveau préfet, Thibaudeau ayant en effet remplacé en 1803 Delacroix, « accusé par Bonaparte de n’être entouré que de Jacobins19 ».

  • 20 AD BDR, 2 M 91, Décret impérial du 11 prairial an XII-31 mai 1804 pour Aubagne, Décret impérial du (...)

37Les plus apparents d’Ancien Régime sont-ils enfin devenus les notables ? La Révolution n’a-t-elle été qu’une parenthèse inutilement meurtrière ? Quelle est la part dans ce nouveau système des forcément riches citoyens qui se sont imposés durant la décennie 1790-1799, qu’ils aient été Jacobins ou pas ? Regardons pour y répondre la composition sociale et le passé politique des conseillers municipaux nommés lors des deux renouvellements prévus par le sénatus-consulte de l’an X, ceux de l’an XII et de 1813-181420.

38Il faut commencer par remarquer, au moins à titre symbolique, que les « journaliers », travailleurs agricoles ou ouvriers des ateliers et fabriques, ont complètement disparu des conseils municipaux, y compris dans les communes où ils y avaient encore accès sous l’Ancien Régime (sans parler bien évidemment de l’expérience révolutionnaire). Cette éviction des pauvres du pouvoir local confirme en tout cas la rupture de 1802 : ce qui n’avait été qu’une tendance à l’époque moderne est donc devenu une réalité. L’exemple le plus flagrant de cette fermeture sociale, c’est La Ciotat qui nous le donne. Si sous l’Ancien Régime, les artisans et les gens de mer avaient droit à quelques places, tel n’est plus vraiment le cas à partir de la fin du Consulat : en instaurant une sévère sélection censitaire, Bonaparte a en quelque sorte renforcé le poids des riches négociants de la place.

39Autrement dit, il est tout à fait inexact de dire que la Révolution n’a pas eu d’impact dans la représentation des différents groupes sociaux au sein de l’institution municipale. Certes, dans les villages, ce sont toujours les bons ménagers qui dominent. Mais, dans les bourgs encore plus ou moins agricoles comme Allauch, Auriol ou Roquevaire, leur part est bien inférieure à celle de l’Ancien Régime, ce qui est d’une certaine façon la conséquence de la montée en puissance des nouvelles activités marchandes, qu’elles aient gardé un caractère artisanal ou qu’elles s’acheminent vers la modernité capitaliste. À Cassis, le choix privilégié par l’autorité préfectorale de capitaines marins parmi les conseillers municipaux est aussi bien dans la continuité de la décennie révolutionnaire. La même constatation pourrait être faite pour les agriculteurs à Aubagne, bien mieux représentés qu’avant 1789.

  • 21 Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret, Les masses de granit. Cent mille notables du Premier Em (...)

40C’est que la Révolution terminée, les plus apparents d’autrefois ne se sont pas tous mués en notables. Les électeurs, pas plus que les préfets d’ailleurs, ne leur ont pas fait forcément confiance. Alors certes, dans les villages et même les bourgs, le système censitaire fait qu’il n’y a pas vraiment d’alternative : familles consulaires et familles de simples conseillers, ayant d’ailleurs souvent adhéré et même incarné pour certaines d’entre elles le jacobinisme local se retrouvent naturellement en position de force. Dans les petites villes, avec les nominations de André Barthélémy Lions, de Gabriel Jourdan, de Michel Jean-Baptiste Martinot fils à Aubagne, celles des frères Payan, de Jean-Antoine Abeille, de Jacques Martin à La Ciotat, les dynasties consulaires d’autrefois font aussi leur grand retour, de même que bon nombre de familles de simples conseillers, tout aussi débordées sous la Révolution. Mais, ce qui ressort aussi très bien de nos statistiques, c’est d’une part que certains nouveaux venus de la décennie 1790-1799 se maintiennent, qu’ils aient été Jacobins ou qu’ils aient fait cause commune avec les « honnêtes gens » et d’autre part que le taux de renouvellement individuel se maintient à un niveau élevé. En d’autres termes, les riches qui n’avaient pas trouvé leur place avant 1789 au sein du pouvoir municipal et que la Révolution a mis sur le devant de la scène, à l’image du négociant Toussaint André Besson de La Ciotat, sont désormais intégrés dans la notabilité communale ; les citoyens aisés, y compris d’installation récente, dynamiques entrepreneurs comme militaires en retraite, peuvent aussi être appelés à y siéger. C’est là par conséquent le niveau le plus bas des « masses de granit », de cette nouvelle société bourgeoise complètement coupée des catégories populaires21. D’une certaine façon, et au moins dans les localités les moins médiocres, c’est aussi un pouvoir de classe, celui des possédants.

Carrières et portraits politiques : à la recherche de « l’état-major » local

411254 citoyens de l’arrière-pays marseillais ont été, rappelons-le, chargés, par le peuple souverain ou par les autorités supérieures, de l’exercice d’une quelconque responsabilité publique. Il est bien évident toutefois que pour les uns et les autres, le rapport au pouvoir n’a pas eu la même signification. Une hiérarchie existe donc, au sommet de laquelle se place ce qu’il convient d’appeler un « état-major » local.

Approche statistique

42Pour mettre en évidence les grandes personnalités politiques locales, celles qui sont véritablement à la tête de leurs communes respectives, en tant que représentants « naturels » ou que chefs de partis, et autour desquelles gravitent en quelque sorte clients mais surtout « sympathisants », une approche statistique semble tout d’abord nécessaire. Nous avons retenu pour cela deux grands critères que nous allons successivement examiner, puis dont nous croiserons les enseignements : le nombre de charges exercées par ces élus et désignés et le niveau de responsabilité qui s’en dégage.

Nombre de charges exercées

43Au-delà des aléas démographiques et politiques, chaque élu et désigné des communes de l’arrière-pays marseillais a eu à endosser en moyenne deux responsabilités publiques durant toute la décennie révolutionnaire. Nous avons alors distingué trois catégories d’hommes politiques : les « épisodiques », ceux qui n’ont été honorés de la confiance de leurs concitoyens ou des autorités supérieures qu’une seule fois ; les « réguliers », ceux qui ont exercé entre deux et quatre charges ; les « assidus », enfin, ceux qui ont eu au moins deux fois plus de nominations que la moyenne générale.

Communes

Épisodiques

Réguliers

Assidus

Allauch

51,6

41,8

6,6

Aubagne

55,2

39,7

5,1

Auriol

52,1

42,4

5,5

Belcodène

12,5

62,5

25

Cassis

55,6

40

4,4

Ceyreste

56,6

58,6

3,8

Cuges

57,1

39

3,9

Gémenos

66,7

29,3

4

Gréasque

31,3

65,6

3,1

La Ciotat

50

45,8

4,2

La Penne

66,7

27,1

6,2

Peypin

54

42

4

Roquefort

50

34,4

15,6

Roquevaire

44

43,9

12,1

Saint-Savourin

69,7

24,2

6,1

Tableau 32 : Élus et désignés de l’arrière-pays marseillais : des carrières d’une ampleur inégale (en %)

  • 22 Sur le problème des candidats dans les élections révolutionnaires, Malcolm Crook, « Le candidat im (...)

44Dans pratiquement toutes les communes étudiées, plus de la moitié des membres du personnel politique local n’ont été élus ou désignés qu’une seule fois. Est-ce là l’effet de l’absence de candidatures déclarées22 ? Le nombre excessif des citoyens appelés au pouvoir a-t-il empêché la formation de véritables équipes de gestionnaires au savoir-faire bien rodé ? Nous ne le pensons pas. Tout d’abord, parce que cette foule d’élus épisodiques est un formidable révélateur d’une certaine vitalité démocratique : ce ne sont pas toujours les mêmes hommes qui se retrouvent à la tête des institutions locales ; il y a donc dans le corps social tout un vivier de citoyens prêts à prendre place dans les municipalités, dans les tribunaux de paix ou à représenter leurs mandants dans les assemblées du second degré. Ensuite, parce que les élections locales, sans parler bien évidemment des nominations, sont extrêmement politisées. L’éparpillement des voix n’est en effet pas vraiment de rigueur dans les communes de l’arrière-pays marseillais. Les citoyens qui se rendent dans les assemblées primaires savent donc très bien pour qui voter. Des partis se forment et s’affrontent pour le contrôle du pouvoir local. Tantôt, ce sont les uns qui dirigent, tantôt, ce sont les autres. Autrement dit, une véritable alternance existe, dans des conditions plus ou moins sanglantes selon les localités certes, mais qui permet en tout cas d’éviter la concentration des fonctions publiques entre les mains d’une infime minorité.

Plus haute responsabilité exercée

  • 23 Danièle Pingué, Les mouvements jacobins en Normandie orientale. Les sociétés politiques dans l’Eur (...)

45Si les membres du personnel politique des communes de l’arrière-pays marseillais n’ont pas été appelés au pouvoir, au cours de la décennie révolutionnaire, avec la même régularité, tous n’ont pas eu non plus les mêmes responsabilités à exercer. Nous nous sommes inspirés alors de la hiérarchisation des fonctions publiques établie par Danièle Pingué pour tenter de situer l’envergure de nos élus et désignés23. Nous avons ainsi distingué un premier niveau d’intervention, le plus immédiat en quelque sorte, celui de la commune et du canton. À l’intérieur de ce premier niveau, nous avons différencié des fonctions inférieures (notables, membres des comités de surveillance, adjoints de la période directoriale), des fonctions subalternes (assesseurs, officiers municipaux, administrateurs municipaux et agents du Directoire) et des fonctions supérieures (maires, procureurs, agents nationaux, présidents de canton, commissaires du directoire exécutif, juges de paix). Certains citoyens ont pu aussi avoir accès à des charges dépassant le simple cadre local (deuxième niveau d’intervention) : électeurs du second degré ; membres des conseils généraux et des directoires de district et du département, présidents ou juges des tribunaux de district ou de département. appelons enfin qu’aucun de nos élus et désignés de l’arrière-pays marseillais n’a eu de destinée « nationale ».

Tableau 33 : Élus et désignés de l’arrière-pays marseillais : des carrières d’une envergure inégale (en %)

46La très grande majorité des élus et désignés de la période révolutionnaire a eu des responsabilités relativement mineures au sein des institutions communales. Il n’en reste pas moins que près d’un sur cinq a, à un moment ou à un autre, fait partie de l’état-major local. Il faut remarquer à cet égard qu’il y a à ce niveau une certaine interpénétration des charges les plus prestigieuses, bon nombre de maires, de procureurs, de juges de paix ayant aussi été électeurs du second degré (ce qui explique d’ailleurs dans notre tableau la supériorité des pourcentages relatifs aux électeurs sur ceux des fonctions supérieures). Quant aux citoyens qui ont pu prendre place dans les administrations et les tribunaux de département et même de district, ils sont plutôt rares et logiquement originaires des plus grandes localités de notre zone d’étude. Mais, pouvait-il en être autrement dans des assemblées électorales dominées quantitativement et qualitativement par les Aixois et plus encore par les Marseillais ? Dans ces conditions, la présence d’Allaudiens, d’Aubagnais, d’Auriolais, de Cugeois, de Ciotadens, de Roquevairois n’en est que plus symbolique.

Identification d’un noyau dirigeant

  • 24 11 à Allauch, 9 à Aubagne, 8 à Auriol, 1 à Belcodène, 4 à Cassis, 2 à Ceyreste, 2 à Cuges, 3 à Gém (...)

47En croisant les deux variables, nombre de charges exercées et envergure des responsabilités endossées, nous croyons pouvoir mettre en évidence ceux qui, tout au long de la décennie révolutionnaire, ou au moins au cours d’une des grandes phases de celle-ci, ont dirigé la vie politique locale. Ainsi, en combinant « assidus » et fonctions d’état-major (fonctions supérieures de niveau local, électeurs du second degré et administrations de district et de département), ne restent plus sur notre total de 1254 élus et désignés de la décennie révolutionnaire que 68 citoyens24.

48Un certain nombre de traits communs s’en dégagent, sans grande surprise d’ailleurs. Une certaine instruction tout d’abord, toutes ces personnalités locales savent au moins signer. L’âge, ensuite, 56,6 % de ceux dont nous avons pu retrouver avec exactitude la date de naissance appartiennent à la génération des 30-50 ans. La fortune ensuite, près de 80 % d’entre eux sont inscrits sur les rôles de l’emprunt forcé de l’an iv. La puissance foncière enfin, avec 66 % de gros propriétaires. Mais, au-delà de ces évidences finalement, des différences très nettes se font jour en fonction du type de commune que ces citoyens ont due diriger.

  • 25 Pas étonnant non plus que le curé de Peypin, l’Aubagnais Jean-Antoine Bérenger, l’un des rares cit (...)

49Dans les démocraties villageoises (Belcodène, Peypin, Roquefort, Saint-Savournin), se sont ainsi imposés quelques bons ménagers, pas forcément les plus puissants, mais à coup sûr les plus instruits, c’est-à-dire à peu près capables de comprendre et d’expliquer à leurs concitoyens la nouvelle législation révolutionnaire. Dans cette perspective, il n’est pas étonnant de les retrouver aux postes clés du pouvoir local, maire, procureur, électeur du second degré25. C’est aussi qu’ils représentent depuis longtemps la communauté dans sa lutte anti-seigneuriale, ayant souvent été à la tête, en tant que consuls ou que conseillers, des longues batailles procédurières de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. C’est donc en toute logique que ces élites paysannes adhèrent à une Révolution qui proclame l’abolition de la féodalité. L’engagement jacobin n’en est finalement que le prolongement, de même qu’une certaine fidélité républicaine sous le Directoire. Mais, dès lors que la victoire semble acquise, l’ordre doit régner, qu’il soit assuré par un général victorieux ou par un roi restauré. L’état-major local de ces démocraties villageoises suit en tout cas le mouvement, à l’image d’un Joseph Bonifay, adjoint de Peypin de 1802 à 1828 !

  • 26 Michel Vovelle, « Le poids des affrontements religieux dans la formation des options collectives m (...)
  • 27 La notion de « stratégie » doit être maniée selon nous avec beaucoup de précautions durant la déce (...)

50Dans les milieux plus urbanisés, des bourgs aux petites villes, l’état-major local est en grande partie celui des partis en compétition pour le pouvoir. Le phénomène semble particulièrement flagrant à Allauch, Auriol et Roquevaire : en fonction de l’évolution politique du moment, ce sont un peu toujours les mêmes citoyens qui se retrouvent aux fonctions clés des institutions communales ou cantonales. Socialement, ces chefs de file se recrutent avant tout dans les quelques familles bourgeoises de la place, simples rentiers comme avocats et notaires. Avec les bons ménagers d’Allauch et les négociants d’Auriol et de Roquevaire, ce sont donc bien les plus apparents du lieu qui ont constitué, dans un camp ou dans l’autre, le noyau dirigeant de leurs communes respectives. La plupart d’entre eux avaient d’ailleurs accès aux conseils d’Ancien Régime et sans être vraiment tous de niveau consulaire, y jouaient déjà un rôle non négligeable. Qu’est-ce qui a fait alors que les uns aient choisi de s’engager derrière les mots d’ordre jacobins et que les autres les aient plus ou moins âprement combattus ? Peut-être bien alors que la question religieuse a été ici la plus discriminante, contribuant en tout cas à séparer bien pensants et esprits éclairés26. Quoiqu’il en soit, à Auriol et à Roquevaire, les dirigeants des anciennes factions locales se retrouvent dès le Consulat à siéger ensemble au sein des conseils municipaux, notables traditionnels (pour ne pas dire traditionalistes) et notables jacobins. Il faut remarquer à cet égard que la décennie révolutionnaire a représenté une indéniable promotion pour un certain nombre de dirigeants jacobins, riches, gros propriétaires, mais pas forcément reconnus sous l’Ancien Régime. L’exemple de Jean-Louis Ricard à Allauch, de la famille Michel à Auriol (François Christine et Jérôme), des Besson de La Ciotat (Toussaint André et Jean André Clair) montre parfaitement que l’engagement jacobin a pu être sinon une véritable stratégie, du moins un tremplin vers davantage de reconnaissance publique27. Tel n’a pas été le cas en revanche pour les plus plébéiens de nos dirigeants locaux. À Aubagne et à La Ciotat, où un fort mouvement populaire a existé dans les premières années de la Révolution, des meneurs d’origine modeste ont certes réussi à prendre place au sein de l’état-major de leurs communes respectives. Mais, leur présence au pouvoir n’a duré que le temps de la Révolution.

  • 28 AD BDR, 5 U1 2, Liste des candidats pour les justices de paix du premier arrondissement, an XII.
  • 29 AD BDR, 2 M 104, Dénonciation du maire Bernardin Ramel et du deuxième adjoint Jean-Claude Fouillot (...)
  • 30 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p. 66.

51Ce sont pourtant ces militants populaires qui ont incarné au plus haut point la révolutionnaire démocratisation de la vie politique locale. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’ils aient été aussi les plus vilipendés. Songeons à Joseph François Nalis, de La Ciotat, candidat en l’an XII à sa succession comme juge de paix et présenté par les services préfectoraux comme « un capitaine marin peu propre à exercer cette place28 ». Quant à Antoine Fontenelle-Auger, toujours de La Ciotat, il est décrit par ses pourtant collègues et anciens camarades de lutte Bernardin Ramel et Jean-Claude Fouillot comme « un vrai intrigant, homme sans feu, sans lieu, criblé de dettes, arrivé il y a douze ans dans cette commune avec son seul mouchoir29 ». L’historien aubagnais César Couret se souvient lui avec dédain de ce Michel Séchier, « simple commis » de son négociant de père, mais ayant pourtant exercé les plus hautes responsabilités locales30. Ainsi, au-delà des attaques personnelles, c’est bien une certaine haine de classe qui transparaît.

Des opportunistes aux sans-culottes : portraits politiques

Les gardiens du troupeau : les Julien de Roquefort

  • 31 Christophe de Villeneuve-Bargemon, Statistique… op. cit., t. II, 1824, p. 841-844.
  • 32 Une « carreirade » ou « carraire », c’est un chemin de parcours pour le bétail.
  • 33 AD BDR, 150 E FF 2 et 3 ; 4D 2, 3 et 4 : procédure de 1748 à 1847 !

52En 1569, au moment de sa cession par l’évêque de Marseille, le fief de Roquefort a été coupé en deux. Mais, à la fin des années 1740, Michel Jean-Baptiste de Bausset, l’un des deux co-seigneurs du lieu, a racheté à Jean Fougasse de La Ciotat la part que d’Albertas lui avait vendue. Dès lors, pour de Bausset, il faut faire reconnaître aux habitants sa nouvelle directe universelle. Ceux-ci, bien entendu, ne l’entendent pas ainsi. Le seigneur riposte en contestant plusieurs propriétés communales et même certaines terres « abandonnées » par son puissant voisin de Garnier, seigneur de Julhans. De plus, à Roquefort, près de 80 % de la superficie communale est faite de bois31. Avec la proximité de La Ciotat et de Toulon qui en ont un besoin vital pour la construction navale, c’est là une richesse à ne pas négliger. De Bausset l’a bien compris, qui tente de s’approprier toutes les parties boisées du lieu et d’y limiter au maximum l’introduction des troupeaux. Dans cette perspective, il tente de faire fermer des carreirades jusque-là publiques et ambitionne de détourner la source qui servait d’abreuvoir pour les bêtes32. Nous sommes en 1748 : c’est le début d’un très long procès, d’autant plus complexe d’ailleurs qu’il fait intervenir de temps à autre plusieurs communautés des environs, au nom d’un immémorial droit de compascuité33.

  • 34 AD BDR, 150 E BB 7, Conseil du 9 juin 1759.
  • 35 AD BDR, 150 E BB 8, Conseil du 5 juin 1765.

53Or, les Julien, ménagers aux revenus fonciers moyens, mais souvent fermiers des beaux domaines du lieu (celui de Claude Maunier, bourgeois de Marseille dans les années 1750 et surtout, celui de Pierre Hercule de Garnier), ce qui leur assure une relative aisance, sont précisément des éleveurs. Toutes les prétentions seigneuriales que nous venons de rappeler sont donc totalement contraires à leurs intérêts. Ainsi, au différend entre la communauté et de Bausset sur la directe universelle, s’ajoute une « querelle particulière », celle des Julien contre leur seigneur. Le 9 juin 1759, le conseil de communauté accepte ainsi de comprendre dans la procédure générale le procès opposant Jacques Julien et de Bausset sur l’envoi de troupeaux sur les herbages des propriétés prétendument seigneuriales et enclavées dans le défens communal34. Mais, le 5 juin 1765, la communauté cède, alors même que Jacques Julien en est le premier consul : le procès est trop long et surtout trop coûteux, avec tous ses dépens à payer au seigneur35. Joachim de Bausset, successeur de Michel Jean-Baptiste, triomphe et se voit reconnaître la directe universelle tant convoitée. C’est qu’il a bénéficié du soutien de son compatriote aubagnais et gros propriétaire à Roquefort, l’avocat Louis Bernard.

  • 36 AD BDR, 150 E BB 8, Conseils du 20 décembre 1774 et du 21 avril 1776.
  • 37 AD BDR, 150 E BB 9, Conseil du 23 août 1780.
  • 38 AD BDR, 150 E 4D 3, Sentence du tribunal d’appel d’Aix, 28 germinal an XII-18 avril 1804.

54Pour les Julien, c’est l’humiliation la plus complète, mais pas la fin de la résistance pour autant. Le fils de Jacques, Lazare, reprend en effet le flambeau au milieu des années 1770, en exigeant une vérification de l’état des carreirades et en soutenant un comparant des seigneurs de Julhans Saint-André et de Julhans Fontblanche sur les droits de compascuité sur les terres taillables36. Pendant ce temps, Joachim de Bausset a obtenu du Parlement aixois un arrêt interdisant l’introduction des chèvres dans le terroir : le conseil de communauté s’en émeut, certains font remarquer que le pâturage des chèvres est non seulement utile pour engraisser les terres, mais extrêmement avantageux au niveau financier, puisque la ferme communale des herbages rapporte 200£ par an, ce qui est autant de moins à payer en taille. Mais, par neuf voix contre six, le conseil se range une nouvelle fois37. Quant à Lazare Julien, son troupeau est saisi en 1784 sur ordre du seigneur pour se trouver sur la carreirade du quartier du Crès, soit sur un emplacement que communauté et seigneur se disputent depuis bientôt quarante ans38.

  • 39 AD BDR, 150 E BB 9, Conseil du 11 août 1789.
  • 40 AD BDR, 150 E 1D 1, Conseil du 25 août 1790.
  • 41 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseil du 12 mars 1793.

55Ainsi, au-delà de son intérêt propre ou de celui de son puissant propriétaire de Garnier, la famille Julien incarne la résistance, jusque-là malheureuse, aux prétentions seigneuriales. Lazare, l’un des rares habitants de cette petite commune d’habitat dispersé à savoir lire et écrire et à posséder, par la force des choses, quelques rudiments de droit, est logiquement élu en mars 1789 député de la communauté pour l’assemblée de sénéchaussée. Il pense alors en profiter pour faire intervenir le conseil dans son procès sur la carreirade du quartier du Crès, mais en vain39. Qu’à cela ne tienne, il revient à la charge, aussitôt élu premier maire de la commune. Son discours du 25 août 1790 présente ainsi « l’introduction des chèvres comme un bien général » et, utilisant une rhétorique digne du meilleur patriote, s’en prend au « despotisme de M. Bausset, dont l’intérêt ne fut jamais le nôtre ». La nouvelle équipe municipale accepte alors sa proposition de réintroduire les chèvres dans le terroir de ce lieu et d’en écarter celles des « étrangers40 ». En novembre 1791, Lazare Julien est reconduit par ses concitoyens au poste de maire, puis comme procureur en décembre 1792. Mais, il démissionne aussitôt, du fait de l’opposition de plusieurs propriétaires qui se réclament du Code rural du 6 octobre 1791 pour refuser tout parcours de troupeaux sur leurs terres41.

  • 42 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseil du 8 ventôse an II-26 février 1794.
  • 43 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseil du 11 prairial an II-30 mai 1794.

56Ainsi, avec le relatif apaisement de la question seigneuriale, les rivalités internes au monde paysan refont surface. Il convient donc pour Lazare Julien de s’en prendre à nouveau à son vieil ennemi Joachim de Bausset. C’est son allié Joseph Tricon qui s’en charge : maire de la commune en décembre 1792 et ayant lui aussi dû souffrir personnellement des menaces seigneuriales (son père a failli être expulsé d’un bien sur un emplacement contesté), il réclame de Bausset les titres qui prouvent sa propriété sur les terres gastes42. La société populaire, fondée le 17 février 1793 et au sein de laquelle prend bien évidemment place Lazare Julien, fait de même43. De Bausset est même arrêté ; il doit en tout cas céder.

  • 44 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseils du 9 fructidor an ix-6 septembre 1801 et du 17 ventôse an x-7 mars 18 (...)
  • 45 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseil du 9 floréal an XII-29 avril 1804.
  • 46 AD BDR, 150 E 1D 2, Arrêté du préfet, 28 thermidor an XII-16 août 1804.

57Sous le Directoire, Joseph Tricon et les Julien, Lazare et ses fils, Honoré et François, sont systématiquement élus ou nommés comme agents ou adjoints. Ils sont donc logiquement à la tête du premier conseil municipal du Consulat, Tricon comme maire, Lazare puis Honoré comme adjoint, auquel il faut ajouter comme conseiller Grégoire Revest, beau-fils de Lazare. Quoiqu’il en soit, ils se sentent assez forts pour relancer le fameux procès de 1784 sur la saisie du troupeau de Julien sur la carreirade du quartier du Crès et obtiennent l’intervention de la commune dans la procédure44. Mais, sans pour autant contester la propriété communale sur ladite carreirade, les opposants au procès, menés par Jacques Lieutaud et surtout par Mathieu Bernard, petit-fils de l’avocat qui avait fait gagner de Bausset dans les années 1760, font casser la décision du conseil pour vice de forme, dans la mesure où l’on a retrouvé « une formule de délibération toute prête qui indiquait aux membres du conseil ce qu’ils avaient à faire »45. D’ailleurs, quelques mois plus tard, Tricon et Julien sont suspendus. Le nouveau maire n’est autre que l’un des frères Bernard, Hyppolite en l’occurrence46.

  • 47 AD BDR, 150 E 4D 5, Pétition contre le maire, 12 septembre 1807 et réponse de Bernard, 30 octobre (...)

58Les Julien sont donc écartés du pouvoir local durant toute la période impériale. Ils ont bien essayé pourtant d’obtenir en 1807 la destitution du maire, mais en vain. La plainte déposée à son encontre, dans laquelle les exposants dénoncent la nouvelle durée du bail des pâturages communaux (quatre ans au lieu d’un habituellement) et le projet de construction d’une fontaine alimentée par la source qui sert à abreuver les troupeaux, est vigoureusement réfutée par Hyppolite Bernard comme l’œuvre de « trois ou quatre propriétaires de troupeaux », dont la fureur ne justifie aucunement les critiques47. Il faut donc attendre la Restauration pour voir les Julien refaire surface : François, fils de Lazare, est nommé adjoint lors de la première épuration de 1814-1815, est confirmé en 1816 lors du renouvellement imposé par les Ultras et devient même maire de la commune en 1821.

59La famille Julien est donc bien représentative de l’état-major local des démocraties villageoises de l’arrière-pays marseillais. Relativement instruits et aisés, bénéficiant de la protection de plus puissants propriétaires qu’eux et du soutien de plusieurs autres ménagers au profil similaire, personnellement intéressés à la gestion communale, les Julien réussissent, naturellement en quelque sorte, mais surtout en tant qu’opposants aux prétentions seigneuriales, à s’imposer à la tête de la communauté. Leur engagement révolutionnaire n’est donc d’une certaine manière pas vraiment politique. Ils n’ont été jacobins que parce que le jacobinisme a représenté une voie sociale, celle de la table rase d’un ordre féodal qui n’était pas aussi à l’agonie que le prétendent certains historiens.

Des notaires, un curé, des maires : les Martinot d’Aubagne

  • 48 Pour tous les gradués que nous citons, voir AD BDR, D 15 à 18, Georges Fleury, Dictionnaire des gr (...)
  • 49 AD BDR, C 4683, État des sujets qui ont acquis des offices municipaux, 4 janvier 1736.
  • 50 Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne… op. cit., t. II, p.437.
  • 51 Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne… op. cit., t. II, p.455.
  • 52 Michel Vovelle, Piété baroque…, op. cit., p.314.

60Avec les Martinot d’Aubagne, nous pénétrons dans l’univers de ces traditionnelles dynasties bourgeoises, enracinées dans leur localité et intégrées à ses institutions communales depuis au moins les débuts de l’époque moderne. Dans leur cas, c’est l’étude notariale qui est au fondement de la puissance, complétée il est vrai par un solide patrimoine foncier. Pour le XVIIIe siècle, voici d’abord Jean-Pierre, licencié de droit de l’université d’Aix en 171348, notaire, acquéreur en 1736 de l’office de premier consul de la communauté d’Aubagne49, puis lieutenant de juge de 1742 à sa mort en 177650. L’un de ses fils, Michel Jean-Baptiste (né en 1732), embrasse le même type de carrière, dans le droit (licence en 1752), dans l’étude bien évidemment, dans l’univers seigneurial aussi (il est juge de Roquefort dans les années 1780) et enfin dans le conseil de communauté (conseiller en 1755, 1764, 1766, 1771, 1773 et 1780, premier consul en 1768 et en 1786). Son autre fils, Pierre (né en 1727), s’oriente quant à lui, vers le sacerdoce, devenant en 1774 curé de la paroisse d’Aubagne51, bon exemple finalement de tous ces bourgeois qui, de la petite ville au petit bourg, « se tiennent bien » au niveau de leurs attitudes religieuses52.

  • 53 AD BDR, 135 E BB 26, Conseil du 1er juin 1777.

61Les Martinot sont donc les parfaits représentants de cette oligarchie bourgeoise aubagnaise, qui tient solidement les rênes du pouvoir municipal. Bien sûr, tous ces plus apparents ne sont pas forcément d’accord entre eux sur la politique locale à mener, à l’image justement de Michel Jean-Baptiste Martinot qui a par exemple pris la tête en 1777 des opposants au transfert du marché des fruits et herbes de la place de la poissonnerie à celle du marché des blés et grains53. Il n’en demeure pas moins que les familles consulaires de la petite ville constituent un groupe socialement homogène, ne serait-ce qu’en raison des exclusives de profession que prévoit le règlement de communauté. Alors, certes, il y a bien une différence, entre la poignée de nobles non fieffés de la place et tous les roturiers qui n’ont plus vraiment l’opportunité de s’agréger au second ordre. Mais, hormis la barrière du privilège, rien ne sépare plus vraiment ces élites locales.

  • 54 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 29 mars 1790.
  • 55 Observateur marseillais, n° 29 du 6 juillet 1790.

62Quoiqu’il en soit, les idées nouvelles se diffusent très largement au sein de cette oligarchie aubagnaise qui s’enflamme, à l’image des frères Barthélémy dont nous avons cité le témoignage au chapitre 3, pour les premiers évènements révolutionnaires. C’est tout particulièrement le cas d’ailleurs du curé Pierre Martinot, lequel décide en juin 1789 de renoncer à sa charge pour se consacrer entièrement à sa nouvelle vie politique. Élu premier notable de la commune en février 1790, c’est lui qui, par exemple, propose, au nom de l’Égalité retrouvée, l’enlèvement des bancs des particuliers de l’église paroissiale54. En juin 1790, les assemblées primaires le désignent (ainsi que son frère Michel Jean-Baptiste) électeur du second degré. Notre ancien curé se retrouve alors nommé vice-président du directoire du district de Marseille55.

  • 56 AD BDR, L 195, Arrêté du directoire du département, 12 février 1791.
  • 57 AD BDR, L 1020, PV assemblée des citoyens actifs du 19 juin 1791.
  • 58 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV assemblée des citoyens actifs du 14 novembre 1 (...)
  • 59 AD BDR, L 292, Pétition du 18 juin 1792.
  • 60 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 3 août 1792.

63Curé patriote et jureur, Pierre Martinot n’en est pas moins rapidement solidaire de son milieu d’origine, de cette oligarchie aubagnaise mise à mal par la poussée populaire. Ainsi, début 1791, dans l’affaire de l’élection comme juge de paix d’Antoine Jourdan, ci-devant juge royal de la petite ville, c’est Martinot qui fait en sorte d’en obtenir la validation56. Il s’impose dès lors comme le principal dirigeant du parti anti-jacobin, étant à nouveau désigné par 66 des 69 votants de la très bourgeoise section des Pénitents Noirs comme électeur du second degré lors des assemblées primaires de juin 179157. C’est d’ailleurs lui que les « honnêtes gens » aubagnais avaient décidé de présenter face à Domergue lors des municipales de novembre 1791. Mais, Martinot ne peut y obtenir, sur 217 votants, que 8 voix (contre 208 à son adversaire)58. Notre ancien curé est donc bien évidemment l’un des convives du « Banquet des Olivettes » (de même que son frère et que son neveu). C’est aussi devant chez lui et pour réclamer sa tête qu’a éclaté l’émeute du 18 juin 179259. Début août de la même année, la municipalité jacobine perquisitionne une nouvelle fois son domicile et y découvre un abonnement au modéré Journal de Paris60.

  • 61 AC Aubagne, 143 Justice, Biens des émigrés, PV mise de scellés chez les émigrés, 8-24 janvier 1793
  • 62 AD BDR, L 349 et 350, Certificats de réintégration en vertu de la loi du 22 nivôse an III-11 janvi (...)
  • 63 AD BDR, L 1047, 57e liste des émigrés, 16 frimaire an II-26 novembre 1793.
  • 64 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV assemblée primaire du 10 brumaire an IV-1er no (...)
  • 65 Observateur du Midi, n° 15 du 10 frimaire an V-30 novembre 1796 : « le fameux Martinot, ex-curé d’A (...)
  • 66 AD BDR, L 3049, Interrogatoire de Christophe Jeanselme par le juge du tribunal civil du départemen (...)
  • 67 AD BDR, L 199, Lettre de l’administration municipale du canton d’Aubagne au département, 10 vendém (...)
  • 68 AN BB 18, 189, Acte d’accusation du 12 brumaire an VIII-3 novembre 1799.
  • 69 AN BB 18, 189, Jugement du 14 fructidor an IX-1er septembre 1801.

64C’est donc avant tout pour échapper aux menaces qui pèsent sur eux que les Martinot quittent Aubagne dans le courant de l’année 1792 : les Jacobins du lieu s’empressent alors d’apposer les scellés sur leurs biens61. De retour sous le Fédéralisme, ils se retrouvent logiquement à la tête de l’appareil sectionnaire : Pierre en tant que président et Michel Jean-Baptiste (le fils, né en 1768) que secrétaire du comité général62. Après la victoire des troupes de la Convention, les Martinot, comme la quasi-totalité des bourgeois de la ville, sont contraints d’émigrer63. Avec la fin de la Terreur, l’heure de la vengeance a sonné. L’ancien curé Martinot est symboliquement élu administrateur municipal le 10 brumaire an IV-1er novembre 1795, par 92 voix sur 9264. Il doit bien évidemment démissionner, étant compris dans la loi du 3 brumaire an IV-24 octobre 1796. Mais, s’il ne lui est pas possible de diriger la commune directement, il peut en revanche tout à fait le faire par l’intermédiaire d’hommes de paille, souvent d’origine populaire d’ailleurs, élus du 1er frimaire an IV-22 novembre 1795 ou désignés du 12 brumaire an V-2 novembre 179665. C’est que les Martinot oncle et neveu ont été accusés par les Jacobins d’avoir compté parmi les financiers de la fameuse « bande d’Aubagne »66, ou tout au moins d’avoir fait d’une de leurs bastides l’un des lieux de rassemblement de tous les « réquisitionnaires, déserteurs, émigrés et assassins » de la région67. Les deux figurent en tout cas comme prévenus dans la vaste procédure initiée par le juge de paix Barthélémy Charles Beuf : dans l’acte d’accusation, Pierre est soupçonné d’avoir pris part à l’exécution de Jean-Baptiste Domergue, son ancien rival à la mairie et Michel Jean-Baptiste d’avoir été l’un des meneurs de l’expédition sur Roquefort en vendémiaire an vi68. Contumaces lors du procès, ils n’en sont pas moins acquittés lors du jugement rendu par le tribunal spécial le 14 fructidor an IX-1er septembre 180169.

  • 70 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p.112.
  • 71 AC Aubagne, Délibérations municipales 1813-1821, Conseil du 7 mai 1815.

65Pour les Martinot, la Révolution a donc bel et bien dérapé : c’est parce que la poussée populaire a failli (et même momentanément réussi) à remettre en cause les positions acquises qu’il y a eu basculement dans l’opposition anti-jacobine. C’est là selon nous une réaction plus sociale que politique. Pour s’en convaincre, il suffit de détailler le parcours de Michel Jean-Baptiste Martinot fils, « vrai et loyal légitimiste », mais « aux idées toutes libérales » selon le jugement de son ami César Couret70. La Révolution terminée et devenu notaire à son tour, Martinot est nommé conseiller municipal en 1807 (pour remplacer un démissionnaire), puis encore en 1814, lors du deuxième renouvellement. Il est d’ailleurs, et c’est très révélateur, l’un des rares à encore prêter serment de fidélité à l’Empereur lors des Cent Jours71. Le 23 novembre 1817, il devient maire de la commune, fonction où il est reconduit en 1821 et encore en 1826. Il faut rappeler à cet égard que c’est lui qui a repris en 1820 le procès sur les fours banaux des héritiers du baron d’Ollières et qui l’a enfin terminé, en 1825-1826.

66En fin de compte, ces Martinot sont tout à fait représentatifs de ces vieilles familles bourgeoises, prêtes certes à s’enthousiasmer pour l’abolition des privilèges et pour des réformes « techniques » pouvant mettre fin aux abus les plus criants du régime appelé à devenir ancien, mais pas vraiment à aller plus loin.

Un opportuniste : Joseph Magloire Olivier de La Ciotat

  • 72 Observateur du Midi, n° 23 du 20 messidor an IV-8 juillet 1796.

67Né le 23 octobre 1750, Joseph Magloire Olivier appartient sans doute à une famille aisée, mais dont aucun des membres ne s’est illustré au XVIIIe siècle au sein des institutions locales. Après sa licence de droit, obtenue en 1771, il tente, comme l’en accuseront bien plus tard les Républicains de sa ville, « de sortir de la classe ignoble de ses pères »72, en achetant, le 6 avril 1774, une charge de procureur du roi en l’amirauté de La Ciotat. Il confirme cette indéniable promotion sociale par un mariage lui aussi fort avantageux, avec l’un des plus beaux partis du lieu, Anne Martine Cruvellier, fille du médecin Guillaume, second consul de la communauté en 1769 et surtout deuxième plus gros patrimoine foncier de la cité.

  • 73 Observateur du Midi, n° 23 du 20 messidor an IV-8 juillet 1796.
  • 74 Journal de Provence, n° 40 du 27 juillet 1790.

68Notre homme est donc devenu un plus apparent. Il est en tout cas reconnu comme tel par les autres habitants qui le nomment en mars 1789 député de la communauté pour l’assemblée de sénéchaussée. La réorganisation administrative opérée par la Constituante multiplie les postes à sa mesure : beau parleur, n’en ratant pas une pour faire enregistrer ses discours dans les registres de délibérations municipales, il lui est facile d’acquérir une « hypocrite popularité73 » qui l’amène à se faire confortablement élire en juin 1790 comme électeur du second degré. À l’assemblée électorale qui suit, Olivier est choisi pour faire partie du directoire du département74. C’est là un début de carrière tonitruant, ce que confirme encore une nouvelle élection en juin 1791 comme électeur.

  • 75 AC La Ciotat, DA 01-02, Acte protestatif du 17 novembre 1791.
  • 76 AC La Ciotat, DA 01-02, Démission du maire Magloire Olivier, 18 décembre 1791.
  • 77 Sur Besson, Louis Jeansolin, « Toussaint André Besson, premier maire élu de La Ciotat (1738-1822)  (...)
  • 78 AC La Ciotat, DA 01-02, Certificat de résidence à Paris de Joseph Magloire Olivier, 26 octobre 179 (...)
  • 79 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 10 avril 1793.

69Son mandat départemental achevé, Olivier convoite et obtient la mairie de sa ville natale aux élections de novembre 1791. Sa nomination entraîne la colère des Antipolitiques du lieu qui tentent de la faire casser75. C’est que politiquement, notre homme est plutôt un modéré, pour qui le peuple n’a pas à se mêler de ce qui doit être réservé à une élite. Le club n’obtient en tout cas pas satisfaction, mais le mouvement populaire – pour ne pas dire ouvrier, souvenons-nous de la manifestation des travailleurs de la construction navale du 9 décembre – le contraint, par ses attroupements successifs, à donner sa démission le 18 décembre 179176. Commence alors pour l’ambitieux Joseph Magloire Olivier une véritable « traversée du désert ». La radicalisation politique de l’été 1792 et la prise de pouvoir en septembre des dirigeants de la société populaire conduits par son concurrent Toussaint André Besson77 l’ont en effet totalement exclu de la vie politique locale. Olivier est même considéré comme émigré et doit présenter à l’automne un certificat de résidence à Paris78. Au printemps suivant, il est de retour à La Ciotat et c’est pour se débarrasser de ce si encombrant personnage que la municipalité jacobine l’inscrit d’office parmi les cinq hommes que la commune doit fournir pour les frontières79.

  • 80 AC La Ciotat, DA 01-02, PV installation de la municipalité nommée par les sections, 31 juin 1793.
  • 81 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 16 juillet 1793 ; Liste des marins et des volontaires inscrits (...)
  • 82 AC La Ciotat, DA 01-03, Conseil du 25 août 1793 et PV prestation de serment à la Convention, 27 ao (...)
  • 83 AD BDR, L 1047, 56e liste des émigrés, 19 brumaire an II-9 novembre 1793.
  • 84 AC La Ciotat, DA 01-04, Conseil du 1er nivôse an III-21 décembre 1794.
  • 85 Anti-Royaliste, n° 17 du 30 nivôse an VI-19 janvier 1798.

70L’installation des sections lui évite ce désagrément. Joseph Magloire Olivier a même l’occasion de refaire surface. Le comité général du lieu le désigne en effet comme officier municipal le 31 juin 1793 ; le jour de l’installation, il insiste et réussit à obtenir le titre de président de la municipalité provisoire80. Pendant ces deux mois de l’insurrection fédéraliste, Olivier s’affirme aussi en tant que chef de parti. C’est lui qui dénonce les « fauteurs d’anarchie », qui ordonne l’arrestation et la traduction à Marseille par devant le tribunal populaire des auteurs des crimes, actes arbitraires et contributions forcées de l’année écoulée et qui prend l’initiative de lever plusieurs compagnies de volontaires et de marins pour aider les Marseillais à se défendre contre les troupes de Carteaux81. C’est pourtant le même homme qui, le 27 août 1793, prête serment à la Convention, expliquant sa conduite passée par la nécessité, celle d’obéir aux arrêtés du département et celle, plus impérieuse encore, de ne pas se couper des Marseillais, à un moment où l’approvisionnement en grains était devenu très difficile82. Ainsi, ce ne serait pas par adhésion, mais par la contrainte que les municipaux provisoires et Olivier à leur tête auraient suivi les rebelles sectionnaires. Notre ancien président termine même sa justification en disant que « l’acte constitutionnel [celui du 24 juin 1793] a été reçu et gardé comme un dépôt précieux et sacré ». L’argumentation est un peu faible et Olivier, avec beaucoup d’autres, prend la fuite, se retrouvant à nouveau inscrit sur une liste d’émigrés83. C’est pourtant celle qui est retenue par le Comité de sûreté générale dans un arrêté du 20 frimaire an III-10 décembre 1794 qui disculpe toutes les autorités provisoires de l’épisode fédéraliste et que Magloire Olivier, triomphant, apporte au conseil municipal de sa ville84. C’est que si l’on en croit les Républicains ciotadens, notre homme a bénéficié à Paris de l’aide de son compatriote Mathieu Payan-Latour, ancien officier de l’armée royale, lequel aurait demandé à Anne Martine Cruvellier, l’épouse d’Olivier, « de lui envoyer cent louis » pour arroser qui de droit et obtenir la radiation définitive de son mari85.

  • 86 AC La Ciotat, DA 01-04, Démission de Joseph Magloire Olivier, 11 brumaire an IV-2 novembre 1795.
  • 87 AC La Ciotat, DA 01-04, Arrêté du 4 prairial an IV-23 mai 1796.

71Quoiqu’il en soit, la carrière de Joseph Magloire Olivier est relancée par Thermidor. Il est à nouveau élu électeur en fructidor an III, puis administrateur municipal en brumaire an iv, place qu’il refuse aussitôt d’ailleurs86, ce qui lui évite d’être destitué lors de la reprise en main « républicaine » de la deuxième mission Fréron. Mais, sitôt parti le représentant du gouvernement dans les départements méridionaux, revoilà Magloire Olivier, nommé, grâce semble-t-il à l’appui des députés « royalistes » des Bouches-du-Rhône, commissaire du Directoire exécutif près l’administration municipale du canton de La Ciotat87. Les Républicains du lieu, qui tiennent toujours ladite municipalité, sont furieux et l’écrivent à l’Observateur du Midi, retraçant le parcours d’un homme

  • 88 Observateur du Midi, n° 23 du 20 messidor an IV-8 juillet 1796.

dont ils connaissent trop bien et la conduite anti-civique et les opinions anti-populaires. Il est le coryphée des royalistes, il est sans cesse au milieu d’eux, il n’a de liaisons qu’avec eux, les brillantes sérénades que lui ont donné, à la nouvelle de sa nomination, les jeunes chouans de la réquisition et les enfants du Soleil prouvent les services importants que les ennemis de la République attendent de ce commissaire88.

  • 89 AN, F7-7321, dossier 5901.
  • 90 AC La Ciotat, DA 01-05, Arrêté du 4 ventôse an vi-22 février 1798.
  • 91 AD BDR, L 279, PV assemblées électorales, an vi et an VII.

72« Royaliste » alors Joseph Magloire Olivier ? Certes, c’est un anti-jacobin, mais c’est aussi quelqu’un qui assume pleinement sa nouvelle fonction de commissaire du Directoire. En attestent par exemple les très précis comptes décadaires qu’il envoie à son supérieur hiérarchique89. Il n’est d’ailleurs pas destitué après le 18 Fructidor, ce qui est assez révélateur, et ne perd sa place que quelques mois plus tard, au profit d’un Antoine Fontenelle-Auger que les Jacobins de la cité portuaire réclamaient depuis l’an IV90. Olivier a peut-être même contribué à faire de ces derniers des républicains « gouvernementaux ». Ce n’est sans doute pas un hasard en effet si, en l’an vi et en l’an VII, les électeurs ciotadens, pourtant souvent anciens de l’an II, adhèrent à peu près tous aux scissions initiées par les républicains modérés91.

  • 92 AC La Ciotat, Arrêté de nomination, 19 messidor an VIII-8 juillet 1800 et AD BDR, 2 M 91, Décret i (...)
  • 93 AC Aubagne, 2G 3.
  • 94 AD BDR, 3 M 4, Liste des membres qui composent les collèges électoraux des arrondissements d’Aix, (...)
  • 95 AD BDR, 2 M 90, Arrêté de nomination après présentation des collèges électoraux, 10 ventôse an XII (...)
  • 96 AD BDR, 5 U 6, Tableau des juges de paix en exercice dans le département, 1816.
  • 97 AD BDR, 2 M 91, Tableau des présidents de canton du département, 1807.
  • 98 AD BDR, 3 M 3, Liste des membres formant le collège électoral du département, 14 novembre 1808.

73Ce n’est pas étonnant non plus de retrouver Joseph Magloire Olivier sous le Consulat. Nommé une première fois par le préfet Delacroix comme conseiller municipal dès le 19 messidor an VIII, il est confirmé en la charge lors du premier renouvellement de l’an XII92. Mais il n’y a pas là de quoi contenter notre influent personnage, au demeurant bientôt classé parmi les six cents citoyens les plus imposés des Bouches-du-Rhône93. Avec le régime censitaire, il retrouve par conséquent l’envergure départementale qui était la sienne au début de la Révolution : membre du collège électoral de l’arrondissement de Marseille en l’an XI94, membre du conseil général du département en l’an XII95, juge de paix en l’an XIII96, président de canton en 180797, membre du collège électoral du département en 180898.

  • 99 AC La Ciotat, DA 01-10, Conseil du 15 mai 1821.
  • 100 AD BDR, 2 M 90, Liste des membres du conseil général du département, 1832.

74Sous la Restauration, et après avoir pendant des années encensé « le héros de la France », Olivier se rallie, conserve toutes ses fonctions et obtient même en 1821 d’être fait « chevalier de l’ordre royal de la Légion d’honneur »99. Est-ce là enfin la preuve éclatante de son attachement aux Bourbons ? Pas vraiment, puisqu’on le retrouve encore en 1832 parmi les conseillers généraux qui ont prêté serment au régime de Louis-Philippe100.

  • 101 Pierre Serna, La République des girouettes. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre (...)

75Mort en 1845, pratiquement centenaire, Joseph Magloire Olivier est donc un bel exemple, tant par sa longévité que par ses fréquents basculements politiques, de ces « girouettes »101 qui s’adaptent à tous les régimes, à toutes les situations, sauf peut-être à celles où le peuple souverain se donne les moyens d’intervenir par lui-même.

Le magistrat sans Dieu : Jean-Louis Ricard d’Allauch

  • 102 Notice biographique dans Henri Barre, « Biographies », in Paul Masson (dir.), Les Bouches-du-Rhône (...)

76Les grandes lignes de la vie de Ricard d’Allauch sont bien connues102 : né en 1759, fils d’un riche boulanger, licencié ès droit en 1783, avocat au Parlement, maire de sa commune en février 1790, membre du conseil général du département en juillet de la même année, président du tribunal criminel du département en 1791, président du directoire départemental en l’an iv, premier président du tribunal de première instance de Marseille de 1800 à mai 1812, auteur de plusieurs ouvrages politiques, juridiques, littéraires, membre de l’Académie de Marseille et figurant en 1813 dans la liste des six cents citoyens les plus imposés des Bouches-du-Rhône. Une vie de réussite, donc, et une spectaculaire ascension sociale. Son père, Louis, avait beau en effet être classé parmi les plus gros propriétaires d’Allauch, il n’avait jamais pu accéder à une quelconque responsabilité consulaire, se contentant tout juste d’être nommé conseiller ordinaire de la communauté en 1781.

  • 103 BMVR Marseille, 1365, Consultation pour Dlle Thérèse Marie André du lieu d’Allauch, accusée et déc (...)
  • 104 BMVR Marseille, 4717, 6, XXIV, Suite de l’affaire d’Allauch. Réponse au mémoire du sieur Pistoye, (...)
  • 105 Cf. chapitre 2.
  • 106 BMVR Marseille, 4717, 6, XXIV, PV dressé par les citoyens d’Allauch sur ce qui s’est passé dans ce (...)

77C’est pourtant par la chronique des faits divers que Jean-Louis, le fils, commence à faire parler de lui. En 1778, il a en effet une relation avec Thérèse André, fille de second consul, ce qui donne un enfant, mais pas de mariage103 ! Les deux amants auraient pourtant pu vivre « dans leur condition de bourgeois, avec une fortune au-dessus de la médiocrité ». Mais, précisément, telle n’est pas l’ambition des Ricard : le père, notamment, tente d’étouffer l’affaire en prétendant que la demoiselle André a voulu assassiner son fils avec un pistolet lors d’une violente dispute le 28 juin 1778, que ses beaux-frères André Durbec et Jean-Pierre Foucon ont publiquement déclaré qu’ils feront ce que l’honneur leur dira de faire et enfin qu’en 1786, quelques mois avant le mariage de Jean-Louis avec une riche héritière de Château-Gombert (terroir de Marseille), elle est venue chez la grand-mère de la prétendue afin de lui faire savoir que « s’il se marie, je le tue ». C’est aussi que pour Jean-Louis Ricard, toute cette histoire n’est qu’une « galanterie », qu’une « aventure » qui lui a certes coûté 15 000£ en 1781 en « dommages et intérêts » pour un fils qu’il a ainsi reconnu, mais finalement rien de plus et en tout cas pas vraiment de quoi lui faire abandonner une prometteuse carrière104. C’est qu’en effet ses frasques amoureuses n’empêchent pas Ricard fils d’entrer au barreau et même d’être délégué en 1784 par le Parlement aixois pour mettre fin à la résistance du lieutenant de juge allaudien Honoré-Marie Trotebas sur les procès que la communauté entend soutenir contre noble Jean-François Dieudé105. Cela ne l’empêche pas non plus d’avoir suffisamment de soutiens lors de l’assemblée des citoyens actifs du 21 février 1790 et de s’y faire élire maire dès le premier tour de vote. Autrement dit, dans ce bourg encore tout agricole qu’est Allauch à la fin du XVIIIe siècle, pour une bonne partie des habitants, de toutes origines sociales d’ailleurs, cela n’a absolument pas été un problème que d’avoir porté à la plus haute charge locale quelqu’un qui a aussi évidemment violé la morale traditionnelle et enfreint de manière aussi flagrante les obligations religieuses. Une autre partie, en revanche, s’en est offusquée, les citoyens les plus liés à l’Ancien Régime en un certain sens, le chevalier de Pistoye, capitaine d’artillerie, le médecin et subdélégué Pascal, le ci-devant viguier Trotebas, les fermiers des droits seigneuriaux André Durbec et Jean-Pierre Foucon (au demeurant beaux-frères, nous l’avons dit, de la demoiselle André106).

  • 107 BMVR Marseille, 12217, Plan d’une maison de retraite pour les vieillards, proposé par souscription (...)
  • 108 Guy Thuillier, Aux origines des maisons de retraite : Sainte-Périne de Chaillot (1800-1836), Paris (...)
  • 109 BMVR Marseille, 12217, Plan d’une maison de retraite pour les vieillards, proposé par souscription (...)

78Dès lors, l’engagement patriote, puis jacobin de Jean-Louis Ricard – il est membre des sociétés populaires d’Allauch et de Marseille et c’est même lui qui aurait prononcé l’oraison funèbre de Marat au club de la rue Thubaneau – est celui d’un magistrat laïque, représentant de tout un milieu social déchristianisé bien avant l’an II. D’ailleurs, finalement plus que son ralliement à Bonaparte, puis aux Bourbons en 1814 (après une révocation mal supportée en 1812), c’est peut-être cette non référence permanente à Dieu qui est le trait dominant de cette « étonnante personnalité ». C’est ce qui ressort en tout cas de l’un de ses derniers écrits, ce Plan d’une maison de retraite pour les vieillards, proposé par souscriptions, publié en 1822107. Dans ce texte, Ricard d’Allauch s’inspire de l’institution Sainte-Périne fondée par Du Chailla à Chaillot108. Il prévoit donc un ingénieux système de retraite par répartition pour financer son « institut de Saint-Louis » (nom du quartier de Marseille où Ricard a à sa disposition « un local qui parait fait exprès »), réservé aux « vieux fonctionnaires et militaires ». Or, ce n’est pas par esprit de charité chrétienne que Jean-Louis Ricard veut ainsi s’occuper des plus vieux ; ce serait contraire selon lui à « l’amour propre ». Sa cause est toute autre : « la politique ni l’esprit de parti n’ont rien à voir dans cette affaire, c’est celle de l’humanité109 ».et Usages et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social, à Paris, au cours du premier XIXe siècle, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, t. I, 1996 et t. II, 1997, 1393 p.

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice » : Jean-Baptiste Domergue d’Aubagne

  • 110 Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne… op. cit., t. II, p.319.

79« La famille Domergue établie à Aubagne depuis le commencement du XVIe siècle, a fourni des apothicaires à cette ville pendant plus de deux cents ans ; le dernier qui exerça cette profession fut Louis André Domergue, mort en 1789 »110. Une famille de petits bourgeois donc, avec un revenu foncier tout à fait correct. Une famille intégrée au pouvoir local aussi, Louis André a par exemple été second consul de la communauté en 1739 et conseiller ordinaire en 1755, 1760, 1766, 1770. Une famille de démocrates enfin, avec deux fils, François-Urbain et Jean-Baptiste, qui s’illustreront, chacun à leur manière, durant la décennie révolutionnaire.

  • 111 Lucien Grimaud, Histoires d’Aubagne, op. cit., p. 59.
  • 112 Winfried Busse et Françoise Dougnac, François-Urbain Domergue : le grammairien patriote (1745-1810 (...)

80Né en 1745, François-Urbain, après des études à Aubagne au sein de l’Institution Lautard qui, par tradition, formait les enfants des bonnes familles de la ville111, puis au collège des Oratoriens de Marseille, obtient une licence de droit et s’établit à Lyon où il dirige une pension. Il édite de mai 1773 à avril 1774 la Feuille littéraire de Lyon, bimensuel spécialisé dans les comptes rendus des évènements culturels de la région. En 1778, il fait paraître la première édition de son manuel, Grammaire française simplifiée, et revient en 1784 au journalisme, avec le Journal de la langue française, soit exacte, soit ornée. En 1790, Domergue s’installe à Paris : jacobin, il est surnommé le « grammairien patriote »112. C’est à lui en tout cas que revient le soin de fixer la langue politique révolutionnaire, pour endiguer le flot de mots manipulés par les adversaires du nouveau régime. Il relance à cet effet son Journal de langue française en janvier 1791, puis à l’automne de la même année, met en place la société des amateurs de la langue française, avec le soutien de personnalités telles que Brissot et Robespierre. Fervent partisan de l’unité linguistique, condition selon lui de l’unité nationale, Domergue le grammairien influence fortement l’abbé Grégoire dans son fameux rapport du 16 prairial an II-6 juin 1794, Sur la nécessité d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française. C’est aussi que la République sait récompenser les talents et François-Urbain connaît en effet les plus grands honneurs, en tant qu’enseignant, comme en tant que savant, avec son élection en 1795 à l’Institut, puis en 1803 à l’Académie française.

  • 113 Pour n’en donner qu’un seul exemple : « En spartiates modernes, formons une phalange universelle, (...)
  • 114 AD BDR, L 292, Réponse de la municipalité d’Aubagne à une pétition injurieuse, 19 juin 1792.
  • 115 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de Jean-Baptiste Domergue à la commission municipale de Sans-Nom, 2e q (...)
  • 116 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 3 février 1792.
  • 117 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 4 décembre 1792.
  • 118 Un exemple, parmi d’autres, cette virulente réponse à un commandant de bataillon qui a accueilli d (...)

81C’est dans un contexte radicalement différent que se situe le combat révolutionnaire de son frère cadet. Jean-Baptiste est né en 1754 et lui aussi a dû faire de solides études classiques, comme en témoignent les très nombreuses références à l’Antiquité de ses discours113. N’ayant pas repris la boutique paternelle, il se fait agriculteur. Il connaît dès lors parfaitement bien les conditions de vie de tous les « bons citoyens, occupés du matin au soir à gagner leur vie et celle de leurs familles »114. Quand la Révolution éclate, c’est à éclairer, à représenter, à conduire le petit peuple de sa ville qu’il choisit de consacrer son existence, quitte pour cela à renoncer à des perspectives de carrière plus prometteuses. Ainsi, c’est parce que « les habitants de la commune que j’habite m’ont élevé par leurs vœux unanimes au poste d’officier municipal depuis le commencement de la Révolution », qu’il refuse à l’hiver 1794 d’accepter une place à la commission municipale de Sans-Nom [Marseille], à laquelle l’ont pourtant nommée les représentants du peuple en mission115. Domergue, c’est donc l’intermédiaire culturel par excellence, celui du très plébéien bloc paysan-artisan qui a incarné le jacobinisme dans la petite ville d’Aubagne. Ce n’est d’ailleurs pas par charité chrétienne, même si Jean-Baptiste a un oncle curé, qu’il propose par exemple l’abolition de « la cloche des paysans » ou le maintien du don annuel de douze vestiaires que la commune faisait aux plus pauvres du lieu. Il en va pour lui au contraire de « la liberté décrétée dans la Déclaration des droits de l’homme »116, comme de « la bienfaisance et des secours à accorder à l’humanité souffrante »117. Dans nombre de ses discours, il fait pourtant preuve d’un certain messianisme révolutionnaire, non exempt d’ailleurs de manichéisme : il y a en effet pour lui deux catégories de citoyens, les bons et les mauvais, les patriotes et les autres en quelque sorte118. Ce n’est peut-être là que l’exacte reproduction de la bipolarisation politique aubagnaise. C’est peut-être aussi ce qui l’a rendue si sanglante.

  • 119 AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Arrêté du représentant Maignet, 24 messidor an II (...)
  • 120 AN, BB 18, 189, Acte d’accusation du 12 brumaire an VIII-3 novembre 1799.
  • 121 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p. 75 pour le discours de son père Sauveur et p.78 pou (...)
  • 122 AC Aubagne, Délibérations municipales 1813-1821, Conseil du 9 mai 1819.

82Ce sont d’ailleurs ces deux grands traits de sa personnalité, attachement viscéral aux intérêts populaires et profonde haine de ses ennemis, qui vont causer la perte de Jean-Baptiste Domergue. Chute politique d’abord, le représentant Maignet le destitue, avec quatre autres de ses collègues, quelques jours avant Thermidor, pour « avoir ordonné, les 18 et 20 messidor, la livraison de plusieurs charges de farine du magasin militaire » aux malheureux qui en étaient dépourvus : « les officiers municipaux ont non seulement abusé de leur autorité pour légaliser cet enlèvement, mais ils ont encore osé se transporter à la tête de quelques citoyens chez le garde-magasin et celui-ci a livré ce qui lui a été demandé119 ». Exécution ensuite sous la Terreur blanche : Domergue, réfugié à Barjols dans le Var, est arrêté par la « compagnie des chasseurs de la garde nationale d’Aubagne » (la fameuse « bande », en d’autres termes), commandée par Joseph Guilhermy, « commissaire des représentants du peuple », et traduit dans les prisons de sa ville natale. Enlevé par « un attroupement armé », à la tête duquel se trouve Pierre Martinot, ancien curé et ancien adversaire de la municipale de novembre 1791, il est assassiné « près de la fabrique de faïence du citoyen Bertrand » et enterré « dans la terre du citoyen Louis Mille », autre candidat malheureux des élections de janvier 1792120. César Couret, dont le propre père a donné dans un violent réquisitoire le coup d’envoi des massacres (« Où sont nos Barthélémy, nos Seigneuret, nos Cucurny ? Les bêtes féroces les ont dévorés ! »), rapporte que ses assassins trouvèrent sur Jean-Baptiste Domergue « le livre des Évangiles, marqué au signet à la page du sermon de Jésus-Christ sur la Montagne »121. Heureux donc ceux qui sont persécutés pour la justice… En attendant, le souvenir terrestre des Domergue est pour longtemps complètement effacé de la vie politique aubagnaise, comme le prouve ce symbolique refus du conseil municipal de 1819 d’accepter le legs de François-Urbain qui voulait doter les meilleurs élèves de la ville des exemplaires de son propre traité de grammaire122. Pour ces municipaux de la Restauration, il en est hors de question, le manuel n’étant pas reconnu comme « classique » et les héritiers de la famille n’ayant pas les moyens de faire respecter la donation. Ce ne sont là bien évidemment que des prétextes, car, au-delà du nom des Domergue, c’est bel et bien le spectre de la Révolution qui rode.

Un sans-culotte : Dominique Pichou d’Aubagne

83Avec Dominique Pichou, né en 1757, qualifié de « ménager » dans le registre de l’imposition foncière de 1791, mais au très modique revenu foncier de 39£, nous sommes au cœur de la sans-culotterie des communes de l’arrière-pays marseillais. Ici, pas d’études de droit, pas de réussite économique, mais des difficultés quotidiennes et une haine sociale exacerbée. Notre homme, s’il sait parfaitement signer son nom, à la différence de bon nombre de ses camarades qui ne le peuvent pas ou ne le font que d’une main tremblante, ne s’est pas non plus illustré par des grands discours ; il a préféré agir. Voici d’ailleurs ce que dit de lui en l’an VII, Joseph Camoin, ancien juge de paix thermidorien et se qualifiant lui-même dans sa lettre au ministre de l’Intérieur de « pur et probe républicain, prêt à remplir les sages intentions du gouvernement » :

  • 123 AN, AF III 217, 2, Lettre de Joseph Camoin au ministre de l’Intérieur, 6 germinal an VII-27 mars 1 (...)

Pichou, chef enragé depuis la révolution des lazzaronis de la commune et d’alentour, réunit journellement en son café ou taverne ses satellites les plus féroces, il s’est perpétué dans toutes les administrations anarchiques, il présida aux incendies, démolitions et pillages de vingt maisons, à deux pendaisons et à des contributions forcées, au recèlement des charrettes d’effets pillés en la commune de Velaux, lors de leur incursion dans les contrées d’Arles. Il prit part à l’émeute qui eut lieu à Marseille contre les représentants Auguis et Serres en suite de laquelle il fut incarcéré puis amnistié. Une horde effroyable d’anarchistes de toute la contrée l’installa sous le commissariat de Fréron tous ornés de thym et aux cris de Vive la Montagne et la constitution de 93123.

84Dans ce portrait, il y a bien évidemment une grande part d’exagération, ce qui est d’ailleurs parfaitement compréhensible, Camoin étant en train d’agiter le péril « anarchiste » pour faire invalider par le gouvernement les nouveaux élus de germinal. La description n’en reste pas moins intéressante, en ce qu’elle met en lumière plusieurs points essentiels dans l’engagement révolutionnaire de Pichou.

85Voilà en effet un homme du peuple qui ne fuit pas ses responsabilités et qui accepte, malgré plusieurs condamnations et séjours en prison (à l’été 1789, à l’été 1793 durant l’insurrection fédéraliste, à l’été 1795 enfin, ce qui lui a probablement évité de tomber sous les coups des compagnons de Jésus et du Soleil), les fonctions pour lesquelles le peuple souverain ou les autorités supérieures l’ont appelé : notable en novembre 1790, officier municipal en février 1792, officier municipal en thermidor an II, après la destitution par Maignet de Domergue, président de canton en ventôse an iv lors de la deuxième mission Fréron, administrateur municipal en fructidor an vi et à nouveau en germinal an VII. Remarquons au passage qu’il n’a jamais pu devenir électeur du second degré, son peu de fortune ne lui ayant pas permis d’atteindre le seuil d’éligibilité requis.

  • 124 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 1er juillet 1792.
  • 125 Une notice biographique lui est donc consacrée dans Georges Reynaud, Les Marseillais de la Marseil (...)
  • 126 AC Marseille, 25 II 2, PV découverte d’un placard injurieux, 11 avril 1789.
  • 127 AC Marseille, 25 II 2, Déposition de Gabriel Ramel, 1er juillet 1789.

86Politiquement, c’est un républicain convaincu, pour qui l’égalité ne doit pas être qu’une abstraite proclamation. Il est prêt d’ailleurs à mourir pour ses idées et s’engage par exemple dans le bataillon des Fédérés marseillais124, participant par là même à la prise des Tuileries125. Mais, c’est surtout au niveau social en quelque sorte que se situe son action. Dès le printemps 1789, Pichou prend en effet la tête des « paysans » écartés des assemblées pour les États généraux. Notre homme est en colère, il en veut personnellement au premier consul Gabriel Ramel, ancien gouverneur de La Calle en Afrique du Nord, comme en atteste « un placard attaché à un pilier de la halle de cette ville » : « Corailleurs, soldats frégatés. Courage, assassinez Ramel le maire. À La Calle, il vous a volés. J’enrage ! N’attendez pas d’être désarmés ». A-t-il été garde-côte, comme de nombreux autres jeunes des communautés126 de l’arrière-pays marseillais d’ailleurs ? A-t-il alors servi dans la garnison du comptoir français ? Toujours est-il que, deux ou trois jours après l’émeute du 29 mars 1789, Pichou aurait déclaré à Ramel : « ha, si nous avions été seulement quinze et qu’on ne m’eut pas abandonné, vous auriez vu ce qui n’est pas arrivé127 ». Mais, au-delà de son cas personnel, Dominique Pichou est bien celui qui sème la révolte au sein d’un petit peuple fragilisé par le rude hiver 1788-1789 : l’heure est venue de

  • 128 AC Marseille, 25 II 2, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel, 7 avril (...)

mettre le feu à la ville, de faire effraction aux dépôts publics, soit des grains, soit des écritures des notaires et à tous autres ; de saccager et piller ensuite certaines maisons réputées riches, de mettre tous les bourgeois à contribution, de se faire passer les obligations forcées et les quittances de ce qu’ils pouvaient devoir, de se faire rendre ce qu’ils ont légitimement payé pour droits seigneuriaux et autres et d’employer à cet effet tous les moyens possibles128.

  • 129 AC Marseille, 25 II 2, Déposition de Bernardin Gastaud, 1er juillet 1789 : « le jour de l’émeute, (...)
  • 130 AD BDR, L 3556, Interrogatoire d’Étienne Suzan par le juge de paix « fédéraliste » François Robert (...)

87« Il faut aller attaquer tous ces usuriers », tel est donc le mot d’ordre de l’insurrection du petit peuple aubagnais en 1789129. C’est encore le même trois ans plus tard : « une lettre atroce et incendiaire envoyée de Paris aux malveillants de cette ville pour les engager à désarmer et faire main basse sur les bourgeois de cette même ville, par une missive du 12 août, au bas de laquelle il [Étienne Suzan] s’est signé, avec Beuf fils, Joseph Burle, Joseph Amiel, Jean-François Étienne et Dominique Pichou130 » donne le signal de la terreur populaire de l’automne 1792.

88Pichou et ses « lazzaronis » sont-ils pour autant de simples pillards, ayant exploité à fond un contexte d’effondrement total de toute véritable autorité publique (et par extension de toute force de répression) ? Pas forcément, car comme le dira plus tard la chanson, « en réclamant qu’on le lui rende, le peuple ne veut que son dû ».

Notes

1 Que ce soit, exemples parmi tant d’autres, les grands fermiers artésiens de Jean-Pierre Jessenne, Pouvoir au village et Révolution. Artois 1760-1848, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, 308 p., ou les fabricants de draps de Louviers étudiés par Bernard Bodinier, « Dix ans de révolution pour que tout reste pareil : le corps municipal de Louviers (1789-1799) », in Christine Le Bozec et Éric Wauters (éd.), En hommage à Claude Mazauric… op. cit., p.171-175.

2 153 pour Allauch, 194 pour Aubagne, 144 pour Auriol, 16 pour Belcodène, 90 pour Cassis, 53 pour Ceyreste, 77 pour Cuges, 75 pour Gémenos, 32 pour Gréasque, 166 pour La Ciotat, 48 pour La Penne, 50 pour Peypin, 32 pour Roquefort, 91 pour Roquevaire et 33 pour Saint-Savournin.

3 Pour Aubagne, AD BDR, L 1087, État de population, 1er fructidor an II-18 août 1794 ; pour Auriol, AC Auriol, 1 F1 2, État de population, 19 pluviôse an II-7 février 1794 ; pour Belcodène, AD BDR, L 655, État de population, 14 messidor an II-2 juillet 1794 ; pour Cassis, AD BDR, 139 E 1F 2, Tableau de population, 1793 ; pour Ceyreste, AD BDR, L 1087, État de population, an II ; pour La Penne, AD BDR, L 381, Tableau des habitants, 15 pluviôse an IV-4 février 1796 et pour Roquefort, AD BDR, 150 E 1D 1, Tableau des habitants, 16 pluviôse an iv, 5 février 1796.

4 Basile Panagiatopoulos, « Les structures d’âge du personnel de l’Empire », in « La France à l’époque napoléonienne », actes du colloque tenu en Sorbonne en octobre 1969, Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XVII, 1970, p.442-446.

5 Michel Terrisse, Publication du dénombrement de l’abbé Expilly… op. cit., p.110-111.

6 AD BDR, L 381, Tableau des habitants, 15 pluviôse an IV-4 février 1796.

7 Josef Smets, « Les données languedociennes et le traitement informatique avec KLEIO », in Jean-Philippe Genet et Günther Lottes (dir.), L’État moderne et les élites. XIII-XVIIIe siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, actes du colloque de Paris I en octobre 1991, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p.75-78.

8 1232 des 1254 citoyens qui forment le personnel politique de l’arrière-pays marseillais sous la Révolution habitent la commune où ils ont été élus ou nommés (98,25 % de l’ensemble)

9 Pour Allauch (1747-1789), AD BDR, 103 E BB 10 à 15 ; pour Aubagne (1747-1789), AD BDR, 135 E BB 23 à 28 et AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1789 ; pour Auriol (1728-1789), AC Auriol, BB 14 à 21 ; pour Belcodène (1766-1789), AD BDR, 141 E BB 2 et 3 ; pour Cassis (1741-1789), AD BDR, 139 E BB 20 à 25 ; pour Ceyreste (1746-1789), AD BDR, 146 E BB 8 et 9 ; pour Cuges (1736-1789), AD BDR, 113 E BB 11 à 15 ; pour Gémenos (1743-1789), AD BDR, 112 E BB 9 à 16 ; pour Gréasque (1733-1789), AC Gréasque, Carton 1, D 2 et 3 ; pour La Ciotat (1736-1789), AC La Ciotat, BB 11 à 13 ; pour Roquefort (1750-1789), AD BDR, 150€ BB 6 à 9 et pour Roquevaire (1748-1789), AD BDR, 156 E BB 13 à 18.

10 Pour comparer, se reporter aux pourcentages des différents secteurs d’activités, tels qu’ils ont été établis dans la première partie de cet ouvrage (tableau 4).

11 Sur l’importance de ce seuil d’éligibilité, mise au point dans Malcolm Crook, Elections…op. cit., p.35-37.

12 Georges Fournier, Démocratie et vie municipale…op. cit. ; François Hincker, « Un micro-climat politique : les paysans du Causse de Villeneuve (Aveyron) pendant la Révolution », in « Les paysans et la politique (1750-1850) », op. cit., p.171 et Jean-Paul Rothiot, « L’apprentissage de la démocratie dans la Lorraine rurale (1790-17800) », in Robert Chagny (éd.), La Révolution française. Idéaux, singularités, influences. Journées d’études en hommage à Albert Soboul, Jacques Godechot et Jean-René Suratteau, actes des journées de Vizille en septembre 2001, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, p. 265-289.

13 Cf. les données du tableau 15.

14 71,4 % des administrateurs municipaux d’Allauch durant la décennie révolutionnaire savent signer ; 86,7 % pour Aubagne ; 68,6 % pour Auriol ; 31,3 % pour Belcodène ; 89,2 % pour Cassis ; 63,8 % pour Ceyreste ; 73,3 % pour Cuges ; 60,9 % pour Gémenos ; 32,3 % pour Gréasque ; 76,9 % pour La Ciotat ; 73,8 % pour La Penne ; 70,8 % pour Roquefort et 84 % pour Roquevaire.

15 Titre II, article 16 de la Constitution de l’an III.

16 Sur la notion de « patriciat », Claude Petitfrère (éd.), Construction, reproduction et représentations des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, actes du colloque de Tours en septembre 1998, Tours, CEHVI, 1999, 569 p.

17 AD BDR, 2 M 95, Arrêtés du Premier Consul pour les maires et adjoints d’Aubagne et de La Ciotat, 18 germinal an VIII-8 avril 1800 ; Arrêtés du préfet Delacroix pour les maires et adjoints des autres communes, 3 prairial an VIII-23 mai 1800 ; Arrêtés de nomination des conseillers municipaux, 23 vendémiaire an IX-15 octobre 1800.

18 Article 11 du titre II du sénatus-consulte du 14 thermidor an X-2 août 1802.

19 Christian Bonnet, « Les Bouches-du-Rhône sous le Consulat et l’Empire… », op. cit., t. II, p.433-437.

20 AD BDR, 2 M 91, Décret impérial du 11 prairial an XII-31 mai 1804 pour Aubagne, Décret impérial du 13 thermidor an XII-1er août 1804 pour La Ciotat, Arrêtés du préfet du 16 brumaire an XII-8 novembre 1803 pour les communes de moins de 5000 habitants (Allauch, Auriol, Belcodène, Cassis, Ceyreste, Cuges, Gémenos, Gréasque, La Penne, Roquefort et Roquevaire) ; AD BDR, 2 M 95, Arrêté du préfet du 18 septembre 1813 pour les communes de moins de 5 000 habitants ; 2 M 97, Ordonnance royale du 30 décembre 1814 pour Aubagne et 2 M 104, Idem pour La Ciotat.

21 Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret, Les masses de granit. Cent mille notables du Premier Empire, Paris, EHESS, 1979, p.63-64.

22 Sur le problème des candidats dans les élections révolutionnaires, Malcolm Crook, « Le candidat imaginaire, ou l’offre et le choix dans les élections de la Révolution française », in Annales historiques de la Révolution française, n° 321, 2000, p.91-110.

23 Danièle Pingué, Les mouvements jacobins en Normandie orientale. Les sociétés politiques dans l’Eure et la Seine Inférieure, 1790-1795, Paris, CTHS, 2001, p.364.

24 11 à Allauch, 9 à Aubagne, 8 à Auriol, 1 à Belcodène, 4 à Cassis, 2 à Ceyreste, 2 à Cuges, 3 à Gémenos, 0 à Gréasque, 7 à La Ciotat, 3 à La Penne, 2 à Peypin, 3 à Roquefort, 11 à Roquevaire et 2 à Saint-Savournin.

25 Pas étonnant non plus que le curé de Peypin, l’Aubagnais Jean-Antoine Bérenger, l’un des rares citoyens à savoir et écrire dans ce petit village, soit systématiquement désigné par ses ouailles et concitoyens électeur du second degré. Patriote, le prêtre accepte donc sa mission d’intermédiaire culturel. Il se compromet pourtant lors de l’insurrection fédéraliste, en acceptant une nouvelle fois de représenter sa commune à l’assemblée électorale illégale de juillet 1793, ce qui lui vaut d’être arrêté et condamné à mort au printemps suivant, ses liens familiaux avec l’oligarchie aubagnaise ayant sans doute aggravé son cas. Sur cette position dangereuse des curés, intermédiaires et solidaires de la bourgeoisie locale, voir Martine Lapied, « Le rôle d’intermédiaire des curés au début de la Révolution de 1789 à travers la rédaction des cahiers de doléances comtadins », in Les intermédiaires culturels, op. cit., p.79.

26 Michel Vovelle, « Le poids des affrontements religieux dans la formation des options collectives méridionales sous la Révolution française », in Religion, révolution, contre-révolution dans le Midi, 1789-1799, actes du colloque de Nîmes en janvier 1989, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1990, p.216-217.

27 La notion de « stratégie » doit être maniée selon nous avec beaucoup de précautions durant la décennie révolutionnaire. Par son instabilité même, la Révolution n’est en effet pas forcément un plan de carrière. Il faut peut-être aussi accorder aux citoyens qui s’y sont investis, parfois jusqu’à la mort, le bénéfice de la sincérité.

28 AD BDR, 5 U1 2, Liste des candidats pour les justices de paix du premier arrondissement, an XII.

29 AD BDR, 2 M 104, Dénonciation du maire Bernardin Ramel et du deuxième adjoint Jean-Claude Fouillot contre le premier adjoint Antoine Fontenelle-Auger, 5 fructidor an XI-23août 1802.

30 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p. 66.

31 Christophe de Villeneuve-Bargemon, Statistique… op. cit., t. II, 1824, p. 841-844.

32 Une « carreirade » ou « carraire », c’est un chemin de parcours pour le bétail.

33 AD BDR, 150 E FF 2 et 3 ; 4D 2, 3 et 4 : procédure de 1748 à 1847 !

34 AD BDR, 150 E BB 7, Conseil du 9 juin 1759.

35 AD BDR, 150 E BB 8, Conseil du 5 juin 1765.

36 AD BDR, 150 E BB 8, Conseils du 20 décembre 1774 et du 21 avril 1776.

37 AD BDR, 150 E BB 9, Conseil du 23 août 1780.

38 AD BDR, 150 E 4D 3, Sentence du tribunal d’appel d’Aix, 28 germinal an XII-18 avril 1804.

39 AD BDR, 150 E BB 9, Conseil du 11 août 1789.

40 AD BDR, 150 E 1D 1, Conseil du 25 août 1790.

41 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseil du 12 mars 1793.

42 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseil du 8 ventôse an II-26 février 1794.

43 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseil du 11 prairial an II-30 mai 1794.

44 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseils du 9 fructidor an ix-6 septembre 1801 et du 17 ventôse an x-7 mars 1802.

45 AD BDR, 150 E 1D 2, Conseil du 9 floréal an XII-29 avril 1804.

46 AD BDR, 150 E 1D 2, Arrêté du préfet, 28 thermidor an XII-16 août 1804.

47 AD BDR, 150 E 4D 5, Pétition contre le maire, 12 septembre 1807 et réponse de Bernard, 30 octobre 1807.

48 Pour tous les gradués que nous citons, voir AD BDR, D 15 à 18, Georges Fleury, Dictionnaire des gradués de l’ancienne université d’Aix.

49 AD BDR, C 4683, État des sujets qui ont acquis des offices municipaux, 4 janvier 1736.

50 Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne… op. cit., t. II, p.437.

51 Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne… op. cit., t. II, p.455.

52 Michel Vovelle, Piété baroque…, op. cit., p.314.

53 AD BDR, 135 E BB 26, Conseil du 1er juin 1777.

54 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 29 mars 1790.

55 Observateur marseillais, n° 29 du 6 juillet 1790.

56 AD BDR, L 195, Arrêté du directoire du département, 12 février 1791.

57 AD BDR, L 1020, PV assemblée des citoyens actifs du 19 juin 1791.

58 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV assemblée des citoyens actifs du 14 novembre 1791.

59 AD BDR, L 292, Pétition du 18 juin 1792.

60 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 3 août 1792.

61 AC Aubagne, 143 Justice, Biens des émigrés, PV mise de scellés chez les émigrés, 8-24 janvier 1793.

62 AD BDR, L 349 et 350, Certificats de réintégration en vertu de la loi du 22 nivôse an III-11 janvier 1795 : du 8 thermidor an III-26 juillet 1795 pour Pierre Martinot et du 17 fructidor an III-3 septembre 1795 pour Michel Jean-Baptiste.

63 AD BDR, L 1047, 57e liste des émigrés, 16 frimaire an II-26 novembre 1793.

64 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV assemblée primaire du 10 brumaire an IV-1er novembre 1795.

65 Observateur du Midi, n° 15 du 10 frimaire an V-30 novembre 1796 : « le fameux Martinot, ex-curé d’Aubagne, émigré de 1791, est le grand meneur, le conseil, le directeur de la nouvelle municipalité ; rien ne se fait que par lui ».

66 AD BDR, L 3049, Interrogatoire de Christophe Jeanselme par le juge du tribunal civil du département, 12 vendémiaire an VII-3 octobre 1798.

67 AD BDR, L 199, Lettre de l’administration municipale du canton d’Aubagne au département, 10 vendémiaire an V-1er octobre 1796.

68 AN BB 18, 189, Acte d’accusation du 12 brumaire an VIII-3 novembre 1799.

69 AN BB 18, 189, Jugement du 14 fructidor an IX-1er septembre 1801.

70 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p.112.

71 AC Aubagne, Délibérations municipales 1813-1821, Conseil du 7 mai 1815.

72 Observateur du Midi, n° 23 du 20 messidor an IV-8 juillet 1796.

73 Observateur du Midi, n° 23 du 20 messidor an IV-8 juillet 1796.

74 Journal de Provence, n° 40 du 27 juillet 1790.

75 AC La Ciotat, DA 01-02, Acte protestatif du 17 novembre 1791.

76 AC La Ciotat, DA 01-02, Démission du maire Magloire Olivier, 18 décembre 1791.

77 Sur Besson, Louis Jeansolin, « Toussaint André Besson, premier maire élu de La Ciotat (1738-1822) », in Comité du Vieux Marseille, n° 61, 1994, 51 p.

78 AC La Ciotat, DA 01-02, Certificat de résidence à Paris de Joseph Magloire Olivier, 26 octobre 1792.

79 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 10 avril 1793.

80 AC La Ciotat, DA 01-02, PV installation de la municipalité nommée par les sections, 31 juin 1793.

81 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 16 juillet 1793 ; Liste des marins et des volontaires inscrits pour aller aider les Marseillais, 5-6 août 1793.

82 AC La Ciotat, DA 01-03, Conseil du 25 août 1793 et PV prestation de serment à la Convention, 27 août 1793.

83 AD BDR, L 1047, 56e liste des émigrés, 19 brumaire an II-9 novembre 1793.

84 AC La Ciotat, DA 01-04, Conseil du 1er nivôse an III-21 décembre 1794.

85 Anti-Royaliste, n° 17 du 30 nivôse an VI-19 janvier 1798.

86 AC La Ciotat, DA 01-04, Démission de Joseph Magloire Olivier, 11 brumaire an IV-2 novembre 1795.

87 AC La Ciotat, DA 01-04, Arrêté du 4 prairial an IV-23 mai 1796.

88 Observateur du Midi, n° 23 du 20 messidor an IV-8 juillet 1796.

89 AN, F7-7321, dossier 5901.

90 AC La Ciotat, DA 01-05, Arrêté du 4 ventôse an vi-22 février 1798.

91 AD BDR, L 279, PV assemblées électorales, an vi et an VII.

92 AC La Ciotat, Arrêté de nomination, 19 messidor an VIII-8 juillet 1800 et AD BDR, 2 M 91, Décret impérial du 13 thermidor an XII-1er août 1804.

93 AC Aubagne, 2G 3.

94 AD BDR, 3 M 4, Liste des membres qui composent les collèges électoraux des arrondissements d’Aix, Marseille et Tarascon, an xi.

95 AD BDR, 2 M 90, Arrêté de nomination après présentation des collèges électoraux, 10 ventôse an XII-1er mars 1804.

96 AD BDR, 5 U 6, Tableau des juges de paix en exercice dans le département, 1816.

97 AD BDR, 2 M 91, Tableau des présidents de canton du département, 1807.

98 AD BDR, 3 M 3, Liste des membres formant le collège électoral du département, 14 novembre 1808.

99 AC La Ciotat, DA 01-10, Conseil du 15 mai 1821.

100 AD BDR, 2 M 90, Liste des membres du conseil général du département, 1832.

101 Pierre Serna, La République des girouettes. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre (1789-1815 et au-delà), Paris, Champ Vallon, 2005, 570 p.

102 Notice biographique dans Henri Barre, « Biographies », in Paul Masson (dir.), Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, Marseille, Barlatier, t. XI, 1913, 563 p. et Louis Ardissone, « Une étonnante personnalité provençale du XVIIIe siècle, Ricard d’Allauch », in Allauch historique, n° 1, 1983, p. 1-17.

103 BMVR Marseille, 1365, Consultation pour Dlle Thérèse Marie André du lieu d’Allauch, accusée et décrétée de prise au corps, contre Me Ricard dudit lieu, avocat au Parlement, accusateur, Aix-en-Provence, Mouret fils, 1987, 54 p.

104 BMVR Marseille, 4717, 6, XXIV, Suite de l’affaire d’Allauch. Réponse au mémoire du sieur Pistoye, par Ricard, administrateur au département des Bouches-du-Rhône, Marseille, Favet, 1790.

105 Cf. chapitre 2.

106 BMVR Marseille, 4717, 6, XXIV, PV dressé par les citoyens d’Allauch sur ce qui s’est passé dans cette commune le 14 juillet [1790], adressé à l’assemblée nationale et présenté au département le 20 du même mois ; Mémoire présenté par des citoyens d’Allauch à MM. du directoire du département des Bouches-du-Rhône le 23 juillet 1790 et Précis remis par des citoyens d’Allauch à MM. du directoire du département le 28 juillet 1790.

107 BMVR Marseille, 12217, Plan d’une maison de retraite pour les vieillards, proposé par souscriptions, Marseille, Guion, 1822, 37 p.

108 Guy Thuillier, Aux origines des maisons de retraite : Sainte-Périne de Chaillot (1800-1836), Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 1997, 499 p.

109 BMVR Marseille, 12217, Plan d’une maison de retraite pour les vieillards, proposé par souscriptions, p. 34. Pour une vision d’ensemble de la question, Catherine Duprat, Pour l’amour de l’humanité : le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la Monarchie de Juillet, Paris, CTHS, 1993, 485 p.

110 Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne… op. cit., t. II, p.319.

111 Lucien Grimaud, Histoires d’Aubagne, op. cit., p. 59.

112 Winfried Busse et Françoise Dougnac, François-Urbain Domergue : le grammairien patriote (1745-1810), Tübingen, G. Narr., 1992, 243 p. ; Jacques Guilhaumou, La langue politique et la Révolution française : de l’évènement à la raison linguistique, Paris, Klincksieck, 1989, 212 p.

113 Pour n’en donner qu’un seul exemple : « En spartiates modernes, formons une phalange universelle, dont la masse énorme écrasera tous nos ennemis, tous les ennemis de notre patrie », in AD BDR, L 2038, Lettre de la société des Antipolitiques d’Aubagne à celle d’Aix, 1er janvier 1793.

114 AD BDR, L 292, Réponse de la municipalité d’Aubagne à une pétition injurieuse, 19 juin 1792.

115 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de Jean-Baptiste Domergue à la commission municipale de Sans-Nom, 2e quintidi pluviôse an II-3 février 1794.

116 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 3 février 1792.

117 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 4 décembre 1792.

118 Un exemple, parmi d’autres, cette virulente réponse à un commandant de bataillon qui a accueilli dans ses troupes des Aubagnais « venus se mettre à l’abri sous le drapeau de la liberté et de l’égalité dont ils sont indignes » : « Lorsque vous nous dites que nous ne sommes pas de deux nations et que vous ne défendez pas le droit de deux nations, nous croyons que vous vous trompez. Car vous ne pouvez disconvenir qu’en France, il y a les vrais républicains et les tigres altérés de sang, qui ont voulu nous détruire et qui aujourd’hui se masquent du voile du républicanisme et de la peau de l’agneau. Voilà donc bien clairement deux nations, l’une qui se trouve sous l’égide de l’Être suprême qui vaincra tous ses ennemis et l’autre qui sera à jamais en exécration à tous les peuples de la terre », in AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne à Cadar, commandant du 7e bataillon du Var, 19 février 1793.

119 AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Arrêté du représentant Maignet, 24 messidor an II-12 juillet 1794.

120 AN, BB 18, 189, Acte d’accusation du 12 brumaire an VIII-3 novembre 1799.

121 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p. 75 pour le discours de son père Sauveur et p.78 pour l’assassinat de Domergue.

122 AC Aubagne, Délibérations municipales 1813-1821, Conseil du 9 mai 1819.

123 AN, AF III 217, 2, Lettre de Joseph Camoin au ministre de l’Intérieur, 6 germinal an VII-27 mars 1799.

124 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 1er juillet 1792.

125 Une notice biographique lui est donc consacrée dans Georges Reynaud, Les Marseillais de la Marseillaise… op. cit.

126 AC Marseille, 25 II 2, PV découverte d’un placard injurieux, 11 avril 1789.

127 AC Marseille, 25 II 2, Déposition de Gabriel Ramel, 1er juillet 1789.

128 AC Marseille, 25 II 2, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel, 7 avril 1789.

129 AC Marseille, 25 II 2, Déposition de Bernardin Gastaud, 1er juillet 1789 : « le jour de l’émeute, environ à une heure et demi, étant sur la porte de la dame Comte, il vit une foule de monde assemblée, il la traversa pour se retirer chez lui, il entendit qu’un nommé Fouque disait il faut aller attaquer tous ces usuriers ».

130 AD BDR, L 3556, Interrogatoire d’Étienne Suzan par le juge de paix « fédéraliste » François Robert, 22 juillet 1793. Les six citoyens cités font tous partie des Fédérés aubagnais (le septième étant mort dans les combats du 10 Août).

Table des illustrations

Légende Tableau 25 : Profil par tranches d’âge (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Graphique 5 : L’inégal renouvellement du personnel politique révolutionnaire des communes de l’arrière-pays marseillais
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6566/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Tableau 27 : Profil socioprofessionnel du personnel politique des communes de l’arrière-pays marseillais durant la décennie révolutionnaire (en %10)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6566/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Tableau 28 : Le personnel politique des communes de l’arrière-pays marseillais : répartition par niveaux de richesse et de propriété (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6566/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Tableau 29 : Profil par catégorie sociale des membres des municipalités révolutionnaires (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6566/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Tableau 30 : Profil par niveau de richesse et de propriété des membres des municipalités révolutionnaires (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6566/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Tableau 31 : Les municipalités révolutionnaires : anciens et nouveaux venus (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6566/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Tableau 33 : Élus et désignés de l’arrière-pays marseillais : des carrières d’une envergure inégale (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6566/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540