Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les patriotes et les autres

 | 
Cyril Belmonte

Quinze communes en Révolution

Chapitre 4. Luttes de clans, luttes de classes

Texte intégral

1Dans les communes de l’arrière-pays marseillais, le contrôle du pouvoir local est un vecteur essentiel de politisation. C’est le cas sous l’Ancien Régime et après Brumaire, même s’il n’y a qu’un mince espace de débat public. Il est largement suffisant pourtant pour que s’y expriment les rivalités plus ou moins personnelles des plus apparents et notables. La Révolution, en introduisant un authentique principe électif, élargit en revanche le champ des possibles et suscite selon les localités des luttes politiques acharnées, pouvant déboucher sur une logique d’élimination complète de l’adversaire. Dans de nombreuses communes, en effet, deux partis s’opposent dans le cadre d’un contexte local plus ou moins explosif au niveau économique et social. C’est à essayer de comprendre les ressorts de ces affrontements que sera consacré le présent chapitre.

Des luttes électorales à l’élimination de l’adversaire

2Il peut être intéressant, dans notre souci de mieux appréhender les logiques du refus révolutionnaire du pluralisme politique, de retracer les grandes étapes de la vie politique des deux communes les plus agitées de notre zone d’étude, Allauch et Aubagne. L’une et l’autre se signalent en effet par l’importance de la violence politique, indice manifeste d’une âpre compétition pour le contrôle du pouvoir local. Mais, si la première a réussi à faire en sorte que ces conflits ne dégénèrent pas outre mesure, tel n’est pas du tout le cas de la seconde.

La ville « constamment en proie aux plus horribles excès1 », Aubagne

  • 1 AN F 1c III, Bouches-du-Rhône, 1, Mémoire historique sur la commune d’Aubagne, an IX.
  • 2 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseil du 1er avril 1790 et AC Marseille, Requêt (...)
  • 3 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil général du 7 juillet 1790.

3Dès le printemps 1789, la petite cité fait son entrée en Révolution : le 29 mars 1789, les « paysans » (c’est-à-dire les journaliers dans le vocabulaire social de la Provence d’Ancien Régime) se soulèvent, en pleine assemblée préparatoire pour les États généraux, contre le piquet municipal, la dîme, la banalité des fours, les droits seigneuriaux2. L’oligarchie municipale en place, contestée, en appelle à la répression parlementaire. Celle-ci laisse des traces profondes et entraîne un an plus tard une nouvelle mobilisation populaire, porteuse d’un véritable programme de politique locale, comme l’atteste cette pétition du 28 juin 1790, demandant l’abolition immédiate de toutes les impositions municipales et de la banalité des fours, mais aussi le « remboursement des frais de la procédure prise à raison des premiers troubles dont le paiement a été fait des deniers de la commune3 ».

  • 4 AD BDR, L 1021, PV assemblée électorale du district de Marseille, 28 juin 1790 et BMVR Marseille, (...)
  • 5 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, PV des assemblées primaires, 13-15 novembre 1790.
  • 6 AD BDR, L 364, Lettre du directoire du district de Marseille au président de la section des Pénite (...)
  • 7 AD BDR, L 364, Lettre des citoyens de la section des Pénitents blancs au District, 14 février 1791
  • 8 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, PV installation du juge de paix Antoine Jourdan, (...)
  • 9 AD BDR, L 1061, PV de la première séance, 21 mars 1791.
  • 10 AD BDR, L 2037, Lettre du club d’Aubagne à ses frères Antipolitiques, 22 mai 1791.

4Autrement dit, la ville d’Aubagne est divisée entre sa classe dirigeante traditionnelle, dont les membres contrôlent la municipalité élue en février 1790, et un mouvement populaire naissant, qui remporte ses premières victoires électorales aux cantonales de juin 17904 et aux municipales de novembre 17905. L’affrontement devient particulièrement vif en janvier-février 1791 à propos des élections pour la justice de paix. L’oligarchie aubagnaise, regroupée dans la section dite des Pénitents Noirs, s’appuie sur l’incohérence du procès-verbal de sa concurrente, celle des Pénitents Blancs, pour qui, sur 123 votants, il y a eu 133 bulletins, pour réussir à faire homologuer l’élection comme juge de paix de son favori, Antoine Jourdan, ancien juge royal et responsable à ce titre de la répression de 17896. C’est là « l’effet d’une cabale très anticonstitutionnelle7 » pour les dirigeants du mouvement populaire aubagnais qui bataillent, en vain, près de deux mois, pour s’y opposer8. C’est d’ailleurs au cours de ce combat qu’apparaît la société des Amis de la Constitution d’Aubagne, fondée grâce à l’aide des Marseillais9, mais rapidement affiliée aux Antipolitiques aixois10.

  • 11 AD BDR, L 1021, PV de l’assemblée primaire du 19 juin 1791.
  • 12 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Nombreux conseils à ce sujet, mai 1791.
  • 13 AD BDR, 135 E HH 8, Pétition des possédants biens d’Aubagne et de son terroir, avril 1791.
  • 14 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil de tous les chefs de famille, 11 juillet (...)

5Les élections cantonales de juin 1791 voient s’affronter une fois de plus les deux sections qui se disputent sur le nombre d’électeurs du second degré à nommer et qui donnent somme toute logiquement leurs suffrages aux Jacobins chez les Blancs, à leurs adversaires chez les Noirs11. Mais, c’est véritablement l’élection municipale du 13 novembre 1791 qui fait monter la tension d’un cran. C’est le moment en effet de renouveler le maire et le procureur de la commune, soit les postes clés de la municipalité. Les Jacobins aubagnais ont donc enfin l’occasion de s’emparer du pouvoir local. Et ce n’est pas négligeable : il est du ressort de la municipalité de régler un certain nombre d’affaires locales de la plus haute importance, et notamment la confection des rôles de la contribution foncière, entravée par le refus des gros propriétaires de venir déclarer leurs revenus12 ; notamment aussi la réforme du vieux règlement de 1724 pour les journaliers qui réclament d’ailleurs l’abolition de la cloche fixant les heures de travail13 ; notamment enfin, l’attitude que la commune doit adopter dans son déjà long procès avec le baron d’Ollières sur les fours banaux, une banalité que ne supporte plus la grande majorité des habitants qui souhaiterait sa suppression immédiate14. Quant à l’oligarchie aubagnaise, il est tout aussi vital pour elle de remporter les élections du 13 novembre et éviter ainsi le risque de se retrouver face à une municipalité ne défendant plus ses intérêts.

  • 15 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des assemblées primaires, 13‑16 novembre 1791.

6Les assemblées primaires aubagnaises se réunissent donc du 13 au 16 novembre 179115, dans le cadre des deux sections que compte la ville : celle, plus urbaine, des Pénitents Noirs, plutôt favorable jusque-là aux notables traditionnels, et celle, plus rurale, des Pénitents Blancs, largement acquise depuis juin 1790 aux patriotes. Le 13, 217 citoyens viennent voter, 182 aux Pénitents Blancs et seulement 35 chez les Noirs : Jean-Baptiste Domergue, frère du célèbre grammairien François-Urbain et surtout principal dirigeant du mouvement patriotique aubagnais, est élu maire avec 208 voix contre 8 seulement à son concurrent Pierre Martinot, ancien curé et administrateur du district de Marseille. Dans la foulée, et avec un nombre de votants déclinant sans cesse, comme si l’essentiel avait été fait, les assemblées primaires désignent les quatre officiers municipaux, le procureur et dix notables : c’est un succès complet pour les Jacobins.

  • 16 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général, 11 décembre 1791.
  • 17 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne au département, 13 novembre 1791.

7Mais un succès de courte durée, puisque les résultats sont annulés quelques jours plus tard par le district « qui déclare que les dernières assemblées primaires d’Aubagne doivent être déclarées illégalement et inconstitutionnellement tenues16 ». Le motif n’est pas clairement précisé, mais ce qui est sûr, c’est que le soir même de l’élection de Domergue, « une foule immense d’habitants de tout état dont la plupart étaient armés de fusils, s’étant introduits avec eux un grand nombre de volontaires marseillais », vient porter le nouveau maire à l’hôtel de ville et contraint le curé Templier à « chanter le te deum17 ». Il est dès lors fort probable que cette foule armée, aidée des Marseillais, ait tout simplement empêché les bourgeois d’Aubagne d’aller voter, ce qui expliquerait la très faible participation électorale de la section des Pénitents Noirs.

  • 18 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des assemblées primaires, 6-11 janvier 1792.

8Toujours est-il que de nouvelles assemblées primaires sont autorisées par le département. Du 6 au 11 janvier 1792, la procédure électorale reprend, sous la surveillance de deux envoyés du département et du district18. 432 citoyens viennent élire leur nouveau maire, le 7 : 222 aux Pénitents Blancs et 210 chez les Noirs (ce qui montre bien que la participation du 13 novembre était « anormale »). Domergue l’emporte une fois de plus, mais de justesse, par 225 voix contre 205 à son adversaire Louis Mille, homme de loi et ancien consul de France à Rhodes. Domergue ne gagne même que grâce au vote de la section des Blancs (156 voix en sa faveur, 64 à Mille), alors qu’il est battu chez les Noirs (69 voix pour, 141 contre). Le 8 janvier, ce sont les quatre officiers municipaux qui sont désignés, avec là encore une participation importante de 402 votants. Le 9 janvier, l’élection du procureur de la commune entraîne même une participation record, la plus forte de toute la décennie révolutionnaire au niveau local d’ailleurs, puisque ce sont 450 citoyens qui viennent voter. Barthélémy-Charles Beuf, revendeur et membre fondateur du club, l’emporte de justesse sur le procureur sortant Louis‑Dominique Berenger, par 232 voix contre 210. Le 11 janvier, les assemblées primaires s’achèvent avec la désignation de seize notables.

9Ces élections de début janvier 1792 sont en tout cas riches d’enseignements. Elles ont mobilisé une partie non négligeable des ayants droit de vote et ces votants savent très bien pour qui donner leur suffrage, il n’y a aucun éparpillement des voix. En d’autres termes, ces élections ont un réel enjeu local, ce qui non seulement intéresse la population, mais entraîne l’émergence de véritables candidats qui représentent les deux tendances politiques locales. Il n’est donc pas inexact alors de dire que, dans le cas de la petite ville d’Aubagne, la généralisation révolutionnaire de la sélection électorale a bel et bien permis « une découverte de la politique » et qu’en ce sens on ne peut parler d’un blocage de la « modernité politique ».

  • 19 AD BDR, L 1021, Pétition des citoyens actifs de la commune d’Aubagne, 12 janvier 1792.
  • 20 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général, 13 janvier 1792.
  • 21 AD BDR, L 1021, Pétition de « citoyens notables », 13 janvier 1792.
  • 22 AD BDR, L 292, Dénonciation du procureur Beuf, 17 janvier 1792.
  • 23 AD BDR, L 292, Dénonciation de Marie Anne Deleuil, 18 janvier 1792.

10Ce qui peut l’être en revanche, c’est l’acceptation ou le refus des résultats de l’élection par la tendance devenue minoritaire. L’oligarchie aubagnaise n’accepte pas en effet d’être évincée par le nouveau principe majoritaire, au fondement désormais de l’accession aux charges publiques. Dès la fermeture des assemblées primaires, les bourgeois d’Aubagne rédigent une pétition signée par 73 personnes et adressée au district pour faire casser l’élection, prétextant la « non activité et la non éligibilité du procureur et de plusieurs notables19 ». Le 13 janvier 1792, alors même que la municipalité patriote tient sa première séance et adopte deux motions de Domergue sur « l’égalité des bancs d’église » et sur le remplacement du drapeau « fleurdélisé » de la garde nationale par un drapeau « aux trois couleurs de la nation20 », quinze « citoyens notables » mettent en garde le district contre les « dommages qui résulteraient » du maintien en place de la nouvelle équipe municipale21. Ces menaces deviennent vite réalité et le 17 janvier 1792, le procureur Barthélémy-Charles Beuf s’insurge contre un rassemblement « anticonstitutionnel de bourgeois et d’artisans à la bastide de Rousserié, cafetier, au nombre de cent soixante personnes, qui se sont ensuite portés en ville en criant Vive l’aristocratie ! Vive les aristocrates ! Vive M. Gérard, le même qui a donné un soufflet dans la maison commune à un garde national et qui depuis est resté fugitif22 ». Le lendemain, la municipalité jacobine écoute apeurée la dénonciation de la citoyenne Marie-Anne Deleuil, épouse du clubiste et gargotier Jean-Mathieu Cucurny : la nuit dernière, devant la maison de l’ancien officier municipal Bruno-Aubagne Jourdan, le fils de celui-ci et plusieurs autres bourgeois disaient que « tout était prêt ; il ne fallait pas attendre qu’ils vinssent sur eux ; il fallait faire feu dessus ; s’ils ne prenaient pas garde à eux, ils leur mettraient le pied sur la gorge23 ». Les bruits courent d’une attaque contre les municipaux et contre les membres du club.

  • 24 AD BDR, L 292, Lettre de la municipalité d’Aubagne au District, 11 février 1792.
  • 25 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 11 février 1792.

11Le 11 février 1792, la municipalité avertit le district qu’une « fête rassemblant trois cents personnes de tout état et de gens choisis ou engagés par une carte par nos bourgeois » va se tenir le lendemain dans la cour du château du ci-devant seigneur-évêque Mgr de Belloy24. Le procureur Beuf veut interdire le rassemblement, mais l’arrêté municipal est accueilli par des huées, tandis que se forme un attroupement chez Rousserié fils. Les manifestants, quelques 200 personnes, mettent le feu à des barriques goudronnées et se lancent, sous la direction de François Sicard dit René, dans une « mascarade » au son du ça ira contre les municipaux. Ceux-ci choisissent alors de se réfugier dans le local de la société des Antipolitiques25.

  • 26 Récit des événements dans AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 12 février 1792.
  • 27 Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête… op. cit., p. 76.
  • 28 AD BDR, L 292, Pétition au département, 12 février 1792.

12Vient alors le dimanche 12 février 179226. La rumeur publique se répand qu’il se prépare au château « une danse dans laquelle les danseurs sont armés d’une épée nue à la main » : c’est la fameuse danse des épées ou des Olivettes, celle-là même qui avait été donnée en 1777 lors du passage du comte de Provence à Aubagne27. Mais, plus grave encore, l’ancienne garde nationale, contrôlée par des officiers bourgeois, doit fondre sur la ville dans l’après-midi : pour les patriotes aubagnais, affolés, le péril est là, « l’explosion du complot secret est prête à éclater » comme le dit le procureur Beuf. La municipalité requiert alors ses partisans qui prennent les armes et sollicite l’intervention d’un bataillon de la garde nationale marseillaise en exercice près d’Aubagne, afin de dissiper « l’attroupement illicite ». Les patriotes aubagnais, Domergue et Beuf en tête, se présentent devant le château de l’évêque où ils sont reçus par deux coups de fusil. Malgré la présence menaçante de « deux cents hommes armés d’épées et de sabres », ils donnent l’assaut. Les convives se réfugient alors dans la demeure qu’ils se mettent à saccager, afin, selon la version de la municipalité, d’accuser les clubistes d’être des pillards qui ne respectent ni les personnes ni les propriétés. Ils évacuent ensuite le château et se déversent dans les rues de la ville. La municipalité ordonne alors des patrouilles pour faire rétablir l’ordre, puis des visites domiciliaires dans les « campagnes » des différents invités au Banquet. Ceux-ci ripostent aussi immédiatement, le soir même, en envoyant une pétition au département, signée par 36 personnes28. Les participants réclament justice et dénoncent les violences commises sur eux par les officiers municipaux, les membres du club et les gardes nationales de Marseille. « Cet attentat a été prémédité sans doute, puisqu’un nombre de paysans qui forment ici un club s’étaient joints aux municipaux pour s’unir à cette troupe qui venait de Marseille, le drapeau du club flottant ils se sont portés sur le lieu du rassemblement ». Dans la maison du ci-devant évêque, « tout a été brisé, cassé et pillé ». « Le drapeau déposé, ils se sont répandus dans la ville et ont fusillé de droite et de gauche les citoyens qu’on leur désignait pour victimes », d’autant plus que la municipalité a inscrit le nom de tous les convives sur le registre des délibérations municipales.

13Deux versions s’opposent donc pour rendre compte des événements du 12 février 1792, connus dès lors sous le nom de « festin ou banquet des Olivettes ». Si Aubagne n’a pas été jonchée de cadavres comme le prétendent les pétitionnaires, l’affrontement a été particulièrement violent ; chez les patriotes comme chez leurs adversaires, on est aussi persuadé qu’il y a un projet d’élimination de l’autre, que cela relève d’un « complot » ou d’un « attentat prémédité ». La contestation des résultats de l’élection municipale débouche alors sur une situation politique dans laquelle il n’y a pas de place pour le pluralisme.

  • 29 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Enregistrement de l’arrêté du département, 16 fév (...)
  • 30 AD BDR, L 266, Pétition de la majorité des citoyens actifs de la commune d’Aubagne, 20 février 179 (...)

14À cela s’ajoute le 16 février 1792 l’enregistrement de l’arrêté du département du 9 février qui annule l’élection municipale de début janvier29. Les membres du club sont furieux et adressent une pétition signée par 397 personnes30, dans laquelle ils s’efforcent de montrer la nullité « des réclamations de la minorité ». Pour les clubistes aubagnais, ce n’est pas au département de statuer sur la prétendue non-activité et non éligibilité de certains élus, mais aux tribunaux et en dernière instance au Roi lui-même, en tant que chef suprême de tout le corps administratif, et à défaut à l’Assemblée législative ; il en va de la « division des pouvoirs, une des bases de la constitution et de la liberté ». En cas de refus, les pétitionnaires qui réitèrent « leur serment sacré de vivre libre ou mourir » se considéreront dans une situation de « résistance à l’oppression, qui est dans la Déclaration des droits, sauvegarde de la liberté française et de la souveraineté nationale ». Les membres du club refusent donc d’assister aux prochaines assemblées primaires qui pourraient être tenues par « la minorité au préjudice de l’opposition et recours de la majorité et par attentat à l’exercice d’un droit légal ». Force est donc de reconnaître que l’argumentation des clubistes aubagnais est fondée sur une certaine connaissance de la Loi et qu’à cet égard, il y a là un bon exemple d’apprentissage à chaud d’un exercice moderne de la citoyenneté dans le cadre d’une société politique.

  • 31 AD BDR, L 292, Pétition du 21 février 1792.
  • 32 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Discours de Beuf les 22 et 23 février 1792.
  • 33 AD BDR, L 292, Pétition du 23 février 1792.

15Mais dans l’immédiat, l’arrêté du département a redonné confiance aux anti-clubistes aubagnais et cela d’autant plus que le détachement des volontaires marseillais doit quitter la ville. 41 membres du club signent alors le 21 février 1792 une pétition pour dénoncer les menaces que font peser sur eux leurs ennemis31. Le contenu de cette pétition est repris par le procureur Beuf qui confirme les alarmes des patriotes32. Il a été lui-même menacé dans la rue par « des regards féroces et pleins de noirs desseins de la part des convives du festin des Olivettes ». La sécurité des patriotes n’est pas assurée avec toutes « ces menaces et jactances insultantes faites de la part des bourgeois aux agriculteurs ». Il faut donc exiger d’urgence le maintien d’un détachement de gardes nationaux marseillais afin de contenir « les malveillants dont les manœuvres ne tendent qu’à exciter des désordres préparatoires de contre-révolution ». D’ailleurs le 23 février 1792, les clubistes présentent une nouvelle pétition signée par 98 personnes pour appuyer cette demande33.

  • 34 Voir à son sujet la notice biographique de Monique Cubells, « Marseille entre en Révolution (1787- (...)
  • 35 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 26 février 1792.
  • 36 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 27 février 1792.

16La situation ne se calme vraiment que quelques jours plus tard, avec la venue à Aubagne d’un commissaire du district, en la personne du très patriote Emmanuel de Bausset34. Le 26 février 1792, les nouvelles assemblées primaires prévues par le département doivent se tenir, mais aucun citoyen ne s’y présente35. La décision prise par les clubistes dans leur pétition du 20 a donc été tenue. Le 27 février 1792, une municipalité provisoire est nommée par le département et complétée par de Bausset : elle est formée en grande partie par les élus jacobins de début janvier, avec notamment Domergue comme officier municipal et Beuf comme procureur36.

  • 37 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 1er et du 17 septembre 1792.
  • 38 AD BDR, L 334 bis.
  • 39 AD BDR, L 1047, L 1040 et L 3122-3123.
  • 40 AN, BB 18, 189, AD BDR, L 3049, BM Avignon, Ms 3029 et Paul Gaffarel, « La bande d’Aubagne sous la (...)

17Il est dès lors possible de faire de l’élection de novembre 1791 et du Banquet des Olivettes le point de départ d’une certaine logique d’élimination de l’autre, donc d’un refus de la minorité et du pluralisme, aussi bien d’ailleurs chez les élites locales traditionnelles que chez les tenants de l’essor démocratique. Aubagne vit donc les années qui suivent au rythme des arrestations et des exécutions : 2 pendaisons populaires en septembre 179237 ; 161 patriotes incarcérés durant l’insurrection fédéraliste38 ; 172 citoyens émigrés, 219 détenus et 23 condamnés à mort en l’an II39 ; 17 anciens Jacobins massacrés en l’an III40.

  • 41 AD BDR, L 266, Les Républicains de la commune d’Aubagne au département, 5 pluviôse an IV-25 janvie (...)
  • 42 D’après L’Anti-Royaliste, n° 29, 36 et 37.

18Avec le Directoire, les élections redeviennent des temps forts dans la vie politique locale, mais la commune ne retrouve pas pour autant sa sérénité. Les « Républicains » sont ainsi écartés des assemblées primaires du début de l’an IV par « la terreur que fait régner la Compagnie de Jésus ou du Soleil »41. Grâce à Fréron, ils contrôlent de nouveau l’administration municipale une bonne partie de l’année 1796, mais en sont chassés en brumaire an v, après un nouvel assassinat commis par les « sabreurs royaux ». Aux élections de germinal an v, les « Royalistes » triomphent, faute d’opposition face à eux et pour cause, juste avant l’ouverture des assemblées primaires, le Républicain et acheteur de bien national, Mathieu Daignan, est retrouvé mort, ce qui est plutôt dissuasif. En riposte au coup d’État du 18 Fructidor, trois autres meurtres sont commis en septembre 1797. Avec la reprise en main républicaine, ce sont les anti-démocrates qui sont à nouveau les victimes, avec au moins cinq des leurs fusillés par les commissions militaires42. Au printemps 1798, les Jacobins aubagnais, fermement installés au pouvoir, s’empressent de mener, à l’initiative de Barthélémy-Charles Beuf, devenu juge de paix, une procédure spéciale pour juger de tous les crimes commis de l’an III à l’an VI et, pourquoi pas, se débarrasser une bonne fois pour toute de leurs derniers adversaires. Aux élections de l’an VII, enfin, ce sont les Jacobins qui reprennent les méthodes de leurs ennemis, en faisant une véritable démonstration de leur force dans les rues de la ville, comme le montre la dénonciation suivante :

  • 43 AN AF III 217, 2, Lettre de Joseph Camoin au ministère de l’Intérieur, 6 germinal an VII‑26 mars 1 (...)

8 à 900 votants exclus ou absents ; la majeure partie des autres intimidés par le souvenir d’un appareil de terreur et de coups de bâton qui précédèrent les élections de l’an VI ; intimidés par le même appareil et par une promenade qui a eu lieu le 1er germinal de la part des terroristes suivis de tambourins et d’un nombre de jeunes gens munis de gros bâtons, menaçant tous ceux qui n’étaient pas de leur parti et sans aucun empêchement même du commandant de la place43.

  • 44 AD BDR, L 135, Lettre du général Willot au département, 3 brumaire an v-24 octobre 1796.

19Il n’est donc pas faux alors de parler à Aubagne d’une bipolarisation sanglante de la vie politique locale. Le général Willot lui-même l’avait bien perçu : « Il y existe deux partis également forcenés, qui tout à tour oppresseurs et opprimés suivant les factions qui se sont succédées, sont devenus irréconciliables et n’aspirent qu’à la destruction l’un de l’autre44 ».

20Cette étude de cas, se fondant sur l’analyse d’une séquence chronologique particulièrement riche, montre aussi, à son bien modeste niveau, que le refus des minorités politiques n’est pas un principe politique a priori sous la Révolution française et notamment sous sa phase jacobine. L’exemple d’Aubagne fait apparaître en effet que ce sont les circonstances locales, l’opposition acharnée de deux « factions » sur fonds de tensions économiques et sociales, qui entraînent la non acceptation de l’autre.

Des heurts, oui ; du sang, pas forcément : Allauch

  • 45 Jeff Horn, « Tout politique est locale : une relecture critique de Le Nombre et la Raison. La Révo (...)
  • 46 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 20 décembre 1789.

21Les circonstances locales sont donc déterminantes45. C’est pourquoi toutes les luttes électorales pour le contrôle du pouvoir local n’engendrent pas forcément la même violence politique qu’à Aubagne. Et pourtant, à Allauch, le village est en ébullition depuis les années 1780, avec déjà deux factions antagonistes, celle des hommes de loi contre celle des officiers du régime appelé à devenir ancien. En 1789, c’est précisément Jean-François Dieudé, le grand et influent ennemi des avocats éclairés, qui est premier consul de la communauté. Alors, bien évidemment, il n’est pas du tout stratégique de le contester au moment de la rédaction des doléances. Mais, après les évènements de l’été, cela le devient beaucoup plus ; il est temps de le destituer et d’empêcher ses amis, au demeurant liés aux structures seigneuriales, de recommencer leur tactique d’entraves systématiques aux décisions adoptées par le conseil général de la communauté. C’est chose faite en novembre-décembre 1789, avec la nomination d’un « comité exécutif de cinq personnes », chargé d’expédier les affaires courantes jusqu’aux prochaines élections46. C’est là un bel exemple de révolution municipale, le seul d’ailleurs dans notre zone d’étude.

  • 47 AD BDR, 103 E 1K 14, PV assemblée des citoyens actifs, 21 février 1790.

22Les élections municipales de février 1790 marquent donc une étape importante dans l’histoire de ces querelles allaudiennes. Le comité exécutif imposé en décembre 1789 voit son travail contesté par un comparant signé par 39 personnes et présenté en pleine assemblée primaire : les opposants s’en prennent au mode de convocation de ladite assemblée et surtout le recensement de la population qui vient d’être effectué et qui leur paraît trop bas, insuffisant en tout cas pour soutenir la demande de la commune auprès des autorités supérieures pour former un canton à part47. 277 citoyens se sont déplacés (près de cent de plus que pour les États généraux) et écoutent les diatribes enflammées des uns et des autres. Mais, la composition du bureau définitif de l’assemblée est sans appel : les membres du comité exécutif provisoire y ont tous été désignés. Jean-Louis Ricard, l’un des avocats qui s’est illustré dans les années 1780 dans ses démêlés avec le lieutenant de juge Trotebas, est élu maire à la pluralité absolue des suffrages, donc dès le premier tour.

  • 48 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs, 6 juin 1790.
  • 49 AD BDR, 103 E 1D 1, Conseil général du 4 juillet 1790.
  • 50 AD BDR, 103 E 1D 1, PV des évènements du 14 juillet 1790.
  • 51 BMVR Marseille, 4717, 6, XXIV, PV dressé par des citoyens d’Allauch sur ce qui s’est passé dans ce (...)
  • 52 BMVR Marseille, 4717, 6, XXIV, Mémoire présenté par des citoyens d’Allauch à MM. du directoire du (...)
  • 53 Alain-Jacques Czouz-Tornare, « La présence militaire suisse en Provence au début de la Révolution (...)
  • 54 AD BDR, L 122, Lettre du département au commandant du régiment d’Ernest en garnison à Marseille, 1 (...)
  • 55 AD BDR, L 122, Lettre du département à la municipalité d’Allauch, 13 août 1790.

23Ses opposants acceptent-ils alors de se soumettre ? Bien sûr que non et la lutte reprend, attisée par la malheureuse décision de la Constituante de rattacher Allauch au canton de Roquevaire, donc au district d’Aix. Au village, le mécontentement est grand et les Allaudiens organisent en conséquence en juin 1790 leur propre assemblée cantonale. Le maire et ses amis y sont pourtant confortablement élus48. Mais Jean-Louis Ricard, que ses prises de positions dans la contestation du prévôt Bournissac auréolent d’un immense prestige patriotique, est nommé à la fin du mois par l’assemblée électorale, membre de la nouvelle administration départementale. Pour accepter cette fonction, il doit donc démissionner de la mairie d’Allauch. Cela n’est pas tout à fait au goût de ses partisans qui réclament son maintien, en manifestant devant l’hôtel de ville le 4 juillet49. Le 14 juillet, en pleine cérémonie de prestation du serment fédératif50, Jean-Pierre-Marie Chappe, greffier municipal (nommé par Ricard par conséquent) se met à haranguer les participants en criant « nous le voulons pour maire », ce qui provoque une échauffourée générale. Ricard est à nouveau ceint de l’écharpe municipale. Jean-Baptiste Chailan intervient pour la lui enlever et manque ainsi de peu d’être lynché par la foule. Le jour même, 79 opposants à Ricard adressent une violente pétition à l’Assemblée nationale et au département pour demander une nouvelle élection municipale51. Le 23 juillet, le capitaine d’artillerie Alexandre-Benoît de Pistoye, le médecin et ancien subdélégué Nicolas Pascal et le ci-devant lieutenant de juge Honoré-Marie Trotebas remettent un mémoire imprimé au département, dans lequel ils contestent la régularité des élections de février : « plusieurs jeunes gens, fils de famille [dont au demeurant Jean-Louis Ricard lui-même et Jean-Pierre-Marie Chappe], et d’autres habitants qui ne payaient point une imposition assez forte pour être citoyens actifs votèrent dans cette assemblée »52. Le département finit par céder et fait convoquer une nouvelle assemblée primaire pour le 15 août, en donnant l’ordre au commandant du fameux régiment d’Ernest53 d’envoyer des hommes y assurer l’ordre54. Or, la municipalité d’Allauch décide de son propre chef de reporter les élections, pour éviter cette inopportune surveillance militaire55.

  • 56 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs, 22 août 1790.

24Ce n’est donc que le 22 août 1790 que l’assemblée primaire s’ouvre à nouveau56. Mais, dès l’élection du bureau définitif, la messe est dite en quelque sorte, d’autant plus que la municipalité a requis la garde nationale à sa solde. Le président de séance, André-Bon Chappe (le père) peut donc déclarer : « le parti qui s’est reconnu le plus faible a déserté l’assemblée peu à peu par une porte de derrière. Il a eu sans doute pour motif de n’être pas témoin de son défaut de succès ». Qui devient maire alors ? Les habitants n’ayant pu avoir le fils, parti exercer d’autres responsabilités, ils auront le père, en la personne de Louis Ricard.

  • 57 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs, 14 novembre 1790 et Conseil général du 16 no (...)

25Le clan Ricard s’est donc imposé et doit en grande partie son succès à la présence, musclée sans doute, de la garde nationale aux abords de l’assemblée primaire. Aux élections de novembre 1790 sur le renouvellement du corps municipal, ses opposants ont en tout cas retenu la leçon, qui se présentent armés de « bâtons ». Une bagarre générale est sur le point d’éclater, l’élection reportée57.

  • 58 AD BDR, L 288, Lettre d’Emmanuel de Bausset au département, 4 janvier 1791.
  • 59 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs, 15-17 janvier 1791.

26Qu’est-ce que la Révolution a à voir alors avec cette longue crise allaudienne de 1790 ? Pas grand-chose finalement, ce que reconnaît bien volontiers Emmanuel de Bausset, commissaire du département chargé de vérifier la bonne tenue de l’assemblée primaire des 15-17 janvier 1791. Pour lui, toute cette agitation s’explique par « des querelles existant depuis douze ans dans cette ville58 ». Autrement dit, la nouvelle donne révolutionnaire a relancé les rivalités plus ou moins profondes des familles notables du lieu. Quant à l’assemblée primaire de janvier 1791, pour la municipalité comme pour la justice de paix, elle se déroule sans heurt apparent, présence d’un détachement militaire oblige59.

  • 60 AD BDR, 103 E 1D 1, PV de la non prestation de serment des ecclésiastiques d’Allauch, 13 février 1 (...)
  • 61 AD BDR, 103 E 1D 1, Conseil général du 22 mai 1791 ; Proclamation de la municipalité d’Allauch, 7 (...)
  • 62 AD BDR, L 820, Lettre de la municipalité d’Allauch au département, 25 mars 1791.
  • 63 AD BDR, L 568, PV assemblée électorale du district d’Aix pour l’élection des cures vacantes, 13 ma (...)
  • 64 AD BDR, L 1020, PV assemblée des citoyens actifs, 19-20 juin 1791.

27Ce qui commence à susciter de nouveaux troubles, en revanche, c’est le refus de prêter serment de quasiment tous les prêtres de la commune60. Ces réfractaires ne se contentent pas en effet de soulager leur conscience, ils se lancent aussi dans des « serments inconstitutionnels et séditieux », ce qui pervertit l’esprit public, en particulier celui des femmes61. La municipalité Ricard est consternée : « Nous n’aurions jamais cru que ce parti que nous avons en tête, si faible il y a quelques mois, nous donnât tous les embarras que nous éprouvons. Nos prêtres ne se seraient pas permis de prêcher contre les décrets s’ils ne se sentaient appuyés »62. Du coup, elle s’empresse d’accepter la nomination d’un curé constitutionnel, d’ailleurs enfant du pays, Jean-Joseph Blanc63. Mais, cette nomination a été faite par l’assemblée électorale du district d’Aix, de laquelle Allauch dépend toujours officiellement à ce moment-là, mais pour laquelle la commune n’a pas de représentants, et pour cause ! Donc, non seulement ce nouveau curé est un jureur, mais encore il a été choisi par les électeurs d’un district dont les Allaudiens ne veulent absolument pas ! En plus, ce pauvre curé Blanc prête son serment d’installation le jour même d’une assemblée primaire, ce qui fait que rapidement certains citoyens en viennent aux mains, d’où un nouvel ajournement de séance64.

  • 65 AD BDR, 103 E 1K 14, PV assemblée des citoyens actifs, 13-14 novembre 1791.

28Il semble bien aussi que le problème religieux ait entraîné un certain nombre de reclassements individuels sur l’échiquier politique. C’est le cas notamment de l’avocat et notaire Louis-Jean-Baptiste Cauvin, qui s’était illustré dans les années 1780 dans sa lutte contre les officiers d’Ancien Régime. Beau-frère de Jean-Louis Ricard, il se réconcilie pourtant au printemps 1791 avec son ennemi d’hier, Honoré-Marie Trotebas. Ce sont eux en tout cas les grands gagnants de la municipale de novembre 1791, avec Trotebas comme maire et Cauvin comme Luttes de clans, luttes de classes 149 procureur de la commune65. Peut-on parler alors de versatilité de l’électorat allaudien ? Pas tout à fait et il suffit pour s’en rendre compte de comparer la liste des votants du 22 août 1790 et celle du 13 novembre 1791. Si 81 citoyens ont assisté aux deux assemblées primaires, 148 des présents du mois d’août 1790 se sont abstenus en novembre 1791 et 60 votants de novembre 1791 n’étaient pas présents en août 1790. Autrement dit, il n’y a pas vraiment eu de report des voix vers le candidat anti-Ricard ; ce ne sont tout simplement pas les mêmes électeurs qui votent en faveur des uns et des autres.

  • 66 AD BDR, L 1061 bis, Tableau des membres de la société populaire d’Allauch, 7 pluviôse an III-26 ja (...)
  • 67 Journal des départements méridionaux, n° 13 du 3 avril 1792, p. 52.

29Toujours est-il qu’il y a là une véritable alternance à la tête de la municipalité. Les vaincus l’acceptent-ils ? Ils y sont bien contraints dans un premier temps. Mais, ils se ressaisissent vite et le 4 mars 1792, ils fondent une société des Amis de la Constitution66. Une véritable stratégie de reconquête du pouvoir se met en place : il s’agit de déconsidérer Trotebas et Cauvin, en portant leurs accusations sur la place publique. Le meilleur moyen pour cela, c’est de s’adresser à l’influent Journal des départements méridionaux, afin qu’il diffuse l’information dans toutes les sociétés populaires abonnées, créant ainsi un courant de sympathie, de solidarité et donc de légitimité pour la cause des patriotes allaudiens. C’est d’ailleurs l’un des rédacteurs en chef du journal, Joseph Giraud, qui se charge de mener l’attaque dans un article assez surréaliste en quelque sorte67. Est donc rappelé, à juste titre, qu’Allauch « fut choisi par les fanatiques comme un poste favorable à leurs intrigues anti-religieuses », ce qui est faire allusion aux troubles suscités par les sermons anti-constitutionnels des réfractaires de 1791. L’offensive se poursuit par des accusations contre le commandant de la garde nationale, chez qui est découvert

un drapeau blanc décoré d’un cordon et des glands à la livrée du ci-devant d’Artois. C’est cette enseigne coblencienne que venait baiser respectueusement, pendant la nuit, chaque nouveau prosélyte. Il jurait ensuite obéissance et dévouement ; quand le dupe avait ainsi passé sous l’oriflamme, on le voyait le lendemain prendre un ton de menace qui annonçait que notre homme frayait avec les mortiers, les longues perruques, les mitres et les croix militaires qui s’impatientent à Nice. Ce drapeau devait sortir de chez le commandant au moment de l’invasion des émigrants et à la nouvelle de l’arrivée de Louis XVI à Lyon. Quatre à cinq cents hommes étaient destinés à escorter ce signal de guerre civile.

  • 68 AD BDR, 103 E 1D 2, Enregistrement des démissions du maire Trotebas, de trois officiers municipaux (...)
  • 69 AD BDR, 103 E 1D 2, PV assemblée primaire du 13 mai 1792.
  • 70 Journal des départements méridionaux, n° 37 du 29 mai 1792, p. 155.
  • 71 AD BRD, 103 E 1D 2, PV assemblée primaire du 11 août 1792.

30Autrement dit, il y a un complot contre-révolutionnaire qui se trame à Allauch, sous le regard bienveillant de la municipalité Trotebas. Un tel réquisitoire rend intenable la position de l’équipe municipale élue en novembre 1791 et accule à la démission la plupart de ses membres, du 1er au 14 mai 179268. Des élections sont organisées ; les dirigeants de la société populaire s’imposent, avec Joseph Michel, nouveau maire de la commune69. Reste alors à se débarrasser du procureur Cauvin ; les Jacobins allaudiens utilisent donc leur très payante stratégie et s’empressent d’écrire au Journal des départements méridionaux, pour « rendre publique l’inconduite » dudit Cauvin et « lui donner toute la publicité possible70 ». Que lui reproche-t-on ? D’avoir falsifié les comptes de la commune en 1784 au temps où il en était le greffier, d’avoir dénoncé par devant le juge de paix des commissaires de la société populaire venus exiger des actes de reconnaissance permettant aux habitants de racheter les droits féodaux, et surtout « d’avoir osé se montrer publiquement l’apôtre d’un parti réfractaire qui avait étouffé pendant quelque temps le parti patriote ». Cauvin résiste bien quelque temps, mais il doit à son tour démissionner. Une nouvelle assemblée primaire est convoquée le 11 août 1792 pour pourvoir à son remplacement : le patriote Jean-André Michel (ancien compagnon de lutte de Cauvin dans les années 1780) est élu71.

  • 72 AD BDR, L 1974, Adresse des Républicains composant la section du canton d’Allauch aux 32 sections (...)

31Après bien des combats, mais pas mal de reclassements politiques aussi, l’un des partis locaux s’est solidement installé au pouvoir. L’heure de la vengeance a-t-elle sonné, comme à Aubagne à peu près au même moment ? Pas vraiment, comme l’explique une adresse aux 32 sections marseillaises, rédigée par un ancien membre du club et par l’ancien greffier de la juridiction seigneuriale : « Nous le disons avec satisfaction ; notre pays, quoique divisé par des haines de cinquante ans, n’a été souillé par aucun acte de brigandage et de sang. Nous aurions pu exterminer nos ennemis, ils ne pensaient pas comme nous ; nous avons préféré les éclairer. Réunis aujourd’hui pour la même cause, nous ne formons qu’une famille72 ».

  • 73 AD BDR, L 1974, Délibération de la section d’Allauch, 20 août 1793.
  • 74 AD BDR, L 1047 et L 3122-3123.

32Allauch (comme Aubagne) a donc été marquée par d’âpres luttes pour le contrôle du pouvoir local ; à maintes reprises, ses habitants en sont venus aux mains. Et pourtant, ces conflits n’ont pas entraîné une logique d’élimination de l’adversaire. Alors, certes, la municipalité patriote a bien été destituée, tardivement d’ailleurs, durant l’épisode fédéraliste73 ; certes, aussi, avec la Terreur, 71 citoyens ont dû émigrer, 9 ont été arrêtés et 4 condamnés à mort, parce que particulièrement compromis, mais aussi parce que pas vraiment originaires du lieu74. L’an III ne s’est pas traduit non plus par de sanglantes représailles.

  • 75 AD BDR, L 266, Déclaration des Patriotes de 89 au juge de paix du canton d’Allauch, 20 ventôse an (...)
  • 76 AD BDR, L 266, PV assemblée primaire du 1er germinal an v-21 mars 1797.
  • 77 AN, F 1c III, Bouches-du-Rhône, 1, Rapport du Ministère de l’Intérieur au Directoire exécutif, 4 p (...)

33Sous le Directoire, Allauch est toujours divisée en factions farouchement antagonistes, mais pas pour autant prêtes à un combat à mort. Si, le 20 ventôse an IV-10 mars 1796, par exemple, les « Patriotes de 89 » préfèrent quitter l’assemblée primaire, sous les huées d’ailleurs, pour ne pas confondre « des bulletins républicains avec ceux de Pitt et de Cobourg », cela signifie aussi que personne ne les a empêchés de s’y rendre75. En l’an v, des élus des deux camps sont désignés par l’assemblée primaire, ce qui prouve bien que tous les électeurs ont pu exercer leur droit de vote76. C’est d’ailleurs pour remplacer les deux élus républicains de l’administration municipale qu’une autre assemblée primaire, complètement aux mains des « Royalistes » cette fois, est organisée quelques jours plus tard, avant d’être invalidée77. En 1798-1799, enfin, la stabilisation républicaine n’est affectée par aucun incident particulier.

34Allauch a-t-elle fait alors, au moins au temps de la République directoriale, l’expérience d’une compétition électorale moderne, laissant une petite place au pluralisme ? Pourquoi pas, dans une certaine mesure. C’est aussi qu’à la différence d’Aubagne, il n’a été nullement question ici d’un mouvement populaire autonome ou de haines sociales exacerbées.

Des factions aux « blocs »

  • 78 Raymond Huard, La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de la fondation nationale (...)

35Avec les évènements révolutionnaires, la tendance intrinsèque à la division partisane des communautés méridionales acquiert une nouvelle résonance, pour ne pas dire une nouvelle signification, dans un contexte devenu national, que ce soit au niveau institutionnel comme à celui de l’émergence d’une véritable opinion publique. Il convient dès lors de poser la question de la nature des « partis politiques » sous la Révolution française dans les communes de l’arrière-pays marseillais, ou tout au moins, dans une terminologie gramscienne, des « blocs » en lutte au village, au bourg, dans la petite ville78.

Essai d’identification politique

36Compte tenu de la modestie de notre zone d’étude, il nous a été bien évidemment et malheureusement impossible d’obtenir une caractérisation politique bien subtile. C’est pourquoi nous avons privilégié une approche globale, sur la décennie toute entière, afin de dégager les engagements durables des uns et des autres (lesquels n’empêchent pas un certain nombre de retournements, de passages dans le camp adverse).

  • 79 Colin Lucas, « Le jeu du pouvoir local sous le Directoire », in Raymond Huard, Les pratiques polit (...)
  • 80 Donald Sutherland, « Le fédéralisme dans une petite ville : le cas d’Aubagne », in Martine Lapied (...)
  • 81 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., p. 180.
  • 82 François Wartelle, « Honnêtes gens. La dénomination comme enjeu des luttes politiques (1795‑1797)  (...)

37Deux blocs semblent alors devoir s’imposer, ceux-là mêmes que décrit Colin Lucas, « cimentés par une expérience communes, mélange de domination et de souffrance : les jacobins républicains comme victimes du fédéralisme, agents ou soutiens de la Terreur et de nouveau victimes en l’an III ; les conservateurs comme fédéralistes, victimes en l’an II et thermidoriens79 ». Reste alors à clarifier la terminologie. Si la désignation de « jacobins républicains » ne pose pas vraiment de difficultés, tel n’est pas le cas selon nous de celle de « conservateurs ». Alors, certes, il y a incontestablement un certain nombre d’éléments dans l’action politique ou la gestion municipale des anti-jacobins qui peuvent faire penser à un certain conservatisme : finances publiques saines, respect des personnes et des propriétés, exaltation du « bon ordre traditionnel », notamment en matière religieuse80. Cela étant dit, au-delà de cette culture politique commune, ce qui unit véritablement ces hommes aux sensibilités forcément disparates, de « l’aristocrate » forcené lié aux grands réseaux contre-révolutionnaires du sud-est au modéré prêt à accepter un régime qui lui garantit quelques grandes libertés et une certaine prééminence locale, c’est le rejet d’une Révolution démocratique, incarnée précisément par leurs ennemis jacobins. De plus, au niveau des pratiques politiques, la notion de « conservatisme » ne parait pas pertinente du tout : comme leurs adversaires, les anti-jacobins ont utilisé la presse avec le Journal de Marseille de Ferréol Beaugeard et ont mis en place de véritables structures de concertation et d’action. Quant à l’expérience sectionnaire de l’été 1793, elle montre aussi l’importance prise par l’acte de souveraineté du peuple, expression dès lors d’une « pure » démocratie directe, laquelle ne peut pas vraiment être taxée de conservatrice (du moins au niveau des pratiques et des discours81). Faut-il pour autant se contenter d’une définition par la négative ? Pas forcément, car il est sans doute possible de se servir de l’expression « honnêtes gens82 », soit une désignation sociale, devenue peu à peu une véritable catégorie politique, qui offre au demeurant l’indéniable avantage de ne pas tracer d’infranchissables frontières entre modérés, républicains ou royalistes, et contre-révolutionnaires achevés.

  • 83 AD BDR, L 334 bis.
  • 84 AD BDR, L 614 pour les communes du district d’Aix (Auriol, Cuges, Peypin, Roquevaire et Saint-Savo (...)
  • 85 AD BDR, L 615a (Auriol) ; L 615c (Peypin) ; L 615d (Saint-Savournin) ; L 1061 bis (Allauch, Cassis (...)
  • 86 AD BDR, L 603 et 604 pour les communes du district d’Aix (Auriol, Cuges, Gréasque, Peypin, Roqueva (...)
  • 87 AD BDR, L 3122 et 3123.

38Pour appréhender la composition de ces deux blocs antagonistes, nous avons utilisé un certain nombre de tests politiquement significatifs. Pour les Jacobins, nous nous sommes appuyé sur la liste des « patriotes victimes des fédéralistes sectionnaires auxquels il a été accordé des indemnités83 », sur les différentes équipes qui ont formé les comités de surveillance de l’an II84 et sur les tableaux des membres des sociétés populaires85. Pour les « honnêtes gens », nous avons travaillé sur les listes des émigrés86 et des victimes de la Terreur87. Nous avons poursuivi notre tentative d’identification en recensant les signataires des pétitions au contenu politique avéré (opération difficile, dans la mesure où souvent, ne sont donnés que les noms des pétitionnaires).

  • 88 Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française, naissance des options collectives, Aix‑enPro (...)

39Comme nous l’avons déjà noté dans la conclusion du précédent chapitre, la bipolarisation de la vie politique locale n’est pas un phénomène général. Les plus petites communes de notre zone d’étude y ont échappé dans une certaine mesure (Belcodène, Ceyreste, La Penne, Peypin, Roquefort et Saint-Savournin). Elles comptent bien certaines personnalités de tel ou tel bord, mais pas vraiment de « partis » à proprement parler. La communauté a suivi en quelque sorte les aléas de la conjoncture politique. À Cassis, Cuges et Gémenos, des « partis » ont existé, surtout après Thermidor, mais leurs effectifs, tels qu’ils apparaissent dans nos tableaux, sont trop réduits pour tenter une approche statistique satisfaisante. C’est que dans toutes ces petites communes, l’émigration n’est le fait que de quelques individus et les sociétés populaires y rassemblent la quasi-totalité de la population masculine, s’apparentant dès lors plus à des « sociétés de sociabilité » qu’à des organes de combats88.

  • 89 Cyril Belmonte, « Aubagne en Révolution. Luttes sociales et bipolarisation politique », in Provenc (...)

40Dans les communes les plus étoffées, en revanche, celles qui dépassent les 3 000 habitants (Allauch, Aubagne, Auriol, La Ciotat et Roquevaire), les deux blocs en compétition ont chacun une véritable base sociale. À commencé alors pour nous un long travail d’identification socioprofessionnelle de ces différents protagonistes, que nous avons complété par un critère « politique », celui de la participation des uns et des autres aux organes du pouvoir local d’Ancien Régime, afin d’analyser le comportement en révolution des anciennes oligarchies municipales89.

41Deux précisions méthodologiques avant de donner et de commenter les résultats (tableaux 20 et 21). Tout d’abord, nous n’avons pas pris en compte les « renégats », c’est-à-dire les (rares) citoyens qui n’ont pas suivi leur engagement initial, la plupart du temps d’ailleurs, en passant du bloc jacobin à celui de leurs adversaires (mais le contraire est possible aussi). Il ne faudra pas ensuite s’étonner des pourcentages relativement élevés d’indéterminés et de non propriétaires, lesquels sont souvent des jeunes, pas encore indépendants et donc pas inscrits sur les registres fiscaux que nous avons utilisés.

Tableau 20 : Approche socio-politique du bloc jacobin

Tableau 21 : Approche socio-politique du bloc anti-jacobin

42Il ressort de nos calculs que les Jacobins de l’arrière-pays marseillais se recrutent dans tous les milieux sociaux, tout comme d’ailleurs leurs adversaires. Les deux partis qui se font face ne sont donc pas des organisations de classes à proprement parler.

  • 90 Albert Soboul, Paysans, sans-culottes et Jacobins, Paris, Clavreuil, 1966, 389 p. et Les Sans-culo (...)

43Cela étant dit, il faut bien remarquer la composition beaucoup plus populaire du bloc jacobin, avec l’existence dans toutes les communes d’un véritable noyau de sans-culotterie90. Les petits producteurs indépendants, de l’échoppe, de la boutique, mais aussi de la terre ou de la mer, constituent bel et bien l’ossature des partisans de la Révolution démocratique. Il convient aussi de remarquer la part non négligeable des travailleurs journaliers, plus du quart des effectifs. C’est là l’indice d’une exceptionnelle politisation des classes dites inférieures. Inversement, et comme son nom l’indique finalement, le parti des « honnêtes gens » est majoritairement formé par des gros propriétaires, qu’ils soient nobles, bourgeois, négociants, artisans ou agriculteurs. C’est aussi dans une certaine mesure celui des oligarchies municipales d’Ancien Régime, puisque dans toutes les communes étudiées, ceux qui avaient droit de cité aux ci-devant conseils de communauté représentent entre 20 et 25 % des effectifs.

44Mais il faut surtout et enfin souligner la très forte hétérogénéité de ces deux blocs. Si le jacobinisme à l’est de Marseille est nettement plébéien, cela n’empêche pas la présence dans ses rangs de riches et influents personnages. De même, on compte chez les « honnêtes gens » d’importants contingents d’éléments populaires.

45De là à réduire les luttes révolutionnaires à des rivalités de clans faisant jouer leurs multiples réseaux de clientèle, il n’y a peut-être qu’un pas que d’aucuns auront vite franchi.

Essai d’interprétation

  • 91 Colin Lucas, « Aux sources du comportement politique de la paysannerie beaujolaise », in La Révolu (...)

46Il est bien tentant, à la suite de tout un courant de la recherche qui privilégie une approche individualiste du social, d’expliquer les aléas révolutionnaires de la vie politique locale par les stratégies déployées par certains puissants du lieu pour se maintenir ou acquérir davantage de pouvoir91. Certains notables auraient donc fait le choix d’accompagner la poussée démocratique de 1792 et d’autres de la combattre. Certains auraient continué à suivre une Révolution déchristianisatrice et d’autres ne l’auraient pas supportée. Certains se seraient faits les acteurs d’un engagement patriotique sans limites et d’autres auraient refusé de faire le moindre sacrifice. Les luttes entre Jacobins et « honnêtes gens » ne seraient donc que l’expression des déchirements politiques des élites locales. Il est d’ailleurs facile pour le chercheur attentif aux réalités de terrain de mettre en évidence l’activisme de réseaux contrôlés par des notables, qu’ils soient de voisinage, de parenté, de travail, de sociabilité.

47À Roquevaire, par exemple, les anti-jacobins font des manœuvres du clan conduit par le négociant Joseph Turcat (maire en l’an II) et par son gendre et notaire Joseph Christin la cause de tous leurs malheurs :

  • 92 AD BDR, L 297, Lettre de la municipalité de Roquevaire au département, 21 messidor an v-9 juillet (...)

il fut un temps où les honnêtes gens ne pouvaient rester dans la commune. Leurs jours étaient menacés et ce temps était alors où Joseph Christin, un des principaux du pays, faisait faire des contributions à force armée, faisait guillotiner, faisait incarcérer, faisait vendre les meubles et effets des particuliers qui étaient dans leur maison, lesquels meubles et effets ledit Joseph Christin avait fait semblant d’acheter pour peu de valeur92.

48Alors, certes, peut-être que le tandem Christin-Turcat a intrigué et s’est servi de la conjoncture révolutionnaire pour parvenir à ses fins. Il n’empêche que leur stratégie familiale n’explique pas tout.

  • 93 AD BDR, L 487, Pétition d’Ange Cauvin au département, 15 vendémiaire an v-6 octobre 1796.
  • 94 AD BDR, L 487, Pétition de 95 habitants d’Allauch au département, 25 frimaire an v-15 décembre 179 (...)

49À Allauch, toujours d’après les « honnêtes gens », une bonne part des luttes révolutionnaires serait due à la volonté de prise de contrôle des deux offices notariaux du lieu par le clan mené par Bernard Bernard et son beau-père Jean-André Michel. Ces deux grands dirigeants du jacobinisme local ont profité selon leurs adversaires du décès des deux précédents notaires (et anti-jacobins notoires, Jean-Baptiste Guitton et Louis-Jean-Baptiste Cauvin, dont nous avons déjà parlé) pour obtenir en l’an II la réunion des deux études en une seule, au profit dudit Bernard93. Reste encore une fois que si cette atteinte à la concurrence et à la propriété soulève l’indignation de tous les « honnêtes gens » d’Allauch94, il s’en faut de beaucoup pour qu’elle rende complètement compte des âpres divisions partisanes de cette commune.

  • 95 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 13 mars 1791.

50À Aubagne, et toujours dans la même perspective, 150 citoyens actifs ont signé en mars 1791 une pétition demandant l’autorisation de la municipalité pour « s’ériger en société d’amis de la constitution et en club patriotique dont ils tiendront les séances à une chapelle située au terroir de cette ville, quartier de Louve ». Pourquoi un tel lieu de réunion ? Tout simplement, comme le fait observer le dirigeant jacobin Jean-Baptiste Camoin, parce que la chapelle de Louve correspond au quartier où habitent la plupart des pétitionnaires95. Doit-on pour autant en conclure qu’il s’agit là uniquement de la stratégie d’un réseau de voisinage ayant fait le choix de l’engagement patriotique ?

51Il convient donc selon nous d’aller plus loin que les parfois mesquines rivalités de groupes. Ce sont là certes des éléments précieux pour une histoire sociale de longue durée, mais pas vraiment adaptés aux dix années de l’évènement révolutionnaire. Dans le cas d’Aubagne, les luttes de clans ne peuvent par exemple aucunement éclairer la très nette participation du monde paysan, grand et petit, au bloc jacobin local. D’autres éléments sont donc à prendre en compte, ce qui revient, en d’autres termes, à ne pas considérer seulement « Jacobinisme » et « Modérantisme » comme des catégories politiques.

  • 96 Georges Lefebvre, Questions agraires au temps de la Terreur, 1932, Paris, CTHS, 1989, 386 p.
  • 97 Anatoli Ado, Paysans en Révolution… op. cit., p. 254-255.
  • 98 Voir la récente réhabilitation de la notion de « bourgeoisie rurale » dans Jean-Pierre Jessenne, « (...)
  • 99 Monique Cubells, « Les usurpations de noblesse sous l’Ancien Régime » et « La politique d’anobliss (...)
  • 100 Élie Pelaquier, De la maison du Père à la maison commune. Saint Victor-de-la-Coste, en Languedoc r (...)

52C’est que si l’opposition entre les deux blocs ne relève pas non plus à strictement parler d’une véritable lutte de classes, il n’en demeure pas moins que la décennie révolutionnaire a révélé au grand jour d’explosives tensions sociales. Ce qui est véritablement en jeu, ce n’est pas tellement dans ces villages urbanisés, ces bourgs et petites villes de l’arrière-pays marseillais, une redistribution de la propriété ou un partage des grandes fermes96, mais bien plutôt la destruction complète de tout un système traditionnel de rapports sociaux semi-féodaux97. C’est que dans nos localités d’étude, il existe de véritables oligarchies, regroupant ceux qui contrôlent tout, la propriété, le crédit, l’emploi, le savoir, le pouvoir. Cette poignée de nobles non fieffés et d’élites bourgeoises, de la rente, de la marchandise, de l’atelier ou encore de la terre98, avec des familles souvent liées entre elles, jouit par conséquent d’une prééminence locale incontestée jusqu’à la Révolution. Certes, pour les roturiers, il n’est plus guère envisageable de s’agréger au second ordre99, mais il n’empêche qu’il est toujours possible de vivre noblement, de caser ses rejetons dans une cure ou un office, de rendre la justice au nom du roi ou à celui du seigneur, de s’enrichir des fermes communales et des multiples créances que la foule des dépendants renouvelle sans cesse100. Il n’y a qu’à lire d’ailleurs le bien nostalgique témoignage du notaire aubagnais César Couret (âgé d’une dizaine d’années au moment de la tourmente révolutionnaire) dans son histoire locale pour se rendre compte à quel point les dernières années de l’Ancien Régime ont pu être perçues comme un véritable âge d’or pour ces oligarchies provençales. Son récit est aussi significatif de la réalité même des spécificités du « Jacobinisme » des communes de l’arrière-pays marseillais :

  • 101 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p. 61 et 103-104.

Aubagne avait perdu son éclat depuis la fuite de l’évêque. Son château était la source qui fécondait Aubagne. La fréquentation de la bourgeoisie, la protection de l’évêque répandue sur les jeunes gens qui se destinaient au sacerdoce, de là le grand nombre de prêtres que fournissait Aubagne. Tous les pays environnants possédaient un curé d’Aubagne, La Ciotat, Cassis, Le Beausset, Cuges, Roquevaire, Auriol, Saint Zacharie, Peypin, La Penne, les paroisses du Terradou, Marseille enfin. Dans tous les temps, Aubagne avait fourni des littérateurs, des prédicateurs distingués. Arrivait-il dans le diocèse une célébrité, dans les sciences, dans les lettres, on se rendait au château de l’évêque, il se contractait liaison avec la bourgeoisie du pays, la politesse des grandes villes était commune dans les sociétés, dans les assemblées, dans les grands cafés d’Aubagne même. Sur les personnages qui occupaient les premiers emplois dans Aubagne, au commencement de la Révolution, la bourgeoisie a subi le sort du château, les familles se sont éteintes ou expatriées. […] Depuis qu’Aubagne a vu disparaître ses grands pasteurs, ses véritables pères, depuis 1791, Aubagne est échue insensiblement dans la décadence qui lui a laissé bien peu de son ancien caractère. […] Est-ce un ange exterminateur qui est venu immoler ces honorables familles, disparues sans laisser de postérité, ou dont quelques descendants se sont expatriés et ont abandonné le pays à sa décadence progressive ? Toutes ces riches familles étaient consulaires. Des étrangers de tout pays sont venus s’emparer de ces belles contrées. Tout s’est rendu accessible à leur ambition intéressée, administration civile et judiciaire, carrière cléricale, monopole privilégié, entreprises lucratives, établissements d’instruction, jusqu’aux sinécures tolérées par l’incurie départementale. Les belles propriétés, les capitaux ont passé dans des mains étrangères. On a changé les usages, la manière de vivre, la disposition des temples, amoindri la splendeur des fêtes publiques, supprimé ce qu’elles avaient d’attrayant aux yeux des populations, substitué des intonations vulgaires aux chants sublimes, animés et traditionnels qui rappelaient les beaux jours de la ville d’Aubagne. Une génération opulente, gaie, spirituelle, est dégénérée en une classe ouvrière, agricole, obséquieuse, d’une soumission exemplaire, mais tenant de la matérialité101.

  • 102 Jacques Godechot, La Contre-Révolution…, op. cit., Gérard Gengembre, La Contre-Révolution, ou l’hi (...)

53Il y a bien évidemment dans cette analyse toute une vision du monde, légitimiste en l’occurrence, et bien des réminiscences des grandes explications contre-révolutionnaires, de la Révolution comme table rase du passé constitutif des nations au complot jacobin et pourquoi pas maçonnique102. Mais, il y a aussi dans le texte de Couret une très claire interprétation des sanglantes luttes partisanes qui ont déchiré sa ville d’Aubagne : la domination de l’ancienne oligarchie y a été balayée, non pas par des intrus ou des étrangers, comme il l’écrit, mais par des forces sociales nouvelles. Ce n’est pas un hasard alors si, du printemps 1791 à l’automne 1793, les patriotes aubagnais dénoncent dans leurs différents discours aussi bien les « aristocrates », catégorie politique, que les « bourgeois », catégorie sociale. Ce n’est d’ailleurs qu’avec la mise en place du gouvernement révolutionnaire que les désignations de l’adversaire deviennent exclusivement politiques, indice d’une certaine manière d’une reprise en main idéologique des mouvements populaires locaux.

  • 103 AD BDR, 135 E HH 8, Pétition des possédants biens de la ville d’Aubagne pour le maintien de « la c (...)

54À Aubagne, en tout cas, et c’est là peut-être le signe d’une authentique voie révolutionnaire paysanne, le combat contre les élites en place est le fait du monde paysan dans toute son hétérogénéité, des bons ménagers aux journaliers les plus pauvres, ce qui se traduit bien dans les données du tableau 20. Les ouvriers agricoles réclament ainsi au printemps 1791 et obtiennent début 1792 de la municipalité Domergue la suppression de l’humiliante « cloche des paysans », celle-là même que le règlement parlementaire de 1724 avait mise en place pour fixer les horaires de travail et qui dès son installation avait provoqué une véritable émeute103. Quant aux ménagers qui, rappelons-le, sont aussi des employeurs, ils ne semblent pas effarouchés par cette offensive victorieuse. Loin de là même, puisqu’ils font largement cause commune avec leurs salariés pour au moins trois axes de lutte.

  • 104 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général du 27 août 1792.
  • 105 AC Marseille, 25 II 2, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel, 7 avril (...)
  • 106 AD BDR, L 1974, Lettre du comité de prudence du club des Antipolitiques d’Aubagne à son homologue (...)

55Rappelons alors la très forte mobilisation populaire des années 1790-1792 pour imposer l’abolition de la banalité des fours, soit d’un droit de monopole qui touche en premier lieu les consommateurs pauvres et que les habitants du terroir ont toujours refusé de payer104. Il faut mentionner ensuite le problème des multiples créances qui pèsent sur la plus grande partie du monde agricole. L’un des objectifs de l’émotion populaire du 29 mars 1789, c’est précisément « de se faire passer les obligations forcées et les quittances de ce qu’ils [les émeutiers] pouvaient devoir105 », autrement dit de les annuler purement et simplement, en ce contexte de crise économique, de mévente du vin et de mortalité des oliviers. Par la suite, les dirigeants de la société populaire aubagnaise mettent même au point un véritable plan de liquidation des dettes paysannes106 :

L’une des causes de la réticence des gens de la campagne à assister à nos séances, est la crainte de déplaire à M. les bourgeois, dont la plupart sont débiteurs. Nous croyons avoir trouvé le moyen de la détruire, cette maudite cause. Il ne s’agit que de pouvoir le mettre en pratique. Nous ne pouvons y parvenir sans le secours de nos frères de Marseille, dont la fortune seule couronnera nos succès. Voici comment. Il n’est presque pas un seul de nos agriculteurs qui ne doive des capitaux de rentes à M. les bourgeois. Ils leur en payent annuellement les intérêts au 5 ou au 4, en leur retenant le quint. Il s’agirait de trouver des citoyens à Marseille, bien munis d’assignats, qui leur prêtassent pour rembourser ces capitaux. Nous poivrerions bien M. les bourgeois et il en résulterait de grands avantages pour nos agriculteurs. 1) En remboursant tous les capitaux, ils n’auraient plus affaire qu’à un seul et même créancier. 2) Ils ne seraient plus exposés à des vexations en ne se trouvant pas de quoi payer tous leurs créanciers à cause d’une mauvaise récolte, leur unique créancier se contentant cette année-là d’un bon acompte. 3) Étant vraisemblable qu’ils trouveront des assignats en dessous du 4, ils gagneront encore sur les intérêts annuels. 4) Que ne gagneront-ils pas de s’affranchir de la servitude de M. les bourgeois qui les enchaînent de cette manière ?

56Aidez-nous donc, frères et amis, à briser les chaînes de nos concitoyens et à diminuer les forces de nos ennemis communs. Nous espérons que vous voudrez bien nous accorder vos lumières, vos conseils, et quelques soins à nous procurer de bons citoyens qui nous ouvrent leurs portefeuilles afin de bien hypothéquer leurs fonds sur de bonnes terres fertiles.

57Cet ambitieux projet de résorption de l’endettement paysan n’a bien entendu pas été suivi d’effets. Il n’empêche qu’avec l’émigration en l’an II de « M. les bourgeois », bon nombre d’agriculteurs, grands et petits, ont pu, par la force des choses en quelque sorte, se libérer complètement de toutes les créances qui pesaient sur leurs terres.

  • 107 AD BDR, L 3067, Interrogatoire d’André-Joseph Jourdan par le directeur du jury du district de Mars (...)
  • 108 AD BDR, L 3067, Dénonciation de Joseph Olivier par devant le comité de surveillance d’Aubagne, 25 (...)
  • 109 AD BDR, L 3067, Acte d’accusation, 24 fructidor an II-10 septembre 1794 : Jourdan est accusé de «  (...)
  • 110 AD BDR, L 3067, Ordonnance du tribunal criminel du département qui acquitte et met en liberté Andr (...)

58Enfin, troisième combat aux résultats plus inégaux, encore que, celui des rentiers et mégers, autrement dit et grosso modo des fermiers et des métayers. Il faut ainsi commencer par reconnaître que si les assignats ont été une véritable calamité pour les paiements courants, ils ont pu représenter un moyen non négligeable pour alléger en quelque sorte le montant des rentes foncières. D’ailleurs, les propriétaires ne s’y sont pas trompés, eux qui ont fait pression sur leurs locataires pour se faire payer en monnaie argent. André-Joseph Jourdan lui-même a failli par exemple y perdre la vie en l’an II, dénoncé par un de ses fermiers, Joseph Olivier, dont « la famille loue des terres aux Jourdan depuis plus de cent ans107 ». En août 1793, en pleine « contre-révolution », Jourdan refuse en effet les assignats que lui propose son rentier. Mal lui en prend, car quelques mois plus tard, Olivier dénonce son propriétaire par devant le comité de surveillance aubagnais qui s’empresse de transmettre le dossier à Marseille108. Jourdan est arrêté, un acte d’accusation est même prononcé à son égard109, mais trop tard en quelque sorte et notre futur député aux Cinq Cents peut profiter pleinement du relâchement de la coercition politique qui suit immédiatement Thermidor110. Au-delà de cet épisode peu glorieux dans le parcours de Jourdan des Bouches-du-Rhône, il faut bien voir cependant que dans cette affaire, l’opposition de classe en quelque sorte a été plus forte que le lien de clientèle.

  • 111 Anatoli Ado, Paysans en Révolution… op. cit., p. 362-364.

59Il convient aussi de rappeler un point de la législation agraire montagnarde. Avec la loi du 29 floréal an II-18 mai 1794, toutes les redevances ou rentes entachées originairement de la plus légère marque de féodalité doivent être supprimées sans aucune indemnité. Sont donc concernés tous les propriétaires non seigneurs qui, par prestige social, avaient fait inscrire dans leurs baux l’équivalent d’un cens ou de lods et ventes. Les voilà donc privés de leur propriété, pour le plus grand bonheur de leurs anciens locataires111 ! Faute d’avoir consulté les sources notariales appropriées, il nous est impossible d’avancer une estimation du nombre des bénéficiaires de cette radicale mesure, mais il est bien certain en tout cas qu’elle a eu une réelle importance dans les communes de l’arrière-pays marseillais, en ces terres du Midi où ces rentes foncières semi-féodales étaient relativement courantes.

  • 112 Anatoli Ado, Paysans en Révolution… op. cit., p. 370.
  • 113 AD BDR, L 1061, Lettre des Amis de la Liberté et de l’Égalité sous le nom d’Antipolitiques de La C (...)
  • 114 AD BDR, L 3101, Dénonciation de Jean-Blaise Bonnet par devant la section de Cassis, 1er juin 1793.
  • 115 Serge Aberdam, « La Révolution et les luttes des métayers », in Études rurales, 1975, p. 73-91.

60Se pose enfin le problème de la dîme dite bourgeoise. L’article 14 du décret du 25 août 1792 stipule en effet que la partie de récolte que le locataire fournissait autrefois au seigneur ou au décimateur reste due, mais dorénavant au propriétaire-bailleur112. Une telle disposition n’est donc vraiment pas faite pour arranger les conflictuelles relations entre propriétaires et locataires. À La Ciotat, aussitôt connue, la loi suscite des « murmures, des refus et surtout des plaintes » auprès de la société populaire113. À Cassis, les plus virulents des clubistes estiment même qu’avec cet article, « les bourgeois voulaient assassiner les paysans, qu’ils feraient payer la dîme à ses paysans, mégers ; que cela était injuste, qu’ils voulaient leurs sueurs et qu’ils devaient taper dessus, surtout et de préférence aux plus riches114 ». Alors, certes, si malgré la résistance acharnée des métayers, la Convention n’a pas vraiment cédé dans son décret du 26 prairial an II-14 juin 1794115, il n’en demeure pas moins que sur le terrain, du fait de l’émigration de la plupart des grands propriétaires, le problème s’est réglé en quelque sorte de lui-même.

  • 116 Sur les biens nationaux, vue d’ensemble dans Bernard Bodinier et Éric Teyssier, « L’évènement le p (...)
  • 117 AD BDR, L 138, Lettre du lieutenant de gendarmerie nationale Dudouit au département, 4 fructidor a (...)

61Quant aux assemblées révolutionnaires, elles ont, par leur législation successive, contribué d’une certaine manière à attiser les haines sociales des uns et des autres. Si la vente des biens ecclésiastiques n’a pas vraiment suscité de réaction particulière dans les communes de l’arrière-pays marseillais, il n’en est pas de même de celle des biens de seconde origine116. Les ventes de terres des émigrés et des condamnés n’ont pas été particulièrement nombreuses certes, mais celles qui ont été réalisées ont donné lieu à de sérieux désagréments pour leurs malheureux acheteurs. Il n’y a qu’à citer pour s’en rendre compte le témoignage accablant du gendarme Pierre Dudouit, acquéreur de quatre terres provenant de l’émigré Jean-Baptiste Giraud117 :

Je vous observe citoyens administrateurs que j’ai éprouvé à Aubagne toutes les vexations les plus affligeantes, qu’il est bien dur pour un militaire qui a poursuivi sans relâche pendant six campagnes les ennemis de la République d’être obligé de fuir devant les brigands d’Aubagne, pour se soustraire aux poignards de ces monstres qui prétendent que les acquéreurs de domaines nationaux sont des voleurs et doivent tomber sous leurs coups.

  • 118 Lucien Grimaud, Histoires d’Aubagne, 1973, Aubagne, Louis Lartigot, 1981, p. 80.
  • 119 Paul Moulin, Documents relatifs… op. cit., t. II, p. 198-199.
  • 120 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p. 58.
  • 121 Marc Deleplace, « Le discours sur “l’anarchie’’ en l’an III : entre “terreur” et “contre-révolutio (...)
  • 122 À titre d’exemples, AD BDR, L 3064, Procédure contre Joseph Burle, Joseph Jourdan et André Aillaud (...)

62Quant aux ventes de meubles, aux tarifs d’autant plus abordables qu’elles pouvaient être payés « à très vils prix en assignats118 », elles ont donné lieu à une certaine inversion des rôles en quelque sorte. À Aubagne, par exemple, 51 biens mobiliers ont changé de mains en l’espace de huit mois, du 3 floréal an II-22 avril 1794 au 29 frimaire an III-19 décembre 1794119. Décidément, César Couret avait vu juste quand il écrivait que « jamais, à aucune époque de l’histoire, la populace n’avait joui de tant d’aisance120 ». Dès lors, pour tous les « bourgeois », quel choc cela a dû être en l’an III à retourner d’émigration dans des maisons quasiment vides ! Voilà de quoi contribuer à accréditer chez tous les anciens membres des oligarchies déchues l’idée d’un véritable projet « anarchiste » de mettre à bas toutes les propriétés, par un redoutable « système de sang » qui s’identifie dès lors pour beaucoup avec la Révolution elle-même121. De là viennent en tout cas les très nombreuses plaintes pour pillage et dévastation que l’on trouve en l’an III dans les registres des justices de paix ou du tribunal criminel du département122. De là encore l’acharnement des « sabreurs royaux » contre tous ceux qui ont incarné la Terreur. De là enfin, une indéniable fidélité populaire au souvenir de l’an II, avec le maintien jusqu’à Brumaire d’un très dynamique courant républicain-démocrate, ne laissant guère d’espace politique aux bien peu nombreux partisans d’une République sans Révolution.

  • 123 Michel Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française », in De la cav (...)
  • 124 Nous avons évoqué au chapitre précédent l’émeute du 9 décembre 1791, au cours de laquelle les ouvr (...)
  • 125 A.D. BDR, L 1974, Lettre du curé Icard au comité de prudence des Amis de la Constitution de Marsei (...)

63Reste pour nous à évoquer le cas de La Ciotat. Dans cette cité portuaire et de ce fait beaucoup moins concernée par les questions agraires, c’est tout un système traditionnel de production qui est aussi contesté par le mouvement populaire local. Il y a en effet d’un côté les donneurs d’ordres, gros propriétaires terriens, négociants, constructeurs, capitaines armateurs et de l’autre la foule des journaliers agricoles, des ouvriers de la construction navale, des portefaix, des magasiniers, des petits artisans en attente de commandes. Tout ce prolétariat, plus ou moins flottant123, aisément reconnaissable en tout cas à la très forte diversité de patronymes aux consonances pas forcément provençales, dépend donc presque exclusivement pour sa consommation et survie quotidiennes des salaires versés par les puissants du lieu. Or, avec la mise en circulation des assignats, en 1791-1792, les travailleurs se retrouvent payés en papier monnaie, ce qui leur est d’autant plus inutile que les commerçants les refusent124. Dès lors, il ne reste plus au petit peuple qu’à vendre à des taux très défavorables ses billets contre des pièces sonnantes et trébuchantes. Le curé patriote Icard explique ainsi au printemps 1792 dans une lettre au comité de prudence des Amis de la Constitution de Marseille – lettre qui est un peu le pendant ciotaden de la missive aubagnaise sur l’endettement paysan – que « l’agiotage affreux des assignats » ne fait que renforcer la dépendance du peuple envers les donneurs d’ordres et ne fait par là même que contribuer à accroître les tensions sociales dans la petite ville125 :

J’ai été moi-même exposé à la municipalité la misère du peuple et la nécessité des punitions exemplaires contre les accapareurs d’espèces. M. les municipaux se montrant pleins de bonne volonté, m’ont fait observer que l’argent ayant été décrété marchandise, ils n’oseraient s’ériger en législateurs et mettre des entraves à la libre circulation du numéraire, que fixer le taux de la perte sur les assignats était une chose au-dessus de leur compétence. Ils m’ont observé de plus que connaissant les besoins urgents et multiples des ouvriers et la haine implacable des bourgeois et des riches contre eux, gêner le commerce de l’argent, c’était exposer le pauvre peuple à ne pouvoir plus échanger un assignat à quelque prix que ce fut et qu’ils étaient nécessités par prudence de fermer souvent les yeux ; qu’au reste, ils avaient toujours fait droit aux plaintes de ceux qui avaient réclamé leur autorité pour faire ou accepter des paiements en assignat sans aucune perte. J’ai été moi-même témoin quand ils ont obligé les boulangers à prendre les assignats et à donner sur lesdits des bons en pain.

64Le plus grand mal vient des agioteurs qui par leurs menées sourdes mettent les pauvres artisans et travailleurs dans le cas de prendre gros pour avoir de l’argent et les besoins multiples de leurs familles forcent ceux-ci à n’oser porter aucune plainte.

  • 126 Ces trois « Enragés » ciotadens sont d’ailleurs arrêtés durant l’épisode fédéraliste, voir dossier (...)
  • 127 AD BDR, L 2079, Adresse des Républicains antipolitiques de La Ciotat à la Convention, 28 février 1 (...)

65Il y a donc bien à La Ciotat une véritable guerre des pauvres contre les riches. Celle-ci est menée au quotidien par les plus radicaux des clubistes, les André Aillaud, Joseph Burle et autres Eustache Carles, hommes de rien, en quelque sorte, mais qui multiplient en 1792-1793 les insultes et les contributions forcées sur leurs ennemis126. Dans ce combat, ils sont rejoints par un certain nombre de négociants et de capitaines, riches eux-mêmes, mais pas vraiment intégrés à l’ancienne oligarchie municipale (les Toussaint-André Besson, Antoine Boucherie, Joseph François Nalis, Pierre Sauveur Sauron). Ensemble, ils exigent « la vente rapide des obligations nationales et la réduction des assignats en circulation » et applaudissent aux grandes mesures de la Convention et notamment au Maximum127. Cette alliance, classique pourrait-on dire, entre bourgeoisie révolutionnaire et mouvement populaire, n’est pourtant qu’éphémère. Elle résiste certes à Thermidor, du fait de la Terreur Blanche qui s’abat sur tous les militants de l’an II quels qu’ils soient, mais elle se désagrège après le 18 Fructidor. C’est ce qui explique en tout cas le positionnement dans le camp gouvernemental de la plupart des électeurs ciotadens des ans VI et VII. La lassitude aidant, la ruine économique aussi, un certain retour à l’ordre s’impose donc pour les notables ci-devant jacobins.

Notes

1 AN F 1c III, Bouches-du-Rhône, 1, Mémoire historique sur la commune d’Aubagne, an IX.

2 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseil du 1er avril 1790 et AC Marseille, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel au siège d’Aix, 7 avril 1789.

3 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil général du 7 juillet 1790.

4 AD BDR, L 1021, PV assemblée électorale du district de Marseille, 28 juin 1790 et BMVR Marseille, 4717, 5, XXIII, Liste de MM. les électeurs du département des Bouches-du-Rhône, 1790.

5 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, PV des assemblées primaires, 13-15 novembre 1790.

6 AD BDR, L 364, Lettre du directoire du district de Marseille au président de la section des Pénitents Blancs d’Aubagne, 3 février 1791.

7 AD BDR, L 364, Lettre des citoyens de la section des Pénitents blancs au District, 14 février 1791.

8 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, PV installation du juge de paix Antoine Jourdan, 14 mars 1791.

9 AD BDR, L 1061, PV de la première séance, 21 mars 1791.

10 AD BDR, L 2037, Lettre du club d’Aubagne à ses frères Antipolitiques, 22 mai 1791.

11 AD BDR, L 1021, PV de l’assemblée primaire du 19 juin 1791.

12 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Nombreux conseils à ce sujet, mai 1791.

13 AD BDR, 135 E HH 8, Pétition des possédants biens d’Aubagne et de son terroir, avril 1791.

14 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil de tous les chefs de famille, 11 juillet 1791.

15 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des assemblées primaires, 13‑16 novembre 1791.

16 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général, 11 décembre 1791.

17 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne au département, 13 novembre 1791.

18 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des assemblées primaires, 6-11 janvier 1792.

19 AD BDR, L 1021, Pétition des citoyens actifs de la commune d’Aubagne, 12 janvier 1792.

20 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général, 13 janvier 1792.

21 AD BDR, L 1021, Pétition de « citoyens notables », 13 janvier 1792.

22 AD BDR, L 292, Dénonciation du procureur Beuf, 17 janvier 1792.

23 AD BDR, L 292, Dénonciation de Marie Anne Deleuil, 18 janvier 1792.

24 AD BDR, L 292, Lettre de la municipalité d’Aubagne au District, 11 février 1792.

25 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 11 février 1792.

26 Récit des événements dans AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 12 février 1792.

27 Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête… op. cit., p. 76.

28 AD BDR, L 292, Pétition au département, 12 février 1792.

29 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Enregistrement de l’arrêté du département, 16 février 1792.

30 AD BDR, L 266, Pétition de la majorité des citoyens actifs de la commune d’Aubagne, 20 février 1792.

31 AD BDR, L 292, Pétition du 21 février 1792.

32 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Discours de Beuf les 22 et 23 février 1792.

33 AD BDR, L 292, Pétition du 23 février 1792.

34 Voir à son sujet la notice biographique de Monique Cubells, « Marseille entre en Révolution (1787-1789) », in Claude Badet (dir.), Marseille en Révolution, op. cit., p. 52.

35 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 26 février 1792.

36 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 27 février 1792.

37 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 1er et du 17 septembre 1792.

38 AD BDR, L 334 bis.

39 AD BDR, L 1047, L 1040 et L 3122-3123.

40 AN, BB 18, 189, AD BDR, L 3049, BM Avignon, Ms 3029 et Paul Gaffarel, « La bande d’Aubagne sous la Révolution », op. cit., p. 5-16.

41 AD BDR, L 266, Les Républicains de la commune d’Aubagne au département, 5 pluviôse an IV-25 janvier 1796.

42 D’après L’Anti-Royaliste, n° 29, 36 et 37.

43 AN AF III 217, 2, Lettre de Joseph Camoin au ministère de l’Intérieur, 6 germinal an VII‑26 mars 1799.

44 AD BDR, L 135, Lettre du général Willot au département, 3 brumaire an v-24 octobre 1796.

45 Jeff Horn, « Tout politique est locale : une relecture critique de Le Nombre et la Raison. La Révolution française et les élections de Patrice Gueniffey », in Annales historiques de la Révolution française, n° 311, 1998, p. 89-109.

46 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 20 décembre 1789.

47 AD BDR, 103 E 1K 14, PV assemblée des citoyens actifs, 21 février 1790.

48 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs, 6 juin 1790.

49 AD BDR, 103 E 1D 1, Conseil général du 4 juillet 1790.

50 AD BDR, 103 E 1D 1, PV des évènements du 14 juillet 1790.

51 BMVR Marseille, 4717, 6, XXIV, PV dressé par des citoyens d’Allauch sur ce qui s’est passé dans cette commune, 14 juillet 1790.

52 BMVR Marseille, 4717, 6, XXIV, Mémoire présenté par des citoyens d’Allauch à MM. du directoire du département des Bouches-du-Rhône, 23 juillet 1790.

53 Alain-Jacques Czouz-Tornare, « La présence militaire suisse en Provence au début de la Révolution française (1789-1792) », in Provence historique, t. xlv, fasc. 180, 1995, p. 253-283.

54 AD BDR, L 122, Lettre du département au commandant du régiment d’Ernest en garnison à Marseille, 12 août 1790.

55 AD BDR, L 122, Lettre du département à la municipalité d’Allauch, 13 août 1790.

56 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs, 22 août 1790.

57 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs, 14 novembre 1790 et Conseil général du 16 novembre 1790.

58 AD BDR, L 288, Lettre d’Emmanuel de Bausset au département, 4 janvier 1791.

59 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs, 15-17 janvier 1791.

60 AD BDR, 103 E 1D 1, PV de la non prestation de serment des ecclésiastiques d’Allauch, 13 février 1791.

61 AD BDR, 103 E 1D 1, Conseil général du 22 mai 1791 ; Proclamation de la municipalité d’Allauch, 7 juin 1791.

62 AD BDR, L 820, Lettre de la municipalité d’Allauch au département, 25 mars 1791.

63 AD BDR, L 568, PV assemblée électorale du district d’Aix pour l’élection des cures vacantes, 13 mars 1791.

64 AD BDR, L 1020, PV assemblée des citoyens actifs, 19-20 juin 1791.

65 AD BDR, 103 E 1K 14, PV assemblée des citoyens actifs, 13-14 novembre 1791.

66 AD BDR, L 1061 bis, Tableau des membres de la société populaire d’Allauch, 7 pluviôse an III-26 janvier 1795.

67 Journal des départements méridionaux, n° 13 du 3 avril 1792, p. 52.

68 AD BDR, 103 E 1D 2, Enregistrement des démissions du maire Trotebas, de trois officiers municipaux et de quatre notables, 1-14 mai 1792.

69 AD BDR, 103 E 1D 2, PV assemblée primaire du 13 mai 1792.

70 Journal des départements méridionaux, n° 37 du 29 mai 1792, p. 155.

71 AD BRD, 103 E 1D 2, PV assemblée primaire du 11 août 1792.

72 AD BDR, L 1974, Adresse des Républicains composant la section du canton d’Allauch aux 32 sections de la ville de Marseille, 22 mai 1793.

73 AD BDR, L 1974, Délibération de la section d’Allauch, 20 août 1793.

74 AD BDR, L 1047 et L 3122-3123.

75 AD BDR, L 266, Déclaration des Patriotes de 89 au juge de paix du canton d’Allauch, 20 ventôse an IV-10 mars 1796.

76 AD BDR, L 266, PV assemblée primaire du 1er germinal an v-21 mars 1797.

77 AN, F 1c III, Bouches-du-Rhône, 1, Rapport du Ministère de l’Intérieur au Directoire exécutif, 4 prairial an v-24 mai 1797 et AD BDR, 103 E 1D 2, Réquisition de Bernard Bernard, commissaire du Directoire exécutif près l’administration municipale du canton d’Allauch, 8 germinal an V-28 mars 1797.

78 Raymond Huard, La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1996, 383 p. et « Partis, factions, lignées et pouvoir local », in Rives nord-méditerranéennes, 2e série, n° 1, 1998, 110 p.

79 Colin Lucas, « Le jeu du pouvoir local sous le Directoire », in Raymond Huard, Les pratiques politiques en province…, op. cit., p. 281-282.

80 Donald Sutherland, « Le fédéralisme dans une petite ville : le cas d’Aubagne », in Martine Lapied et Christine Peyrard (dir.), La Révolution française au carrefour des recherches, actes du colloque d’Aix-en-Provence en octobre 2001, Aix-en-Provence, PUP, p. 201-202.

81 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., p. 180.

82 François Wartelle, « Honnêtes gens. La dénomination comme enjeu des luttes politiques (1795‑1797) », in Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815). Fasc. 1 : Désignants socio-politiques, Paris, Klincsieck, 1985, p. 93-137.

83 AD BDR, L 334 bis.

84 AD BDR, L 614 pour les communes du district d’Aix (Auriol, Cuges, Peypin, Roquevaire et Saint-Savournin) ; L 1060 pour celles du district de Marseille (Allauch, Aubagne, Cassis, Ceyreste, Gémenos, La Ciotat, La Penne et Roquefort).

85 AD BDR, L 615a (Auriol) ; L 615c (Peypin) ; L 615d (Saint-Savournin) ; L 1061 bis (Allauch, Cassis, Ceyreste, Gémenos, La Ciotat et Roquefort) ; 162 E D 19 (La Penne) ; 156 E 2 I 4 (Roquevaire).

86 AD BDR, L 603 et 604 pour les communes du district d’Aix (Auriol, Cuges, Gréasque, Peypin, Roquevaire et Saint-Savournin) ; L 1047 et 1053 pour celles du district de Marseille (Allauch, Aubagne, Cassis, Ceyreste, Gémenos, La Ciotat, La Penne et Roquefort).

87 AD BDR, L 3122 et 3123.

88 Martine Lapied, Le Comtat et la Révolution française, naissance des options collectives, Aix‑enProvence, PUP, 1996, p. 248-249.

89 Cyril Belmonte, « Aubagne en Révolution. Luttes sociales et bipolarisation politique », in Provence historique, t. LII, fasc. 208, 2002, p. 246-247.

90 Albert Soboul, Paysans, sans-culottes et Jacobins, Paris, Clavreuil, 1966, 389 p. et Les Sans-culottes parisiens en l’an II. Mouvement populaire et Gouvernement révolutionnaire, 1793‑1794, Paris, Seuil, 1968, 248 p. ; Michel Vovelle, « Le Sans-culotte marseillais », op. cit.

91 Colin Lucas, « Aux sources du comportement politique de la paysannerie beaujolaise », in La Révolution française et le monde rural, op. cit., p. 359.

92 AD BDR, L 297, Lettre de la municipalité de Roquevaire au département, 21 messidor an v-9 juillet 1797.

93 AD BDR, L 487, Pétition d’Ange Cauvin au département, 15 vendémiaire an v-6 octobre 1796.

94 AD BDR, L 487, Pétition de 95 habitants d’Allauch au département, 25 frimaire an v-15 décembre 1796.

95 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 13 mars 1791.

96 Georges Lefebvre, Questions agraires au temps de la Terreur, 1932, Paris, CTHS, 1989, 386 p.

97 Anatoli Ado, Paysans en Révolution… op. cit., p. 254-255.

98 Voir la récente réhabilitation de la notion de « bourgeoisie rurale » dans Jean-Pierre Jessenne, « Usages, équivoques et pertinence de “bourgeoisie rurale” », in Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre bourgeois ? Révolution française et changement social, actes du colloque de Villeneuve-d’Ascq en janvier 2006, Rennes, PUR, 2007, p. 119-146.

99 Monique Cubells, « Les usurpations de noblesse sous l’Ancien Régime » et « La politique d’anoblissement de la monarchie en Provence de 1715 à 1789 », in La noblesse provençale… op. cit., p. 9-65 et 145-169.

100 Élie Pelaquier, De la maison du Père à la maison commune. Saint Victor-de-la-Coste, en Languedoc rhodanien (1661-1799), Montpellier, Publications de l’université Paul Valéry, 1996, t. i, p. 311.

101 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p. 61 et 103-104.

102 Jacques Godechot, La Contre-Révolution…, op. cit., Gérard Gengembre, La Contre-Révolution, ou l’histoire désespérante, Paris, Imago, 1989, 353 p. et Jean-Clément Martin (dir.), La Contre-Révolution en Europe, XVIIIe-XIXe siècles. Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, actes du colloque de Cholet en octobre 1999, Rennes, PUR, 2001, 308 p.

103 AD BDR, 135 E HH 8, Pétition des possédants biens de la ville d’Aubagne pour le maintien de « la cloche des paysans », printemps 1791 et AC Aubagne, Délibérations municipales 1791‑1798, Conseil du 3 février 1792. Sur l’émeute du 7 juillet 1724, Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne… op. cit., t. II, p. 258-259 et René Pillorget, « Les mouvements insurrectionnels en Provence (1715-1788) », in Jean Nicolas (dir.), Mouvements populaires…, op. cit., p. 355.

104 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil général du 27 août 1792.

105 AC Marseille, 25 II 2, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel, 7 avril 1789.

106 AD BDR, L 1974, Lettre du comité de prudence du club des Antipolitiques d’Aubagne à son homologue marseillais, 15 mai 1792.

107 AD BDR, L 3067, Interrogatoire d’André-Joseph Jourdan par le directeur du jury du district de Marseille, 11 fructidor an II-28 août 1794.

108 AD BDR, L 3067, Dénonciation de Joseph Olivier par devant le comité de surveillance d’Aubagne, 25 prairial an II-13 juin 1794.

109 AD BDR, L 3067, Acte d’accusation, 24 fructidor an II-10 septembre 1794 : Jourdan est accusé de « discréditer la monnaie républicaine et alimenter l’opinion contre-révolutionnaire qui existait alors contre elle ».

110 AD BDR, L 3067, Ordonnance du tribunal criminel du département qui acquitte et met en liberté André-Joseph Jourdan, 26 brumaire an III-16 novembre 1794.

111 Anatoli Ado, Paysans en Révolution… op. cit., p. 362-364.

112 Anatoli Ado, Paysans en Révolution… op. cit., p. 370.

113 AD BDR, L 1061, Lettre des Amis de la Liberté et de l’Égalité sous le nom d’Antipolitiques de La Ciotat au procureur-syndic du district de Marseille, 2 septembre 1792.

114 AD BDR, L 3101, Dénonciation de Jean-Blaise Bonnet par devant la section de Cassis, 1er juin 1793.

115 Serge Aberdam, « La Révolution et les luttes des métayers », in Études rurales, 1975, p. 73-91.

116 Sur les biens nationaux, vue d’ensemble dans Bernard Bodinier et Éric Teyssier, « L’évènement le plus important de la Révolution » : la vente des biens nationaux (1789-1867) en France et dans les territoires annexés, Paris, Société des études robespierristes et CTHS, 2000, 503 p. ; dans les Bouches-du-Rhône, Paul Moulin, Documents relatifs à la vente des biens nationaux. Département des Bouches-du-Rhône, Marseille, Barlatier, 1908-1911, IV t. et « La vente des biens nationaux à Aubagne », in Annales de Provence, 1907-1911, p. 235-244 ; cartes n° 163, 164 et 165 dans Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer (dir.), Atlas historique… op. cit., et Christian Bonnet, « La vente des biens nationaux dans les Bouches-du-Rhône », in Histoire, Économie et Société, n° 1, 1988, p. 117-126. Sur les biens nationaux comme créateurs d’options politiques durables, Paul Bois, Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, Paris, Flammarion, 1971, 383 p. et H. Galissard, « La Vendée provençale : Eyragues, Graveson, Maillane sous la Révolution française. Des structures sociales aux attitudes politiques. Naissance d’une option durable ? », mémoire de maîtrise sous la direction d’André Bourde et de Michel Vovelle, Aix-en-Provence, 1969, 63 p.

117 AD BDR, L 138, Lettre du lieutenant de gendarmerie nationale Dudouit au département, 4 fructidor an v-21 août 1797.

118 Lucien Grimaud, Histoires d’Aubagne, 1973, Aubagne, Louis Lartigot, 1981, p. 80.

119 Paul Moulin, Documents relatifs… op. cit., t. II, p. 198-199.

120 César Couret, Histoire d’Aubagne… op. cit., p. 58.

121 Marc Deleplace, « Le discours sur “l’anarchie’’ en l’an III : entre “terreur” et “contre-révolution” », in Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l’an III… op. cit., p. 223-224.

122 À titre d’exemples, AD BDR, L 3064, Procédure contre Joseph Burle, Joseph Jourdan et André Aillaud de La Ciotat : « ces terroristes saisissent toutes les occasions pour endoctriner les citoyens assez faibles pour épouser le système de sang qu’ils ont si bien mis à profit pour s’enrichir », rapport, du 11 nivôse an III-31 décembre 1794 ; L 3068, procédure contre Étienne Maunier, agent national de Gémenos, prévenu de vol chez l’émigré Joseph Brest, an III ; L 3557, Inventaire des biens dévastés de l’émigré Jean-Martin Giraud, par devant le juge de paix d’Aubagne, 26 floréal an III-15 mai 1795 : « ayant été forcé de s’absenter et de quitter sa maison pour se soustraire à la tyrannie des scélérats de cette commune qui ayant épousé avec avidité le système robespierriste avaient juré la perte de tous les honnêtes habitants de cette commune » ; ou encore, L 3581, Lettre de Jean Michel à Jaubert, juge de paix de La Ciotat, 7 thermidor an III‑25 juillet 1795 : dénonciation d’Antoine Espanet de Roquefort, « le plus fameux jacobin, le plus grand terroriste, le plus zélé montagnard, le plus grand buveur de sang et le plus célèbre scélérat, je ne dis pas seulement du département, mais bien de toute la République ». Cet Espanet, méger dudit Michel, s’est permis durant l’incarcération de son propriétaire de s’emparer sans aucune permission de « la chapelle domestique » du domaine pour en faire sa maison d’habitation.

123 Michel Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française », in De la cave au grenier op. cit., p. 105-131 et Malcolm Crook, « Révolution française et immigration urbaine : continuités et ruptures », in Mélanges Michel Vovelle : volume aixois. Sociétés, mentalités, cultures. France (XV-XXe siècles), Aix-en-Provence, PUP, 1997, p. 163-172.

124 Nous avons évoqué au chapitre précédent l’émeute du 9 décembre 1791, au cours de laquelle les ouvriers de la construction navale exigent de la municipalité qu’elle adopte sur le champ un arrêté obligeant tous les commerçants ciotadens à accepter les paiements en assignats, A.C. La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 9 décembre 1791.

125 A.D. BDR, L 1974, Lettre du curé Icard au comité de prudence des Amis de la Constitution de Marseille, 24 avril 1792.

126 Ces trois « Enragés » ciotadens sont d’ailleurs arrêtés durant l’épisode fédéraliste, voir dossier de la procédure menée contre eux par le tribunal populaire de Marseille in AD BDR, L 3108. Ils le sont encore en l’an III, avec cette fois-ci une procédure par devant le tribunal criminel du département, in AD BDR, L 3064. L’interrogatoire de Joseph Burle le 3e jour complémentaire an III-19 septembre 1795 est à cet égard bien instructif : ledit Burle aurait ainsi déclaré à Jean‑François Maillard, « toi qui es l’ami des bourgeois, en voilà un que tu t’es aidé de porter en terre, dans peu de temps, un bourgeois te portera ».

127 AD BDR, L 2079, Adresse des Républicains antipolitiques de La Ciotat à la Convention, 28 février 1793 et Circulaire des Républicains de La Ciotat à toutes les sociétés républicaines affiliées et non affiliées, 17 pluviôse an II-5 février 1794.

Table des illustrations

Légende Tableau 20 : Approche socio-politique du bloc jacobin
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Tableau 21 : Approche socio-politique du bloc anti-jacobin
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540