Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les patriotes et les autres

 | 
Cyril Belmonte

Quinze communes en Révolution

Chapitre 3. Les options politiques

Texte intégral

1Il ne s’agit pas ici de se lancer dans une histoire évènementielle, au demeurant fort complexe, mais de mettre en évidence les réactions différenciées des quinze communes de notre zone d’étude face à des moments ou des thèmes significatifs de la décennie révolutionnaire. Notre objectif n’est pas pour autant de dégager des « communes révolutionnaires », « révolutionnées » ou « réfractaires », pas plus que celles qui seraient passées du rouge au blanc. C’est là selon nous se contenter d’une approche spatiale générale, laquelle convient certes parfaitement à un département, une région, mais pas forcément à six ou sept cantons. Il convient plutôt de mettre l’accent sur l’analyse des rapports de forces locaux, que ceux-ci prennent la forme d’une mobilisation communautaire, d’une lutte de partis, voire au contraire du calme le plus complet.

2Une approche chronologique s’avère dès lors nécessaire, pour bien faire émerger la spécificité de chacune des grandes phases révolutionnaires. L’accent sera mis toutefois sur les trois points qui nous paraissent les plus discriminants : l’impact des évènements nationaux ou régionaux sur le pouvoir local ; l’importance de la prise de parole, que celle-ci soit le fait des individus, des institutions ou des groupes organisés ; l’implication populaire dans la vie publique et pas seulement sous forme d’émotions.

« Les horizons de la Liberté »

La régénération acceptée

  • 1 AC Auriol, BB 18, Conseil du 19 février 1775.
  • 2 AD BDR, 135 E BB 26, Conseil du 22 juin 1777.
  • 3 Maurice Agulhon, Pénitents et Francs-maçons…, op. cit. ; Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « Péniten (...)
  • 4 Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne…, op. cit., t. II, p. 254. Voir plus généralement, Steve (...)
  • 5 Pour La Ciotat et Cassis, voir Raphaël Andreotti, « La pêche et les pêcheurs à La Ciotat du milieu (...)

3Sous l’Ancien Régime, la « grande » politique est quasiment inexistante des délibérations des conseils de communauté. Il y a certes quelques allusions par ci par là, comme par exemple cette approbation des consuls d’Auriol sur le rétablissement des Parlements après la réforme Maupéou1 ou encore ces félicitations du conseil aubagnais au moment du passage en 1777 de Monsieur, comte de Provence2. Mais les conseils de communauté sont avant tout préoccupés de gestion locale, et en premier lieu, de l’imposition, des fermes communales et des élections consulaires. Quant à la sociabilité organisée, elle se limite essentiellement aux confréries de pénitents, dont le mode de fonctionnement peut effectivement préparer au débat public, mais dont la vocation est avant tout la dévotion ou les bonnes œuvres, comme la mise en terre des défunts, spécialité des pénitents gris ou Bourras3. Ces confréries ne sont d’ailleurs pas implantées partout, elles apparaissent dès que le seuil des 500 habitants est franchi : les plus petites localités de notre zone d’étude n’en sont donc pas pourvues (Belcodène, Gréasque, Peypin, La Penne, Roquefort, Saint-Savournin). Dans les petites villes, plusieurs métiers sont organisés en corporations, mais souvent celles-ci n’ont plus en 1789 qu’une « existence nominale4 », à l’exception bien sûr des prudhommies de pêcheurs et plus généralement des organisations de gens de mer5.

  • 6 César Couret, Histoire d’Aubagne, divisée en trois époques principales, contenant la description d (...)
  • 7 AC Auriol, BB 19, Conseil du 6 juin 1777.
  • 8 René Gerard, Un journal de province sous la Révolution. Le « Journal de Marseille » de Ferréol Bea (...)
  • 9 Maurice Agulhon, Pénitents et Francs-maçons…, op. cit., p. 222 et 247 ; Jean Nicolas, « Cabarets e (...)

4Des « chambrées » sont attestées à Aubagne, spécialisées dans le chant religieux, mais réunissant « ce qu’il y avait de plus distingué dans la ville, là on ne s’entretenait que de sciences et de littérature6 ». La presse, en particulier régionale, semble aussi avoir une certaine audience dans les plus grosses communes de notre zone d’étude. Le conseil d’Auriol décide par exemple en 1777 de s’abonner à la Feuille hebdomadaire d’Aix pour se tenir au courant des prix du blé et du pain aux marchés de la capitale provençale7. Avec le Journal de Provence de Ferréol Beaugeard, le public cultivé a même de quoi assouvir sa très bigarrée curiosité avec la feuille de « Mélanges » du mardi, celle du « Commerce » le jeudi et celle de « Littérature » le samedi8. Pourtant, ce n’est pas tellement par la presse que les nouvelles peuvent être connues et commentées. Pour les plus apparents, c’est surtout par le biais des réunions mondaines ; pour tous les autres, c’est au cabaret, dans l’arrière-salle des auberges et cafés, entre deux parties de ces fameux « jeux de hasard » prohibés, entre deux verres aussi, que s’établit le lien avec une actualité plus ou moins déformée par les rumeurs des uns et des autres9.

  • 10 AD BDR, 135 E BB 25, Conseil du 19 novembre 1771.
  • 11 AD BDR, 113 E BB 15, Conseil du 11 juillet 1784.
  • 12 AD BDR, 135 E FF 6, Lettre des consuls de Roquevaire à ceux d’Aubagne, 24 septembre 1755.
  • 13 AD BDR, 139 E BB 23, Conseil du 11 avril 1775.

5Quant aux milieux populaires, ils se manifestent de temps à autre dans ces dernières années de l’Ancien Régime. Leur intervention peut prendre la forme de réactions défensives spontanées, attroupements pour empêcher la saisie de marchandises en contrebande, comme à Aubagne en 177110, affrontements avec des « soldats tapageurs » à la sortie des auberges, comme à Cuges en 178411, sans compter bien évidemment les bagarres entre jeunes de communautés rivales12 ou entre travailleurs de différents métiers, comme cette rixe entre garçons tailleurs de pierre et garçons serruriers à Cassis en 177513. Mais, la mobilisation populaire a aussi ses traditions de lutte et d’organisation : la manifestation allaudienne de 1783, que nous avons évoquée dans le chapitre précédent, se fait ainsi avec « drapeau et tambourins », soit une démonstration de force, mais pas nécessairement violente, destinée avant tout à faire peur aux consuls en place, afin qu’ils fassent les concessions demandées.

6Voilà donc quelques éléments qui relativisent certes le mythe du siècle calme, mais qui ne permettent pas pour autant de conclure à une montée des tensions dans les dernières années de l’Ancien Régime.

Des États de Provence aux États généraux : les plus apparents s’échauffent

  • 14 Mémoires de Barthélémy, 1768-1819, publiés par Jacques de Dampierre, avec un portrait et un fac-sim (...)

7Les houleuses discussions de 1788-1789 de la famille aubagnaise Barthélémy-Jourdan sur « le grand changement dans les lois du Royaume », dont rendent compte les Mémoires du Directeur François Barthélémy14, sont révélatrices d’une attente, d’un espoir et pour le moins d’un véritable éveil à une vie politique ne se limitant plus aux querelles de clocher.

  • 15 Jean Egret, « La prérévolution en Provence, 1787-1789 », in Annales historiques de la Révolution f (...)
  • 16 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 20 avril 1788 (Allauch) ; 135 E BB 28, Conseil du 8 juin 1788 (Aub (...)

8Les plus apparents se passionnent en effet depuis l’été 1787 pour le rétablissement des États de Provence et surtout pour le mode de représentation qui doit y prévaloir15. La quasi-totalité des conseils de communauté de notre zone d’étude, y compris dans les plus petites localités, prend position, tardivement et à la suite des Aixois certes, contre l’ancien règlement, donnant une hégémonie sans partage à l’aristocratie des privilégiés, haut clergé et nobles possédants fiefs. La pratique traditionnelle du « tour de rôle », c’est-à-dire l’envoi aux États de députés pris à tour de rôle dans les différentes communautés de la province, est sévèrement condamnée, du printemps 1788 au tout début de 1789 : seul le minuscule village de Roquefort y est encore favorable, comme étant l’unique possibilité d’y assister un jour16.

  • 17 AD BDR, 113 E BB 15, Conseil du 6 janvier 1789 (Cuges) ; 112 E BB 15, Conseil du 4 janvier 1789 (G (...)

9Sur ce premier combat unissant Tiers État, bien sûr, mais aussi nobles non fieffés et bas clergé, se greffe celui pour les États généraux. Là aussi, les conseils de communauté, les plus grosses cette fois-ci, se prononcent en faveur de la liberté des suffrages, exaltant l’exemple du Dauphiné et pourfendant le « baronnage de chaque ordre » et les prétentions des privilégiés17.

  • 18 Monique Cubells, « L’idée de province et l’idée de nation en Provence à la veille de la Révolution (...)
  • 19 Paul Masse, « Étude thématique des cahiers de doléances de la sénéchaussée d’Aix-en-Provence », mé (...)
  • 20 Philippe Grateau, Les cahiers de doléances, une relecture culturelle, Rennes, PUR, 2001, 383 p.

10Les plus apparents de nos communautés s’approprient donc peu à peu le programme patriote, pour la province, avec la réforme de la fameuse « constitution provençale18 », et pour le royaume avec les revendications, bien connues, de nouvelles attributions pour les États généraux, d’une justice gratuite, rapide et proche des justiciables, des grandes libertés (dont la presse), de l’égalité, devant la loi et devant l’impôt. Autant de réformes que l’on retrouve nettement, mais inégalement, dans les cahiers de doléances du printemps19. Certaines petites communautés (Belcodène, Ceyreste, Gréasque, Saint-Savournin) ne se prononcent pas du tout sur ces réformes générales, s’en remettant plutôt à ce qui sera décidé à l’assemblée de sénéchaussée et centrant leurs récriminations sur leurs problèmes particuliers, question seigneuriale pour les uns, mortalité des oliviers pour les autres. Cela étant dit, ce n’est pas parce qu’une communauté est de faible taille qu’elle n’a rien à dire en la matière : les cahiers de Roquefort et de Peypin, par exemple, résonnent des accents du patriotisme le plus achevé, soit que leurs rédacteurs, souvent des greffiers originaires des petites villes des environs, aient recopié les mots d’ordres en circulation, soit, et pourquoi pas après tout, qu’il y ait une réelle prise de conscience politique des nécessaires réformes à accomplir20.

Les émeutes du printemps 1789 : le peuple s’en mêle

  • 21 M. Musetti, « Soulèvements populaires en Basse-Provence au printemps 1789 », mémoire de maîtrise s (...)
  • 22 Michel Derlange, « L’impôt indirect dans les communautés provençales à la veille de la Révolution  (...)

11L’expression politique, libérée en partie depuis l’arrêt royal du 5 juillet 1788, n’est pas pour autant le monopole des plus apparents. Les catégories populaires provençales font en effet elles aussi entendre leur voix, à travers toute une série d’émeutes, au contenu divers selon les localités, mais plus ou moins toutes en rapport avec la hausse continue du prix du pain21. C’est ce qui est au fondement en tout cas des quatre émotions populaires qui ont secoué notre zone d’étude à la fin du mois de mars 1789 : Allauch, le 24, La Ciotat, le 27, Aubagne et Cassis, le 29. Il parait tout à fait logique d’ailleurs que la plupart de ces mouvements éclatent dans des milieux urbains de quelque importance, c’est-à-dire finalement là où il y a le plus de consommateurs dépendants des aléas du marché. Il est tout aussi compréhensible alors que la principale cible des émeutiers soit, partout où il existe (et c’est le cas à La Ciotat, Aubagne et Cassis) le fameux droit de piquet, symbole par excellence, parce que taxant grains et farines, de ces multiples impositions communales sur les denrées de consommation22. En ce sens, les oligarchies qui tiennent les conseils de communauté apparaissent comme les adversaires du mouvement populaire, que les rêves aient été établies pour alléger la pression fiscale sur les biens fonds ou comme une très rentable source de revenu pour les localités animées d’une certaine activité commerciale. Mais alors, pourquoi n’y a-t-il eu que quatre communautés affectées par des émotions populaires, d’autant que tous les autres bourgs et petites villes de l’arrière-pays marseillais connaissent le même délicat contexte économique et comptent elles aussi pas mal d’impositions sur la consommation ?

  • 23 AD BDR, C 4110, Lettre de l’intendant de La Tour à M. le prince de Beauvau, 31 mars 1789.
  • 24 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 25 mars 1789.

12Ce qui fait peut-être la différence alors, c’est l’inégal degré de conscience politique des classes populaires, ou tout au moins et plus modestement, la présence ou l’absence de meneurs, c’est-à-dire de personnes capables de faire le lien entre les difficultés quotidiennes et les espoirs, confus encore, d’une possible vie meilleure grâce à ces États généraux dont on vient ou dont on est en train d’élire les députés. L’intendant de La Tour en fait ainsi le constat amer à M. de Beauvau, gouverneur de Provence : « Il eut été à désirer que l’on eut jamais assemblé la multitude et surtout les corporations et les paysans dans un pays aussi inflammable que la Provence après un hiver désastreux qui a aggravé la misère du peuple23 ». Autrement dit, là où il y a eu émeute, c’est un peu comme si le peuple se mêlait à son tour d’une vie politique aux résonances toutes nouvelles. Il faut alors remarquer que les nouvelles circulent vite et que l’exemple de l’autre, et en tout premier lieu de Marseille, joue un incontestable rôle d’entraînement. L’émeute allaudienne, ou plus exactement l’attroupement de « trente ou quarante personnes » à la campagne du premier consul Dieudé, intervient ainsi dans le prolongement des troubles marseillais des 23-24 mars : « à l’exemple de ce qui s’est passé à Marseille, quelques esprits méchants et inquiets excitent une effervescence dans Allauch en insinuant malignement que les boulangers d’Allauch doivent se conformer au prix que le pain est vendu actuellement à Marseille24 ». Mais comme l’a bien vu l’intendant de La Tour, l’agitation est aussi directement liée aux assemblées électorales pour la désignation des députés de sénéchaussée et la rédaction des doléances : l’émotion populaire de La Ciotat éclate le lendemain de la réunion, celles d’Aubagne et de Cassis le jour même. De là à y voir une expression du mécontentement des éléments les plus conscients des classes populaires face à des plus apparents davantage soucieux de réformes générales que des dures réalités quotidiennes, il n’y a peut-être qu’un pas. C’est dans une certaine mesure ce qui transparaît de la description de l’émeute aubagnaise du 29 mars par les consuls en place :

  • 25 AC Marseille, 25 II 2, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel, 7 avril (...)

Le 29 mars dernier, jour de dimanche, pendant que les différentes corporations assemblées dans l’Hôtel de Ville s’occupaient de la rédaction du cahier de doléances, plaintes et remontrances et qu’ils délibéraient sur le choix de leurs députés, nombre de paysans attroupés se rendirent en ladite assemblée armés de bâtons à différentes reprises pendant le jour et la nuit, insultèrent MM. les administrateurs et l’assemblée par des propos indécents et diffamants, des menaces réitérées suivies de voies de fait. […] Ils demandèrent la suppression du piquet de la farine, de la dîme et du fournage, ils disaient qu’ils ne voulaient plus de Mgr l’évêque de Marseille seigneur d’Aubagne, qu’ils se foutaient de tous les gens en place. Cette sédition a été fomentée et suscitée par des moteurs inconnus. Depuis quelques jours, avant ledit jour 29 mars, on voyait des pelotons de paysans assemblés et réunis dans les rues et sur les places. Il se répandait que le résultat des déterminations de ces paysans était de mettre le feu à la ville, de faire effraction aux dépôts publics, soit des grains, soit des écritures des notaires et à tous autres ; de saccager et piller ensuite certaines maisons réputées riches, de mettre tous les bourgeois à contribution, de se faire passer les obligations forcées et les quittances de ce qu’ils pouvaient devoir, de se faire rendre ce qu’ils ont légitimement payé pour droits seigneuriaux et autres et d’employer à cet effet tous les moyens possibles25.

  • 26 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Assemblées des maîtres des métiers, 22 au 22 mars (...)
  • 27 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Assemblées des ménagers et paysans, 25 mars 1789.
  • 28 Pour Cassis, AD BDR, 139 E BB 25, Conseil du 21 mai 1789 ; pour La Ciotat, AC La Ciotat, BB 13, Co (...)
  • 29 AC Marseille, 25 II 2, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel, 7 avril (...)
  • 30 AN, Ba 10,1, Procès-verbal dressé par Jean-Joseph de Lauge de Saint-Suffren, écuyer conseiller du (...)
  • 31 AC Marseille, 25 II 2, Recollement de témoins, 1er juillet 1789.

13Ce texte, rédigé par les adversaires des émeutiers, est pour nous extrêmement révélateur d’une véritable mobilisation politique des « paysans » aubagnais (rappelons que le « paysan » de la Provence d’Ancien Régime, c’est le travailleur journalier) : assemblée, mise au point d’un programme, choix du mode d’action. La question qui se pose alors, c’est pourquoi ces salariés ne se sont pas plutôt faits entendre dans les différentes assemblées de métiers qui ont lieu au même moment. C’est que tout simplement ils en ont peut-être été exclus, pas forcément d’ailleurs au nom du règlement royal du 2 mars 1789, mais bel et bien par tous ceux qui ont quelque bien au soleil. Pour ce qui est des métiers de l’artisanat et du petit commerce, seuls les maîtres se sont réunis26. Quant à l’assemblée des « ménagers et paysans27 », elle ne regroupe que 103 personnes, soit seulement 13,5 % des chefs de famille se consacrant à l’agriculture d’après le registre de la contribution mobilière de 1791. Autrement dit, c’est peut-être parce que leurs revendications n’ont pas été prises en compte que les travailleurs aubagnais ont tenté de se soulever. C’est d’ailleurs ce qui pourrait expliquer le choix d’une sévère répression par l’oligarchie en place. Certes, à Cassis et à La Ciotat, comme à Aubagne, les mesures de baisse du prix du pain ou de suppression du piquet adoptées par les conseils pour calmer l’effervescence populaire ont été rapidement annulées28. Mais seuls les consuls aubagnais ont demandé l’intervention de quatre cavaliers de maréchaussée et la mise en place d’une procédure contre les meneurs de l’insurrection29. C’est là une décision lourde de conséquences, puisque l’arrivée dans la petite ville du lieutenant général criminel au siège de Provence et l’arrestation de François Deluy et de Félix Auffren, riche tanneur originaire de Marseille et considéré comme « le principal moteur de la révolte », provoquent de nouveaux désordres le 15 avril 1789. La Garde citoyenne marseillaise, quelques 4 à 500 jeunes gens avec à leur tête le célèbre avocat (pour lors) patriote Brémond-Julien, investit Aubagne et, avec l’aide « des gens de La Penne où se sont retirées les femmes des principaux séditieux, une trentaine de paysans armés de fusils », fait pression sur M. de Saint-Suffren, le lieutenant général criminel, pour qu’une amnistie soit accordée. Les consuls d’Aubagne pensent alors lever les « bourgeois » pour défendre le juge, tant et si bien que seule la médiation de Mgr de Belloy, le seigneur-évêque, permet d’éviter l’affrontement30. Le calme est rétabli momentanément et l’instruction reprend fin juin-début juillet 1789, contre les onze « auteurs de la cabale, sédition, émotion populaire avec attroupement31 ».

  • 32 Monique Cubells, Les Horizons de la Liberté…, op. cit., p. 112.

14Ainsi, à Aubagne comme dans un certain nombre d’autres points chauds de Provence, les plus apparents mènent-ils un combat sur deux fronts, contre les privilégiés et contre les forces populaires32. À peine l’ordre est-il rétabli que les nouvelles de Paris commencent à affluer.

Le temps de l’enthousiasme

  • 33 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 2 août 1789 (Allauch) ; 112 E BB 15, Conseil du 6 septembre 1789 ( (...)
  • 34 AN, D XIV 2, Adresse de la municipalité de Roquevaire, 12 mars 1790 ; AC Aubagne, Délibérations mu (...)
  • 35 Annales patriotiques de Marseille, n° 5 sur le serment échangé le 7 mars 1790 par les citoyens de M (...)
  • 36 BMVR Marseille, 4717, 5, XXIII, Procès-verbal de l’assemblée des municipalités formant les trois d (...)

15Si la Basse-Provence n’a pas connu la Grande Peur, il n’en demeure pas moins que l’été 1789 est marqué par une très nette mobilisation patriotique, avec la mise en place des premières compagnies de gardes bourgeoises, bientôt appelées nationales, et avec l’acceptation enthousiaste des grandes réformes de la Constituante. Les derniers conseils d’Ancien Régime, et cela quelle que soit l’importance des communautés, se mettent tous à faire de belles déclarations sur la régénération du Royaume, exaltant aussi bien la conduite « paternelle » de Louis XVI que « l’inspiration surnaturelle » en train de guider les députés de l’Assemblée nationale33. Le mouvement se prolonge dans les premiers mois de 1790, avec l’installation des premières municipalités élues, lesquelles ne se contentent plus de délibérations, mais se lancent dans la rédaction d’adresses directement envoyées à l’Assemblée34. Cette adhésion sans réserve à la Révolution se concrétise au printemps 1790 par toute une série de fédérations, exprimant la fraternisation entre communes (Allauch et Marseille, Aubagne et Marseille, par exemple35), comme l’abandon sans remords de la constitution provençale au profit de la constitution en train d’être écrite pour la Nation entière, avec l’assemblée de Brignoles où nos communes d’étude, à l’exception des plus petites (Belcodène, Gréasque, Saint-Savournin), ont toutes envoyé un député36.

  • 37 BMVR, 4717, 6, 24, Relation de l’horrible assassinat commis sur la personne de M. d’Albertas père, (...)

16Les cérémonies du 14 juillet 1790 marquent alors le point d’orgue de cette période relativement heureuse. Celles-ci sont un grand succès dans toutes les communes de l’arrière-pays marseillais, à l’exception d’Allauch, où le serment n’a pu être prêté à cause d’une bagarre entre pro- et anti-Ricard et de Gémenos, où Jean-Baptiste d’Albertas, ci-devant seigneur et pourtant très patriote, est assassiné par le « nouveau Damiens », Anicet Martel37. Or, ce « monstre » qui a fait périr le « nouveau Germanicus » n’est autre que le fils d’un ancien greffier de la communauté, qui avait été à l’initiative en 1781 d’un grand procès contre d’Albertas et que celui-ci avait contraint à l’exil.

  • 38 Rolf Reichardt, « Prise et démolition des “Bastilles marseillaises”, évènement symbole révolutionn (...)
  • 39 Voir mes notices sur ces différents journaux, in Gilles Feyel (dir.), Dictionnaire de la presse fr (...)

17Cela ne signifie pas pour autant que la Révolution est terminée. Les patriotes marseillais ont dû en effet batailler ferme pour faire libérer les « martyrs de la Patrie », emprisonnés ou contraints à la fuite par la fameuse procédure prévôtale contre les meneurs de l’échauffourée de la Tourrette des 19-20 août 1789. Le prévôt général de Bournissac, soutenu par tous les aristocrates locaux, de l’intendant de La Tour en passant par les principaux officiers des régiments stationnés dans le grand port provençal, est chargé d’instruire l’affaire et de juger prévôtalement, c’est-à-dire sans appel. Les patriotes marseillais réagissent en demandant la suspension de la procédure à l’Assemblée nationale, laquelle hésite, ce qui donne lieu à toute une série d’émeutes, du 8 au 10 décembre 1789 d’abord, puis du 29 avril au 3 mai 1790, avec la prise des forts marseillais, véritables Bastilles locales38. Le combat contre Bournissac et ses « suppôts » se traduit aussi sur le plan politique par la fondation le 11 avril 1790 de l’Assemblée patriotique des Amis de la Constitution de Marseille et par la parution de trois nouveaux périodiques, se succédant d’ailleurs les uns aux autres (Annales patriotiques de Marseille de mi-février à mi-avril 1790, Courrier de Marseille de mi-avril à mi-mai et Observateur marseillais de mi-mai à mi-août) et dans lesquels s’illustrent Brémond-Julien et Barbaroux, les deux grandes figures du patriotisme marseillais version 1789-179039.

  • 40 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 20 décembre 1789.
  • 41 BMVR 4717, 2, VII, Délibération imprimée de la commune d’Allauch, 1er mars 1790.
  • 42 Annales patriotiques de Marseille, n° 5.
  • 43 Courrier de Marseille, n° 4 du 5 mai 1790.
  • 44 Idem.

18C’est là commencer à ouvrir un véritable espace public démocratique, dans lequel ne tardent pas à s’engouffrer les patriotes de nos communes d’étude. Allauch se lance la première et apparaît alors à la pointe du mouvement. Le 20 décembre 1789, une véritable « révolution municipale » aboutit à la destitution du conseil d’Ancien Régime présidé par Dieudé et à la nomination d’un comité exécutif de cinq personnes chargé d’expédier les affaires courantes jusqu’aux prochaines élections40. Or, dès son installation, le 1er mars 1790, la nouvelle équipe municipale dirigée par l’avocat Jean-Louis Ricard se trouve confrontée à une ordonnance rendue le 20 février par le prévôt général des Maréchaussées de Provence, selon laquelle il doit « poursuivre tous corps, communautés et particuliers quelconques, qui s’immisceront directement ou indirectement dans les fonctions attribuées à sa juridiction41 ». Plusieurs officiers municipaux semblent alors dans ce cas, comme ayant dénoncé « la dénégation faite par le prévôt général sur un Mémoire publié par la communauté contre le sieur Dieudé, à raison de l’attentat commis par ce maire, le jour de la prestation du serment de notre Garde nationale » et « la conduite peu délicate que Me Laget, juge d’Allauch et procureur du Roi à la Prévôté, a tenue envers la commune ». Ricard prononce alors un virulent réquisitoire contre « l’horrible inquisition qu’on exerce dans la province au nom des lois » et se joint à la protestation de la municipalité de Marseille, en décrétant qu’il n’y a pas lieu de se plier aux « abus de pouvoir du prévôt général ». Ainsi, la commune d’Allauch, ou tout au moins l’équipe municipale qui en est à la tête, se lie-t-elle à la lutte des patriotes marseillais. Ce n’est d’ailleurs pas qu’une participation symbolique, se limitant à un serment fédératif entre Allaudiens et Marseillais (le 7 mars42) et au repas patriotique des allées de Meilhan du 27 avril43. Bien au contraire, au moment de la prise des forts Saint-Nicolas et Saint-Jean, « toute la troupe de nos frères d’Allauch descendit pour se réunir à notre Garde nationale44 », autrement dit, les Allaudiens ont contribué eux aussi à la chute des Bastilles marseillaises.

Impossible Monarchie constitutionnelle

19Pendant que Ricard d’Allauch se crée, à travers ses très patriotes prises de position, une popularité qui lui vaudra d’être désigné comme administrateur du département, le nouveau régime décidé par l’Assemblée Constituante se met peu à peu en place. Or, certaines réformes passent mal.

Quel district, quel canton ?

  • 45 Ted Margadant, « La culture urbaine et la mobilisation politique autour de la division du royaume (...)

20La Constituante, en créant les départements, les cantons et les communes, a procédé à une complète refonte administrative du territoire. Ce faisant, elle a aussi attisé les convoitises et les rivalités des milieux urbains, des petits pôles locaux aux anciennes capitales provinciales. La lutte pour obtenir un district ou tout au moins un tribunal de paix donne lieu en effet à un flot particulièrement abondant de pétitions, de même que les protestations contre un rattachement jugé abusif ou tout au moins inopportun à tel ou tel échelon de la nouvelle hiérarchie administrative45. C’est en tout cas un problème qui a joué un rôle considérable dans la politisation croissante de la vie locale, aussi bien pour les notables que pour les catégories populaires.

  • 46 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseil du 22 novembre 1789 et AN, D IV bis, 168, (...)
  • 47 AD BDR, 156 E BB 18, Adresse du conseil de la communauté de Roquevaire à l’Assemblée Constituante, (...)
  • 48 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 29 mars 1790.
  • 49 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 15 avril 1790.
  • 50 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 29 décembre 1790.
  • 51 AD BRD, 103 E 1D 1, Conseil du 8 avril 1790.

21Dans l’arrière-pays marseillais, ce sont les plus apparents aubagnais qui affichent les premiers leur prétention à voir leur commune devenir chef-lieu de district46. Ils sont suivis par ceux de Roquevaire qui se verraient plus modestement à la tête d’un canton englobant aussi Peypin, Pichauris et Saint-Savournin47. Les Aubagnais n’obtiennent pas satisfaction, mais insistent encore fin mars 1790 pour obtenir la création d’un septième district dans la partie orientale des Bouches-du-Rhône, en faisant jouer leurs relations à Paris, en l’occurrence André Barthélémy, abbé de Courçay et frère du futur Directeur, et en prenant l’initiative d’une conférence réunissant les délégués des communes voisines48. Cassis, Ceyreste, Cuges, La Ciotat et Roquefort acceptent l’invitation, mais décident seulement de nommer des députés pour rencontrer l’abbé de Quinson, commissaire du Roi pour la formation des districts et départements de l’ancienne Provence49. La municipalité de Gémenos se prononce quant à elle pour un rattachement au canton de Roquevaire, donc au district d’Aix50, tandis que les citoyens d’Allauch refusent d’y être compris51.

  • 52 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs du 6 juin 1790.
  • 53 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 8 juin 1790.
  • 54 AD BDR, 113 E 89, Conseils des 6 et 8 juin 1790 et PV assemblée des citoyens actifs du 11 juin 179 (...)
  • 55 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 3 mars 1791.
  • 56 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 8 juin 1790.
  • 57 AC Aubagne, Adresse à l’Assemblée nationale approuvée et délibérée par le conseil général de la co (...)

22Rien n’est encore définitif et c’est donc dans le flou le plus complet que se tiennent les assemblées cantonales de début juin 1790 pour la nomination des électeurs du second degré. Dès lors, les assemblées ne se contentent pas d’être élisantes, mais se font aussi délibérantes. Les citoyens actifs d’Allauch ont organisé leur propre assemblée52. Ceux d’Aubagne, apprenant que le septième district tombe à l’eau, font le choix de la cité phocéenne53, ce qui est inacceptable pour les Cugeois, rattachés au canton d’Aubagne, mais ne voulant pas de Marseille. Du coup, ils se forment à leur tour en assemblée primaire, décrétant vouloir faire partie du district d’Aix, en tant que chef-lieu de canton, mais refusant l’entrée de citoyens actifs des hameaux de Riboux et de Julhans, sous prétexte que ledit canton n’est pas encore formé54. À Gémenos, la situation est encore plus confuse ; 20 citoyens actifs, essentiellement des membres de la municipalité, se rendent le 4 juin à Roquevaire, tandis que 122 se réunissent le 6 pour demander à être « du district de Marseille et du cantonnement d’Aubagne55 ». Ce faisant, la municipalité aubagnaise députe deux de ses membres pour témoigner l’amitié retrouvée entre les deux communes56, ce qui est perçu à Paris et notamment par Bouche, le député aixois, comme un véritable coup de force. Le conseil général de la commune d’Aubagne est donc obligé de se justifier dans une adresse à l’Assemblée nationale pour expliquer qu’il n’est pas à l’origine d’une « insurrection » à Gémenos, qu’il y a eu seulement « une manifestation où a été arborée une cocarde avec l’inscription “District de Marseille, canton d’Aubagne”57 ».

  • 58 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 29 décembre 1790.
  • 59 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 3 mars 1791.
  • 60 AD BDR, 112 E D1/2, PV assemblée des citoyens actifs du 19 juin 1791.

23L’affaire n’en reste pas là, car le 14 octobre 1790 (en pleine élection pour le renouvellement de la municipalité, donc), les citoyens actifs de Gémenos entendent désormais former un canton à part, au sein du district de Marseille, vœu à nouveau formulé le 29 décembre58. Nouveau changement le 3 mars 1791 : les habitants de Gémenos réitèrent leur décision du 6 juin dernier et veulent donc faire partie du canton d’Aubagne59. Seule la municipalité s’y oppose encore, qui prend même l’initiative d’organiser le 19 juin 1791 sa propre assemblée pour les électeurs du second degré. Aucun citoyen actif ne s’y présente le matin et seulement une dizaine l’après-midi, mais pour « observer que rien n’autorisait la municipalité à tenir les assemblées primaires et qu’ils avaient fait une pétition au directoire du district pour leur demander dans quel endroit doivent se tenir ces assemblées60 ».

24La bataille, perdue, pour le septième district, comme les multiples contestations sur le rattachement à tel ou tel district ou canton, ont par conséquent donné lieu à de véritables débats publics. L’exemple de Gémenos suggère même de tortueuses manœuvres quasiment politiciennes, mettant à jour en tout cas la volonté de certains plus apparents de se retrouver à la tête d’institutions locales prestigieuses. Ces affaires nées de découpages souvent très approximatifs opérés par les députés eux-mêmes, en fonction de complexes marchandages entre Aixois et Marseillais, n’ont pas que peu contribué à jeter le trouble dans certaines communes.

Le fanatisme fait des ravages

  • 61 BMVR Marseille, 4717, 1, IV bis, Acte protestatif et conservatoire des droits les plus essentiels (...)

25La mise à la disposition des biens du clergé, le 2 novembre 1789, n’a pas choqué grand monde dans les communes de l’arrière-pays marseillais, l’adoption de la constitution civile du clergé le 12 juillet 1790, non plus. Dans de nombreuses localités, certains prêtres ont même été à la pointe du combat patriotique, que ce soit le curé d’Auriol, Henri Gueydon-Deplanque, auteur le 6 mars 1789 d’une cinglante pétition pour réclamer la représentation du bas clergé à l’assemblée du premier ordre du royaume61 ou celui d’Aubagne, Pierre Martinot, lequel renonce même à sa charge en juin 1789 pour se lancer dans une carrière politique. Tous en tout cas s’appliquent à faire de belles messes pour les cérémonies du 14 juillet 1790. Rien de bien original donc, de même que les oppositions que fait naître cette fois-ci le fameux serment imposé aux ecclésiastiques, « À la Nation, à la Loi et au Roi », le 27 novembre 1790, à la constitution civile du clergé, le 3 janvier 1791.

  • 62 François-Xavier Emmanuelli et Martine Lapied, « Le temps de la Révolution », in François-Xavier Em (...)

26Dans les communes de notre zone d’étude, les prestations de serment se font du 1er janvier au 13 février 1791, soit sur près d’un mois et demi, ce qui n’est pas un hasard. Les pourcentages d’acceptation sont très inégaux selon les endroits d’une part (rappelons qu’ils ont été estimés à 50 % pour l’ensemble du département, mais à 38 % seulement pour Marseille62), selon les moments d’autre part. Il faut aussi tenir compte des rétractations, lesquelles interviennent la plupart du temps après les condamnations papales des 10 mars et 13 avril 1791.

Date

Commune

% d’acceptation du personnel paroissial

% après rétractations

1er janvier 1791

Aubagne

100 (10 sur 10)

80 (2)

9 janvier 1791

Auriol

100 (8 sur 8)

25 (6)

9 janvier 1791

Roquefort

100 (1 sur 1)

100 (0)

16 janvier 1791

Cassis

100 (6 sur 6)

83,33 (1)

16 janvier 1791

Ceyreste

100 (2 sur 2)

100 (0)

16 janvier 1791

La penne

100 (1 sur 1)

100 (0)

16 janvier 1791

Peypin

100 (2 sur 2)

100 (0)

16 janvier 1791

Roquevaire

100 (4 sur 4)

25 (3)

20 janvier 1791

La Ciotat

100 (7 sur 7)

42,86 (4)

23 janvier 1791

Gémenos

100 (2 sur 2)

50 (1)

Janvier 1791

Gréasque

100 (1 sur 1)

100 (0)

6 février 1791

Saint-Savournin

0 (0 sur 1)

0 (0)

13 février 1791

Allauch

12 ;5 (1 sur 8)

0 (1)

13 février 1791

Cuges

100 (4 sur 4)

100 (0)

  • 63 AD BDR, 103 E 1D 1 pour Allauch ; 139 E BB 25 et 5P 1 pour Cassis ; 146 E 1P 1 pour Ceyreste ; L 8 (...)

Tableau 16 : Les prestations de serment à la constitution civile du clergé63

  • 64 René de Chauvigny, Un évêque en France pendant la Révolution : le cardinal de Belloy et l’Église d (...)

27Les réfractaires sont donc particulièrement nombreux, non pas tant dans les villages, où les curés suivent finalement les ardeurs plutôt patriotiques de leurs ouailles, mais plutôt dans les petits pôles urbains, que ce soit directement et en toute connaissance de cause comme à Allauch ou après rétractations comme à Auriol, Roquevaire et La Ciotat. Quant à Aubagne, son clergé se tient bien, mais ce n’est pas là forcément un signe de ralliement aux idées nouvelles. En fait, il s’agit d’un véritable subterfuge mis en place par Mgr de Belloy, le ci-devant seigneur-évêque : s’empresser de prêter le serment civique pour ne pas avoir à prêter le serment constitutionnel, d’où une cérémonie très en avance sur les autres64.

  • 65 AD BDR, L 820, Lettre de la municipalité d’Allauch au département, 25 mars 1791 ; L 823, Lettre de (...)
  • 66 AD BDR, 156 E 1D 1, Conseil du 4 décembre 1791.
  • 67 AD BDR, 103 E 1D 1, Conseil du 17 juillet 1791.

28Quoi qu’il en soit et au-delà de ces pourcentages nécessairement différenciés, il s’en faut de beaucoup que toutes les communes à réfractaires deviennent des aires de fanatisme. À Aubagne, malgré le tour de passe-passe du clergé local, à La Ciotat, ce n’est pas vraiment le schisme religieux de l’Église de France qui vient perturber l’ordre public en 1791. À Roquevaire, Auriol et Allauch, au contraire, des troubles plus ou moins importants sont le fait des sermons incendiaires des prêtres inconstitutionnels, ayant un public, en particulier féminin, acquis à leur cause, mais ayant aussi face à eux une opposition patriote plus ou moins déterminée65. C’est que bientôt de nouveaux prêtres, jureurs ceux-là, désignés par les assemblées électorales, viennent prendre possession des charges laissées vacantes par les non-conformistes. La cohabitation se passe souvent très mal, comme à Roquevaire où la messe du curé constitutionnel est régulièrement perturbée par d’intempestives insultes66. À Allauch, le 17 juillet 1791, une procession conduite par le nouveau curé de la paroisse tourne même à l’émeute : le cortège est en effet aspergé d’eau par des particuliers à leur fenêtre. En représailles, les patriotes locaux punissent les coupables, en les promenant dans tout le village, montés à reculons sur des ânes67.

29Le conflit religieux n’a donc fait qu’envenimer une situation déjà très tendue à Allauch : il fait perdre en tout cas au parti Ricard le contrôle du pouvoir local. À Roquevaire, comme à Auriol, il est révélateur d’une certaine modération des patriotes, pas vraiment virulents dans leur opposition aux réfractaires.

Au quotidien : droits féodaux, impositions communales, subsistances et assignats

  • 68 Pour Cuges, AD BDR, 113 E BB 15, Conseil du 10 janvier 1790 ; pour Gréasque, AN D XIV, 2, Mémoire (...)

30Dans les communes les plus concernées par « l’hydre dévorante de la féodalité », c’est le problème des modalités de rachat des droits seigneuriaux qui vient briser le temps de l’acceptation enthousiaste de la régénération du royaume. Celle-ci n’est qu’un leurre, si les habitants ne peuvent bénéficier d’une libération avantageuse des droits qui pèsent sur leurs fonds comme sur eux, avec les tasques de Gréasque et le droit de fouage de Cuges68.

  • 69 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Pétitions des 28 juin et 13 octobre 1790 et du 21 (...)

31C’est aussi le cas d’Aubagne avec ses fours banaux qui suscitent de plus en plus la colère populaire, laquelle se traduit par un flot ininterrompu de pétitions, à la municipalité, au district de Marseille, au département et même à l’Assemblée nationale69.

  • 70 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 7 juillet 1790 qui examine (et rejette (...)
  • 71 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 18 février 1791.

32Pour le mouvement populaire aubagnais, il y a d’ailleurs un lien évident entre cette banalité des fours et les impositions communales sur la consommation que les municipalités de 1790-1791 ont maintenues. Elles doivent donc être supprimées comme « portant trop sur le pauvre peuple70 ». « Dans le cas où les revenus de la commune ne suffiraient pas pour parer à toutes les dépenses, il [Jean-Jacques Frèze, petit ménager révolutionnaire, élu notable en novembre 1790] propose de faire supporter ce déficit par une imposition portée sur l’égalité de fortune et d’industrie71 ». Autrement dit, il faut faire payer les riches !

  • 72 AD BDR, L 295, Conseils du 6 avril et du 11 avril 1790 et Pétition de citoyens actifs au district (...)

33Ce problème des impositions communales est aussi à l’origine d’un violent attroupement à La Penne le 11 avril 179072. Ce qui est en jeu, c’est la ferme de la boulangerie clause, c’est-à-dire une taxe portant sur ceux qui prennent leur pain chez le boulanger détenteur du bail communal. Y sont astreints par conséquent les étrangers de passage et surtout ceux qui ne sont pas en état de pétrir chez eux, soit les plus pauvres du lieu. Un premier conseil général de la commune refuse le 6 avril de supprimer ladite ferme, pour éviter son remplacement par un droit de piquet et pour ne pas avoir à augmenter les tailles. Du coup, 51 citoyens actifs se réunissent dans la maison d’un particulier, signent une pétition et nomment des délégués pour porter leur message à l’hôtel de ville. Ils n’y viennent pas seuls d’ailleurs et c’est donc sous la pression de cette manifestation populaire que le conseil municipal cède et décrète l’abolition de toutes les fermes de la commune.

  • 73 AD BDR, 113 E 89, Conseil du 13 mai 1790.
  • 74 Pour Aubagne, AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 5 avril 1792 ; pour Auri (...)
  • 75 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 9 décembre 1791.

34C’est aussi que l’épineuse question des subsistances fait sa réapparition, dans un arrière-pays marseillais largement déficitaire en grains et dépendant par conséquent du marché et de ceux qui le contrôlent. Le prix du pain provoque ainsi un attroupement à Cuges en mai 179073. Mais c’est là seulement un signe avant-coureur d’une crise qui n’éclate véritablement qu’à l’automne 1791. Ce qui est en cause, ce n’est pas tellement de mauvaises récoltes ou plus largement des difficultés d’approvisionnement. Non, ce qui pose problème, ce sont les moyens de paiement, avec des espèces métalliques qui s’enfuient ou se cachent, et des assignats rejetés par les commerçants d’une part et émis en trop grosses coupures d’autre part. Dans notre zone d’étude, si les villages sont relativement épargnés, tel n’est pas le cas en revanche des petits centres urbains74 : Aubagne, Auriol, Roquevaire et surtout La Ciotat où éclate une grave émeute à ce sujet le 9 décembre 179175. Le jour dit, près de « 400 » ouvriers de la construction navale, constructeurs, charpentiers et calfats, partent en manifestation vers la Maison commune, afin d’accompagner les dix délégués que prévoit la loi pour transmettre au corps municipal une pétition. Le texte est signé par 80 citoyens actifs et réclame de « faire publier tout de suite qu’il soit enjoint à tous particuliers vendeurs de recevoir les assignats pour leur montant ». Les quelques municipaux présents, lesquels viennent tout juste d’être élus, tentent bien de résister, mais les cris répétés de « il faut publier tout de suite » et l’enfoncement d’une porte suffisent pour les faire céder.

  • 76 76 AD BDR, L 1974, Lettre de Joseph-Esprit Icard, curé constitutionnel de La Ciotat, au comité de (...)

35Cela étant dit, malgré cette proclamation municipale obtenue par la force, « l’agiotage affreux des assignats » continue de plus belle dans les premiers mois de 1792, les « accapareurs d’espèces » profitant de « la libre circulation du numéraire » pour contraindre « les pauvres artisans et travailleurs » à accepter des échanges de plus en plus inégaux76.

Les premiers clubs

  • 77 « Les sociétés populaires », in Annales historiques de la Révolution française, n° 266, 1986, p. 3 (...)
  • 78 Claude Taccetti, « La société populaire des Antipolitiques d’Aix », mémoire de maîtrise sous la di (...)

36Dans l’ancienne Provence tout comme dans le reste de la France, les sociétés politiques apparaissent d’abord dans les grandes villes77. À Marseille, par exemple, la société des Amis de la Constitution est fondée le 11 avril 1790, peu avant la prise des Bastilles locales ; à Aix, les Amis de la Constitution fonctionnent à partir du 9 mai 1790 et les Antipolitiques sont créés le 10 novembre de la même année78. Dans l’arrière-pays marseillais, le phénomène est plus tardif, 1792 en gros. C’est dire l’avance certaine d’Aubagne, de La Ciotat, et, plus étonnant parce que commune de relative petite taille, de Cuges.

  • 79 AD BDR, 113 E 89, Pétitions du cercle patriotique de Cuges à la municipalité, 17 et 23 octobre 179 (...)
  • 80 80 AD BDR, L 651, PV dressé par Dupré, commissaire du district d’Aix pour les municipalités de Fuv (...)

37C’est en effet Cuges qui lance le mouvement avec un « cercle patriotique » qui tient ses premières séances, particulièrement houleuses d’ailleurs, dès octobre 179079. Faute de sources, il convient cependant de s’arrêter là, mais il faut quand même signaler que les Cugeois se vantent en l’an II d’avoir été affiliés aux Jacobins de Paris dès 179080.

  • 81 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 13 mars 1791.
  • 82 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 14 mars 1791.
  • 83 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 5 juin 1791.
  • 84 AD BDR, L 364, Lettre des citoyens de la section des Pénitents blancs au District, 14 février 1791

38À Aubagne et La Ciotat, les fondations datent de la fin de l’hiver 1791. Le 13 mars, 150 citoyens actifs d’Aubagne demandent à la municipalité l’autorisation de « s’ériger en société des Amis de la Constitution81 » ; le lendemain, 40 de leurs concitoyens de La Ciotat font de même82. Nos clubistes se placent donc d’entrée sous le patronage des Marseillais. Cela étant dit, leurs effectifs sont sensiblement différents, de même que le contexte local dans lequel s’intègrent ces créations. À La Ciotat, en effet, le maire élu en février 1790, Toussaint-André Besson, est lui-même un membre fondateur du club. À Aubagne, au contraire, les postes clés de la municipalité sont encore tenus par des ennemis déclarés du mouvement populaire tel qu’il s’est exprimé directement au printemps 1789, ou encore dans les multiples pétitions contre les fours banaux et les impositions communales de 1790. À La Ciotat, il y a certes eu les 13 et 14 février 1791 un violent attroupement populaire chez le boucher Isnard accusé par la foule de « ne contenter que dix bourgeois83 », mais il faut bien reconnaître que, dans l’ensemble, la petite ville a plutôt été calme depuis les débuts de la Révolution. Tel n’est pas du tout le cas d’Aubagne, où l’effervescence est encore montée d’un cran en ces premiers mois de 1791, avec l’élection très contestée d’Antoine Jourdan comme juge de paix, « effet d’une cabale très anticonstitutionnelle » selon les premiers animateurs de la société populaire84.

  • 85 AD BDR, L 2037, Diplôme d’affiliation décerné par la société des Amis de la Constitution d’Aubagne (...)
  • 86 AC La Ciotat, KA 13-02, PV assemblée primaire du 13 novembre 1791.
  • 87 AC La Ciotat, DA 01-02, Acte protestatif d’Étienne Brun, André Aillaud et Jacques Chazaud, 17 nove (...)
  • 88 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 11 décembre 1791.
  • 89 AC La Ciotat, KA 13-02, PV assemblée primaire du 26 décembre 1791.

39À Aubagne, la création du club répond donc au besoin de structurer un puissant mouvement populaire ; à La Ciotat, elle est plutôt le fait d’une minorité, dont le patriotisme exacerbé contraste dangereusement avec le reste de la population. Quoi qu’il en soit et au-delà de ces différences, les deux clubs connaissent la même évolution idéologique en s’affiliant aux très radicaux Antipolitiques aixois85. Faute de sources là encore, il est malheureusement impossible d’en dire plus sur les prises de positions politiques de nos clubistes aubagnais et ciotadens. Signalons toutefois qu’au niveau local, leur activisme a contribué de façon non négligeable à politiser le débat public, notamment pour les élections municipales de novembre 1791. Deux camps se font désormais face à face. À Aubagne, Jean-Baptiste Domergue et les Antipolitiques triomphent en novembre 1791 et, après bien des rebondissements, s’installent fermement à la tête de la municipalité fin février 1792. À La Ciotat, au contraire, les élections de novembre voient la victoire des hommes de l’ordre86. Les dirigeants du club protestent aussitôt et invoquent des irrégularités dans le recensement des votes87. La voie légale s’avérant inutile, ils ont alors recours à la force : le 11 décembre 1791, leurs partisans assistent en masse au conseil, « suivant l’usage établi par les officiers municipaux des précédentes élections qui avaient délibéré de tenir conseil à porte ouverte » et se mettent à conspuer les élus contestés et à exiger leur démission88. De nouvelles élections sont donc organisées le 26 décembre 1791, mais ce ne sont pas vraiment les hommes du club qui y sont désignés (pas plus d’ailleurs que des « aristocrates » endurcis89).

  • 90 Alan Forrest, « L’esprit de parti en province », in Christine Le Bozec et Eric Wauters (éd.), En h (...)

40Quelle géopolitique se dégage alors de ces premières années de la Révolution ? Il y a d’abord les communes sages, en général les plus petites (Belcodène, Ceyreste), mais aussi une petite ville comme Cassis. Il y a aussi les communes dont les habitants, pas toujours d’accord entre eux sur certains points, font quand même front commun dans la lutte anti-féodale (Cuges, Gréasque, Roquefort, Saint-Savournin). À Auriol et Roquevaire, le calme ne semble qu’apparent : les intrigues au grand jour des réfractaires ne sont possibles que parce que les patriotes locaux ne sont pas encore assez puissants pour s’y opposer. Il y a enfin les communes agitées par des rivalités internes, plus ou moins anciennes et violentes, mais que les multiples réformes de la Constituante n’ont fait qu’attiser90 : Allauch et le problème religieux, Gémenos et ses manœuvres « administratives », Aubagne et La Ciotat et leur mouvement populaire.

D’une terreur à l’autre

La mobilisation populaire de 1792

  • 91 AD BDR, L 1061bis pour Allauch, Cassis, Ceyreste et Roquefort ; L 615 pour Auriol, Peypin, Roqueva (...)

411792 apparaît comme la grande année de fondation des clubs dans l’arrière-pays marseillais. Aux trois sociétés politiques déjà créées, celles de Cuges, d’Aubagne et de La Ciotat, viennent s’ajouter au printemps celles d’Allauch (le celles de Gémenos, de Gréasque, de Roquevaire (le 20 septembre), de Peypin (le 23 septembre), de Ceyreste (le 30 septembre), de La Penne (le 18 octobre), de Cassis (le 1er novembre91). Avec la formation le 17 février 1793 de celle de Roquefort, ce sont donc toutes les communes de notre zone d’étude, à l’exception de la minuscule Belcodène, qui se retrouvent pourvues d’une société populaire. Alors, certes, les premières séances des clubs des petits villages (Peypin, La Penne) ont souvent été présidées par des commissaires marseillais et toutes les sociétés n’ont pas le même dynamisme. Il n’empêche que notre zone d’étude s’intègre parfaitement au réseau extraordinairement dense du sud-est du pays, où plus de 80 % des communes ont une société populaire et que la montée des périls, sensible depuis la fin de l’été 1791 et devenue une réalité irréfutable avec la déclaration de guerre du 20 avril 1792, a partout entraîné une considérable mobilisation populaire.

Guerre aux châteaux, mises à la lanterne et Patrie en danger

  • 92 Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, 1971, Paris, Société d (...)
  • 93 Michel Vovelle, La mentalité révolutionnaire. Société et mentalités sous la Révolution française, (...)

42C’est du printemps à l’automne 1792 que se fait la liaison entre les luttes du quotidien et la défense d’une Révolution menacée à l’extérieur et plus encore à l’intérieur92. Il est donc temps de s’engager pour repousser les armées étrangères, mais aussi d’écraser tous ceux qui fomentent des complots, les aristocrates, les ci-devant seigneurs, les réfractaires, les accapareurs, les agioteurs93. Le peuple souverain doit se lever pour vaincre tous ses ennemis. Dès lors, la mobilisation patriotique, la mise à la lanterne des suspects, les contributions forcées et les émeutes taxatrices ou anti-féodales ne forment qu’un seul et même combat.

  • 94 G. Gremillon, « Émotions populaires en Basse-Provence au printemps et à l’été 1792 », mémoire de m (...)
  • 95 Jean Barruol, La Contre-Révolution en Provence et dans le Comtat, d’après des documents inédits, C (...)

43En Provence, les grandes phases et les mots d’ordre de cette véritable « jacquerie » sont bien connus94, de même que les menées, bien réelles d’ailleurs, des contre-révolutionnaires95. Force est alors de constater que les communes de l’arrière-pays marseillais ne sont pas en reste avec ce mouvement général.

  • 96 AD BDR, L 600, Lettre de la municipalité de Saint-Savournin au district d’Aix, 17 juin 1792.
  • 97 Expédition de mars 1792 pour déloger les Chiffonistes arlésiens. Voir Fabio Sampoli, Politics and (...)
  • 98 Caroline Alonso, « Acteurs et luttes politiques dans la vallée des Baux, 1774-1814 », mémoire de m (...)
  • 99 AD BDR, L 3059 et L 3061, procédure contre André Trouvat, Étienne Sabatier, Jean Bérenguier, Louis (...)
  • 100 AD BDR, L 1974, Lettre du comité de prudence du club des Antipolitiques d’Aubagne à son homologue (...)
  • 101 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 18 juin 1792 et AD BDR, L 292, Pétitio (...)

44Rappelons alors, pour la première poussée du printemps, les deux attroupements au château du ci-devant seigneur qui affectent Saint-Savournin les 29 avril et 27 mai 179296. Signalons aussi que les volontaires aubagnais pour Arles97 se comportent en chemin comme une véritable petite armée révolutionnaire, donnant en tout cas par leur présence armée le signal de la révolte aux habitants des communes qu’ils traversent : ainsi dans la vallée des Baux du 27 mars au 6 avril98, ainsi à Velaux lors du pillage les 5 et 6 avril du château de la dame d’Albertas99. Cette affaire de Velaux a d’ailleurs des conséquences très importantes. Le détachement aubagnais, composé des plus fervents (et pas toujours très honnêtes, donc) patriotes, se retrouve désarmé, donc soumis non seulement aux railleries des « aristocrates », mais aussi à leurs légitimes réclamations, puisque lesdites armes leur ont tout simplement été réquisitionnées. De plus, la crédibilité des dirigeants clubistes en prend un sérieux coup, les deux capitaines de l’expédition étant en effet Barthélémy-Charles Beuf, procureur de la municipalité Domergue, et Jean-Baptiste Camoin, « l’un de nos fondateurs [du club] et l’une de nos meilleures colonnes »100. Les deux patriotes sont donc poursuivis et ils ne peuvent regagner Aubagne que le 15 juin. Leur arrivée, en pleine fête du Sacré-Cœur, exacerbe encore les tensions et provoque dans la nuit du 17 au 18 juin les premières violentes visites domiciliaires chez des particuliers suspectés de recevoir des « lettres contenant des projets contre-révolutionnaires »101. Les pétitions de ces citoyens victimes de la colère populaire mentionnent aussi l’existence d’un réverbère et de contributions forcées. La municipalité Domergue a beau réfuter (le réverbère, c’est pour éclairer la rue et « il ne peut y avoir que les âmes accoutumées aux œuvres de ténèbres qui puissent craindre la lumière » ; il n’y a pas eu contribution forcée, mais don patriotique) ; ces évènements sont bel et bien des signes avant-coureurs de la justice populaire à venir, comme d’ailleurs de l’immense effort consenti pour sauver une Patrie bientôt déclarée en danger.

  • 102 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 5 août 1792.
  • 103 Liste des volontaires d’Allauch, AD BDR, 103 E 1D 2, Conseil du 30 juin 1792. Pour Aubagne, AC Aub (...)
  • 104 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 16 août 1792 et Journal des départements méridionaux n° 73 du 2 (...)

45C’est d’ailleurs cette thématique patriotique qui donne le ton aux premiers mois de l’été 1792. On se met alors à planter les Arbres de la Liberté et pour ce faire, certains, comme à Gémenos, n’hésitent pas à aller les prendre dans les bois des suspects locaux102. Les municipalités ouvrent des bureaux d’enrôlement, pour le bataillon des Fédérés dans un premier temps, pour la défense des frontières par la suite. C’est ainsi que dix volontaires d’Allauch et sept d’Aubagne ont eux aussi participé à la prise des Tuileries, trois d’entre eux y trouvant même la mort103. Cette première levée au secours de la Patrie tourne pourtant particulièrement mal à La Ciotat, dont les volontaires refusent d’être incorporés dans les compagnies franches pour les frontières et veulent être admis dans les bataillons marseillais : Ladevèze, responsable de cette incompréhension et accusé d’avoir « donné des cartouches pour Coblence », est arrêté par une foule de « 200 personnes » et mis à la lanterne104.

  • 105 Mercure de France, Bulletin de Minuit, Journal général de France par M. Fontenai, Journal général d (...)
  • 106 AD BDR, L 599, Lettre de la municipalité de Cuges au district d’Aix, 4 août 1792.
  • 107 AD BDR, L 3556, Interrogatoire d’Étienne Suzan, ci-devant officier municipal et Fédéré de 1792 par (...)
  • 108 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des 24 et 25 août 1792.
  • 109 Paul Amargier, « Mgr de Belloy, un évêque… résistant », in Marseille, n° 170, 1994, p. 72-73.
  • 110 Sur la farandole comme « défoulement collectif » et expression manifeste de libération, Michel Vov (...)
  • 111 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 1er et 2 septembre 1792.
  • 112 AD BDR, L 3064, Dénonciation de Joseph Sivan, 15 août 1792.
  • 113 AC Aubagne, PV des 16 et 17 septembre 1792.

46C’est aussi que le départ des défenseurs de la Patrie, souvent les plus ardents patriotes de leur localité, contribue à accroître la psychose populaire d’un complot prêt à éclater. À Aubagne, par exemple, en application d’un arrêté du département du 30 juillet, la municipalité découvre toute une série de « journaux suspects à la patrie », adressés à différents particuliers105. De la peur à l’action, il n’y a qu’un pas, d’où la relance des initiatives révolutionnaires. C’est dans ce contexte en tout cas que les Cugeois investissent début août le château de leur ci-devant seigneur, pour y réquisitionner les grains et par mesure de sûreté, les deux fils de la dame de Girenton ayant émigré106. À Aubagne, la lecture au club d’une « lettre atroce et incendiaire [écrite par les Fédérés aubagnais alors à Paris] aux malveillants de cette ville pour les engager à désarmer et faire main basse sur les bourgeois107 » semble donner le signal d’une insurrection générale108. Le 24 août, la foule, « Citoyennes Patriotes Guerrières » en tête, s’empare des fours banaux et y impose son propre règlement. Mais cette véritable journée révolutionnaire ne s’arrête pas là. « La foule immense des citoyens et des citoyennes » s’attroupe devant le couvent des Ursulines, en fracasse les portes et en expulse les quelques religieuses qui avaient fait le choix d’y rester. Au même moment, le fermier de la Belloy (la somptueuse résidence que le ci-devant seigneur-évêque se fait aménager depuis 1762109) annonce qu’une « cinquantaine de personnes est en train de ravager les oullières du domaine ». Les insurgés mettent le feu à la demeure et cassent tout, « un peuple immense de tout âge et de tout sexe ». Les bourgeois eux-mêmes « avaient perdu la tête et jetaient leurs meubles par les fenêtres ; que des enfants en ramassaient les débris et en allumaient des feux dans nombre de rues ». Le lendemain, plusieurs autres bastides sont saccagées et incendiées, la Belloy une fois de plus, mais aussi la Demande, ancienne demeure des de Bausset et propriété depuis 1770 de Demandolx, ci-devant lieutenant général civil de la sénéchaussée de Marseille, et le Mon-Plaisir, un domaine appartenant à Gabriel Ramel, le premier consul de 1789. « Le peuple est dans une fureur incroyable », tant et si bien que la municipalité Domergue tente de rétablir un peu la situation en décidant de lancer « une farandole qui heureusement réussit, au point qu’elle remplissait toute la ville110 ». Début septembre, l’agitation continue, copiant avec quelque retard Marseille et Toulon, avec la mise à la lanterne des suspects. Le 1er septembre, Louis Arnaud dit Decory, un riche ménager, est ainsi victime d’une « grande populace qui criait ça ira111 ». Le 16 septembre, nouvel attroupement, une caisse d’armes ayant été trouvée près de l’enclos des ci-devant religieuses Ursulines : la rumeur se répand que ce serait « pour le nom du Roi ». Une dénonciation datée du 15 août est alors portée à la municipalité Domergue par des délégués du « comité de prudence de la société des Frères Antipolitiques ». Cazalet, l’homme d’affaire du baron d’Ollières, celui qui reçoit L’Ami du Roi, « prépare des complots » avec l’huissier Joseph Jourdan, Joseph Guilhermy et Pierre Gautier dit Figuières : « quand les émigrés auraient entrés, ils pendraient tous les brigands, clubistes et paysans112 ». Le 17 septembre, ledit Joseph Jourdan est placé sous la sauvegarde de la municipalité, mais « un attroupement presque innombrable de citoyens de tout âge et de tout sexe a aussitôt environné et rempli la maison commune. Le peuple lance des cris épouvantables, avec une rage, une fureur et une impatience presque impossibles à exprimer ». Jourdan est enlevé, puis pendu, au son du ça ira ; ainsi périt l’agent de la répression des émeutes de 1789, victime de l’indignation populaire et de ses liaisons contre-révolutionnaires113.

  • 114 AC Gréasque, Carton 2, D 1, Lettre du département à la municipalité de Gréasque, 16 octobre 1792.
  • 115 AD BDR, 112 E D1/2, PV du 5 novembre 1792.

47C’est enfin au cours de cette explosion automnale que les habitants de Gréasque occupent à leur tour le château de leur émigré de ci-devant seigneur114 et que ceux de Gémenos se mettent à réquisitionner tous les biens que d’Albertas a usurpés115.

Dans le sillage des Marseillais

  • 116 Rappelons ainsi que « par délibération du 23 avril, la société patriotique de Marseille a arrêté q (...)
  • 117 Jacques Guilhaumou, « Marseille-Paris, la formation et la propagation d’un mot d’ordre : “du pain (...)

48Dans cette ample mobilisation populaire, le rôle des clubs a été décisif, même s’il semble excessif de dénier toute forme de spontanéité aux très nombreuses initiatives de la période. La société des Amis de la Constitution de Marseille, devenue en août celle des Amis de la Liberté et de l’Égalité, s’est en tout cas imposée comme la référence incontestée de tous les patriotes locaux. Cette hégémonie marseillaise est assurée par une certaine capacité d’intervention militaire, avec, dans les premiers mois de 1792, des expéditions armées sur Aix, pour y déloger le régiment d’Ernest (le 26 février), puis sur Arles aux mains des Chiffonistes (fin mars). Elle est aussi le fait des « courses civiques » des commissaires du club, véritables « missionnaires patriotes » dont le consensuel message d’union autour de la Constitution permet de régler de manière plutôt pacifique bien des différends locaux, dans le district d’Apt, avec Bousquet et Monbrion en mars, dans les Basses-Alpes avec Isoard en mai. Elle est enfin rendue possible par la publication de deux périodiques d’un type nouveau, l’un à visée pédagogique, le Manuel du laboureur et de l’artisan, et l’autre, le Journal des départements méridionaux, qui se présente comme l’organe officieux du club de la rue Thubaneau116. Autrement dit, il s’agit là d’une hégémonie avant tout synonyme de surveillance, notion-clé d’une idéologie cordelière dont beaucoup de Marseillais semblent très proches117.

49C’est donc par le biais de ce Journal des départements méridionaux, au demeurant source essentielle pour une société patriotique marseillaise dont il ne reste plus que quelques documents épars, que nous avons tenté d’appréhender, d’un printemps à l’autre (1792-1793) le degré d’insertion des nos quinze communes d’étude dans l’espace public de discussion et d’action du jacobinisme provençal.

  • 118 Voir ma notice, in Gilles Feyel (dir.), Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, (...)
  • 119 Journal des départements méridionaux, n° 24 du 28 avril 1792 (Auriol) ; n° 87 du 22 septembre 1792 (...)
  • 120 Journal des départements méridionaux, n° 85 du 18 septembre 1792 (Saint-Savournin) ; n° 102 du 27 o (...)
  • 121 Journal des départements méridionaux, n° 141 du 26 janvier 1793 (Adresse des citoyens d’Allauch dem (...)
  • 122 Voir par exemple ces observations de Pierre Micoulin sur une adresse de la société républicaine d’ (...)

50Le Journal des départements méridionaux, dirigé par Alexandre Ricord fils, Pierre Micoulin et Joseph Giraud, est un 4-pages in-4° qui parait du 6 mars 1792 au 7 mai 1793118. Sur les 184 numéros de la collection, les communes de l’arrière-pays marseillais sont mentionnées à 68 reprises au total. Au niveau formel, ces 68 mentions se répartissent de la manière suivante : 54 occurrences dans les comptes-rendus des séances du club, 13 documents reproduits dans les colonnes du journal (8 lettres et 5 communiqués officiels) et un seul véritable article. Cette répartition n’est pas vraiment étonnante, puisque le Journal des départements méridionaux a avant tout pour objectif de faire connaître et de justifier les activités du club marseillais et des sociétés qui lui sont affiliées. C’est dans cette perspective que le journal rend compte de la création et de l’affiliation des nouvelles sociétés populaires comme celle d’Auriol, de Peypin ou de La Penne119. C’est aussi pourquoi il publie bien volontiers les comptes-rendus des conduites exemplaires des patriotes locaux, thème qui revient seize fois pour nos communes d’étude. Le journal s’efforce ainsi de montrer le respect des lois nouvelles, mais aussi l’élan patriotique qui anime toutes les communes, même les plus petites, d’où les mentions d’offrandes à la Patrie qui reviennent souvent à l’automne 1792, puis dans les premiers mois de 1793120. Par ailleurs et toujours dans le même ordre d’idée, Ricord et Micoulin font régulièrement référence début 1793 aux adresses à la Convention des différentes sociétés populaires de la région, dont celles de l’arrière-pays marseillais, sur la mort du Roi ou sur la critique des Appelants et des traîtres Barbaroux et Dumouriez121. Autrement dit, il s’agit là de montrer que les prises de positions marseillaises sont appuyées et qu’elles ne sont finalement que l’expression de « la volonté nationale122 ».

51Les clubs de notre zone d’étude se situent donc bel et bien dans la mouvance idéologique des Marseillais. D’ailleurs, quand des patriotes locaux connaissent des difficultés, l’information circule vite, par le biais des échanges entre sociétés affiliées ou par l’intermédiaire du journal.

52Ainsi des malheurs de Costin, vicaire constitutionnel à Auriol, qui affirme être persécuté par les « aristocrates » de sa petite ville. Du coup, une délégation auriolaise s’empresse de justifier rue Thubaneau la conduite des habitants :

  • 123 Journal des départements méridionaux, n° 41 du 7 juin 1792.

L’orateur lit une adresse signée par un nombre considérable de citoyens d’Auriol, lesquels se plaignent d’avoir été injustement calomniés, ainsi que leur municipalité, et de ce que ces calomnies absurdes et abominables se trouvent insérées dans plusieurs numéros du journal des débats de la société, dont la propagation peut faire concevoir d’eux les idées les plus défavorables123.

  • 124 Sur ce thème des « conduites politiques », Jacques Guilhaumou, « Conduites politiques de Marseilla (...)
  • 125 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 1er juillet 1792.
  • 126 Journal des départements méridionaux, n° 53 du 5 juillet 1792.
  • 127 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 13 juillet 1792.
  • 128 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 18 juillet 1792.
  • 129 Journal des départements méridionaux, n° 67 et 68 des 7 et 9 août 1792.
  • 130 130 Adresse des commissaires de l’administration du district de Marseille aux citoyens de la ville (...)
  • 131 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseils des 25 juillet et 1er septembre 1792.
  • 132 AC La Ciotat, DA 01-02, Arrêté des commissaires du département, 22 septembre 1792.

53C’est dire l’importance nouvelle d’une opinion publique vigilante quant à la conduite politique des uns et des autres124. La Ciotat connaît ainsi à l’été 1792 un peu le même cas de figure qu’Auriol. Le 1er juillet, l’hôtel de ville est à nouveau envahi par une foule hostile, à la tête de laquelle se trouve l’Antipolitique Joseph Burle, lequel se met à traiter le maire de « tyran du peuple125 ». Des mesures de police sont prises par la municipalité et plusieurs dirigeants du club, menacés d’arrestation, doivent quitter la ville. Ils se présentent aussitôt à la rue Thubaneau, y dressent un portrait très noir de la situation politique ciotadenne et réussissent à persuader les Marseillais qu’il y a « dans cette affaire le même caractère de persécution que la municipalité d’Auriol avait déployé contre les patriotes de ce lieu126 ». À La Ciotat, c’est l’effervescence et les « bourgeois » se préparent à recevoir en armes « la descente de deux commissaires marseillais suivis de 5 à 600 hommes pour mettre le pays à la raison »127. En fait, ce n’est là qu’une rumeur, les Antipolitiques arrêtés ayant été rapidement relâchés. La situation continue toutefois de s’envenimer, d’un côté comme de l’autre. Le 18 juillet, 176 citoyens actifs de La Ciotat présentent deux pétitions à la municipalité pour exiger des poursuites conte les six fauteurs de troubles du 1er et pour demander la destitution de Brun, officier municipal et clubiste128. Quant aux Amis de la Constitution de La Ciotat, « si horriblement maltraités par l’insolente aristocratie de leur ville », voilà qu’ils se mettent à réclamer des dédommagements129. Le district de Marseille, alerté par ces patriotes, par les Marseillais et leur journal, envoie donc enfin des commissaires, lesquels donnent entièrement raison aux Antipolitiques, en rappelant que « les sociétés des Amis de la Constitution sont les plus fermes appuis de l’empire français130 », en contraignant les pétitionnaires du 18 à abandonner leurs plaintes131 et en destituant une municipalité qui « à l’exception de quelques membres [a] absolument perdu la confiance publique132 ».

54À Auriol comme à La Ciotat, le journal est donc devenu une arme incontournable dans le jeu du pouvoir local. C’est parce qu’ils ont bien compris cette évolution que les patriotes de ces deux petites villes, pourtant minoritaires jusque-là, ont réussi à s’imposer. Cela étant dit, le périodique dirigé par Ricord et Micoulin n’est pas, loin de là, qu’un moyen de faire pression sur le tribunal de l’opinion. C’est ainsi que les rédacteurs du Journal des départements méridionaux n’hésitent pas à publier à de nombreuses reprises des lettres de rectification, voire des mises au point sur le moindre de leur propos. C’est ce que l’on retrouve par exemple dans cette lettre de la société populaire de Roquevaire du 30 septembre 1792 :

  • 133 Journal des départements méridionaux, n° 92 du 4 octobre 1792.

Frères et amis, nous lisons avec plaisir votre journal des débats des Amis de la Liberté et de l’Égalité de Marseille ; c’est un papier nouvelle où respire le plus ardent et le plus pur patriotisme. Mais, quelques soins que vous preniez pour vous instruire des faits, il est moralement impossible que vous ne soyez quelquefois induits à erreur ; c’est ce qui vous est arrivé dans votre n° 85 page 350, où il est dit : “On apprend dans le moment que les aristocrates de Roquevaire et d’Auriol ont été désarmés par le bataillon de la Légion marseillaise’’. Ce désarmement a été opéré par les électeurs de ce canton, réunis à la municipalité et à plusieurs citoyens patriotes. MM. Hermann, Riquier et Bernard d’Allauch, qui sont venus en commission à Roquevaire, pourront vous instruire de ce fait. Nous avons vu arriver avec joie dans ce lieu nos frères d’armes de Marseille, mais ils n’ont désarmé en passant ici personne. D’après cet exposé, vous nous obligerez infiniment de réparer dans un de vos prochains numéros, l’erreur touchant le désarmement des citoyens suspects de Roquevaire133.

  • 134 Journal des départements méridionaux, supplément du n° 24 du 28 avril 1792.

55Il ressort de cette lettre qu’une véritable relation de confiance et de fraternité s’est établie peu à peu entre les journalistes jacobins et leurs lecteurs. Elle se matérialise d’ailleurs dans une conséquente correspondance entre le journal et ses abonnés, qu’ils soient simples particuliers ou sociétés populaires. Ainsi, c’est tout un réseau d’échanges qui se met en place, contribuant à faire du périodique l’intermédiaire par excellence du public patriote. Un public patriote qui peut dès lors communiquer ses expériences, ses valeurs et même ses bons moments, comme le prouve cette anecdote piquante que relate un abonné de La Ciotat dans une lettre du 23 avril 1792134. Le patriote ciotaden raconte ainsi une discussion qu’il a eue avec un « aristocrate » de sa ville, lors d’une cérémonie publique où l’on a entonné le ça ira. Pour le ci-devant, c’est là « une chanson sanguinaire qui fait fuir tous les gens comme il faut ». Or, quelques secondes après ce propos, six bourriques épouvantées par la musique se mettent à fuir au grand galop, ce qui entraîne le trait d’esprit du patriote : « ces bourriques doivent donc être infiniment comme il faut ».

  • 135 Journal des départements méridionaux, n° 178 du 20 avril 1793.

56Les patriotes locaux, par l’intermédiaire du journal, peuvent aussi faire faire partager l’exaltation patriotique qui est la leur et la transmettre aux autres lecteurs. Ainsi, cette lettre de Cuges du 16 avril 1793 qui rend compte du très grand succès de la levée des 6 000 hommes dans cette localité : « tous ont juré de rapporter des lauriers ou les têtes de nos ennemis, ou bien de mourir en combattant. Le peuple entier de ce lieu mérite à cet égard l’estime des plus braves républicains. Nous devons à la vérité, aux habitants de Cuges et à l’intérêt de la patrie de vous donner ces détails qui nous ont paru vraiment intéressants135 ».

57Le succès indéniable du Journal des départements méridionaux, suggéré par l’extraordinaire densité des sociétés populaires dans l’espace provençal de 1792-1793, ne peut donc être interprété comme la mainmise progressive et absolue du club de Marseille sur toute la région. Certes, l’audience du journal est le signe d’une hégémonie marseillaise sur l’opinion patriote, mais pas forcément d’un contrôle total et unique. L’étude des rapports entre le Journal des départements méridionaux et les communes de l’arrière-pays marseillais montre ainsi que le périodique n’est pas qu’un instrument de diffusion de mots d’ordre, mais est aussi un vecteur d’apprentissage, par la menace parfois, mais bien plus souvent finalement par l’exemple. Autour du journal se constitue en effet un public patriote qui va pouvoir échanger, de même que l’échange se pratique entre sociétés affiliées. C’est le cas des petites villes, comme Aubagne, Allauch, La Ciotat, mais aussi des localités plus modestes, telles Peypin ou Saint-Savournin. En cela, le journal est un réel marqueur des options politiques.

58 « Infâmes sectionnaires »

  • 136 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., p. 159 et p. 187.

59La domination du club de la rue Thubaneau, jusque-là plutôt bien acceptée par une opinion radicalisée par la montée des périls, commence à se lézarder dès la fin de l’été 1792. Des patriotes modérés commencent à faire entendre leur voix, avec les affaires d’Eyguières et de Salon, dénonçant les commissaires marseillais comme de véritables « intrigants », des « anarchistes prêchant le meurtre, le pillage et la loi agraire »136.

  • 137 AC Auriol, 1D1 2, Arrêté du département, 15 septembre 1792.
  • 138 AD BDR, L 3108, Interrogatoire de François-Christine Michel par devant le tribunal populaire de Ma (...)

60Dans l’arrière-pays marseillais, le premier indice de ce changement est perceptible à Auriol. Des envoyés du club y sont en effet dépêchés, par arrêté du département du 15 septembre 1792, pour prendre les mesures nécessaires après les graves incidents du 25 juin qui se sont soldés par l’incendie de la fabrique de coton rouge de Requier et Guérin, deux négociants marseillais, membres qui plus est de la société des Amis de la Liberté et de l’Égalité du grand port provençal137. L’expédition, dirigée par Truchemant et Basin pour le département, par Hermann et Bernard d’Allauch pour le club de Marseille, s’apparente alors à de véritables représailles. Deux citoyens d’Auriol sont mis à la lanterne, Jean-Baptiste Gorse et Barthélémy Dol, et des élections tout à fait illégales sont organisées pour remplacer un juge de paix même pas démissionnaire. La municipalité auriolaise, effrayée, charge alors le notaire et patriote François-Christine Michel de s’entendre avec les commissaires marseillais sur les dommages et intérêts à percevoir sur les suspects du lieu138. 10 000 £ sont ainsi extorquées, après de menaçantes visites domiciliaires.

  • 139 Journal des départements méridionaux, n° 116 du 29 novembre 1792.
  • 140 Journal des départements méridionaux, n° 118 du 4 décembre 1792.
  • 141 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des 2, 3 et 4 novembre 1792.
  • 142 Ainsi à Gémenos, AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 12 avril 1793, ou à Aubagne, AD BDR, L 1002, Lettr (...)

61Or, l’affaire s’ébruite tant que les commissaires marseillais à Auriol sont sommés de rendre des comptes lors de la séance du 24 novembre 1792 (ainsi d’ailleurs que Monbrion, Isoard, Turcan et Coulet pour leur mission dans le district d’Apt). Ceux-ci parviennent certes à retourner la situation à leur avantage (Requier déclare que « les 10 000 £ qu’il avait reçues n’étaient qu’une faible indemnité des dommages que sa maison et ses marchandises avaient soufferts par le fait des mauvais citoyens d’Auriol139 ») et à être momentanément blanchis par un arrêté du département qui les reconnaît comme de « vrais médiateurs et pacificateurs »140. Il n’empêche que l’alerte a été chaude. Elle l’est surtout d’ailleurs pour les clubistes marseillais, mais pas forcément pour leurs frères et amis de l’arrière-pays. En effet, à l’exception en novembre 1792 d’une émeute de « fanatiques » à Aubagne contre la saisie des objets d’église inutiles (loi du 10 septembre 1792)141 et, en mars 1793, de quelques difficultés, mais sans plus, pour la levée des 6 000 hommes requis par le département142, les quelques mois qui séparent l’automne 1792 du printemps 1793 sont relativement calmes, un peu comme pour souffler après les fureurs de l’année précédente, mais peut-être aussi, et pourquoi pas après tout, par adhésion sincère à la République qui vient d’être proclamée et à la ligne politique développée sur le plan local par des municipalités toutes plus ou moins émanations des sociétés populaires.

  • 143 AD BDR, L 1002, Lettre de la municipalité d’Aubagne au district de Marseille, 17 février 1793
  • 144 Michel Vovelle, « Le Sans-culotte marseillais », in Histoire et Mesure, n° 1, 1986, p. 75-95 pour (...)
  • 145 AD BDR, L 1002, Lettre de la municipalité d’Aubagne au district de Marseille, 13 mai 1793.

62C’est aussi que dans les points chauds de l’arrière-pays marseillais, La Ciotat et surtout Aubagne, les opposants de la veille ont été contraints d’émigrer. Certes, ces « ennemis du peuple, de la liberté et de l’égalité » ne sont pas bien loin, à Marseille justement et ils sont de tous les complots qui se trament « pour détruire les patriotes et faire triompher le despotisme et l’aristocratie ». Or, « ces tigres affamés de sang couverts de la peau de l’agneau » obtiennent l’oreille de la municipalité marseillaise qui leur a délivré des certificats de résidence. Les patriotes aubagnais en sont furieux : « si contre toute attente, le modérantisme ruineux envers la chose publique les favorise tant soit peu, nous dénoncerons les modérés modérateurs à toute la République143 ». Quelque chose est donc en train de changer, ce que les analyses quantitatives et discursives des historiens confirment144 et ce que Domergue et ses partisans aubagnais remarquent très bien : « la très grande majorité des citoyens clubistes voit avec douleur que l’esprit public n’est pas tout à fait le même par l’introduction dans les sections d’une foule de citoyens qui n’ont rien fait pour la Révolution et dont la chaleur subite fait singulièrement suspecter les intentions145 ».

  • 146 Sur le « Fédéralisme » sectionnaire, voir Georges Guibal, Le mouvement fédéraliste en Provence en (...)

63Les sections, puisque le mot est lâché, s’emparent peu à peu du pouvoir. Le comité général des 32 sections marseillaises se forme le 1er mai 1793, le Journal des départements méridionaux cesse de paraître le 7, les frères Savon, les grands pendeurs de l’été précédent, sont exécutés le 16 et le club de la rue Thubaneau est fermé le 3 juin. À la nouvelle des évènements parisiens des 31 mai-2 juin, les sectionnaires marseillais déclarent le 12 juin dans un célèbre Manifeste ne plus reconnaître la Convention146.

  • 147 Alan Forrest, « Le mouvement fédéraliste dans le Midi de la France. Réaction anti-jacobine ou croi (...)
  • 148 AD BDR, L 1974, PV section de Ceyreste, 7 juin 1793 et L 1975, PV section de Peypin, 9 juin 1793.
  • 149 AD BDR, L 1974, PV section d’Allauch, 20 août 1793.

64Voilà pour le contexte général. Dans l’arrière-pays marseillais, la formation des sections se fait en un peu moins de quinze jours, de la mi-mai à début juin. Le phénomène a touché toutes les communes, des petits centres urbains aux bourgs, puis aux villages, à l’exception toutefois de Belcodène et de Gréasque. Cela étant dit, il n’a pas la même signification politique d’une localité à l’autre147. Dans les petites communes, les clubs se transforment tout simplement en sections, ainsi à Ceyreste ou à Peypin, « un chacun s’est fait un plaisir de déposer les cartes du club pour y en substituer une de section148 ». Dans le même ordre d’idée d’ailleurs, bon nombre de communes ne connaissent aucun changement dans la composition de leurs équipes municipales. À Cassis, à Ceyreste, à Gémenos, à La Penne, à Peypin, à Roquefort et à Saint-Savournin, les municipaux élus en décembre 1792 se maintiennent sans problème. À Allauch, la municipalité patriote s’est elle aussi rangée derrière les sectionnaires marseillais, à tel point qu’elle n’est destituée que fort tard, le 20 août, soit quelques jours avant l’écrasement de l’insurrection fédéraliste149.

  • 150 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne au département, 16 mai 1793.
  • 151 AD BDR, L 1974, Lettre du comité des sections de La Ciotat à son homologue de Marseille, 30 mai 17 (...)
  • 152 AD BDR, L 1840, Déposition de Joseph Bonneau au comité des sections de Roquevaire, 2 juillet 1793.
  • 153 Pour le canton d’Aubagne, AD BDR, 112 E D1/2, PV assemblée primaire du 20 juin 1793 ; pour celui d (...)
  • 154 Pour Aubagne, AC Aubagne, PV prestation de serment pour la municipalité provisoire, 24 juin 1793 ; (...)

65Dans les centres urbains un peu plus importants, la passation des pouvoirs s’avère un peu plus délicate. À Aubagne, il faut une intervention armée des Marseillais le 16 mai pour permettre la formation des trois sections de la ville150. À La Ciotat, fin mai-début juin, Joseph Burle et ses amis clubistes font de la résistance, en s’appuyant non plus sur les Marseillais corrompus, mais sur des Toulonnais qui ne le sont pas encore151. À Roquevaire, la famille jacobine des Turcat mène la lutte à l’intérieur même des sections, en traitant ses ennemis de « coquins, de jean foutres, de foutus avocats et de foutus arrogants152 ». Il n’est dès lors pas étonnant que tous les pouvoirs locaux y soient renouvelés, les justices de paix par convocation des assemblées primaires (à Aubagne le 20 juin, à Auriol le 7 juillet, à La Ciotat le 18 août)153 et les municipalités par désignation de leurs membres par les comités locaux (Aubagne, Auriol, Roquevaire, La Ciotat154).

  • 155 AD BDR, L 1974, Adresse des Républicains composant la section du canton d’Allauch aux 32 sections (...)
  • 156 AD BDR, L 3646, Délibération des trois sections de Roquevaire, 30 juin 1793 ; L 1974, PV section d (...)
  • 157 AC Auriol, 1D1 2, PV arrestation du curé Laydet, 25 juillet 1793 ; AD BRD, L 3101, Dénonciations c (...)
  • 158 AD BDR, L 1040, Lettre du comité de surveillance d’Aubagne au district de Marseille, 6 ventôse an (...)
  • 159 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 16 juillet 1793.

66Bien évidemment, la plupart des sections de l’arrière-pays marseillais se lancent dans des adresses contre les « intrigants », « malveillants » et autres « anarchistes »155, adhèrent au Manifeste des Marseillais contre la Convention, comme à la délibération de la section de Pélissanne demandant le renvoi de toutes les administrations constituées, et désignent en conséquence des députés pour l’assemblée électorale chargée de les remplacer156. Il n’en reste pas moins que ce qui est politiquement déterminant, c’est qu’une véritable réaction anti-clubiste se déchaîne dans les sites troublés par les fureurs de l’année précédente. Les patriotes sont donc dénoncés, arrêtés et traduits pour être jugés par devant le tribunal populaire. C’est le cas par exemple du curé constitutionnel d’Auriol, Michel-François Laydet, de l’officier municipal de Cassis, Raymond Garaudy, des « anarchistes » de La Ciotat, Eustache Carle et André Aillaud157. À Aubagne, « une atroce cérémonie appelée l’enterrement du club » est même organisée le 8 juin, « pendant laquelle on ne cessait de se répandre en propos injurieux et insultants contre les patriotes158 ». La tribune de la société populaire est soumise aux flammes, ce qui témoigne d’une évidente volonté expiatoire, comme si les sectionnaires aubagnais avaient voulu exorciser leur peur sociale. Le 16 juillet, le comité général des trois sections et la municipalité à leur solde décident même de mettre sous séquestre « tous les biens meubles et immeubles, denrées et autres des citoyens Domergue, Antoine Taurel, Dominique Pichou, Pierre Blanc, Jean Bérenger, Joseph Grimaud, Joseph Arnaud, Honoré Bérenger et Antoine Frèze, officiers municipaux de 1792 » et à ce titre « seuls responsables des dommages et intérêts qui résulteront des dévastations, incendies, pillages et voies de fait, qu’ils ont autorisés tandis qu’ils avaient le pouvoir de les empêcher159 ». La liste des patriotes ayant touché en l’an II des indemnités en tant que victimes du « Fédéralisme » permet d’ailleurs de donner un ordre de grandeur de cette répression anti-clubiste.

Commune

Nombre de victime

Part dans la population totale (en %)

Allauch

102

3,13

Aubagne

162

2,24

Roquevaire

19

0,62

Auriol

22

0,6

Gémenos

9

0,59

Gréasque

1

0,5

Cuges

3

0,19

La Ciotat

10

0,16

Cassis

1

0,04

  • 160 AD BDR, L 334 bis.

Tableau 17 : Les « patriotes victimes des fédéralistes sectionnaires auxquels il a été accordé des indemnités160 »

  • 161 AD BDR, L 1974, Conseil du 2 juin 1793.
  • 162 AD BDR, L 1974, Lettre de la municipalité de Cuges au comité des 32 sections de Marseille, 5 juin (...)

67Reste enfin à traiter du cas de Cuges. Depuis les débuts de la Révolution, et même bien avant, les Cugeois, quelques soient les animosités particulières, mènent une lutte anti-féodale particulièrement âpre, du fait de la résistance acharnée de la dame du lieu. Par ailleurs, c’est à Cuges, rappelons-le, que la première société politique de l’arrière-pays a vu le jour, dès l’automne 1790. Autrement dit, ce tout juste bourg de 1 500 habitants est à la pointe de l’engagement patriotique, ce qu’atteste encore au printemps 1793 l’extraordinaire succès de la levée départementale des 6 000 hommes où toute « la jeunesse du pays » s’est enrôlée. Alors, bien sûr, conformément à l’arrêté du département du 22 mai, une section y a été formée le 2 juin, au sein de laquelle le curé Toussaint-André Beaumond (originaire d’une bonne famille d’Aubagne) semble jouer un rôle prépondérant161. Certes aussi, la municipalité Monfray considère que « ce n’est que par une réunion générale de tous les bons citoyens amis de la liberté et de l’égalité que la République peut être sauvée des armées d’esclaves que lancent de toute part les brigands couronnés », ce qui signifie imiter les Marseillais, ces « remparts de la liberté, ces sentinelles vigilantes de la révolution » dans leur combat contre « les ennemis de l’ordre et les partisans de l’anarchie »162. Mais, quand il s’agit de prêter le serment d’adhésion au Manifeste de Marseille, le refus est unanime :

  • 163 AD BDR, 113 E 89, Conseil général extraordinaire du 13 juillet 1793.

Un mouvement d’indignation éclate dans toute l’assemblée et le tumulte ayant calmé, un membre s’écrie : quoi citoyens, on nous propose de ne plus reconnaître la représentation nationale ? Et d’adhérer à un Manifeste qui ne tend rien moins qu’au fédéralisme et à l’anéantissement de la République ! Gardons chers concitoyens de donner dans le piège qu’on nous tend et ne nous séparons pas de la Convention nationale. Voici citoyens, le serment que je vous prête. Je jure de maintenir la République une et indivisible, la liberté et l’égalité, de dénoncer quiconque proposerait ou adhérerait aux mesures tendantes à vouloir un roi, dictateur ou autre maître que la loi, de faire respecter les personnes et les propriétés, d’obéir à la nation et aux lois tant celles faites que celles que pourra faire la Convention nationale, comme ne devant émaner que d’elle l’en ayant expressément chargée. Toute l’assemblée le prête en même temps et jure de n’en jamais faire d’autre163.

  • 164 AD BDR, L 426, Lettre de la municipalité de Cuges au département, 12 septembre 1793.
  • 165 AD BDR, L 267, PV de la section de Cuges, 5 août 1793.
  • 166 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., p. 135-136.

68Les Cugeois restent donc fidèles à la Convention ; c’est là un choix extrêmement courageux et complètement à contre-courant dans un Midi alors en pleine insurrection (ce qui vaudra d’ailleurs à la commune d’être dévastée le 25 août par les débris d’une armée fédéraliste courant se réfugier à Toulon)164. Cette décision est confirmée en tout cas quelques jours plus tard par le refus de la section de désigner des députés pour l’assemblée électorale en train de renouveler toutes les administrations du département : c’est aux assemblées primaires et non aux sections de nommer des électeurs165. C’est bel et bien là l’expression du rejet de la « démocratie pure » des sectionnaires marseillais et de l’indice très net d’une adoption des principes de la « centralité législative » si chère aux Jacobins robespierristes166.

L’an II

  • 167 Michel Vovelle, « Carte n° 155 », in Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer (dir), (...)
  • 168 AD BDR, L 1153, Lettre de la municipalité d’Aubagne au district de Marseille, 24 messidor an II-12 (...)

69Les armées de la Convention, dirigée par le général Carteaux, reprennent assez facilement Marseille et sa région dès la fin août 1793167. Il est temps alors de régler ses comptes, même si, proximité de la rebelle Toulon oblige, les questions militaires occupent encore une place déterminante pendant de longs mois. Aubagne sert ainsi de base arrière aux armées républicaines, comme le montre bien un « État des avances de la municipalité » pour les quatre derniers mois de l’année : levée de « cent volontaires », création d’un hôpital militaire, transport des vivres et des hommes, réparation des armes et des souliers, coupes de bois168.

La Terreur : bilan d’une répression

  • 169 Anne-Marie Dufraisse, « La première mission de Fréron à Marseille », mémoire de maîtrise sous la d (...)
  • 170 AD BDR, L 574, État des municipalités des communes du district d’Aix, 3 ventôse an II-21 février 1 (...)
  • 171 AD BDR, 103 E 1D 2, Conseil du 27 août 1793 (Allauch) ; 156 E 1D 1, Conseil du 26 août 1793 (Roque (...)
  • 172 AD BDR, 112 E 1D1/2, Conseil du 18 septembre 1793 et 139 E 1D 2, Conseil du 21 octobre 1793.

70La Terreur, à Marseille comme dans son arrière-pays est avant tout dirigée contre les « sectionnaires » de l’été 1793169. Le personnel politique mis en place par « l’autorité arbitraire des sections contre-révolutionnaires » est destitué. Cette épuration est loin d’avoir toutefois le même impact dans toutes les localités. Les villages (Belcodène, Ceyreste, Gréasque, La Penne, Peypin, Roquefort, Saint-Savournin) conservent ainsi leurs municipalités élues en décembre 1792, lesquelles avaient d’ailleurs déjà passé sans encombre l’épisode fédéraliste170. C’est aussi, bien évidemment, le cas de Cuges. Dans les bourgs et les petites villes, deux possibilités se présentent : soit les équipes municipales (et les membres des tribunaux de justice de paix) élues en décembre 1792 ont été renouvelées par les sections et auquel cas elles font leur grand retour début septembre, amputées parfois de quelques membres trop compromis (ainsi à Allauch, Aubagne, Auriol, La Ciotat et Roquevaire171) ; soit elles ont pris fait et cause pour les Fédéralistes et auquel cas, elles sont purement et simplement remplacées (ainsi à Cassis et Gémenos172).

71Pour tous ceux qui ont exercé des responsabilités au temps des sections, il n’y a pas beaucoup de solutions, la fuite ou la mort, pour faire vite. L’émigration est donc un phénomène qui a touché à peu près toutes les communes de notre zone d’étude, avec de grandes différences d’intensité, les plus touchées étant logiquement les plus engagées dans la rébellion sectionnaire.

Commune

Nombre d’émigrés

Part dans la population totale (en %)

Allauch

55

1,69

Aubagne

112

1,55

Auriol

55

1,5

La Ciotat

76

1,23

Roquevaire

25

0,82

Gémenos

8

0,52

Gréasque

1

0,5

Ceyreste

3

0,45

Saint-Savournin

1

0,27

Cuges

4

0,26

Roquefort

1

0,23

Cassis

5

0,22

La Penne

1

0,15

  • 173 AD BDR, L 603 et L 604 pour les communes du district d’Aix ; L 1047 et L 1053 pour celles du distr (...)

Tableau 18 : Les émigrés qui ont fui l’arrivée du général Carteaux173

72Pour ce qui est de la répression à proprement parler, rappelons que le tribunal criminel révolutionnaire de Marseille a fonctionné une première fois du 26 août 1793 au 17 nivôse an II-6 janvier 1794, qu’il est remplacé alors par les représentants du peuple Barras et Fréron par une commission militaire, dite commission Brutus, qu’il reprend ensuite ses séances sous Maignet du 23 ventôse an II-13 mars 1794 au 5 floréal an II-24 avril 1794 et qu’au-delà, les suspects sont traduits par devant la commission d’Orange (même si bon nombre d’entre eux sont toujours entassés dans les prisons locales).

  • 174 Voir par exemple l’itinéraire du prêtre et sectionnaire aubagnais Maxime Roquemaure. De fin août 1 (...)

73783 citoyens ont été jugés à Marseille. 155 d’entre eux viennent de nos communes de l’arrière-pays marseillais, soit près de 20 % du total. C’est considérable, même si sur cet effectif, « seulement » 55 personnes ont subi « le glaive de la loi ». La répression a donc été importante, ce qui signifie, politiquement, que les organes locaux de la Terreur ont bien travaillé en quelque sorte, ou que, plus précisément, ils n’ont pas fait preuve de modération. Autrement dit, seuls les plus habiles des citoyens en fuite ont donc pu leur échapper174.

Commune

Nombre d’émigrés

Part dans la population totale (en %)

Aubagne

84

22

Cassis

18

8

La Ciotat

16

7

Roquevaire

9

5

Gémenos

9

1

Auriol

6

6

Allauch

6

4

Cuges

4

0

Peypin

1

1

Saint-Savournin

1

1

Ceyreste

1

0

  • 175 AD BDR, L 3122, L 3123 et L 3128.

Tableau 19 : Victimes de la Terreur175

74Les données du tableau 19 ne mettent pas vraiment en évidence la corrélation entre Terreur et insurrection fédéraliste. Le cas de Cassis est à cet égard tout à fait parlant : la commune ne s’est pas signalée en effet pendant l’été 1793 par un zèle sectionnaire particulier et pourtant elle figure quasiment en tête (Aubagne étant hors catégorie en quelque sorte !) du classement. C’est qu’en effet, sur les 55 citoyens condamnés à mort, 13 seulement, soit moins de 25 %, l’ont été en raison de leur opinion contre-révolutionnaire avérée, « royalisme » ou « fanatisme » en l’occurrence. Autrement dit, dans près de ¾ des cas, c’est un acte qui a été sanctionné, détention d’une autorité illégale, participation aux comités de sections, dénonciations de patriotes. En ce sens, la liste des victimes de la Terreur, parce que trop dépendante finalement du hasard qui fait qu’un tel est découvert et arrêté et l’autre non, n’est pas un bon révélateur des options politiques du forcément très hétérogène bloc anti-clubiste. Ainsi, pour en revenir à Cassis, c’est tout simplement parce que près de la moitié de l’équipe municipale en place pendant l’été 1793 a eu le malheur de se faire arrêter que le nombre des condamnations est relativement élevé.

75L’an II ne se limite pas pourtant à la répression et à la nouvelle violence étatique qui s’abat contre tous ceux qui ont osé s’ériger en pouvoir concurrent à la représentation nationale.

La « révolution culturelle »

  • 176 Michel Biard (dir.), Les politiques de la Terreur, 1793-1794, actes du colloque de Rouen en janvie (...)

76Le colloque normand de janvier 2007 sur « les politiques de la Terreur » nous rappelle justement que l’an II est avant tout synonyme d’expérimentations multiples et cela dans tous les domaines176. C’est donc en étant tout à fait conscient des réalités multiformes du projet « montagnard » que nous faisons le choix dans le cadre de cette étude de ne privilégier que les deux axes qui nous paraissent les plus significatifs pour mettre à jour les grandes options politiques d’un espace donné : l’acceptation progressive de la « centralité législative » et l’épisode déchristianisateur.

  • 177 René Baticle, « Le plébiscite sur la Constitution de 1793 », in La Révolution française, 58, 1909, (...)
  • 178 AN, B II 4, PV acceptation Constitution, Saint-Savournin, 1er septembre 1793.
  • 179 Ainsi à Cassis, AD BDR, 139 E 1D 2, Conseil du 27 août 1793 ou à La Ciotat, AC La Ciotat, DA 01-03 (...)
  • 180 AN, F1c III Bouches-du-Rhône, 8, PV acceptation Aubagne, 1er septembre 1793 : 749 oui ; AN B II 4, (...)

77À peine écrasée l’insurrection fédéraliste, mais avec près de deux bons mois de retard sur le reste de la France, le Midi de la République se prononce enfin sur la Constitution du 24 juin 1793177. Dans l’arrière-pays marseillais, les assemblées primaires se forment dans les chefs-lieux de canton, mais il faut alors d’ores et déjà remarquer que les citoyens de plusieurs petits villages ont préféré voter tranquillement chez eux. C’est ce qu’explique par exemple le bureau de l’assemblée de Saint-Savournin : « La dite convocation a eu lieu sur le vœu qu’a manifesté une partie du peuple de cette commune. Tous les habitants de ce lieu, presque tous illettrés, ont besoin que la lecture de la constitution leur soit faite en patois et sans tumulte, pour que tous la conçoivent et qu’ils n’acceptent pas une constitution sans la comprendre »178. L’heure est donc grave, d’autant plus que dans un certain nombre d’endroits, ceux qui se sont compromis durant « le règne infernal des sections » sont toujours là et qu’ils essaient par tous les moyens de se faire oublier ou de montrer tout haut qu’ils se sont trompés, que les Marseillais les ont induits en erreur179. Autrement dit, bon nombre de citoyens, hier encore adhérents au Manifeste des sections contre la Convention, s’empressent de dire oui à la Constitution montagnarde. Toujours est-il que dans tous les cantons où les résultats sont connus, non seulement la mobilisation est très forte, mais l’acceptation est unanime180. Aucun amendement n’est d’ailleurs proposé, seule la section des Pénitents Noirs de La Ciotat décide d’envoyer une adresse au président de la Convention, pour applaudir à ce texte que « nous regardons comme le palladium de notre liberté ».

  • 181 AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Conseil du 1er septembre 1793.
  • 182 AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Conseil du 2 septembre 1793.
  • 183 Jacques Guilhaumou, « Le congrès républicain des sociétés populaires des départements méridionaux (...)
  • 184 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., p. 210-212.
  • 185 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne au président de l’Assemblée générale, 29 (...)

78L’arrière-pays marseillais a donc largement approuvé une Constitution de 1793 qui, étant donné les circonstances, n’a jamais été appliquée. Au même moment, les patriotes persécutés par les sections sont de retour, plus virulents que jamais et bien décidés à reprendre Toulon et à écraser « la caste infernale des soit disants honnêtes gens qui s’y est réfugiée181 ». La municipalité aubagnaise s’empresse ainsi d’organiser « une compagnie de Républicains d’élite pour faire exécuter la loi, en marchant à ses ordres182 ». À Marseille, un nouveau périodique jacobin est lancé le 1er octobre, sous l’impulsion des représentants du peuple Albitte, Charbonnier, Nioche, Escudier et Pomme l’Américain : le Journal républicain de Marseille, dirigé par Sébastien Lacroix et Alexandre Ricord, l’ancien rédacteur du Journal des départements méridionaux. Le 3 octobre, c’est le congrès des sociétés populaires de Marseille qui ouvre ses portes183. L’heure du deuxième « fédéralisme jacobin » a-t-elle alors sonné ? Non, car les nouveaux représentants du peuple, Barras et surtout Fréron, prennent de vitesse Isoard et ses proches184. Du coup, l’ambitieux programme du comité des Douze, inspiré des positions cordelières, ne peut que rester lettre morte. Rappel ô combien symbolique alors que celui que fait la municipalité d’Aubagne de ses deux députés au congrès, son procureur et son secrétaire greffier, dont elle déclare avoir un besoin urgent185.

  • 186 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du Peuple en mission (1793-1795), (...)
  • 187 Archives parlementaires, 1re série, t. LXXX, 74, 4 frimaire an II-24 novembre 1793 (municipalité de (...)
  • 188 Archives parlementaires, 1er série, t. LXXXV, 2 ventôse an II-20 février 1794 (municipalités d’Alla (...)

79Le temps des initiatives militantes est donc révolu et le Journal républicain de Marseille n’est pas la continuation du Journal des départements méridionaux. Le gouvernement révolutionnaire de l’an II se met en place, avec ses agents de liaison et ses rouages locaux, districts, municipalités, société populaires et comités de surveillance186. La prise de parole n’en est pas pour autant réduite, mais force est quand même de constater la montée d’un certain conformisme collectif. C’est du moins ce qui transparaît des quinze adresses envoyées, d’un été à l’autre (1793-1794), par les communes de l’arrière-pays marseillais à la Convention. Pour ce qui est des émetteurs, huit sont le fait des municipalités, six des sociétés populaires et une seule par un comité de surveillance. Quant à leur origine géographique, c’est la petite ville de Roquevaire, jusque-là plutôt réservée dans sa prise de parole, qui arrive en tête avec cinq adresses, suivie par Allauch (quatre), Cassis et La Ciotat (deux), Auriol et Cuges (une). Le contenu ? Dans trois de ces adresses, l’objectif est de faire connaître son engagement au service de la Patrie et de le donner en exemple à toute la République187. Pour onze d’entre elles, il s’agit d’approuver la conduite des représentants du Peuple et surtout de féliciter la Convention, que ce soit pour « l’anéantissement de la conjuration » hébertiste ou pour le culte de l’Être Suprême188.

  • 189 Archives parlementaires, t. XC, 16, 16 floréal an II-5 mai 1794.
  • 190 Michel Vovelle, « Prêtres abdicataires et déchristianisation en Provence », in Actes du 89e congrè (...)
  • 191 Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « La mission Maignet », in Annales historiques de la Révolut (...)
  • 192 AC La Ciotat, DA 01-03, Conseil du 18 frimaire an II-8 décembre 1793.
  • 193 AD BDR, 113 E 89, Conseil du 14 pluviôse an II-2 février 1794.

80Reste une dernière adresse, celle de la société populaire de Roquevaire, rendant compte de la transformation de l’église paroissiale en temple de la Raison et du presbytère en école publique189 et nous permettant d’aborder le thème, bien connu, de la déchristianisation190. Dans les départements du sud-est de la France, le phénomène est tardif et correspond globalement à l’arrivée dans le courant de pluviôse an II du représentant du peuple Maignet191. Il y a bien ici et là dans l’arrière-pays marseillais quelques signes avant-coureurs, comme à La Ciotat, où la municipalité veut créer un théâtre dans la ci-devant chapelle des Pénitents Blancs, pour y donner des spectacles exaltant « le vrai républicanisme192 ». Mais, c’est véritablement à la fin de l’hiver 1794 que les choses se précisent et s’accélèrent. À l’initiative de leur société populaire, les Cugeois changent début février le nom de leurs sept rues qui sont désormais appelées Le Pelletier, Montagne, Brutus, Guillaume Tell, Muscius Scaevola, Sans-Culottes, L’Union193. Quant à leurs deux places publiques, elles deviennent Marat et Liberté.

  • 194 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 29 ventôse an II-19 mars 1794 (Gémenos) ; 150 E 1D 2, Conseil du 4 (...)
  • 195 AC Auriol, 1D1 3, Lettre de Jean-Baptiste-Gabriel Guigou à la municipalité d’Auriol, 17 mai 1795.
  • 196 AC Aubagne, Conseil du 29 germinal an II-18 avril 1794.
  • 197 AC Aubagne, Conseil du 3 germinal an II-23 mars 1794.

81Le mois qui suit, commence le mouvement d’abdication des prêtres. Du personnel paroissial, il n’en reste toutefois plus grand-chose, les réfractaires ayant émigré dès 1792 et bon nombre de jureurs se sont compromis durant l’épisode sectionnaire, étant dès lors, au mieux, en fuite, au pire, en prison ou déjà la tête tranchée. De plus, les églises sont toutes plus ou moins déjà fermées, certaines ayant servi, nous l’avons dit, d’entrepôts au moment du siège de Toulon. Toujours est-il que 17 prêtres de l’arrière-pays marseillais ont renoncé à leur charge, entre le 29 ventôse-19 mars et le 5 floréal-24 avril194. Tous ont remis leurs lettres de prêtrise à leurs municipalités respectives, mais sans accompagner leur geste, déjà très fort, d’un quelconque discours blasphémateur, comme cela a souvent été le cas ailleurs. Notons toutefois qu’un prêtre d’Auriol, Jean-Baptiste-Gabriel Guigou, s’est déclaré dans l’intention de se marier, au moins pour ne plus avoir d’ennuis en cette période de « maudite terreur195 ». C’est qu’en effet, comme le suggère cet exemple ou celui de Pierre-Augustin de Seigneuret, dont la sœur s’empresse de porter la lettre de prêtrise à la municipalité d’Aubagne afin de lui éviter une condamnation à mort (qu’il subira d’ailleurs quelques jours plus tard196), le mouvement déchristianisateur n’est pas vraiment spontané, ce qui n’interdit pas pour autant un certain nombre d’initiatives individuelles, comme ce Louis Rey, citoyen d’Aubagne, qui envoie sa propre adresse au conseil général de la commune, afin de changer son nom, « un nom dont le souvenir excite l’horreur dans le cœur de tout vrai républicain, un nom enfin qui en idiome provençal signifie Roi », en celui de Gracchus, tout un symbole donc197 ! C’est qu’en effet, il semble bien qu’un véritable conformisme révolutionnaire se soit mis en place en ce printemps 1794 : les prêtres ayant abdiqué, il est temps alors en floréal de transformer les églises en temples de la Raison, puis, en prairial, d’en faire des temples de l’Être Suprême, avec des célébrations dont les comptes-rendus officiels laissent pour le moins planer le doute. Ainsi à Aubagne, celui de l’agent national Michel Séchier dans son rapport décadaire :

  • 198 AD BDR, L 1034, Rapport décadaire de Séchier, agent national d’Aubagne, 22 messidor an II-10 juill (...)

La fête civique se célèbre avec le plus grand zèle possible, le républicanisme le plus pur éclate de toute part, la joie la plus vive brille sur tous les visages, chacun court au temple de l’Éternel, dont les voûtes retentissent des cris de “Vive la République”, les décrets s’y lisent avec la plus grande exactitude et des applaudissements réitérés appuient les sages travaux de nos braves Montagnards198.

  • 199 AD BDR, L 1239, Lettre de la municipalité de Cassis à l’agent national du district de Marseille, 2 (...)

82D’ailleurs, l’onde déchristianisatrice n’a pas frappé partout. Certes, tous les villages du district de Marseille ont eu des curés abdicataires, mais dans une petite ville comme Cassis, par exemple, la municipalité répond en octobre 1794 à l’agent national du district qu’il n’est pas nécessaire d’y ouvrir un temple de l’Être Suprême, la société populaire étant « à la fois société et temple de la Raison », ce qui signifie finalement que personne n’a vraiment touché à l’église paroissiale durant tout l’an II199.

  • 200 Marc Bouloiseau, La République jacobine, 10 août 1792-9 thermidor an II, Paris, Seuil, 1972, p. 25 (...)
  • 201 Raymonde Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Di (...)

83Il n’en reste pas moins que par habitude200 ou par conviction201, les habitants, ou tout au moins le personnel politique jacobin des communes de l’arrière-pays marseillais, ont appris à obéir aux ordres émanant de la représentation nationale. C’est peut-être cette adoption de la « centralité législative » si chère aux Robespierristes qui constitue la véritable « révolution culturelle » de l’an II. C’est aussi, dans une certaine mesure, ce qui entraîne sa chute.

Réaction thermidorienne et Terreur blanche

Les réactions à Thermidor

  • 202 Françoise Brunel, Thermidor : la chute de Robespierre, 1794, Bruxelles, Complexe, 1989, 155 p. et (...)
  • 203 Archives parlementaires, 1re série, t. xcvi, 25, 20 fructidor an II-6 septembre 1794 (Adresse de la (...)
  • 204 Archives parlementaires, 1re série, t. XCVII, 67, 23 fructidor an II-9 septembre 1794 (Adresse de l (...)

84Le 9 Thermidor, comme chute d’une nouvelle faction, voilà ce qui ressort des six adresses envoyées par l’arrière-pays marseillais à la Convention. En d’autres termes, l’interprétation à chaud de l’évènement, le jour même de l’exécution des Robespierristes d’ailleurs, donnée par Barère dans sa Proclamation au Peuple français au nom des deux grands comités de la Convention, devient version officielle202. Mais, si les sociétés populaires de Roquevaire et de Cassis, comme la municipalité de La Ciotat, s’en arrêtent là203, tel n’est pas le cas des sociétés d’Aubagne, de Cuges et de Gémenos204. Certes, « la patrie respire et le sang de nouveaux Cromwell, de nouveaux Catilina vient d’arroser l’arbre de la liberté ». Cela ne veut pas dire pour autant que le gouvernement révolutionnaire doit se relâcher et la Montagne se ramollir ! Il faut donc maintenir la Terreur et continuer d’écraser tous les ennemis de la Révolution !

  • 205 Tribune de la société populaire de Marseille, n° 11 du 22 fructidor an II-8 septembre 1794.
  • 206 Archives parlementaires, 1re série, t. XCVIII, 36, 9 vendémiaire an III-30 septembre 1794 (Adresse (...)

85Mais, ce n’est plus vraiment l’objectif de la Convention, laquelle vient d’ailleurs de rappeler Maignet et d’envoyer dans les Bouches-du-Rhône et le Var Auguis et Serres, deux députés de la Plaine. Cette nomination est mal vécue par tous les fidèles de la Montagne, à commencer par les Cugeois qui prennent l’initiative le 15 fructidor-1er septembre de battre le rappel des troupes. Dans une adresse de leur société populaire à celle de Marseille, largement diffusée, puisque reproduite dans le journal La Tribune de la société populaire de Marseille, ils s’en prennent aux « hommes que nous avions mis au rebut », à ces « mandataires infidèles aux Montagnards et à la Convention nationale », « à ces vils crapauds [qu’il convient donc de] renvoyer dans les marais où ils voulaient nous attirer205 ». L’allusion est claire et renouvelée d’ailleurs dans une adresse à la Convention, dans laquelle est demandé « que si les représentants qui sont en mission dans le Midi sont remplacés, ils ne le soient que par de vrais Montagnards206 ».

  • 207 Archives parlementaires, 1re série, t. XCVII, 3 J, 5e jour complémentaire an II-21 septembre 1794, (...)
  • 208 Idem.

86Le réquisitoire des Cugeois donne lieu à des « applaudissements frénétiques » à Marseille et il est aussitôt copié, puisque Auguis et Serres constatent que « la Convention a reçu plusieurs adresses de ce département calquées à peu près sur celle de Cuges207 ». L’affrontement devient d’autant plus inévitable que les deux représentants du peuple commencent à faire arrêter un certain nombre de Jacobins marseillais, en faisant venir des hommes de Toulon. La tension est palpable : « à la société populaire d’Aubagne, on a dit au commandant de ce corps qu’ils allaient à Marseille pour favoriser les aristocrates, opprimer les patriotes et obéir à des gueux qui voulaient la contre-révolution208 ».

  • 209 Guy Martinet, « Les débuts de la réaction thermidorienne à Marseille. L’émeute du 5 vendémiaire an (...)
  • 210 Archives parlementaires, 1re série, t. c, 10 b, 7 brumaire an III-28 octobre 1794 (Adresse de la so (...)

87La crise se dénoue avec « l’émeute » marseillaise du 5 vendémiaire an III-26 septembre 1794209. Les représentants de la Convention thermidorienne ont donc le dernier mot. Leur conduite est même approuvée par les sociétés populaires de La Ciotat et d’Allauch210 :

On crie à la persécution des patriotes, au réveil de l’aristocratie et du modérantisme. Les hommes qui sous nos yeux poussent ce cri de guerre sont des scélérats gorgés de pillage et de crime et qui craignent qu’on ne leur demande compte de leur conduite ; ils invoquent le règne de la Terreur, parce que leurs crimes appellent d’autres crimes, ils voudraient convertir en tombeaux ces affreuses prisons, où ils ont entassé leurs victimes de peur que leur voix menaçante ne les accuse au grand jour. Dans le moment où l’on se disposait à assassiner la représentation nationale à Marseille, des émissaires vinrent à Allauch pour nous faire prendre les armes en criant à la persécution des patriotes. Nous nous insurgeâmes comme ils le désiraient, mais ce fut pour défendre la représentation nationale et les impudents émissaires furent arrêtés ; il ne faut qu’être sensible à son propre intérêt pour convenir que la Convention nationale est le centre de toutes nos espérances et qu’hors d’elle il n’est point de salut.

88Les réactions au 9 Thermidor constituent par conséquent un très bon révélateur des options politiques. Elles confirment l’existence de véritables bastions montagnards, comme Aubagne et Cuges, dont les Jacobins ont vaillamment résisté aux sectionnaires de l’été 1793 comme aux réacteurs de l’été 1794. Elles attestent aussi de l’opportunisme de certaines personnalités politiques locales, comme à Allauch, où les dirigeants Jacobins ont applaudi à l’arrêt de la Terreur, comme ils avaient tenté de s’accommoder des sections.

  • 211 Pour Aubagne et La Ciotat, AD BDR, L 1026, Arrêté des représentants Auguis et Serres, 7 et 9 bruma (...)
  • 212 Pour Allauch, AD BDR, 103 E 1D 2, Arrêté du représentant Chambon, 1er messidor an III-19 juin 1795 (...)

89Ces éléments de géopolitique, les représentants Auguis et Serres les ont d’ailleurs bien compris, eux qui s’empressent, dès la fin octobre 1794, de destituer les équipes municipales d’Aubagne, de Cuges, de La Ciotat211. Cela étant dit, la réaction s’aggravant, à peu près toutes les municipalités jacobines de l’arrière-pays marseillais sont épurées par les différents représentants du peuple qui se succèdent dans le département212. Ainsi, au gré des destitutions successives, ce sont tous « les émigrés du 31 mai » qui se retrouvent dès le printemps 1795 à la tête des autorités locales. Seuls quelques petits villages (Belcodène, Ceyreste, Gréasque, Peypin et Saint-Savournin) sont épargnés par le mouvement, tant et si bien qu’ils se retrouvent toujours dirigés par les mêmes hommes, élus en décembre 1792 et ayant par conséquent traversé sans encombre le Fédéralisme, la Terreur et la Terreur blanche.

« La Saint-Barthélémy des patriotes » (Fréron)

  • 213 Jacques Godechot, La Contre-Révolution (1789-1804), 1961, Paris, PUF, 1984, p. 321.

90Grâce aux lois des 20 nivôse-9 janvier et 22 germinal-11 avril, tous les rescapés de l’an II sont de retour. La Convention leur offre même sur un plateau l’occasion d’assouvir leur soif de revanche, avec les décrets des 5 ventôse-23 février et 21 germinal-10 avril qui ordonnent le désarmement et l’assignation à résidence surveillée des anciens terroristes213.

  • 214 Paul Gaffarel, « Les massacres royalistes dans le département des Bouches-du-Rhône aux premiers mo (...)
  • 215 Stephen Clay, « Le massacre du Fort Saint-Jean, un épisode de la Terreur blanche à Marseille », in (...)
  • 216 AD BDR, L 599, Pétition des citoyens d’Auriol, 25 germinal an III-14 avril 1795 ; L 295, Pétition (...)
  • 217 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an (...)

91Dans les Bouches-du-Rhône214, les violences de la Terreur blanche commencent à Aix, avec l’exécution des Frégier le 7 floréal-26 avril et une première tuerie dans les prisons le 23 floréal-12 mai. Mais, c’est véritablement la tentative d’insurrection jacobine des Toulonnais (et de tous les militants qui s’y étaient mis à l’abri) qui donne le signal du massacre215. Les réacteurs de l’arrière-pays marseillais, aux premières loges en quelque sorte, se mettent à envoyer des pétitions aux représentants du peuple pour leur demander la mise sur pied de compagnies, pour faire face aux menaces des « malveillants réfugiés à Toulon216 ». Toujours est-il que les insurgés toulonnais se mettent en branle le 28 floréal-17 mai. De tout le département, affluent alors les « jeunes gens » vers Aubagne, dernier rempart avant Marseille. En quatre jours, la révolte est écrasée, entre Le Beausset et Cuges, mais il reste encore à arrêter les fuyards, d’autant plus que le représentant Chambon a fait passer un arrêté du 1er prairial-20 mai autorisant toutes les municipalités des Bouches-du-Rhône et du Var à traduire quiconque aurait, depuis Thermidor, manifesté par ses paroles ou par ses actes, le désir de voir le système de la Terreur réapparaître. À Aubagne, la garde nationale qui vient d’être mise sur pied et qui est alors largement assimilable à une compagnie du Soleil, se lance donc à la poursuite des anciens dirigeants de l’an II. Nicolas Debeney, membre du comité de surveillance et François Rey dit Bourrasque, commandant de la garde nationale sous la Terreur, sont arrêtés et sacrifiés, premières victimes des « sabreurs royaux217 ».

  • 218 Louis-Marie Stanislas Fréron, Mémoire historique sur la réaction royale et sur les massacres du Mi (...)
  • 219 AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Adresse de la municipalité d’Aubagne à la Convent (...)

92Lors des massacres du fort Saint-Jean du 17 prairial-5 juin, trouvent encore la mort deux citoyens d’Auriol, anciens membres de la société populaire (Pierre Beuf et Maximin Bonifay) et deux autres d’Aubagne, dont l’un, officier municipal en l’an II (Jean-Baptiste Paumond218). La réaction se déchaîne donc. La municipalité d’Aubagne envoie même une adresse à la Convention pour la féliciter de sa double victoire, contre les insurgés parisiens de prairial et contre ceux de Toulon et pour l’encourager à « continuer d’épurer la représentation nationale219 ».

  • 220 Observateur du Midi, n° 12 du 25 floréal an IV-14 mai 1796.
  • 221 Michel Vovelle, « Massacreurs et massacrés. Aspects sociaux de la Contre-Révolution en Provence, a (...)
  • 222 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an (...)
  • 223 Idem.
  • 224 Idem.

93Si la Terreur blanche s’étend à Gémenos, où deux officiers municipaux destitués après Thermidor (Laurent Lauzier et Arnoux Thobert) sont à leur tour assassinés le 27 prairial220, force est quand même de reconnaître que son site de prédilection est Aubagne. C’est somme toute logique, étant donné l’importance de la répression terroriste qu’a connue la petite ville221. La chasse aux militants de l’an II se poursuit en tout cas tout au long du mois de messidor. Elle peut prendre la forme d’enlèvements de prisonniers que l’on élimine discrètement, ce qui est arrivé le 3 messidor-21 juin à Jean-Joseph Julien (notable en 1794), à ses deux enfants et à son beau-fils Teisseire et le 4 à Jean-Baptiste Domergue, le grand dirigeant révolutionnaire aubagnais222. Comme à Aix, Marseille, Tarascon et bien d’autres lieux, la « bande d’Aubagne » a aussi recours au massacre dans les prisons, ainsi le 14 messidor-2 juillet, avec six autres victimes (deux citoyens du Castellet et quatre d’Aubagne, François Deluy, Joseph Olivier, Joseph Bayle, chirurgien de l’armée d’Italie et Louis Poutet, ancien membre du comité de surveillance223). Enfin, un détachement de la garde nationale d’Aubagne est même allé jusqu’à Nice pour y arrêter Nicolas Gury, secrétaire greffier de la commune en 1792-1794, Jean-François Etienne, Fédéré du 10 Août, et deux anciens animateurs de la société populaire, Louis Bonifay et Victor Amiel. Traduits à Aubagne, ils y sont assassinés le 9 thermidor-27 juillet224.

94L’arrière-pays marseillais a donc payé un lourd tribut à la soif de vengeance des rescapés de l’an II. À la tête des municipalités et des tribunaux de justice de paix, ils contrôlent fermement les autorités locales. Et pourtant, malgré la loi du 5 fructidor-22 août qui propose le nouveau texte constitutionnel à la ratification des Français, la Révolution n’est pas encore terminée.

Du Directoire au Consulat

  • 225 Sur les résultats du scrutin, A. Lajusan, « Le plébiscite de l’an III », in La Révolution français (...)

95Comme deux ans auparavant, le peuple souverain est invité, début septembre 1795, à se prononcer sur un nouvel acte constitutionnel, mais aussi sur les fameux décrets des 5 et 13 fructidor an III-22 et 30 août 1795, plus communément appelés décrets des deux tiers, qui traduisent en un certain sens la prise de conscience des conventionnels face au péril royaliste225.

  • 226 AN, B II 38, PV acceptation Constitution du canton d’Allauch, 20 fructidor an III-6 septembre 1795 (...)

96Dans les communes de l’arrière-pays marseillais, l’acceptation de la Constitution est, comme celle de 1793 d’ailleurs, unanime226. Seuls six citoyens de Cassis ont voté contre, essentiellement par rejet des décrets des deux tiers : « trois ont relancé la liberté absolue dans les choix et dans les suffrages ou point de constitution et les autres trois ont voté purement et simplement pour le rejet ». Il faut rappeler alors qu’il n’y a eu que douze votes non à l’acte constitutionnel dans tout le département des Bouches-du-Rhône pour bien prendre la mesure de ce que traduit politiquement le choix de ces six Cassidens. Il existe donc bel et bien dans cette petite ville un véritable courant « royaliste », lequel n’hésite pas à s’affirmer en pleine assemblée primaire. Même dans les plus sanglants bastions de la Terreur blanche, comme Aubagne ou Gémenos, il n’y a eu aucune opposition ouverte à une Constitution qui, pour « bourgeoise » qu’elle soit, n’en met pas moins en route une République. Précisons quand même que dans ces deux localités, les procès-verbaux ne font aucune mention de la lecture des décrets des deux tiers. Il convient enfin de dire qu’à l’exception d’Aubagne (et encore, le nombre total des votants de la section 2 est très largement surestimé), la mobilisation électorale a été nettement inférieure à celle enregistrée pour la Constitution montagnarde.

Le premier Directoire : un coup Fréron, un autre Willot

  • 227 Michel Biard, Missionnaires de la République… op. cit., p. 228.

97Juste avant de se séparer (ou de se perpétuer au pouvoir pour certains), les conventionnels se retrouvent confrontés à l’émeute « royaliste » du 13 vendémiaire an IV-5 octobre 1795. Il y a donc péril en la demeure : si les canons de Bonaparte sont venus à bout des Parisiens, la province donne des signes inquiétants. À nouveau, des représentants en mission sont envoyés dans les départements, avec l’autorisation expresse de destituer sans délai les membres des autorités constituées convaincues de complicité avec les compagnies de Jésus et du Soleil227. Pour les Bouches-du-Rhône et autres départements méridionaux, c’est Louis-Marie Stanislas Fréron qui est choisi.

  • 228 Stephen Clay, « La guerre des plumes : la presse provinciale et la politique de faction sous le pr (...)

98Fréron fait donc son grand retour en Provence, moins de deux ans après sa première mission. Or, ce Thermidorien convaincu, longtemps véritable chef des bandes de Muscadins qui donnaient le coup de poing contre les militants sans-culottes, va non seulement remettre en selle les anciens Jacobins, mais leur proposer toute une interprétation des évènements du printemps 1795. Il y a eu « réaction royale », la Terreur blanche a succédé à la Terreur rouge en quelque sorte. Ce faisant, Fréron enlève toute part de responsabilité dans les massacres à la Convention thermidorienne, en rejetant toute la faute sur certains représentants du peuple, mais surtout sur les émigrés et les réfractaires de retour, bref sur tous les « suppôts », réels ou supposés d’ailleurs, du « Royalisme ». Mais, ce qui est important, au-delà de la fortune historiographique du discours de Fréron, c’est que son message a été aussitôt relayé dans l’opinion « républicaine » (pour ne pas dire jacobine) des départements du Midi. Bien avant la publication à l’été 1796 du Mémoire historique sur la réaction royale et sur les massacres du Midi, rédigé pour se justifier des attaques menées contre lui par les députés Isnard et Jourdan des Bouches-du-Rhône, Fréron a été à l’origine de la création d’un nouveau périodique « républicain », L’Observateur du Midi, lequel contribue à populariser le thème d’une « Saint-Barthélémy des patriotes », partie méridionale d’un vaste complot contre la République, faisant la liaison entre le 13 Vendémiaire et la désorganisation des bases arrières de l’armée d’Italie. Ainsi, entre les « Républicains » nouvelle mouture, réunifiés en quelque sorte autour du journal de Peyre-Ferry et les « honnêtes gens » que défend le Journal de Marseille de Ferréol Beaugeard, la guerre est déclarée ; elle ne sera pas que de plume228.

  • 229 AD BDR, 103 E 1D 2, Arrêté du représentant Fréron, 22 nivôse an IV-12 janvier 1796.

99Dans les communes de l’arrière-pays marseillais, la bataille est rude. Fréron se charge lui-même de destituer Jean-Michel Étienne, dit La Salle, élu juge de paix d’Allauch le 15 brumaire an IV-6 novembre 1795, pour non radiation définitive de la liste des émigrés229. C’est là d’ailleurs un des rares exemples de juge de paix démis de ses fonctions par le représentant spécial du gouvernement. L’exception confirme la règle et durant tout le premier Directoire, l’institution judiciaire locale, dont les compétences en matière de maintien de l’ordre public viennent d’être renforcées par le Code des délits et des peines du 3 brumaire an IV-25 octobre 1795, reste sous le contrôle des « Royalistes », ce qui fait que de nombreux assassinats et autres violences n’ont jamais été constatés.

  • 230 Pour Roquevaire, AD BDR, 156 E 1D 1, Arrêté du département, 1er pluviôse an IV-21 janvier 1796. Po (...)

100Cela étant dit, les « Républicains » qui ont échappé au massacre et qui ont été amnistiés par la loi du 4 brumaire an IV-26 octobre 1795, s’organisent et mettent au point une stratégie de reconquête du pouvoir municipal qui s’avère payante. Il s’agit de dénoncer la mainmise des compagnons de Jésus et du Soleil sur les assemblées primaires qui viennent de se tenir et de faire en sorte que les nouveaux élus entrent dans les cas prévus par les lois des 29 vendémiaire-19 octobre, prévoyant la destitution de tout agent municipal n’ayant pas dénoncé et poursuivi les assassins de l’an III, et du 3 brumaire an IV-25 octobre 1795, interdisant toute fonction publique aux émigrés non rayés et à leurs parents. Toujours est-il que c’est grâce à leurs pétitions que les « municipalités » des principales localités de notre zone d’étude sont renouvelées et confiées, par l’administration départementale elle-même nommée par Fréron, à des « Républicains » confirmés, autrement dit à d’anciens terroristes230.

  • 231 La très républicaine administration municipale du canton d’Aubagne est d’ailleurs abonnée à L’Obse (...)
  • 232 AN, F7-7120, dossier 9019, Lettre du commissaire du Directoire exécutif près le département des Bo (...)
  • 233 AD BDR, L 3078, Interrogatoire d’Henri Caillol par le juge du tribunal civil du département, 25 ge (...)
  • 234 AN, F7-7120, dossier 9019, PV de Charles Lacombe-Villard, commissaire du Directoire exécutif près (...)
  • 235 Observateur du Midi, n° 9 du 10 floréal an IV-29 avril 1796.
  • 236 Observateur du Midi, n° 12 du 25 floréal an IV-14 mai 1796.

101La roue tourne une fois de plus. Les émigrés et les réfractaires s’enfuient à nouveau, de même que bon nombre de « jeunes gens », déserteurs ou réquisitionnaires. Des bandes se reconstituent donc dans les collines. Elles ne vont pas y rester inactives. Mais, et c’est là une différence fondamentale par rapport aux massacres du printemps dernier, les « Républicains » ont désormais un organe de liaison, L’Observateur du Midi, grâce auquel ils peuvent faire connaître leur situation. C’est aussi une nouveauté d’ailleurs pour la presse jacobine méridionale que ces correspondants locaux du journal, au demeurant administrateurs municipaux dans la plupart des cas231. Leurs interventions répétées montrent en tout cas que les « Chouans » sont en train de mettre sur pied une « nouvelle Vendée » à l’est de Marseille. Il est vrai que les bandes « royalistes » n’hésitent pas à affronter la troupe, pas plus qu’à se permettre des incursions dans un certain nombre de localités. Il s’agit alors pour les « jeunes gens » de faire pression sur les administrateurs municipaux provisoires nommés par le département pour les contraindre à la démission et obtenir ainsi l’arrêt des visites domiciliaires chez leurs parents. À Auriol, le 10 germinal an IV-30 mars 1796, les municipaux, menacés de mort, s’exécutent232. Il est prévu alors de faire une grande démonstration de force à Aubagne. Le rassemblement se prépare au café de Trémelat à Roquevaire : les « sabreurs » d’Auriol et d’Aubagne y entrent en tout cas avec « des rubans et des panaches blancs au chapeau », en chantant Le Réveil du Peuple233. C’est donc près de « 5 à 600 de ces lâches déserteurs » qui investissent Aubagne le 12 germinal-2 avril. Ils y sont repoussés in extremis grâce à l’intervention opportune du général Serviez, commandant de la place de Marseille234. Les provocations « royalistes » se multiplient : à Cuges, les « Chouans » réussissent à empêcher l’arrestation de « leur saint pasteur », le curé Beaumond235 ; à Gémenos, « les égorgeurs, les déserteurs, les réquisitionnaires de tous les environs » ont placardé des « signes de mort à la porte de l’agent municipal et de trois autres Républicains : c’était un drap mortuaire portant une croix au milieu, aux quatre coins on voyait : 1e la cocarde blanche, 2ede profundis clamavi, 3e vive le Roi Louis XVIII, 4e merde pour la République et mort aux patriotes236 ».

  • 237 Jean-René Suratteau, « Les babouvistes, le péril rouge et le Directoire (1796-1798) », in Babeuf e (...)
  • 238 AD BDR, L 264, Arrêté du 4 prairial an IV-23 mai 1796.
  • 239 Colin Lucas, « Le jeu du pouvoir local sous le Directoire », in Raymond Huard (dir.), Les pratique (...)
  • 240 Observateur du Midi, n° 22 du 16 messidor an IV-4 juillet 1796 et n° 23 du 20 messidor an IV-8 juil (...)
  • 241 Paul Gaffarel, « Le gouvernement du général Willot à Marseille (1796-1797) », in La Révolution fra (...)

102Mais, avec la découverte du complot des Égaux, le Directoire change de politique et donne un coup de barre à droite237. Dans les départements méridionaux que Fréron a quittés le 1er germinal an IV-21 mars 1796, il est bon alors de contrebalancer en certains endroits l’influence des « terroristes » réhabilités, d’où des nominations de commissaires du Directoire exécutif près les administrations municipales de canton qui sont mal vécues, comme à Aubagne et à La Ciotat, où deux émigrés plus ou moins radiés sont choisis : Jean-François-Georges Cartier et Joseph-Magloire Olivier238. Ces nominations ont pour conséquence de paralyser l’action des municipalités « républicaines239 », mais surtout de réveiller les bandes de Chouans, jusque là plus ou moins tenues en respect. Les anciens Jacobins ont beau protester, dans les colonnes de L’Observateur du Midi, contre ces « coryphées des Royalistes240 », leurs adversaires ont de bien plus puissants protecteurs, en la personne de l’Aubagnais André-Joseph Jourdan, député aux Cinq Cents, qui multiplie les attaques contre Fréron et ses protégés. De plus, le 7 thermidor an IV-25 juillet 1796, le général Willot fait son apparition à la tête de la 8e division militaire de Marseille241.

  • 242 Observateur du Midi, n° 33 du 10 fructidor an IV-27 août 1796.
  • 243 Observateur du Midi, n° 12 du 26 brumaire an V-16 novembre 1796.
  • 244 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Arrêté du département, 12 brumaire an V-2 novembr (...)
  • 245 AC Aubagne, Justice 143, Justice et répression, Jugement rendu par le tribunal criminel du Gard, 1 (...)
  • 246 Observateur du Midi, n° 17 du 20 frimaire an V-10 décembre 1796.
  • 247 Observateur du Midi, n° 24 du 26 nivôse an V-15 janvier 1797 (Auriol) et n° 32 du 6 ventôse an V-24 (...)
  • 248 Pierre Serna, « Comment être démocrate et constitutionnel en 1797 ? », in Annales historiques de l (...)

103Les « honnêtes gens » reprennent donc le dessus. Les « sabreurs royaux » se déchaînent pour la deuxième fois. Deux Républicains d’Auriol, Jean Pascal, frère du président de l’administration municipale et son neveu Jean-Baptiste Rigaud sont ainsi sauvagement assassinés et mutilés le 26 thermidor an iv-13 août 1796242. À Aubagne, c’est Étienne Astier qui subit la rage des « égorgeurs » le 15 brumaire an V-5 novembre 1795243. Les Jacobins qui tenaient l’administration municipale provisoire du canton d’Aubagne sont même démis de leurs fonctions, par un arrêté du département du 12 brumaire an V-2 novembre 1796244. Assurés de l’impunité, d’autant plus que le tribunal criminel du Gard a blanchi l’Aubagnais Joseph Guilhermy de sa participation au massacre du Fort Saint-Jean245, les « Royalistes » semblent devoir triompher. Il ne leur reste plus alors qu’à l’emporter aux élections générales du 1er germinal et en attendant, à briser les dernières poches de résistance. À Gémenos, l’agent municipal est molesté par les compagnons du Soleil, pour « lui ôter l’envie d’écrire encore à L’Observateur du Midi246 ». À Auriol et à Cuges, c’est par l’intermédiaire du Journal de Marseille que les municipaux en place sont attaqués, ceux de Cuges étant même accusés de « jacobinisme » dans une lettre du capitaine Mathieu que Ferréol Beaugeard s’est empressé de publier247. La réponse de François Obscur, adjoint municipal de Cuges, est à cet égard très instructive d’une redéfinition des objectifs du mouvement démocrate248 :

M. Mathieu, capitaine adjoint à l’état-major, de qui vous tenez sans doute ces renseignements, qui vous a assuré que nous étions jacobins et qui fonde son assertion sur ce qu’il dit avoir vu le buste de Marat dans la salle de nos séances, est un imposteur et un fourbe. […] Nous sommes jacobins aux yeux de M. Mathieu, parce que nous sommes stricts observateurs des lois et les sincères amis du gouvernement. Nous sommes jacobins, selon M. Mathieu, parce que nous lui avons refusé ce que la loi ne lui accorde pas. Nous sommes jacobins enfin selon M. Mathieu, parce que nous sommes républicains. Il est facile de voir par ce que je viens de dire, combien est fausse votre note contre nous et l’on voit aisément qu’il n’y a pas plus de vérité que de républicanisme chez M. Mathieu.

  • 249 Vue d’ensemble dans Jean-René Suratteau, « Les élections de l’an v aux Conseils du Directoire », i (...)
  • 250 AD BDR, L 266, PV assemblée primaire du 1er germinal an V-21 mars 1797.
  • 251 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an (...)
  • 252 AC Auriol, 1D1 3, PV dressé par Antoine Bernard, agent municipal et Joseph-Félix-Séverin Étienne, (...)
  • 253 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 30 prairial an V-18 juin 1797.
  • 254 AD BDR, 135 E FF 3, Pétition pour la réouverture de l’église des Cordeliers, 12 floréal an V-1er m (...)

104Toujours est-il que les « Royalistes » gagnent largement les élections générales du 1er germinal an V-21 mars 1797249, avec un petit bémol toutefois à Allauch, où les Républicains réussissent à faire élire deux des leurs comme administrateurs municipaux250. Il n’en demeure pas moins que les Républicains sont à nouveau persécutés, comme à Aubagne où Mathieu Daignan trouve la mort le 1er germinal251 ou comme à Auriol où Lazare Bissarel (ancien membre du comité de surveillance) est assassiné le 9 floréal an V-28 avril 1797252. À Aubagne, les « honnêtes gens » célèbrent même la nomination au Directoire de l’enfant du pays, François Barthélémy253, et font des pétitions pour demander la réouverture des lieux de culte254.

  • 255 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 17 prairial an V-5 juin 1797.
  • 256 AD BDR, L 288, Pétition des citoyens d’Allauch au département, 1er messidor an V-19 juin 1797.
  • 257 AD BDR, L 293, Pétition des « habitants probes de la commune de Cuges » à l’administration municip (...)

105L’opposition républicaine est-elle pour autant muselée ? L’Observateur du Midi n’a pas résisté au triomphe électoral de ses adversaires. Il faut donc avoir recours à la presse parisienne pour témoigner et protester. La municipalité d’Aubagne est ainsi accusée par le Journal des hommes libres et L’Ami des lois d’avoir fait pendre un mannequin représentant Bonaparte, d’où sa plainte pour propos calomnieux255. Mais, la résistance est avant tout le fait des Républicains eux-mêmes. Contraints de quitter des communes où ils ne sont plus en sécurité, ces « fugitifs » se rassemblent dans les localités qui sont plus ou moins favorables à leur parti. C’est le cas d’Allauch, où les « anarchistes » reçoivent la protection de Bernard Bernard, ancien commissaire de la rue Thubaneau en 1792 et devenu commissaire du Directoire exécutif près de l’administration municipale256. C’est le cas aussi, le contraire eut été étonnant finalement, de Cuges, où, qui plus est, « tous les Montagnards du pays se rassemblent à la Chambrette dite de Palme257 ».

  • 258 AN, BB 18, 189, Lettre d’Ailhaud, président du tribunal criminel et spécial du département des Bou (...)
  • 259 AD BDR, L 137, Lettre de Garnier et Cauvin, commissaires délégués par l’administration centrale du (...)
  • 260 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an (...)

106C’est d’ailleurs pour déjouer les menaces que font peser ces « malveillants » que les « sabreurs royaux » reprennent une nouvelle fois du service. À Roquevaire, le 9 thermidor an V-27 juillet 1797, le Républicain Jacques Arnaud est assassiné, « par suite de propos par lui tenus dans un moment où l’on brûlait une effigie de Robespierre258 ». Peu de temps après, les « jeunes gens » d’Auriol, de Roquevaire et d’Aubagne participent à une expédition contre Saint-Maximin, lieu de rassemblement des « anarchistes259 ». C’est d’ailleurs sur le chemin du retour que le Républicain aubagnais Joseph Barthélémy est à son tour égorgé260.

  • 261 AD BDR, L 3559, Déposition de Jean Bernard par devant le juge de paix d’Aubagne, 27 germinal an VI (...)
  • 262 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an (...)
  • 263 Idem.
  • 264 BM Avignon, Ms 1675, Lettre de Bonifay, agent municipal de Cuges au département, 12 brumaire an VI (...)

107La nouvelle du coup d’État du 18 fructidor an V-5 septembre 1797 ne fait que décupler la rage de la « bande d’Aubagne ». En un peu moins de dix jours, du 24 fructidor-10 septembre au 3e jour complémentaire-19 septembre, trois nouveaux assassinats sont encore à déplorer, contre un militaire, François Bernard261, et contre deux Républicains, Jean-Baptiste Sicard et Jean-Baptiste Achard262. C’est aussi le moment où les « sabreurs royaux » commencent à véritablement se transformer en brigands purs et simples, en attaquant une diligence sur la route de Cuges, puis en rançonnant, début vendémiaire, plusieurs habitants de Roquefort et de Cassis263. Ils n’hésitent pas d’ailleurs à commettre les pires atrocités, comme ce nouveau massacre perpétré le 12 brumaire an VI-2 novembre 1797 à l’auberge du Lion d’Or sur l’épouse, les trois enfants et le valet de Jean Chaix (officier municipal de Cuges en l’an II264).

  • 265 Antoine Bernard, « Le 18 fructidor à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône », in La Révolution fr (...)

108Cela étant dit, le 18 Fructidor marque aussi en Provence une vigoureuse reprise en main « républicaine265 ».

Éphémère stabilisation républicaine

  • 266 Pour le canton d’Allauch, AD BDR, 103 E 1D 3, Arrêté du département, 9 brumaire an VI-30 octobre 1 (...)
  • 267 AD BDR, L 353, 59e liste des émigrés.
  • 268 Anti-Royaliste, n° 22 du 23 pluviôse an VI-11 février 1798 ; n° 29 du 16 ventôse an VI-6 mars 1798  (...)

109Grâce à la loi du 19 fructidor an V-6 septembre 1797, les Républicains de l’arrière-pays marseillais s’installent à nouveau à la tête des administrations municipales266. Ils vont pouvoir enfin régler leur compte, d’autant plus que l’armée est de leur côté. À Aubagne, par exemple, les « Royalistes » s’empressent de quitter la ville, dès l’annonce de l’arrivée des troupes du général Lannes le 19 vendémiaire an VI-10 octobre 1797 : ainsi, à tous les émigrés non radiés qui retournent se cacher, il faut ajouter cinquante « citoyens » de plus, portés sur une nouvelle liste des émigrés, la 59e, dite encore « liste des Absents267 ». Une commission militaire, dirigée par le général Pille, est mise en place et au moins six personnes originaires de nos communes (une d’Auriol et cinq d’Aubagne) y reçoivent la peine capitale268.

  • 269 AD BDR, L 3049, Lettre de l’administration municipale d’Aubagne au juge de paix Beuf, 2 prairial a (...)
  • 270 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an (...)

110Par ailleurs, dès son élection comme juge de paix lors des élections générales du 1er germinal an VI-21 mars 1798, Barthélémy-Charles Beuf prend l’initiative, avec ses amis de la mairie, de lancer une grande procédure contre les auteurs de tous les crimes contre-révolutionnaires commis depuis l’an III269. Après un an et demi d’interrogatoires et de patiente reconstitution des faits, l’acte d’accusation est prononcé le 12 brumaire an VIII-2 novembre 1799 par Pierre-Antoine Vernet, juge au tribunal civil du département et directeur du jury d’accusation de l’arrondissement de Marseille270. 59 prévenus, dont 50 contumaces, se voient reprochés d’avoir participé

dans les années III, IV, V et VI, à divers assassinats, vols, pillages et dévastations, actes arbitraires et attentats contre les autorités constituées, dans les communes d’Aubagne, Roquefort, Cassis, leurs environs et leur terroir, et dans l’objet d’opérer le renversement de la République, en attaquant son gouvernement, tant en la personne des magistrats qu’en ravissant les fonds destinés au service public et en attentant à la vie des Républicains.

  • 271 AN, BB 18, 189, Jugement du tribunal spécial sur la procédure d’Aubagne, 14 fructidor an IX-1er se (...)

111Un an après, jugement est rendu, par le tribunal spécial du département des Bouches-du-Rhône : 49 citoyens sont acquittés, 6 sont condamnés à mort, 4 à des peines de fer et 2 à une année de prison271.

  • 272 AN, BB 18, 189, Jugement du tribunal spécial sur l’assassinat de Jacques Arnaud en l’an V, 11 mess (...)

112Le tribunal spécial des Bouches-du-Rhône a aussi été saisi pour s’occuper du cas de Jacques Arnaud, citoyen de Roquevaire, assassiné le 9 thermidor an V-27 juillet 1797. Le jugement est prononcé le 11 messidor an IX-30 juin 1801 : sur les 13 prévenus, dont 8 contumaces, 2 sont acquittés, 6 doivent payer une amende ou purger une peine de prison (3 contumaces) et 5 sont condamnés à mort (tous contumaces272).

  • 273 Paul Gaffarel, « Les chauffeurs provençaux en 1798 et 1799 », in Annales de la Société d’études pr (...)
  • 274 AC Auriol, 1D1 3, PV du 1er fructidor an VI-18 août 1798 (attroupement à Auriol) ; 1D1 4, PV du 26 (...)
  • 275 AD BDR, L 3559, PV assassinat du soldat Louis Corand près d’Aubagne, 12 germinal an VII-1er avril (...)
  • 276 AC Auriol, 1D1 4, PV mort d’un grenadier tué dans l’affrontement avec les brigands, 21 pluviôse an (...)
  • 277 Maurice Agulhon, La vie sociale… op. cit., p. 379.
  • 278 Michel Vovelle, « Les troubles sociaux en Provence de 1750 à 1792 », in De la cave au grenier… op. (...)
  • 279 Yves-Marie Bercé, « Nostalgie et mutilation : psychoses de la conscription » et Alan Forrest, « Le (...)

113Le 18 Fructidor a donc eu raison de l’opposition ouverte des « Royalistes ». C’est donc sous la forme du brigandage que s’expriment désormais les résistances à la République273. Les attaques des bandes de malveillants se prolongent d’ailleurs fort tard dans le Consulat, jusqu’à l’automne 1802. Elles troublent en tout cas régulièrement l’ordre public, qu’elles prennent la forme d’expéditions armées274, d’assassinats de Républicains, de gendarmes, de soldats275, mais surtout d’affrontements avec les « colonnes d’éclaireurs » venus les arrêter276. Des vols divers et variés sont attestés un peu partout, mais force est quand même de constater que les bois de la Sambuque près d’Auriol apparaissent comme le siège de l’une des trois bandes principales qui font des ravages dans la région entre Marseille et Toulon277. Certes, ces « zones de hauteurs désertes et boisées » sont des foyers traditionnels de brigandage278. Il ne faut pas pour autant négliger l’aspect politique du mouvement et en particulier le refus massif de la loi Jourdan sur la conscription279. Les jeunes gens d’Auriol ne veulent donc pas servir une République qui ne représente rien à leurs yeux. Au-delà des convictions « royalistes » réelles ou supposées des uns et des autres, c’est bel et bien là une réelle option politique.

  • 280 Marianne Boussuge, « Étude des forces républicaines dans les Bouches-du-Rhône de Thermidor à Bruma (...)
  • 281 Antoine Bernard, « Le 18 fructidor à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône », op. cit., p. 201.

114Quant aux « Républicains » au pouvoir après le 18 Fructidor, ils tentent de reconquérir une opinion de plus en plus lasse280. Rappelons que le 10 brumaire an VI-31 octobre 1797 un nouveau périodique est lancé à Marseille, L’Anti-Royaliste, dirigé par Joseph Reybaud et Raphel fils d’Avignon et qu’un cercle constitutionnel regroupant près de 12 000 membres est formé à peu près au même moment281.

  • 282 Anti-Royaliste, n° 12 du 6 nivôse an VI-26 décembre 1797, sur la fête célébrée à Aubagne « en mémoi (...)
  • 283 Anti-Royaliste, n° 27 du 9 ventôse an VI-27 février 1798, sur un don patriotique fait à La Ciotat « (...)
  • 284 AD BDR, L 295, Pétition des Républicains de La Ciotat à l’administration municipale, 19 vendémiair (...)

115Les Républicains des communes de l’arrière-pays marseillais participent à leur mesure à ce mouvement, en envoyant régulièrement des correspondances locales au journal, renouant ainsi avec ce qui était pratiqué du temps de L’Observateur du Midi. Ainsi, par l’intermédiaire du journal, les « amis sincères des lois et du gouvernement » de Gémenos, de Roquevaire, de La Ciotat et surtout d’Aubagne font partager au public les aléas de leur vie politique, dénonçant les méfaits des brigands et les quelques citoyens trop modérés à leur goût, mais rendant compte aussi de cérémonies qui se passent bien282 ou d’un élan patriotique retrouvé283. Ces Républicains tentent aussi de s’organiser comme au bon vieux temps des clubs. Bernardin Ramel, neveu du premier consul aubagnais de 1789, mais ayant, à la différence de son oncle, épousé les idées révolutionnaires avec même pas mal d’ardeur, en tant que membre du comité de surveillance de La Ciotat en l’an II, puis en tant que médecin à l’armée d’Italie, profite de l’intervention du général Lannes dans la petite ville portuaire pour faire signer à onze de ses compagnons de lutte une pétition demandant à la municipalité de leur fournir « un local convenable et tous les meubles qui avaient servi à la ci-devant société populaire criminellement dévastée par les Royalistes dont quelques uns siègent parmi vous284 ».

  • 285 Jean Boutier et Philippe Boutry (dir.), « Les sociétés politiques », op. cit., p. 104. Il y est au (...)
  • 286 AD BDR, L 279, PV assemblée électorale, an vi.
  • 287 Jean-René Suratteau, Les élections de l’an vi et le « coup d’État du 22 floréal an vi » (11 mai 17 (...)
  • 288 Jérôme Augier, « Les élections dans les bourgs et villages des Bouches-du-Rhône sous le Directoire (...)
  • 289 AD BDR, L 279, Lettre des soussignés électeurs des cantons de Berre, Marignane, Cuges et Roquevair (...)
  • 290 AC La Ciotat, DA 01-04, Lettre de Bernardin Ramel à l’administration municipale de La Ciotat, 22 g (...)

116En fait, ce n’est pas une société populaire qui va être créée à La Ciotat, mais un cercle constitutionnel285. La distinction est importante. Il suffit pour s’en apercevoir d’étudier l’assemblée électorale du département des Bouches-du-Rhône qui s’ouvre à Aix le 20 germinal an VI-9 avril 1798 dans l’ancien Collège de la ville286. Comme dans de nombreux autres départements287, une partie des électeurs, avec en sous-main l’incitation de Polycarpe Constant, commissaire du Directoire près l’administration départementale, quitte une assemblée mère dominée par d’anciens Jacobins, pour former deux jours plus tard une assemblée scissionnaire à la Maison commune, sous protection de la force armée qui plus est288. Cette scission de l’an vi permet donc de faire le point sur le « républicanisme » des communes de l’arrière-pays marseillais. Tous les électeurs des cantons d’Allauch, d’Aubagne et d’Auriol, ainsi que ceux de Gémenos, canton de Roquevaire et de La Penne, canton de Cassis, sont restés dans l’assemblée mère, donc mouvance jacobine prononcée. Les trois électeurs du canton de Roquevaire (un de Cuges et deux de Roquevaire) ont participé à l’assemblée scissionnaire, avant de la dénoncer et de réintégrer l’assemblée mère289. Restent cinq des six électeurs du canton de La Ciotat et deux de celui de Cassis (un de Ceyreste et un de Roquefort) qui ont fait le choix de suivre les Républicains modérés, tendance gouvernementale. Quant à Bernardin Ramel, dernier électeur de La Ciotat, il se déclare « étranger à tous les partis, ennemi de toutes les factions » et renonce à ses fonctions290. La scission de l’an vi n’est donc que la traduction politique de l’éclatement du bloc républicain, tel qu’il avait pu se souder de part et d’autre du 18 Fructidor pour faire face au péril royaliste. Il est d’ailleurs tout à fait symbolique que L’Anti-Royaliste, symbole d’une certaine manière de ce front uni, cesse de paraître après le 2 floréal an VI-21 avril 1798. Ce que la scission de l’an vi permet aussi de bien mettre en évidence, c’est l’existence, au moins à La Ciotat, d’une troisième voie, entre néo-jacobinisme et « royalisme ».

  • 291 Vue d’ensemble dans Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ? La démocratie représentative, u (...)
  • 292 AD BDR, L 279, PV formation assemblée électorale aux Carmélites d’Aix, 25 germinal an VII-14 avril (...)

117Pourtant, aux élections de l’an VII, la poussée des Républicains démocrates dans tout le pays est encore plus sensible291. Là encore, de nombreuses scissions viennent déchirer les assemblées électorales. Dans les Bouches-du-Rhône, comme un an auparavant, l’assemblée mère reste aux mains des Jacobins, alors qu’une assemblée scissionnaire est machinée par les commissaires du Directoire. Mais, cette fois-ci, les prises de position des électeurs de l’arrière-pays marseillais sont beaucoup plus tranchées. Seuls quatre des six électeurs de La Ciotat rejoignent la scission du 25 germinal-14 avril aux Carmélites d’Aix, confirmant ainsi la tendance républicaine modérée d’une partie des citoyens de cette petite ville292. Tous les autres électeurs, quelque soit le canton qui les a députés, font le choix de l’assemblée mère, soit celui d’un clair engagement dans le camp démocrate.

  • 293 AN, AF III, 217, 1, Adresse de l’administration municipale d’Aubagne au Directoire, 21 prairial an (...)
  • 294 Jean Boutier et Philippe Boutry (dir.), « Les sociétés politiques », op. cit., p. 104.
  • 295 AN, C 584, 161, Adresse des Républicains de Cuges au Corps législatif, an VII.

118C’est aussi que peu à peu, de l’indignation provoquée par l’attentat de Rastadt à la revendication de déclaration de la Patrie en danger, émerge au printemps 1799 un nouveau, mais modeste, espace public démocratique, dans lequel s’empressent de s’engouffrer les militants les plus combatifs. Ce n’est donc pas un hasard alors de retrouver, pour l’arrière-pays marseillais, Aubagne et Cuges. Les administrateurs municipaux du canton d’Aubagne envoient ainsi des adresses au Directoire et aux Anciens pour l’assassinat des plénipotentiaires de Rastadt, puis se permettent des revendications plus politiques, exhortant les Cinq Cents à limiter les dépenses publiques et à mieux ravitailler les troupes293. Quant aux Cugeois, ils ont même recréé une société politique294, laquelle félicite bien évidemment le Corps législatif des journées de Prairial295.

  • 296 AN, C 596, 269, Adresse de l’administration municipale de La Ciotat aux Anciens, an VIII.
  • 297 AN, F1c III Bouches-du-Rhône, 8, Adresse de la municipalité de Roquevaire, 13 ventôse an XII-4 mar (...)

119Le 18 Brumaire, que seule salue dans notre zone d’étude l’administration municipale de La Ciotat296, marque donc la fin de cette relative renaissance, en ce sens où la prise de parole redevient contrôlée, encadrée. Ce n’est pas en effet qu’il n’y ait plus d’expression politique, mais celle-ci se fait désormais sur commande en quelque sorte. Les préfets appliquent les directives venues d’en haut et les autorités locales s’exécutent, donnant ainsi l’impression qu’une opinion publique existe encore. Ainsi, des adresses du printemps 1804 sur la condamnation de l’affreuse conspiration qui a failli coûter la vie au « Héros des Français », en passant par celles de 1813 témoignant du soutien sans failles à Marie-Louise régente de l’Empire, on se contente en fait de recopier plus ou moins servilement les circulaires préfectorales297.

120Il ressort de ce long chapitre que les communes de l’arrière-pays marseillais ont largement participé aux combats politiques de l’époque révolutionnaire, que ce soit dans la rue, par le vote, par une sociabilité nouvelle ou par l’écrit (pétitions, adresses, journaux). Cela étant dit, ces luttes n’ont pas eu partout la même traduction politique.

121Ainsi, les plus petites localités de notre zone d’étude sont-elle restées relativement soudées, autour, souvent, de la mobilisation anti-féodale (Belcodène, Ceyreste, Gréasque, Peypin, Roquefort, Saint-Savournin).

122D’autres communes, un peu plus étoffées, n’ont pas connu non plus de divisions internes trop marquées, même si des partis ont pu s’affronter à tel ou tel moment et notamment de 1795 à 1799. Cassis peut être par exemple rangée dans cette deuxième catégorie, avec pour cette petite cité portuaire une tendance modérée certaine. Cuges en relève aussi, mais ce bourg, important relais sur la route Marseille-Toulon, est plutôt devenu au fil des aléas révolutionnaires un véritable bastion de la République démocratique.

123Un troisième profil pourrait être dégagé autour des communes qui ont été affectées par une lutte partisane plus ou moins rude selon les moments, mais qui n’a pas dégénéré en un combat à mort. C’est le cas d’Allauch, mais aussi de Gémenos et de Roquevaire, où partisans et adversaires d’une Révolution démocratique ont presque fait jeu égal. C’est aussi, dans une certaine mesure, le cas d’Auriol, même si les Jacobins locaux semblent y être toujours restés relativement minoritaires.

124Restent Aubagne et La Ciotat. Les deux plus grandes villes de notre zone d’étude ont vu l’émergence d’un véritable mouvement populaire, autour des questions de fiscalité communale, des problèmes de subsistances, mais aussi des contraintes de l’engagement patriotique. Mais, si à Aubagne, ce mouvement populaire s’est entièrement transformé en mouvement jacobin, ce qui a donné lieu à une sanglante bipolarisation de la vie politique locale, tel n’est pas tout à fait le cas de La Ciotat, où une troisième voie a pu exister, qui a sans doute évité à la cité portuaire de connaître les massacres de la Terreur Blanche.

Notes

1 AC Auriol, BB 18, Conseil du 19 février 1775.

2 AD BDR, 135 E BB 26, Conseil du 22 juin 1777.

3 Maurice Agulhon, Pénitents et Francs-maçons…, op. cit. ; Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « Pénitents et sociétés populaires du Sud-Est », in Annales historiques de la Révolution française, n° 268, 1987, p. 117-157 ; Régis Bertrand, « Les confréries de Provence face à la Révolution », in Annales historiques de la Révolution française, n° 306, 1996, p. 635-647 et Les Compagnies de Pénitents de Marseille, XVI-XXe siècles, Marseille, La Thune, 1997, 159 p.

4 Jean-Louis Barthélémy, Histoire d’Aubagne…, op. cit., t. II, p. 254. Voir plus généralement, Steven Laurence Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, 740 p.

5 Pour La Ciotat et Cassis, voir Raphaël Andreotti, « La pêche et les pêcheurs à La Ciotat du milieu du XVIIe siècle au début du XIXe siècle », mémoire de maîtrise sous la direction de Gilbert Buti, Aix-en-Provence, 2002, 114 p. et Christel Mastropasqua, « Activités maritimes et gens de mer à Cassis à la fin de l’Ancien Régime (1776-1793) », mémoire de maîtrise sous la direction de Gilbert Buti, Aix-en-Provence, 2003, 159 p.

6 César Couret, Histoire d’Aubagne, divisée en trois époques principales, contenant la description des antiquités de Saint-Jean de Garguier et des notices sur les illustrations du pays, Aubagne, Baubet, 1860, p. 19.

7 AC Auriol, BB 19, Conseil du 6 juin 1777.

8 René Gerard, Un journal de province sous la Révolution. Le « Journal de Marseille » de Ferréol Beaugeard (1781-1797), Paris, Société des études robespierristes, 1964, 307 p.

9 Maurice Agulhon, Pénitents et Francs-maçons…, op. cit., p. 222 et 247 ; Jean Nicolas, « Cabarets et sociabilité populaire en Savoie au XVIIIe siècle », in Les intermédiaires culturels, actes du colloque d’Aix-en-Provence en juin 1978, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1981, p. 316 et Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les Révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont-Ferrand, Société des Amis de l’Institut du Massif Central, 1995, p. 11-20.

10 AD BDR, 135 E BB 25, Conseil du 19 novembre 1771.

11 AD BDR, 113 E BB 15, Conseil du 11 juillet 1784.

12 AD BDR, 135 E FF 6, Lettre des consuls de Roquevaire à ceux d’Aubagne, 24 septembre 1755.

13 AD BDR, 139 E BB 23, Conseil du 11 avril 1775.

14 Mémoires de Barthélémy, 1768-1819, publiés par Jacques de Dampierre, avec un portrait et un fac-similé d’autographe, Paris, Plon, 1914, p. 62-63.

15 Jean Egret, « La prérévolution en Provence, 1787-1789 », in Annales historiques de la Révolution française, 1954, p. 97-126 et Monique Cubells, Les horizons de la Liberté…, op. cit.

16 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 20 avril 1788 (Allauch) ; 135 E BB 28, Conseil du 8 juin 1788 (Aubagne) ; 113 E BB 15, Conseil du 20 avril 1788 (Cuges) ; 112 E BB 15, Conseil du 20 avril 1788 (Gémenos) ; 162 A 1, Conseil du 4 janvier 1789 (La Penne) ; 150 E BB 9, Conseil du 19 avril 1788 (Roquefort) ; AC Gréasque, Carton 1, D3, Conseil du 11 janvier 1789 et AC La Ciotat, BB 13, Conseil du 18 mai 1788.

17 AD BDR, 113 E BB 15, Conseil du 6 janvier 1789 (Cuges) ; 112 E BB 15, Conseil du 4 janvier 1789 (Gémenos) ; 156 E BB 18, Conseil du 18 janvier 1789 (Roquevaire) ; AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseil du 31 décembre 1788 ; AC Auriol, BB 21, Conseils des 25 janvier et 8 février 1789 ; AC La Ciotat, BB 13, Conseil du 12 février 1789 et BMVR Marseille, Pétition de Henri Gueydon-Deplanque, curé d’Auriol, sur la nécessaire représentation du bas clergé à l’assemblée du premier ordre, 6 mars 1789.

18 Monique Cubells, « L’idée de province et l’idée de nation en Provence à la veille de la Révolution », in « Midi rouge et Midi blanc… », op. cit., p. 135-140.

19 Paul Masse, « Étude thématique des cahiers de doléances de la sénéchaussée d’Aix-en-Provence », mémoire de maîtrise sous la direction de Maurice Agulhon, Aix-en-Provence, p. 18-19.

20 Philippe Grateau, Les cahiers de doléances, une relecture culturelle, Rennes, PUR, 2001, 383 p.

21 M. Musetti, « Soulèvements populaires en Basse-Provence au printemps 1789 », mémoire de maîtrise sous la direction d’André Bourde et de Michel Vovelle, Aix-en-Provence, 1968, 130 p., Monique Cubells, « Les mouvements populaires du printemps 1789 en Provence », in Provence historique, t. XXXVI, fasc. 145, 1986, p. 309-323 et Les horizons de la Liberté…, op. cit.

22 Michel Derlange, « L’impôt indirect dans les communautés provençales à la veille de la Révolution », in Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution française, année 1971, Paris, 1972, p. 103-124.

23 AD BDR, C 4110, Lettre de l’intendant de La Tour à M. le prince de Beauvau, 31 mars 1789.

24 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 25 mars 1789.

25 AC Marseille, 25 II 2, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel, 7 avril 1789.

26 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Assemblées des maîtres des métiers, 22 au 22 mars 1789.

27 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Assemblées des ménagers et paysans, 25 mars 1789.

28 Pour Cassis, AD BDR, 139 E BB 25, Conseil du 21 mai 1789 ; pour La Ciotat, AC La Ciotat, BB 13, Conseil du 7 mai 1789 ; pour Aubagne, AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseil du 1er avril 1789.

29 AC Marseille, 25 II 2, Requête des consuls d’Aubagne à M. le lieutenant général criminel, 7 avril 1789.

30 AN, Ba 10,1, Procès-verbal dressé par Jean-Joseph de Lauge de Saint-Suffren, écuyer conseiller du Roi lieutenant général criminel au siège général de Provence séant à Aix, 16 avril 1789.

31 AC Marseille, 25 II 2, Recollement de témoins, 1er juillet 1789.

32 Monique Cubells, Les Horizons de la Liberté…, op. cit., p. 112.

33 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 2 août 1789 (Allauch) ; 112 E BB 15, Conseil du 6 septembre 1789 (Gémenos) ; 162 A 1, Conseil du 7 septembre 1789 (La Penne) ; 156 E BB 18, Conseil du 3 août 1789 (Roquevaire) ; AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseils du 9 août et du 6 septembre 1789 ; AC Auriol, BB 21, Conseils des 26 juillet et 22 novembre 1789.

34 AN, D XIV 2, Adresse de la municipalité de Roquevaire, 12 mars 1790 ; AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Adresse de la municipalité d’Aubagne, 15 mars 1790 ; AC Gréasque, Carton 2, D 1, Adresse de la municipalité de Gréasque, 1er avril 1790.

35 Annales patriotiques de Marseille, n° 5 sur le serment échangé le 7 mars 1790 par les citoyens de Marseille et ceux d’Allauch ; Observateur marseillais n° 24 du 26 juin 1790, pour Aubagne et Marseille.

36 BMVR Marseille, 4717, 5, XXIII, Procès-verbal de l’assemblée des municipalités formant les trois départements des Basses-Alpes, des Bouches-du-Rhône et du Var tenue à Brignoles le 17 mai 1790.

37 BMVR, 4717, 6, 24, Relation de l’horrible assassinat commis sur la personne de M. d’Albertas père, au milieu du festin civique de la garde nationale de Gémenos, le 14 juillet 1790, par le nommé Anicet Martel, du lieu d’Auriol.

38 Rolf Reichardt, « Prise et démolition des “Bastilles marseillaises”, évènement symbole révolutionnaire », in Claude Badet (dir.), Marseille en Révolution, Marseille, Rivages, 1989, p. 55-63.

39 Voir mes notices sur ces différents journaux, in Gilles Feyel (dir.), Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, 1789-1799, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, t. III, à paraître.

40 AD BDR, 103 E BB 15, Conseil du 20 décembre 1789.

41 BMVR 4717, 2, VII, Délibération imprimée de la commune d’Allauch, 1er mars 1790.

42 Annales patriotiques de Marseille, n° 5.

43 Courrier de Marseille, n° 4 du 5 mai 1790.

44 Idem.

45 Ted Margadant, « La culture urbaine et la mobilisation politique autour de la division du royaume en départements et districts », in Bruno Benoit (dir.), Ville et Révolution française, actes du colloque de Lyon en mars 1993, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994, p. 30-31

46 AC Aubagne, Délibérations municipales 1788-1790, Conseil du 22 novembre 1789 et AN, D IV bis, 168, Adresse du conseil de la communauté d’Aubagne au comité de Division de l’Assemblée Constituante, 17 janvier 1790.

47 AD BDR, 156 E BB 18, Adresse du conseil de la communauté de Roquevaire à l’Assemblée Constituante, 19 décembre 1789.

48 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 29 mars 1790.

49 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 15 avril 1790.

50 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 29 décembre 1790.

51 AD BRD, 103 E 1D 1, Conseil du 8 avril 1790.

52 AD BDR, 103 E 1D 1, PV assemblée des citoyens actifs du 6 juin 1790.

53 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 8 juin 1790.

54 AD BDR, 113 E 89, Conseils des 6 et 8 juin 1790 et PV assemblée des citoyens actifs du 11 juin 1790.

55 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 3 mars 1791.

56 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 8 juin 1790.

57 AC Aubagne, Adresse à l’Assemblée nationale approuvée et délibérée par le conseil général de la commune d’Aubagne, 7 juillet 1790.

58 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 29 décembre 1790.

59 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 3 mars 1791.

60 AD BDR, 112 E D1/2, PV assemblée des citoyens actifs du 19 juin 1791.

61 BMVR Marseille, 4717, 1, IV bis, Acte protestatif et conservatoire des droits les plus essentiels du second ordre du clergé de Provence, fait par messire Henri Gueydon-Deplanque, curé de la paroisse d’Auriol, par devant Me Raymond, notaire dudit lieu, le 5 mars 1789, signifiée aux États de Provence, ensemble la supplique ampliative dudit acte, 6 mars 1789.

62 François-Xavier Emmanuelli et Martine Lapied, « Le temps de la Révolution », in François-Xavier Emmanuelli (dir.), La Provence moderne (1481-1800), Rennes, Éditions Ouest France, 1991, p. 476-478.

63 AD BDR, 103 E 1D 1 pour Allauch ; 139 E BB 25 et 5P 1 pour Cassis ; 146 E 1P 1 pour Ceyreste ; L 822 pour Cuges, Gréasque et Peypin ; 112 E D1/2 pour Gémenos ; 162 E D 1 pour La Penne ; 150 E 1D 1 pour Roquefort ; L 822 et L 823 pour Auriol, Roquevaire et Saint-Savournin ; AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791 et 1791-1798 ; AC La Ciotat, DA 01-02.

64 René de Chauvigny, Un évêque en France pendant la Révolution : le cardinal de Belloy et l’Église de Marseille de 1789 à 1802, Avignon, Aubanel, 1930, p. 66-67.

65 AD BDR, L 820, Lettre de la municipalité d’Allauch au département, 25 mars 1791 ; L 823, Lettre de la municipalité de Roquevaire au district d’Aix, 8 juin 1791 et Lettre de la municipalité d’Auriol au district d’Aix, 8 août 1791.

66 AD BDR, 156 E 1D 1, Conseil du 4 décembre 1791.

67 AD BDR, 103 E 1D 1, Conseil du 17 juillet 1791.

68 Pour Cuges, AD BDR, 113 E BB 15, Conseil du 10 janvier 1790 ; pour Gréasque, AN D XIV, 2, Mémoire pour la commune de Gréasque, 23 juillet 1790.

69 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Pétitions des 28 juin et 13 octobre 1790 et du 21 février 1791 ; AN, D XIV, 2, Pétition du 21 août 1791 et Adresse de la municipalité à l’Assemblée nationale du 3 octobre 1791.

70 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 7 juillet 1790 qui examine (et rejette) la pétition du 28 juin.

71 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 18 février 1791.

72 AD BDR, L 295, Conseils du 6 avril et du 11 avril 1790 et Pétition de citoyens actifs au district de Marseille contre le maire Jean-Louis Nicolas, 25 août 1790.

73 AD BDR, 113 E 89, Conseil du 13 mai 1790.

74 Pour Aubagne, AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 5 avril 1792 ; pour Auriol, AC Auriol, 1D1 2, Conseil du 11 décembre 1791 ; pour Roquevaire, AD BDR, 156 € 1D 1, Conseils du 18 novembre 1791 et du 25 mars 1792 ; pour La Ciotat, AC La Ciotat, DA 01-02, Conseils du 4 octobre 1791 et du 29 mars 1792.

75 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 9 décembre 1791.

76 76 AD BDR, L 1974, Lettre de Joseph-Esprit Icard, curé constitutionnel de La Ciotat, au comité de prudence des Amis de la Constitution de Marseille, 24 avril 1792.

77 « Les sociétés populaires », in Annales historiques de la Révolution française, n° 266, 1986, p. 364-571 et Jean Boutier et Philippe Boutry (dir.), « Les sociétés politiques », in Serge Bonin et Claude Langlois (dir.), Atlas de la Révolution française, t. vi, Paris, EHESS, 1992, 132 p.

78 Claude Taccetti, « La société populaire des Antipolitiques d’Aix », mémoire de maîtrise sous la direction d’André Bourde et de Michel Vovelle, Aix-en-Provence, 1969, 178 p.

79 AD BDR, 113 E 89, Pétitions du cercle patriotique de Cuges à la municipalité, 17 et 23 octobre 1790 et L 615a, PV séance du cercle patriotique du 24 octobre 1790.

80 80 AD BDR, L 651, PV dressé par Dupré, commissaire du district d’Aix pour les municipalités de Fuveau, Gréasque, Saint-Savournin, Peypin, Roquevaire, Cuges, Auriol et Belcodène, 8 pluviôse an II-27 janvier 1794.

81 AC Aubagne, Délibérations municipales 1790-1791, Conseil du 13 mars 1791.

82 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 14 mars 1791.

83 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 5 juin 1791.

84 AD BDR, L 364, Lettre des citoyens de la section des Pénitents blancs au District, 14 février 1791.

85 AD BDR, L 2037, Diplôme d’affiliation décerné par la société des Amis de la Constitution d’Aubagne à la société des Antipolitiques à Aix, 22 mai 1791 et AC La Ciotat, JB 01-04, Acte d’affiliation du club de La Ciotat à celui des Antipolitiques d’Aix, 9 juillet 1791.

86 AC La Ciotat, KA 13-02, PV assemblée primaire du 13 novembre 1791.

87 AC La Ciotat, DA 01-02, Acte protestatif d’Étienne Brun, André Aillaud et Jacques Chazaud, 17 novembre 1791.

88 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 11 décembre 1791.

89 AC La Ciotat, KA 13-02, PV assemblée primaire du 26 décembre 1791.

90 Alan Forrest, « L’esprit de parti en province », in Christine Le Bozec et Eric Wauters (éd.), En hommage à Claude Mazauric. Pour la Révolution française, Rouen, Presses universitaires de Rouen, 1998, p. 295-299.

91 AD BDR, L 1061bis pour Allauch, Cassis, Ceyreste et Roquefort ; L 615 pour Auriol, Peypin, Roquevaire et Saint-Savournin ; Journal des départements méridionaux, n° 99 du 20 octobre 1792.

92 Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, 1971, Paris, Société des études robespierristes, 1996, p. 315-317.

93 Michel Vovelle, La mentalité révolutionnaire. Société et mentalités sous la Révolution française, Paris, Éditions sociales, 1985, p. 63.

94 G. Gremillon, « Émotions populaires en Basse-Provence au printemps et à l’été 1792 », mémoire de maîtrise sous la direction d’André Bourde et de Michel Vovelle, Aix-en-Provence, 1968, 165 p., Michel Vovelle, « Les troubles sociaux en Provence de 1750 à 1792 », in De la cave au grenier…, op. cit., p. 250-255 et Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), op. cit.

95 Jean Barruol, La Contre-Révolution en Provence et dans le Comtat, d’après des documents inédits, Cavaillon, Mistral, 1928, 321 p. et Warren Wilson, « Les réseaux contre-révolutionnaires en Provence sous la Révolution française (1789-1797) », op. cit.

96 AD BDR, L 600, Lettre de la municipalité de Saint-Savournin au district d’Aix, 17 juin 1792.

97 Expédition de mars 1792 pour déloger les Chiffonistes arlésiens. Voir Fabio Sampoli, Politics and Society in Revolutionary Arles : Chiffonistes and Monnaidiers, Yale university, Ph D, 1982, p. 247-257.

98 Caroline Alonso, « Acteurs et luttes politiques dans la vallée des Baux, 1774-1814 », mémoire de maîtrise sous la direction de Martine Lapied, Aix-en-Provence, 1999, p. 33-34.

99 AD BDR, L 3059 et L 3061, procédure contre André Trouvat, Étienne Sabatier, Jean Bérenguier, Louis Coste, Jean-Baptiste Bérenger et Jean-Antoine Leydet, travailleurs et se disant gardes nationaux d’Aubagne, prévenus de complicité des vols et brigandages qui se sont commis dans la contrée, avril-juin 1792.

100 AD BDR, L 1974, Lettre du comité de prudence du club des Antipolitiques d’Aubagne à son homologue marseillais, 9 mai 1792.

101 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 18 juin 1792 et AD BDR, L 292, Pétitions de citoyens actifs d’Aubagne au district de Marseille, 18 et 20 juin 1792.

102 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 5 août 1792.

103 Liste des volontaires d’Allauch, AD BDR, 103 E 1D 2, Conseil du 30 juin 1792. Pour Aubagne, AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 1er juillet 1792. Voir aussi Georges Reynaud, Les Marseillais de la Marseillaise. Dictionnaire biographique du bataillon du 10 Août, Paris, Christian, 2001, 384 p.

104 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 16 août 1792 et Journal des départements méridionaux n° 73 du 21 août 1792.

105 Mercure de France, Bulletin de Minuit, Journal général de France par M. Fontenai, Journal général de politique, Journal de Paris, Annales monarchiques et surtout L’Ami du Roi, chez le sieur Cazalet, qui plus est homme d’affaires du baron d’Ollières, celui des fours banaux. Voir AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 3 août 1792.

106 AD BDR, L 599, Lettre de la municipalité de Cuges au district d’Aix, 4 août 1792.

107 AD BDR, L 3556, Interrogatoire d’Étienne Suzan, ci-devant officier municipal et Fédéré de 1792 par François Robert, juge de paix d’Aubagne, 22 juillet 1793.

108 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des 24 et 25 août 1792.

109 Paul Amargier, « Mgr de Belloy, un évêque… résistant », in Marseille, n° 170, 1994, p. 72-73.

110 Sur la farandole comme « défoulement collectif » et expression manifeste de libération, Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête…, op. cit., p. 114-115.

111 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV du 1er et 2 septembre 1792.

112 AD BDR, L 3064, Dénonciation de Joseph Sivan, 15 août 1792.

113 AC Aubagne, PV des 16 et 17 septembre 1792.

114 AC Gréasque, Carton 2, D 1, Lettre du département à la municipalité de Gréasque, 16 octobre 1792.

115 AD BDR, 112 E D1/2, PV du 5 novembre 1792.

116 Rappelons ainsi que « par délibération du 23 avril, la société patriotique de Marseille a arrêté qu’elle ne garantit, en aucune manière, l’authenticité de la rédaction de ses débats, dans le Journal des départements méridionaux et que s’il y a lieu à quelques réclamations, elles seront directement adressées aux rédacteurs dudit Journal », Journal des départements méridionaux, n° 24 du 28 avril 1792. Sur la presse jacobine de Marseille, voir Jérôme Damay, « La presse jacobine marseillaise (1792-1794) », mémoire de maîtrise sous la direction de Michel Vovelle, Aix-en-Provence, 1982 et Sylvie Lagrasta, « Les journalistes marseillais pendant la Révolution française », mémoire de maîtrise sous la direction de Christine Peyrard, Aix-en-Provence, 1998, 162 p.

117 Jacques Guilhaumou, « Marseille-Paris, la formation et la propagation d’un mot d’ordre : “du pain et du fer” (1792-1793) », in Raymond Huard (dir.), Les pratiques politiques en province…, op. cit., p. 199-210 et « Paris-Marseille en 1793 : formation, diffusion et réception des idées politiques. Étude sur le mouvement Cordelier », in Michel Vovelle (éd.), Paris et la Révolution, actes du colloque de Paris I en avril 1989, Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 293-303

118 Voir ma notice, in Gilles Feyel (dir.), Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, 1789-1799, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, t. III, à paraître.

119 Journal des départements méridionaux, n° 24 du 28 avril 1792 (Auriol) ; n° 87 du 22 septembre 1792 (Peypin) et n° 98 et 99 des 18 et 20 octobre 1792 (La Penne).

120 Journal des départements méridionaux, n° 85 du 18 septembre 1792 (Saint-Savournin) ; n° 102 du 27 octobre 1792 (Peypin) ; n° 156 du 2 mars 1793 (Cassis) ; n° 157 du 5 mars 1793 (La Ciotat) ; n° 164 du 21 mars 1793 (La Penne) ; n° 168 du 30 mars 1793 (Cassis à nouveau).

121 Journal des départements méridionaux, n° 141 du 26 janvier 1793 (Adresse des citoyens d’Allauch demandant la mort du Roi) ; n° 143 du 31 janvier 1793 (Adresse de la société populaire de Cassis réclamant la mort de la Reine) ; n° 145 du 5 février 1793 (Adresse des Républicains d’Allauch félicitant la Convention de la mort du Roi) ; n° 150 du 16 février 1793 (Adresse des Républicains de La Ciotat contre l’Appel au Peuple) ; n° 151 du 19 février 1793 (Adresse des Amis de la Liberté et de l’Égalité d’Aubagne contre l’Appel au Peuple) ; n° 153 du 23 février 1793 (Adresses des sociétés populaires d’Allauch et de Ceyreste contre l’Appel au Peuple) ; n° 155 du 28 février 1793 (Adresse de la société populaire de Peypin contre l’Appel au Peuple) ; n° 171 du 6 avril 1793 (Adresse de la société populaire de Cuges contre les Appelants) ; n° 172 du 9 avril 1793 (Adresse de la société de Cassis contre les Appelants) et n° 178 du 23 avril 1793 (Adresse des Républicains d’Allauch contre « les liaisons du côté droit [de la Convention] avec le lâche Dumouriez »).

122 Voir par exemple ces observations de Pierre Micoulin sur une adresse de la société républicaine d’Allauch approuvant la mort du Roi : « Quoique la volonté nationale ne soit pas univoque, elle acquiert une plus grande prépondérance quand elle est formellement manifestée. Cette considération puissante doit déterminer les communes et les sociétés populaires à imiter les hommes libres d’Allauch », in Journal des départements méridionaux, n° 145 du 5 février 1793

123 Journal des départements méridionaux, n° 41 du 7 juin 1792.

124 Sur ce thème des « conduites politiques », Jacques Guilhaumou, « Conduites politiques de Marseillaises pendant la Révolution française », in Provence historique, t. xlvi, fasc. 286, 1996, p. 471-489.

125 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 1er juillet 1792.

126 Journal des départements méridionaux, n° 53 du 5 juillet 1792.

127 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 13 juillet 1792.

128 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 18 juillet 1792.

129 Journal des départements méridionaux, n° 67 et 68 des 7 et 9 août 1792.

130 130 Adresse des commissaires de l’administration du district de Marseille aux citoyens de la ville de La Ciotat, in Journal des départements méridionaux, n° 69 du 11 août 1792.

131 AC La Ciotat, DA 01-02, Conseils des 25 juillet et 1er septembre 1792.

132 AC La Ciotat, DA 01-02, Arrêté des commissaires du département, 22 septembre 1792.

133 Journal des départements méridionaux, n° 92 du 4 octobre 1792.

134 Journal des départements méridionaux, supplément du n° 24 du 28 avril 1792.

135 Journal des départements méridionaux, n° 178 du 20 avril 1793.

136 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., p. 159 et p. 187.

137 AC Auriol, 1D1 2, Arrêté du département, 15 septembre 1792.

138 AD BDR, L 3108, Interrogatoire de François-Christine Michel par devant le tribunal populaire de Marseille, juin 1793.

139 Journal des départements méridionaux, n° 116 du 29 novembre 1792.

140 Journal des départements méridionaux, n° 118 du 4 décembre 1792.

141 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, PV des 2, 3 et 4 novembre 1792.

142 Ainsi à Gémenos, AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 12 avril 1793, ou à Aubagne, AD BDR, L 1002, Lettre de la municipalité d’Aubagne au district de Marseille, 15 avril 1793.

143 AD BDR, L 1002, Lettre de la municipalité d’Aubagne au district de Marseille, 17 février 1793

144 Michel Vovelle, « Le Sans-culotte marseillais », in Histoire et Mesure, n° 1, 1986, p. 75-95 pour le quantitatif et Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., pour le discursif.

145 AD BDR, L 1002, Lettre de la municipalité d’Aubagne au district de Marseille, 13 mai 1793.

146 Sur le « Fédéralisme » sectionnaire, voir Georges Guibal, Le mouvement fédéraliste en Provence en 1793, Paris, Plon, 1908, 315 p., Frédéric Melan, « Le fédéralisme dans les Bouches-du-Rhône (Marseille exclu). Sociologie et attitudes collectives », mémoire de maîtrise sous la direction de Michel Vovelle, Aix-en-Provence et « Le fédéralisme méridional », in Les Fédéralismes : réalités et représentations (1789-1874), actes du colloque de Marseille en septembre 1993, Aix-en-Provence, PUP, 1995, p. 115-194.

147 Alan Forrest, « Le mouvement fédéraliste dans le Midi de la France. Réaction anti-jacobine ou croisade méridionale ? », in « Midi rouge et Midi blanc… », op. cit., p. 189-191.

148 AD BDR, L 1974, PV section de Ceyreste, 7 juin 1793 et L 1975, PV section de Peypin, 9 juin 1793.

149 AD BDR, L 1974, PV section d’Allauch, 20 août 1793.

150 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne au département, 16 mai 1793.

151 AD BDR, L 1974, Lettre du comité des sections de La Ciotat à son homologue de Marseille, 30 mai 1793 et AC La Ciotat, DA 01-02, Conseil du 11 juin 1793.

152 AD BDR, L 1840, Déposition de Joseph Bonneau au comité des sections de Roquevaire, 2 juillet 1793.

153 Pour le canton d’Aubagne, AD BDR, 112 E D1/2, PV assemblée primaire du 20 juin 1793 ; pour celui d’Auriol, AC Auriol, 1D1 2, PV assemblée primaire du 7 juillet 1793 ; pour celui de La Ciotat, AD BDR, L 3570, PV assemblée primaire du 18 août 1793.

154 Pour Aubagne, AC Aubagne, PV prestation de serment pour la municipalité provisoire, 24 juin 1793 ; pour Auriol, AC Auriol, PV prestation de serment de non obéissance aux décrets de la Convention pour les 28 commissaires chargés de remplacer le conseil général qui a perdu la confiance du peuple, 30 juin 1793 ; pour La Ciotat, AC La Ciotat, DA 01-02, PV installation des municipaux nommés par les sections, 31 juin 1793.

155 AD BDR, L 1974, Adresse des Républicains composant la section du canton d’Allauch aux 32 sections de Marseille, 22 mai 1793 ; Adresse de la section de Ceyreste aux Marseillais, 9 juin 1793 ; Adresse des deux sections de La Ciotat à la section 6 de Marseille, 29 mai 1793 ; L 1975, Discours du maire de Gémenos, 19 mai 1793 ; PV section de Saint-Savournin, 2 juin 1793.

156 AD BDR, L 3646, Délibération des trois sections de Roquevaire, 30 juin 1793 ; L 1974, PV section de Ceyreste, 1er juillet 1793 ; PV section de Cassis, 2 juillet 1793 ; L 1975, PV section de Saint-Savournin, 30 juin 1793 ; PV section de Gémenos, 5 juillet 1793.

157 AC Auriol, 1D1 2, PV arrestation du curé Laydet, 25 juillet 1793 ; AD BRD, L 3101, Dénonciations contre Raymond Garaudy par devant la section de Cassis, 1-8 juin 1793 et L 3108, Cahier de dépositions de témoins contre Eustache Carle et André Aillaud, juillet 1793.

158 AD BDR, L 1040, Lettre du comité de surveillance d’Aubagne au district de Marseille, 6 ventôse an II-24 février 1794, sur « une pétition du 8 juin 1793 pour l’enterrement du club et brûlement de sa tribune ».

159 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 16 juillet 1793.

160 AD BDR, L 334 bis.

161 AD BDR, L 1974, Conseil du 2 juin 1793.

162 AD BDR, L 1974, Lettre de la municipalité de Cuges au comité des 32 sections de Marseille, 5 juin 1793 et 113 E 89, Conseil du 12 juin 1793.

163 AD BDR, 113 E 89, Conseil général extraordinaire du 13 juillet 1793.

164 AD BDR, L 426, Lettre de la municipalité de Cuges au département, 12 septembre 1793.

165 AD BDR, L 267, PV de la section de Cuges, 5 août 1793.

166 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., p. 135-136.

167 Michel Vovelle, « Carte n° 155 », in Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer (dir), Atlas historique. Provence…, op. cit.

168 AD BDR, L 1153, Lettre de la municipalité d’Aubagne au district de Marseille, 24 messidor an II-12 juillet 1794.

169 Anne-Marie Dufraisse, « La première mission de Fréron à Marseille », mémoire de maîtrise sous la direction de Pierre Guiral et de Michel Vovelle, Aix-en-Provence, 1967, 102 p. ; Bénédicte Grison, « Le tribunal révolutionnaire des Bouches-du-Rhône, 28 août 1793-5 floréal an II (24 avril 1794) », mémoire de maîtrise sous la direction de Monique Cubells, Aix-en-Provence, 1987, 102 p. et Monique Cubells, « Marseille sous la Terreur », in Claude Badet (dir.), Marseille en Révolution, op. cit., p. 124.

170 AD BDR, L 574, État des municipalités des communes du district d’Aix, 3 ventôse an II-21 février 1794.

171 AD BDR, 103 E 1D 2, Conseil du 27 août 1793 (Allauch) ; 156 E 1D 1, Conseil du 26 août 1793 (Roquevaire) ; AC Auriol, 1D1 2, Conseil du 29 août 1793 (5 membres en moins) ; AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Conseil du 1er septembre 1793 (2 membres en moins) ; AC La Ciotat, DA 01-03, Conseil du 7 septembre 1793 (plusieurs membres donnent alors leur démission, ce qui entraîne des nominations complémentaires par les commissaires du district de Marseille, les 12 et 13 septembre 1793).

172 AD BDR, 112 E 1D1/2, Conseil du 18 septembre 1793 et 139 E 1D 2, Conseil du 21 octobre 1793.

173 AD BDR, L 603 et L 604 pour les communes du district d’Aix ; L 1047 et L 1053 pour celles du district de Marseille.

174 Voir par exemple l’itinéraire du prêtre et sectionnaire aubagnais Maxime Roquemaure. De fin août 1793 à janvier 1795, son périple le conduit d’Aubagne à Moustiers, puis à Castellane, Grasse, Entrevaux, Nice, Gênes, Bologne et Venise : AD BDR, 1J 92, Maxime Roquemaure, Ma tourmente révolutionnaire après le 31 mai, p. 25-203.

175 AD BDR, L 3122, L 3123 et L 3128.

176 Michel Biard (dir.), Les politiques de la Terreur, 1793-1794, actes du colloque de Rouen en janvier 2007, Rennes, Presses universitaires de Rennes et Société des études robespierristes, 2008, 487 p. Voir aussi « L’an II », actes des journées des 17-18 juin 1994 du séminaire annuel de doctorat de l’IHRF, in Annales historiques de la Révolution française, n° 300, 1995, p. 137-301.

177 René Baticle, « Le plébiscite sur la Constitution de 1793 », in La Révolution française, 58, 1909, p. 5-30, 117-155, 193-237, 327-341 et 385-410.

178 AN, B II 4, PV acceptation Constitution, Saint-Savournin, 1er septembre 1793.

179 Ainsi à Cassis, AD BDR, 139 E 1D 2, Conseil du 27 août 1793 ou à La Ciotat, AC La Ciotat, DA 01-03, Conseil du 27 août 1793.

180 AN, F1c III Bouches-du-Rhône, 8, PV acceptation Aubagne, 1er septembre 1793 : 749 oui ; AN B II 4, PV acceptation Auriol (avec Belcodène, Gréasque et Peypin), 1er septembre 1793, 538 oui ; PV acceptation La Ciotat, 1er septembre 1793 : 283 oui ; PV acceptation Saint-Savournin, 1er septembre 1793 : 75 oui ; PV acceptation Roquevaire, 1er septembre 1793 : 334 oui ; AD BDR, 139 E 1K 2, PV acceptation Cassis, 1er septembre 1793 : 121 oui et L 276, PV acceptation Cuges, 22 septembre 1793 : 173 oui.

181 AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Conseil du 1er septembre 1793.

182 AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Conseil du 2 septembre 1793.

183 Jacques Guilhaumou, « Le congrès républicain des sociétés populaires des départements méridionaux de Marseille (octobre-novembre 1793) : programme et mots d’ordre », in Actes du 111e congrès des sociétés savantes de Poitiers, 1986, Histoire moderne et contemporaine, t. i, fasc. 2, p. 39-57.

184 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine, op. cit., p. 210-212.

185 AD BDR, 135 E BB 42, Lettre de la municipalité d’Aubagne au président de l’Assemblée générale, 29 octobre 1793.

186 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du Peuple en mission (1793-1795), Paris, CTHS, 2002, 624 p. et « Comités de surveillance et pouvoir révolutionnaire », actes de la journée d’études organisée à Aix-en-Provence en novembre 2002, in Rives nord-méditerranéennes, n° 18, 2004, p. 7-124.

187 Archives parlementaires, 1re série, t. LXXX, 74, 4 frimaire an II-24 novembre 1793 (municipalité de Cuges) ; t. LXXXVIII, 62, 24 germinal an II-13 avril 1794 (municipalité de Roquevaire) et t. LXXXIX, 24, 2 floréal an II-21 avril 1794 (comité de surveillance d’Allauch).

188 Archives parlementaires, 1er série, t. LXXXV, 2 ventôse an II-20 février 1794 (municipalités d’Allauch, d’Auriol, de Cassis et de Roquevaire) ; t. LXXXVIII, 1, 15 germinal an II-4 avril 1794 (sociétés populaires de La Ciotat et de Roquevaire) et 62, 24 germinal an II-13 avril 1794 (municipalité de Roquevaire) ; t. xc, 16, 5 prairial an II-24 mai 1794 (municipalité d’Allauch) ; t. XCII, 60, 11 messidor an II-29 juin 1794 (société populaire de La Ciotat) ; t. XCIII, 4, 7 thermidor an II-25 juillet 1794 (société populaire de Cassis) et t. XCV, 8, 9 fructidor an II-26 août 1794 (société populaire d’Allauch).

189 Archives parlementaires, t. XC, 16, 16 floréal an II-5 mai 1794.

190 Michel Vovelle, « Prêtres abdicataires et déchristianisation en Provence », in Actes du 89e congrès des sociétés savantes de Lyon en 1964, Paris, CTHS, 1964, t. i, p. 63-98 ; Religion et Révolution. La déchristianisation de l’an II, Paris, Hachette, 1976, 316 p. et La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être Suprême, Paris, Complexe, 1988, 311 p.

191 Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « La mission Maignet », in Annales historiques de la Révolution française, n° 300, 1995, p. 283-294.

192 AC La Ciotat, DA 01-03, Conseil du 18 frimaire an II-8 décembre 1793.

193 AD BDR, 113 E 89, Conseil du 14 pluviôse an II-2 février 1794.

194 AD BDR, 112 E D1/2, Conseil du 29 ventôse an II-19 mars 1794 (Gémenos) ; 150 E 1D 2, Conseil du 4 germinal an II-25 mars 1794 (Roquefort) ;146 E 1D 1, Conseil du 5 germinal an II-26 mars 1794 (Ceyreste) ; L 1239, Lettre de la municipalité d’Allauch au district de Marseille, 27 germinal an II-16 avril 1794 ; L 1034, Lettre de la municipalité de La Penne au district de Marseille, 1er floréal an II-20 avril 1794 ; AC La Ciotat, DA 01-03, Conseil du 1er germinal an II-21 mars 1794 ; AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Conseils des 6 et 29 germinal-26 mars et 18 avril et du 5 floréal an II-24 avril 1794 et AC Auriol, 1D1 2, Conseils des 17 et 19 germinal an II-6 et 8 avril 1794.

195 AC Auriol, 1D1 3, Lettre de Jean-Baptiste-Gabriel Guigou à la municipalité d’Auriol, 17 mai 1795.

196 AC Aubagne, Conseil du 29 germinal an II-18 avril 1794.

197 AC Aubagne, Conseil du 3 germinal an II-23 mars 1794.

198 AD BDR, L 1034, Rapport décadaire de Séchier, agent national d’Aubagne, 22 messidor an II-10 juillet 1794.

199 AD BDR, L 1239, Lettre de la municipalité de Cassis à l’agent national du district de Marseille, 25 vendémiaire an III-16 octobre 1794.

200 Marc Bouloiseau, La République jacobine, 10 août 1792-9 thermidor an II, Paris, Seuil, 1972, p. 250.

201 Raymonde Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Directoire, Paris, Kimé, 1994, p. 111.

202 Françoise Brunel, Thermidor : la chute de Robespierre, 1794, Bruxelles, Complexe, 1989, 155 p. et Bronislaw Baczko, Comment sortir de la Terreur : Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989, 353 p.

203 Archives parlementaires, 1re série, t. xcvi, 25, 20 fructidor an II-6 septembre 1794 (Adresse de la municipalité de La Ciotat) et 1, 22 fructidor an II-8 septembre 1794 (Adresse de la société populaire et montagnarde de Roquevaire) ; t. XCVIII, 15, 4 vendémiaire an III-25 septembre 1794 (Adresse de la société populaire de Cassis).

204 Archives parlementaires, 1re série, t. XCVII, 67, 23 fructidor an II-9 septembre 1794 (Adresse de la société populaire d’Aubagne) ; t. XCVIII, 36, 9 vendémiaire an III-30 septembre 1794 (Adresse de la société populaire de Cuges) et 9, 10 vendémiaire an III-1er octobre 1794 (Adresse de la société populaire de Gémenos).

205 Tribune de la société populaire de Marseille, n° 11 du 22 fructidor an II-8 septembre 1794.

206 Archives parlementaires, 1re série, t. XCVIII, 36, 9 vendémiaire an III-30 septembre 1794 (Adresse de la société populaire de Cuges).

207 Archives parlementaires, 1re série, t. XCVII, 3 J, 5e jour complémentaire an II-21 septembre 1794, Rapport d’Auguis et Serres à la Convention.

208 Idem.

209 Guy Martinet, « Les débuts de la réaction thermidorienne à Marseille. L’émeute du 5 vendémiaire an III », in Actes du 90e congrès des sociétés savantes de Nice en 1965, Paris, CTHS, 1966, t. II, p. 149-166 et Jacques Guilhaumou, « L’affaire de Marseille : l’émeute du 5 vendémiaire an III, analyse de discours », in Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l’an III : Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, actes du 120e congrès des sociétés savantes d’Aix-en-Provence en octobre 1995, Paris, CTHS, 1997, p. 557-568.

210 Archives parlementaires, 1re série, t. c, 10 b, 7 brumaire an III-28 octobre 1794 (Adresse de la société populaire de La Ciotat) et 2c, 13 brumaire an III-3 novembre 1794 (Adresse de la société populaire d’Allauch).

211 Pour Aubagne et La Ciotat, AD BDR, L 1026, Arrêté des représentants Auguis et Serres, 7 et 9 brumaire an III-28 et 30 octobre 1794 ; pour Cuges, 113 E 89, Arrêté du représentant Serres, 8 brumaire an III-29 octobre 1794.

212 Pour Allauch, AD BDR, 103 E 1D 2, Arrêté du représentant Chambon, 1er messidor an III-19 juin 1795 ; Arrêté du représentant Isnard, 9 messidor an III-27 juin 1795 ; Arrêté du représentant Isnard, 16 thermidor an III-3 août 1795 ; Arrêté du représentant Guérin, 22 fructidor an III-8 septembre 1795. Pour Aubagne, AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Arrêté du représentant Cadroy, 5 germinal an III-25 mars 1795 ; Arrêté du représentant Guérin, 25 fructidor an III-11 septembre 1795. Pour Auriol, AD BDR, L 575, Arrêté du représentant Augier, 6 frimaire an III-26 novembre 1794 ; Arrêté du représentant Cadroy, 22 nivôse an III-11 janvier 1795 ; AC Auriol, 1D1 3, Arrêté du représentant Cadroy, 26 germinal an III-15 avril 1795. Pour Cassis, AD BDR, L 1026, Arrêté du représentant Chambon, 21 floréal an III-10 mai 1795 ; 139 E 1D 3, Arrêté du représentant Isnard, 28 messidor an III-16 juillet 1795. Pour Cuges, AD BDR, 113 E 90, Arrêté du représentant Chambon, 22 floréal an III-11 mai 1795 ; Arrêté du représentant Chambon, 17 prairial an III-5 juin 1795. Pour La Ciotat, AC La Ciotat, Da 01-04, Arrêté du représentant Cadroy, 5 germinal an III-25 mars 1795 ; Arrêté du représentant Chambon, 26 floréal an III-15 mai 1795 ; Arrêté du représentant Guérin, 24 fructidor an III-10 septembre 1795. Pour Roquefort, AD BDR, 150 E 1D 2, Arrêté du représentant Chambon, 1er messidor an III-19 juin 1795. Pour Roquevaire, AD BDR, 156 E 1D 1, Arrêté du représentant Augier, 6 frimaire an III-26 novembre 1794 ; Arrêté du représentant Cadroy, 22 nivôse an III-11 janvier 1795 ; Arrêté du représentant Chambon, 20 germinal an III-9 avril 1795 ; Arrêté du représentant Chambon, 23 floréal an III-12 mai 1795 ; Arrêté du représentant Isnard, 10 thermidor an III-28 juillet 1795.

213 Jacques Godechot, La Contre-Révolution (1789-1804), 1961, Paris, PUF, 1984, p. 321.

214 Paul Gaffarel, « Les massacres royalistes dans le département des Bouches-du-Rhône aux premiers mois de 1795. Épisode de la réaction thermidorienne », in Annales de la faculté de lettres d’Aix-en-Provence, t. III, n° 1-2, 1909, p. 1-67.

215 Stephen Clay, « Le massacre du Fort Saint-Jean, un épisode de la Terreur blanche à Marseille », in Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l’an III…, op. cit., p. 574-575.

216 AD BDR, L 599, Pétition des citoyens d’Auriol, 25 germinal an III-14 avril 1795 ; L 295, Pétition des citoyens de La Ciotat, 9 floréal an III-28 avril 1795.

217 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an VIII-2 novembre 1799 et L 3557, Dénonciation d’Étienne Debeney fils, par devant le juge de paix de la division de l’Ouest, canton de Toulon, 6 thermidor an IV-24 juillet 1796.

218 Louis-Marie Stanislas Fréron, Mémoire historique sur la réaction royale et sur les massacres du Midi, Paris, Baudouin frères, 1824, p. 128-129.

219 AC Aubagne, Délibérations municipales 1793-1795, Adresse de la municipalité d’Aubagne à la Convention, 19 prairial an III-7 juin 1795. Sur l’élimination des derniers Montagnards à la Convention, Françoise Brunel, « L’épuration de la Convention nationale en l’an III », in Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l’an III…, op. cit., p. 15-26.

220 Observateur du Midi, n° 12 du 25 floréal an IV-14 mai 1796.

221 Michel Vovelle, « Massacreurs et massacrés. Aspects sociaux de la Contre-Révolution en Provence, après Thermidor », in François Lebrun et Roger Dupuy (dir.), Les résistances à la Révolution, actes du colloque de Rennes en septembre 1985, Paris, Imago, 1987, p. 149.

222 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an VIII-2 novembre 1799.

223 Idem.

224 Idem.

225 Sur les résultats du scrutin, A. Lajusan, « Le plébiscite de l’an III », in La Révolution française, 60, 1911, p. 5-37, 106-132 et 237-263. Sur les décrets des deux tiers, Dmitri Bovykine, « Les décrets des deux tiers : l’ambition des pouvoirs ou une mesure indispensable ? », in Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l’an III…, op. cit., p. 43-50 et Mona Ozouf, « Les décrets des deux tiers ou les leçons de l’Histoire », in Roger Dupuy et Marcel Morabito (dir.), 1795. Pour une République sans Révolution, actes du colloque de Rennes en juin-juillet 1995, Rennes, PUR, 1996, p. 193-209.

226 AN, B II 38, PV acceptation Constitution du canton d’Allauch, 20 fructidor an III-6 septembre 1795 : 86 oui ; PV acceptation Constitution du canton d’Aubagne, 20-24 fructidor an III-6-10 septembre 1795 : 1216 oui pour les deux sections d’Aubagne (le total de 898 votants pour la section 2 est certainement très exagéré, il y a dû y avoir une erreur quelque part…), nombre des votants indéterminé à Gémenos, mais constitution acceptée à l’unanimité ; PV acceptation Constitution du canton d’Auriol, 20 fructidor an III-6 septembre 1795 : 37 oui ; PV acceptation Constitution du canton de Cassis, 20 fructidor an III-6 septembre 1795 : 64 oui, 6 non ; PV acceptation Constitution du canton de Cuges, 22 fructidor an III-8 septembre 1795 : 90 oui ; PV acceptation Constitution du canton de La Ciotat, 20 fructidor an III-6 septembre 1795 : 154 oui ; PV acceptation Constitution du canton de Roquevaire, 20 fructidor an III-62 oui.

227 Michel Biard, Missionnaires de la République… op. cit., p. 228.

228 Stephen Clay, « La guerre des plumes : la presse provinciale et la politique de faction sous le premier Directoire, 1796-1797 », in Annales historiques de la Révolution française, n° 308, 1997, p. 221-247.

229 AD BDR, 103 E 1D 2, Arrêté du représentant Fréron, 22 nivôse an IV-12 janvier 1796.

230 Pour Roquevaire, AD BDR, 156 E 1D 1, Arrêté du département, 1er pluviôse an IV-21 janvier 1796. Pour Auriol, AC Auriol, 1D1 3, Arrêté du département, 8 pluviôse an IV-28 janvier 1796. Pour Aubagne, AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Arrêté du département, 22 pluviôse an IV-11 février 1796. Pour La Ciotat, AC La Ciotat, DA 01-04, Arrêté du département, 24 pluviôse an IV-13 février 1796. Pour Allauch, AD BDR, 103 E 1D 2, Arrêté du département, 22 ventôse an IV-12 mars 1796.

231 La très républicaine administration municipale du canton d’Aubagne est d’ailleurs abonnée à L’Observateur du Midi, AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 21 brumaire an V-11 novembre 1796.

232 AN, F7-7120, dossier 9019, Lettre du commissaire du Directoire exécutif près le département des Bouches-du-Rhône à Merlin, ministre de la police intérieure, 16 germinal an IV-5 avril 1796.

233 AD BDR, L 3078, Interrogatoire d’Henri Caillol par le juge du tribunal civil du département, 25 germinal an iv-14 avril 1796.

234 AN, F7-7120, dossier 9019, PV de Charles Lacombe-Villard, commissaire du Directoire exécutif près l’administration municipale du canton d’Aubagne, 12 germinal an IV-2 avril 1796.

235 Observateur du Midi, n° 9 du 10 floréal an IV-29 avril 1796.

236 Observateur du Midi, n° 12 du 25 floréal an IV-14 mai 1796.

237 Jean-René Suratteau, « Les babouvistes, le péril rouge et le Directoire (1796-1798) », in Babeuf et les problèmes du babouvisme, actes du colloque de Stockholm en août 1960, Paris, Éditions sociales, 1963, p. 147-173.

238 AD BDR, L 264, Arrêté du 4 prairial an IV-23 mai 1796.

239 Colin Lucas, « Le jeu du pouvoir local sous le Directoire », in Raymond Huard (dir.), Les pratiques politiques en province… op. cit., p. 290.

240 Observateur du Midi, n° 22 du 16 messidor an IV-4 juillet 1796 et n° 23 du 20 messidor an IV-8 juillet 1796.

241 Paul Gaffarel, « Le gouvernement du général Willot à Marseille (1796-1797) », in La Révolution française, 65, 1913, p. 133-166.

242 Observateur du Midi, n° 33 du 10 fructidor an IV-27 août 1796.

243 Observateur du Midi, n° 12 du 26 brumaire an V-16 novembre 1796.

244 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Arrêté du département, 12 brumaire an V-2 novembre 1796.

245 AC Aubagne, Justice 143, Justice et répression, Jugement rendu par le tribunal criminel du Gard, 10 frimaire an V-30 novembre 1796.

246 Observateur du Midi, n° 17 du 20 frimaire an V-10 décembre 1796.

247 Observateur du Midi, n° 24 du 26 nivôse an V-15 janvier 1797 (Auriol) et n° 32 du 6 ventôse an V-24 février 1797 (Cuges).

248 Pierre Serna, « Comment être démocrate et constitutionnel en 1797 ? », in Annales historiques de la Révolution française, n° 308, 1997, p. 199-219.

249 Vue d’ensemble dans Jean-René Suratteau, « Les élections de l’an v aux Conseils du Directoire », in Annales historiques de la Révolution française, 1958, p. 21-63.

250 AD BDR, L 266, PV assemblée primaire du 1er germinal an V-21 mars 1797.

251 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an VIII-2 novembre 1799.

252 AC Auriol, 1D1 3, PV dressé par Antoine Bernard, agent municipal et Joseph-Félix-Séverin Étienne, commissaire du Directoire exécutif près l’administration municipale du canton d’Auriol, 9 floréal an V-28 avril 1797.

253 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 30 prairial an V-18 juin 1797.

254 AD BDR, 135 E FF 3, Pétition pour la réouverture de l’église des Cordeliers, 12 floréal an V-1er mai 1797 ; Pétition pour la réouverture de la chapelle de Baudinard, 25 floréal an V-14 mai 1797 ; Pétition pour la réouverture de la chapelle des Pénitents Gris, 14 messidor an V-2 juillet 1797.

255 AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Conseil du 17 prairial an V-5 juin 1797.

256 AD BDR, L 288, Pétition des citoyens d’Allauch au département, 1er messidor an V-19 juin 1797.

257 AD BDR, L 293, Pétition des « habitants probes de la commune de Cuges » à l’administration municipale du canton de Roquevaire, 7 messidor an V-25 juin 1797. Sur les « chambrées républicaines », Christine Peyrard, « Peut-on parler de sociabilité méridionale sous le Directoire ? », in Provence historique, t. LVII, fasc. 187, 1997, p. 95-108 et « Du Club à la Chambrée : la résistance républicaine en Provence pendant la Terreur Blanche », in Christophe Charle, Jacqueline Lalouette, Michel Pigenet et Anne-Marie Sohn (éd.), La France démocratique : combats, mentalités, symboles. Mélanges offerts à Maurice Agulhon, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 207-216.

258 AN, BB 18, 189, Lettre d’Ailhaud, président du tribunal criminel et spécial du département des Bouches-du-Rhône au ministre de la Justice, 2e jour complémentaire an IX-19 septembre 1801.

259 AD BDR, L 137, Lettre de Garnier et Cauvin, commissaires délégués par l’administration centrale du département du Var au département des Bouches-du-Rhône, 1er fructidor an V-18 août 1797.

260 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an VIII-2 novembre 1799.

261 AD BDR, L 3559, Déposition de Jean Bernard par devant le juge de paix d’Aubagne, 27 germinal an VIII-17 avril 1800.

262 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an VIII-2 novembre 1799.

263 Idem.

264 BM Avignon, Ms 1675, Lettre de Bonifay, agent municipal de Cuges au département, 12 brumaire an VI-2 novembre 1797 et Anti-Royaliste, n° 4 du 26 brumaire an VI-14 novembre 1797.

265 Antoine Bernard, « Le 18 fructidor à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône », in La Révolution française, 41, 1901, p. 193-215.

266 Pour le canton d’Allauch, AD BDR, 103 E 1D 3, Arrêté du département, 9 brumaire an VI-30 octobre 1797. Pour celui d’Aubagne, AC Aubagne, Délibérations municipales 1791-1798, Arrêté du département, 9 brumaire an VI-30 octobre 1797. Pour celui d’Auriol (avec Belcodène, Gréasque, Peypin et Saint-Savournin), AC Auriol, 1D1 3, Arrêté du département, 17 brumaire an VI-7 novembre 1797. Pour celui de Cassis (avec Ceyreste, La Penne et Roquefort), AD BDR, L 2100, Arrêté du département, 8 frimaire an VI-28 novembre 1797. Pour celui de La Ciotat, AC La Ciotat, DA 01-04, Arrêté du département, 8 brumaire an VI-29 octobre 1797. Pour celui de Roquevaire (avec Cuges et Gémenos), AD BDR, 156 E 1D 1, Arrêté du département, 17 brumaire an VI-7 novembre 1797.

267 AD BDR, L 353, 59e liste des émigrés.

268 Anti-Royaliste, n° 22 du 23 pluviôse an VI-11 février 1798 ; n° 29 du 16 ventôse an VI-6 mars 1798 ; n° 36 du 13 germinal an VI-2 avril 1798 et n° 37 du 18 germinal an VI-7 avril 1798.

269 AD BDR, L 3049, Lettre de l’administration municipale d’Aubagne au juge de paix Beuf, 2 prairial an VI-21 mai 1798.

270 AN, BB 18, 189 et AD BDR, L 3049, Acte d’accusation contre « la bande d’Aubagne », 12 brumaire an VIII-2 novembre 1799.

271 AN, BB 18, 189, Jugement du tribunal spécial sur la procédure d’Aubagne, 14 fructidor an IX-1er septembre 1801.

272 AN, BB 18, 189, Jugement du tribunal spécial sur l’assassinat de Jacques Arnaud en l’an V, 11 messidor an IX-30 juin 1801.

273 Paul Gaffarel, « Les chauffeurs provençaux en 1798 et 1799 », in Annales de la Société d’études provençales, t. 6, 1909, p. 331-357 et 377-395 et Stephen Clay, « Le brigandage en Provence du Directoire au Consulat (1795-1802) », in Jean-Pierre Jessenne (éd.), Du Directoire au Consulat. Tome 3 : Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation, actes du colloque de Rouen en mars 2000, Villeneuve-d’Ascq, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, Université de Rouen et préfecture de la région Haute-Normandie, 2001, p. 67-89.

274 AC Auriol, 1D1 3, PV du 1er fructidor an VI-18 août 1798 (attroupement à Auriol) ; 1D1 4, PV du 26 frimaire an VII-16 décembre 1798 (attroupement près de Belcodène) et PV 1er vendémiaire an IX-23 septembre 1800 (attroupement à Auriol) ; AD BDR, 103 E 1D 3, PV du 30 prairial an VII-18 juin 1799 (attroupement à Allauch).

275 AD BDR, L 3559, PV assassinat du soldat Louis Corand près d’Aubagne, 12 germinal an VII-1er avril 1799 ; AC Aubagne, Délibérations municipales 1798-1804, PV assassinat du Républicain Jean-Jacques Borrély, près d’Aubagne, 12 fructidor an VII-29 août 1799 et PV assassinat du gendarme Jean Meunier, entre Aubagne, Cassis et Roquefort, 18 fructidor an VII-4 septembre 1799 et 113 E 90, PV assassinat du chef de brigade Lamotte, entre Cuges, Gémenos et Roquefort, 26 floréal an VIII-16 mai 1800 ; AC Auriol, 1D1 4, PV assassinat de Jean-Joseph Ribot, 3 nivôse an VIII-24 décembre 1799 ; PV assassinat de Jean Bissarel, 11 floréal an VIII-1er mai 1800 ; PV assassinat de trois officiers de l’armée cisalpine, 25 floréal an VIII-15 mai 1800 ; PV assassinat de Jean-Joseph Geoffroy, 29 prairial an VIII-18 juin 1800 ; PV assassinat de trois soldats de la Légion polonaise, 13 thermidor an VIII-1er août 1800 et PV assassinat de Michel Roubaud, 9 brumaire an XI-31 octobre 1802.

276 AC Auriol, 1D1 4, PV mort d’un grenadier tué dans l’affrontement avec les brigands, 21 pluviôse an VIII-10 février 1800 ; PV nouvel affrontement entre les brigands et la troupe, 7 soldats tués, 14 thermidor an VIII-2 août 1800 ; PV affrontement, avec encore un soldat tué, 27 brumaire an IX-18 novembre 1800 et PV affrontement, un soldat tué, 16 floréal an IX-6 mai 1801.

277 Maurice Agulhon, La vie sociale… op. cit., p. 379.

278 Michel Vovelle, « Les troubles sociaux en Provence de 1750 à 1792 », in De la cave au grenier… op. cit., p. 224.

279 Yves-Marie Bercé, « Nostalgie et mutilation : psychoses de la conscription » et Alan Forrest, « Le recrutement des armées et la Contre-Révolution en France », in François Lebrun et Roger Dupuy (dir.), Les résistances à la Révolution, op. cit., p. 170-179 et 180-190.

280 Marianne Boussuge, « Étude des forces républicaines dans les Bouches-du-Rhône de Thermidor à Brumaire à la reconquête de l’espace public », mémoire de maîtrise sous la direction de Christine Peyrard, Aix-en-Provence, 2002, 2 t.

281 Antoine Bernard, « Le 18 fructidor à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône », op. cit., p. 201.

282 Anti-Royaliste, n° 12 du 6 nivôse an VI-26 décembre 1797, sur la fête célébrée à Aubagne « en mémoire de la paix conclue avec l’Empereur ».

283 Anti-Royaliste, n° 27 du 9 ventôse an VI-27 février 1798, sur un don patriotique fait à La Ciotat « pour la descente en Angleterre ».

284 AD BDR, L 295, Pétition des Républicains de La Ciotat à l’administration municipale, 19 vendémiaire an VI-10 octobre 1797.

285 Jean Boutier et Philippe Boutry (dir.), « Les sociétés politiques », op. cit., p. 104. Il y est aussi fait mention d’une société républicaine aubagnaise réfugiée à Toulon.

286 AD BDR, L 279, PV assemblée électorale, an vi.

287 Jean-René Suratteau, Les élections de l’an vi et le « coup d’État du 22 floréal an vi » (11 mai 1798). Étude documentaire, statistique et analytique. Essai d’interprétation, Paris, Les Belles Lettres, 1971, 459 p.

288 Jérôme Augier, « Les élections dans les bourgs et villages des Bouches-du-Rhône sous le Directoire, an III-an VII -1795-1799) », mémoire de maîtrise sous la direction de Christine Peyard, Aix-en-Provence, 1997, p. 125-127.

289 AD BDR, L 279, Lettre des soussignés électeurs des cantons de Berre, Marignane, Cuges et Roquevaire, 28 germinal an VI-17 avril 1798.

290 AC La Ciotat, DA 01-04, Lettre de Bernardin Ramel à l’administration municipale de La Ciotat, 22 germinal an VI-11 avril 1798.

291 Vue d’ensemble dans Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ? La démocratie représentative, une alternative à Brumaire, Paris, CTHS, 2001, 542 p. ; pour les Bouches-du-Rhône, Marianne Boussuge, « Les élections de l’an VII dans les Bouches-du-Rhône : la campagne électorale des néo-jacobins », in Provence historique, t. LXII, fasc. 228, 2007, p. 189-206.

292 AD BDR, L 279, PV formation assemblée électorale aux Carmélites d’Aix, 25 germinal an VII-14 avril 1799.

293 AN, AF III, 217, 1, Adresse de l’administration municipale d’Aubagne au Directoire, 21 prairial an VII-9 juin 1799 ; C 579, 215, Adresse de l’administration municipale d’Aubagne aux Anciens, an VII et C 465, 54, Adresse de l’administration municipale aux Cinq Cents, thermidor-fructidor an VII-juillet-août 1799.

294 Jean Boutier et Philippe Boutry (dir.), « Les sociétés politiques », op. cit., p. 104.

295 AN, C 584, 161, Adresse des Républicains de Cuges au Corps législatif, an VII.

296 AN, C 596, 269, Adresse de l’administration municipale de La Ciotat aux Anciens, an VIII.

297 AN, F1c III Bouches-du-Rhône, 8, Adresse de la municipalité de Roquevaire, 13 ventôse an XII-4 mars 1804 ; Adresse de la municipalité d’Auriol, 14 ventôse an XII-5 mars 1804 ; Adresse de la municipalité d’Aubagne, 15 ventôse an XII-6 mars 1804 ; Adresse de la municipalité de La Ciotat, 16 ventôse an XII-7 mars 1804 ; AD BDR, 3 M 2, Adresse des municipalités de Gréasque, Peypin et Saint-Savournin, 15 floréal an XII-5 mai 1804 ; 2 M 95, Adresse de la municipalité d’Aubagne, 28 octobre 1813 et Adresse de la municipalité de La Ciotat, 31 octobre 1813.

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540