Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les patriotes et les autres

 | 
Cyril Belmonte

Quinze communautés d’Ancien Régime

Chapitre 1. Profils communaux

Texte intégral

  • 1 Roland Mousnier (éd.), Problèmes de stratification sociale, actes du colloque tenu en Sorbonne en d (...)

1Quatre petites villes, quatre bourgs, quatre villages urbanisés, trois villages d’habitat dispersé, voilà de quoi se compose en 1789 la zone à l’est de Marseille. C’est dire toute la modestie du réseau urbain-villageois où va bientôt éclater la tempête révolutionnaire. Ici comme ailleurs en cette deuxième moitié du XVIIIe siècle, la hiérarchie sociale est fondée depuis longtemps sur les survivances de la division en ordres1, mais aussi et de plus en plus sur l’accès à la propriété. Dans ces communautés au dynamisme inégal, l’estime, l’honneur et la dignité conservent toute leur valeur discriminante dans la hiérarchie sociale, mais avec l’argent, beaucoup de choses sont désormais possibles.

L’économie de l’arrière-pays marseillais

  • 2 Les rôles de la contribution mobilière ont donc été préférés à ceux de la contribution foncière, ne (...)

2Notre étude des secteurs d’activité se fonde autant que faire se peut sur les rôles de la contribution mobilière, de loin les plus complets, puisque comprenant tous les habitants chefs de famille, y compris les « garçons » et les ouvriers, y compris aussi les moins solvables du lieu2.

Tableau 4 : Les secteurs d’activité (en %)

  • 3 Voir ainsi Wayne Snider et Nathalie Ostroot, « Évolution de la structure socio-professionnelle des (...)

3Bien évidemment, dans cet arrière-pays marseillais d’avant l’industrialisation, l’agriculture domine3. La production agricole s’appuie sur la célèbre trilogie méditerranéenne, même si la part de l’olivier tend à décliner, ne serait-ce qu’à cause des grands froids de l’hiver 1788-1789. Les statistiques réalisées en messidor an III sur « l’état de la quantité et de la qualité des terres en bleds, légumes, fourrages et autres productions pour la récolte de l’an III » nous donnent en tout cas un précieux aperçu sur les possibilités locales.

  • 4 AD BDR, L 656 pour Roquevaire et Saint-Savournin ; L 1089 pour les communes du district de Marseill (...)

Tableau 5 : La répartition des terroirs (en %)4

4Le tableau n° 5 met bien en évidence que si les céréales occupent encore près de la moitié des surfaces cultivées, elles sont un peu partout concurrencées par des productions plus commerciales et notamment par les vignes. Autrement dit, les communes de l’arrière-pays marseillais ont fait le choix de ne pas simplement produire de tout pour leur propre consommation, mais de s’ouvrir au marché, seule solution en quelque sorte pour faire face à l’ingratitude des sols. Ces impératifs de commercialisation posent aussi dans toute son acuité le grand problème des subsistances à l’époque révolutionnaire : la production de blé est depuis longtemps insuffisante et les communes ont pris l’habitude d’acheter des céréales en vendant leur vin. Que les circuits traditionnels de l’échange soient perturbés ou que les réquisitions militaires réduisent le surplus viticole et alors c’est la catastrophe…

5Quant à l’élevage (caprin et surtout ovin), étant donné la faible quantité (et qualité) des prés naturels, il n’est possible que dans les garrigues et les bois, dès lors enjeux de toutes les rivalités.

6Mais revenons à notre propos : les professions agricoles sont le fait de 55,91 % des habitants recensés dans nos communes d’étude. Une telle moyenne cache toutefois de grandes disparités. Sans surprise, nos statistiques nous montrent le poids décisif des activités agricoles dans les plus petites localités : Roquefort, Belcodène et Saint-Savournin. Ici, une seule fonction ou presque, la production agricole.

7Ailleurs, les choses se compliquent. Certains villages plus urbanisés comme La Penne ne vivent pas uniquement de la terre. Certains bourgs comme Gémenos et plus encore Cuges doivent avoir de véritables spécialités locales, tant l’activité agricole y est tout juste ou pas du tout majoritaire. Dans certaines communes plus étoffées, gros bourgs comme Allauch ou Roquevaire, petites villes comme Auriol et à un degré moindre comme Aubagne, l’agriculture reste au contraire une activité fondamentale, ce qui est à relier avec l’importance de leur plat pays. En revanche et proximité de la mer oblige, à Ceyreste, Cassis et La Ciotat (avec cette réserve que le pourcentage donné n’est relatif qu’aux seuls propriétaires), le travail de la terre n’est qu’une activité parmi d’autres.

  • 5 Michel Derlange, Les communautés…, op. cit., p. 230-231.

8La deuxième sphère d’activité qui ressort de nos calculs, c’est tout ce qui a trait à la petite production artisanale (ou à peine industrielle, dans quelques cas). Le monde de l’échoppe, de la boutique et de la petite fabrique emploie 27,42 % des habitants recensés. Là encore, différentes situations se présentent. Les villages de production agricole se caractérisent logiquement par l’absence ou la rare présence d’artisans et petits commerçants. À Roquefort, il n’y en a aucun ; à Belcodène, seuls deux aubergistes sont mentionnés dans l’état des chefs de famille de l’an II. Dans les gros bourgs et petites villes, de Cassis à Roquevaire, les métiers de l’artisanat et du commerce représentent près du tiers de la population active. Le pourcentage s’élève encore à Gémenos et surtout à Cuges : avec plus de 40 % d’artisans, boutiquiers et négociants, les deux communes appartiennent à la catégorie des « bourgs d’artisanat » définie par Michel Derlange5.

9Certaines activités de base, comme les métiers de l’alimentation, du bâtiment, du cuir (et sa pléthore de cordonniers), des fours et moulins, de l’habillement, de la fabrication-réparation d’instruments agricoles, des métaux et du petit commerce, sont présentes dans toutes les localités un tant soit peu développées. C’est le cas aussi finalement des métiers du « luxe » : les perruquiers apparaissent dès que le seuil du bourg est franchi. Toutes ces activités constituent le noyau dur en quelque sorte des chefs-lieux agglomérés de nos communes d’étude, leur conférant un indéniable caractère urbain.

  • 6 En 1789, des marchés fonctionnent à Aubagne et à Auriol ; des foires se tiennent à Aubagne, Auriol, (...)
  • 7 La route Marseille-Toulon passe par La Penne et Aubagne et celle d’Aix par La Pomme (près de Belcod (...)
  • 8 René Baehrel avait déjà remarqué l’emprise croissante des marchands dans la vente des vins : René B (...)
  • 9 Louis-Sifroy Bonifay, Essai historique et statistique sur la commune de Cuges, Marseille, Joseph Cl (...)

10Le poids des activités plus marchandes (commerce bien sûr et d’une certaine manière restauration et transport) se fait davantage sentir à Aubagne, Auriol, Cuges, Gémenos, La Ciotat et Roquevaire. Ce n’est pas un hasard : c’est là que l’on trouve les marchés et les foires6, c’est là que passent les routes de première classe7, Marseille-Toulon et Aix-Toulon, c’est là, enfin, qu’il y a beaucoup de vin à écouler. Des intermédiaires plus ou moins nombreux et plus ou moins dynamiques sont donc à l’œuvre, s’enrichissant de la commercialisation du vin8 ou du bois. Le bois, c’est d’ailleurs la grande spécialité de la commune de Cuges, peut-être autant que les traditionnelles productions agricoles. Le secteur emploie plus du quart des chefs de famille recensés : scieurs de long, charbonniers et surtout pégoliers (20,29 % des habitants). La résine de pin distillée est exportée vers La Ciotat et plus encore vers l’arsenal de Toulon, le long de la route de Marseille et un tel commerce assure les beaux jours de nombreux aubergistes et négociants en tout genre9.

  • 10 Michel Derlange, Les communautés…, op. cit., p. 237.
  • 11 René Fassy, « Un constructeur de navires ciotaden : Antoine Fassy (1692-1749) », in Provence histor (...)
  • 12 La céramique, l’archéologue et le potier. Études de céramiques à Aubagne et en Provence du XVIe au (...)

11Quelques activités industrielles, conservant souvent un caractère saisonnier ou de commande10, apparaissent ici ou là et bien sûr à proximité des bois et des rivières, l’Huveaune en l’occurrence. C’est le cas dans le secteur de l’habillement-textile : des fabriques d’indiennes fonctionnent en 1789 à La Penne et à Auriol, un atelier de laine est présent à Aubagne, des filatures de soie existent à Aubagne et Gémenos, Gémenos qui abrite aussi une bonneterie et une blanchisserie. Cette dernière localité parait même constituer une véritable petite nébuleuse industrielle, puisque l’on y trouve encore un martinet pour le cuivre, une verrerie et une fabrique de papier (d’autres papeteries sont en activité à Aubagne, Auriol et Roquevaire) ; c’est la seule commune en tout cas où le poids des ouvriers est non négligeable, avec plus de 16 % des habitants recensés. Ailleurs, se signalent aussi à La Ciotat des chantiers navals11, des savonneries et une raffinerie de sucre ; à Aubagne, une déjà importante activité céramique12, avec en 1791 trois faïenceries, deux fabriques de tuiles et 38 potiers ; à Cassis, les carrières de pierres s’animent, de même qu’à Roquevaire, les plâtrières.

  • 13 AD BDR, 135 € BB 27, Conseil du 2 janvier 1781.
  • 14 Dominique Berthout et Gérard Curt, Gémenos, Équinoxe (« Le temps retrouvé »), 1994, p. 69-73.
  • 15 Charles Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des économies mar (...)
  • 16 AC La Ciotat, BB 12, Conseil du 2 septembre 1787.

12Il convient aussi de remarquer que bon nombre de ces petites fabriques viennent juste d’être montées, quand commence l’embrasement révolutionnaire. Ainsi, la filature de soie d’Aubagne est-elle créée en 1781 par le marchand Pons Bringier13. D’Albertas, seigneur de Gémenos, lance la « Blancherie ou fabrique à blanchir et imprimer les toiles velin et de coton » en 1785 et sa « fabrique pour le verre noir et le verre à vitres » en 178814. C’est en 1786 que la veuve du grand négociant marseillais Rémuzat commandite une fabrique de teinture de cotons filés rouges à Auriol15. Dernier exemple : les Genevois (et protestants) David Charton, Jean-Jacques Pallard et Jean-Antoine Lullin établissent une grande raffinerie de sucre à La Ciotat en 178716.

  • 17 AD BDR, L 797, Tableau des mines, 7 germinal an II (28 mars 1794).
  • 18 Olivier Raveux, « Une croissance entravée (1744-1838) », in Xavier Daumalin, Jean Domenichino, Phil (...)

13Il est un dernier secteur dont l’importance ne ressort pas vraiment dans nos statistiques : les mines. Au XVIIIe siècle, en effet, le charbon de pierre est de plus en plus utilisé par les industries marseillaises, d’où la mise en exploitation plus systématique de filons souvent connus depuis bien longtemps. Dix-sept concessions existent en l’an II17 dans les communes de notre étude : six à Gréasque (exploitées depuis 1713), quatre à Belcodène (1780), trois à Auriol, deux à Saint-Savournin, une à Peypin et à Roquevaire. Or, le travail d’extraction est confié le plus souvent par les concessionnaires à des familles de cultivateurs locaux, d’où une double activité de paysans et de mineurs qui n’apparaît pas du tout dans les documents que nous avons utilisés18.

  • 19 Un phénomène déjà observé par Christophe de Villeneuve-Bargemon, Statistique…, op. cit., t. II, p. (...)

14Les métiers de la mer forment le troisième grand secteur économique, avec 7,52 % des habitants recensés. Bien évidemment, en dehors de quelques matelots résidants à Allauch, Aubagne ou Cuges, les activités maritimes se concentrent à Cassis, La Ciotat et Ceyreste. On trouve dans les deux ports plusieurs capitaines de navire, mais ceux-ci doivent le plus souvent se contenter de cabotage et au mieux de quelques « caravanes » plus lointaines. Le XVIIIe est le siècle de la prospérité marseillaise et celui du déclin ciotaden (et cassiden dans une moindre mesure). Du coup, certains marins au long cours ont été contraints de se réorienter et de se faire plus modestement patrons de barque et pêcheurs19. À Ceyreste, en revanche, il semble bien que nombre d’habitants préfèrent travailler quelque temps en mer, avant de se consacrer aux tâches agricoles : c’est peut-être un tel choix qui explique la relativement faible part de l’agriculture comme de l’artisanat dans l’emploi de la bourgade.

  • 20 Daniel Roche et Michel Vovelle, « Bourgeois, rentiers, propriétaires. Éléments pour la définition d (...)

15Avec 5,97 % des chefs de famille, ceux qui vivent de leurs biens représentent une frange non négligeable. Nous avons intégré à ce « secteur » des inactifs rentiers les « bourgeois » de l’ancienne Provence, puis les « propriétaires » de la nomenclature sociale révolutionnaire. Il est toutefois malaisé de bien rendre compte de ce monde des oisifs, tant est grande la variété des situations individuelles, entre les héritiers en tout genre qui ont fait le choix de la vie noble et ceux qui se sont retirés de la vie active20. C’est ce qui explique par conséquent l’importance du facteur « âge » dans la composition du groupe : les riches ménagers, artisans, négociants ou professions libérales qui ne sont plus en état (ou n’ont plus envie) de vaquer à leur labeur habituel s’intitulent alors volontiers « bourgeois » sous l’Ancien Régime et « propriétaires » avec la Révolution. Quoi qu’il en soit et au-delà des destinées personnelles, c’est avant tout de la terre que vivent les « bourgeois » de nos communes d’étude, une terre qu’ils gèrent souvent directement, d’où une implication évidente dans l’activité et l’emploi agricole. À ces revenus fonciers, s’ajoutent souvent des ressources locatives, notamment dans les localités les plus urbanisées, Cassis, La Ciotat et Aubagne. La petite ville apparaît ainsi comme le domaine par excellence des inactifs aisés.

16Ces oisifs, ils sont aussi présents un peu partout, y compris dans les plus petits villages comme Roquefort, où sont par exemple venus habiter et jouir des biens de famille les rejetons de l’avocat aubagnais Bernard. À Ceyreste, les marins qui ont réussi à accumuler un petit pécule, en profitent dans leurs vieux jours pour se parer de l’honorable titre de « propriétaire ». Dans plusieurs bourgs en revanche et notamment dans ceux qui se caractérisent par une certaine activité marchande (Cuges, Auriol, Roquevaire), l’usage du qualificatif « bourgeois » se fait plus restrictif, ne désignant en quelque sorte que ceux qui sont réellement oisifs.

17Il reste enfin un dernier secteur dans l’emploi de nos communes d’étude : celui des « services ». Nous avons regroupé sous ce vocable les métiers du droit (avocats, notaires…), de la santé (médecins, chirurgiens…), de l’enseignement (maîtres ou régents des écoles, instituteurs…), présents dans toutes les localités de quelque importance. Nous y avons intégré les prêtres et un certain nombre de « divers », attestant de fonctions urbaines plus ou moins variées : personnel des douanes, des postes (à lettres et à chevaux), gendarmes, « employés municipaux »…. L’ensemble du secteur représente 3,51 % des habitants recensés.

18Les pourcentages donnés dans le tableau n° 4 n’offrent pourtant qu’un reflet très imparfait de la hiérarchie urbaine des communes de l’arrière-pays marseillais. La Penne arrive ainsi en tête, alors qu’elle n’a ni notaire, ni instituteur et compte à peine un prêtre succursaliste ; seule la présence d’un important bureau de douanes, juste à l’entrée du terroir marseillais, explique une telle hypertrophie en quelque sorte. Une nuance identique peut être apportée au cas de Ceyreste : ce petit bourg ne doit sa deuxième place qu’à la résidence de plusieurs anciens prêtres, ce qui a eu là aussi pour effet de gonfler artificiellement les résultats. Ces réserves étant posées, il faut bien reconnaître que la suite du tableau est en plutôt bonne adéquation avec la géographie administrative de l’Ancien Régime comme des années révolutionnaires et post-révolutionnaires d’ailleurs.

19Cet essai de ventilation socioprofessionnelle laisse entrevoir la diversité des microcosmes locaux et au-delà des hiérarchies sociales qui s’en dégagent.

20Roquefort apparaît comme un village d’habitat dispersé, à la seule fonction de production agricole. Dans les villages de Gréasque, Peypin, Saint-Savournin et, à un moindre degré, Belcodène, l’activité agricole est complétée par le travail à la mine.

21La Penne et Ceyreste se situent à la frontière entre village et bourg, une frontière largement franchie pour Cuges et Gémenos, deux communes qui se singularisent par l’importance de leurs activités commerciales et peut-être d’une certaine mesure proto-industrielles. Dans le cas d’Allauch, on peut manifestement parler de bourg agricole, tant l’agriculture y occupe une place écrasante.

22Auriol, Cassis et Roquevaire campent sur une autre frontière, entre le bourg et la petite ville cette fois-ci. Là encore, la ligne de démarcation semble franchie pour Aubagne et La Ciotat, deux communes qui jouent le rôle de pôles locaux dans l’armature urbaine de l’arrière-pays marseillais.

Fortunes et groupes sociaux

Niveaux de fortune

  • 21 AD BDR, L 409 à L 413.

23Qui sont les riches de l’arrière-pays marseillais ? Pour obtenir des réponses satisfaisantes, une longue immersion dans les fonds des notaires ou de l’enregistrement s’imposerait. Nous nous en dispenserons et nous contenterons d’une modeste vision d’ensemble. Celle-ci s’appuie sur un document fiscal très commode à exploiter : les rôles de l’emprunt forcé de l’an IV21.

  • 22 AD BDR, L 200, Lettre de Cartier au département, 12 floréal an V (1er mai 1797).

24Il s’agit là d’un véritable impôt direct et progressif. Il doit être perçu sur le quart le plus riche des contribuables de chaque commune, d’où des effectifs somme toute assez importants. En l’an IV, les contribuables qui doivent payer sont divisés en 16 classes et imposés de 50 à 6 000 £. Le montant du prélèvement, et c’est cela qui nous importe, est calculé à partir d’une estimation des biens, des revenus, des produits de l’industrie, bref sur la fortune présumée des citoyens. Certes, ces registres de l’emprunt forcé de l’an IV ont bien des défauts ; à Aubagne, par exemple, Cartier, le commissaire du Directoire exécutif près l’administration municipale, dénonce ainsi « les abus qui se sont commis dans l’ancienne administration », c’est-à-dire les manœuvres partisanes, la surimposition de certains citoyens22. Cela étant dit, force est quand même de reconnaître que ces rôles de l’an IV offrent à l’échelle locale une base statistique des plus correctes, ce qui n’est pas le cas de l’emprunt sur les riches de 1793, de l’emprunt de l’an VII ou encore de la liste des six cents plus imposés de 1813, lesquels se prêtent davantage à une étude départementale de la richesse.

25Pour apparaître dans les registres, il faut bénéficier d’une fortune de 2000 £, signe par conséquent d’une certaine aisance dans le département des Bouches-du-Rhône. Au-delà de ce point de départ commun, les différences sont grandes.

Tableau 6 : L’emprunt forcé de l’an IV : approche d’ensemble

  • 23 Michel Vovelle, Les folies d’Aix ou la fin d’un monde, Pantin, Le Temps des Cerises, 2003, 286 p.

26Le tableau 6 appelle deux grandes remarques. La première, pas vraiment étonnante, pour constater l’absence des millionnaires en résidence dans nos communes : c’est assez logique, du fait de la proximité des grandes villes, Marseille pour le négoce, Aix pour le Parlement et ses « folies »23. Autrement dit, l’arrière-pays marseillais n’est pas une terre de très grandes fortunes ; les très riches sont ailleurs, en quelque sorte.

27En second lieu, il faut bien mettre en évidence la répartition très inégale de ces modestes fortunes au sein de l’espace étudié. S’imposent tout d’abord des localités où la hiérarchie des fortunes n’est pas très prononcée et où leur niveau moyen s’avère relativement bas : c’est le cas de localités de faible importance comme Ceyreste et Saint-Savournin, mais aussi d’un gros bourg comme Allauch. Il y a là une certaine homogénéité du groupe local des plus riches, lequel se signale avant tout par la médiocrité de ses patrimoines. Cette homogénéité relative se retrouve dans le village d’habitat dispersé qu’est Roquefort, mais avec cette fois-ci des fortunes bien supérieures. Inversement, à Peypin et Cassis, les moyennes sont élevées, de même que les étendues, ce qui suppose la présence à demeure de quelques très confortables patrimoines. Ailleurs et notamment dans les communes aux traits les plus urbains (Aubagne, Auriol, La Ciotat, Roquevaire), il y a un véritable étagement des fortunes, ce que confirme nettement la ventilation en classes statistiques.

28Huit groupes peuvent ainsi être dégagés à partir de la moyenne d’ensemble (7918), sur l’étendue 2000-300 000 : de 1979 à 3 959 (classe 1), de 3960 à 7918 (classe 2), de 7 919 à 15 836 (classe 3), de 15 837 à 31 672 (classe 4), de 31 673 à 63 344 (classe 5), de 63 345 à 126 688 (classe 6), de 126 689 à 253 376 (classe 7) et de 253 377 à 506 752 (classe 8).

Tableau 7 : L’emprunt forcé de l’an IV : répartition des contribuables en classes statistiques (en % des effectifs)

29Il ressort du tableau n° 7 que la fortune-type des riches résidant dans les communes de l’arrière-pays marseillais coïncide avec la deuxième classe statistique, avec 43,01 % des contribuables astreints à l’emprunt forcé de l’an IV. C’est d’ailleurs cet étalement, de 3959 à 7918 £, qui est dominant dans la plupart des communes, à l’exception de Gémenos et La Ciotat où l’emporte la première classe et de La Penne et Roquefort où c’est le troisième groupe qui a le plus d’importance.

30Nous pouvons compléter ce constat de l’inégale implantation des riches dans notre secteur d’étude par les enseignements du tableau n° 10, montrant le pourcentage de la fortune possédée par classe statistique.

Tableau 8 : L’emprunt forcé de l’an IV : les différentes classes statistiques dans la fortune d’ensemble (en %)

31De nombreuses communes offrent par conséquent des profils relativement équilibrés, avec une appropriation de la richesse plus ou moins proportionnelle aux effectifs des classes statistiques. En revanche, à Aubagne et à La Ciotat, ce sont les riches du troisième groupe qui dominent, alors qu’ils ne sont pas les plus nombreux ; à Peypin et à Cassis, ce sont même les plus riches du lot qui contrôlent la plus grande part des fortunes locales.

  • 24 Jean Sentou, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse sous la Révolution (1789-1799), 3e partie « Les (...)

32Si l’on ne prend en compte que le montant des fortunes, il devient possible de conclure que dans les communes de l’arrière-pays marseillais, 92,3 % des contribuables astreints à l’emprunt forcé de l’an IV peuvent se prévaloir de patrimoines compris entre 2000 et 15 500 £, ce qui leur permet de s’adjuger 76,64 % de la fortune totale. À Toulouse, cette fourchette correspond aux fortunes-types de la « petite bourgeoisie » et de certains pans de la « moyenne bourgeoisie »24. Ce n’est pas vraiment étonnant, étant donné les structures économiques et sociales de nos communes d’étude, encore largement dominées par le travail de la terre ; cela pose aussi le problème de l’origine sociale des plus riches.

  • 25 Adeline Daumard, « Une référence pour l’étude des sociétés urbaines en France aux XVIIIe et XIXe si (...)
  • 26 Christophe Charle (dir.), Histoire sociale, histoire globale ? actes du colloque de l’ENS Saint-Clo (...)

33Une analyse des fortunes par groupes sociaux s’avère donc nécessaire. C’est là un exercice difficile, dans la mesure où les rôles de l’emprunt de l’an IV se contentent souvent de la mention « propriétaire » pour caractériser la profession d’un individu, ce qui n’est pas vraiment éclairant et impose un long travail de reconstitution, par la confrontation avec d’autres sources fiscales, notamment d’Ancien Régime. Autre exercice particulièrement ardu : le passage du milieu professionnel au groupe social, pour ne pas parler de « classe sociale ». Rappelons à cet égard que malgré certaines tentatives d’uniformisation, il a été impossible à la communauté scientifique de se mettre d’accord sur un code socioprofessionnel commun, tant et si bien que chaque chercheur, ou presque, utilise sa propre codification, en se fondant la plupart du temps sur un vocabulaire social glané aux aléas de ses sources locales25. La variété est par conséquent de mise, ce qui ne facilite pas les comparaisons précises d’un ouvrage à l’autre, en particulier pour les sociétés rurales, à la prodigieuse diversité lexicologique. Par ailleurs, la recherche actuelle se méfie des catégorisations qui risquent de réifier stérilement des réalités sociales mouvantes et nous apprend à penser que l’identité des individus ou des groupes dans la société n’est pas un donné, mais le résultat d’une construction aux multiples paramètres26.

  • 27 Maurice Agulhon, La vie sociale…, op. cit. et « Mise au point sur les classes sociales en Provence  (...)

34Or, n’est-ce pas là ce qu’a bien compris Maurice Agulhon dans son immense travail sur la société provençale27 ? En se fondant sur les rôles de capitation, et donc sur une source fiscale reflétant au plus haut point les hiérarchies sociales telles qu’elles étaient non seulement perçues, mais, pourrait-on dire, intériorisées, il a pu dégager des groupes sociaux définis à la fois par leur position économique et par leur statut culturel au sens le plus large du terme. Six « classes sociales » de base structurent ainsi selon lui, de part et d’autre de la Révolution, les communes provençales (nobles, bourgeois, négociants et marchands, artisans et petits commerçants, ménagers, travailleurs), une septième étant plus spécifique aux communes maritimes (les gens de mer).

35À cette vision d’ensemble, conforme au modèle Dupâquier puisque s’appuyant largement sur le vocabulaire social local (les notions de « bourgeois », de « négociants », de « ménagers », de « travailleurs »), quelques nuances peuvent toutefois être apportées, grâce précisément au suivi des parcours individuels que permet la longue confrontation des listes d’habitants et des sources fiscales, des dernières années de l’Ancien Régime au début du XIXe siècle. Reprenons par conséquent, « classe sociale » par « classe sociale ».

  • 28 Monique Cubells, La noblesse provençale du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, Aix-en-Provence, (...)

36La noblesse, malgré d’importants éléments de différenciation interne (ancienneté ; prestige des fonctions exercées, dans l’armée comme dans l’administration royale ou provinciale ; possession du fief, au cœur des divisions de l’ordre en Provence en 1789), trouve son unité et sa conscience de soi, dans le privilège, sous l’Ancien Régime bien sûr et, dans son souvenir en quelque sorte après 1789. Ce faisant, elle forme un groupe nécessairement à part28.

37La « bourgeoisie » comprend selon Maurice Agulhon les roturiers qui vivent de leurs biens et les membres des professions libérales, la distinction entre les deux se situant au niveau de l’option individuelle. Comme pour la noblesse, il s’agit là d’une « classe » qui ne pose pas vraiment de difficulté d’identification, à condition de bien retrancher du total des rentiers les anciens actifs à la « retraite ».

38Le groupe des « négociants et marchands » apparaît quant à lui beaucoup plus délicat à saisir, au moins dans les communes de notre arrière-pays marseillais. Il peut certes comprendre ceux qui commercialisent en gros et à moyenne échelle (à Marseille, voire à Toulon et plus modestement à Cassis et La Ciotat) les produits du terroir ; ceux aussi qui lancent les premières fabriques de quelque importance dans les années 1780, tanneries, papeteries, verreries, filatures, autrement dit tous les précurseurs de quelque envergure de l’aventure capitaliste. Mais la différence est alors parfois bien mince, avec tous les autres propriétaires de boutiques ou d’ateliers, avec aussi tous les exploitants agricoles qui se font vendeurs de leurs surplus et de ceux de leurs voisins, tant et si bien que ce groupe d’entrepreneurs, porteurs d’avenir, risque de se réduire à une portion plus que congrue.

  • 29 Michel Derlange, Les communautés…, op. cit., p. 247.
  • 30 AC Auriol, 1G1 1.

39La distinction faite par Maurice Agulhon entre « ménagers » et « travailleurs » est elle aussi bien problématique, en tout cas dans les sources fiscales. D’abord, parce que dans les communes de l’arrière-pays marseillais, les deux termes peuvent désigner d’un document à l’autre le même individu, alors qu’aucun élément précis (la propriété, la reconnaissance sociale à travers l’accès au conseil de communauté, par exemple) ne permet de se prononcer en faveur de l’un de ces deux qualificatifs. Ensuite, parce qu’il existe, comme l’a déjà remarqué Michel Derlange, une troisième expression, celle de « travailleur dans son bien » qui désigne les exploitants agricoles modestes et pas tout le temps indépendants29. Il y a donc bien, comme Maurice Agulhon le suggère, deux groupes derrière les mots de « ménagers » et de « travailleurs », mais l’utilisation des deux termes comme concepts opératoires ne semble pas satisfaisante. Nous préférons de ce fait distinguer, comme nous y invite d’ailleurs le rôle de capitation d’Auriol de 179030, un groupe de « fermiers, ménagers, travailleurs en leurs biens », autrement dit d’agriculteurs, avec tout ce que cela implique comme éléments de différenciation interne et un groupe de « travailleurs journaliers », donc de salariés quasi permanents, à l’emploi pas forcément agricole.

  • 31 Patrick Boulanger, « Salaires et revenus des équipages de navires marchands provençaux durant le XV (...)

40Reste la dernière « classe », celle des gens de mer. Elle regroupe les marins et les pêcheurs. Peut-être pourrait-on en retrancher certains capitaines de navire, plus proches finalement dans leur activité comme dans leur évolution de carrière des « négociants et marchands » : comme ces derniers en tout cas, leur réussite dépend en grande partie de leur réactivité aux aléas du marché31.

41Que retenir de ce rapide survol ? Quelques adaptations à la sociologie agulhonienne, mais pas de remise en cause fondamentale, celle-ci ne s’imposant pas à l’étude des différents classements fiscaux ou autres que nous avons consultés.

42Cette mise au point effectuée, il est temps d’esquisser, à partir de nos rôles de l’emprunt forcé de l’an IV, une ventilation sociale de la fortune.

Tableau 9 : L’emprunt forcé de l’an IV : hiérarchie des fortunes et groupes sociaux, une vue d’ensemble

43Les données du tableau 9 montrent bien l’écrasante domination des membres du ci-devant second ordre. Dans les communes de l’arrière-pays marseillais, ce sont bel et bien les nobles qui sont les plus riches. Loin derrière, viennent les fortunes roturières, de la traditionnelle bourgeoisie provençale aux montants entrepreneurs du capitalisme naissant. Autre remarque qu’appelle le tableau : la deuxième classe statistique, 3960-7918 £, apparaît comme la fortune-type de tous les riches de l’ancien Tiers État, des bourgeois aux agriculteurs. Autrement dit, peut-être plus que la somme de 2000 £ ayant servi comme plancher à l’imposition forcée, il y a là un certain seuil, une barrière séparant les plus apparents de la fortune des quelques fort médiocres patrimoines accumulés par les plus chanceux des éléments populaires. C’est ce qui explique à coup sûr, au-delà des écarts de richesse internes à chaque groupe social, qu’il n’est pas étonnant de ne pas retrouver dans ces données statistiques la catégorie des « travailleurs journaliers » et que l’autre groupe très plébéien des marins-pêcheurs n’apparaît que dans une bien petite mesure.

44Passons désormais de cette vue d’ensemble à un examen localité par localité, pour tenter de dégager des profils communaux d’appropriation sociale de la richesse.

Tableau 10 : L’emprunt forcé de l’an IV : fortunes et groupes sociaux dans les communes de l’arrière-pays marseillais (en % des effectifs)

45Que retenir du tableau 10 ? D’abord, peut-être que l’analyse sociale de la richesse s’inscrit, et ce n’est pas un hasard, au cœur des structures économiques des communes étudiées. Nous retrouvons ici les villages de production agricole, les bourgs un peu plus étoffés, les petites villes plus ou moins ouvertes sur les nouveautés commerciales et industrielles. Nous retrouvons donc, et c’est logique, le poids de la terre dans la constitution de patrimoines confortables, à Allauch, Aubagne, Auriol, Belcodène, Ceyreste, Gémenos, Gréasque, La Penne, Peypin, Roquefort, Roquevaire et Saint-Savournin ; c’est de l’agriculture et de la commercialisation de ses productions que provient en grande partie le succès économique. À Cuges, il s’explique aussi par le commerce de la résine de pin, d’où l’importance quantitative et qualitative de la catégorie des « artisans et petits commerçants ». À La Ciotat, c’est le commerce maritime, plus vraiment lointain cependant, qui assure les beaux jours du groupe des « négociants et marchands ».

46Somme toute, la plupart de nos communes d’étude présentent un profil d’appropriation sociale de la richesse relativement conforme à leur fonctionnement interne. Dans l’ensemble, la fortune n’est pas le monopole d’un groupe social précis, nobles, bourgeois classiques ou capitalistes pour ne pas les citer. Les travailleurs manuels, artisans comme paysans, ne se partagent pas que des miettes de richesse ; ce faisant, certains d’entre eux sont des acteurs à part entière d’une certaine réussite économique.

  • 32 Raoul Busquet, Études sur l’ancienne Provence. Institutions et points d’histoire, Paris, Honoré Cha (...)

47À Peypin et Cassis, pourtant, nous avons remarqué plus haut que ce sont les plus riches qui détiennent la plus grande part des fortunes locales. Il y a ainsi dans ces deux localités une certaine entorse à l’adéquation à peu près acceptable entre la répartition sociale des riches et la part des différents groupes sociaux dans la fortune totale. Ce décalage fait bien ressortir par conséquent l’écrasante domination locale que peut avoir l’ancien second ordre quand ses membres n’ont pas fait le choix d’une résidence aixoise ou marseillaise. Ainsi, dans le cas de Peypin, Lazare-Joseph de Gérin-Ricard, ci-devant lieutenant général de l’amirauté de Marseille et riche de 90 000 £, a-t-il décidé de laisser passer les orages révolutionnaires, en trouvant refuge sur son fief de Valdonne32. Même motivation semble-t-il pour Jean-Baptiste-Joachim Gervais, ancien conseiller en la sénéchaussée de Marseille et définitivement installé à Cassis sous la Révolution. C’est aussi le cas du plus fortuné du lot (300 000 £), Louis-César de Garnier, seigneur de Julhans-Fontblanche, conseiller en la sénéchaussée de Brignoles et domicilié à Cassis en l’an IV.

48Quoi qu’il en soit, au-delà du nécessaire étalement des fortunes, plus ou moins important selon les communes et plus ou moins dépendant de la domiciliation de ci-devants de quelque prestige, le monde des riches de l’arrière-pays marseillais se caractérise par une relative homogénéité : homogénéité des niveaux des plus beaux patrimoines locaux, homogénéité aussi dans l’origine de cette réussite, la terre et ses revenus, directs comme indirects en quelque sorte. Une étude de la propriété s’impose…

Niveaux de propriété

  • 33 AD BDR, 103 E 1G 26, Contribution foncière d’Allauch (1791) ; 141 E G 1, Belcodène (1791) ; 139 E 1 (...)
  • 34 Michel Vovelle, « État présent des études de structures agraires en Provence à la fin de l’Ancien R (...)
  • 35 René Baehrel, « L’exploitation seigneuriale au XVIIIe siècle. À propos de deux cadastres provençaux (...)

49Il faut continuer nos recherches sur l’arrière-pays marseillais par une analyse sociale de la propriété. Celle-ci peut être appréhendée à partir des rôles de l’imposition foncière de l’époque révolutionnaire, facilement repérables dans les archives locales, bien que pas présents dans toutes les localités étudiées33. Certes, ces épais registres, vente des biens nationaux oblige, ne nous permettent pas d’avoir accès à la propriété cléricale, mais l’historiographie a déjà remarqué qu’à l’est de Marseille, la présence de l’Église est « nulle ou infime »34. Certes, aussi, les rôles utilisés ne datent pas tous de la même année, ce qui interdit pratiquement, évolution monétaire oblige, toute tentative de comparaison. Certes, ne pas être inscrit sur les registres ou ne l’être que pour un montant minime ne signifie pas forcément être un non ou un petit propriétaire, un individu pouvant très bien avoir des biens dans d’autres communes. Certes enfin, l’absence ou le peu de propriété ne veulent pas dire nécessairement faiblesse économique, notamment pour tous ceux qui ont pris à bail des terres de quelque importance ou des bâtiments « industriels ». Il n’empêche que ces rôles de l’imposition foncière donnent de précieuses indications sur l’appropriation du sol (terres labourables, vignes, prairies, mais aussi incults, bois…) et du bâti (domaines, bastides, maisons d’habitation, immeubles, boutiques, ateliers, fabriques…) et permettent par conséquent de déterminer des niveaux de propriété, donc de situer précisément les individus dans ce qui est alors au cœur de la hiérarchie sociale. Notons enfin, avant d’entrer dans le vif du sujet, que notre travail se fonde sur l’estimation des revenus fonciers, et non sur la superficie des propriétés, peu significative en Provence35.

50Dans les communes de l’arrière-pays marseillais, et c’est là le premier enseignement à tirer des statistiques que nous avons réalisées, la propriété communale n’est pas d’un rapport très élevé : la part des biens communaux dans l’ensemble des revenus fonciers oscille selon les localités entre 0 et 1,94 %. Le pourcentage augmente un peu dans les communes de quelque étendue, comme Allauch, Auriol, La Ciotat et surtout Aubagne qui ont su préserver quelques secteurs de terres vaines et vagues, soit quelques collines de garrigue, les plus difficilement cultivables. Autrement dit, en cette fin du XVIIIe siècle d’intense pression démographique sur la terre, tous les fonds un tant soit peu productifs appartiennent à des particuliers.

51Deuxième phénomène qui s’impose dans nos calculs : l’importance des forains, tant au niveau de leurs effectifs qu’à celui de leur part dans la valeur des biens.

% des forains sur l’ensemble des propriétaires

% valeur des biens aux mains des forains

Allauch

22,94

21,68

Aubagne

21,78

23,97

Auriol

15,35

12,17

Belcodène

23,53

78,62

Cassis

4,43

4,69

Ceyreste

21,7

15,11

Cuges

8,24

12,61

Gémenos

15,06

22,06

La Ciotat

5,16

4,82

La Penne

11,85

40,27

Roquefort

27,27

16,33

Roquevaire

6,63

2,67

Saint-Savournin

5,71

60,15

Tableau 11 : L’importance de la propriété foraine

52Cette propriété foraine s’explique bien sûr par l’imbrication, la compénétration des terroirs, ce qui fait que bon nombre d’individus possèdent aussi des biens dans les communes voisines ; elle s’explique aussi par les héritages ou les propriétés de famille que détiennent ceux qui sont allés tenter leur chance à Aix, Toulon, Marseille ou Paris : c’est le cas, pour ne donner que quelques exemples célèbres, de l’ambassadeur et Directeur François Barthélémy, possessionné à Allauch et Aubagne et d’André-Joseph Jourdan, député aux Cinq-Cents et gros propriétaire aubagnais. À cette propriété foraine classique en quelque sorte, s’ajoute celle des anciens seigneurs non domiciliés dans leurs ci-devant fiefs : ainsi, à Allauch, où le premier président de la cour des Comptes d’Aix, Jean-Baptiste-Suzanne d’Albertas possède les domaines de Ners et Pichauris ; ainsi, à Belcodène, avec François-Marie-Jean-Baptiste de Cabre, président au Parlement ; ainsi enfin à Saint-Savournin, avec Jean-Baptiste-Augustin de Villiers, conseiller en la sénéchaussée de Marseille.

  • 36 Bernard Monge, « La communauté d’Allauch en 1789 : le cahier de doléances », in « Allauch et la Rév (...)

53Pour terminer cette typologie de la propriété foraine, il reste à évoquer les quelques beaux domaines locaux que se sont appropriés divers grands noms de Marseille ou d’Aix : citons par exemple pour la commune d’Allauch, celui de Monde spins, aux mains de Jean-Baptiste-Prosper-Claude-François Leblanc de Castillon, avocat général au Parlement, ou celui de la Bourdonnière, acheté en 1772 par le négociant marseillais Honoré Borrely36.

54Que reste-t-il alors pour les habitants et comment cette propriété est-elle répartie ? C’est là le troisième volet de notre travail sur les contributions foncières.

Tableau 12 : Répartition sociale des propriétaires domiciliés (en %)

55L’analyse des données du tableau 12 fait ressortir le poids des propriétaires dont nous n’avons malheureusement pu retrouver le niveau social. Le pourcentage des « Indéterminés » est donc particulièrement important, ce qui s’explique par la présence sur des registres d’imposition pas toujours très actualisés ni très bien tenus des veuves sans référence à la profession de leurs défunts maris ou encore des hoirs de tel ou tel individu, parfois mort depuis longtemps et difficile par conséquent à situer. Faut-il pour autant se décourager et s’interdire toute conclusion ? Non, dans la mesure où les données du tableau 12 rejoignent, et ce n’est pas bien étonnant, celles du n° 10 ; autrement dit, le monde des propriétaires se moule dans des structures sociales dominées par le travail de la terre, mais adaptées aux potentialités des différentes communes. Nous retrouvons donc ici les villages ou les bourgs de production agricole (Allauch, Belcodène, Roquefort, Saint-Savournin), les localités artisanales (Cuges et sa filière bois), les pôles locaux associant agriculture et activités marchandes (Aubagne, Auriol, Roquevaire) et bien entendu, les centres portuaires (Cassis et La Ciotat, avec Ceyreste en arrière plan). Notons ensuite que tous les groupes sociaux ont accès à la propriété, même les plus modestes, comme les travailleurs journaliers, dont les contingents apparaissent particulièrement importants dans les gros bourgs d’Allauch, d’Auriol, de Gémenos ou de Roquevaire (du 1/5 au 1/3 des effectifs des possédants-biens). Cela étant dit, si le fait d’être propriétaire n’est pas l’apanage d’une minorité, il n’en reste pas moins que des écarts plus ou moins forts séparent ceux qui ne possèdent que leur maison, voire quelques arbres, de ceux qui étalent au quotidien leur relative aisance.

Tableau 13 : Les structures foncières des communes de l’arrière-pays marseillais (méthode des quartiles)

  • 37 Michel Vovelle, « État présent des études de structures agraires en Provence à la fin de l’Ancien R (...)

56Les résultats du tableau 13 viennent confirmer le constat traditionnel de l’extrême morcellement de la propriété et l’opposition mise en valeur par l’historiographie entre une zone de relative petite propriété paysanne (d’Allauch à Aubagne, en passant par Auriol et Roquevaire) et un espace de grande propriété, dans les communes du littoral ou dans les anciens fiefs de l’intérieur (Belcodène, Gémenos, Roquefort, Saint-Savournin)37.

57Mais ce qui ressort aussi de ces statistiques, et cela dans toutes les communes étudiées, c’est le poids écrasant des 25 % les mieux possessionnés, puisque partout, ils s’adjugent de 65 à près de 90 % du total des revenus fonciers. C’est donc autour de ce noyau de gros propriétaires que tourne toute la vie économique de nos localités. Ce sont eux en tout cas les maîtres réels de la terre, de l’emploi et du crédit. Autrement dit, c’est de ce groupe dirigeant que dépend en quelque sorte le profil de nos communes d’étude.

Tableau 14 : Répartition sociale des 25 % plus gros propriétaires (% des effectifs sur la première ligne et % du total des revenus fonciers sur la seconde ligne)

58Les villages de production agricole, avec ou sans activité minière, apparaissent tout d’abord largement dominés par leurs ci-devant seigneurs : c’est le cas de Belcodène avec François-Marie-Jean-Baptiste de Cabre, dont la part dans le total des revenus fonciers avoisine les 75 % ; de Roquefort, avec Joachim de Bausset, auquel il faut ajouter Pierre-Hercule de Garnier et Louis-Clair de Garnier, respectivement seigneurs de Julhans Saint-André et de Julhans-Fontblanche et qui à eux trois contrôlent 42,22 % du foncier local ; de Saint-Savournin, enfin, avec Jean-Baptiste-Augustin de Villiers, dont les possessions représentent 57,85 % de la valeur totale ; c’est probablement celui, même si, faute des sources adéquates, nous ne pouvons pas le prouver, de Gréasque, avec la famille des Castellane de Majastre et de Peypin, avec Joseph-Pierre-Balthazar-Hilaire de Puget-Barbentane et Lazare de Gérin-Ricard dans son arrière-fief de Valdonne. Dans tous ces anciens fiefs de seigneurs laïcs, les autres propriétaires, essentiellement des agriculteurs, n’ont qu’à se partager, avec plus ou moins de réussite, les quelques miettes qui leur sont laissées, tant et si bien que finalement, du fait de cette médiocrité, les écarts sociaux ne sont pas très poussés ni peut-être vivement ressentis. C’est sans doute là une donnée essentielle à prendre en compte pour comprendre l’attitude de leurs élites politiques locales.

  • 38 René Baehrel, Une croissance, op. cit., p. 471-473.

59Ailleurs, c’est-à-dire dans les communes un peu plus étoffées, des villages urbanisés aux petits centres urbains, le groupe des plus gros propriétaires a une existence réelle et une véritable conscience de soi38. Ces « plus apparents du lieu », selon l’appellation de l’Ancien Régime, se recrutent dans tous les milieux sociaux, à l’exception bien entendu des travailleurs journaliers. Une large part de bons ménagers, dans les 40 % en moyenne, la plupart des familles bourgeoises et nobles de l’endroit, les plus actifs des entrepreneurs, les plus enracinés des artisans et petits commerçants, parfois quelques gens de mer sur le littoral, voilà ce qui constitue un peu partout l’ossature de ce groupe dirigeant et notamment à Allauch, Aubagne, Auriol, Ceyreste, Cuges et Roquevaire. À y regarder de plus près, cependant, des différences plus ou moins nettes apparaissent dans certaines localités, qui constituent finalement autant de sous-modèles.

  • 39 Michel Derlange, Les communautés..., op. cit., p. 217.

60La Penne s’apparente ainsi à une « communauté de forainage »39, tant la part des gros propriétaires marseillais y apparaît déterminante, avec un peu moins de 40 % du total des revenus fonciers. Quant à Gémenos, la commune se rapproche dans une large mesure des villages entièrement dominés par leur ci-devant seigneur : Jean-Baptiste-Suzanne d’Albertas s’y adjuge en effet plus de 30 % de la valeur foncière. Dans les deux cas, la part des « plus apparents du lieu » s’en trouve forcément limitée, d’où le peu d’envergure en quelque sorte de leurs élites locales.

61Cassis, où la grande propriété est prépondérante et où les activités maritimes se limitent au XVIIIe siècle au cabotage et à la pêche, apparaît comme une petite cité de rentiers, un peu assoupie par conséquent (ce qui explique sa stagnation démographique), lieu de séjour agréable en tout cas pour de nombreux nobles et bourgeois qui donnent à l’endroit un incontestable caractère urbain. Cet aspect villégiature pour riches plus ou moins inactifs se retrouve aussi d’un certain côté à La Ciotat, sa voisine. Mais là, la fonction de relais local de Marseille assure de non négligeables activités commerciales qui font les beaux jours des négociants locaux. C’est ce qui explique leur poids relativement important au sein du groupe des « plus apparents ».

Notes

1 Roland Mousnier (éd.), Problèmes de stratification sociale, actes du colloque tenu en Sorbonne en décembre 1966, Paris, PUF, 1968, 283 p. ; Ernest Labrousse et Daniel Roche (éd.), Ordres et classes, actes du colloque de Saint-Cloud en mai 1967, Paris, EHESS et Mouton, 1973, 269 p. ; Roland Mousnier, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, PUF, 1969, 196 p.

2 Les rôles de la contribution mobilière ont donc été préférés à ceux de la contribution foncière, ne recensant que les propriétaires d’un lieu, mais aussi aux traditionnels registres de capitation. Michel Derlange avait déjà remarqué que dans plusieurs communautés et notamment à Aubagne, on évinçait souvent les « mendiants de travail », afin de s’éviter les risques de non recouvrement. Voir son article, « De la répartition fiscale de la capitation à la définition d’un corps social : l’exemple provençal », in Annales du Midi, t. XCII, 1980, p. 294.
AD BDR, 103 E 1 G 34, Contribution mobilière d’Allauch (1791) ; L 655, État des chefs de famille de Belcodène (an II) ; 139 E 1 G 16, Contribution mobilière de Cassis (an II) ; 146 E 1 G 4, Contribution mobilière de Ceyreste (1791) ; L 567, État des chefs de famille de Cuges (1790) ; 112 E BB 16, État des chefs de famille de Gémenos (1789) ; 139 E 1 G 24, Contribution mobilière de La Penne (1792) ; 150 E 1 G 13, Contribution mobilière de Roquefort (1791) ; 156 E 1 G 3, Contribution mobilière de Roquevaire (1793) ; 143 E G 2, Contribution foncière de Saint-Savournin (1791I) ; AC Aubagne, Contributions G 8, Contribution mobilière d’Aubagne (1791) ; AC Auriol, 1 G1 1, Contribution mobilière d’Auriol (1791) ; AC La Ciotat, GA 02-01, Contribution foncière (an VIII).
Nous avons pris en compte les veuves dans nos calculs, à partir du moment où les professions de leurs défunts maris étaient indiquées.

3 Voir ainsi Wayne Snider et Nathalie Ostroot, « Évolution de la structure socio-professionnelle des villages du Sud-est de la France : 1695-1866 », in Provence historique, t. l, fasc. 200, 2000, p. 161-188.

4 AD BDR, L 656 pour Roquevaire et Saint-Savournin ; L 1089 pour les communes du district de Marseille (Allauch, Aubagne, Cassis, Ceyreste, Gémenos, La Ciotat et La Penne).

5 Michel Derlange, Les communautés…, op. cit., p. 230-231.

6 En 1789, des marchés fonctionnent à Aubagne et à Auriol ; des foires se tiennent à Aubagne, Auriol, Gémenos (à Saint-Jean-de Garguier), La Ciotat : AD BDR, L 645 et L 662 pour les communes du district d’Aix ; L 1100 pour les communes du district de Marseille.

7 La route Marseille-Toulon passe par La Penne et Aubagne et celle d’Aix par La Pomme (près de Belcodène, d’où la présence des deux aubergistes), Roquevaire et Gémenos ; les deux tronçons se rejoignent vers Cuges : Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer (dir.), Atlas historique. Provence, Comtat, Orange, Nice, Monaco, Paris, Armand Colin, 1969, carte n° 125 et Olivier Reimbold, « La route de Marseille à Toulon (1715-1789), échanges et obstacles », mémoire de maîtrise sous la direction de Wolfgang Kayser, Aix-en-Provence, 1999, 2 t.

8 René Baehrel avait déjà remarqué l’emprise croissante des marchands dans la vente des vins : René Baehrel, Une croissance…, op. cit., p. 69.

9 Louis-Sifroy Bonifay, Essai historique et statistique sur la commune de Cuges, Marseille, Joseph Clappier, 1862, p. 43.

10 Michel Derlange, Les communautés…, op. cit., p. 237.

11 René Fassy, « Un constructeur de navires ciotaden : Antoine Fassy (1692-1749) », in Provence historique, t. v, fasc. 19-22, 1955, p. 129-145.

12 La céramique, l’archéologue et le potier. Études de céramiques à Aubagne et en Provence du XVIe au XXe siècle, Aubagne, 1991, 144 p.

13 AD BDR, 135 € BB 27, Conseil du 2 janvier 1781.

14 Dominique Berthout et Gérard Curt, Gémenos, Équinoxe (« Le temps retrouvé »), 1994, p. 69-73.

15 Charles Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, Institut historique de Provence, 1973, p. 892.

16 AC La Ciotat, BB 12, Conseil du 2 septembre 1787.

17 AD BDR, L 797, Tableau des mines, 7 germinal an II (28 mars 1794).

18 Olivier Raveux, « Une croissance entravée (1744-1838) », in Xavier Daumalin, Jean Domenichino, Philippe Mioche et Olivier Raveux, Gueules noires de Provence. Le bassin minier des Bouches-du-Rhône (1744-2003), Marseille, Jeanne Laffitte, 2005, p. 17-78.

19 Un phénomène déjà observé par Christophe de Villeneuve-Bargemon, Statistique…, op. cit., t. II, p. 825-832.

20 Daniel Roche et Michel Vovelle, « Bourgeois, rentiers, propriétaires. Éléments pour la définition d’une catégorie sociale à la fin du XVIIIe siècle », in Actes du 84e congrès national des sociétés savantes de Dijon (1959), Paris, Imprimerie nationale, 1960, p. 419-452.

21 AD BDR, L 409 à L 413.

22 AD BDR, L 200, Lettre de Cartier au département, 12 floréal an V (1er mai 1797).

23 Michel Vovelle, Les folies d’Aix ou la fin d’un monde, Pantin, Le Temps des Cerises, 2003, 286 p.

24 Jean Sentou, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse sous la Révolution (1789-1799), 3e partie « Les fortunes bourgeoises ».

25 Adeline Daumard, « Une référence pour l’étude des sociétés urbaines en France aux XVIIIe et XIXe siècles. Projet de code socioprofessionnel », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1963, p. 183-210 ; Jacques Dupâquier, « Problème de la codification socio-professionnelle », in L’histoire sociale. Sources et méthodes, actes du colloque de l’ENS Saint-Cloud en mai 1965, Paris, PUF, 1967, p. 164-166 ou encore Régine Robin, La société française en 1789. Semur-en-Auxois, Paris, Plon, 1970, 522 p.

26 Christophe Charle (dir.), Histoire sociale, histoire globale ? actes du colloque de l’ENS Saint-Cloud en janvier 1989, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1993, 222 p. et Bernard Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, 337 p.

27 Maurice Agulhon, La vie sociale…, op. cit. et « Mise au point sur les classes sociales en Provence », in Provence historique, t. XX, fasc. 80, 1970, p. 101-108.

28 Monique Cubells, La noblesse provençale du milieu du XVIIe siècle à la Révolution, Aix-en-Provence, PUP, 2002, p. 308.

29 Michel Derlange, Les communautés…, op. cit., p. 247.

30 AC Auriol, 1G1 1.

31 Patrick Boulanger, « Salaires et revenus des équipages de navires marchands provençaux durant le XVIIIe siècle », in Provence historique, t. XXX, fasc. 122, 1980, p. 410-412 et p. 421-422.

32 Raoul Busquet, Études sur l’ancienne Provence. Institutions et points d’histoire, Paris, Honoré Champion, 1930, p. 231.

33 AD BDR, 103 E 1G 26, Contribution foncière d’Allauch (1791) ; 141 E G 1, Belcodène (1791) ; 139 E 1G 16, Cassis (1795) ; 146 E 1G 4, Ceyreste (an IV) ; 113 E 99, Cuges (an VIII) ; 112 E G 1, Gémenos (1799) ; 139 E 1G 24, La Penne (1792) ; 150 E 1G 12, Roquefort (1792) ; 156 E 1G 2, Roquevaire (1793) ; 143 E G 2, Saint-Savournin (1791) ; AC Aubagne, Contributions G 8, Aubagne (1791) ; AC Auriol, 1G 1, Auriol (1791) et AC La Ciotat, GA 02. 01, La Ciotat (1799).

34 Michel Vovelle, « État présent des études de structures agraires en Provence à la fin de l’Ancien Régime » in De la cave au grenier…, op. cit., p. 141-142.

35 René Baehrel, « L’exploitation seigneuriale au XVIIIe siècle. À propos de deux cadastres provençaux du XVIIIe siècle », in Assemblée générale de la commission centrale et des comités départementaux, 1939, t. i, Besançon, Jacques et Demontrond, 1942, p. 271.

36 Bernard Monge, « La communauté d’Allauch en 1789 : le cahier de doléances », in « Allauch et la Révolution de 1789 », Allauch historique, n° 6, 1991, p. 75-76.

37 Michel Vovelle, « État présent des études de structures agraires en Provence à la fin de l’Ancien Régime », in De la cave au grenier, op. cit., p. 149.

38 René Baehrel, Une croissance, op. cit., p. 471-473.

39 Michel Derlange, Les communautés..., op. cit., p. 217.

Table des illustrations

Légende Tableau 4 : Les secteurs d’activité (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau 5 : La répartition des terroirs (en %)4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Tableau 6 : L’emprunt forcé de l’an IV : approche d’ensemble
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Tableau 7 : L’emprunt forcé de l’an IV : répartition des contribuables en classes statistiques (en % des effectifs)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Tableau 8 : L’emprunt forcé de l’an IV : les différentes classes statistiques dans la fortune d’ensemble (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Tableau 9 : L’emprunt forcé de l’an IV : hiérarchie des fortunes et groupes sociaux, une vue d’ensemble
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Tableau 10 : L’emprunt forcé de l’an IV : fortunes et groupes sociaux dans les communes de l’arrière-pays marseillais (en % des effectifs)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Tableau 12 : Répartition sociale des propriétaires domiciliés (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Tableau 13 : Les structures foncières des communes de l’arrière-pays marseillais (méthode des quartiles)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Tableau 14 : Répartition sociale des 25 % plus gros propriétaires (% des effectifs sur la première ligne et % du total des revenus fonciers sur la seconde ligne)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6559/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540