Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les patriotes et les autres

 | 
Cyril Belmonte

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dans l’ordre alphabétique, Allauch, Aubagne, Auriol, Belcodène, Cassis, Ceyreste, Cuges, Gémenos, (...)
  • 2 C’est encore le cas aujourd’hui avec la communauté d’agglomération « Pays d’Aubagne et de l’Étoile (...)
  • 3 Voir les données démographiques des tableaux 1 et 2 dans les annexes de l’introduction. Sur la not (...)
  • 4 Maurice Agulhon, « La notion de village en Basse-Provence vers la fin de l’Ancien Régime », in Act (...)

1Le présent ouvrage est issu de notre thèse, soutenue à l’université de Provence en décembre 2007 sous la direction du professeur Christine Peyrard, « Des plus apparents aux notables. Recherches sur les classes dirigeantes de l’arrière-pays marseillais : fin de l’ancien régime-fin du premier empire ». Notre zone d’étude regroupe les quinze communes qui forment l’arrondissement de Marseille depuis sa création par la loi du 28 pluviôse an VIII-17 février 18001. Elle s’inscrit, à peu de choses près, dans un triangle formé par les trois grandes villes de l’espace provençal, Marseille à l’ouest, Aix au Nord et Toulon à l’est. C’est là d’une certaine manière un « pays », en tout cas pas un découpage artificiel à la convenance de l’historien. Ici, les habitants ont l’habitude d’être ensemble ; des liens multiples sont tissés : familiaux, bien évidemment ; économiques, avec une véritable organisation locale autour de marchés où l’on écoule les productions du terroir, autour de ports aussi où l’on exporte les surplus viticoles ; administratifs, enfin, avec les départements des subdélégués d’Ancien Régime ou les cantons révolutionnaires2. Ici, le réseau urbain-villageois est dominé dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle par quatre petites villes, Aubagne, La Ciotat, Auriol et d’une certaine façon, Cassis3. Allauch et Roquevaire sont plutôt à ranger dans la catégorie des bourgs, avec Cuges et Gémenos. Ceyreste, La Penne, Gréasque et Saint Savournin peuvent être qualifiés de villages, plus ou moins développés au demeurant. Enfin, à Belcodène, Roquefort et Peypin, c’est l’habitat dispersé qui l’emporte, ce qui en fait des exceptions au modèle provençal du village urbanisé4.

2Cette zone à l’est de Marseille, relativement modeste finalement par son étendue, six à sept cantons au total, n’en constitue pas moins un échantillon extrêmement significatif pour qui veut étudier et comprendre les origines de notre démocratie. Les luttes de la décennie révolutionnaire y ont été en effet particulièrement vives et souvent bien sanglantes. Lourde, l’un des premiers historiens républicains de la Provence en Révolution, constatait ainsi :

  • 5 Charles Lourde, Histoire de la Révolution à Marseille et en Provence de 1789 au Consulat, 1838, Ma (...)

Il n’en fut pas ainsi pour les communes d’Aubagne, de La Ciotat, d’Allauch et de Gémenos, elles se montrèrent constamment turbulentes et agitées ; divisées en deux camps, elles nourrissaient dans leur sein un foyer continuel de discorde. Tous les efforts du directoire du département étaient quelquefois impuissants pour leur faire accepter des mesures conciliatrices. Des querelles sans cesse renaissantes ramenaient souvent des scènes sanglantes. Des clubs rivaux, des prêtres non assermentés qui ameutaient leurs sectaires et leurs dévots provoquaient tous ces troubles5.

  • 6 Paul Gaffarel, « La bande d’Aubagne sous la Révolution », in Annales de Provence, t. XII, 1920, p. (...)
  • 7 « Midi rouge et Midi blanc. Les antagonismes politiques sous la Révolution française et leurs héri (...)

3L’arrière-pays marseillais est donc l’un des « points chauds » du département sous la décennie révolutionnaire. C’est dire si la participation citoyenne y a été intense. C’est dire aussi son intérêt pour l’historien, d’autant plus que de ces communes sont originaires quelques grandes figures nationales, telles les Aubagnais André-Joseph Jourdan, député aux Cinq Cents, et François Barthélémy, Directeur en l’an v. C’est aussi dans ces contrées que s’est « illustrée », de l’an III à l’an vi, l’une des plus redoutables compagnies du Soleil de la région6. Nous sommes donc là au cœur du « midi rouge, midi blanc », de ces terres de turbulences et d’excès, où la Révolution a entraîné la mise en place de bien durables options politiques « extrêmes7 ».

  • 8 Le problème, central, de la violence en temps révolutionnaire est actuellement au cœur de l’histor (...)
  • 9 Donald Sutherland, Murder in Aubagne. Lynching, Law and Justice during the French Revolution, Camb (...)

4L’étude de ces déchirements servira de fil conducteur à cet ouvrage. Nous y proposerons en effet une lecture sociale des violences révolutionnaires qui se sont succédées dix années durant dans cet arrière-pays marseillais en Révolution8. Ce sera donc là une approche différente de celle, anthropologique en quelque sorte, adoptée par Donald Sutherland dans son étude sur les pendaisons et autres tueries aubagnaises9. Pour l’historien américain, la violence politique s’explique en grande partie par l’accumulation de vengeances particulières qui dégénèrent en vendettas à répétition du fait du sentiment d’impunité engendré par le relatif vide institutionnel des années révolutionnaires. Les luttes de factions s’inscrivent alors dans une « culture of redistributive justice », typique de l’aire méditerranéenne. Dès lors, il n’est peut-être pas très judicieux de parler de modernité révolutionnaire, tant cette violence qui se déchaîne, notamment du côté « Jacobin », n’est que la résurgence d’un arrière-plan culturel particulièrement ancré.

  • 10 Patrice Gueniffey, Le Nombre et la Raison. La Révolution française et les élections, Paris, EHESS, (...)

5Ainsi, l’interprétation donnée par Donald Sutherland débouche-t-elle sur un constat d’échec de l’acculturation démocratique au cours de la décennie révolutionnaire. En cela, elle rejoint les positions de tout un courant de l’historiographie, pour qui l’impossible acceptation de la minorité (ou des minorités) par la majorité du moment est le signe d’un indéniable frein à l’adoption d’une culture politique moderne. Le refus du pluralisme par les groupes politiques en lutte relèverait alors d’un blocage que d’aucuns attribuent à l’archaïque conception de l’unanimisme communautaire, ce que l’on relit bien sûr, non sans d’évidents sous-entendus, à une certaine logique jacobine du « vaincre ou mourir10 ». Ainsi peut-on s’empresser de réduire la spécificité révolutionnaire française – voire même tout épisode révolutionnaire – à la seule violence, à la seule Terreur.

  • 11 Sur le sort des « minorités », Christine Peyrard (dir.), Minorités politiques en Révolution (1789- (...)

6C’est peut-être aller un peu vite en besogne. La répression systématique des minorités politiques en tant qu’entraves à la nécessaire unité de la Nation ou de la communauté ne relève pas que des Jacobins, puisque leurs adversaires utilisent aussi les mêmes méthodes. D’autre part, les logiques qui poussent à l’élimination de l’adversaire ne répondent pas forcément à des principes a priori, héritages en quelque sorte d’une culture de l’intolérance plongeant ses racines dans la tradition catholique et la pratique politique absolutiste11.

  • 12 Georges Fournier, « Société paysanne et pouvoir local en Languedoc pendant la Révolution », in La (...)

7Pour comprendre les enjeux d’affrontements partisans d’une telle ampleur, il faut peut-être au contraire s’immiscer au cœur même des structures sociales qui les ont fait naître. Les haines particulières, les clochemerlesques rivalités de la vie municipale, se chargent en effet avec les évènements révolutionnaires d’un indéniable contenu politique. Les questions idéologiques ne sont pas que les effets de la lutte des factions. Avec la Révolution, il ne s’agit plus seulement pour les détenteurs du pouvoir local de mettre en œuvre des politiques municipales, donc d’être les chefs d’une communauté supposée unie, mais de devenir des agents d’exécution d’un pouvoir extérieur, en même temps que des chefs de parti12. Nous récusons par ailleurs toute approche individualiste du social et en particulier l’idée selon laquelle tous les aléas de la vie politique sont le fait de stratégies mises en œuvre par des réseaux à la conquête du pouvoir. Tout ne se réduit pas selon nous aux rivalités de clans, ce qui est finalement tout aussi schématique que de voir en toute chose de la lutte de classes. Les catégories populaires ont elles aussi leur mot à dire. Les tensions sociales peuvent même s’avérer un véritable moteur de l’action politique, ce dont convient au demeurant Donald Sutherland, pour qui le jacobinisme méridional peut être considéré comme un authentique mouvement populaire.

8Dans ces temps de mobilisation révolutionnaire, chaque citoyen a pu avoir son rôle à jouer, y compris les plus démunis. Cette politisation des masses, qu’elle s’exprime par l’émeute, la pétition, le vote ou la participation aux différentes institutions locales, nous avons voulu la saisir au moyen d’une connaissance aussi précise que possible de ses différents acteurs. Nous ne pensons pas en effet qu’au temps de la « moyennement longue durée » (M. Vovelle) de l’expérience révolutionnaire, c’est-à-dire à un moment où tout est en train de changer, il soit possible d’obtenir une réelle compréhension historique à partir de la reconstitution, aussi minutieuse soit-elle, de simples parcours individuels et familiaux. L’exemplaire, le « normal », l’atypique ne peuvent alors se révéler qu’au travers d’une mesure globale de tous les comportements en présence.

  • 13 Voir configuration et codes dans l’annexe de l’introduction.

9Dans cette perspective, nous avons créé une base de données pour chacune des communes étudiées. Tous les citoyens que nous avons rencontrés dans les sources utilisées y ont été répertoriés, au travers de plusieurs fichiers : état civil ; statut professionnel ; charges publiques exercées, des dernières années de l’Ancien Régime aux Trois Glorieuses ; comportement électoral lors des très nombreuses assemblées primaires révolutionnaires ; prises de positions politiques13.

  • 14 Elle pourrait être encore plus précise, grâce aux multiples informations à tirer des actes notarié (...)
  • 15 René Baehrel, Une croissance : la Basse Provence rurale (fin du XVIe siècle-1789), Paris, SEVPEN, (...)
  • 16 Maurice Agulhon, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, Paris, Socié (...)
  • 17 Michel Derlange, Les communautés d’habitants en Provence au dernier siècle de l’Ancien Régime, Tou (...)
  • 18 Maurice Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence. Essai sur la sociabilité mérid (...)
  • 19 Pour les débuts de la Révolution, Monique Cubells, Les horizons de la Liberté : naissance de la Ré (...)

10Cette base de données permet par là même de suivre pas à pas des milliers de citoyens (9682 exactement). Elle a été réalisée à partir de sources essentiellement administratives (délibérations municipales, actes des justices de paix, correspondance avec les autorités supérieures, rapports préfectoraux) et complétée par les multiples renseignements des divers journaux marseillais de la décennie révolutionnaire14. Ainsi, avec l’aide d’une historiographie provençale particulièrement féconde avec ses grandes thèses, souvent pionnières, sur l’évolution économique15, sur l’organisation de la société16, sur les communautés d’Ancien Régime17, sur les mentalités et les pratiques culturelles18, comme avec les très nombreux mémoires universitaires suscités par la tradition révolutionnaire de l’université de Provence, nous serons peut-être à même de faire le tour des principaux enjeux de la période. C’était là aussi d’une certaine manière l’un de nos objectifs : entre un certain nombre d’études exhaustives, mais ponctuelles19, il manquait une recherche couvrant l’ensemble de la période.

11Projet de lecture sociale des affrontements révolutionnaires et donc démarche largement inspirée de l’historiographie dite « classique » : dans la grande tradition inaugurée par Maurice Agulhon et Michel Vovelle, nous allons, dans un premier temps, nous efforcer de reconstituer la diversité des microcosmes locaux de nos quinze communautés d’étude dans les dernières années du régime appelé à devenir ancien. Notre deuxième partie est centrée sur la décennie révolutionnaire. Il ne s’agit pas, bien sûr, de se lancer ici dans une histoire évènementielle relativement connue, mais de s’interroger, à travers une trame conflictuelle aussi précise que possible sur les enjeux, locaux comme nationaux, qui ont divisé les communes de l’arrière-pays marseillais sous la Révolution. Nous terminerons cet ouvrage par une réflexion sur le passage des « plus apparents » d’Ancien Régime aux notables du début du XIXe siècle. Ce sera là l’occasion de s’interroger sur l’impact de la période révolutionnaire en terme de démocratisation de la vie politique locale.

Annexes

ANNEXES

Carte 1 : Les subdélégations, d’après l’enquête de 176520

Carte 2 : Les cantons, 1790-179521

Carte 3 : Les municipalités cantonales, 1795-179922

Carte 4 : Les cantons de l’arrondissement de Marseille sous le Consulat23

176524

An II25

182026

Allauch

3829

3263

3743

Aubagne

6314

7230

6122

Auriol

2906

3672

4857

Belcodène

87

114

174

Cassis

2092

2300

1846

Ceyreste

640

660

722

Cuges

1147

1540

1735

Gémenos

1240

1525

1447

Gréasque

126

202

259

La Ciotat

6544

6160

5237

La Penne

479

670

670

Peypin

241

652

844

Roquefort

38427

430

448

Roquevaire

2374

3065

2842

Saint-Savournin

270

369

612

Tableau 1 : Nombre d’habitants : 1765, an II, 1820

Allauch

1817 habitants au « village » ; 1255 dans des maisons de campagne disséminées dans le terroir ; 671 dans différents hameaux.

Aubargne

3832 habitants dans la « ville » ; 2153 dans des maisons de campagne disséminées ; 137 dans différents hameaux.

Auriol

3180 habitants dans la « ville » ; 813 dans des maisons de campagne disséminées ; 864 dans différents hameaux.

Belcodène

Pas de village à proprement parler ; 39 habitants au hameau principal ; 135 dans des maisons de campagne disséminées.

Cassis

1364 habitants dans la « ville » ; 482 dans des maisons de campagne disséminées.

Ceyreste

671 habitants dans la « ville » ; 51 dans des maisons de campagne disséminées.

Cuges

280 maisons au « village » ; 16 dans le terroir.

Gémenos

1148 habitants dans la « ville » ; 143 dans des maisons de campagne disséminées ; 156 dans différents hameaux.

Gréasque

49 maisons au « village » ; 7 éparses.

La Ciotat

4178 habitants dans la « ville » ; 1059 dans des maisons de campagne disséminées.

La Penne

Un tiers de la population au « ville » ; 1059 dans des maisons de campagne disséminées.

Peypin

51 habitants au « village » et le reste disséminées dans le terroir.

Roquefort

Pas d’agglomération ; des maisons disséminées dans tout le terroir.

Roquevaire

1484 habitants dans la « ville » ; 980 dans des maisons de campagne disséminées ; 378 dans différents hameaux.

Saint-Savournin

283 habitants dans la « ville » ; 69 dans des maisons de campagne disséminées ; 269 dans différents hameaux.

Tableau 2 : Répartition de la population dans l’espace communal (1820)28

ETAT CIVIL

NOM

PRENOM

SURNOM

FILIATION

ANNEES DE NAISSANCE ET DE DECES

EPOUSE

AGE EN 1789

1 : 20-29 ans ; 2 : 30-49 ans ; 3 : 50 ans et plus ; 4 : indéterminé

LIEU DE NAISSANCE

1 : Natif de la commune de résidence ; 2 : « étrangers provençaux » ; 3 : étrangers no territoire communal

RESIDENCE

1 : Habitat aggloméré ; 2 : Terroir ; 3 : Hors du territoire communal

STATUT SOCIOPROFESSIONNEL

SECTERUR D’ACTIVITE

1 : La « rente » ; 2 : Les « services » ; 3 : « Négoce et industrie » ; 4 : « Échoppe et petite boutique » ; 5 : « L’agriculture » ; 6 : « La mer » ; 7 : Indéterminé

FORTUNE AN IV (CLASSE STATISTIQUES)

1 : 1979-3959 £ ; 2 : 3960-7918 £ ; 3 : 7919-15836 £ ; 4 : 15837-31672 £ ; 5 : 31673-63344 £ ; 6 : 63345-126688 £ ; 7 : 126689-253376 £ ; 8 : 253377-506752 £ ; 9 : non compris dans les rôles de l’emprunt forcé

NIVEAU DE PROPRIETE

1 : Riches propriétaires ; 2 : Propriétaires moyens ; 3 : Petits propriétaires ; 4 : Micro-propriétaires ; 5 : Non propriétaires

SIGNATURE

1 : Sait signer ; 2 : Ne sait pas signer ; 3 : Indéterminé

GROUPE SOCIAL

1 : Nobles ; 2 : « Bourgeois » ; 3 : « Négociants » ; 4 : Artisans ; 5 : Agriculteurs ; 6 : Gens de mer ; Indéterminés

CARRIERE POLITIQUE

RENOUVELLEMENT

1 : Père ayant déjà eu une « carrière politique » ; 2 : Nouveau venu

ANCIEN REGIME

1 : Consuls ; 2 : Conseillers ; 3 : exclus de droit (prêtres ; officiers royaux et seigneuriaux)

REVOLUTION

1 : District ou département ; 2 : Électeur du second degré ; 3 : Fonctions supérieures ; 4 : Fonctions subalternes ; 5 : Fonctions inférieures

CONSULAT, EMPIRE, RESTAURATION

1 : Conseil d’arrondissement ou conseil général ; 2 : Collège électoral ; 3 : Fonctions supérieures ; 4 : Fonctions subalternes ; 5 : Fonctions inférieures

COMPORTEMENT ELECTORAL

POUR CHAQUE LISTE DE VOTANTS

1 : Était présent ; 2 : Désigné comme président ; 3 : Secrétaire ; 4 : Scrutateur

PROFIL EN FONCTION DU NOMBRE DE VOTES

1 : Assidu (vote deux fois plus que les autres) ; 2 : Régulier ; 3 : Épisodique

PRISES DE POSITIONS POLITIQUES

BLOC JACOBIN

1 : Membre de la société populaire ; 2 : Membre du comité de surveillance ; 3 : Victime du fédéralisme ; 4 : Signataire de pétition émanant du « bloc jacobin »

BLOC ANTI-JACOBIN

1 : Inscrit sur une liste d’émigré ; 2 : Mis en jugement par devant le tribunal criminel révolutionnaire ; 3 : Signataire de pétition émanant du « bloc anti-jacobin »

Tableau 3 : 9682 citoyens dans la base de données : configuration et codes

Codage des métiers

1 : La « rente »

11 : Bourgeois ; 12 : Écuyer ; 13 : Officier ; 14 : Propriétaire ; 15 : Seigneur.

2 : Les « services »

  • 21 : La « justice » ; 211 : Avocat ; 212 : Avoué ; 213 : Greffier de justice ; 214 : Homme de loi ; 215 : Huissier ; 216 : Juge ; 217 : Praticien ; 218 : Procureur.
  • 22 : Le « notariat » ; 221 : Contrôleur des actes ; 222 : Notaire ; 223 : Officier ministériel ; 224 : Receveur de l’enregistrement.
  • 23 : La « santé » ; 231 : Chirurgien ; 232 : Médecin ; 233 : Officier de santé ; 234 : Sage-femme.
  • 24 : « L’enseignement » ; 241 : Instituteur ; 242 : Maître de pension ; 243 : Maître d’école ; 244 : Professeur ; 245 : Régent d’école.
  • 25 : « L’Église » ; 251 : Clerc de paroisse ; 252 : Curé ; 253 : Aubier ; 254 : Aumônier ; 255 : Organiste ; 256 : Prêtre ; 257 : Prieur ; 258 : Religieux ; 259 : Sacristain ; 2510 : Succursaliste ; 2511 : Vicaire.
  • 26 : La « sécurité » ; 261 : Garde de police ; 262 : Gendarme ; 263 : Militaire.
  • 27 : Les « douanes » ; 271 : Commis ; 272 : Contrôleur ; 273 : Préposé ; 274 : Receveur
  • 28 : La « poste » ; 281 : Maître/Directeur de la poste aux chevaux ; 282 : Maître/Directeur de la poste aux lettres ; 283 : Postillon.
  • 29 : Les « employésmunicipaux » ; 291 : Concierge de prison ; 292 : Garde-bois ; 293 : Garde de ville ; 294 : Greffier ; 295 : Jaugeur ; 296 : Peseur ; 297 : Trompette ; 298 : Valet de ville.

3 : « Négoce et industrie »

  • 31 : Le « patronat » ; 311 : Bonnetier ; 312 : Commissionnaire ; 313 : Constructeur ; 314 : Directeur ; 315 : Distillateur ; 316 : Entrepreneur ; 317 : Fabricant ; 318 : Faïencier ; 319 : Fermier de bâtiment industriel ; 3110 : Foulonnier ; 3111 : Indienneur ; 3112 : Liquoriste ; 3113 : Marchand ; 3114 : Martinaire ; 3115 : Meunier ; 3115 : Négociant ; 3116 : Papetier ; 3117 : Régisseur ; 3118 : Tanneur ; 3119 : Teinturier ; 3120 : Toilier ; 3121 : Tuilier ; 3122 : Verrier.
  • 32 : Les « salariés » ; 321 : Composeur ; 322 : Emballeur ; 323 : Étendeur ; 324 : Fondeur ; 325 : Gamin ; 326 : Garçon ; 327 : Machiniste ; 328 : Magasinier ; 328 : Manœuvre/Manouvrier ; 329 : Mineur ; 3230 : Ouvrier ; 3231 : Raffineur ; 3231 : Souffleur ; 3232 : Tiseur ; 3233 : Tourneur.

4 : « Échoppe et petite boutique »

  • 41 : « L’alimentation » ; 411 : Boucher ; 412 : Boulanger ; 413 : Boutiquier ; 414 : Buraliste/Débitant/Vendeur de tabac ; 415 : Charcutier ; 416 : Commerçant ; 417 : Confiseur ; 418 : Coupeur ; 419 : Fidélier ; 4120 : Manganier ; 4121 : Marchand en détail ; 4122 : Poissonnier ; 4123 : Regratier ; 4124 : Revendeur.
  • 42 : La « restauration » ; 421 : Aubergiste ; 422 : Cabaretier ; 423 : Cafetier ; 424 : Cuisinier ; 425 : Gargotier ; 426 : Hôte ; 427 : Marchand/Vendeur de vin ; 428 : Tavernier ; 429 : Traiteur.
  • 43 : « Textile et cuir » ; 431 : Blanchisseuse ; 432 : Cardeur ; 433 : Chapelier ; 434 : Chiffonnier ; 435 : Cordonnier ; 436 : Couturière ; 437 : Fripier ; 438 : Lavandière ; 439 : Mercier ; 4310 : Peigneur de chanvre ; 4311 : Pelletier ; 4312 : Ramallier ; 4313 : Savetier ; 4314 : Tailleur d’habits ; 4315 : Tisserand ; 4316 : Tisseur à toile.
  • 44 : « Bâtiment, pierre, bois, métaux » ; 441 : Aiguiseur ; 442 : Bouchoniste ; 443 : Bousquetier ; 444 : Charbonnier ; 445 : Charpentier ; 445 : Chaudronnier ; 446 : Chaufournier ; 447 : Coutelier ; 448 : Ferblantier ; 449 : Fontainier ; 4410 : Forgeron ; 4411 : Fournier ; 4412 : Maçon ; 4413 : Menuisier ; 4414 : Murailleur ; 4415 : Paveur ; 4416 : Pégolier ; 4417 : Quincaillier ; 4418 : Scieur de long ; 4419 : Serrurier ; 4420 : Taillandier ; 4421 : Tailleur de pierres ; 4422 : Vitrier.
  • 45 : « Instruments agricoles » ; 451 : Bannetier ; 452 : Barrilat ; 453 : Bastier ; 454 : Bourrelier ; 455 : Bridier ; 456 : Charron ; 457 : Cordier ; 458 : Maréchal-ferrant ; 459 : Tonnelier ; 4510 : Vannier.
  • 46 : « Transport » ; 461 : Charretier ; 462 : Colporteur ; 463 : Fourgonnier ; 464 : Muletier ; 465 : Voiturier.
  • 47 : « Luxe et boutiques spécialisées » ; 471 : Apothicaire ; 472 : Armurier ; 473 : Droguiste ; 474 : Libraire ; 475 : Matelassier ; 476 : Orfèvre ; 477 : Peintre ; 478 : Perruquier ; 479 : Sculpteur ; 4710 : Tapissier.
  • 48 : « Activités spécialisées » ; 481 : Plâtrier ; 482 : Potier.

5 : « L’agriculture »

  • 51 : « Régisseurs » ; 511 : Agent ; 512 : Homme d’affaires.
  • 52 : « Agriculteurs » ; 521 : Agriculteur ; 522 : Cultivateur ; 523 : Fermier ; 524 : Jardinier ; 525 : Méger ; 526 : Ménager ; 527 : Propriétaire cultivateur ; 528 : Rentier.
  • 53 : « Salariés agricoles » ; 531 : Granger ; 532 : Journalier ; 533 : Laboureur ; 534 : Paysan ; 535 : Travailleur ; 536 : Valet.
  • 54 : « L’élevage » ; 541 : Berger ; 542 : Maquignon.
  • 55 : Divers ; 551 : Chasseur.

6 : « La mer »

  • 61 : « La navigation » ; 611 : Armateur ; 612 : Calfat ; 613 : Capitaine ; 614 : Enseigne ; 615 : Gabier ; 616 : Marin/Marinier ; 617 : Matelot ; 618 : Navigant ; 619 : Timonier.
  • 62 : La « pêche » ; 621 : Corailleur ; 622 : Patron ; 623 : Pêcheur.

Codage des responsabilités publiques exercées sous la Révolution

1 : District et département

  • 11 : Département ; 111 : Membre du conseil général (1790-1795) ; 112 : Membre du directoire ; 113 : Procureur-syndic (1790-1793) ; 114 : Agent national (1793-1795) ; 115 : Commissaire du directoire exécutif (1795-1799).
  • 12 : District (1790-1795) ; 121 : Membre du conseil général ; 122 : Membre du directoire ; 123 : Procureur-syndic (1790-1793) ; 124 : Agent national (1793-1795).

2 : Électeur du second degré

21 : Député à l’assemblée de sénéchaussée (1789) ; 22 : Électeur du second degré (1790-1799).

3 : Fonctions supérieures au niveau local (canton et commune)

31 : Maire (1790-1793) ; 32 : Procureur (1790-1793) ; 33 : Agent national (1793-1795) ; 34 : Président d’administration municipale de canton (1795-1799) ; 35 : Commissaire du directoire exécutif près l’administration municipale de canton (1795-1799) ; 36 : Juge de paix.

4 : Fonctions subalternes

41 : Assesseur ; 42 : Officier municipal (1790-1795) ; 43 : Administrateur municipal/Agent (1795-1799).

5 : Fonctions inférieures

51 : Notable (1790-1795) ; 52 : Membre du comité de surveillance (1793-1795) ; 53 : Adjoint (1795-1799).

Notes

1 Dans l’ordre alphabétique, Allauch, Aubagne, Auriol, Belcodène, Cassis, Ceyreste, Cuges, Gémenos, Gréasque, La Ciotat, La Penne, Peypin, Roquefort, Roquevaire et Saint Savournin (voir les cartes à la fin de l’introduction).

2 C’est encore le cas aujourd’hui avec la communauté d’agglomération « Pays d’Aubagne et de l’Étoile » qui regroupe Aubagne, Auriol, Belcodène, Cuges, La Penne, Peypin, Roquevaire et Saint-Savournin.

3 Voir les données démographiques des tableaux 1 et 2 dans les annexes de l’introduction. Sur la notion de réseau urbain-villageois, Michel Vovelle, « Villes, bourgs, villages : le réseau urbain-villageois en Provence (1750-1850) », in De la cave au grenier. Un itinéraire en Provence au XVIIIe siècle. De l’histoire sociale à l’histoire des mentalités, Québec, Serge Fleury, 1980, p. 19-38. Sur les « petites villes », Jean-Pierre Poussou et Philippe Loupès (dir.), Les petites villes du Moyen Âge à nos jours. Hommage à Georges Dupeux, actes du colloque de Bordeaux en octobre 1985, Paris, CNRS, 1987, 516 p. et Christine Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1993, 638 p.

4 Maurice Agulhon, « La notion de village en Basse-Provence vers la fin de l’Ancien Régime », in Actes du 90e congrès des sociétés savantes, Nice, 1965, Paris, CTHS, 1966, t. i, p. 277-301.

5 Charles Lourde, Histoire de la Révolution à Marseille et en Provence de 1789 au Consulat, 1838, Marseille, Laffite, 1974, t. II, p. 30.

6 Paul Gaffarel, « La bande d’Aubagne sous la Révolution », in Annales de Provence, t. XII, 1920, p. 5-16 et 75-92.

7 « Midi rouge et Midi blanc. Les antagonismes politiques sous la Révolution française et leurs héritages dans le Midi méditerranéen », actes du colloque d’Avignon en octobre 1986, in Provence historique, t. XXXVI, fasc. 148, 1987, 227 p.

8 Le problème, central, de la violence en temps révolutionnaire est actuellement au cœur de l’historiographie, voir notamment Donald Sutherland (éd.), « Violence and the French Revolution », actes du colloque de l’université du Maryland en octobre 2001, in Historical Reflections / Réflexions historiques, vol. XXIX, n° 3, 2003, p. 379-582 et Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil, 2006, 339 p.

9 Donald Sutherland, Murder in Aubagne. Lynching, Law and Justice during the French Revolution, Cambridge university press, 2009, 334 p.

10 Patrice Gueniffey, Le Nombre et la Raison. La Révolution française et les élections, Paris, EHESS, 1993, 559 p.

11 Sur le sort des « minorités », Christine Peyrard (dir.), Minorités politiques en Révolution (1789-1799), Aix-en-Provence, PUP, 2007, 211 p.

12 Georges Fournier, « Société paysanne et pouvoir local en Languedoc pendant la Révolution », in La Révolution et le monde rural, actes du colloque tenu en Sorbonne en octobre 1987, Paris, CTHS, 1989, p. 389.

13 Voir configuration et codes dans l’annexe de l’introduction.

14 Elle pourrait être encore plus précise, grâce aux multiples informations à tirer des actes notariés, lesquels n’ont pas fait l’objet d’une investigation systématique.

15 René Baehrel, Une croissance : la Basse Provence rurale (fin du XVIe siècle-1789), Paris, SEVPEN, 1961, 842 p.

16 Maurice Agulhon, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, Paris, Société des études robespierristes, 1970, 536 p.

17 Michel Derlange, Les communautés d’habitants en Provence au dernier siècle de l’Ancien Régime, Toulouse, Eché, 1987, 636 p.

18 Maurice Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale, Paris, Fayard, 1968, 452 p. ; Michel Vovelle, Les métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, Aubier, 1976, 300 p., Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1978, 348 p. et De la cave au grenier…, op. cit. ; Bernard Cousin, Le Miracle et le Quotidien. Les ex-voto provençaux images d’une société, Aix-en-Provence, PUP, 1983, 339 p.

19 Pour les débuts de la Révolution, Monique Cubells, Les horizons de la Liberté : naissance de la Révolution en Provence (1787-1789), Aix-en-Provence, Édisud, 1987, 188 p. ; pour la mobilisation révolutionnaire marseillaise, Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 1992, 254 p. et Michel Vovelle, Les Sans-culottes marseillais. Le mouvement sectionnaire du jacobinisme au fédéralisme, 1791-1793, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2009, 235 p. ; pour la Contre-Révolution provençale, Warren Wilson, « Les réseaux contre-révolutionnaires en Provence sous la Révolution française (1789-1797) », thèse de 3e cycle sous la direction de Michel Vovelle, Aix-en-Provence, 1985, 585 p. ; pour l’épisode napoléonien, Christian Bonnet, « Les Bouches-du-Rhône sous le Consulat et l’Empire : évolution économique et vie socio-politique », thèse de doctorat d’État sous la direction de Michel Vovelle, Paris I, 1987, 5 t.

20 AD BDR, C 4685, Enquête sur la forme et la date des élections municipales (1765). La subdélégation d’Allauch comprend la communauté de Saint-Savournin ; celle d’Aubagne, les communautés de Cuges, Gémenos, La Penne et Roquefort ; celle de La Ciotat : Cassis et Ceyreste ; celle de Roquevaire : Auriol et Peypin (plus Saint-Zacharie, dans l’actuel département du Var). Les communautés de Belcodène et de Gréasque relèvent de la subdélégation de Gardanne.

21 Les cantons d’Auriol (avec Belcodène, Gréasque, Peypin et Saint-Savournin), de Cuges et de Roquevaire appartiennent au district d’Aix ; ceux d’Allauch (initialement rattachée au district d’Aix), d’Aubagne (avec Gémenos, détachée en 1791 du canton de Roquevaire), de Cassis (avec La Penne) et de La Ciotat (avec Ceyreste et Roquefort) au district de Marseille.

22 De 1795 à 1799, on trouve des municipalités cantonales à Allauch, Aubagne, Auriol (avec Belcodène, Gréasque, Peypin et Saint-Savournin), Cassis (avec Ceyreste, La Penne et Roquefort), La Ciotat et Roquevaire (avec Cuges et Gémenos).

23 Avec le Consulat, Allauch est rattachée à un canton marseillais. Aubagne, d’abord annexée à Roquevaire, est chef-lieu de canton (avec Cuges, Gémenos et La Penne), de même que La Ciotat (avec Cassis, Ceyreste et Roquefort) et Roquevaire (avec Auriol, Belcodène, Gréasque, Peypin et Saint-Savournin).

24 Michel Terrisse, Publication du dénombrement de l’abbé Expilly dans le Dictionnaire des Gaules et de la France. Dénombrement de Provence, Aix-en-Provence, PUP 1989, p. 110-111.

25 AD BDR, L 645 pour Auriol, Belcodène, Cuges, Gréasque, Peypin, Roquevaire et Saint-Savournin et AD BDR, L 1087 pour Allauch, Aubagne, Cassis, Ceyreste, Gémenos, La Ciotat, La Penne et Roquefort.

26 Christophe de Villeneuve-Bargemon, Statistique du département des Bouches-du-Rhône, Marseille, Antoine Ricard, t. II, 1824, p. 1184.

27 280 habitants pour Roquefort et 104 pour Julhans.

28 Christophe de Villeneuve-Bargemon, op. cit., t. II, p. 801-860.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Les subdélégations, d’après l’enquête de 176520
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Carte 2 : Les cantons, 1790-179521
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6557/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Carte 3 : Les municipalités cantonales, 1795-179922
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6557/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Carte 4 : Les cantons de l’arrondissement de Marseille sous le Consulat23
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6557/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses universitaires de Provence, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540