Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le médiéviste devant ses sources

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Ordre et société

La chronique urbaine, le notaire et le juge : l’exemple de Falcon de Bénévent (XIIe siècle)

Huguette Taviani-Carozzi

Texte intégral

  • 1 Les études sont nombreuses sur ce point. Nous signalons ici les plus importantes. Ouvrages générau (...)
  • 2 J. HEERS, op. cit., p. 80-81.
  • 3 G. ARNALDI, « Cronache… », op. cit., p. 126.

1La formation et l’évolution des communes urbaines dans le Royaume d’Italie, entre le XIIe et le XIVe siècle, ont favorisé l’émergence d’une élite politique et sociale laïque, originaire du populus comme de la noblesse, qui accapara le pouvoir et fut, en même temps, soucieuse d’immortaliser par écrit ses propres gestes. Et alors que les élites communales prenaient, sans heurt dans l’ensemble, le relais du gouvernement des évêques dotés d’attributions comtales, l’historiographie urbaine échappait, à partir du XIIe siècle, au monopole de fait des clercs. Au sein de ces élites, le rôle joué par le notaire laïc dans la formation de la mémoire civique a été maintes fois souligné. À partir de l’exemple des Annales du consul Caffaro qui furent d’abord recopiées dans le cartulaire de la commune de Gênes par un publicus scribanus, puis continuées par des chanceliers et des spécialistes du droit, on a pu faire le lien entre le métier du notaire, chargé de dresser et de conserver l’acte écrit, et la tâche de l’historien occupé à fixer et à transmettre par l’écrit la mémoire de ses contemporains1. On a même invoqué la publica fides, dont jouit le notaire dans l’authentification des actes par son seul signum, comme « garantie de véracité et d’authenticité des faits consignés dans le récit historique » qu’il rédige à partir de notes personnelles, portées en marge des registres ou sur les feuillets non utilisés des munimina2. On a aussi considéré que son écriture de l’histoire était tributaire du style diplomatique lié à sa profession, au point de considérer que « le récit même des événements est dressé en forme documentaire »3. Bref, au sein des communes italiennes, le notaire a joui d’une situation privilégiée. Il parvient à occuper une place politique de premier rang et, de par sa profession, il dispose de tout le matériau nécessaire à l’historiographie : les sources écrites, le témoignage personnel lié à une implication directe dans les faits de la vie citadine, le tout garanti par la publica fides, sceau d’authenticité de l’acte diplomatique mais aussi des témoignages et des faits consignés dans un récit historique auquel une commande, ou la seule volonté de son auteur, entend donner un caractère officiel.

  • 4 Nous nous référons essentiellement à Paul Diacre et à ses continuateurs : sur ce point, H. TAVIANI (...)
  • 5 Le meilleur représentant de cette tradition historiographique pour cette période est l’abbé Alexan (...)
  • 6 Falcon de Bénévent, Chronicon Beneventanum, éd. trad. E. D’Angelo, Florence, 1998. Les Annales com (...)

2Cette élite d’hommes de loi, de notaires et autres iurisperiti a généralement été repérée au sein des communes urbaines du Nord de l’Italie. Or, à l’époque où naissent et s’affirment ces communes l’Italie méridionale, restée à l’écart de ces institutions, nous offre un exemple analogue de chroniqueur en la personne de Falcon, un contemporain du génois Caffaro, qui exerça sa profession de notaire, puis de juge, dans la cité de Bénévent. Jusque là, si l’on excepte quelques brefs récits annalistiques rédigés en Pouille, l’historiographie provenait essentiellement des monastères, et d’abord du Mont-Cassin4. Falcon vécut et écrivit dans la première moitié du XIIe siècle et, à son époque encore, l’influence de la tradition historiographique cassinienne était vivace5. Il ne peut pourtant être rattaché à cette tradition. Le genre annalistique de son récit le rapprocherait plutôt de modèles antérieurs venus de Pouille, mais il prit sa source dans des Annales composées à Bénévent même, au monastère de Sainte-Sophie6. Pour apprécier l’originalité de ce notaire et de ce juge, dont la fonction et la notoriété sont, en bien des points, comparables à celles de ses confrères du nord de l’Italie, mais dont la cité, Bénévent, après une tentative avortée d’organisation communale ne connut pas les mêmes institutions, il faut analyser son écriture de l’histoire et la façon dont il façonne dans son récit l’image de sa ville.

L’auteur

  • 7 Falcon de Bénévent : voir l’importante introduction d’E. D’ANGELO sur les sources, la traduction m (...)
  • 8 Ibid., p. LIII-LIX.
  • 9 B. SCHMEIDLER, « Ueber die Quellen und die Entstehungszeit der Chronicon S. Mariae de Ferraria », (...)
  • 10 Falcon de Bénévent, Introduction, p. IX-XI.

3Le Chronicon Beneventanum, ainsi désigné dans les deux plus anciens manuscrits de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe qui nous l’ont transmis et dans l’édition princeps napolitaine de 1626, a fait l’objet d’une réédition récente, accompagnée d’une traduction et d’une minutieuse analyse linguistique, de la part d’Edoardo D’Angelo7. La tradition manuscrite y est parfaitement reconstituée et il nous suffira donc de rappeler ici l’existence d’un manuscrit en écriture bénéventaine du XIIe siècle, attestée par un médecin de Bénévent qui en fit, vers 1530, une copie, elle aussi perdue aujourd’hui8. Les manuscrits conservés s’y rattachent et le plus complet, du tout début du XVIIe siècle, qui provient de la chartreuse napolitaine de San Martino, couvre la période 1102-1140. Mais il est acéphale, le récit de l’année 1102 est lui-même tronqué, quant à la date de 1140 elle n’est ni celle de la fin du récit ni celle de la fin de l’existence de son auteur. L’utilisation de l’œuvre par une autre chronique, composée entre les environs de 1220 et le milieu du XIIIe siècle au monastère cistercien de Santa Maria di Ferraria, dans le diocèse de Teano, permet de faire remonter le début du récit de Falcon à 1099 et de fixer son terme en 11449. Terme qui fut vraisemblablement celui de la vie de l’auteur : des chartes validées de sa main, en sa qualité de notaire puis de juge, ont été retrouvées, les dernières datant de 114310.

  • 11 Ibid., p. VII-VIII ; texte de l’a. 1133 sur le statut de l’auteur p. 148, 1133.3.3.

4La biographie, ou plutôt la carrière de Falcon, a pu être partiellement reconstituée avec les éléments qu’il fournit lui-même dans son récit et avec les actes retrouvés portant son signum ou entièrement rédigés de sa main. Son activité notariale est ainsi attestée à partir de 1107, et il nous apprend lui-même sa désignation de juge de la cité par le cardinal-recteur de Bénévent, Gérard, en 113311. À cette occasion, et pour la première fois dans le texte conservé, il rappelle ses deux fonctions successives, scriba sacri palatii, scribe du Sacré Palais de Bénévent et iudex civitatis :

Alors qu’il était à la tête de la cité en qualité de recteur, après avoir pris conseil du connétable Rolpoton et d’autres sages de la cité, le dit cardinal Gérard promut (ordinavit) juge de la cité le notaire Falcon, scribe du Sacré Palais, rédacteur de cet opuscule comme on peut le lire plus haut et, après l’avoir promu (ea ordinato), il regagna Rome, comme nous l’avons dit.

5Arrivé à Rome, « en compagnie des citoyens de Bénévent qui l’y avaient accompagné », Gérard entretint le pape Innocent II, qui avait enfin pu retrouver son siège apostolique en compagnie de l’empereur Lothaire, de la situation de la cité alors aux prises avec le roi normand Roger II. Et, entre autres nouvelles, le cardinal-recteur annonça au pape :

… qu’il avait installé en qualité de juge le scribe du Sacré Palais Falcon, après avoir pris conseil du connétable et des citoyens.

6À la suite de quoi :

… le pontife apostolique (Apostolicus), acquiesçant à leur demande, apporta sa confirmation et son accord (confirmavit et concessit) et après avoir souscrit le privilège, il fit savoir à la cité de Bénévent, par l’intermédiaire de l’évêque élu de la cité, Grégoire, qu’il avait confirmé le dit Falcon en qualité de juge de Bénévent.

7Retenons le soin avec lequel Falcon détaille l’ordo de sa désignation en qualité de iudex civitatis : nous reviendrons sur son intérêt pour les rituels, ecclésiastiques et laïcs, et sur l’importance des juges dans la vie citadine. Le contexte de cette désignation et les deux fonctions assumées par notre annaliste nous invitent ici à préciser brièvement la situation politique de Bénévent en ce premier tiers du XIIe siècle et à rappeler l’importance des notaires et des juges dans les institutions des cités lombardes d’Italie méridionale.

Bénévent, des Lombards au gouvernement apostolique romain

  • 12 F. CHALANDON, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, 2 vol. , Paris 1907, rééd (...)
  • 13 Ci-dessus n. 6 ; O. BERTOLINI, « Gli Annales Beneventani. Contributo allo studio delle fonti per l (...)
  • 14 Annales (ci-dessus n. 6) p. 187-221.
  • 15 Ibid. a. 940/1, p. 222 ; a. 1051, p. 239 ; a. 1053, p. 240 ; a. 1055/56, p. 241 ; a. 1073-1085, p. (...)

8Depuis 1051 les Bénéventains s’étaient placés sous la tutelle apostolique romaine, pour échapper alors à la conquête normande12. Le rattachement de la cité princière lombarde à l’autorité apostolique est bien mis en évidence à partir de 1051 par les Annales rédigées au monastère bénéventain de Sainte-Sophie et dont l’une des versions se trouve dans le manuscrit qui nous a également transmis le liber preceptorum Beneventani monasterii S. Sophiae, désigné et édité sous le nom de Chronicon Sanctae Sophiae13. La rédaction, comme l’a établi Ottorino Bertolini, fut entreprise sous le règne du prince Arechis et l’annaliste prit alors comme point de départ la date de 702 ab Urbe condita, en la donnant de façon erronée pour la XIIe année du consulat d’Octavien (Auguste). Se servant des chroniques d’Eusèbe-Jérôme, d’Orose, d’Isidore de Séville, et du De temporum ratione de Bède, il mentionna la date de naissance du Christ et établit un catalogue des empereurs qui lui servit à fixer les grands moments de l’Église primitive. À partir de 569, date de l’entrée des Lombards en Italie, commence un catalogue de leurs rois qui s’arrête avec la prise de Pavie par Charlemagne et l’exil en Francia du dernier roi, Didier. La date de 759, donnée pour l’avènement du duc Arechis II – en fait 758 –, dont l’annaliste précise qu’il fut primus princeps et qu’il fit achever la construction de Sainte-Sophie commencée sous le duc Gisulf II, marque le début d’un autre catalogue, celui des princes de Bénévent auxquels vinrent s’ajouter les évêques et archevêques de la cité, les prieurs et les abbés de Sainte-Sophie14. Par la suite, les règnes des rois francs, puis des Ottoniens et de leurs successeurs au trône de Germanie, ceux des empereurs byzantins, furent également mentionnés, ce qui, au delà des sèches allusions à leur avènement et à leur mort, à la venue des Germaniques à Rome et à partir de la fin du Xe siècle surtout à Bénévent, met en évidence la place de cette cité dans les ambitions territoriales des deux empires et dans les revendications pontificales romaines en Italie méridionale. Nous remarquons aussi, pour notre part, que les années des règnes princiers sont systématiquement calculées à partir de la date de 941 donnée pour la mort d’Aténolf II et l’avènement de Landolf II, et qu’elles sont le seul repère utilisé pour fixer le calendrier, à la suite de l’annus Domini et de l’indiction15. L’année 1051, celle de l’appel des Bénéventains à l’autorité apostolique, marque ici un changement notable, avec les références à la troisième année du pontificat de Léon IX et à la cinquième de l’empire d’Henri III qui s’ajoutent donc à l’annus Domini, à l’indiction et aux règnes princiers. Ces derniers disparaissent en 1053 – en fait, les princes Paldolf III et son fils associé Landolf VI furent chassés de la cité en 1050 –, ils sont à nouveau mentionnés à partir de 1055 – date de leur retour d’exil. Quant à la datation des pontificats romains, qui nous intéresse particulièrement ici, elle s’arrête avec la mort de Léon IX et elle reprend avec l’avènement de Grégoire VII en 1073, jusqu’à sa mort en 1085. Elle redevient systématique à partir de 1100, deuxième année du pontificat de Pascal II, mais le texte des Annales s’arrête peu après sur deux mentions successives d’élection abbatiale à Sainte-Sophie, celle de Jean à la mort de Bernard en 1120, celle de Francon à la mort de Jean en 1128, le premier consacré par Calixte II, dernier pontificat daté, le second par Honorius II mentionné pour cette seule occasion. De cette chronologie des Annales rédigées à Sainte-Sophie il ressort que l’autorité apostolique, dans la seconde moitié du XIe siècle, a effectivement été présente à Bénévent sous Léon IX et sous Grégoire VII, mais qu’elle n’est véritablement parvenue à s’imposer qu’avec Pascal II. Or, ce fut à partir du pontificat de ce dernier que le recteur de la cité fut un clerc cardinal de l’Église romaine et non plus un notable bénéventain qui pouvait avoir également la dignité de connétable. En bref, les nobiles et boni homines qui offrirent en 1051 leur cité à Léon IX entendaient alors en garder le contrôle et se substituer aux princes qu’ils en chassaient. La suite de l’histoire bénéventaine, racontée par Falcon le prouve amplement.

  • 16 H. TAVIANI-CAROZZI, « Une bataille franco-allemande en Italie : Civitate (1053) » dans Peuples du (...)
  • 17 H. HOUBEN, Ruggero II di Sicilia. Un sovrano tra Oriente e Occidente, Bari, 1999, p. 41-77.
  • 18 Ibid., p. 79-99.

9Après leur victoire à Civitate contre la coalition montée contre eux par Léon IX en 1053, les Normands ne prirent pas Bénévent16. Mais le territoire de la cité – et surtout ses oppida ou roccae – ne cessa de subir leurs incursions et leurs annexions. La situation devint encore plus difficile à partir de 1130, année du schisme de l’Église avec la double élection pontificale d’Anaclet II et d’Innocent II, et année du sacre royal à Palerme du comte de Sicile Roger II17. Le gouvernement de la cité de Bénévent se ressentit évidemment du schisme. Quant à Roger, partisan d’Anaclet qui avait consenti à son accession à la royauté, il avait besoin du soutien des cités et de tous ses vassaux de la péninsule pour résister aux partisans d’Innocent II, entre autres le prince Robert de Capoue et le comte Rainolf d’Alife18. Ceux-ci trouvaient dans le schisme une bonne occasion de faire reculer la puissance du roi et ils étaient suivis par nombre de ses vassaux. En 1133, les Bénéventains avaient pris le parti d’Innocent II, du prince Robert et du comte Rainolf : dans le récit de cette année mémorable pour sa carrière personnelle, Falcon qualifie successivement Roger de comes Siculorum, rex Siculorum, comme pour ignorer d’abord sa dignité royale et ensuite l’étendue territoriale de son pouvoir.

De la rédaction des chartes à la composition d’un « opuscule »

  • 19 H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté…, passim, et : « Caractères originaux des institutions politiqu (...)

10La complexité et les rebondissements de cette histoire événementielle, racontée année par année, et parfois au jour le jour surtout après 1133, par Falcon pourraient faire conclure au chaos politique, expression consacrée chez ceux qui limitent leur intérêt à la succession des faits. Expression qui a longtemps marqué aussi les jugements portés sur les principautés lombardes de Bénévent, Salerne et Capoue avant la conquête normande, ce qui est contredit par le fonctionnement de leurs institutions. Nous n’entrerons pas ici dans le détail de ces institutions que nous avons, à plusieurs reprises, analysées19. Nous avons, notamment, démontré comment dans le territoire de Salerne l’ordre princier reposait sur les hommes de loi, notaires et juges, dont les compétences s’accrurent et se diversifièrent à partir de la fin du Xe siècle. Nous avons conclu à une organisation collégiale des notaires salernitains et à leur acquisition de la publica manus, ou fides, au cours du XIe siècle. La souscription d’un notaire et celle d’un juge, puis la souscription unique du juge révèlent ensuite l’importance prise par le iudex dans tous les actes administratifs, et pas seulement dans le domaine judiciaire. La documentation salernitaine permet aussi de préciser le moment de l’apparition du scriba palatii, vers le milieu du Xe siècle où l’on voit se former une chancellerie palatine. Au XIe siècle, le scriba palatii, ou sacri palatii Sacré Palais désigne le palais princier dans les trois principautés lombardes – acquiert le monopole de la rédaction des préceptes princiers et n’intervient plus dans le domaine privé comme c’était le cas pour les notaires qui, aux IXe et Xe siècles, étaient au service aussi bien des princes que des particuliers. La seconde moitié du XIe siècle nous a également apporté des exemples de scriba et iudex qui nous rapprochent de la carrière de Falcon.

  • 20 Notre étude sur les notaires de la principauté de Salerne a mis l’accent, entre autres, sur l’homo (...)

11La documentation diplomatique bénéventaine, quant à elle, commence à être mieux connue mais elle n’a pas encore été systématiquement exploitée pour une étude de l’activité notariale à partir de la période lombarde. Nous avons remarqué, à l’occasion de quelques vérifications, que les institutions bénéventaines pouvaient différer, surtout dans leur évolution, de celle de Salerne. Ainsi, les souscriptions multiples des cartae et autres munimina tout en diminuant se prolongent-elles au cours du XIe siècle, signe d’une acquisition plus tardive par les notaires de la publica fides. Quant à la fonction de scribe du Sacré Palais, elle doit être rapprochée de celle du notarius regni dans le royaume lombard de Pavie, au temps où le notaire était désigné par le comte du palais mais ne mettait pas sa compétence au service exclusif du souverain. Les actes connus dressés par le scribe Falcon sont de simples chartes qui concernent le monastère de Sainte-Sophie. Or le Sacré Palais était devenu la résidence des recteurs apostoliques : pourtant en l’état actuel de la transmission documentaire, trois chartes seulement, rédigées par le scriba palatii Falcon, impliquent le gouvernement apostolique. En revanche, et nous retrouvons ici l’exemple salernitain, Falcon authentifie en sa qualité de iudex civitatis doté de la publica fides plusieurs documents concernant, ici encore, le monastère de Sainte-Sophie. L’une de ces chartes, datée de 1137, signale l’existence d’un notaire Trasemond qui, en 1161, est dit « fils de feu le juge Falcon » et qui donne en compagnie de son épouse une terre à Sainte-Sophie, pour les malades dont le monastère a la charge. Il est plausible de considérer Trasemond comme un fils de Falcon qui lui aurait succédé dans sa carrière notariale20.

  • 21 Falcon de Bénévent, a. 1102. 1-4, p. 2.

12Au temps de la domination des princes, et encore longtemps par la suite, les territoires lombards d’Italie du sud ont donc connu une organisation administrative stable, à partir de la fin du Xe siècle, dont les nouveaux pouvoirs ont su se servir. Avec le notaire, le juge, et surtout le iudex civitatis qui exerce sa fonction en relation directe avec ces pouvoirs, est le pivot de l’administration citadine et le gardien d’une tradition juridique : il continue d’assurer la pratique de la personnalité des lois, il défend, en même temps, les consuetudines de la cité où l’ancien droit lombard est invoqué avec la lex Romanorum, où le droit canon a sa place. À plusieurs reprises, Falcon prend son lecteur à témoin des faits « inouïs » survenus dans la cité ou sur son territoire en raison des agissements normands, voire romains, qui bafouent ces traditions. Le texte conservé de son œuvre commence, nous l’avons dit, avec l’année 1102, au milieu du récit d’un conflit, qui dégénère en affrontement armé, entre les Bénéventains, et plus particulièrement un noyau important de nobles et de boni homines fere centum nobilium et bonorum hominum –, et le pontife au sujet de la désignation du recteur apostolique et de la consécration de l’archevêque élu21. Cette centaine de représentants de la cité se rendit à Rome pour faire confirmer par Pascal II le choix de leurs concitoyens :

… ce qu’ils ne parvinrent pas à obtenir. Ce que voyant, ceux qui avaient été délégués, de retour, agitèrent les esprits des autres en disant que jamais nos pères, nos aïeux, nos bisaïeux n’avaient supporté une telle injure.

13La suite met le lecteur en présence des partis qui déchirent alors la cité, celui du pape représenté par l’évêque cardinal de Porto et celui, et même ceux, de ses adversaires. Sans manifester clairement son appartenance personnelle à une pars ou à une autre, Falcon exprime pourtant sans équivoque son parti-pris en faveur de la tradition bénéventaine, celle des ancêtres qui, depuis plusieurs générations, faisaient les évêques, acclamaient ou chassaient les princes. Une tradition qui aboutit à l’émergence, au cours du XIe siècle, d’une élite citadine de boni homines, de sapientes, qui côtoient les nobles (nobiles), les descendants des familles comtales lombardes au titre honorifique, ou qui les éclipsent à certaines occasions. Nous les retrouverons, aux côtés de Falcon lui-même, dans cet ordre citadin qui se manifeste au fil de son récit et dont son ordinatio en qualité de juge nous a donné un aperçu.

  • 22 Ibid., a. 1119. 3.3. p. 46 ; A. 1124. 1-2.1, p. 74, 76.

14Il ne faut d’ailleurs pas attendre l’année 1133 pour voir le notaire du Sacré Palais se mettre lui-même en scène dans la vie quotidienne de sa cité. En 1119, puis en 1124, il est au milieu du concursus magnus… virorum ac mulierum, avec la tota civitas, pour toucher et embrasser les reliques des saints protecteurs de Bénévent22. Et c’est aussi à ces deux occasions qu’il exprime son humilité de chrétien – … ossa sanctorum indignus ego osculatus sum –, et d’écrivain – … licet sermone inculto…, expression caractéristique des écrivains d’église, et surtout des moines. Par ailleurs, il qualifie son œuvre d’opusculum, de libellus, termes également utilisés par l’abbé Alexandre de Saint-Sauveur de Telese pour son récit des gestes du roi Roger II. Nul doute pourtant qu’il soit laïc : si, à Bénévent comme ailleurs en Italie méridionale, et encore au XIIe siècle, on rencontre des clercs ayant des enfants, et si les notaires peuvent être des clercs, leur statut dans ce cas est précisé dans leurs actes – clericus et notarius –, ce qui n’apparaît pas dans ceux de Falcon.

15Il est toutefois intéressant de s’arrêter sur le second récit d’élévation de reliques daté de 1124, ici celles de saint Barbat, où notre auteur fait preuve d’une modestie qui est loin de se manifester à d’autres occasions, telle son « ordination » de iudex civitatis. À ce point de l’œuvre, il s’adresse à un interlocuteur qui paraît en être le dédicataire, et peut-être aussi le commanditaire :

Quant aux miracles qu’en vertu des mérites et de l’honneur de notre père sus-dit Barbat le Christ Jésus, dans son amour du genre humain, a daigné présenter à nous tous, à notre contemplation, bien que mon discours soit fruste, j’en entretiendrai votre paternité (paternitati vestrae explicabo).

  • 23 Vita Barbati episcopi beneventani, éd. G. WAITZ, MGH SS RR LL, p. 555-563. Analyse de cette Vita da (...)

16Le qualificatif de père est donc ici utilisé à deux reprises, et d’abord pour le plus célèbre des saints protecteurs de Bénévent qui en fut l’évêque au VIIe siècle23. Paternitas peut s’adresser à un évêque, à un pontife de Rome également, et convient aussi à un abbé. En l’absence du début de l’œuvre, il faut nous interroger sur l’identité de ce pater auquel Falcon rapporte deux témoignages personnels sur des miracles accomplis par le saint évêque Barbat à l’occasion de l’élévation de ses reliques. Et pour cela suivre notre chroniqueur dans l’écriture de son œuvre après l’avoir situé dans l’exercice de sa fonction.

L’écriture de l’œuvre

  • 24 Falcon de Bénévent, introduction d’E. D’ANGELO, p. XXXV et n. 4.

17Une hypothèse a été avancée sur le moment où Falcon se serait mis à écrire sa chronique ou mieux ses annales, et sur sa relation des événements effectuée en plusieurs séquences, par regroupement d’années24. Pour notre part, nous nous en tiendrons, sur ce point, à la prudence conseillée par le dernier éditeur du texte, E. D’Angelo, et fondée sur l’absence de manuscrits complets. Telle qu’elle nous est parvenue, l’œuvre de Falcon permet toutefois d’entrer dans son travail d’écriture et d’avancer quelque hypothèse plausible sur l’incitation qui en fut à l’origine.

Le fil conducteur

  • 25 Falcon de Bénévent, a. 1112.3.1-4, p. 4, 6.

18Le texte complet des annales de Falcon commençait, selon une hypothèse que nous avons rappelée plus haut, avec l’année 1099 qui fut celle de l’avènement de Pascal II (1099-1118). Le texte conservé s’ouvre donc sur un conflit entre les citoyens de Bénévent et ce pontife romain, dont le récit est particulièrement vivant et détaillé : il met en scène le représentant apostolique Pierre, cardinal évêque de Porto, et un groupe de citoyens dirigés par Rison (pars Risonis), élu à l’épiscopat. Or, depuis son avènement, Pascal II entendait rétablir dans la cité, châtiée par un interdit en 1100, son autorité de pontife apostolique et son pouvoir temporel. En 1102, l’enjeu du conflit était à la fois la désignation de l’archevêque et celle du recteur de Bénévent. À la suite de ce récit circonstancié où nous l’avons vu exprimer son propre jugement, Falcon se borne à faire des annotations très brèves, semblables par leur laconisme, et très souvent par leur teneur, à celles des Annales rédigées à Sainte-Sophie pour la même période : déplacements de Pascal II hors de Rome, morts des archevêques de Bénévent et des abbés de Sainte-Sophie et élections de leurs successeurs, mort d’Henri IV de Germanie, consécration de son fils et successeur Henri V. On trouve en outre, sous la plume de Falcon, mention de la mort de chefs normands, mais plusieurs années, 1103 et 1104, puis 1111, simplement datées de l’annus Domini et de l’indiction, ne font l’objet d’aucun récit. Il faut attendre l’année 1112 pour voir Falcon se détacher définitivement du modèle de ces Annales en même temps que de la chronologie utilisée par les annalistes de Sainte-Sophie : il abandonne en effet le style byzantin, et il fait systématiquement commencer l’année au 1er Mars. Son récit devient beaucoup plus riche, à l’instar de celui de l’année 1102. La rupture de ton pour l’a. 1112 semble donc faire écho à la relation de l’a. 1102. Son laconisme, voire son mutisme pour les neuf années qui séparent ces deux dates peuvent se comprendre si l’on considère qu’il a pu réviser le début de son œuvre à un moment donné, avec l’intention de présenter des événements distants de plusieurs années dans un parallélisme voulu. Il est en effet, intéressant de comparer les récits des événements de 1102 et de 1112. En 1102, nous l’avons vu, les Beneventani s’adressaient à Pascal II pour obtenir confirmation de leur privilège de choisir leur pasteur et leur recteur, et la cité fut déchirée par un conflit entre partisans et adversaires du recteur pontifical. En 1112, la situation est quasi identique25. Les partes s’affrontent pour la désignation d’un recteur et une délégation composée de l’archevêque et d’un juge (Ioannes iudex) se rend à Rome. Pascal II va alors lui-même à Bénévent où il réunit un synode et où il impose le recteur qui a la faveur de la majorité des citoyens contre la faction qui, pour imposer le sien, avait fait alliance avec les Normands. Il est donc vraisemblable que le déroulement des faits de 1102 ait pu être écrit, ou recomposé, avec tous ses détails après ceux de 1112, avec l’intention de faire ressortir les dangers courus par la cité de Bénévent livrée à la division des partis (partes). Arrivé à l’année 1112 Falcon exprime son attachement exclusif à sa cité – les mêmes accents se retrouvent en 1102 – et s’il n’est pas critique envers Pascal II, c’est parce que le pape est alors le seul refuge des citoyens face aux malorum fautores, aux traîtres qui pactisent avec l’ennemi normand plus pressant et donc plus dangereux pour l’autonomie urbaine.

  • 26 Ibid., a. 1138.5. 3-4, p. 212, 214.

19On le voit par cet exemple, en revenant sur des faits lointains Falcon a pour fil conducteur le souci de transmettre à la postérité ce qui a été un bien, ou un mal, pour Bénévent. En même temps, il prend son lecteur à témoin du bien fondé de son propre jugement : paradoxalement son esprit partisan reste détaché de celui des partes pour n’embrasser que l’intérêt de la tota civitas, de l’unanimité citadine qui parvient à se refaire autour des saints protecteurs, ou encore celui de la sanior pars qui opère dans le même sens. D’où l’erreur qui voudrait en faire un opposant systématique à l’ingérence temporelle romaine, ou encore un détracteur entêté des Normands et de leur roi Roger II : que ce dernier mette fin à ses ravages en territoire bénéventain, qu’il n’attise plus les rivalités entre partes, qu’il entre dans Bénévent dans le seul but d’interrompre la guerre, qu’il s’y attarde à contempler les églises et les palais, et le voilà momentanément à l’abri des accusations de cruauté, d’orgueil, de tyrannie de la part de notre écrivain26. Que Pascal II intervienne pour désigner un recteur contre les agissements subversifs (coniuratio) des malorum fautores coupables du civitatis detrimentum, et voilà ce pape du côté de « ceux dont l’esprit était le plus sage – quorum mens erat sanior » –, c’est-à-dire des sapientes ou boni homines dont il avait méprisé la délégation en 1102.

20Mettre par écrit les malheurs et les joies de Bénévent, en continuant d’y participer par la plume après y avoir souvent pris une part physique, telle a été la tâche de Falcon, d’un bout à l’autre de ses annales. Une tâche qui a pu partir d’un désir personnel mais qui, au moins, a été encouragée par celui auquel Falcon s’adresse donc pour lui raconter les deux miracles opérés par l’intercession de saint Barbat.

L’adresse

  • 27 Ibid., a. 1137.5.1, p. 184.

21Si un pontife romain, toujours désigné par son nom ou par le qualificatif d’Apostolicus par Falcon, peut répondre à l’adresse de paternitati vestrae, il est impossible d’en repérer un, dans le récit, susceptible d’avoir entretenu une certaine familiarité avec l’auteur. L’expression se trouve, rappelons le, dans le récit de l’année 1124, mais le pater devait encore être vivant en 1140, année sur laquelle s’arrête le texte conservé de l’œuvre, voire même en 1144 si l’on retient l’hypothèse qu’il serait allé jusque là. Supposer que Falcon se serait adressé en 1124, ou peu après, à un dédicataire qui serait mort avant 1140 ou 1144, serait admettre qu’il n’aurait pas revu le début de son œuvre afin de supprimer l’adresse directe et de n’évoquer que la mémoire du pater. Or nous avons l’exemple du retour en arrière sur l’année 1102, qui peut suffire à rejeter cette supposition. Il faut donc écarter Pascal II, Gélase II et Honorius II. Il ne peut être question d’Anaclet, l’allié des Normands, le responsable des malheurs de Bénévent après 1130. Reste Innocent II sur lequel s’arrêtent les annales de Falcon. Son pontificat marque la promotion de notre scriba palatii au statut de iudex civitatis et voit enfin la paix se rétablir entre Rome et le roi Roger II, en 1139. Mais ce pontificat se termine en 1143, avant la fin supposée de la rédaction de ces annales, et même en ne tenant pas compte de cette hypothèse, ou encore en pouvant admettre que, parvenu en 1143-1144, Falcon n’ait pu modifier la formulation de l’adresse, il reste qu’Innocent II approcha seulement de Bénévent « le dix des kalendes de juin » de l’année 1137, après un début de pontificat contesté par Anaclet et ses partisans qui le vit sur le chemin de l’exil en France, puis à Pise. Falcon lui-même avait dû quitter sa cité, peu après sa promotion, en compagnie d’autres notables, et il n’y revint qu’au bout de trois ans d’exil, cette même année 113727. Les tribulations du pontife romain et celles de notre auteur ne favorisèrent pas leurs rencontres, encore moins d’éventuelles relations de familiarité entre eux. Enfin, si un pontife romain avait été dédicataire des annales de Falcon, la papauté y aurait sans doute été présentée sous le meilleur jour : or, même en mettant à part Anaclet II, d’autres pontifes, à commencer par Pascal II, voient certaines de leurs initiatives critiquées ou du moins regrettées par notre auteur. Cet argument permet d’écarter également les recteurs pontificaux de la cité, y compris le cardinal Gérard qui favorisa la promotion de Falcon car, en l’occurrence, il se rangea au conseil des notables de la cité.

22Il paraît préférable, pour éviter de se fourvoyer, de rester au sein de la société bénéventaine afin de mieux cerner l’identité de ce dédicataire. Dans Bénévent, et dans l’œuvre de Falcon, deux hommes d’Église se détachent, l’archevêque et l’abbé de Sainte-Sophie. Deux lieux aussi, la résidence épiscopale et ce monastère, vers lesquels se portent toujours les Bénéventains en cas d’extrême péril.

  • 28 Ibid., a. 1130.2.1, p. 106.
  • 29 Ibid., a. 1123.3.1-4, p. 72, 74.
  • 30 Ibid., a. 1123.1.1-4, p. 72.
  • 31 Ibid., a. 1129.2.1-2, p. 104, 106.
  • 32 Ibid., a. 1137.13.1-5, p. 190, 192.
  • 33 Ibid., a. 1139.11.3, p. 228.

23L’adresse à un archevêque pourrait aller de soi. L’élévation des reliques de Barbat en 1124 fut faite par l’archevêque Roffred, successeur de Landolf II. L’un et l’autre ont des noms lombards, ce qui prouve qu’après l’incident de 1102 les Bénéventains continuèrent de désigner leur pasteur, le pape se réservant de contrôler et de confirmer l’élection. En cela, la réforme grégorienne se manifestait à Bénévent comme ailleurs en Occident. Roffred succéda à Landolf en août 1119 et Falcon le mentionnait déjà auparavant en sa qualité d’archiprêtre. Il mourut en 1130 et ce fut un autre Landolf qui lui succéda28. Quelques années après son élection en 1123, il fut accusé de simonie, par un groupe de citoyens – quorumdam civium accusationes –, auprès du pape Calixte II alors présent à Bénévent, accusation dont il se lava par serment, cautionné par les serments de deux évêques et trois prêtres29. Auparavant, la même année, il avait assisté honeste au synode romain de mars où le pape fit lire le texte du pacte de paix conclu avec Henri V et fit proclamer une période de trêve au nom de Dieu30. En dehors de l’élévation de Barbat, l’autre fait notable de son pontificat fut une autre élévation de saints vénérés à Bénévent, Janvier, Festus et Didier31. Remarquable par sa probité, victime de calomnies, et surtout promoteur du renouveau du culte de Barbat, un saint évêque, un de ses prédécesseurs, Roffred, sans accéder lui-même à la sainteté, est digne de figurer dans la lignée des bons évêques de sa cité. Il mourut au moment où éclata le schisme de la double élection pontificale qui proposa Anaclet II et Innocent II à la succession d’Honorius II, et qui allait multiplier les divisions entre Bénéventains. Son successeur Landolf III, consacré par Anaclet, vit son bref pontificat (1130-1132) marqué par le conflit entre le roi Roger II d’une part, le prince de Capoue et son principal allié le comte Rainolf d’Alife de l’autre, chaque parti faisant pression sur le recteur et l’archevêque et sur le populus pour obtenir l’appui de la cité. Élu à une date incertaine – Falcon le présente comme electus pour la première fois en 1133, à l’occasion de sa propre désignation comme juge de la cité –, Grégoire, successeur de Landolf, fut l’interlocuteur reconnu d’Innocent II, alors en conflit avec le roi Roger. Mais sa consécration n’intervint qu’en 1137 lorsque ce pape put entrer dans Bénévent, consécration dont Falcon souligne la solennité en s’adressant à son « lecteur » – Lector, si interesses… – comme il le fait à chaque grande occasion, pour exprimer ses propres sentiments, ici sa satisfaction de l’honneur rendu à un prélat irréprochable, vitam suam religiose custodierat32. Grégoire ne put exercer effectivement son ministère qu’à partir du 2 septembre 1139, une fois conclue la paix entre Innocent II et le roi Roger : il avait été supplanté par un partisan d’Anaclet et du roi, et son retour à Bénévent est donc marqué par une grande précision chronologique comme pour tout événement considérable33. Il est le dernier archevêque des annales de Falcon : sa valeur morale est comparable à celle de Roffred, mais son ministère ne put s’exercer, du fait des troubles politiques, qu’au cours des toutes dernières années de l’histoire bénéventaine dans le récit de Falcon. Un archevêque, Roffred ou Grégoire, pourrait-il être le dédicataire de ce récit ? Dans le cas de Roffred, mort en 1130, l’adresse directe n’aurait pas été modifiée par Falcon pour être remplacée par l’invocation de sa mémoire, ce qui est donc improbable. Quant à Grégoire, il n’intervient dans l’œuvre qu’aux côtés d’Innocent II et l’interruption du récit ne permet pas d’en dire plus sur d’éventuelles relations de familiarité avec Falcon. D’une façon générale, dans la cité et dans le récit, l’archevêque est une figure notable du fait de son élection par le peuple, de ses origines, lombardes ou grecques mais toujours ancrées dans la société citadine, de ses qualités morales opportunément soulignées pour le rendre digne de la consécration apostolique, et surtout de son rôle dans la promotion ou le renouveau du culte des saints protecteurs des Bénéventains. La présence d’un cardinal-recteur, représentant de la domination temporelle de Rome, à partir de Pascal II ne porte pas ombrage à son image de père de la cité, de successeur de saint Barbat. Mais il faut pousser plus loin notre enquête sur le dédicataire ou commanditaire de l’œuvre.

  • 34 Ibid., a. 1125.1.1-11, p. 82, 84.
  • 35 Ibid., a. 1132.10.33-36, p. 140.

24En 1125, « la onzième nuit du mois d’octobre », un prodige inouï et terrible se manifesta à Bénévent, dans les autres cités et dans les places fortes du territoire bénéventain : un tremblement de terre, si puissant que tous s’attendirent à mourir et qu’à ce souvenir vivace notre auteur s’exprime à nouveau à la première personne34. Au milieu des pleurs et des sanglots, le civitatis populus se rue vers le palais épiscopal – ad episcopium festinavit –, alors que quelques autres citoyens se réfugient à Sainte-Sophie. En 1132, un échec militaire de Roger II devant ses ennemis, le prince de Capoue et le comte d’Alife alliés à Bénévent, entraîne une explosion de joie dans la cité « comme si tout le bénéfice de la victoire revenait aux Bénéventains »35. Une fois encore la précision chronologique de Falcon fait foi de l’importance de l’événement : « aux vigiles du bienheureux apôtre Jacques, le huit des kalendes d’août ». Dans l’allégresse, le civitatis populus converge vers le palais épiscopal et vers Sainte-Sophie. Ces deux manifestations populaires, auxquelles prit encore part Falcon, pourraient venir conforter l’hypothèse d’un dédicataire archevêque, d’un père du civitatis populus unanime à se tourner vers lui dans ses grands moments de crainte ou de joie. Toutefois, en 1125, certains préfèrent se rendre à Sainte-Sophie, certains dont Falcon lui-même :

parmi les citoyens, nous fumes quelques uns à nous hâter vers le monastère Sainte-Sophie pour prier Dieu, notre Sauveur à tous.

25Et en 1132, à Sainte-Sophie, le peuple « versa des larmes de joie en action de grâces envers Dieu et l’apôtre Pierre ». Puis il se transporta à la cathédrale où se trouvaient les reliques de l’apôtre Barthélémy, transférées là au IXe siècle sous le prince Sicard, et ce fut à nouveau vers Sainte-Sophie que se dirigèrent en procession les citoyens, les prêtres et les clercs, cierges et lampes à huile en mains, pour les vigiles – veille de la saint Jacques – et les laudes. Ainsi, tout autant que la cathédrale et que l’évêque, le monastère dont la construction fut achevée sous le premier prince de Bénévent Arechis a-t-il une place privilégiée dans la vie des Bénéventains, dans leur mémoire et dans leur piété.

  • 36 Ibid., a. 1131.2.3, p. 114.
  • 37 Ibid., a. 1132.13.3, p. 142.
  • 38 Ibid., a. 1139.9.2, p. 224.

26L’adresse de Falcon à un abbé, à un abbé de Sainte-Sophie, est une hypothèse à retenir et, à notre avis, l’hypothèse la plus plausible. Nous avons montré comment le début du texte conservé de ses annales suit de près celui des dernières années mentionnées par l’annaliste de Sainte-Sophie, exception faite du récit consacré à 1102. Qu’il s’en détache à partir des événements rapportés en 1112 prouve qu’il n’entend pas se livrer à l’établissement de tables pascales en y annotant, de façon marginale, quelques faits mémorables pour le monastère, pour la cité ou pour la chrétienté toute entière : cela reste une tâche monastique. Toutefois, Sainte-Sophie et ses abbés sont très présents dans son œuvre en raison de leurs rôles dans l’histoire citadine. Le monastère, nous l’avons vu, ouvre les portes de son église à la dévotion populaire et sa liturgie accompagne les implorations et les actions de grâce. Il sert aussi de refuge en cas de troubles, d’affrontement des partes. En 1102, année mémorable entre toutes, l’évêque élu s’y rend avec quelques uns de ses partisans « et il y resta un bref laps de temps ». En 1131, menacé par le connétable Rolpoton, le cardinal-recteur Crescentius s’y réfugie après avoir laissé le palatium curiae, le Sacré Palais36. Crescentius, mis en place par Anaclet II, joue un rôle néfaste dans la cité. Il cautionne les injustices commises par ce pontife à l’encontre de certains notables qui avaient pourtant embrassé sa cause. Il pousse Roger II à mettre Bénévent à sac pour venir à bout des citoyens déçus par les revirements d’Anaclet. Ce mauvais conseil souleva « presque tout le peuple de la cité [qui] brandissant les armes, pris de fureur, gagna le monastère Sainte-Sophie où demeurait le dit cardinal »37. La suite du récit nous montre les citoyens devant Roger où ils ont conduit le cardinal-recteur pour s’en servir dans la libération de prisonniers faits par les troupes royales : devant l’unanimité d’un populus menaçant, la communauté monastique, dont la position n’est pas précisée ici, n’était sans doute plus à même de tenir son rôle d’asile. Plus tard, en 1139, une fois la paix conclue entre Innocent II et le roi Roger, le pape entra – « le jour des kalendes d’août » – dans Bénévent où il fut accueilli « avec honneur et dévotion, comme s’il [le peuple] voyait saint Pierre en personne de ses yeux »38. Le roi, qui lui avait fait escorte jusqu’à « la porte de Saint-Laurent », établit son camp hors les murs. Mais :

Ce même jour, le soir venu, il entra dans la cité et montant vers la cour du seigneur pape, il demeura quelque temps en sa compagnie. Puis il se rendit au palais épiscopal et il pénétra dans la basilique de la Bienheureuse Marie et de l’apôtre Barthélémy où il pria pour son salut. Il entra aussi au monastère Sainte-Sophie et il se prosterna devant l’autel de saint Mercure ; puis il continua par le cloître du monastère, passa par le dortoir et par le réfectoire et, après s’être recommandé aux prières des moines, il sortit de la cité par la Porta Somma et, l’esprit joyeux, il regagna son campement.

27Il est rare d’assister à une visite royale de la cité aussi pacifique dans l’œuvre de Falcon. La paix conclue avec Innocent II rejaillit dans Bénévent où le roi, à lire ce récit, respecte l’ordre des dignités dans sa visite : d’abord le pape au Sacré Palais, puis l’archevêque à l’episcopium, le monastère Sainte-Sophie enfin. Ce protocole s’accompagne de gestes de dévotion, eux aussi bien ordonnés, d’abord dans la cathédrale dédiée à la mère de Dieu et à l’apôtre Barthélémy, ensuite en l’église Sainte-Sophie. Mais la visite s’attarde au monastère où le roi est accueilli par la fraternité des moines et d’où il repart joyeux après s’être confié à leurs prières : après la conclusion de la paix politique hors de Bénévent, l’esprit de paix du monastère gagne enfin celui du roi.

  • 39 Ibid., a. 1120.6.1-2, p. 54, 56.
  • 40 Ibid., a. 1121.2.2, 6.1-2, p. 62.
  • 41 Chronicon Sanctae Sophiae (ci-dessus n. 6), I, p. 92.

28Cette paix du cloître rayonne hors de ses murs sur la cité à diverses reprises, du fait d’abbés particulièrement remarquables. Certes, le monastère connaît lui-aussi des querelles intestines et, en 1120, une discorde divise les frères pour l’élection de l’abbé39. L’intervention du pape Calixte II entraîne l’annulation d’un mauvais choix et l’élection, puis la consécration, d’un abbé modèle, Jean Grammaticus (1120-1128), virum prudentem, ornatum moribus. L’intronisation qui suivit l’élection est, à cette seule et unique occasion, détaillée dans son rituel par Falcon. Ce fut sous l’abbatiat de Jean qu’eut donc lieu le tremblement de terre du 11 octobre 1125 où une partie des citoyens, dont Falcon, se rendit pour prier à Sainte-Sophie. Auparavant, en 1121, à deux reprises, l’abbé Jean fit preuve de charité, d’amour fraternel, envers l’abbé d’un autre monastère et envers un noble assassiné40. Il se rendit auprès du cadavre de ce dernier, horriblement mutilé, « et il le fit conduire au monastère où il l’enterra suivant le rite des chrétiens tués ». Il visita l’abbé Rachis de Saint-Modeste « et il fit porter son cadavre, préparé suivant la coutume, au monastère pour l’y faire enterrer ; puis, après les obsèques, celui-ci fut déposé dans un sépulcre de marbre ». Un épisode antérieur, mais daté de la même année, la consécration d’une abbesse, voit la cérémonie se dérouler en présence de l’archevêque, de cet abbé Rachis, et de Jean Grammaticus. Le successeur de Jean, Francon, n’est mentionné qu’à l’occasion de son élection et à celle de sa consécration par Honorius II, toutes deux brièvement rappelées. Or, d’après les actes recopiés dans le Chronicon sanctae Sophiae, il est encore abbé en 1138 et son successeur, Jean, apparaît pour la première fois dans un acte d’août 114241. Si l’on retient que Falcon a poursuivi son récit jusqu’à l’année 1144, cet abbé Jean (Jean IV), promu cardinal par la suite, pourrait être le dédicataire de son œuvre. Certes, Jean Grammaticus ferait un bon dédicataire ! Il est vivant en 1124, lors de l’élévation des reliques de saint Barbat. L’adresse directe de Falcon à la paternitas l’exclut, à notre avis, comme elle exclut l’archevêque qui a procédé à cette élévation. Contemporain des dernières années de la vie de Falcon et de la rédaction de ses annales, l’homonyme de Jean Grammaticus n’est pas, lui, à exclure.

29Nous nous contenterons, pour clore cette enquête, de remarquer à nouveau la modestie monastique de notre auteur à propos de son style d’écriture, au moment où il s’adresse à cette paternitas. Tout ce que nous venons de mettre en évidence sur la relation entre les Annales de Sainte-Sophie et ses propres annales qui en prennent le relais, sur l’intérêt qu’il continue de porter, tout au long de son œuvre, aux abbés, à leur élection et à leur consécration, au monastère et à son rôle dans la cité, tout cela vient s’ajouter à cette remarque pour nous faire conclure, à son étroite familiarité avec la communauté de Sainte-Sophie, en compagnie de laquelle il va prier le Sauveur, dans le péril causé par le tremblement de terre de 1125. Faut-il aller jusqu’à supposer qu’il faisait partie d’une confraternité de prières attachée au monastère, rassemblant ses bienfaiteurs, comme c’est le cas pour d’autres communautés bénédictines ? Aucune offrande pieuse faite de sa part à Sainte-Sophie n’a encore été retrouvée, et l’on ne peut que rappeler, ici, celle du notaire Trasemond, « fils de feu le juge Falcon » et de son épouse, en 1161. Mais si cette supposition ne trouve pas encore de réponse, notre hypothèse d’identification du dédicataire des annales avec la paternitas d’un abbé de Sainte-Sophie repose, elle, sur un faisceau d’indices digne de considération.

  • 42 Falcon de Bénévent, a. 1337.21.1-4, 22.1-7, p. 198, 200.
  • 43 Rogerii II. Regis Diplomata Latina, éd. C. BRÜHL, Codex Diplomaticus Regni Sicilie, Cologne-Vienne, (...)
  • 44 Falcon de Bénévent, a. 1140.6.4-8, p. 238.
  • 45 Entre autres, le Chronicon Salernitanum ou mieux « Histoire de Salerne » qui nous a transmis le te (...)
  • 46 P. CAMMAROSANO, « L’éloquence laïque dans l’Italie communale (fin du XIIe-XIVe siècles) » dans Bib (...)

30Ces indices nous ont fait entrer dans les préoccupations de Falcon qui ne sont autres que celles de la société bénéventaine de la première moitié du XIIe siècle. Constatation, somme toute, banale si l’on se réfère aux exemples des notaires-chroniqueurs originaires des cités communales du nord de l’Italie. À partir de ces mêmes exemples, on a déjà fait remarquer que le notaire Falcon, lui aussi, travaillait à partir de notes – on a heureusement avancé, parallèlement, ses nombreuses invocations de témoignages oraux ! – ; on a relevé, çà et là, ses références à des documents d’archives, chartes présentées au cours de procès dont il a soin d’évoquer toute la procédure, traité d’alliance entre les Bénéventains et les adversaires de Roger II, le prince de Capoue et le comte d’Alife, accords de paix entre la papauté et les Normands et, surtout, le texte intégral d’un privilège fiscal de Roger II aux Bénéventains, octroyé sur requête du connétable, des juges et d’autres citoyens et daté de 113742. Il s’agit là d’un faux, qui a cependant l’intérêt de nous renseigner sur les franchises et les privilèges économiques revendiqués par les citoyens de Bénévent43. Les dernières lignes du récit de Falcon, dans son état actuel, donnent la teneur d’une lettre adressée par Innocent II aux Bénéventains à la suite de la réforme monétaire de Roger II qui introduisit le ducat d’argent : « il s’avéra d’une teneur en bronze supérieure à celle de l’argent »44. Mesure responsable de la ruine du totus Italicus populus selon Falcon, à propos de laquelle le pape tente de rassurer ses sujets de Bénévent : « Quant à nous, nous veillons quotidiennement sur vos intérêts ». Ici encore, Falcon est notre seule source. Nous sommes évidemment loin, avec les quelques indices de sa profession de notaire repérés dans son œuvre, non seulement de la chronique-cartulaire mais également de chroniques et d’histoires antérieures, écrites par des moines, qui nous ont transmis le texte intégral de documents plus nombreux et plus importants45. Falcon, et cela est aussi vrai de ses confrères du nord de l’Italie auteurs de chroniques, n’est pas un compilateur de sources diplomatiques. Pour rendre son témoignage véridique, il préfère le discours direct : il interpelle son lecteur, il reconstitue des discours et des dialogues généralement brefs et, sans aller jusqu’à vouloir transmettre des modèles d’art oratoire, il rejoint, par là également, ses confrères des communes italiennes, juges et notaires, dont on a déjà remarqué, mais surtout pour le XIIIe siècle et les siècles suivants, le goût pour le discours dans le récit événementiel46. Ce style oratoire facilite la mise en scène de la société citadine, au sein de laquelle l’auteur lui-même, malgré sa modestie affichée devant le dédicataire de son œuvre, se met en scène.

Le notaire et juge dans l’ordonnance de la vie citadine

  • 47 Falcon de Bénévent, Introduction, p. LI-LII ; p. CXLII-CLIV.
  • 48 Ibid., p. CLIX-CLXIV.

31Le relevé et l’analyse linguistique des formules oratoires et des discours intercalés dans le récit historique de Falcon ont donné lieu à des conclusions contradictoires que reprend E. D’Angelo dans sa propre édition pour en faire la critique47. Il parvient ainsi à démontrer l’originalité de notre annaliste qui doit peu aux historiens antérieurs de l’Italie méridionale lombarde ou normande – et nous partageons ce jugement –, tout en rapprochant son style d’écriture, en particulier dans les passages oratoires, de celui d’autres textes narratifs bénéventains, dont une Vita anonyme du pape Léon IX datée de la fin ou du début du XIIe siècle48. Qu’il s’agisse donc de la profession de Falcon, de son écriture, du dédicataire de son œuvre, tout oriente son lecteur vers la société bénéventaine, en dehors même des événements rapportés. Et c’est donc essentiellement sur l’image de la vie citadine construite par son discours que nous faisons ici porter notre attention.

Le conseil

32Sous la plume de Falcon la notion de conseil est omniprésente dans les moments marquants de l’histoire bénéventaine.

  • 49 Entre autres exemples : Falcon de Bénévent, a. 1112.3.1, p. 4 ; 1113.1.1, p. 6 ; 1118.4.1 et 4.5, (...)
  • 50 Ibid. a. 1119.3.13, p. 48, 50.

33Cette notion est exprimée par le mot consilium et parfois par le verbe consulere, mais une expression récurrente vient quasi systématiquement ponctuer toute action importante au point de prendre une valeur adverbiale consilio habito, ou encore consilio invento et consilio accepto49. Elle sert à traduire la consultation entre Bénéventains – l’unanimité du populus ou celle des sapientes et boni homines – avant une décision commune, comme l’envoi d’une délégation à Rome en 1112, ou encore en 1128. Ce type de consultation, au sein d’un conseil uniquement constitué d’une élite politique et sociale ou d’un groupe de familiers des détenteurs du pouvoir peut avoir lieu dans l’entourage du pontife romain, à Rome, à Bénévent ou ailleurs, dans l’entourage du roi Roger et dans celui de ses adversaires. Mais l’expression consilio habito, avec ses variantes, est aussi utilisée pour souligner un geste individuel digne de mémoire, pour introduire l’initiative d’un individu digne de considération par son statut social sans qu’il soit au sommet d’une hiérarchie. En 1119, à la suite d’une élévation des reliques de plusieurs saints décidée par l’archevêque Landolf, un archidiacre, Alechisius, devant la ferveur populaire, consilio accepto, fit exécuter une sorte de barque en bois pour en orner l’église dont il était titulaire50.

  • 51 Ibid. a. 1131.2.1, p. 114.
  • 52 Ibid. a. 1132.7.6-10, p. 126, 128.

34Bien évidemment le consilium intervient dans les pactes de paix et dans les tractations qui y préludent entre les partes de la cité ou entre les Bénéventains et leurs adversaires communs. En 1131, le connétable Rolpoton, ennemi déclaré du recteur désigné par Anaclet qui l’avait trahi, « fort de l’aide apportée par ses amis, trouvait nuit et jour, ouvertement ou en privé, le moyen de tenir des conseils et d’organiser de petites réunions au sujet du dit Crescentius »51. L’année suivante, le roi Roger tente d’obtenir l’alliance des Bénéventains contre le prince de Capoue. Un échange de délégations et de propositions faites de part et d’autre s’en suit, où l’on voit le recteur, l’archevêque et un groupe de trente probi viri dirigés par cinq juges du Sacré Palais nommément cités, tenir conseil – consiliarentur – sur les propositions royales ; où, de son côté, le cardinal prend conseil d’une partie du peuple – consilium ab eis perscrutatus est – ; où, enfin, les cinq juges et les probi viri prêtent serment de ne pas porter atteinte à la personne du roi « ni par leur conseil, ni par leur assentiment – consilio vel consensu –… étant sauve cependant leur fidélité à l’Apôtre Pierre »52. Le poids du conseil dans ce va-et-vient n’évite pas les troubles dans la cité lorsque le bruit court qu’elle va être livrée au roi. Cet exemple qui met en scène l’élite citadine dominée, à un an de la promotion de Falcon, par les juges du Sacré Palais, fait aussi ressortir la tactique du roi, prompt à se ranger au consilium de citoyens dont l’appui, ou l’accueil, lui est momentanément nécessaire. Quelques années auparavant, en 1127, en sa qualité d’héritier du duc Guillaume de Pouille, il « implorait » dans une harangue reconstituée par Falcon, les Salernitains et leur archevêque de reconnaître sa dignité ducale et son dominium sur la cité. Et plutôt que de recourir d’emblée aux armes, il les invitait à tenir conseil sur ses engagements à faire leur prospérité à eux tous – vestram imploro civilitatem quatenus consilium habeatis…– :

  • 53 Ibid., a. 1127.3.5, p. 88.

Que dire de plus ? Les citoyens, ayant tenu conseil entre eux – consilio communicato – remirent la cité de Salerne dans sa foi…53

  • 54 Ibid., a. 1127.6.4-5, p. 88-90.
  • 55 H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté…, op. cit., I, p. 588-608.

35Fort de ce premier succès, le comte de Sicile parvint à soumettre le duché d’Amalfi et de nombreux seigneurs et villes de Pouille. Après quoi « sur sa lancée, consilio habito, il commande à tous de l’appeler duc ». La même année, devant le refus d’Honorius II de lui concéder ducatus… vexillum et nomen, Roger fit attaquer par son vassal Rao de Fraineta la cité de Bénévent où le recteur consilio habito tentait de rassembler tous les quartiers pour lui résister par les armes54. Dans cette succession de conseils, et cette répétition d’une expression convenue, il faut faire la part du conseil pris au sein de la communauté des citoyens, ou d’un groupe restreint, comme à Salerne et à Bénévent, et celle de la décision personnelle de l’ambitieux héritier du pouvoir ducal. Consilio habito, une décision réfléchie, expression parfois de l’autonomie citadine, une figure de style aussi devenue habituelle sous la plume du citoyen Falcon pour marquer la progression du récit événementiel. Dans l’exercice de sa profession le juge a l’habitude de diriger les discussions entre parties et, à ses côtés, boni homines ou sapientes viri s’entremettent pour les conduire à un accord, à la convenientia55. Quant au notaire, il sait en consigner l’essentiel par écrit. Toutefois, l’importance donnée par Falcon au conseil dépasse le cadre strictement professionnel. Le discours, la discussion argumentée, le poids de l’expérience (sapientia) prédisposent le juge à une place éminente dans la vie politique d’une cité dont le principal souci est de défendre ses libertés contre tout excès du pouvoir régalien.

Le juge dans la représentation citadine

  • 56 Falcon de Bénévent, a. 1137.13.3, p. 180 : … Priscianus nomine, civitatis notarius, ibi mortuus es (...)
  • 57 Ibid., a. 1137.1-28, p. 176-206.
  • 58 Ibid., a. 1139.12.9-14, p. 230.
  • 59 Ibid., a. 1133.7.1-7, p. 154.
  • 60 Voir en particulier les actes des 3e rencontres de Bari (23-25 mai 1977) sur le thème Società, pot (...)

36Nous avons rencontré, à deux reprises jusqu’ici, des juges nommément cités par Falcon à l’occasion de délégations bénéventaines auprès du pape et auprès du roi de Sicile. En revanche, le nom d’un seul civitatis notarius nous est donné à une autre occasion, en dehors de Falcon lui-même qui mentionne sa fonction de scriba palatii au moment de sa promotion au rang de juge56. Dès le début du récit circonstancié qui rompt avec la succession de simples annotations, au sein de la délégation de 1112 à Rome, un juge, Jean, est mentionné aux côtés de l’archevêque. Et pour bien apprécier la place des juges dans la représentation des intérêts de la cité auprès des pouvoirs qui y exercent leur dominium ou qui tentent de s’en emparer, il suffit de se reporter au long récit de l’année 1137, celle où Falcon et un autre juge, Roffred, rentrent d’exil et dont on peut suivre les événements presque au jour le jour57. Les épisodes marquants voient les iudices et sapientes civitatis intervenir auprès d’Innocent II pour obtenir l’exemption des taxes dues aux seigneurs normands hors de Bénévent ; le cardinal recteur Gérard cum iudicibus se rend auprès de l’empereur pour la même raison ; un revirement de situation conduit les iudices Beneventanae civitatis cum aliis civibus à prêter fidélité à Anaclet II et à Roger II, en échange des libertés économiques revendiquées et, à cette occasion, on retrouve une mise en scène connue : l’archevêque, consilio accepto, cum iudicibus civitatis et sapientibus… etc ; enfin le roi octroie le fameux privilège de 1137 à la cité petitionibus… Beneventanorum iudicum. En cette première moitié du XIIe siècle, dans cette Italie méridionale qui résiste au roi de Sicile, d’autres cités se font représenter par leurs juges pour l’amener à pactiser avec elles et lui-même sait apprécier leur importance politique en prenant l’initiative de s’adresser à eux… ou d’abattre leur puissance s’il en a l’occasion. En 1139, Roger assiège Bari dont le princeps s’est rendu coupable de faire crever les yeux d’un miles normand58. Il convoque « les juges de Troia, de Trani et de Bari pour qu’ils donnent leur jugement sur le pacte » rompu par ce geste. Ici, les juges rendent une sentence et condamnent le princeps et ses conseillers à être livrés au roi. Mais ils jouent avant tout un rôle politique en se prononçant sur un pacte de paix et en livrant des champions de l’autonomie de Bari aux châtiments du roi, mutilations, emprisonnement, confiscations de leurs biens. Six ans auparavant, ce furent cette fois-là un juge de Troia, Robert, et quatre autres sapientes qui furent pendus par ordre de Roger après la prise de la cité par ses troupes59. Les difficultés rencontrées par le roi de Sicile pour asseoir son autorité dans la péninsule mettent donc à jour une nette tendance de la part des cités de Pouilles et de Campanie à consolider leur autonomie, à se doter d’un gouvernement où l’élite des citoyens participe au pouvoir de décision. On peut aussi remarquer que, sans avoir reçu d’attributions comtales comme ce fut le cas pour le nord de l’Italie, l’évêque représente lui aussi les intérêts de sa cité aux côtés de cette élite. Quelques historiens ont déjà discuté de l’évolution des grandes cités de l’Italie normande péninsulaire vers un gouvernement communal60. Aucune d’elles ne parvint à ce stade d’autonomie, mais la tentative la mieux documentée fut celle de Bénévent, racontée en détails par Falcon.

  • 61 Falcon de Bénévent, a. 1128.3.4-5, p. 104.

37L’allusion à une communitas intra se ordinata, organisée au sein de « presque tout le peuple », se trouve pour la première fois dans la relation d’un conflit entre les Bénéventains et le recteur pontifical Guillaume éclaté en 112861. La violence est telle que le recteur est assassiné, et que les maisons de plusieurs notables sont détruites :

… le peuple de la cité, en proie à la fureur, détruisit les maisons de Poton Spitameta, des juges Jean et Guislicio, de Transon, de Laurent et du médecin Louis ; alors ceux-ci et le juge Daufier redoutant l’insolence du peuple se réfugièrent à Montefusco.

  • 62 Ibid., a. 1128.5.2, p. 104.

38La suite de ces événements voit la cité partagée entre cet embryon de « commune » et les citoyens restés fidèles à Honorius II qui – Falcon nous donne ici son propre jugement – qualifient les fauteurs de trouble de stultos et viros iniquos62. Le pape tente d’intervenir auprès d’eux pour obtenir le retour de ceux qui avaient fui Bénévent et, devant leur refus, il se tourne ensuite vers Roger de Sicile à qui il demande de mettre la cité à sac ! Le schisme de 1130 survient alors et Anaclet entre dans Bénévent où il fait convoquer les exilés : « moyennant deux cents sous » il leur fait rendre leurs biens. Parallèlement, il tente de briser la commune – tractavit quomodo communitatem frangeret –. « Sur le conseil des dix juges » qui lui devaient d’être rentrés en possession de leurs biens, Anaclet recherche l’appui du prince Robert de Capoue « pour briser cette commune » et il parvient à faire emprisonner « celui qui semblait le plus ardent dirigeant de cette commune », Rolpoton, et ses auxiliaires (sequaces) dont Falcon donne les noms. Peu après, le pape décide de faire arrêter « les juges Persicus et Roffrid » qui, avertis par des amis, parviennent à lui échapper et à quitter la ville. Nous retrouvons, environ un an plus tard, ces deux juges dans leur tentative de retourner chez eux, après avoir obtenu un sauf conduit de ce même Anaclet : ils retrouvent une cité ravagée par la guerre entre partisans de Rolpoton et partisans du recteur Crescentius désigné par Anaclet – un épisode que nous avons déjà rapporté – et finalement le recteur quitte Bénévent « avec les dits juges, d’autres de leurs amis et environ quatre cents hommes ». À ceux qui nous ont suivie jusque là, il est bon de faire remarquer la division au sein des juges de la cité, les uns – « les dits juges » – dont Jean, Guislicio et Daufier, hostiles dès sa formation à la communitas, d’autres, Persicus et Roffrid, plus favorables, du moins jusqu’à l’obtention de leur sauf-conduit par la grâce d’Anaclet. Par ailleurs, tout aussi remarquable est la position unanime des papes vis-à-vis de cette communitas qu’ils cherchent à briser, en 1130-31 comme en 1128. Enfin, le propre jugement de Falcon sur les « hommes sots et iniques » qui la formèrent prouve que, au moins dans leur majorité, les juges relevant du Sacré Palais, siège du pouvoir romain dans la cité, étaient hostiles à cette forme d’association jurée – quae infra civitatem coniuraverat.

39Si l’on rapproche l’insistance de Falcon sur le conseil, où les juges ont un rôle fondamental, et sa condamnation de la « commune » éphémère de Bénévent, il s’avère que le gouvernement digne d’avoir ses suffrages est celui de l’autorité légitime sur la cité, celle du pape reconnue dès 1051, mais en accord avec les « sages », parmi lesquels la majorité des juges, les seuls aptes de par leurs compétences juridiques, leur respect de la tradition des ancêtres, à faire régner l’ordre dans la cité, à ordonner la vie citadine, aux côtés de l’archevêque, en respect des lois et sous la sauvegarde des saints patrons.

Rituels de l’ordre citadin

  • 63 Ibid., a. 1120.4.1-3, p. 54.

40En 1120, le 9 juin, Calixte II entrait dans Rome au milieu de l’allégresse générale (gaudium, laetitia) du peuple romain et Falcon, qui n’était pas témoin de cette entrée triomphale (sub honore et triumpho) ne peut s’empêcher d’éprouver de l’émotion en la racontant. Il s’adresse, comme toujours en ces cas là, à son lecteur : « lecteur, si tu avais vu… »63. À cette nouvelle, le cardinal recteur de Bénévent, accompagné d’un grand nombre de citoyens, se hâta de gagner Rome. La même année, le pape Calixte accepto consilio se rendit à Bénévent et le huitième jour du mois d’août il fit son entrée dans la cité :

  • 64 Ibid., a. 1120.7.1-5, p. 56.

À la nouvelle de son arrivée espérée depuis si longtemps, le peuple de Bénévent, rempli d’une grande joie (gaudio) sortit de la cité sur une distance de deux milles. Le pontife apostolique fut accueilli en grande gloire et en grande joie par les clercs, par les juifs, par une foule de moines, par les prêtres et par tous les citoyens. En outre, tous les Amalfitains avaient décoré pour sa venue toutes les rues de tissus de soie, de draps d’autel et d’ornements de prix ; parmi ces ornements, des encensoirs d’or et d’argent contenant des parfums et du cinname. Les pieds du pontife apostolique et les brides de son cheval furent tenus par quatre citoyens qui l’escortèrent depuis le pont Leprosus jusqu’à la porte Saint-Laurent. Quatre autres lui firent escorte jusqu’à l’archevêché. Mais à partir de l’archevêché, ce furent quatre juges, Jean, Persico, Guislicio et Landolf qui l’escortèrent jusqu’au Sacré Palais de Bénévent. Lecteur, si tu t’étais trouvé dans ce cortège du pontife apostolique…64

  • 65 Ibid., a. 1137.12.1-3, p. 190.

41À deux milles de la cité, une foule composite manifeste sa joie spontanée. L’entrée dans la cité du pape observe, elle, un rituel bien ordonné où la lente progression du cortège vers le Sacré Palais met en scène la hiérarchie de l’élite citadine dominée par les juges. D’autres entrées de souverains continuent, par la suite, de provoquer l’émotion de Falcon, qu’il en ait été ou non témoin, une émotion exprimée en termes convenus : chose inouïe, impossible à imaginer… En 1137, l’impératrice Florida, épouse de Lothaire, qui campait hors les murs, franchit la porta Aurea avec une escorte d’une centaine de chevaliers pour se rendre à l’église Saint-Barthélemy où elle entendit la messe et déposa, sur l’autel de l’apôtre, « un manteau et une livre d’argent »65. Aussitôt la foule, et Falcon avec elle, courut voir l’impératrice « car, depuis un nombre incalculable d’années nous n’avions plus vu d’empereur ni d’impératrice ». Ici, pas de rituel : il s’agit d’une initiative personnelle de l’impératrice, et l’empereur n’est plus reconnu comme souverain de Bénévent. Ce n’est qu’arrivés à l’année 1140, à la fin du texte conservé de Falcon, que nous assistons à une entrée royale comparable à celle du souverain apostolique de Bénévent. Il s’agit alors de l’entrée de Roger II dans sa cité de Naples récemment conquise :

  • 66 Ibid., a. 1140.5.2-5, p. 236.

L’archevêque de Naples, Marin, ordonna à tout le clergé de la cité et aux citoyens de se rassembler. Il leur annonça l’arrivée du roi et les exhorta à l’accueillir avec honneur et avec joie (letitia). Les citoyens et les milites de la cité sortirent par la porte de Capoue dans cet espace appelé « Naples » et ils entourèrent le roi d’honneur et de prévenances, au delà de ce que l’on peut imaginer ; et ils lui firent escorte jusqu’à la porte de Capoue. Alors, les prêtres et le clergé de la cité vinrent à ses devants, à la dite porte, et ils l’introduisirent dans la cité en faisant monter aux cieux les hymnes et les laudes. Quatre hommes de la noblesse (viri nobiles) tenaient les brides du cheval et les pieds du roi, quatre autres escortèrent le roi jusqu’à l’évêché de la cité… Lecteur, si tu avais vu…66

42Mais Falcon lui-même n’avait pas vu de ses yeux cette entrée royale qu’il reconstitue, à quelques détails près, à partir de celle de Calixte à laquelle, en revanche, il assista. Les détails qui font la différence de l’une à l’autre marquent la distance entre un roi imposé par la force des armes et un pontife, souverain légitime depuis plusieurs décennies et, en même temps, serviteur du Christ de par sa mission apostolique : à Bénévent, l’Apostolicus a droit à une escorte de douze citoyens, et pas seulement huit. Surtout, à Bénévent, ce sont les cives qui tiennent le premier rang dans le rituel d’entrée du souverain, juges en tête. La noblesse, d’origine lombarde, existe encore mais elle ne paraît plus, à ces occasions, qu’au sein de la communauté des cives.

  • 67 Ibid., a. 1120.9.4-10, p. 56-58 : élection et consécration de l’abbé Jean Grammaticus de Sainte-Sop (...)
  • 68 C. VOGEL, R. ELZE, Le Pontifical Romano-Germanique, Coll. Studi e Testi, 226, 227, 269, Cité du Va (...)
  • 69 Chronicon Sanctae Sophiae (ci-dessus n. 6), I, p. 257-272.
  • 70 A. CAMPANA, « Per la storia della Biblioteca della cattedrale di Benevento » dans Bullettino dell’ (...)

43Le rituel de l’entrée de Calixte II dans Bénévent est la meilleure image de cet ordre citadin qui a la faveur de Falcon. Il n’est pas le seul exemple de son attachement à toute forme d’ordonnance de la vie civile et de la vie religieuse. Nous l’avons déjà suivi dans l’ordinatio de sa désignation en qualité de iudex civitatis, depuis le consilium du recteur et des civitatis sapientes jusqu’au signum du privilège apostolique porté à la connaissance de toute la civitas Beneventana par son electus, l’évêque Grégoire. Il n’est plus nécessaire de se référer au signum notarial pour mettre l’accent sur la profession et la pratique d’un scriba palatii. C’est à travers tous les rituels qu’il détaille, ou qu’il invoque, que se manifeste toute la culture de Falcon, celle du notaire du Sacré Palais de Bénévent devenu siège du gouvernement apostolique romain, celle du juge soucieux d’une collaboration bien ordonnée entre ce gouvernement et les citoyens. Les consécrations pontificales des pasteurs de la cité, les élections et les consécrations abbatiales, à Sainte-Sophie ou ailleurs, prouvent sa connaissance des règles, des canons, des ordines67. Des copies du Pontifical romano-germanique ont été faites en Italie méridionale68. Le manuscrit qui a transmis le fameux Chronicon Sanctae Sophiae et les Annales établies dans ce monastère, comporte également une compilation canonique tirée de la Collection d’Anselme de Lucques et de la Collectio in LXXIV titulis69. Ses canons se réfèrent principalement aux iura des églises et des monastères, au respect de tout ce qui a été disposé, ordonné, pour faciliter l’accomplissement des vocations séculières et régulières dans l’Église. On peut aussi rappeler le témoignage, tardif certes pour notre propos mais instructif en dépit de son imprécision, de l’archevêque de Naples Pierre Ameilh dans une lettre adressée en 1363 à l’abbé de Montmajour : il y est question d’« une bibliothèque antique de Bénévent, bien fournie en matière de droit canon et conciles anciens, en matière aussi de lois lombardes… »70. Un notaire et un juge du XIIe siècle, attachés aux libertés de sa cité qui englobaient celles des églises, se devaient de connaître l’un et l’autre droits, fondements des règles de justice et plus largement de celles qui devaient ordonner les comportements des laïcs et des clercs.

44Sans être parvenue à former une commune durable, la cité de Bénévent avait en son sein, dès le début du XIIe siècle, et sans doute dès le milieu du XIe, lorsque ses boni homines firent appel à Léon IX, une élite d’hommes de loi susceptible d’en assurer le gouvernement. Il ne s’agissait pas, pour cette élite que nous venons de voir dominée par les juges, de rompre avec la tradition du pouvoir régalien : les princes lombards furent bannis en raison de leur incapacité à défendre la cité contre le conquérant normand, et la potestas romaine avait pour mission de se substituer pleinement à la leur. Il y eut pourtant plusieurs tentatives de la part de groupes de citoyens pour s’arroger l’exécutif : désignation du recteur par la cité, formation d’une commune jurée. Parce qu’elles provoquèrent l’affrontement des partes, au sein desquelles les chefs s’appuyaient sur des groupes encore plus restreints d’« amis », ces tentatives furent désapprouvées par les « sages », par ceux que Falcon ne cesse de mettre en avant, au sein desquels il se situe lui-même.

45Pour raconter une quarantaine d’années d’histoire citadine, le notaire du Sacré Palais, le juge de la cité, fut encouragé par une autorité tutélaire de la vie citadine, d’une vie citadine où l’affrontement des partes ne doit pas occulter les incessantes processions d’actions de grâces ou d’imploration, les cortèges officiels bien réglés, les visites ritualisées de ceux qui convoitent Bénévent sans jamais parvenir à soumettre son peuple. À la demande ou avec le simple soutien d’un archevêque, mais plus probablement d’un abbé de Sainte-Sophie, Falcon sans rompre avec cette tradition, cette mémoire des aïeux qu’il invoque souvent et qu’il contribue à pérenniser, a su transmettre sa conception d’un ordre politique nouveau en Italie méridionale reposant sur le conseil des citoyens, en opposition avec l’ordre normand que le roi Roger tentait d’élargir de la Sicile à la péninsule. Il ne pouvait écrire tout cela à la manière d’un notaire ou d’un juge, en stéréotypes de chancellerie, et le style de ses annales n’est pas celui des chartes. S’il est donc utile de repérer dans son texte des indices de sa profession, il serait bien dommageable pour la valeur historique et même littéraire de ce texte de s’en tenir là. Quoique souvent formulée en expressions convenues, en interjections répétitives, l’émotion personnelle de Falcon permet au lecteur, auquel il ne cesse de s’adresser, de participer à ce nouvel ordre citadin, d’entrer dans les faits concrets, de partager les désirs et même les nostalgies de celui qui les rapporte. Il les reconstruit, comme le fait tout écrivain : il les met en parallèle, il les dispose en écho, il monte des mises en scène de leurs acteurs et de leurs témoins, il se met en scène lui-même. Il a des modèles d’écriture mais il sait s’en écarter : nous sommes loin des annalistes de la Pouille du XIe siècle et des annalistes de Sainte-Sophie. Les annales de Falcon sont un récit historique bien composé où l’accumulation en apparence chaotique des événements sert le propos de l’auteur : léguer à la postérité un message de bon gouvernement, où l’ordre citadin est organisé par le conseil des « sages ».

Notes

1 Les études sont nombreuses sur ce point. Nous signalons ici les plus importantes. Ouvrages généraux : B. GUÉNÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, en particulier le ch. II, « Profils d’historiens », p. 44-76 ; La chronique et l’histoire au Moyen Âge, dir. D. POIRION, coll. Cultures et Civilisations Médiévales 2, PU Sorbonne, Paris, 1984. Sur l’Italie : La coscienza cittadina nei comuni italiani del Duecento, congrès international, Todi 1972 ; Storici e storiografia del medioevo italiano, dir. G. ZANELLA, Bologne, 1984 ; Cultures italiennes, XIIe-XVe s., dir. I. HEULLANT-DONAT, Paris, 2001. Et parmi les études plus spécialisées : G. COSTAMAGNA, Il notaio a Genova tra prestigio e potere, Rome, 1970 ; G. ARNALDI, Studi sui cronisti della Marca Trevigiana nell’età di Ezzelino da Romano, Studi Storici 48-50, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, Rome 1963, et du même auteur : « Il notaio cronista e le cronache cittadine in Italia » dans La storia del diritto nel quadro delle scienze storiche, Florence, 1966, p. 293-309, et « Cronache con documenti ; cronache autentiche e publica storiografia » dans Storici e storiografia… dir, G. ZANELLA, op. cit., p. 111-137 ; J. HEERS, « Le notaire dans les villes italiennes au Moyen Âge, témoin de son temps, mémorialiste et chroniqueur » dans La chronique et l’histoire… dir. D. POIRION, op. cit., p. 73-84 ; M. ZABBIA, « Il contributo dei notai alla codificazione della memoria storica nelle città italiane (XIIe-XIVe s.) » dans Nuova Rivista Storica, a. LXXXII, fasc. 1, janv.-avril 1998, p. 1-16, et du même auteur : I notai e la cronachistica cittadina italiana nel trecento, Nuovi Studi Storici 49, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, Rome, 1999.

2 J. HEERS, op. cit., p. 80-81.

3 G. ARNALDI, « Cronache… », op. cit., p. 126.

4 Nous nous référons essentiellement à Paul Diacre et à ses continuateurs : sur ce point, H. TAVIANI-CAROZZI, La principauté lombarde de Salerne. Pouvoir et Société en Italie méridionale, Coll. de l’École Française de Rome, 152, 2 vol. Rome, 1991-1992, I, p. 9-237 ; et aussi à Aimé du Mont-Cassin : H. TAVIANI-CAROZZI, La Terreur du Monde. Robert Guiscard et la conquête normande en Italie, Paris, 1996, p. 15-17 et p. 29-38.

5 Le meilleur représentant de cette tradition historiographique pour cette période est l’abbé Alexandre de Saint-Sauveur de Telese, auteur de l’Ystoria Rogerii Regis Sicilie, Calabrie atque Apulie, éd. trad. et commentaire L. DE NAVA, D. CLEMENTI, Fonti per la Storia d’Italia, 112, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, Rome, 1991 ; sur l’auteur et son œuvre, voir également : H. TAVIANI-CAROZZI, « De Robert Guiscard au roi Roger de Sicile : la mémoire de l’historien Alexandre de Telese » dans Faire Mémoire. Souvenir et commémoration au Moyen Âge, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1999, p. 317-345.

6 Falcon de Bénévent, Chronicon Beneventanum, éd. trad. E. D’Angelo, Florence, 1998. Les Annales composées à Sainte-Sophie sont éditées dans Chronicon Sanctae Sophiae (cod. Vat. Lat. 4939), éd. J.-M. MARTIN, Fonti per la Storia dell’Italia Medievale, 3, 2 vol. Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, Rome, 2000, I p. 187-256.

7 Falcon de Bénévent : voir l’importante introduction d’E. D’ANGELO sur les sources, la traduction manuscrite, la langue et le style de l’œuvre, p. VII-CLXIV.

8 Ibid., p. LIII-LIX.

9 B. SCHMEIDLER, « Ueber die Quellen und die Entstehungszeit der Chronicon S. Mariae de Ferraria », Neues Archiv für altere Deutsches Geschichtskunde, XXXI, 1905-1906, p. 13-57.

10 Falcon de Bénévent, Introduction, p. IX-XI.

11 Ibid., p. VII-VIII ; texte de l’a. 1133 sur le statut de l’auteur p. 148, 1133.3.3.

12 F. CHALANDON, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, 2 vol. , Paris 1907, rééd. New York 1960, I, p. 126-129 ; H. TAVIANI-CAROZZI, La Terreur…, op. cit., p. 192-199. Le duché lombard de Bénévent devient principauté en 774 sous le duc Arechis II et connaît par la suite une division qui donne naissance à la principauté de Salerne (849) puis à celle de Capoue (900) : voir H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté…, op. cit., I, p. 240-271.

13 Ci-dessus n. 6 ; O. BERTOLINI, « Gli Annales Beneventani. Contributo allo studio delle fonti per la storia dell’Italia meridionale nei secoli IX-XII » dans Bulletino dell’Isituto Storico Italiano per il Medio Evo, 42, 1923, p. 9-163.

14 Annales (ci-dessus n. 6) p. 187-221.

15 Ibid. a. 940/1, p. 222 ; a. 1051, p. 239 ; a. 1053, p. 240 ; a. 1055/56, p. 241 ; a. 1073-1085, p. 245-247 ; a. 1100 et suivantes, p. 250-256.

16 H. TAVIANI-CAROZZI, « Une bataille franco-allemande en Italie : Civitate (1053) » dans Peuples du Moyen Âge. Problèmes d’identification, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1996, p. 181-211.

17 H. HOUBEN, Ruggero II di Sicilia. Un sovrano tra Oriente e Occidente, Bari, 1999, p. 41-77.

18 Ibid., p. 79-99.

19 H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté…, passim, et : « Caractères originaux des institutions politiques et administratives de l’Italie méridionale au Xe siècle » dans Il secolo di ferro : mito e realtà del secolo X, Settimana di Studi sull’Alto Medio Evo…XXXVIII, Spolète 1991, I, p. 273-326.

20 Notre étude sur les notaires de la principauté de Salerne a mis l’accent, entre autres, sur l’homonymie de plusieurs notaires et juges contemporains, ce qui incite à la prudence sur l’identité de Trasemond fils de Falcon. Mais elle a aussi mis en évidence des cas de succession de père à fils dans la carrière notariale : H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté…, op. cit., I, p. 525-562.

21 Falcon de Bénévent, a. 1102. 1-4, p. 2.

22 Ibid., a. 1119. 3.3. p. 46 ; A. 1124. 1-2.1, p. 74, 76.

23 Vita Barbati episcopi beneventani, éd. G. WAITZ, MGH SS RR LL, p. 555-563. Analyse de cette Vita dans H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté…, op. cit., I, p. 160-168.

24 Falcon de Bénévent, introduction d’E. D’ANGELO, p. XXXV et n. 4.

25 Falcon de Bénévent, a. 1112.3.1-4, p. 4, 6.

26 Ibid., a. 1138.5. 3-4, p. 212, 214.

27 Ibid., a. 1137.5.1, p. 184.

28 Ibid., a. 1130.2.1, p. 106.

29 Ibid., a. 1123.3.1-4, p. 72, 74.

30 Ibid., a. 1123.1.1-4, p. 72.

31 Ibid., a. 1129.2.1-2, p. 104, 106.

32 Ibid., a. 1137.13.1-5, p. 190, 192.

33 Ibid., a. 1139.11.3, p. 228.

34 Ibid., a. 1125.1.1-11, p. 82, 84.

35 Ibid., a. 1132.10.33-36, p. 140.

36 Ibid., a. 1131.2.3, p. 114.

37 Ibid., a. 1132.13.3, p. 142.

38 Ibid., a. 1139.9.2, p. 224.

39 Ibid., a. 1120.6.1-2, p. 54, 56.

40 Ibid., a. 1121.2.2, 6.1-2, p. 62.

41 Chronicon Sanctae Sophiae (ci-dessus n. 6), I, p. 92.

42 Falcon de Bénévent, a. 1337.21.1-4, 22.1-7, p. 198, 200.

43 Rogerii II. Regis Diplomata Latina, éd. C. BRÜHL, Codex Diplomaticus Regni Sicilie, Cologne-Vienne, 1987, p. 131-133.

44 Falcon de Bénévent, a. 1140.6.4-8, p. 238.

45 Entre autres, le Chronicon Salernitanum ou mieux « Histoire de Salerne » qui nous a transmis le texte du partage de la principauté de Bénévent : H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté…, op. cit., I, p. 241-244. Et sur la différence entre les chroniques-cartulaires et les chroniques rédigées par des notaire, G. ARNALDI, Cronache con documenti…, op. cit. (ci-dessus, n. 1).

46 P. CAMMAROSANO, « L’éloquence laïque dans l’Italie communale (fin du XIIe-XIVe siècles) » dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 158, 2001, p. 431-442.

47 Falcon de Bénévent, Introduction, p. LI-LII ; p. CXLII-CLIV.

48 Ibid., p. CLIX-CLXIV.

49 Entre autres exemples : Falcon de Bénévent, a. 1112.3.1, p. 4 ; 1113.1.1, p. 6 ; 1118.4.1 et 4.5, p. 40, 42 ; 1119.2.3, p. 44 ; 1119.3.13, p. 48, 50 ; 1121.3.3, p. 62, 4 p. 62 ; 1123.1.2, p. 72 ; 1127.6.1, p. 88, 6.5, p. 90 ; 1128.5.2, p. 104 etc.

50 Ibid. a. 1119.3.13, p. 48, 50.

51 Ibid. a. 1131.2.1, p. 114.

52 Ibid. a. 1132.7.6-10, p. 126, 128.

53 Ibid., a. 1127.3.5, p. 88.

54 Ibid., a. 1127.6.4-5, p. 88-90.

55 H. TAVIANI-CAROZZI, La Principauté…, op. cit., I, p. 588-608.

56 Falcon de Bénévent, a. 1137.13.3, p. 180 : … Priscianus nomine, civitatis notarius, ibi mortuus est vulneribus multis afflictus.

57 Ibid., a. 1137.1-28, p. 176-206.

58 Ibid., a. 1139.12.9-14, p. 230.

59 Ibid., a. 1133.7.1-7, p. 154.

60 Voir en particulier les actes des 3e rencontres de Bari (23-25 mai 1977) sur le thème Società, potere e popolo nell’età di Ruggero II, Bari, 1979. Et Ch. WICKHAM, L’Italia nel primo Medioevo. Potere centrale e società locale, Milan, 1983.

61 Falcon de Bénévent, a. 1128.3.4-5, p. 104.

62 Ibid., a. 1128.5.2, p. 104.

63 Ibid., a. 1120.4.1-3, p. 54.

64 Ibid., a. 1120.7.1-5, p. 56.

65 Ibid., a. 1137.12.1-3, p. 190.

66 Ibid., a. 1140.5.2-5, p. 236.

67 Ibid., a. 1120.9.4-10, p. 56-58 : élection et consécration de l’abbé Jean Grammaticus de Sainte-Sophie ; ibid., a. 1121.1-10 : désignation et consécration d’une abbesse de Santa Maria a Porta Somma. Et d’autres exemples déjà cités d’élection et de consécration épiscopales.

68 C. VOGEL, R. ELZE, Le Pontifical Romano-Germanique, Coll. Studi e Testi, 226, 227, 269, Cité du Vatican 1963-1972 ; C. VOGEL, Introduction aux sources de l’histoire du culte chrétien au Moyen Âge, Spolète, 1966, p. 182-203.

69 Chronicon Sanctae Sophiae (ci-dessus n. 6), I, p. 257-272.

70 A. CAMPANA, « Per la storia della Biblioteca della cattedrale di Benevento » dans Bullettino dell’Archivio Paleografico Italiano. Ns, II.III, 1956-57, 1, p. 141-167.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540