Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le médiéviste devant ses sources

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Ordre et société

Les Libri iurium, source de l’histoire communale italienne

Pierre Racine

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet H. BRESSLAU, Handbuch der Urkundenlehre, I, Leipzig, 1889 (rééd. anastatique, 1958) (...)
  • 2 C’est le cas dans les manuels précédents.

1Source de premier ordre dans le domaine diplomatique et politico-institutionnel de l’histoire communale italienne, les Libri iurium sont à peine mentionnés dans les manuels de diplomatique1. S’ils sont signalés, ils sont alors rangés parmi les cartulaires2. Il s’agit certes en leur cas de recueils de chartes diverses concernant la vie de la Commune, mais ils sont aussi en bonne partie le rassemblement des grandes décisions des assemblées législatives, des Conseils communaux, ce qui les différencie en ce sens des recueils de chartes propres aux cartulaires des établissements ecclésiastiques. Ils représentent une catégorie de documents diplomatiques en soi, dont il convient de déceler les caractéristiques fondamentales.

  • 3 P. TORELLI, Studi e ricerche di diplomatica comunale, t. 2, Mantoue, 1915, p. 87 (rééd. anastatique (...)

2Ce type de source est assurément connu depuis longtemps en Italie, mais jusqu’à ce jour aucune étude d’ensemble ne leur a été consacrée, malgré le souhait exprimé il y a maintenant près de quatre-vingts ans par un grand diplomatiste, P. Torelli3.

  • 4 L’action de F. Gabotto a été déterminante pour faire publier dans la Biblioteca della Società stori (...)
  • 5 Ont été publiés le Liber iurium Reipublicae Genuensis, éd. E. RICOTTI dans les tomes VII et IX des (...)
  • 6 Voir la liste en annexe.

3L’attention portée à ce type de source n’en explique pas moins que, depuis plus d’un siècle, se sont multipliées les éditions d’une telle source, sous la direction en Piémont du grand érudit qu’était F. Gabotto au sein de la Società storica subalpina4. Le mouvement n’en avait pas moins été amorcé dès la fondation de la collection des Historiae Patriae Monumenta, patronnée par la royauté piémontaise à la veille de l’Unité italienne, pendant de la collection des Monumenta Germaniae Historica, ne serait-ce que pour des villes comme Brescia et Gênes5. Grosso modo, les libri iurium sont ainsi propres aux grands centres urbains lombards, émiliens, ligures, toscans, piémontais et ce jusqu’à Viterbe6. Ils sont donc caractéristiques de ces centres administratifs qu’étaient les Etats-cités, nés particulièrement de la paix de Constance en 1183.

  • 7 E. MILANO, Il « Regestum comunis Albe », Pignerol, 1903 (BSSS, XX-XXI).
  • 8 F. GABOTTO, F. GUASCO DI BISIO, Il Libro Rosso del Comune di Chieri, Pignerol, 1918 (BSSS, LXXV).
  • 9 I Vetera Monumenta représentent à l’Archivio di Stato de Côme quatre registres de parchemins écrits (...)
  • 10 Il Caleffo Vecchio del Comune di Siena, vol. I-III, éd. G. CECCHINI, Florence, 1932-1940 ; vol. IV, (...)

4L’extension chronologique de chacun de ces libri iurium est fort variable d’une ville à l’autre : le Liber Antheticus d’Albe s’étend de 1211 à 15117, le Libro Rosso de Chieri de 1277 à 15038, mais les Vetera Monumenta de Côme ne commencent qu’au début du XIVe siècle pour se terminer à la fin du XVIIe siècle9. Les divers Caleffi de Sienne ont été en usage de 1203 à 180310.

  • 11 Pour Côme, cf. note 9 ; pour Verceil, I Biscioni, éd. G.-C. FACCIO e M. RANNO, t. 1, 2 vol., Turin, (...)

5Quant à la date de leur mise en chantier, les uns remontent au début du XIIIe siècle, mais d’autres sont beaucoup plus tardifs, à Côme et Verceil par exemple où il faut attendre le XIVe siècle11.

6Il est arrivé que des documents de la période lombarde ou carolingienne soient allégués pour défendre les droits et privilèges des villes, comme nous le verrons pour Plaisance. Il s’agit en général d’une documentation qui dépasse le plus souvent la période communale proprement dite et s’étend sur environ un demi-millénaire.

  • 12 E. FALCONI, « In margine all’edizione del Registrum Magnum di Piacenza. Riflessioni e proposte per (...)
  • 13 A. ROVERE, « I Libri iurium dell’Italia comunale », Civiltà comunale : Libro, scrittura, documento. (...)

7Un tel type documentaire a pu recevoir des appellations diverses. Les manuels de diplomatique, quand ils les ont mentionnés, les ont rangés depuis longtemps dans la catégorie des libri traditionum ou des libri censuales sans tenir compte de leur spécificité, faute d’une étude approfondie12. Il est vrai que par bien des côtés ils s’en rapprochent, car ils contiennent des copies d’actes notariés qui les apparentent ainsi aux cartulaires. Or, ils ne renferment pas seulement la documentation en provenance du gouvernement communal, pas plus qu’ils ne se rapportent uniquement à des documents dont ce même gouvernement communal serait le destinataire. Insistons bien sur le fait que comme pour les cartulaires il s’agit de copies, ainsi recueillies dans le volume appelé à devenir le recueil des droits de la Commune. Quoi qu’il en soit, les noms qui leur furent attribués sont fort divers : liber, registrum, cartularium, liber rubeus, liber grossus, memoriale, instrumentarium13. Mais il faut toujours parler d’un recueil de droits et privilèges propres à la Commune.

8Les types de documents appelés à en faire partie sont parfaitement définis par une réformation du gouvernement florentin :

  • 14 I Capitoli del Comune di Firenze. Inventario e Regesto, éd. C. GUASTI, Florence, 1866-1893 (vol. I- (...)

Inter alia pro infrascriptis causis, videlicet pro aliqua pace, liga, unione, submissione alicuius terre, castri seu loci, emptione alicuius terre, castri seu loci seu iurisdictionis, accomandita, fine vel remissione… declaratione confinium, compromisso, laudo, conducta…, promissione vel fideiussione pro aliquo nomine communis, vel ab aliquo pro communi, concessionibus vel privilegiis ipsi communi factis vel concessis et generaliter pro aliis quibuscumque scripturis que stipulatione vallate forent…14

9À travers cette énumération d’actes, ce sont bien les preuves écrites des actes juridiques intéressant la vie communale, les rapports avec l’extérieur, les droits sur le territoire dépendant du gouvernement communal qui devaient faire l’objet d’une inscription dans le registre des droits communaux.

  • 15 P. RACINE, « Le notaire au service de l’État communal italien (XIIe-XIIIe siècle) », Les serviteurs (...)
  • 16 Sur la paix de Constance voir La pace di Costanza, 1183. Un difficile equilibrio di poteri fra soci (...)
  • 17 Il serait oiseux de vouloir citer toute la bibliographie relative à la naissance des Communes. Nous (...)

10Un tel travail de rassemblement de textes fondamentaux ne peut se comprendre sans référence à l’organisation d’une chancellerie communale15. Si la paix de Constance a définitivement assis l’autonomie de l’État-cité, son organisation administrative était déjà fort avancée au moment où Frédéric Barberousse acceptait de traiter avec ses sujets des villes lombardes au lendemain de sa défaite à Legnano en 117616. La plupart des gouvernements communaux sont nés à la fin du XIe ou au début du XIIe siècle au sein du royaume d’Italie17.

  • 18 P. TORELLI, Studi e ricerche…, op. cit.
  • 19 Voir les actes de l’époque lombarde publiés par L. SCHIAPARELLI, Codice diplomatico longobardo, Rom (...)
  • 20 Une faible partie de ces documents a été publiée pour Plaisance. Voir à ce sujet E. FALCONI, Le car (...)

11Dès leur naissance s’est mise en place une organisation administrative reposant particulièrement sur un notariat très développé18. C’est un lieu commun de dire que l’Italie était un pays de droit écrit. Dans le nord de l’Italie, dès l’époque lombarde, des tabellions enregistrent des actes privés19, et les souverains lombards puis carolingiens leur ont fait appel pour leurs actes publics. Il ne faut pas s’émerveiller si des villes comme Lucques ou Plaisance recèlent dans leurs archives, qu’elles soient ecclésiastiques ou laïques, bon nombre de documents notariés20.

  • 21 U. GUALAZZINI, « La scuola pavese, con particolare riguardo all’insegnamento del diritto », Pavia c (...)
  • 22 Les gouvernements communaux, surtout au lendemain de la paix de Constance, ont tenu à ce que les do (...)
  • 23 L’assemblée communale s’est réunie à Plaisance sur la place, devant la basilique de S. Antonino, av (...)
  • 24 G.-G. FISSORE, « Il notaio ufficiale pubblico dei comuni italiani », Il notariato italiano del peri (...)
  • 25 A. ROVERE, I Libri iurium…, op. cit., p. 169.

12Formés à Pavie, puis plus tard à Bologne, les notaires du royaume d’Italie se mettent ainsi très tôt au service des gouvernements communaux21, qui n’ont pas manqué de prévoir des locaux pour la conservation de leurs documents22. Dans une ville comme Plaisance, les documents étaient conservés près de l’église dédiée au saint martyr protecteur de la ville, sant’ Antonio, à proximité de laquelle se tenait d’ailleurs l’assemblée populaire, la concio, jusqu’à ce qu’elle se déplace auprès de la cathédrale en 117923. Les gouvernements communaux avaient ainsi à leur service des notaires, souvent dénommés dictator(es), qui enregistraient dans un premier temps la minute du document, que se chargeaient de développer d’autres notaires à qui était délégué le soin de les rédiger pour les faire entrer dans le recueil communal24. Sans cette chancellerie (les notaires portaient aussi parfois le titre de cancellarius), il n’aurait pas été possible de procéder à la rédaction des libri iurium. Ainsi certains d’entre eux ont-ils vu entrer par une simple opération de transvasement la documentation conservée sur parchemin par le dépôt d’archives de la ville, sans même qu’il y ait eu intervention d’un rédacteur ; mais il a pu arriver aussi qu’un certain travail de repérage des documents transcrits dans les registres notariés ait donné lieu à un travail de mise au point, de transcription in mundum25.

  • 26 I Registri della Catena del Comune di Savona, éd. M. NOCERA, F. PERASSO, D. PUNCUH, A. ROVERE, 1986 (...)
  • 27 A. BARTOLI LANGELI, Codice diplomatico del Comune di Perugia. Periodo consolare e podestarile (1139 (...)

13À Savone, par exemple, le notaire Giacomo Testa, avant de se mettre à la rédaction du second registre de la Catena avait reçu procuration ad petendum, habendum et recipiendum pro Comuni Saone omnia instrumenta omnesque scripturas pertinentia seu pertinentes ipsi Comuni a quacumque persona et son enquête devait s’étendre hors de la ville26. À Pérouse, dans le livre de Bonaccorso Thomasii sont insérées des espèces de dicta d’un notaire romain que ne possédait pas la Commune27. Les archives de la ville sont donc bien une base pour la confection du liber iurium, mais elles ne sauraient couvrir tous les droits et privilèges écrits revendiqués par le gouvernement communal.

  • 28 Il Caleffo Vecchio…, op. cit., p. XIII.
  • 29 A. ROVERE, I Libri iurium…, op. cit., p. 170, note 47 pense que des copies intermédiaires ont été u (...)

14Recueillir les documents qui doivent participer des droits et privilèges de la ville est donc le but fondamental du liber iurium, qui requiert un travail de choix des actes. Un telle recherche n’est pas toujours aisée, mais se révèle indispensable. Le Caleffo Vecchio de Sienne en offre une image particulière, débutant avec un répertoire d’actes présentés en copie authentique dans les 56 premières pages ; or, de ces documents, deux ne figurent pas dans le liber, mais un espace blanc a été laissé là où ils devaient être placés28. Les éditeurs du Caleffo Vecchio pensent que le registre initial devait servir de guide, base d’un travail de recherche de la documentation pour qui devait ensuite rédiger le liber, liberté étant laissée d’ajouter dans un second temps des documents retrouvés par la suite et considérés d’un grand intérêt pour les droits du gouvernement communal. Une telle recherche n’a pas manqué d’exister dans certaines communes, toujours sur prescription du gouvernement communal. Dans le cas de Verceil, c’est surtout une opération de classement minutieuse des documents qui transparaît, avec une division thématique et par aires géographiques, avec, à l’intérieur de ces branches, un classement chronologique précis, avec une grande majorité de documents en original29.

  • 30 Il Caleffo Vecchio…, op. cit., t. I, p. 6.
  • 31 I Capitoli del Comune di Firenze…, op. cit., p. V : les six officiers demandent de faire approuver (...)
  • 32 Liber Potheris comunis civitatis Brixie…, op. cit., n° CLXI, CLXIV, CLXVI, CLXVIII.
  • 33 G. ORLANDELLI, Il sindicato del podestà. La scrittura del cartulario di Ranieri di Perugia e la tra (...)
  • 34 Liber iurium Reipublicae Genuensis…, op. cit., t. 1, n° 73-74.
  • 35 G.-C. FACCIO, M. RANNO, I Biscioni…, op. cit., I, pp. 1, 33-34.
  • 36 Ibidem, p. 34.

15Pareil travail suppose de la part des notaires rédacteurs le recours à un grand nombre de minutes et de cartulaires à travers lesquels devait s’opérer le choix du matériel, préalablement classé avant d’être transféré dans le liber. Il pouvait arriver que soient organisées des commissions de juristes à qui était confié le soin de rechercher et choisir la documentation à insérer dans le recueil. À Sienne, trois sages ont eu la tâche de procéder à la rédaction du Caleffo dell’Assunta, et pour celle du Caleffo Vecchio, à côté des discreti et fidi iudices et notarii se retrouve le camerarius du podestat, Ranerio Bernardini30. À Florence, ce sont six officiers posti et deputati ad iura communis procuranda et recuperanda31. Dans le cas du Liber Potheris de Brescia est demandée l’intervention de deux juges super registris electorum32. Les Statuts de Bologne en 1259 prévoyaient l’élection de deux juges et trois notaires, et pour ces derniers, est-il précisé, de melioribus et legatioribus… tales qui optime sciant scribere, dont le devoir consistait à rechercher omnia iura et privilegia ubicumque fuerint33. Nous savons qu’à Gênes en 1233 fonctionnait une commission dont faisaient partie Oberto Doria, Carbone Malocello et d’autres socii, ainsi qu’il résulte du liber iurium génois34. À Verceil, c’est un legum professor, juge du podestat, qui est l’auteur de l’ordonnancement des documents des Biscioni, selon la première page du premier volume : Huius operis et libri formam et ordinem dedit laudabilis vir dominus Hugolinus de Scovalochis de Cremona legum professor, flanqué du podestat qui donne ordre au notaire de procéder à la rédaction des volumes, après avoir constaté l’authenticité des documents35. L’ordre du podestat est par ailleurs écrit de la main d’un autre notaire qui termine son acte de la manière suivante : quorum instrumentorum tenor sequitur per ordinem ut infra, en se référant implicitement au travail matériel de classement dû au juge du podestat auquel devait se tenir obligatoirement le notaire36.

  • 37 À Verceil, pour assurer l’authenticité du document transcrit, le notaire Bartolomeo de Bazolis, qui (...)

16Il y a donc tout un travail d’organisation et de préparation du travail, minutieux, attentif, car, dans le cas de Verceil, il s’agissait de transcrire dans les Biscioni toute une documentation parvenue en copie authentique de documents impériaux et pontificaux, qui n’étaient pas issus d’originaux, et dont il convenait de s’assurer de la bonne conservation, car en provenance de lieux divers, dont la fréquentation avait pu entraîner la détérioration37.

17Telle est donc la première phase indispensable pour la composition et la rédaction du liber iurium.

  • 38 E. MILANO, Il Registrum comunis Albe, 2 vol. , Pignerol, 1903, p. XX.
  • 39 C. PAOLI, « Dei cinque Caleffi del R. Archivio di stato di Siena », Archivio Storico Italiano, s. I (...)
  • 40 Q. SANTOLI, « Il Liber censuum Comunis Pistorii », Archivio Storico Italiano, s.V, 1905, pp. 276-30 (...)
  • 41 C. IMPERIALE DI SANT’ANGELO, Codice diplomatico della Repubblica di Genova dal DCCCCLVIII al MCLIII(...)

18Une telle opération de choix, de préparation du matériel documentaire à faire entrer dans le liber ne pouvait venir que d’une décision du gouvernement communal. C’est généralement le podestat qui est à la base de la décision. En 1205, à Alexandrie, le podestat Amazone Buraffo donnait ordre à la mise en place du Registrum de la Commune38, et à Sienne, en 1203, un tel mandat était donné par le podestat Bartolomeo di Rinaldino pour le Caleffo Vecchio39. Il arrivait aussi qu’intervienne un Conseil de la ville. Le liber censuum de Pistoia est né d’une proposition faite devant le Conseil par Jacopo Bonfiglioli qui consuluit quod ad conservationem privilegiorum, instrumentorum et iurium, mais une telle réalisation ne devait se concrétiser que quelques années plus tard40. À Gênes, c’est sur une décision du Conseil que le podestat Jacopo de Balduino ordonnait en 1229 aux notaires Nicola et Divo Laurentio de rassembler dans un registre privilegia, conventiones, fidelitates41.

  • 42 Voir la grande enquête sur I Podestà dell’Italia comunale. Parte I.- Reclutamento e circolazione de (...)
  • 43 Sur l’alternance consuls-podestats, cf. E. CRISTIANI, « Le alternanze tra consoli e podestà ed i po (...)
  • 44 Le problème de la composition et du rôle du popolo a été interprété au sens d’une lutte de classes (...)

19Que le rôle du podestat ait été essentiel ne saurait être niable. Il est important d’observer que la réalisation du liber iurium correspond généralement à l’établissement d’un régime « populaire » dans les communes italiennes42. Au lendemain de la paix de Constance ont éclaté dans les villes italiennes des conflits d’ordre socio-politique, opposant l’ancienne aristocratie communale aux groupes sociaux des artisans et marchands qui réclamaient leur insertion au sein des institutions du gouvernement communal. Le temps de l’alternance entre consuls et podestats est significatif de ces conflits qui ensanglantent les villes entre 1184 et 1220-1230, avant que ne s’impose une réforme des institutions avec le podestat, le plus souvent d’origine foraine, et les Conseils qui tentent d’associer en leur sein l’ancienne aristocratie communale et des représentants des groupes sociaux, généralement rassemblés dans les associations d’artisans et de marchands, les arti43. Le « popolo », qui réunit dans les diverses cités italiennes les gens venus des milieux d’artisans et de marchands, finit par s’imposer à des dates variables dans la majeure partie des cités communales, entre 1220 et 126044.

20C’est donc au temps du gouvernement « populaire » que se réalise la mise en chantier du liber iurium. Une telle démarche correspond d’une part à la manifestation de l’orgueil des habitants de ces villes qui viennent de triompher de l’empereur et d’obtenir leur autonomie, même si elle est théoriquement encadrée par les représentants du pouvoir central, mais d’autre part au désir de ceux qui accèdent au pouvoir de connaître les droits et privilèges de leur ville.

  • 45 E. FALCONI, In margine…, op. cit., p. 9. et l’introduction à la publication du Registrum Magnum cit (...)
  • 46 Il Registrum Magnum del Comune di Piacenza, éd. E. FALCONI e R. PEVERI, 5 vol. Milan, 1084-1997, t. (...)
  • 47 Voir le diplôme d’Otton III dans les Monumenta Germaniae Historica, Diplomata regum et imperatorum (...)
  • 48 P. RACINE, Plaisance du Xe à la fin du XIIIe siècle : essai d’histoire urbaine, 3 vol. , Lille-Pari (...)

21Selon E. Falconi, le Registrum Magnum de Plaisance serait le plus ancien des libri iurium, dont la confection primitive remonterait aux années 1184-119845. Il est d’ailleurs significatif que dans le premier cahier du Registrum figure la définition des confins diocésains, destinée à dessiner en fait les limites du territoire communal46. Le gouvernement communal est bien l’héritier des pouvoirs conférés par l’empereur Otton III à l’évêque en 99747 et la Commune est elle-même l’héritière quant à son territoire de ce qui constituait le diocèse, lui-même calqué sur l’ancienne terre rattachée à la colonie romaine fondée en 218 av. J.-C.48. Du diocèse à la Commune, de l’Antiquité aux temps glorieux de l’État-cité, le liber iurium entend bien assumer tout ce qui a contribué à la construction d’une entité administrative originale. Or, ce qui est propre à Plaisance se répète d’une ville à l’autre, ce qui signifie bien que les États-cités communaux voulaient de la sorte manifester leur existence et leur autonomie. Mais il faut retenir aussi qu’il s’agit d’une volonté explicite des gouvernements communaux de se livrer à travers la composition d’un tel cartulaire à une opération qui va bien au-delà d’une simple pratique bureaucratique.

22En ce qui concerne leur réalisation, les libri iurium apparaissent comme le résultat d’un travail d’écriture réalisé en fait à deux moments distincts : la première démarche, déjà largement illustrée, a donc été la recherche des actes d’intérêt communal, leur disposition selon des critères où domine un classement par matière et transcription corroborée par des actes notariés sous forme de copie authentique. C’est là le noyau initial du liber, fondamental pour la mise en place de l’affirmation des droits et privilèges auxquels tenait le gouvernement communal. Une deuxième phase arrive ensuite, marquée par la stratification des actes ou groupes d’actes, qui se succèdent alors en ordre chronologique, au fur et à mesure de leur production et de leur entrée dans le liber. Si le premier temps se déroulait sur un laps de temps relativement bref, tout au plus quelques années, le second est infiniment plus long, qui en vient à embrasser souvent plusieurs siècles.

  • 49 Voir l’introduction de E. Falconi à l’ouvrage cité à la note 46.

23Le Registrum Magnum de Plaisance, qui débute avec les années 1184-1198, englobe pour sa part une période de deux siècles et demi environ, entre la fin du XIIe siècle et le milieu du XVe siècle49.

24Il n’est cependant pas étonnant que d’un liber à l’autre interviennent des variations, mais c’est là la rançon de l’histoire particulière de chaque ville communale. En ce qui concerne la diplomatique, les typologies sont non moins diverses, des diplômes des souverains et des papes aux plaids et autres types de documents législatifs, économiques et juridiques. Car les libri entendent bien recueillir tout ce qui fonde les droits et privilèges dont pouvait se prévaloir le gouvernement communal. Le diplomatiste ne peut que se réjouir de ce qu’il est appelé à rencontrer dans de semblables recueils. Par-delà l’intérêt présenté par l’étude diplomatique et la typologie des actes entre en jeu d’autre part ce qui permet de caractériser l’histoire politico-institutionnelle de la cité, à travers les institutions citées, les familles au pouvoir nommées dans les actes, mais aussi les textes des traités et alliances, comme tous les actes ayant trait à la gestion du patrimoine foncier, interne et externe. C’est donc un vaste rayon d’action qui concerne ces libri, au cœur desquels se retrouve dès lors la plus grande partie de l’histoire propre des cités. Quelques documents extraits du Registrum Magnum de Plaisance viendront l’illustrer.

  • 50 G. SALSOTTO, Il Libro Verde del Comune di Fossano ed altri documenti fossanesi (984-1314), Pignerol (...)
  • 51 E. FALCONI, Le carte cremonesi dei secoli VIII-XII. I – Documenti dei fondi cremonesi, Crémone, 197 (...)
  • 52 Codex Astensis qui de Malabayla communiter nuncupatur, éd. Q. SELLA, Rome, 1880-1887 (Atti della R. (...)
  • 53 E. FALCONI, In margine…, op. cit., p. 5, note 5.
  • 54 Ibidem.
  • 55 Il Registrum Magnum…, op. cit., t. 1, n° 141 (23 octobre 673 ou 674) et t. 2, n° 418, (712 ou 713), (...)
  • 56 E. FALCONI, In margine…, op. cit., p. 5, note 5.

25L’extension quantitative de chacun des libri est fort variable, oscillant de quelques dizaines d’unités à plus d’un millier. Parmi les plus brefs d’entre eux se trouvent notamment les cartulaires de Fossano, Ceva et il Registro Croce de Crémone avec 79, 35 et 128 actes respectivement50. Mais à Crémone, le Registro Iesu compte 1314 actes51 et le Codex Malabayla à Asti en renferme 99152. Les dates initiales du matériel contenu remontent le plus souvent au IXe siècle, voire au Xe ; ainsi en va-t-il du registre de Crémone « A » avec la date de 86453, des Biscioni de Verceil avec celle de 88254, mais pour le Registrum Magnum de Plaisance les rédacteurs ont cru bon d’insérer le texte du roi lombard Perctarit de 673 qui définissait les limites du territoire relevant de l’autorité du gastald de Plaisance face aux prétentions de celui de Parme, comme a été retenu celui du roi Liutprand de 712 quant aux biens du monastère S. Pietro in Ciel d’Oro de Pavie, tombés entre les mains de la Commune de Plaisance au début du XIIIe siècle, alors que le monastère connaissait des difficultés économiques, sur les territoires des villes de Pavie, Parme, Verceil et Novare et les diocèses de Tortone, Lodi et Plaisance déclarés immunes55. En revanche, le Registrum privilegiorum de Modène part de 969, le Liber Potheris de Brescia de l’année 1000 et le Caleffo Vecchio de Sienne de 100456. En fait, il faut à chaque fois tenir compte des situations particulières propres à chaque ville quant à fixer ses droits et privilèges dans le temps.

  • 57 Cf. note 37.
  • 58 F.-S. GATTA, Liber Grossus Antiquus Comunis Regii (Liber Pax Constantiae), 6 vol. , Reggio Émilia, (...)

26Domine dans chacun des libri la forme diplomatique de la copie authentique, ce qui n’exclut pas des modalités diverses de reconnaissance des actes. Il arrive en effet que les notaires accompagnent chaque transcription de leur propre formule d’authentification ou que ce soit à la fin de chaque fascicule ou groupe de fascicules que le notaire vienne à l’y apposer. Lorsque le fascicule est transcrit par le notaire, il faut donc attendre la fin de son travail pour y trouver sa marque propre d’authentification. Mais peuvent surgir des différences d’écriture au sein d’un même fascicule ; le notaire authentifie alors son propre travail de transcription, généralement immédiatement avant le changement de main. Dans les Biscioni de Verceil, chaque acte est accompagné de l’authentification par le notaire Bartolomeo de Bazolis qui avait été chargé de la rédaction du liber57, mais à Reggio Emilia l’authentification s’effectue par groupe de fascicules58.

  • 59 Le Codex Malabayla, rassemblé vers la moitié du XIVe siècle, a succédé à un Libro Verde, lui-même v (...)
  • 60 Codex qui Liber Crucis nuncupatur e tabulario Alexandrino descriptus éd. F. GASPAROLO, Rome, 1889 ( (...)
  • 61 Cf. note 58.

27S’il arrive que le Liber puisse se présenter sous la forme d’un volume unique, qu’il s’agisse de la rédaction originelle, comme par exemple à Albe ou à Chieri, il n’est cependant pas rare que par suite de la perte du volume ait été refait un apographe, exemple notamment d’Asti où le Codex Malabayla a été confectionné vers le milieu du XIVe siècle à partir d’un liber vetus dû au podestat Guglielmo Lambertini en 129259. Le cas peut se présenter d’une attribution incertaine en raison de circonstances particulières, image du Liber Crucis d’Alexandrie où il n’a pas été possible de déterminer avec certitude s’il s’agit d’un ensemble unique, lorsque le podestat de 1205 Amizone Butroffo donnait mandat aux notaires Ottone et Pietro d’insérer les documents, ou d’une nouvelle rédaction qui serait de 1217 ou de 1225-122760. Parfois apparaît une pluralité d’exemplaires, en plusieurs tomes, d’un contenu unitaire et organique à l’origine, mais pour des raisons particulières il a fallu rendre le volume moins encombrant, plus maniable, d’où sa division en tomes. À Reggio Emilia, l’exemplaire qui nous est parvenu, réécrit en 1269-1270 d’un Registrum communi de 1228 par le notaire Gerardo Bovino de Cavriago, assisté de Rodolfo del Gesso et Giovanni de Mendra, est suivi d’un Libro grosso primo et d’un Libro grosso rosso secundo61. Le matériel documentaire primitif couvrait les années allant jusqu’à 1352, alors que pour les deux Libri grossi il s’agit des années 1409-1775 et 1752-1886.

  • 62 Guida generale degli Archivi di Stato italiani, Rome, 1981, t. 1, p. 933.
  • 63 A. VALENTINI, Il Liber Poteris della città e del Comune di Brescia e la serie de’suoi consoli e pod (...)

28À Côme, trois des quatre tomes des Vetera Monumenta renferment des écritures remontant aux années 1153-1399, 1382-1545 et 1447-1611, tandis que le quatrième concerne des actes pour la période 1386-138962. Il existe certes des rapports à tout le moins partiels entre les divers exemplaires, ce qui n’exclut pas à l’occasion des variantes. Dans le cas de Brescia, le n° 1 dû à Giovanni Pontiglio en 1255 n’est que la reproduction du cartulaire n° 2 dans la rédaction originelle qui remonte au début du XIIIe siècle, la numérotation ayant été intervertie par erreur, à quoi fait suite une copie beaucoup plus tardive confiée par le gouvernement communal à Francesco Soncini63.

  • 64 Q. SANTOLI, Il Liber censuum…, op. cit., p. 279.
  • 65 C. PAOLI, Dei cinque Caleffi…, op. cit.
  • 66 Voir à ce sujet l’introduction de A. ROVERE au t. 1 de la récente édition des libri iurium génois, (...)

29À Pistoia, dans le cas du Nichio Rosso, les premières pages sont copiées du Liber censuum64. Parfois survient la dislocation des tomes en séquences chronologiques, image des divers Caleffi à Sienne65 ou des libri iurium à Gênes66.

  • 67 Cf. note 51.
  • 68 Parmi les documents les plus importants, il faut citer celui de la cession de l’île Fulcheria à la (...)

30Des situations atypiques n’en existent pas moins, comme l’illustre l’exemple de Crémone étudié par E. Falconi67. Dans l’Archivio Segreto communal étaient conservés les registres désignés traditionnellement par A, Iesu, Croce, entre lesquels n’existait aucun rapport de succession chronologique ni de contenu. Chacun d’entre eux possédait ses caractères propres. Le premier registre par son contenu était similaire à un liber iurium, avec 400 documents allant de 864 à 1235, diplômes de souverains et actes notariés, soit originaux soit copies authentiques. Ne manquaient pas moins des documents de grand intérêt pour la Commune, conservés sur parchemin dans le même fonds archivistique de nos jours, exemple de la cession de l’île Fulcheria par la comtesse Mathilde ou le privilège de Conrad II De feudis du 28 mars 1037 sans compter le texte de la paix de Constance68. Le second registre, dont les documents couvrent la période 1170-1224 avec 1300 documents, contenait en priorité des actes relatifs à des investitures de terrains en ville et dans le contado, transcrits sous la forme d’originaux. Quant au troisième, plus restreint que les deux précédents, il ne contenait que trente transcriptions d’actes, datant de 1167 à 1192, concernant les localités de Castelnuovo Bocca d’Adda et l’île Fulcheria…

  • 69 E. FALCONI, In margine…, op. cit., p. 9. A. ROVERE, I Libri iurium…, op. cit., pp. 186-195.

31En ce qui concerne la Commune de Plaisance, il est important de s’interroger sur la duplication Registrum Magnum-Registrum Parvum. La duplication n’a rien d’exceptionnel, car elle se rencontre à Reggio Emilia ou à Gênes, à Verceil ou à Pistoia69. Il convient ici de considérer les avantages de ces réalisations à peu près identiques. Intervient d’abord la nécessité pratique de disposer en des lieux divers de la même documentation. Mais il faut aussi tenir compte de la crainte qu’avait le gouvernement communal de voir disparaître, sinon de trouver détruit le volume primitif.

  • 70 I Capitoli del commune di Firenze…, op. cit., p. III et Documenti dell’antica costituzione…, op. ci (...)

32Le Capitaine du Peuple de la Commune de Florence le dit expressément par l’ordre qu’il donne en 1252-1253 au notaire Belcaro de réaliser des copies d’un précédent recueil ut possint communis instrumenta in locis pluribus conservari, nec iura et rationes communis existentes in eisdem possint vel valeant de facili deperire70.

  • 71 C. PAOLI, Dei cinque Caleffi…, op. cit., p. 61.
  • 72 A. ROVERE, I Libri iurium…, p. 181.
  • 73 Il Caleffo Vecchio…, pp. X-XIII.
  • 74 Il Liber censuum…, pp. XIV-XV.

33Le Conseil Général de Sienne dans sa délibération pour la rédaction du Caleffo dell’Assunta soulevait la question de la conservation dans un lieu unique des documents publics qui étaient exposés au risque d’incendie71. Lorsqu’en 1296 a été détruit à Gênes le volume ad usum continuum deputatum ignis flamma aut opera perversorum hominum sine spe recuperationis, il est alors décidé de procéder sans délai à la copie des documents perdus lors d’une délibération de 130172. Il est à peu près certain que l’exigence de conserver plusieurs exemplaires des mêmes volumes en des lieux différents s’est imposée partout, même si nous manquent des informations pour certaines villes. À Sienne, le Caleffo Vecchio était ainsi déposé de 1262 à 1316 à la sacristie des Dominicains, et de 1341 à 1454 à celle des Franciscains, puis au chapitre de l’Hôpital. Le Caleffo dell’Assunta et le Caleffo Nero se trouvent de 1355-1360 à 1368 à S. Domenico et de 1371 à 1373 au chapitre de l’Hôpital, puis au palais communal73. À Pistoia une des normes ordonnait que le liber seu registrum, qui devait être confectionné dans les deux mois (il s’agit du Liber censuum) soit en dépôt à l’église S. Zenone. De ce même Liber censuum, trois inventaires de 1300, 1328, 1337 le situent à l’œuvre S. Jacopo et en 1346 il est cité en ce même lieu avec l’autre liber, le Nichio Rosso74.

  • 75 G. ORLANDELLI, Il sindacato del podestà…, op. cit., p. 146.

34Dans le cas de Bologne, cependant, les statuts avaient bien prévu la destination des trois volumes à rédiger, mais ils ne furent jamais confectionnés, à la sacristie de l’église St Dominique, à celle de St François et au palais communal75.

  • 76 G.-C. FACCIO, M. RANNO, I Biscioni, I, parte prima, p. XIX.

35Nos informations restent très sommaires pour beaucoup de villes : un exemplaire des Biscioni était en dépôt à Verceil à l’église St Paul, dans un coffret dont les clés étaient en possession du podestat et du prieur des Dominicains pour l’année 134576.

  • 77 E. FALCONI, In margine…, op. cit., pp. 11-12.

36En ce qui concerne Plaisance, le Registrum Magnum se trouvait aux archives communales, mais nous ne savons rien quant au Registrum parvum, que E. Falconi pense avoir été confié aux bureaux du gouvernement communal77.

  • 78 A. ROVERE, I Libri iurium…, op. cit., p. 182.
  • 79 G. ARNALDI, « Gli Annali di Jacopo Doria, il cronista della Meloria », Genova, Pisa e il Mediterran (...)
  • 80 MGH, SS, t. XVI : p. 291 : (1281) : Hoc etiam fuit inventum quoddam privilegium, per quod civitas I (...)

37L’enquête menée par A. Rovere pour Gênes montre qu’il existait des sièges divers où étaient entreposés les divers exemplaires des libri iurium. Jacopo Doria était désigné comme custos pro comuni tam privilegiorum quam etiam registrorum et aliarum scripturarum communis et il apparaît probable que le codex plus ancien ait été conservé à la chancellerie, le plus récent aux archives communales sous la garde des Doria, car Jacopo a laissé des annotations non dans le Vetustior, mais sur la copie dite Settimo, du nom du notaire chargé de la rédaction78. D’après G. Arnaldi, ses annotations devraient être datées de 128079, et le même Doria rappelle dans les Annales génoises à la date de 1281 que fut alors retrouvé le privilège d’Innocent IV selon lequel la ville de Gênes ne pouvait être soumise à l’interdit sans le consentement explicite du pape80. Il est dès lors possible de penser que semblable trouvaille ait eu lieu au moment de la rédaction de l’index par matière sur le liber de 1267, c’est-à-dire sur celui du notaire Settimo, les deux volumes remplissant alors même usage et mêmes fonctions.

  • 81 Cf. notes 45 et 49.

38Que ces libri iurium aient été composés à des dates diverses, en plusieurs fois, est parfaitement démontrable, notamment à partir de l’exemple du Registrum Magnum de Plaisance, en reprenant l’étude serrée que nous avions conduite, E. Falconi et moi-même, lors de la préparation de la publication du document. La première opération de rédaction, de compilation se situe entre 1184-1198, la dernière en 145281.

  • 82 P.RACINE, « Una grande figure di Signore italiano : Alberto Scotto (1252 ?-1318) », Bollettino stor (...)
  • 83 Voir les chapitres 1 et 2 rédigés par P. Castignoli dans le volume 3 de la Storia di Piacenza : Dal (...)
  • 84 Maîtres de la ville en 1336, les Visconti se sont fait remettre les divers recueils de statuts et t (...)
  • 85 Voir l’introduction de E. FALCONI dans Il Registrum Magnum…, op. cit., p. CX.

39La composition du noyau initial s’est étendue sans doute jusqu’en 1202. La partie initiale se composait de 273 documents, correspondant à 21 fascicules, les deux notaires principaux étant Johannes de Sparoaria et Johannes Carmangiarius. La partie suivante est caractérisée par une longue phase de silence, qui dure de 1283 à 1341. Il faut sans doute penser ici aux troubles qui mènent à la Seigneurie d’Alberto Scotto en 1290, suite aux luttes entre diverses grandes familles pour s’emparer du gouvernement communal et à la rivalité entre les Scotti et les Visconti milanais82, sans compter le temps de la domination de l’Église entre 1320 et 1333, avant que la ville ne tombe entre les mains des Visconti83. Il est non moins important de ne pas omettre que les Visconti se sont fait remettre le volume et qu’ils ont été plus ou moins à la base de la disparition des documents touchant cette période84. Le Registrum parvum a été transcrit de son côté de 1295 à 1308, divers documents y ayant été ajoutés dans les années immédiatement postérieures85.

40En ce qui concerne la procédure suivie pour faire entrer les documents dans le liber, aucune source diplomatique ou législative ne vient à notre secours. Il est cependant clair que la première partie a joui d’un travail de préparation méthodique, recherche et classement, comme le révèle la disposition par matière et type d’actes. L’autorité communale ne pouvait être absente, qui a sans doute confié le travail aux deux notaires cités ci-dessus, qui en ont été les exécutants. Y a-t-il eu intervention de juristes, de « sages » ?

  • 86 Voir ici la Chronica Rectorum civitatis Placentiae, videlicet consulum et podestatum ab anno Christ (...)

41En une époque d’alternance consuls-podestats, sans doute est-il plus raisonnable de penser aux consuls plutôt qu’aux podestats venus de villes étrangères, Milan et villes alliées. Un podestat n’est alors attesté qu’en 1188, 1196 et 1199 et ce n’est qu’après 1220 que l’institution « podestarile » en vient à se stabiliser à la place des consuls86. La majeure partie des actes a été portée en copies authentiques. La procédure de l’authentification est des plus variables ; tantôt le notaire l’a fait suivre immédiatement l’acte, tantôt il a attendu la fin d’un fascicule ou d’une série d’actes pour l’apposer. Ce qui transparaît des méthodes d’authentification fait penser qu’il n’y avait aucune méthode préétablie. Les cas d’originaux, sporadiques dans la première partie, se multiplient au point de l’emporter dans les actes de la seconde partie.

  • 87 C’est le cas des deux ecclésiastiques C. Poggiali e G.-D. Boselli dans leurs récits de l’histoire d (...)

42Quant à comparer Registrum Magnum et Registrum parvum, le contenu des deux registres est fondamentalement identique pour les premiers 819 documents, puis dans le Magnum viennent deux séquences d’écritures diverses de 470 actes, qui dans le Parvum se limitent à un bref appendice pour les années 1279-1319. Les deux exemplaires se distinguent ainsi par leur contenu, mais aussi quant à leur conservation, l’un aux archives communales, l’autre près d’un bureau communal qu’il n’a pas été possible d’identifier, mais il s’agit vraisemblablement de ce qui aurait dû constituer l’archivio segreto communal. Ainsi les deux volumes devaient-ils avoir un usage différent, le Registrum Magnum ayant pour but de fournir les preuves juridiques, de constituer la matrice originelle de la fides que le notaire transmettait aux actes. Le Registrum Parvum venait au secours de qui voulait se documenter notamment dans le cadre de la vie politique et administrative. Les historiographes des XVIIe et XVIIIe siècles y font allusion, sans cependant ignorer le volume principal87.

  • 88 P. RACINE, Il Registrum Magnum, specchio della società comunale, introduction historique dans Il Re (...)
  • 89 Il Registrum Magnum…, op. cit., t. 1 ; n° 141 et 29.
  • 90 Ibidem, n° 53, 33 et 22.
  • 91 Ibidem, n° 250 et 251 ; n° 28 pour Borgo San Donnino (aujourd’hui Fidenza).
  • 92 Ibidem, n° 30.
  • 93 Ibidem, n° 38 et 163.
  • 94 Ibidem, n° 238.

43« Miroir de la vie communale », avions-nous intitulé l’introduction historique que nous avions donnée lors de la publication du premier des cinq volumes en 198488. Il suffit de se référer à quelques documents du premier volume pour en avoir une illustration : délimitation du territoire communal89, fonctionnement de la Commune avec la première mention des consuls, avec le privilège de la monnaie accordé par l’empereur Conrad III, le serment exigé des notaires ou la soumission d’un seigneur féodal, Gérard de Cornazzano90 ; domination des grandes routes du contado, notamment celle menant à Gênes, avec la soumission des féodaux vassaux des marquis Malaspina ou pour la route des pèlerinages91 ; marche vers la commune « populaire » où les consuls des arti sont invités à intervenir dans le cadre de l’assemblée populaire92 ; texte des grands traités, Montebello en 1175 et surtout paix de Constance de 118393 ; exploitation du contado avec l’accord passé avec la consorteria des Confanonieri à Roncarolo94. Ce ne sont là que quelques exemples parmi les plus marquants dans les textes du premier volume.

  • 95 Pour Ravenne, une première édition du Codex traditionum de l’Église de Ravenne a été donnée par G.- (...)

44Le matériel contenu dans les libri iurium est assurément d’une importance capitale pour comprendre l’histoire communale italienne. Ces registres qui accueillent les écritures destinées au gouvernement communal et à ceux qui lui sont soumis, autant que les documents produits et expédiés par ce même gouvernement, sont l’enregistrement de tout ce qui conditionne sur le plan juridique et administratif la vie des habitants des cités. Sur le plan diplomatique, les copies directes d’originaux, des apographes, confèrent aux actes qu’ils renferment une fides semblable à celle des minutes notariales. À l’heure actuelle, aucune typologie des libri iurium n’a été tentée. Sans doute d’ailleurs conviendrait-il de mener semblable étude parallèlement à celle des cartulaires d’églises, de monastères et d’évêchés. Les éditions entreprises, devraient le permettre, par exemple pour l’église de Ravenne ou l’abbaye de Farfa95, mais il faut bien avouer que les éléments pouvant intervenir dans la distinction ne sont pas faciles à déterminer.

  • 96 Le Codex Sicardus est conservé à la Bibliothèque Communale de Crémone ; il est ainsi dénommé car il (...)

45Il est certain qu’à l’époque communale s’est plus ou moins opéré un rapprochement entre les deux types de documentation, par exemple dans le cadre de Crémone avec les Privilegia episcopi cremonensis (Codex Sicardo) qui remontent à fin XIIe-début XIIIe siècle96. La méthodologie pour la publication des libri iurium a fortement progressé, grâce à des études approfondies sur l’édition des sources narratives et documentaires, et l’édition récente du Registrum Magnum de Plaisance comme celle des Libri iurium de Gênes en a largement bénéficié. Les choix opérés par E. Falconi comme ceux de D. Puncuh et A. Rovere ont été largement explicités dans leurs introductions. Il est désormais acquis que la publication de telles sources ne peut qu’aider l’historien des Communes à mieux pénétrer l’histoire intérieure et extérieure de ces États-cités.

Bibliographie

Liste des librium iurium édités

Liber iurium Reipublicae Genuensis éd. E. RICOTTI, dans Historiae Patriae Monumenta (abrégé désormais HMP), Turin, 1854-1857.

Codice diplomatico della Repubblica di Genova éd. C. IMPERIALE DI SANT’ANGELO, 3 vol. , Rome, 1936-1942, (Fonti per la storia d’Italia, 77,79,89). Une telle édition ne contient que les documents jusqu’à l’année 1202.

Les deux éditions sont maintenant remplacées par celle de D. PUNCUH et A. ROVERE des Libri iurium della Repubblica di Genova en 15 volumes, publiés depuis 1992 par la Società Ligure di storia patria dans la collection Fonti per la storia della Liguria.

Codex Astensis qui de Malabayla communiter nuncupatur éd. Q. SELLA (Atti della R. Accademia dei Lincei), ser. II, IV-VII, Rome, 1880-1887.

Codex qui Liber Crucis nuncupatur éd. G. GASPAROLO, dans Biblioteca dell’Accademia storico-giuridica, IX, 1889.

Liber Potheris communis civitatis Brixie éd. F. BETTONI CAZZAGO, L.-F. FE D’OSTIANI, Turin, 1899 (HMP, XIX).

E. MILANO, Il Regestum comunis Albe, Pignerol, 1903 (Biblioteca della Società storica subalpina, XX-XXI, abrégé désormais BSSS).

G. BARELLI, Il « Liber instrumentorum » del Comune di Mondovi, Pignerol, 1904, (BSSS, XXIV).

E. GABOTTO, Il Chartarium Dertonens ed altri documenti del Comune di Tortona (934-1346), Pignerol, 1909, (BSSS, XXXI).

G. SALSOTTO, Il Libro Verde del Comune di Fossano ed altri documenti fossanesi (984-1314), Pignerol, 1909, (BSSS, XXXVIII).

L. COLINI BALDESCHI, Il Libro Rosso del Comune di Osimo (documenti dei secoli XII-XIII), Macerata, 1909.

G. ASSANDRIA, Il Libro Rosso del Comune d’Ivrea, Pignerol, 1914 (BSSS, LXXIV).

F. GABOTTO, F. FUASCO DI BISIO, Il Libro Rosso del Comune di Chieri, Pignerol, 1918 (BSSS, LXXV).

G.-C. FACCIO, Il Libro dei « pacta et conventiones » del Comune di Vercelli, Novare, 1926 (BSSS, XCVII).

Il Caleffo Vecchio del Comune di Siena, vol. I-III, éd. G. CECCHINI, Florence, 1932-1940 ; vol. IV éd. M. ASCHERI, A. FORZINI, C. SANTINI, Sienne, 1984.

G.-C. FACCIO, M. RANNO, I Biscioni, 1a parte, Turin, 1934 (BSSS, CXLV) ; 2a parte, Turin, 1939 (Biblioteca della Deputazione di storia patria, CXLVI).

R. ORDANO, I Biscioni, 3a parte, Turin, 1956 (Ibidem, CLXXVIII) ; 4a parte, Turin, 1970 (Ibidem, CLXXXI).

G. BARELLI, Il « liber instrumentorum » del Comune di Ceva, Turin, 1936 (Ibidem, CXLVII).

Register privilegiorum comunis Mutinae éd. L. SIMEONI, E.-P. VICINI, Reggio Emilia-Modène, 1940-1949.

F.-S. GATTA, Liber Grossus Antiquus comunis Regii (« Liber pax Constanciae »), Reggio Emilia, 1944-1962.

G. PISTARINO, Il registrum Vetus del comune di Sarzana, Sarzana, 1965.

Liber communis Parmae iurium puteorum salis, corredato da altri documenti (1199-1387) éd. E. FALCONI, Milan, FISA, 1966 (Acta italica, X).

Il Registrum Magnum del Comune di Piacenza, éd. E. FALCONI, R. PEVERI, 5 vol. , Milan, 1984-1997.

I Registri della Catena del comune di Savona éd. M. NOCERA, F. PERASSO, D. PUNCUH, A. ROVERE, dans Atti della Società ligure di storia patria, n.s. XXVI, 1-3 (1986) et dans Atti e Memorie della Società savonese di storia patria, n.s. XXI-XXII (1986-1987) et dans Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Rome, 1986 (Fonti, IX-X).

Liber privilegiorum comunis Mantuae éd. R. NAVARRINI, Mantoue, 1988 (Fonti per la storia di Mantova e del suo territorio).

Éditions partielles :

Carte diplomatiche fabbrianesi, éd. A. ZONGHI, Ancone, 1872 (Collezione di documenti storichi antichi inediti ed editi rari delle città e terre marchigiane éd. C. CIAVARINI, II).

C. VIGNATI, Codice diplomatico laudense, Milan, 1879-1885.

Carte diplomatiche iesine éd. A. GIANANDREA, Ancone, 1884 (Collezione di documenti…, op. cit.).

Documenti dell’antica costituzione di Firenze éd. P. SANTINI, Florence, 1895 (Documenti di storia italiana, X), pp. 1-220. Appendice, Florence, 1952, pp. 1-261 pour les années 1138-1250.

D. PACINI, Il codice 1030 dell’archivio di Fermo. Liber diversarum copiarum, bullarum, privilegiorum et instrumentorum civitatis et episcopatus Fermi, Milan, 1963 (Studi e Testi della Deputazione di Storia Patria per le Marche, 3).

Éditions en regestes :

I Capitoli del Comune di Firenze. Inventario e Regesto éd. C. GUASTI, Florence, 1866-1893, vol. I-XVI (Documenti degli Archivi toscani) ; concerne les XIVe et XVe siècles.

I Libri commemoriali della Repubblica di Venezia éd. R. PREDELLI, Venise, 1876-1914 (Monumenti storici pubblicati della Deputazione di Storia Patria, s. 1).

M. SANTONI, Il Libro Rosso del Comune di Camerino (1207-1336) dans Archivio storico per le Marche e l’Umbria, II/5, 1885, pp. 37-62.

Liber censuum comunis Pistorii, éd. Q. SANTOLI, Pistoia, 1901-1915.

La « Margarita Cornetana ». Regesto dei documenti éd. P. SAPINO, Rome, 1969 (Miscellanea della Società Romana di Storia Patria).

Notes

1 Voir à ce sujet H. BRESSLAU, Handbuch der Urkundenlehre, I, Leipzig, 1889 (rééd. anastatique, 1958), pp. 94-103 ; A. GIRY, Manuel de diplomatique, Paris, 1884 (rééd. anastatique, 1972), pp. 28-36 ; A. de BOÜARD, Manuel de diplomatique française et pontificale, Paris, 1929 (rééd. anastatique, 1980), pp. 213-218 ; C. PAOLI, Diplomatica, éd. G.-C. Bascapé, Florence, 1942 (rééd. anastatique, 1963), pp. 278-286.
Le récent ouvrage de O. GUYOTJEANNIN, B. TOCK, J. PYCKE, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brépols, 1993 (Atelier du Médiéviste, 2) omet pratiquement ce type de recueil.

2 C’est le cas dans les manuels précédents.

3 P. TORELLI, Studi e ricerche di diplomatica comunale, t. 2, Mantoue, 1915, p. 87 (rééd. anastatique, 1980) pouvait écrire à la p. 83 : « I cartulari del Comune, dei quali solo alcuni tra i più noti furono espressamente studiati nella loro origine e formazione, meriterebbero uno studio d’assieme ».

4 L’action de F. Gabotto a été déterminante pour faire publier dans la Biblioteca della Società storica subalpina (BSSS) divers libri iurium (Albe, Mondovi, Tortone, Fossato, Ivrea, Chieri, Verceil) et une première amorce du Registrum Magnum de Plaisance.

5 Ont été publiés le Liber iurium Reipublicae Genuensis, éd. E. RICOTTI dans les tomes VII et IX des Monumenta Historiae Patriae (MHP), Turin, 1854-1857 et le Liber Potheris comunis civitatis Brixie, a cura di F. BETTONI CAZZAGO, L. FE d’OSTIANI, dans le tome XIX, Turin, 1899.

6 Voir la liste en annexe.

7 E. MILANO, Il « Regestum comunis Albe », Pignerol, 1903 (BSSS, XX-XXI).

8 F. GABOTTO, F. GUASCO DI BISIO, Il Libro Rosso del Comune di Chieri, Pignerol, 1918 (BSSS, LXXV).

9 I Vetera Monumenta représentent à l’Archivio di Stato de Côme quatre registres de parchemins écrits entre le XIVe et le XVIIe siècle.

10 Il Caleffo Vecchio del Comune di Siena, vol. I-III, éd. G. CECCHINI, Florence, 1932-1940 ; vol. IV, éd. M. ASCHERI, A. FORZINI, C. SALINI, Sienne, 1984.

11 Pour Côme, cf. note 9 ; pour Verceil, I Biscioni, éd. G.-C. FACCIO e M. RANNO, t. 1, 2 vol., Turin, 1934-1939 et t. 1 ; vol. 3, Turin, 1955.

12 E. FALCONI, « In margine all’edizione del Registrum Magnum di Piacenza. Riflessioni e proposte per una ricerca sui Libri iurium comunali », Bollettino storico piacentino, LXXXIX (1984), pp. 15-16.

13 A. ROVERE, « I Libri iurium dell’Italia comunale », Civiltà comunale : Libro, scrittura, documento. Atti del convegno, Genova, 8-11 novembre 1988, Gênes, 1989, pp. 163-164 (Atti della Società ligure di storia patria, n.s., vol. XXIX (CIII), fasc. II).

14 I Capitoli del Comune di Firenze. Inventario e Regesto, éd. C. GUASTI, Florence, 1866-1893 (vol. I-XVI pour les XIVe et XVe siècles), p. VIII (Documenti degli Archivi toscani).

15 P. RACINE, « Le notaire au service de l’État communal italien (XIIe-XIIIe siècle) », Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, pp. 63-74. G.-G. FISSORE, Autonomia notarile e organizzazione cancelleresca nel Comune di Asti. I modi e le forme d’intervento notarile nella costituzione del documento comunale, Spolète, 1977 (Biblioteca degli Studi Medievali, 9).

16 Sur la paix de Constance voir La pace di Costanza, 1183. Un difficile equilibrio di poteri fra società italiana ed impero, Bologne, 1984 et P. RACINE, « La paix de Constance dans l’histoire italienne : l’autonomie des communes lombardes », Studi sulla pace di Costanza, Milan, 1984, pp. 223-248.
Sur la notion d’État-cité, cf. J.-P. DELUMEAU, « Communes, consulats et la city republic », Mondes de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, Presses Universitaires, 1998, pp. 491-509 et notre contribution dans les Mélanges G. Jehel, « De la cité-état à l’État territorial : destin de la cité dans le royaume d’Italie » Amiens, 2002, pp. 367-383.

17 Il serait oiseux de vouloir citer toute la bibliographie relative à la naissance des Communes. Nous renvoyons ici à la contribution d’A.-I. PINI, « Dal Comune, città stato al Comune, ente amministrativo », Storia d’Italia, dir. G. GALASSO, t. IV, Turin, UTET, 1982, pp. 459-463 où se trouve la bibliographie essentielle.

18 P. TORELLI, Studi e ricerche…, op. cit.

19 Voir les actes de l’époque lombarde publiés par L. SCHIAPARELLI, Codice diplomatico longobardo, Rome, 1929-1933 (Fonti per la storia d’Italia, 62-63), à compléter par C. BRÜHL, t. III/1, Rome, 1972 – FSI, 64).

20 Une faible partie de ces documents a été publiée pour Plaisance. Voir à ce sujet E. FALCONI, Le carte più antiche di S. Antonio di Piacenza, Parme, 1958 et P. GALETTI, Le carte private della Cattedrale di Piacenza, 784-848), Parme, 1978. R.-S. Lopez a signalé la richesse des archives de Lucques : « The unexplored wealth of the notarial archives in Pisa and Lucca », Mélanges d’histoire du Moyen Âge à la mémoire de L. Halphen, Paris, 1961, dont H. SCHARZMAIER, Lucca und das Reich bis zum Ende des 11. Jahrhunderts. Studien zu Sozialstruktur einer Herzogstadt in des Toskana, Tubingen, 1972 (Bibliothek des deutschen historischen Instituts in Rom, 41) a fait un large usage pour son ouvrage.

21 U. GUALAZZINI, « La scuola pavese, con particolare riguardo all’insegnamento del diritto », Pavia capitale del regno italico, Spolète, 1969, pp. 35-74.
G. ORLANDELLI, « La scuola di notariato », Le sedi della cultura nell’Emilia-Romagna. L’età comunale, Bologne-Milan, 1984, pp. 131-147.

22 Les gouvernements communaux, surtout au lendemain de la paix de Constance, ont tenu à ce que les documents concernant leurs droits puissent être à tout moment à leur disposition.

23 L’assemblée communale s’est réunie à Plaisance sur la place, devant la basilique de S. Antonino, avant d’être transférée sur la place de la cathédrale : MCLXXIX. Consules adamplaverunt plateam maiorem et contionem removerunt de S. Antonino et ad maiorem ecclesiam fecerunt, Iohannis Codagnelli Annales Placentini, éd. O. Holder-Egger, Hanovre-Leipzig, 1901, p. 11 (Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum ex Monumentis Germaniae Historicis separatim editi).

24 G.-G. FISSORE, « Il notaio ufficiale pubblico dei comuni italiani », Il notariato italiano del periodo comunale, dir. P. RACINE, Plaisance, 1999, pp. 47-56.

25 A. ROVERE, I Libri iurium…, op. cit., p. 169.

26 I Registri della Catena del Comune di Savona, éd. M. NOCERA, F. PERASSO, D. PUNCUH, A. ROVERE, 1986, pp. XX-XXI.

27 A. BARTOLI LANGELI, Codice diplomatico del Comune di Perugia. Periodo consolare e podestarile (1139-1154), Pérouse, 1983, t. I, pp. XCVIII-CI. Idem, « Le fonti per la storia di un comune », Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secc. XII-XIV), Pérouse, 1988.

28 Il Caleffo Vecchio…, op. cit., p. XIII.

29 A. ROVERE, I Libri iurium…, op. cit., p. 170, note 47 pense que des copies intermédiaires ont été utilisées pour les textes qui ont fourni le support du n° CXCI des Biscioni de Verceil comme pour les n° CCXXIX et CCXXXVIII, documents impériaux et pontificaux en faveur de l’Église de Verceil, extraits en copie authentique en 1338 de notaires du diocèse par mandat de l’évêque ad petitionem comunis et hominum Vercellarum.

30 Il Caleffo Vecchio…, op. cit., t. I, p. 6.

31 I Capitoli del Comune di Firenze…, op. cit., p. V : les six officiers demandent de faire approuver dans les Conseils du popolo et de la Commune quod ipsi offitiales possint atque eis liceat in actis seu registro dicti comunis registrari, poni et describi facere scripturas, instrumenta et iura eiusdem comunis et ad ipsum comune pertinentia.

32 Liber Potheris comunis civitatis Brixie…, op. cit., n° CLXI, CLXIV, CLXVI, CLXVIII.

33 G. ORLANDELLI, Il sindicato del podestà. La scrittura del cartulario di Ranieri di Perugia e la tradizione tabellionale bolognese del secolo XII, Bologne, 1963.

34 Liber iurium Reipublicae Genuensis…, op. cit., t. 1, n° 73-74.

35 G.-C. FACCIO, M. RANNO, I Biscioni…, op. cit., I, pp. 1, 33-34.

36 Ibidem, p. 34.

37 À Verceil, pour assurer l’authenticité du document transcrit, le notaire Bartolomeo de Bazolis, qui a transcrit la majeure partie des documents les fait suivre de sa marque propre.

38 E. MILANO, Il Registrum comunis Albe, 2 vol. , Pignerol, 1903, p. XX.

39 C. PAOLI, « Dei cinque Caleffi del R. Archivio di stato di Siena », Archivio Storico Italiano, s. III, 1886, pp. 46-92, notamment p. 47.

40 Q. SANTOLI, « Il Liber censuum Comunis Pistorii », Archivio Storico Italiano, s.V, 1905, pp. 276-301, notamment p. 279.

41 C. IMPERIALE DI SANT’ANGELO, Codice diplomatico della Repubblica di Genova dal DCCCCLVIII al MCLIII, 3 vol. , Rome, 1936-1942, t. 1, p. 10 (FSI 77-78-79).

42 Voir la grande enquête sur I Podestà dell’Italia comunale. Parte I.- Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec. XIV sec.), dir. J.-C. MAIRE VIGUEUR, 2 vol. , Rome, 2000 (Collection de l’École française, 268).

43 Sur l’alternance consuls-podestats, cf. E. CRISTIANI, « Le alternanze tra consoli e podestà ed i podestà cittadini », I problemi della civiltà comunale, dir. C.-D. FONSECA, Milan-Bergame, 1971, pp. 47-57.

44 Le problème de la composition et du rôle du popolo a été interprété au sens d’une lutte de classes par G. SALVEMINI, Magnati e popolani in Firenze dal 1280 al 1295, Turin, 1960 (rééd. de l’œuvre initiale de 1899), à partir des textes florentins célèbres de 1293, les Ordonnances de Justice, excluant les « magnats » des charges municipales. Sa thèse a été reprise et « aggiornata » par J. KOENIG, Il popolo nell’Italia del Nord nel secolo XIII, Bologne, 1986 (trad. italienne d’un ouvrage paru aux États Unis), pour lequel nous avons donné une note critique : « Le “popolo”, groupe social ou groupe de pression ? », Nuova Rivista Storica, LXXIII, 1989, pp. 133-150 ainsi que P. CASTIGNOLI, « In margine all’opera di John Koenig : una contrastata interpretazione del “populus” piacentino nel XIII secolo », Bollettino storico piacentino, LXXXII (1987), pp. 1-19.
Sur Salvemini, voir l’ouvrage de E. ARTIFONI, Salvemini e il Medioevo. Storici italiani fra Otto e Novecento, Naples, 1990.
Sur les rapports arti-popolo, cf. E. ARTIFONI, « Corporazioni e società del “popolo”, un problema della politica comunale nel secolo XIII », Quaderni storici, XXV (1990), pp. 387-404. Voir à ce sujet les actes du 15e colloque du Centre italien d’études d’histoire et d’art de Pistoia, Magnati e Popolani nell’Italia comunale, Pistoia, 1997, ainsi que l’ouvrage de J. Koenig cité plus haut.

45 E. FALCONI, In margine…, op. cit., p. 9. et l’introduction à la publication du Registrum Magnum citée à la note suivante, p. XCII.

46 Il Registrum Magnum del Comune di Piacenza, éd. E. FALCONI e R. PEVERI, 5 vol. Milan, 1084-1997, t. 1, n° 29.

47 Voir le diplôme d’Otton III dans les Monumenta Germaniae Historica, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, Ottonis III, N° 250, p. 666 et notre étude sur le diplôme parue dans Archivio storico per le province parmensi en 1998.

48 P. RACINE, Plaisance du Xe à la fin du XIIIe siècle : essai d’histoire urbaine, 3 vol. , Lille-Paris, 1979, t. 1, chapitre 1, pp. 3-31.

49 Voir l’introduction de E. Falconi à l’ouvrage cité à la note 46.

50 G. SALSOTTO, Il Libro Verde del Comune di Fossano ed altri documenti fossanesi (984-1314), Pignerol, 1909 (BSSS, XXXVII), G. BARELLI, Il Liber instrumentorum del Comune di Ceva, Turin, 1936 (BSSS, CXLVII), Le Registro Croce est conservé à l’Archivio di Stato de Crémone.

51 E. FALCONI, Le carte cremonesi dei secoli VIII-XII. I – Documenti dei fondi cremonesi, Crémone, 1979, expose la situation particulière de Crémone aux pp. XV-XX.

52 Codex Astensis qui de Malabayla communiter nuncupatur, éd. Q. SELLA, Rome, 1880-1887 (Atti della R. Accademia dei Lincei, s. II, IV-VII).

53 E. FALCONI, In margine…, op. cit., p. 5, note 5.

54 Ibidem.

55 Il Registrum Magnum…, op. cit., t. 1, n° 141 (23 octobre 673 ou 674) et t. 2, n° 418, (712 ou 713), 142 (850) et n° 42 (29 janvier 852).

56 E. FALCONI, In margine…, op. cit., p. 5, note 5.

57 Cf. note 37.

58 F.-S. GATTA, Liber Grossus Antiquus Comunis Regii (Liber Pax Constantiae), 6 vol. , Reggio Émilia, 1944-1963.

59 Le Codex Malabayla, rassemblé vers la moitié du XIVe siècle, a succédé à un Libro Verde, lui-même venu d’un précédent Liber vetus.

60 Codex qui Liber Crucis nuncupatur e tabulario Alexandrino descriptus éd. F. GASPAROLO, Rome, 1889 (Biblioteca dell’Accademia storico-giuridica, IX).

61 Cf. note 58.

62 Guida generale degli Archivi di Stato italiani, Rome, 1981, t. 1, p. 933.

63 A. VALENTINI, Il Liber Poteris della città e del Comune di Brescia e la serie de’suoi consoli e podestà dall’anno 969 al 1438, Brescia, 1878.

64 Q. SANTOLI, Il Liber censuum…, op. cit., p. 279.

65 C. PAOLI, Dei cinque Caleffi…, op. cit.

66 Voir à ce sujet l’introduction de A. ROVERE au t. 1 de la récente édition des libri iurium génois, au t. 1, Gênes, 1992, pp. 45-123.

67 Cf. note 51.

68 Parmi les documents les plus importants, il faut citer celui de la cession de l’île Fulcheria à la cité par la comtesse Mathilde le 1er janvier 1098 (E. FALCONI, Le carte cremonesi…, op. cit., t. I, n° 242) l’édit de Conrad II sur les fiefs du 28 mai 1037 (MGH, Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser. Diplomata regum et imperatorum Germaniae, t. 4, éd. H. BRESSLAU, H.WIBEL, H. HESSE, Hanovre-Leipzig, 1909, n° 244), et le diplôme de la paix de Constance, qu’il conviendrait de prendre de préférence dans l’édition de E. FALCONI : Il Registrum Magnum…, op. cit., t. 1 ; n° 163.

69 E. FALCONI, In margine…, op. cit., p. 9. A. ROVERE, I Libri iurium…, op. cit., pp. 186-195.

70 I Capitoli del commune di Firenze…, op. cit., p. III et Documenti dell’antica costituzione…, op. cit., pp. XI-XII et n° 1.

71 C. PAOLI, Dei cinque Caleffi…, op. cit., p. 61.

72 A. ROVERE, I Libri iurium…, p. 181.

73 Il Caleffo Vecchio…, pp. X-XIII.

74 Il Liber censuum…, pp. XIV-XV.

75 G. ORLANDELLI, Il sindacato del podestà…, op. cit., p. 146.

76 G.-C. FACCIO, M. RANNO, I Biscioni, I, parte prima, p. XIX.

77 E. FALCONI, In margine…, op. cit., pp. 11-12.

78 A. ROVERE, I Libri iurium…, op. cit., p. 182.

79 G. ARNALDI, « Gli Annali di Jacopo Doria, il cronista della Meloria », Genova, Pisa e il Mediterraneo tra Due e Trecento, Gênes, 1984, pp. 613-614 (Atti della Società ligure di storia patria, n.s., XXIV, 2).

80 MGH, SS, t. XVI : p. 291 : (1281) : Hoc etiam fuit inventum quoddam privilegium, per quod civitas Ianue non potest interdicto supponi ; p. 292 : Quo interdicto per duos annos et amplius observata per homines Ianue, tamquam qui obedientes esse volunt semper sancta Tomane ecclesie inventum fuit in sacristia per me Iacobum superius denotatum die Martis sancti 2. Aprilis quoddam privilegium domini Innocenti IV pape in quo continetur… Le privilège en question est inclus dans le livre VII des Libri iurium génois : cf. G. ARNALDI, Gli Annali…, op. cit., p. 614.

81 Cf. notes 45 et 49.

82 P.RACINE, « Una grande figure di Signore italiano : Alberto Scotto (1252 ?-1318) », Bollettino storico piacentino, LXXVI, 1981, pp. 143-185.

83 Voir les chapitres 1 et 2 rédigés par P. Castignoli dans le volume 3 de la Storia di Piacenza : Dalla Signoria viscontea al principato farnesiano (1313-1545), Plaisance, Tipleco, 1997, pp. 3-40.

84 Maîtres de la ville en 1336, les Visconti se sont fait remettre les divers recueils de statuts et textes législatifs qu’ils ont fait étudier et réviser par les juristes à leur service. Le cas de Plaisance n’est d’ailleurs pas unique au sein de la principauté viscontéenne.

85 Voir l’introduction de E. FALCONI dans Il Registrum Magnum…, op. cit., p. CX.

86 Voir ici la Chronica Rectorum civitatis Placentiae, videlicet consulum et podestatum ab anno Christi MCXXX citra au t. XVI des Rerum Italicarum Scriptores de L.-A. MURATORI, Milan, 1740, col. 614-615.

87 C’est le cas des deux ecclésiastiques C. Poggiali e G.-D. Boselli dans leurs récits de l’histoire de Plaisance au XVIIIe siècle.

88 P. RACINE, Il Registrum Magnum, specchio della società comunale, introduction historique dans Il Registrum Magnum…, op. cit., pp. XIII-LXXI.

89 Il Registrum Magnum…, op. cit., t. 1 ; n° 141 et 29.

90 Ibidem, n° 53, 33 et 22.

91 Ibidem, n° 250 et 251 ; n° 28 pour Borgo San Donnino (aujourd’hui Fidenza).

92 Ibidem, n° 30.

93 Ibidem, n° 38 et 163.

94 Ibidem, n° 238.

95 Pour Ravenne, une première édition du Codex traditionum de l’Église de Ravenne a été donnée par G.-B. BERNHART, Codex traditionum ecclesiae Ravennatis in papiro scriptus et in regia Bibliotheca Bavarica adversatus, Munich, 1810. Sur ce texte est intervenu L.-M. HARTMANN, « Bemerkungen zum “Codex Bavarus” », Mitteilungen des Instituts für östereichische Geschichtsforschung, XI, (1890), pp. 361-371, repris dans Idem, Zur Wirtschaftsgeschichte Analekten, Gotha, 1904, pp. 1-15. Voir la description du manuscrit avec des tables illustratives dans Archivio paleografico italiano, 1929.
Pour Farfa, voir les éditions de U. BALZANI, Il Regesto di Farfa compilato da Gregorio di Catina, 5 vol. , Rome, 1904-1914 et G. ZUCCHETTI, Il Liber largitorius vel notarius monasterii Pharphensis, 2 vol. , Rome, 1913-1932 (Regesta Chartarum Italiae, 11 et 17).

96 Le Codex Sicardus est conservé à la Bibliothèque Communale de Crémone ; il est ainsi dénommé car il avait été composé sous l’épiscopat de Sicardo (1185-1215).

Auteur

Université Marc Bloch, Strasbourg

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540