Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le médiéviste devant ses sources

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Ordre et société

Une source d’histoire monastique : les délibérations du chapitre général des chartreux

Daniel Le Blévec

Texte intégral

1L’existence d’un chapitre général est l’une des conditions de celle d’un ordre religieux. C’est en effet à partir du moment où des établissements monastiques se conforment à un genre de vie identique et acceptent d’intégrer des structures communes qu’il est véritablement possible de parler d’« ordre » : observances uniques témoignant d’une spiritualité de référence, dépendance plus ou moins étroite par rapport à une autorité centrale, construction de bâtiments selon une organisation architecturale normalisée, telles sont entre autres les données de base qui définissent un ordre. Un décalage plus ou moins important sépare, par conséquent, assez souvent la fondation de la première maison et le moment où celle-ci devient chef d’ordre. C’est donc par abus de langage qu’on situe la naissance de l’ordre de Cîteaux en 1098 ou celle de l’ordre des chartreux en 1084.

  • 1 F. CYGLER, Das Generalkapitel im hohen Mittelalter. Cisterzienser, Prämonstratenser, Kartaüser und (...)

2Le chapitre général à réunions périodiques est, de toutes les instances communes, celle qui caractérise sans doute le mieux les liens unissant entre elles les composantes d’un ordre religieux, ainsi que les rapports établis entre ces composantes et les institutions centrales. Pas la seule cependant. On sait par exemple que pour Cluny, déjà parfaitement organisé et structuré dès le Xe siècle, le premier chapitre général a été convoqué par Pierre le Vénérable seulement en 1132. En revanche, dans l’histoire des nouveaux ordres issus de la réforme monastique de la seconde moitié du XIe siècle, le chapitre général apparaît plus tôt. Chez les cisterciens, il est prévu par la Charte de charité et l’on sait qu’un chapitre général s’est tenu à Cîteaux dès 11161.

3Chez les chartreux, l’évolution a été plus lente, à la mesure du petit nombre de communautés d’ermites qui ont décidé peu à peu d’adopter le propositum vitae des fils de saint Bruno. Il faut rappeler que la deuxième « chartreuse », celle de Calabre, n’est fondée par Bruno lui-même qu’en 1091, soit sept ans après les début de la vie cartusienne dans le massif de la Chartreuse. La maison de Portes (dioc. de Lyon, auj. Ain), fondée en 1115, n’adopte vraisemblablement pas la vie cartusienne avant 1128. Et lorsque le prieur saint Antelme tient à la Grande Chartreuse le premier chapitre général, le 18 octobre 1142, ne sont présents que les supérieurs de cinq maisons sur la quinzaine environ ayant adhéré aux Coutumes de Chartreuse, à une époque où le chapitre général de Cîteaux réunit déjà plusieurs centaines d’abbés.

4Quel que soit l’ordre, le chapitre général devient tôt ou tard l’instance centrale suprême, se réunissant une fois par an. Doté d’attributions essentiellement législatives, il est également un organe de contrôle, de correction des abus et de prévention des dysfonctionnements possibles, au temporel comme au spirituel.

5À ces considérations générales, chaque ordre apporte sa touche particulière, tant en ce qui concerne le déroulement des réunions que pour le rôle des instances qui lui sont rattachées et qui en émanent (définiteurs, visiteurs) ou encore les rapports entre le chapitre et le supérieur général.

6Il s’agira donc ici de présenter le chapitre général des chartreux, en particulier dans l’une de ses attributions privilégiées, celle de production d’un droit interne spécifique, dont les traces documentaires constituent une source fondamentale pour la connaissance de l’histoire de l’ordre, dans de nombreux domaines.

La fonction du chapitre général

7La tenue du premier chapitre général des chartreux, en 1142, est le troisième des grands événements qui ont marqué les premiers temps de l’histoire de l’ordre, après la fondation de la Grande Chartreuse en 1084 et la promulgation des Coutumes par le prieur Guigues Ier en 1127.

8C’est à la demande de quelques prieurs, notamment ceux de Portes et de Meyriat, et sur les conseils de l’évêque de Grenoble Hugues II que saint Antelme, septième prieur de la Grande Chartreuse, prend la décision de réunir le premier chapitre général. Jusque là, chaque maison se considérait comme indépendante des autres. Tout en ayant accepté de suivre les Coutumes de Guigues, les moines ne reconnaissaient que l’autorité du prieur de leur maison d’appartenance, l’évêque diocésain devant veiller au maintien de la discipline religieuse.

  • 2 J. PICARD (éd.), Saint Antelme de Chignin. Vie par son chapelain, Belley, 1978.

9Les circonstances de la première réunion du chapitre général des chartreux sont relativement bien connues, grâce à une Vita de saint Antelme2 et grâce aux actes de la réunion elle-même, transmis par un manuscrit provenant de la chartreuse du Mont-Dieu. D’abord réticent, Antelme finit par se laisser convaincre de mettre en place cette nouvelle instance, conscient du fait que l’isolement total dans lequel vivaient les maisons était de nature à créer des divergences dans les observances et risquait donc d’éloigner l’une ou l’autre d’entre elles de l’esprit primitif de la Chartreuse, ainsi que l’avaient voulu le fondateur Bruno et le législateur Guigues. Il ne le fit pas sans quelques précautions. Si le chapitre général devait être désormais l’autorité suprême, avoir notamment le pouvoir d’introduire dans l’ordre les modifications et les améliorations estimées utiles ou nécessaires, il convenait d’exiger de chaque prieur qu’il obtînt de son évêque diocésain l’abandon du pouvoir que celui-ci avait exercé jusque-là en matière disciplinaire. De fait, les évêques concernés envoyèrent à la Grande Chartreuse des lettres par lesquelles ils se dépossédaient en faveur du chapitre général de toute juridiction sur la ou les chartreuse(s) existant dans leur diocèse. Il convenait enfin de conférer au prieur de la Grande Chartreuse une prééminence sur tous les autres prieurs avec mission de veiller, dans toutes les maisons, à la bonne application des Coutumes ainsi qu’à celle des décisions adoptées par le chapitre général. Ainsi n’existerait-il plus désormais un assemblage de maisons isolées mais un ordre, l’ordo cartusiensis.

10C’est sur ces bases que se réunit le premier chapitre général et que les premières décisions communes à toutes les chartreuses furent promulguées. Elles concernaient la célébration des offices, les prérogatives du prieur général, la fondation des nouvelles maisons et divers points de discipline. Dès lors allait se tenir à la Grande Chartreuse, d’abord de manière irrégulière, puis chaque année à l’imitation des cisterciens, le chapitre général, rassemblant les prieurs de toutes les maisons de l’ordre, avec pour objectif de régler les problèmes ayant surgi, ici ou là, dans quelque maison que ce soit, et dont la réponse ne se trouvait pas dans les Coutumes de Guigues. Toutes les décisions étaient prises dans la fidélité la plus totale à l’esprit de la Chartreuse et avaient dès leur promulgation force de loi dans tout l’ordre.

11C’est pour les faire connaître qu’à l’issue du chapitre était rédigée la charta, c’est-à-dire le procès verbal de la réunion contenant le texte précis des décisions arrêtées, copié en autant d’exemplaires que de maisons. Ces textes faisant jurisprudence, on éprouva le besoin, à différents moments de l’histoire de l’ordre, d’en réaliser des compilations. L’initiative en était prise par le prieur général du moment. Tel fut le cas en 1223 lorsque Dom Jancelin (qui fut à la tête de l’ordre des chartreux pendant 53 ans – le plus long généralat de l’histoire de l’ordre – et qui à lui seul fonda 14 nouvelles chartreuses) fit rassembler une collection des plus importants décrets des chapitres généraux, connue sous l’appellation de Statuts de Jancelin. Ce travail fut repris, amendé et complété en 1270-1271 par le prieur général Dom Riffier. Les décisions furent classées en trois parties : la première réunissant les prescriptions relatives à l’office divin, la seconde ce qui avait trait à l’observance des moines de chœur, la troisième ce qui concernait les frères convers. Cet ensemble fut réuni aux Coutumes de Guigues pour constituer ce qu’on a appelé plus tard les Antiqua statuta.

12Un siècle plus tard, en 1368 très précisément, le prieur Dom Guillaume Raynald fit réaliser une nouvelle compilation des ordonnances des chapitres généraux postérieurs aux statuts de 1271. Ce sont les Nova statuta, appellation qui ne doit pas induire en erreur : il ne s’agissait pas de nouvelles règles destinées à remplacer les précédentes, mais seulement un complément annexé aux Anciens statuts, lesquels demeuraient en vigueur.

13Une Tertia compilatio devait être réalisée un peu plus tard, en 1509.

14L’esprit général qui a inspiré ces diverses collections n’est pas un esprit d’innovation. Bien au contraire, il s’est agi à chaque fois de faire, parmi les décisions capitulaires, le choix de celles qui rappelaient la nécessaire et intangible fidélité au propos primitif de la Chartreuse, en essayant simplement d’adapter ce qui avait été prévu au départ pour une seule maison de 12 religieux et 16 frères convers à plusieurs dizaines de chartreuses, implantées dans tous les pays de l’Occident chrétien et, pour certaines d’entre elles, dans des sites qui n’avaient plus rien à voir avec l’environnement montagneux et forestier de la maison mère. À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle en effet, beaucoup de chartreuses ont été implantées en milieu urbain ou péri-urbain.

15De tels florilèges sont évidemment essentiels comme source. On les connaît par de nombreux manuscrits et par des versions imprimées, auxquels les historiens des chartreux font constamment référence lorsqu’ils étudient l’ordre en général. En revanche, pour ceux qui s’intéressent à l’histoire des maisons elles-mêmes, il convient de se reporter aux Chartae, puisque chaque réunion du chapitre général est l’occasion d’examiner les problèmes, les difficultés qui ont pu surgir dans telle ou telle chartreuse et de leur trouver une solution.

16Quelle est tout d’abord la composition de l’assemblée ? Sont convoqués autour du prieur de la Grande Chartreuse, supérieur général de tout l’ordre, les prieurs de toutes les maisons, les recteurs et les vicaires des maisons de moniales (et non les prieures elles-mêmes), ainsi que les moines de chœur de la communauté de la Grande Chartreuse.

  • 3 F.-A. LEFEBVRE, Saint Bruno et l’ordre des chartreux, I, Paris, 1883, p. 277 et suiv.

17L’instance essentielle est le définitoire3. Il s’agit d’un conseil, émanation du chapitre général, composé, en dehors du père général, de huit membres. Sa désignation est assez complexe, mais cette complexité même est un gage d’indépendance et d’impartialité pour les décisions à prendre. Le prieur général nomme d’abord un électeur. Puis les prieurs des cinq plus anciennes maisons de l’ordre nomment chacun un électeur. Ces électeurs sont choisis parmi les prieurs ou parmi les moines de la Grande Chartreuse. Ce sont ces six électeurs qui, avec le prieur général, se réunissent dans une chapelle voisine pour élire au scrutin secret les huit définiteurs, choisis eux aussi parmi les prieurs ou parmi les religieux de la Grande Chartreuse. Aucun nouvel élu ne doit avoir fait partie du définitoire de l’année précédente.

18Le rôle du définitoire est essentiel. Il siège à part, sans possibilité de communication avec l’extérieur. Il délibère sur toutes les affaires de l’ordre, il reçoit les comptes rendus des visiteurs, il entend chaque prieur sur l’état de sa maison, il réprime les abus, relève les manquements à l’observance, propose des réformes, suggère des améliorations, confirme ou dépose les prieurs qui tous ont demandé à être relevés de leurs fonctions, procède aux mutations des moines d’une chartreuse à une autre, juge sans appel, élabore enfin les ordonnances.

19Toute ordonnance est votée à la majorité des définiteurs. Elle a force de loi pendant un an. Elle ne devient une véritable constitution que si, au chapitre de l’année suivante, elle est de nouveau approuvée. Toute mesure visant à adoucir la rigueur de la règle doit en revanche être approuvée à l’unanimité des définiteurs et recevoir ensuite le consentement, voté à la majorité, des moines de la Grande Chartreuse. De plus, cet adoucissement doit être accepté par deux autres chapitres généraux consécutifs avant d’être officiellement mis en application.

20L’une des particularités de l’ordre des chartreux est en effet que tous les supérieurs donnent leur démission lors du chapitre général, y compris le prieur de la Grande Chartreuse, les vicaires et les prieures des maisons de moniales. C’est ce qu’on appelle demander miséricorde (petere misericordiam), expression caractéristique du vocabulaire et de la spiritualité des chartreux, puisque toute fonction de responsabilité est considérée comme une lourde tâche, un sacrifice pour le moine qui l’exerce. En être libéré pour retrouver la quiétude de la cellule afin d’y vivre comme un simple moine est un soulagement auquel tous aspirent. La démission est très souvent refusée. Elle n’est acceptée par le définitoire que lorsque de sérieux motifs l’imposent.

21Comment se déroule un chapitre général ? Il comporte quatre séances.

  • La première réunion se tient un dimanche après Vêpres dans la salle capitulaire. Une homélie est prononcée par un des prieurs, puis le père général donne quelques avis, qui constituent en fait les actes préparatoires du chapitre.
  • Le lendemain, après la messe, a lieu une seconde réunion au cours de laquelle se déroulent les élections. Les électeurs ayant été désignés et s’étant retirés dans une chapelle voisine pour choisir les définiteurs, le sacristain de la Grande Chartreuse fait connaître à l’assemblée les noms des chartreux et des amis de l’ordre morts pendant l’année écoulée et dont le nom sera inscrit sur la Charta. Les électeurs ayant délibéré reviennent dans la salle du chapitre et le père général publie les noms des définiteurs.
  • La troisième séance a lieu le même jour, après l’office de Vêpres. On y fait lecture des lettres reçues de la papauté ou d’autres autorités. Puis chaque prieur vient se prosterner devant le père général pour demander miséricorde. Le général répond simplement Deliberabitur. Lui-même demande ensuite miséricorde au prieur de la plus ancienne maison de l’ordre après la Grande Chartreuse (Portes, puisque la chartreuse de Calabre avait intégré l’ordre de Cîteaux en 1191 et que les chartreux ne la récupérèrent qu’en 1513).
  • Après cette troisième séance, le définitoire commence ses travaux, en réunion privée et secrète. Lorsqu’il en a fini, a lieu la quatrième et dernière séance publique du chapitre. On approuve les décisions du définitoire, comprenant notamment la désignation des visiteurs qui seront envoyés dans les différentes provinces de l’ordre. On promulgue la Charta. Les prieurs démis de leurs fonctions rendent le sceau de leur maison, les nouveaux prieurs promettent obéissance au chapitre général. Le chapitre s’achève par une absolution donnée à l’assemblée par le prieur général. Chaque prieur regagne ensuite sa maison, où il devra mettre en application les décisions arrêtées en chapitre.

22C’est donc par la rédaction de la Charta, renouvelée chaque année, que le chapitre général des chartreux produit une documentation dont le caractère normatif indéniable n’occulte pas, comme on va le voir, la réalité concrète, telle qu’elle est vécue dans les diverses maisons de l’ordre.

Les délibérations capitulaires

23Les Chartae du chapitre général des chartreux sont parvenues jusqu’à nous grâce à de nombreux manuscrits. Ce nombre s’explique par l’existence des copies réalisées chaque année lors du chapitre général lui-même, chaque prieur devant emporter avec lui en quittant la Grande Chartreuse l’exemplaire destiné à sa maison. Les diverses Chartae annuelles ont souvent ensuite, à une époque ultérieure, été recopiées dans un même manuscrit, à l’initiative de tel ou tel prieur.

24Certaines chartreuses qui ont conservé, à travers les siècles, leurs propres archives possèdent encore aujourd’hui de telles copies. C’est le cas de la Grande Chartreuse, dont l’un des manuscrits contient la transcrition des Chartae les plus anciennes, de 1250 à 1379, transcription réalisée à l’époque moderne. La plupart du temps, les textes des Chartae sont actuellement conservés dans des bibliothèques ou des dépôts d’archives, publics ou privés, qui ont récupéré, à l’occasion des vicissitudes de l’histoire, des manuscrits cartusiens. Citons : Paris (Bibl. nat.), Londres (British Library et Lambeth Palace Library), Oxford (Bodleian Library), Bruxelles (Bibl. royale), Vienne Bruxelles (Bibl. royale), Vienne (Nationalbibliothek).

  • 4 Analecta cartusiana 100, Universität Salzburg, à partir de 1982.

25Une vaste entreprise d’édition de cette documentation a commencé au début des années 1980, à l’initiative de James Hogg, dans la collection Analecta cartusiana, qui a déjà accueilli dans une quinzaine de volumes le texte des Chartae depuis le XIIIe siècle, à partir des différents manuscrits4.

  • 5 J. HOGG (éd.), Ms. Grande Chartreuse 1. Cart. 15 ; Cartae capituli generalis 1411-1436, vol. 1 : 1 (...)

26Entrons à présent dans le contenu même de ces Chartae. Assez rapidement, dès le XIIIe siècle, la présentation des délibérations du chapitre général s’est normalisée. Une grande cohérence de présentation se dégage ainsi d’un manuscrit à l’autre, ce qui en facilite bien entendu l’utilisation par l’historien. Afin d’en bien comprendre l’organisation, appuyons nous sur un exemple, la Charta de 14135.

27On pourra rappeler à cet égard qu’en dépit du Schisme, non encore résolu à cette date, l’ordre a déjà accompli sa réunification. Comme tous les ordres religieux en effet, les chartreux en 1378 s’étaient partagés entre les deux obédiences, suivant en cela l’attitude des différents pays d’Occident. Le Dauphiné ayant été rattaché au royaume de France en 1349, la Grande Chartreuse adhéra tout naturellement à l’obédience avignonnaise, tandis que les chartreux italiens et allemands se donnèrent un prieur général particulier, qui fixa sa résidence à la chartreuse de Florence, son successeur préférant finalement s’installer à la chartreuse de Seitz en Autriche. Très vite cependant les deux prieurs généraux, déplorant la déchirure de la Chrétienté et celle de leur ordre, travaillèrent à la réunification. Tous furent des hommes remarquables. Le prieur de la Grande Chartreuse, Dom Guillaume Raynald, refusa le chapeau de cardinal que lui avait proposé Clément VII, le pape d’Avignon. Il fut pressenti en 1394, à la mort de ce dernier pour lui succéder. Lors du conclave, 11 voix sur 26 se portèrent sur son nom. Benoît XIII, finalement élu, voulut honorer Dom Raynald en lui proposant une nouvelle fois le cardinalat, ce que le chartreux refusa de nouveau.

28À sa mort en 1402, il fut remplacé par Dom Boniface Ferrier, frère de saint Vincent Ferrier. Dès son élection, le nouveau prieur général entra en contact avec son confrère le prieur général de l’obédience romaine, Dom Etienne Maconi. Celui-ci avait été secrétaire de sainte Catherine de Sienne, qui lui avait recommandé en mourant d’entrer chez les chartreux.

  • 6 S. EXCOFFON, « En marge du Grand Schisme : prieurs et chapitres généraux des chartreux (1378-1422) (...)

29En avril 1410, Dom Maconi vint à la Grande Chartreuse à l’occasion du chapitre général. D’un commun accord, les deux prieurs généraux demandèrent miséricorde, ce qui leur fut accordé. Le définitoire choisit alors comme seul et unique général Dom Jean de Griffenberg, alors prieur de la chartreuse de Paris. L’union de l’ordre était réalisée, avant celle de la chrétienté qui ne devait intervenir qu’en 1415, lors du concile de Constance6.

30Lorsque se tient le chapitre général de 1413, c’est donc Jean de Griffenberg qui préside aux destinées de la Grande Chartreuse et de l’ordre des chartreux dans sa totalité. La Charta commence par indiquer la composition du définitoire, tel qu’il a été constitué par les électeurs selon la procédure qu’on a indiquée. Il comprend outre le prieur de la Grande Chartreuse, les prieurs de sept maisons : Arvières (dioc. Belley), Pommiers (dioc. Annecy), Trône de Notre-Dame (Gaming, dioc. Passau, Autriche), Nuremberg (La Celle Notre-Dame, dioc. Bamberg, Franconie), Port-Sainte-Marie (dioc. Clermont), Fontaine Notre-Dame (Bourgfontaine, dioc. Soissons), Gênes (Italie). S’y ajoute un moine de la Grande Chartreuse (Jean de Margiaco).

31Vient ensuite l’annonce de la date de la Septuagésime de l’année suivante. Puis le rappel qu’une centaine d’offices pour les morts, dénommés brefs, pourront être célébrés avant la publication officielle de la Charta de l’année.

32Les célébrations en l’honneur des défunts occupent en effet chez les chartreux une place aussi importante, sinon plus, que dans d’autres ordres monastiques. Un vocabulaire particulier est utilisé pour les désigner.

  • bref (dit aussi agenda) : un office complet dit en privé par chaque moine dans sa cellule, plus une messe collective, dans toutes les maisons de l’ordre ;
  • tricenaire : un office complet célébré dans le chœur, plus 30 messes, dont la première dite dans le chœur, les autres en privé par chaque moine dans sa cellule ;
  • anniversaire : office célébré chaque année le jour de la mort du bénéficiaire ;
  • –anniversaire perpétuel : un agenda célébré soit au chœur par la communauté soit en privé par chaque moine et une messe le jour anniversaire de la mort ;
  • monachat simple : un tricenaire plus un anniversaire perpétuel ;
  • monachat avec psautiers ou plein monachat : au monachat simple s’ajoute la récitation de deux psautiers par chaque moine qui ajoute à la fin de chaque psaume : Requiem eternam.

33La Charta proprement dite peut être divisée en quatre sections principales.

34La première regroupe les intentions de prières pour les morts et pour les vivants. On commence par énoncer l’obituaire de l’année. D’abord, le pape, des cardinaux et d’autres prélats amis de l’ordre décédés dans l’année, ainsi que les membres des familles princières qui ont fait bénéficier l’ordre de leurs générosités.

35Viennent ensuite les prieurs des chartreuses, puis les moines de chœur, en commençant par la Grande Chartreuse. Ensuite les frères, les moniales, les clercs séculiers et les laïcs.

36On passe enfin à la liste des intentions de prières pour les vivants, qui peuvent être très variées et liées aux circonstances du moment : pour le pape et pour l’Église, pour les souverains et les grands de ce monde. On notera que les chartreux, partisans de la paix, prient aussi bien pour le roi de France que pour le roi d’Angleterre. On prie pour remercier le camérier du pape qui a envoyé une aumône pour la célébration du chapitre général, pour tous les bienfaiteurs de l’ordre, pour les pécheurs et les affligés.

  • 7 J. HOGG (éd.), Ms. Grande Chartreuse 1, op. cit., p. 38-39.

372. La section suivante comprend les ordonnances générales, qui traitent le plus souvent de discipline, mais également de liturgie7. Certaines sont nouvelles et seront appliquées pendant un an. D’autres sont des confirmations des dispositions arrêtées l’année précédente et elles auront désormais valeur de constitution définitive.

38Quelques exemples :

  • un nombre limité d’autorisations est accordé aux prieurs et aux vicaires des moniales pour franchir les limites de leur monastère afin de vaquer aux affaires de la maison ;
  • un nombre limité d’anniversaires et de sépultures est accordé à chaque chartreuse ;
  • confirmation de diverses mesures disciplinaires promulguées l’année précédente (obéissance au chapitre général, paiement par chaque maison d’une taxe pour la tenue du chapitre) ;
  • rasure des moines et des convers deux fois par mois ;
  • respect de l’abstinence ;
  • nécessité de procéder à la visite des maisons qui n’ont pas reçu de visiteurs depuis deux ans.
  • 8 Ibidem, p. 39-47.

393. La section suivante regroupe les ordonnances particulières à chaque maison. C’est là que la réponse du définitoire est donnée à la demande de démission présentée par chaque responsable : au prieur de telle chartreuse, qu’il soit donné ou qu’il ne soit pas donné miséricorde8.

40On examine chaque province, l’une après l’autre, et pour chacune d’elle les différentes maisons qui la composent.

  • 9 Ibidem, p. 47.

414. La dernière section fournit la liste des prieurs qui ont été désignés comme visiteurs pour l’année à venir, à raison de deux par province9. Le principe de la visite, qui est très ancien dans le monde monastique, s’est mis en place chez les chartreux, sans doute dès le milieu du XIIe siècle, lorsque le nombre des maisons a commencé à augmenter. Les visiteurs sont investis de la plenitudo potestatis capituli generalis in visitatione. Cela signifie que c’est au nom du chapitre général qu’ils accomplissent leur mission d’inspection, afin de s’informer sur tout ce qui réglemente la vie de chaque maison, au spirituel comme au temporel, et de dresser la liste des points critiquables au regard des statuts de l’ordre. Ils peuvent être amenés à suggérer d’eux-mêmes des réformes à entreprendre. En revanche, même si de graves manquements sont à reprocher à un prieur, même si la communauté a à se plaindre de lui, ils ne peuvent pas d’eux-mêmes prendre l’initiative de le déposer.

42Afin de bénéficier d’une totale indépendance, les visiteurs ne se rendent jamais dans leur maison de profession.

43Les chartreux ont toujours accordé une place essentielle aux visites comme instrument du maintien des observances, de la discipline et de la ferveur de la vie religieuse. Leur importance est bien rappelée dans l’adage qui, à l’époque moderne encore, distinguait l’ordre de saint Bruno d’autres congrégations monastiques déclinantes ou décadentes : Per solitudinem, silentium, capitula, visitationes, Cartusia permanet in vigore.

44Vient la liste des prieurs choisis pour accorder les absolutions et les dispenses en faveur des membres de l’ordre en ce qui concerne les cas réservés au Saint Siège.

45La dernière mention à signaler est celle des prieurs constituant le chapitre privé, susceptible d’être réuni en cours d’année par le prieur général pour régler un problème grave et urgent. Il peut se trouver à la fin ou, comme ici, avant la liste des visiteurs.

46Ainsi se présente le texte officiel des délibérations du chapitre général des chartreux. Il a été fixé dans son organisation interne dès le XIIIe siècle. Cette organisation devait se perpétuer, pratiquement immuable, pendant toute la fin du Moyen Âge et pendant l’époque moderne. Comme on dispose d’une série pratiquement sans solution de continuité entre le milieu du XIVe et le début du XVIe siècle, avec des chartes isolées pour la période milieu XIIe – milieu XIVe siècle, on imagine sans peine la masse documentaire que représente cette source. Quels enseignements peuvent en retirer les historiens de l’ordre et plus généralement ceux qui travaillent sur le monde monastique médiéval ?

L’enseignement des Chartae

47On ne pourra guère compter sur cette documentation pour élaborer une prosopographie exhaustive des chartreux. L’anonymat, traditionnel chez les chartreux, derrière lequel se cachent les personnalités individuelles est évidemment un obstacle pour suivre les carrières des moines et des prieurs, si tant est que le terme de « carrière » convienne pour désigner le cursus cartusien. Remarquons que la Charta ne précise ni le nom des prieurs demandant miséricorde, ni celui des visiteurs désignés, ni celui des définiteurs, pas même celui du prieur général de l’ordre.

48Le chartreux sort discrètement de l’anonymat à l’occasion de son décès. Si la sépulture du chartreux dans le grand cloître de sa maison, prolonge cette volonté fondamentale de nier l’identité de l’individu, puisqu’une simple croix de bois, sans aucune inscription, est plantée dans la terre qui recouvre le corps, privé de cercueil, du moine défunt, en revanche le chapitre général consent à faire consigner dans le texte de la Charta le nom des religieux décédés depuis le chapitre de l’année précédente et pour lesquels des offices funèbres seront célébrés. Ce désir de perpétuer dans la mémoire des vivants le souvenir des défunts insère bien les chartreux dans leur temps et dans l’univers monastique qui voit en l’ordre et en chacune des maisons qui le composent une véritable famille. Une famille se doit d’honorer ses morts et de travailler à leur salut en demandant pour eux des suffrages, encore que pour le chartreux, comme on l’a souvent dit et écrit, la cellule soit déjà l’antichambre du paradis et que, vivant en permanence dans la compagnie des anges et dans le contact intime avec Dieu lui-même, le souci de prier pour son salut soit sans doute superflu… Mais la mort est toujours une aventure individuelle. L’homme, fût-il un moine, est là confronté à son propre destin, seul devant Dieu qui va le juger, lui et non un autre. Il importe par conséquent qu’il soit clairement identifié aux yeux de tous ceux qui prieront pour le salut de son âme et en premier lieu aux yeux de ses frères.

  • 10 Par exemple : domnus Robertus Givors monachus dictae domus [Bonipassus] vadat ad domum Valonis hos (...)
  • 11 Par exemple : Priori domus Montis Sancti Petri fit misericordia, cui pro consolatione sua concedim (...)

49Le décès du moine n’est toutefois pas le seul moment où il se voit désigné par son nom. C’est le cas notamment de ceux qui sont transférés d’une maison à une autre, soit pour y exercer des fonctions particulières, notamment celles de prieur, soit parce qu’ils se sont rendus coupables de manquements. De tels sujets sont ainsi signalés à la fois à la réprobation et à la miséricorde de leurs frères. L’expression ad ordinis voluntatem parfois utilisée, atteste qu’il s’agit bien d’un transfert pour raison disciplinaire10. Lorsque la mutation est demandée par l’intéressé, ou bien la Charta ne le précise pas, ou bien l’expression pro consolatione sua est utilisée. C’est le cas des prieurs qui ont obtenu miséricorde et qui rejoignent comme simple moine leur maison de profession ou une autre maison11, mais alors leur nom n’est pas forcément précisé.

50Les Chartae fournissent donc un certain nombre d’indications sur quelques individus, mais de manière insuffisante dans la mesure où l’on n’a aucun renseignement sur leur âge, sur leur formation intellectuelle, sur la date de leur entrée dans l’ordre, encore moins sur leur origine sociale. Et bien peu de documents d’une autre nature sont susceptibles d’aider le chercheur amateur de prosopographie, puisque dans les actes de la pratique seuls apparaissent les officiers des maisons (prieur, procureur) et les frères convers, pratiquement jamais les moines de chœur qui ne franchissent pas la clôture de leur monastère. Ceux-ci ne passent aucun acte et ne témoignent jamais.

  • 12 Ordinamus quod amodo in exercitio ordinarie visitationis provincie Acquitanie et Provincie sint dei (...)

51En revanche, les Chartae constituent une source précieuse pour la connaissance de la géographie de l’ordre et celle de ses institutions centrales. On ne reviendra pas ici sur le fonctionnement du chapitre général. L’organisation des provinces est aussi, on le sait, l’une des caractéristiques des grands ordres religieux puisqu’on la retrouve également chez les mendiants et dans les congrégations de chanoines réguliers. Le nombre des provinces et la répartition des chartreuses entre elles n’ont cessé de changer tout au long de l’histoire de l’ordre, en liaison avec son extension. En 1413, il y a une quinzaine de provinces, regroupant 190 chartreuses. Le rattachement de telle ou telle chartreuse à une province n’est pas immuable. Il dépend des nécessités du moment, par exemple répondre à des exigences de meilleur contrôle par le système des visites. Ainsi les deux chartreuses languedociennes de Valbonne et de Villeneuve-lès-Avignon, situées au-delà du Rhône (par rapport à la Grande Chartreuse) ont dépendu jusqu’en 1438 de la province d’Aquitaine. En 1439, le chapitre général décide de les annexer à la province de Provence à laquelle elles devaient être définitivement rattachées, la raison invoquée étant le rééquilibrage entre deux ressorts de visites12.

52Les Chartae fournissent enfin des indications intéressantes dans trois autres domaines :

  • les rapports avec le monde extérieur (société laïque et autorités religieuses) ;
  • la liturgie ;
  • la discipline interne.

53Les rapports avec le monde extérieur sont, on le comprend, mieux perçus à travers d’autres sources, en particulier les cartulaires et les chartriers, dont un grand nombre a été conservé pour les diverses maisons, et dans une moindre mesure à travers les sources pontificales, notamment les lettres communes des papes. Les Chartae du chapitre général n’en livrent pas moins d’utiles données, à travers les mentions d’offices funéraires, sur le cercle des amis de l’ordre, ce groupe des familiers qui gravitent autour de chacune des maisons et qui se sont montrés des bienfaiteurs des chartreux, par exemple en fondant une nouvelle maison, en en finançant la construction ou les réparations, en se montrant généreux envers eux par des dons, par l’octroi de privilèges. Ces personnages, tant laïcs qu’ecclésiastiques, ont droit à la reconnaissance des moines, laquelle se manifeste essentiellement, comme on l’a vu, par des prières, dont l’importance est soigneusement hiérarchisée en fonction de celle des bienfaits accordés.

  • 13 Princeps i reis, promotors de l’orde cartoixà, (dir. C. Bauçà de Mirabo Gralla), Palma, 2003.

54Les plus grands de ce monde ont été des bienfaiteurs des chartreux. Les souverains, les princes, les ducs et les comtes comme les petits seigneurs, ont eu à cœur d’exprimer leur admiration pour un ordre resté pur et austère au milieu des turpitudes du siècle, gardien des valeurs fondamentales du christianisme, symbole d’un idéal de vie religieuse pour beaucoup inaccessible et intercesseur privilégié auprès de Dieu. Il en va de même des papes, des cardinaux et des évêques, voire des responsables d’autres ordres religieux. Les obituaires sont à cet égard sans équivoque. On sait que c’est à la fascination que les chartreux ont exercée sur les élites de leur temps qu’on doit la construction de maisons splendides, aux bâtiments somptueux, décorés par les plus grands artistes, déployant des richesses architecturales et ornementales en contradiction totale avec l’esprit de simplicité et d’austérité caractérisant le propos cartusien, mais des richesses que les chartreux ne voyaient même pas puis qu’ils passaient le plus clair de leur temps dans leur cellule. Évoquons Champmol, fondée par le duc de Bourgogne Philippe le Hardi ; Pavie, fondée par le duc de Milan Jean Galéas Visconti ; El Paular fondée par Jean Ier de Castille ; Valdemosa fondée par le roi de Majorque Martin Ier, et bien d’autres : Vauvert, Bourgfontaine, Naples, Villeneuve-lès-Avignon, Florence. Les exemples pourraient être multipliés à l’envie de ces fondations royales, princières ou pontificales révélatrices d’un engouement sans solution de continuité à travers les siècles13. À une époque où les autres ordres monastiques connaissent un déclin irrémédiable, où les ordres mendiants triomphent auprès des laïcs, les chartreux maintiennent haut et brillant le flambeau de la tradition monastique la plus ancienne, celle de l’érémitisme.

55Sur la liturgie, on rappellera simplement l’attachement que tous les moines sans exception, quel que soit leur ordre, éprouvent à l’égard de la célébration normalisée des offices religieux. La liturgie cartusienne offre des spécificités sur lesquelles il n’y a pas lieu de s’étendre. Mais les Chartae témoignent bien, sur ce point également, de la minutie avec laquelle l’ordonnancement des prières et des célébrations doit être réalisé.

56Enfin, une telle documentation est éminemment révélatrice du souci du chapitre général de maintenir la fidélité à l’esprit primitif de la Chartreuse en sanctionnant toute dérive et en rappelant constamment le nécessaire respect des Coutumes et des Statuts. Les dispositions d’ordre disciplinaire, même en cette période troublée du schisme, ne sont pas nombreuses et ce petit nombre est déjà en soi un indice intéressant : très peu de cas répréhensibles sont à relever. Mais ceux qui le sont ne bénéficient d’aucune indulgence. Aucun relâchement, aucune transgression, ne sauraient être tolérés. Les sanctions prises sont diverses, mais toujours proportionnées à la faute : être le dernier dans les processions, manger par terre au réfectoire, abstinences ou jeûnes plus ou moins prolongés. Si c’est plus grave, transfert dans une autre maison. La sanction la plus terrible est l’exclusion de l’ordre. Plusieurs cas de transfert sont mentionnés dans la Charta de 1413.

  • 14 Quoniam multa scandala per scripturas monialium ordinis nostri audivimus olim pervenisse, prohibemu (...)
  • 15 Soror Marie Remere monialis dictae domus [Bertaudi] quae est in causa totius divisionis sit novicia (...)

57Très régulièrement, pratiquement dans toutes les réunions du chapitre général au XVe siècle, des sanctions sont prises contre les moniales. Les chartreux, comme du reste beaucoup d’ordres masculins, n’ont accepté qu’avec réticence l’existence d’une branche féminine. On les sent agacés par les soucis que leur causent les religieuses, notamment par le désir d’indépendance de certaines communautés dont les prieures semblent être dotées d’un fort caractère et se rendent insupportables par leurs récriminations. On en vient à leur interdire de se plaindre par écrit, comme c’est le cas des moniales de Salettes qui ont provoqué des scandales en envoyant des lettres à tort et à travers14. A Bertaud, une sœur a causé des dissensions au sein de la communauté. On la condamne à suivre le même régime que les novices, pendant trois mois, et à manger par terre au réfectoire15. Aux difficultés que leur valent ces filles rebelles et indociles, la réponse des chartreux sera simple : la fermeture progressive des maisons féminines. Sans doute y aura-t-il toujours quelques monastères de femmes, jusqu’à aujourd’hui du reste, mais elles ne constitueront jamais qu’une petite minorité au sein d’un ordre essentiellement masculin.

58On ne peut qu’insister pour conclure sur l’apport précieux qu’offre l’ensemble documentaire que constituent les Chartae. Sans doute s’agit-t-il de textes réglementaires, de prescriptions plus enclines à réprimer les abus qu’à distribuer des louanges en faveur de ceux qui se sont illustrés par un comportement exemplaire. De ceux-là, on ne parle pas. Mais il n’y a pas dans ces textes que le rappel à l’ordre et la définition de la norme. Une analyse précise et cumulée des Chartae annuelles apprend aussi beaucoup sur une multitude d’aspects de la vie des chartreux et, parmi ceux-ci, sur le rôle du chapitre général lui-même. C’est grâce à l’action persévérante, jamais interrompue, du chapitre général que l’ordre des chartreux a mérité ce compliment, devenu traditionnel à son sujet : Cartusia nunquam reformata quia nunquam deformata. La lecture des Chartae nous permet d’apporter un correctif à cet adage, en inversant quelque peu les termes : Cartusia nunquam deformata quia semper reformata.

Notes

1 F. CYGLER, Das Generalkapitel im hohen Mittelalter. Cisterzienser, Prämonstratenser, Kartaüser und Cluniazenser, Vita regularis, Ordnungen und Deutungen religiosen Lebens im Mittelalter, vol. 12.

2 J. PICARD (éd.), Saint Antelme de Chignin. Vie par son chapelain, Belley, 1978.

3 F.-A. LEFEBVRE, Saint Bruno et l’ordre des chartreux, I, Paris, 1883, p. 277 et suiv.

4 Analecta cartusiana 100, Universität Salzburg, à partir de 1982.

5 J. HOGG (éd.), Ms. Grande Chartreuse 1. Cart. 15 ; Cartae capituli generalis 1411-1436, vol. 1 : 1411, 1412, 1413, 1414, 1416, 1417, Analecta cartusiana, 100 : 7, Salzburg, 1985, p. 34-47.

6 S. EXCOFFON, « En marge du Grand Schisme : prieurs et chapitres généraux des chartreux (1378-1422) », dans Crises et temps de rupture en Chartreuse, XIVe-XVe siècles, Actes du colloque de la chartreuse de Gandier, (15-18 septembre 1994), Analecta cartusiana, Nouvelle série, 1994, p. 21-35.

7 J. HOGG (éd.), Ms. Grande Chartreuse 1, op. cit., p. 38-39.

8 Ibidem, p. 39-47.

9 Ibidem, p. 47.

10 Par exemple : domnus Robertus Givors monachus dictae domus [Bonipassus] vadat ad domum Valonis hospitandum ad ordinis voluntatem (ibidem, p. 40) ; dominus Bernardus Gilberti monachus dictae domus [Lupatoriae] vadat ad domum de Castris hospitandum ad ordinis voluntatem (ibidem, p. 41).

11 Par exemple : Priori domus Montis Sancti Petri fit misericordia, cui pro consolatione sua concedimus ut ad domum Capri se valeat transferre (ibidem, p. 46).

12 Ordinamus quod amodo in exercitio ordinarie visitationis provincie Acquitanie et Provincie sint deinceps separate, providentes de equali portione quod domus Vallis Benedictionis et Vallis Bone provincie Provincie sint annexe (The Chartae of the carthusian general chapter, Paris, Bibliothèque nationale, ms latin 10887, Part I, 1438-46 (ff1-144), éd. avec introduction et notes par M. SARGENT et J. HOGG, Analecta cartusiana, 100 : 3, 1984, p. 41).

13 Princeps i reis, promotors de l’orde cartoixà, (dir. C. Bauçà de Mirabo Gralla), Palma, 2003.

14 Quoniam multa scandala per scripturas monialium ordinis nostri audivimus olim pervenisse, prohibemus omnibus et singulis monialibus praefati ordinis nostri et cuilibet earumdem, ne amodo cuicumque viventi per se vel per alium scribant (ibidem, p. 40).

15 Soror Marie Remere monialis dictae domus [Bertaudi] quae est in causa totius divisionis sit novicia per tres menses et in refectorio comedat ad terram (ibidem, p. 40).

Auteur

Université Paul-Valéry, Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540