Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le médiéviste devant ses sources

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Ordre du monde et temps du salut

Le registre du greffier de l’Inquisition à Carcassonne ou quelques jours d’activité intense (12-17 mars 1250)

Jacques Paul

Texte intégral

  • 1 Cf. pour la pratique inquisitoriale classique, Bernardus GUIDONIS, Practica inquisitionis heretice (...)

1Pour régler un litige entre des personnes, pour sceller un accord entre des parties, la parole peut suffire. Il paraît cependant utile, sinon souhaitable, d’avoir recours à un écrit pour donner une forme définitive à la solution arrêtée. Dans les procès, pour affronter le temps, pour surmonter les défaillances de la mémoire, pour déjouer la mauvaise foi et pour garder une preuve il paraît raisonnable d’établir un texte et de le conserver. Dans les affaires d’hérésie qui se traitent devant les tribunaux de l’Inquisition on pourrait s’en tenir à la sentence, puisque seule importe en fin de compte la décision. En fait, divers écrits accompagnent chaque étape de l’action de cette juridiction. L’Inquisition cite des prévenus, recueille des témoignages, entend des dépositions, rédige des actes, tient des registres et au bout du compte conserve tout ce qu’elle estime utile de garder pour une raison ou pour une autre. Les manuels à usage de ces juges donnent des modèles de formulaires et exposent les règles d’une pratique sans faille, nécessaire à l’aboutissement des poursuites engagées1.

  • 2 Par exemple dans les sentences de Pierre Cellan en 1241-1242. Cf. J. DUVERNOY, L’Inquisition en Qu (...)

2L’écrit demeure et fait foi. Il est indispensable à certaines étapes d’une procédure. Des considérations pratiques évidentes et surtout des obligations juridiques fortes incitent les inquisiteurs à avoir recours à des notaires pour en assurer la rédaction. Ils assistent à l’interrogatoire des prévenus et font un résumé des principaux points. L’intervention de ces spécialistes de l’écrit donne à la déposition un caractère authentique qui en fait une pièce décisive. Les aveux recueillis sont déterminants. Les faits retenus sont très tôt brièvement évoqués dans la sentence qui impose des pénitences ou des peines2.

  • 3 Cf. lettre du cardinal de Saint-Nicolas in Carcere, C. DOUAIS, Documents pour servir à l’histoire (...)

3Or, au terme du procès, certains textes sont préservés de la destruction. On ne discute pas de l’utilité de conserver les sentences. Elles permettent de s’assurer que les condamnations ont bien été exécutées et les engagements tenus. À plus long terme, en cas de recours auprès de la papauté, si les écrits sont précis et complets, ils permettent de justifier la décision des juges. Ces comptes rendus d’audience livrent également le nom des personnes compromises avec les hérétiques, ce qui facilite les enquêtes. Par contre, les témoins à charge doivent être préservés de toute vengeance. Bref, conserver toutes les pièces d’un procès pose probablement un problème de droit3. L’Inquisition s’est néanmoins dotée d’archives. Elles témoignent de son activité et permettent bien évidemment de la restituer, en partie au moins.

4Il faut se garder de considérer ces textes comme autant de récits. Ils ne relèvent pas de ce genre littéraire. Ils retiennent rarement les développements trop circonstanciés d’un prévenu loquace. Les inquisiteurs cherchent simplement à établir des faits qui constituent une présomption de culpabilité. C’est bien assez pour ce qu’ils ont à faire. Ces écrits ne comportent pas non plus de débats doctrinaux, car ce n’est pas le lieu. En réponse à une question, un accusé se borne le plus souvent à dire que les hérétiques tiennent de bonnes doctrines et qu’elles assurent le salut. Les inquisiteurs d’ailleurs n’en demandent pas plus, car cet aveu est suffisant. À ce niveau, celui des aveux en justice, les différents textes enregistrent simplement ce qu’il est nécessaire de savoir pour un procès. C’est le premier aspect de ces textes et le plus évident.

5Or, les inquisiteurs cherchent à faire revenir les prévenus de leurs erreurs et à provoquer des aveux, signe d’un repentir et gage d’une abjuration. Dans ce cas, au terme de l’action judiciaire, ils peuvent donner une absolution, accompagnée de pénitences plus ou moins lourdes. Dès lors, il ne suffit pas d’établir la culpabilité, ce que quelques faits certains prouvent suffisamment, il faut obtenir une confession. Elle porte, elle aussi, sur des actes et des faits, non sur de simples propos. Elle doit être complète, conformément à la discipline de l’Église. Les inquisiteurs n’interrogent pas seulement pour en savoir plus long, mais aussi pour remplir leur mission de réconciliation des hérétiques. Ce deuxième aspect de l’action explique que les textes s’attardent sur des faits mineurs et relèvent le parjure né de la multiplication des mensonges après serment. Qu’il s’agisse de punir ou d’infliger une pénitence, l’Inquisition s’intéresse d’abord aux gestes significatifs.

6Un procès devant l’Inquisition comporte les écrits indispensables. Chaque pièce a son rôle et sa signification, car rien n’est couché sur le papier ou le parchemin sans raison. Sauf lacune de la documentation si, au jugement de l’historien, certaines étapes de la procédure n’apparaissent pas ou si certains actes paraissent faire défaut, il faut d’abord se demander s’ils avaient une réelle nécessité dans le cadre juridique cohérent qui préside à leur rédaction. Les dépositions sont enregistrées et les sentences conservées, car il s’agit de pièces capitales qui justifient la décision et fixent des obligations. Un non-lieu ne fait l’objet d’aucun écrit, car il est sans suite, sauf lettre de sauvegarde éventuelle donnée par l’inquisiteur. On connaît de multiples sentences, mais pas de texte reconnaissant l’innocence d’une personne dénoncée, car aucun acte n’est dressé. Une documentation qui suit la pratique ne retient que ce qui était utile au but poursuivi. Dès lors, en dehors de ce que les registres jugent opportun de retenir, les faits échappent à toute connaissance. De ce point de vue la connaissance des hérétiques est toujours sporadique. Aussi, l’utilisation de cette documentation par l’historien doit-elle se faire en tenant compte de toutes ces particularités.

7Les registres des inquisiteurs peuvent se répartir en trois catégories correspondant à des aspects distincts de l’activité du tribunal.

8On peut identifier d’abord un rôle ou un minutier qui enregistre dans un ordre approximativement chronologique les différents faits survenus concernant des prévenus ou des condamnés : engagement à comparaître, promesse de caution, commutation de peine, élargissement provisoire de la prison, règlement d’une amende. Il s’agit de faits divers et variés, annexes à la procédure, mais étrangers au contenu de la déposition.

9Les interrogatoires avec leurs aveux, pièces essentielles, sont habituellement consignés sur un registre à part. Sa mise au point matérielle est plus ou moins poussée, car il s’agit de passer de propos tenus sous forme orale à un texte et de la langue vulgaire au latin. On devine plus qu’on ne suit cette transformation. Les comptes rendus d’interrogatoires ont d’abord la forme de minutes, échos des séances d’un même jour consacrées à divers prévenus. À l’étape suivante de l’élaboration, les déclarations faites à des dates différentes par la même personne sont regroupées et forment une suite. L’activité quotidienne du tribunal est alors moins apparente que la série de dossiers constitués contre chacun des accusés. Une mise au propre définitive peut éventuellement achever le travail.

10Les sentences sont consignées dans un livre à part qu’elles soient prononcées pour un individu ou pour plusieurs en même temps. Elles sont plus ou moins développées. Les peines et pénitences sont indiquées, ainsi que les faits retenus contre les condamnés.

11L’identification de ces trois types de registre repose sur des manuscrits existants. Il ne faut pas pour autant entretenir trop d’espoir. Même s’ils ont été réellement tenus dans tous les cas, ce qui n’est pas prouvé et qui paraît peu probable, ils ne sont pas conservés. Les recoupements possibles sont très rares. Le plus souvent l’étude ne peut s’appuyer que sur un seul de ces documents. C’est une des raisons qui engage à regarder avec la plus grande attention le registre du greffier de l’Inquisition de Carcassonne.

Le registre du greffe de l’Inquisition de Carcassonne

  • 4 Ch. MOLINIER, L’Inquisition dans le Midi de la France, Toulouse, 1880. La troisième partie de cet (...)
  • 5 C. DOUAIS, Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition, 2 vol. , Paris, 1900, t. 2, p. 115 (...)

12Le manuscrit 160 de la bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand a été décrit par Charles Molinier dans sa thèse sur L’Inquisition dans le Midi de la France4. C’est un volume de 185 x 133 mm, sur papier, comportant 75 folios. L’écriture est une cursive de greffe assez négligée où l’on identifie facilement plusieurs mains. Tout indique que le registre a été repris à maintes occasions et complété. Des blancs avaient été ménagés pour recevoir des adjonctions. Des actes y sont transcrits et, lorsque l’espace n’est pas suffisant, ils se poursuivent quelques folios plus loin. Charles Molinier le considérait comme un original, ce qui signifie qu’il le tenait pour l’œuvre des notaires ou des greffiers de l’Inquisition de Carcassonne et non pour une mise au propre faite par un scribe. L’évidence est telle qu’il n’y a aucune raison de mettre en doute ces affirmations. Ce texte a été également analysé avec pertinence par Célestin Douais et édité intégralement par ses soins5.

13Ce manuscrit est tout à fait exceptionnel. Il comporte deux parties matériellement bien distinctes : la première de 44 folios, la seconde de 26. Les cahiers ont été renversés et ne se lisent pas dans le même sens. Ils n’ont pas, l’un et l’autre, la même fonction, car ils correspondent chacun à un registre de type différent.

  • 6 C. DOUAIS, n° CXLIV et CXLV, p. 186-187.

14La première partie est un rôle ou un minutier où les actes notariés consignent des dates d’audience, fixent des cautions, accordent des élargissements conditionnels de prison, enjoignent aux condamnés d’accomplir leurs pénitences et accueillent des engagements de toute sorte. Il y a là les faits et événements qui font le quotidien d’un tribunal. L’ordre est, en gros, chronologique avec de petites irrégularités. Certaines s’expliquent facilement. Ainsi, au milieu d’actes concernant mai – juin 1252, il y en a un de mars 1255. Il est à cette place parce qu’il complète une promesse assez proche faite, près de trois ans auparavant, par la même personne6. Le rapprochement de ces deux textes n’est pas sans raison. Ces inversions ne se réduisent pas à la simple utilisation des espaces libres par un notaire en quête de place. Elles peuvent avoir un sens, ce qui complique éventuellement la lecture.

  • 7 Ibid., n° LIII et sq. p. 145 et sq.
  • 8 Ibid., n° CL et n° CLI, p. 189-193.
  • 9 Cf. également C. DOUAIS, n° CLVI, p. 195.

15Avec le temps l’objet du recueil s’élargit quelque peu, sans perdre pour autant son aspect de rôle. Ainsi, l’évêque de Carcassonne, sur commission pontificale, cite Raymond de Niort et fait transcrire les dépositions des témoins7. Dans cette affaire il n’y a aucun aveu, mais une simple déclaration de ce personnage qui se met hors de portée de la justice épiscopale. D’autres prévenus qui entendent se défendre nomment leurs ennemis et produisent des témoins à ce sujet. C’est évidemment un préalable, car les inquisiteurs ne posent alors aucune question sur des liens éventuels avec l’hérésie. On rencontre aussi, mais très rarement, de véritables confessions, comme celle d’Arnaud de Saissac8. Cette déposition est le cas le plus net d’un texte qui ne paraît pas à sa place, mais elle n’est pas la seule9. Il faut donc convenir qu’il y a dans l’insertion des diverses pièces dans ce rôle quelques incertitudes qui tiennent au long usage de ce registre et à la difficulté à s’en tenir à des règles strictes.

16Les actes de cette première partie vont de mars 1250 à février 1258. Rien ne permet d’assurer que l’action de l’évêque de Carcassonne contre les hérétiques a commencé à cette date, ni que les juges exerçant sur mandat de son successeur ont cessé toute poursuite en 1258. Il y a là simplement le début et la fin du document. On relève toutefois que le recto du folio 1 est resté en blanc et que le texte commence au verso, en haut. De même, pendant toutes ces années, l’activité n’est pas régulière, ni globalement ni dans le détail.

17Les années 1250, avec 50 actes, 1251 avec 59 et 1252 avec 54, paraissent connaître un rythme d’activité soutenu. Elle décline de 1253 à 1258 où l’on relève successivement : 33, 17, 15, 23, 2 et 15 actes. Les raisons de ce fléchissement n’apparaissent pas dans le document. Guillaume Arnaud, évêque de Carcassonne n’y est pour rien, semble-t-il. Il préside souvent les séances du tribunal surtout au début, puis, dès septembre 1251, il délègue de plus en plus souvent ses pouvoirs aux prêtres de son diocèse qui exercent les fonctions de juges. Il meurt en 1255 et son successeur ne porte pas la même attention à l’activité du tribunal. Toutefois la baisse du nombre des actes ne concorde avec aucune de ces dates.

  • 10 C. DOUAIS, n° CCXI, p. 218.

18Dans le courant de l’année l’irrégularité domine également. Il y a par exemple 9 actes en mars 1250 : 3 le 17, 2 le 22, 2 le 24, 2 le 26. Sur le mois, ces écritures occupent 4 jours seulement et pas entièrement, car deux ou trois actes courts ne demandent pas la journée. Les interventions suivantes du notaire se font le 16 avril, puis le 14 mai. En juin, il y a 1 acte le 7, 1 le 13, 1 le 17 et 2 le 20. On pourrait poursuivre. Il y a des mois vides et de brusques remontées de l’activité. Ainsi, il y a 16 actes en décembre 1250. En 1251, l’essentiel du travail est fait dans les quatre derniers mois de l’année. L’activité est intermittente et la tenue de ce registre laisse largement le temps de se livrer à d’autres occupations. C’est sans surprise que l’on retrouve le même personnel de notaires et de greffiers pour consigner les aveux dans la seconde partie du manuscrit. Un rythme aussi irrégulier élimine toutes les explications générales. Le greffe fait les actes lorsqu’ils sont nécessaires, en les regroupant éventuellement. Un exemple suffit pour confirmer cette opinion. Le 18 novembre 1254, les inquisiteurs libèrent de prison une femme qui doit faire ses couches. Elle s’engage à revenir un mois après la naissance de son enfant10. Diverses personnes se portent caution pour elle. Ces divers engagements expliquent l’établissement d’un acte notarié. Le choix du moment relève de la nécessité.

19La deuxième partie du manuscrit contient le résumé des dépositions faites par les prévenus devant l’évêque, les inquisiteurs et les témoins, en présence du notaire ou du clerc chargé des écritures. Ces derniers rédigent en latin un texte contenant l’essentiel des aveux. Il peut avoir quelques lignes ou quelques pages, selon les personnes. Or, le classement de ces différentes pièces dans le registre répond à plusieurs critères contradictoires utilisés en même temps. Il y a d’une part l’ordre chronologique des audiences qui subsiste comme trame générale du registre. Il réapparaît après chaque introduction d’actes postérieurs. D’autre part, les notaires et greffiers ont classé l’une après l’autre les diverses dépositions d’une même personne. Elles se suivent dans le manuscrit, même lorsqu’elles ont été faites à des dates différentes qui sont parfois fort éloignées. Cette disposition où s’esquisse la constitution d’un dossier, facilite l’utilisation du texte. Elle s’impose dès qu’il y a deux interrogatoires. Un troisième critère de classement apparaît également. Les notaires rapprochent les dépositions de gens venant d’un même village ou d’une même région, quitte à faire une légère entorse à l’ordre chronologique. Ainsi les dépositions des habitants de Leuc le 14 et le 15 mars se suivent. On retrouve plus loin d’autres confessions du 14. La mise au point d’un tel registre demande une dextérité exceptionnelle. Le notaire utilise des blancs pour faire des ajouts qui dans certains cas surviennent plusieurs années après. L’ordre est approximatif, car le texte a été repris chaque fois qu’il le fallait. Il ne laisse pas apparaître le travail antérieur à l’écriture. On ne sait rien ni de la traduction ni du résumé. En dépit de son aspect général qui évoque la minute notariale, on ne peut exclure une première rédaction sur une feuille volante. Compte tenu de cette volonté évidente de mettre à la suite les dépositions d’une même personne et ce qui concerne les mêmes villages, les inversions chronologiques ne semblent pas avoir de signification.

20Les diverses pièces du registre d’aveux de l’Inquisition de Carcassonne vont de 1250 à 1267. Ces dates sont à vrai dire trompeuses, car elles ne donnent pas une idée exacte du travail du tribunal. Les premières dépositions datent du 12 mars 1250 et elles se poursuivent jusqu’au 17 de ce même mois. 31 personnes sont interrogées pendant ces quelques jours et certaines deux fois. Ensuite, il n’y a plus d’audience jusqu’au 8 avril où trois autres prévenus sont interrogés. De novembre 1250 à août 1255, cinq suspects supplémentaires viennent s’ajouter. Toutes les autres dépositions, y compris celle de 1259 et de 1267, sont des compléments à des dossiers ouverts précédemment.

  • 11 C. DOUAIS, n° VIII, p. 119, n° IX, p. 120, n° XI, p. 121.

21Il faut constater un déséquilibre évident, car il n’y a aucune proportion entre les 31 personnes interrogées en 5 jours et les huit autres dont les dépositions s’étalent sur 5 ans. On ne peut pas tenir pour cohérente une telle structure. L’explication de cette anomalie est possible, si l’on prend en compte trois indications figurant dans le rôle de la première partie du manuscrit. Deux actes notariés avec constitution de cautions, le 22 mars 1250, prévoient la comparution de trois femmes, devant l’évêque de Carcassonne, à une audience fixée au 9 avril. De même, dans un engagement du 26 mars, trois habitants de Leuc, près de Carcassonne, s’obligent à présenter un coupable devant l’évêque, le 2 avril11. C’est dire que des sessions du tribunal sont prévues, après la fête de Pâques, célébrée cette année le 27 mars. Or, à ces deux dates, il n’y a rien dans le registre d’aveux. Les interrogatoires n’ont pas été reportés, car il n’y a rien par la suite sur ces personnes. Faut-il penser qu’ils ont été supprimés ? On pourrait l’admettre pour une personne. C’est peu probable pour quatre, à deux dates différentes. Une conclusion beaucoup plus simple s’impose : compte tenu de la manière dont le registre est composé, avec ces réserves en blanc pour recevoir les compléments, ces dépositions manquantes ont été consignées ailleurs, sur un autre fascicule. Dès le début avril au moins, le document est lacunaire. Par contre, il n’est pas déraisonnable de l’estimer cohérent du 12 au 17 mars 1250. Le samedi 12, l’évêque reçoit les déclarations de 3 personnes. Il n’y a pas d’audience le dimanche 13. Il y a 8 dépositions le lundi 14, 4 le mardi 15, 14 le mercredi 16, 3 le jeudi 17. On n’en relève aucune le vendredi 18. Du 12 au 17, il y a des activités tous les jours ouvrables, l’un après l’autre, ce qui est bon signe. Compte tenu du caractère chronologique de la trame fondamentale de ce registre, on peut espérer que cette séquence de quelques jours est complète ou presque. À elle seule, elle fait l’essentiel du registre, car quatre cinquièmes des personnes interrogées comparaissent alors devant les juges. Il est raisonnable de fonder des analyses sur ces quelques jours d’activité soutenue, quitte à en souligner les limites. Le reste qui est diffus et moins significatif sur le fonctionnement du tribunal peut apporter quelques éléments complémentaires.

22Certaines des personnes interrogées entre le 12 et le 17 mars apparaissent également dans le rôle du greffier de la première partie de ce manuscrit. Elles y figurent, à d’autres dates, dans les actes notariés fixant des cautions et enregistrant des promesses. Ces engagements sont évidemment liés aux dépositions faites et à l’opinion des juges sur la culpabilité des prévenus. Il y a, en allant d’une partie à l’autre du manuscrit, c’est-à-dire d’un type de registre à un autre, une possibilité réelle de suivre sur quelques jours le destin de quelques suspects et de quelques accusés. Ce faisant, on parvient à reconstituer pour quelques jours l’action de l’inquisition.

L’interrogatoire des habitants de Cornèze

23Du 12 au 17 mars 1250, Guillaume Arnaud, évêque de Carcassonne, s’intéresse principalement à un groupe de suspects, que des liens subtils et mal définis unissent et qui habitent des villages proches de la ville de Carcassonne, du côté sud : Cavanac, Coufoullens, Leuc, Preixan, Verzeille, Villefloure, ou proches de La Grasse : Montlaur, Rieux-en-Val, Taurize et Villetritouls. Il semble avoir mené une enquête systématique puisqu’il interroge le même jour, après les avoir citées, neuf personnes venues de Cornèze, qui n’est aujourd’hui qu’un hameau. Le résumé des interrogatoires, consigné dans le registre des aveux, permet de mettre en évidence quelques aspects de cette enquête.

  • 12 C. DOUAIS, n° VIII, p. 251.

24Guillaume de Cornèze qui habite Carcassonne est entendu le premier. Il a été cité par l’évêque, ce qui laisse supposer que des soupçons pèsent sur lui. Il jure de dire la vérité et déclare que depuis la venue du roi de France dans le pays il n’a vu ni cathare ni vaudois. Il a cessé tout contact suspect depuis plus de 30 ans. Le personnage a eu des sympathies mal définies pour la dissidence religieuse puisqu’il a abjuré l’hérésie, c’est-à-dire le catharisme et le valdéisme entre les mains d’un prêtre qui est, à présent, chapelain de l’église Saint-Michel du Bourg. Il ne dit rien de plus ni sur lui ni sur les autres12. Après lui, c’est le tour d’Arnaud Pagès de Cornèze. Il a été cité par l’évêque, il jure et affirme ne rien savoir du tout. Il n’est pas à l’abri de tout soupçon, puisqu’il est cité, mais n’a pas d’antécédent fâcheux, puisqu’il ne fait pas état d’une abjuration. Deux témoins assistent à sa déposition, G. Folquin que l’on rencontre assez souvent dans cette fonction et le seigneur d’Aigues-Vives. Ce dernier n’apparaît qu’à cette occasion et on ne sait pas exactement ce que signifie sa présence.

  • 13 C. DOUAIS, n° X à XIV, p. 252-257.

25L’évêque en apprend beaucoup plus en recevant les aveux de Na Faïs de Cornèze qu’il a citée à comparaître. Elle explique qu’un an et demi auparavant, en allant à Coufoullens, Pierre de Cornèze l’a conduite dans une maison où se trouvaient deux hérétiques. Là, elle les a adorés selon le rite habituel et leur a fait don d’une chemise. Elle fait état nominativement des personnes présentes. Son cas est celui d’une relapse, car elle a fait ces gestes significatifs, alors qu’elle avait déjà abjuré l’hérésie à Caunes. Le même jour, le 16 mars, après une interruption, Na Faïs complète sa confession, sans que l’on sache ce qui la pousse à faire ainsi. Elle a reçu les hérétiques qui ont mangé et bu chez elle et les a adorés à leur arrivée et à leur départ. Elle en dit un peu plus sur ceux qui les fréquentent et leur ont fait des dons. Elle reconnaît également avoir été hérétique pendant deux ans, ce qu’elle niait auparavant. L’Inquisition n’en a pas fini pour autant avec Na Faïs. Elle est amenée à faire encore d’autres aveux, en 1259, sur des activités suspectes13.

26La première confession de Na Faïs est précédée d’une rubrique : ista est intrusa. Elle est en prison. Cette mention, manifestement ajoutée, inscrit simplement sur son dossier la sentence définitive qui l’a frappée. Reste à savoir si elle a été détenue avant sa condamnation. Les dépositions de 1259 sont explicites sur ce sujet. En avril, le registre dit qu’elle est carceri adducta. Elle a été conduite à la prison, le fait semble alors récent, ce qui laisse penser qu’elle était libre auparavant. Interrogée à ce moment, elle prétend ne rien savoir. En septembre de la même année, présentée de nouveau aux inquisiteurs, le texte la dit detenta diu in carcere. Il y a tout lieu de croire que son incarcération dure depuis le mois d’avril. Elle parle alors longuement et à plusieurs reprises. Les faits qu’elle rapporte, pendant cet automne 1259, datent de deux ans environ, d’un moment où elle était libre, car postquam abjuravit heresim… fuit educta de muro. Son histoire s’éclaire facilement. Incarcérée une première fois en 1250, elle a abjuré ce qui lui a permis de quitter le mur, à une date impossible à préciser. Elle est ensuite retombée dans l’hérésie. Arrêtée de nouveau en 1259, elle a été condamnée définitivement à la prison. Il paraît assuré que l’évêque de Carcassonne l’a gardée quelque temps dans ses cachots, après sa confession du 16 mars 1250.

  • 14 C. DOUAIS, n° XXIII, p. 266-267.

27Le 16 mars 1250, Guillaume Sicre de Cornèze comparaît après citation et ne dit rien. Le même jour Pierre Étienne de Cornèze, cité et interrogé à de nombreuses reprises et avec beaucoup de diligence déclare ne rien savoir. Raymond de Cuxac qui habite Cornèze est plus loquace, car il a servi de guide à deux hérétiques qui quittaient le hameau. Après cette première confession, le même jour semble-t-il, il ajoute que Pierre de Cornèze, son beau-frère, l’a fait venir chez lui et qu’il y a adoré des parfaits qu’il nomme. Il affirme ne pas croire en eux puisqu’il ne les tient pas pour bonos homines. Raymond de Cuxac a lui aussi abjuré autrefois l’hérésie à Caunes, c’est donc un relaps. La rubrique initiale montre qu’il a été condamné à porter les croix. Les faits évoqués remontent à 3 ans et les parfaits qu’il nomme ne sont pas ceux qui apparaissent dans les aveux de Na Faïs. Ces informations sont suffisantes pour comprendre que les hérétiques ont leurs habitudes dans ces villages14.

28Le 16 mars toujours, l’évêque de Carcassonne cite Bernard Pagès de Cornèze qui déclare ne rien savoir. Il se ravise et revient pour dire que sa femme Raymonde a fait parvenir aux hérétiques une hémine de grains par l’intermédiaire de Raymond Fournier. En ce qui le concerne, il n’a pas apprécié le geste. Le tribunal était au courant par la déposition de Na Faïs. Guillaume Arnaud, serviteur du chapelain de Cornèze, cité, puis interrogé à plusieurs reprises et avec diligence, ne sait rien. Il en va exactement de même pour Raymond, fils de Pierre Pagès de Cornèze. Le même jour, l’évêque reçoit encore les dépositions de deux autres prévenus d’un autre village.

  • 15 C. DOUAIS, n° VII, p. 119.

29Les gens de Cornèze apparaissent également dans la première partie du manuscrit, dans le rôle où sont consignés surtout des engagements avec caution. Le 24 mars 1250 « Pierre Pagès, Raymond Pagès l’ancien, Bernard Pagès, Guillaume Sicre, Raymond de Cuxac et Raymond Pagès le jeune, de Cornèze, jurent de se tenir prêts à obéir aux mandements de l’évêque et d’accomplir toute pénitence qu’il leur imposera. Ils se sont obligés, de façon solidaire, sous peine de 100 livres toulousaines et l’un est tenu pour l’autre à accomplir ce qui est dit plus haut. Cet acte a été dressé en présence de monseigneur l’évêque de Carcassonne et de plusieurs autres personnes et de Bonmancip, notaire, qui l’a écrit15 ».

  • 16 Le sens de cette injonction ne fait aucun doute car dans de nombreux actes l’obligation de se prés (...)

30Ce texte se fait d’abord l’écho d’une séance spéciale du tribunal de l’évêque de Carcassonne. Entouré de plusieurs personnes qui sont autant de témoins non nommés, il reçoit les promesses des habitants de Cornèze. Ces derniers s’engagent à répondre à ses mandements ou à ses ordres, en fait à comparaître devant lui s’ils sont cités. Cette obligation de se présenter devant la justice est la contrepartie d’une mise en liberté provisoire, car il n’y a nul besoin de lever un pareil serment lorsqu’un prévenu est en prison16. Une caution apporte une garantie supplémentaire. Dans ce cas il ne s’agit pas d’un dépôt, mais du versement d’une lourde amende en cas de défaut. Le montant est fixé d’avance et les personnes responsables solidairement sont désignées. Ainsi, le problème d’une comparution devant la justice est réglé de façon classique. Les habitants de Cornèze promettent également d’accomplir les pénitences imposées. C’est dire qu’ils acceptent par avance le contenu de la sentence qui sera rendue à leur sujet. L’engagement n’est pas de la même nature que le précédent, car il ne porte pas sur le déroulement de la procédure, mais sur le fond de l’affaire. C’est se soumettre et pas simplement être présent à un procès. On ne voit pas cependant comment des prévenus pourraient se soustraire à ces exigences, puisque l’évêque est juge de la foi et l’appel fort aléatoire. Les gens de Cornèze acceptent, ils n’ont pas d’autre choix. Le notaire dresse un acte authentique qui donne un caractère contraignant à ces engagements, en particulier à la caution. La contrepartie, le maintien en liberté ou l’élargissement de prison, qui se déduit pourtant sans difficulté, n’est pas mentionnée. Le texte ne fait état que des obligations contractées par les habitants de Cornèze, car c’est sa raison d’être.

31Cet acte date du 24 mars. Il est postérieur aux confessions et aveux du 16 et il en est la conséquence. C’est comme la conclusion provisoire de cette longue audition des gens de Cornèze. Il reste à en fixer exactement la portée. Le notaire enregistre l’engagement solidaire de 6 personnes, 4 d’entre elles ont déjà été entendues par l’évêque : Guillaume Sicre, Raymond de Cuxac, Bernard Pagès et Raymond Pagès, 2 apparaissent pour la première fois à cette occasion : Raymond Pagès l’Ancien et Pierre Pagès qui est le père de l’un des prévenus. L’obligation de se présenter devant le tribunal après citation est étendue à ces derniers. Ils s’engagent aussi à faire les pénitences. C’est dire qu’ils ne sont pas exempts de tout soupçon et que l’évêque se réserve de les entendre. Or, Raymond de Cuxac est le seul des prévenus à avoir fait des aveux montrant une certaine culpabilité. Les autres ont nié, même si Bernard Pagès a reconnu que sa femme avait fait un don aux hérétiques. L’évêque de Carcassonne, à tort ou à raison, les traite comme Raymond de Cuxac, c’est dire qu’il n’a pas été convaincu par leurs dénégations. Il n’est pas persuadé non plus de l’innocence des membres de la famille Pagès qui se portent caution.

32De leur audition le 16, jusqu’au 24 mars, jour où ils prennent ces engagements devant l’évêque, les 4 prévenus sont vraisemblablement restés en prison. Ils sont libérés contre la promesse d’accomplir une pénitence qui, dans le pire des cas, ne dépasse pas le port des croix, comme le montre la sentence concernant Raymond de Cuxac. Leur cas n’est pas jugé très grave. Il en va tout autrement pour Na Faïs qui est plus compromise avec l’hérésie. Entendue le 16, elle reste en prison, comme on peut le déduire de ses dépositions de 1259.

  • 17 …pro eo et mandato ejus, C. DOUAIS, n° XXVI, p. 129.

33Le 16 mars 1250, l’évêque de Carcassonne a également entenduGuillaume de Cornèze, Arnaud Pagès, Pierre Étienne de Cornèze et Guillaume Arnaud. Il n’est pas question d’eux, le 24 mars, dans le rôle du greffier. Pierre Etienne y apparaît plus tard dans un acte notarié du 1er septembre 1250. C’est un engagement classique à comparaître et à accomplir les pénitences imposées par l’évêque. Ceux qui se portent caution et qui viennent jurer agissent « pour lui et sur son mandat17 ». Une telle mention est rare et signifie que ces personnes sont bien les mandataires du prévenu. On peut en déduire que Pierre Etienne est en liberté et vraisemblablement depuis le 16 mars, puisqu’il n’est pas question de lui dans l’intervalle. L’évêque le convoque à nouveau parce qu’il dispose probablement de nouveaux éléments contre lui.

34Parmi les fidéjusseurs qui se portent caution pour Pierre Etienne, il y a Guillaume de Cornèze, interrogé également le 16 mars. Qu’il se présente ainsi devant le tribunal permet d’assurer qu’il est en liberté au début septembre et qu’il l’a vraisemblablement toujours été. C’est d’ailleurs assez normal. On ne peut le tenir pour coupable à la manière de Na Faïs et il ne mérite pas la prison. Il n’a pas été l’objet d’une mise en liberté sous condition, le 24 mars, comme les autres habitants de Cornèze. Bref, il faut conclure qu’il a convaincu l’évêque de son innocence et qu’il est reparti libre purement et simplement après sa déposition. Comme il n’a eu à prendre aucun engagement, il n’apparaît pas dans le rôle du greffier. Il en va de même pour Arnaud Pagès et pour Guillaume Arnaud. Des 9 personnes de Cornèze citées devant l’évêque le 16 mars, une est en prison pour une durée indéterminée, 4 sont libérées quelques jours après sous caution, 4 jouissent d’un non-lieu. Une est citée de nouveau en septembre.

Les hérétiques de Leuc

  • 18 …Si volebat intrare ordinem hereticorum, C. DOUAIS, n° 1, p. 245.
  • 19 C. DOUAIS, n° 1, p. 246. Le texte est manifestement corrompu, mais le sens ne fait pas de doute.

35Le 14 mars 1250, Guillaume Arnaud, évêque de Carcassonne, reçoit la déposition de Guillaume Cabanne. Sa confession ne permet pas de savoir s’il a été convoqué ou s’il est venu spontanément. Cette dernière hypothèse est la plus probable car les autres habitants de ce village sont venus d’eux-mêmes. Il raconte que Raymond Gilles, de Leuc comme lui, l’a fait venir dans sa maison pour voir Bernard Gilles, son frère. Ce dernier lui a proposé de rejoindre l’hérésie, d’entrer dans « l’ordre des hérétiques » comme dit le texte18. La formule peut se comprendre comme une invitation à devenir parfait, ce qui suppose une adhésion ferme et entière à l’hérésie. Une telle proposition compromet largement celui à qui elle a été faite. Guillaume Cabanne a répondu qu’il valait mieux que lui-même et tous ses concitoyens soient pendus. La conversation remonte à l’époque où Simon de Montfort était en difficulté, c’est-à-dire à plus de 30 ans. Guillaume Cabanne fait état de la liberté dont jouissaient alors les cathares comme les vaudois puisque certains ont prêché dans la chapelle du château. Il donne le nom de quelques personnes compromises. Il explique enfin qu’il a abjuré l’hérésie à Caunes et que depuis, il n’est jamais plus retombé dans l’erreur19.

36Après lui, Guillaume de Liquerac, de Leuc également, dépose à son tour. Le registre dit explicitement qu’il n’a pas été cité. Il met en cause Raymond Gilles qui l’a invité à venir chez lui où se trouvaient deux hérétiques. Le témoin explique qu’il est parti aussitôt qu’il les a vus et ne leur a pas parlé. Il nomme les présents et dit que les faits remontent à 4 ans et demi. Il a également abjuré l’hérésie à Caunes devant les inquisiteurs.

37Le même jour, Guillaume Boyer, de Leuc, comparaît devant l’évêque. Il n’a pas été cité non plus. Il explique lui aussi que Raymond Gilles l’a fait venir chez lui parce que des hommes qui étaient des parents de sa femme voulaient lui parler. C’était deux hérétiques. Les faits remontent à 4 ans et demi, ce qui confirme la déposition précédente. Le témoin a abjuré l’hérésie à Caunes.

  • 20 Toutes ces dépositions se suivent, cf. C. DOUAIS, n° II, III, IV, V, VI, p. 246-251.

38Le lendemain, l’audition des habitants de Leuc se poursuit avec Jordane Morel qui n’a pas été convoquée non plus. Elle affirme n’avoir vu ni cathare ni vaudois depuis plus de 30 ans. Elle s’est confessée aux frères inquisiteurs à Caunes, elle a reçu une pénitence et elle a abjuré l’hérésie. Sa déposition est vide puisqu’elle ne parle de rien ni de personne. On ne voit pas ce qu’elle est venue dire au tribunal, sinon clamer sa propre innocence. Qu’elle ait éprouvé le besoin d’agir ainsi trahit une situation délicate qui est à l’origine de toutes ces dépositions spontanées. Une autre femme de Leuc qui n’a pas été citée non plus lui succède. Lombarde met en cause Raymond Gilles et sa femme Vergilie par un récit presque identique aux précédents. Les faits remontent à 17 ans. Elle a, elle aussi, abjuré l’hérésie à Caunes. Alazaydis vient enfin témoigner et dans les mêmes conditions. Elle explique qu’elle a accompagné sa maîtresse, dame Esclarmonde de Leuc, dans la maison de Raymond Gilles et qu’elles y ont vu deux hérétiques. Cette rencontre date de plus de 16 ans. Ce sont les mêmes personnes que dans la déposition précédente. En 1254, elle complète sa confession en avouant que tous les présents ont adoré les hérétiques. Elle a abjuré devant frère Ferrier, à Limoux20.

39Alasaïs de Bax, de Verzeille qui se présente devant l’évêque de Carcassonne le 17 mars complète cet ensemble de témoignages. Une de ses parentes l’a fait venir à Leuc et dans la maison de Raymond Gilles elle a vu deux hérétiques et les a adorés. Elle nie toute autre compromission avec eux. Les faits datent de 4 ans et demi.

40Ces dépositions convergentes laissent une pénible impression de dénonciation en bonne et due forme. Raymond Gilles et sa femme Vergilie sont certainement compromis avec l’hérésie puisque leur maison a abrité des hérétiques à plusieurs reprises et à des années d’intervalle. Ceux qui l’ont fréquentée peuvent être suspects. Or, tous ceux qui viennent devant le tribunal, sans y avoir été convoqués, ont des antécédents. Ils ont tous abjurés. Ils cherchent vraisemblablement à éviter pour eux-mêmes les conséquences d’une nouvelle accusation d’hérésie. Il ne semble pas qu’ils aient profité d’un temps de grâce pour parler. Ils prennent simplement les devants et dénoncent. Dans ce contexte la déclaration de Jordane Morel qui n’a rien vu ni rien fait, témoigne d’un peu de panique. Il reste qu’après une telle mise en cause, l’évêque doit procéder contre Raymond Gilles et Vergilie.

  • 21 … ut compareat coram eodem domino episcopo, die sabbati post Pasquetam, C. DOUAIS, n° IX, p. 119.
  • 22 … Si ipsum reddere non possemus, reddemus vobis pignora valentia L libras Malgorensium. C. DOUAIS, (...)

41Il le fait et il y en a la preuve dans le rôle du greffier. Le 22 mars, un habitant de Leuc, Bernard Pascal se porte caution pour Vergilie. Sous peine de payer 200 sous de Melgueil, il promet de la faire comparaître devant l’évêque le samedi qui suit le dimanche de Quasimodo, soit le 9 avril21. Un acte notarié enregistre cet engagement. En contrepartie Vergilie est libre et le reste jusqu’à son audition. Le rôle de Bernard Pascal dans cette affaire peut s’interpréter de façons opposées. Parent ou proche de Vergilie et de son mari, il peut se porter caution pour lui éviter une incarcération immédiate. C’est un acte amical et compromettant pour lui. En sens inverse, on peut aussi voir en lui un simple habitant de Leuc, peu favorable aux prévenus, sollicité ou contraint par l’évêque à agir de la sorte. Les moyens pour faire comparaître Vergilie sont à sa discrétion. Dans cette hypothèse, celui qui se porte caution livre le coupable et participe à cette chasse à l’hérétique commencée avec les dénonciations. Il n’est pas difficile de montrer que dans ce cas la dernière hypothèse est la bonne. Il y a dans le rôle du greffier de l’inquisition un acte notarié concernant Raymond Gilles. Le 26 mars, Guillaume Cabanne, Bernard Pascal et Pierre Amiel, tous de Leuc, comme le souligne le texte, s’engagent solidairement à faire comparaître Raymond Gilles, le samedi suivant, soit le 2 avril. « Si nous ne pouvons le rendre, nous vous payerons une amende d’un montant de 50 livres de Melgueil », assurent-ils22. Le propos est en lui-même assez clair. La présence de Guillaume Cabanne dans ce groupe d’habitants de Leuc suffit à faire comprendre que cette caution n’est pas amicale.

42Toutes les cautions ne se ressemblent pas. Ceux qui agissent au nom dePierre Étienne de Cornèze lui sont vraisemblablement dévoués. Ce n’est pas un geste amical de se porter caution et de livrer Raymond Gilles. Or, il s’agit d’habitants de Leuc. Il y a comme une solidarité judiciaire collective de la communauté devant l’Inquisition et certains de ses membres ont à accomplir une assez basse besogne sous peine d’amende. Ils n’ont probablement pas la possibilité de se dérober ou de refuser. Si obligation il y a, on comprend que l’évêque de Carcassonne trouve en quelques jours les personnes nécessaires. Pour la même raison, ceux qui se portent caution dans ces conditions sont déchargés de tout soupçon de sympathie pour l’hérésie.

Les hérétiques de Cavanac et d’ailleurs

43Le 14 mars 1250, Raymond de Villandriz de Cavanac se présente à Guillaume Arnaud, évêque de Carcassonne, sans avoir été cité. Il fait une longue confession qu’il poursuit d’ailleurs le lendemain. En dépit de réticences et de demi-aveux, il finit par en dire beaucoup. Ses déclarations sont très compromettantes pour lui qui a déjà abjuré l’hérésie à Caunes, car il a fait depuis quelques gestes caractéristiques : il a adoré les hérétiques et les a aidés à quitter le village en leur servant de guide. Il ressort de ses récits que des parfaits cathares sont venus à Cavanac à de nombreuses reprises et parfois en nombre, durant les années précédentes. Raymond de Villandriz qui les a fréquentés donne les noms des personnes chez qui ils ont été hébergés. C’est ainsi qu’il met en cause Sicre de Cavanac, sa mère Alazaydis, sa sœur Belason, un cousin Guillaume de Prixenel, bref, toute une famille. Il dénonce également des gens du village voisin de Couffoulens. Ses révélations sont suffisamment précises pour justifier une enquête.

  • 23 C. DOUAIS, n° XXIX, p. 271, note 4.

44Le livre des aveux enregistre, en date du 17 mars, une déposition de Saisie de Cavanac, une sœur d’Alazaydis, dont le nom n’a pas été prononcé par Raymond de Villandriz. À vrai dire, elle est déjà connue de l’inquisition, car une rubrique, à cet endroit du texte, renvoie à un autre livre contenant une première confession23. L’histoire de Saisie est complexe. Elle s’est présentée d’elle-même devant l’official de l’évêché de Carcassonne, à Couffoulens et, après avoir juré de dire la vérité, elle l’a entièrement dissimulée. Peu après, elle a été conduite à Carcassonne et incarcérée quelque temps. Elle est alors passée aux aveux. Elle a reconnu qu’elle avait adoré des parfaits dans la maison d’Alazaydis, sa sœur, mais affirme ne pas croire au salut cathare. Comme bien autres, elle avait déjà abjuré l’hérésie. À cette occasion, elle s’est parjurée, car elle a menti sciemment. Elle est condamnée à porter les croix, comme l’indique la notice. Sa pénitence est comparable à celle des autres coupables qui en ont fait autant.

45Dans cette affaire, semblable à beaucoup d’autres, tout l’intérêt tient à la chronologie. Ce qui est écrit dans le registre, en date du 17 mars, c’est la confession que Saisie fait ce jour là devant l’évêque. Ses déclarations devant l’official, à Couffoulens, sont antérieures. Saisie a été arrêtée peu après et gardée quelque temps en prison. Ces faits sont rappelés sans autre précision, en préalable à sa déposition. Les indications chronologiques sont bien vagues et posent un problème évident. Est-ce que l’enquête sur l’hérésie à Cavanac a commencé avant que Raymond de Villandriz ne vienne se confesser, le 14 mars ? Dans l’affirmative, sa démarche spontanée prendrait le sens d’une dénonciation en bonne et due forme, pour obtenir la clémence des juges. On ne sait rien de lui par la suite.

46La confession de Sicre de Cavanac, neveu de Saisie, commence le 15 mars. Questionné sur les faits d’hérésie, on ne sait en quel lieu, ni par qui, il déclare ne rien savoir. C’est la simple mention, pour mémoire, d’une séance inutile. Dans le registre des aveux, immédiatement après ce rappel, son interrogatoire se poursuit le 17 mars. Les premières lignes du texte sont strictement identiques au début de la déposition de Saisie. Interrogé à Couffoulens par l’official, il a menti. Peu après, emprisonné à Carcassonne, il fait une longue confession devant l’évêque. Comme dans le cas précédent, il faut tenter de restituer la chronologie. Lors de son passage à Couffoulens, l’official de Carcassonne a entendu le même jour Saisie et Sicre. Les aveux de ce dernier, à Carcassonne, datent sans aucun doute du 17. L’interrogatoire infructueux du 15 a pu avoir lieu à Carcassonne devant l’évêque ou à Couffoulens devant l’official. Cette deuxième hypothèse qui ne laisse pas deux jours pour l’arrestation, le transfert, l’incarcération et les aveux paraît la moins probable. Une date antérieure au 15 expliquerait mieux la suite des faits qui est bien étrange.

47Sicre apparaît dans le rôle du greffier dans deux actes notariés du 17 mars, le jour même de ses aveux. Le premier traite exclusivement de son cas. Diverses personnes, au nombre de quatre, se portent caution pour lui, selon les modalités habituelles. Il doit se présenter devant l’évêque aux jours requis et faire les pénitences imposées. L’amende éventuelle est fixée à 30 livres de Melgueil. On ne relève rien d’anormal dans la rédaction. Or, pour les gens de Cornèze, il y avait un délai de quelques jours entre l’interrogatoire et la mise en liberté provisoire sous caution. On voit mal comment une telle décision pour Sicre de Cavanac serait la suite de la longue confession faite ce même jour, puisque ceux qui se portent garants doivent venir à Carcassonne, se présenter devant l’évêque et jurer. Il faut rédiger l’acte. Il paraît vraisemblable que cette procédure d’élargissement a été engagée avant ses aveux. C’est d’autant plus vraisemblable qu’ils paraissent aussi graves au moins que ceux de Na Faïs qui a été maintenue en prison.

48Dans le second acte, qui suit immédiatement le précédent dans le rôle du greffier, Sicre et Belason, sa sœur, jurent eux-mêmes et présentent leurs cautions qui sont quatre autres personnes. Les obligations ne sont pas précisées, mais elles sont évidemment les mêmes et la pénalité envisagée est identique. On en déduit d’abord que Belason est libre puisqu’elle s’engage elle-même à comparaître et fournit pour cette raison des garants. On ne sait rien d’elle par la suite. Sicre jure également, ce qui n’a rien d’impossible puisqu’il est à Carcassonne. Ces deux actes notariés successifs illustrent les deux aspects de cette procédure. Lorsque Sicre et sa sœur Belason font des serments et présentent eux-mêmes des cautions, il s’agit de personnes qu’ils ont choisies. Ce sont des garants amicaux, comme dans le cas de Pierre Etienne de Cornèze. Dans l’autre cas, les fidéjusseurs ont été vraisemblablement désignés par l’évêque. Il y a parmi eux, deux habitants de Cavanac et le beau-frère de Sicre.

49Lorsque Sicre de Cavanac jure, on est en droit de penser qu’il est libre ou qu’il va l’être sur-le-champ. L’acte notarié va dans ce sens. Or, le même jour, le même personnage fait une très longue confession devant l’évêque. Ce qu’il dit devrait inciter le tribunal à le garder en prison, comme Na Faïs. Cette incohérence surprend. On peut se demander si la procédure de liberté sous caution n’a pas été engagée avant cette très longue déposition. Ces actes notariés traduisent la pratique habituelle de l’évêque qui libère dans les quelques jours qui suivent ceux qui n’ont rien dit. La liberté de Sicre s’expliquerait alors par l’interrogatoire infructueux du 15 mars.

  • 24 C. DOUAIS, n° XXX, p. 271.
  • 25 C. DOUAIS, n° XXXII, p. 283.
  • 26 Guillaume Sicre qui apparaît dans C. DOUAIS, n° XXXI et XXXII est le même personnage que Sicre de (...)

50Le destin de Sicre est comparable à celui de Na Faïs et pire encore. En tête de sa déposition, la rubrique explique qu’il est en prison24. On ne sait à quel moment il a été condamné à la réclusion, au terme du procès de 1250 vraisemblablement. Dans une seconde confession, en 1259, alors qu’il a été de nouveau arrêté, il reconnaît qu’il a été élargi du mur, sa peine ayant été remplacée par le port des croix25. Il n’y a rien dans son dossier entre 1250 et 1259. Ses derniers aveux sont graves. On sait qu’il a été brûlé, car la mention combustus se lit entre les lignes26.

  • 27 C. DOUAIS, n° XXIX, p. 191.

51La mère de Sicre, Alazaydis, apparaît dans le rôle du greffier le 13 septembre 125027. On apprend à cette occasion qu’elle a été condamnée à la prison perpétuelle, pour crime d’hérésie, ce qui donne du crédit à une peine identique et à la même époque pour Sicre. En ce qui concerne Alazaydis, on ne sait pas à quelle date elle a été interrogée, puisqu’elle n’apparaît pas dans le livre des aveux. À la demande de l’abbé de Saint-Hilaire, elle reçoit de Guillaume Arnaud la permission de quitter la prison jusqu’à la Toussaint. Après quoi elle y retournera pour y accomplir sa pénitence.

  • 28 C. DOUAIS, n° XVI, p. 257.
  • 29 C. DOUAIS, n° XII, p. 121.

52L’évêque de Carcassonne interroge, dans les quelques jours qui vont du 12 au 17 mars 1250, diverses personnes habitant Montlaur, Rieux-en-Val, Rustiques, Villetritouls, Preixan et Taurize. Presque tous ces gens affirment ne rien savoir et ne pas avoir fréquenté les hérétiques depuis leur abjuration. C’est ce que fait, comme les autres, Guillaume Curt de Rieux-en-Val, le 14 mars28. Or, il est question de lui, dans le rôle du greffier, le 20 juin 125029. À cette date, deux habitants de son village sont ses cautions. Il doit, bien sûr, se présenter aux convocations de l’évêque. Bref, on peut en déduire qu’après un interrogatoire, dans les jours précédents, il a été remis en liberté. Rien n’est plus habituel. Il est bien évident qu’il n’a pas été détenu de mars à juin. Jouissant d’un non-lieu en mars, il a été de nouveau convoqué par Guillaume Arnaud en juin. Son cas est identique à celui de Pierre Etienne de Cornèze. Cette indication est suffisante pour suggérer que, faute d’actes portant caution, les autres prévenus entendus au mois de mars en même temps que lui ont été relâchés immédiatement.

  • 30 C. DOUAIS, n° XXXVI, p. 291.

53Le cas d’un suspect de Villefloure peut conforter cette opinion. B. Carcassès fait, le 16 mars, une confession très compromettante. Il en fait une autre le 6 mai 1252. Il est cité et comparaît encore le 7 mai 1253. À cette dernière occasion il avoue qu’il a aidé les hérétiques à quitter Villefloure et qu’il les a adorés, pour la saint Jean, le 24 juin, il y a bientôt 3 ans30. C’était donc 3 mois après sa première confession. Il était libre à cette date. Il n’est pas resté très longtemps en prison après sa première confession. En mai 1253, il explique qu’il a sciemment menti lors des précédentes abjurations, à Caunes, puis à Carcassonne. Cette dernière renvoie vraisemblablement à la confession de 1252, puisqu’il est libre avant son arrestation de mai 1253. La rubrique qui précède sa confession indique qu’il est en prison. L’incarcération définitive suit ses derniers aveux et sa condamnation. La remise en liberté paraît la pratique la plus commune. La prison définitive n’est prononcée que dans les cas graves et après récidive.

L’activité du tribunal de Carcassonne

54Guillaume Arnaud exerce lui-même les pouvoirs reconnus à tous les évêques. Il est juge en matière de foi et préside un tribunal dont la compétence se calque sur sa propre juridiction religieuse. Il s’entoure de prêtres de son diocèse. Il n’y a là rien qui soit en désaccord avec le droit. Cette activité judiciaire reprend et prolonge celle des inquisiteurs dominicains. Frère Ferrier a été très actif à Limoux et à Carcassonne, Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre sont intervenus souvent à Caunes entre 1235 et 1248. Ce remplacement de juges par d’autres a certainement une raison qui n’apparaît pas dans le registre. Des frères prêcheurs apparaissent de nouveau dans les derniers interrogatoires, sans explication.

55À s’en tenir aux indications brutes du registre, les audiences de ce tribunal se tiennent de façon très irrégulière selon les semaines, les mois et les années. On peut évoquer diverses raisons. D’abord, le nombre des suspects dans le diocèse de Carcassonne n’est pas tel qu’il puisse occuper des juges pendant des années et en permanence. De plus, le rythme des dénonciations est au moins aussi imprévisible que le résultat des enquêtes, ce qui provoque une alternance d’activité et de calme relatif. C’est normal et conforme à la vie. On peut enfin admettre que l’évêque et les juges qui ont d’autres missions et d’autres obligations ne consacrent pas tout leur temps à l’audition de prévenus suspects de sympathie pour l’hérésie. Ces diverses explications sont plausibles. Ainsi, l’absence d’interrogatoire du 21 au 26 mars 1250 peut être mis au compte des célébrations de la semaine sainte. Le greffe pendant cette période continue normalement son travail et enregistre 6 actes notariés de mises en liberté sous caution. À vrai dire la tâche ne paraît pas énorme et si l’évêque est réellement présent pour recevoir les serments faits à cette occasion, il a largement le temps de vaquer à ses autres occupations.

56Il faut ajouter à ces considérations que le livre des aveux est lacunaire, pour le moins dès les premiers jours d’avril 1250, comme il a été dit plus haut. Il faut en tenir compte si l’on veut se faire une idée fondée de l’action de l’inquisition de Carcassonne. Il faut pour la mesurer prendre appui sur les comptes rendus d’une semaine chargée, sans en conclure pour autant qu’il en aille ainsi toujours. Le caractère intermittent de l’exercice de cette justice paraissant très probable, on pourra éventuellement, non sans beaucoup de précautions, faire quelques suggestions sur le fonctionnement de ce tribunal.

  • 31 C. DOUAIS, n° XIX et XX, p. 259-266 ; n° XXX et XXXI, p. 272-277.

57Entre le 12 et le 17 mars 1250, Guillaume Arnaud entend 31 prévenus et les notaires consignent 33 dépositions. Ces interrogatoires ont été faits en 5 jours ouvrables. Faut-il tenir ces résumés pour un compte rendu complet de l’activité ou presque ? C’est évidemment à discuter. Il paraît certes difficile de faire beaucoup plus en si peu de temps. On peut cependant faire deux hypothèses sur des lacunes éventuelles. Le livre des aveux regroupe les dépositions en tenant compte des personnes et des dates. Les propos d’un prévenu interrogé une première fois et comparaissant de nouveau devant l’évêque entre le 12 et le 17 pourraient se trouver sur un autre registre à la suite d’une première confession. L’analyse de la pratique montre qu’un tel cas est improbable. L’évêque ne remet pas à quelques jours la suite d’une audition. Les deux dépositions les plus longues de cette semaine se suivent et s’enchaînent du jour au lendemain31. Il n’y a de nouveaux interrogatoires de prévenus que lorsqu’ils sont retournés à l’hérésie, ce qui demande des années plutôt que des mois. Or, Guillaume Arnaud est évêque de Carcassonne depuis 1248, ce qui laisse peu de marge. Une seconde hypothèse est possible. Quelques dépositions faites ces mêmes jours et inscrites sur un autre registre pourraient être perdues. L’indice en serait les quelques actes de liberté sous caution datant de ce milieu du mois de mars et concernant des personnes qui n’apparaissent pas dans le livre des aveux. On ne sait, à vrai dire, quand elles ont été entendues. Même si on retenait cette possibilité, il ne semble pas qu’il faille pour autant modifier les conclusions d’une analyse assez démonstrative par elle-même.

  • 32 Respondit super premissis se penitus nichil scire, cf. C. DOUAIS, n° 9, p. 252 et passim.
  • 33 Super premissis diligenter pluries requisitus, dixit… cf. C. DOUAIS, n° XXII, p. 266 et passim.

58Certains résumés sont très brefs. Ils retiennent la date et l’identité du prévenu. Ils disent s’il est cité ou non et qu’il a prêté serment sur les Evangiles. Vient alors le contenu de la déposition qui se résume en une formule stéréotypée : « il déclare ne rien savoir du tout sur ce qui a été évoqué32 ». Suit la mention de la présence de l’évêque, le nom des témoins et parfois celui du notaire. Il ne faut pas en conclure qu’une séance de ce genre est de pure forme. Les questions posées peuvent être nombreuses et les juges peuvent faire preuve d’insistance. Tel qui ne sait rien a été interrogé avec diligence et plusieurs fois33. Ils sont nombreux dans ce cas.

  • 34 Interrogatus super articulis universis et singulis qui ad crimina pertinent antedicta… C. DOUAIS, n (...)
  • 35 C. DOUAIS, n° XXXVII, p. 292-293.
  • 36 C. DOUAIS, n° XLV, p. 296.

59Les juges disposent d’une liste type de questions. On sait qu’elle a été fixée par des instructions générales. Un prévenu, même s’il prétend ne rien savoir, doit répondre sur « tous les articles qui ont trait au crime d’hérésie et sur chacun d’eux » en particulier34. Cette mention n’apparaît pas toutes les fois. Peut-on penser que l’évêque ne traite pas tous les prévenus de la même manière ? C’est peu probable. Il n’est pas difficile de reconstituer ce canevas à partir de certaines dépositions. Il paraît particulièrement développé lorsqu’il s’agit d’un condamné. Pons Albert de Couffoulens qui porte les croix, doit dire, le 16 mars 1250, s’il a adoré les parfaits, s’il a mangé avec eux, s’il leur a fait un don, s’il tient quelque chose d’eux, s’il a mangé du pain béni par eux, s’il a écouté leur prédication, s’il a passé un accord avec eux, s’il a engagé quelqu’un à les croire et à leur faire du bien. À une autre question, il est amené à répondre que les parfaits tiennent une bonne doctrine qui permet de se sauver. Il fixe très approximativement la date de ces rencontres et donne le nom des personnes35. Le schéma qui a dirigé cet interrogatoire se reconstitue facilement. Dans le cas de quelqu’un qui ne sait rien, la liste est plus simple et son caractère systématique est très révélateur. Le 11 novembre 1250, Bernard Textor le vieux, de Taurize dit « qu’il n’a pas vu d’hérétiques, qu’il ne les a pas adorés, qu’il ne leur à rien donné, qu’il ne leur a rien envoyé, qu’il ne leur a pas servi de guide, qu’il ne les a pas reçus chez lui, qu’il n’a pas écouté leur prédication, qu’il n’a eu aucune familiarité ni aucun contact avec eux36 ». Après quoi, il déclare encore qu’il ne sait rien sur les vaudois. Cette série de négations correspond à autant d’articles de la liste type. Même si tous les résumés n’en font pas état, les juges posent l’une après l’autre toutes ces questions. Peut-on évaluer pour autant la durée d’un interrogatoire, même du plus négatif ? Non, bien sûr. Mais ce n’est pas l’affaire de quelques minutes.

60Le samedi 12 mars, le tribunal interroge trois habitants de Taurize qu’il a cités à comparaître. Ils sont interrogés sur tous les articles ayant rapport au crime d’hérésie. Les juges n’apprennent rien du tout. Aucune notice ne fait état de la présence de Guillaume Arnaud, si bien qu’on ne sait pas si l’évêque de Carcassonne préside cette séance. Elle est manifestement assez brève. Il y a, ce jour là, manifestement possibilité d’autres auditions. Le lundi 14 mars, le tribunal reçoit huit dépositions. Trois personnes de Leuc qui n’ont pas été citées viennent dénoncer pour hérésie un habitant de ce village. Les récits sont copieux et circonstanciés. L’évêque est présent. Le même jour, le tribunal entend, après les avoir cités, quatre prévenus venus de Montlaur, de Rieux-en-Val, de Villetritouls et de Taurize, villages proches les uns des autres. Ils disent ne rien savoir et pour certains être restés étrangers à tout fait d’hérésie depuis leur abjuration à Caunes. Les juges écoutent enfin Raymond de Villandriz, de Cavanac qui commence un très long récit sur les activités hérétiques dans son village. Il poursuit sa confession le lendemain, indice probable qu’il n’a pas eu le temps de la faire en entier ce premier jour. Il y a tout lieu de penser que ces dépositions ont occupé entièrement une longue journée qui n’a pas été suffisante.

61Le 15 mars, il y a la suite de la longue confession de Raymond de Villandriz. Trois femmes de Leuc, non citées, viennent dénoncer à leur tour les agissements hérétiques du même suspect. L’une ne sait rien. Les deux autres font des déclarations précises, moins copieuses cependant que celles de la veille. Cette différence tient probablement au notaire qui a plus fortement résumé ce qui était déjà connu. Cette séance a pu prendre la journée, mais ce n’est pas certain.

62Le mercredi 16 mars, le tribunal interroge 14 personnes. Huit ne savent rien du tout. Une neuvième dit la même chose, puis se ravise et retourne avouer que sa femme a fait une aumône aux parfaits. Cinq prévenus font des confessions copieuses. La journée est bien remplie. Le jeudi 17, il n’y a que 3dépositions, mais l’une d’elle est très longue et très importante. Le résumé, alors qu’un folio est perdu, occupe plusieurs pages. Les deux autres comportent des aveux et ne peuvent pas être tenus pour de simples formalités. C’est aussi une journée de pleine activité.

63On peut admettre que 3 jours sur 5 ont été entièrement occupés par ces interrogatoires et le quatrième très probablement. C’est pour un évêque et pour les juges, les témoins et les notaires qui l’entourent un rythme impossible à soutenir sur une durée assez longue. Cette dernière remarque invite à rechercher les divers aménagements qui permettent au tribunal de fonctionner : présence effective de l’évêque ou non, alternance des différents officiers, remplacement des témoins.

64L’essentiel de ce que l’on sait sur l’inquisition de Carcassonne se concentre sur ces quelques jours qui montrent une activité intense. Après Pâques, les confessions sont sporadiques et ne permettent pas de poursuivre une pareille analyse. Il reste que l’on n’est pas complètement démuni de moyens pour essayer de comprendre le mode de fonctionnement du tribunal. Du 12 au 26 mars 1250, les deux parties du registre concordent. Les dépositions faites devant l’évêque, entre le 12 et le 17, trouvent un écho dans des actes notariés enregistrés entre le 17 et le 26 mars 1250. Au livre des aveux correspond le rôle du greffier. Le raisonnement inverse est irréfutable. Après les premiers jours d’avril, à chaque mise en liberté provisoire du rôle du greffier correspondent des interrogatoires perdus. Il y a ainsi la preuve d’une action soutenue du tribunal pendant des mois et des années.

65On a remarqué dès le début le caractère sporadique des actes du rôle du greffier. S’il travaille dans le même état d’esprit et avec les mêmes méthodes qu’au mois de mars 1250, il est possible de se faire une idée de son activité. Alors que 31 personnes viennent déposer devant l’évêque entre le 12 et le 17 mars, il y a 6 mises en liberté provisoire entre le 17 et le 26. Les autres personnes interrogées sont libres après leur audition et il y a certainement un maintien en prison. A chaque mise en liberté correspondent quatre ou cinq interrogatoires. Les délais entre l’audition et la décision paraissent assez courts. On peut dès lors tenir pour très probable que le tribunal de Carcassonne agit de manière sporadique, lorsqu’il en est besoin, et dans ce cas il déploie une activité très importante.

Notes

1 Cf. pour la pratique inquisitoriale classique, Bernardus GUIDONIS, Practica inquisitionis heretice pravitatis, éd. C. DOUAIS, Paris, 1886.

2 Par exemple dans les sentences de Pierre Cellan en 1241-1242. Cf. J. DUVERNOY, L’Inquisition en Quercy, Castelnaud la Chapelle, 2001.

3 Cf. lettre du cardinal de Saint-Nicolas in Carcere, C. DOUAIS, Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition, Paris, 1900, t. 1, p. XXIX.

4 Ch. MOLINIER, L’Inquisition dans le Midi de la France, Toulouse, 1880. La troisième partie de cet ouvrage est consacrée à ce manuscrit, p. 261-451.

5 C. DOUAIS, Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition, 2 vol. , Paris, 1900, t. 2, p. 115-301. Les références seront données comme suit : C. DOUAIS avec le n° de la pièce et la page.

6 C. DOUAIS, n° CXLIV et CXLV, p. 186-187.

7 Ibid., n° LIII et sq. p. 145 et sq.

8 Ibid., n° CL et n° CLI, p. 189-193.

9 Cf. également C. DOUAIS, n° CLVI, p. 195.

10 C. DOUAIS, n° CCXI, p. 218.

11 C. DOUAIS, n° VIII, p. 119, n° IX, p. 120, n° XI, p. 121.

12 C. DOUAIS, n° VIII, p. 251.

13 C. DOUAIS, n° X à XIV, p. 252-257.

14 C. DOUAIS, n° XXIII, p. 266-267.

15 C. DOUAIS, n° VII, p. 119.

16 Le sens de cette injonction ne fait aucun doute car dans de nombreux actes l’obligation de se présenter devant l’évêque est prévue explicitement.

17 …pro eo et mandato ejus, C. DOUAIS, n° XXVI, p. 129.

18 …Si volebat intrare ordinem hereticorum, C. DOUAIS, n° 1, p. 245.

19 C. DOUAIS, n° 1, p. 246. Le texte est manifestement corrompu, mais le sens ne fait pas de doute.

20 Toutes ces dépositions se suivent, cf. C. DOUAIS, n° II, III, IV, V, VI, p. 246-251.

21 … ut compareat coram eodem domino episcopo, die sabbati post Pasquetam, C. DOUAIS, n° IX, p. 119.

22 … Si ipsum reddere non possemus, reddemus vobis pignora valentia L libras Malgorensium. C. DOUAIS, n° XI, p. 121.

23 C. DOUAIS, n° XXIX, p. 271, note 4.

24 C. DOUAIS, n° XXX, p. 271.

25 C. DOUAIS, n° XXXII, p. 283.

26 Guillaume Sicre qui apparaît dans C. DOUAIS, n° XXXI et XXXII est le même personnage que Sicre de Cavanac, en dépit de ce qu’écrit C. DOUAIS, p. 275 note 1, car le nom de sa mère et celui de son cousin sont les mêmes. Les lieux fréquentés sont identiques. L’identification avec Sicre de Cornèze est impossible.

27 C. DOUAIS, n° XXIX, p. 191.

28 C. DOUAIS, n° XVI, p. 257.

29 C. DOUAIS, n° XII, p. 121.

30 C. DOUAIS, n° XXXVI, p. 291.

31 C. DOUAIS, n° XIX et XX, p. 259-266 ; n° XXX et XXXI, p. 272-277.

32 Respondit super premissis se penitus nichil scire, cf. C. DOUAIS, n° 9, p. 252 et passim.

33 Super premissis diligenter pluries requisitus, dixit… cf. C. DOUAIS, n° XXII, p. 266 et passim.

34 Interrogatus super articulis universis et singulis qui ad crimina pertinent antedicta… C. DOUAIS, n° XL, p. 294.

35 C. DOUAIS, n° XXXVII, p. 292-293.

36 C. DOUAIS, n° XLV, p. 296.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540