Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le médiéviste devant ses sources

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Ordre du monde et temps du salut

Geoffroy Babion, écolâtre d’Angers († 1158), l’exemple d’une collection de sermons

Jean-Hervé Foulon

Texte intégral

  • 1 N. BÉRIOU, « Les sermons », dans J. Berlioz et alii, Identifier sources et citations, Brepols, 1994 (...)
  • 2 N. BÉRIOU, « Les sermons latins après 1200 », dans dir. B.-M. KIENZLE, The sermon, Typologie des so (...)
  • 3 Le Ms. 198 d’Orléans, copié à Fleury-sur-Loire au XIIe siècle, comprend 41 sermons anonymes qui reg (...)

1Le sermon, qu’il ait été prononcé ou non, a été un genre littéraire particulièrement prisé au Moyen Âge. La masse des textes conservés dans les manuscrits provenant des fonds de bibliothèques européennes démontre la place de choix qu’ont occupée les œuvres oratoires dans le monde médiéval. Fréquemment, les textes de sermons sont réunis « sous forme de collections aisément repérables dans les manuscrits1 » : elles peuvent être soit attribuées à un auteur (saint Augustin, Césaire d’Arles, Léon le Grand…), soit liées à un thème particulier (un apôtre, la Vierge…) ; soit prendre la forme d’un commentaire d’un livre biblique (homélies de saint Grégoire sur Ezéchiel), ou bien encore être organisées autour du cycle liturgique, en l’englobant dans son entier, sous forme d’homéliaires. Mais, il faut distinguer les époques. Jusqu’au XIe siècle, le nombre des œuvres n’est pas démesuré et la plupart des auteurs sont connus et même édités. Les choses se compliquent à la fin du XIIe siècle et au XIIIe siècle2 à cause de l’augmentation du nombre de prédicateurs et de la quantité de sermons différents, souvent regroupés en florilèges anonymes3, qui apparurent alors. Dès le XIIIe siècle, les œuvres oratoires étaient devenues le genre littéraire le mieux représenté.

  • 4 La Patrologie Latine (désormais PL), au t. 171, attribue à l’évêque du Mans, Hildebert de Lavardin, (...)

2Ces recueils de sermons posent des problèmes complexes : repérage des sermons – certains textes sont tantôt développés, tantôt abrégés ; parfois la citation biblique manque, ce qui fait croire à un autre sermon – ; datation ; rapport ou non avec une prédication effective, et en premier lieu identification des auteurs et authenticité… Nombre d’homélies restent, en effet, inédites ou sont mal répertoriées, avec des attributions contestables, parfois même dans le manuscrit puisque le copiste a pu se tromper. Les textes correctement publiés demeurent donc minoritaires4. On tentera de donner un aperçu de cette complexité à travers un exemple, celui de Geoffroy Babion, écolâtre d’Angers à l’aube du XIIe siècle, puis archevêque de Bordeaux (1136-1158). La présente contribution propose un état provisoire de la recherche qui s’efforcera simplement de faire le point sur la question, en établissant quelques données clarifiées pour servir de base à de futurs travaux.

  • 5 J. LONGÈRE, Œuvres oratoires des maîtres parisiens au XIIe siècle : étude historique et doctrinale, (...)
  • 6 Voir J. LONGÈRE, La prédication médiévale, Paris, 1983 (désormais Prédication), p. 54-80 ; La parol (...)

3L’œuvre oratoire de maître Babion d’Angers a l’avantage de se situer précisément dans la première moitié du XIIe siècle, avant la démultiplication des sources et cette mutation dans l’Art de la Parole, décrite à Paris par N. Bériou. Ce prédicateur, renommé en son temps, n’appartient ni au milieu des maîtres parisiens, ni véritablement au milieu monastique dont les types de prédication ont été bien étudiés5. La collection qu’on lui restitue est pourtant l’une des plus complètes et des plus riches de cette époque ; elle bénéficia même d’un succès durable au XIIIe siècle. Elle offre l’intérêt d’émaner d’un homme qui connut un itinéraire peu commun depuis les milieux scolaires de l’ouest de la France, en passant par l’érémitisme, pour parvenir enfin à l’archiépiscopat de Bordeaux, poste lourd de responsabilités ecclésiales. Babion appartient donc à ce vaste mouvement grégorien pour qui la prédication est plus que jamais à l’ordre du jour au milieu du XIIe siècle6. Il est à la rencontre des grandes tendances de ce temps : essor de la vie intellectuelle issue des milieux scolaires ; aspirations spirituelles portées par le nouveau monachisme sur un fond patristique ancien ; enfin nécessités pastorales accrues que devait prendre en charge le milieu épiscopal. La collection de ses sermons paraît à la fois représenter l’effervescence religieuse de l’époque, reflèter ses diverses aspirations, mais aussi exprimer la permanence d’un vieux fond patristique homilétique.

4Après une rapide clarification des acquis historiographiques consacrés à Geoffroy Babion et à son œuvre littéraire, on tentera de reprendre l’enquête restée inachevée concernant la tradition manuscrite de ses sermons. Il a paru nécessaire de reposer la question de l’authenticité des attributions et de suivre l’élaboration progressive de cette collection selon des séries spécifiques. On s’efforcera aussi de déterminer quelles purent être les finalités qui ont présidé à la mise en œuvre de ce recueil jusqu’à sa fixation en un état « final » plus complet ; mais également de comprendre les raisons de son succès, avant de conclure enfin sur l’apport historique d’une telle source.

L’œuvre oratoire de Geoffroy Babion, état de la question

  • 7 J.-P. BONNES, « Un des plus grands prédicateurs du XIIe siècle, Geoffroy du Loroux dit Babion », Re (...)
  • 8 Dom A. BEAUGENDRE, Venerabilis Hildeberti opera omnia, Paris, 1708 ; éd. aggravée par BOURASSÉ et r (...)
  • 9 Histoire Littéraire de la France, par les Bénédictins de Saint-Maur, t. IX, Paris, 1770, p. 50-51 ; (...)

5On a pu dire de Babion qu’il fait partie de ces prédicateurs « plus célèbresque véritablement connus et étudiés ». Célèbre, il le fut dès le Moyen Âge pour avoir laissé une collection de sermons, commençant par les mots Dicite pusillanimes, très bien attestée par une ample tradition manuscrite s’étendant de la seconde moitié du XIIe siècle au XVe siècle7. Mais, à l’époque moderne, sa mémoire fut occultée par une double malchance : il fut confondu avec un célèbre faussaire de saint Augustin qui vécut au XIIIe siècle, sans doute en Belgique, et qui le pilla indûment ; enfin, à cause d’une méprise de Dom Beaugendre, son œuvre oratoire fut éditée au XVIIIe siècle sous le nom de son contemporain Hildebert de Lavardin, évêque du Mans puis archevêque de Tours († 1133)8. Pourtant, dès la fin du siècle, les Bénédictins de Saint-Maur, dans leur Histoire Littéraire, lui rendirent la paternité de sa collection, sur la foi d’un manuscrit de Jumièges. Ils rectifièrent aussi l’erreur de Pitseus qui, en 1619, avait voulu en faire un anglais. Sur la foi de plusieurs chartes angevines, ils furent à même de prouver que Babion avait été écolâtre d’Angers au début du XIIe siècle9.

  • 10 Sur les sermons de Geoffroy Babion, B. HAURÉAU, Notices et Extraits des manuscrits de la Bibliothèq (...)

6Toutefois, il fallut encore attendre un siècle avant que Geoffroy ne fût définitivement exhumé des archives de l’histoire. C’est essentiellement à Barthélémy Hauréau qu’en revint le mérite en 1886, dans ses Notices et extraits de la Bibliothèque Nationale, où il s’efforça de distinguer ses sermons de ceux, fort peu nombreux, d’Hildebert de Lavardin. Peu après, Dom Morin proposait de voir en Babion l’évêque Geoffroy de Bath (1123-35). En 1935, A. Wilmart acheva le travail commencé sur Hildebert et rectifia quelque peu les attributions d’Hauréau concernant Babion, dans une note de bas de page très brève de la Revue Bénédictine. Il proposait de recourir à la critique interne pour vérifier l’attribution d’une quinzaine de sermons qu’il jugeait plus discutables. Ce fut précisément ce qu’entreprit le franciscain W. Lampen qui, à cause de la seconde guerre mondiale, ne pouvait se déplacer et travailler sur les collections manuscrites10. Il se consacra donc à l’étude du style et de la doctrine de Babion à partir des sermons édités mais considérés comme authentiques d’après les séries présentes dans les manuscrits BNF Lat. 17251 et Vat. Lat. 7818 qui comportaient le nom de l’auteur. Rejetant l’identification proposée par Dom Morin, il fut amené à remettre en cause l’authenticité de certains sermons parce qu’ils émanaient visiblement d’un évêque et non d’un écolâtre. Il espérait que Dom Wilmart développerait sa note dans un article futur.

  • 11 BONNES, supra n. 7. Auteur en 1946 avec Dom J. LECLERCQ d’une biographie de Jean de Fécamp, un maît (...)
  • 12 J.-B. SCHNEYER, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, (...)
  • 13 H. CLAUDE, « Autour du schisme d’Anaclet, saint Bernard et Girard d’Angoulême », dans Mélanges sain (...)

7Ce fut finalement un laïc, proche des milieux bénédictins, J.-P. Bonnes qui reprit en détail le travail d’Hauréau dans un article de 1945 qui fait autorité depuis un demi-siècle11. Il établit en annexe une liste de 76 sermons considérés comme authentiques et dont il transcrivit les incipit. Dans son répertoire des sermons latins postérieurs à 1150, J.-B. Schneyer entreprit de compléter son travail en restituant à Babion une centaine de sermons sur la foi du manuscrit Reims 579, relevé par Bonnes, et en compilant tous les cas douteux présents dans d’autres manuscrits où figurait le nom de l’auteur. Les deux listes furent depuis couramment citées ensemble12. Les principaux travaux ultérieurs ne reprirent plus la question des attributions et des collections manuscrites. Dom J. Becquet et Dom G.-M. Oury entreprirent de compléter la vie de Babion dont on ignorait à peu près tout et confirmèrent l’identification proposée par Bonnes. Un autre mérite de celui-ci avait été, en effet, d’identifier avec précision Babion, en proposant de voir en lui l’archevêque de Bordeaux plus connu sous le nom de Geoffroy du Loroux (1136-1158). Dom Oury développa sa conception monastique, son rôle durant le schisme d’Anaclet et son œuvre réformatrice à Bordeaux en utilisant les « sermons authentiques ». Un dernier travail s’efforça, enfin, d’éclaircir la conception sacerdotale de l’ancien écolâtre d’Angers13.

8Du point de vue des données biographiques, l’identification proposée par J.-P. Bonnes paraît solide et ne semble pas devoir être remise en question. Les manuscrits fournissent, en effet, divers indices qui permettent de déterminer l’auteur de la collection avec une réelle certitude. Plusieurs d’entre eux apportent des renseignements précis sur le nom et surtout le surnom du prédicateur :

BNF Lat. 17251, sermones secundum magistrum Gaufridum Babionem ; Douai 499, exortationes Goiffredi Babionis andegavensis, vir catholicus ; BNF Lat. 14933, sermones magistri Gaufridi Babuni ; Rouen 616, omelie magistri Galfredi Babion ; BNF Lat. 8433, sermones secundum Gaufridum Babionem egregium doctorem ; Bruxelles Bibl. Royale 1877 (1979-85), Liber Babionis ; British Library, Add. Ms 19724, incipiunt sermones magistri Babionis.

  • 14 Cartulaire Noir de la cathédrale Saint-Maurice d’Angers, éd. C. URSEAU, Paris-Angers, 1908, C115, p (...)
  • 15 La numérotation des sermons employée dans cet article renvoie, par souci de clarté, uniquement à la (...)

9Si certaines mentions restent imprécises dans la mesure où il y eut plusieurs Babion, le manuscrit de Douai – exemplaire homogène ne comprenant que des sermons de ce prédicateur – permet de confirmer l’origine angevine du magister. Plusieurs chartes du chapitre cathédral d’Angers ou de l’abbaye de Saint-Aubin le signalent en effet comme témoin, dans les années 1103-06, sous un nom identique : Gaufrido Babione magistro scholarum ; Gosfridus Babio. L’origine de ce surnom fut explicitée par un commentaire abélardien du milieu du XIIe siècle : « Maître Babion, alors qu’il était bègue, savait cependant mieux enseigner en bégayant que bien d’autres aujourd’hui qui ont la langue mieux pendue14 » ! L’autre indice fourni par les séries manuscrites permet de prouver que Geoffroy ne demeura pas écolâtre toute sa vie. Plusieurs sermons, qu’on ne peut rejeter facilement comme apocryphes, émanent visiblement d’un évêque ; ce qui avait déjà étonné Hauréau. Ces allusions épiscopales se retrouvent tant dans les sermons du cycle liturgique que dans les séries ad status15. L’auteur de la collection, écolâtre à Angers au tout début du XIIe siècle, avait certainement fini par accéder à l’épiscopat. Toutefois, à la manière de son contemporain Pierre Lombard († 1160), son œuvre oratoire resta sous son surnom d’écolâtre. Ce choix contribua ainsi à compliquer grandement son identification avec l’archevêque de Bordeaux Geoffroy II, l’ami de Suger, de Pierre le Vénérable et de saint Bernard.

  • 16 BONNES, p. 191-98, Geoffroy était un prénom trop courant pour permettre une quelconque identificati (...)
  • 17 Dom G.-M. OURY, « Les sermons… », p. 285-86. Sur la datation de son début d’archiépiscopat, voir J. (...)
  • 18 S. 11, 46, 47, 56, 57, 61… Sur le S. 41 et une charte de 1138, cf. infra n. 67.

10J.-P. Bonnes eut, cependant, l’intelligence d’utiliser une remarque sarcastique d’Hauréau à propos d’un pamphlet anaclétiste, publié en 1883 par M. Wattenbach, où l’on parlait d’un certain Babion. Ce texte fait partie de compositions antiérémitiques assez courantes vers 1135 dans les milieux cathédraux (Payen Bolotin) et monastiques (Orderic Vital…)16. D’après cette satire, l’ancien écolâtre devenu ermite aurait été mêlé au schisme d’Anaclet et y aurait gagné un évêché ! Après avoir troqué son surnom de Babion pour celui, moins connoté, de son ermitage, c’est sous le nom de maître Geoffroy de Laureolo qu’il devint archevêque de Bordeaux en août 1136. La consultation des listes épiscopales permit à Dom Oury de prouver que le seul évêque prénommé Geoffroy, inconnu avant son accession, qui pouvait corroborer le témoignage des diverses sources, était bien Geoffroy du Loroux17. Les sermons de Babion contiennent d’ailleurs de multiples indices confirmant l’ancrage bordelais : la présence de nautae, l’importance du commerce des vins et de la vigne, la confirmation par une charte de l’abbaye Sainte-Croix de Bordeaux d’un voyage ad limina, mentionné dans le sermon 4118… L’identification paraît donc assurée.

  • 19 Pour tout ce qui suit et pour la mention précise des sources, on se reportera à la première partie (...)
  • 20 L’idée d’un passage par un monastère bénédictin fut avancée par Dom G.-M. OURY, « La vie contemplat (...)

11On peut résumer rapidement les grandes étapes de la vie de Babion susceptibles d’éclairer son œuvre oratoire19. Si les sources confirment que Geoffroy fut magister scholarum à Angers entre 1103 et 1106, rien ne permet de connaître son origine, ni de savoir s’il fut même angevin ? Passé 1106, on perd sa trace durant vingt ans et l’on en est réduit à des conjectures. Son passage par une communauté monastique traditionnelle, avant d’embrasser la vie anachorétique, reste du domaine de l’hypothèse. Hormis les sermons proprement angevins, ses sermons monastiques peuvent fort bien se rattacher à la période de ses fondations érémitiques, vers 1126-113620. On le retrouve en fait avec certitude, entouré de disciples, sous le nom de maître Geoffroy de Laureolo, comme fondateur de petites communautés religieuses d’origine érémitique dans l’île Saint-Pierre, située dans les lagunes de la Gironde, à Sablonceaux près de Saintes et à Fontaine-le-Comte près de Poitiers. La grande proximité qu’il conserva durant son archiépiscopat avec les monastères issus de Géraud de Sales ou de Robert d’Arbrissel (Fontevraud) laisse supposer qu’il peut avoir quitté l’Anjou dans le sillage de l’un de ces grands fondateurs ?

12Sa prise de position durant le schisme d’Anaclet en faveur du pape Innocent II, suite à l’intervention de Bernard de Clairvaux, lui valut d’être appelé à la charge prestigieuse d’archevêque de Bordeaux entre le 8 et le 29 août 1136. Quelques 80 actes éclairent alors avec précision sa politique en tant que métropolitain. Proche d’Innocent II et de Louis VII, Geoffroy du Loroux paraît favorable à l’intégration de l’Aquitaine dans des ensembles plus larges : la chrétienté d’une part, le royaume capétien de l’autre. Partisan romain convaincu, il fut un réformateur grégorien actif dans sa province, aux côtés du légat Geoffroy de Lèves, aussi bien du point de vue des libertés épiscopales et abbatiales qu’à propos du primat du Siège Apostolique. Il acheva d’ailleurs son existence comme légat pontifical de 1153 à 1158. Son exil entre 1140 et 1145, dû à la difficile réforme du chapitre cathédral de Bordeaux, fut l’occasion de nouer des liens plus étroits avec la royauté. Son appui et celui de la papauté permirent la victoire finale de l’archevêque et la régularisation du chapitre, après sept années de lutte acharnée et l’intervention finale de saint Bernard, en juillet 1145. Geoffroy s’avéra, peu après, l’un des plus fidèles soutiens de Suger durant la croisade royale et la révolte de Bordeaux en 1147-1149. Et, ce n’est sans doute pas de gaîté de cœur qu’il assista à la séparation de Louis VII et d’Aliénor en mars 1152 à Beaugency ; ses rapports avec Henri II Plantagenêt restèrent plus distants.

13Écolâtre, ermite, évêque puis légat, l’itinéraire de ce prélat grégorien paraît exemplaire. Ami de saint Bernard qui prit sa défense auprès du roi en 1140, à l’occasion de l’élection épiscopale disputée de Poitiers, Geoffroy favorisa l’implantation cistercienne : La Grâce-Dieu en 1136, Bonlieu en 1141. En 1137, il présidait, avec l’abbé de Cadouin, à la fondation de l’abbaye de la Faise qui revint finalement à l’ordre cistercien en 1147. Promoteur de la règle de saint Augustin, il prit sous sa protection les biens de l’ordre de Saint-Ruf dans son diocèse dès 1139, puis réussit à imposer cette règle à son chapitre cathédral récalcitrant. Soucieux de promouvoir l’idéal de pauvreté volontaire, il encouragea fortement les chanoines réguliers, en fondant un chapitre canonial à Pleine-Selve, après 1145, ou en favorisant jusqu’à sa mort les trois communautés qu’il avait créées : l’Isle de Médoc, Fontaine et Sablonceaux. Il ne retira d’ailleurs jamais son soutien aux fondations issues de l’érémitisme. On pourrait relever sa présence dans de nombreux actes en faveur des abbayes de l’Absie, du Nid-du-Merle en Anjou, de Fontevraud, d’Orbestier, de Fontdouce et de La Couronne.

  • 21 Gallia Christ., t. II, 814A ; PL 160, 484C.

14Les nécrologes de Fontevraud et de l’Église de Bordeaux mentionnent sa mort au 18 juillet 1158 ; il devait être alors octogénaire ! Robert de Torigny confirme la même date dans une épitaphe qui le décrit avec bonheur : moritur etiam Gaufridus archiepiscopus Burdegalensis, vir religiosus et verbi Dei seminator egregius21. On conserve, en effet, de nombreux sermonnaires qui témoignent de la réputation qu’avait acquise ce « semeur de la Parole de Dieu ». Mais, à la différence de sa vie aujourd’hui mieux connue, il n’en est pas de même de la tradition manuscrite de ses sermons qui demande à être revue en grande partie.

15De prime abord, la tradition manuscrite des sermones Gaufridi Babionis décourage par son ampleur ; pourtant, elle donne une bonne idée de la complexité de l’écheveau qu’il s’agit de dénouer. B. Hauréau s’était contenté de comparer cinq manuscrits de cette collection ; Dom Wilmart en identifia une trentaine d’exemplaires tandis que Bonnes inventoria environ 70 manuscrits. Le Repertorium de J.-B. Schneyer en collationne, quant à lui, quelques 200 exemplaires, répartis dans toute l’Europe, mais plus spécialement concentrés en France et en Angleterre ; ce qui se conçoit puisque Babion mourut comme archevêque de Bordeaux au moment où s’assemblait l’Empire Plantagenêt d’Henri II. Les manuscrits sont majoritairement datés des XIIe-XIIIe siècles, mais on trouve divers témoins des XIVe-XVe siècles, ce qui prouve la popularité de ces sermons, constamment pillés et recopiés.

  • 22 Nous n’indiquons ici que les manuscrits que nous avons effectivement vérifiés ou consultés, environ (...)
  • 23 Ils sont particulièrement abondants : BNF Lat. 712, 28512, 2653, 2702, 2950, 3454, 3549, 3570, 3572 (...)
  • 24 Ils sont assez nombreux : BNF Lat 585, 2839, 3832, 3804A, 3825 ; Maz. 1000, 1005 ; Evreux 38 ; Tour (...)

16Il faut, cependant, relativiser cet aspect quantitatif et distinguer divers types de manuscrits. Certains manuscrits comprennent une collection de sermons suivant un ordre précis, en grande partie restitué par J.-P. Bonnes ou dans un ordre proche. Quelques uns, assez rares, portent même le nom de Babion22. Mais, de multiples exemplaires ne comprennent qu’un faible nombre de sermons de Babion allant d’une homélie à de petites collections de moins d’une dizaine de sermons. Parfois, ces sermons ne forment même pas une suite cohérente et apparaissent dispersés dans une masse de sermons anonymes. L’ordre interne est souvent variable23. D’autres recueils, enfin, sont des florilèges anonymes d’œuvres oratoires comprenant une liste plus ou moins importante de sermons restituables à Babion (d’une quinzaine à une cinquantaine), mais dispersés de façon diverse par rapport à l’ordre final de la collection et surtout mélangés avec d’autres sermons également anonymes : d’Yves de Chartres, saint Bernard, Pierre le Mangeur, Maurice de Sully, etc24… L’ordre des séries et l’établissement des regroupements soit reflètent ceux du manuscrit, source que le copiste a reproduite, soit répondent à une finalité propre qu’il s’agit de discerner dans chaque cas particulier : recueil de modèles pour un prédicateur, obtention d’un cycle liturgique avec un temporal et un sanctoral au complet… Ces manuscrits témoignent de la réutilisation postérieure de la collection de Babion et de sa postérité. Mais, le fait de trouver un sermon anonyme entre deux sermons dont Babion serait l’auteur n’est pas significatif. On ne peut guère utiliser ces exemplaires pour vérifier l’authenticité des attributions.

  • 25 Repertorium, t. 2, p. 150-159 : il utilise principalement les Ms. Reims 579, BNF Lat 17251 et, pour (...)
  • 26 HAURÉAU en avait repéré six : BNF Lat. 8433, 14933, 14934, 17251, Auxerre 39, Douai 499. BONNES en (...)

17La collection de l’ancien écolâtre d’Angers pose, en effet, un problème d’attribution dans la mesure où le nombre de sermons qu’on lui restitue demeure incertain : Hauréau en dénombrait 67 ; Wilmart estimait qu’il y en avait, en fait, 53 inattaquables et 15 à vérifier ; Bonnes en comptait 76. Enfin, J.-B. Schneyer proposa une liste comportant une centaine de sermons dont il serait l’auteur25. Il paraît donc nécessaire de clarifier la situation en repartant des manuscrits où le nom de Babion apparaît de façon certaine26.

  • 27 BONNES, p. 181, n. 1. Nous tenons à remercier vivement les différents conservateurs qui nous ont ap (...)
  • 28 On pourrait presque croire à une erreur de transcription ou d’édition ? Mais, le Bordeaux 382 n’est (...)
  • 29 Cf. Lambeth Library, Catalogue of manuscripts, p. 539-540, n° 391 : Sermones Babionis.

18La vérification de la liste établie par J.-P. Bonnes a suscité diverses surprises, car plusieurs erreurs y sont repérables27. Si l’inventaire des manuscrits de la Bibliothèque de Reims porte bien comme titre : Gaufridi Babionis sermones (LXXXIII), celui-ci est une restitution du catalogue, grâce à l’étude d’Hauréau, mais il ne figure pas sur le manuscrit, en fait anonyme. C’est un témoin très interpolé des sermons de Babion qui suit un ordre totalement différent de celui de la collection dans les manuscrits fiables. Le Bordeaux 283 ne porte pas plus le nom de Babion. Ce sermonnaire est anonyme et ne comprend que très peu de sermons de ce prédicateur28. Quant au Lambeth Palace 391, il ne comporte pas de nom d’auteur, mais simplement, d’une main contemporaine, en haut du f°1 : liber Lanthonie iuxta Gloucestriam. Le titre de l’inventaire est déduit du catalogue de l’abbaye qui portait au n° 215 : Sermones Babionis, mediocris liber29. Enfin, dans le cas du Auxerre 39, seules des initiales peu lisibles sont discernables. Ce manuscrit indique, au premier folio, dans la marge supérieure : opus MGB. Ce sont effectivement des sermons de Babion, mais ces initiales pourraient prendre de multiples acceptions et désigner divers prénoms…

  • 30 G.-M. OUY, V. GERZ VON BUREN, Le catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Paris (...)
  • 31 Ce titre, qui introduit la seconde partie du sermonnaire 14933, est aujourd’hui coupé par la retail (...)
  • 32 B.-R. BRUX. 1979-85 (IRHT). Le catalogue de l’abbaye saint Adelbert d’Egmond, prope Alcmariam in ho (...)

19Une autre source de relativisation de la liste établie est la question des mains. B. Hauréau s’était contenté de noter les manuscrits portant un nom, sans forcément prendre en compte la datation des écritures. Or, il est nécessaire de vérifier si le nom et le texte du manuscrit sont d’une écriture contemporaine. Ainsi, le BNF Lat 14934 porte effectivement comme titre sermones Gaufridi Babuni dans la marge du haut et sermones Magistri Gaufridi Babuni sur la réglure de la première ligne. Mais ces écritures datent de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle. La seconde mention est contemporaine du catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Paris, entrepris par l’humaniste Claude de Grandrue en 151430. Le manuscrit, dont l’écriture et les lettrines datent de la fin du XIIe siècle, était donc resté anonyme jusqu’au XVe siècle. C’est lorsque l’on chercha à inventorier le fond de Saint-Victor que l’on tenta d’identifier l’auteur de la collection. Fort heureusement, la bibliothèque de Saint-Victor possédait un autre exemplaire des sermons de Babion, le Lat. 14933, qui portait effectivement comme titre, en haut du f° 97 : sermones magistri Gaufridi Babuni. L’écriture est, cette fois, bien contemporaine du manuscrit, seconde moitié du XIIe siècle, et antérieure à celle du Lat. 1493431. Il servit certainement à identifier la collection anonyme du Lat. 14934. On retrouverait un cas semblable pour le manuscrit de la Bibliothèque royale de Bruxelles dont l’écriture est du XIIIe siècle tandis que la mention liber Babionis date du XIVe siècle32.

  • 33 Cf. The Sermon, M. ZIER, p. 344. Malheureusement, il s’agit d’une copie qui présente des leçons sou (...)

20Enfin, parmi les manuscrits qui portent un nom dans une écriture contemporaine, deux exemplaires offrent une collection interpolée et notoirement augmentée des sermons de Babion. Le Br. Library Add. 19724 est un sermonnaire très complet d’une centaine de pièces, qui comprend une petite introduction sur l’art de prêcher, et qui a été mis sous son nom : incipiunt sermones magistri Babionis. Mais, il ne contient que 22 sermons de Babion en ordre dispersé ; le sanctoral et les séries ad status ont été notoirement augmentés. Le Rouen 616 (A 388) offre un exemple comparable : incipiunt omelie magistri Galfridi Babion. Ce gros recueil de 112 sermons a utilisé la collection de Babion comme point de départ et ossature, puis a complété, au moyen de sermons divers, le temporal (Avent à Pentecôte), le sanctoral et les sermons ad status (aux prêtres et au peuple notamment). Moins de 70 pièces sont restituables à Babion après comparaison avec les autres recueils. Il reste, en effet, quatre exemplaires offrant le nom et une collection complète et autonome de sermons de Geoffroy Babion : BNF Lat. 17251, 14933, 8433 et Douai 499. Ce dernier exemplaire est particulièrement précieux puisqu’il s’agit d’un manuscrit homogène qui comprend uniquement des sermons de ce prédicateur33.

21Ce bref tour d’horizon a le mérite de démontrer que la liste donnée par le Repertorium de J.-B. Schneyer n’est pas fiable et paraît même caduque, puisqu’il s’inspire en grande partie de deux manuscrits en fait anonymes (Reims 579 et BNF Lat. 14934). La question des attributions reste donc ouverte et demande à être reprise.

Les Sermones Magistri Babionis, une enquête inachevée

22Pour mieux comprendre la genèse de la collection et tenter de résoudre, tant que faire se peut, le problème des attributions, il est nécessaire, en premier lieu, de donner quelques précisions sur les manuscrits qui mentionnent son nom ou comprennent des séries ordonnées et développées de sermons de Babion : datation, provenance, environnement dans lequel se trouve la collection (manuscrits hétérogènes ou homogènes).

  • 34 B. HAURÉAU, « Notice sur le Ms Lat. 17251 », Notices et Extraits…, t. XXXI. 2 (1886), p. 128-40. Le (...)
  • 35 Ex-libris du XVe siècle, f° 127v°.
  • 36 Voir infra p. 81-82 les S. 5, 47. Deux tableaux comprenant la présence et l’ordre des sermons de Ba (...)

23Le BNF 17251 paraît être le manuscrit le plus ancien, vers le milieu du XIIe siècle, peut-être même contemporain de la vie de Babion ; il a été depuis longtemps repéré, puisqu’Hauréau s’en était servi pour rectifier certains passages obscurs de la Patrologie Latine34. C’est un manuscrit hétérogêne et composite qui contient des œuvres diverses copiées aux XIIe et XIIIe siècles, puis rassemblées en un même codex. Il appartenait, en 1667, au chanoine de Paris Claude Joly qui le fit recouvrir d’une reliure de parchemin souple. Auparavant, l’abbaye cistercienne de Meilleray (Loire Atlantique, fondée en 1142-45) possédait l’avant-dernière pièce du recueil35, sans que l’on puisse élargir cette provenance à l’ensemble du volume. La copie de la trentaine de sermons rubriqués de Babion pourrait cependant provenir de l’ouest de la France, voire de le Normandie. Le style des initiales peintes (lettrines zoomorphes typiquement romanes) suggère la première moitié du XIIe siècle, mais les particularités de l’écriture et la réglure à la mine de plomb feraient plutôt pencher pour le milieu-deuxième moitié du siècle. La copie présente de fréquents changements de main et l’écriture très abbréviée suit parfois mal la réglure, rappelant presque des notes ? Le titre rubriqué est contemporain de la copie : sermones secundum magistrum Gaufridum Babionem, et a été inscrit sur une ligne de texte grattée dont l’ancienne initiale paraît identique au titre actuel. Le rubricateur a pu vouloir remplacer le titre en noir par un titre en rouge, en même temps qu’il rehaussait les initiales dans une partie du texte. Cet exemplaire pourrait être une des premières versions de la collection. Il contient nombre de sermons parmi les plus anciens datables et des « archaïsmes » qui ne seront pas conservés dans l’état final de la collection36.

  • 37 On trouve ensuite, aux f° 146-171v°, des extraits de la Panormia d’Yves de Chartres, des lettres de (...)
  • 38 De même que les manuscrits anonymes Angers 304 et 247. Cf. B. HAURÉAU, Notices et extraits, t. XXXI (...)

24Parmi les manuscrits présentant des séries incomplètes, celui d’Auxerre (n° 39) date de la seconde moitié du XIIe siècle et porte comme titre, d’une écriture contemporaine, opus MGB. Ce manuscrit hétérogène, d’origine inconnue, rassemble majoritairement une collection de 55 sermons rubriqués aux f°1-14637. Les sermons du cycle liturgique présentent déjà un ordre définitif à la différence des sermons suivants. Le BNF Lat 8433 est, quant à lui, un recueil composite et hétérogène des XIII-XIVe siècles qui appartenait encore au XVe siècle à l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers38. La copie des 47 sermons rubriqués de Babion peut être datée de la première moitié du XIIIe siècle. L’extrémité des sept premières lignes a été laissée en blanc pour y inscrire en lettres rouges le titre : incipiunt sermones secundum Gaufridum Babionem egregium doctorem, suivi de la rubrique du premier sermon, De adventu Domini. Cette intitulation est homogène avec la copie du texte même. Elle est le fait du rubricateur qui, non seulement, a inscrit les rubriques, mais a relevé de rouge les initiales dans le corps du texte. Les 36 premiers sermons se trouvent dans l’ordre qui a été conservé en définitive.

  • 39 Abbaye d’Anchin (fondée en 1079). Minuscule gothique de 33 lignes sur une seule colonne ; lettrine (...)

25D’autres manuscrits présentent un état plus complet de la collection selon un ordre identique jusqu’au sermon 46. Provenant du milieu parisien, on trouve d’abord les deux manuscrits issus du fond des chanoines de Saint-Victor de Paris. Le BNF Lat. 14933, de la seconde moitié du XIIe siècle, est un sermonnaire, parfois rubriqué, sur une seule colonne. Il s’agit d’un manuscrit homogène dont les deux parties furent écrites en même temps : f° 1-96, sermons de Pierre le Mangeur, † 1178 ; puis, aux f° 97-169 v°, se trouve une collection assez complète de 53 sermons sous le titre contemporain : sermones magistri Gaufridi Babuni. Le Lat. 14934, quant à lui, est un manuscrit hétérogène de la fin du XIIe siècle, non rubriqué et anonyme à l’origine, qui regroupe des sermons de Pierre le Mangeur, f° 1-60 ; d’Hugues de Saint-Victor, † 1141, f° 61-139 ; de Geoffroy Babion (56), f° 140-177, enfin de Maurice de Sully, † 1196, f°177-201 ; les interpretationes hebraeorum nominum secundum magistrum Remigium clôturent le recueil aux f° 203-270. Le Douai 499 est un sermonnaire de 133 f°, en général rubriqué, daté de la seconde moitié du XIIe siècle (d’une date proche du Lat. 17251 selon B. Hauréau ?). Il comprend uniquement des sermons de Babion (54) avec comme titre contemporain : in hoc volumine continentur exortationes seu ammonitiones Goiffredi Babionis andegavensis, viri catholici, in sollempnitatibus Domini et sanctorum ejus. Il se pourrait que ce soit le recueil indiqué dans l’Histoire Littéraire comme se trouvant à Jumièges au XVIIIe siècle39 ? Des dépendances sont visibles entre certains manuscrits ; le Douai 499 et le Lat. 14934 suivent un modèle semblable (absence des S. 47-54).

  • 40 Le Rouen 616 (A 388), provenant de Jumièges, est un manuscrit homogène du XIIIe siècle comprenant d (...)

26Les manuscrits de la British Library et de Rouen restent des exemplaires des XIIe et XIIIe siècles moins fiables, même s’ils portent le nom de Babion, dans la mesure où ce sont des sermonnaires présentant une collection très interpolée de ses œuvres40.

  • 41 On laissera de côté les exemplaires ne contenant que la série du temps liturgique qui n’apportent p (...)

27En revanche, il paraît nécessaire de recourir aux manuscrits anonymes comprenant des collections conséquentes de sermons ordonnés selon des séquences identiques à celles existantes dans les exemplaires portant son nom41. Ils peuvent apporter des compléments instructifs sur l’état ou l’évolution de la collection. Plusieurs recueils, datant de la fin du XIIe siècle, présentent l’avantage de comprendre, en très grande majorité, des sermons de notre auteur. Le BNF Lat. 3810, manuscrit hétérogène provenant de la bibliothèque d’Henri II, renferme 47 sermons de Babion, après 5 folios de pièces versifiées appartenant à Hildebert de Lavardin. Le BNF Lat. 3830, de décoration chartraine, contient 62 sermons de Babion et s’achève sur des notes issues d’Anselme de Laon et une lettre apocryphe de Jérôme à Océan. On remarquera que le manuscrit composite Cambrai 590 propose, dans sa partie XIIe siècle, une collection plus complète de 68 sermons de Babion avec une fin identique.

  • 42 Le dernier sermon, de la même main, est le n° 60 de Babion avec un incipit modifié (Os 4,2 au lieu (...)
  • 43 Manuscrit anonyme des Carmes de Bruxelles ? Cf. J. LECLERCQ, « Un formulaire écrit dans l’ouest de (...)
  • 44 BNF Lat. 3833, abbaye du Breuil-Benoît, cf. Catalogue général des manuscrits latins, t. 7, Homéliai (...)

28Ces manuscrits anonymes offrent l’intérêt d’être assez représentatifs de l’évolution de la collection et de son état final. Celle-ci s’achève sur des extraits des Pères, ou bien est complétée par d’autres sermons ou d’autres œuvres. On y trouve parfois un ou plusieurs sermons anonymes que l’on ne rencontre pas dans la plupart des autres recueils. Ainsi, le Lambeth Palace 391, également du XIIe siècle, est un exemplaire hétérogène qui contient 62 sermons de Babion auxquels ont été ajoutés, à la suite du sermon n° 69, huit autres sermons ; puis, après un changement de main, divers extraits patristiques42. Le Bruxelles Bib. Royale 1979-85, daté du XIIIe siècle, comprend majoritairement 69 sermons de Babion (f° 1-127 v°), parfois rubriqués ; puis, les 6 lettres de Marbode de Rennes, la lettre de Rainaud l’ermite à Yves de Chartres, enfin, le formulaire de lettres adressé à Hilaire d’Orléans43. Parmi ces manuscrits hétérogènes, on pourrait aussi mentionner le BNF Lat. 3833, de la fin du XIIe siècle, comprenant 54 sermons de notre écolâtre, suivis d’un traité d’Hugues de Saint-Victor et d’extraits patristiques, et le Troyes 1628 (XIIe-XIIIe siècles), provenant de l’abbaye de Clairvaux, contenant 67 sermons de Babion dans un florilège de sermons anonymes et d’œuvres diverses44.

  • 45 Cf. M. ZIER, dans The Sermon, p. 333-34 ; N. BÉRIOU, L’avènement…, p. 22-23.
  • 46 On le voit apparaître à plusieurs reprises dans des privilèges royaux ou de passage à Paris : à Orl (...)
  • 47 R.-H. BAUTIER, « Les origines et les premiers développements de l’abbaye Saint-Victor de Paris », d (...)
  • 48 J. LONGÈRE, Prédication, p. 63-65.

29Les milieux d’origine des manuscrits, lorsqu’ils sont établis, révèlent d’abord une proximité géographique. Babion restait connu et apprécié dans l’ouest de la France et dans l’Empire Plantagenêt (Angleterre, bibliothèque d’Henri II…). On remarquera aussi une audience particulière des milieux monastiques et canoniaux (Saint-Aubin d’Angers, Jumièges, Clairvaux, Saint-Victor…)45. On peut expliquer cette préférence par le fait que les collections d’homélies servirent à alimenter la méditation de ces communautés, mais aussi pour des raisons réformatrices. Geoffroy a entretenu des contacts étroits avec les milieux réformateurs réguliers épris de pauvreté et d’imitatio Christi dont il partageait l’idéal spirituel. On a déjà souligné la proximité entre l’ancien ermite et saint Bernard, mais on pourrait expliquer de façon semblable l’existence de ses recueils à Saint-Victor de Paris. Durant son exil, on retrouve fréquemment l’archevêque de Bordeaux à Paris ou dans l’entourage royal46. Or, l’évêque de Paris Etienne de Senlis (1124-1142) mena une politique réformatrice de régularisation du clergé et d’affaiblissement des dignitaires du chapitre cathédral très proche de celle de Babion à Bordeaux ou de l’esprit de Saint-Victor de Paris. Cette abbaye, favorisée par l’évêque au temporel, puis par Louis VII et Innocent II, devint très riche en quelques années et diffusa une pastorale fondée sur l’administration du sacrement de pénitence qui rappelle la doctrine de Babion à ce sujet47. Il n’est donc pas surprenant que sa collection ait trouvé une place de choix dans cette abbaye où l’on prêchait beaucoup48.

  • 49 BONNES, p. 182.

30En dernier lieu, il est nécessaire de conclure sur la question des attributions, au regard des manuscrits dépouillés. J.-P. Bonnes considérait que le recueil proprement dit comprenait 69 sermons, mais il pensait devoir restituer à Babion sept autres sermons isolés, placés en fin de liste49. La comparaison des différents manuscrits permet de confirmer l’authenticité des 63 premiers sermons et du 65, ad populum, selon la classification adoptée par cet auteur. À partir des manuscrits anonymes présentant des séries importantes et ordonnées, il est possible d’en considérer six autres comme fort probables : les S. 66, 72 sont des sermons au peuple et le 73 est un synodal isolé. Les trois derniers (les S. 67, 68, 69) sont en fait des emprunts aux Pères : extraits de Grégoire le Grand et un sermon douteux de saint Augustin (S. 393). On parvient à 70 sermons, mais on remarquera qu’aucun manuscrit ne les comprend en totalité.

  • 50 S. 64 : BNF Lat. 3832, Reims 579, suivi ou précédé par des sermons anonymes. S. 70 : Rouen 616, Lat (...)
  • 51 BNF Lat. 17251, f° 74 v° : apposita nobis ad manducandum caro Christi…, Repertorium, n° 94, éd. PL (...)

31Les six autres sermons, proposés par Bonnes, restent insuffisamment attestés par la tradition manuscrite et figurent, de façon isolée, dans des florilèges d’auteurs divers ne permettant pas de les restituer à Babion avec certitude. Leur présence plus ou moins proche de ses œuvres n’est pas assez significative ; il s’agit des sermons 64, 70, 71, 74, 75, 7650. On peut aussi considérer comme douteux sept autres cas que l’on trouve dans plusieurs manuscrits anonymes ou sous forme de cas uniques dans les manuscrits mentionnant son nom51. Des études postérieures devront vérifier leurs attributions et confirmer ou non la paternité de Babion.

32Pour comprendre la genèse de cette collection, une intuition de J.-P. Bonnes paraît intéressante : « Un certain nombre de manuscrits où la collection est moins complète laissent penser qu’elle n’a atteint cette importance qu’au prix de refontes successives ». Sa formation s’est s’opérée de façon progressive, au cours de la carrière de l’orateur, nous renseignant sur les divers intérêts qui ont présidé à la consignation de ses œuvres. Plusieurs manuscrits paraissent ainsi témoigner d’états intermédiaires, antérieurs à l’ordre final englobant la collection dans son ensemble.

  • 52 BNF Lat. 17251, f° 51, Refert enim historia…, éd. PL171, 730B ; cf. BHL4320 et W. LAMPEN, p. 153, n (...)
  • 53 Id., f° 53v°, sermo ad clericos ; f° 55, rubriques : De avaritia sermo ; De rapina, alius sermo ; D (...)

33Le BNF Lat. 17251, peut-être le plus ancien, résulte d’une première consignation qui rassemble principalement des sermons liés à un cycle liturgique complet allant de l’Avent à la Pentecôte (plusieurs sermons de carême y figurent déjà), avec quelques emprunts au Sanctoral (saint Etienne, saint Jean l’Apôtre…). On trouve un état différent, sans doute initial, du sermon 5 qui est divisé en deux et dont la fin constitue un ensemble propre. Elle forme une sorte d’exemplum emprunté à une vie extravagante de saint Jean l’Apôtre passée en Occident latin par l’intermédiaire du pseudo-Méliton. Ce passage, proposé comme un petit sermon distinct, fut rattaché au sermon 5 dont il constitua la fin dans l’état final de la collection52. Dans ce recueil figure aussi un premier sermon synodal (S. 35) qui resta toujours séparé des autres dans la collection finale. À la suite de celui-ci, prennent place quatre petits développements rubriqués, présentés comme des petits sermons distincts, concernant l’avarice, les dons faits aux pauvres au moyen de rapines, les offenses faites aux églises et la vengeance qu’en tirera le Seigneur53. L’occasion de la prédication n’est pas précisée par les rubriques et les thèmes scripturaires sont absents, mais une allusion laisse penser à un contexte de dédicace.

  • 54 BNF Lat. 8433, f° 59v°, les trois développements sont rubriqués, comme dans le Lat. 17251. Lat. 149 (...)
  • 55 Aux 39, f° 127v°, début du S. 47, In dedicatione ecclesiae : Facta sunt encenia… ; De tenacitate, f (...)

34Dans les autres manuscrits, ces petits développements restèrent rarement autonomes et, le plus souvent, furent rassemblés pour former le corps du sermon 47 de dédicace. Ainsi, le manuscrit de Saint-Aubin d’Angers, BNF Lat. 8433, daté de la première moitié du XIIIe siècle mais qui paraît refléter un état ancien de la collection, conserve trois de ces rubriques demeurées indépendantes. On trouve dans cet exemplaire deux autres sermons de dédicace (S. 48, 49), mais le début du sermon 47 n’y figure pas. En revanche, le BNF Lat. 14933 porte la trace d’hésitations autour de ce sermon. Les quatre petits développements du Lat. 17251 apparaissent, sans les rubriques cette fois, et un cinquième paragraphe a été ajouté concernant la vengeance de Dieu envers ceux qui trafiquent des vases d’église ; puis, le manuscrit se poursuit avec le début du sermon (thème de Jean X, 22), privé de sa fin54. Le manuscrit Auxerre 39 contient, quant à lui, le sermon 47 en son entier, dans un ordre cohérent. Les petits développements rubriqués ont pris place dans le corps du sermon, encadrés par le début de l’homélie et le dernier développement sur les vases d’église, présents dans le Lat 14933, qui constitue la fin du sermon. Les rubriques finirent par disparaître dans ce qui pourrait être l’état final du sermon 4755.

  • 56 BNF Lat. 8433 : S 36, 39, 40 aux contemplatifs ; S.42, 43, 44 aux prêtres. Aux.39 : S.36, 39, 40 au (...)
  • 57 Lat. 8433 : S.52, 53 +60 isolé (un sermon squelette sur lequel on improvise) ; Aux. 39 : S.52, 53, (...)

35L’évolution des sermons 5 et 47 indique que certains manuscrits pourraient représenter un état incomplet, une étape intermédiaire dans le développement de la collection (Lat. 8433, Aux. 39). Le cycle liturgique réunissant temporal et sanctoral est déjà au complet (S. 1 à 34). Une première série de sermons synodaux, plus ou moins importante, fut placée à la suite du S. 35. Elle est soit rattachée aux sermons aux contemplatifs, soit introduite par le sermon 41 sur le schisme d’Anaclet56. Les sermons au clergé régulier forment deux groupes : 36, 39, 40, d’une part, et 37, 38, d’autre part, qui furent ensuite réunis en un seul ensemble. Ces exemplaires comprennent aussi, de façon identique, plusieurs sermons au peuple57. Enfin, le manuscrit d’Auxerre témoigne d’un regroupement qui fut conservé dans l’état final de la collection : le sermon 54, un synodal d’ordination de même incipit que le synodal S. 46, introduit la série des sermons de dédicace : 47, 48, 49.

36Les manuscrits BNF Lat. 14933 et Douai 499 montrent l’apparition d’un premier état ordonné et stable de la collection selon deux modèles. Une série complète et commune aux deux manuscrits comprenant le cycle liturgique, les sermons aux contemplatifs et le premier groupe des synodaux s’est fixée de façon définitive (S. 1 à 46). Dans le Lat. 14933, qui réorganise plus qu’il ne complète les exemplaires cités précédemment, suivent avec quelques hésitations (mélange des sermons 46-47 et des incipit) les sermons de dédicace (48-50) et ceux au peuple (S. 51, 52, 53) qui achèvent la collection. Dans le Douai 499, une deuxième série de sermons aux prêtres est apparue (S. 55, 56, 57, 58) et s’est greffée sur le S. 46 pour former un ensemble unique et plus étoffé de synodaux. Trois sermons au peuple (S. 60, 61, 62) terminent ce manuscrit unique qui pourrait être une nouvelle consignation complétant la précédente. On remarquera que le BNF Lat. 14934, issu de Saint-Victor, suit exactement le même ordre que le Douai 499, complétant ainsi l’exemplaire des sermons de Babion (BNF Lat. 14933) que l’abbaye possédait déjà. Elle semblait donc attentive à l’évolution du recueil.

  • 58 Peut-être s’est-il surtout appuyé sur les témoins parisiens (en suivant le témoignage du Lat. 14933 (...)
  • 59 S. 42-46, 55-58 ; avec ou sans les synodaux dispersés S.63, 73, cf. Troyes 1628, Cambrai 590 ; puis (...)

37La liste de J.-P. Bonnes provient visiblement de l’addition de ces deux modèles en les liant grâce au S. 54 – de même incipit que le S. 46, mais avec un développement différent – ; ce qui forme une série continue de 1 à 62. Il lui suffisait ensuite de rassembler les sermons dispersés dans les autres manuscrits. Cependant, l’ordre le plus fréquent dans les recueils les plus complets n’est pas celui qu’il a privilégié58. Les sermons de dédicace (47 à 50) s’intercalent rarement entre les deux séries de synodaux. Il s’opéra une combinaison entre les séries représentées par les témoins BNF Lat. 14933, Auxerre 39 et Douai 499 qui fut reprise le plus souvent : réunion des synodaux en un seul ensemble en les liant avec le S. 46 ; sermons de dédicace introduits par le S. 54 sur les ordres cléricaux conférés par l’évêque ; enfin, sermons au peuple59. Les manuscrits anonymes L. Pal. 391, BNF Lat. 3810 et 3830, de la fin du XIIe siècle, témoignent de sermons isolés qui se sont ajoutés donnant lieu à la formation de la collection finale, visible dans les manuscrits les plus complets du XIIIe siècle : deux sermons supplémentaires dont l’un au peuple, S. 66, 72, ainsi que trois extraits des Pères de l’Église, S. 67, 68, 69.

  • 60 Cambrai 590, Bruxelles 1877, Troyes 1628… Le sermon 72 inédit (induite vos armaturam Dei…, Eph. 6, (...)

38Cet ordre final de la collection, qui prévalut au XIIIe siècle, s’est sans doute imposé à cause de son côté pratique, par une réorganisation des sermons épars ou des séries divisées autour des états aux clercs et au peuple. Pour obtenir une série plus conforme aux manuscrits les plus complets, on peut proposer l’ordre suivant : cycle liturgique (S. 1-34) ; sermons monastiques et synodaux (35 ; 36-40 ; 41-46 ; 55-58 ; 63, 73) ; puis les sermons de dédicace introduits par le 54 d’ordination (54, 47-50) ; suivis des sermons au peuple regroupés en un seul ensemble (51-53, 65, 59, 66, 60, 61, 62) ; enfin les emprunts aux Pères terminent la collection (68-69, place variable du 67) ; et 72 ?60.

  • 61 J. LONGÈRE, Prédication…, p. 142. On trouve dans le Repertorium la liste des dimanches auxquels les (...)
  • 62 Fêtes de saint Étienne, Jean l’évangéliste, purification de la Vierge Marie. La saint Jean-Baptiste (...)

39La partie la mieux attestée dans tous les manuscrits, qui paraît la plus ancienne, correspond aux 34 premiers sermons liés au cycle liturgique. Selon le canevas des anciens homéliaires, le principe organisateur a été de les rassembler autour du thème de l’année liturgique au complet, allant de l’Avent à la Pentecôte, pour en faciliter l’usage61. Ils suivent le temporal en intégrant quatre fêtes provenant du sanctoral, essentiellement liées au cycle ancien de Noël. Le sanctoral est donc fort peu représenté (4 sur 34), ce qui explique qu’on ait cherché à l’augmenter dans certains manuscrits62. La plupart des sermons douteux appartiennent à cette catégorie (S. 74, 75, 76). Le public auquel ces homélies liturgiques furent adressées est variable. Certaines concernent manifestement une communauté monastique ou érémitique, pour la fête de la Cêne du Seigneur (S. 21, 22) ou pour la saint Jean-Baptiste (S. 34) ; une autre fut prononcée pour des clercs lors d’un synode de Pentecôte (S. 33). Une bonne partie du reste s’adresse certainement au peuple. Quelques sermons appartenant au temporal de carême furent placés parmi les sermons adressés aux contemplatifs ou au peuple (S. 38, 53). En outre, dans le cas des sermons de dédicace (49, 50), l’auditoire paraît mélangé.

  • 63 Il faudrait aussi mesurer les influences qu’ont pu exercer des traditions manuscrites différentes e (...)
  • 64 Il étudia à Angers peu avant que Babion n’apparaisse comme maître des écoles et organisa lui-même l (...)
  • 65 Dans le cas bien connu de saint Bernard, l’étude des collections manuscrites a permis à Dom Leclerc (...)

40À ce premier canevas, les adjonctions des séries ad status et les consignations de la collection par étapes ou refontes successives permettent sans doute d’apporter des critères supplémentaires de datation63. On le sait, la datation des sermons reste un problème délicat à élucider. Le cas de l’abbé Geoffroy de Vendôme (1093-1132) dont on a conservé onze sermons figurant dans une collection complète de ses œuvres, organisée selon un ordre chronologique, est tout à fait exceptionnel64. Seule la tradition manuscrite permet souvent d’éclairer cette question ou, au moins, de préciser l’ordre d’apparition des œuvres dans le temps, donc l’antériorité ou la postériorité de tel sermon65. Dans notre cas, les manuscrits laissent supposer des états incomplets du recueil et deux types de consignations principales avant le stade final de la collection, ce qui apporte un élément de datation. On peut avancer, avec précaution, que les sermons qui apparaissent à une étape ultérieure dans l’élaboration de la collection sont postérieurs.

  • 66 Le contenu des sermons synodaux montre aussi une évolution thématique entre le premier et le second (...)

41Pour prendre un exemple, la comparaison des séries manuscrites confirme et affine une étude antérieure consacrée aux sermons synodaux. Le sermon 35 apparaît en premier et figure de façon toujours distincte dans les séries ; il semble donc assuré qu’il soit le plus ancien des sermons synodaux. Le sermon33 et les sermons 42, 43, 44 paraissent postérieurs, puis s’opère un premier rassemblement, avec la première consignation globale, qui forme le premier groupe des synodaux : 42 à 46. Une deuxième série de synodaux 55 à 58 a ensuite été incluse, le plus souvent à la suite du sermon 46 pour constituer un seul ensemble (consignation du Douai 499). On remarquera que ce second groupement est parfois incomplet (BNF Lat. 3810, Lat. 3830, Cambrai 590), à la différence du premier qui forme une suite devenue constante ; ce qui peut encore être un indice de postériorité. Le sermon 54 d’ordination paraît postérieur à la première consignation et les synodaux isolés (63, 73) furent regroupés à proximité dans l’état final de la collection. Le sermon 63 semble antérieur au sermon 73, peut-être contemporain ou postérieur au second groupement synodal. D’une façon identique, les sermons 52 et 53 pourraient être les premières homélies ad populum qui furent regroupées avec le S. 51 dans le premier modèle de consignation ; il est possible que le S. 65 de Zizania, moins fréquent, leur soit contemporain. Ils paraissent antérieurs au second groupement 59 à 62 auquel le S. 60, isolé, a été enfin rattaché. Le S. 66 apparaît en dernier lieu, dans l’état final de la collection. Or, si l’on se réfère à la vie de Geoffroy Babion, son épiscopat se divise en deux périodes principales : la première est consacrée à la liquidation du schisme d’Anaclet et à la réforme douloureuse du chapitre cathédral, enfin achevée en 1145 après cinq ans d’exil ; la seconde prend place après les troubles urbains de Bordeaux, en 1147-1149, et traduit des relations pacifiées, un enracinement plus local du prélat66. On pourrait penser – mais il ne s’agit que d’une hypothèse – que les deux regroupements de sermons, observés dans les deux consignations principales, correspondent à ces deux époques. Après un premier essai de recueil principalement lié au cycle liturgique, une première phase de rassemblement et d’organisation des œuvres aurait eu lieu vers 1145-1147 ; puis une seconde complémentaire, représentée par le Douai 499, à la fin de sa vie, dans les années 1150-1158 ?

  • 67 Le S. 41, PL 147, col. 219-223, est recoupé par le Cartulaire de l’abbaye Sainte-Croix de Bordeaux, (...)
  • 68 Sur le contexte de l’avènement de Geoffroy comme archevêque, voir H. CLAUDE, Dom G.-M. OURY, supra, (...)
  • 69 S. 49, PL 171, col. 748-752. Ce sermon n’est pas une preuve que Geoffroy soit entré dans une commun (...)
  • 70 S. 40, PL 171, col. 901-905. Les allusions à la Vierge dont il convient d’imiter l’exemple pourraie (...)
  • 71 Cartulaire de Fontaine-le-Comte, éd. G. PON, Poitiers, 1982, C 1, paupertatem Christi elegerunt. On (...)

42Les actes de la pratique ou le contenu des sermons peuvent aussi permettre une meilleure datation. Grâce à une charte du cartulaire de Sainte-Croix de Bordeaux, on peut dater avec précision le sermon 41 des environs de l’année 1138, époque à laquelle Geoffroy est revenu d’un voyage ad limina67. De même, dans les petits développements rubriqués du S. 47, Babion pourfend ceux qui maltraitent les églises et les pauvres ; ce qui pourrait évoquer l’époque de la fin du schisme d’Anaclet (1136-1138) et les troubles liés à sa difficile résolution en Aquitaine68. Dans le cas des sermons monastiques, le sermon 49, pour l’anniversaire de la dédicace de l’abbatiale de Saint-Nicolas d’Angers, opérée par Urbain II en février 1096, date certainement de l’époque de son scolasticat69. Le sermon 40 est aussi traditionnellement considéré comme adressé aux moniales du Ronceray d’Angers et daterait donc d’avant 1110. Néanmoins, durant son épiscopat, Geoffroy fréquenta à diverses reprises les moniales de Saintes et celles de Fontevraud. Il fut donc à même d’y prêcher plusieurs fois70. Les autres sermons monastiques pourraient être adressés à des communautés d’origine érémitique et dateraient donc des années 1126-1136. Le thème de la pauvreté, fondamental dans la charte de fondation de Fontaine-le-Comte, et de la suite du Christ se retrouvent dans les S. 36, 39 et dans le S. 34 pour la fête de Jean-Baptiste. Ils seraient peut-être antérieurs aux sermons 37 et 38 que l’on trouve à part dans certains manuscrits71 ?

43L’étude des sermones Babionis et les différentes consignations manuscrites incitent enfin à s’interroger sur les finalités qui ont pu présider à l’élaboration de cette collection, mais aussi à envisager l’apport d’une telle source à la connaissance historique.

La collection des sermons de Geoffroy Babion, finalités et apport historique

  • 72 L’état final du recueil de Pierre Lombard paraît postérieur à sa mort en 1160, cf. J. LONGÈRE, Œuvr (...)

44Le stade final de la collection montre que l’ordre privilégié correspond à des regroupements thématiques couvrant un éventail assez complet des besoins concernant la prédication : dans le cadre du cycle liturgique, à des contemplatifs, au clergé réuni en synode, pour une dédicace d’église, enfin pour le peuple ; ce qui peut expliquer sa popularité au XIIIe siècle. Mais, les manuscrits les plus complets reflètent-ils l’ultime volonté de Babion concernant son œuvre ? On sait, dans le cas de Geoffroy de Vendôme ou de saint Bernard, que l’auteur lui-même a voulu consigner par écrit une collection complète et révisée de ses meilleurs écrits. Or, rien ne certifie absolument que Geoffroy Babion ait poursuivi un dessein identique et il est curieux qu’on ne trouve, sous son nom, aucun manuscrit contenant la totalité de ses œuvres oratoires. Les recueils les plus complets présentent tous des séries légèrement différentes. L’état final de la collection pourrait donc répondre plutôt à des questions d’organisation pratique, en combinant les consignations partielles faites par l’auteur au cours de sa carrière de prédicateur et en regroupant des sermons isolés72. L’anonymat général des manuscrits montre que l’on était moins soucieux d’identifier un auteur et de lui restituer son œuvre que désireux d’obtenir des textes utiles pour la formation spirituelle, l’édification ou la prédication.

  • 73 Le Nîmes 42 a appartenu au monastère Saint-André d’Avignon ; le Laon 283 à l’abbaye de Cuissy ; le (...)
  • 74 C’est également le cas des manuscrits interpolés à partir d’une collection de Babion. Le Brit Lib. (...)

45L’état final du recueil de Babion rappelle que les florilèges anonymes de sermons latins n’avaient pas qu’un seul but et pouvaient servir à de multiples usages. Il s’agissait d’abord d’alimenter la lecture spirituelle des religieux qui avaient en permanence à leur disposition des vies des Pères ou des sermonnaires. De nombreux manuscrits contenant des sermons de Babion émanent d’abbayes bénédictines (Jumièges, Clairvaux…). Ils pouvaient aussi faciliter le travail d’autres prédicateurs – les sermonnaires issus du fond de Saint-Victor de Paris sont remarquables – ou bien encore aider les prêtres de paroisse73. L’élaboration de l’état final de la collection a sans doute répondu à cette volonté de servir de collection exemplaire à l’usage du prêcheur, où celui-ci pouvait puiser des idées ou des développements74.

  • 75 Un sermon pour l’Avent ; un sermon personnel sur Noël ; l’autre est en fait un emprunt légèrement m (...)

46Néanmoins, les raisons qui ont motivé les premières consignations faites par le prédicateur au milieu du XIIe siècle ne sont pas forcément identiques à celles qui expliquent les rassemblements postérieurs des XIIIe-XIVe siècles. Les finalités de constitution du corpus ont pu évoluer. Il ne faut pas oublier, en effet, qu’une collection de sermons se présente souvent comme un florilège original de textes latins qui ont été retenus pour des raisons particulières. Ces morceaux choisis ne donnent ainsi qu’un faible aperçu de la prédication effective de l’archevêque de Bordeaux. Si l’on s’en tient au temps liturgique, sur 22 ans d’épiscopat, 32 sermons seulement ont été conservés, avec une nette prédilection pour le carême (8) et la semaine sainte (11) au détriment du temps de Noël plus faiblement représenté (4)75. On notera une dévotion particulière à la Sainte Croix, vénérée le vendredi saint et portée matériellement en dehors de la cité (S. 28). Le choix qui a présidé à la composition du cycle liturgique n’a pas été simplement marqué par la volonté d’obtenir un éventail complet de sermons couvrant l’année entière, mais révèle aussi une préférence de ce prédicateur dans le domaine de la spiritualité : l’image d’un Christ pauvre qui va vers la croix et sa pâque pour sauver le genre humain…

  • 76 De 1144 à 1159, à l’époque des principales consignations faites par Babion, Pierre Lombard était de (...)
  • 77 Les S. 35, 11, 23… du BNF Lat. 17251 sont ceux d’un évêque.
  • 78 J. LONGÈRE, Prédication…, p. 68-75, pour Abélard, Pierre Lombard, Maurice de Sully. On ne trouve ch (...)
  • 79 N. BÉRIOU, L’avènement…, p. 9, 17, 70. Il s’agit d’un réveil pastoral en matière de prédication qui (...)

47On pourrait faire des remarques semblables à propos des différentes mises par écrit partielles dont on a gardé la trace. Elles reflètent la volonté de l’auteur de collationner ses meilleures œuvres en les laissant sous son surnom d’écolâtre, peut-être pour leur assurer une meilleure diffusion. Mais, à la différence de son contemporain Pierre Lombard († 1160)76, ce n’est pas comme maître que Babion composa la plupart des sermons qu’on conserva de lui. Il est donc logique que ses homélies ne reflètent nullement son activité scolaire, mais plutôt les préoccupations qui furent les siennes durant son épiscopat. Les premières consignations datent, en effet, de l’époque de responsabilité ecclésiale77. Ceci explique de notables différences avec la prédication savante des maîtres parisiens de la fin du XIIe siècle, dont la plupart des sermons étaient liés à leur fonction d’enseignement et s’adressaient aux étudiants des écoles78. À la manière d’un autre évêque de son temps, ancien écolâtre du Mans, Hildebert de Lavardin79, la collection de Babion traduisit des orientations plus pastorales que scolaires.

  • 80 Voir les rubriques du S. 47 sur les rapines, le paiement des dîmes grâce à des vols, les sacrilèges (...)
  • 81 Les sermons au peuple sont plus courts en général, S. 65, 52, 60…
  • 82 N. BÉRIOU, L’avènement…, p. 21-25, celui de Maurice de Sully relève, néanmoins, d’un esprit nouveau
  • 83 Sur cette question, G. HASENOHR, « La prédication aux fidèles dans la première moitié du XIIe siècl (...)

48Ainsi, la conservation soigneuse des séries ad status montre que la collection de Babion s’est enrichie en suivant son itinéraire personnel de conversion, son souci de pasteur et son idéal réformateur. Les séries synodales, liées à la réforme du clergé, se sont amplifiées au cours des années et ont été notées avec soin (20 % du total). On retrouverait une préoccupation identique dans les sermons de dédicace qui montrent l’attention du prélat pour ce qui exprime visiblement le sacré : défense des églises, de leurs biens ou des objets du culte80. En corollaire, plusieurs sermons au peuple évoquent la question des dîmes et des excommuniés. L’amplification de la série des sermons ad populum trahit également des préoccupations pastorales81. Différents thèmes pourraient être les mots d’ordre qui traversent la collection, selon des tonalités éminemment grégoriennes : pauvreté volontaire, unanimité fraternelle des communautés monastiques issues du nouveau monachisme ; réforme du clergé séculier ; respect de la hiérarchie ecclésiale ordonnée au primat romain ; sanctification des laïcs… Sa collection pouvait ainsi devenir un vecteur de diffusion de son idéal réformateur auprès des clercs ou des moines susceptibles de lire et d’utiliser son recueil. Il n’est pas non plus impossible que la carence que Babion avait relevée dans son clergé en matière de prédication l’ait poussé à essayer de constituer une sorte de manuel pour encourager les clercs à prêcher, une quinzaine d’années avant celui de Maurice de Sully82. Ses sermons paraissent donc aussi relever de la volonté de fournir une collection de modèles : présence de sermons squelettes sur lesquels il est loisible de broder (52, 60…) ; affirmation de la nécessité de prêcher dans les synodaux collationnés dans le Douai 499… Et, dès le milieu du XIIe siècle, certains sermons du temps liturgique, dont Babion était l’auteur, furent traduits en langue vernaculaire, sans doute pour faciliter la prédication des prêtres desservant les églises appartenant à l’abbaye Saint-Martial de Limoges83. Ce qui paraît confirmer l’hypothèse d’un usage possible de la collection à destination d’un clergé déficient en ce domaine.

49Les refontes successives de cette collection permirent donc de répondre, d’une part, aux besoins quotidiens du peuple des fidèles ou du clergé en matière de prédication, et d’autre part, de proposer un idéal de réforme où la nécessaire unité du corps ecclésial ne pouvait être atteinte que par une réforme conjointe des institutions et des cœurs, par une conversion intérieure de chaque fidèle, clerc ou laïc. À travers ce caractère pastoral et réformateur, la collection était susceptible de répondre aux préoccupations religieuses et aux aspirations spirituelles de son temps.

  • 84 Il ne s’agit pas ici d’opposer deux « styles » ou deux « tons » de prédication, l’une qui conserver (...)
  • 85 Id., Prédication…, p. 140.
  • 86 S. 2 (saint Césaire) ; S. 27 (Augustin). La fin de la collection correspond à des passages de Grégo (...)
  • 87 Le S. 188 de Césaire est l’homélie courante lue pour l’Avent dans divers homéliaires : l’homéliaire (...)
  • 88 Babion, S. 2, PL 171, 389D ; G. MORIN, Sancti Caesarii Arelatensis sermones, Turnhout, 1953, S. 188 (...)

50Une autre raison de son succès durable est, sans doute, à chercher dans son inspiration patristique84. Si son œuvre oratoire traduit bien l’effort de renouvellement et de rédaction personnelle, d’adaptation pastorale (sermons ad status) des sermonnaires du temps85, Babion demeure en profonde continuité avec la prédication patristique. Par l’adoption d’un plan qui suit le cycle liturgique et la conservation d’homélies patristiques à l’intérieur même des séries, sa collection se situe dans la lignée des homéliaires tardifs et dans l’esprit des Pères de l’Église qui continua d’irriguer toute la prédication médiévale. Sur un total de 70 sermons, cinq sont des emprunts purs et simples : un à Césaire d’Arles, deux à Augustin (dont un douteux) ; deux sont des extraits tirés des lettres de Grégoire le Grand qui semblent être davantage des notes utiles du point de vue de la prédication sur des thèmes précis que de véritables sermons86. En revanche, le sermon 2 sur l’Avent, qui est en réalité le sermon 188 de Césaire d’Arles, prouve l’influence des homéliaires liturgiques dans l’élaboration de la collection. On se souvient que l’âge d’or des homéliaires occidentaux se situe précisément aux XIe-XIIe siècles. À la différence des textes précédents qui ne figurent pas dans les homéliaires consultés, ce sermon est très courant dans les homiliaires patristiques87. Babion se permit, néanmoins, d’en modifier un passage pour l’actualiser en fonction de cette intériorisation du sentiment religieux propre au XIIe siècle, introduisant la nécessité de purifier sa conscience à la place de la nécessité de nourrir les pauvres88. Ainsi, à la manière des homéliaires carolingiens, ce type de sermonnaire pouvait utilement compléter les homéliaires patristiques, destinés à la lecture publique au chœur, et alimenter la réflexion personnelle, la méditation ou fournir un support pour une prédication claustrale.

  • 89 La plupart des manuscrits de ses œuvres portent la rubrique sermones : BNF Lat. 17251, Lat. 14933…  (...)
  • 90 J. LONGÈRE, Prédication, p. 15.
  • 91 S. 1, les passages se font en rappelant la citation avec quia, ou sequitur ; S. 35, 769D, sed redea (...)
  • 92 S. 1, 29, 51…
  • 93 S. 3, PL 171, 390-94, pour la messe de l’aurore de Noël. Babion part de l’épître à Tite 3, 4-5, pui (...)

51Indépendamment de la terminologie proprement dite qui reste assez floue89, Babion paraît avoir eu un goût assez prononcé pour le genre de l’homélie, très apprécié et pratiqué par les Pères. On trouve peu, chez lui, de « sermons » qui s’affranchissent rapidement de la citation scripturaire initiale pour prendre un développement et un ton plus personnels90. D’une façon générale, Babion reste attaché à un commentaire qui suit méthodiquement la péricope évangélique ou biblique en l’expliquant pas à pas, non sans de nombreuses digressions portées par des réminiscences ou des citations d’autres passages de l’Écriture qui éclairent ou complètent la citation première91. La Parole de Dieu est une et il s’agit d’en dégager au fur et à mesure les implications spirituelles, avec une certaine prédilection pour les sens allégorique et moral92. Babion utilise sans excès les métaphores et recourt à l’exégèse allégorique pour proposer un enseignement moral de conversion. On n’observe pas de notable prédilection vétéro-testamentaire (29 thèmes pour 35 issus du Nouveau Testament). Dans le cas des sermons liturgiques prononcés devant une assemblée où le peuple avait sa place, les citations évangéliques sont nettement prédominantes (22 contre 10). Fondé souvent sur un thème issu de la liturgie du jour, le sermon apparaît comme un moyen d’accès privilégié à l’Écriture Sainte, ce qui dénote un souci évangélique et pastoral93. Au contraire, dans les sermons aux contemplatifs et au clergé, l’Ancien Testament prédomine nettement (13 contre 5), ce qui témoigne d’une certaine orientation dans le domaine du modèle clérical (importance de la pureté rituelle…). Son enseignement peut alors devenir profond et subtil, mais généralement, il ne repose pas sur de grandes abstractions ou des développements particulièrement savants. Il s’agit d’enseigner des vérités de foi, de convaincre un auditoire pour l’amener à changer de vie.

  • 94 L’utilisation des œuvres de Grégoire le Grand dans les sermons aux clercs est notoire. Il faudrait (...)
  • 95 S. 41, PL 171, 794B, les images tirées de la nature permettent d’appréhender l’unité profonde de l’ (...)
  • 96 S. 1, PL 171, 343AB… Cf. W. LAMPEN, op. cit., p. 156-159.
  • 97 Sur cette question, cf. J.-H. FOULON, « Le clerc… », p. 58 et n. 97, pour les synodaux ; pour les s (...)

52Faire un sermon revient donc principalement à imiter les Pères de l’Église : à travers un emprunt pur et simple ; en y recourant comme une autorité qui permet d’étayer une affirmation ; ou encore comme une source d’inspiration94. Son style conserve une aisance patristique : clarté et simplicité de l’expression, articulation très apparente facilitant l’oralité et la compréhension de l’auditoire (ecce, audite…). Il sait emprunter à la nature ou au lieu où il se trouve des images qui agrémentent sa parole et frappent l’imagination de son public95. Il introduit volontiers des animaux venus de la Bible : l’âne, le serpent, les abeilles, les sauterelles, les oiseaux, le renard… Parmi les figures d’éloquence, il emploie de façon privilégiée les répétitions, les exclamations, les interrogations, les parallèles, les allitérations et assonances. Il apprécie les rythmes ternaires et la prose rimée où il y a consonnance des dernières syllabes96. Ces ornements d’éloquence sont évidemment adaptés à un texte destiné à être lu ou prêché en latin. Indépendamment du lien éventuel avec une prédication réelle97, ils prouvent la volonté de Babion de donner une forme littéraire achevée à son œuvre oratoire.

53Il reste à conclure en donnant quelques orientations concernant l’apport historique de ce genre de source. Les sermons contiennent, d’abord, des données culturelles variées (empruntées à la Bible, à la liturgie, aux auteurs patristiques et classiques, aux vitae…) qui permettent de cerner l’ancrage culturel de l’auteur ou de son public… Mais, plutôt que de s’en tenir à ce qui relève de l’histoire intellectuelle ou culturelle, il a paru préférable de souligner sa richesse dans le domaine de l’histoire religieuse.

  • 98 H. BARRÉ, « Homéliaire », Dictionnaire de Spiritualité, t. VII-1, Paris, 1969, col. 599-606.
  • 99 Cf. J. LECLERCQ, Regards monastiques sur le Christ au Moyen Âge, Paris, 1993. Pour toutes ces quest (...)

54En premier lieu, les œuvres oratoires contiennent des informations précieuses pour l’histoire de la spiritualité et des mentalités religieuses. Tout comme l’homéliaire98, l’ensemble du contenu d’un sermonnaire est spirituel et l’on peut y trouver un enseignement complet qui instruit le chrétien et édifie sa vie spirituelle. Il s’agit d’une source privilégiée pour appréhender le sentiment religieux, la tonalité spirituelle d’une époque et la façon dont se conçoit l’actualisation du salut dans l’histoire de l’humanité. Il est possible d’y étudier ce qui a trait à la christologie, au regard porté sur le Christ99, mais aussi de comprendre quelle est l’image que l’homme se fait de lui-même et la façon dont il peut répondre à l’initiative salvatrice de Dieu. Les pratiques religieuses d’une époque découlent de telles considérations dont elles sont, en aval, comme le fruit dérivé.

  • 100 S. 1, 3, 22, 15, 31, 28, 58…
  • 101 S. 5, 6, 7, 15, 47… ; sur la croix, S. 15, 17, 22, 25, 31… Le thème d’un Christ pauvre et d’une seq (...)

55Toute la doctrine de Babion provient d’une certaine conception de l’économie du salut dans laquelle l’Incarnation rédemptrice occupe une place stratégique. Après le rappel de cette tragédie originelle qui vit la séparation entre un Dieu Créateur et un homme déchu, la miséricorde divine permit qu’en Jésus-Christ, Dieu se fasse proche de l’homme et, par voie de conséquence, imitable en son humanité. La figure du Christ-Juge est repoussée à la fin des temps pour céder la place à celle omniprésente du bon médecin venu soigner les âmes malades100. Geoffroy Babion se situe dans la lignée du Cur Deus homo (1094-1097) de saint Anselme, qui marque une étape importante dans l’histoire de la christologie, mais il est particulièrement sensible, selon une évolution qui s’accentue au cours du XIIe siècle, à la kénose du Verbe, à cet abaissement volontaire du Christ qui s’est fait esclave, assumant la condition humaine jusqu’à la mort et la mort sur une croix (Ph. 2, 6-11). Le Christ qu’il s’agit de suivre est un Christ pauvre et crucifié. Pauper fuit Christus affirme péremptoirement Babion dans son sermon 7, comme si cette conception allait de soi. Il donna constamment l’exemple de la pauvreté et acheva son existence sur la croix, suprême témoignage de son indigence, pour libérer l’homme du péché101. L’adoption de la pauvreté devient donc purement et simplement une forme d’imitatio Christi. Ainsi, à l’omniprésence de la figure du Christ, pauvre et bon médecin, répond l’autre terme de l’équation de la Rédemption, celui de l’homme pécheur.

  • 102 Elle a été ébauchée dans J.-H. FOULON, La réforme de l’Église dans la France de l’Ouest de la fin d (...)
  • 103 S. 1, 2…, 59, 52, 65 ; sur le cœur, 1, 9, 14, 26, 16, 29, 2, 8, 51, 59, 60…
  • 104 Une bonne partie de sa théologie de la pénitence est consacrée à développer le motif du repentir, c (...)

56Le genre du sermon, dont une des finalités est d’apporter un enseignement moral, est bien adapté pour éclairer la conception du péché, aspect crucial dans le domaine des mentalités et des pratiques religieuses. Il serait trop long de développer l’argumentation de Babion sur le péché qui fédère toute sa construction doctrinale102. On se contentera de remarquer qu’il l’envisage tant dans sa dimension originelle et collective – bâtissant un mur infranchissable entre l’homme et Dieu et, en ce monde, entre deux « cités » – que dans sa dimension personnelle. Une grande partie de la prédication de Babion est fondée sur la prise de conscience d’un péché personnel – se découvrir pécheur – qui doit susciter une conversion, en se tournant vers le Christ Sauveur. En accord avec l’évolution des mentalités du XIIe siècle, ses homélies évoquent une intériorisation du sentiment religieux à travers les notions de conscience personnelle, à purifier, et de cœur, siège de la volonté, qui incitent à l’introspection103. Cette introspection est guidée par une authentique morale de l’intention qui valorise la volonté libre de l’homme et débouche sur des pratiques religieuses spécifiques : pénitence, pélerinages, œuvres de miséricorde…104

  • 105 Anges : S.31, 48… ; Au-delà : S.23, 506C. Deux cités : S.9, 12, 48, 53, 58…
  • 106 Sa tâche est de transmettre la foi par la prédication et d’administrer les sacrements (S. 48, 38…)  (...)

57Dans la lignée de l’histoire des idées, l’apport de la source est aussi particulièrement riche dans le domaine de l’ecclésiologie et de la théologie sacramentelle. Les sermons permettent d’appréhender la vision de la création et de l’ordre du monde conçus par l’auteur. On y trouvera l’organisation du monde visible, mais aussi celle du monde invisible (présence et rôle des anges, des démons…), et ce qui relève du domaine de l’Eschatologie et de l’Au-delà. Toutefois, ce dernier aspect reste assez rare chez Babion, à la différence de développements concernant l’affrontement des deux « cités » : l’Église, univers de sanctification fondé sur le Christ et symbolisé par Jérusalem ; Babylone, l’univers de Création tombé dans la confusion et soumis au « Prince de ce monde »105. Les sermons permettent aux hommes d’Église, et à Babion au premier chef, de décrire comment ce combat s’actualise en leur temps. Le danger de l’extension du péché en ce monde (le fameux ratione peccati) est d’ailleurs la raison d’être de l’immixtion de l’Église dans le domaine politique, particulièrement à l’époque grégorienne. Réforme et unitas ecclesiae seraient les thèmes fédérateurs de la prédication de Babion. Ses sermons sont remarquables pour appréhender l’Église à la fois comme mystère d’union à Dieu – en tant que théonomie, univers renouvelé et réordonné à Dieu – et comme institution hiérarchique, selon une profonde continuité entre les notions de mystère et d’institution. À partir des images du Corps, d’Épouse, ou de Mère, il passe insensiblement à la notion d’Église comme société incarnée et hiérarchisée. Les trois causes d’unité de l’Église sont distinguées et ordonnées : unité mystique de l’âme avec Dieu par l’inhabitatio de l’Esprit-Saint procurée par le baptême ; unité théologale de la foi et de la charité produite par les sacrements, et notamment par l’Eucharistie ; enfin, unité hiérarchique fondée sur l’ordo sacerdotalis issu du collège apostolique réuni autour de Pierre106. Les développements concernant la théologie et la pratique sacramentelles sont donc nombreux.

  • 107 J.-H. FOULON, La réforme…, t. 2, p. 468-72. Les prêtres ont pour mission d’arracher les âmes au tum (...)
  • 108 Voir les injonctions synodales, S. 57, 58… ; les maux imputés au clergé bordelais, cf. J.-H. FOULON (...)

58Les sermons sont, enfin, une mine pour envisager la vie et les pratiques religieuses de la société médiévale. On y trouvera mention des types de classification idéale qui l’ordonnent et l’organisent : ordines d’anthropologie spirituelle hérités des Pères, trifonctionnalité, genres de vie : active ou contemplative et images associées (Marthe et Marie…). Geoffroy fut particulièrement soucieux de définir leurs caractéristiques et leur complémentarité réciproques : vie monastique, vie érémitique, vie active des laïcs mariés. La dignité sacerdotale est indépendante des deux vies et est à leur service tout en les dirigeant107. Sa conception de la société religieuse reste éminemment grégorienne fondée sur le primat romain, la médiation sacerdotale et une nette distinction des états et des domaines d’intervention entre laïcs et clercs. Les sermons sont porteurs d’une réflexion sur le sacerdoce et sa place dans l’économie du salut, mais aussi contiennent des indications précieuses à propos de la réforme du clergé et des difficultés qui l’accompagnent108. On trouverait enfin chez Babion une doctrine équilibrée sur le laïcat, son image, ses attributions spécifiques qui reflètent la synthèse grégorienne du milieu du XIIe siècle : vie sanctifiée par le mariage chrétien sacramentel ; administration des temporalia et d’un domaine profane conçus comme une sphère autonome ; incompétence dans le domaine du sacré et respect des spiritualia appartenant au clergé ; sanctification du laïc au moyen de la vie sacramentelle, d’une intériorisation plus grande du sentiment religieux et d’œuvres appropriées à son état de vie. Le sermon 20 précise :

Activa vita in dilectione proximi tota est, pauperes pascendo, vestiendo, hospitio receptando, in infirmando sive in carcere visitando. Itaque, Fratres Karrissimi, omnis vita bona est in dilectione fundata.

  • 109 S. 20, PL 171, col. 545. S. 49, 38, 39, 36, 35, 18, 10, 13, 15, 34, 59, 1… J.-H. FOULON, t. 2, p. 5 (...)

59À l’exemple de saint Bernard mais d’une manière plus simple, Babion se fit le chantre de la charité et de l’amour divin109.

60Pour conclure, on peut expliquer le succès considérable de la collection des sermones Babionis par deux raisons majeures. D’une part, ces sermons répondaient parfaitement aux préoccupations réformatrices du temps et à la nécessité, de plus en plus présente, de pallier la déficience du clergé en matière de prédication. Ils pouvaient aussi bien servir à inspirer des clercs soucieux de prêcher en leur fournissant des modèles ou des éléments pour étoffer leurs homélies – comme à Saint-Victor de Paris –, qu’être adaptés en langue vernaculaire pour faciliter la prédication effective du clergé paroissial. D’autre part, structurés sur le modèle des anciens homéliaires, formant de véritables œuvres littéraires pétries d’esprit patristique et adaptées au style écrit, ces sermons pouvaient également fournir un aliment pour une conférence spirituelle, pour la lecture privée et la méditation personnelle dans le monde monastique ou canonial. On peut imaginer que les moines de Saint-Martial de Limoges avaient commencé par lire et apprécier son œuvre oratoire avant d’en traduire des extraits à destination de leurs prêtres paroissiaux et d’un public laïc. Les sermons de Babion offraient donc une grande variété d’utilisation en réunissant un cycle liturgique complet et des sermons adaptés aux différents états.

  • 110 M. ZIER occulte en fait ces œuvres « épiscopales », dont il signale seulement les éditions (The ser (...)

61Mais, au-delà du cas particulier, cet exemple pose la question de la spécificité de la prédication épiscopale aux XIe-XIIe siècles. Il serait sans doute nécessaire de comparer les homélies de Geoffroy Babion à celles d’autres évêques antérieurs (Fulbert de Chartres) ou contemporains (Hildebert du Mans, Yves de Chartres…), trop souvent négligées par la critique au profit de l’œuvre des moines et des maîtres parisiens110. La tradition manuscrite montre d’ailleurs qu’on les trouve fréquemment associées dans les sermonnaires anonymes et qu’il serait utile de revoir précisément les attributions pour chacun d’eux. On pourra alors peut-être mieux cerner si cette prédication antérieure à 1150 – épiscopale, grégorienne, on hésite à la qualifier – possédait une véritable originalité ?

62Enfin, indépendamment de la question toujours délicate des attributions, ce genre de source conserve une limite majeure qui est de se situer davantage au plan de l’édification, de l’image rêvée que de la réalité. Les sermons sont précieux dans le domaine de l’idéologie, des doctrines et des croyances ; ils précisent l’idéal chrétien à suivre ou bien pourfendent les vices à éradiquer. Mais, il est parfois difficile de dire s’il s’agit d’une réalité historique propre au public considéré et au milieu du prédicateur, ou si l’on reste au niveau d’un horizon théorique. Il s’avère nécessaire de diversifier les éclairages et de recouper leur apport par le témoignage d’autres sources pour en vérifier l’historicité et la véracité. Dans le cas de Geoffroy du Loroux, les nombreuses chartes conservées de son épiscopat permettent avec bonheur de compléter son œuvre oratoire et de saisir sa politique réformatrice. La prédication de Geoffroy Babion culmine dans un idéal élevé de réforme de l’Église et de conversion du cœur qui témoigne de la qualité de son souci de pasteur, de la noblesse de sa conception ecclésiale, mais aussi de son pragmatisme. Ce projet paraîtrait utopique et relever d’une pure idéalité, si ses actes ne prouvaient qu’il déploya une énergie inlassable pour transformer cette utopie en une vivante réalité !

Notes

1 N. BÉRIOU, « Les sermons », dans J. Berlioz et alii, Identifier sources et citations, Brepols, 1994, p. 201-209, ici p. 201.

2 N. BÉRIOU, « Les sermons latins après 1200 », dans dir. B.-M. KIENZLE, The sermon, Typologie des sources du Moyen Âge Occidental, n° 81-83 (désormais The Sermon), Turnhout, 2000, p. 363-446, ici p. 363-367 ; Id., L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, Paris, 1998, 2 vol. , sur la naissance d’un nouvel art de prêcher dans les années 1180-1230.

3 Le Ms. 198 d’Orléans, copié à Fleury-sur-Loire au XIIe siècle, comprend 41 sermons anonymes qui regroupent Gebuin de Troyes, Geoffroy Babion, Pierre le Mangeur, Yves de Chartres, Pierre Lombard, Hugues de Pontigny et Bernard de Clairvaux (IRHT). La plupart des sermons latins de Maurice de Sully, évêque de Paris, † 1196, ont été transmis dans des recueils composites, cf. J. LONGÈRE, Les sermons latins de Maurice de Sully, évêque de Paris († 1196). Contribution à l’histoire de la tradition manuscrite, Dordrecht, 1988.

4 La Patrologie Latine (désormais PL), au t. 171, attribue à l’évêque du Mans, Hildebert de Lavardin, 144 sermons, mais 9 seulement sont effectivement de lui. Les autres sont à restituer à Geoffroy Babion (54), Maurice de Sully (7), Pierre Lombard (25), Pierre le Mangeur (24)… Cf. B. HAURÉAU, « Notice sur les sermons d’Hildebert de Lavardin », dans Notices et extraits des manuscrits de la Biblitothèque Nationale, t. XXXII.2, 1888, p. 106-166 et A. WILMART, n. 10, infra.

5 J. LONGÈRE, Œuvres oratoires des maîtres parisiens au XIIe siècle : étude historique et doctrinale, Paris, 1975, 2 vol. L’ouvrage The Sermon traduit fort bien cette préférence donnée à la prédication monastique ou au second XIIe siècle : B.-M. KIENZLE, « The twelfth-century monastic sermon », p. 271-312 ; M. ZIER, « Sermons of the twelfth century schoolmasters andcanons », p. 325-362. N. BÉRIOU mentionne Babion incidemment à trois reprises dans L’avènement…, p. 23, 70, 139.

6 Voir J. LONGÈRE, La prédication médiévale, Paris, 1983 (désormais Prédication), p. 54-80 ; La parole du prédicateur, Ve-XVe siècles, dir. M. LAUWERS, R. MARIA DESSI, Nice, 1997, notamment M. LAUWERS, « Predicatio – exhortatio. L’Église, la réforme et les laïcs (XIe-XIIIe siècles), p. 187-232 et P. HENRIET, « Verbum Dei disseminando. La parole des ermites prédicateurs d’après les sources hagiographiques (XIe-XIIe siècles) », p. 153-184. Sur ce réveil pastoral d’évêques attentifs à la prédication, N. BÉRIOU, L’avènement…, p. 17-25, p. 70, n. 224.

7 J.-P. BONNES, « Un des plus grands prédicateurs du XIIe siècle, Geoffroy du Loroux dit Babion », Revue Bénédictine, LVI (1945-1946), p. 174-215, ici p. 174 (désormais BONNES). Un manuscrit d’Ivrée du XIVe siècle note à propos d’une poésie dédiée à la Vierge : « Rythme de maître Geoffroy Babion d’Angers qui a fait le livre des sermons commençant par les mots dicite pusillanimes… », cf. Dom G. MORIN, « Un écrivain belge ignoré du XIIe siècle. Geoffroi de Bath ou Geoffroy Babion ? », Revue Bénédictine, X (1893), p. 28-36, p. 34 (désormais MORIN) ; hymne édité par F.-J. MONE, Hymni latini medii aevi, t. 2, Fribourg, 1854, p. 361-365.

8 Dom A. BEAUGENDRE, Venerabilis Hildeberti opera omnia, Paris, 1708 ; éd. aggravée par BOURASSÉ et reproduite en PL 171, col. 339-963.

9 Histoire Littéraire de la France, par les Bénédictins de Saint-Maur, t. IX, Paris, 1770, p. 50-51 ; p. 520-521. J. PITSEUS, De illustribus Angliae scriptoribus, Paris, 1619, p. 840 ; il y eut confusion avec un certain Pierre Babion, poète anglais qui vécut au XIVe siècle, cf. BONNES, p. 191 ; Dom G. MORIN, p. 145-146. Outre ses sermons, ils lui restituaient un traité sur la puissance royale qui est en fait son sermon 41 et un commentaire sur l’évangile de saint Matthieu, d’après un manuscrit conservé à l’abbaye de Cîteaux : Gaufridi Babuni super Mattheum, auj. BM Troyes 227. Il est édité sous le nom d’Anselme de Laon (PL 162, col. 1228-1500), mais son attribution à Babion divise les critiques, cf. F. STEGMÜLLER, Repertorium biblicum medii aevi, t. 2, Madrid, 1950, p. 359-360 et B. SMALLEY, « Some Gospel Commentaries of the Early 12 th Century », Recherches de théologie ancienne et médiévale, XLV (1978), p. 147-180.

10 Sur les sermons de Geoffroy Babion, B. HAURÉAU, Notices et Extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, t. XXXI.2 (1886), p. 126-144 et t. XXXII.2 (1888), p. 106-166. Dom G. MORIN, cf. supra n. 7. A. WILMART, « Les sermons d’Hildebert de Lavardin », Revue Bénédictine, XLVII (1935), p. 12-51 ; sur Babion, p. 20-21, n. 4. W. LAMPEN o.f.m., « De sermonibus Gaufredi Babionis, scholastici Andegavensis », Antonianum, XIX (1944), p. 145-168, p. 152.

11 BONNES, supra n. 7. Auteur en 1946 avec Dom J. LECLERCQ d’une biographie de Jean de Fécamp, un maître spirituel du XIe siècle, qui achevait un travail débuté par Wilmart, il eut peut-être accès aux notes de ce dernier qui avait déjà répertorié une trentaine d’exemplaires manuscrits de la collection de Babion. En 1949, il publiait un ouvrage sur les homéliaires patristiques. La maladie l’empêcha de poursuivre son œuvre et Babion n’eut pas l’honneur d’une édition scientifique.

12 J.-B. SCHNEYER, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, t. 2, Gaufridus Babion, Münster i. W., 1970, p. 150-159 (désormais Repertorium). Voir M. ZIER, « Sermons of the twelfth century schoolmasters and canons », dans The sermon, p. 347.

13 H. CLAUDE, « Autour du schisme d’Anaclet, saint Bernard et Girard d’Angoulême », dans Mélanges saint Bernard, Dijon, 1953, p. 80-93. Dom J. BECQUET, « Geoffroy Babion, archevêque de Bordeaux », dans Dictionnaire de Spiritualité, t. VI (1965), col. 229-231. Dom G.-M. OURY, « La vie contemplative menée en communauté d’après Geoffroi Babion », dans Études ligériennes d’histoire et d’archéologie médiévales, Auxerre, 1975, p. 297-305 ; « Evêques, moines et ermites en Aquitaine face au schisme d’Anaclet », dans Colloque du millénaire de la Réole, 1978, p. 119-141 ; « Les sermons de Geoffroy Babion et la chrétienté bordelaise, 1136-53 », Cahiers de Civilisation Médiévale, XXII (1979), p. 285-297. J.-H. FOULON, « Le clerc et son image dans la prédication synodale de Geoffroy Babion, archevêque de Bordeaux, (1136-1158) », dans Le clerc séculier au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 45-61.

14 Cartulaire Noir de la cathédrale Saint-Maurice d’Angers, éd. C. URSEAU, Paris-Angers, 1908, C115, p. 200, 1103 ; C 98bis, p. 181, 9 mai 1103 ; C 81, p. 155, 4 juin 1106. Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin-d’Angers, éd. A. BERTRAND de BROUSSILLON, Paris, 1903, t. 1, C 110, p. 131, 1104. Cf. J. RIVIÈRE, « Magister Babio Balbutiens », Revue du Moyen Âge Latin, I (1945), p. 310, notre maître fameux bégayait, ce qui lui valut ce surnom de Babio (Balbus, balbio, balbo : bègue, bégayer).

15 La numérotation des sermons employée dans cet article renvoie, par souci de clarté, uniquement à la liste établie par BONNES, p. 200-05. S. 11, sermon d’entrée en pénitence publique au début du carême ; S. 23 d’absolution de pénitents publiques durant la semaine sainte ; S. 7, 18, 30 sur le pouvoir des clefs conféré à l’évêque comme vicaire des Apôtres. Les sermons synodaux particulièrement nombreux sont ceux d’un évêque, S. 33, 35… Cf. Dom G.-M. OURY, « Les sermons… », p. 287-288.

16 BONNES, p. 191-98, Geoffroy était un prénom trop courant pour permettre une quelconque identification, à la différence du surnom plus rare. W. WATTENBACH, « Mitteilungen aus Handschriften », Neues Archiv, VIII (1883), p. 192-93 : est ratio quare bafio dici merearis. Olim cum babio dici cunctis merearis. Olim dictus eras babio, sed pro babione amodo dictus eris bafio iusta ratione. Hauréau prit plaisir à préciser : « on ne peut assurer que, pour ces clercsgrossiers du Moyen Âge, un pourceau soit nécessairement un évêque » ! On remarquera que dans certains manuscrits, ces controverses sur l’érémitisme suivent les sermons de Babion, Brux. BR 1979-85, f° 128-142 v°. Le seul manuscrit où l’on a retrouvé le poème du chanoine de Chartres, Payen Bolotin, a appartenu à un volume de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers, daté du milieu du XIIIe siècle, qui contenait aussi une collection de sermons où figure le nom de l’écolâtre d’Angers (BNF Lat 8433), cf. J. LECLERCQ, « Le poème de Payen Bolotin contre les faux ermites », Revue Bénédictine, LXVIII (1958), p. 52-86, ici p. 78.

17 Dom G.-M. OURY, « Les sermons… », p. 285-86. Sur la datation de son début d’archiépiscopat, voir J.-H. FOULON, « L’anticléricalisme dans la prédication de Geoffroy du Loroux, dit Babion, archevêque de Bordeaux (1136-1158) », dans L’anticléricalisme en France méridionale (milieu XIIe-début XIVe siècle), Cahiers de Fanjeaux, t. 38, 2003, p. 41-75, ici n. 17, p. 70-71.

18 S. 11, 46, 47, 56, 57, 61… Sur le S. 41 et une charte de 1138, cf. infra n. 67.

19 Pour tout ce qui suit et pour la mention précise des sources, on se reportera à la première partie de notre étude, dans les Cahiers de Fanjeaux, t. 38, p. 43-51.

20 L’idée d’un passage par un monastère bénédictin fut avancée par Dom G.-M. OURY, « La vie contemplative… », p. 297-305. S. 49, 40. Autres sermons monastiques : S. 36-39 ; S. 17, 20, 21, 22, 34.

21 Gallia Christ., t. II, 814A ; PL 160, 484C.

22 Nous n’indiquons ici que les manuscrits que nous avons effectivement vérifiés ou consultés, environ soixante-dix exemplaires. Un important travail de recherche est encore à poursuivre. BNF Lat. 3810, 3830, 3833 ; Maz. 731, 940 ; Cambrai 590, Troyes 1628, Douai 500 (XIVe) ; Lambeth Palace 391… Le Chartres 238 a été détruit en 1945. Le Ms. 3008 (JA 7341) issu de la collection du major Abbey pourrait être un exemplaire intéressant (Geoffroy Babion et Hildebert de Lavardin, sermones catholicorum, Est de l’Angleterre, second quart du XIIe siècle), mais il faudrait savoir qui le possède actuellement, cf. Scriptorium 44 (1990), p. 57-58, d’après le Catalogue of the celebrated library of the late major J.-R. Abbey, Londres, Sothebys’, 1989. Manuscrits comportant le nom de Babion : Douai 499, Auxerre 39, Rouen A388 (616) ; BNF Lat. 17251, 14933, 8433, 14934 ; Bruxelles Bib. royale 1979-85 (1877) ; British Library Add. 19724.

23 Ils sont particulièrement abondants : BNF Lat. 712, 28512, 2653, 2702, 2950, 3454, 3549, 3570, 3572, 3572A, 3576, 3750, 3813, 14932, 14935 ; N.Acq. Lat. 547 ; Arsenal 272, 400. Nice 3, Laon 283 et 303, Orléans 198, Rouen 553, Colmar 128, Bordeaux 262 et 283, Angers 247 et 241, Avignon 591, Nîmes 42, Troyes 1082 ; Vat. urbin. 108… Le Bordeaux 382 contient des arrêts du conseil d’État (XVII-XVIIIe siècles) et non des sermons de Babion.

24 Ils sont assez nombreux : BNF Lat 585, 2839, 3832, 3804A, 3825 ; Maz. 1000, 1005 ; Evreux 38 ; Tours 501, 136 ; Besançon 233, Bordeaux 281, Angers 304, Reims 579, Laon 309, Arras 752, Valenciennes 225, Troyes 1100. Vat. Lat. 7918 (7818 ?) ; Lambeth Palace 185…

25 Repertorium, t. 2, p. 150-159 : il utilise principalement les Ms. Reims 579, BNF Lat 17251 et, pour divers isolés, les BNF Lat 3832, 3810, 3750, 14934 ; Bordeaux 283, Mazarine 1005. Mais, l’ordre suivi n’est pas celui du manuscrit source, comme le signale N. BÉRIOU (supra n. 1), dans Identifier sources…, p. 205. Il conserve tout d’abord l’ordre indiqué par Bonnes (n° 1-75) avec quelques ajouts : 50a ? (la référence à l’édition est fausse) ; 65a ? Les numéros : 17, 22, 24, 27, 36, 37, 38, 39, 40, 43, 46, 52-54, 56-58 n’ont pas de référence manuscrite ou d’édition ! ? Une erreur d’édition de BONNES n’est pas rectifiée : le S. 64 et son incipit avaient sauté dans l’annexe, p. 204, il faut lire : Qui descendunt mare (Ps 106, 23)… Conqueritur Dominus… (éd. PL 147, col. 233 ; c’est le n° 77 de SCHNEYER). Puis, suivent 17 sermons divers issus du Ms Reims 579 (mais 7 sermons situés à la fin de ce manuscrit, f° 117ss…, ne sont pas repris, sans raison évidente). Les n° 92-100 collationnent quelques sermons isolés d’après 4 autres manuscrits. La cohérence des choix et des ajouts n’est pas justifiée, ni éclairée par la bibliographie. Toutefois, la plupart des manuscrits invoqués sont ceux indiqués par Bonnes comme portant le nom de Babion. C’est la seule piste repérable.

26 HAURÉAU en avait repéré six : BNF Lat. 8433, 14933, 14934, 17251, Auxerre 39, Douai 499. BONNES en ajouta cinq : Bordeaux 283, Reims 579, Rouen 616, British « Museum » (lire en fait Library) Add. 19724, Lambeth Palace 391. LAMPEN en identifia deux autres : Bruxelles Bib. Royale 1979-85 (1877) et un Vat. Lat 7918 (ou 7818, il donne les deux références ?) trop incomplet pour être utile. Cet aspect n’est pas précisé dans la liste donnée par le Repertorium.

27 BONNES, p. 181, n. 1. Nous tenons à remercier vivement les différents conservateurs qui nous ont apporté leur précieux concours pour une vérification sur pièce ou pour une datation : Mmes D. Quereux-Sbaï (Bibliothèque de Reims) ; M.-D. Nobécourt Mutarelli (bibliothèque de Rouen) ; S. Wickham (Lambeth Palace) ; Mr M.-J. Boggan (British Library) ; Mme M.-F. Damongeot et Mr F. Avril (section latine du département des manuscrits de la BNF).

28 On pourrait presque croire à une erreur de transcription ou d’édition ? Mais, le Bordeaux 382 n’est pas un sermonnaire et le Ms. 281, qui comprend une liste importante de sermons de Babion, est également anonyme…

29 Cf. Lambeth Library, Catalogue of manuscripts, p. 539-540, n° 391 : Sermones Babionis.

30 G.-M. OUY, V. GERZ VON BUREN, Le catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Paris de Claude de Grandrue, 1514, Paris, 1983 : QQ22 p. 248 ; OOO5 p. 399.

31 Ce titre, qui introduit la seconde partie du sermonnaire 14933, est aujourd’hui coupé par la retaille du manuscrit lors de la reliure. Pierre le Mangeur dont les sermons figurent dans la première partie du manuscrit (f°1-97) meurt en 1178. C’est un recueil moins complet quant à la collection deBabion que le 14934, anonyme et postérieur. À la fin de ce manuscrit, une écriture fin XVe siècle a rajouté : sermones magistri Gaufridi Babuni inter quos habentur duo sermones Petri manducatoris quorum unus… etc, titre que l’on retrouve dans le catalogue de 1514, éd. p. 248.

32 B.-R. BRUX. 1979-85 (IRHT). Le catalogue de l’abbaye saint Adelbert d’Egmond, prope Alcmariam in hollandia, portait comme titre au n° 142 : item liber in quo optimi sermones de diversis temporibus continentur qui incipiunt dicite pusillanimes… (cf. W. LAMPEN, p. 150). Il s’agit peut-être du même manuscrit, alors anonyme quant le catalogue fut écrit ?

33 Cf. The Sermon, M. ZIER, p. 344. Malheureusement, il s’agit d’une copie qui présente des leçons souvent défectueuses par comparaison avec les autres manuscrits.

34 B. HAURÉAU, « Notice sur le Ms Lat. 17251 », Notices et Extraits…, t. XXXI. 2 (1886), p. 128-40. Les sermons de Babion se trouvent aux f° 47-75, sur une seule colonne. Ils sont entourés d’œuvres diverses : glose sur l’Apocalypse ; extraits de décisions canoniques ; puis divers passages de Léon le Grand, Augustin, Grégoire, Bède, aux f° 76-80…

35 Ex-libris du XVe siècle, f° 127v°.

36 Voir infra p. 81-82 les S. 5, 47. Deux tableaux comprenant la présence et l’ordre des sermons de Babion dans les manuscrits devaient figurer en annexe de cet article. À la suite de contraintes éditoriales, ils ont dû être supprimés.

37 On trouve ensuite, aux f° 146-171v°, des extraits de la Panormia d’Yves de Chartres, des lettres de Lietbert de Saint-Ruf et une correspondance entre Saint-Ruf et le pape Urbain II. Une main du XVIIIe siècle a ajouté sermones secundum M. Galfredum Babionem anglum (selon l’idée de Pitseus).

38 De même que les manuscrits anonymes Angers 304 et 247. Cf. B. HAURÉAU, Notices et extraits, t. XXXII.2 (1888), p. 83-107 : après des poèmes de Matthieu de Vendôme et une lettre d’Alcuin, les sermons de Babion se trouvent séparés en trois parties (f° 7-43 ; 47-60 ; f° 64, S. 60 isolé), entrecoupées de notes musicales avec des pièces en vers, un opuscule anonyme sur l’antichrist, un lapidaire…

39 Abbaye d’Anchin (fondée en 1079). Minuscule gothique de 33 lignes sur une seule colonne ; lettrine enluminée ou rehaussée, Catalogue de la Bibliothèque de Douai, p. 293.

40 Le Rouen 616 (A 388), provenant de Jumièges, est un manuscrit homogène du XIIIe siècle comprenant des sermons rapportés à Babion (f° 1-166) et rubriqués en majuscules de couleur rouge ; suivis de dix sermons d’Augustin (f° 166-180). La première page comporte une lettrine coloriée assez simple, avec au-dessus un titre rubriqué : incipiu(n)t omelie mag(ist)ri Galfredi Babion. Omel (ie) p(r)ima de adve(n)tu d(omi)ni. L’écriture du titre est identique à celle du texte et paraît contemporaine. Mais, l’ordre est très différent de celui de la collection finale ; il comprend 72 sermons recensés sur la liste de Bonnes et 40 sermons supplémentaires. Le Br. Lib. Add. 19724 est un sermonnaire écrit en Germanie au XIIe siècle. Mis sous le nom de Babion (sermones Magistri Babionis), il ne comprend que 22 sermons très dispersés devant lui être restitués.

41 On laissera de côté les exemplaires ne contenant que la série du temps liturgique qui n’apportent pas d’informations supplémentaires : Maz 940, Maz 731, BNF Lat. 3825…

42 Le dernier sermon, de la même main, est le n° 60 de Babion avec un incipit modifié (Os 4,2 au lieu de Os 4,1 : maledictum et mendatium…) ; cinq des sept sermons restants sont communs avec le ms. Rouen 616, aux f° 168-179. Ils suivent, dans les deux cas, le S. 69 de Babion (en fait, un sermon douteux d’Augustin, le 393).

43 Manuscrit anonyme des Carmes de Bruxelles ? Cf. J. LECLERCQ, « Un formulaire écrit dans l’ouest de la France au XIIe siècle », dans Mélanges R. Crozet, Poitiers, 1966, t. 2, p. 765-775.

44 BNF Lat. 3833, abbaye du Breuil-Benoît, cf. Catalogue général des manuscrits latins, t. 7, Homéliaires, Paris, 1988, p. 461-64 : f° 1-83, Babion ; 85-87, Hugues de Saint-Victor, De amore sponsi… Troyes 1628 (IRHT) : f° 1-10, Babion ; f° 10-18, Pierre Lombard ; f°18-20, liber quare ; f° 20-22, expositiones d’Amalère de Trèves ; f° 22-23, de dedicatione ecclesiae ; f° 23-23, un pseudo-Augustin ; f° 24-27, Raban Maur ; f° 28-124, Babion ; f° 124-27, S. 1 d’Hildebert ; f° 127-154, Babion ; f° 154-56, S. 23 d’Yves de Chartres.

45 Cf. M. ZIER, dans The Sermon, p. 333-34 ; N. BÉRIOU, L’avènement…, p. 22-23.

46 On le voit apparaître à plusieurs reprises dans des privilèges royaux ou de passage à Paris : à Orléans en 1140, Th. GRASILIER, Cartulaire de l’abbaye royale de Notre-Dame de Saintes, Niort, 1871, C 47 ; à Paris, puis Lorris, en 1143, A. LUCHAIRE, Études sur les actes de Louis VII, Paris, 1885, n° 117, 127, 129 ; à Poitiers en 1146, Id., n° 188. Le 11 juin 1144, Geoffroy consacra, dans la crypte de Saint-Denis, l’autel majeur en l’honneur de la Vierge Marie, à la demande de Suger, cf. F. GASPARRI, Suger, Œuvres, t. 1, Paris, 1996, p. 42, 50.

47 R.-H. BAUTIER, « Les origines et les premiers développements de l’abbaye Saint-Victor de Paris », dans L’abbaye parisienne de Saint-Victor au Moyen Âge, dir. J. LONGÈRE, Paris, 1991, p. 37-50. Étienne de Senlis reprit le contrôle des écoles à l’encontre du chapitre en 1126 ; puis, appuyé par saint Bernard, entreprit de mettre des chanoines réguliers dans des prébendes de Notre-Dame de Paris, vers 1128-1133. J. LONGÈRE, « La fonction pastorale de Saint-Victor à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle », id., p. 291-313 ; sur la pénitence, p. 302.

48 J. LONGÈRE, Prédication, p. 63-65.

49 BONNES, p. 182.

50 S. 64 : BNF Lat. 3832, Reims 579, suivi ou précédé par des sermons anonymes. S. 70 : Rouen 616, Lat. 3832, Reims 579, dans des séries de Babion selon un ordre très variable. S. 71 : Rouen 616, entre les S. 14 et 13 ; Reims 579 entre deux anonymes ; Lat 3832, entre les S. 63 et 36 ; Laon 309, après un groupement de divers auteurs. S. 74 : uniquement en Cambrai 590, entre les S. 66 et 62 ; il est attribué à Fulbert de Chartres ( ?), éd. PL141, 324. S. 75 : Reims 579, entre les S. 13 et 44 ; Lat. 3832 entre les S. 20 et 53… S. 76 : BNF Lat. 3570, au milieu d’anonymes ; Reims 579, entre le 34 et un anonyme.

51 BNF Lat. 17251, f° 74 v° : apposita nobis ad manducandum caro Christi…, Repertorium, n° 94, éd. PL 171, 601B-606A. BNF Lat. 14934, f°160, deux sermons sur saint Laurent : Beati Laurentii martyris, cuis natalis hodie clamamus passionem…, Repertorium, n° 95 et n° 97, Quotiescumque, F.K., sanctorum martyrum sollemnia celebramus… ; et au f° 176v°, Audivimus Fratres carissimi, prophetam dicentem, Non tardes converti (Eccli, 5,8), Repertorium, n° 93, on le retrouve également en fin de série en Lambeth Pal. 391 et Rouen 616, mais cette fois après le S. 69 de Babion. Brux. Bibl. Roy. 1979-85, f° 125v°, Super flumina Babilonis illic sedimus… (Ps 136,1)… In sacra pagina sepe legentes duas civitates… Cambrai 590, f° 122v° : Quot modis temptatus est Adam ?… BNF Lat. 3830, f° 7v°-11 : Nativitatem Domini nostri Ihesu Christi sicut nostris hodie celebramus… Pauper fieri Jhesus Christus Dominus noster… Id. en BNF Lat. 14932, f° 251-53, anonyme.

52 BNF Lat. 17251, f° 51, Refert enim historia…, éd. PL171, 730B ; cf. BHL4320 et W. LAMPEN, p. 153, n. 2.

53 Id., f° 53v°, sermo ad clericos ; f° 55, rubriques : De avaritia sermo ; De rapina, alius sermo ; De sacrificio sermo ; De ultione rapine.

54 BNF Lat. 8433, f° 59v°, les trois développements sont rubriqués, comme dans le Lat. 17251. Lat. 14933, f° 160 : chaque paragraphe débute comme un petit sermon distinct par une majuscule, selon les mêmes incipit que le Lat. 17251, mais sans les rubriques ; f° 161, on trouve la fin du S. 46 qui avait été interrompu au f° 159v° ; enfin apparaît l’incipit du S. 47, f° 161v°, Facta sunt encenia…, qui prend fin avec non pro rapina sed pro tenacitate, endroit où prennent place les développements susdits lorsque le sermon 47 figure en entier dans son état final (est aliud…) ; le copiste a peut-être interverti la fin des S. 46 et 47 ? Suivent les autres sermons de dédicace (48, 49, 50).

55 Aux 39, f° 127v°, début du S. 47, In dedicatione ecclesiae : Facta sunt encenia… ; De tenacitate, f° 129 ; De rapina, f° 130 ; De sacrilegio, De ultione rapine, f° 130v° ; De ultione male tractantium vasa domini, f° 131. BNF Lat. 3830, f° 113-116v° ; Troyes 1628, Idem, avec ces mêmes rubriques… Mais, dans la plupart des autres manuscrits, les rubriques ont disparu ; le sermon se poursuit sans interruption et seuls les incipit des 4 petits développements permettent de retrouver les passages indiqués auparavant par celles-ci : Rouen 616, f° 135v°-137v° ; Cambrai 590, f° 137v°-141… L’édition du sermon 47 devait figurer en annexe II. Il a dû être supprimé suite à des contraintes éditoriales…

56 BNF Lat. 8433 : S 36, 39, 40 aux contemplatifs ; S.42, 43, 44 aux prêtres. Aux.39 : S.36, 39, 40 aux contemplatifs ; S. 41, 42, 43, 44, 63 + 45, 46 aux prêtres. Le S. 63, un synodal, conserva une place variable.

57 Lat. 8433 : S.52, 53 +60 isolé (un sermon squelette sur lequel on improvise) ; Aux. 39 : S.52, 53, 65 + 60 isolé dans le cycle liturgique.

58 Peut-être s’est-il surtout appuyé sur les témoins parisiens (en suivant le témoignage du Lat. 14933 où le sermon 46 est suivi du 47 ; et les Lat. 14934, 8433, 3833) ou bien a-t-il commis une erreur en intervertissant les deux sermons de même incipit (46 et 54) par rapport à l’ordre le plus courant dans les manuscrits ? Ou encore s’agit-il d’un ordre chronologique d’apparition dans les séries manuscrites ? Cette dernière explication paraît la plus plausible. Il aurait ainsi voulu rendre compte, dans sa liste, des refontes successives de la collection.

59 S. 42-46, 55-58 ; avec ou sans les synodaux dispersés S.63, 73, cf. Troyes 1628, Cambrai 590 ; puis 54, 47, 48, 49, 50 ; enfin, 51, 52, 53, 65, 59, 60, 61, 62.

60 Cambrai 590, Bruxelles 1877, Troyes 1628… Le sermon 72 inédit (induite vos armaturam Dei…, Eph. 6, 13) existe dans trois exemplaires : Cambrai 590, f°75v°-77 ; Lat. 3810, f°79-80, et Troyes 1628, mais il n’est jamais rubriqué et occupe une place toujours différente soit dans le cycle liturgique, soit entre deux synodaux. On ne sait donc où le replacer, si ce n’est en fin de série. On retrouverait, en revanche, dans d’autres manuscrits une partie plus ou moins développée de cet ordre final : Besançon 233, Tours 501, Angers 304 ; Maz. 940, 731…

61 J. LONGÈRE, Prédication…, p. 142. On trouve dans le Repertorium la liste des dimanches auxquels les thèmes scripturaires correspondent : S. 1, premier dimanche de l’Avent ; S. 2, pour la Nativité ; S. 3, id., Tite 3, 4-5 qui est l’épître lue au cours de la messe de l’Aurore, le jour de Noël ; S. 6, Vigiles de l’épiphanie… Il y a une prédilection pour certains moments liturgiques (6sermons correspondent au premier dimanche de Carême)…

62 Fêtes de saint Étienne, Jean l’évangéliste, purification de la Vierge Marie. La saint Jean-Baptiste compléta et acheva le cycle liturgique. Dans le cas des manuscrits anonymes, certains copistes ont cherché à compléter la collection pour avoir un cycle liturgique plus complet, Besançon 233, ou plus fourni en sermons divers pour le sanctoral, Br. Lib. add. 19724…

63 Il faudrait aussi mesurer les influences qu’ont pu exercer des traditions manuscrites différentes et isoler des familles de manuscrits, mais ce travail dépasserait les limites de la présente étude. Les tableaux décrivant les séries manuscrites (supprimés de la présente édition faute de place) montrent quelques dépendances évidentes. Certains regroupements sont aussi communs aux Lat. 8433 et Aux. 39. Le lien entre ce dernier manuscrit et le Lat. 14933 serait à éclairer : tradition différente, antériorité, postériorité ? Mais, les deux modèles du Lat. 14933 et du Douai 499 paraissent traduire deux types de consignations successives, l’une avec la série précoce des dédicace et des sermons au peuple ; l’autre avec une deuxième série de synodaux et d’autres sermons ad populum.

64 Il étudia à Angers peu avant que Babion n’apparaisse comme maître des écoles et organisa lui-même la survie de son œuvre littéraire. Cf. A. WILMART, « La collection chronologique des lettres de Geoffroy de Vendôme », Revue Bénédictine, 43 (1931), p. 239-245 ; 45 (1933), p. 79-82 ; 46 (1934), p. 417-419, et G. GIORDANENGO, Geoffroy de Vendôme, Œuvres, Paris, 1996. On a alors une datation très précise : S. 1, 1107-10 ; S. 2, 1110 ; S. 3, 1118-1119 ; S. 4, 1122-1124 ; S. 5, 1120-1122…

65 Dans le cas bien connu de saint Bernard, l’étude des collections manuscrites a permis à Dom Leclercq de retrouver trois stades d’élaboration, Bernard ayant procédé après 1148 à une révision littéraire minutieuse de ses plus grandes œuvres. Les séries manuscrites de plus en plus complètes permettent ainsi de classer les sermons pour l’année selon leur ordre d’apparition, donc de savoir quels sont les plus anciens, cf. J. LECLERCQ, H. ROCHAIS, Sancti Bernardi Opera. Sermones, vol. IV, t. 1, Rome, 1966, p. 125-58.

66 Le contenu des sermons synodaux montre aussi une évolution thématique entre le premier et le second groupement, de la lutte réformatrice à une prédication plus pastorale, cf. J.-H. FOULON, « Le clerc… », p. 47 et n. 10. Les actes diplomatiques indiquent avec certitude la tenue d’au moins deux synodes : l’un en 1137 (peut-être le S. 35, où l’investiture laïque fut fortement dénoncée, est-il contemporain ?), Gallia Christiana, t. 2, instr., col. 322 ; l’autre en 1149 où fut consacré l’évêque Hélie d’Agen, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers, 888-1155, éd. L. RÉDET, Poitiers, 1874, C 189-190.

67 Le S. 41, PL 147, col. 219-223, est recoupé par le Cartulaire de l’abbaye Sainte-Croix de Bordeaux, éd. M. DUCAUNNÈS-DUVAL, L. DROUYN, Bordeaux, 1892, C 39, 1138, p. 65-66, sur le paiement d’un droit de procuration lors d’un retour de voyage ad limina. Le S. 26, où il est question de l’unité de l’Église, pourrait être aussi de cette époque.

68 Sur le contexte de l’avènement de Geoffroy comme archevêque, voir H. CLAUDE, Dom G.-M. OURY, supra, n. 13 et J.-H. FOULON, « L’anticléricalisme… », supra, n. 17. Les S. 5, 16, 24 mentionnent aussi des violences faites aux églises ou aux clercs et sont peut-être contemporains (le ton est proche des petits développements rubriqués du S. 47) ; ils figurent dans le BNF Lat. 17251.

69 S. 49, PL 171, col. 748-752. Ce sermon n’est pas une preuve que Geoffroy soit entré dans une communauté monastique telle que Saint-Nicolas d’Angers, avant son expérience érémitique. Il peut dater simplement de la période angevine où, en tant qu’écolâtre de la cathédrale, il dut être invité à prêcher pour la fête de la dédicace de l’église abbatiale. Le fait de porter un habit noir (S. 38) n’est pas non plus déterminant, cf. J.-H. FOULON, « L’anticléricalisme… », n. 10-11, p. 70. Il est aussi peu probable qu’il soit passé par Marmoutier. L’indice d’un Geoffroi moine, sans le surnom, est peu sûr, Cartulaire Blésois de Marmoutier, éd. C. MÉTAIS, Blois, 1889-91, prieuré de Louroux, C 134, p. 127-28, 1113. Devenu archevêque, Babion s’intéressa fort peu à Marmoutier, si ce n’est pour arbitrer un différend à la demande du pape Eugêne III, cf. J. RAMACKERS, Papsturkunden im Frankreich, Neue Folge, Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, Göttingen, 1956, C 69, 1146.

70 S. 40, PL 171, col. 901-905. Les allusions à la Vierge dont il convient d’imiter l’exemple pourraient désigner le vocable de Notre-Dame sous lequel étaient placées les moniales du Ronceray (L’Histoire Littéraire… cite une charte de ce monastère où Babion est qualifié d’archiscolasticus en 1110 ?) et de Saintes (Cartulaire de l’abbaye royale de Notre-Dame de Saintes, éd. Th. GRASILIER, Niort, 1871 : C 24, 25, 30, 47, 236, 243). Les vices stigmatisés par le prédicateur évoquent ces anciennes communautés féminines où entraient les filles richement dotées : vierges insensées à la recherche de la gloire mondaine et des faveurs humaines ; orgueilleuses à cause de leur savoir ou de leur noblesse ; bavardes, envieuses, souffrant de cette pauvreté à laquelle le Christ les a appelées… !

71 Cartulaire de Fontaine-le-Comte, éd. G. PON, Poitiers, 1982, C 1, paupertatem Christi elegerunt. On retrouve la même expression dans le S. 37, PL 171, col. 876. Sur les rapports entre la vie des ermites et des moines, S. 34, 38, 49. Les S. 37 et 38 développent davantage le thème de l’Église primitive et de la communion fraternelle dans l’unanimité, selon un esprit proche de la règle de saint Augustin. On retrouverait une thématique identique dans certains sermons du temps liturgique : sur la charité fraternelle, S. 20, 21, 22 ; le thème de la suite du Christ et de la pauvreté est trop général pour être indicatif, S. 6, 7, 14, 15, 17, 20, 25, 28… Cependant, la plupart d’entre eux sont déjà dans le BNF Lat. 17251.

72 L’état final du recueil de Pierre Lombard paraît postérieur à sa mort en 1160, cf. J. LONGÈRE, Œuvres oratoires…, p. 14.

73 Le Nîmes 42 a appartenu au monastère Saint-André d’Avignon ; le Laon 283 à l’abbaye de Cuissy ; le Troyes 1100 à Clairvaux ; les Arras 752 et 1000 sont des sermonnaires de l’abbaye Saint-Vaast… L’Arsenal 394, XIIIe siècle, vient aussi du fond de Saint-Victor de Paris.

74 C’est également le cas des manuscrits interpolés à partir d’une collection de Babion. Le Brit Lib. add. 19724 était pourvu d’une petite préface donnant quelques conseils pratiques à ceux qui voulaient monter en chaire : Cum sermonem facis non debes, protenta manu, quasi verba in faciem populi iactare, nec clausis oculis vel in terram fixis, aut suppremo vultu stare, neque caput ut insanus movere vel os in diversa torquere. Sed ita rethorica instruit decenti gestu pronuntiare verba composite et humiliter formare, tristia tristi voce, leta hilari voce, dura acri voce, humilia suppressa voce proferre, ut magis videaris auditoribus te ipsas res spectare quam te audire verbis eas representare. Le Lat. Munich 14348, f° 72 (XIIe s., anonyme selon BONNES), possède, dans le cours du texte, des rubriques précisant : « insérez ici quelques exemples de la miséricorde et de la clémence divine, puis continuez ainsi », cf. G. MORIN, p. 34.

75 Un sermon pour l’Avent ; un sermon personnel sur Noël ; l’autre est en fait un emprunt légèrement modifié à Césaire d’Arles ; un pour les vigiles de l’Épiphanie ; le tout complété par trois sermons du Sanctoral.

76 De 1144 à 1159, à l’époque des principales consignations faites par Babion, Pierre Lombard était devenu un maître parisien célèbre. Les deux hommes durent se connaître, ne serait-ce qu’à cause de l’opposition du Lombard à Gilbert de la Porrée, l’évêque de Poitiers chez qui Babion avait trouvé refuge durant son exil. Geoffroy suivit l’affaire de près et évita de prendre parti en 1148, Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. 14, p. 329. Il soutint son ami jusqu’à sa mort et présida ses funérailles, Gallia Christ., II, col. 1177-78 ; cf. J.-H. FOULON, « L’anticléricalisme… », p. 49-50. Babion restait attentif aux débats intellectuels et avait conscience de l’importance qu’avaient acquise les milieux scolaires.

77 Les S. 35, 11, 23… du BNF Lat. 17251 sont ceux d’un évêque.

78 J. LONGÈRE, Prédication…, p. 68-75, pour Abélard, Pierre Lombard, Maurice de Sully. On ne trouve chez Babion aucun sermon aux étudiants lié aux exercices de lectio, disputatio, predicatio…, ni une prédication savante à l’usage des clercs.

79 N. BÉRIOU, L’avènement…, p. 9, 17, 70. Il s’agit d’un réveil pastoral en matière de prédication qui est plus général, p. 16-71.

80 Voir les rubriques du S. 47 sur les rapines, le paiement des dîmes grâce à des vols, les sacrilèges et l’apparition d’une rubrique nouvelle sur l’irrévérence envers les vases d’église (calices, croix…).

81 Les sermons au peuple sont plus courts en général, S. 65, 52, 60…

82 N. BÉRIOU, L’avènement…, p. 21-25, celui de Maurice de Sully relève, néanmoins, d’un esprit nouveau.

83 Sur cette question, G. HASENOHR, « La prédication aux fidèles dans la première moitié du XIIe siècle : l’enseignement des “sermons limousins” », Heresis, XXX (1999), p. 53-91, les S. 10, 18 (ils figurent dans le manuscrit BNF Lat. 17251). Plusieurs manuscrits latins émanant de cette abbaye contiennent des collections incomplètes des œuvres de Babion : BNF Lat. 3454, 3572, 3804A, XIIe siècle ; 483, 3549, 585, XIIIe-XIVe siècles. On peut y retrouver ces deux sermons.

84 Il ne s’agit pas ici d’opposer deux « styles » ou deux « tons » de prédication, l’une qui conserverait la souplesse des homélies patristiques et l’autre, plus technique et rigide, qui recourrait aux procédés scolaires (J. LONGÈRE, Prédication, p. 75 ; N. BÉRIOU, L’avènement…, p. 139), mais seulement de souligner la continuité d’un fond patristique ancien.

85 Id., Prédication…, p. 140.

86 S. 2 (saint Césaire) ; S. 27 (Augustin). La fin de la collection correspond à des passages de Grégoire le Grand et d’Augustin (S. 67-69) ; il s’agit de textes choisis en raison de leur contenu : deux lettres de Grégoire à Jean évêque de Constantinople, l’une sur le primat romain, l’autre une sorte de petit traité sur l’office sacerdotal. Les deux sermons d’Augustin concernent les pratiques religieuses : œuvres de miséricorde et pénitence. Certains manuscrits ont trouvé bon d’amplifier les extraits des Pères : Rouen 616, f°166-180 ; L. Pal. 391 ; Cambrai 390…

87 Le S. 188 de Césaire est l’homélie courante lue pour l’Avent dans divers homéliaires : l’homéliaire romain, VIIe s. ; celui d’Alain de Farfa, fin VIIIe ; le romain d’Agimond ; celui de Vienne, fin VIIIe ; de Saint-Pierre du Vatican, Xe s., cf. R. GRÉGOIRE, Les homéliaires du haut Moyen Âge. Inventaire et analyse des manuscrits, Rome, Herder, 1966, p. 183, 65, 381, 282, 226. Id., Homéliaires liturgiques médiévaux. Analyse des manuscrits, Spolète, 1980.

88 Babion, S. 2, PL 171, 389D ; G. MORIN, Sancti Caesarii Arelatensis sermones, Turnhout, 1953, S. 188, p. 767-770, un passage est sauté et modifié (fin § 4 et 5).

89 La plupart des manuscrits de ses œuvres portent la rubrique sermones : BNF Lat. 17251, Lat. 14933… ; certains s’intitulent omelie magistri Galfridi Babion, Rouen 616 (mais on trouve également sermones au f° 140 v°, 142) ou exortationes Goiffredi Babionis, Douai 499… À l’origine, l’homélie se distingue du sermon, mais ces appellations ne paraissent pas au XIIe siècle refléter des genres littéraires différents ou deux types de prédication, cf. De l’homélie au sermon : histoire de la prédication médiévale, éd. J. HAMESSE et X. HERMAND, Louvain-la-Neuve, 1993.

90 J. LONGÈRE, Prédication, p. 15.

91 S. 1, les passages se font en rappelant la citation avec quia, ou sequitur ; S. 35, 769D, sed redeamus ad propositum…

92 S. 1, 29, 51…

93 S. 3, PL 171, 390-94, pour la messe de l’aurore de Noël. Babion part de l’épître à Tite 3, 4-5, puis décrit abondamment la scène de la Nativité à partir de citations prises chez Luc et en les expliquant grâce à des parallèles puisés dans l’Ancien Testament. Par là, il permet au peuple de mieux connaître le texte sacré. S. 65, 66.

94 L’utilisation des œuvres de Grégoire le Grand dans les sermons aux clercs est notoire. Il faudrait ajouter aux citations explicites (Étymologies d’Isidore de Séville, Interprétations des noms hébreux de Jérôme…), toutes les réminiscences implicites venues de la lecture assidue des Pères (Maxime de Turin, Julien Pomère…) qu’il conviendrait de relever dans une future édition.

95 S. 41, PL 171, 794B, les images tirées de la nature permettent d’appréhender l’unité profonde de l’Église : il y a de multiples rayons lumineux, mais une seule lumière ; de multiples rameaux sur l’arbre, mais un seul tronc ; de multiples divagations dans une rivière, mais une seule source… Le S. 50 utilise l’architecture de l’église dédicacée comme support de son enseignement, de façon à en dégager la signification mystique.

96 S. 1, PL 171, 343AB… Cf. W. LAMPEN, op. cit., p. 156-159.

97 Sur cette question, cf. J.-H. FOULON, « Le clerc… », p. 58 et n. 97, pour les synodaux ; pour les sermons liturgiques ou au peuple, il est plus difficile de se prononcer, mais les S. 10 et 18 ont été adaptés en langue vernaculaire, supra n. 83. L’état final demeure une forme littéraire et écrite.

98 H. BARRÉ, « Homéliaire », Dictionnaire de Spiritualité, t. VII-1, Paris, 1969, col. 599-606.

99 Cf. J. LECLERCQ, Regards monastiques sur le Christ au Moyen Âge, Paris, 1993. Pour toutes ces questions, on trouvera un remarquable exemple dans J. LONGÈRE, Les œuvres oratoires des maîtres parisiens…

100 S. 1, 3, 22, 15, 31, 28, 58…

101 S. 5, 6, 7, 15, 47… ; sur la croix, S. 15, 17, 22, 25, 31… Le thème d’un Christ pauvre et d’une sequela Christi dans la pauvreté est très présente dans sa prédication pour le temps liturgique : S. 6, 7, 8, 14, 15, 16, 17, 18, 25…

102 Elle a été ébauchée dans J.-H. FOULON, La réforme de l’Église dans la France de l’Ouest de la fin du XIe siècle au milieu du XIIe siècle. Ecclésiologie et mentalités réformatrices, Th. Dact., Paris, 1998, t. 2, p. 358-361.

103 S. 1, 2…, 59, 52, 65 ; sur le cœur, 1, 9, 14, 26, 16, 29, 2, 8, 51, 59, 60…

104 Une bonne partie de sa théologie de la pénitence est consacrée à développer le motif du repentir, cf. P. ANCIAUX, La théologie du sacrement de pénitence au XIIe siècle, Louvain-Gembloux, 1949, p. 144, 166-168, 174, 175, 183… S. 2, 7, 19, 20, 42, 47, 25, 58… Le choix de la pauvreté et le port de la croix doivent être volontaires : S. 10, 26, 16, 11…

105 Anges : S.31, 48… ; Au-delà : S.23, 506C. Deux cités : S.9, 12, 48, 53, 58…

106 Sa tâche est de transmettre la foi par la prédication et d’administrer les sacrements (S. 48, 38…) : Baptême, S. 6, 9, 63… ; Eucharistie et présence réelle, S. 21, 8, 19, 25, 73… Ainsi, S. 50 : Ecclesia, convocatio interpretatur, quia hic omnes convocantur, ut designetur quia omnes in eadem fide et dilectione uniti, unum corpus sunt.

107 J.-H. FOULON, La réforme…, t. 2, p. 468-72. Les prêtres ont pour mission d’arracher les âmes au tumulte du monde et de les amener à embrasser l’une des deux vies, S. 73.

108 Voir les injonctions synodales, S. 57, 58… ; les maux imputés au clergé bordelais, cf. J.-H. FOULON, L’anticléricalisme…, p. 51-58.

109 S. 20, PL 171, col. 545. S. 49, 38, 39, 36, 35, 18, 10, 13, 15, 34, 59, 1… J.-H. FOULON, t. 2, p. 558-560.

110 M. ZIER occulte en fait ces œuvres « épiscopales », dont il signale seulement les éditions (The sermon, p. 347), pour s’intéresser aux sermons du second XIIe siècle ; de la même façon Th.-N. HALL, p. 242-44, pour les évêques de Chartres. Hormis les sermons d’Hildebert révisés par A. Wilmart, l’œuvre oratoire de ces évêques, citée d’après les éditions vieillies de la Patrologie Latine, reste douteuse.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540