Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le médiéviste devant ses sources

 | 
Claude Carozzi
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Ordre du monde et temps du salut

Nécrologes et obituaires : une source privilégiée pour l’histoire des institutions ecclésiastiques et de la société au Moyen Âge ?

Jean-Loup Lemaitre

Texte intégral

Quelques points de vocabulaire

  • 1 Repertorium Fontium Historiae Medii Aevi, t. VIII/3, Fontes, O, Roma, 2000, p. 311.

1Il convient au préalable de préciser quelques points de vocabulaire, qui donneront aussi à l’exposé ses limites. NECROLOGIO, NECROLOGIUM, voilà le mot-clé. Les historiens italiens et allemands ne connaissent que lui. Les Libri vitae ou Libri memoriales sont une autre chose, bien définie. Necrologium, c’est d’ailleurs l’entrée, le lemme qui a été retenu pour le Repertorium Fontium Historiae Medii Ævi… mais, pour éviter toute ambiguïté, il y a aussi une entrée Obituarium, avec un simple renvoi : Vide Kalendarium et Necrologium1, car dans d’autres pays, en France, en Belgique, en Suisse, disons dans les pays francophones, on utilise plus volontiers « Obituaire », les deux mots ne recouvrant d’ailleurs pas les mêmes choses.

  • 2 Répertoire des documents nécrologiques français, publié sous la dir. de p. MAROT, par J.-L. LEMAITR (...)
  • 3 J.-L. LEMAITRE, Répertoire, p. 5-35.
  • 4 M. DYKMANS, « Les obituaires romains. Une définition suivie d’une vue d’ensemble », dans Studi Med (...)
  • 5 M. DYKMANS, Obituaire du monastère de Groenendael dans la forêt de Soignes, Bruxelles, 1940 (Acadé (...)
  • 6 Cf. O. BLOCH, W. von WARTBURG, Dictionnaire étymologique de la langue française, 2e éd., Paris, 19 (...)

2En 1972, dom Nicolas Huyghebaert publiait le quatrième fascicule de la « Typologie des sources du Moyen Âge occidental », consacré aux « Documents nécrologiques », expression que nous avons également proposée au début de cette même année 1972 dans notre thèse de doctorat en histoire consacrée aux « Documents nécrologiques de la province de Bourges » en raison même de la diversité de la documentation. Toutefois, nous étions quant à l’interprétation des termes « nécrologe » et « obituaire » d’un avis différent de celui de dom Huyghebaert, et nous avons consacré en 1980 un chapitre de l’Introduction au Répertoire des documents nécrologiques français2 à ces questions : « Terminologie des documents nécrologiques », reposant sur l’examen de quelque trois mille manuscrits d’origine française3. L’interprétation du p. Huyghebaert avait été dans le même temps contestée dans un article des Studi Medievali, « Les obituaires romains, une définition suivie d’une vue d’ensemble »4, par un de ses compatriotes, le p. Marc Dykmans, éditeur de l’obituaire de Groenendael, publié en 19405. Disons, pour être bref, que Necrologium, mot tiré du grec, n’apparaît dans aucun texte ancien mais est un néologisme qui a eu la faveur des érudits des XVIIe et XVIIIe siècles, attesté en français dès 16406, alors qu’Obituarium, apparaît déjà dans les textes à la fin du XVe siècle. L’usage des contemporains est tout autre au Moyen Âge : ils emploient Analogium, Calendarium, Datarium, Martyrologium, Regula, et plus souvent simplement Liber, – Mortilogium et ses dérivés sont plus tardifs (XVIe-XVIIe siècles).

3En nous appuyant sur la forme et sur le contenu des textes, et surtout sur la manière dont l’inscription des défunts a été faite dans ces recueils, nous avons alors proposé la distinction suivante :

« Dans le nécrologe sont inscrits au jour connu (ou supposé) de leur mort les membres de la communauté, au sens large (fratres nostre congregationis), et toutes les personnes, bienfaiteurs ou autres, admises dans la confraternité de prière, dans la familiarité de cette communauté, par la volonté et le consentement de l’abbé, du doyen et du chapitre (amici in orationem suscepti) ».

  • 7 J.-L. LEMAITRE, Répertoire, p. 25.

« Dans l’obituaire figurent les personnes, membres de la communauté et autres, ayant demandé la célébration d’un anniversaire au sein et par les soins de la communauté et en ayant assuré l’exécution par une fondation dont les revenus servent à rémunérer les religieux chargés de sa célébration »7.

4Trois éléments principaux apparaissent donc dans ces textes : 1) le calendrier, 2) le défunt, 3) la fondation.

5Un nécrologe ne donnera en principe rien d’autre que le calendrier, le nom du défunt, sa qualité, et éventuellement une mention d’origine, de legs ou d’officium plenum. – Un obituaire fournira lui-aussi le calendrier, le nom du défunt et sa qualité, mais en plus la fondation d’anniversaire, avec plus ou moins de détails : assiette et débiteurs ; et s’il s’agit d’une communauté séculière, les distributions faites pour son exécution.

  • 8 Ibid., Supplément, p. 136-137, n° 3294.
  • 9 J.-L. LEMAITRE, Les documents nécrologiques de l’abbaye Saint-Pierre de Solignac, Paris, 1984 (Rec (...)
  • 10 J.-L. LEMAITRE, Mourir à Saint-Martial. La commémoration des morts et les obituaires à Saint-Marti (...)

6Dans la pratique, la distinction n’est pas toujours aussi tranchée : en effet, un nécrologe peut au fil du temps se transformer en obituaire et des notices portant fondations d’anniversaire peuvent prendre successivement la relève, sur un même support matériel, de simples mentions nominales de défunts, car ces documents ont parfois été utilisés pendant des siècles. Citons seulement ici l’obituaire de la collégiale Notre-Dame de Roncevaux, commencé au milieu du XIIIe siècle, et utilisé jusqu’au milieu du XIXe siècle, les dernières inscriptions remontant à 18588. Certaines abbayes privilégiées quant à la documentation conservée nous permettent de bien suivre cette évolution, c’est le cas, par exemple, au diocèse de Limoges, de Saint-Pierre de Solignac, avec un nécrologe composé vers 1151-1157 (mais recopié entre 1273/1290), un obituaire et un livre des anniversaires composé après 12739, ou de Saint-Martial de Limoges, avec une série de trois nécrologes composés entre 1063 et la fin du XIIe siècle, auxquels succèdent plusieurs obituaires rédigés au cours du XIIIe siècle10.

  • 11 C. SCALON, Fonti e ricerche per la storia del monastero benedettino di S. Maria di Aquileia, Udine (...)

7C’est cette catégorie documentaire, les obituaires, qui va nous servir ici de trame, car l’apport du premier type, qui peut être fort utile en matière de prosopographie ou d’anthroponymie, est évidemment beaucoup plus restreint puisque nous n’avons que de simples noms dans la plupart des cas. Citons seulement un court exemple, emprunté au nécrologe de S. Maria d’Aquileia, le 2 mars : Chezil presb(iter). Vidinus. Margarita. Iohannes11, ou le nécrologe de Corbie le 1er janvier : Ø… Rotbertus monachus | Johannes monachus Sancti Vedasti | Rotbertus \conversus/…, le 2 Ø… Walterus conversus, le 3. Hugo monachus Sancti Winnoci | Ava | Ricaldis., etc. On voit facilement que l’exploitation de tels textes est limitée et difficile.

8Un tableau permet de récapituler et de synthétiser ces données, qui n’apparaissent pas nécessairement toutes à l’intérieur d’un même texte :

Le calendrier

Calendrier romain
Lettres dominicales
Quantièmes
Notations liturgiques
– saint(s)
– fête
– degré de solennité de l’office
Martyrologe
– historique
– abrégé

Le défunt

Nomen, cognomen
Filiation
Qualité (membre de la communauté, moine ad succurrendum, associé…
Dignité (au sein de la communauté), charges… Origine géographique
– Date éventuelle de la mort (année, jour autre que celui de l’inscription)
Cause de la mort
Lieu de sépulture (avec absoute…)
– Mention de legs, bienfait, etc., envers la communauté
Notice à caractère biographique

La fondation

Auteur (si elle n’est pas ordonnée par le défunt dans son testament)
Nature et montant
Estimation (et estimations successives, remises à jour)
Rapport (et extinction)
Assiette (lieux et limites)
Débiteurs (et successions de ceux-ci)
Distributions ou pitances (montant et affectation)
Nature de l’office à célébrer
Sonneries de cloches, luminaire
Absoute sur la tombe

9Ce sont les éléments rassemblés dans ce tableau qui permettent, à travers les obituaires, d’esquisser une réponse à la question posée, « Nécrologes et obituaires, une source privilégiée pour l’histoire des institutions ecclésiastiques et de la société au Moyen Âge ? » Ne rêvons toutefois pas trop. L’obituaire n’est pas la panacée qui apportera la réponse à toutes les questions posées par l’historien. On n’écrira pas l’histoire de la société chrétienne au Moyen Âge en s’appuyant sur les seuls obituaires, mais, par contre, les négliger peut conduire à des lacunes, car ils nous permettent de mieux saisir, de mieux apprécier certains aspects des mentalités, des pratiques religieuses quotidiennes, du vécu chrétien. On comprendra aisément que nous ne passions pas ici tous les aspects possibles en revue, mais que nous nous limitions à quelques exemples susceptibles de montrer l’intérêt des obituaires en ce domaine.

L’obituaire témoin des pratiques commémoratives

  • 12 J.-L. LEMAITRE, « Les obituaires, témoins d’une mutation », dans L’Europa dei secoli XI e XII fra (...)

10C’est bien évidemment le premier point auquel l’on songe. Avec la mutation de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle12, on atteint à travers les obituaires la pratique quotidienne, et pas seulement monastique ou canoniale, de la commémoration des morts, mais aussi, en raison même de la documentation, une pratique plus urbaine que rurale.

11Qui fonde un anniversaire ? On ne saisit pas toujours bien l’appartenance sociale du fondateur, en particulier dans le cas des laïcs, car les clercs font toujours état de leur qualité. Et c’est là qu’apparaît une surprise, dès le XIIIe siècle en effet, on voit des moines fonder leur anniversaire, eux qui, en théorie, ne possèdent rien… La règle de saint Benoît précise (chapitre XXXIII) que le moine ne doit rien avoir en propre. C’est ainsi le cas au XIIIe et au XIVe siècle à Saint-Martial de Limoges.

  • 13 AD de la Haute-Vienne, 3 H 15, fol. 1 [Lemaitre, Répertoire, n° 2772]. [3. janv.] C. III NONAS. (1 (...)
  • 14 Ibid., fol. 2 v°. [12 janv.] II. E. II <IDUS>. (9) Obiit Ademarus de Podio, monachus, et dedit nobi (...)

12D’où le moine Gaubert de Lissac sort-il les 5 sous de rente qu’il donne, 3 sous sur la maison de la Chalussa aux Combes et 2 sous à Corgnac (des quartiers de Limoges)13, et le moine Adémar du Puy les 60 sous sur le grenier des Combes14, qui leur permettent de fonder leur anniversaire ? Il est vrai qu’un petit pécule est autorisé aux moines, dans certains monastères, dès la fin du XIIIe siècle. Cela montre aussi qu’il n’ont guère confiance dans la pratique de leurs confrères ; leur inscription au nécrologe devrait être automatique à leur mort, mais il semble bien qu’il n’en soit plus guère ainsi. Il ne sont d’ailleurs pas les seuls à agir ainsi ; on trouve à la même époque des fondations similaires dans l’abbaye voisine de Solignac (également de moines noirs).

  • 15 C. SCALON, Necrologium Aquileiense (Fonti per la storia della Chiesa in Friuli, I), Udine, 1982, p (...)
  • 16 C. SCALON, ibid., p. 286, n. 75.

13C’est la même chose chez les chanoines séculiers. Prenons l’exemple de Maître Alberic de Rome, inscrit le 25 août15, dans l’obituaire du chapitre cathédral d’Aquileia, en Frioul. Maître Albéric de Rome, chanoine et chantre bien connu par ailleurs16, a donné deux manses dans le village de Saint-Georges à Carisiaco, et la notice détaille tout ce qu’ils rapportent au chapitre : 6 setiers (staria) de froment, 6 de mil, 6 de blé, 6 conges de vin, 8 livres [en monnaie], une mesure d’huile pure et grasse, 6 poules avec leurs œufs, un marc et 32 deniers d’Aquilée de cens… Tout cela donc pour célébrer son anniversaire, pour lequel on invitera tous les prébendiers du chapitre, qui auront chacun la moitié de la part d’un chanoine. Cette pratique, celle des distributions, est courante dans tous les chapitres cathédraux au Moyen Âge.

  • 17 A. SARASIN, Obituaire de l’Église cathédrale de Saint-Pierre de Genève, Genève, 1882 (Mémoires et (...)
  • 18 Ibid., p. 24. [14 janvier] A. XIX KAL. FEBRUARII. – Anno Domini millesimo IIIIC LXVIto et die VII m (...)

14Citons encore le chanoine Amblard de Jenvillaz, inscrit le 16 mai, qui a donné au chapitre de Genève cinq sous de cens, qui doivent être distribués manuellement aux complies le jour de la Pentecôte17, ou Rodolphe du Bois, mort le 7 janvier 1466, inscrit le 14, qui donne au chapitre de Genève 20 livres de monnaie pour acquérir 20 sous de rentes annuelles à distribuer le jour de son anniversaire entre les chanoines qui résident en permanence, la moitié aux vêpres et à la vigile, et l’autre moitié après la messe des défunts et à la procession faite après celle-ci sur son tombeau. Il prend bien soin de préciser que les absents n’auront rien18.

  • 19 Voir par ex. J.-L. LEMAITRE, « La gestion des anniversaires au Moyen Âge », dans Croyances et gest (...)

15La célébration de l’anniversaire ne se fait plus gracieusement : il faut payer, que l’on soit moine ou chanoine, pour être inscrit dans l’obituaire, mais, en contrepartie, la célébration de l’anniversaire est rentable puisque, chez les moines, la communauté perçoit une somme qui doit bénéficier, en général sous forme de pitance, à l’ensemble des moines, tandis que chez les chanoines, ce sont les présents qui en bénéficient, ces revenus liés à la célébration des anniversaires formant la part esssentielle des revenus canoniaux avec les gros fruits (les revenus des prébendes). Il serait intéressant de calculer quel pourcentage ces distributions liées aux anniversaires peuvent représenter dans l’ensemble des revenus d’un chanoine, mais la chose est difficile, car il faudrait pour cela avoir simultanément les comptes du chapitre19.

  • 20 Cf. R. BOUTRUCHE, « Aux origines d’une crise nobiliaire. Donations pieuses et pratiques succéssora (...)

16Ceci dit, ce ne sont pas les fondations des membres de la communauté elle-même qui constituent l’essentiel des inscriptions, mais celles des laïcs, que l’on soit en milieu monastique ou canonial. Or les laïcs recherchent à la fois la sépulture dans les maisons conventuelles et la prière des religieux. Si l’inhumation dans l’église, voire même simplement le cimetière d’une communauté monastique est une opération assez complexe, impliquant des démarches, puisqu’il faut, en application des règles du droit canonique, avoir l’accord du prêtre dont dépend le défunt (le desservant de sa paroisse), faire célébrer son anniversaire au sein de telle ou telle communauté ne pose aucun problème : il suffit de payer. Fonder son anniversaire est peut-être moins ostentatoire que faire célébrer des milliers de messes lors des funérailles20, mais l’on s’assure une part d’éternité, ou du moins le croyait-on, puisque la fondation était en théorie perpétuelle. Il suffit pourtant de se reporter à certains obituaires, comme celui de Saint-Martial de Limoges, pour constater que très vite les rentes données à cette fin ne rapportaient plus grand chose ou n’étaient plus payées.

  • 21 Voir J.-L. LEMAITRE, L’obituaire des prêtres filleuls de Liginiac, Ussel, 1994 (Mémoires et docume (...)

17Il serait intéressant de savoir qui se fait inscrire dans l’obituaire de telle ou telle communauté. Les études manquent sur ce point, et ne seraient d’ailleurs pas faciles à mener, les notices n’étant pas toujours suffisamment précises. Nous sommes en général en milieu urbain. Les obituaires de communautés rurales sont relativement rares au Moyen Âge, et encore s’agit-il alors de gros bourgs et non de pauvres villages21. C’est en ville que se trouvent les fidèles les plus riches, et c’est là que joue aussi la concurrence entre religieux. L’obituaire peut alors être, en quelque sorte, le reflet de l’importance d’une communauté et de son attrait spirituel sur les laïcs. Dévotions de quartier, attrait des ordres mendiants, ou confiance dans les chanoines séculiers ou dans les moines d’implantation ancienne, tout cela mériterait d’être étudié à travers quelques exemples privilégiés.

18Existe-t-il aussi des choix en fonction des sexes ? les choix des femmes différent-ils de celui des hommes ? ; – en fonction des catégories sociales, les nobles fondent-ils leur anniversaire dans les mêmes communautés que les bourgeois ?

  • 22 Limoges, AD de la Haute-Vienne, I SEM 13 (1), p. 363-369, cf. J.-L. LEMAITRE, Répertoire, nos 2790 (...)

19Limoges peut fournir quelques aperçus intéressants. À côté de Saint-Martial et dans sa dépendance immédiate existait une confrérie, tenue par des chapelains, la frairie Notre-Dame-de-la-Courtine. Nous en conservons l’obituaire de la fin du XIIIe siècle, sinon l’original, du moins une copie intégrale faite par un érudit scrupuleux de la fin du XVIIIe siècle, l’abbé Martial Legros22. On y remarque un nombre plus élevé de femmes que dans l’obituaire de l’abbaye ou dans celui du chapitre cathédral. Quelles peuvent être les motivations de ce choix ? Un accueil plus facile de la part des chapelains desservant la confrérie ? des prêtres plus proches des femmes de la petite bourgeoisie que les moines clunisiens ou les messieurs du chapitre Saint-Étienne ? Nous n’avons pas de testament justifiant un tel choix, et on ne peut que s’interroger.

  • 23 C. SCALON, Necrologium Aquileiense p. 147. – [24 février] F VI KAL… MCCCLXXII, MCCCLXXII, dom. Flo (...)
  • 24 C. SCALON Necrologium Aquileiense p 179. – [30 mars] XIIII. E. III KAL… Anno Domini MCCCLXXXXVI, i (...)
  • 25 C. SCALON, Necrologium Aquileiense p 139. – [13 février]. MCCCXXX, dom. Catherina, filia nobilis v (...)
  • 26 Ibid., p. 153. – [1er Mars] III. D. KAL… MCCCXXXVIII, ind. XI, dom. Constantia obiit, pro cuius ani (...)

20Il faudrait savoir aussi qui sont ces femmes. À Limoges, nous n’avons guère que des noms. Les notices de l’obituaire du chapitre d’Aquileia, publié par C. Scalon, sont plus détaillées, fréquemment datées, et les femmes y sont nombreuses. Ces femmes, souvent des veuves, mériteraient une étude approfondie, d’autant qu’elle y apparaissent aussi bien comme fondatrices d’anniversaires que comme bénéficiaires de fondations faites par leurs maris. Citons quelques exemples : en 1372, meurt Fleur de Cucanea, qui a légué au chapitre ses maisons situées sur la place d’Aquileia, qui rapportent anuellement un marc23 ; – en 1396, dame Zanula, veuve de ser Spiriti, de Cividale, donne un calice d’argent doré et un parement pour que le chapitre célèbre son anniversaire et celui de son mari, selon la coutume24 ; – en 1330, meurt Catherine, fille de noble Brazalia da Porcia et épouse de Jean Furlano di Febo della Torre, inhumée dans le monument des Febo, dans la chapelle Saint-Ambroise. Son mari s’engage à remettre annuellement un demi marc de rente (ou cinq marcs pour acheter cette rente), pour célébrer son anniversaire, avec une distribution de vin25. C’est parfois toute la famille qui apparaît, et la notice permet alors d’esquisser un semblant de généalogie : ainsi, Georges (mort depuis) mari de dame Constance, morte en 1338, son frère Christophe, ses fils, et feu Jean Bertoni, son gendre, avaient affirmé qu’elle avait laissé au chapitre une rente annuelle d’un marc sur les maison dans lesquelles elle avait vécu, à l’angle de la place commune d’Aquileia, pour la célébration de son anniversaire26.

  • 27 J.-L. LEMAITRE, « Les anniversaires de la noblesse limousine fondés à Saint-Martial de Limoges (XI(...)

21Quant à la noblesse, l’analyse est plus complexe encore. En 1996, le prof. Gerd Melville, nous a demandé d’étudier pour un colloque consacré à l’ordre de Cluny les anniversaires de la noblesse limousine27. Nous en reprenons les conclusions.

  • 28 J. WOLLASCH, Cluny, Licht der Welt. Ausftieg und Niedergang der klösterlichen Gemeinschaft, Zurich (...)
  • 29 Cf. J.-L. LEMAITRE, Mourir à Saint-Martial, p. 521-646. Notons l’acte n° 136, p. 575 : Officium. M (...)
  • 30 BNF, ms. lat. 5257, fol. 69 v°. Cf. J.-L. LEMAITRE, Mourir à Saint-Martial, p. 531, n° 21. L’acte (...)

22Malgré le prestige que pouvait lui valoir son appartenance à l’ordre de Cluny, – mais était-ce apprécié des Limousins ? – Saint-Martial ne semble pas avoir joué un rôle particulièrement attractif en matière de commémoraison des défunts dans la noblesse limousine. Cluny et la Bourgogne sont loin de Saint-Martial, et à Limoges Saint-Martial n’est manifestement pas perçu comme « la lumière du monde », pour reprendre le titre du dernier livre de Joachim Wollasch28. L’abbaye Saint-Martial était située dans le Château de Limoges, dans la ville du vicomte, et elle a pu attirer des fondations d’anniversaires, mais l’on constate que celles-ci sont essentiellement le fait de la noblesse locale, d’une petite noblesse gravitant autour du Château et de la Cité de Limoges, partagée entre Limoges et Solignac. Il est significatif qu’aucune des nombreuses confraternités accordées aux XIe-XIIe siècles par les abbés de Saint-Martial (au nombre de deux cent quatre-vingt-seize29) ne l’ait été à un quelconque miles limousin. Les seuls nobles obtenant la confraternité de l’abbaye sont des Siciliens et des Calabrais venus en pèlerinage à Saint-Martial entre 1063 et 111430.

  • 31 On trouvera le relevé de ces chapellenies et vicairies, pour l’essentiel fondées aux XIVe-XVe et X (...)
  • 32 Voir J. WOLLASCH, « Parenté noble et monachisme réformateur. Observations sur les “conversions” à (...)

23La noblesse limousine, se contentait, pour la célébration de la mémoire de ses défunts, des abbayes voisines, surtout si la famille avait d’une quelconque manière contribué à sa fondation. C’est cet aspect qui semble dominer en Limousin, largement exprimé à la fin du Moyen Âge par la multiplication des vicairies et chapellenies fondées par la noblesse locale dans l’église de la paroisse où se trouvait leur tour ou leur château31. Il faudrait prendre en compte un autre mode, indirect, permettant d’assurer sa mémoire et celle de son lignage : l’entrée au monastère32. Nous trouvons en effet, parmi les moines de Saint-Martial, de Solignac, parmi les chanoines du chapitre cathédral des représentants de ces familles qui fondent leurs anniversaires dans ces mêmes maisons.

La société ecclésiale au miroir des obituaires

24Comme le nécrologe, l’obituaire est un témoin privilégié pour l’étude de la société ecclésiale. Mais, alors que le nécrologe, en nous donnant des noms bruts, ne permet guère que la simple construction de listes prosopographiques, l’obituaire, par la richesse de ses notices, peut nous permettre une meilleure connaissance de la société ecclésiale, et en particulier du monde des chanoines séculiers.

  • 33 Limoges, AD de la Haute Vienne, 3 H 15, fol. 8. – [13 février] B. IDUS. (44) Obiit Helias Merchatz (...)
  • 34 Cf. Chroniques de Saint-Martial de Limoges, éd. H. DUPLÈS-AGIER, Paris, 1874 (Société de l’histoir (...)
  • 35 J.-L. LEMAITRE, Mourir à Saint-Martial, p. 513.

25Prenons encore l’obituaire de Saint-Martial de Limoges : on y lit le 23 février l’obit d’Hélie Merchatz, moine de cette même abbaye33. C’est un monachus conversus, c’est-à-dire qu’il est entré adulte au monastère, nous dirions « une vocation tardive ». Nous savons, grâce aux notes de Bernard Itier, qu’il était déjà à Saint-Martial en 120934, qu’il fut chèvecier de l’abbaye et qu’il était mort en 1218, puis qu’il est inscrit le 13 février dans l’obituaire constitué cette année-là par Bernard Itier35. Il a donné 20 sous, en rentes assises sur une maison rue Manigne, deux maisons aux jardins de Sainte-Valérie, une autre maison non située, une maison rue Banc-Léger. On entrevoit quelle pouvait être sinon la fortune du moins l’aisance de cet homme, avant qu’il ne se fasse moine, car on peut difficilement penser qu’il ait acquis un tel patrimoine une fois entré au monastère.

  • 36 Limoges, AD de la Haute-Vienne, 3 H 15, fol. 9 v°. [21 février] C. IX KAL. (49) (Willelmus), abbas (...)

26Le second exemple est plus délicat. Guillaume de Mareuil, abbé de Saint-Martial de 1261 à sa mort, survenue le 22 février 1272, donne, pour faire une aumône à l’occasion de son anniversaire, 110 sous, qui doivent être payés sur la leyde – un droit de péage – levée par le cellérier de l’abbaye aux portes du Château de Limoges et aux ponts Saint-Martial et Saint-Étienne, leyde qu’il avait acquise du chevalier Hugues de Peyrat et de sa femme, fille de feu Gui de Brosse36. Ce droit n’avait certainement pas été acheté par l’abbé sur ses propres deniers, et sans doute détourne-t-il ici en quelque sorte à son profit les ressources du monastère. Nous retrouvons la question évoquée précédemment, celle des moines et de la possession. Cette question ne se pose pas avec les chanoines séculiers, et l’obituaire permet souvent d’apprécier leur fortune (avec moins de précision certes qu’un inventaire après décès) mais aussi leur tempérament, leurs relations avec leurs confrères (on ne veut pas que les absents à la célébration de l’anniversaire profitent des distributions…).

  • 37 C. SCALON, Necrologium Aquileiense p 126 – [2 février] XI. E. IIII NON. Anno Domini MCCLI, Conradu (...)
  • 38 Urna, mesure de capacité, cf. P. SELLA, Glossario latino italiano. Stato della Chiesa – Veneto – Ab (...)
  • 39 C. SCALON, Necrologium Aquileiense, p. 127-128 [3 février].
  • 40 C. SCALON, Necrologium Aquileiense, p. 161 [8 mars] XVI. D. VIII IDUS… Anno Domini MCCXCVI, ind. V (...)
  • 41 Sorou, uxor Sclavucii, le 25 janvier, p. 117 ; – Margareta, uxor Marcucii, le 17 septembre, Ibid., (...)
  • 42 Ibid., p 161. – [5 mars] XIX. A. III non… Stephanus decanus Aquil. obiit, qui dedit fratribus unum (...)

27L’obituaire d’Aquileia nous fournira encore quelques exemples, qui montrent une fois de plus le rapport des religieux à l’argent. Ainsi en 1251, le chanoine Conrad de Brazzaco donne pour le salut de son âme au chapitre d’Aquileia 3 marcs pour acheter des rentes37, auxquels il ajoute 16 deniers de rente et les revenus d’une « urne »38 de vin à Villa Franca, demandant que l’on célébrât la fête de saint Blaise solennellement à douze leçons, et que l’on achetât une « quarteria » de bon vin pour offrir à boire aux chanoines et aux clercs participant à cet office, à la vigile et aux vêpres. Puis, dans son obit, il lègue 40 deniers pour acheter à nouveau une quarteria de bon vin et payer à boire aux chanoines le jour de son anniversaire39. En 1296, le chanoine Hermann donne 12 livres de rente sur les maisons d’un tailleur, pour que l’on achetât, pour son anniversaire, une quarteria de bon vin pour le chapitre40. La célébration de l’anniversaire doit être une fête. Les chanoines ne sont d’ailleurs pas les seuls à agir ainsi ; des femmes aussi demandent une distribution de vin pour leur anniversaire41. Tous ces chanoines lèguent des revenus conséquents au chapitre, le chancelier Étienne d’Artagna ajoutent ses livres à un manse42.

  • 43 AD de la Haute-Vienne, 3 G 511. [3 décembre] A. (495) Obiit Eu<s>torgius, episcopus, ad cujus anniver</s> (...)
  • 44 Ibid., [11 juin] A. BARNABE APOSTOLI (291) Hic debet fieri dupplarium beati Bernabe. Sacrista perci (...)
  • 45 Ibid., fol. 6 [26 janvier] E. (163) Obiit Guido, Lemovicensis episcopus, ad cujus anniversarium deb (...)
  • 46 Ibid., fol. 68 [30 décembre] G. (517) Obiit Durandus, Lemovicensis episcopus, ad cujus anniversariu (...)
  • 47 Ibid., [2 juillet] A (305) Obiit dominus Aymericus, dominus Lemovicensis episcopus, ad cujus annive (...)
  • 48 Ibid., [1er mars] D. (195) Hic debet fieri anniversarium parentum bone memorie Aymerici, episcopi L (...)
  • 49 Ibid., [29] E. PETRI ET PAULI. (302) Ad quod festum debentur V sol. et II den. de domo Guillelmi de (...)
  • 50 [3] E. STEPHANI PROTOMARTIRIS (335) Ad cujus processionem debentur XX sol. in manso dicto Gautier, (...)
  • 51 Ibid., [25 octobre] D. FRONTONIS EPISCOPI (445) Ad quod dupplarium faciendum dominus Aymericus, epi (...)
  • 52 « Pouillé historique du diocèse de Limoges… » [cf. note 31] ; liste p. 87-89.

28L’obituaire peut être le reflet des relations existantes entre l’évêque et son chapitre, car lui aussi fonde désormais son anniversaire. Prenons l’obituaire(inédit) du chapitre cathédral Saint-Étienne de Limoges, composé à la fin du XIIIe siècle, sous l’épiscopat de Gilbert de Malemort (1275-1294). Dix évêques de Limoges y sont inscrits, sans discontinuité, depuis le quarante-neuvième, Eustorge († 1106) le 3 décembre43 jusqu’au cinquante-huitième, Gilbert de Malemort († 1294), inscrit en addition le 11 juin44. Les notices sont d’importance inégale, brèves pour les plus anciennes, plus développées pour les dernières comme Guy du Clausel († 1235)45 ou Durand d’Orlhac († 1245)46. Par contre Aymeric de La Serre de Malemort († 1275) n’a qu’une courte notice47, mais on relève l’anniversaire de ses parents qu’il avait fondé48 et les diverses fêtes qu’il avait dotées, Saints-Pierre et Paul le 29 juin49, Invention de saint Étienne le 3 juillet50, Saint-Front le 25 octobre, et l’octave de la Toussaint le 8 novembre51. On note un seul absent, le cinquante-cinquième évêque, Guillaume du Puy, chanoine d’Angoulême élu en 1235, mais mort brutalement avant son sacre le 21 février 1236 : il n’a pas eu le temps de faire une fondation et, du coup, le chapitre n’a pas jugé bon de l’inscrire dans son obituaire. L’obituaire permet également d’atteindre une autre catégorie ecclésiale, les dignitaires. Restons à Limoges. La première dignité du chapitre est celle de doyen. Une liste sommaire en a été donnée au XVIIe siècle par l’abbé Nadaud52. L’obituaire ne renferme que cinq fondations d’obits, faites par Hélie Duret (1245 – † 1268), maître Aycelin (1218 – † 1226), Hugues de Gimel (1100) et G. Robert (1198, – † 1207 ou 1215), inscrits de première main, et Gaucelm de Pierrebuffière (1279 – † 1295), en addition. S’y ajoutent des fondations d’offices par plusieurs d’entre eux, tel Adémar de Neuville (1295 – † 1311) et Hélie de Malemort (1268 – † 1282), dont l’anniversaire n’a pas été inscrit dans l’obituaire. Sept noms apparaissent donc pour une période qui s’étend entre 1100 et 1311, quand la liste dressée par l’abbé Nadaud en donne dix-neuf pour la même période. Sautant le chantre, seconde dignité, prenons maintenant les archidiacres de Limoges (– ou de Malemort), troisième dignité : on trouve seize anniversaires, auxquels s’ajoutent quelques fondations faites par certains d’entre eux. Ne disposant pas cette fois d’une liste, si sommaire qu’elle fût, des archidiacres, il n’est pas possible dans l’immédiat de connaître la fourchette chronologique de ces inscriptions et de savoir si tous y figurent, si tous ont fondé leur anniversaire, mais il est évident que l’obituaire sera une source importante pour l’étude de ces archidiacres, sans être la seule. Inutile de multiplier les exemples. Nous touchons là un des problèmes les plus délicats soulevé par ces documents pour l’étude de la société, qu’elle soit ecclésiale ou laïque. Nous sommes en présence de choix délibérés, de fondations faites volontairement par des clercs ou des laïcs, qu’elles le soient de leur vivant ou après leur mort en exécution de leur testament, nous ne sommes pas en présence de l’inscription systématique des membres de la communauté ou de ses fidèles.

29Concluons ce bref aperçu. Nécrologe ou obituaire ? Peu importe au fonds l’appellation. Il y a les textes, et ce sont eux qui comptent, aux formes différentes, aux finalités différentes.

30On ne fera pas l’histoire de la société chrétienne au seul miroir des nécrologes ou des obituaires. Il s’agit d’abord, convient-il de le rappeler encore, d’un texte liturgique, concernant un petit aspect de la vie et de la pratique liturgique, la commémoration des morts. Les formes de cette commémoration ont évolué au fil du temps, et le livre utilisé à cette fin s’est adapté à cette évolution. Il appartient à l’historien d’en tenir compte, mais aussi de ne pas le négliger sous le prétexte fallacieux trop souvent avancé qu’il s’agit d’un livre liturgique.

31Simples listes de noms ou pages qui semblent arrachées à un censier ou à un terrier, nécrologes et obituaires constituent une source importante, mais partielle et ponctuelle de l’histoire de la société chrétienne. Pour pouvoir être utilisés dans toute leur mesure, il faut que ces textes soient répertoriés, puis soient publiés de manière intégrale, avec des index, et non en sélectionnant quelques noms d’apparence nobiliaire comme on l’a trop souvent fait aux siècles passés. On ne publiera pas tout et tout d’ailleurs ne mérite peut-être pas d’être publié.

  • 53 J. GERCHOW, Die Gedenkenüberlieferung der Angelsachsen, mit einsem Katalog der libri Vitae und Nec (...)

32Faut-il rappeler que seule la France et dans une certaine mesure la Belgique disposent d’un répertoire de leurs documents nécrologiques manuscrits… Ni l’Allemagne, – malgré de grandes entreprises, comme les Necrologia Germaniae des Monumenta Germaniae Historica ou la Quellenwerkes Societas et Fraternitas créée voici une trentaine d’années par Karl Schmid et Joachim Wollasch –, ni l’Italie, – malgré d’excellentes éditions parues dans les Fonti per la Storia d’Italia, où plus récemment dues à des initiatives individuelles (nous pensons aux travaux de Cesare Scalon en Frioul, d’Hubert Houben, de Giovanni Vitolo et de ses étudiants dans le Mezzogiorno), – ni la Suisse, ni les Pays scandinaves, ni l’Espagne, ni le Portugal n’ont jusqu’à présent réalisé ou mis en chantier de tels répertoires. Il ne reste pratiquement aucun obituaire anglais, et les rares témoins anglo-saxons ont fait l’objet d’une édition d’ensemble récente53. Dans l’attente, on ne pourra guère qu’éditer par-ci par-là des textes plus ou moins importants, selon l’humeur ou le hasard.

33Le Repertorium Fontium Historiae Medii Aevi donne désormais, dans son tome VIII/2 (1998), un important article Necrologium (il y a au fasc. VIII/3 (2000), p. 311, à Obituarium, un renvoi : Vide Kalendarium et Necrologium), mais il n’a pas été possible d’y mettre toute la bibliographie existante… Il fallait faire un choix et le Comité éditorial a décidé de ne retenir que les travaux publiés après 1967, après la publication du fascicule de la « Typologie », qui pourtant ne donne pas de bibliographie retrospective. Des pans de la documentation imprimée vont donc rester dans l’ombre. Ce n’est cependant pas grave, car, en ce domaine, ce sont les manuscrits qui priment, et bon nombre de textes, inconnus ou méconnus, n’ont pas fait l’objet d’étude ou d’édition, malgré leur importance historique. Ce sont eux qu’il convient de faire connaître d’abord. Ainsi le superbe obituaire du chapitre cathédral d’Aix (Aix-en-Provence, bibl. Méjanes, Rés. 37) qui attend toujours un éditeur. Alors, on pourra lever un grand pan du voile qui couvre ces tombeaux documentaires et les exploiter dans toutes les directions désirées, classiques ou novatrices.

Notes

1 Repertorium Fontium Historiae Medii Aevi, t. VIII/3, Fontes, O, Roma, 2000, p. 311.

2 Répertoire des documents nécrologiques français, publié sous la dir. de p. MAROT, par J.-L. LEMAITRE (Recueil des historiens de la France, Obituaires, VII), Paris, 1980, 2 vol. in-4°, VIII-1517 p. + Supplément, (Recueil des historiens de la France, Obituaires, VII****), Paris, 1987, in-4°, II-150 p., + Deuxième Supplément, (Recueil des historiens de la France, Obituaires, VII****), Paris, 1993, in-4°, 64 p.

3 J.-L. LEMAITRE, Répertoire, p. 5-35.

4 M. DYKMANS, « Les obituaires romains. Une définition suivie d’une vue d’ensemble », dans Studi Medievali, 3a serie, XIX, II, 1978, p. 591-652.

5 M. DYKMANS, Obituaire du monastère de Groenendael dans la forêt de Soignes, Bruxelles, 1940 (Académie royale de Belgique. Commission royale d’histoire).

6 Cf. O. BLOCH, W. von WARTBURG, Dictionnaire étymologique de la langue française, 2e éd., Paris, 1960, p. 423.

7 J.-L. LEMAITRE, Répertoire, p. 25.

8 Ibid., Supplément, p. 136-137, n° 3294.

9 J.-L. LEMAITRE, Les documents nécrologiques de l’abbaye Saint-Pierre de Solignac, Paris, 1984 (Recueil des historiens de la France, Obituaires, sér. in-8°, 1).

10 J.-L. LEMAITRE, Mourir à Saint-Martial. La commémoration des morts et les obituaires à Saint-Martial de Limoges du XIe au XIIIe siècle, Paris, 1989, p. 119-135.

11 C. SCALON, Fonti e ricerche per la storia del monastero benedettino di S. Maria di Aquileia, Udine, 1984, p. 45. [= « Atti del convegno internazionale di studio “Il Friuli dagli Ottoni agli Hohenstaufen”, 4-8 dicembre 1983 », Udine, 1984, p. 24-141].

12 J.-L. LEMAITRE, « Les obituaires, témoins d’une mutation », dans L’Europa dei secoli XI e XII fra novità e tradizione ; sviluppi di una cultura. Atti della decima Settimana internazionale di studio, Mendola, 25-29 agosto 1986, Milano, 1989, p. 36-56.

13 AD de la Haute-Vienne, 3 H 15, fol. 1 [Lemaitre, Répertoire, n° 2772]. [3. janv.] C. III NONAS. (1) Eodem die obiit Gaubertus de Lissac, monachus, et dedit nobis V sol. : in Cumbis, in domo a la Chaslussa, III sol. ; et II sol. a Cornhac in vinea dicti Perier.

14 Ibid., fol. 2 v°. [12 janv.] II. E. II <IDUS>. (9) Obiit Ademarus de Podio, monachus, et dedit nobis LX [et IIII] sol. in granerio de Cumbis ad anniversarium suum faciendum.| \Ponentur pro vacantibus perpetuo qui exinde non recipiuntur/.

15 C. SCALON, Necrologium Aquileiense (Fonti per la storia della Chiesa in Friuli, I), Udine, 1982, p. 286 – [25 août] III. F. VIII KAL… MXXCXVII, Mag. Albericus cantor et can. huius ecclesie obiit, qui dimisit capitulo II mansos in villa S. Georgii apud Carisacum, qui solvunt VI staria frumenti, VI millei, VI annone, VI congios vini, VIII libras, I pisionale pisti puri et nitidi et VI gallinas cum ovis et unam marcham et XXXII den. de censibus Aquil., ut fiat eius anniversarium cum vino et oblatione, in quo convitentur prebendarii S. Mariae, et habeat unusquisque eorum medietatem unius mansionarii.

16 C. SCALON, ibid., p. 286, n. 75.

17 A. SARASIN, Obituaire de l’Église cathédrale de Saint-Pierre de Genève, Genève, 1882 (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 2e sér., t. I), p. 119. – [16 mai] C. XVII KAL. MAII. Venerabilis vir dominus Amblardus de Jenvillaz, canonicus Gebennensis, dedit nobis quinque solidos census, manualiter distribuendos in completorio diei festo Penthecostes Domini, modo et forma supra contentis quarto idus marcii. Orate Deum pro ipso.

18 Ibid., p. 24. [14 janvier] A. XIX KAL. FEBRUARII. – Anno Domini millesimo IIIIC LXVIto et die VII mensis januarii, obiit venerabilis vir dominus Rodulphus de Nemore, canonicus Gebennensis, qui dedit nobis viginti libras monete cursalis semel, pro atquirendo viginti solidos annuales pro suo anniversario hodie faciendo, distribuendos inter canonicos presentes et continuam residentiam facientes : in vesperis et vigiliis, medietatem, et in missa defunctorum et processione fienda, post dictam missam, supra ejus tumulum, more solito, aliam medietatem ; ita tamen quod absentes quoquomodo nichil recipiant. Orate Deum pro eo. Quod anniversarium debent ejus heredes.

19 Voir par ex. J.-L. LEMAITRE, « La gestion des anniversaires au Moyen Âge », dans Croyances et gestion, Huitièmes rencontres, 25 et 26 novembre 1999, Toulouse, 2000 (Collection Histoire, gestion, organisations, n° 8), p. 81-88.

20 Cf. R. BOUTRUCHE, « Aux origines d’une crise nobiliaire. Donations pieuses et pratiques succéssorales en Bordelais du XIIIe au XVIe siècle », dans Annales ESC, 1938, p. 161-177, 217-277.

21 Voir J.-L. LEMAITRE, L’obituaire des prêtres filleuls de Liginiac, Ussel, 1994 (Mémoires et documents sur le Bas-Limousin, XIX).

22 Limoges, AD de la Haute-Vienne, I SEM 13 (1), p. 363-369, cf. J.-L. LEMAITRE, Répertoire, nos 2790-2791.

23 C. SCALON, Necrologium Aquileiense p. 147. – [24 février] F VI KAL… MCCCLXXII, MCCCLXXII, dom. Flor de Cucanea obiit, que legavit capitulo Aquil. pro suo anniversario faciendo, ut moris est, domos suas sitas in Foro Aquil., pro quibus habemus annuatim marcham unam denariorum.

24 C. SCALON Necrologium Aquileiense p 179. – [30 mars] XIIII. E. III KAL… Anno Domini MCCCLXXXXVI, ind. IIII, dom. Zanula relicta olim ser Spiriti de Civitate Austrie dedit capitulo Aquil. unum calicem argentum deauratum et unum paramentum fulcitum, ad hoc ut eius anniversarium et dicti sui mariti singulis annis celebretur ut moris est.

25 C. SCALON, Necrologium Aquileiense p 139. – [13 février]. MCCCXXX, dom. Catherina, filia nobilis viri domini Brazalie de Porcileis et uxor domini Iohannis Forlani de La Turre, <obiit> et est sepulta in capella S. Ambrosii in monumento inferiori dom. Febi, pro cuius anima idem Iohannes Forlanus optulit capitulo se daturum annuatim dimidiam marcham in reditibus vel V marchas pro dicta media marcha emenda, ut fiat eius anniversarium ut est moris cum vino et oblatione.

26 Ibid., p. 153. – [1er Mars] III. D. KAL… MCCCXXXVIII, ind. XI, dom. Constantia obiit, pro cuius anima Georgius maritus eius condam et Christophorus eius frater, filii eiusdem dom. Constantie et Iohannes quondam Bertoni gener ejus, dixerunt eam reliquisse capitulo Aquil. unam marcham denariorum novorum Aquil. in redditibus annuatim super domibus in quibus ipsa morabatur scituatis in angulo plathee communis Aquileie, ut fiat singulis annis anniversarium ipsius tali condicione adiecta, quod si heredes sui assignarent alibi in bono loco dictam marcham aut darent X marchas pro ipsa marcha, quod dicte domus ab dicta obligatione sint liberate.

27 J.-L. LEMAITRE, « Les anniversaires de la noblesse limousine fondés à Saint-Martial de Limoges (XIe-XIIIe siècles) », dans Giles CONSTABLE, Gert MELVILLE, Jörg OBERSTE (Hrsg.), Die Cluniacenser in ihrem politisch-sozialen Umfeld, Münster, 1998, p. 213-251 (Vita Regularis, 7).

28 J. WOLLASCH, Cluny, Licht der Welt. Ausftieg und Niedergang der klösterlichen Gemeinschaft, Zurich, 1996.

29 Cf. J.-L. LEMAITRE, Mourir à Saint-Martial, p. 521-646. Notons l’acte n° 136, p. 575 : Officium. Margarita Engolismensis comitissa, mater Ademari vicecomitis, qui dedit tapetum novum. BNF, ms. lat. 5243, fol. 133.

30 BNF, ms. lat. 5257, fol. 69 v°. Cf. J.-L. LEMAITRE, Mourir à Saint-Martial, p. 531, n° 21. L’acte n’étant pas daté, la datation proposée est celle de l’abbatiat d’Adémar : Quidam nobiles [ven.] viri a partibus Sicilie et Calabrie orationis causa venientes ad [2] beatum Marcialem karitative suscepti sunt a domno Ademaro, abbate, concessitque eis hujus loci [3] beneficium omne, qui etiam nomina sua in hoc libro scribi petierunt ut cum eorum obitum fratres [4] hujus loci audierunt aliquod beneficium pro animabus eorum persolvant. Nomina eorum hec sunt : [5] Aquinus Brito, Guildinus et Elorinus filius ejus, Adalaidis uxor ejus, Anfridus de Brecei et Beatrix [6] uxor ejus, Berar(dus) comes, Mabilia uxor ejus, Guoscellinus del Manei, Ema uxor ejus, Estormil(us).

31 On trouvera le relevé de ces chapellenies et vicairies, pour l’essentiel fondées aux XIVe-XVe et XVIe siècles, dans le pouillé dressé dans les années 1775 par un prêtre érudit, l’abbé Joseph NADAUD : « Pouillé historique du diocèse de Limoges. Manuscrit de l’abbé Joseph Nadaud (1775) », publ. par A. LECLER, dans Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. 53, 1903, p. 5-841.

32 Voir J. WOLLASCH, « Parenté noble et monachisme réformateur. Observations sur les “conversions” à la vie monastique aux XIe et XIIe siècles », dans Revue Historique, t. 264/1 (1980), p. 1-24.

33 Limoges, AD de la Haute Vienne, 3 H 15, fol. 8. – [13 février] B. IDUS. (44) Obiit Helias Merchatz, monachus conversus, et dedit nobis XX sol. : X sol. in rua de Manhania, in domo Boneu Gaydenc, |\modo dicti au Chandelier/| et III sol. in ortis Sancte Valerie in domo que fuit W. Machalc, et modo est Gaufridi de Rossac, et IIII sol. in domo que fuit Nicholai Chambarot, et modo est a la Rossinhola, |\relicte p. Chatalac/|, et III sol. |\vacant/| in domo que fuit Laurencio de Legal juxta domum p. Rosseu, et V sol. |\helemosine sunt/| in domo a la Quassa mala, in rua de Banclatgier.

34 Cf. Chroniques de Saint-Martial de Limoges, éd. H. DUPLÈS-AGIER, Paris, 1874 (Société de l’histoire de France), p. 249, 251, 260, 262, 268, 271, 278, 283, 287, 291, 296.

35 J.-L. LEMAITRE, Mourir à Saint-Martial, p. 513.

36 Limoges, AD de la Haute-Vienne, 3 H 15, fol. 9 v°. [21 février] C. IX KAL. (49) (Willelmus), abbas, de Marolio, obiit et dedit nobis C. sol. et X sol. ad helemosinam faciendam. Sellerarius Sancti Marcialis debet solvere hac die pro leyda quam levat in portis Castri Lemovicensis et in pontibus Sancti Marcialis et Sancti Stephani, quam predictus abbas aquisivit a domno Hugone de Peyrat, milite, et ab ejus uxore, filia quondam domni Guidonis de Brossa.

37 C. SCALON, Necrologium Aquileiense p 126 – [2 février] XI. E. IIII NON. Anno Domini MCCLI, Conradus de Brazacho Aquil. can., dedit pro remedio anime sue capitulo Aquil. et canonicis III marcas Aquil. monete pro reditibus emendis et insuper dedit eis reditus XVI den. et unius urne vini in Villa Franca ad hoc specialiter ut festum b. Blasii cum IX lectionibus et pleno officio singulis annis perpetuo celebretur, ita quod de eisdem reditibus ematur una quartaria boni vini in vigilia predicti sancti et post vesperas tam canoniis quam aliis clericis in capitulo propinetur ; in crastino vero III den. Aquil. offerantur in conventuali missa ministris altaris et dicatur specialis oratio pro salute anime et corporis predicti Conradi, post obitum vero eius dicatur oratio pro anima ipsius ; reliqui vero den. qui supererunt de reditibus omnibus supradictis dividantur inter canonicos et mansionarios qui intererunt predictie misse.

38 Urna, mesure de capacité, cf. P. SELLA, Glossario latino italiano. Stato della Chiesa – Veneto – Abruzzi, Città del Vaticano, 1944 (Studi e Testi, 109), p. 603.

39 C. SCALON, Necrologium Aquileiense, p. 127-128 [3 février].

40 C. SCALON, Necrologium Aquileiense, p. 161 [8 mars] XVI. D. VIII IDUS… Anno Domini MCCXCVI, ind. VIIII, dom. Hermannus presb. et can. Aquil. obiit, qui dimisit capitulo redditus XII librarum super domibus quondam Benevenuti sartoris et unam marcham den., quam Dietricus dimisit capitulo super possessionibus suis, ad hoc ut in anniversario ematur quarteria boni vini in capitulo et in crastino III den. offeratur in conventuali missa; residui vero inter canonicos et mansionarios fideliter dividantur.

41 Sorou, uxor Sclavucii, le 25 janvier, p. 117 ; – Margareta, uxor Marcucii, le 17 septembre, Ibid., p. 305, etc.

42 Ibid., p 161. – [5 mars] XIX. A. III non… Stephanus decanus Aquil. obiit, qui dedit fratribus unum mansum apud Vendoy situm et decreta sua et decretales, unum psalterium glosatum, istoriam scolasticam, sermones, constitutiones Innocentii pape et alios libros artis gramatice.

43 AD de la Haute-Vienne, 3 G 511. [3 décembre] A. (495) Obiit Eu<s>torgius, episcopus, ad cujus anniversarium bajulus de Ponte Sancti Marcialis debet reddere I den. canonicis et presbiteris beneficiatis ab archa et clientibus, et est quasi duplex.

44 Ibid., [11 juin] A. BARNABE APOSTOLI (291) Hic debet fieri dupplarium beati Bernabe. Sacrista percipit XII den. In dicto festo debet fieri anniversarium domini Gerberi, quondam episcopi \Lemovicensis/, qui legavit ad faciendum dictum anniversarium X libr. [de quibus sacrista percipit II sol. pro candelis] et debent pulsari magne campane et candele poni in trabe.

45 Ibid., fol. 6 [26 janvier] E. (163) Obiit Guido, Lemovicensis episcopus, ad cujus anniversarium debentur apud Insulam XIII sest. frumenti ad mensuram vendentem et ementem de Castro Lemovicensi domui aportatos, de quibus debet Guido Donzeus II sest. et em. G Raholis et P(etrus) Donzeuz V quartas. P(etrus) Audoartz et Ber(nardus) V sest. Relicta P(etri) Chautard III sest. minus cartam. Johannes Luciaus III em. ; preterea abbas Sancti Augustini et conventus debent de cellario suo de bono blado et legali ad dictum anniversarium XIIII sest. frumenti annuatim reddendos circa festum beati Michaelis pro decima ecclesie Sancte Affre, quam decimam abbas et conventus prediti ascensaverunt sibi et monasterio et successoribus suis perpetuo a capitulo Lemovicensi, mediantibus magistro Guillelmo de Maymaco et de P(etro) de Payraco, canonicis Lemovicensibus et Helias Coralli, clerico, per manus quorum hec compositio facta fuit.
Capellanus de Sepulcro et capellanus Sancte Affre et capellanus Sancti Mauricii et capellanus Sancti Michaelis de Pistoria et capellanus de Insula debent accipere sicut canonici et debent amplius XXXV sol. in ecclesia Sancti Germani prope Mansum Serenum, quos dedit Guido Barbarot, quondam archidiaconus Lemovicensis. Dentur amplius ad dictum anniversarium X sol., qui debent distribui inter clericos de choro non beneficiatos, et sunt assignati in duabus estagiis Petri Magolet, sitis juxta domum que fuit Petri Bardonis canonici.

46 Ibid., fol. 68 [30 décembre] G. (517) Obiit Durandus, Lemovicensis episcopus, ad cujus anniversarium bajulus de Salaniaco debet reddere annuatim C sol. et VI sol., et dictus bajulus percipit propter hoc IIIIor libr. in manso de Montigo, et XX et IIIIor sol. in manso de la Chieza, et XX sol. in manso de Masgilier, qui denarii empti fuerunt a Willelmo de Manso Gilier, domizello, ad opus dicti anniversarii.
Item capellanus Sancti Genesii prope Petrabuferia debet ad dictum anniversarium annuatim LII sol. renduales, videlicet in Natali XVI sol. et in Pascha Domini XVI sol. et in festo beati Bartolomei XX sol., et istuc anniversarium debet fieri in festo sancti Silvestri [vel], nisi sit dictum [die] festum die dominica, et tunc fit sabbato precedenti, non op<s>tante quod fit duplex ; debentur et amplius ad dictum anniversarium in manso de Arboribus seu bordaria IX sol., videlicet II sol. et VI den. ad [off] offerendum et VI den. presbitero qui tenebit c<h>orum ad missam et II sol. pulsatoribus et II sol. ad opus candelorum que debent poni in januis ante chorum et XII den. capellano de Sepulcro et XII den. eidem capellano in crastino Omnium Sanctorum pro absolucione facienda super sepulturam ipisus episcopi, et pro commemoratione facienda in ecclesia, et dicti IX sol. cum IX sol. assisis et assignatis in dicto manso ad opus duplarii sancti Georgii debent reddi annuatim, videlicet medietas in Natali et alia medietas in natali beati Joannis, ita quod XI den. ex illis redduntur sacriste pro candelis in dicto duplario.

47 Ibid., [2 juillet] A (305) Obiit dominus Aymericus, dominus Lemovicensis episcopus, ad cujus anniversarium debentur X libr., de cujus anniversario capellanus et novi vicarii debent percipere medietatem illius quod percipiet canonicus, et dominus decanus debet amplius XXX sol. renduales.

48 Ibid., [1er mars] D. (195) Hic debet fieri anniversarium parentum bone memorie Aymerici, episcopi Lemovicensis, ad quod legavit XL sol., et debent solvi de legatis factis ab ipso episcopo ecclesie Lemovicensi ; et vicarii novi percipiunt ibi medietatem in suo anniversario. Non credo quod sit verum quod de vicariis novis.

49 Ibid., [29] E. PETRI ET PAULI. (302) Ad quod festum debentur V sol. et II den. de domo Guillelmi de Malomonte XVIII den. et IIIIor den. de corona que est ante domum cum dominio et quadam libr. Tur. de acaptamento. Et sciendum quod de domo nova G. de Frachet, que est inter domum petrinam et murum ville XII den. de censu et XII den. de acaptamento. Et sciendum quod <ad> augmentandum primum clasum dicti festi legavit Aymericus, Lemovicensis episcopus, centum sol. renduales, de quibus vicarii novi debent percipere medietatem quod percipit unus canonicus.

50 [3] E. STEPHANI PROTOMARTIRIS (335) Ad cujus processionem debentur XX sol. in manso dicto Gautier, et capitulum dedit amplius ad dictam processionem L sol. de den. ecclesie de Rozeria. | Dominus Aymericus, Lemovicensis episcopus, legavit predictos XXti sol. ad faciendum processionem. Vicarius suus percipit ut canonicus.

51 Ibid., [25 octobre] D. FRONTONIS EPISCOPI (445) Ad quod dupplarium faciendum dominus Aymericus, episcopus, dedit XL sol. | Sacrista percipit XII den. – [8 novembre] D. OCTABA OMNIUM SANCTORUM. (457) Est dupplex quod instituit magister P(etrus) de Sancto Ylario, canonicus Lemovicensis, de X sol. quos debet bajulus de Buxolio. Debentur amplius ad idem dupplex II sest. frumenti de quibus debet Gaucelmus de Esgallo I sest. et (Petrus) Meitadiers de Usurac alium sest. | Dedit amplius dominus Aymericus, Lemovicensis episcopus, ad dictum dupplarium IIII libr. Sacrista percipit IIII sol. Vicarius suus percipit ut canonicus.

52 « Pouillé historique du diocèse de Limoges… » [cf. note 31] ; liste p. 87-89.

53 J. GERCHOW, Die Gedenkenüberlieferung der Angelsachsen, mit einsem Katalog der libri Vitae und Necrologien, Berlin-New York, 1988 (Arbeiten zur Mittelalterforschung, 20).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

Directeur d’études ÉPHE (IVe section)

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540