Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marins d'Arles à l'époque moderne

 | 
Patricia Payn-Echalier

Chapitre 6. Les aspects de la contestation face à l’ordre

Texte intégral

1L’ordre établi, c’est avant tout au XVIe siècle, le pouvoir communal ; bien que la Provence ait été rattachée au royaume de France depuis plusieurs décennies, bien peu de choses ont effectivement changé dans l’administration de la cité. La lente mainmise du pouvoir royal sur la province s’accompagne, tout au long du XVIIe siècle, de soubresauts visant à s’en dégager. Peu à peu, la résistance s’amenuise et, le temps aidant, on supporte mieux le poids de l’administration centrale. Grosso modo, à partir des années 1660, au début du règne personnel de Louis XIV, le pouvoir central est mieux obéi en Provence.

2Dans la population maritime arlésienne, la contestation face à l’ordre évolue au cours de la période ; elle prend des formes diverses suivant qu’elle est dirigée contre le pouvoir communal ou le pouvoir royal ; réaction brutale et violente, résistance par inertie ou éviction, tous les registres sont exploités. La fiscalité locale ou royale, la défense des intérêts professionnels, sont autant d’occasions pour les marins et les pêcheurs arlésiens de s’émouvoir, que les crises, de nature souvent frumentaire, qui agitent l’ensemble du « menu peuple ». Dans ce dernier cas, les sources ne renseignent bien souvent pas sur les composantes de la foule des émeutiers, aussi laisserons-nous de côté l’agitation que connut Arles en 1616, créée par la crainte du retour du fanatisme religieux des années encore proches de la Ligue, la fameuse querelle du second chaperon en 1644, qui n’est le reflet que des luttes entre factions nobles, ainsi que les émeutes frumentaires : celles de 1678 et 1692, suscitées par le prix élevé du blé en raison de la spéculation exercée sur cette denrée essentielle par certains marchands et propriétaires et celle, durement réprimée, de 1752 dont les motifs sont, outre le pain, le renvoi des journaliers venus du Comtat.

3Enfin, bien qu’ils n’en aient pas été les uniques acteurs, les sources consultées permettent quelque peu, de saisir l’implication des marins et pêcheurs arlésiens dans les deux évènements politiques majeurs que furent, au début et à la fin de la période étudiée, les guerres civiles de la fin du XVIe siècle d’une part, et la Révolution, d’autre part.

Les pêcheurs, citoyens actifs dans les troubles de la Ligue à Arles

4À Arles, les évènements qui se déroulent pendant de la période ligueuse, de 1588 à 1594, sont très denses. Le lieutenant du Sénéchal, Pierre de Biord, qui tient alors le devant de la scène, s’appuie sur différents groupes socioprofessionnels, la basoche, les marchands, mais aussi les pêcheurs. Ceux-ci sont aux premières lignes dans les affrontements contre les royalistes durant l’été 1590 qui précède l’ascension de la faction de Biord au pouvoir politique. Dès le début 1591, ce dernier prend toutes les rênes en mains : les consuls nommés, sont des hommes à lui et le conseil est ouvert aux métiers dont les pêcheurs, comme le montre la présence d’Antoine Giraud dit Couque qui joue un rôle de tout premier plan dans les évènements qui suivent.

  • 1 BMA, ms. 218, en date du 16/01/1593. Biord a été tué le 16/03/1592. Le Ballouard de la Roquette dé (...)

5Victime de la transformation sociale de sa faction qui s’ouvre vers le bas, Biord est tué par les plus radicaux de son parti, dont le pêcheur Couque, qui, dès lors, seront à la tête des ligueurs zélés jusqu’à l’échec, le jour de la Saint-Mathias 1594, de leur ultime coup de force. Si le personnage central qu’est Couque est un pêcheur, il ne représente cependant pas la tendance de l’ensemble du groupe professionnel, celui-ci demeurant fidèle dans son soutien à Biord ; en effet, quelques mois après la mort de ce dernier, Couque est attaqué à la porte de la Roquette et blessé à la tête ; « tout le quartier du Bourg s’émeut contre lui, principalement les pêcheurs qui descendent une couleuvrine du Ballouard de la Roquette pour la conduire devant sa maison »1 et Couque est contraint de quitter la ville, temporairement.

6Les éléments relevés dans les récits des contemporains ne permettent pas de connaître de manière individuelle l’implication des pêcheurs dans les troubles de la Ligue, mais ils fournissent suffisamment d’indices pour savoir qu’ils ont alors pesé en tant que groupe, à la tête de leur quartier, sur les évènements politiques de la cité par leur engagement dans la mouvance ligueuse de Biord qui leur a entrouvert, un temps, l’accès au gouvernement municipal.

L’opposition à la fiscalité locale et aux ventes d’offices ; la pression sur l’administration communale

7La fiscalité, comme partout ailleurs dans le royaume, est source de conflits ; plusieurs de ceux-ci opposent la population maritime au pouvoir local qu’elle tente de faire céder par la violence.

L’affaire de la vente des eaux et pêcheries de Coronel

  • 2 BMA, ms. 217, Relation du Conseil municipal, transcrite par l’abbé Laurent Bonnemant.
  • 3 ADB du R, 1 F 141, f° 588 v° et BMA, ms. 217, année 1525 : « vint la grosse rebellion et inhobedie (...)
  • 4 ADB du R, 1 F 141, f° 590.
  • 5 ADB du R, 1 F 141, f° 589 v°. Ce mal Saint-Janvier aurait fait mourir les gentilshommes et bourgeo (...)

8Les finances de la cité étaient, dès avant les grands troubles civils et religieux de la fin du XVIe siècle, en difficulté ; en effet, en 1518 déjà, le roi adressait des remontrances aux consuls sur la mauvaise administration des deniers communs. Il n’est donc pas surprenant que quelques années plus tard, on commence à trouver trace de ventes et d’arrentements de biens appartenant à la Communauté. C’est dans ce contexte que prend place, le 23 juillet 1525, le soulèvement des pêcheurs. Le conseil ayant décidé la mise aux enchères l’arrentement des eaux et pêcheries de Coronel pour cinq ans, le consul de Beynes se voit empêcher de manière musclée de le faire par « uno grosso quantitat de pescayres, fasant ung gros tumult et menasses »2. L’un d’eux, Thomas Auphant, dit Gaillardet, n’hésite pas à l’interpeller de manière menaçante, contribuant à augmenter la fureur des autres parmi lesquels son fils qui, se saisissant d’un couteau, tente de le blesser ; les autres consuls et les conseillers présents s’interposent pour le protéger. Les enchères interrompues se poursuivent et les séditieux sont traduits en justice. Il semble que l’affaire n’en reste pas là puisque des pêcheurs, auxquels se joignent des brassiers, se rebellent à nouveau deux mois plus tard3, pour empêcher non seulement l’arrentement des eaux de Coronel mais aussi, celui des pâtis de Merdoel, à la fois contre le viguier, les consuls et le conseil. Le lieutenant du sénéchal et Monsieur de Camilhat, conseiller en la Cour, se déplacent pour faire justice : « desditz seditieux les ungs furent foittes et les autres mandes aux galleres »4. Dix ans plus tard, le secrétaire de la maison commune d’Arles, maître Gaspard Brunet, note qu’une enquête est ouverte par le viguier et le juge contre deux hommes qui tentaient de soulever à nouveau le peuple sur la même question, celle des arrentements des biens communaux ; l’enquête remit alors au jour des informations relatives au soulèvement « d’une manière de gens comme pescheurs et autre popullaire », probablement amplifiées puisqu’il y est noté que « feust ladite esmotion si grande qu’ilz tuerent la plupart des gentil hommes et bourgeois plus apparantz du Conseil » ; le texte ajoute que les pêcheurs et « telle manière de gens » ne se privent pas de menacer le pouvoir communal d’un mal, appelé Saint-Janvier, dès que la ville fait quelque ordonnance qui n’est pas à leur convenance5.

  • 6 Voir à ce sujet l’article de B. Derouet, « Territoire et parenté. Pour une mise en perspective de (...)

9Les différents volets de cette affaire montrent clairement l’intimidation à laquelle se livrent les pêcheurs pour contrer les dirigeants de la ville lorsqu’ils s’attaquent aux biens communaux, qui sont considérés comme leurs par les citoyens de la ville6, et aggravent, du même coup, la fiscalité qui pèse sur eux. Les textes consultés portent sur une dizaine d’années, mais sont instructifs sur l’aspect corporatif des mouvements déclenchés par les pêcheurs d’une part, et leur capacité à fédérer le mécontentement des milieux populaires, d’autre part. Leur promptitude à réagir et la violence avec laquelle ils le font, maintiennent sur les gouvernants de la ville une pression dont ces derniers sont obligés de tenir compte et contre laquelle ils doivent demander main-forte.

L’affaire du trébuchet du pont

  • 7 S. Rebutini, « Passer le Rhône à Arles à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles », in Bulle (...)

10En 1634, le conseil de la ville décide de faire construire un pont de bateaux pour remplacer le bac à traille qui reliait auparavant Arles et Trinquetaille. « Ce pont se compose de deux trébuchets ou ponts levis, à chacune des rives »7 servant au passage des barques, mâts abattus (passage gratuit) ou arborés (taxe de 6 sols pour les arlésiennes, de 8 pour les autres) et de onze bateaux de chêne pointus aux deux bouts.

  • 8 BMA, ms. 219, p. 106.

11Le pont est affermé et, en contrepartie de l’entretien du pont qu’il assume, le fermier perçoit des usagers qui le traversent un droit de passage. En 1637, au moment de l’affaire, tout le monde se félicitait de la construction du pont, sauf, « plusieurs petits ribeyriers, quy avant la construction dudit pont gagnaient leur pain à trajetter les passans, ce quy leur estoit depuis interdit »8. Vers cinq ou six heures du soir, au retour du pardon de saint Pierre, à Trinquetaille, le 13 mars, la foule se masse en grand nombre pour voir passer un cortège de prisonniers turcs à la chaîne, arrivant des provinces du nord, pour être échangés contre des Français esclaves en Barbarie. Le trébuchet du pont, côté Arles, cède brusquement, entraînant ceux qui étaient dessus ; puis, ceux qui étaient sur le bord, poussés par ceux qui étaient derrière, sont à leur tour précipités dans le fleuve ; plus de 160 personnes de tous âges et sexes périssent. Ce tragique accident sert de prétexte à une rébellion ouverte.

  • 9 BMA, ms. 219, p. 105 v°.

12La désolation se transforme en colère contre les fermiers du pont ; aux familles des victimes se joignent ceux qui sont hostiles au pont, non seulement les bateliers qui assuraient auparavant la traversée du fleuve mais aussi les travailleurs qui l’empruntaient en se rendant quotidiennement aux champs en Camargue. « Tous ensemble murmurèrent ouvertement contre le pont, le menaçant de ruine et de feu ». Le fermier en appelle alors aux consuls qui interpellent les meneurs mais, « trop faibles pour calmer cet orage », se voient « chargés néanmoins tous de bons coups de perches et autres bâtons »9 et se trouvent ainsi contraints par les émeutiers de les relâcher. Les rebelles savent que l’affront fait aux consuls ne restera pas impuni et, n’ayant alors plus rien à perdre, se réfugient dans la porte du port, dépavent la rue et se barricadent ; en outre, ils s’attaquent au pont, y mettant le feu en plusieurs endroits, coupant les câbles et envisagent de piller les maisons des associés à la ferme et même d’assassiner ces derniers. Les consuls, avec une troupe de mousquetaires et « autres gens d’honneur armés », attaquent les révoltés : à la pluie de cailloux qui les accueille, répond le feu de leurs mousquets. Le calme rétabli, les autorités interrogent les chirurgiens pour leur faire livrer les émeutiers blessés. Tous ceux dont la profession est parvenue à notre connaissance, ont un rapport avec le port : l’unique condamné à mort est un batelier, quant aux autres ils sont courtier, portefaix, marinier et barquiers

  • 10 R. Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Éd. Pedone, Paris, 1 (...)

13L’affaire suivante, à la fin du XVIIe siècle, se rattache aux deux cas précédents où s’exprime « l’hostilité à un système fiscal favorable aux intérêts des “plus apparens” »10.

L’affaire du piquet de la farine

14Les difficultés financières récurrentes de la ville conduisent les consuls à décider, fin mars 1668, une augmentation du piquet sur la farine. La conjoncture frumentaire est difficile, aussi les dirigeants de la cité, dans l’espoir d’éviter une réaction populaire, annoncent-ils la mesure le 3 avril, en même temps qu’une diminution du prix du sel destinée à calmer les esprits. La nouvelle est cependant très mal accueillie et des attroupements se forment, des menaces jaillissent à l’encontre des consuls. Impuissante à rétablir l’ordre, la municipalité suspend la mesure, le temps de faire appel au Parlement. La présence du lieutenant du prévôt calme un peu l’agitation, mais la demande faite par les opposants, d’une convocation d’une assemblée des habitants de la ville est reçue par les consuls comme une marque de sédition ; ils renouvellent alors leur demande d’assistance au premier président d’Oppède. La perception du piquet au nouveau tarif débute le 10 avril, sous la garde d’archers dépêchés par Aix. Le calme apparent incite Oppède à la clémence et il relâche les quelques prisonniers faits lors de la première échauffourée, le 4 avril. L’agitation reprend, deux semaines plus tard, lorsque débute l’adjudication de la nouvelle ferme, rendue nécessaire par le changement de tarif du piquet : les actes de violence se multiplient contre les bureaux de perception et leurs employés. L’affaire prend fin le 20 avril, avec la venue d’un conseiller à la Chambre des Comptes qui rétablit les bureaux du piquet.

  • 11 Ibid., p. 903.
  • 12 Ibid., p. 904.

15Ce mouvement est caractéristique par sa durée – du 3 au 20 avril – liée probablement à la mollesse de la répression et par la participation majoritaire de femmes mais aussi de mariniers et de patrons de barque. qui « ont pu constituer l’élément dirigeant de cette série de manifestations »11. Ceci se comprend lorsqu’on sait que ces derniers ont une raison particulière de s’opposer à la majoration du piquet : en effet, ils viennent de perdre, en même temps, le privilège qu’ils avaient de faire pétrir et cuire le pain de biscuit, utilisé pour l’ordinaire des équipages, chez les fourniers et fourgonniers. Ils se trouvent donc logés à la même enseigne que le reste de la population et doivent utiliser les services des boulangers et manganiers. La hausse du piquet les touche donc de manière plus aiguë que les autres. La confirmation du rôle prépondérant des gens de mer dans ce mouvement est fournie par l’exemption concernant « le pain et biscuit porté par les patrons et mariniers pour leur usage et ravitaillement et qu’ils consommeront sur leurs barques »12, qui figure dans un article du bail de la ferme du piquet dont les enchères se tiennent en novembre 1668, quelques mois après que l’agitation fut retombée.

16Dans les trois cas évoqués ci-dessus, les gens de mer ne sont pas les seuls à souffrir de l’alourdissement de la fiscalité, mais ils se trouvent au premier rang de la rébellion, les plus engagés dans l’action. L’importance de leur activité dans l’économie de la ville leur donne-t-elle une assurance plus grande que d’autres groupes ? Sont-ils, pour cette même raison, assurés d’une relative clémence – les mesures répressives ne semblant pas, au regard de la violence dont ils font preuve, d’une sévérité excessive ? Les voyages, les dangers encourus, la fréquentation d’autres lieux, d’autres individus dans les ports sont-ils responsables d’une part, de la détermination brutale qui les anime, de l’autre, du leadership incontestable qu’ils ont parmi les éléments populaires de la cité, à de telles occasions ?

17Dès le début du XVIIe siècle, la pression du pouvoir central commence à se faire sentir et la dualité des autorités en présence, communale et royale, modifie les choses ; la contestation face à l’ordre public peut alors avoir deux cibles. Les atteintes portées par la monarchie, qui entreprend d’affermir son autorité sur la Provence, aux statuts et franchises des villes sont ressenties de manière particulièrement vive à Arles. On voit alors la communauté utiliser les émotions populaires comme moyen de résistance aux visées royales. Pêcheurs et marins, comme nous venons de le voir, forment déjà au XVIe siècle un noyau qui peut réagir avec violence et dont le pouvoir communal doit tenir compte, mais aussi sur lequel il peut s’appuyer pour freiner l’emprise royale. C’est sous cet angle qu’apparaissent mouvements d’opposition et attitudes de résistance au pouvoir monarchique.

Marins et pêcheurs dans la lutte de pouvoir entre la communauté et le roi

18Le premier affrontement est lié aux prétentions fiscales du roi, au tout début du XVIIe siècle.

La question de la gabelle du sel

19En dehors de l’impôt direct, la taille, les finances du roi reposent essentiellement sur les droits domaniaux et les deux grandes taxes indirectes, l’une imposée sur le sel, la gabelle et l’autre sur les marchandises transportées, la foraine, à laquelle s’ajoutent, entre autres, la table de la mer à Marseille, la douane de Lyon et le droit de « 2 % » à Arles.

  • 13 Ces salines, situées en Camargue, sont celles de Badon, Galéjon, la Vernède et les Losnes.
  • 14 R. Pillorget, Les mouvements insurrectionnels…, op. cit., p. 118.

20Arque boutée sur ses privilèges et franchises, Arles n’entend pas facilement renoncer à ses avantages. Faisant partie des Terres Adjacentes, la cité est franche de taille ; elle a, de plus, en ce qui concerne la précieuse denrée qu’est le sel, un régime spécial, garanti par les Conventions qu’elle a signées avec Charles d’Anjou en 1251. Alors que les propriétaires de salins sont obligés de fournir aux fermiers des greniers de la province toute leur production qui y est vendue à un prix fixé uniformément par le roi, Arles possède ses propres salines13 dont la « production est vendue aux Arlésiens, au grenier communal, à un prix fixé par les Consuls, prix toujours inférieur à celui pratiqué dans le « corps du Pays » »14 ce qui alimente un trafic de contrebande qui sert de prétexte au roi pour mettre fin au régime spécifique de la ville. Le sel revêt une importance particulière à Arles d’une part, par la grande quantité que son terroir produit et qui assure à la communauté un revenu essentiel, d’autre part, par la présence au sein de la population de nombreux pêcheurs et éleveurs de bétail pour lesquels le sel est indispensable.

21À partir de 1595 une réforme générale de la gabelle afferme les greniers à sel de la province et leurs dépôts dans un bail unique, délivré au Marseillais, Gaspard de Rabastens. Arles résiste et lutte pour la défense de son privilège ; cependant, en juin 1601, la Chambre des Comptes rend un arrêt favorable au fermier général et décrète la saisie de tous les sels des marais salants et de ceux entreposés en ville, deux tiers pour le roi et le reste à Rabastens. Les consuls décident de se pourvoir devant le roi, au nom des conventions de 1251.

  • 15 Ibid., p. 288. R. Pillorget souligne que le dimanche il est aussi et surtout possible d’assembler « (...)

22Fin août, le sieur de Galice, conseiller à la Chambre des Comptes, vient en compagnie de Rabastens pour faire exécuter l’arrêt de confiscation des sels. Les consuls gagnent du temps et demandent un délai afin d’attendre le dimanche suivant, le 2 septembre, où il est plus facile de rassembler « les plus notables et qualifiées personnes »15. Tout commence par une manifestation bruyante de pêcheurs réclamant qu’on leur délivre du sel « pour conserver le produit d’une pêche particulièrement abondante ». La foule hurlante de pêcheurs réclame à la fois Galice et Rabastens et assiège la maison où ils sont descendus et, plus,

  • 16 Ibid., p. 289.

les Consuls n’agissent pas en responsables de l’ordre, mais en médiateurs entre un officier du roi et une foule qui revendique. Et leur médiation penche clairement du côté de leurs concitoyens16.

23Galice cède à la pression conjuguée des consuls et des émeutiers : il autorise la délivrance aux pêcheurs de 1 000 émines de sel pris sur les salins de la ville. La foule ne se disperse pas tout de suite, elle accompagne les consuls à la maison commune et « réclame son salaire », c’est-à-dire le sel à 6 sous l’émine au lieu de 12. Galice et Rabastens profitent de l’apaisement relatif et quittent la ville, puis le conseiller revient sur l’autorisation qu’il a accordée sous la contrainte. Les consuls, pris entre deux feux, les pêcheurs d’une part qui veulent le sel et, la crainte de permettre de prendre illégalement du sel d’autre part, cherchent un compromis. Or, depuis qu’ils sont en procès avec Rabastens, ils n’ont pu trouver de fermier pour les salines de la ville ; ils proposent alors à ce dernier d’en prendre la ferme, ce qu’il accepte. Toutefois, l’accord n’est que de courte durée, car Rabastens entend enlever le produit des marais salants d’Arles et le déposer dans d’autres greniers de la province, ce à quoi les Arlésiens s’opposent, arguant de l’important besoin en sel de la population et de la nécessité de lui donner priorité. La conjoncture est d’autant plus explosive que ce besoin se fait plus urgent, l’automne coïncidant avec le début des campagnes de pêche et le retour des troupeaux de la transhumance estivale.

24Le premier novembre, fête de la Toussaint, une nouvelle émeute se déclenche, au premier rang de laquelle se trouvent les pêcheurs. Ils réclament la libération des trois personnes arrêtées après la manifestation du 2 septembre, mais surtout, ils se plaignent bruyamment de ce

  • 17 Ibid., p. 291.

qu’ils se trouvent contraints de rejeter à la mer ou dans les étangs une prodigieuse quantité de poisson, faute de pouvoir le conserver17.

  • 18 Ibid., p. 292.

25Les consuls, craignant qu’ils ne se servent eux-mêmes aux salins de la ville et redoutant les désordres qui en résulteraient, décident d’intervenir en faveur des pêcheurs : ils envoient une délégation à la Chambre des Comptes mais, avant même son retour, font distribuer du sel aux habitants, « contre argent et sous contrôle de deux bourgeois »18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid., p. 293.

26L’affaire est largement politique, la correspondance du président du Parlement de Provence, Guillaume du Vair, et du roi est instructive à ce propos : la responsabilité des plus notables des Arlésiens dans les deux mouvements ne fait pas de doute et il apparaît qu’ils firent venir « tous les pêcheurs […] de l’embouschure de Rosne qu’on ne cognoist point en ville, pour faire ceste rumeur »19. La désobéissance de la ville est un fait grave, cependant, dans les toutes premières années du XVIIe siècle le pouvoir royal, encore mal assuré en Provence, ne peut réduire une ville puissante et importante comme Arles ; du Vair conseille alors au roi de fermes remontrances, suivies d’un pardon, en attendant de pouvoir mieux asseoir son autorité. La Chambre des Comptes, de son côté, rend un arrêt qui constitue un sévère avertissement : défense de délivrer aucun sel à l’avenir et responsabilité collective, y compris gentilshommes et bourgeois, en cas de tumultes, séditions ou évasion des prisonniers « à peine dix mille écus et d’en répondre en leur propre… »20.

  • 21 BMA, ms. 219, Règlement du débitement du sel, 1603.

27En 1603, le conseil du roi décide l’incorporation des marais salants arlésiens à la ferme générale de Provence. Toutefois, en vue de ménager la susceptibilité des Arlésiens, le fermier sera tenu d’entreposer le produit des marais de la ville dans un grenier à sel – qui sera opérationnel en 1604 –, et d’en délivrer gratuitement aux Arlésiens quarante gros muids, mesure de Peccaïs. Si un surplus est nécessaire, les habitants devront l’acheter au grenier de sa Majesté, à un prix qui est majoré de 4 sous l’émine (ce qui le porte à 16 sous). Il est aussi demandé « aux paroissiens de surveiller ses voisins pour éviter les abus qui ont conduit au contingentement royal »21. Enfin, modeste contribution aux finances de la ville, pour chaque muid de sel du terroir vendu par le fermier au dehors, il devra verser à la communauté 10 écus.

28En 1661 a lieu la dernière action royale pour uniformiser et majorer la gabelle dans le royaume. Après d’âpres discussions, l’Assemblée des Communautés, convaincue que le roi n’admettra aucune opposition puisqu’il a fait entrer des troupes dans la province, accepte la nouvelle mesure et le nouveau prix du sel. L’émine, mesure traditionnelle du sel en Provence, est remplacée par le minot de France qui en vaut les deux tiers et, dans le même temps, le prix du sel est multiplié par 2,23 ! Les commissaires envoyés par la Chambre des Comptes pour introduire dans les différents greniers à sel de la province le minot et son prix, ne rencontrent de difficultés qu’à Arles. Ils y sont accueillis par un mouvement de foule ; les consuls s’empressent de rappeler au roi l’un des privilèges de la ville, son « franc-salé », et assurent une garde armée auprès des salins du terroir. L’affaire se règle au cours de négociations entre l’un des consuls qui se rend à Paris et Colbert : la ville voit son « franc-salé » réduit, les soixante gros muids mesure de Peccaïs obtenus au milieu du XVIIe siècle, en remplacement des 40 accordés en 1603, sont ramenés à cinq cents émines, soit près de vingt fois moins. La contestation se poursuit ensuite chez les pêcheurs par le biais de la fraude, comme le montrent les nombreuses plaintes déposées par le receveur de la gabelle devant le tribunal de l’Amirauté.

29On ne connaît pas la composition de la foule qui accueille les émissaires de la Chambre des Comptes chargés de faire exécuter l’édit qui résulte de l’accord conclu entre le roi et la province, mais on peut, avec une certaine assurance, émettre l’hypothèse que les pêcheurs, toujours prompts à s’émouvoir, ne seront pas plus en 1661, qu’ils ne le furent en 1601, restés passifs, sur un sujet qui les concerne si fortement. Si, les notables de la ville, ayant tiré la leçon de l’avertissement reçu en 1601, n’ont peut-être pas été en 1661 les instigateurs de la réaction du « menu peuple », ils semblent décidés cependant à résister au pouvoir royal et il apparaît que le soutien populaire ne leur fasse pas défaut ; en effet, le « charivari » de la foule qui accueille les commissaires en 1661, les conduit à battre précipitamment en retraite.

30La mainmise du pouvoir royal sur la province s’opère par le contrôle de la fiscalité, comme nous venons de le voir pour la gabelle, mais aussi par la mise en place de nouvelles institutions. L’Amirauté est l’une d’entre elles ; instance juridique, elle se charge, outre du règlement des litiges qui interviennent dans le cadre des activités maritimes et commerciales sur les côtes de mer et sur la partie maritime du fleuve, de veiller à l’application du contrôle que le roi entend exercer sur la marine commerciale. À ce titre, elle est susceptible de rencontrer l’hostilité des marins, des marchands et des pêcheurs, hostilité que la commune utilise volontiers dans sa lutte contre l’extension du pouvoir royal et la réduction de ses privilèges.

L’opposition à l’Amirauté

31Créée par l’Édit de St Germain en 1555, la lieutenance d’Arles, ne fonctionne réellement qu’à partir de 1631. Ses officiers sont chargés de recevoir les rapports des patrons, de vérifier les cargaisons et de veiller à empêcher les trafics prohibés ; les contrôles effectués, ils établissent les certificats autorisant la libre pratique des navigants et délivrent les autorisations nécessaires à l’entrée et à la sortie des navires. Les droits qu’ils perçoivent pour ce, auxquels s’ajoutent les profits de la juridiction qu’ils exercent, constituent leurs émoluments.

  • 22 BMA, ms. 260, f° 3-5.
  • 23 Ibid.

32L’un des premiers soins de Guillaume Roy, lieutenant de l’Amirauté en 1631, est de faire respecter le transport de juridiction des causes qui appartenaient auparavant au lieutenant du sénéchal et au juge de la ville et qui, depuis 1633, sont attribuées au siège de l’« Amirauté de la ville d’Arles, ports et hâvres des Maries et ses dépendances »22 ; le Parlement ordonne en novembre 1635 que « ledit Roy congnoistra seul et privativement à tous autres officiers de tous les différends qu’arriveront, tant à la mer qu’aux rivières de son ressort… »23. Le sujet est repris et développé un mois plus tard : appartiennent à la juridiction du lieutenant de l’Amirauté,

  • 24 Ibid., f° 5-7.

la cognoissance des crimes et délits commis sur la mer et grève d’icelle et sur le quay dudit Arles, soit au coupement des câbles des barques ou larrecin commis des attraits d’icelles reposées sur ledit quay24,

33les différends sur les barques relatifs à l’achat, aux travaux de réparation ou de construction, aux questions d’avitaillement, de nolis ainsi que de salaire des mariniers. Les litiges concernant les allèges qui naviguent en mer ou chargent et déchargent des navires venant de la mer, sont aussi de son ressort mais, pour celles qui sont employées sur le fleuve, ils sont de la compétence des juges ordinaires d’Arles et de Trinquetaille. Le partage se fait aussi de même manière, pour les différends qui naissent autour de la pêche : à l’Amirauté ceux relatifs à la pêche en mer ou dans les étangs salés, à la justice ordinaire ceux qui concernent la pêche dans la rivière et les étangs d’eau douce. Les naufrages des barques maritimes et des allèges employées pour le négoce à la mer sont aussi du ressort du lieutenant de l’Amirauté depuis le port d’Arles jusqu’à la mer, ceux arrivés sur le fleuve au-dessus d’Arles, à l’autre juridiction. Le découpage des attributions, suivant la même logique, s’applique aux contrats et aux litiges commerciaux.

34À la fin du XVIe siècle, les consuls ont échoué à supprimer la Maîtrise des Ports, mais ils poursuivent leur lutte pour desserrer le carcan royal et leur cible, au siècle suivant, est l’Amirauté. Les sources montrent qu’ils trouvent appui chez les patrons, mais aussi parmi les marchands que la fiscalité des deux institutions du contrôle commercial, Amirauté et Maîtrise des Ports, indispose.

35En 1633, est établi un premier règlement des émoluments qui doivent être pris par les officiers de l’Amirauté dans l’exercice de leurs fonctions. Par la suite, ceux-ci soupçonnés d’abus dans l’application des tarifs, les consuls de la ville lancent, en 1656, une grande enquête sur le sujet,

  • 25 AMA, FF 57, Les consuls font relever les tarifs payés par les différents patrons qui descendent de (...)

ayant reçu plusieurs plainctes des marchandz et patrons négociantz en cette ville sur la diversité des droicts quy s’exigent par les officiers du bureau forain et de l’admirauté au siège dudict Arles pour les expéditions quilz leur donnent25.

36Le Conseil d’État ne tarde pas à réagir et montre qu’il a compris la motivation des consuls d’Arles. Le texte exprime clairement qu’il considère que ceux-ci ont été poussés par

  • 26 BMA, ms. 111, Extrait du Conseil d’État du Roi, tenu à Paris le 30 octobre 1656.

certains maistres et patrons de barques et de vaisseaux qui évitent la visite pour pouvoir charger des marchandises de contrebande et disposer de leurs navires à leur fantaisie26.

37Il est probable que les gouvernants de la cité se sont volontiers laissés faire, étant donné leur crispation sur ce qu’ils estiment un empiétement du pouvoir royal sur leurs prérogatives. Leur action a consisté à assigner les officiers de l’Amirauté devant le Parlement pour obtenir qu’ils se réfèrent aux règlements faits par cette même institution, les 07/12/1599 et 08/03/1624 et qui stipulaient que les officiers ne pouvaient exiger aucun droit de visite et rapport des barques, tartanes et allèges venant de Provence et de Languedoc. La Chambre des Vacations du Parlement d’Aix ayant donné raison aux consuls, le roi casse cet arrêt et ordonne que le règlement de 1641 et les compléments de 1645, 1646 et 1650, interdisant aux capitaines, maîtres de barque, tartanes, allèges, frégates, brigantins et autres de sortir et d’entrer des ports de toutes provinces, Languedoc et Provence compris bien entendu, sans avoir

  • 27 Ibid.

souffert la visite des sièges d’Amirauté, pris les congés à la manière accoutumée et payé les droits tant dudit sieur Duc [le duc de Vendôme surintendant général de la navigation et commerce de France], que des officiers desdits sièges27

38soit appliqué. La semonce est sévère pour les consuls mis en demeure de le faire respecter.

39Toutefois, cela ne suffit pas à désarmer les opposants, puisqu’en 1661 les consuls et la communauté intentent auprès du Parlement, un procès au lieutenant de l’Amirauté car ils jugent la visite inutile, le congé ou passeport qui autorise la sortie leur paraissant suffisant ; ils considèrent, en outre, le rapport demandé aux patrons sans objet en tant de paix, les officiers de l’Amirauté n’ayant alors pas besoin d’être renseignés sur la navigation et enfin, ils demandent un nouveau règlement des émoluments de ces derniers. Les consuls reprochent, de plus, au lieutenant de l’Amirauté le cumul de fonctions puisqu’il est comme son père, et le prédécesseur de ce dernier, en même temps lieutenant des Ports au bureau de la foraine. En 1663 c’est, au titre de cette dernière charge, qu’il est à nouveau traduit en justice, cette fois devant la Cour des Comptes de Provence, par le syndic des marchands d’Arles et les consuls de la ville, toujours sur la question des passeports et expéditions des barques et des émoluments touchés par le lieutenant et son greffier. Le maintien des droits des officiers s’accompagne en 1664, d’un règlement précisant en particulier leurs salaires.

40Les relations entre les usagers du commerce, patrons et marchands, et l’Amirauté restent, au cours du siècle qui suit, tout aussi difficiles ; on en veut pour preuve, le virulent placet adressé par les propriétaires des allèges et barques d’Arles au ministre de la Marine, en novembre 1760 et l’analyse critique de l’interprétation faite, selon eux, par les officiers de l’Amirauté, du nouvel état des droits à percevoir pour l’expédition des bâtiments de mer, établi le 10 janvier 1770.

  • 28 BMA, ms 260, f° 8.

41Dans le premier de ces documents, les propriétaires des bâtiments d’Arles, parmi lesquels se trouvent nombre de patrons, réclament que la plainte contre le bureau de l’Amirauté, qu’ils ont présentée au délégué de l’intendant deux mois plus tôt, soit prise en compte. S’adressant directement au ministre, ils reprennent l’énoncé de leurs griefs, signalant en préambule qu’« il s’est introduit au sujet des dittes barques des impositions et une façon de procéder contre laquelle ils s’insurgent »28.

  • 29 Ibid.

42Les difficultés récurrentes – les registres de litiges devant le tribunal de l’Amirauté en font foi –, rencontrées par les propriétaires des barques pour obtenir des patrons la reddition des comptes à chaque voyage, ayant conduit les premiers à réclamer un arrêt pour que les barques soient empêchées de partir avant que les armateurs n’aient signé le livre de compte, le bureau de l’Amirauté a taxé chaque barque à 4 livres 16 sols pour payer les frais de cet arrêt. De plus, à chaque voyage, l’Amirauté prend 3 livres 5 sols pour voir la signature des participes ; cette somme leur paraît bien forte en comparaison de celle demandée par les notaires pour consulter un acte, d’autant plus « qu’on expédie les barques quoyque les propriétaires ne soient pas signés sur le livre du patron »29. Doit-on prendre en compte cet argument ? N’est-il pas à mettre sur le compte de la polémique ? Probablement pas puisque, si nous nous référons aux quelques livres de comptes d’allèges que nous avons consultés, la signature des quirataires à chaque voyage est loin d’être la règle.

43À ces coûts s’ajoute celui de la déclaration des deniers fournis pour l’avitaillement, rendue obligatoire par le bureau de l’Amirauté ; ce prélèvement supplémentaire de 1 livre 8 sols mécontente particulièrement un bon nombre de patrons qui fournissent eux-mêmes leur avitaillement. Même le transport pour le roi se voit charger d’une exaction nouvelle, qui ne touchait auparavant que les barques chargées pour le compte des marchands : les patrons doivent passer prendre au bureau une obligation qui coûte 3 livres. Et il faut encore payer 12 sols à chaque voyage pour le maître du quai qui est chargé de la police et de la surveillance des ports ; ceci, aux dires des auteurs de la requête, ne se fait pas dans les autres ports.

44Enfin, à chacun de ses voyages, chaque barque verse 2 livres pour l’entretien d’un prêtre à la tour Saint-Louis, à l’embouchure du Rhône. Les propriétaires montrent une forte hostilité à cette ponction : ils réclament des comptes pour les années pendant lesquelles le service n’a pas eu lieu et considèrent que seuls les équipages qui en sont les bénéficiaires devraient y contribuer.

  • 30 Ibid.

45Après tous ces griefs, d’ordre essentiellement financier, il en est un, certes aussi sérieux, mais dont la lecture est savoureuse. Les barques d’Arles, soulignent les auteurs du placet, au nom des propriétaires, sont exposées aux naufrages aux embouchures du Rhône et, comme nombre d’entre eux sont des négociants, « ils se croient en droit de se plaindre contre la nouvelle manière dont se font les descentes par les officiers de l’Amirauté lorsqu’il arrive des naufrages »30. Sous les lieutenants précédents, les officiers responsables, le lieutenant, le procureur du roi, le greffier et un huissier, se rendaient, disent-ils, sur les lieux du naufrage par terre dans la journée, la mer n’étant éloignée que de 7 lieues.

  • 31 Ibid.

On savait à quoi s’en tenir et les frais chaque jour se montaient à peine à 42 livres ; aujourd’hui, l’Amirauté descend dans une chaloupe fort élégante qu’elle a fait construire, on exige d’abord 8 livres par jour pour l’usage de la chaloupe et outre les quatre officiers ci-dessus mentionnés, on embarque le receveur de l’Amirauté, le garde du port, un cuisinier, un patron avec 12 rameurs qui sont autant de matelots qu’on a enlevé à des besoins plus pressants31.

46Ce qui coûtait auparavant une quarantaine de livres par jour, en coûte près de 90 et, la chaloupe mettant parfois trois jours pour descendre, les frais sont nettement majorés. L’exagération dans ce texte polémique est évidente, mais l’aspect « Amirauté d’opérette » apparaît plus nettement encore dans les dernières lignes du paragraphe :

  • 32 Ibid., f° 10.

la nouvelle méthode plaît si fort à l’Amirauté que chaque membre veut y avoir une part, on a vu quelque fois tout le bureau partir et obliger par là les patrons à courir après la chaloupe pour aller chercher leurs expéditions ce qui occasionne un retard nuisible au commerce32.

  • 33 BMA, ms. 260, f° 12. Note de l’abbé L. Bonnemant.

47Cette plainte n’est pas restée sans effet, puisque le procureur du roi « qui était regardé comme l’auteur de ces exactions »33, convoqué par le ministre pour rendre compte de sa conduite, reçut ordre de se défaire de sa charge qu’il vendit fin 1763. Par ailleurs, les expéditions de barque se sont vues réduites de 29 sols.

48L’établissement quelques années plus tard, en 1770, d’un nouveau règlement n’est peut-être pas sans rapport avec les abus avérés des officiers de l’Amirauté d’Arles. Cependant, dès sa parution il fait l’objet d’une critique sévère, dénonçant encore des taxes imposées de manière abusive.

49Il ne fait pas de doute que, depuis sa création, et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, l’opposition entre les patrons et marchands d’Arles, volontiers relayés par les consuls de la cité, et l’Amirauté a été incessante. Les affrontements semblent particulièrement durs, au milieu du XVIIe siècle puis dans les années 1760-70. En témoignent les documents cités plus haut, auxquels on peut ajouter les deux ordonnances sur le délestage des navires au port, parues à quinze jours d’intervalle : la première, du 31 août 1761, émane des consuls et s’appuie sur les statuts de la ville pour désigner le lieu où les bâtiments peuvent jeter leur lest ; la seconde, du 18 septembre 1761, est une ordonnance du lieutenant de l’Amirauté qui revendique la responsabilité de la désignation du lieu de délestage comme faisant partie des attributions de l’institution ainsi qu’en font foi divers arrêtés et ordonnances de la Marine !

50Les actions signalées plus haut, menées pour lutter contre l’Amirauté, sont lancées par les consuls et les propriétaires de bâtiments, mais il apparaît clairement qu’elles sont initiées par la mauvaise humeur des marins et des pêcheurs eux-mêmes, principalement des patrons. Les sources du tribunal de l’Amirauté permettent au travers des plaintes déposées contre eux, de découvrir les moyens mis en œuvre, au quotidien, par ces hommes dans cette contestation.

51La fraude est la principale arme des patrons, tant d’Arles que d’autres ports. Elle prend divers aspects ainsi que le montrent les quelques exemples suivants.

52Le lieutenant de l’Amirauté lui-même, prend sur le fait en 1653, un patron de Marseille, qu’il voit prêt à appareiller alors que, depuis la visite de son chargement de châtaignes, il l’a complété de cinq balles de laine lavée qu’il n’a pas déclarées. Le patron ne nie pas ; il s’apprêtait en effet à partir, sans avoir passé les soumissions que ce type de marchandises de contrebande, requérait ; l’amende faible, de 3 livres, n’est guère dissuasive et, d’ailleurs, le lieutenant lui fait remarquer qu’il est coutumier de ce genre de faute.

  • 34 ADB du R, 11 B 2.

53En 1657, le procureur du roi se plaint que les patrons de barques tartanes, bateaux et allèges refusent de faire le rapport de leur voyage à l’entrée, « de faire la visite à la sortie et prendre les congés de Monseigneur l’Amiral sous prétexte qu’il n’est fait aucun rapport ni visite en la ville de Marseille pour les voyages de port en port »34 et il réclame d’arrêter les patrons rebelles et de séquestrer leurs barques. Les patrons d’Arles ne sont pas les derniers à frauder de cette façon : Pierre Bernard part, sans visite ni congé, avec son allège chargée de blé et de son ; Barthélémy Eyrier, patron de Trinquetaille, refuse de faire son rapport au retour de voyage. Prenant prétexte du retour de la paix, en 1660, des patrons, comme Vincent Chanteloube, coutumier du fait semble-t-il, négligent la visite et ne passent plus les obligations pour les marchandises de contrebande, ignorant l’ordonnance royale de novembre 1659 qui les maintenait. Les patrons Thomas Bardoux, Jacques Danton et Jean Rebec, eux, profitent d’un dimanche pour s’éclipser sans satisfaire aux formalités de départ.

  • 35 Ibid., en date du 13/12/1665.

54Les patrons de Menton qui viennent porter à des marchands d’Arles des comestibles divers, agrumes, fruits, fromage, s’arrêtent au bord du fleuve à une lieue en dessous de la ville, à la fois pour décharger et pour prendre une cargaison de retour ; bien sûr, ils échappent à la visite et au congé. C’est la même pratique qui est dénoncée par le procureur du roi lorsqu’il tonne contre les patrons « qui ont tiré leurs barques du port et fait glisser le long du Rhône pour aller en mer »35 ; un peu plus tard, il accuse nommément certains patrons arlésiens d’avoir chargé le long du Rhône quantité de blé et d’autres marchandises, alors qu’ils ont déjà subi la visite et pris congé pour la partie « officielle » de leur cargaison. Le délit est encore plus grand dans le cas de ce patron qui, déclarant carrément qu’il retourne à Toulon sur lest, charge sur le fleuve, entre autres du blé, et fait voile pour aller « où bon lui semble ».

55Si les fraudes font l’objet de très nombreuses interventions du procureur du roi, avant 1670, elles sont beaucoup moins fréquentes dans les registres postérieurs. Nous n’avons rencontré que deux mentions relatives à cette forme de contestation dans la décennie 1680. À travers la source utilisée, la période de forte opposition des patrons d’Arles à l’Amirauté est centrée sur les années 1649-1670. Après, les ordonnances royales sont mieux respectées. Les temps ont changé, il ne se rencontre plus de pêcheur, comme Jacques Dumas qui se permettait en 1649 d’interpeller sur le quai, son chapeau sur la tête, de manière fort impertinente, le lieutenant de l’Amirauté au sujet d’une ancre qu’il avait trouvée mais pas déclarée, ce qui le privait de recevoir la prime versée à l’inventeur. De même, la séquestration d’un bâtiment, vécue comme une entrave à l’activité, une cause de retard et de manque à gagner, peut-être, au milieu du XVIIe siècle, alors que ce ne sera plus le cas par la suite, l’occasion d’actes de violence : ainsi le feu se déclare « malicieusement » sur la barque du patron Vitte, arrêtée pour dettes et sous bonne garde, ou encore, des mariniers d’Antibes, pour empêcher la séquestration de leur barque, menacent de faire tirer leur canon et de jeter dans le fleuve le sergent de l’Amirauté venu faire exécuter la sentence.

56On remarque aussi qu’au milieu du XVIIe siècle l’hostilité est dirigée contre l’institution elle-même, manifestant une forme de résistance à la mainmise du pouvoir royal sur cette cité fière de ses privilèges, alors que les critiques qui s’élèvent à la fin de l’Ancien Régime visent davantage à discréditer le personnel de l’Amirauté que l’institution elle-même.

57Ne concernant que les gens de mer, le service du roi, pèse lourdement sur eux ; il peut être ressenti comme particulièrement contraignant et source de conflits.

Les gens de mer à Arles et le service royal

58Dès les années 1630, l’idée de disposer d’équipages mobilisables rapidement commençait à germer ; les efforts de Richelieu pour moderniser et développer la Marine s’imposent au cours de la Guerre de Trente Ans. Le Système des Classes qui se met en place dans les années 70 du siècle est l’aboutissement de cette politique, reprise et amplifiée par Colbert.

59Le service du roi prend à Arles, deux aspects : la mobilisation sur les vaisseaux royaux, mais aussi, en raison de la situation géographique de la ville, le transport des vivres pour les arsenaux de la Marine.

Les patrons arlésiens et le transport des marchandises pour le roi

60Tout comme dans les relations qu’entretiennent les gens de mer avec l’Amirauté, l’attitude des patrons face au service prioritaire qu’est celui du roi se modifie au fil du temps.

  • 36 Toutefois, c’est un affrontement direct, qualifié d’« émeute et rébellion aux ordres des Consuls » (...)
  • 37 ADB du R, 11 B 2, en date du 13/02/1658.

61Au milieu du XVIIe siècle, il est assez mal perçu, ce qui se traduit plus par la recherche d’éviction que par des affrontements directs36. Les commissaires de la Marine, chargés d’organiser le transport des bois qui arrivent à Arles par flottage, en radeaux ou par bateaux, en font la triste expérience. Ainsi, en 1655, l’un d’entre eux s’adresse à un patron d’allège, Claude Gilles, et lui propose les mêmes nolis que ceux qu’il verse aux sept patrons qui ont déjà, quelques jours auparavant, chargé une partie du bois ; Gilles refuse, disant avoir été nolisé par quelques particuliers. L’affaire portée devant l’Amirauté, le plaignant rappelle la priorité du service du roi qui ne peut souffrir aucun retard, et le lieutenant condamne Gilles à charger le bois, toute affaire cessante, sous peine d’une amende et, en cas de non obtempération, d’arrêt de sa barque. Plus significatif d’une attitude corporative, est le refus qu’opposent ensemble quelques patrons à un autre commissaire de la Marine, venu traité avec eux à l’amiable, en 1656 ; il leur offre le même tarif que les marchands, offrant même d’y soustraire 40 livres, payées immédiatement pour faciliter leur avitaillement ; leur refus ne s’assortit pas de justification. La réaction ne se fait pas attendre les allèges sont réquisitionnées avec défense de quitter le port, tant que le chargement n’est pas fait. La résistance est plus manifeste encore dans l’exemple suivant : l’un des nombreux commissaires de la Marine qui arrivent à Arles pour s’occuper du chargement, sur des barques de mer, des marchandises destinées à l’arsenal de Toulon, doit faire embarquer rapidement 1 300 quintaux de chanvre et 2 000 planches de sapin. Il a trouvé sans difficulté trois patrons de Six-Fours, pour lesquels ce fret de retour présente sûrement de l’intérêt ; mais les barques n’ont pas suffi pour la totalité du chanvre ; il se dirige à plusieurs reprises vers la barque, vide et sans surveillance, du patron Jean Alberti, sans réussir à le rencontrer ; il se rend alors chez lui où sa femme lui dit qu’il est absent et que sa barque est nolisée. Le commissaire la charge d’informer son mari que sa barque est réquisitionnée, mais le patron « se tient caché pour ne pas faire ledit chargement »37. Portant sa requête devant l’Amirauté, le plaignant obtient du lieutenant la réquisition de la barque d’Alberti et d’une autre dont il a aussi repéré la disponibilité. Prudent, en 1660, le commissaire qui doit faire acheminer sans délai une grande quantité de bois de Bourgogne à Toulon, prend les devant et réquisitionne d’emblée toutes les barques qui sont dans la ville et fait donner ordre

  • 38 Ibid., en date du 22/09/1660.

aux patrons de se mettre en état de charger le bois, avec défense de se charger ny se noliser à aucun marchand tant que la susdite quantité [de bois] ne soit chargée à peine de 500 livres d’amende38.

  • 39 Ibid., en date du 28/06/1663.

62Le vol du bois du roi entreposé à Trinquetaille prend aussi place parmi les manifestations d’hostilité aux exigences du service royal. En mai 1663, Honoré Engalier, fils de Pierre, commissaire de sa Majesté chargé du bois qui vient de Bourgogne, est agressé pendant qu’il remplace son père dans sa fonction, par le patron Louis Eyrier, ses deux fils et son gendre ; Honoré est blessé et l’un des fils Eyrier, Thomas, coupe les câbles qui retenaient les bois, avec pour conséquence la perte de cinq pièces. L’Amirauté confie leur recherche à un patron qui déclare ne pouvoir le faire car il est chargé de bois et proche de faire voile ; un autre patron est alors commis à sa place et son manque de diligence est tel que le procureur du roi porte plainte contre lui pour « répondre de sa désobéissance »39. En juillet, alors que l’instance criminelle se poursuit contre Thomas Eyrier, Pierre Engalier est à nouveau victime d’un vol, celui de deux des pièces de bois dont il a la charge ; celles-ci sont retrouvées attachées à quelques lieues de la ville, au bord du Rhône. Ces affaires montrent que les bois du roi entreposés à Trinquetaille sont pour les patrons arlésiens, non seulement des objets de convoitise, mais aussi un support symbolique pour manifester leur opposition à l’instauration des obligations qui résultent de la présence des marchandises à acheminer d’une manière contraignante.

  • 40 Nous en avons toutefois trouvé encore un exemple en 1720 : ADB du R, 11 B 4, en date du 22/08/1720 (...)

63La perception de ce service change peu à peu au cours de la période. Dans les années 1680, alors que les fraudes rapportées diminuent fortement, la priorité donnée au transport vers les arsenaux royaux paraît susciter nettement moins de tentatives d’éviction ou de refus40. S’il est possible que l’institution se soit faite plus tolérante et que tous les accrochages, analogues à ceux scrupuleusement rapportés dix ou vingt ans plus tôt, soient au contraire, à partir des années 80 du siècle, minimisés, dans une volonté d’apaisement, il est très probable que l’état d’esprit de la population maritime ait peu à peu évolué et qu’elle ait accepté plus facilement la contrainte du service royal, d’autant qu’il lui assure un fret important au départ d’Arles ainsi que la perspective de percevoir des nolis à l’égal de ce que les marchands sont susceptibles de lui fournir.

64Entre les premiers janvier 1746 et 1749, 630 bâtiments, d’une portée d’environ 2 500 quintaux, sont partis du port d’Arles, chargés pour le service du roi ; nous avons comparé les noms des patrons qui les commandent à ceux portés dans les déclarations d’achats de navires devant l’Amirauté pour déterminer, avec une relative précision, ceux qui étaient originaires d’Arles et voir quelle part se taillaient les Arlésiens dans ce trafic. Si celui-ci n’est pas un monopole des patrons d’Arles, il n’en est pas loin, puisqu’ils assurent, au cours de ces années, 85 % du transport des vivres vers les arsenaux royaux. Cette prépondérance des patrons locaux dans le service d’approvisionnement des armées navales du roi montre que leur attitude de refus a été largement abandonnée, au profit d’une très large participation.

  • 41 AMA, BB 111, f° 64.
  • 42 Ibid., f° 64 v°.
  • 43 Ibid.

65La demande adressée par les consuls de la ville, au duc de Choiseul en 1762, en vue de rétablir le tour de rôle pour le transport par mer à Marseille et à Toulon pour le compte du roi, est instructive sur le sujet. En 1703, s’instaure ce tour de rôle qui permet de faciliter l’acheminent prioritaire des vivres pour les arsenaux, en contournant la difficulté de trouver des barques disponibles, causée par l’abondance du fret au port. Toutes les barques, étaient alors successivement chargées dans leur ordre d’arrivée ; il est à noter que les auteurs de la supplique signalent l’influence de cet usage sur l’augmentation de la proportion des allèges par rapport aux tartanes, montrant ainsi la dépendance la marine arlésienne à ce service, à une époque où le fret s’est raréfié au port en raison « d’une infinité d’obstacles dont les péages [sur le fleuve] ne sont pas les moindres »41 qui font préférer la voie de terre. La suppression du tour de rôle rétablit la concurrence entre les patrons, mais celle-ci est faussée par l’existence d’intérêts personnels, les fournisseurs des marchandises pour le roi préférant charger sur les barques de leurs parents ou sur celles sur lesquelles ils ont quelques quirats, préférences qui mettent « de l’aigreur entre les différents membres d’un corps où il est essentiel d’entretenir l’union »42. La demande de rétablissement, faite quelques mois seulement après la suppression, ainsi que l’intervention directe des consuls auprès du ministre, montrent l’importance pour la ville de ce qui est considéré comme un avantage ; l’attachement au tour de rôle qui est réclamé « de tout ce qui compose la marine d’Arles, patrons et matelots »43 est manifeste.

66Si, travailler au transport pour le roi est à la longue considéré comme un avantage par les marins arlésiens, la réquisition sur les vaisseaux royaux, particulièrement en temps de guerre, ne peut que rencontrer de la résistance de la part des matelots et pêcheurs enrôlés.

Résistance à la conscription : émeutes ou éviction ?

  • 44 AMA, FF 58, f° 82, 84.

67Avant l’instauration du Système des Classes, les levées d’hommes pour servir le roi ne suscitent pas l’enthousiasme ; la résistance est évidente : la ville doit organiser des criées, comme celle qui, en 1639, suit l’injonction des consuls à « tous patrons de barque soient tartanes, alleuges ou autres traffiquants dans la rivière du Rhône ou à la mer »44 qui sont au port de n’en pas bouger sans l’expresse permission de Monseigneur le Gouverneur et de suivre les ordres qui leur seront donnés par les consuls sous peine d’être poursuivis criminellement ; le même ordre est étendu à tous les mariniers qui servent sur ces barques. En 1660, c’est toujours la même méthode, assortie d’une menace de punition corporelle, qui est employée pour fournir des hommes à la Marine Royale. Ces textes ne nous informent cependant pas spécifiquement sur la résistance opposée par les marins de la ville. Toutefois, en 1669, sur ordre du duc de Beaufort, le procureur du roi requérant des officiers de l’Amirauté d’Arles la levée de 100 matelots pour les vaisseaux de sa Majesté, paraît rencontrer des difficultés ; le lieutenant se voit obligé, trois jours plus tard, d’imposer à tous les patrons de barque, tartanes et autres bâtiments de mer arrivés au port depuis la veille de fournir le rôle de leurs mariniers et matelots, sous peine de 100 livres d’amende.

  • 45 ADB du R, 11 B 2, en date du 22/06/1669.

68La réquisition en 1666, des charpentiers et maîtres d’ache d’Arles pour la construction et le radoub des vaisseaux à Toulon ne semble pas avoir suscité une opposition qui ait laissé trace dans les registres de l’Amirauté. Au départ, on leur fournit l’argent nécessaire pour le voyage et « le port de leurs hardes », ainsi qu’une somme pour la subsistance de leur famille ; le restant leur sera versé au fur et à mesure de leur travail sur place. En 1669, l’intendant général de la Marine en la mer du Levant, renouvelle la réquisition des maîtres d’ache, calfats et charpentiers pour travailler aux bâtiments de mer à l’arsenal de Toulon. Le maître charpentier du roi commis au mesurage du bois de sa Majesté est chargé d’en dresser la liste. Ils comparaissent tous, ils sont 30 ; vu l’âge avancé de certains et la nécessité d’en laisser sur place « un nombre suffisant pour le radoub des bastiments nécessaires pour le transport du bois et nourriture de sa Majesté »45, 14 sont tirés au sort. Ils sont requis de partir dès le lendemain, et de travailler moyennant salaire, pour un mois, au bout duquel ils doivent être relevés ; ce sont les modalités du roulement, inscrites dans le registre, en août suivant, qui semblent présenter des difficultés : le rôle est plein de ratures et de renvois et il ne contient que 8 noms au lieu de 14, montrant le peu d’empressement des charpentiers et calfats, l’existence de défections et, plus généralement, un certain évitement face à l’obligation.

  • 46 ADB du R, 11 B 2, en date du 25/02/1667.

69Le Système des Classes s’installe progressivement entre 1650 et 1680 ; à Arles, le premier rôle est dressé en 1670. L’idée est de substituer aux levées occasionnelles de gens de mer, un réservoir d’hommes immédiatement mobilisables. Les hommes sont répartis en trois classes qui servent tour à tour. Les matelots, en attendant leur classe peuvent s’engager sur un navire ou même, comme c’est le cas pour certains classés arlésiens du rôle de 1703, commander un bâtiment. Toutefois, la contrainte est rapidement très lourde pour les populations maritimes pendant les périodes de guerre – et elles furent particulièrement nombreuses aux XVIIe et XVIIIe siècles –, car alors, la mobilisation est presque permanente. La solde – médiocre, de 12 à 15 livres pour les matelots et, de plus, irrégulièrement versée –, et l’instauration en 1689 de la Caisse des Invalides sont quelques modestes avantages qui ne compensent qu’assez mal la désorganisation continuelle du travail. Des flambées de colère sporadiques et la désertion sont les moyens de réaction utilisés par les gens de mer. Arles ne connaît cependant rien de semblable à l’émeute qui a lieu à Martigues en août 1670 ou aux mouvements collectifs traduisant le rejet de la conscription à Saint-Tropez, à la fin du XVIIe siècle et en 1720. Les seuls éléments que nous permettent d’appréhender les registres de sentence de l’Amirauté, sont contenus dans les ordonnances royales que le lieutenant enregistre et fait publier dans la ville. Il est très probable que le rappel des interdits qui s’y trouvent concerne aussi les marins d’Arles et que, par exemple, l’éviction dénoncée par le règlement de septembre 1683, est aussi leur fait : les matelots s’absentent de leur domicile à l’approche du commissaire chargé des classes pour se soustraire au rôle. Le rappel en 1685, de l’édit de 1673 imposant aux capitaines et patrons de remettre au greffe de l’Amirauté un rôle exact de leur équipage, tout comme la défense faite aux officiers de santé de fournir une patente de santé à tout matelot qui n’est pas compris dans l’un de ces rôles visé par le commissaire de Marine, sont autant d’indications sur les moyens utilisés par les gens de mer pour résister au service du roi. La désertion est un problème majeur auquel les autorités ont à faire face ; les voyages sur les côtes étrangères permettent à certains de s’échapper : l’autorisation que l’Amirauté donne aux patrons Jean Artaud et Jean Verambon de porter des tonneaux de vin à Rome pour le Saint Père, se double, déjà en 1667, de l’obligation « de revenir dans deux mois et demi avec les mariniers dont le rôle a été fourni au greffe et l’interdiction d’en embarquer plus ni aucun passager sans […] permission »46. Le besoin pressant de la Marine, en hommes, justifie probablement l’indulgence dont fait preuve le roi à leur égard lorsqu’en février 1667, il proclame une

  • 47 ADB du R, 11 B 2, en date du 19/04/1667. La déclaration est celle de Saint-Germain-en-Laye du 20/0 (...)

amnistie en faveur des officiers mariniers, soldats et matelots qui servent ou se sont retirés dans les pais étrangers même à ceux qui ont déserté sans congé, à condition qu’ils reviendront en France et aux lieux de leur demeure […] dans deux mois47.

  • 48 ADB du R, 11 B 2, en date du 01/03/1668.

70Plus incitatif encore, l’arrêt du Conseil d’État de janvier 1668 qui, après avoir rappelé l’interdiction de sortir du royaume pour servir des princes étrangers, déclare que « ceux qui reviendront seront remis à solde et aux mesmes emplois et appointements qu’ils reçoivent chez les étrangers »48.

71Les retards dans le paiement de la solde, les levées de mariniers ou la chasse aux déserteurs entretiennent l’exaspération et suscitent parfois des émeutes. Ainsi, des femmes de matelots de Martigues manifestent avec vigueur en 1677 et des soulèvements ont lieu à Toulouse et Narbonne en 1691, en raison de versements différés des soldes. Des mariniers du Vivarais, contraints de se mettre en route vers la Méditerranée pour servir sur les vaisseaux royaux, s’en prennent en 1695, près d’Arles, à un prêtre ; ont-ils bénéficié d’un soutien des mariniers locaux, ou la « mutinerie » n’a-t-elle été qu’une flambée de colère spontanée ? Par contre, les matelots et, plus largement la population maritime arlésienne, sont les acteurs principaux dans une autre affaire. Pour tenter d’endiguer la désertion des matelots pendant la guerre de Succession d’Espagne, l’administration décide que les déserteurs arrêtés seront envoyés aux galères et, pour dissuader les autres de les imiter, ils devront d’abord faire amende honorable dans la localité de leur résidence. L’arrivée en 1706 de quatre déserteurs arlésiens dans la ville, provoque un soulèvement de la population qui attaque à coups de pierres leur escorte ; la venue des consuls permet à celle-ci de se dégager et de transférer les condamnés dans la prison. La foule se rassemble à nouveau dans la nuit pour attaquer la geôle, mais le dernier mot reste à la loi. Les hommes ou les maris des femmes arrêtés ne sont pas tous directement liés au milieu maritime – deux matelots et un cordier se trouvent aux côtés de quatre artisans et un gardien de juments – mais on a, ici, un mouvement de masse en faveur des condamnés qui sont des leurs ; qu’ils soient apparentés ou non aux condamnés, ceux qui sont arrêtés révèlent l’origine sociale des manifestants : ils se battent pour délivrer leurs pairs. Le verdict rendu par l’Intendant est fort modéré – deux condamnations aux galères de 5 et 10 ans –, d’autant plus que les déserteurs ont, entre-temps, été amnistiés. Cette grosse émeute est marquante par sa violence ; mais elle a lieu dans un contexte particulier : d’une part, une guerre longue, dont les théâtres d’opérations dispersés imposent des mouvements de marins du Levant au Ponant et qui radicalise les positions et, d’autre part, la décision, qui a pu être ressentie comme provocatrice, de traduire les condamnés devant les leurs, dans leur propre ville.

72La situation particulière d’Arles, comme entrepôt des matériels et vivres nécessaires aux arsenaux, a eu une influence certaine sur l’attitude des gens de mer face au pouvoir royal. Bénéficiaires d’un fret important en raison de la politique du roi, patrons et peut-être même matelots, sont davantage fondés à accepter de meilleure grâce au service royal. L’attitude, dans un premier temps hostile, des patrons change peu à peu et la mise en place du Système des Classes ne modifie pas ce nouvel état d’esprit, car les patrons en sont rapidement exemptés. Les actes d’opposition sont alors le fait d’une partie des gens de mer, les plus démunis, qui ne retirent guère d’avantages du système instauré et cherchent à éviter les contraintes qu’il occasionne. C’est le cas d’un certain nombre de matelots, ceux qui ne peuvent envisager de devenir patrons, mais aussi des pêcheurs ; et, en effet, on voit ces derniers manifester leur opposition au service royal, en refusant, au milieu du XVIIIe siècle, de se faire inscrire sur le livre de réception de la confrérie Saint-Pierre sur lequel se fondent, pour eux, les rôles de la Marine.

73Il est encore un autre aspect de la contestation de l’ordre établi, celui que dévoilent les vols et les pillages des navires naufragés.

Vol et pillage d’épaves

74Le golfe du Lion avec ses hauts fonds sablonneux, ses courants marins et les brusques tempêtes qui s’y lèvent en fait un piège pour les navires. La côte de Camargue, vaste, déserte à l’exception de la petite cité – plutôt une bourgade –, des Saintes-Maries-de-la-Mer, éloignée de près de quarante kilomètres d’Arles, rassemble tous les avantages dont peuvent rêver les pilleurs d’épaves.

  • 49 A. Cabantous, Les côtes Barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France. 1680-1830, F (...)
  • 50 J. Ducoin, Naufrages conditions de navigation et assurances dans la marine de commerce au XVIIIe s (...)

75À partir du XVIe siècle, le pouvoir royal légifère afin de s’assurer le contrôle des côtes, sous l’autorité de l’Amirauté ; les ordonnances de la fin de ce siècle et du début du suivant réglementent « les modalités de distribution des biens sauvés non réclamés un an et un jour après »49 – 1/3 pour le découvreur, 1/3 pour l’amiral et 1/3 pour le roi –, et le partage que, seuls les officiers de l’Amirauté, ont compétence à régler. La Grande Ordonnance de 1681, dans le livre IV, titre IX, traite « Des naufrages, bris et échouements »50, reprenant et complétant les textes antérieurs.

76Suivons-en les dispositions afin de découvrir les modalités de la gestion de l’événement.

77Lors de l’arrivée du naufrage, toutes les personnes qui en ont connaissance ont le devoir de porter assistance à l’équipage ; la peine de mort est requise, sans aucune indulgence, contre ceux qui profiteraient de la circonstance pour attenter aux vies et aux biens des personnes en danger (article 2). Sur les côtes de Camargue, ce rôle est dévolu aux pêcheurs, aussi bien ceux qui habitent les Saintes-Maries-de-la-Mer que ceux qui sont sur place pour la saison de pêche, dans les nombreuses cabanes où ils résident. La relation du naufrage, en janvier 1692, de la barque génoise, Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, montre bien leur rôle essentiel dans le sauvetage des membres de l’équipage. Ils auraient tous péri si une quinzaine de pêcheurs qui se trouvaient, comme d’habitude, aux cabanes du Galéjon, n’étaient venus à leur secours avec leur « bette », s’y reprenant à deux fois pour sauver le capitaine et tous les hommes de la barque que pluie, grêle et grand vent soulevant une mer furieuse, contribuent à mettre en pièces en deux ou trois heures. Concomitante à l’obligation d’assistance, est celle qui consiste à prévenir les officiers de l’Amirauté dès qu’un naufrage ou un échouement est connu et, en attendant l’arrivée des responsables, à veiller à éviter le pillage et commencer à sauver les effets chargés sur le bâtiment. Le procureur du roi ayant eu connaissance qu’une barque de Six-Fours s’était échouée, en décembre 1661, aux plages du Tampan, en informe le lieutenant alors qu’au même moment se présente un pêcheur, envoyé par le garde de la tour voisine, avertissant du naufrage, le même jour, d’un vaisseau marchand ; décision est prise, étant donné l’importance du fait, d’envoyer au plus vite sur place une autorité compétente. Pour le naufrage dans le Rhône, au lieu-dit du Bras de Fer, d’une barque d’Antibes en provenance de Barcelone, chargée d’huile et d’anchois, l’Amirauté envoie son sergent pour saisir et séquestrer tout ce qui peut être retiréde la barque puis rester sur place jusqu’à nouvel ordre. Étant donné la distance entre le siège d’Arles et la mer, l’Amirauté a un commis aux Saintes-Maries-de-la-Mer qui prend les choses en main lorsqu’il est averti d’un naufrage sur les plages du territoire de la petite cité. Il se rend alors rapidement à cheval sur les lieux, procède à l’audition des mariniers sur les conditions du naufrage, fait l’inventaire de ce qui a été retrouvé et prend des dispositions pour éviter le pillage.

  • 51 ADB du R, 11 B 2 en date du 03/04/1664.

78Prévenir les autorités et porter secours au navire en danger, c’est ce qu’ont fait le patron pêcheur George Jouvesan et sa chiourme : le trois mars 1664, ce dernier se présente devant le lieutenant de l’Amirauté pour déclarer l’échouement d’un vaisseau à la pointe de la Dent, à l’extrémité Est de la côte camarguaise. Il prend le temps de s’étendre longuement sur la difficulté et la fatigue rencontrées en travaillant toute la nuit par une mer agitée à aider à recouvrir et sauver quelques marchandises du vaisseau. Il insiste sur le fait qu’il a été jusqu’à la maison du lieutenant pour faire sa déclaration et qu’il ne l’a pas trouvé puisqu’il était déjà parti sur les lieux du naufrage ; il ajoute qu’il a pressé les autres pêcheurs de sa compagnie de remettre « tout ce qu’il exhibe maintenant », tout en prenant le soin de déclarer que « plusieurs personnes de diverses parts ont abordé ledit naufrage, qu’il n’a pu particulièrement reconnaître »51. Il se présente à nouveau le lendemain, ayant fait

  • 52 ADB du R, 11 B 2 en date du 04/04/1664.

rendre et restituer à tous les compagnons pêcheurs de sa chiourme tout ce qu’ils pourraient avoir sauvé et recouvert du naufrage du navire de la pointe de La Dent et qu’ils avoient porté dans leurs maisons leur ayant enjoint de le rendre tout52 ;

  • 53 Ibid.

79il les a, dit-il, tous trouvés disposés à faire la restitution. S’en suit une nouvelle liste de marchandises et la demande, naturelle, de son droit de dénonciateur, à proportion de la valeur des denrées récupérées, « puisqu’ils ont travaillé toute une nuit pour sauver les personnes dudit vaisseau et les biens qui estoient dans icelluy »53. Le navire est le Grand, un vaisseau d’Amsterdam, chargé de réaux, de bas de soie, de chapelets de corail, de nombreuses pièces de tissus. La lecture plus avant du registre d’Amirauté montre la duplicité des pêcheurs, perceptible d’ailleurs dans les propos contradictoires du chef de chiourme rapportés ci-dessus ; l’allusion discrète aux personnes qui se rendent sur les lieux du naufrage confirme sa rouerie. Dans les mois qui suivent et jusqu’en juin, le capitaine du vaisseau, resté sur place, mène son enquête et fait interpeller, en cinq fois, pas moins d’une quarantaine de personnes et certains d’entre eux sont décrétés de prise de corps. On y trouve le patron pêcheur George Jouvesan lui-même et son valet Lampourdelle et, si la majorité des noms ou des surnoms des autres n’est pas suivie d’une profession, certains nous sont familiers grâce à d’autres sources et tous sont liés au milieu de la mer, pêcheurs ou marins. Avec eux, sont arrêtés deux rentiers de mas, deux gardiens de bétail, un boutier et un vacher. L’immensité du territoire et la longueur des côtes sont mises à profit par les populations qui vivent et travaillent à proximité et, en premier lieu, les pêcheurs qui ont les moyens de s’aventurer en mer au-devant du navire en difficulté pour intervenir avant que les autorités chargées de faire respecter le droit n’aient eu le temps d’arriver ; on y voit aussi le mélange de la notion d’aide aux personnes et aux biens en danger avec celle de se payer directement sur ce que la mer apporte. Le patron a probablement voulu trop bien faire ici, jouant à la fois sur le pillage d’une partie des biens et sur la prime accordée pour le recouvrement du reste. On peut se demander pourquoi la chiourme n’a pas conservé la totalité de ce qu’elle a récupéré, sans en informer l’Amirauté. Probablement parce que les pêcheurs de George Jouvesan n’étant pas les seuls sur les lieux, ils ont craint d’être dénoncés mais aussi parce que la grande quantité de marchandises de valeur contenues dans le navire aurait été difficile à écouler à proximité.

80C’est aussi à l’extrémité Est de la Camargue, proche encore des cabanes du Galéjon, que la barque Saint-Pierre-Bonaventure du patron Blaise Guerre fait naufrage, en octobre 1661, au retour d’un long voyage en Espagne, pour le compte de marchands marseillais. Lors de l’accident, le patron se noie alors que les mariniers et le pilote de la barque se sauvent sans informer l’Amirauté du sort de la barque ; les marchands soulignent que leur attitude s’oppose aux termes de l’ordonnance royale et ajoutent un autre chef d’accusation, la baraterie :

  • 54 ADB du R, 11 B 2 en date du 22/10/1661.

Nicolas Aubert dit le Masque, Paulet Guerre, Simon Florimond et autres desdits mariniers et pilotes n’ont daigner le fere [dénoncer le naufrage aux autorités maritimes] au contraire ont desrobé avec quantité d’autres personnes soit de ceste ville que du lieu de Fos et autres circom voisines la plupart desdites marchandises attraits et autres choses qui estoient dans la barque54.

  • 55 ADB du R, 11 B 2 en date du 13/03/1657. Le naufrage a eu lieu le 21/02/1657.

81L’indignation des marchands est grande ; ils réclament l’emprisonnement des mariniers et demandent de recourir à l’Église, par un monitoire aux fins de révélation. Le terme est fort, puisqu’il s’agit d’une incitation à la délation sous peine d’excommunication. Le recours au pouvoir religieux ne prend cependant pas toujours une forme aussi extrême ; ainsi, dans le cas du pillage de la barque de Charles Colle, de Gênes, lui aussi décédé dans le naufrage, la cargaison du navire échoué au Tampan, composée de monnaies étrangères, vaisselle d’argent, joyaux, lingots d’or, d’argent et de platine, suscite de très fortes convoitises. La plus grande partie a été dérobée par des personnes qui se sont trouvées sur le lieu de l’échouement ; le lieutenant ne semble pas s’être encore déplacé sur place, trois semaines après le naufrage, et personne ne paraît savoir qui sont les pillards. Carence de l’Amirauté ? Laxisme ou indulgence envers ceux qui se sont servis de cette manne ? Le procureur du roi fait appel à la dénonciation parmi les marchands auxquels la marchandise pourrait être proposée et, faisant preuve de psychologie, ajoute « qu’attandu l’importance de ce qui a été volé et recélé du naufrage susdit et la difficulté de ceux qui savent les voleurs et receleurs ont de déposer »55 les curés pourraient servir d’intermédiaires, grâce au cahier des révélations. Pendant ce temps, le représentant des affréteurs mène son enquête et, là aussi, une partie de l’équipage, trois mariniers et le mousse, sont recherchés, soupçonnés de complicité. La collaboration avec l’Église prend aussi l’aspect, plus habituel à l’époque, de relais entre la population et l’administration : les prêtres ont l’obligation (l’article 20 le confirme) d’annoncer au prône du dimanche les objets trouvés non réclamés.

  • 56 ADB du R, 11 B 2, en date du 28/04/1660. La police est probablement en espagnol. L’article 23 prév (...)

82Une fois l’Amirauté informée du naufrage, elle se doit d’envoyer sur place des officiers où, selon l’article 6, ils doivent travailler au sauvetage des marchandises, prendre connaissance des chartes-parties et des papiers relatifs à la cargaison, recevoir les déclarations du maître, pilote et autres membres de l’équipage, faire l’inventaire des marchandises sauvées, les faire transporter et mettre en magasin, s’informer des pillages et faire le procès des coupables. L’arrivée rapide des propriétaires du bâtiment ou de leurs représentants sur les lieux, libère les officiers de l’Amirauté de leurs responsabilités envers la cargaison ; ils se contentent alors d’enquêter sur les conditions du naufrage. La survie du capitaine ou du patron du bâtiment naufragé facilite les choses : responsable devant ses chargeurs de la marchandise, il fait tout ce qui est en son pouvoir pour accélérer le règlement. Le capitaine Carlo Angéli du vaisseau Roy David de Livourne, perdu le premier décembre 1660, se démène tant et plus pour rentrer dans ses fonds ; il intervient à de multiples reprises auprès du lieutenant, dénonçant, en particulier, des enchères truquées, lors de la vente d’une partie de la cargaison ; il est toujours à Arles en septembre suivant. Le capitaine du vaisseau anglais La Marie, détient avec lui les réaux mexicains et sévillans qu’il a chargés à Cadix lorsque l’officier d’Amirauté l’interroge ; il les lui remet et lui présente la police de chargement56.

83Voituriers, charretiers et mariniers sont tenus de répondre à la réquisition des officiers de l’Amirauté ou des intéressés au naufrage, sous peine de 25 livres d’amende (article 7). Il ne faut pas moins de 11 voyages de charrettes au marchand Jean Cat, entre les mains duquel les marchandises recouvertes du Roy David, sont séquestrées, pour amener cire, soie, cuirs, couvertures, plumes etc. à Arles ; le patron André Charpineau, requis avec son allège pour le même naufrage, retire 45 livres de nolis pour le transport entre le lieu du naufrage et Arles et 1 livre 10 sols par jour d’immobilisation de son embarcation. Le marchand Antoine Laget, a travaillé avec deux de ses enfants et deux hommes pendant 12 jours, pour récupérer et transporter des marchandises de la barque de Blaise Guerre, qu’il a ramenées en ville à l’aide de sa barque et d’un mulet. Sur place, restent un ou plusieurs gardes pour éviter le vol de ce qui reste dans le bateau et le démantèlement de l’épave.

84Arrivés en ville, les biens récupérés sont entreposés dans un magasin loué par le séquestre qui se fait payer pour ce, ainsi que pour le service rendu. L’ordonnance (article 13) prévoit la vente des plus périssables des marchandises dans un délai d’un mois, si personne ne les a réclamées avant, ainsi que la remise en état lorsque c’est possible de celles qui sont endommagées (article 14). Certaines sont mouillées et pleines de sable comme la cire que Jean Cat a entre les mains ou le coton et les serviettes retrouvées après le naufrage de la barque du patron Jean Artaud d’Arles ; des denrées, comme les 87 barils d’anchois salés, retirés en mauvais état de la barque du patron Charles Colle de Gênes, sont rapidement vendues aux enchères.

  • 57 J. Ducoin, Naufrages, conditions de navigations…, op. cit., p. 644, article 26.

85Ces marchandises recouvertes et conservées avec tant de soin, sont remises à leurs propriétaires lorsqu’ils les réclament, polices de chargement à l’appui (article 25), moyennant le paiement des frais occasionnés par leur sauvetage et leur garde. L’épave est traitée de la même façon. Si les uns ou les autres ne sont pas réclamés dans l’an et jour qui suit la découverte, ils sont vendus au bénéfice équitable du roi et de l’Amiral, déduction faite « des frais de justice et de sauvement »57. Il semble cependant que le délai avant la mise en vente des objets non revendiqués, puisse être plus long ; en effet, Jean Cat attend deux ans et un mois avant de demander décharge des dernières marchandises provenant du Roy David et paiement de ses frais.

  • 58 ADB du R, 11 B 2, en date du 30/06/1683.

86À travers les relations de naufrages livrés par la source judiciaire de l’Amirauté, nous pouvons reconnaître les modalités du pillage sur les grèves de Camargue. Le secours et l’assistance que les populations côtières doivent aux navires en détresse constituent, en quelque sorte, pour certains une incitation au vol ; le vaisseau hollandais, Le Grand, en 1664 et la barque du Marseillais François Vaisse en 1683, sont victimes de ceux qui étaient censés les secourir : les chiourmes de pêcheurs qui, disposant d’embarcations, se portent en mer sur les lieux du naufrage, en profitent pour subtiliser une partie des marchandises qu’ils récupèrent. Dans ce deuxième cas l’analogie de situation ressort de l’information fournie par la lecture de différentes pièces de procédure : les pêcheurs, emprisonnés pour le vol de la soie que contenait la barque, reçoivent de la nourriture payée par les salaires qui leur sont dus pour le travail que le patron pêcheur Guillaume Fage et « ses compagnons pêcheurs ont fait au recouvrement desdites soie et autres marchandises qui étaient dans la barque »58.

  • 59 ADB du R, 11 B 2, en date des 09/04, 22/04, 29/05, 30/05, 20/06, 04/06/1657. Parmi les vingt incul (...)

87La trahison peut aussi venir de l’intérieur : l’affaire prend alors un tour plus dramatique sous la plume du greffier et, l’intervention des autorités religieuses, l’appel à délation avec ou sans monitoire, montre l’importance de l’affaire au niveau moral. Dans le naufrage de leur barque, les patrons Blaise Guerre et Charles Colle ainsi qu’une partie de leur équipage perdent la vie. Si rien n’indique que les marins qui prennent la fuite sont responsables de leur mort, ils le sont sûrement du vol d’une partie de la cargaison ; complicité organisée ou occasionnelle, d’autres se joignent à eux pour se saisir des marchandises qui sont à portée de la main. Hommes et femmes, parfois en famille59, d’Arles, des Saintes-Maries-de-la-Mer ou de localités voisines, Martigues et surtout Fos – très proche de la partie Est des côtes de Camargue où ces navires se sont échoués et dont les pêcheurs sont familiers de ces rivages –, arrivent sur les lieux. La cargaison est visée, mais aussi les agrès du bâtiment qui sont d’un intérêt certain pour une population composée en majorité de pêcheurs et de marins.

88Les facteurs favorables au pillage ne manquent pas sur cette côte : en premier lieu, elle est propice aux naufrages en raison de sa géographie mouvante, en second lieu, son éloignement d’Arles – la surveillance exercée par l’Amirauté s’en trouve nettement amoindrie –, et sa faible densité de population laissent une large marge de manœuvre à ceux, qui sans risque d’être dénoncés rapidement, se rendent coupables d’actes délictueux. En outre, le rivage est probablement considéré par les pêcheurs qui y travaillent, un peu comme les biens communaux dont ils perçoivent très mal, nous l’avons vu, l’aliénation. Ce que la mer dépose sur les côtes est assimilé à un bien commun dont on peut user et l’aide aux personnes et aux biens en danger a un prix qui se règle directement.

89Malgré le faible peuplement de la région, les naufrages semblent attirer une foule considérable : entre 20 et 40 personnes peuvent être interpellées dans des affaires de pillage d’épave, et cela ne fournit probablement pas le nombre exact de participants. Les enquêtes menées pour retrouver les coupables ne prennent guère plus de six mois, plutôt moins, ce qui laisse penser qu’il est assez facile de connaître qui a fait quoi, en utilisant les on-dit et la délation que l’inimitié, l’appât du gain ou l’intimidation peuvent favoriser. Les biens volés sont, au moins dans un premier temps, portés dans les maisons ou cachés dans les dunes.

90Toutefois, vol et recel ne sont pas toujours opérés de manière aussi active dans les moments qui suivent de près le naufrage. La mer peut apporter sur le rivage des objets provenant d’échouements relativement lointains ou anciens, et des mouvements du sable peuvent mettre à jour des marchandises enfouies. L’Ordonnance de la Marine qui, nous le voyons, reprend, en grande partie, ce qui est en pratique auparavant, distingue les effets trouvés en pleine mer ou retirés de son fond (article 27) de ceux échoués ou trouvés sur le rivage (article 26). Les premiers, traités différemment, donnent lieu à l’attribution du tiers de leur valeur immédiatement et, s’ils ne sont pas réclamés dans un an et un jour, ils sont partagés entre le roi et l’Amiral. Les ancres tirées du fond de la mer, non réclamées au bout de deux mois seulement, deviennent propriété de ceux qui les ont découvertes (article 28).

  • 60 ADB du R, 11 B 2, en date du 29/03/1684. À l’occasion de la déclaration d’une affaire de savon vol (...)
  • 61 ADB du R, 11 B 3, en date du 19/12/1682.
  • 62 ADB du R, 11 B 3, en date du 16/05/1684.

91La mesure visant à limiter le vol semble en général atteindre son but : les objets découverts en mer ou sur le fleuve ou encore retirés des filets de pêcheurs, sont effectivement déclarés, en particulier les ancres. Il y a bien sûr des exceptions, car la tentation est forte de ramasser les objets puis de chercher à les vendre, au lieu de venir les déclarer au greffe de l’Amirauté. Ainsi, le pêcheur Trophime Sarnègue a-t-il vendu une ancre découverte dans le fleuve ; il lui en coûte alors 25 livres d’amende. Le blé et les planches, qu’un marchand de Martigues est obligé de jeter pour alléger sa barque prise dans la tempête à l’embouchure du Rhône, sont immédiatement la proie d’un important groupe de pêcheurs ; le plaignant met l’accent sur la rapidité de l’opération, montrant l’opportunisme et la détermination des pêcheurs. La date de l’incident n’est peut-être pas sans rapport avec leur quotidien ; en effet, ils agissent le dimanche des Rameaux ; or, les pêcheurs reviennent habituellement à Arles pour les fêtes de Pâques60 où il leur est alors loisible d’écouler plus facilement la marchandise. Les circonstances de la découverte ou la distance entre le lieu de celle-ci et Arles expliquent parfois la non-déclaration de l’objet ou le retard mis à la faire. Gilles Baudet, à la fois patron pêcheur et responsable du balisage à la tour Saint-Genest, met deux à trois mois pour venir déclarer à Arles les bois que ses pêcheurs ont découverts à demi ensablés sur les plages ; déposés à la tour, la chiourme de pêche les garde le mieux possible « bien qu’elle [la tour] soit ouverte pour servir aux patrons et mestres des barques et bastiments de mer quy sy font pilotter »61. On voit l’habileté du patron qui se décharge de toute responsabilité en cas de disparition d’une partie du bois, tout en se réservant les avantages de l’inventeur. La tentative assez grossière suivante, pour s’approprier indûment la prime donnée, s’apparente à ce procédé : le portefaix qui découvre à Arles, flottant sur le fleuve, une grosse pièce de bois, appelée « empeinte », (grosse rame qui sert de gouvernail aux lourds bateaux nommés « chaines ») qu’il tire de l’eau à l’aide de quelques femmes, sait très bien qu’elle n’est pas perdue, puisque des patrons de Beaucaire tentent de s’opposer à lui car ils en connaissent le propriétaire, mais il se rend vite au greffe de l’Amirauté pour « se faire salarier »62 pour la peine qu’il a prise pour la recouvrer !

92Enfin, on ne peut clore ce chapitre sans évoquer un autre mouvement d’ampleur dans lequel marins et pêcheurs de la Roquette, tout comme à l’époque de la Ligue, s’engagent massivement.

Marins et pêcheurs arlésiens dans les évènements révolutionnaires

93C’est essentiellement grâce aux travaux de F. Sampoli, S. Perez et de

94P. Allard qu’il est possible de se rendre compte de l’engagement révolutionnaire de la marine arlésienne.

  • 63 P. Allard, « Arles de la Révolution à la République », in Provence Historique, t. XXXVI, fascicule (...)
  • 64 BMA, ms. 2337, E. Fassin, Les rues d’Arles, cité par P. Serna, Antonelle, aristocrate révolutionna (...)
  • 65 P. Allard, « Les gens de métier durant la révolution arlésienne » in Bulletin des archives municip (...)
  • 66 S. Perez, Le Bas-Rhône au XVIIIe siècle…, op. cit., p. 91.

95Dès mars-avril 1789, les marins s’assemblent en grand nombre pour demander la fixation du prix des denrées essentielles et la suppression du piquet de la farine. La ville, dans son ensemble, est fortement impliquée dans les évènements nationaux : à partir de 1791, à la suite de la politique anticléricale de son maire, elle se partage entre deux partis opposés, les « chiffonistes » et les « monnaidiers » ; le premier regroupe les royalistes et les opposants à la municipalité d’Antonelle et le second « tire son nom du quartier de la Monnaie (proche du port) et de leur appartenance à la 18e compagnie de garde nationale »63 dont les membres allaient rapidement devenir républicains. La Monnaie64 est principalement implantée dans le quartier de la Roquette, là même où réside le premier maire d’Arles en 1790, l’aristocrate Antonelle. Marins et travailleurs du port y sont fortement engagés : sur 509 « monnaidiers », 20 % sont des marins et des portefaix, alors que parmi 556 « chiffonistes », ils ne sont que 3 %. La sous-représentation des gens de mer, au sein de conseil municipal, que peut expliquer leurs activités professionnelles, ne les empêche cependant pas d’exalter leur patriotisme puisque l’armée du Midi peut compter sur eux pour son approvisionnement ; malgré ce, leur engagement dans la défense de la Révolution, favorisé encore par la fréquentation de la « Société des Amis de la Constitution » créée par Antonelle, est sans équivoque. Après la prise du pouvoir municipal par les « chiffonistes » en 1791-92, les marins jouent un rôle capital dans la reprise de la ville par les « monnaidiers » en mars 1792, en transportant sur le Rhône les Marseillais en armes venus à leur secours. Désormais, c’est au cœur de la Roquette que se concentre la vie politique : la nouvelle société qui domine celle-ci, la « Société des Amis de l’Égalité », se réunit dans la chapelle des Pénitents Blancs, au centre même du quartier. Par l’intermédiaire de son « Comité des Sabres », dont font partie des portefaix, des pêcheurs et des marins65, elle fait régner la terreur dans les quartiers « chiffonistes ». Après l’épisode fédéraliste de juillet 1793, au cours duquel les « monnaidiers » sont contraints de se réfugier hors de la ville, la révolution se durcit et l’anticléricalisme se renforce ; en 1794, « parmi les cinq commissaires nommés par la société populaire pour faire fermer les églises, trois sont des hommes du fleuve »66.

96Les deux crises politiques majeures que connaît le Royaume, les guerres de Religion à la fin du XVIe siècle et la Révolution deux siècles plus tard, aux bornes chronologiques de notre étude, montrent l’existence à Arles d’une population maritime participant activement à la lutte pour l’ouverture du gouvernement municipal, traditionnellement aux mains de la noblesse et de la bourgeoisie, aux milieux du commerce et de l’artisanat. Le rapprochement de ces deux épisodes met aussi en évidence le changement profond qui s’est opéré dans les activités maritimes à Arles : ce sont les marins qui entraînent le quartier dans le mouvement révolutionnaire, alors que deux siècles plus tôt c’étaient les pêcheurs qui le mobilisaient dans les troubles de la Ligue. Mais, dans un cas comme dans l’autre, les clivages professionnel et géographique se superposent : le creuset de la cohésion, c’est la Roquette. Nous avons vu auparavant que, non seulement marins et pêcheurs dans leur grande majorité, y résident mais aussi, qu’ils sont largement intégrés, par les liens multiples qu’ils nouent, aux autres composantes sociales de ce quartier, les divers artisans ainsi que les bourgeois et notables qui y habitent. Ce réseau serré constitue la base de la solide unité du quartier maritime, particulièrement apparente dans les situations extrêmes évoquées ci-dessus. Cependant si, comme le fait remarquer P. Allard, dans l’ensemble de la ville, les orientations politiques semblent s’identifier au quartier plus fortement qu’au milieu socioprofessionnel, la Roquette se démarque légèrement de ce schéma car les deux moteurs se conjuguent, le quartier se reconnaissant avant tout comme celui des pêcheurs et des marins. Il s’agit, pour ces hommes, d’une manifestation contre l’exclusion du gouvernement de la cité dans des situations de crise sociale où l’opportunité semble se présenter d’affirmer leur place dans la ville.

97De l’ensemble des éléments relevés ici, ressort l’ambiguïté des relations des marins et des pêcheurs d’Arles avec les pouvoirs en place, communal et royal. La défense de leurs intérêts conduit les gens de mer à des interventions violentes contre l’un et l’autre. Mais, face au pouvoir central, les consuls de la ville soutiennent indéfectiblement les patrons. La raison première en est certainement l’utilisation par la ville de ces manifestations pour renforcer sa propre hostilité à l’empiétement progressif de l’autorité royale sur ses « libertés et franchises ». Mais, l’appui réciproque que se fournissent la municipalité et les gens de mer montre bien la place qu’occupent ces derniers dans la cité, au point de vue économique mais aussi en tant que groupe, leur cohésion et leur aptitude à s’émouvoir traduisant un réel sentiment identitaire. Les patrons, face au pouvoir royal qui les contrôle par l’intermédiaire de l’Amirauté, manifestent une opposition marquée au XVIIe siècle qui prend la forme de l’éviction plus que de l’affrontement. Peu à peu, au cours du XVIIIe siècle, elle faiblit et s’instaure une sorte de statu quo, dont les patrons, déjà déchargés des Classes, sont les principaux bénéficiaires : l’exigence du service du roi est acceptée et celui-ci finit même par être largement attendu, car il leur offre un quasi-monopole d’une partie importante du fret qui transite au port.

98Les pillages d’épaves, le vol des marchandises que la mer rejette sur la côte, et même, celui récurrent des bois du roi entreposés sur le rivage à Trinquetaille, sont aussi des actes de rébellion contre les détenteurs de l’autorité, mais les aspects qu’ils revêtent ici, tout à fait comparables à ceux que l’on trouve sur les autres côtes du royaume, montrent surtout l’importance pour les plus démunis de cette richesse que la mer apporte et qu’ils perçoivent comme leur.

Notes

1 BMA, ms. 218, en date du 16/01/1593. Biord a été tué le 16/03/1592. Le Ballouard de la Roquette désigne un élément de fortification des remparts au sud-ouest du quartier dont il reste aujourd’hui une tour qui était désignée par le nom de tour du Leonet ou encore tour de l’Ecorchoir, en raison de la présence d’abattoirs proches.

2 BMA, ms. 217, Relation du Conseil municipal, transcrite par l’abbé Laurent Bonnemant.

3 ADB du R, 1 F 141, f° 588 v° et BMA, ms. 217, année 1525 : « vint la grosse rebellion et inhobedience, outrecuydance et presumptions de plusieurs pescayres et brassiers de la present cioutat[…] aquelle mutination en fact venir en aqueste ville, monsieur le Lieutenant[…] ».

4 ADB du R, 1 F 141, f° 590.

5 ADB du R, 1 F 141, f° 589 v°. Ce mal Saint-Janvier aurait fait mourir les gentilshommes et bourgeois du conseil et les pêcheurs menacent de son retour.

6 Voir à ce sujet l’article de B. Derouet, « Territoire et parenté. Pour une mise en perspective de la communauté rurale et des formes de reproduction familiale », in Annales HSS, t. L, n° 3, p. 645-686. L’auteur montre l’imbrication de la question de la communauté rurale et celle de la reproduction sociale des familles.

7 S. Rebutini, « Passer le Rhône à Arles à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles », in Bulletin des Archives municipales d’Arles, n° 6, 1990-91, p. 50.

8 BMA, ms. 219, p. 106.

9 BMA, ms. 219, p. 105 v°.

10 R. Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Éd. Pedone, Paris, 1975, p. 900.

11 Ibid., p. 903.

12 Ibid., p. 904.

13 Ces salines, situées en Camargue, sont celles de Badon, Galéjon, la Vernède et les Losnes.

14 R. Pillorget, Les mouvements insurrectionnels…, op. cit., p. 118.

15 Ibid., p. 288. R. Pillorget souligne que le dimanche il est aussi et surtout possible d’assembler « des troupes improvisées recrutées dans les couches modestes de la population ».

16 Ibid., p. 289.

17 Ibid., p. 291.

18 Ibid., p. 292.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 293.

21 BMA, ms. 219, Règlement du débitement du sel, 1603.

22 BMA, ms. 260, f° 3-5.

23 Ibid.

24 Ibid., f° 5-7.

25 AMA, FF 57, Les consuls font relever les tarifs payés par les différents patrons qui descendent de la foire de Beaucaire à partir du 23 juillet 1656.

26 BMA, ms. 111, Extrait du Conseil d’État du Roi, tenu à Paris le 30 octobre 1656.

27 Ibid.

28 BMA, ms 260, f° 8.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Ibid., f° 10.

33 BMA, ms. 260, f° 12. Note de l’abbé L. Bonnemant.

34 ADB du R, 11 B 2.

35 Ibid., en date du 13/12/1665.

36 Toutefois, c’est un affrontement direct, qualifié d’« émeute et rébellion aux ordres des Consuls » chargés de faire exécuter les ordres du roi relatifs à l’embarquement des marchandises pour le service du roi qui justifie la procédure instruite contre le patron Jean Delon, en 1639, AMA, FF 2, f° 288-331.

37 ADB du R, 11 B 2, en date du 13/02/1658.

38 Ibid., en date du 22/09/1660.

39 Ibid., en date du 28/06/1663.

40 Nous en avons toutefois trouvé encore un exemple en 1720 : ADB du R, 11 B 4, en date du 22/08/1720. Six patrons arlésiens, nolisés par un voiturier de Lyon pour porter de la poudre et des boulets à Marseille, ne manifestent aucun empressement à appareiller, bien que le voiturier ait augmenté les nolis ; leur inertie semble, cependant, davantage être dictée par des considérations économiques que politiques puisque le retard est imputable à leur volonté de compléter leurs chargements avant de faire voile.

41 AMA, BB 111, f° 64.

42 Ibid., f° 64 v°.

43 Ibid.

44 AMA, FF 58, f° 82, 84.

45 ADB du R, 11 B 2, en date du 22/06/1669.

46 ADB du R, 11 B 2, en date du 25/02/1667.

47 ADB du R, 11 B 2, en date du 19/04/1667. La déclaration est celle de Saint-Germain-en-Laye du 20/02/1667.

48 ADB du R, 11 B 2, en date du 01/03/1668.

49 A. Cabantous, Les côtes Barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France. 1680-1830, Fayard, France, 1993, p. 125.

50 J. Ducoin, Naufrages conditions de navigation et assurances dans la marine de commerce au XVIIIe siècle, Le cas de Nantes et de son commerce colonial avec les îles d’Amérique, Thèse de doctorat, Paris IV Sorbonne, librairie de l’Inde, 2 t., Paris, 1993, pièce n° 3, p. 641.

51 ADB du R, 11 B 2 en date du 03/04/1664.

52 ADB du R, 11 B 2 en date du 04/04/1664.

53 Ibid.

54 ADB du R, 11 B 2 en date du 22/10/1661.

55 ADB du R, 11 B 2 en date du 13/03/1657. Le naufrage a eu lieu le 21/02/1657.

56 ADB du R, 11 B 2, en date du 28/04/1660. La police est probablement en espagnol. L’article 23 prévoit en ce cas que « les charte-parties, connaissements et autres écrits en langue étrangère, trouvés parmi les effets, seront aussi, à la diligence de nos procureurs, communiqués aux consuls des nations et aux interprètes », J. Ducoin, Naufrages, conditions de navigations…, op. cit., p. 644.

57 J. Ducoin, Naufrages, conditions de navigations…, op. cit., p. 644, article 26.

58 ADB du R, 11 B 2, en date du 30/06/1683.

59 ADB du R, 11 B 2, en date des 09/04, 22/04, 29/05, 30/05, 20/06, 04/06/1657. Parmi les vingt inculpés, les seuls dont la profession est fournie sont des pêcheurs. Il y a 5 femmes dont deux sœurs, filles d’un couple arrêté et la mère d’un autre ajourné. Plusieurs portent le même patronyme laissant supposer un lien de parenté.

60 ADB du R, 11 B 2, en date du 29/03/1684. À l’occasion de la déclaration d’une affaire de savon volé sur les plages, il est dit « que dans l’approche des festes de Pasques tous les pescheurs et autres qui fréquentent auxdites costes et voisinages viennent en ceste ville d’Arles pour y passer festes et pourraient avoir lesdits savons ». Cette remarque suggère que l’écoulement de la marchandise se fait essentiellement à Arles.

61 ADB du R, 11 B 3, en date du 19/12/1682.

62 ADB du R, 11 B 3, en date du 16/05/1684.

63 P. Allard, « Arles de la Révolution à la République », in Provence Historique, t. XXXVI, fascicule 148, avril-mai-juin 1987, p. 218. P. Allard s’appuie, en autre, sur les travaux de F. Sampoli, Politics and society in Revolutionary Arles : Chiffonistes and Monnaidiers, Ph. D., Yale University, 1982.

64 BMA, ms. 2337, E. Fassin, Les rues d’Arles, cité par P. Serna, Antonelle, aristocrate révolutionnaire, édition du Félin, 1997, p. 132. L’auteur signale que le parti tire son nom de celui de la rue de la Monnaie, située dans le quartier de la Roquette, où résidaient plusieurs de ses meneurs.

65 P. Allard, « Les gens de métier durant la révolution arlésienne » in Bulletin des archives municipales d’Arles, n° 6, p. 26 : « le Comité était composé de la manière suivante, d’après Véran [P. Véran, BMA, ms. 812] : 6 clayers, 2 tailleurs, 1 cordonnier, 1 marin, 1 travailleur, 3 portefaix, 1 pêcheur, 1 ex-curé, 1 censal ». On peut noter cependant que les marins et pêcheurs ne sont pas majoritaires dans ce comité.

66 S. Perez, Le Bas-Rhône au XVIIIe siècle…, op. cit., p. 91.

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540