Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marins d'Arles à l'époque moderne

 | 
Patricia Payn-Echalier

Chapitre 5. Les gens de mer et leur famille

Texte intégral

1La population maritime est, plus que le reste de la société d’Ancien Régime, soumise à un mode de vie qui lui est propre, rythmé par les voyages et l’absence qui en résulte. La démographie des gens de mer est marquée par ces contraintes particulières que crée la succession des voyages, les dangers courus sur mer et la réquisition sur les vaisseaux royaux, plus encore en temps de guerre. De la formation à la désagrégation de la famille, mariage, naissances et décès livrent les étapes de la vie de cette population.

La nuptialité

La répartition des mariages

2En préambule à cet exposé, il convient de rappeler les limites du corpus sur lequel porte l’étude. Nous avons relevé, dans les trois paroisses, Sainte-Croix, Saint-Laurent et Saint-Pierre, non seulement les mariages des marins et des pêcheurs, mais aussi ceux de leurs enfants, ainsi que les remariages. Nous avons donc ignoré les gens de mer vivant dans une autre paroisse, en prenant comme hypothèse que la répartition telle qu’elle apparaissait en 1670 lors du rôle de conscription, a sensiblement perduré au cours du siècle qui suit. Par ailleurs, les chiffres utilisés à titre de comparaison avec le reste de la population arlésienne sont très partiels puisque nous nous sommes bornée à ceux fournis dans les registres de catholicité de ces trois mêmes paroisses.

Numériquement, un temps long à la hausse

  • 1 L’apport de migrants n’explique pas cette augmentation car la fréquence des mariages de navigants d (...)

3L’observation de l’évolution du nombre de mariages dans la population maritime comparée à celle des mariages dans l’ensemble des habitants des trois paroisses considérées attire une remarque immédiate : au fil du temps, la tendance est opposée dans les deux groupes. Ce nombre augmente globalement chez les marins et pêcheurs1 alors qu’il faiblit si l’on considère l’ensemble des habitants de ces paroisses et plus encore, si on se limite à la population non maritime de celles-ci. Le changement, amorcé irrégulièrement dans le dernier tiers du XVIIe siècle, est plus sensible au début du suivant et les deux tendances contraires se renforcent encore dans les années 80 du XVIIIe siècle. La population maritime se démarque du reste des habitants : tout concourt à montrer qu’elle augmente au cours du XVIIIe siècle, – grâce à l’entrée dans la profession de recrues venues d’autres milieux, l’agriculture en particulier –, alors même que la tendance à la baisse du nombre de mariages dans la population non maritime renvoie à l’affaiblissement numérique des Arlésiens.

Des temps courts liés aux impératifs professionnels

La guerre

  • 2 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 740, f° 489v°-493 v°. La marine française est alors engagée (...)

4La réquisition pour le service du roi, à laquelle sont soumises les populations maritimes, pèse sur leur démographie par l’éloignement qu’elle impose aux hommes, la durée de celui-ci et les risques encourus. Des marins provençaux envoyés loin de chez eux, dans des ports atlantiques, avant d’être embarqués vers des cieux plus lointains encore, y trouvent parfois la mort comme le marinier arlésien Jean Arnaud « mort le 21 mai 1741 à la Martinique dans un voyage qu’il fit en tant que matelot sur le vaisseaux du Roy »2. La nuptialité des gens de mer reflète l’impact des épisodes de guerre par un fléchissement plus ou moins prononcé du nombre de mariages, les candidats étant absents, morts ou convolant ailleurs.

5Quatre périodes montrent un arrêt et même un recul dans la progression de la fréquence des unions de navigants par rapport à l’ensemble de celles célébrées dans les paroisses étudiées : ce sont tout d’abord l’année 1672, au tout début de la guerre de Hollande, puis, entre 1682 et 1687 où l’activité de la flotte en Méditerranée et l’insécurité croissante sous la pression des corsaires anglais et des incursions barbaresques durant la paix armée qui sépare alors la paix de Nimègue et celle de Ryswick, se traduisent par un renforcement de la mobilisation sur les vaisseaux royaux. Ensuite, constituant la troisième période, viennent les années 1706-08 où la nuptialité des marins et pêcheurs arlésiens reflète les effets d’une autre guerre, celle de Succession d’Espagne. La nouvelle phase de rivalité franco-anglaise, lors de celle d’Indépendance des États-Unis dans laquelle la marine française joue un rôle de premier plan, explique sans ambiguïté, la faiblesse de la fréquence des mariages de marins dans les années 1778-83.

Le rythme saisonnier

6Les activités professionnelles civiles pèsent, elles aussi, sur le rythme annuel de la nuptialité des gens de mer.

7Étudiée sur deux périodes, la répartition mensuelle des mariages oppose les années 1670-1719 aux deux dernières décennies d’Ancien Régime. Dans la première coupe, elle montre davantage un respect du rythme propre aux activités maritimes et halieutiques que du calendrier liturgique : l’été est la saison la plus propice pour les expéditions sur mer, en raison du beau temps et de la longueur des journées, malgré les risques d’étiage sur le fleuve et les brusques orages. L’automne méditerranéen, prolongeant le bel été, les mariages y sont aussi peu nombreux. Au contraire, l’hiver, l’activité maritime se ralentit, on y dispose de plus de temps pour se marier ; décembre, bien qu’en plein Avent, est le mois le plus prisé par les marins arlésiens, précédant même nettement avril et mai. Le printemps, à la sortie du Carême, constitue le second temps fort de la nuptialité ; pluvieux et venteux, les conditions de navigation y sont peu favorables. Les interdits religieux relatifs à la nuptialité ne sont pas respectés également dans la population étudiée car près d’un quart des mariages fait état de l’obtention d’une « dispense du temps défendu ». Celles-ci sont sensiblement plus sollicitées et accordées pendant l’Avent que pendant le Carême.

8La coupe des années 1770-1789, montre une répartition fortement modifiée : y apparaissent en creux les temps prohibés par l’Église, mars et décembre et l’automne voit davantage de mariages de navigants que le printemps.

  • 3 Entre 1670 et 1718, la fréquence des conceptions prénuptiales est de 9 %, alors que pour les gens d (...)
  • 4 Entre 85 et 90 % des enfants sont baptisés dans les trois jours qui suivent leur naissance dans la (...)

9Doit-on chercher la cause de ce changement de tendance dans un plus grand souci de l’observation des consignes de l’Église ? Effectivement, l’encadrement paroissial mis en place par la réforme post-tridentine, a porté ses fruits. Cela ne conduit toutefois pas les marins arlésiens à rester à l’écart des échanges d’idées qui marquent le siècle des Lumières. En effet, deux attitudes contradictoires se font jour dans la nuptialité des marins et pêcheurs arlésiens : à la fois un respect accru au cours de la période des temps prohibés et une émancipation progressive de l’interdiction des relations sexuelles hors mariage, dévoilée à la fois par la forte progression des conceptions prénuptiales et l’apparition de reconnaissances d’enfants nés hors mariage3. Les prescriptions de l’Église, relatives au temps, celui du mariage, tout comme celui du baptême d’ailleurs4, sont de mieux en mieux intégrées dans le quotidien de la population sous la pression accrue du clergé paroissial, mais, par ailleurs, les mentalités changent peu à peu, séparant les règles morales dictées par l’Église d’une conscience naissante de la liberté de l’individu dans ses choix.

10L’augmentation très sensible de l’apport du monde paysan au milieu maritime dans cette période de 1770 à 1789, pourrait aussi contribuer à expliquer le changement remarqué dans le mouvement saisonnier des mariages entre la fin du XVIIe siècle et celle du suivant. Le renforcement du lien entre ces deux milieux pourrait avoir amené une modification des attitudes culturelles, tout au moins dans le domaine de la nuptialité : respect des interdits religieux, nuptialité élevée au printemps et en automne, faible pendant les mois d’été. La forte relation entre marins et paysans a été remarquée pour d’autres communautés maritimes méditerranéennes comme à Frontignan et à Sérignan où les pêcheurs, concurrencés par les Sétois, se tournent, entre 1660 et 1730, vers la viticulture.

11Étudiées séparément entre 1670 et 1719, la nuptialité des pêcheurs et celle des marins du commerce proposent une répartition saisonnière quelque peu différente. Pour les premiers, le découpage renvoie clairement à leurs périodes d’activité : à la pêche à la « melette » en automne, de la Saint-Michel à la Saint-André, ils sont sur les côtes de Camargue ; cette pêche est terminée le 30 novembre et, de retour à Arles, ils se marient. La pêche au « bourgin » succède à la précédente campagne et couvre le reste de l’hiver, jusqu’à Pâques ; les mariages sont alors peu fréquents. Mars, pendant le Carême, accuse un creux ; les mois d’été pendant lesquels pêche et activités agricoles sont souvent menées de front par ces hommes, sont des mois de très faible nuptialité ; au contraire, le printemps constitue le temps fort de celle-ci. Chez les marins, la répartition mensuelle des mariages est plus régulière : elle présente un profil somme toute comparable, opposant été et printemps, mais les écarts sont nettement moins accentués. Ils naviguent toute l’année, même si les mois les plus favorables, en règle générale, sont ceux d’été. À l'égal des pêcheurs, ils se marient beaucoup en décembre, et c’est même pour eux, celui où les unions sont les plus nombreuses. Si le choix de ce mois pour convoler est bien compréhensible pour les pêcheurs puisque situé entre deux campagnes de pêche successives, il l’est moins pour les marins qui bravent, eux aussi, l’interdit religieux sans une telle raison. Peut-on envisager que ce soit le reflet d’une identité culturelle ? Les pêcheurs ont constitué à Arles un groupe structuré dès le Moyen Âge ; les marins du commerce, sur le fleuve puis sur la mer, leur ont succédé, imprégnés de la culture et des usages des premiers. Conduits pour des raisons professionnelles à se marier fréquemment en décembre, les pêcheurs ont peut-être induit ce comportement chez les marins. La faiblesse du nombre de mariages de pêcheurs dans les années 1770-1789, interdit de poursuivre la comparaison des répartitions mensuelles des mariages de navigants par catégorie, à la fin de l’Ancien Régime.

L’âge au premier mariage

  • 5 S. Beauvalet-Boutouyrie, La démographie de l’époque moderne, Belin, 1999, p. 120, tableau « Âge moy (...)

12Cet âge moyen chez les gens de mer à Arles, présente une grande stabilité : pour les hommes, 28 ans aussi bien pour les cinquante années qui s’écoulent entre 1670 et 1719 que pour la tranche 1770-1789 ; les femmes se marient plus tôt, en moyenne, à 22-23 ans aux mêmes périodes. Les chiffres cités par S. Beauvalet-Boutouyrie5 montrent que les marins arlésiens se marient légèrement plus tard dans la première coupe chronologique que la moyenne des autres Français ; aux mêmes époques ces derniers se marient entre 26,5 et 27,8 ans, contre un peu plus de 28 pour les Arlésiens. À la fin du XVIIIe siècle, ils sont rattrapés et même dépassés par les nouveaux époux dans les villes d’importance comme Lyon, Reims ou Rouen. Pour les femmes, c’est l’inverse : chez les gens de mer, elles se marient à Arles très nettement plus tôt que dans l’ensemble de la France, aussi bien à la fin du XVIIe siècle qu’à celle du XVIIIe : 25 à 27 ans dans les villes, 23 à 26 dans les campagnes. Plus significative est la comparaison avec d’autres populations maritimes : sur la façade atlantique, A. Cabantous note un âge moyen de 29 ans pour les hommes et de 26-27 ans, pour les femmes avec une tendance à l’allongement au cours du siècle. Plus près, à La Ciotat, les hommes se marient à 29,1 ans ; à Sérignan, l’âge moyen au premier mariage des hommes est de 26 ans en 1690-1715 et 25 ans en 1716-1792 et, pour les femmes, il est constant sur la période : 23,5 ans. Il serait intéressant de pouvoir comparer les chiffres obtenus ici avec ceux concernant la totalité de la ville d’Arles afin de déterminer, en particulier, si la relative précocité au mariage des filles est davantage un marqueur géographique que professionnel.

  • 6 Toutefois, dans la période 1770-1789, les moyennes ont été calculées, pour les patrons et les pêche (...)

13Les matelots sont ceux qui convolent le plus tôt, autour de 27 ans ; pêcheurs et patrons se marient sensiblement au même âge mais plus tard que les matelots. En un siècle, cet âge augmente pour ces deux catégories de près de trois ans, passant de 28 à 31 ans6, alors que, dans le même temps celui des matelots recule d’un an. L’âge au premier mariage de leurs épouses suit une évolution dans le même sens, mais avec une amplitude plus faible, d’un an seulement ; ainsi, l’écart d’âge entre les époux, dans les familles de pêcheurs et de patrons, s’accroît de six à huit ans et reste de quatre dans celles de matelots.

  • 7 Autour de 26 ans pour les pêcheurs de Dunkerque et de Boulogne, A. Cabantous, Dix mille marins…, op (...)

14La relative précocité des mariages des pêcheurs de la façade atlantique7 ne se rencontre pas ici. La similitude des âges au premier mariage des patrons et des pêcheurs, aussi bien à la fin du XVIIe siècle qu’à celle du XVIIIe, montre la proximité de ces deux catégories. S’agit-il, là encore, de la prégnance de l’identité culturelle des pêcheurs sur l’ensemble du groupe ? À moins que la différence entre les deux activités soit incertaine à Arles : le matelot arlésien embarqué sur les navires du commerce à certains moments est-il pêcheur à d’autres ? La diminution des occurrences de mariages de pêcheurs, perceptible à la fin du XVIIIe siècle, encourage à penser à une activité duelle, si bien que, parmi ceux qui sont désignés comme marins, se trouverait, peut-être, une partie des pêcheurs. L’âge au premier mariage des pêcheurs s’en trouverait alors faussé. La faiblesse du nombre d’occurrences utilisées pour le calcul de cet âge moyen, comme pour celui des patrons d’ailleurs, est une autre cause de distorsion possible, mais la similitude des âges entre les deux catégories demeure une constante sur la période.

15L’âge au mariage tardif adopté par les marins et pêcheurs arlésiens pousse à s’interroger sur l’aspect sociologique du mariage dans ce groupe.

Le choix du conjoint

16Comme l’âge au premier mariage le révèle, la dimension économique du mariage est probablement déterminante car les jeunes gens sont obligés d’attendre d’avoir le capital nécessaire pour convoler.

Homogamie8

  • 8 Nous avons qualifié d’homogames les unions entre deux individus issus du milieu maritime.

17L’histogramme ci-dessous, met en évidence un léger recul, entre la fin du XVIIe siècle et le début du suivant, de l’homogamie dans le milieu maritime au profit de l’artisanat – elle passe de 37 à 35 % – ; la construction navale, en particulier, en bénéficie : de 2,99 % entre 1680 et 1699, les unions passent à 3,88 % de 1700 à 1719. On ne peut interpréter avec assurance les fréquences en hausse entre les deux premières périodes et la troisième, en raison du poids des actes lacunaires entre 1680 et 1719. Seuls les chiffres à la baisse sont alors significatifs ; ainsi, à la veille de la Révolution, les gens de mer à Arles concluent encore moins fréquemment qu’auparavant d’alliances avec les milieux qui leur sont socialement supérieurs : de 3,88 % des unions, celles-ci passent à 2,5 %. La baisse de la fréquence de celles passées avec les artisans, est encore plus nette : de 23,3 % au début du siècle, elle recule à 19,5 % à la fin. Il est probable que, comme pour la filiation professionnelle, les fléchissements notés se fassent surtout au bénéfice du monde rural, mais on ne peut exclure un réel renforcement de l’homogamie en fin de période.

18Un peu plus de 37 % des patrons épousent des filles de navigants, dont 34 % sont des filles de patrons. 48 % de leurs alliances sont orientées vers les milieux sociaux égaux ou supérieurs au leur, soit près d’une sur deux. Un beau-père de patron sur cinq est un artisan, un maître artisan dans 14,4 % de ces cas.

19Le tiers des matelots se marie dans le milieu maritime avec une forte prédilection pour les filles de patrons (21,5 %). On y trouve deux raisons : d’une part, les matelots sont, pour beaucoup, de futurs patrons, étant souvent eux-mêmes fils de patrons – les unions d’une partie d’entre eux se calquent alors sur celles des patrons –, d’autre part, l’alliance d’un matelot avec une fille de patron, surtout si celle-ci n’a pas de frère, est pour lui porteuse d’espoir de promotion professionnelle et sociale. Si les patrons boudent les alliances avec les pêcheurs, les matelots choisissent leurs épouses chez eux dans 4 % des cas. En dehors du milieu maritime, les matelots se marient dans le monde de la boutique – mais la maîtrise y est moins représentée que dans les unions de patrons –, et dans celui de l’agriculture.

  • 9 A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 370. À Audresselle et Etaples l’homogamie des pêcheur (...)

20Les mariages homogames chez les pêcheurs ne sont que 29 % et semblent moins fréquents que chez les patrons et les matelots, peut-être à cause des 33 % d’entre eux dont on ignore la profession du beau-père. On est loin de la très forte homogamie de certaines communautés de pêcheurs, de l’ordre de 90 % sur les côtes du Ponant et de 75 % sur celles du Levant9 ; cependant, près d’une union de pêcheur arlésien sur cinq se fait avec la fille d’un pêcheur ou d’un patron pêcheur. Plus rarement encore que les matelots, ils s’unissent à des milieux supérieurs au leur : hors du milieu maritime, leurs femmes sont filles d’agriculteurs ou de simples artisans. Le capital prestige attaché à l’alliance diminue de patron à matelot puis de matelot à pêcheur.

Histogramme 1. Origine socioprofessionnelle des beaux-pères des marins et pêcheurs arlésiens.
AMA, actes de mariage issus des registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie

21Il ressort, dans l’ensemble, une certaine homogénéité de comportement des marins du commerce et des pêcheurs dans le choix socioprofessionnel de leur compagne car une relative dispersion matrimoniale apparaît dans les trois catégories, patrons, matelots et pêcheurs. Cependant, les patrons privilégient, hors du milieu maritime, les alliances avec les élites, en particulier le négoce avec lequel ils entretiennent des relations d’affaires dans le cadre des activités portuaires, mais aussi l’artisanat pour des raisons semblables. À l’opposé, les pêcheurs, en dehors des unions homogames, s’allient davantage avec le milieu rural dont ils ne sont guère éloignés à Arles. Entre les deux, les matelots, certains, fils de patrons, réalisent les ambitions de leurs pères et s’allient vers le haut ou, au moins, à niveau comparable, les autres, issus de milieux plus modestes, sont, comme les pêcheurs, plus proches des nombreux ruraux qui travaillent dans le vaste territoire de la cité.

Endogamie géographique

22Les actes de mariage, pour la plupart, indiquent le lieu d’habitation et le lieu de naissance des conjoints ; cependant, les desservants des paroisses n’ont pas tous la même exigence de précision. Nous avons pris le parti de nous fier au lieu d’habitation, en son absence à celui de naissance, sauf lorsque ce dernier était extérieur à la ville et que le prêtre n’indiquait pas le nombre d’années de résidence à Arles de l’époux ou de l’épouse concerné : ainsi, par exemple, un navigant, né à Avignon mais habitant Arles depuis 15 ans, est compté comme Arlésien, mais un autre, né à Vaison, habitant une paroisse de la ville sans indication de durée, est considéré, dans cette étude, comme originaire de Vaison. Les fréquences d’époux originaires de la ville constituent donc une estimation basse.

Histogramme 2. Origine des époux dans les mariages de marins et pêcheurs arlésiens.
AMA, actes de mariage issus des registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie

  • 10 S. Beauvalet-Boutouyrie, La démographie…, op. cit., p. 134. Des taux d’endogamie de 70 à 90 % sont (...)

23L’histogramme 2 ci-dessus, montre la constance du niveau d’endogamie géographique dans le milieu maritime arlésien, au cours de la période considérée : entre 80 et 86 % des époux sont originaires de la ville elle-même. Plus encore, marins et pêcheurs choisissent une épouse près de trois fois sur quatre dans l’une des trois paroisses « maritimes », Saint-Laurent, Sainte-Croix et Saint-Pierre de Trinquetaille. Les gens de mer à Arles ne se distinguent pas de leurs contemporains, essentiellement des ruraux, pour lesquels homogamie et endogamie géographique se répondent10.

24La permanence du comportement au cours de la période est toutefois tempérée par une modeste évolution, à la veille de la Révolution. Le constat de stabilité des unions endogames est à relativiser car les cas où il est impossible de situer l’origine des époux ont totalement disparu entre 1770 et 1789. Une évolution est, cependant, perceptible à travers un léger fléchissement, entre le début et la fin du XVIIIe siècle, de la fréquence des mariages dans lesquels les deux époux sont issus de l’une des paroisses maritimes – fréquence qui passe de 82,94 % entre 1700 et 1719 à 79,50 % de 1770 à 1789 –, alors que dans le même temps, celle des unions dans lesquelles l’un au moins des conjoints n’est pas de la ville progresse en sens contraire. Ces unions exogames sont 6,6 % dans les deux premières décennies du XVIIIe siècle et elles représentent 13,5 % des unions à la fin du siècle. Une mobilité plus grande touche les gens de mer arlésiens, sans pour autant atteindre l’ampleur de celle des centres urbains où environ la moitié, voire plus, des époux sont immigrants. Seule une étude portant sur l’ensemble de la population arlésienne permettrait de savoir si la fréquence élevée de l’endogamie géographique est commune aux Arlésiens, confirmant ainsi la dominante rurale de la cité, ou si, au contraire, c’est une pratique plus affirmée du milieu maritime.

  • 11 A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 375.
  • 12 À ce propos, A. Cabantous, remarque que sur la façade atlantique, il n’y a pas de net clivage de ca (...)

25La très forte endogamie des pêcheurs de la côte nord atlantique est mise en relation avec « les populations agricoles du plat pays environnant »11 ; se pourrait-il qu’il en soit de même à Arles et, ce, sans même clivage catégoriel très sensible, confortant l’idée d’un noyau de pêcheurs à l’origine de la communauté maritime à Arles ? À la charnière des deux siècles, en effet, les mariages endogames sont la règle chez les gens de mer à Arles, quelle que soit leur catégorie12. Tout juste peut-on remarquer une fréquence un peu plus élevée de telles unions parmi les pêcheurs, mais qui n’est peut-être pas significative, étant donné l’importance plus grande des « inconnues » parmi les matelots et les patrons que chez les pêcheurs. Pour ces derniers, on peut noter, en outre, une micro endogamie au niveau du quartier maritime : sur les 86,5 % des mariages entre un pêcheur et une femme de la ville, 80 % sont conclus entre deux époux habitant l’une des trois paroisses « maritimes » ; leur ancrage particulièrement fort dans la paroisse Sainte-Croix, se révèle ici encore : 56,5 % des époux pêcheurs sont issus de cette paroisse et convolent avec une autre paroissienne. Populaire et très habitée, Sainte-Croix regroupe une grande partie des pêcheurs : c’est ici que pour eux, homogamie et endogamie se croisent. À côté de cette très forte endogamie, l’étude des mariages révèle, à l’opposé, la présence d’un courant migratoire qui alimente le monde de la pêche ; en effet, dans plus de 8 % des unions de pêcheurs, un époux au moins est né hors de la ville, dont 5,3 % d’un lieu distant de celle-ci de plus de 20 kilomètres ; ils viennent des diocèses de Gap, Fréjus, Vence, du Comtat, du Dauphiné mais aussi, des Saintes-Maries-de-la-Mer, de Fos, de Beaucaire, de Saint-Rémy ou de Saint-Martin-de-Crau.

26Les unions de patrons sont pour ainsi dire toutes des affaires locales : filles de la ville mais aussi, comme l’étude de l’homogamie l’a révélée, des filles de navigants plus fréquemment que pour les autres catégories de gens de mer ; sont plus particulièrement recherchées les alliances avec des filles de patrons, en raison de l’homogénéité des situations et de la convergence des intérêts économiques. Cependant, le choix se fait un peu plus souvent hors du quartier « maritime » que chez les matelots et pêcheurs : l’explication se trouve très probablement dans le type d’unions auquel ils prétendent, en raison du prestige qui s’y attache : unions avec les milieux du commerce, la frange haute de l’artisanat ou même parfois la bourgeoisie.

27Les travailleurs de la mer, les matelots, sont un peu plus mobiles ; si l’endogamie géographique concerne encore un peu plus de trois quarts d’entre eux, ils ne se marient que deux fois sur trois dans le quartier maritime et 9 % des unions révèlent que l’un au moins des époux est forain. Hommes comme femmes viennent de localités riveraines du fleuve : au nord, Fourques, Beaucaire, Tarascon, au sud, les Saintes-Maries-de-la-Mer, mais aussi de zones rurales proches, à l’Est et au nord d’Arles, comme Fontvieille, Les Baux, Saint-Andiol ou Noves. Ils peuvent aussi être originaires de sites plus lointains, Alès, Pertuis, Gap, Aubignan ou des bords de la Méditerranée, Istres, Marseille ou La Ciotat.

  • 13 La contradiction n’est qu’apparente : elle est due à la disparition des 13,54 % de mariages de mate (...)

28Étant donné la brièveté de la période étudiée à la fin du XVIIIe siècle, les occurrences de mariages de patrons et de pêcheurs sont trop faibles pour une quelconque statistique. Pour les unions de matelots, un peu plus nombreuses, on trouve confirmation de l’augmentation concomitante et, a priori contradictoire13, des fréquences des mariages endogames comme des mariages exogames, relevée pour l’ensemble de la population maritime : 77 % de matelots de la ville épousent une Arlésienne à la fin du XVIIe siècle, ils sont 84 % à faire de même à la veille de la Révolution ; de 9 %, la fréquence des unions de matelots épousant des filles étrangères à la ville ou forains eux-mêmes, passe à 16 % un siècle plus tard. Le flux migratoire a grosso modo la même origine qu’au début du siècle, mais le mouvement a davantage d’ampleur.

29Homogamie et endogamie reflètent des attitudes culturelles certes, mais elles peuvent aussi receler une part de calcul économique, que l’étude de l’homogamie a permis de déceler chez les patrons en particulier. La recherche faite sur les voies de l’ascension sociale a mis en évidence le rôle joué par le mariage dans la conclusion duquel se mêlent facteurs économiques et motivations sociales et culturelles.

Le facteur économique, élément du choix

30C’est la dot qui permet de se rendre compte de l’arrangement financier auquel aboutissent les tractations entre les deux familles. Dans l’étude menée ici, le recours aux sources notariales a été fort modeste et il ne peut être question de faire une analyse statistique des contrats de mariage. D’autre part, ceux-ci ne sont peut-être pas dressés systématiquement au cours de la période considérée ; ils ne sont donc pas représentatifs de la totalité des accords entre familles. Le montant chiffré de la dot ne figure pas non plus toujours, le notaire se contentant d’une formulation englobant tous les biens présents et à venir de la future.

  • 14 ADB du R, 404 E 1085, f° 377 v°. Aux 2 400 livres de dot, augmentée de l’avantage financier que rep (...)

31Les mariages homogames de navigants apparaissent homogènes au point de vue de la dot, dans les cas rencontrés. Et pour les autres mariages, celle-ci monte avec le milieu socioprofessionnel d’origine du conjoint : ainsi, en 1650 lorsque la dot moyenne est d’un peu moins de 300 livres, celle de Catherine Gibert, fille d’un maître maçon, est de 600 livres lorsqu’elle épouse le marinier Claude Fouque et, dans le contrat de mariage de Marguerite Eyrier, fille de patron de barque, et du maître chirurgien Jean Baptiste Louis, elle se monte à 500 livres ; mais on peut penser, au vu de leur devenir, que les familles de patrons, Fouque comme Eyrier, étaient déjà bien établies en 1650 dans le commerce maritime. La notoriété et le niveau de fortune des deux parties entrent dans l’arrangement financier : un marinier ou un pêcheur n’épouse pas une fille de marchand ou d’artisan aisé s’il n’est lui-même fils de patron, de niveau comparable. À la dot qui comprend pour les orphelines ses droits, c’est-à-dire les sommes qui lui sont attribuées comme héritage, répond assez souvent la donation faite au fils par sa famille, qui permet alors de mesurer l’équilibre des situations des deux époux : fille d’un maître tailleur d’habits, Catherine Maureau, reçoit 250 livres et une vigne à son mariage en 1703, avec Jean Bernard, pêcheur, auquel la mère, veuve, fait donation d’une maison et remet les instruments professionnels que le père lui a légués, le tout évalué à 300 livres. Pierre Leydet, fille du patron Jean, reçoit 1 800 livres lorsqu’elle épouse, en 1748, Louis Immonet, maître menuisier, qui héritera de son père dont les biens sont évalués à 2 000 livres, à charge pour lui de verser à ses frères et sœurs les légats que le père a prévus pour eux dans son testament. En 1748, Catherine Goubillon reçoit de son père, maître d’ache, outre 2 400 livres, une vigne et un verger, et son futur époux, Blaise Boulouard, reçoit de ses parents une donation en argent et en nature, d’un montant comparable14.

32Certains contrats révèlent cependant un déséquilibre entre les apports matériels des deux familles : cela se rencontre, par exemple, lorsque la fille est héritière de son père qui alors cherche un gendre pour entrer dans sa famille. La dot qui, dans les cas rencontrés, est plus élevée que la donation du père au fils, s’assortit de la cohabitation avec le père de la fille ce qui augmente la valeur de la dot. Ainsi, en 1703, Charles Brun, marinier, fils et petit-fils de patrons, entre-t-il comme gendre chez son beau-père, travailleur, dont la fille hérite de tous les biens, estimés à 500 livres, alors qu’il ne reçoit de ses parents que 250 livres dont 100 après leur mort. Plusieurs motivations apparaissent ici dans l’arrangement ; le prestige de la famille de l’époux et la nécessité pour le père de la fille d’avoir un homme qui travaille pour lui, puisqu’il n’a pas d’héritier mâle, expliquent le niveau de la dot dont, par ailleurs, le père demeure usufruitier sa vie durant. Pour la famille de l’époux qui a un frère cadet, Claude, matelot lui aussi, c’est une façon d’établir Charles qui n’est pas l’héritier de son père, en le désintéressant de la succession et en sortant peu d’agent du patrimoine familial. Déséquilibre fort apparent que celui qui ressort, la même année, de la lecture du contrat de mariage de Jean Tourreau et de Trophimette Fauchier : il est patron de barque, fils de patron, et elle est fille de marchand. Orpheline de père, elle reçoit 1 800 livres de dot dont 600 en louis d’or et le reste en deux parts égales, en nature : ses coffres, vêtements et joyaux, d’une part et une vigne, de l’autre. Rien n’est dit sur l’apport de l’époux. Il a fallu d’autres documents pour découvrir que l’époux est veuf, que son premier mariage lui avait apporté la moitié de la barque d’un patron, oncle par alliance de sa femme, qu’en 1701 il avait acheté en toute propriété une barque de 1 800 quintaux et que son père, François avait, en 1692, fait construire à neuf une barque de 2 500 quintaux dont la veuve Fauchier, la future belle-mère de Jean, possédait 6 quirats ; enfin, la mère de Jean est une Besson, de la famille des patrons et marchands dont on a signalé l’ascension sociale à la charnière des deux siècles. Tous ces éléments ont eu, à n’en pas douter, leur rôle dans la conclusion de l’alliance.

  • 15 Cette mention se rencontre dans les remariages de veuves, ce qui est bien compréhensible.

33La dot est constituée, en général, de différentes composantes. En premier viennent toujours les coffres, crédence ou garde-robe nuptiaux qui accompagnent la future épouse chez son époux, contenant ses vêtements, joyaux et bagues, parfois du linge ou des ustensiles de ménage15. Les sommes d’argent figurant ensuite dans le contrat ne sont pas toujours versées au comptant : le règlement d’au moins une partie d’entre elles, est différé après le décès du père, de la mère ou des donateurs qui étoffent par leurs dons, la dot de l’épouse. C’est certainement une question fort discutée lors des tractations entre familles qui précèdent le mariage, car ces sommes qui entrent dans la maison de l’époux sont un atout pour son père qui gère la dot de sa belle fille. Il arrive même, lorsque père et fils cohabitent, que le contrat prévoit que le père reste usufruitier sa vie durant de la dot, même en cas de séparation. La cohabitation du jeune couple dans l’une des familles implique que les mariés et leur famille travaillent pour le bien de la maison dont ils font partie ; lorsque beau-père et gendre exercent la même activité la cohabitation peut s’assortir d’une association professionnelle : c’était le cas de Jean Arnaud et de son gendre Jean, car on apprend qu’en 1650, ils mettent un terme à leur cohabitation qui a duré 13 ans, sans pour autant rompre leur association professionnelle, le gendre faisant l’acquisition de la moitié de la barque de son beau-père et utilisant pour ce, une partie de la dot de sa femme. Orpheline, Jacqueline Blanc se voit doter par son parâtre, le patron Jacques Janet, de 150 livres qu’il prélève sur la dot de sa défunte épouse, mère de Jacqueline ; deux jours avant le contrat, en mai 1650, le futur époux de Jacqueline, Simon Clau, avait acheté de Janet la moitié de sa barque et établi un contrat d’association et d’exploitation de celle-ci en commun. Il est à penser que l’achat, qui se monte à 360 livres, a été facilité par les 150 livres de dot ; l’argent n’a finalement pas quitté la famille.

34Dans la dot entrent des donations en nature dont la cohabitation fait partie au même titre que les vignes, terres et maisons. Plus spécifiques au milieu qui nous occupe, les outils de travail, filets de pêche ou parts d’armement de navires sont aussi, comme nous l’avons vu à propos de la transmission du patrimoine, des objets qui figurent dans les dons faits aux futurs époux par leurs familles. Rappelons l’exemple du patron Louis Arnaud : il ne semble pas avoir de fils susceptible de le seconder puis de lui succéder et, en 1703, il marie à un jeune matelot, fils d’un berger, une de ses filles qui reçoit en dot, outre ses coffres nuptiaux d’une valeur de 150 livres, la propriété d’un quirat sur la barque de son père valant 75 livres, et le droit de patronage de celle-ci qui sera exercé par son époux, au décès du père. Il semblerait que le patron ait eu pour objectif par cette union de faire entrer chez lui un gendre capable de lui succéder le moment venu, sans pour cela distraire quelque argent de son patrimoine.

  • 16 ADB du R, 403 E 414, f° 197. La séparation, en cas « d’insupport », entre Henri Rebec et les époux (...)

35Des exemples qui précèdent, montrant la complexité des composantes des biens qui sont échangés lors des mariages des enfants des gens de mer à Arles, il ressort l’existence de motivations plurielles et imbriquées. La première est, toutefois, le calcul économique, point tant en terme d’accroissement conséquent du patrimoine que d’équilibre entre les parties concernées. Il faut déjà avoir un pied dans le négoce et détenir un capital suffisant pour envisager une alliance porteuse à la fois d’avantages financiers et de prestige : l’ancien patron, devenu marchand, Henri Rebec, marie sa fille Lucrèce en 1748 ; sa dot se monte à 15 000 livres mais son époux, Pierre Bourdet, marchand droguiste comme son père, reçoit de celui-ci tous ses biens, évalués à 30 000 livres. L’arrangement entre les deux pères laisse cependant, entre leurs mains, une grande partie des sommes en jeu : 8 000 livres pour Henri qui les garde au titre de la cohabitation qu’il offre aux jeunes mariés, – cette somme rapporte 400 livres par an qu’il consacre à l’entretien du couple sous son toit –, et Bourdet père, la totalité de la donation faite à son fils, sa vie durant, puisque père et fils travaillent ensemble16. Ce cas est rare, il est à relier aux quelques familles de marins qui, parfois, au bout de plusieurs générations, ont acquis, sinon fortune, du moins une solide aisance matérielle ; il est à remarquer que la femme de cet Henri Rebec est une Boulouard. Ceci nous conduit à nous interroger sur l’existence d’alliances privilégiées ou même d’endogamie dans le groupe familial lui-même.

Endogamie familiale et réseaux d’alliances privilégiées

  • 17 S. Beauvalet-Boutouyrie, La démographie…, op. cit., p. 130 : « renchaînement d’alliance : union de (...)

36À la charnière entre motivation économique et protection du groupe familial et, plus largement, du réseau de parenté, du clan, se trouvent les mariages remarquables, parallèles ou croisés, ainsi que les renchaînements d’alliances17. Dans la société d’Ancien Régime, la conservation du patrimoine conduit à faire circuler les dots, par des mariages entre frères et sœurs de deux familles de même rang par exemple, ou encore, par des alliances avec les mêmes maisons sur plusieurs générations. Les marins et pêcheurs arlésiens n’échappent à cette logique économique mais aussi culturelle, en ce sens qu’elle renforce les solidarités dans le groupe de parenté ainsi formé. Les mariages remarquables ont été plus particulièrement étudiés dans la période qui s’étend de 1670 à 1719.

  • 18 ADB du R, 401 E 314, f° 213 v°.

37Nous n’avons rencontré que de très rares cas de mariages parallèles où deux frères épousent deux sœurs. La circulation des dots se fait alors dans un seul sens et, sous cet angle, on peut s’interroger sur l’intérêt purement économique de telles alliances. Le patron Gabriel Aude marie ses deux filles, Marguerite et Catherine, aux patrons Antoine et François André, frères. Il a deux fils, dont l’un, patron, décède à 26 ans en 1696, alors que le second n’a que 14 ans ; il est possible que sa décision de renouveler, en 1700, l’alliance conclue entre sa fille aînée et la famille André ait été motivée par cette situation dans laquelle sa succession en ligne masculine n’était plus aussi assurée ; on ne peut exclure aussi le facteur prestige qui est peut-être attaché à la maison André. Lorsqu’Antoine Datty, marchand tanneur de Trinquetaille dont la famille compte, depuis le dernier tiers du XVIIe siècle au moins, des marins et des patrons, marie en 1748 deux filles, Trophimette et Antoinette, aux deux frères Gilly, il gagne deux hommes dans sa maison : ce sont deux matelots ligures de San-Remo qui se fixent ainsi à Arles. Antoine, par ailleurs, ne donne qu’une dot relativement modeste à sa fille Antoinette, 400 livres, et sans argent déboursé, puisqu’elle se compose des « coffres bagues et joyaux évalués par les parents et amis des parties »18 à 120 livres et de 280 livres représentant le prix de deux pièces dans une maison où il loge déjà, dans les mêmes conditions, l’autre couple, marié en 1740. En cas de restitution de dot, l’époux est tenu de remettre les chambres pour la valeur pour laquelle elles ont été estimées. L’allusion au mariage de Trophimette et de Jacques Gilly dans ce contrat laisse penser que le père a pris des dispositions tout à fait comparables pour ces deux unions. L’intérêt du père est évident : sans bourse déliée, il établit deux filles et augmente la maison Datty de deux matelots accomplis ; pour ces derniers, logés tant qu’ils sont mariés, cet arrangement leur permet surtout d’entrer dans une famille dont le rôle dans le commerce maritime local est non négligeable.

  • 19 Nous avons relevé 4 paires de mariages croisés, frères-sœurs.

38Plus aisés à comprendre au point de vue économique, sont les mariages croisés, ceux d’un frère et d’une sœur avec un frère et une sœur d’une autre maison19 ; une telle alliance évite la circulation des dots. Les deux types de mariages remarquables peuvent même se pratiquer au sein d’une même famille : entre 1691 et 1699, Hélène Mongenelle, veuve du patron pêcheur Guillaume Roche, remariée elle-même à un pêcheur, établit deux de ses filles dans une même famille, en leur faisant épouser les deux frères Fabre, l’un, André, patron pêcheur, l’autre, François, patron de barque ; par ailleurs, elle marie son fils Claude, qui est pêcheur comme son père, à Marthe Sourd, fille d’un patron de barque alors que sa fille Alix Roche, quelques années plus tard, épouse Jean Sourd, patron lui aussi, et frère de Marthe.

  • 20 Nous avons trouvé 13 doubles mariages de cette sorte pour un total de 925 mariages relevés dans les (...)
  • 21 Honoré Mauroux, matelot, a 30 ans lorsqu’il épouse Lucrèce Bouteille âgée de 22 ans, fille de sa ma (...)

39Plus fréquemment rencontrées que les précédentes, sont les alliances doubles, simultanées ou non, qui relient quatre maisons. On a noté avec une fréquence non négligeable, d’au moins 2,8 %20 des mariages relevés dans la période étudiée, que le remariage d’un veuf et d’une veuve s’accompagnait ou était suivi de l’union d’un enfant de chacun d’entre eux : par exemple, le 3 septembre 1680, le patron de barque Pierre Bernard, veuf de Marie Manse, épouse Magdeleine Villard, veuve de Louis Teissier, maître d’ache ; le même jour, Jean Bernard, âgé de 15 ans, marinier, fils de Pierre et de sa première épouse était marié à Marguerite Teissier, 14 ans, fille de Louis Teissier et de Magdeleine Villard. Ce type d’alliance particulier concerne souvent, mais pas exclusivement21, de très jeunes gens amenés à vivre sous le même toit, entre 13 et 17 ans pour les jeunes filles et entre 15 et 20 ans pour les jeunes gens. À une exception près, la veuve marie une fille à un fils de son nouvel époux ; la mère et la fille apportent alors à la maison commune de leurs époux, une sorte de dot globale ; celle que la veuve a retirée à son veuvage et le légat fait à la fille par son père dans son testament ou même plus, dans le cas où elle est son héritière universelle, sont remis alors entre les mains du chef de la maison. La seule exception rencontrée est celle du patron pêcheur Michel Benezet qui, en épousant en 1717 la veuve du pêcheur Pons Ranquis, marie sa fille Jeanne, au fils de ce dernier, Poncet, qui est aussi pêcheur. L’étude de cette famille nous apprend que Michel a déjà bien marié sa fille aînée Anne, à un maçon, Pierre Escot, d’une famille solidement établie ; il n’a pas de fils et l’arrivée de ce gendre pêcheur qui est aussi son « filhastre » lui laisse entre les mains, sa vie durant, la dot de sa seconde épouse, celle de sa propre fille et probablement, par ce biais, aussi une partie des biens de sa première épouse dont ses enfants ou, peut-être, lui-même ont hérité ; d’une part, il augmente le patrimoine de la maison, surtout si Poncet est héritier de son père, et d’autre part, sa maison ne s’éteint pas.

40En raison du mode de dépouillement des registres paroissiaux, limité, rappelons-le, à trois paroisses et à cinq décennies consécutives, il a été impossible de faire une généalogie quelque peu complète des marins et pêcheurs du rôle de 1670 sur lequel nous souhaitions nous fonder. Nous avons dû nous contenter de quelques familles pour lesquelles les actes de mariages, mais aussi de baptêmes et de décès, suffisamment fournis, permettaient de construire un arbre fiable, à l’abri des homonymies trompeuses. Il s’agit de dynasties particulièrement stables dans lesquelles endogamie et homogamie se conjuguent et dont des sondages dans les registres de catholicité entre 1720 et 1770 ont permis de suivre le destin sur un siècle. On a noté, lors de l’étude de l’ascension sociale de quelques familles, l’existence de renchaînements d’alliances : les familles Boulouard et Maureau d’une part, Fouque et Escot d’autre part s’unissent à deux reprises au moins, à des générations différentes. Quelques autres exemples viennent confirmer cette pratique dans le milieu maritime arlésien à l’époque moderne. Les Roux et les Rebec sont deux familles de patrons de Trinquetaille : elles s’unissent à trois reprises entre 1668 et 1695, – les recherches généalogiques qui n’ont pas dépassé, dans ce cas, 1719, n’ont pas livré d’autres alliances entre elles. En 1668, le patron Michel Rebec marie un fils, Jean, patron, à Magdeleine Roux, fille d’Henri, lui aussi patron. À la génération suivante, deux nièces de Magdeleine, toutes deux filles d’une sœur, Pierre, et d’un autre patron de barque de Trinquetaille, Lange Leydet, épousent deux neveux de Jean : l’un, fils de son frère Jean dit le Bénisssan, aussi patron de barque, l’autre, fils de Jeanne, sœur des deux Jean Rebec, mariée, elle aussi, à un patron de la même paroisse, Vincent Datty. Les familles en jeu dans ces alliances multiples, Roux, Rebec, Leydet et Datty, sont toutes géographiquement, professionnellement et socialement fort proches ; elles comptent dans leur rang non seulement de nombreux patrons, mais aussi des tanneurs et des menuisiers.

41Dans un autre exemple, il a été possible de poursuivre la recherche des unions jusqu’au milieu de XVIIIe siècle : trois familles les Manne, Nay et Luchard renouvellent des alliances entre elles sur trois générations. Plusieurs Claude Nay sont patrons simultanément dans les années 1650 ; leurs descendants sont, à leur mariage, des matelots ou mariniers ; les Manne sont fourgonniers ou fourniers, donc des artisans qui s’occupent de cuisson, en particulier du pain ; cette famille, alliée à des menuisiers, compte aussi des marins. Les Luchard sont matelots puis patrons, de père en fils ; cette affirmation souffre une exception, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Henri Luchard est maître boutonnier, mais son fils Barthélémy est matelot à son mariage en 1774. On ne dénombre, entre 1650 et 1750, pas moins de cinq alliances entre deux de ces trois familles, Nay/Manne, Luchard/Nay Luchard/Manne.

  • 22 Seuls deux cas sur le corpus de 925 font allusion à une dispense pour affinité au second ou troisiè (...)

42Et pourtant, les sources ne dévoilent que de très rares exemples de dispenses pour affinité22 et aucune ne mentionne une cause de consanguinité ; celle-ci est probablement évitée, lorsqu’il y a répétition d’alliances sur plusieurs générations, par la multiplication des familles qui entrent dans ces échanges. Ce qui est confirmé par le fait que, dans la plupart des généalogies ébauchées, reviennent très souvent les mêmes noms : presque toutes les familles de patrons arlésiens sont alliées, de manière plus ou moins lointaine, les unes aux autres, ce qui, même en l’absence de renchaînements systématiques, met en évidence l’existence de réseaux familiaux, de clans ; il est vrai que l’objectivité de ce propos est contestable puisque les généalogies considérées ne concernent que des groupes familiaux relativement stables, privilégiant celles de patrons et, plus généralement, celles qui sont restées au sein du quartier maritime. Toutefois, les témoignages lors de procès devant le tribunal de l’Amirauté, renvoient aussi à un constat semblable : les témoins cités, requis de préciser s’ils ont un lien de parenté avec la partie en faveur de laquelle ils comparaissent, avouent fréquemment un lien avec elle, direct ou par alliance.

43Au-delà du contrat unissant deux familles, il reste un autre aspect du mariage à évoquer : l’incidence de l’activité professionnelle des marins et pêcheurs sur le quotidien de leurs épouses telle que les sources permettent de l’appréhender.

Être femme de marin ou de pêcheur

44Ce qui différencie fondamentalement les femmes de marins et, dans une moindre mesure à Arles, celles de pêcheurs, des autres c’est la fréquente absence de leur mari. Embarqués sur allèges et tartanes ou à la pêche sur les côtes de Camargue, matelots du commerce ou pêcheurs sont éloignés de leur foyer plusieurs mois dans l’année. S’ils ignorent les grandes traversées transocéaniques ou les longues campagnes de pêche de leurs homologues des ports atlantiques, les périodes d’activités de moins longue durée, mais renouvelées tout au long des saisons de cabotage et de pêche côtière auxquelles se livrent les uns et les autres, ont la même conséquence sur la vie familiale. La fréquence de l’absence de ces hommes aux baptêmes de leurs enfants est un indicateur permettant d’en mesurer l’importance à un niveau concret. Requis de signer l’acte, les pères présents le font ou avouent ne pas savoir le faire ; lorsqu’ils n’assistent pas au baptême de leur enfant, le desservant le mentionne. En omettant les actes ne portant aucune indication sur l’aptitude du père à signer ou sur son absence, on arrive au chiffre de 31 % des pères absents lors du baptême d’un enfant entre 1680 et 1719 et de 39 %, entre 1770 et 1789. On peut considérer, compte tenu de l’importance des actes écartés de ce calcul, que le père est absent au moins à deux naissances sur cinq. Il n’est pas surprenant de noter que ce sont les marins du commerce qui se trouvent le plus fréquemment éloignés de leur famille : 90 % des pères absents au baptême de leur enfant sont des mariniers, matelots ou patrons. La pêche à Arles se fait, rappelons-le, essentiellement dans une relative proximité de la ville.

45Cette remarque n’empêche pas leurs femmes d’avoir, comme celles des marins, une vie marquée par l’activité professionnelle qu’ils exercent : on a signalé plus haut, la forte présence des femmes, veuves, sœurs ou tantes de pêcheurs, sur les bancs et étals des poissonneries de la ville Les hommes s’associent pour la pêche et les femmes en font de même pour la vente du poisson.

  • 23 ADB du R, 403 E 238, f° 475.

46En l’absence de leurs époux, les femmes entretiennent les contacts avec la communauté. Elles ont fréquemment une procuration qui leur permet d’agir au nom de leur mari. La teneur de la procuration peut être très générale : ainsi Jean Gasquet dit le Gascon, batelier d’Arles, après avoir dicté son testament, donne-t-il, en 1582, procuration à sa femme « pour tous ses biens, affaires, négoce, sommes de deniers, grains, marchandises » et « faire tous les comptes »23 ; partant sur les vaisseaux du roi, en 1703, Noël Robert en fait de même. Mais la portée de la procuration peut aussi être limitée à une action déterminée : Honorat André dit Baudeye, pêcheur, en établit une, en 1582, en faveur de son épouse pour la gestion de leurs biens et droits situés dans le terroir de Tarascon ; il peut s’agir aussi d’action à mener pour régler une question financière : récupérer un héritage, le prix d’un bien vendu par exemple, comme donner son consentement au mariage d’un fils et lui faire une donation à cette occasion ou encore agir en justice contre un gendre récalcitrant. André Vian, patron de barque, a-t-il eu à regretter d’avoir donné, en 1741, procuration à son épouse « pour agir, gouverner et administrer tous et chacuns ses biens et affaires » ? On peut le penser puisque, en 1748, il la révoque et demande à sa femme des comptes pour les sept années écoulées !

47Agissant pour leurs maris en vertu d’une procuration, les femmes de marins et pêcheurs arlésiens passent toutes sortes d’actes devant les notaires de la ville : elles acquittent des dettes, recouvrent des créances, prêtent de l’argent ou encore vendent des biens fonciers. Le tribunal de l’Amirauté nous les montre remplaçant leurs maris dans des actions en justice : c’est le cas des épouses respectives des patrons André Dumas et Jean Blanc qui se chargent de régler les comptes en litige entre leurs époux. Une autre, Marie Rasclet, femme du patron Jean Béraud, indique que son mari lui a confié le soin de verser, à l’un de ses jeunes mariniers, son salaire pour le voyage qu’il vient de faire à Marseille.

48Certaines de ces femmes ont une plus grande liberté économique encore, lorsqu’elles sont « séparées quant aux biens » ou « en biens » selon les premières occurrences rencontrées en 1650. Vente ou arrentement de biens fonciers, règlement d’héritage mais aussi emprunt personnel pour subvenir à leurs affaires, ces femmes agissent en leur propre nom.

  • 24 ADB du R, 404 E 1069, f° 94.
  • 25 ADB du R, 403 E 414, f° 98, 403 E 414, f° 275 v°.
  • 26 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 739, en date du 02/08/1731 et 5 B 741, f° 276 v°.
  • 27 ADB du R, 405 E 1023, f° 552.
  • 28 ADB du R, 402 E 430, f° 944 v°.

49Le travail des femmes n’est évidemment pas inconnu dans le milieu maritime arlésien ; tout comme les épouses de pêcheurs sont fréquemment marchandes de poisson, celles de marins se lancent dans le petit négoce comme revendeuses, favorisées en cela par les marchandises que leurs maris transportent probablement pour leur propre compte. Le litige qui oppose le marchand Sébastien Proal à Marthe Gassière en 1650, permet de saisir cette dernière, femme du marinier Gaspard Fournier, dans son activité : revendeuse, elle installe, abrités par une tente, de grands bancs chargés de paniers de fruits, à l’entrée de la rue qui mène au magasin de Proal. Celui-ci se plaint de ce qu’elle empêche, par cette installation, l’accès des clients à sa boutique. Ces petits métiers exercés par les femmes, n’apparaissent que relativement peu dans les sources ; glanés de manière éparse, ils révèlent les activités féminines typiques pratiquées dans les milieux populaires urbains. Le commerce de détail, voire même de rue comme ci-dessus, est favorisé par la présence des marchandises que le port amène : les fruits débarqués et, en particulier, les agrumes provenant de Ligurie et transitant à Arles, constituent une denrée de choix pour un tel petit négoce. Le contrat de mariage d’Anne Galissian, veuve du patron Jean Aubenas, montre que sur les 700 livres de dot qu’elle apporte à son nouvel époux, 400 représentent le prix de diverses marchandises de son négoce de revendeuse. C’est peut-être une activité semblable qu’exerce Françoise Roche, la femme du marinier Noël Robert, lorsqu’à leur mariage elle lui remet 300 livres comptant « qu’elle a gagnées par son industrie en un petit négoce qu’elle faisait »24. Que font ces jeunes filles qui fournissent elles-mêmes, tout ou une partie, de leur trousseau « gagné par leur travail et conservé par leur épargne »25 ? Peut-être des métiers du vêtement, comme Anne Roche, demi-sœur du matelot Claude Daumas, qui est tailleuse, ou des travaux de couture ou de broderie, comme ceux que réalise pour des particuliers, Jeanne, fille du patron pêcheur Antoine André. Il est plus délicat de cerner l’activité d’Anne Roche (homonyme de la précédente) qui, au décès de son parâtre, le patron de barque Jean Dumas, déclare avoir gagné par son industrie, le fil, les linceuls et sèche mains en toile de marchand inventoriés, ou celle de Magdeleine-Marie Mayon qui déclare que les effets et hardes contenus dans une « crédance » avaient été faits depuis la mort de son père « de son travail et industrie »26. Les sources nous offrent encore d’autres alternatives pour ces activités féminines : Catherine Gautier, « femme ayant ses actions libres » du matelot Henri Viaud, exerce « la fonction de sage femme accoucheuse »27, quant aux cinq femmes qui témoignent « en faveur de la vérité » devant le notaire, en 1748, elles ont travaillé aux glacières régies par la communauté ou par des fermiers : Louise Baret et Jeanne Reboul, respectivement fille et veuve de patron de barque, y ont travaillé 25 ans « au débit annuel de la glace dans les bureaux qui étaient établis dans les différents quartiers »28 d’Arles. Les travaux agricoles ne sont pas à écarter non plus, comme le montrent les exemples suivants : la veuve du matelot Jean Rey déclare avoir de la farine provenant des blés qu’elle a glanés ; les sœurs Anne et Élisabeth Sourd, filles du patron Antoine, mort en 1761, n’assistent pas à l’inventaire des biens de leur père car l’une travaille en ville et l’autre est à la campagne.

50S’il est impossible de mesurer l’importance et la progression du travail des femmes et des filles de marins et de pêcheurs au cours de la période moderne, force est de constater que, comme dans les milieux populaires urbains sous d’autres cieux, elles sont impliquées non seulement dans des activités connexes à celles de leurs époux, comme la vente du poisson ou la revente des marchandises qui arrivent au port, mais aussi dans plusieurs autres secteurs bien différents. En l’absence d’étude générale sur la question à Arles, on ne peut savoir si les femmes des gens de mer, poussées par la liberté d’action dans le domaine économique que leur laissait l’absence fréquente de leurs maris, se sont, plus tôt que celles des autres, tournées vers une activité professionnelle.

51Le mariage a pour but l’augmentation du genre humain comme le notent les notaires en 1582, en préambule aux actes de mariage qu’ils dressent. De la nuptialité nous passons donc naturellement à l’étude des naissances.

La natalité

  • 29 L. Henry, Techniques d’analyse en démographie historique, INED, Paris, 1980, tableau 31, p. 47.

52Le rapport de masculinité a été calculé en préliminaire à l’étude des baptêmes afin de déceler un éventuel enregistrement préférentiel d’un sexe sur l’autre. Entre 1670 et 1719, sur un total de 2 770 naissances, 1374 sont des garçons et 1396 des filles ce qui fournit un rapport de 98,5 : un peu inférieur au taux considéré comme référence de 105, il est légèrement en dehors des limites de confiance de ce rapport pour le nombre de naissances utilisé ([101 ; 109]29), laissant soupçonner un enregistrement incomplet plus particulièrement des nouveaux nés masculins ; les ondoiements à la maison, en raison du péril de mort, suivis du décès de ces nourrissons fragiles ne sont pas toujours fidèlement transcrits sur les registres. Pour la période 1770-1789, sur 1010 baptêmes relevés, 528 concernent des garçons et 482 des filles ; le rapport de masculinité est de 109,5 ; entrant dans l’intervalle de confiance [98 ; 112], il n’y a moins lieu de soupçonner l’enregistrement. En dépit cette légère réserve relative à la première coupe chronologique, et plus spécifiquement entre 1700 et 1720 – le rapport de masculinité est alors de 92 pour 1 218 naissances, nettement en deçà du seuil inférieur de l’intervalle de confiance –, nous nous appuierons sur le corpus constitué pour étudier la descendance des gens de mer.

La répartition des baptêmes

Sur le temps long, au fil des années

53L’observation du graphique ci-dessous montre de manière éloquente, tout comme nous l’avons remarqué pour les mariages, la divergence des évolutions chez les gens de mer et dans le reste de la population : entre 1670 et 1719, le nombre des baptêmes d’enfants de marins et de pêcheurs a une croissance constante interrompue seulement à deux reprises, en 1697, chute qui n’affecte qu’eux et en 1711, baisse qui, elle, touche l’ensemble de la population des trois paroisses maritimes. À la fin de l’Ancien Régime, le constat est plus nuancé : on remarque qu’en 1770 le nombre de baptêmes d’enfants de marins et de pêcheurs est près du double de ce qu’il était un siècle plus tôt mais baisse, dès 1772, de manière très sensible au cours des 10 années qui suivent pour se redresser de façon heurtée entre 1783 et 1789. Le reste de la population des trois paroisses maritimes accuse, elle, en un siècle une baisse du nombre de naissances d’environ 40 % puisque l’indice qui était 100 en 1670, oscille autour de 60 entre 1770 et 1789. La visite pastorale de Monseigneur Dulau permet de connaître la population des différentes paroisses d’Arles pour la décennie 1770. L’ensemble des paroisses urbaines fournit un total de 18 337 habitants ; ramené à un nombre moyen annuel de baptêmes de 616, on obtient un taux de natalité, sur la période 1768-1777, de 33,6 °/°°, valeur voisine bien qu’inférieure encore de celle de 35,14 °/°°, calculée par P. Allard pour l’année 1821. Comparé à celui pris en compte par les démographes d’Ancien Régime : 40 °/°° pour Expilly et Messance, 39,5°/°° pour Moheau, dans leur estimation de la population fondée sur le nombre de naissances annuel, il apparaît qu’à Arles, ce taux est sensiblement inférieur à celui du royaume. Malgré la faiblesse des valeurs numériques, nous avons comparé le taux établi à partir des seuls paroissiens du quartier maritime, à celui de l’ensemble de la ville pour la décennie 1768-1777 : les chiffres obtenus sont respectivement de 34,5 °/°° et 33,6°/°° ; le quartier maritime d’Arles a un taux de natalité supérieur de près d’un point à celui de la cité dans son ensemble ; on peut penser que marins et pêcheurs n’y sont pas étrangers.

Graphique 1. Évolution indicielle du nombre de baptêmes chez les gens de mer, dans la population maritime et dans l’ensemble de la population des trois paroisses maritimes, indice 100 en 1670.
AMA, actes de baptême issus des registres de catholicité dont les références figurent en bibliographie

  • 30 Sur le graphique ci-dessus, la courbe indicielle du nombre de baptêmes chez les gens de mer passe, (...)

54Les creux accusés par la courbe ci-dessus, traduisant l’évolution du nombre de baptêmes chez les gens de mer, montrent l’impact manifeste des guerres : la conscription éloignant les marins de leurs foyers, les naissances accusent un fléchissement en 1697, conséquence de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, et un affaissement particulièrement brutal30 dans les années 1777-83, effet des événements militaires liés à la guerre d’Indépendance des États-Unis.

55Le métier de la mer et les contraintes liées à son exercice se reflètent aussi dans le mouvement saisonnier des baptêmes.

Le calendrier des naissances

56Le mouvement mensuel des baptêmes présente des variations saisonnières importantes : le maximum se situe en hiver et plus particulièrement en février-mars ce qui correspond à des conceptions en mai-juin. Le temps faible des naissances est l’été, avec toutefois un décalage vers les mois d’automne qui se produit entre la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles et la fin de ce dernier. Les conceptions se ralentissent passés le printemps et le tout début de l’été. Ce constat renvoie à la répartition observée par J. Dupâquier pour la population française aux XVIIe et XVIIIe siècles. Aux variations saisonnières de la fécondité, auxquelles ce découpage mensuel des conceptions est très probablement imputable, viennent se superposer des causes sociales, du domaine professionnel ou religieux. Si les marins arlésiens font du cabotage toute l’année, l’été est la période la plus favorable aux activités maritimes ce qui conforte une baisse notable des conceptions en août et septembre ; sur les côtes de Camargue, les pêcheurs, eux, sont éloignés de leur famille durant les mois d’automne et du début de l’hiver. La faiblesse des naissances en novembre peut correspondre, elle, au respect des interdits religieux du Carême, intervenant en février. L’abstinence pendant l’Avent se traduirait par un creux en septembre : à la fin du XVIIe siècle et au début du suivant, cela ne semble pas être le cas mais, à la toute fin de l’Ancien Régime, nous l’avons déjà remarqué pour les mariages, les interdits religieux sont davantage respectés.

57L’observation des calendriers des baptêmes des enfants de marins et de pêcheurs envisagés séparément conforte la superposition des rythmes de la mer à ceux de la biologie. Les pics de naissances en janvier, février et, dans une moindre mesure mars, correspondant à des conceptions de printemps, appartiennent à ces derniers. L’importance des baptêmes en décembre est spécifique aux pêcheurs ; les enfants sont alors conçus en mars, mois qui correspond au retour des chiourmes de pêcheurs, établies durant les mois d’hiver sur les côtes de Camargue. À l’opposé, le début des campagnes halieutiques d’hiver, à partir d’octobre, fait chuter les naissances en été. La faiblesse des baptêmes en avril et mai traduit une baisse des conceptions en été, juillet et août, pendant lesquels les pêcheurs/paysans se consacrent aux travaux agricoles.

58Les naissances des enfants des marins du commerce sont plus échelonnées sur l’année. Les pics observés entre janvier et avril renvoient à des maxima de conceptions s’étalant sur le printemps et le début de l’été ; les creux de mai et juin sont imputables à l’éloignement des patrons et matelots, en août et septembre, occupés qu’ils sont à leurs opérations de cabotage et, en particulier, au transport du blé ; ceux de juillet et août s’expliquent peut-être par des causes biologiques, baisse de la fécondité en automne, et climatiques, les mois d’octobre et novembre, moins favorables à la navigation, occasionnant des voyages plus longs.

La taille des familles de marins et pêcheurs arlésiens

59Le rapport des naissances aux mariages fournit une approche du nombre moyen d’enfants par famille. Calculé pour les coupes 1670-1719 et 1770-1789, il est de 4,71 à la fin du XVIIe siècle et de 4,98 à la fin du suivant alors que dans la population non maritime, ils ne sont respectivement que de 3,44 et 4,39. On note chez les gens de mer, une variation très sensible entre les décennies 1770-79 et 1780-89 où le nombre d’enfants par famille passe de 6,5 à 4,8, montrant l’impact considérable de la guerre d’Indépendance des États-Unis sur la natalité des marins arlésiens. Les chiffres, dans leur ensemble, sont voisins de ceux calculés pour la population de Sérignan, 4,57 entre 1670 et 1749, puis 4,88 de 1750 à 1752 ; très proches de celui de Dunkerque, 4,8 entre 1761 et 1785 mais par contre, nettement inférieur au rapport établi pour Boulogne, 6,2 entre 1670 et 1695. La comparaison avec les valeurs données pour quelques autres ports du Levant laisse l’avantage dans ce domaine à Arles : 3,2 dans la paroisse Saint-Laurent à Marseille de 1750 à 1755, 3,1 à La Ciotat entre 1721 et 1770 ; quant à Saint-Tropez, le rapport oscille entre 3,8 et 5,40 pour la période 1640 et 1789.

Tableau 1. Rapport naissances/mariages par catégorie de navigants à Arles fin XVIIe-fin XVIIIe siècle.
AMA, registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie

  • 31 A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 367.

60Les observateurs du XVIIIe siècle, considérant les pêcheurs « comme l’espèce des mariniers qui se multiplie le plus »31, nous nous sommes interrogée sur l’influence sur la taille des familles, de la communauté de pêcheurs arlésiens.

  • 32 A. Cabantous, Le ciel dans la mer…, op. cit., p. 81. A Boulogne les familles de pêcheurs comptent 4 (...)
  • 33 Entre 1670 et 1719, le rapport des naissances aux mariages est de 4,09 chez les pêcheurs et de 4,91 (...)

61Le tableau ci-dessus montre clairement qu’à Arles les marins du commerce ont davantage d’enfants que les pêcheurs, contrairement aux idées formulées par leurs contemporains et validées par les études menées sur la façade atlantique32. Sur le demi-siècle qui sépare 1670 de 1719, en moyenne, une famille de marins arlésiens a près de 5 enfants alors que pour les pêcheurs, 4 est la norme ; à la fin du XVIIIe siècle, l’écart se creuse légèrement puisque la situation est inchangée dans le monde de la pêche alors que chez les marins le chiffre moyen dépasse 533.

62Les pères absents, les mères, tout en gérant les affaires de leur mari ou les leurs propres, élèvent souvent seules les enfants ; le rôle des solidarités familiales et de la parenté spirituelle est d’autant plus important.

Le choix des parrains et marraines

63La comparaison du niveau social du parrain avec celui du père, montre à la fois le rôle dominant du milieu maritime et une répartition socioprofessionnelle qui n’est pas sans évoquer ce que l’étude de l’homogamie a révélé. Ainsi, aux près de 40 % d’unions internes au milieu maritime, fait écho une fréquence analogue de parrains choisis parmi les marins et pêcheurs. L’alliance spirituelle avec les élites est encore fortement recherchée dans le dernier tiers du XVIIe siècle puisqu’elle concerne le baptême d’un enfant de marins ou de pêcheurs sur cinq. Le lien ainsi créé est porteur de prestige et peut s’apparenter à une forme de clientélisme. Il diminue en fréquence de moitié au siècle suivant, au bénéfice du groupe lui-même mais aussi de l’artisanat – pour beaucoup de la maîtrise –, et, dans une moindre mesure, du milieu rural. À la fin de l’Ancien Régime, pas loin d’un quart des enfants des gens de mer d’Arles ont un parrain artisan, dont près de la moitié appartient à la maîtrise ; entre le début et la fin du XVIIIe siècle, le léger recul du groupe professionnel lui-même se fait en faveur de l’artisanat. Dans le même temps, la fréquence des parrains issus du monde rural stagne pour ainsi dire.

  • 34 On a considéré comme élite urbaine, la noblesse, la bourgeoisie, le milieu du négoce ainsi que le m (...)

64Une recherche similaire, menée sur l’origine sociale des marraines, s’est révélée fortement décevante ; elle s’est heurtée à l’inconnu, puisqu’il a été impossible de découvrir la profession des époux ou des pères des marraines pour plus de la moitié d’entre elles dans le dernier tiers du XVIIe siècle et, pour les deux tiers dans des deux dernières décennies d’Ancien Régime. Seule la période comprise entre 1700 et 1719 peut fournir une image de la répartition de l’origine sociale des marraines, image très approximative puisqu’il y a encore 39 % d’informations inconnues. Si les fréquences ne peuvent être comparées à celles obtenues pour les parrains à la même époque, à cause du poids différent pour les uns et les autres de la rubrique « milieu social inconnu », il est possible cependant d’y reconnaître un ordre commun : les marraines, comme leurs compères, sont choisies en priorité chez les gens de mer, puis dans les familles d’artisans, ensuite dans celles des gens de la terre et enfin parmi les élites nobles, bourgeoises ou commerçantes. Le choix du parrain comme celui de la marraine, semble obéir à la même logique, en terme d’alliance sociale. La diminution de près de la moitié du pourcentage de marraines choisies dans l’élite urbaine entre la fin du XVIIe siècle et le début du suivant et ce, alors même qu’entre les deux coupes, la fréquence de celles qu’il n’a pas été possible de situer diminue fortement, tend à confirmer le parallélisme des motivations sociales dans le choix des parrains et dans celui des marraines34.

65Par-delà le constat général concernant l’ensemble de la population de navigants des paroisses maritimes, nous avons cherché à savoir s’il existait des différences dans le choix du père spirituel de l’enfant à son baptême, selon les catégories de gens de mer.

66Ce sont essentiellement les pêcheurs qui se distinguent dans leur choix : les parrains sont, chez eux, choisis de manière plus sensible que dans les autres groupes parmi les gens de mer et surtout parmi leurs confrères. Les pêcheurs prennent un autre pêcheur ou un fils de pêcheur pour parrain de leur enfant environ une fois sur trois. Par contre, s’ils recherchent moins que les autres les liens avec les élites, leur affinité avec le milieu de la terre et avec celui de l’échoppe apparaît ici avec une grande stabilité au cours de la période.

67Les patrons sont les seuls à choisir de manière significative les parrains de leurs enfants dans les sphères plus élévées ; même si ces relations tendent à être moins fréquentes dans le courant du XVIIIe siècle qu’à la fin du précédent, elles se maintiennent. Marchands et bourgeois sont les principaux représentants de ce milieu social supérieur ; en affaires avec eux, les patrons tissent, par la parenté spirituelle qui s’instaure entre eux et leurs enfants, des liens d’une nature plus personnelle que ceux purement commerciaux. À la fin du XVIIIe siècle, les liens se resserrent avec leurs autres partenaires professionnels de proximité, les artisans, qui sont nettement plus présents aux baptêmes de leurs fils et filles qu’auparavant ; un peu plus d’un quart des enfants de patrons a, à la veille de la Révolution, un parrain artisan. Leur relation avec le monde la terre est modeste, mais en progression légère et cependant continue au cours du XVIIIe siècle. Ces deux tendances traduisent probablement un relatif éloignement des patrons de barque de la frange supérieure de la société urbaine et, peut-être, une certaine paupérisation ou, tout au moins, l’existence de différences de richesse importantes à l’intérieur du groupe des patrons, comme nous l’a montré l’étude des fortunes et des cotes fiscales.

68Les matelots choisissent les parrains de leurs enfants de manière somme toute assez comparable au choix fait par les patrons ; toutefois, les liens spirituels sont moins fréquents avec les élites urbaines et ils se renforcent au fil du temps avec le milieu rural. Dans le milieu maritime, ils donnent la priorité aux patrons puis viennent leurs pairs et enfin, beaucoup moins souvent, les pêcheurs. Ressort aussi le rôle joué pour les matelots par les artisans qui constituent, en dehors des gens de mer, le groupe professionnel avec lequel ils s’allient le plus souvent lors du baptême de leur fils ou fille. Ces liens supplantent très nettement ceux noués en début de période avec l’élite commerçante et bourgeoise. À la fin du XVIIIe siècle, les parrains des enfants de matelots sont socialement plus proches de leurs parents ; ce sont, en dehors de leurs patrons, leurs confrères matelots, les artisans et les travailleurs agricoles qu’ils côtoient au quotidien. Nous avons noté, à la fois dans l’étude de la filiation professionnelle et dans celle de l’homogamie, la présence renforcée de matelots originaires du milieu agricole et la multiplication des liens matrimoniaux contractés avec ce même milieu. L’étude des parrains conforte la progression de ces relations.

69Le choix des parrains des enfants de marins et pêcheurs arlésiens, fortement concentré dans le milieu maritime et élargi aux couches sociales proches, à la fois socialement et géographiquement, – celles-là même avec lesquelles les unions matrimoniales sont les plus fréquentes –, nous a amenée à nous interroger sur la superposition des liens spirituels et de ceux du sang. Par rapport à l’ensemble des baptêmes célébrés dans la population maritime, la fréquence de ceux dont le parrain ou la marraine est un membre de la famille progresse fortement entre le dernier tiers du XVIIe siècle et la fin de l’Ancien Régime, puisqu’elle fait plus que quintupler aussi bien pour les parrains que pour les marraines avec même un léger avantage pour ces dernières. Par ailleurs, parrains et marraines sont sensiblement choisis de manière équitable entre les familles paternelle et maternelle de l’enfant, avec toutefois, à partir du XVIIIe siècle, une légère préférence pour la lignée maternelle. Ce phénomène de repli sur la famille touche aussi bien les patrons que les matelots et les pêcheurs, mais il est plus précoce et plus important chez les premiers ; les pêcheurs ne sont pas loin derrière et les matelots suivent le mouvement, avec un léger retard.

70Tout comme l’étude de l’homogamie l’a mis en évidence, marins et pêcheurs arlésiens s’allient en priorité à ceux de leur condition et ce, de manière plus affirmée dans le dernier siècle d’Ancien Régime ; ils privilégient, aussi bien à leur mariage qu’aux baptêmes de leurs enfants, les liens avec leur propre milieu professionnel et les couches sociales de niveaux comparables. Les réseaux d’alliances que dévoilent l’étude du mariage et celle des parrains et marraines se recoupent. L’origine sociale et familiale des parrains et marraines répond à la fois à l’homogamie et à l’homogénéité sociale des unions.

71Il nous reste maintenant à nous pencher sur la fin de la vie de ces hommes, maladie, vieillesse, mort.

La mortalité

La répartition des décès

Les accidents démographiques

72La comparaison des fluctuations des décès et naissances au cours de la période, pour l’ensemble de la population des trois paroisses étudiées, permet d’appréhender l’existence de crises démographiques à Arles.

73À huit reprises, au cours des cinquante ans qui séparent 1670 de 1719, les sépultures sont plus nombreuses que les baptêmes : en 1676, entre 1679 et 1681 puis en 1684 et plus légèrement en 1687, à nouveau entre 1695 et 1700 et en 1706, puis de 1708 à 1711 et encore en 1718. De durée et d’ampleur variables, ces crises accompagnent une tendance générale au fléchissement des naissances. Dans les deux dernières décennies de l’Ancien Régime, on trouve une longue crise entre 1772 et 1776 qui culmine en 1773-74, pour revenir à une situation voisine de l’équilibre entre naissances et décès ensuite, puis, en 1783-84, les sépultures l’emportent à nouveau avant le pic de 1789.

  • 35 « Serrade » : interdiction de sortie des blés, avec parfois des mesures strictes de surveillance au (...)

74Ces dates recoupent celles d’accidents climatiques et montrent l’impact qu’ils ont sur la population d’Ancien Régime : crues, hivers rigoureux, neiges et glaces, sécheresse exceptionnelle, invasions de sauterelles qui reviennent presque chaque année pendant cette période, participent tous à la fragilisation d’un équilibre démographique précaire. « Serrade »35 des blés et disette en 1679-1680, auxquelles s’ajoute une très longue crue en 1679, sont probablement à l’origine de l’inversion baptêmes/sépultures remarquée ces années-là. En 1683-84, à des hivers si rigoureux que le Rhône est pris par les glaces, s’ajoutent de terribles sécheresses estivales, suivies de pluies diluviennes. Crues redoublées en 1706, épouvantable hiver 1709, été 1712 torride, récoltes détruites par les sauterelles de manière récurrente jusqu’en 1726 contribuent à créer des conditions sanitaires et alimentaires difficiles pour les Arlésiens. Les mêmes causes peuvent être évoquées à la fin du XVIIIe siècle : les années 1772-1773 sont très pluvieuses – fin 1772, les semences inachevées sont noyées et la moisson suivante en est très retardée –, l’hiver 1789 est interminable.

75On retrouve chez les gens de mer, qui constituent, rappelons-le, environ un cinquième de la population des paroisses étudiées, des difficultés démographiques aux mêmes dates, mais elles sont, cependant, de moindre durée ; le niveau des naissances soutenu en minimise la portée. Ainsi, les décès ne dépassent les naissances qu’à cinq reprises dans la population maritime, à la charnière des deux siècles : très faiblement en 1682, plus nettement en 1684, à nouveau en 1696, ensuite les années 1708-1712 marquent un maximum, auquel succède un modeste pic en 1718. Les marins et pêcheurs arlésiens n’échappent pas non plus aux difficultés démographiques rencontrées par le reste de la population en 1773-1774 ni, bien sûr, en 1789. Lors des autres crises touchant l’ensemble de la population et mentionnées plus haut, les gens de mer sont, eux aussi, affectés mais dans une moindre mesure puisque, pour eux, sépultures et baptêmes s’équilibrent. Marins et pêcheurs doivent probablement à leur profession d’être un peu moins atteints par les crises frumentaires : poissons pêchés par les premiers et marchandises transportées et commercialisées par les seconds leur permettent d’échapper partiellement à certaines crises de mortalité, mais ils ne sont pas à l’abri des épidémies ou des fièvres dues à des conditions climatiques particulières, chaleur et humidité dans l’environnement marécageux du territoire arlésien ou grand froid que le vent violent local amplifie. Entre 1775 et 1782, baptêmes et sépultures baissent très nettement et en même temps, ce qui ne peut s’expliquer que par le prélèvement en hommes opéré par le service royallors de la guerre d’Indépendance des États-Unis – moins de décès puisque les marins et pêcheurs sont au loin et que leurs sépultures ne sont pas enregistrées à Arles, et moins d’enfants du fait de l’éloignement des pères.

76Si les variations du nombre de décès annuel sur le long temps permet de déceler l’existence de crises d’ampleur, dues aux accidents météorologiques et épidémiologiques, l’étude de leur répartition mensuelle permet de mettre en corrélation décès et saison.

Le mouvement saisonnier des décès

  • 36 La répartition saisonnière des décès dans la population maritime et son évolution entre le dernier (...)

77À Arles, dans la population étudiée, la partie de l’année la plus meurtrière se situe à la fin de l’été et au début de l’automne ; le mois de septembre est, chaque année, celui qui compte le plus grand nombre de sépultures ; passé janvier, la mortalité baisse jusqu’en août36.

  • 37 BMA, ms. 219, Annales de la ville d’Arles, manuscrit de L. Bonnemant, op. cit., 1640, p. 118 v°.
  • 38 E. Fassin, Annales du Collège d’Arles, Arles, 1900, p. 7 et 8.
  • 39 BMA, ms. 227, Mémoires de Louis Pic, 1694-1712. Années 1708 et 1709.

78Le clivage entre hiver et été n’est probablement pas spécifique à la population maritime, mais bien plutôt à la ville d’Arles et à sa situation particulière. L’environnement marécageux fait de l’espace arlésien une région particulièrement insalubre, des documents écrits par les contemporains en témoignent : 1640, « année de peste, monstres et fièvres extraordinaires »37 titrent, par exemple, les Annales de la ville d’Arles sous la plume de l’Abbé Bonnemant. E. Fassin38 rapporte qu’une des missions confiées au maître d’école par le Conseil de la ville, en 1489 déjà, est le soin de la santé des élèves, en particulier lors des épidémies de fièvres pestilentielles. Louis Pic, au début du XVIIIe siècle, dans ses mémoires, note scrupuleusement les aléas climatiques et leurs conséquences sur les conditions sanitaires. Il met en évidence le rapport entre les eaux stagnantes et la maladie : l’eau putride occasionnée par un hiver doux en 1708, suivi d’abondantes pluies de printemps, est à l’origine des fièvres responsables d’une forte mortalité au début de l’été. À cet été très chaud – l’auteur parle de chaleurs insupportables –, succède de fortes pluies d’automne, inondant les vignes du Trébon, de Camargue et du Plan du Bourg, où nombre d’Arlésiens ont un lopin de terre ; les hommes sont obligés de vendanger dans l’eau ou la boue jusqu’à mi-jambe. Les fièvres redoublent alors : entre août et décembre, elles font 1 200 morts, dit-il. Toutefois l’auteur ne mentionne pas la présence de moustiques, vecteurs de transmission du paludisme et de la malaria, alors que les conditions, chaleur et humidité étaient rassemblées, tout comme de nos jours, pour favoriser l’éclosion de myriades de larves dans tout le territoire arlésien. Continuant sa relation pour l’année 1709, Louis Pic attribue les fièvres et maladies qui frappent à nouveau les Arlésiens à la colère de Dieu mais aussi et, peut-être surtout, à la malnutrition consécutive à la violente famine : il note qu’en dix-huit mois, il y eut plus de 4 000 morts dont 3 000 à l’hôpital où 300 à 400 malades étaient entassés deux par deux par paillasse, à terre39.

79L’étude de la mortalité des enfants d’une part, et celle des adultes âgés d’autre part, confirment l’importance du facteur sanitaire puisque les plus fragiles sont les plus touchés à la période des fièvres. Les chiffres sont éloquents : pas loin de la moitié des enfants qui décèdent, meurent au cours des quatre mois, juillet, août septembre et octobre, – 46 % entre 1670 et 1719 et 43 % entre 1770 et 1789. Les aînés parmi les adultes sont particulièrement frappés par la mort entre septembre et janvier : parmi les plus de 60 ans, 52 % décèdent à cette période entre 1670 et 1719 et 59 % entre 1770 et 1789 ; un peu moins sensibles que les jeunes enfants aux chaleurs du début de l’été, les fièvres de septembre puis le froid de l’hiver les emportent.

80La fréquentation du milieu à risque qu’est la mer, l’éloignement et l’absence mais aussi la contrainte du service royal que les gens de mer sont les seuls habitants du royaume à subir, ne sont pas sans incidence sur les conditions dans lesquelles se déroule leur fin de vie.

Maladie, vieillesse

81Les dangers qui guettent les marins ou les pêcheurs dans leur activité sont nombreux. Nous avons déjà évoqué, outre les difficultés sur le fleuve lui-même et au franchissement de la barre, les risques de naufrage particulièrement importants dans le golfe du Lion, ainsi que la présence en Méditerranée, à l’époque moderne, de pirates et corsaires, barbaresques et autres, qui rôdent sans relâche. Les intercessions propitiatoires contenues dans tous les contrats commerciaux comme les noms de bateaux mis sous une double protection, celle pieuse, d’un saint ou d’une sainte et celle, profane, du sort par l’ajout de Bonaventure, montrent clairement la crainte ressentie par ces hommes face à la mer.

82Les pics de mortalité notés en automne et en hiver, renvoient aussi à la responsabilité de la mer : naufrages et échouements sont favorisés par les journées courtes et la visibilité restreinte qui sont le lot de ces saisons. Plus des trois quarts des naufrages relevés dans les registres de l’Amirauté ont lieu entre octobre et mars. Cependant, tous les marins et patrons ne perdent pas la vie dans le naufrage du bâtiment sur lequel ils sont embarqués, comme ce fut le cas, par exemple, pour les patrons Blaise Guerre sur les côtes de Camargue en 1661 et Antoine Sourd, un siècle plus tard, au large d’Antibes. L’hiver est aussi le temps où, aux difficultés de navigation, viennent s’ajouter froid et humidité, responsables de bien des affections respiratoires ; c’est aussi le moment où les pêcheurs sont les plus exposés à la pêche sur les côtes de Camargue.

83Les conditions climatiques et topographiques de la ville et de son territoire constituent un facteur supplémentaire de mortalité durant ces mêmes saisons, non seulement en raison des fièvres automnales, mais aussi des dangers que le fleuve fait courir aux habitants puisqu’il a un rôle déterminant dans l’alimentation urbaine en eau. Mêmes les maisons qui ont un puits sont situées à proximité du Rhône et n’échappent pas à la pollution puisque l’eau puisée en provient. Tanneries nombreuses, en raison de l’important cheptel élevé dans le territoire, mais aussi eaux usées de toute nature, provenant des boucheries, poissonneries et abattoirs ou encore des lieux d’aisance, contribuent à polluer fortement une eau que l’on boit. Les Arlésiens ne peuvent échapper aux différentes fièvres épidémiques, typhus, typhoïde, choléra, variole, comme en témoigne, pour cette dernière, le rôle des marins établi en 1670 pour le service royal : en effet, parmi les caractéristiques physiques des conscrits se trouvent mentionnés un peu plus de 2 % de visages grêlés ou picotés de vérole.

84Dans les actes de sépultures, très rares sont les causes de décès mentionnées. Il semble que seules les morts subites ou les noyades, justifient une indication. Nous en avons trouvé 28 mentions en tout, pour les soixante-dix ans que couvre le dépouillement et 16 sont des enfants, de 5 à 14 ans surtout, qui se noient dans le fleuve ; presque tous des garçons dans la tranche d’âge 9-14 ans, ils sont certainement déjà au travail sur les quais. Moins souvent que les enfants, des hommes et des femmes se noient aussi dans le Rhône : ainsi quatre femmes ou filles de patrons ou de patrons pêcheurs, entre 18 et 25 ans, y trouvent la mort et, parmi les huit hommes décédés par noyade, deux matelots se noient dans le fleuve et trois pêcheurs ou patrons pêcheurs, en mer. Les inventaires après décès sont parfois un peu plus explicites sur les circonstances du drame. Les pêcheurs y semblent plus exposés au risque de noyade que les marins du commerce dans la pratique quotidienne de leur profession : le patron pêcheur Jean Feraud perd la vie en 1715 dans un accident avec d’autres pêcheurs venant de Martigues, son corps n’est jamais retrouvé ; Jean Faure, lui aussi patron pêcheur, est tué par un coup de tonnerre, au petit matin, dans une cabane proche de l’étang du Sauze en Camargue, la même année. Noyade encore, pour le pêcheur Jean Fleury, en 1725, et pour le patron pêcheur Jean Barjavel, en 1750.

85Patrons et matelots décèdent aussi en voyage, en escale ou en mer, sans qu’il nous soit donné, la plupart du temps, d’en connaître la cause. Les conditions de vie à bord sur les petits bâtiments arlésiens, humidité, froid, insalubrité, promiscuité créent des conditions favorables au développement d’affections diverses comme la pleurésie qui enlève en quelques jours, à Marseille, en 1749, le patron Pierre Clemens. Destination privilégiée des marins arlésiens, la cité phocéenne est parfois, comme pour le précédent, la dernière escale ; pour d’autres, c’est Toulon ou Sète. Le matelot, Jean Rey, de manière plus surprenante, rend l’âme à l’hôpital Saint Eloi de Montpellier où il était hospitalisé pour maladie. Jean Arnaud n’est sûrement pas le seul matelot d’Arles à périr très loin de sa ville natale, sur les vaisseaux du roi, dans une campagne qui l’a amené dans les lointaines colonies, terrain d’affrontement privilégié entre Français et Anglais au milieu du XVIIIe siècle.

86Le décès peut aussi intervenir après une longue maladie – plus d’un an pour le matelot Honoré Arnaud, 15 ans pour le patron François Dumas – qui laisse leurs veuves respectives dans le plus grand dénuement ; le litige qui oppose pour dettes, le pêcheur Gilles Brunet à sa belle-sœur, femme de son frère Laurent, pêcheur comme lui, devant le tribunal de l’Amirauté, nous apprend que Laurent était malade depuis quatre ou cinq avant son décès en 1683.

  • 40 ADB du R, 11 B 3, en date du 14/08/1688. En fait, pour se payer, elle a fait saisir les coffres et (...)

87La vie à bord et lors des escales n’est pas non plus exempte de dangers dus à la violence latente dont les marins se sont, de tout temps, fait une fâcheuse réputation. La mésaventure arrivée au port d’Arles à Jacques Escarron, marinier de Berre, montre les risques potentiels encourus par tout matelot : gravement blessé et maltraité par deux mariniers de l’équipage d’un patron de Narbonne, probablement lors d’une querelle, il aurait été dans un état désespéré si sa femme n’avait volé à son secours en portant plainte auprès de l’Amirauté afin de percevoir des indemnités faute de quoi elle ne pouvait « supporter l’instance criminelle ni alimenter son mari ni payer de quoi s’en retourner à Berre lorsqu’il sera en état »40. En 1582, pour éviter les frais d’un procès devant le viguier, deux bateliers arlésiens s’en remettent, par-devant notaire, à l’arbitrage de prud’hommes, mariniers ou charpentier comme eux, pour régler un différent : Alary Eymelin est reconnu coupable d’avoir publiquement battu Barthélémy Sénebier et sa femme ; il est alors tenu de leur payer 15 écus d’or sol pour couvrir, outre les frais de justice, ceux occasionnés par les médicaments et honoraires du médecin barbier que les Sénebier avaient dû supporter. Situation comparable, la même année, après l’agression dont les trois frères André dits Baudeye, tous pêcheurs, se sont rendus coupables envers le cardeur à laine Claude Aulphant : après des insultes échangées, ils ont eu recours aux armes et ont blessé ce dernier au cou et à l’épaule. Bien que le viguier ait déclaré les pêcheurs de prise de corps, Aulphant, guéri de ses blessures, entend s’arranger à l’amiable avec ses agresseurs qui lui versent 16 écus or sol et demi pour dommages et intérêts y compris les frais de justice, médecin, apothicaire et chirurgien.

  • 41 AMA, CC 87, f° 392. Nous avons déjà évoqué le cas de Guillaume Ducrest, porté dans les registres de (...)
  • 42 G. Buti indique qu’à Saint-Tropez, les invalides continuent parfois à naviguer au petit cabotage, A (...)

88Louis Roche, matelot de 23 ans, a un œil gâté, Michel Benoît, matelot de 30 ans, est estropié, Vincent Gallotaire, matelot de 38 ans est marqué à l’œil gauche : tous pourtant, sont bons pour le service royal. L’ophtalmie est une affection courante chez les gens de mer ; elle conduit certains à la cécité tel Claude Gilles qui, en 1703, apparaît sur la liste des invalides pour ce motif. C’est malheureusement le seul dont la nature de l’invalidité soit mentionnée. Ce rôle a toutefois l’intérêt de nous permettre de saisir ce qu’il advient de ces hommes après la mer. Reconnus invalides lorsqu’ils sont tombés malades au service du roi, ils touchent, pour ce, une pension depuis la création de la caisse en 1689 ; par la suite, à partir de 1709, marins du commerce et pêcheurs, estropiés ou diminués, en renonçant à la mer, purent aussi toucher la fameuse « demi-solde ». En dehors des six « patrons démontés », la liste de 89 noms indique, pour 11 autres invalides, une profession. Quatre de nos invalides sont gardiens des portes de la ville ; ils le doivent à l’intervention du commissaire aux classes de Bat tel qui, dénonçant leur dénuement, obtint en 1692, du ministre de la Marine Pontchartrain, une ordonnance leur réservant cet emploi, ordonnance dont l’application se heurte, cependant, à une certaine inertie de la part de consuls de la ville. D’autres travaillent au port comme portefaix, un est muletier mais certains exercent des professions sans rapport direct avec l’activité maritime telle meunier, fournier ou tisserand. S’agit-il pour ces hommes d’une reconversion après la mer, ou plutôt d’un repli sur l’une des activités menées de front au cours de leur vie ? La question vient à l’esprit lorsqu’on parcourt le rôle des matelots sujets aux classes, dressé la même année, matelots qui sont 43 sur 245 à exercer une autre profession que la mer. Les deux parties de l’alternative constituent probablement l’une et l’autre des éléments de réponse. Autre interrogation : que signifie concrètement l’expression « patron démonté » ? Très probablement que le patron invalide n’est plus apte à commander un navire, mais cela exclut-il qu’il ne puisse naviguer en tant que matelot ? Deux exemples de patrons, qui sont plus tard mentionnés sous le titre de mariniers, laissent penser que ces hommes, ayant abandonné les responsabilités du « patronage », ont continué à fréquenter la mer ou le fleuve : Barthélémy Eyrier est patron en 1670, alors qu’en 1684, il a 70 ans et est marinier sur la barque du patron Jean Pinateau ; Antoine Eyrier apparaît sur le rôle d’imposition de 1686 comme « marinier, jadis patron de barque ». L’âge mais aussi les revers de fortune peuvent expliquer de tels changements : un patron peut être destitué de son « patronage » par les participes au bâtiment dont il a le commandement, il ne lui reste plus alors qu’à naviguer comme matelot en attendant des temps meilleurs. A contrario, il arrive que des patrons quittent la mer pour le statut envié de marchand41. Enfin, la qualité d’invalide ne paraît pas, au XVIIIe siècle être incompatible avec le commandement d’un navire comme le montrent les quatre déclarations de bâtiments passées devant l’Amirauté par des matelots et un patron invalides, en 1737 et 1738. À Arles, comme ailleurs42, la Marine royale, toujours à cours d’effectifs, utilise largement les vieux, les infirmes, borgnes comme estropiés, les invalides d’une manière générale, à diverses fins – ce sont, par exemple, des invalides qui sont envoyés à la tour Saint-Louis pour prêter main-forte aux opérations de surveillance sanitaire des équipages des nombreux bâtiments échoués aux embouchures dans la seconde moitié du XVIIIe siècle – ; elle ne peut alors s’opposer à la reprise des activités de commerce de certains d’entre eux, au petit cabotage ou sur le fleuve.

  • 43 ACA, AA 23, f° 198-199, Mémoires pour les doléances des capitaines des bastiments de mer de cette v (...)

89L’âge de la retraite sonne tard pour les gens de mer : sur les 657 recrues pour le service royal de 1670, 65 ont 50 ans et plus, soit près de 10 % et 14 ont 60 ans et plus, soit un peu plus de 2 %. Toutefois, à 82 ans, Didier Subeyran, requis de témoigner devant le tribunal de l’Amirauté, est désigné comme « cy-devant patron de barque » ; il a donc bien quitté la mer mais il continue à fréquenter le port et, des bancs qui sont sur les quais, il a pu observer la scène au sujet de laquelle il témoigne. On peut noter que les textes réglementaires du service des classes ne prévoyaient pas la limite de l’obligation du service sur les vaisseaux du roi, envisageant, pour cette population, la fréquentation de la mer jusqu’à la mort. On ne s’étonne pas alors de trouver dans les cahiers de doléances des capitaines de bâtiments de mer d’Arles, en 1789, la requête « que les invalides soient accordés conformément à la dernière ordonnance aux capitaines des bastimens et matelots âgés de 60 ans »43.

Mort

90Dans la population que nous étudions la mortalité est difficile à appréhender : aux migrations possibles, s’ajoutent les décès qui nous échappent lorsqu’ils sont survenus en un autre lieu, un port d’escale ou sur les vaisseaux du roi ; tous ceux morts en mer ou au loin qui n’ont pas reçu de sépultures dans la ville, ne figurent pas ou alors, tout à fait exceptionnellement, dans les registres tenus par les desservants des paroisses. La mention suivante en constitue un très rare exemple :

  • 44 AMA, GG 198, avril 1716.

dans ce mois d’avril [1716] nous avons fait dans cette église un service solennel pour l’anniversaire de Jean Feraud, patron pêcheur, âgé d’environ 44 ans, marié à Jeanne Martine, qui se noya par accident le 14 avril de l’année dernière 1715 dont le corps n’a pu être trouvé44.

91L’âge moyen au décès des marins et pêcheurs arlésiens, calculé à l’aide des âges fournis par les actes de sépultures, montre un allongement régulier de la durée moyenne de vie des gens de mer à Arles, 3 ans entre la fin du XVIIe siècle et celle du suivant. De la comparaison avec les âges moyens dans quelques localités, rassemblés dans le tableau ci-dessous, il ressort que les marins arlésiens vivent entre 5 et 10 ans plus vieux que la plupart de leurs homologues travaillant sur la façade atlantique. Leurs femmes, par contre, ont une longévité moins grande à Arles que dans la majorité des ports de la mer du Nord ou de la Manche et elles ne vivent que deux ans de plus que leurs époux à la fin du XVIIe siècle et au début du suivant, un an seulement à la veille de la Révolution. Les activités des gens de mer à Arles diffèrent profondément de celles des marins des côtes atlantiques, tournés vers les grandes traversées et les pêches lointaines. Les caractéristiques arlésiennes ressortent dans ce domaine aussi : les risques encourus dans le cabotage entre Ligurie et Catalogne sont plus limités que ceux occasionnés par les trajets transocéaniques ; durée plus faible des voyages, relative sécurité, si l’on excepte pirates et corsaires, sont autant de facteurs qui permettent aux marins et pêcheurs arlésiens d’arriver à un âge respectable en fin de vie.

Localités

Périodes

Gens de mer

Épouses des gens des mer

Arles

1670-1699

50,2

52,7

1700-1719

52,0

54,9

1770-1789

53,2

54,2

Dunkerque

1761-1767

36,7

59,2

Boulogne

1738-1749

47,7

62,2

1775-1789

42,3

Audresselles

1750-1770

44,9

43,2

Fécamp

1762-1771

40,0

60,5

Dieppe

1761-1766

50,9

61,5

Tableau 2. Âge moyen au décès des gens de mer et de leurs épouses, fin XVIIe-fin XVIIIe siècle, en années.
A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 268 et pour Arles. AMA, registres de catholicité dont les références figurent en bibliographie

92Toutefois, la moyenne ne tient pas compte des décès qui ont lieu hors de la ville ; elle pourrait alors n’être qu’une estimation haute de l’âge moyen au décès, d’autant plus que les matelots, les plus mobiles dans la population étudiée, décèdent plus jeunes que patrons et pêcheurs. Comme l’illustre l’histogramme ci-dessous, ils meurent, en moyenne, à une quarantaine d’années, avec une embellie au début du XVIIIe siècle puisque cette moyenne atteint 43 ans et demi ; ils décèdent donc entre quinze et dix-sept ans plus tôt que les patrons de barque et environ huit avant les pêcheurs.

93Enfin, on peut remarquer, ici encore, l’attachement particulièrement fort des marins et pêcheurs arlésiens et de leurs femmes aux Grands Augustins, à la fin du XVIIe siècle : globalement, au moment de mourir, 10 % d’entre eux choisissent d’y être ensevelis. C’est pour les pêcheurs que cet attachement est le plus manifeste, puisque 25 % y élisent sépulture ; il est beaucoup plus faible pour les marins du commerce qui ne sont que 5 % à y abriter leur dépouille mortelle. Au siècle suivant, les paroisses gagnent du terrain, au détriment des églises conventuelles, y compris celles des Augustins, reflet probable d’un meilleur encadrement du clergé séculier, peut-être aussi d’une paupérisation de cette population, ou encore d’un changement de mentalité conduisant à une certaine forme de désintérêt pour l’au-delà.

94Les éléments de démographie présentés ici confirment l’ouverture de la population maritime à l’ensemble de la société urbaine ainsi que la limite de celle-ci, limite à laquelle l’étude de la place des gens dans la cité nous a déjà introduits ; en effet, homogamie et endogamie géographique conjuguées montrent que si, dans la population maritime, seulement un peu plus d’un mariage sur trois est homogame, les autres sont conclus avec des voisins des gens de mer à l’intérieur même du quartier maritime.

Histogramme 3. Âge moyen au décès des gens de mer par catégorie, en années.
AMA, registres de catholicité dont les références figurent en bibliographie

  • 45 À Arles, dans le milieu maritime, 20 % des unions sont rompues avant 10 ans de vie commune.

95Le métier, ses impératifs, ses dangers conditionnent une nuptialité, une natalité et une mortalité qui sont propres aux marins et aux pêcheurs. Il a, en outre, une influence sociologique sur la vie des femmes dans cette population : l’absence de leurs maris ou la rupture prématurée de leurs unions45 leur impose une participation active dans les affaires. Femmes ou veuves de marins ou de pêcheurs, elles sont au fait du commerce et il n’est pas rare qu’elles exercent une activité professionnelle.

96Les contours d’une identité sociale dégagés au travers de ces indicateurs, nous nous sommes ensuite interrogée sur l’existence d’autres marqueurs, s’inscrivant en négatif sur les critères de l’ordre établi. Refus et opposition à ce dernier, dans une société qui évolue, sont instructifs, eux aussi, sur des attitudes communes traduisant un sentiment d’appartenance unissant les individus du groupe.

Notes

1 L’apport de migrants n’explique pas cette augmentation car la fréquence des mariages de navigants d’origine étrangère à la ville fléchit au début du XVIIIe siècle mais retrouve à la fin de l’Ancien Régime, son niveau du dernier tiers du siècle précédent.

2 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 740, f° 489v°-493 v°. La marine française est alors engagée dans la guerre de Succession d’Autriche et les rivalités commerciales entre la France et l’Angleterre se manifestent, entre autres, dans les Antilles.

3 Entre 1670 et 1718, la fréquence des conceptions prénuptiales est de 9 %, alors que pour les gens de mer mariés entre 1770 et 1788, elle est de 20 %. Inconnues avant 1710, les reconnaissances d’enfants nés hors mariage se rencontrent dans 1,8 % des mariages entre 1710 et 1719 puis dans 3,8 % dans la décennie qui précède la Révolution.

4 Entre 85 et 90 % des enfants sont baptisés dans les trois jours qui suivent leur naissance dans la période 1680-1719 ; ce pourcentage atteint 98 % dans la décennie 1780-89.

5 S. Beauvalet-Boutouyrie, La démographie de l’époque moderne, Belin, 1999, p. 120, tableau « Âge moyen au premier mariage en France (tous âges) ».

6 Toutefois, dans la période 1770-1789, les moyennes ont été calculées, pour les patrons et les pêcheurs, sur une base d’une trentaine d’individus seulement ; l’amplitude de l’augmentation de l’âge au premier mariage s’en trouve peut-être exagérée.

7 Autour de 26 ans pour les pêcheurs de Dunkerque et de Boulogne, A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 367.

8 Nous avons qualifié d’homogames les unions entre deux individus issus du milieu maritime.

9 A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 370. À Audresselle et Etaples l’homogamie des pêcheurs est de 90 %, à Cayeux, elle atteint 96 %. A. Cabantous, Les citoyens…, op. cit., p. 180 : à Agde entre 1760 et 1790, elle est de 75 % et à Marseille de 1785 à 1794, elle oscille entre 70 et 78 %.

10 S. Beauvalet-Boutouyrie, La démographie…, op. cit., p. 134. Des taux d’endogamie de 70 à 90 % sont relevés dans les études réalisées sur des paroisses rurales. Par contre, « la pratique endogamique est moins forte en ville car la mobilité y est plus grande » ; les taux chutent alors à 50 % ou un peu moins pour des villes comme Lyon, Bordeaux ou Rouen. p. 135.

11 A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 375.

12 À ce propos, A. Cabantous, remarque que sur la façade atlantique, il n’y a pas de net clivage de catégories mais plutôt de lieux : « les matelots de Calais ou de Saint-Valéry-sur-Somme ont des taux d’endogamie géographiques semblables à ceux des pêcheurs » ; par contre à Dunkerque comme au Havre la différence est perceptible, Dix mille marins…, op. cit., p. 376.

13 La contradiction n’est qu’apparente : elle est due à la disparition des 13,54 % de mariages de matelots dont l’origine est inconnue dans la période 1670-1719.

14 ADB du R, 404 E 1085, f° 377 v°. Aux 2 400 livres de dot, augmentée de l’avantage financier que représente la cohabitation des mariés avec François Goubillon, le père de Catherine, répond une donation de Jean, père de Blaise, de 750 livres auxquelles s’ajoutent 6 quirats sur sa barque, estimés à 1 200 livres, et, sous certaines conditions, le commandement de la barque ; en outre, Magdeleine Coste, la mère de Blaise, lui donne une maison dans la paroisse Saint-Laurent.

15 Cette mention se rencontre dans les remariages de veuves, ce qui est bien compréhensible.

16 ADB du R, 403 E 414, f° 197. La séparation, en cas « d’insupport », entre Henri Rebec et les époux prévoit l’octroi par Henri d’une pension de 400 livres par an, montant des intérêts rapportés par les 8 000 livres. La rupture de l’association professionnelle entre père et fils est aussi prévue : dans ce cas, le père versera au couple une rente de 1 000 livres par an, plus 300 livres pour leurs « menus plaisirs ».

17 S. Beauvalet-Boutouyrie, La démographie…, op. cit., p. 130 : « renchaînement d’alliance : union de conjoints appartenant à deux lignées familiales qui se sont déjà alliées et qui entendent renouveler ce lien ».

18 ADB du R, 401 E 314, f° 213 v°.

19 Nous avons relevé 4 paires de mariages croisés, frères-sœurs.

20 Nous avons trouvé 13 doubles mariages de cette sorte pour un total de 925 mariages relevés dans les cinq décennies qui vont de 1670 à 1719. Si aucun n’a échappé à notre recherche, ce qui paraît bien présomptueux, on aboutit à la fréquence de (13x2)/925 = 0,0281, soit environ 2,81 %.

21 Honoré Mauroux, matelot, a 30 ans lorsqu’il épouse Lucrèce Bouteille âgée de 22 ans, fille de sa marâtre.

22 Seuls deux cas sur le corpus de 925 font allusion à une dispense pour affinité au second ou troisième degré, augmentée d’une « compaternité » (parrain et marraine d’un même enfant) pour l’un des couples.

23 ADB du R, 403 E 238, f° 475.

24 ADB du R, 404 E 1069, f° 94.

25 ADB du R, 403 E 414, f° 98, 403 E 414, f° 275 v°.

26 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 739, en date du 02/08/1731 et 5 B 741, f° 276 v°.

27 ADB du R, 405 E 1023, f° 552.

28 ADB du R, 402 E 430, f° 944 v°.

29 L. Henry, Techniques d’analyse en démographie historique, INED, Paris, 1980, tableau 31, p. 47.

30 Sur le graphique ci-dessus, la courbe indicielle du nombre de baptêmes chez les gens de mer passe, au cours de ces années, au dessous de la barre 100, indice de 1670, situation qui n’a jamais lieu dans le demi-siècle 1670-1719 ; en 1782, l’indice n’est plus que de 60.

31 A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 367.

32 A. Cabantous, Le ciel dans la mer…, op. cit., p. 81. A Boulogne les familles de pêcheurs comptent 4,8 personnes contre 3 dans celles de navigateurs et à Dunkerque les chiffres respectifs sont de 5 contre 3,2, en 1750. Les chiffres sont tirés de dénombrements et accusent l’impact de la mortalité infantile.

33 Entre 1670 et 1719, le rapport des naissances aux mariages est de 4,09 chez les pêcheurs et de 4,91 pour les marins ; entre 1770 et 1789, les chiffres respectifs sont de 4,05 et 5,23.

34 On a considéré comme élite urbaine, la noblesse, la bourgeoisie, le milieu du négoce ainsi que le monde des officiers, les professions juridiques et celles de santé.

35 « Serrade » : interdiction de sortie des blés, avec parfois des mesures strictes de surveillance aux embouchures du Rhône.

36 La répartition saisonnière des décès dans la population maritime et son évolution entre le dernier tiers du XVIIe siècle et la fin de l’Ancien Régime sont présentées dans l’histogramme 1 situé en annexe.

37 BMA, ms. 219, Annales de la ville d’Arles, manuscrit de L. Bonnemant, op. cit., 1640, p. 118 v°.

38 E. Fassin, Annales du Collège d’Arles, Arles, 1900, p. 7 et 8.

39 BMA, ms. 227, Mémoires de Louis Pic, 1694-1712. Années 1708 et 1709.

40 ADB du R, 11 B 3, en date du 14/08/1688. En fait, pour se payer, elle a fait saisir les coffres et hardes des deux mariniers. Le tribunal lui en confirme la légitimité.

41 AMA, CC 87, f° 392. Nous avons déjà évoqué le cas de Guillaume Ducrest, porté dans les registres des biens possédés par les habitants de la ville en 1686, sous la mention, « jadis patron de barque, à présent magasinier ».

42 G. Buti indique qu’à Saint-Tropez, les invalides continuent parfois à naviguer au petit cabotage, Activités maritimes et gens de mer…, op. cit., p. 384. J.-S. Bromley, indique que certains rôles d’équipage de navires, sur la façade atlantique, prouvent le large appel qui est fait, à côté des volontaires, aux invalides et aux vieux. « Quelques réflexions sur le fonctionnement des classes maritimes en France », 1689-1713 in Cahiers de Montpellier, vol. 6, p. 11-29.

43 ACA, AA 23, f° 198-199, Mémoires pour les doléances des capitaines des bastiments de mer de cette ville d’Arles, cité par J.-M. Torrandel, Les Arlésiens ont la parole : extraits de cahiers de doléances de 1789, mémoire de maîtrise sous la direction de F. Moreil, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, 2000-2001, annexes, p. 242.

44 AMA, GG 198, avril 1716.

45 À Arles, dans le milieu maritime, 20 % des unions sont rompues avant 10 ans de vie commune.

Table des illustrations

Légende Histogramme 1. Origine socioprofessionnelle des beaux-pères des marins et pêcheurs arlésiens.AMA, actes de mariage issus des registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Histogramme 2. Origine des époux dans les mariages de marins et pêcheurs arlésiens.AMA, actes de mariage issus des registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Graphique 1. Évolution indicielle du nombre de baptêmes chez les gens de mer, dans la population maritime et dans l’ensemble de la population des trois paroisses maritimes, indice 100 en 1670.AMA, actes de baptême issus des registres de catholicité dont les références figurent en bibliographie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6508/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau 1. Rapport naissances/mariages par catégorie de navigants à Arles fin XVIIe-fin XVIIIe siècle.AMA, registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6508/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Histogramme 3. Âge moyen au décès des gens de mer par catégorie, en années.AMA, registres de catholicité dont les références figurent en bibliographie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6508/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540