Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marins d'Arles à l'époque moderne

 | 
Patricia Payn-Echalier

Chapitre 4. La place des gens de mer dans la société arlésienne

Texte intégral

1Afin d’appréhender celle-ci, nous avons interrogé des indicateurs tels que le niveau de fortune et l’implantation urbaine ; ils ont été successivement utilisés pour évaluer la réalité mais aussi, les limites, de l’intégration des milieux maritimes à la société urbaine.

Leur position dans la hiérarchie des fortunes

Marins et pêcheurs comme contribuables

  • 1 AMA, CC 1033. Il s’agit de « la taxe de 8 livres pour raison de 1 000 livres en fonds sur tous les (...)

2L’état des biens possédés par les divers habitants, dressé en 1686, afin d’asseoir une taxe1 pour le remboursement des dettes de la cité, fournit de manière détaillée la fortune foncière des citoyens d’Arles, entre 1686 et 1705.

3Seules 191 personnes issues du milieu du commerce maritime et de la pêche figurent sur ce registre, sur une population d’environ 650 individus ; donc, 29 % d’entre elles, seulement, sont propriétaires d’un bien immeuble, maison ou terre. La valeur moyenne des biens fonciers qu’ils possèdent est de 611 livres ; on note, sans surprise, que les patrons sont les plus fortunés avec 732 livres, viennent ensuite les pêcheurs, 595 livres, puis les matelots, 385. La dispersion des fortunes des patrons autour de la valeur moyenne est importante puisqu’elles s’étalent entre 34 et 4 442 livres ! Si elle est un peu plus faible pour les pêcheurs et les matelots, elle n’en demeure pas moins élevée.

4Les calculs, faits par R. Baehrel, permettent de situer le niveau de fortune du milieu maritime dans la société arlésienne : un total de 3364 possédants dispose de 8 433 441 livres en terres et 2 940 000 livres en propriétés bâties dans la ville. Les 191 marins, pêcheurs, calfats et maîtres d’ache de ce document disposent d’un montant global de fortune de 116 731 livres dont 78 945 en bâti urbain et 37 785 en terres. Ces chiffres montrent l’extrême faiblesse de la représentation des navigants parmi les propriétaires arlésiens et, plus encore de leurs biens : ils sont près de 6 % d’entre eux, mais leurs biens ne valent globalement que 1 % du total. Toutefois, en ville, ils possèdent près de 3 % du capital foncier ; c’est la propriété de la terre qui leur échappe le plus : ils ne détiennent que 0,45 % de sa valeur. Par contre, il n’est pas un seul des propriétaires, aussi modeste soit-il, qui ne possède une terre, presque toujours une vigne. On y voit deux raisons : la première est que l’achat d’un petit lopin de terre est plus accessible à une modeste bourse que celui d’une maison ou même d’une chambre ; la seconde, vient de ce que l’économie de type autarcique pousse les individus à rechercher de la terre à cultiver et si elle dégage un surplus de production négociable, ce n’en est que mieux. Un siècle plus tard, en 1791, la situation s’est légèrement améliorée : pêcheurs et marins représentent 7,8 % des possédants et leurs biens constituent 1,6 % de ceux de la totalité des propriétaires arlésiens. Toutefois, la comparaison entre ces deux dates est hasardeuse car la vente des biens du clergé peut avoir modifié la donne ; marins et pêcheurs en ont probablement profité, mais certainement moins que les paysans qui possèdent alors de près de 15 % de la totalité des biens, au lieu de 5 % en 1686.

5Le document utilisé fait ressortir qu’à la fin du XVIIe siècle, dans la répartition des fortunes, le mode de la série se trouve dans la tranche 100-500 livres ; c’est aussi dans cette fourchette que se situe la médiane. 58 % des gens de mer ont une propriété foncière dont l’évaluation n’atteint pas 500 livres ; le seuil de 1 000 livres n’est dépassé que par un peu plus de 19 % d’entre eux, le maximum étant 4 442. Dans cette estimation globale, marins et pêcheurs se situent un peu au-dessus des paysans, puisque 89 % de ces derniers qui sont propriétaires, ont une fortune qui ne dépasse pas 1 000 livres ; mais l’étendue de la série est beaucoup plus grande pour ce groupe, puisque les valeurs vont de 13 à 26 350 livres. N’apparaissent pas, parmi les patrons aisés, des propriétaires fonciers aussi fortunés que les ménagers arlésiens. Malgré la faiblesse numérique du corpus, on peut préciser qu’un peu plus de la moitié des patrons et des pêcheurs mais quatre cinquièmes des matelots ont moins de500 livres de fortune foncière. À titre de comparaison, on peut citer les 80 874 livres de fortune foncière possédées par le lieutenant de l’Amirauté, Louis Roy, ou les 11 397 livres détenues par le bourgeois Pierre Masset ; par contre, l’éventail des niveaux de richesses foncières des patrons recoupe celui balayé par les marchands, courtiers, menuisiers ou poissonniers.

6Autre source fiscale, la capitation a été utilisée pour déterminer, au milieu du XVIIIe siècle, la hiérarchie interne du milieu maritime et la participation de ce dernier à la contribution de l’ensemble de la cité.

Tableau 1. Hiérarchie fiscale du milieu maritime à Arles d’après la capitation, en 1750.
AMA, CC 105

7Globalement, en 1750, celle-ci est de 4,9 % ; elle est nettement inférieure au poids numérique de cette population dans l’ensemble des imposés puisque les gens de mer représentent environ 7,9 % des chefs de famille arlésiens qui contribuent. Cette contribution peut même être beaucoup plus faible, lorsque, comme entre 1718 et 1721, 139 patrons et matelots, soit près de 60 % de ceux qui sont capités, sont exemptés de paiement par l’intendant. La question du paiement de la capitation par les patrons et matelots fait déjà l’objet, en 1716, de courriers entre le commissaire aux Classes et le ministre de la Marine. On rencontre, sous la plume du commissaire, la phrase suivante :

  • 2 AN, B/3/238, f°397, en date du 19/08/1716, puis f° 412, en date du 04/11/1716, le commissaire revie (...)

Le receveur de la capitation pressant vivement les patrons et matelots de lui payer celles des années 1711,12,13,14 et 15 dont ils sont redevables, j’ai demandé du temps à ce receveur… Comme il est beaucoup dû par le Roi à ces pauvres gens et qu’ils ont toujours été dans l’impuissance de payer leur capitation, on était envisagé de la compenser sur ce qui leur est dû…2

8Il est probable qu’il fut entendu en haut lieu et que l’Intendant se décida, un peu plus tard, à donner des ordres en ce sens.

  • 3 Le rapport des 229 personnes relevées dans le registre de capitation sur total d’environ 700 patron (...)

9Les chiffres qui sont portés dans le tableau ci-dessus, ne concernent qu’environ 33 % des marins et pêcheurs, ainsi, les autres, 67 %, sont incapables d’acquitter la moindre contribution3.

10La hiérarchie est à peu près semblable à celle mise en évidence à partir de la propriété foncière, un demi-siècle plus tôt : les patrons et, plus encore les anciens patrons, sont en haut de l’échelle catégorielle, ils sont suivis par les pêcheurs mais ceux-ci ne distancent que beaucoup plus faiblement matelots et mariniers du commerce. Nobles, bourgeois, officiers, négociants, avocats et médecins fournissent des contributions dont les ordres de grandeur respectifs sont de 70 à 100, de 26 à 30, de 25 à 30, de 18 à 20 et environ 10 livres. Les patrons les plus imposés le sont de manière comparable aux marchands, courtiers et artisans tels boulangers, cabaretiers et chirurgiens. L’écart entre patrons et matelots ou pêcheurs est, ainsi qu’on l’a noté pour les salaires, relativement moins marqué à Arles que dans les grands ports de commerce et de pêche hauturière. Dans de petites embarcations destinées à un cabotage de proximité, les campagnes n’ont pas l’envergure des traversées transocéaniques ni, sauf rares exceptions, des voyages vers le Levant, familiers aux marins de Marseille et d’autres ports de la côte provençale, plus modestes. Patrons et matelots vivent dans une familiarité quotidienne ; voisins, amis ou même parents, leur niveau de vie ne diffère parfois pas beaucoup. Les quelques exemples d’ascension sociale relevés au chapitre précédent, ne doivent pas masquer cette réalité ; si certains parviennent à s’enrichir et à se hisser dans le milieu du négoce ou de la bourgeoisie, leur trajectoire reste exceptionnelle. Malgré cette relative proximité de contribution, la participation fiscale à la capitation des patrons est, proportionnellement, très supérieure à leur effectif : les patrons représentent 10 à 13 % des gens de mer à Arles et acquittent, à eux seuls, près de la moitié (48 %) de la capitation payée par l’ensemble du milieu maritime ; les matelots et les pêcheurs, qui forment respectivement 59 % et 25 % de la population maritime, participent à hauteur de 31 % et 21 %.

11Le tableau 2 met en lumière le resserrement sensible des cotes fiscales en faveur des plus basses : 81 % des marins et pêcheurs arlésiens sont en dessous du seuil de 6 livres en 1750, pour 99 %, trente-huit ans plus tard. Les matelots sont les plus touchés par ce phénomène : pour ainsi dire tous imposés à 3 livres en 1750, ils ne le sont plus que de la moitié à la fin du siècle ; pour les pêcheurs, le glissement vers la cote la plus basse ne touche que les deux tiers d’entre eux, mais, par contre, plus un seul ne paie plus de 5 livres. En 1750, la contribution des patrons était relativement étalée, de 2 à 14 livres, reflétant des niveaux divers au sein de leur groupe ; en 1788, elle est uniformément ramenée à la tranche 3-5 livres.

12La fiscalité fournit un cadre à l’étude des fortunes : niveau au sein de la société urbaine, hiérarchie à l’intérieur du groupe lui-même et évolution sur la période y sont perceptibles. Il reste à déterminer quelle est leur composition. Sa partie la plus apparente, aussi bien dans les sources fiscales que notariales, est foncière.

Tableau 2. Évolution des cotes, payées au titre de la capitation, par les marins d’Arles au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle.
1750, AMA, CC 105 ; 1788, S. Perez, Le Bas Rhône au XVIIIe siècle : métiers et sociétés de la rivière, Thèse de doctorat sous la direction de M. Vovelle, Aix-en-Provence, 1984, tableau p. 39

La propriété foncière des navigants

La terre

  • 4 AMA, CC 25.
  • 5 S. N. Fabarez, Miroir d’une vie au XVIIe siècle. Les livres de raison de Trophime de Mandon, gentil (...)
  • 6 Ibid., le barral correspond à 39,03 litres.

13Le cadastre établi à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles4 permet de quantifier l’importance que revêt la possession de la terre pour le milieu maritime. Le faible 0,45 % de l’estimation de la valeur du terroir d’Arles qu’il détient, représente, en moyenne, pour chacun 2,9 « séterées », soit une superficie comprise entre 0,5 et 0,7 hectare5. La possession d’une vigne est largement prioritaire car ces 2,9 « séterées » se partagent en 2,1 pour la vigne et 0,8 pour la terre. La consommation de vin croît au cours de la période et, des villes, gagne les campagnes ; à la veille de la Révolution, elle serait à Paris d’environ 100 litres par personne et par an. L’importance de la vigne pour marins et pêcheurs se comprend étant donné la nécessité, pour eux, de nourrir et d’abreuver leur équipage de matelots ou leur « chiourme » de pêcheurs. Entre 1698 et 1700, le vin local se vend entre 60 et 70 sous le « barral »6 ; la production de ce vin assure aux patrons un approvisionnement fiable et à moindre coût et la vente du surplus, s’il y a, constitue un revenu supplémentaire. Ajoutons que ces vignes sont souvent complantées d’oliviers dont la récolte fournit aussi olives et huile, utilisables aux mêmes fins. Les livres de comptes de voyages d’allèges de la seconde moitié du XVIIIe siècle, confirment l’importance de ces deux postes : la dépense en vin vient juste après celle en blé et on peut estimer qu’un homme en consomme à peu près 58 litres par voyage ; l’huile figure dans tous les comptes après la dépense pour le poisson, sa consommation par personne et par campagne est d’environ 4 litres.

14Cependant, la mise en culture des terres requiert une présence qui est peu compatible avec le rythme de vie des marins. Les pêcheurs arlésiens, qui s’éloignent peu et moins longtemps que les autres, sont plus aptes à concilier les activités agricoles et halieutiques. Il semble, en effet, qu’ils sont détenteurs d’une plus grande superficie de terres que les autres catégories de gens de mer : les 29 pêcheurs relevés sont, en moyenne, au début du XVIIIe siècle, propriétaires de 4,3 « séterées », des vignes surtout, soit près d’une fois et demi plus que les patrons et matelots.

15Les registres de notaires confirment, par le nombre de transactions relatives aux terres, leur rôle dans le milieu maritime : marins et pêcheurs s’intéressent davantage à la vigne qu’aux autres cultures, l’olivier excepté. La dévalorisation progressive de la vigne par rapport aux terres cultivables du XVIe au XVIIIe siècle peut expliquer aussi que ces hommes, aux moyens modestes, puissent accéder davantage à la propriété des vignes qu’à celle d’autres terres.

16Si toutes les vignes et terres n’ont pu être situées avec précision, on peut, toutefois, noter leur répartition spatiale globale : la moitié des vignes possédées par les marins et les pêcheurs sont situées en Camargue, un tiers en Crau et les autres le sont au Plan du Bourg et au Trébon. Les terres utilisées pour d’autres cultures, pré, luzerne, blé, oliviers, sont majoritairement en Crau et, dans une plus faible mesure, en Camargue. Les précisions fournies sur la situation du bien immobilier montrent, comme on pouvait s’y attendre pour des raisons matérielles d’acheminement, que ces terres sont dans un faible rayon autour d’Arles ; les références données pour leur localisation le sont par rapport aux mas qui émaillaient la campagne arlésienne, tout comme ils le font encore actuellement.

17À la frontière entre bâti et terres se trouvent justement ces mas dont la possession est révélatrice d’un certain niveau de fortune. Ils sont essentiellement aux mains de la noblesse, de la bourgeoisie et du négoce. Leur importance est très variable : Joseph-Raymond Roy, lieutenant de l’Amirauté à la suite de son père et de son grand père, possède un « mas et tennement en Camargue », évalué à 37 600 livres ; situé à proximité de celui-ci, le mas d’Honoré Gros de Boussicaud en vaut 12 012 alors que celui de Fielouse, dont le propriétaire est noble Charles Gros-Boussicaud, est porté au cadastre pour la somme de 46 187 livres. Fort peu de mas appartiennent à des marins, nous n’en n’avons rencontré que trois exemples.

18On a noté l’importance accordée à la possession d’un lopin de terre puisque tous les marins et pêcheurs qui sont propriétaires fonciers en ont au moins un, alors que ce n’est pas le cas pour le bâti urbain. Cependant, en moyenne, la valeur de ce dernier représente une grande partie de leur patrimoine : 60 % environ pour les patrons et matelots, 30 % seulement pour les pêcheurs. Si les terres détenues sont de faible superficie et de modeste valeur, les maisons représentent un investissement plus lourd qui n’est accessible qu’aux plus aisés.

Le bâti urbain

19Il est essentiellement composé de maisons et de parties de maisons, souvent la moitié. Cour, écurie, magasin et simple chambre forment le reste.

  • 7 A. Collomp, La maison du père…, op. cit., p. 70.

20À la fin du XVIIe siècle, seuls 29 % des chefs de famille de la population maritime figurent parmi les propriétaires ; or le quart d’entre eux ne possède ni maison ni même une partie de maison, ce qui nous conduit à évaluer à 22 % la fraction des familles propriétaires d’un toit ; toit qui couvre une maison entière pour 61 % de ces foyers et, dans les autres cas, une partie de maison seulement. Les donations à l’occasion de mariages, les successions et les partages qui en résultent ont pour effet de fractionner les maisons, dans la majorité des cas par moitié, mais on rencontre aussi des pièces, ou membres, qui ont échu de cette manière à l’un ou à l’autre. Ainsi, Michelle Hermitte possède-t-elle un membre bas dans la maison de son père, patron de Trinquetaille ; Gaspard Peirot a hérité d’un quart d’écurie et de trois membres bas dans des maisons situées dans diverses paroisses. Le partage de la maison paternelle, résultant de la cohabitation ou des règles de partage du patrimoine adoptées, se fait le plus souvent verticalement, division facilitée par la présence d’un escalier intérieur central desservant les pièces situées aux étages. La description, lors des achats ou ventes, est sans équivoque : en 1582, un fils de pêcheur achète une partie de maison, haut et bas ; le marinier Gilles Guichard achète puis revend un membre bas et un haut ; en 1748, deux chambres l’une au dessus de l’autre constituent la partie de maison que le patron Pierre Arnaud achète et, dans un autre acte, celle que le matelot Joseph Marchon vend. A. Collomp signale, aussi, cette manière de diviser les maisons à Saint-André-les-Alpes, à la même époque, soulignant son aspect de révélateur socio-économique : « les maisons les plus exiguës, les plus entassées, sont habitées par les familles les plus pauvres »7.

21La moitié des contribuables est propriétaire d’une unique maison dont la valeur moyenne est 448 livres 15 sols 10 deniers. Quelques autres, 11,5 % de l’ensemble, sont à la tête d’un parc immobilier urbain plus conséquent : deux, trois, jusqu’à cinq maisons pour le patron Raymond Fournier ; ceux-là ne possèdent que peu de parties de maisons, ce type de bien foncier appartient davantage aux plus modestes des propriétaires.

  • 8 Le tableau 13, en annexe, rassemble les chiffres obtenus.

22La valeur moyenne du bâti urbain possédé par les marins et pêcheurs arlésiens rend bien évidemment compte de la hiérarchie des fortunes que les sources fiscales, dans leur globalité, ont révélées : 513 livres pour les patrons, 345 pour les pêcheurs et 273 pour les matelots et mariniers. La diversité des montants des biens immobiliers est gommée par le calcul d’une valeur moyenne, aussi a-t-on considéré la valeur moyenne du bâti urbain, possédé par les différentes catégories de marins, en introduisant le critère supplémentaire du nombre de maisons entrant dans la composition du patrimoine8. Pour ceux qui ne sont propriétaires d’aucune maison, le bâti urbain est composé de parties de maisons dont ils partagent la propriété avec un parent ou un cohéritier. Ces biens immobiliers indivis ont un rôle un peu plus important chez les matelots et pêcheurs que chez les patrons. Parmi ces propriétaires modestes, les différences entre les catégories sont relativement faibles. Par contre, dans l’ensemble des propriétaires, un clivage se fait parmi les patrons : il y a d’une part, la majorité d’entre eux (57 sur 69) qui se distinguent peu, en terme de biens immobiliers urbains, de l’ensemble des hommes d’équipage et des pêcheurs et d’autre part, un petit noyau (12 sur 69) qui se démarque par un niveau nettement plus élevé de richesse.

23La répartition spatiale de ce bâti urbain, illustrée par l’histogramme 1, montre une implantation essentiellement centrée sur les paroisses Saint-Laurent, Sainte-Croix et, dans une plus faible mesure, Saint-Pierre ; en dehors d’elles existent des pôles secondaires comme La Major, au cœur d’un quartier populaire très peuplé, comptant nombre de travailleurs de la terre et Saint-Martin dont l’église, située dans la zone la plus animée du port, est le siège de la confrérie Saint-Nicolas des patrons de barque.

  • 9 Ils ne détiennent aucun bien-fonds dans la petite paroisse Saint-Lucien.

24L’étude de la répartition géographique des propriétés urbaines par catégories de marins montre que celles des pêcheurs sont majoritairement situées à Sainte-Croix ; ils en ont quelques-unes à Saint-Laurent et à La Major, mais ils ne possèdent aucune maison, ni même partie de maison sur la rive gauche du fleuve, à Trinquetaille. C’est aussi le cas des matelots : lorsqu’ils possèdent un bien-fonds urbain, celui-ci se trouve dans les paroisses Saint-Laurent et Sainte-Croix et, dans une moindre mesure, à La Major dans laquelle les Arènes forment une enclave ; les parts de maisons qu’ils détiennent sont plus dispersées dans la ville. Les patrons sont propriétaires de bâtisses dans les deux paroisses Saint-Laurent et Saint-Pierre ; Sainte-Croix ne constitue pour eux qu’un pôle secondaire d’investissement, au même titre que La Major ; par ailleurs, leurs propriétés plus nombreuses que celles des matelots et des pêcheurs, et davantage disséminées dans la cité, se répartissent entre sept des huit paroisses urbaines9.

Histogramme 1. Répartition spatiale du bâti urbain possédé par la population maritime arlésienne à la fin du XVIIe siècle.
AMA, CC 87

25Pour compléter l’éclairage sur la délicate question du niveau de richesse, nous avons fait appel à une source d’une toute autre nature puisqu’il s’agit des inventaires après décès.

Les fortunes d’après les inventaires après décès

Le montant global de la fortune10 des gens de mer

  • 10 Par le terme fortune, il faut entendre ici l’évaluation globale des biens se trouvant dans l’habita (...)

26Dans les registres de la Sénéchaussée d’Arles se trouvent cinquante inventaires après décès de représentants de la population maritime entre 1715 et 1768. Le faible nombre ne permet pas de faire de calculs statistiques, aussi l’exposé qui suit, est-il essentiellement descriptif.

  • 11 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 739 non folioté, en date du 28/02/1730, 5B 738, f° 95 v°.

27L’intérêt du document, outre la multitude d’informations qu’il livre sur le quotidien des hommes, réside, d’une part dans le fait qu’il n’exclut aucun individu en fonction d’un critère de fortune comme le font les sources fiscales et d’autre part, qu’il couvre à peu près tout le XVIIIe siècle, permettant une comparaison avec l’état des biens de 1686 utilisé plus haut. Cependant, il est illusoire de considérer que les inventaires après décès donnent une image rigoureusement exacte de la réalité. En effet, le coût relativement élevé des frais occasionnés par un tel acte est dissuasif dans les milieux modestes. D. Roche indique qu’à Paris il correspond au salaire de plus de 20 journées de travail. La réticence devant l’inventaire est très apparente dans les préambules qui exposent les raisons qui ont conduit à le faire dresser. Pour l’héritier universel, c’est l’existence de potentiels créanciers du défunt qui le pousse à faire l’inventaire lorsqu’il « a tout lieu de craindre que son héritage lui soit onéreux plutôt que profitable »11. En cas de décès ab intestat, la veuve protège de cette façon ses intérêts en se présentant comme créancière de la succession pour sa dot et ses avantages nuptiaux. L’inventaire, vu son coût, est davantage un acte de riches, tout au moins de personnes aisées ; les patrons de barque sont effectivement les plus représentés dans cette source : ils sont 23 sur l’ensemble des 50 navigants (ou veuves de navigants) dont l’inventaire des biens est dressé au cours du XVIIIe siècle.

28La source n’est pas non plus homogène dans le temps : la peste de 1721 introduit une disparité dans la répartition des actes car un inventaire sur trois est dressé pendant la contagion entre 1721 et 1722.

  • 12 Ils se trouvent dans le texte intégral de la thèse dans les tableaux 15 et 16, annexe IV.

29Malgré la faiblesse du corpus, nous avons tenté quelques calculs de moyennes qui ne peuvent donner qu’un ordre de grandeur12. Ils permettent, toutefois, de conforter ce que les sources fiscales nous ont appris c’est-à-dire que les patrons et les patrons pêcheurs sont les plus fortunés, devançant très nettement matelots et mariniers. Ce qui ressort surtout des chiffres, ce sont les différences des niveaux de fortune dans les catégories les plus élevées de la hiérarchie professionnelle, et ce, plus encore, dans la période allant de 1730 à 1768. On note, alors, l’apparition de fortunes importantes comme celle du patron Mathieu Guinchet, 15 900 livres, mais aussi celles de patrons pêcheurs qui, pour plus modestes qu’elles sont, n’en sont pas moins notables par rapport au niveau de la majorité : 3 090 livres pour Antoine André et 5 900 livres pour Simon Saladin. Ces trois occurrences modifient fortement les valeurs moyennes puisque le calcul est fait sur un modeste échantillon. La hiérarchie interne du milieu maritime qui apparaît dans ces actes entre 1715 et 1729 et qui peut être considérée comme la plus réaliste, étant donné le contexte particulier de la période, montre que la fortune d’un patron et celle d’un patron pêcheur sont respectivement voisines de trois et deux fois celle d’un matelot. Après 1730, un patron de barque peut aussi bien ne rien posséder en propre et être à la limite de la misère que très riche ; les trois seules occurrences relatives aux patrons pêcheurs suggèrent, pour ces derniers, un schéma voisin : paupérisation d’une partie et enrichissement notable de quelques-uns.

  • 13 Elle se trouve dans le tableau 14, en annexe.
  • 14 D. Roche, Le peuple de Paris, Aubier, 1981, p. 59.

30La répartition modale des fortunes13 figurant dans les inventaires montre aussi la faiblesse de celles-ci : plus de la moitié des biens inventoriés se montent à moins de 200 livres, les quatre cinquièmes à moins de 500 livres et cette répartition prévaut aussi dans la catégorie des patrons. Les deux tiers des matelots ont une fortune estimée à moins de 100 livres. Il est indéniable cependant qu’il existe à Arles des patrons et capitaines fortunés dont les activités les mettent en situation de faire partie de la bourgeoisie marchande, mais il s’agit d’un petit noyau que ne représente peut-être pas à son juste niveau le type de source étudié dans ce paragraphe. En effet, la comparaison des niveaux de fortune tentée ci-dessus n’est que le reflet du document qui, comme le souligne D. Roche, « accuse les traits de l’âge » puisqu’il est fait à une période de la vie où, soit la réussite matérielle est manifeste, soit, au contraire, les difficultés se sont accumulées, difficultés encore accrues par la maladie et la mort et ainsi, il « accuse les contrastes donnant une idée sans doute fausse de l’échelle des fortunes »14.

La composition des fortunes

31Les inventaires relevés ne permettent pas d’établir un niveau de valeur pour chaque poste considéré puisque l’évaluation des biens est globale à la fin de l’acte et, fréquemment, faite par celui qui en est dépositaire. On a donc choisi d’étudier le contenu des actes en relevant, selon leur type, l’importance et les caractéristiques des biens par niveau de fortune.

Les biens fonciers

32Chez les plus défavorisés dont la fortune est évaluée à moins de 100 livres, aucun des inventaires ne fait allusion à un individu sans domicile. Un seul est propriétaire de la partie de maison qu’il habite, elle consiste en une simple chambre ; les autres, lorsque l’information est connue, sont logés dans la famille ou locataires.

  • 15 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 745 f° 117, Blaise Boulouard, avoir nul et 5 B 736 f° 341 v° (...)

33Le logement au sein du groupe familial peut prendre plusieurs formes : entrés comme gendres, les patrons Jacques Bouchet et Blaise Boulouard cohabitent avec leur beau-père, cette situation explique en partie la modestie de leur avoir alors que le premier a épousé la fille du marchand Trophime Gabriel et que le second, est un « fils de famille »15 ; cohabitation aussi pour Jean Faure, patron pêcheur, mais avec sa mère, veuve, qui est propriétaire de la maison. Pour un autre, la maison qui l’abrite fait partie de la dot de sa femme ; dans sa maison dotale, Jeanne Quenin, veuve du patron Vincent Dumas qui vit avec son fils, héritier du père, n’habite qu’une pièce à sa mort en 1731. La veuve du matelot Jean Manne doit aux bontés de son père, qui l’a recueillie avec son fils en bas âge, au décès de son époux, d’avoir un toit. Enfin, la location d’un domicile peut aussi être affaire de famille : tel est le cas de Jean Arnaud qui est locataire d’une maison appartenant à son beau-frère.

34Même si la maison ne constitue pas un bien, tant s’en faut, pour les modestes marins et pêcheurs de ce groupe, on peut se faire une idée, grâce aux inventaires, de l’organisation de l’espace dans lequel ils demeurent. Ces maisons sont toute en hauteur ; un rez-de-chaussée surmonté d’un ou deux étages. Elles ont en moyenne un peu moins de trois pièces. Sur les exemples dont nous disposons, trois ont trois étages, une pièce par niveau ; deux n’ont que deux pièces, l’une au dessus de l’autre ; une seule compte trois pièces de plain-pied et trois veuves ne disposent que d’une seule pièce. S’y ajoutent de fréquents cabinets, recoins ou bouges, utilisés pour ranger ou entreposer du matériel ou des objets. La pièce servant de cuisine est toujours précisée, elle est en général au rez-de-chaussée en entrant. Autre espace spécifique de ces habitations, la cave est pour ainsi dire omniprésente.

35Les plus pauvres, qu’ils soient patrons, matelots, pêcheurs ou patrons pêcheurs, tout comme ils ne sont pas propriétaires de leur domicile, ne possèdent pas davantage, ces terres et ces vignes dont on a vu l’importance dans l’économie domestique et même professionnelle.

36Sur la modeste cinquantaine d’inventaires dont nous disposons, 22 concernent des matelots, patrons, pêcheurs ou leurs veuves dont la fortune appartient à l’intervalle [100 ; 500] la valeur moyenne et le mode de cette série sont respectivement 195 et 200 livres.

37Rares sont aussi, dans cette tranche de fortune, ceux qui sont propriétaires de leur habitation, la location et le logement dans la famille sont encore très fréquents. On peut remarquer, pour cette classe, comme pour la précédente, la corrélation qui semble ressortir, entre le montant de la fortune et le mode d’acquisition du logement : on passe de la location au logement chez un parent puis à la possession de sa maison au fur et à mesure que les moyens financiers augmentent.

  • 16 Désignée par la jolie expression de « ciel ouvert ».

38Si le nombre de pièces n’est que très légèrement supérieur à celui des maisons étudiées précédemment, 3,5 en moyenne, leur répartition en hauteur est comparable. Six maisons ont quatre, cinq ou six pièces ; toutes sont habitées par des patrons de barque, à la seule exception de celle qui figure dans l’inventaire du matelot Jean Clair ; cependant, comme il cohabite avec son beau-père, le patron de barque Jean Legier, l’espace décrit est celui de la maison de ce dernier. Marinier, matelot, veuves, patrons pêcheurs, à ce niveau de fortune, ne disposent que de deux ou trois pièces. La jouissance d’une cave est encore plus répandue et l’usage du cellier se fait plus fréquent. L’élargissement de l’espace disponible se mesure aussi à la présence d’une cour16. Cinq inventaires signalent l’existence d’un puits, soit directement, dans la description des lieux, soit par l’intermédiaire de celle des ustensiles de ménage. La position du puits n’est pas toujours indiquée ; un est signalé dans le « ciel ouvert », un autre dans la cuisine et on peut envisager, pour les autres occurrences, une situation semblable ou, comme nous l’avons vu dans des maisons du quartier, dans un coin de la cave.

39À ce niveau de fortune, modeste mais un peu plus étoffé que le précédent, il arrive, bien que fort rarement, qu’on soit propriétaire de vignes et/ou d’une partie de maison, qu’on n’habite pas, peut-être parce qu’elle est située dans une paroisse éloignée du quartier de la Roquette où se concentre la population maritime.

40Il n’y a que 5 inventaires dont l’évaluation des biens, appartenant à l’intervalle [500 ; 1000], traduit une aisance relative. Dans l’un d’entre eux, les 500 livres constituent une valeur basse car n’y sont pas compris les bijoux, l’argenterie et la vaisselle qui ont été, par sécurité, pendant l’épidémie de peste, déposés à l’hôtel de ville. Aucun n’habite chez un parent ; le moins fortuné des cinq, le patron pêcheur Jean Feraud, est locataire, deux sont propriétaires. Il est tentant d’émettre l’hypothèse que les deux individus, pour lesquels l’information ne ressort pas clairement du document, sont aussi propriétaires de leur domicile ; en effet, parmi les quelques papiers laissés par le patron de barque Pierre Clemens à son décès, la plupart sont au nom de Reynaud Clemens, travailleur, dont un extrait de son testament, deux d’actes d’achats de maisons et une quittance pour l’achat de l’une d’entre elles ; de là à penser que Pierre est héritier de Reynaud, il n’y a qu’un pas ! C’est peut-être aussi à ce titre, qu’il est propriétaire d’une vigne en Camargue. Le cas d’Antoine Dourlan est différent : marinier, sa fortune se monte à 780 livres ; il vivait avec une sœur veuve, décédée un peu avant lui, dans une maison de huit pièces dont deux étaient occupées par des locataires. Il est possible que la maison ait constitué, entre frère et sœur, un héritage indivis.

41Seuls quatre patrons se trouvent dans le groupe des plus riches dont la fortune dépasse 1 000 livres, deux à la pêche, deux au commerce ; ils sont crédités respectivement de 3 090 et 5 900 livres pour les premiers, et de 1 900 et 15 900 livres pour les seconds.

42Ils sont, bien entendu, propriétaires de leur maison ; Mathieu Guinchet, le plus fortuné de tous, en occupe une de cinq pièces sur deux étages et s’est réservé l’utilisation de la cave de la maison attenante dont il est aussi propriétaire. Simon Saladin, riche patron pêcheur, possède aussi deux maisons mitoyennes, il en habite une, plus une partie de l’autre, ayant ainsi à sa disposition huit pièces, sur deux niveaux. Antoine André habite une maison de neuf pièces sur trois étages et possède, en outre, une écurie, un grenier à foin et un cellier dans une rue voisine. Celle du quatrième personnage n’a que quatre pièces sur deux niveaux. Toutes ont des dépendances, cellier, cave, cour, de nombreux recoins sur et sous les escaliers, et des cabinets attenant à quelques-unes des chambres. On comprend la recherche de place qui se perçoit dans les agencements de ces maisons lorsqu’on prend connaissance du matériel professionnel et des outils qui y sont entassés, éparpillés dans presque toutes les pièces.

  • 17 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 740, f° 11.
  • 18 J. L. Abbé, B. Brunel, J.-C. Helas, M. C. Marandet, A. Serpentini, Les anciennes mesures locales du (...)

43L’inventaire de Saladin, particulièrement riche en instruments et objets divers servant à la fabrication du vin, ne met pas en évidence la possession par ce dernier de vignes ni de terres mais on apprend que sa femme s’est réservée « les vignes dans son contrat de mariage comme biens paraphernaux »17 et qu’une partie du vin trouvé en provient. Le patron pêcheur Antoine André, comme le patron de barque Guinchet, sont propriétaires, le premier de quatre vignes et de cinq terres et le second de deux terres et de quatre vignes. La superficie que ce dernier possède est de 11 « séterées » et demi, soit un peu plus de deux hectares18.

Valeurs mobilières, dettes et créances, argent et bijoux

44Découvertes grâce à l’inventaire des papiers laissés par le défunt, elles renseignent sur la fragilité économique, s’agissant de dettes, et sur la sensibilité au capitalisme commercial et l’importance des affaires brassées, s’agissant de créances et d’investissements.

45Chez les plus démunis, dont la fortune est inférieure à 100 livres, les inventaires mentionnent l’existence de dettes, d’objets engagés pour survivre et parlent de misère.

46Il n’y est fort peu question d’investissements et de créances : le patron Jean Faure est associé à son frère, Maurice, dans la pêche qu’il pratique dans l’un des nombreux étangs du territoire arlésien, celui du Sauze, ce qui présuppose qu’ils en sont rentiers, toutefois, il n’y en a aucune trace écrite. Mort à la pêche dans un étang, on peut présumer que le patron pêcheur Jean Barjavel en est locataire, mais, là non plus, l’inventaire ne contient aucun papier. Seul, le patron de barque Antoine Benoît en détient ; ce sont quelques comptes de ses voyages.

47L’argent laissé par le défunt, lorsqu’il est mentionné, a été utilisé pour payer une partie des dettes : Jacques Bouchet a laissé 5 livres à sa mort, mais sa veuve a dû en emprunter 100, à deux reprises, pour couvrir les frais de testament et d’obsèques. Les 10 à 12 écus de la succession d’Honoré Arnaud sont très largement insuffisants pour régler les dettes qu’il a laissées et sa veuve est obligée de vendre du linge et des vêtements. Le reliquat du salaire du matelot Jean Manne ne suffit pas pour faire face aux dépenses occasionnées par sa longue maladie. La mise en gages d’effets permet de faire taire les créanciers les plus pressés ; famille, voisins mais, aussi le Mont de Piété, sont mis à contribution.

48D’argenterie et de bijoux, fort peu aussi ; toutefois, quatre inventaires, mentionnent quelques objets de valeur : en argent, une paire de boucle transmise du père, pêcheur, à son jeune fils, un jouet en ce même métal, avec sept grelots pour les enfants du patron pêcheur Jean Barjavel. Plus surprenante est, à ce niveau de fortune, la présence de bijoux en or : une croix et son « coulas » en or, dans un inventaire, et deux bagues, l’une dite nuptiale et l’autre ornée de pierres, dans un autre.

49Dans la tranche de fortune située entre 100 et 500 livres, si quelques inventaires parlent encore des difficultés et de l’endettement occasionnés par la maladie ou la mort, comme ceux de François Dumas, Philippe Giraud et Antoine Nicolas, ils sont nettement moins nombreux et parfois le ton sonne moins juste. Les conditions dans lesquelles ils sont dressés, laissent planer un doute sur la bonne foi de certains : Claude Giraud, dont l’agressivité contre sa sœur éclate, exagère peut-être lorsqu’il invoque les dettes que les obsèques de sa mère ont occasionnées ; l’allège de la succession d’Antoine Nicolas, qualifiée de vieille par la veuve n’a, en fait, que 8 ans. Un seul paraît très endetté : le montant de ses dettes passives est de 768 livres. Il s’agit probablement d’obligations passées dans le cadre de ses activités professionnelles et sa situation n’est certainement pas brillante puisque sa veuve a été obligée de mettre ses bijoux en gages au Mont de Piété pour un montant de 318 livres.

50D’autres signes montrent, par contre, une moins grande fragilité économique. Les parts d’armement détenues par les patrons de barque sur leurs navires ne sont que rarement portées dans l’inventaire. Cependant, lorsque la veuve de Pierre Baudet indique qu’il est mort de la contagion en 1721, sur sa barque sur le fleuve et que l’inventaire ne mentionne aucun quirat, on peut penser qu’il est lacunaire ; en effet, le registre de déclarations des bâtiments à l’Amirauté, indique un patron Pierre Baudet propriétaire d’une tartane en 1712 ; s’agit-il du même ? Pour s’en tenir aux simples informations contenues dans les prisées des notaires, on trouve huit occurrences de bateaux : trois sont relatives à de petites embarcations de faible valeur, une cinquantaine de livres. Dans les autres cas, il s’agit des barques de commerce commandées par les patrons défunts comme l’allège de 80 tonneaux de Paul Nard, au cœur des préoccupations des héritiers qui soupçonnent la veuve d’être de connivence avec le patron qui a succédé à son mari pour détourner les nolis provenant de son exploitation, ou celle déclarée hors d’usage par la veuve de Blaise Boulouard et qui disparaît de l’inventaire par ce biais.

51Bien peu d’individus, à ce niveau de fortune, peuvent se permettre de diversifier le placement de leurs capitaux. Lorsqu’ils sont propriétaires d’au moins une partie de leur instrument de travail, les profits dégagés, s’ils assurent leur entretien, ne sont pas suffisants pour acheter des parts sur d’autres bâtiments. Le seul cas rencontré est celui de Jean Moulin, patron pêcheur, qui ajoute à ses activités dans les étangs qu’il arrente, d’autres types d’investissements, tels l’achat de deux quirats sur la barque d’un patron du commerce et une activité de prêteur sur gages.

52Dans ce groupe, quelques billets à ordre se trouvent parmi les papiers inventoriés, signe de la familiarité d’un petit nombre avec les instruments commerciaux du crédit. Le même Jean Moulin, en est bénéficiaire de deux, l’un de 600 livres et l’autre de 10 livres. Lucrèce, fille du marchand Trophime Gabriel, veuve du patron de barque Jacques Bouchet, connaît elle aussi les usages du négoce : son inventaire après décès montre l’existence de trois billets en sa faveur.

53Il n’est pas exceptionnel non plus que le défunt laisse une somme en numéraire : Anne Galissianne, veuve du patron Aubenas, comme Jean Roubion, remettent, peu avant leur mort, respectivement 240 et 110 livres à des personnes fiables, la ville n’étant pas sûre pendant l’épidémie qui les emporte. Dans les biens de la même Lucrèce Gabriel, ce sont 11 billets de banque de 10 livres pièce qui sont inventoriés. Cinq autres occurrences montrent des sommes d’argent allant de 4 à 84 livres.

  • 19 L’orthographe variable du mot, parfois ceint, parfois, seing, n’a pas permis de trancher entre élém (...)

54À ce niveau de fortune, un inventaire sur trois mentionne, à côté d’objets en argent, des bijoux en or. En argent, ce sont crochets avec attaches, « ceint »19, clavier, boucles de chaussures, épingles, quelques jouets ou même un bracelet pour enfant, mais aucun élément de vaisselle. En pendentif, la croix de Malte et son « coulas » se rencontrent aussi bien en argent qu’en or, elle peut aussi être montée sur une bague. Ce type d’ornementation est une constante ; les Arlésiennes y restent attachées aujourd’hui puisqu’on la retrouve dans le costume traditionnel qu’elles portent encore à l’occasion des fêtes folkloriques ; cette fidélité résulte très probablement de l’implantation séculaire à Arles des chevaliers de Malte qui possèdent de grands domaines en Camargue et ont leur Grand Prieuré dans la ville. Les bijoux en or, dont le poids ne dépasse guère 6 à 7 deniers, sont essentiellement des bagues, deux en général, rarement trois, souvent qualifiées de rondes ou de cercles, parfois ornées de pierres, brillant ou turquoise. Le niveau de fortune, à l’intérieur de la tranche considérée, pas plus que la fonction exercée, ne sont des critères pour la détention de ces biens, ce qui s’explique par la nature du corpus : en effet, ces bijoux sont découverts dans les inventaires après décès de veuves ou de veufs ; ce sont donc les « bagues et joyaux » mentionnés en une formule générale dans les contrats de mariage, biens propres de la femme et qui, lorsque les deux conjoints décèdent simultanément ou presque, comme c’est le cas pendant la peste, pour Jean Moulin et Joseph Henry, font partie de la succession qui échoit aux orphelins. Quant à la veuve de Paul Nard, ses bijoux sont mentionnés car elle déclare les avoir engagés au Mont de Piété pour faire face à la maladie de son mari. La similitude des objets est due, non pas tant au niveau de fortune du chef de famille, qu’à la nature de ceux que le beau-père a fournis à sa fille à l’occasion de son mariage.

55Dans la tranche de fortune de 500 à 1 000 livres, Jean Feraud, rentier de l’étang de Leysselle, proche de la mer, est associé, à part égale, pour son exploitation, au patron pêcheur Étienne Tardieu. L’inventaire détaillé et chiffré du matériel et de la cabane qu’ils possèdent en commun, se monte à 770 livres ; la fortune de Feraud est évaluée à 500 livres, dont 385 livres représentent la valeur de ses effets professionnels. L’aisance est donc toute relative, très dépendante de l’activité de pêche. C’est aussi la pêche qui permet à Jean Bernard de laisser un orphelin non totalement dépourvu. Il arrente l’étang de Pelugue, situé entre Pont de Crau et Montmajour, où il pêche des anguilles ; par ailleurs, parmi le matériel inventorié se trouvent des filets de pêche en mer ; il semble donc qu’il exerce son activité dans les deux milieux, selon les saisons et les types de poissons recherchés. Comme le premier, c’est l’activité professionnelle qui lui permet d’atteindre un niveau de fortune de 500 livres.

56C’est aussi autour de son activité de marin que s’est construit le pécule du patron André Fabre ; propriétaire d’un pinque, nommé Saint-André, il possède, de plus, 12 quirats sur la barque de son neveu Antoine. Les biens liés à sa profession participent aux 560 livres qui font la fortune de Pierre Clemens ; intéressé à sa barque puisqu’il en possédait huit quirats, il était aussi propriétaire d’une barquette qu’il a vendue pour 550 livres peu avant sa mort. Aisance relative aussi pour ce patron, car sa veuve est obligée d’emprunter de l’argent à sa mère, non seulement pour faire cultiver ses vignes, mais aussi pour se faire faire un habit de deuil.

57Le marinier Antoine Dourlan semble se trouver dans cette catégorie de manière fortuite ; les papiers qui se trouvent dans sa succession concernent davantage sa sœur Catherine et son beau-frère, tous deux défunts, que lui. La somme de 780 livres à laquelle se monte l’évaluation des biens de sa succession, leur doit au moins 400 livres. Rien ne ressort, dans l’inventaire, des activités d’Antoine ; il paraît plus riche de l’héritage des biens de sa sœur ou de l’indivision dans laquelle ils étaient peut-être, que de ses propres affaires.

58Il ne se dégage de ces quelques exemples que bien peu de choses les différenciant des individus dont la fortune est un peu plus faible. Il n’y a pas, à ce niveau, non plus, de capitalistes : le travail permet une modeste aisance, que le quotidien absorbe ; il n’autorise pas ou peu d’investissement hors du cadre de l’exercice de la profession. Les signes extérieurs de richesse sont inexistants : en dessous du seuil de 1 000 livres, les seuls bijoux détenus, lorsque toutefois il y en a, sont ceux que la femme a apportés en dot ; ils ont même parfois disparu, aspirés par les difficultés financières qui conduisent l’époux à vendre les biens de sa femme ou, engagés par cette dernière dans les situations de détresse. La stricte nécessité du quotidien fait loi ; il n’y a en aucun cas possibilité d’accumulation de biens.

59Lorsque le seuil de 1 000 livres est dépassé, les inventaires dévoilent la présence de numéraire : 2 400 et 1 500 livres environ entre les mains des héritiers respectifs des patrons pêcheurs Simon Saladin et Antoine André ; 646 livres pour ceux du patron de barque Pierre Brun.

60Ce qui paraît séparer les patrons à la pêche des patrons du commerce, à ce niveau, à travers les rares exemples dont nous disposons, c’est l’utilisation des instruments financiers : obligation, lettre de change, société de capitaux ne semblent pas faire partie des pratiques du monde de la pêche. Saladin et André sont crédités respectivement de 5 900 et 3 090 livres ce qui les place aux deuxième et troisième rangs des fortunes relevées dans les cinquante inventaires après décès. Toutefois, leurs biens se composent de matériel de pêche, qui peut être très nombreux et valoir cher, d’argent sonnant, et de réserves alimentaires comme du blé ou de la luzerne. André, associé à un autre pêcheur, est rentier des importants étangs du Galéjon et du Landre. Il possède une écurie et un cheval ; des tonneaux remplis de vin garnissent sa cave. Tout laisse penser que, même en haut de la hiérarchie des fortunes, les pêcheurs restent proches de l’économie agricole ; ils ne sont pas touchés par l’économie de marché et les instruments financiers en usage au commerce leur demeurent étrangers.

61Il ne peut pas en être de même pour les patrons : marins et marchands, ils investissent dans l’armement, forment des sociétés de capitaux, utilisent les possibilités qu’offre la monnaie fiduciaire. Le patron Mathieu Guinchet, tout en haut de l’échelle, possède des quirats sur trois navires en dehors du sien ; il forme une société avec Honoré Roubion, au capital de 8 000 livres ; il effectue des achats de blé avec Étienne Delon et il reçoit en paiement des billets à ordre, une lettre de change ; il les endosse aussi comme règlement, c’est le cas d’un billet en faveur d’Ambroise Sauvan, d’un montant de 3 216 livres. Il fait des opérations de prêt en piastres et en sequins avec une maison de Marseille. Prêts maritimes et obligations complètent l’éventail de ses investissements. Dans cet instantané que constitue l’inventaire après décès, on trouve ce patron au cœur du noyau actif de patrons arlésiens sur la voie du négoce, les Roubion, Sauvan et Delon.

62Le niveau d’aisance matérielle se révèle aussi dans les biens d’échange que sont l’argenterie et les bijoux : les inventaires des patrons Pierre Brun et Simon Saladin, veufs à leur décès, englobent probablement les joyaux que leurs femmes ont apportés à leur mariage. Les deux seings d’argent que possède, en tout et pour tout, le second sont massifs, ils pèsent 32 onces 12 gros (environ 1 k). La masse d’argent que détient le premier n’est pas négligeable non plus, 2 marcs 4 onces 2 gros (environ 600 g), mais les objets montrent une plus grande diversité : un seing, mais aussi une boucle ronde pour homme, une grande boucle de ceinture pour femme, un jouet auxquels s’ajoute un lourd clavier de 4 onces 2 gros ; deux bagues en or, en forme de cercle, un gros et un plus petit, pesant 8 deniers 18 grains complètent l’ensemble. Mais, seule la veuve de Mathieu Guinchet peut se prévaloir d’avoir de la vaisselle d’argent. Bien que deux cuillères, une fourchette et une tasse ne soient qu’un modeste début, c’est un signe d’aisance qui ne trompe pas, tout comme la montre à l’anglaise avec sa chaîne, dans un étui d’argent, que possédait son mari et la bibliothèque dont elle a à cœur que les ouvrages soient inventoriés, bibliothèque qui ne contient pas moins de 43 titres.

Le capital technique : matériel professionnel et outils

63On l’a signalé plus haut, la fortune des patrons pêcheurs se compose essentiellement de leur matériel professionnel. Dans la hiérarchie des fortunes, ils viennent en seconde place derrière les patrons de barque, mais dans une catégorie comme dans l’autre, la dispersion est grande. Un patron pêcheur dont les biens sont évalués à 95 livres ne possède que huit filets, tous usés. Bien qu’un peu moins pauvre, Maurice Faure ne laisse aucun instrument de son métier après sa mort, hormis une petite ancre de barquet ; nommé baliseur par les consuls de la ville, six ans avant son décès, il a peut-être renoncé à son activité de pêche. Crédités d’un montant de fortune d’environ 500 livres, Jean Moulin, Jean Feraud et Jean Bernard, par contre, témoignent, par les biens inventoriés, d’un dynamisme économique certain : ils possèdent de nombreux filets dont la variété est si grande que le notaire qui officie requiert la présence d’un spécialiste, un autre pêcheur, pour en désigner des différentes sortes ; contrairement aux autres patrons pêcheurs cités au dessus, eux ont un « bourgin » et au moins un bateau qui sert à porter ce dernier. Mais l’ampleur des filets, cordages et bateaux dans les inventaires de ces trois patrons pêcheurs n’est rien comparée à celle que dévoilent ceux des riches entrepreneurs de pêche que sont Antoine André et Simon Saladin – pour ce dernier, en particulier, de longues pages de l’inventaire sont consacrées à la liste des filets et cordages. S’y trouvent aussi de nombreuses paires de rames ainsi que, entreposés dans la cour et dans le cellier, mats, antennes et voiles, les barques employées à la pêche ayant aussi bien recours aux bras des rameurs qu’au souffle d’Eole. Timons, fourches pour suspendre les filets et les faire sécher, ancres, fers, plomb, liège se suivent dans une liste sans fin. Ils possèdent, outre différentes barques et barquettes, des cabanes à proximité de leurs lieux d’activité qui abritent une partie du matériel utilisé à la pêche et les cuves pour la salaison du poisson. Sur place, les patrons nourrissent leurs compagnons et valets ; on y trouve ainsi chaudrons, marmites, brocs, barils pour porter l’eau, tonneaux et « barquets pour porter le vin à l’usage des pêcheurs », « sachet pour porter le pain qu’on porte à la mer ».

64En bas de l’échelle, les compagnons pêcheurs, ou même valets de pêche, n’ont que la force de leur bras ; loués pour l’ouvrage, le patron de la chiourme leur fournit les instruments nécessaires aussi bien pour la pêche elle-même que pour la salaison du poisson. Toutefois, si le pêcheur Jean Jaubert qui ne possède aucun ustensile de pêche semble être dans ce cas, deux contre-exemples montrent la diversité des activités des pêcheurs arlésiens : la veuve de Jean Lez détient toujours, à son propre décès, six nasses, dites « vertoulen », cinq barres de plomb pesant 10 livres et 75 livres de fil de chanvre et, le pêcheur Jean Flory conserve tout en haut de sa maison, pas moins d’une trentaine de filets divers, des pièces de lièges, des cordages et du plomb. Les termes employés dans cet inventaire pour décrire le matériel de pêche laisse à penser qu’il s’agit surtout de pêche à pied ou dans des étangs ou roubines de faible profondeur ne nécessitant pas même l’usage d’un petit barquet.

65Des bottes, appelées estivaux, constituent le seul élément vestimentaire typique des pêcheurs qui ait été relevé : de nombreuses paires (12 pour Jean Feraud, 14 pour Simon Saladin), plus ou moins usées, se trouvent inventoriées, ce qui laisse penser qu’elles étaient fournies aux compagnons par le patron. La caisse de noyer avec serrure et clef, détenue par un pêcheur, contient habit, culotte, camisole, veste, bas, chemises usés ou même rapiécés ainsi qu’un chapeau de paille ; tous ces éléments vestimentaires donnent probablement une idée de sa tenue de travail.

  • 20 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 747, f° 336.

66La caisse de barque constitue un dénominateur presque commun aux gens de mer, quel que soit leur niveau de fortune. Les marins du commerce, matelots ou patrons, qui naviguent plusieurs mois, en ont tous une, du plus pauvre au plus riche ; elle contient les effets et vêtements qui les suivent dans leurs voyages ; en bois de noyer, d’aube ou de sapin elle a une « grandeur et forme ordinaire pour l’équipage des matelots »20 ; munie d’une serrure et d’une clef, elle assure une certaine protection aux objets personnels du marin. Les patrons y renferment les papiers indispensables qu’ils doivent présenter comme les lettres de polices de leur chargement, les rôles d’équipage, les billets de santé, les éventuelles déclarations d’avarie faites devant les officiers de l’Amirauté où elles ont eu lieu ainsi que les livres de comptes de dépenses et nolis qu’ils sont, eux-mêmes ou leur écrivain, obligés de tenir, de faire signer par leurs participes lors de la reddition des comptes puis viser par le bureau de l’Amirauté. Y sont aussi parfois enfermés argent ou créances. On ne peut, cependant, pas dire que la possession d’une telle caisse est l’apanage des marins du commerce, car les inventaires de quelques pêcheurs en mentionnent aussi l’existence ; Jean Jaubert, modeste pêcheur, a une « mauvaise caisse de barque » qui sert à dresser le lit de son fils, mais pour trois autres, il s’agit seulement de caisses contenant des vêtements ou même des guenilles, sans qu’on puisse affirmer qu’elles ont été utilisées lors des campagnes de pêche. Par contre, un patron pêcheur possède un coffre en bois qui est destiné « à usage de la mer ».

  • 21 Larousse Illustré : article « cadis » : tissu de laine étroit et léger. Article « pinchina » : gros (...)
  • 22 Façon arlésienne, étoffes et costumes au XVIIIe siècle, Museon Arlaten, publication du Conseil Géné (...)

67Que trouve-t-on dans ces caisses ? Quelques comptes de voyages, des outils, des éléments du matériel de la vie quotidienne à bord mais, surtout, le contenu des caisses de marins nous renseigne sur leur tenue dans l’exercice de leur profession. Parmi les plus pauvres, les informations manquent car les veuves ont en général vendu les habits du défunt, pour régler des dettes ou simplement pour subvenir aux besoins de la famille. La hache de constructeur, trouvée dans la caisse du matelot Jean Manne, montre que l’homme d’équipage des petites embarcations arlésiennes devait avoir des compétences multiples ; pas question, sur de modestes barques, d’avoir des officiers mariniers spécialisés comme les charpentiers ou les calfats. Un peu plus fortunés, le matelot Louis Gilles, les patrons Jean Roubion et Jean Sourd emportent à bord camisole de « cadis », juste au corps et veste(s) de « pinchina » ou de « cadis »21, paire de bas très usés et rapiécés ; leur tenue est complétée par un chapeau de « pinchina », qualifié d’usé ou même de vieux et mauvais. Au niveau au dessus encore, le marinier Antoine Dourlan embarque une garde-robe plus conséquente : deux paires de culotte en « cadis » gris fer, trois autres en lainage de différentes couleurs, quatre camisoles dont une croisée, de ratine de couleur olive, doublée de Saint-Flour de même couleur, un gilet de « cadis » rouge et deux chemises de toile, le tout en bon état ; s’y ajoutent une paire de bas de laine, une paire de souliers et une de sabots, à demi usés. Enfin, la caisse que Mathieu Guinchet, le plus riche de ceux que nous dévoilent les inventaires, emporte lors de ses voyages en mer, contient deux habits, un de droguet gris doublé aussi de Saint-Flour, justaucorps, veste et culotte, et un autre de couleur « minime »22, doublé d’un Laval, ainsi que deux culottes usées. Amené, pour des affaires relativement importantes qu’il traite en particulier à Marseille, à fréquenter marchands et financiers, sa tenue doit être plus soignée ; par contre, des effets usagés sont suffisamment bons pour l’activité à bord.

  • 23 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 741, f° 856 v°.

68Contenus dans les caisses ou inventoriés à part, les éléments du matériel de la vie à bord apparaissent : la literie se compose d’une natte servant de strapontin, d’un petit matelas de laine, d’un traversin et d’un oreiller en toile de coutil remplis de plume, d’une couverture de laine ou d’indienne et/ou d’un carreau de plume ; on a aussi trouvé « un lit avec ses cordes dit branle pour matelot »23. S’agit-il d’une variété de lit à sangles ou plutôt d’une sorte de hamac ? Cette description des éléments relatifs au repos à bord, est faite à partir d’éléments épars relevés dans divers inventaires, essentiellement de patrons de barque, dont le niveau de fortune, très modeste, n’atteint pas 500 livres ; les objets sont pour ainsi dire tous qualifiés de mauvais, usés ou fort usés. L’inventaire du seul patron riche, ne fait aucune allusion aux conditions de vie matérielles à bord : les caractéristiques de sa barque ne sont pas fournies, tout juste sait-on que sa veuve l’a vendue à Marseille pour 8 600 livres ; à partir du prix d’un quirat figurant sur quelques déclarations d’achat ou de construction de bateau devant l’Amirauté d’Arles, on a noté que le prix d’une allège de 40 tonneaux, entre 1737 et 1741, pouvait être de 1 800 livres tout comme de 6 384 livres. La barque de Guinchet est donc très nettement plus importante que celles utilisées à titre de comparaison ; elle est certainement pontée et il y a de fortes chances qu’il y ait pour le patron une cabine, comme sur la tartane que fait construire à Arles le patron Jean Aillet, en 1748, ce qui expliquerait le silence de l’inventaire sur les objets du quotidien à bord.

  • 24 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 739, non folioté, en date du 28/02/1730.

69L’existence d’un fourneau à bord des barques provençales est attestée par la mention du jet de cette pièce lors d’une avarie ; crémaillère, marmite et poêle à frire font partie des instruments de cuisine embarqués. Quelques autres objets spécifiques de la vie à bord ressortent : ainsi, dans les biens du patron Antoine Nicolas, on trouve des planches pour pétrir le pain de barque, que l’on nomme biscuit, des « planots » servant à embarquer les marchandises, de même que du matériel pour calfater – il a deux quintaux de poix et une chaudière pour la faire bouillir – ; encore plus faible économiquement, le patron Antoine Benoît entretient aussi lui-même son navire avec une réserve de « deux paquets d’étoupes pour raccommoder les barques » et « une marmite pour [les] poiser »24. Des poulies, des cordes goudronnées, des guindeaux, des ancres de fer, une ancienne tente de barque reconvertie en rideau, une vieille voile réemployée en paillasse de lit, des cordages, des voiles en plus ou moins bon état, des jarres pour le quitran ou goudron, des clous, crochets, marteaux, scies et même des débris de barque, utilisés en bois à brûler, sont entreposés dans les maisons des marins et patrons.

  • 25 Le vin de Crau est plus prisé. Voir, sur le sujet, P. Quiqueran de Beaujeu, La Provence louée…, op. (...)
  • 26 B. Garnot, La culture matérielle en France, aux XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Ophrys, Gap, 1995, p. 17

70L’étude des biens fonciers possédés par les marins et pêcheurs à la fin du XVIIe siècle, a montré la prédominance des vignes, parfois complantées d’oliviers. Les inventaires après décès confirment, à leur manière, le constat pour le siècle suivant : sur 50 inventaires, 34 contiennent des tonneaux. Ceux-ci, lorsqu’ils sont remplis, le sont surtout de vin, de Plan principalement, plus rarement de Crau25, parfois de « piquette », cette « boisson peu alcoolisée, obtenue après une deuxième macération du raisin additionné d’eau »26 ou de vinaigre et, à une seule occasion, de vin cuit ; certains tonneaux servent, aussi, à l’huile. Tentes et paniers pour les vendanges, outils agricoles, comme les bêches de Plan qui diffèrent de celles utilisées en Crau, fouloirs, cuves à faire bouillir le vin ou « à touiller le raisin » les accompagnent parmi les biens des plus aisés. Signe de richesse, le vin ou, au moins, les instruments relatifs à sa fabrication ou à la culture de la vigne, sont absents des biens des plus pauvres : sur les 12 inventaires dans lesquels la valeur de la fortune est évaluée à moins de 100 livres, aucun ne mentionne de réserve de vin ou d’huile et 9, pas le moindre tonneau. Pour la plupart, ce sont les mêmes dont la maison ne comprend ni cave ni cellier.

Les objets du quotidien

  • 27 Elle figure dans le texte complet de la thèse au chapitre 6, p. 313 -326.

71L’étude détaillée27 de l’avalanche des objets familiers inventoriés qui apparaissent sous la plume des notaires, dans le désordre, apparent au moins, dans lequel ils se trouvent dans les intérieurs, pour passionnante qu’elle ait été, n’a pas permis de dégager de spécificité propre au milieu étudié. Les marins d’Arles baignent dans la même culture matérielle que les couches populaires urbaines de l’époque.

72On a pu ainsi constater, à travers l’évolution du mobilier, un attrait croissant au fil du siècle pour le confort et une recherche accrue de raffinement. Par contre, les ustensiles de cuisine, les modes de cuisson et la vaisselle paraissent plus lents à intégrer les nouveautés du siècle des Lumières que le mobilier. Les voyages que font marins et patrons et même les pêcheurs, lorsqu’ils sont embarqués sur les vaisseaux du roi, les conduisent vers des horizons nouveaux, où ils côtoient d’autres individus ; la diffusion d’usages et de modes venus d’ailleurs s’en trouvait peut-être facilitée.

  • 28 Élément particulier du vêtement des Arlésiennes, le droulet est aussi largement porté par les épous (...)

73De l’aperçu du costume porté dans le milieu maritime, rien non plus de très spécifique ne ressort : marins et pêcheurs sont, comme leurs épouses28, mis selon leur condition. Le vêtement est fonction de l’époque, de l’environnement, des habitudes et des timides percées de la mode ; discriminant social, il ne l’est pas, à la ville, du milieu professionnel. Embarqués, les hommes n’ont pas une tenue de travail particulière ; ils utilisent seulement les plus vieux et plus rapiécés de leurs vêtements ; la recherche de protection contre les intempéries se remarque dans le choix des tissus et la fréquence des couvre-chefs ; les pêcheurs sont les seuls à adopter une pièce vestimentaire adaptée aux conditions de leur profession, des bottes.

74Marins du commerce et pêcheurs font manifestement partie des couches populaires de la ville. Tous les indices convergent : tant la modestie de leur niveau moyen de fortune, que les objets de leur quotidien, tenue vestimentaire comme agencement domestique. Mais à l’intérieur même de cette population des différences importantes se manifestent entre les extrêmes : vers le haut, se rencontrent des patrons de barque que le capital et les investissements rattachent au milieu du négoce, vers le bas, se trouvent, non seulement des matelots et des pêcheurs, mais aussi des patrons au commerce ou à la pêche, aux portes de la misère qui se reconnaissent dans le prolétariat urbain.

75Intégrés à différents niveaux à la société, par la fortune et le mode de vie, les gens de mer s’en démarquent aussi. En effet, dans leur environnement domestique se trouvent des objets qui traduisent leur appartenance au milieu maritime, filets et matériel de pêche pour les uns, caisse de mer, voile, nécessaire de calfatage et outils de charpentier pour les autres. Si cet aspect est probablement commun à l’artisanat, en général, l’importance que revêt la fabrication du pain à domicile, ainsi que celle du vin, leur est peut-être propre. Il est à penser que ces deux postes, essentiels dans les aliments consommés à bord lors des voyages maritimes et des campagnes de pêche, sont à l’origine de la présence des pétrins et des tonneaux dans chaque maison ainsi que de l’importance que revêt la vigne dans l’investissement foncier.

76Autre miroir de la place des gens de mer dans la cité, leur implantation dans la topographie urbaine permet d’affiner le tableau de leur intégration.

Marins et pêcheurs dans la ville

77La place des populations maritimes dans la cité ne peut se réduire à la seule dimension socio-économique que les sources fiscales et notariales mettent en évidence. Marins et pêcheurs ne sont pas toujours en mer ou sur les lieux de pêche ; leurs familles vivent dans le cadre de la ville, participent à la vie collective de la cité. Quelles relations sociales s’établissent entre eux et les autres habitants ? Quelles sont les formes d’intégration du milieu maritime à la société urbaine mais aussi les limites de celle-ci ?

La place des gens de mer dans la topographie urbaine

78Rassemblant les informations sur les populations maritimes françaises, A. Cabantous relève l’existence d’un quartier maritime dans une grande partie des ports tant du Ponant que du Levant ; concernant ces derniers, on peut citer les exemples d’Agde au XVIIIe siècle où 46 % des gens de mer habitent une paroisse, Saint-Sever, et les autres se répartissant à peu près également entre deux autres, de Martigues, où ils se rassemblent principalement dans le quartier de Jonquières, mais aussi de Marseille, Sète, Toulon, Cannes ou Saint-Tropez. Il en est de même à Arles.

Un quartier maritime double, une répartition paroissiale tripartite

79La communauté maritime est scindée en deux parties, séparées par le fleuve ; elle se répartit en deux quartiers de part et d’autre du fleuve, mais reliés par un pont de bateaux à partir de 1635 : rive droite, le faubourg de Trinquetaille, rive gauche, le Vieux Bourg, dans l’enceinte de la ville. Créé au Xe siècle, le Bourg était alors séparé de la Cité, construite sur « l’hauture », par le Méjean ; il prend son nom de Vieux Bourg, au XIIe siècle, lorsque la ville s’agrandit vers le nord. En face, le faubourg de Trinquetaille a une très ancienne tradition maritime puisque s’y trouvaient déjà des entrepôts à l’époque romaine, mais son histoire politique, tout comme sa situation géographique, le mettent à part. En effet, passé de la domination du seigneur des Baux à celle de l’archevêque en 1300, il n’est vendu, par ce dernier, aux consuls d’Arles qu’en 1579, avec tous ses droits, sauf les péages. En outre, situés sur les deux rives du fleuve, ces deux quartiers, dont les activités sont rythmées par l’eau, s’organisent, comme à Agde, autour de trois paroisses : Sainte-Croix et Saint-Laurent dans l’antique Vieux Bourg et Saint-Pierre à Trinquetaille.

Carte 4. Répartition par paroisses des marins d’Arles en 1670.
AMA, EE 23

  • 29 Le tableau 15, en annexe, donne les chiffres relevés dans le document. La carte 4, ci-dessus, illus (...)
  • 30 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge…, op. cit., p. 468.

80Le rôle des officiers mariniers et matelots, établi en 1670, permet de quantifier leur répartition dans la ville, par paroisses29 : près de 90 % des marins et pêcheurs résident dans l’une de ces trois paroisses. Les 10 % restants se répartissent dans les six autres, essentiellement à Saint-Martin et à la Major. L’attraction relative des marins pour Saint-Martin s’explique par sa proximité du cœur actif du port. La Major, elle, est la paroisse la plus peuplée de la ville, il n’est donc pas surprenant d’y rencontrer quelques marins. 48 % des gens de mer d’Arles habitent dans la paroisse Saint-Laurent et 29 %, dans la paroisse Sainte-Croix. Les cinquante inventaires après décès laissés par marins et pêcheurs, entre 1715 et 1768, le confirment largement : 43 sont dressés dans une maison située dans l’une ou l’autre de ces deux paroisses. Ces deux églises, aujourd’hui désaffectées, se trouvent dans le quartier de la Roquette, désignation plus récente du Vieux Bourg ; au sud-ouest de la ville, en bordure du fleuve, il est traditionnellement réputé pour être celui des marins et des pêcheurs : en 1437-38, déjà, sur la soixantaine de pêcheurs arlésiens, 59 « habitent dans le Vieux Bourg, dans les rues des paroisses Sainte-Croix et Saint-Laurent qui mènent au fleuve »30. Le troisième pôle de regroupement de la population maritime se fait autour de la paroisse Saint-Pierre, située à Trinquetaille, qui abrite 12 % des marins de la ville. L’église dont il est question à cette époque, était située sur la rive même du Rhône, en face de l’église Saint-Martin et de celle des Prêcheurs.

81Saint-Laurent abrite en 1670, 58 % des matelots et plus de la moitié des patrons ainsi que la majorité des charpentiers. Sainte-Croix est le lieu d’élection des pêcheurs : 46 % d’entre eux y demeurent. Saint-Pierre, quant à elle, abrite 30 % des patrons.

  • 31 Ces fréquences sont le résultat du quotient du nombre d’actes dressés dans la paroisse par rapport (...)

82Ce document fournit un instantané qui permet de déterminer le poids de chaque paroisse de la ville dans cette répartition. Un dépouillement complet des registres de la totalité d’entre elles n’ayant pu être réalisé, nous n’avons alors pu suivre l’évolution de l’implantation des marins et pêcheurs que de manière partielle, en nous fondant uniquement sur les actes de baptêmes, mariages et décès des populations maritimes vivant dans les trois pôles que sont Saint-Laurent, Sainte-Croix et Saint-Pierre. L’étude de l’importance démographique relative de chacune d’elles montrant une assez grande stabilité de la fréquence des trois types d’actes31, il n’y a donc pas de mouvement de population d’ampleur à l’intérieur de ces trois paroisses, entre la fin du XVIIe siècle et celle du XVIIIe. Sainte-Croix, la plus peuplée des trois, draine entre 55 et 60 % de la population qui réside globalement dans ce groupement de paroisses et ce, sur l’ensemble des sept décennies considérées, Saint-Laurent entre 20 et 25 % et Saint-Pierre entre 15 et 20 %. Le poids démographique relatif de cette dernière par rapport aux deux autres est en légère augmentation au cours du XVIIIe siècle, alors que, dans le même temps, on note un relatif affaiblissement de la fréquence de la population de Sainte-Croix. On considérera, cependant, que les paroisses pèsent, dans l’ensemble, d’un poids à peu près fixe au cours de la période, afin de mesurer le niveau relatif de l’implantation des marins et pêcheurs dans chacune d’elles.

  • 32 Voir tableau 16 en annexe.

83La présence des gens de mer dans ces trois paroisses est une constante entre le dernier tiers du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle32 : entre 18 et 22 % des enfants qui y sont baptisés sont des enfants de marins ou de pêcheurs. Ces derniers ne constituent donc qu’environ un cinquième des habitants de ces paroisses. À Sainte-Croix, leur proportion n’est guère plus d’un habitant sur dix ; dans ce quartier très peuplé, – c’est par importance la deuxième paroisse de la ville derrière celle de la Major –, ils sont mélangés à un grand nombre d’individus de professions différentes. C’est aussi le cas des marins de Trinquetaille, puisque un peu moins du quart des baptêmes célébrés à Trinquetaille, est celui d’un enfant de marin. Saint-Laurent, par contre, est la paroisse où les marins forment le noyau le plus important ; quatrième par la taille, après les grosses paroisses La Major, Sainte-Croix et Saint-Julien, la proportion de marins y est forte et va en augmentant sensiblement au cours du XVIIIe siècle, passant de 30 à 43 % de ses habitants. Les actes de baptême confirment, sur la longue durée, la hiérarchie des paroisses, à l’intérieur de la population maritime, telle que l’a fournie l’instantané de 1670 ; des trois paroisses, c’est Saint-Laurent qui abrite le plus de gens de mer : jusqu’à près de la moitié, à la fin du XVIIIe siècle, de ceux qui sont domiciliés dans l’une des trois paroisses considérées ; elle est suivie par Sainte-Croix, puis par Saint-Pierre. Les chiffres du tableau ci-dessous, font apparaître, à la fin du XVIIIe siècle, une certaine désaffection des gens de mer pour Sainte-Croix, dont bénéficient, en particulier, les deux autres paroisses. Très peuplée, Sainte-Croix est, lors de la visite pastorale de Monseigneur Dulau en 1778, ainsi que le souligne le curé interrogé, celle où se trouvent presque tous les pauvres de la ville. On peut remarquer que c’est déjà dans cette paroisse que réside la majorité des classés du rôle de 1670, qui n’ont pas de qualification particulière.

Le pont de bateaux en 1786. BMA, ms. 500, f° 161

Le pont de bateaux n’apparaît pas ; il est possible que le dessin reproduise une vue antérieure à 1635 et non celle de 1639. Les barques sur la berge du côté de Trinquetaille sont, peut-être, celles de passeurs

1680-1699

1700-19

1770-1789

à Saint-Laurent

43,44

46,01

49,55

à Sainte-Croix

35,41

35,50

27,70

à Saint-Pierre

21,15

18,49

22,75

NB : les fréquences sont les quotients du nombre d’actes de baptêmes d’enfants de navigants célébrés dans la paroisse par le nombre de tels actes dans l’ensemble des trois paroisses
Tableau 3. Répartition des marins et pêcheurs arlésiens entre les trois paroisses maritimes, en %. AMA, actes de baptême relevés dans les registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie

Marins et pêcheurs, une répartition inégale

84Les clivages professionnels, à l’intérieur du milieu maritime, donnent à chacune des trois aires du quartier maritime arlésien sa particularité. Les histogrammes qui figurent plus bas, montrent la répartition des gens de mer par catégories dans les trois paroisses maritimes.

85De l’observation de celui relatif aux pêcheurs, ressortent deux constats : leur absence quasi totale du quartier de Trinquetaille – la dédicace de la paroisse aurait pourtant pu laisser penser le contraire –, et leur regroupement dans la paroisse Sainte-Croix. De 1670, début de notre observation, à 1719 aucun d’entre eux ne réside à Saint-Pierre ; entre le dernier tiers du XVIIe siècle et les deux premières décennies du suivant, tout en demeurant majoritairement dans la paroisse Sainte-Croix, les pêcheurs se déplacent en plus grand nombre vers Saint-Laurent. Une sorte de glissement progressif se fait, au cours du XVIIIe siècle, en direction des deux autres paroisses ; les années 1770-89 montrent la progression de l’érosion de leur fréquence dans Sainte-Croix au profit de Saint-Laurent, mais aussi de Saint-Pierre qui, pourtant, pendant longtemps, n’en a abrité aucun.

86Saint-Laurent est la paroisse par excellence des patrons, aussi bien à la fin du XVIIe siècle qu’à celle du suivant. De l’autre côté du Rhône, à Trinquetaille, se trouve le pôle secondaire de regroupement des patrons en début d’observation ; toutefois, pour eux aussi, la répartition spatiale se modifie, et tend vers un équilibre entre Saint-Pierre et Sainte-Croix à la veille de la Révolution.

87Proches géographiquement des patrons, les matelots habitent aussi principalement la paroisse Saint-Laurent ; au début du XVIIIe siècle, certains traversent la rue centrale du quartier, celle des Augustins qui deviendra l’actuelle rue de la Roquette, gonflant la population de Sainte-Croix, avant de participer avec les pêcheurs au mouvement qui les amène plus nombreux de l’autre côté du Rhône.

88Le monde des pêcheurs se démarque de celui des autres gens de mer, par l’attachement qu’il manifeste à la paroisse qui est traditionnellement la sienne, près de laquelle se trouve, et ce n’est pas un hasard, la grande poissonnerie. Cette attitude est aussi celle des pêcheurs des côtes océaniques à Dunkerque, Calais, Boulogne ou Dieppe, mais aussi méditerranéennes puisqu’à Marseille en 1773, dans la seule paroisse Saint-Laurent, se trouvent 98 % des pêcheurs. Il faut attendre, à Arles, les années qui précèdent la fin de l’Ancien Régime, pour noter l’ébauche d’un comportement nouveau ; les changements intervenus dans le courant du XVIIIe siècle dans l’économie, la démographie, l’alphabétisation et, plus généralement dans les mentalités, finissent par pénétrer le milieu fermé des pêcheurs arlésiens.

89Ce comportement grégaire est-il l’apanage des pêcheurs ? Si ces derniers le possèdent plus nettement que les hommes du commerce maritime, on se doit de remarquer le fort ancrage des patrons et, dans une moindre mesure, des matelots, à Saint-Laurent et, ce, de manière continue sur la période. On a vu qu’à la fin du XVIe siècle, les marins d’Arles étaient essentiellement des hommes du fleuve, héritiers des « ripayres » médiévaux et des pêcheurs ; dans le courant du siècle suivant, ils se lancent dans le commerce maritime, sous l’impulsion d’une conjoncture favorable. Fixés de longue date dans le quartier de la Roquette, pêcheurs et bateliers qui peu à peu prennent la mer, n’abandonnent pour autant pas leurs attitudes culturelles dont le regroupement géographique fait partie. Cependant, l’ouverture sur l’extérieur qu’induit le commerce maritime par la fréquentation d’autres lieux, d’autres personnes, ne peut manquer d’influencer patrons et matelots ; certains s’installent alors, en dehors de la Roquette, à Trinquetaille. L’absence de pêcheurs qu’on y a relevée, confirme l’installation plus récente à l’époque moderne, des marins en ce lieu : l’implantation, sur cette rive, d’une infrastructure telle que le Parc du Roi, servant à l’entreposage des bois qui descendent le fleuve, laisse penser que le développement de ce quartier maritime a bénéficié largement de l’essor qu’ont donné au transport maritime, les besoins grandissants des armées navales du roi. La fréquentation quotidienne, par les pêcheurs de Sainte-Croix, des nombreux patrons et matelots qui habitent la paroisse voisine, Saint-Laurent, n’a sûrement pas été étrangère à leur progressive mais modeste ouverture vers les autres paroisses maritimes. L’étude, limitée à trois paroisses, est malheureusement réductrice : elle ne permet pas de déterminer l’évolution de l’implantation dans d’autres paroisses comme Saint-Martin ou la Major que le rôle des marins de 1670 a fait apparaître comme pôles secondaires de résidence des gens de mer. La diminution du taux de reproduction professionnelle, on l’a vu, se fait, à la toute fin de l’Ancien Régime, au bénéfice du milieu agricole ; il est vraisemblable que l’affaiblissement de ce facteur de cohésion professionnelle se traduise par un relatif éclatement du noyau d’implantation urbaine autour des trois paroisses, accentuant le rôle de La Major, paroisse très peuplée, et, essentiellement, de travailleurs agricoles.

La Roquette, détail du plan de Quiqueran de Beaujeau, 1743.
On y distingue les paroisses Saint-Laurent, Sainte-Croix, le couvent des Grands Augustins, la Grande Poissonnerie et l’ancienne rue des Augustins, connue actuellement sous le nom de Roquette, qui délimite les deux paroisses

Histogramme 2. Répartition, par catégorie, des gens de mer dans les paroisses Saint-Laurent, Sainte-Croix et Saint-Pierre, en %. AMA, actes de baptêmes relevés dans les registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie

L’organisation spatiale

90Le faubourg de Trinquetaille, démoli durant la dernière guerre, ne permet pas de se faire une idée de ce qu’était sa physionomie à l’époque ; tout juste peut-on se référer aux plans anciens pour noter l’importance du fleuve dans ce quartier qui s’étire sur sa rive droite; sur celle-ci, on rencontre, du nord au sud, l’église paroissiale Saint-Pierre, les greniers à sel et le Parc du Roi. C’est sur cette berge qu’arrivent les radeaux de bois descendus du nord qui sont ensuite disloqués et chargés sur les barques de mer pour être réexpédiés vers les ports méditerranéens, essentiellement Marseille et Toulon. L’implantation, en 1680, du parc royal a favorisé l’installation d’un noyau de cadres de la Marine sur cette rive, comme le maître charpentier entretenu qui y réside, mais aussi le commis à la réception des bois et le commissaire aux classes.

  • 33 Voir à ce propos, N. Hostein-Alberola, Arles rénovation, réhabilitation en secteur sauvegardé, Mars (...)

91La Roquette, en revanche, a gardé en grande partie l’aspect qui dut être le sien à l’époque moderne. Comme toutes les villes anciennes, Arles, enserrée entre ses murailles, présente un parcellaire resserré ; dans des rues ou ruelles étroites les maisons, bloquées sur trois côtés par d’autres bâtisses, de forme rectangulaire très allongée, sont toute en hauteur et n’ont qu’une pièce ou deux par étage, presque toujours une cave, parfois une cour ; le puits, lorsqu’il y en a un, est dans la cave ou dans la cour. L’existence de carrières de pierre blanche à Fontvieille, ou un peu plus ocre à Beaucaire, explique l’utilisation de ce noble matériau dans les plus modestes maisons et donne une unité architecturale au quartier33. Baigné par le fleuve, mais en même temps très enfermé dans les remparts de la ville qui le bordent sur trois côtés, ce quartier garde, aujourd’hui encore, une originalité entière.

  • 34 AMA, FF 54, f° 38, en date du 29/09/1623.

92Impasses et placettes, appelées planets, forment avec les autres rues et venelles du secteur un lacis un peu sombre. Située à l’extrémité Est de la rue des Augustins (aujourd’hui rue de la Roquette), sur une place triangulaire entre les églises paroissiales Sainte-Croix et Saint-Laurent, se trouvait la grande poissonnerie dont les boutiques, bancs et plans étaient arrentés annuellement aux revendeurs de poissons, pêcheurs eux-mêmes ou muletiers mais surtout à leurs femmes, mères ou sœurs. L’animation ne devait pas manquer en ce lieu ; la lecture de quelques-unes des plaintes déposées au bureau de la police en témoigne : on imagine facilement les cris et les invectives qui précèdent celle déposée en 1623 par les muletiers qui dénoncent les pratiques des « femmes quy treuvoient en arrentement les boutiques, bancs et plans »34 de la poissonnerie et qui défendent âprement leurs intérêts. Autre édifice révélateur de l’importance des pêcheurs dans le quartier, le grenier à sel, construit en 1625 – toujours visible actuellement – est situé en bordure du fleuve, juste derrière la porte des Salins. Autre pôle d’attraction de la population maritime, au cœur de la paroisse Sainte-Croix, le couvent des Grands Augustins est situé au sud de la rue de la Roquette et abrite la confrérie Saint-Pierre des pêcheurs. Confrérie professionnelle tout autant que de dévotion, elle représente l’ensemble des pêcheurs dans ses rapports avec les institutions tant urbaines que royales.

  • 35 L’Encyclopédie des Bouches du Rhône, 3e partie, p. 561-633, mentionne l’existence, en 1638, de cinq (...)

93De forme sensiblement trapézoïdale, le quartier de la Roquette ne s’ouvre sur le reste de la ville que par un seul de ses côtés. La voie qui le borde à l’Est le met en contact avec le Marché Neuf qui s’est bâti entre la Cité et le Vieux Bourg35 et surtout, avec le Port, appelé aussi Méjean, sur les quais duquel débouche le pont de bateaux, sorte de cordon ombilical qui le relie à Trinquetaille. Les remparts qui protègent le quartier du côté du fleuve sont percés de nombreuses portes, à proximité desquelles se trouvent les barques, hissées sur la berge ou amarrées aux quais.

94Les inventaires après décès nous ont fourni l’opportunité de pénétrer dans quelques-unes des maisons du quartier, telles qu’elles étaient au XVIIIe siècle. Celle de Jean Flory est représentative de l’habitation d’un modeste pêcheur : elle a une pièce au rez-de-chaussée qui sert de cuisine, une cave, une chambre au-dessus de la cuisine et une autre au deuxième niveau. Une table à tiroir, quatre chaises paillées, une huche à pain ou « mae », un sac vide destiné à contenir la farine, une panetière et une armoire contenant une écuelle et huit cuillères d’étain pesant deux livres et demi, une marmite de fer, un chaudron de cuivre et un récipient appelé « dourgas » contenant un peu d’huile, composent l’ameublement de la cuisine ; s’y ajoutent les objets usuels qui équipent la cheminée tels crémaillère, soufflets, pelle, poêle à frire, ainsi que lanterne, seau, jarre, tamis ; parmi ces objets se trouve aussi un filet de pêche. La cave ne contient qu’un tonneau et une cuve. La chambre au premier étage renferme, outre un lit en noyer à colonnes, une caisse dans laquelle sont enfermés des vêtements, quatre fauteuils, un peu de linge, quelques livres de plomb dans un filet, un flambeau, un miroir et trois tableaux et estampes pieux. Tout en haut, se trouvent rassemblés les filets de pêche et un fusil auxquels s’ajoutent deux ou trois menus objets.

  • 36 La rue Genive existe toujours, elle part de la petite place du même nom, appelée le planet de Bouss (...)
  • 37 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 745, f°254 v°.

95La maison dans laquelle est décédé, un quart de siècle plus tard, en 1759, le patron de barque Antoine Nicolas, située paroisse Saint-Laurent, donne à l’Ouest sur la rue Genive36, et au Nord sur les remparts qui bordent le Rhône. Probablement plus âgé que le précédent, puisqu’aucun de ses cinq enfants n’est pupille, son âge et sa profession le placent à un niveau de fortune légèrement supérieur. La maison a aussi trois niveaux, mais il y a deux pièces par étage au lieu d’une seule. Au rez-de-chaussée, se trouvent, face à face, la cuisine et une pièce. Au-dessus de chacune d’entre elles se trouve une chambre et, au plus haut de la maison, encore deux pièces plus des « entresols qui y sont par dessus ». La maison possède une cave et le patron Nicolas a une écurie à trois portes de là, en face des murs de la ville. La cuisine dispose d’un mobilier de base très voisin du précédent, mais les ustensiles sont plus nombreux : on y trouve une bassinoire en cuivre, des carreaux à repasser le linge, un mortier de marbre avec son pilon et un trépied pour poser le pot où, dans la cheminée, bout la soupe ; en outre, la vaisselle d’étain pèse 25 livres au lieu de 2 livres et demi. La pièce située en face de la cuisine contient des objets très divers : deux « mae » à pétrir le pain dont une en forme de crédence, des planches pour pétrir le pain de barque, mais aussi un mauvais sofa paillé, à trois places, deux chaises, une table en bois blanc, un miroir et un tapis de toile peinte, fond jaune et fleurs rouges, le tout, de médiocre valeur. Les deux chambres au dessus, disposent chacune d’un lit à quenouille, à côté duquel se trouve un Christ ; l’un est en ivoire sur velours, encadré d’une glace, l’autre, fort usé, est en bois peint en noir ; les lits sont couverts d’un tapis d’indienne. Une table en noyer surmontée d’un miroir, quelques chaises, composent le mobilier de l’une des chambres, de mauvaises chaises de bois blanc, un bénitier d’étain hors d’usage et deux jarres d’huile, celui de l’autre. Dans la première se trouve, en outre, une garde-robe de bois blanc contenant du linge de maison ainsi que des couvertures et des rideaux d’indienne. La crédence en noyer de l’autre chambre ne renferme qu’un livre de comptes du défunt. Tout le haut de la maison ne recèle pour ainsi dire rien, hormis quelques bois à brûler, un moulin à passer la farine, une chaudière pour la poix servant au calfatage et quelques cordages. La cave ne contient que des entonnoirs et des tonneaux dont quelques-uns sont pleins de vin de Plan. À l’écurie, ne se trouvent que « quelques mauvaises planches dites planots servant à embarquer les marchandises »37.

96Pour se faire une idée précise du quartier de la Roquette, à l’époque moderne, il ne manque plus que d’imaginer les nombreux filets de pêcheurs séchant sur des fourches, sur les toits, dans les cours ou devant les maisons ; la présence, minutieusement relevée dans les inventaires, de filets en grand nombre montre qu’ils étaient, pour la plupart, entreposés au domicile des pêcheurs même si une partie d’entre eux était laissée sur les lieux de pêche dans les cabanes. Leur ravaudage se faisait aussi, dehors, dans le quartier : le 12 juillet 1685, à cinq heures du soir, Louis Chapus, patron pêcheur, raccommodait ses filets au bord de la rivière, un peu au-dessus de la muraille, à proximité de la porte de la Roquette ; il n’y était pas seul, puisque son témoignage, dans une sombre affaire d’esturgeon pêché puis maladroitement relâché, recoupe celui que fait le pêcheur Trophime Garcin qui avait, au même moment et au même endroit, la même occupation.

Le voisinage des gens de mer

  • 38 Les gens de mer ne représentent pas non plus la totalité de la population du quartier maritime dans (...)

97Dans les paroisses où elle se trouve majoritairement rassemblée, la population maritime arlésienne ne représente qu’environ 20 % de l’ensemble de leurs habitants38. Dans leur propre quartier, marins et pêcheurs sont en contact quotidien avec une partie de la population urbaine. Les élections des marguilliers et les assemblées paroissiales permettent de découvrir quelques éléments relatifs à la composante socioprofessionnelle des paroisses.

98L’assemblée tenue en 1650 à Saint-Pierre, pour délibérer sur l’opportunité de construire une chapelle attenante à l’église, ne fournit pas la profession des paroissiens, à l’exception des ouvriers et marguilliers, au nombre de trois : deux marins, et un maître maréchal ; en 1703, lors de leur élection, les marguilliers désignés sont un marchand tanneur, le fils d’un marchand poissonnier, qualifié aussi de pêcheur, et un individu de profession inconnue ; ils remplacent un autre marchand tanneur, un patron de barque et un travailleur. Les tanneurs occupent une place importante dans la communauté, à Trinquetaille. L’existence de tanneries dans ce faubourg est attestée par nos sources depuis le dernier tiers du XVIe siècle et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. On se rappelle aussi que Jean Boulouard, avant d’embrasser la carrière de patron, fut tanneur ; de même, la famille de marchands tanneurs Datty fournit, à partir de la fin du XVIIe siècle, des matelots et des patrons ; au contraire, Guillaume Louis qui est marinier en 1678 puis patron de barque en 1686, est corroyeur en 1693. L’environnement créé par les tanneries est particulier car les épouvantables odeurs qui se dégagent lors des opérations de traitement des peaux constituent un aspect répulsif. Original par sa situation géographique, par un statut politique différent de celui d’Arles, par les activités qui s’y font, Trinquetaille est un quartier à part, à l’écart de la cité. Le plan levé par Nicolas de Quiqueran de Beaujeu en 1743, le montre peu développé, étiré le long du fleuve et, à l’opposé, largement ouvert sur les zones agricoles qui s’étendent vers Fourques. Les voisins des navigants y sont principalement, outre les tanneurs avec lesquels les alliances (parenté spirituelle et mariages) sont fréquentes, les travailleurs agricoles, ménagers et bergers de la campagne languedocienne proche et les charpentiers et menuisiers que la présence du bois a fixés sur cette rive. L’existence de chantiers navals installés sur les berges du fleuve, au lieu-dit le Reveau, proche du Parc du Roi, prouve qu’une partie de leur activité est, en 1650 déjà, tournée vers la construction des bâtiments des patrons arlésiens. Cette implantation perdure tout au long de l’Ancien Régime et plus tard encore, jusqu’à l’arrivée du chemin de fer dans la ville, au milieu du XIXe siècle, qui sonne le glas de sa marine.

99Assemblés, en 1582, pour délibérer sur les moyens propres à l’acquittement des dettes de la ville occasionnées par les guerres civiles et religieuses ainsi que par l’épisode pesteux des années 1579-80, les paroissiens de Sainte-Croix sont manifestement de milieux sociaux très divers : s’y trouvent aussi bien des écuyers comme Honoré de Lestang Parade ou Gonin d’Antonelle que des juristes comme Richard de Sabatier, des bourgeois comme Nicolas Marin mais aussi, des artisans comme le charpentier Barthélémy Giraud dit Couque et des pêcheurs tels Guillaume Tenquet et Jean Croutaud.

  • 39 O. Caylux-Roure a repéré, au XVIIIe siècle, pas moins de 11 hôtels particuliers nobles dans ce quar (...)

100Il en est de même dans la paroisse voisine, Saint-Laurent : en 1627, les ouvriers de l’église sont François de Chateauneuf, écuyer, Antoine Deville, marchand, Jean Brun, pêcheur et Jean Joseph, meunier ; parmi les marguilliers élus en 1703, se trouvent le bourgeois Arnaud et le patron Simon Gabriel ; en 1748, lors de l’élection, le premier marguillier, noble François Xavier de la Tour, est remplacé par Étienne Delon, patron devenu négociant, les trois autres, Jean Joseph, Claude Guerre et Robert Clément, respectivement par Jean Castelan, Jacques Bion et Claude Marteau dont les patronymes se rencontrent dans les registres de catholicité ainsi que dans les déclarations de bâtiments à l’Amirauté pour désigner des matelots et des patrons. Si la forte implantation des marins du commerce ressort aussi à travers la composition socioprofessionnelle des cadres de la paroisse Saint-Laurent, dans l’ensemble du quartier de la Roquette la mixité sociale est de règle. Les très beaux hôtels particuliers39 que l’on peut y voir encore, en témoignent : dans la rue de la Roquette même, se trouve l’hôtel de la famille d’Antonnelle et, non loin de lui, l’imposant hôtel du Roure ; un peu en retrait de la rue, à proximité du couvent des Grands Augustins, se dresse l’hôtel de Damian-Vinsargues ou encore, plus modeste, mais plus ancien, dans la petite rue qui porte son nom et débouche sur la rue Genive, l’hôtel renaissance du bourgeois Pierre de Bibion. Les « confronts » de maisons inventoriées au XVIIIe siècle nous montrent que des bourgeois, des marchands, mais aussi des prêtres ou des chirurgiens habitent, tout comme les divers artisans que l’on s’attend à trouver dans le quartier, à côté des patrons, matelots et pêcheurs : ainsi, la veuve du patron pêcheur Maurice Faure a pour voisin un bourgeois ; la maison du patron de barque Charles Mayon jouxte celle d’un marchand et celle d’un aubergiste ; le patron Jean Legier qui abrite sous son toit sa fille et son gendre matelot, a une maison mitoyenne avec celle d’un chirurgien et celle d’un maçon ; Paul Nard, qui est locataire de Messire Pierre Maximin, habite entre un maître plâtrier et un chanoine de La Major ; Mathieu Guinchet est entouré de maçons : il loue, à l’un d’eux, l’une des maisons qu’il possède, attenante à celle qu’il habite, et en a un autre pour voisin, de l’autre côté. Par ailleurs, comme on peut s’y attendre, une bonne partie des « confronts » mentionne, lorsque la profession n’est pas omise, le voisinage de patrons.

Vue partielle du faubourg de Trinquetaille
Extrait du plan levé par N. Quiqueran de Beaujeu en 1743.
On y voit l’église paroissiale Saint-Pierre, le grenier à sel. Le Parc du Roi se situe un peu plus au Sud sur la rive. On peut aussi remarquer la large ouverture du quartier sur la campagne

  • 40 ADB du R, 11 B 2, en date du 05/02/1650.
  • 41 Puisqu’à la fin du XIXe siècle, « installé sur la rive gauche, dans le quartier de Barriol, le chan (...)

101Maisons ou immeubles de rapport que possèdent, dans le quartier, bourgeois ou artisans aisés, sont loués à des matelots : ainsi, Philippe Fréchier et Jean Escuyer, tous deux matelots, sont colocataires d’une maison près de la porte de la Roquette ; ils en occupent chacun trois chambres, l’un au dessus de l’autre. Des témoignages qui émaillent les registres de sentences de l’Amirauté, on peut noter, à côté des pêcheurs, la présence à Sainte-Croix, où ils ont des étables, de muletiers dont une part de l’activité est orientée vers le transport du poisson des zones de pêche vers le marché urbain. Charpentiers et calfats du quartier sont sollicités non seulement pour la réparation des barques, celles des patrons comme celles des pêcheurs, mais aussi pour leur construction : ils ont leurs chantiers navals installés sur le bord du fleuve, « aux plages de la porte de la Roquette »40. Tout comme à Trinquetaille, cette activité s’y est maintenue fort longtemps41.

102Les pêcheurs font aussi appel, dans leur quotidien professionnel, à des teinturiers pour leurs filets et à des cordonniers pour fabriquer les estivaux, – ces bottes qu’ils utilisent à la pêche –, comme Pierre Benezet dont les filets sont saisis par le teinturier Claude Dufour afin de le contraindre à en payer la teinture et qui se voit obliger à payer les 15 livres qu’il doit au maître cordonnier qui lui a confectionné une paire d’estivaux. Le nom de porte de la Teinture servant aussi à désigner la porte Notre-Dame qui s’ouvre dans les remparts derrière la paroisse Saint-Laurent, rappelle l’existence de la Grande Teinture et indique que, selon toute vraisemblance, les teinturiers étaient rassemblés dans cette partie de la Roquette, ce qui confirme leur proximité géographique avec les pêcheurs.

L’intégration au-delà du quartier maritime : formes et lieux

Les relations économiques

103Les opérations commerciales et financières sur lesquelles nous nous sommes longuement étendue, imposent aux patrons du commerce, aussi bien pour l’armement que pour le fret, des relations fréquentes et suivies avec les élites qui possèdent le pouvoir financier, mais aussi, on l’a vu, avec nombre d’artisans qui se lancent dans le prêt maritime.

104Il existe cependant, d’autres relations économiques qui mettent en rapport les gens de mer et les autres : celles qui résultent des opérations de crédit faites à titre privé cette fois. Les registres de notaires fournissent de nombreux actes qui permettent d’appréhender les pratiques du prêt en usage à Arles dans le milieu maritime. Toutefois, il n’est pas aisé d’avoir l’assurance que le prêt consenti est destiné à financer des affaires personnelles : l’expression « prêt amiable », ou celle « pour subvenir à ses affaires urgentes » ou l’absence d’information sur l’objet de l’emprunt ont été retenues comme indicateur d’une affaire qui sort du domaine professionnel.

  • 42 Elle figure dans le tableau 17, en annexe.

105La répartition des différents types d’actes de notaires passés par les marins et pêcheurs arlésiens en 1582, 1650, 1703 et 174842, montre l’importance du recours au crédit à des fins non professionnelles : près de 20 % de l’ensemble des actes passés par des gens de mer ont un rapport avec un prêt, que ce soit l’emprunt lui-même ou la quittance de celui-ci. On ne peut, cependant, pas ignorer que les actes de notaires ne permettent pas de cerner toute la question de l’endettement, car l’existence probable d’engagements oraux, celle avérée de cédules privées en 1582 déjà, puis les progrès de l’alphabétisation occultent certainement une bonne partie de la réalité.

L’endettement des gens de mer

106Dans l’étude des documents dont nous disposons, se reflète le changement de composition de la population maritime entre la fin du XVIe siècle et le milieu du suivant : en 1582, les trois quarts des gens de mer qui empruntent sont des pêcheurs, les autres sont des « ribeyriers » et des mariniers ; à partir de 1650, la situation est presque inverse : parmi les navigants qui font un emprunt, il y a plus d’une fois sur deux un patron et moins d’une fois sur cinq un pêcheur.

  • 43 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 736, f° 341 v°.
  • 44 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 739, f° 102 v°, en date du 13/10/1766.

107Quels sont leurs créanciers ? Quelle que soit la période, tous font appel principalement aux notables et aux commerçants en premier lieu puis, à leurs confrères dans la profession : pour un peu plus d’un crédit sur deux, marins et pêcheurs s’adressent à un bourgeois, marchand, procureur, juge ou maître chirurgien ou à un pêcheur, patron ou marinier, ce rapport peut atteindre deux sur trois en 1748. Le recours aux capitaux des notables et négociants se renforce au milieu du XVIIIe siècle ; le milieu maritime paraît moins sollicité, toutefois, l’impression est faussée par le fait que parmi les négociants auxquels font appel marins et pêcheurs se trouvent d’anciens patrons qu’un parcours professionnel réussi a placé dans le monde du négoce ; tout négociants que sont les Brun, Delon, Rebec, Roubion, ils viennent du milieu maritime et, marins et pêcheurs se tournent vers eux, formant une sorte de clientèle de l’élite du commerce maritime arlésien. S’endettant pour la vie quotidienne, pêcheurs et marins du commerce arlésiens ont tendance à faire appel, pour cela, à ceux qu’ils côtoient dans l’exercice de leur travail, leurs partenaires commerciaux ou leurs confrères professionnels. Mais l’horizon social de leurs créanciers s’élargit aussi, au cours du XVIIIe siècle au monde de l’artisanat d’une part, et à celui de la terre, d’une autre. On pourrait être tenté de faire un clivage entre vie professionnelle et vie privée ; il semble n’en être rien : ce sont les mêmes auxquels on s’adresse pour un prêt, aussi bien pour avitailler sa barque que pour une « urgente affaire » et ce sont aussi bien des voisins du quartier que d’autres. Enfin, le milieu familial joue un rôle non négligeable dans ces solidarités de proximité : en 1582, deux des frères André dits Baudeye ont recours à un autre membre de la fratrie, pêcheur comme eux ; le batelier Nicolas Monier fait appel à son beau-frère, aussi batelier ; en 1650, le « ribeyrier » Pierre Argot sollicite son beau-frère ménager ; les liens familiaux peuvent être plus lointains : « sorâtre » pour la veuve d’un pêcheur en 1703 ou cousins pour deux patrons, l’un ménager, en 1650, l’autre négociant, en 1748. Il est même jusqu’au curé, lui aussi un familier de ses paroissiens, qui porte secours à ses ouailles dans le besoin, en leur prêtant dans l’urgence : en 1719, Lucrèce Gabriel, à la mort de son époux, patron de barque, emprunte à la fois à une voisine et à un prêtre pour « les frais funéraires et autres de la maladie de son mari »43. La veuve du matelot Honoré Arnaud, tout comme celle du patron Pierre Clemens, font appel à leur mère dans l’adversité. Un autre aspect de l’endettement n’apparaît pas dans les actes notariés : le prêt sur gages. Dans la cinquantaine d’inventaires après décès dont nous disposons, huit mentionnent l’engagement d’objets contre des sommes relativement modestes. Des billets du Mont de Piété se rencontrent dans six successions ; leur montant varie entre 12 et 84 livres mais le cumul de plusieurs billets peut se monter à plus de deux cents livres. Le prêt sur gage peut aussi être une affaire de famille : la veuve du patron Antoine Benoît, outre le linge qu’elle a gagé au Mont de Piété, a mis en dépôt un miroir chez sa belle-sœur. Les objets engagés sont, toutefois, plus fréquemment du linge, des « bijoux et nippes »44.

  • 45 AMA CC 415, recensement du terroir en 1643.

108Quelles sont les sommes prêtées ? Ramené à une base commune, l’endettement moyen des gens de mer ne varie pas beaucoup à Arles. Les valeurs, exprimées en setiers de blé, rendent compte d’un endettement important si on prend comme base les 5 setiers par an que la commune évalue en 1643 comme besoin individuel en blé45. Les mêmes calculs, faits en excluant les dettes pour achat d’un bien-fonds qui sont plus lourdes que celles contractées à d’autres fins – celles du quotidien –, on arrive à une valeur moyenne de 18 écus 28 sols soit 17 setiers de blé en 1582, 116 livres 8 sols soit 17 setiers de blé en 1650 et 249 livres 15 sols soit 18 setiers et demi en 1748.

109Le poids de l’investissement immobilier pèse particulièrement lourd chez les patrons en 1650 : il fait passer le montant moyen de leurs dettes de 128 livres, soit 19 setiers de blé, à 272 livres 6 sols, soit 40 setiers de blé ; période faste pour le port d’Arles, les patrons achètent des maisons et leur endettement s’élève par ce biais ; pas de telles dépenses en 1703 puis, à nouveau, les biens immobiliers grèvent le budget des patrons en 1748 : le montant moyen de leur endettement passe de 281 livres 8 sols, soit 21 setiers de blé, à 337 livres 13 sols équivalant à 25 setiers. Mariniers et matelots ont, après 1650, des dettes dont le montant est moins élevé, en moyenne, que les autres catégories, et va, plutôt en diminuant (ramenés en setiers de blé, les chiffres sont 11 en 1650, 12 en 1703 et 8 en 1748), suggérant, peut-être, une légère amélioration de leur condition dans le courant du XVIIIe siècle.

  • 46 ADB du R, 405 E 838 f° 277 v°. L’acte indique que le remboursement de la dette traîne puisque le cr (...)

110À quelles fins ces emprunts sont-ils contractés ? Hormis dans le cas d’immobilier, il est bien rare de le savoir : la pudeur du débiteur ou celle du notaire qui instrumente, conduit à la fréquente et lapidaire formule : « pour prest amiable ». Quelques rares actes sont un peu plus explicites. Ils dévoilent alors la misère et la détresse des débiteurs : dettes pour se nourrir, se loger et se soigner sont les plus fréquentes et, les plus exposées sont les veuves souvent chargées d’enfants au décès de leur mari. Il s’agit de prêts probablement difficiles à recouvrer par le créancier, souvent de prêts en nature. Ainsi, en 1650, un patron paralysé, puis sa veuve, sont contraints d’emprunter pour des aliments de bouche et le paiement de la dernière rente de la maison. Durant la maladie de son mari patron, médicaments et marchandises fournis par le maître apothicaire se montent à 156 livres – ce qui représente une grosse somme en 1650, le prix de 23 setiers de blé –, et Louise Jaussarde n’a d’autre moyen que de lui vendre une rente annuelle au denier 16 (6,25 %), en attendant des jours meilleurs où elle pourra rembourser le capital46. La vente d’un bien immeuble, lorsqu’on en possède un, permet le règlement d’une dette criante : en 1703, deux veuves ne peuvent faire face au remboursement de la centaine de livres qu’elles ont empruntées pour se nourrir qu’en vendant une vigne. Les inventaires après décès tout au long du XVIIIe siècle, relatent des circonstances similaires : en 1766 et 1767, c’est aussi la maladie, suivie de la mort de leur mari, qui contraint les veuves des matelots Honoré Arnaud et Jean Manne à emprunter, à gager ou à vendre, bijoux, vêtements et linges, pour les frais médicaux mais aussi pour leur subsistance journalière.

111L’endettement des gens de mer fonctionne, en partie, en cercle fermé, puisque près d’un emprunt sur quatre est sollicité auprès d’un des leurs ; ainsi, dans le milieu maritime chacun peut-être, à tout de rôle, débiteur et créancier.

Les gens de mer comme créanciers

  • 47 En 1650, 51 actes : dans 24, le créancier est un marin ou pêcheur, et dans 35, c’est le débiteur qu (...)

112Dans ce domaine encore, les pratiques en vigueur à la fin du XVIe siècle changent aux siècles suivants. Les pêcheurs, et surtout eux, mais aussi des bateliers et des mariniers sont plus souvent en position de créanciers que de débiteurs dans les actes de notaires : sur les 76 relevés en 1582, ils sont créanciers à 46 reprises et débiteurs 39 fois. Le rapport s’inverse ou s’équilibre ultérieurement47. L’effacement numérique des pêcheurs de la position centrale qui est la leur dans le milieu maritime à Arles à la fin du XVIe siècle est, ici aussi, très visible ; en 1582, ce sont les plus nombreux, parmi les gens de mer, à prêter de l’argent : sur 46 actes de crédit dont le créancier est un marin ou un pêcheur, 26, soit plus de la moitié, sont passés par des pêcheurs alors que par la suite, ils ne se trouvent en position de prêteur guère plus d’une fois sur cinq, la proportion s’inversant au profit des patrons.

113La comparaison du montant moyen des sommes empruntées et de celui des sommes prêtées met en évidence une opposition entre le XVIIe et le siècle suivant : marins et pêcheurs prêtent des sommes plus importantes que celles qu’ils empruntent en 1582 et 1650, alors que la tendance est inverse en 1748. Créanciers de sommes qui vont en augmentant entre 1582 et 1650, les patrons et pêcheurs arlésiens consacrent nettement moins de capitaux au commerce de l’argent au milieu du XVIIIe siècle ; en 1748, dans les sources notariales, ils sont proportionnellement plus nombreux en tant que débiteurs que créanciers et les sommes qu’ils prêtent sont plus faibles alors que leur endettement se maintient.

114Les marins du commerce engagent des capitaux supérieurs à ceux des pêcheurs ; la cause est-elle à chercher dans une familiarité plus grande des premiers avec les instruments financiers et une plus large ouverture sur le monde ou dans une plus grande méfiance des seconds face au crédit, à l’égale de celle qu’on prête aux sédentaires du milieu agricole ? La hiérarchie des fortunes s’oppose à une interprétation en terme de niveau de richesse. En effet, les sources fiscales ont montré que les pêcheurs se placent financièrement entre patrons et matelots et, même si leur situation s’affaiblit au XVIIIe siècle, les inventaires après décès, il est vrai peu nombreux, tendent à confirmer que le niveau de fortune des pêcheurs ne diffère guère de celui des matelots et même des patrons.

115Qu’il soit en situation de créancier ou de débiteur, le marin ou le pêcheur cherche son partenaire en priorité parmi ses proches, ceux qui exercent le même métier que lui ou ceux qui vivent dans son entourage, famille ou voisins comme les artisans. Lorsqu’il sort de ce cadre, débiteur, il a recours à plus fortuné que lui, bourgeois ou noble, créancier, il prête plutôt à plus pauvre que lui.

116Les relations économiques indispensables nouées par les marins et pêcheurs arlésiens favorisent leur contact avec le reste de la population, mais elles contiennent un rapport de dominé à dominant que ne referme pas celui qui s’instaure dans la vie de tous les jours au travers des rencontres qui se produisent dans les lieux privilégiés que sont pour les gens de mer les quais, mais aussi les lieux de piété et de délassement.

Les lieux de contact et d’échange avec le reste de la ville

Les quais

  • 48 AMA, CC 74 et 75. Voir, pour la localisation des portes, l’extrait du Plan levé par N. Quiqueran de (...)
  • 49 ADB du R, 405 E 698, f° 513.

117Dans les premières années du XVIe siècle, le port d’Arles possède déjà un quai bâti dont l’agrandissement est décidé en 1526. Au tout début du siècle suivant, la paix civile et religieuse revenue, la ville, à laquelle le roi a accordé une partie de la recette du droit de « 2 % », reconstruit ses murailles, prolonge et aménage ses installations portuaires. Les livres de comptes de cette taxe, tout comme les registres du notaire de la communauté J. Daugières, montrent les étapes de la réalisation de ces travaux. Le quai qui avait atteint la porte de Lamanon en 1521, se voit prolonger vers le sud, jusqu’à la porte Notre-Dame en 1611. Les prix-faits, passés aux maçons chargés de la reconstruction, montrent que la muraille endommagée est auparavant reculée pour laisser place au quai : l’ancienne muraille, presque arasée, sert alors de base à celui-ci. En 1613, le même travail se poursuit en remontant le long du Rhône vers le nord, entre les portes Saint-Laurent et Saint-Martin et, en 1616, le quai atteint le couvent des frères prêcheurs. La porte de la Roquette est réédifiée en 1618 ; la même année, près de la porte Saint-Louis, à l’ancrage du pont de bateaux, est bâti le bureau de la foraine pour la commodité des marchands. La construction des quais se poursuit : la portion qui va de la porte Sainte-Croix à celle des Augustins, dans la Roquette, est réalisée entre 1625 et 1627, en même temps qu’est bâti le grenier à sel48. Les quais sont agrémentés de bancs, d’un parapet et d’escaliers permettant de descendre de la plate-forme au fleuve, « pour la commodité des habitants qui vont puiser de l’eau dans ladite rivière du Rosne et abreuvaige du bestail »49, le tout en pierres de Beaucaire.

  • 50 Il s’étend de la porte de la Teinture (ou Notre-Dame) à celle des Jacobins, BMA, ms. 360, f° 150, o (...)

118Sur la rive gauche, le port d’Arles s’étend de la Roquette jusqu’à la porte des Jacobins et un quai bâti le borde presque entièrement50 et, en face, du côté de Trinquetaille depuis le Parc du Roi jusqu’à l’église Saint-Pierre, mais, la partie la plus animée est, sans conteste, celle qui va de la porte Saint-Laurent au couvent des Prêcheurs sur laquelle donne l’église Saint-Martin et de laquelle part le pont de bateaux. Ce quartier connaît un incessant va-et-vient : on fait charger ou décharger les marchandises par les portefaix qui s’y trouvent, on y cherche de l’embauche, on y prend connaissance de tous les décrets et ordonnances qui y sont criés ou placardés, mais aussi on y flâne et lézarde sur les bancs ; il est d’autant plus agréable aux promeneurs et piétons que la circulation à cheval et celle du bétail y sont interdites. Le pont de bateaux le relie au faubourg, non moins actif, de Trinquetaille : on le traverse rapidement pour vaquer à ses affaires mais aussi on s’y promène, désœuvré. Les encans des barques, vendues à la requête des créanciers des patrons, se tiennent au quai où elles sont amarrées, telle celle du patron Pierre Bernard dont les enchères ont lieu à cinq heures du soir sur le quai devant la porte Notre-Dame. Les témoignages transcrits par le greffe de l’Amirauté, sont très instructifs et livrent une image très vivante du port d’Arles : une affaire d’arbre de barque endommagé, par exemple, nous introduit à la vie qui s’y déroule en 1683. Sur le quai proche du pont, un maître d’ache travaille un arbre de barque qu’un patron a acheté au sieur Tumin, un bourgeois qui se trouve être commis de la Marine ; l’arbre se révélant défectueux, le patron se précipite chez le vendeur, à Trinquetaille ; en l’absence de celui-ci, sa femme se rend sur place et la discussion s’engage sur ce qu’il convient de faire ; deux patrons qui étaient là proposent leur solution ; la femme, qui préfère attendre le retour de son mari, part faire ses courses à la poissonnerie ; en y allant, elle rencontre Honoré Engalier, charpentier entretenu du roi, habitant lui aussi Trinquetaille, et lui demande, en tant qu’expert, son conseil. Non loin de là, se reposant sur un des bancs de pierre du quai, un ancien patron de barque, âgé – il dit avoir 82 ans –, a vu la scène et, comme les autres témoins, la raconte devant le lieutenant de l’Amirauté ; puis lui succède à la barre un patron d’allège qui, vers les quatre à cinq heures ce soir-là, passait sur le quai. Vient ensuite Honoré Hugon âgé de 67 ans, écrivain de barque, qui se trouvait là aussi ; il nous apprend que le maître d’ache a fait appel à toutes les personnes présentes pour lui donner un coup de main afin de retourner l’arbre ; le patron propriétaire de l’arbre parti, le maître d’ache découvrant le défaut, c’est alors aux enfants du patron, son client, qui devaient traîner par là, qu’il s’adresse pour les envoyer chercher leur père. À tout ce monde, s’ajoutent deux mesureurs à blé qui se trouvaient aussi sur place au moment des faits. Les témoignages sont transcrits en style direct ce qui rend la scène plus vivante encore. C’est aussi sur le quai que se règlent des différends : la femme du matelot Joseph Marseille y aborde le patron Jean Clerc pour lui demander le salaire de son mari ; les témoins de la scène, la veuve d’un patron pêcheur et la femme d’un travailleur, se trouvaient sur le quai, assises sur un des bancs de pierre.

119Le port et, plus particulièrement la place, qui se trouve devant l’église Saint-Martin est à la fois lieu de contact des gens de mer avec le reste de la population mais aussi siège de lieux de piété chers aux patrons et aux marins.

Les lieux de piété

120Ils sont centrés sur les églises dans lesquelles se trouvent les chapelles des confréries qui regroupent les hommes par métiers : celle du couvent des Grands Augustins, l’actuelle paroisse Saint-Césaire, au cœur de la Roquette, côté Sainte-Croix, où est installée la confrérie Saint-Pierre des pêcheurs et l’église Saint-Martin dans laquelle est érigée la confrérie Saint-Nicolas de marins. Saint-Laurent abrite, elle, le siège de celle connue sous le vocable Notre-Dame-de-Bon-Voyage où se rencontrent patrons et marchands.

  • 51 En outre, les confrères se chargent de l’accompagnement de leurs membres décédés et portent assista (...)
  • 52 ADB du R, 401 E 114, f° 471. Sur les problèmes sanitaires posés par le cimetière des noyés, voir M. (...)
  • 53 La chapelle de la confrérie Saint-Pierre est, dans Saint-Césaire, la première côté Évangile et cell (...)

121Seule Saint-Martin, est à l’extérieur de la Roquette, mais elle se trouve au centre de la partie animée du port. À proximité, sur le quai, près de la porte Notre-Dame, s’élève la petite chapelle Saint-Nicolas qui appartient à la confrérie du même nom. Lors de sa visite pastorale, en 1778, Monseigneur Dulau note, prudemment, qu’on lui dit qu’elle avait été construite en 1623 ; en 1626, les confrères s’y assemblent pour décider de quitter l’église Saint-Martin, jugeant être mal servis par les ouvriers et le curé de la paroisse malgré les promesses faites lorsqu’ils abandonnèrent celle des Pères Augustins où ils étaient auparavant. Invoquant le refroidissement du zèle de certains confrères, ils envisagent, pour y remédier, de regagner le quartier de la Roquette en s’installant dans l’église Saint-Laurent, « autant proche et commode que Saint Martin » qui leur offre la possibilité d’avoir à la fois une chapelle propre, une armoire pour mettre la chasse de Saint-Nicolas et un cimetière pour l’ensevelissement des pauvres noyés, l’une des œuvres pies dont la confrérie a la charge51. L’affaire est grave, puisque les confrères se scindent pour procéder à l’élection des prieurs quelques mois après cette assemblée : certains s’assemblent de manière accoutumée à Saint-Martin, d’autres font une contre-assemblée dans la chapelle sur le quai. Des travaux de réfection et des modifications d’importance à apporter à l’église Saint-Martin sont décidés, vu son état de décrépitude, par l’assemblée des paroissiens en 1626 ; ils sont achevés en 1630. L’église initiale est totalement modifiée. Ces changements influent sur la décision des confrères qui décident de rester dans la paroisse et, en 1630, passent une nouvelle convention avec les ouvriers et marguilliers de Saint-Martin ; la réfection d’ensemble de l’église leur permet, alors, d’acheter une chapelle propre et de continuer l’ensevelissement des chrétiens noyés dans le cimetière de la confrérie qui est à côté. Ils acquièrent l’ancien presbytère « joignant la chère à prescher avec sa petite sacristie à côté de ladite chapelle qui prend jour dans ledit cimetière des noyés »52 comme chapelle, c’est-à-dire, dans l’église remaniée, la troisième du côté Évangile ou à gauche en entrant53.

122En 1778, sept ans avant sa démolition, on disait encore la messe dans la petite chapelle sur le quai, le jour de Saint-Nicolas et pendant la foire de Beaucaire ; il y a lieu de penser, au vu des documents, qu’elle était destinée aux messes que les patrons et marins entendaient avant de prendre la mer, mais que, peu à peu, sa raison d’être disparaît – sa démolition en 1785 en témoigne –, sauf pendant la foire de la Sainte-Magdeleine où il y a affluence de bâtiments allant et venant de Beaucaire. En 1751, les membres de la confrérie Saint-Nicolas obtiennent de l’Archevêque que la chapelle que le roi a fait bâtir à l’embouchure du Rhône, près de la tour Saint-Louis,

  • 54 AMA, GG 82, f°89.

par là même très commode pour donner moyen aux patrons et mariniers d’entendre la sainte messe surtout les dimanches et fêtes, lorsque ne pouvant continuer leur navigation, soit en hiver par le mauvais temps, soit en été par le peu d’eau, ils se trouvent obligés de s’arrêter près de ladite chapelle ce qui arrive souvent…54.

123soit bénie. Ils se chargent de payer un prêtre qui y dit trois messes par semaine, y compris dimanches et fêtes. Il apparaît là que le rôle dévolu à la chapelle Saint-Nicolas a été transféré à celle proche de la tour Saint-Louis dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en raison des longues attentes forcées aux embouchures du fleuve. Les conditions du trafic fluvio-maritimes ayant changé par rapport au siècle précédent, le lieu de culte où est célébré le service religieux destiné aux marins se déplace. L’utilité de la chapelle Saint-Nicolas sur le quai diminue au point qu’elle est démolie à la veille de la Révolution.

124L’église Saint-Martin et, tout près, la chapelle du même nom sur le quai constituent au cœur même du port un pôle essentiel de la dévotion des marins et patrons ; situé à l’extérieur du quartier maritime, il rassemble les marins du commerce de quelle que paroisse qu’ils soient ; l’importance de la population maritime de Trinquetaille ressort cependant, car la confrérie Saint-Nicolas a un prieur particulier pour ce faubourg. La situation du lieu n’a pas échappé aux confrères lorsque, en 1630, ils ont décidé de maintenir leur présence dans ce qui est à la fois, la partie centrale de la cité et le cœur de l’activité portuaire.

125La création et l’appartenance à ces confréries, ordonnées autour d’un travail et d’une sensibilité religieuse partagés, traduisent un sentiment identitaire certain. Elles affirment l’originalité et la cohésion des populations maritimes face à la société urbaine d’une part et d’autre part, à l’intérieur du monde des navigants, le particularisme de sous-groupes, pêcheurs et barquiers. Mais, à côté d’elles se créent, dans le courant du XVIe siècle, des confréries de dévotion qui trouvent un large écho en Provence, les confréries de Pénitents. Quatre compagnies sont fondées à Arles : les Pénitents Noirs, en 1520, dont la chapelle est aux Grands Carmes ; la confrérie Notre-Dame-de-Pitié ou confrérie des Pénitents Blancs, en 1532, dont la chapelle est dans la Roquette, à côté du couvent des Grands Augustins ; les Pénitents Bleus, en 1549, dont la chapelle se trouve dans l’enceinte du couvent des Dominicains ; les Pénitents Gris, fondés la même année, qui ont leur chapelle aux Franciscains, c’est-à-dire entre le théâtre et les arènes. De l’étude faite par H. Gay sur les Pénitents d’Arles, il ressort une représentation significative du monde de la mer parmi les confrères : d’après le livre de réception des Blancs, il y a 9 % de barquiers, mariniers et pêcheurs reçus entre 1610 et 1618 ; entre 1640 et 1644, mariniers, patrons de barque et pêcheurs sont 11 %. L’absence de documents datant de la première moitié du XVIIe siècle, relatifs aux autres compagnies de Pénitents ne permet pas de déterminer si elles autant ont attiré les marins que les Blancs. Il serait tentant de penser que non, eu égard à la situation géographique du siège des Pénitents Blancs, dans la Roquette et à son affiliation ultérieure aux Pères de la Merci, pour la rédemption des captifs. Toutefois les chiffres comparatifs, cités par H. Gay, entre les pourcentages de membres actifs des Blancs et de Bleus, dans la dernière décennie du XVIIIe siècle, tendent à infirmer cette hypothèse : les deux compagnies ont chacune 5 % d’actifs issus du milieu de la mer. Cependant, il est difficile d’évaluer l’évolution des mentalités et des sensibilités entre la fin du XVIe siècle et celle du XVIIIe. Sans trancher la question, on peut remarquer l’attrait exercé par cette forme de dévotion chez les pécheurs ou les marins dans les décennies qui ont suivi son apparition puisque certains d’entre eux, figurent dans le registre de réception des Pénitents Blancs dès les années 1560. Le caractère aristocratique et bourgeois du recrutement initial s’élargit dès le début du XVIIe siècle : l’effectif est nombreux et toutes les catégories sociales y sont alors représentées. Le nombre des réceptions chute au XVIIIe siècle ; la désaffection touche tous les milieux dès la fin du XVIIe siècle, mais celle des notables y est davantage perceptible. La cinquantaine d’inventaires après décès recensée nous livre huit mentions d’appartenance à l’une de ces confréries, majoritairement celle des Pénitents Blancs ; quittance de l’exacteur, rappel à l’ordre du recteur, ou tout simplement détention d’habit ou de caban de Pénitents dénotent, tout au long du siècle, l’adhésion à cette dévotion, de marins et de pêcheurs, pauvres comme plus fortunés.

126Ces confréries de dévotion ne renvoient pas aux contours d’une profession, mais la présence dans leurs rangs de marins et de pêcheurs témoigne de la représentation de la population maritime dans les formes de sociabilité et de piété de la société dont elle fait partie. Tout comme les lieux fréquentés, elles démentent le repli sur le groupe sur lui-même. L’ensemble des gens de mer présente un caractère original par son ambivalence : population au comportement grégaire, elle est cependant en contact quotidien avec les autres habitants de la ville, dans, comme à l’extérieur, du quartier dans lequel elle se reconnaît.

127Si le quai, l’église et les lieux de dévotion sont des lieux de contact et d’échange, le cabaret en est, traditionnellement, un autre d’importance pour les gens de mer.

Le cabaret

128Leur nombre de ceux-ci semble avoir peu varié entre la fin du XVIe siècle et celle du XVIIIe : le dénombrement de 1764, fournit six gargotiers, cinq traiteurs, trois hôtes et quatre cabaretiers dont un à Trinquetaille, soit un total de dix-huit ; le vingtième en 1750, mentionne dix-neuf hôtes et cabaretiers ; alors qu’un relevé assez sommaire des occurrences de cette profession dans les registres de notaires en 1582, révèle seize hôtes dont deux à Trinquetaille. La répartition géographique des cabarets nous échappe malheureusement presque totalement. On peut seulement noter que le curé de Saint-Julien se plaint en 1778, de ce que les cabarets de sa paroisse sont remplis de ses ouailles pendant les offices et qu’il y en a plusieurs ainsi que des bouchons dans la Roquette, selon les dires de la patrouille de police intervenant dans l’un d’entre eux en 1772.

  • 55 BMA, ms. 260, f° 15 v°.

129Le cabaret a, outre son rôle premier, une fonction économique importante. C’est dans le logis à l’enseigne de la Fleur de Lys, que s’assemblent, en 1542, officiers du roi, consuls et notables de la ville pour désigner la « personne la plus idoine pour exercer l’office de lieutenant de la maîtrise des Ports »55. En dehors de ce cas, probablement exceptionnel, des affaires plus modestes s’y traitent. Ainsi, Jeanne Matheronne, servante au logis de l’Aigle d’Or, est-elle témoin, en 1669, des transactions concernant la vente des oranges qu’un marchand de Toulon a apportées dans la barque d’un patron arlésien. Le troc, arbre de mât contre ancre, auquel procèdent les patrons Jean Vetton et Étienne Dumas, en 1716, se scelle par un déjeuner chez Honoré Lamotte, hôte de la Tour de Bouc, qui a, d’ailleurs, auparavant, été consulté sur l’affaire.

130Relais économique de la vie maritime, le cabaret l’est aussi dans l’implication de son propriétaire dans la vie professionnelle de ses clients. Au courant de bien des affaires traitées chez lui, il en connaît les dessous et son avis est parfois requis, comme ci-dessus ; il peut être tenté et même sollicité, pour participer à certaines entreprises commerciales. C’est le cas de Claude Magnin, hôte du Marteau, qui, à la fin du XVIe siècle, est associé à trois pêcheurs, dans l’exploitation de deux « bouliech » ou de Jean Louis, lui aussi hôtelier, qui, en 1656, est associé au « bourdigue » du Galéjon. Certains se font armateurs, comme, en 1702, le nommé Jacques qui participe pour un quirat et demi à l’achat puis à la mise en état de naviguer en mer d’une « courte » commandée par le patron Nicolas Aubenas, ou l’hôte du logis à l’image Notre-Dame, qui, quelques années auparavant, achète deux quirats sur une allège ou encore, plus tard, en 1741, l’hôtelier Esprit Gassaus qui fait de même, sur la tartane du patron Antoine Sourd.

131Leur position dans la ville et leur lien avec le commerce maritime sont reconnus par l’Amirauté lorsqu’elle remet à leur garde, barques, attraits ou cargaisons séquestrés en attendant le règlement d’un litige, en général d’ordre financier. Trois barques de Toulon sont arrêtées en 1652, à la requête des consuls de Marseille, en représailles contre les habitants de cette ville ; voile de maître, trinquet et gouvernail sont enlevés et remis à Lucien Ginoux, hôte du logis où pend l’enseigne de la Pomme d’Or, qui est séquestre des bâtiments ainsi immobilisés. La séquestration se termine parfois par la vente des objets saisis : ainsi la barque, prise au patron Barthélémy Fournier de Menton est-elle vendue aux enchères publiques ainsi que l’esquif et les deux tonneaux de jus de citron qu’elle contenait ; le prix de la vente revient au séquestre, ici, l’hôtelier Honoré Hugues, qui se paie alors, des frais occasionnés par la garde, et conserve le reste des deniers en attendant le règlement des dettes aux créanciers du patron malchanceux ou malhabile.

132Enfin, l’hôtelier ou le cabaretier est aussi quelqu’un auquel on peut faire appel pour des questions d’argent : en 1650, l’un d’entre eux prête 20 livres à un « ribeyrier » de Vallabrègues ; la veuve d’un autre a pour débiteur un capitaine de la Marine Royale, qui lui emprunte 102 livres ; en 1748, le marinier Antoine Rebellin a besoin de 150 livres que lui avance François Rolland, hôte de la ville. La relation est plus étroite, entre l’aubergiste et celui qu’on peut penser être un client fidèle, dans le prêt que consent Antoine Pascalet à un « ribeyrier » d’Avignon, en 1582 : il paie pour ce dernier, au receveur du droit du « 2 % » les 27 écus dus pour le passage d’une voiture de sel de Peccais. On peut envisager une familiarité comparable, entre Aubert Queyrat, patron batelier, et l’un de ses débiteurs, l’hôtelier Claude Magnin, dont on sait qu’il a, au même moment, des parts dans une société de pêche.

  • 56 ADB du R, 11 B 3, en date du 11/12/1688.
  • 57 AMA, FF 54, f° 102.

133Lieu de sociabilité où se nouent des relations, éphémères ou plus durables, dans un cadre bruyant, le cabaret attire la méfiance des pouvoirs publics et religieux. Il semble bien que celle-ci s’exerce particulièrement à l’égard de ceux qui se trouvent à la Roquette, tout au moins à la fin du XVIIIe siècle, puisque, c’est sur ordre des consuls que, la retraite ayant sonné, la patrouille de police commence par ce quartier. Ce type de sociabilité débouche-t-il sur le délassement ou sur la débauche ? Tout dépend de la définition donnée à ces mots par ceux qui les emploient ! Il est certain que la boisson que l’on consomme et partage en ces lieux, échauffe les esprits et peut occasionner des excès. Dans l’hôtellerie que tient la nommée Materone, à Notre-Dame-de-la-Mer, ce ne sont ni l’animation ni l’agitation qui sont perceptibles dans les témoignages qui relatent la scène, mais plutôt l’ennui et la tristesse. Jour de fête religieuse, la Toussaint, trois compagnons pêcheurs désœuvrés sont attablés dans l’auberge, ils mangent des châtaignes et boivent du vin blanc ; l’un d’eux, « continuellement et avec excès avalait un verre de vin blanc tout d’un coup ce qu’il réitéra plusieurs fois… »56 ; la patronne lui faisant crédit, il se rendit malade au point de quitter la pêche un mois avant la fin de son engagement, ce dont il répond devant le lieutenant de l’Amirauté. L’exemple d’Esprit Bouteille nous a déjà montré, vingt ans plus tôt, la vie difficile des pêcheurs embauchés pour pêcher les « melettes », entre la Saint-Michel et la Saint-André ; les 16 ans d’Esprit pouvaient expliquer son abandon du travail et son retour à Arles, mais le cas précédent met l’accent sur une autre cause : la difficulté d’assumer l’éloignement pendant plusieurs mois dans des conditions qu’on peut penser précaires. En ville, à Arles, l’animation est plus grande dans les cabarets ; malgré le couvre-feu à dix heures du soir, il y a encore des clients, une heure plus tard, dans celui de Denogeant, au « planet de Boussicaud » – l’actuelle place Genive – : ils sont trois, attablés avec les patrons du « caffé », dans la cuisine autour d’une bouteille de vin, deux jeunes gens de 20 ans, l’un charpentier, fils d’un maître constructeur de bâtiments de mer et l’autre matelot, fils d’un capitaine de bâtiments de mer et le troisième, un matelot plus âgé. Le peu d’empressement mis par les clients à quitter les lieux à la réquisition de la patrouille de police, mais surtout les invectives de la patronne à l’encontre du brigadier justifient une enquête du consul lieutenant général de police. L’ambiance n’est assurément pas la même que celle des Saintes-Maries-de-la-Mer : les deux jeunes gens viennent finir la soirée et boire une dernière bouteille, sachant très bien que malgré l’heure le cabaret sera ouvert. Ils sont familiers des lieux et des tenanciers ; chacun semble jouer une scène coutumière et tout est en place comme d’habitude ; l’affaire ne dérape que parce que la femme du patron perd son sang-froid, injuriant le brigadier, en lui reprochant d’accepter de se faire « entretenir dans le caffe sur le compte de son mary » sans pour autant vouloir fermer les yeux sur l’heure et, plus encore, de venir s’en prendre à eux alors « qu’il se gardoit bien d’aller aux cabarets où l’on jouoit »57.

  • 58 A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 333.

134Le cabaret joue, à Arles, comme ailleurs, un rôle multiforme « de relais économique, matériel et culturel de la vie maritime »58.

135La manifestation la plus frappante de l’originalité de la population maritime dans la cité est, sans conteste, son attachement à son implantation urbaine, au quartier de la Roquette tout particulièrement, témoignant de sa présence pluriséculaire dans ce Bourg qu’elle revendique comme le sien. Tout dans le quartier est centré sur les pêcheurs et les « ribeyriers » : la proximité et les accès au fleuve, le grenier à sel mais aussi les lieux de piété les plus anciens. C’est autour de ces hommes que l’identité maritime s’est construite à Arles. L’ouverture, à partir du XVIIe siècle, au commerce maritime s’est greffée, en partie, sur cette population, donnant des marins et des patrons pétris de leurs traditions. Le cœur du port et Trinquetaille, dont le développement est plus récent, se trouvent à l’extérieur du Vieux Bourg, renforçant pour ce dernier son aspect de conservatoire de la mémoire des pêcheurs et « ribeyriers » des siècles passés. La dévotion à Saint-Nicolas, que n’ignoraient pas les bateliers du Vieux Bourg, puisque la confrérie fut un temps abritée par les Augustins, prend place sur le port, près du pont de bateaux qui relie les deux rives, manifestant clairement son lien avec les activités fluvio-maritimes des marins et patrons.

136Mais, l’originalité de cette population tient aussi à son ouverture sur les autres composantes de la société urbaine ; en effet, le quartier maritime n’est pas un ghetto : même s’ils le marquent très fortement par leur présence, pêcheurs et marins y sont mélangés avec toutes les composantes sociales de la cité ; ils sont entre eux, mais au milieu d’autres, leurs voisins, leurs alliés, leurs partenaires professionnels.

  • 59 Ibid., p. 326.

137Toutefois, et, c’est particulièrement manifeste pour les pêcheurs, le repli sur le quartier montre les limites de leur intégration au monde urbain ; A. Cabantous parle, pour la côte atlantique, de « réflexe de défense des pêcheurs face à une économie qui se diversifie et une démographie en expansion »59 ; ces propos trouvent un écho à Arles. Les marins du commerce, par leur activité elle-même, ont davantage de relations, au moins d’affaires, avec le milieu du négoce et les élites urbaines ; l’ouverture du quartier sur le port, le maintien de leur lieu de dévotion à proximité de celui-ci, le développement des activités maritimes de Trinquetaille sont tous des indices qui plaident, eux, en faveur d’une ouverture plus large sur la cité.

138La vie familiale de ces hommes, à la fois fortement marqués par leur identité et cependant intégrés à la société, essentiellement au cœur de leur quartier, ne peut manquer de porter témoignage de cette dualité.

Notes

1 AMA, CC 1033. Il s’agit de « la taxe de 8 livres pour raison de 1 000 livres en fonds sur tous les biens fonciers maisons de ladite ville d’Arles, son terroir mesme sur les terres et marais desséchés ».

2 AN, B/3/238, f°397, en date du 19/08/1716, puis f° 412, en date du 04/11/1716, le commissaire revient sur le sujet.

3 Le rapport des 229 personnes relevées dans le registre de capitation sur total d’environ 700 patrons, matelots et pêcheurs présents à Arles dans le courant du XVIIIe siècle, fournit la fréquence de 33 %.

4 AMA, CC 25.

5 S. N. Fabarez, Miroir d’une vie au XVIIe siècle. Les livres de raison de Trophime de Mandon, gentilhomme arlésien, 1595-1674, Mémoire de Maîtrise sous la direction de P. Chaunu et M. Foisil, Université de Paris IV Sorbonne, 1984, p. 8 et suivantes : la table de conversion fournie, indique que, pour les herbages, une séterée correspond à 2612 m2, pour les terres arables, à 1741 m2. En considérant les vignes, olivettes et terres, énumérées dans le document, comme terres arables, on arrive à environ 0,5 hectare ; dans l’autre hypothèse, à 0,7 hectare.

6 Ibid., le barral correspond à 39,03 litres.

7 A. Collomp, La maison du père…, op. cit., p. 70.

8 Le tableau 13, en annexe, rassemble les chiffres obtenus.

9 Ils ne détiennent aucun bien-fonds dans la petite paroisse Saint-Lucien.

10 Par le terme fortune, il faut entendre ici l’évaluation globale des biens se trouvant dans l’habitation du défunt et inventoriés lors de la prisée ; il ne s’agit pas du patrimoine car n’y sont pas compris les biens immobiliers, les parts de bateaux, les créances ni les dettes qui sont, au mieux mentionnés, mais pas chiffrés.

11 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 739 non folioté, en date du 28/02/1730, 5B 738, f° 95 v°.

12 Ils se trouvent dans le texte intégral de la thèse dans les tableaux 15 et 16, annexe IV.

13 Elle se trouve dans le tableau 14, en annexe.

14 D. Roche, Le peuple de Paris, Aubier, 1981, p. 59.

15 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 745 f° 117, Blaise Boulouard, avoir nul et 5 B 736 f° 341 v°, Jacques Bouchet, avoir 50 livres.

16 Désignée par la jolie expression de « ciel ouvert ».

17 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 740, f° 11.

18 J. L. Abbé, B. Brunel, J.-C. Helas, M. C. Marandet, A. Serpentini, Les anciennes mesures locales du midi méditerranéen… op. cit. Les mesures agraires : la petite séterée de 66 dextres mesure de semence correspond à 17,462 ares.

19 L’orthographe variable du mot, parfois ceint, parfois, seing, n’a pas permis de trancher entre élément de ceinture ou sceau servant à la signature.

20 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 747, f° 336.

21 Larousse Illustré : article « cadis » : tissu de laine étroit et léger. Article « pinchina » : grosse étoffe de laine non croisée.

22 Façon arlésienne, étoffes et costumes au XVIIIe siècle, Museon Arlaten, publication du Conseil Général, 1998, p. 170 : couleur minime : brun couleur de bure. « les religieux Minimes portaient un habit de cette couleur ».

23 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 741, f° 856 v°.

24 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 739, non folioté, en date du 28/02/1730.

25 Le vin de Crau est plus prisé. Voir, sur le sujet, P. Quiqueran de Beaujeu, La Provence louée…, op. cit., p. 148-149.

26 B. Garnot, La culture matérielle en France, aux XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Ophrys, Gap, 1995, p. 17.

27 Elle figure dans le texte complet de la thèse au chapitre 6, p. 313 -326.

28 Élément particulier du vêtement des Arlésiennes, le droulet est aussi largement porté par les épouses des gens de mer. Pour sa description, voir Façon arlésienne, étoffes et costumes… op. cit., p. 30.

29 Le tableau 15, en annexe, donne les chiffres relevés dans le document. La carte 4, ci-dessus, illustre cette répartition.

30 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge…, op. cit., p. 468.

31 Ces fréquences sont le résultat du quotient du nombre d’actes dressés dans la paroisse par rapport au nombre total d’actes de même nature établis dans l’ensemble des trois paroisses.

32 Voir tableau 16 en annexe.

33 Voir à ce propos, N. Hostein-Alberola, Arles rénovation, réhabilitation en secteur sauvegardé, Marseille, 1995. L’auteur propose une typologie figurée des façades des maisons arlésiennes qui permet de se faire une idée précise de celles qui se trouvaient dans la Roquette.

34 AMA, FF 54, f° 38, en date du 29/09/1623.

35 L’Encyclopédie des Bouches du Rhône, 3e partie, p. 561-633, mentionne l’existence, en 1638, de cinq quartiers : la Cavalerie ou Bourg Neuf, La Major ou Cité, la Roquette ou Vieux Bourg, le Port ou Méjean et le Marché Neuf, faisant la jonction entre la Cité et le Vieux Bourg.

36 La rue Genive existe toujours, elle part de la petite place du même nom, appelée le planet de Boussicaud à l’époque moderne, et débouche sur le Rhône ; autrefois, elle débouchait sur les remparts à la porte qui portait le même nom.

37 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 745, f°254 v°.

38 Les gens de mer ne représentent pas non plus la totalité de la population du quartier maritime dans les autres cités : à La Rochelle, ils sont, en 1650, 30 % des habitants de la paroisse maritime Saint-Jean ; à Boulogne, en 1750, ils ne sont que 17 % des paroissiens de Saint-Nicolas. A. Cabantous, Le ciel dans la mer…, op. cit., p. 76.

39 O. Caylux-Roure a repéré, au XVIIIe siècle, pas moins de 11 hôtels particuliers nobles dans ce quartier dont trois n’existent plus, Présence du groupe nobiliaire dans la ville d’Arles sous l’Ancien Régime (1640-1789), Mémoire de DEA, sous la direction de R. Bertrand, Université de Provence, 1998, p. 92.

40 ADB du R, 11 B 2, en date du 05/02/1650.

41 Puisqu’à la fin du XIXe siècle, « installé sur la rive gauche, dans le quartier de Barriol, le chantier Satre a construit toutes sortes de bateaux de servitude et de dragage à vapeur, puis à pétrole qui furent exportés dans le monde entier ». P. Rigaud, « La marine d’Arles, une histoire deux fois millénaire », in Chasse Marée, n° 146, 2001, p. 19. Repris en 1970, il continue, de nos jours, sous un autre nom, à entretenir les péniches, barges et bacs du Rhône.

42 Elle figure dans le tableau 17, en annexe.

43 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 736, f° 341 v°.

44 ADB du R, dépôt d’Aix-en-Provence, 5 B 739, f° 102 v°, en date du 13/10/1766.

45 AMA CC 415, recensement du terroir en 1643.

46 ADB du R, 405 E 838 f° 277 v°. L’acte indique que le remboursement de la dette traîne puisque le créancier mentionne ses tentatives verbales, sans succès, pour l’obtenir ; le recours au notaire ne se fait qu’en dernier lieu. L’exemple confirme que les actes passés chez le notaire ne permettent pas de saisir réellement la dimension de l’endettement.

47 En 1650, 51 actes : dans 24, le créancier est un marin ou pêcheur, et dans 35, c’est le débiteur qui appartient au milieu maritime. En 1703, les chiffres sont, sur 22 actes, respectivement, 14 et 12 ; en 1748, sur 45 actes, 22 et 27. Les totaux diffèrent du nombre d’actes, car, dans un même acte, créancier et débiteur peuvent tous deux être des navigants.

48 AMA, CC 74 et 75. Voir, pour la localisation des portes, l’extrait du Plan levé par N. Quiqueran de Beaujeu, en 1743, qui se trouve chapitre 1, p. 56.

49 ADB du R, 405 E 698, f° 513.

50 Il s’étend de la porte de la Teinture (ou Notre-Dame) à celle des Jacobins, BMA, ms. 360, f° 150, ordonnance sur le délestage datant de 1761

51 En outre, les confrères se chargent de l’accompagnement de leurs membres décédés et portent assistance aux pauvres.

52 ADB du R, 401 E 114, f° 471. Sur les problèmes sanitaires posés par le cimetière des noyés, voir M. Baudat, P. Rigaud, « Le Rhône, fleuve des morts », in Aspects de la mort à Arles de l’Antiquité à nos jours, Actes réunis par M. Baudat, édités par le groupe Archéologique Arlésien, 2003, p. 60-61.

53 La chapelle de la confrérie Saint-Pierre est, dans Saint-Césaire, la première côté Évangile et celle de la confrérie Notre-Dame-de-Bon-Voyage, dans Saint-Laurent, la troisième côté Évangile aussi.

54 AMA, GG 82, f°89.

55 BMA, ms. 260, f° 15 v°.

56 ADB du R, 11 B 3, en date du 11/12/1688.

57 AMA, FF 54, f° 102.

58 A. Cabantous, Dix mille marins…, op. cit., p. 333.

59 Ibid., p. 326.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Hiérarchie fiscale du milieu maritime à Arles d’après la capitation, en 1750.AMA, CC 105
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Tableau 2. Évolution des cotes, payées au titre de la capitation, par les marins d’Arles au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle.1750, AMA, CC 105 ; 1788, S. Perez, Le Bas Rhône au XVIIIe siècle : métiers et sociétés de la rivière, Thèse de doctorat sous la direction de M. Vovelle, Aix-en-Provence, 1984, tableau p. 39
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Histogramme 1. Répartition spatiale du bâti urbain possédé par la population maritime arlésienne à la fin du XVIIe siècle.AMA, CC 87
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Carte 4. Répartition par paroisses des marins d’Arles en 1670.AMA, EE 23
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Le pont de bateaux en 1786. BMA, ms. 500, f° 161
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Le pont de bateaux n’apparaît pas ; il est possible que le dessin reproduise une vue antérieure à 1635 et non celle de 1639. Les barques sur la berge du côté de Trinquetaille sont, peut-être, celles de passeurs
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende La Roquette, détail du plan de Quiqueran de Beaujeau, 1743.On y distingue les paroisses Saint-Laurent, Sainte-Croix, le couvent des Grands Augustins, la Grande Poissonnerie et l’ancienne rue des Augustins, connue actuellement sous le nom de Roquette, qui délimite les deux paroisses
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Histogramme 2. Répartition, par catégorie, des gens de mer dans les paroisses Saint-Laurent, Sainte-Croix et Saint-Pierre, en %. AMA, actes de baptêmes relevés dans les registres de catholicité dont la liste figure en bibliographie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Vue partielle du faubourg de TrinquetailleExtrait du plan levé par N. Quiqueran de Beaujeu en 1743.On y voit l’église paroissiale Saint-Pierre, le grenier à sel. Le Parc du Roi se situe un peu plus au Sud sur la rive. On peut aussi remarquer la large ouverture du quartier sur la campagne
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6507/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540