Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marins d'Arles à l'époque moderne

 | 
Patricia Payn-Echalier

Chapitre 1. Le renouveau portuaire d’Arles au XVIe siècle

Texte intégral

1Ainsi, comme nous venons de le voir, Arles bénéficie d’avantages considérables, susceptibles de favoriser et de dynamiser les échanges commerciaux par voie d’eau. Même si, a contrario, il existe des obstacles non négligeables à la vocation portuaire de la ville, les hommes ne s’y sont pas trompés. À la fin du XVIIe siècle déjà, Louis XIV soulignait l’ancienneté du port en ces termes :

  • 1 BMA, ms. 111, Edit de création de la charge de professeur royal de mathématiques et ’hydrographie, (...)

notre ville d’Arles a toujours été considérée comme une ville maritime par sa situation près les embouchures du Rhône et le voisinage de la mer qui lui atiroit dans les siècles passés un commerce général de toutes les nations1.

Les prémices de ce renouveau début du siècle

2Le XVIe siècle apparaît, encore actuellement, bien lacunaire dans la connaissance de la ville. Le portrait de la cité et plus spécifiquement de ses activités portuaires est dressé dans ce paragraphe à partir de sources narratives de l’époque et d’ouvrages imprimés de contemporains. Que s’est-il passé entre la ville médiévale étudiée par L. Stouff et la ville d’« Ancien Régime » des XVIIe et XVIIIe siècles ?

3Les événements politiques ne sont pas sans liens avec l’évolution des rapports sociaux dans une ville. L’arrivée des Angevins en 1251 marque la fin du Consulat, à l’issue de longues convulsions sociales opposant la bourgeoisie enrichie par la période de prospérité qui caractérise la fin du XIIe siècle et les deux premiers tiers du suivant, et le patriciat, affrontements qui avaient pour objet une meilleure répartition des profits et des charges. Sous la domination de la maison d’Anjou, les besoins croissants d’argent de l’état provençal amènent une nouvelle fiscalité, qui, par le biais d’emprunts forcés non remboursés, contraint la ville à lever une imposition indirecte, ce qu’elle ne peut faire qu’avec l’accord du comte ; les finances urbaines sont alors entre les mains de ce dernier. Très attachée à ses libertés et franchises qu’elle fait confirmer à de nombreuses reprises, Arles n’en est pas moins étroitement soumise au Prince.

  • 2 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, E (...)

4Le rattachement de la Provence au Royaume de France en 1482, puis l’établissement du Parlement à Aix en 1502, ne peuvent manquer de modifier, à plus ou moins long terme, les institutions et surtout l’équilibre des pouvoirs ; dans la période de redressement économique qui s’amorce, les classes sociales montantes cherchent les chemins de l’ascension sociale. Le XVIe siècle ne se terminera pas sans une explosion : les troubles de la Ligue sont vraisemblablement à placer, à Arles comme ailleurs, dans le cadre de la problématique « mobilité sociale-société bloquée »2 à laquelle s’ajoute le facteur, particulièrement présent dans les aspirations de la cité, de ses « libertés et franchises ».

  • 3 AMA, BB 10, f°127. Une fuste est, aux XVe et XVIe siècles, un bâtiment à rames de la famille des g (...)
  • 4 AMA, BB 10, f° 129v°.

5Durant la première moitié du siècle, la ville semble, à travers les délibérations communales, continuer à consacrer ses forces au contrôle du fleuve pour éviter les incursions de marins pillards : les lettres d’avis des cités côtières informant de la présence de navires ennemis se multiplient ; il y en a plus de 3 500 entre 1498 et 1562 ! Les guerres d’Italie nuisent au commerce en Méditerranée et maintiennent la pression ennemie sur les embouchures : pirates et corsaires, sans parler des Maures toujours menaçants, s’y placent en embuscade pour se saisir des barques chargées. En 1526, une « fuste » corsaire d’Aigues-Mortes détrousse aux bouches du Rhône « plusieurs barques et merchands qui pourtat les bleds de la presente cioutat »3 ; un peu plus tard, la ville est avertie de la descente de « 30 voiles et fustes de turcs qui ont fait plusieurs dommage en le present pays de Provence »4. En 1528, des secours sont envoyés à Notre-Dame-de-la-Mer dans la crainte d’une descente des Maures. En 1552, deux barques chargées de pierres sont immergées à l’embouchure du Rhône en vue de se protéger de la venue de galères impériales. Le blé est une très grande richesse arlésienne qui excite la convoitise de tous, alliés comme ennemis : ainsi, Arles envoie en 1562, 17 hommes à cheval pour chasser deux frégates de Marseille attendant des bateaux de blé. Les premières mentions de dépenses pour l’entretien sur le Rhône d’une frégate ou galiote, employée à la garde de la ville, commencent à apparaître.

  • 5 P. Quiqueran de Beaujeu, Louée soit la Provence, Paris, 1551. Adaptation française de V. Autheman, (...)

6Si les précautions militaires sont, comme au cours des décennies précédentes, largement à l’ordre du jour dans ce premier XVIe siècle, des indices ici et là confirment une reprise économique. J.-C. Roux, parlant de cette époque, qualifie le siècle de celui de la Renaissance et de la Réforme. Il rappelle le siège d’Arles par Charles Quint le 19 août 1536, la résistance énergique des Arlésiens, y compris des femmes de la noblesse ; l’Empereur, vaillamment repoussé, se tourne contre Marseille. S’ouvre alors une période de paix et de prospérité éclatante pour Arles. Il cite le témoignage de P. Quiqueran de Beaujeu, évêque de Senez, auteur de Louée soit la Provence5, et note l’achèvement de grands travaux d’utilité publique grâce auxquels, dit-il, la Camargue devient le grenier de la Provence. Au premier rang de ces travaux, en 1550, le canal d’Adam de Craponne

  • 6 J.-C. Roux, Arles, son histoire, ses monuments, ses musées, Paris, 1914, p. 93-95.

qui, après avoir pris les eaux de la Durance sur le territoire de la Roque d’Anthéron et traversé la chaîne des Alpilles au seuil de Lamanon arrose et fertilise la partie septentrionale de la Crau et vient se jeter dans le Rhône6.

7Il est certes exagéré d’attribuer au seul XVIe siècle le rôle de grenier à blé joué par le territoire arlésien ; on a vu, en effet, que ce rôle lui est dévolu depuis la période antique et que, même dans les périodes sombres, Arles n’a pas connu la disette, la richesse de ses terres lui permettant de rester productrice et exportatrice de blé. Il est vrai que les délibérations communales manifestent, plus nettement qu’au siècle précédent, qu’Arles approvisionne nombre de villes méditerranéennes en blé : 1000 setiers de blé sont transportés à Gênes en 1502 ; en 1522, ce sont les villes de Marseille, La Ciotat, Toulon, Saint-Tropez vers lesquelles se dirigent les barques arlésiennes chargées du précieux grain ; en 1526, la ville fait un état des blés chargés par des patrons de San-Remo, Nice, La Napoule, Saint-Tropez, Marseille etc. Toutefois, même si on peut soupçonner P. Quiqueran de Beaujeu de partialité lorsqu'il écrit :

  • 7 P. Quiqueran de Beaujeu, Louée soit la Provence…, op. cit., p. 78.

il n’est pas rare que les blés des îles d’Arles, fécondées par les eaux du Rhône, donnent assez souvent au seizième. Si une inondation ou une sécheresse ne les gêne pas trop, ils produisent toujours au douzième sinon dixième sans que personne ait sujet de se plaindre. Dans les autres terroirs, le rapport au dixième et au quatorzième est fréquent7,

  • 8 AMA, BB 10, f° 132 v°.
  • 9 C’est l’actuel Espace Van Gogh.

8quelques sources du quotidien confirment un regain de prospérité. Un premier indice est fourni par la décision de la Communauté d’agrandir le môle du port, en juillet 1526. Celle-ci8 atteste l’existence, dès avant cette date, d’installations portuaires, de la présence de marchands qui achètent du blé et de barques qui accostent à Arles pour le charger. La ville accorde une importance telle aux profits qu’elle retire de cette activité qu’elle juge bon d’entreprendre des travaux d’amélioration et d’agrandissement du môle afin de faciliter, tant aux Arlésiens qu’aux étrangers, les manœuvres de chargement au port. Un peu plus tard, en 1557, le conseil décide la construction d’une boucherie et d’une poissonnerie ; cette dernière est bâtie place Sainte-Croix, dans le quartier des pêcheurs, en 1562. La première pierre de l’hôpital du Saint-Esprit, que nous connaissons9, est posée en 1573. Autre signe de la reprise, le rappel par le conseil de ville aux courtiers de faire dresser par les notaires les ventes de blé et autres marchandises. Le livre des affaires publiques, transcrit par l’abbé L. Bonnemant, propose en 1549, après la présentation des courtiers, un chapitre

  • 10 BMA, ms. 217, en date du 30/05/1549.

concernans l’état des courtiers a faire vendre blés et toutes autres marchandises en la présente cité d’Arles son terroir et district, faits en suivant les privilèges et anciennes costumes de ladite ville10,

9dans lequel le rôle du blé ressort nettement par rapport aux autres marchandises désignées globalement ; le tarif qu’ils doivent percevoir pour leur courtage est le suivant :

  • 11 BMA, ms. 217, année 1549.

pour chaque cent cestiers de tous bleds, 6 sols tournois du vendeur et autant de l’achepteur ; pour le courtage des possessions, propriétés, arrantements et autres marchandises, 2 deniers provenceaulx pour florin, 1 denier de l’achepteur, 1 denier du vendeur, hormis la laine de laquelle prendront 2 sols par quintal à savoir 1 liard de l’achepteur et 1 du vendeur11.

  • 12 BMA, ms. 260, f° 13 à 15 v°.

10Parmi les autres marchandises qui sont sur le même plan que les biens immobiliers (achat ou arrentement), n’apparaît que la laine, autre denrée phare de la production agricole arlésienne, mais toutefois dans une moindre mesure que le blé. De même, dans le procès-verbal de l’établissement de la Maîtrise des Ports à Arles, se trouve la relation de la « grande assemblée de gens tant officiers du Roy que consuls de la ville et autres notables et autres » – ces autres sont les « drapiers et marchands » puis les marchands tout court –, qui s’est tenue le 19 novembre 1542, dans le logis à l’enseigne de la Fleur de Lys12 ; il y est signalé qu’il y a 20 à 25 mesureurs pour le blé alors qu’un seul se charge des autres marchandises.

  • 13 BMA, ms. 217, par exemple, les mémoires de Jacques Francony, notaire, sont utilisées pour des ment (...)

11Les livres de raison de nobles ou de bourgeois arlésiens n’ont pas encore tous été exploités. Cependant, S. N. Fabarez, dans son mémoire de maîtrise, a étudié ceux de Trophime de Mandon « gentilhomme arlésien » de la toute fin du XVIe siècle ; J. Boyer s’est intéressé à ceux de la famille Nicolay, pour la période 1550-1650 ; d’autres extraits de tels livres figurent aussi sous la lettre B (notes et remarques trouvées éparses ça et là recopiées sur les originaux) dans les manuscrits de L. Bonnemant rassemblés sous le titre Annales de la ville d’Arles13. Enfin, nous avons consulté les livres de raison de deux marchands : Antoine Peinct et Louis Romany ; l’un comme l’autre concernent la toute fin du siècle, en particulier les troubles qui ont alors profondément affecté la ville. Ces témoignages, un peu postérieurs à l’époque évoquée dans ce paragraphe, jettent cependant une lumière sur les activités économiques de la ville au cours des trois premiers quarts du XVIe siècle et on y trouve la confirmation – si tant est que quelques exemples le permettent –, du rôle essentiel du blé dans les opérations commerciales. Toutefois ces marchands et hommes d’affaires diversifient leurs affaires : si la céréale est au cœur de leurs préoccupations, car ils sont propriétaires terriens et, de ce fait, en sont producteurs, ils s’intéressent aussi au transport d’autres denrées, vin, chanvre, laine ou bois, et participent à l’armement des navires.

12En somme, Arles, dans la Provence et dans le Royaume, participe « au beau XVIe siècle ». Si les informations sur la démographie arlésienne manquent, nous avons remarqué, toutefois, quelques travaux urbains, indices de l’essor démographique qui est l’un des facteurs d’expansion de la période.

  • 14 BMA, ms. 225, Singularités historiques, littéraires, politiques, sacrées et profanes de la ville d (...)

13Pour situer Arles, dont l’économie est tirée par les cultures céréalières, l’étude du prix du blé s’est avérée révélatrice. L’infatigable abbé L. Bonnemant a, tout comme l’a fait un peu plus tard P. Véran, recopié au cours de ses recherches des informations chiffrées très complètes sur les prix de la céréale par excellence ; il y a joint les prix d’autres denrées telles le vin, l’huile, la laine et quelques rares mentions de journées de travail de « terraillon » et de maçon14.

14Les prix du blé y sont fournis de 1502 et jusqu’en 1708 ; de 1540 à 1670, les prix mensuels sont même donnés ; les prix « Véran » complètent l’information qui est alors continue de 1502 à 1789, couvrant les trois siècles de l’époque moderne. Les prix du vin et de l’huile ne figurent régulièrement qu’à partir de 1539, et de manière presque continue jusqu’en 1649 ; interrompue entre 1649 et 1668, la liste reprend alors jusqu’en 1706. Dans ce paragraphe, seules les données relatives au XVIe siècle ont été exploitées. L’observation des prix moyens annuels, met en évidence une hausse très sensible du prix du blé au cours du siècle : pour un sétier, le minimum absolu se situe en 1511 avec 11 sols et demi et le maximum absolu est de 254 sols un tiers en 1593 ; en tenant compte de ces extrêmes, les prix ont été multipliés par 23 ! En évitant les dents de scie, on peut s’en tenir à un écart de 20 à 100 au cours du siècle : les prix ont quintuplé entre 1502 et 1590. Après un démarrage prometteur dans la première décennie, le prix du blé s’effondre nettement pour repartir à la hausse franche à partir de 1515 et jusque vers 1540 ; après un tassement, la progression redémarre régulièrement de 1540 à 1565, pour ensuite se faire plus sensible jusqu’aux années 1591-93 où le blé atteint des prix vertigineux ; il retombera brusquement, tout de suite après, autour de 70 sols le sétier, marquant un long palier entre 70 et 100 sols au début du XVIIe siècle.

  • 15 B. Bennassar, J. Jacquart, Le XVIe siècle, Colin, Collection U, 1980, p. 52.
  • 16 Ibid., p. 54-55.

15La courbe 1 ci-dessous, dont la lecture est facilitée par le lissage, propose une illustration des données relatives au XVIe siècle. A la tendance séculaire à la hausse, se juxtaposent les cycles sensiblement trentenaires (1515-1540 ; 1540-1565 ; 1565-1590) observés « avec quelques décalages selon les pays et les produits »15 en Europe. Les prix du vin et de l’huile, bien que plus fragmentaires, montrent, cependant, une augmentation nette entre 1540 et le pic des années 1591-92, puis un retour à une stabilisation relative des prix de ces denrées. La hausse des prix du siècle est difficile à interpréter et ne permet pas, à elle seule, d’expliquer la totalité de la conjoncture ; la comparaison avec des indices de production agricole faciliterait les choses ; ne les connaissant pas pour Arles, nous nous contentons de supposer que, tout comme pour les prix, la ville ne se différencie pas fondamentalement du reste des zones étudiées par B. Bennassar et J. Jacquart et d’adopter alors leurs suggestions : après « une phase de récupération très spectaculaire, couvrant la seconde moitié du XVe siècle, débordant sur les premières décennies du XVIe siècle », suit une période de tassement qui, pour le Languedoc, débute dès 1520 ; elle-même suivie par une chute souvent spectaculaire qui se situe « dès le milieu du siècle en Languedoc, vers 1570 dans le nord, 1580 en Bourgogne, 1590 autour de Paris »16.

Courbe 1. Prix moyen du blé à Arles au XVIe siècle, en sols.
BMA, ms. 225

  • 17 Ibid., p. 55.

16Cette baisse de production céréalière n’est pas imputable uniquement aux troubles que connaît alors le royaume de France, puisqu’elle se retrouve aussi bien en Pologne que dans tout le bassin méditerranéen. Les dernières décennies du siècle se trouvent confrontées à deux phénomènes contraires : « la montée de la population qui persiste jusqu’en 1570-80 et le plafonnement de la production céréalière »17. Disettes de blé, peste et accidents météorologiques sont mentionnés à plusieurs reprises en regard des prix ; s’expliquent ainsi leurs mouvements rapides, la corrélation étant évidente entre demande et prix. Le blé est, de toute évidence, pour les Arlésiens une denrée spéculative, ainsi que le montre la petite phrase suivante :

  • 18 BMA, ms. 225, année 1571.

si la permission de le [blé] sortir feust esté donné auroit valu jusqu’à 10 florins [au lieu de 6 à 8 florins]18.

17P. Quiqueran de Beaujeu fournit un exemple qui permet de chiffrer le rapport de la terre : son père, dans la première moitié du XVIe siècle, donne en fermage une terre qu’il a dans « l’île d’Arles », à quart de fruit. L’auteur ajoute :

bien que ce bail ne paraisse guère à l’avantage du maître, il était fort répandu à ce temps-là. Dans les hautes terres du terroir d’Arles où les terres rapportent beaucoup moins, je sais qu’on perçoit à moitié de revenu.

18Son père dit-il, plus loin, « estimait que ses affaires n’étaient pas trop mauvaises s’il retirait de sa terre 250 écus de rente ». Le fermier pouvait ainsi retirer de son travail 750 écus, à une époque où la journée de « terraillon » se rémunérait six à sept sols. Mais, les irrégularités du fleuve contraignaient souvent le métayer à attendre trois ans le fruit de ses efforts ; on comprend qu’alors le prix des fermes ait été baissé, cependant

  • 19 P. Quiqueran de Beaujeu, Louée soit la Provence…, op. cit., p. 178-182.

malgré cela ils ne la [la terre] prenaient que si on leur prolongeait le bail. Ils disaient qu’ils ne seraient pas totalement ruinés s’ils parvenaient à profiter d’au moins une récolte sur cinq19.

19On conçoit, si toutefois l’enthousiasme de l’auteur pour son pays ne déforme pas trop la réalité, que la terre enrichissait, contribuant à la constitution d’une frange aisée de la paysannerie.

20On a beaucoup insisté sur le rôle primordial du territoire dans l’activité économique d’Arles. Essor démographique et progrès de la production agricole sont, au début du siècle, dans un contexte d’inflation modérée, à Arles comme ailleurs, facteurs de croissance. Les activités portuaires, qu’elles soient aux mains des Arlésiens ou non, ne peuvent que profiter d’une conjoncture aussi favorable. Celle-ci se retourne cependant, progressivement dans le dernier tiers du siècle, comme le prouvent les pics plus accentués de la courbe 1 du prix du blé à partir de 1570. Le siècle s’achève dans une accumulation de crises et de troubles : convulsions des prix, épidémies, guerres civiles, pays dévasté. L’étude qui s’ouvre sur les marins d’Arles s’inscrit dans ce contexte.

21L’état des lieux du port d’Arles, présenté ici, est bâti sur la série des registres de la recette du droit de « 2 % », documentation sérielle chiffrée couvrant les deux dernières décennies du XVIe siècle, qui a motivé le choix de la date d’ouverture de l’étude. Ces documents permettent de cerner l’importance des échanges qui animent la ville et plus précisément son port, la nature des marchandises qui les composent et l’origine des hommes qui les suscitent.

Un panorama des activités portuaires à la fin du XVIe siècle

Le volume du trafic

22Il est évalué à partir de la recette du « 2 % » entre les années 1578 et 1599, ce qui, étant donné les modifications qui eurent lieu dans ce laps de temps sur les denrées et les personnes exemptées ou soumises à cette imposition, ne pourra donner qu’un ordre de grandeur.

23Sur la courbe 2, ci-dessous, illustrant l’évolution de la recette du droit du « 2 % », se décèle tout d’abord une conjoncture à la hausse entre 1578 et 1583, hausse significative puisque le montant de la recette accuse une augmentation de 40 % ; cette envolée est interrompue par un creux très accusé correspondant au grave épisode pesteux de 1579-80 et à la grande inondation de 1580. Suit une chute très importante des revenus ; amorcée lentement en 1584, elle s’accélère fortement dans les années suivantes : la recette diminue des trois-quarts entre 1583 et 1588.

24Dès la première guerre en 1562, Arles, à la frontière du Languedoc huguenot, se trouve en première ligne : de part et d’autre on passe le Rhône, cette frontière naturelle dont la maîtrise est convoitée par les uns et gardée farouchement par les autres. Ces évènements ne semblent pas avoir eu, sur les échanges commerciaux entre 1578 et 1584, un impact comparable à celui des années suivantes. Le changement intervient après la mort de l’ultime héritier mâle du trône de France, en 1584. En 1585, la Ligue se reconstitue et en 1586, l’agitation prend un caractère très grave avec la décapitation du chevalier d’Eyguières, soupçonné avec quelques nobles, d’avoir voulu livrer la ville aux huguenots.

Courbe 2. Recette du « 2 % » en livres tournois, 1578-1599.
AMA, CC 55, 56, 64-73

25L’année 1587 est difficile : Les Annales de la ville d’Arles, de L. Bonnemant, révèlent que c’est à la fois celle du changement du lit du Rhône et celle d’un épisode pesteux. Les difficultés de navigation occasionnées sont importantes ; les délibérations communales le soulignent et s’en inquiètent car le commerce est menacé.

26L’année suivante marque le début des « troubles de la Ligue » à Arles ; le mauvais score de la recette du « 2 % » en 1588 y trouve peut-être une explication. Elle ne vaut cependant pas pour les années suivantes, puisque les revenus augmentent entre 1589 et l’année record de 1595, augmentation régulière et modérée, à l’exception de l’année 1595 pour laquelle la recette est plus de deux fois ce qu’elle est les années voisines. Après le record de 1595, la chute est brutale, les valeurs retombent : la recette n’est plus, en 1597, que la moitié de ce qu’elle était en 1578 ; peut-on parler de redressement à la veille du changement de siècle, alors que l’indice (sur la base de 100 en 1578) remonte de 10 points environ entre 1597 et 1599, ce qui correspond à une progression de 17 % ? Le lissage de la courbe par les moyennes mobiles sur trois ans montre plutôt un effritement des revenus fournis par la taxe, malgré l’embellie de 1595.

27Ces remarques sur l’évolution des recettes sont-elles utilisables pour en tirer des conclusions sur l’importance et l’évolution du trafic portuaire arlésien à la fin du XVIe siècle ? La tentation première est de considérer que toute augmentation traduit une expansion. Mais, plusieurs facteurs relatifs à la source même peuvent en modifier la signification.

28Tout d’abord, le droit du « 2 % » concerne aussi bien le trafic terrestre que le trafic fluvio-maritime. Cependant, le trafic par voie terrestre est très faible à Arles pour les marchandises concernées, c’est-à-dire celles qui transitent dans la ville ou qui y sont importées : le transport terrestre est utilisé dans environ 5 % des cas auxquels on doit ajouter une partie de déclarations pour lesquelles la nature du transport, eau ou terre, n’est pas indiquée, on arrive alors à un grand maximum de 18 % des déclarations relatives à un transport terrestre. Plus déterminante pour connaître la fiabilité que l’on peut accorder à la recette du « 2 % » comme reflet des activités portuaires, est l’étude de la répartition de la valeur des marchandises transportées par voie d’eau ou par terre. Les denrées acheminées par terre ne représentent guère plus de 1 à 2 % de la totalité. Donc, entre 97 et 99 % des revenus sont tirés des marchandises qui montent ou descendent le fleuve.

  • 20 Les livres de la recette font figurer le sel taxé à un écu par muid.

29Ensuite toutes les marchandises ne sont pas soumises à cette imposition : le blé en tout premier lieu – et, compte tenu de l’importance de cette denrée, son exemption peut fortement changer l’importance du flux commercial –, mais aussi les autres grains de même nature. Le contrat qui afferme le droit du « 2 % » à un marchand en 1606 prévoit que le sel sera lui aussi exempté ; ce qui suggère une modification dans l’application de la taxe puisque le sel est soumis au paiement, au moins jusqu’en 1592, les registres de recettes n’ayant été dépouillés que jusqu’à cette date20.

30Au niveau personnel, l’impôt touche tout le monde à l’exception des Provençaux, mais uniquement pour tout ce qui touche l’approvisionnement des terres sous obéissance du roi. Par contre, les habitants des Terres Adjacentes (dont Arles comme Marseille fait partie) qui ne contribuent pas aux charges du pays, sont soumis à l’imposition.

31Les chiffres qui ressortent de cette documentation permettent donc une évaluation basse de l’importance des échanges commerciaux au port d’Arles, en cette fin de siècle.

  • 21 AMA CC 55, Ordonnance faite par le lieutenant du Sénéchal à Arles, le 16/09/1577.

32À partir de la recette moyenne annuelle du « 2 % », on peut déterminer grossièrement la valeur des marchandises passant par le port d’Arles, transit et importations regroupées : la moyenne sur les 22 ans qui s’écoulent entre 1578 et 1599 donne un montant annuel de 405 454 livres, la valeur minimale étant de 140 000 et la plus haute de 944 100 livres. Mais ce calcul n’est pas exact car, en réalité, la taxe était perçue suivant un barème ou tarif qui ne correspond pas rigoureusement à 2 % de la valeur. Pour la première imposition en 1577, le lieutenant du sénéchal ordonne que par « manière de provision »21 sera levée la moitié des droits forains suivant l’appréciation faite pour ce droit. Par la suite, des tarifs ont été élaborés ; deux nous sont parvenus : l’un de 1600, l’autre de 1688.

33Enfin, une autre question se pose à propos de la validité des constats faits à partir de la courbe 2, illustrant les variations de la recette : les fluctuations monétaires ne risquent-elles pas d’influer sur les chiffres au point de rendre caduque la tentative de périodisation faite plus haut ?

34Théoriquement, depuis la remise en ordre de 1577, le taux monétaire reste stable jusqu’à la dévaluation de 1602 ; pratiquement, c’est l’anarchie. Pour tenter d’écarter ce facteur de distorsion, la recette a été exprimée en setiers de blé ; la représentation graphique obtenue, – courbe 3 ci-dessous –, permet de gommer la hausse légère qu’on avait cru déceler entre 1589 et 1593 ; la flambée du prix du blé en 1590, 91 et 92 modifiait, en fait, la tendance.

35L’autre intérêt d’un tel artifice est de passer des variations de la valeur du trafic annuel à celles de son volume. On a confirmation de l’augmentation du trafic portuaire entre 1579 et 1584, celui-ci s’amortit et décline jusqu’à atteindre son plus bas niveau en 1592 et 1593 ; les années 1594 et 1595 sont florissantes pour le port, mais l’embellie retombe aussi vite qu’elle était apparue : 1597 est une très mauvaise année, toutefois les affaires semblent repartir légèrement à l’extrême fin du siècle sans pour autant que le niveau de 1578 n’ait été retrouvé.

  • 22 P. Rigaud, Arles, le Rhône, la mer, XIVe-XIXe siècles, Catalogue des sources de l’histoire maritim (...)

36Le dernier quart du siècle étudié ici, coïncide avec ce qu’on a appelé les guerres de Religion. Articulée autour de sept épisodes militaires, séparés de trêves et d’édits de pacification, cette longue guerre civile ravage la France entre 1560 et 1596. Arles, juste séparée du Languedoc protestant par le Rhône, souffre particulièrement de sa situation. Son terroir est alors un lieu privilégié d’affrontements entre catholiques et protestants. Récoltes détruites, bétail tué ou dispersé, insécurité, toutes les conditions sont réunies pour doubler la crise morale religieuse et sociale d’un sévère recul économique. Catholicisme convaincu et fidélité au roi sont les constantes arlésiennes : les premières guerres de 1562 à 1584 sont marquées par une lutte de tous instants sur la frontière du Languedoc pour contenir les protestants qui cherchent à passer le Rhône. Les dépenses de la ville traduisent l’importance de la surveillance sur le fleuve : régulièrement reviennent, dès 1562, les charges pour l’entretien de la « fragatte » qu’elle a armée « pour garder sur la riviere du Rosne afin que les ennemis rebelles du roy nostre seigneur ne puissent exercer aulcune chose contre ladicte ville… »22. La ville se trouve alors aux prises avec de très graves difficultés financières et la spirale de l’endettement commence. L’obtention du « 2 % », accordé par le roi pour la durée de la guerre, est une bouffée d’oxygène pour Arles. Il est alors d’autant plus vital pour elle de contrôler le passage sur le fleuve pour y garantir la circulation commerciale. La première ligue catholique, mise en place en 1576 contre l’édit de Beaulieu (6 mai 1576), se traduit en Provence par une guerre civile de deux ans entre partisans du Comte de Carcès soutenu par la noblesse provençale, et les « Razats », nom donné à ceux qui composent l’union des communautés et de la noblesse tant d’une religion que d’une autre, soutenue par A. de Gondi, maréchal de Retz, envoyé par Catherine de Médicis comme gouverneur de Provence. Arles ne semble pas engagée dans ce mouvement : aristocratique et catholique, la ville ne veut s’inféoder à aucun parti, position de neutralité que les consuls chercheront à maintenir au cours de cette période troublée.

Courbe 3. Recette du « 2 % » déflatée en setiers de blé, 1578-1599.
AMA, CC55, 56, 64-73 ; BMA, ms. 225

  • 23 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles…, op. cit., p. 227.

37À la mort du duc d’Anjou en juin 1584, en l’absence d’héritier direct, la loi salique s’applique et Henri de Navarre est appelé à devenir le futur roi. Différente de celle de 1576, car elle n’est pas uniquement constituée « de nobles sous la conduite des Guise, mais de différentes composantes issues de la noblesse et de la bourgeoisie de bonnes villes »23, la Ligue se réactive en 1585. S’ouvre alors une décennie particulièrement difficile : Arles est secouée par des convulsions politiques et sociales violentes qui, comme à Marseille, paralysent la vie de la cité. L’activité portuaire est un baromètre fiable : entre 1584 et 1594, les recettes du « 2 % » chutent fortement ; il y a un renversement de tendance par rapport aux années précédentes au cours desquelles la grande peste de 1580 n’apparaît qu’accidentelle.

  • 24 B. Bourjac, Mémoires et oublis de la Ligue Arlésienne. Les luttes de factions et leurs représentat (...)
  • 25 Le terme « bigarrats » caractérisait ceux qui étaient déchirés entre catholicisme et protestantism (...)
  • 26 Il s’agit du quartier du Vieux Bourg, connu plus tard sous le nom de Roquette.

38Ces évènements ont si profondément marqué les contemporains que certains ont eu à cœur de les relater tels qu’ils les avaient vécus et perçus. B. Bourjac a analysé dans le détail ces relations et les a confrontées aux sources des gestionnaires de la cité ; au travers de ces récits, en les passant par le filtre correcteur de sources plus générales, il en a mesuré la partie subjective, mettant en évidence la nature des luttes de factions qui ont alors déchiré la ville. Arles n’entre ouvertement dans la Ligue qu’à la mort d’Henri III, « adhésion faite en partie comme pour Marseille sous la pression de la rue »24. Cette adhésion à la Sainte Ligue, créée après le traité de Joinville entre les Guise et Philippe II, n’a pas été immédiate, les catholiques zélés n’étant pas alors les plus forts dans la ville. Ils vont s’efforcer de créer un climat de suspicion à l’égard des catholiques modérés, ceux qu’on qualifie de « bigarrats »25. En 1586 déjà, la découverte d’un complot révèle la tension dans la ville, mais les Ligueurs commencent à se dévoiler à l’annonce de la « journée des barricades » au cours de laquelle les Ligueurs parisiens, en mai 1588, avaient contraint Henri III à quitter Paris. Le chef de la Ligue à Arles, Pierre de Biord, lieutenant du sénéchal, va profiter de la circonstance pour prendre le contrôle de la ville, contrôle qu’il va maintenir pendant trois ans au cours desquels les Ligueurs vont investir le pouvoir consulaire : en 1589, Biord parvient à faire nommer un Ligueur comme second consul noble et, en 1590, sous la pression du peuple, les quatre consuls nommés, et non élus, sont tous du parti de Biord. Les violences se multiplient, les hommes de main de Biord, recrutés parmi les pêcheurs du Bourg26, se heurtent à plusieurs reprises aux « bigarrats ». L’éviction des chefs royalistes, proscrits de la ville, achève, fin 1590, la mainmise du lieutenant sur la cité. Les difficultés économiques se multiplient, l’endettement ne cesse de croître, les blés viennent à manquer, la ville connaît un climat de violences : tortures, faux témoignages, proscriptions se succèdent. Les trois pires années de la recette du « 2 % » se situent en 1591, 92 et 93 : la poussée ligueuse conduit à une accentuation de la chute des échanges commerciaux. Face aux troupes de Montmorency qui assiègent la ville, celle-ci décide de demander l’aide du duc de Savoie. Entre Biord et une partie de ses partisans c’est la fracture : Biord est opposé à une intervention militaire étrangère, ce qui occasionne sa chute. Celle-ci n’est le fait ni des royalistes ni des carcistes, mais de l’aile radicale de son propre parti ;

  • 27 B. Bourjac, Mémoires et oublis de la Ligue Arlésienne…, op. cit., p. 4.

il est victime de l’évolution du parti savoyard (par opposition au parti français incarné par les carcistes) après la mort de de Vins [un de ses chefs], mais aussi peut-être d’une transformation de la composition sociale de la faction : celle-ci s’ouvre progressivement vers le bas27.

39La situation continue à se dégrader ; l’année 1593 marque le sommet de la crise dans laquelle la ville se trouve plongée : les dépenses augmentent de 30 %, dans le même temps l’acquittement des dettes diminue de 60 % et la ville manque de grains. Après l’échec de la reprise du fort de Trinquetaille, la commune fait édifier de toute urgence, en Camargue, le fort de Pâques pour tenter de protéger la récolte et le commerce sur le Rhône. Les prix flambent : le sétier de blé vaut 6 écus 24 sous, le vin 6 écus le barral, l’huile 7 écus la canne et il faut 1 écu d’or pour quatre œufs ! L’agitation ligueuse s’intensifie, la faction zélée se réorganise autour du capitaine du fort du Baron, La Touche et du pêcheur Giraud dit Couque, ancien compagnon puis meurtrier de Biord. Ceux-ci, après s’être appuyés sur les consuls bourgeois et avoir conduit les consuls nobles à l’exil, vont tenter un coup de force : en février 1594, sous prétexte de faire payer les soldats, ils se saisissent des consuls restants. Ceux-ci vont être libérés à l’issue d’une journée d’émeute, le 25 du même mois, jour de la Saint Matthias. Entre mars 1594 et novembre 1595, le calme revient : dès l’abjuration d’Henri IV connue, la ville se place sous son obéissance.

40La corrélation entre les troubles de la Ligue et l’évolution des échanges commerciaux sur le fleuve est sans équivoque jusqu’en 1593. Mais la situation de la ville est toujours aussi dramatique les années suivantes : la récolte de 1596 est qualifiée de stérile, la famine s’installe en 1597 et on doit faire appel aux blés de Narbonne ; les revenus de la communauté cette année-là sont de moins de la moitié de ce qu’ils étaient en 1588. Pourtant, le « 2 % » montre un redressement spectaculaire en 1594-95. Le gonflement de la recette lors de ces deux années s’explique très vraisemblablement par l’approvisionnement en grains de la cité phocéenne avec laquelle Arles, ligueuse tout comme elle, a des relations privilégiées. En 1593,

  • 28 BMA, ms. 218, manuscrit de L. Bonnemant, en date du 08/04/1593.

le conseil a délibéré que l’hors qu’il se présentera de bleds et grains venant d’hault sur le compte de la ville de Marseille, le passage libre leur sera permis comme aussi la continuation du commerce et trafficq entre les marchands de Marseille et de ceste ville comme bons voisins et anciens amis28.

  • 29 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et le Narbonnais, 1300-1789, Presses unive (...)
  • 30 AMA, CC 61.

41Le commerce entre les villes ligueuses s’est resserré pendant les troubles. Marseille ne se soumet qu’en février 1597 et son ravitaillement en blé dépend d’Arles : la ville, en difficulté elle-même, ne peut en fournir, mais elle peut faciliter l’acheminement vers Marseille des blés venus du nord. Confirmation en est donnée : en mai 1594, douze bateaux chargés de blé et d’avoine forains à destination de Marseille sont arraisonnés et arrêtés au fort de Pâques par les soldats qui réclament leurs soldes. La solidarité joue entre les villes qui font cause commune : tout comme Arles soutient Marseille, Narbonne ligueuse avertit Arles en 1589 de l’existence d’une conspiration contre la ville ; plus tard, en 1597, elle lui livre du blé. Autre effet de la politique en ces temps de Ligue : en 1584, année du traité de Joinville, les relations commerciales entre Arles et l’Espagne se multiplient : on compte cette année-là dans le port de Valence, 47 bateaux en provenance du port provençal. Il faut, cependant y voir, avec G. Larguier, autant qu’un événement conjoncturel, la mise en place « d’une nouvelle donne autour du delta du Rhône »29, liée à l’effacement d’Aigues-Mortes au bénéfice d’Arles dans la liaison Marseille-Lyon et à l’importance, dans ce même couloir rhodanien, de la foire de Beaucaire. Il est tout de même significatif qu’en 1582-83, dans le registre du droit de « 2 % »30, seules quatre déclarations sur 1039, soit 0,4 %, donnent pour destination l’Espagne alors qu’en 1583-84 et 1584-85, il y en a 36, soit 3 % chacune de ces années. En ce qui concerne Marseille, en 1582-83, 0,7 % des actes correspondent à des chargements destinés à la cité phocéenne, alors qu’en 1583-84 et 1584-85, ce pourcentage atteint 6 à 7 %. Le trafic dans ces deux directions a été multiplié par 10 environ.

42Leurs choix politiques ont amené Narbonne et Marseille à un rapprochement avec Arles. Peut-on pousser plus loin la comparaison entre les ports de Narbonne et Marseille et celui d’Arles ? Les travaux faits sur ces deux villes et les chiffres disponibles incitent à la tenter.

43Autre port au commerce florissant à l’époque romaine, Narbonne, autorise un parallèle intéressant avec Arles. Dominant les ports languedociens voisins, Agde, Sérignan, les plus importants, mais aussi Frontignan ou Marseillan, Narbonne, dont le mouvement portuaire est aussi, comme à Arles, largement tiré par la production agricole, a, au cours de la période de la Ligue, un commerce maritime en pleine croissance. Ses choix politiques la servent dans ce domaine ; ligueuse elle-même, la ville voit le resserrement de ses échanges avec Marseille, Toulon et l’Espagne apporter la prospérité à son port. Les droits forains qui y sont perçus, à raison de 5 % du prix des marchandises qui en sortent, donnent pour 10 ans entre 1574 et 1584, un total de 62 514 livres, soit en moyenne 6251livres par an ; on peut en tirer une évaluation de la valeur des marchandises transportées et soumises au droit de foraine de 125020 livres par an ; en 1586, une très bonne année, elle atteint 281 300 livres. Entre 1578 et 1584, la recette moyenne annuelle du « 2 % » s’établit pour le port arlésien à 9935 livres. En tenant compte de l’ordonnance du lieutenant du sénéchal pour la première imposition en 1577, on peut considérer que le « 2 % » arlésien correspondait approximativement à la moitié des droits forains levés sur les marchandises qui y sont soumises ; on arrive alors pour Arles à un montant annuel de marchandises de 397 400 livres. En valeur absolue, il semblerait que pour la décennie considérée, les échanges au port d’Arles soient entre 1,5 et 3 fois plus importants que ceux de Narbonne.

  • 31 J. Billioud, Histoire du commerce de Marseille, sous la direction de G. Rambert, t. 3, Appendice : (...)

44Comparé à celui de Marseille, le volume du trafic arlésien est bien modeste : à partir des droits de douanes, J. Billlioud31 a évalué la valeur des entrées au port de Marseille en 1584 à 3 660 000 écus ; la même année, à Arles, le « 2 % » permet de chiffrer le montant des marchandises qui y sont soumises à 199 000 écus. Les chiffres de l’année 1596 autorisent une comparaison un peu plus précise car le tarif douanier marseillais est aussi de 2 %. La valeur totale des entrées et des sorties est, pour cette année, de 3 700 000 écus alors qu’à Arles, la recette du droit du « 2 % » est de 124 150 écus, soit trente fois moins.

45L’absence, dans la recette du « 2 % », des blés du cru modifie certainement la perspective, étant donné le rôle moteur de cette denrée dans l’économie arlésienne. Nous nous sommes alors tournée vers une autre source disponible : les obligations, actes notariés qui concernent les cargaisons bénéficiant d’une exonération des droits forains, à la condition toutefois de rapporter le passeport des marchandises, endossé par les autorités du lieu de déchargement ; ces obligations sont barrées ou « cancelées » au retour sur présentation du certificat de descente des marchandises. On a ainsi, à l’aide de ces documents, un panorama plus complet des échanges commerciaux arlésiens : aux denrées qui transitent par Arles ou qui sont importées par la cité, viennent s’ajouter celles qui sont produites dans le terroir et exportées. Le nombre des obligations passées par an est très nettement inférieur au nombre de déclarations faites pendant la même période devant le commis du « 2 % » : de l’ordre de 5 à 10 fois moindre, voire même 24 fois en 1583. Là aussi, les chargements embarqués sur des navires dominent largement : entre 75 et 97 % des obligations concernent un transport par voie d’eau.

  • 32 Cependant, le registre d’obligations consulté, AMA, CC 838, ne met pas en évidence d’exportations (...)

46Les marchandises mentionnées sont en grande majorité du blé – ou plus généralement des grains, puisqu’on y trouve aussi du seigle ou de l’orge –, et de la laine, les deux grandes productions du territoire arlésien. Le blé gonfle donc la valeur des marchandises qui s’échangent à Arles puisque, en tenant compte à la fois des importations, des exportations et des marchandises en transit, le montant, en livres tournois, du trafic portuaire entre 1582 et 1584, est de l’ordre de 700 00032. Cette denrée représente ainsi à elle seule entre 8 et 16 % de la valeur annuelle des échanges commerciaux au port d’Arles.

47Les registres de déclarations du « 2 % » permettent aussi de déterminer de manière précise la nature et la composition du fret rencontré dans le port arlésien en cette fin de siècle.

Le fret transporté

  • 33 AMA CC61, f° 62, « Cameradis » : chemise grossière et neuve, TDF.

48Ce qui frappe d’emblée, en parcourant la liste détaillée de toutes les marchandises soumises au droit du « 2 % » au cours de l’année qui s’écoule de mars 1582 à mars 1583, c’est la très grande variété des denrées véhiculées ainsi que l’extrême diversité des unités de mesure et de conditionnement. Les quantités déclarées sont elles aussi très variables : une caisse de vêtements, une chemise « cameradis »33 jaune voisinent avec deux sacs de ferraille, 60 milliers d’oranges ou 200 bennes de charbon ; parfois même, la quantité ne figure pas dans l’acte. Chaque fois qu’une indication en quintal était donnée, elle a été privilégiée, mais les unités utilisées pour un produit donné n’étant pas toujours les mêmes, cela incite à penser qu’il s’agit plutôt de la nature du conditionnement que d’unités de mesure. À titre d’exemple : une balle de laine « surge » correspond à 2,08 quintaux, une balle de laine « anisse » à 4,71 quintaux, une de laine « estame » à 2 quintaux ou encore, dans une autre déclaration, à 1,47 ; pour le pastel, la correspondance varie entre 1,92 et 1,5 quintal pour une balle ; un baril de poisson sarde pèse entre 0, 25 et 0,33 quintal. La masse du fret n’est aussi parfois fournie que de manière globale pour le chargement déclaré. Il est alors particulièrement délicat de tenter un bilan annuel du volume de la marchandise transportée, les quantités relevées ne constituant qu’une base minimale.

49Dans la multitude d’informations relatives aux denrées déclarées, un premier clivage a été fait entre celles qui se dirigent vers l’amont et celles qui descendent vers la Méditerranée.

50En effet, le droit du « 2 % » porte sur les marchandises qui passent devant Arles à la montée comme à la descente, aussi l’enregistrement mentionne-t-il principalement le sens de circulation sur le fleuve au détriment de sa destination. Seules 10 % des déclarations précisent la destination, alors que 92 % de celles concernant le transport par eau, indiquent le sens de la navigation. L’observation faite en séparant les deux flux, montant et descendant, montre une partition nette des produits qui se véhiculent sur le fleuve.

  • 34 Il s’agit des salines qui se trouvent en petite Camargue, non loin d’Aigues-Mortes.

51Vers l’amont on ne trouve pas moins de 205 marchandises différentes : à la fois les denrées des régions du bassin occidental de la Méditerranée et celles qui arrivent par Marseille de contrées plus lointaines, Moyen Orient ou Orient, Amérique ou façade atlantique. À la première catégorie appartiennent alun, anis, basilic, réglisse, couperose, cordages et sparterie, liège des Maures ou d’Italie, laines et cuirs de pays, d’Espagne ou de Barbarie, savons marseillais, produits tinctoriaux variés, soude ; les produits comestibles sont très nombreux dans cette liste : sel de Peccais34, vins, riz cultivé sur les côtes méditerranéennes, en particulier dans les deltas, fromages de pays, de brebis surtout, mais aussi de Majorque ou de Sardaigne, fruits tels que les figues d’Antibes, de Marseille ou d’ailleurs, agrumes de la Riviera ligure, amandes, noisettes, raisins, grenades. Une grande variété de poissons se dirigent vers l’amont ; ils viennent de la Méditerranée au sens large, certains chargements de sardines sont qualifiés de « sardes d’Espagne ». Mais il ne faut pas oublier la situation particulière du territoire d’Arles : en bordure de la mer, ses pêcheurs fournissent sardines, anchois, muges, merlus, seiches, mais aussi les nombreuses espèces, citées par P. Véran et rappelées par L. Stouff : turbot, sole, daurade, lamproie, loup, pageot, rouget, maquereau, mule, pour ne mentionner qu’eux. On peut aussi citer les « melettes » qui sont, aux dires de P. Quiqueran de Beaujeu, de petits poissons de couleur argentée, n’ayant pas plus de quatre pouces de long et d’un demi-doigt de large, pêchés toute l’année par mer calme et très appréciés. En outre, dans les marais, les étangs et le Rhône sont pêchés des poissons d’eau douce tels les carpes et les brochets. Les anguilles, très recherchées, remontent en grand nombre le fleuve et les roubines où elles sont attrapées. Le poisson frais ne pouvant que difficilement voyager, hormis dans des bateaux viviers, anchois, sardines, « melettes », carpes ou autres sont salés avant d’être expédiés. Quiqueran de Beaujeu, toujours lui, donne la recette de la salaison des anchois ainsi que celle de la fabrication de la « botarque » qu’on appelle actuellement poutargue, préparation à base d’œufs de muges.

52Appartenant à la seconde catégorie, les épices, gingembre, girofle, poivre, cannelle, redistribuées par Marseille, remontent le Rhône de même que les bois exotiques venus d’Amérique, brésil et gaïac. Avant de regagner leurs ports d’attache, morutiers bretons ou flamands et pêcheurs nordiques relâchent à Marseille pour vendre morues et harengs qui repartent ensuite vers les marchés de la vallée du Rhône.

  • 35 Petit navire à voile gréé en latin armé à la pêche ou au cabotage, plus tard désigné sous le terme (...)

53Vers l’aval, 217 denrées différentes atteignent Arles en cette année 1582. Une partie de ces marchandises a été rencontrée à la montée et, après avoir transité à Arles ou avoir été échangées à Beaucaire pendant la célèbre foire, elles descendent en direction du Languedoc ou de l’Espagne. Venant de la vallée du Rhône et des régions alpines ou plus septentrionales, le bois atteint les rives méditerranéennes auxquelles il manque cruellement ; il est acheminé, conditionné en radeaux ou chargé sur les bateaux fluviaux. Sur les douze radeaux qui passent à Arles, dix viennent du Dauphiné. On ne rencontre pas moins de seize termes pour désigner des pièces de bois différentes, sans compter les arbres de « lahut »35 ou de barque et les antennes ou vergues. La construction navale est totalement dépendante de l’approvisionnement en bois qui descend « d’haut ». Le bois, sous sa forme ouvrée, est aussi très présent dans les chargements : lits, tables, coffres, chaises, bancs ou escabeaux font partie des cargaisons qui se dirigent vers l’aval. Draperie, toile, « mercerie mêlée », et quincaillerie constituent les autres dominantes venant de l’amont.

54En deuxième analyse, la recherche de l’importance relative de chaque marchandise se heurte aux questions d’unités déjà évoquées plus haut. Pour essayer, cependant, de déterminer une hiérarchie de priorités dans les échanges nord-sud sur le Rhône, nous avons utilisé le rapport entre le nombre de déclarations relatives à la marchandise et le nombre total de déclarations ; ce procédé est, cependant, très nettement moins réaliste que la comparaison directe des quantités transportées puisque la masse du fret varie d’un acte à l’autre.

55Le nombre total de déclarations concernant un transport par voie d’eau et dont le sens de circulation sur le fleuve, est indiqué, est de 905, dont 602 à la montée et 303 à la descente. Il y a deux fois moins de chargements déclarés en direction du sud que du nord ; la proportion reste à peu près la même en valeur marchande, avec un léger déficit pour le flux descendant : calculé à l’aide du montant de la taxe payée, sur la base de 2 %, vers le haut, se dirigent des marchandises évaluées à 138668 écus alors que, vers l’aval, le total ne représente que 50392 écus, soit un peu plus du tiers. Le sel, acheminé principalement vers les greniers de la vallée du Rhône, mais aussi vers ceux du Dauphiné ou même des Dombes, pèse d’un lourd poids dans la recette du « 2 % », étant donné sa valeur marchande et la taxation particulière de 1 écu par muid dont il est frappé. Si, moins de 10 % des déclarations devant le receveur de ce droit, concernent un chargement de sel, ceux-ci représentent 28,3 % du montant annuel de la recette. Si on exclut cette denrée, la valeur du flux montant n’est plus que de 81293 écus contre 49042 écus à la descente ; la proportion est alors légèrement plus faible que de celle trouvée en nombre de déclarations. Force est de constater que, malgré les aléas de l’époque, Lyon reste un très grand marché : son approvisionnement nécessite de grandes quantités de marchandises que la ville fait venir par la voie rhodanienne ; dans l’autre sens, au débouché du fleuve, Arles, Marseille ou les villes méditerranéennes, de par leur situation géographique dépendent dans une moindre mesure que Lyon du transport fluvial.

  • 36 J.−L. Abbé, B. Brunel, J.-C. Helas, M.−C. Marandet, A. Serpentini, sous la direction de P. Charbon (...)
  • 37 P. Quiqueran de Beaujeu, Louée soit la Provence, op. cit., p. 170.

56En considérant les marchandises se dirigeant vers l’amont, entre mars 1582 et mars 1583, on remarque la prépondérance des produits alimentaires. Ce sont ceux qui reviennent le plus souvent dans les déclarations : le poisson en tout premier lieu et, parmi eux, le « poisson sarde ». Dans 20,4 % des chargements, il y a des sardines, soit plus d’un sur cinq, et plus d’une cargaison sur trois contient du poisson. Les fruits constituent la deuxième denrée par sa fréquence ; agrumes, figues et raisins remontent fréquemment le Rhône : dans 35 % des cas, le fret contient l’un au moins de ces trois fruits. Jonc et alpha auxquels on peut ajouter les cordages ainsi que la sparterie venue d’Espagne ou d’Afrique occupent une place de choix parmi les marchandises en direction du nord ; le savon, en cette fin de XVIe siècle, remonte en quantité non négligeable la vallée du Rhône : plus de 753 quintaux, voire plus de 993 si on prend comme hypothèse qu’une balle correspond en moyenne à deux quintaux, ce qui donne une fourchette de 31 à 41 tonnes36 de savon dans l’année. Les cuirs et laines du midi méditerranéen, d’Espagne ou de Barbarie sont présents dans près de 10 % des chargements déclarées. Le riz n’était pas ignoré à la fin du XVIe siècle ; en effet, P. Quiqueran de Beaujeu signale qu’il pousse très bien en Provence mais que ses concitoyens arlésiens ne le cultivent pas encore ; les « pernicieuses vapeurs » que l’eau de culture dégage et donc, l’insalubrité des rizières, provoquent un recul de la riziculture dans le courant du siècle. Il s’en véhicule cependant entre 1,5 et 3 tonnes (380 quintaux et 190 balles) à la remontée du fleuve. Source inépuisable, Quiqueran de Beaujeu nous dit, à propos de la soude : « les Arlésiens ensemencent leurs terres d’une herbe qui sert à faire du verre »37. Celle qui figure dans les déclarations ne provient probablement pas du territoire arlésien, étant donné les termes de l’imposition du droit du « 2 % » qui excluent les denrées du cru de la ville ; cependant, parmi les marchandises exportées sous obligations, ne figure jamais de soude. Faut-il penser que, comme pour le poisson pêché à Arles, la soude n’était pas immune du droit de « 2 % » ? Le delta du Rhône n’est cependant pas la seule région méditerranéenne productrice de cette herbe ; des chargements de soude proviennent d’autres régions côtières marécageuses, du Languedoc, d’Espagne voire d’Italie. Câpres et liège sont aussi des denrées méridionales par excellence : notre guide de la Provence pour ce siècle, P. Quiqueran de Beaujeu, donne la méthode pour préparer les câpres ou « taperées » ; quant au liège, il déclare, péremptoire, qu’il vient d’Hyères ; il est vrai que, sur les 25 déclarations dans lesquelles il figure, 6 sont faites par des patrons de Toulon, Six-Fours et Saint-Tropez. Indubitablement, le massif des Maures fournissait, tout comme aujourd’hui, du liège ; cependant les chargements en provenance de Marseille peuvent contenir du liège d’Italie, de Sardaigne ou d’Afrique du nord.

  • 38 On désigne par antenne, la vergue d’une voile latine très longue, effilée par les deux bouts, géné (...)

57L’analyse du détail des denrées qui se dirigent vers l’aval est plus délicate que de celles qui vont dans l’autre sens, car sont aussi déclarées « à la descente » les produits arrivés du sud via Marseille ou un autre port et qui, échangés à Arles ou à la foire de Beaucaire, repartent vers d’autres directions méridionales ; c’est le cas des agrumes, du fromage sarde, du fer d’Espagne, de la laine du Languedoc, des sardines d’Espagne ou d’ailleurs, de l’huile d’olive, du savon ou du coton. Ce fret redistribué dans le bas Rhône mis à part, le nord de la France et de l’Europe achemine ses denrées spécifiques vers les régions méditerranéennes. La prépondérance du bois parmi les marchandises descendant le fleuve est manifeste : 65 % des cargaisons en contiennent soit sous forme de matériau brut, planches et pièces de bois diverses, soit sous forme de bois ouvrés, meubles variés. Les planches ou « posts » sont quantifiées en douzaines, grosses (12 douzaines) ou à l’unité ; leur total, en cette année, est de 1116 douzaines avec une très forte proportion de « posts » d’Andance, petite localité située sur les bords du Rhône, un peu au sud de Condrieu ; en effet, plus de 70 % des planches transportées en proviennent. Châtaigniers, sapins, noyers ou hêtres sont les bois les plus souvent cités. Les espèces utilisées pour faire les arbres, antennes ou « antenolles »38 nécessaires pour gréer barques et « lahuts » ne sont pas indiquées ; utilisait-on, comme on le fera au XVIIe siècle pour la construction des navires du roi, le chêne venu de Bourgogne ? Rien ne permet de l’affirmer, le bois semble cependant venir de régions plus proches : du Dauphiné de manière certaine puisque neuf radeaux sur douze descendent l’Isère puis le Rhône ; Sassenage, près de Grenoble, est un important centre de formation et d’expédition de radeaux. Certains se dirigent vers le Languedoc, d’autres vers Marseille. De la vallée du Rhône viennent, outre les planches d’Andance, celles de Condrieu ; celles de châtaignier, de hêtre et de noyer proviennent de forêts d’altitude moyenne comme celles du Dauphiné mais aussi de l’Ardèche et de la Drôme. Le noyer semble particulièrement apprécié pour le mobilier, à moins qu’abondant, il ne soit bon marché et, de ce fait, recherché.

58Toiles et draps ne disent pas toujours explicitement leur origine ; lorsqu’elles le font, nous savons alors qu’elles arrivent d’Auvergne (Clermont) ou de la vallée du Rhône (Vienne). Leur importance dans le flux descendant est indéniable : le tiers, au moins, des chargements vers l’aval contient draps ou toiles. Au moins, car à la formule « mercerie mêlée » est parfois ajoutée « toile écrue et blanche » ; c’est le cas de 9 des 29 déclarations relatives à cette catégoriede marchandises. À cette dernière viennent s’ajouter, par leur parenté, le fil de Bourgogne et les filets de pêche. Au total, ce sont près de 37 % des déclarations de fret qui mentionnent fil, drap ou toile.

59Aux quantités de fromage de brebis, de Sardaigne, de Majorque et aux fruits méridionaux remarqués à la montée, répondent dans l’autre sens, les fromages d’Auvergne et les châtaignes ; mais les quantités sont nettement inférieures : guère plus de 238 quintaux de fromage vers l’aval contre plus de 4 412 à la montée ; 954 quintaux de châtaignes contre environ 1 600 rien que pour les figues.

  • 39 D’après T. Fassin, Essai historique sur la foire de Beaucaire, Thèse pour le doctorat, Aix-en-Prov (...)

60La disproportion notée à la fois dans la valeur marchande des denrées et dans le nombre de déclarations relatives à un flux par rapport à l’autre, trouve, on l’a dit, une explication dans la demande créée par le grand marché que constitue Lyon ; s’y rajoute, sans toutefois s’y opposer, l’existence depuis la fin du XVe siècle de la foire de Beaucaire. Créée en 146339, sa longévité et sa fortune sont célèbres ; attirant, dit-on, des étrangers venus du monde entier, elle constitue un pôle d’attraction pour un grand nombre de commerçants qui y rassemblent leurs denrées à la fin du mois de juillet durant quelques jours, autour de la fête de sainte Marie-Madeleine, le 22 du mois. Les mouvements de circulation sur le fleuve s’enflent de manière très conséquente durant cette période et les registres du « 2 % » ne manquent pas de le refléter. Remplis de marchandises à la montée, les navires peuvent redescendre chargés de fret de retour mais aussi, leurs denrées écoulées, sur lest. Les consuls d’Arles qui ont sollicité la création du droit du « 2 % », au début des troubles civils et religieux, ne s’y sont pas trompés : la foire de Beaucaire est pour la ville une ressource importante. D’autres aussi attendent avec impatience les navires qui montent ou qui descendent de la foire : ce sont les pirates et corsaires de toute nationalité et toute confession qui guettent leurs proies, embusqués dans les embouchures du fleuve.

61Pour déterminer plus précisément le rôle moteur de la foire de Beaucaire dans l’activité portuaire d’Arles, ont été comptabilisées les déclarations de transport par voie d’eau faites au mois de juillet d’une manière globale. Il est bien évident que toutes n’ont pas pour destination Beaucaire à la montée ni que tous les chargements qui descendent durant ce mois viennent de la foire, mais il était impossible, la destination du navire étant absente, de procéder autrement. Les pourcentages de la recette annuelle obtenus, entre 1578 et 1590, à l’aide des déclarations enregistrées en juillet reflètent donc de manière un peu optimiste l’apport occasionné par cet évènement. En les comparant, on s’aperçoit de fluctuations très importantes dans la part occupée par la foire dans les revenus du « 2 % » : les chiffres vont de 1 % à 32 %. L’année 1580 où juillet ne fournit que 1,1 % de la recette, peut être écartée pour les raisons évoquées plus haut : la contagion qui sévit alors en fait une année singulière. C’est aussi la peste qui peut expliquer le 1,6 % de 1579 ; en effet, si elle n’atteint Arles qu’en décembre 1579, elle a probablement touché auparavant d’autres villes provençales, ralentissant sévèrement les échanges commerciaux. Entre 1586 et 1589, les registres ne renseignent que très peu sur le type de voie utilisée, fluviale ou terrestre ; il n’est donc pas surprenant que le pourcentage de la recette apporté par le commerce fluvio-maritime lors de la foire de Beaucaire, soit très faible : entre 0,3 % et 2,3 %. Mais, en rassemblant toutes les déclarations, sans tenir compte du type de voie d’acheminement employée, les chiffres ne changent guère pour les années 1586 à 1588 : 0,4 % en 1586, 1,1 % en 1587, 4,2 % en 1588 ; par contre, on arrive à un peu plus de 14 % de la recette du « 2 % » réalisée pendant le mois de juillet 1589. Au niveau du trafic et des échanges portuaires, les années 1586 à 1588 sont les plus perturbées de la décennie. L’explication en est probablement plus à chercher dans le formidable sommet atteint par la crise hydrologique en 1586-1587, aboutissant au changement de lit et d’embouchure du Rhône, que dans les évènements politiques et les luttes sociales qui commencent à secouer la cité. Bien qu’aucune source n’ait été trouvée le confirmant, il paraît fort possible que la foire de Beaucaire ne se soit pas tenue en 1587, peut-être même en amont, en 1586 et en aval, en 1588.

  • 40 Une remarque peut minimiser ces chiffres : ont été comptés dans la recette du mois de juillet, les (...)

62Les autres années, la foire rapporte en gros entre 8 et 32 %40 de la recette, ce qui est loin d’être négligeable : en 1583, les mouvements de navires sur le Rhône au cours du mois de juillet rapportent près du tiers de la recette annuelle ; on comprend l’intérêt porté par les consuls de la cité à la circulation sur le Rhône à des fins commerciales. Réel moteur de l’activité portuaire arlésienne à la fin du XVIe siècle et ce, malgré les troubles de la période, ce rôle croît encore au siècle suivant. Pour le XVIIe siècle, nous n’avons trouvé qu’un seul des livres de recette des droits du « 2 % » et il ne fournit le détail des marchandises que pour les périodes de la montée et de la descente de la foire, c’est dire l’importance qu’elle revêt dans l’imposition ; des états récapitulatifs sont faits par trimestre et une rubrique particulière mentionne la recette occasionnée par la foire. Nous connaissons ainsi, pour 1660 et 1661, le total perçu et ce qui est fourni par cet événement : en 1660, le montant de la recette est de 31 372 livres 14 sols 3 deniers ; la montée de la foire a rapporté 9 111 livres 17 sols 9 deniers et la descente, 7 185 livres 7 sols 3 deniers. En 1661, les chiffres sont respectivement 31 721 livres 16 sols 9 deniers, 10 138 livres 5 sols 9 deniers et 6 656 livres 15 sols. La foire de Beaucaire contribue donc pour 52 et 53 % à la recette du « 2 % » au cours de ces deux années.

Carte 3. Importance relative des flux commerciaux nord et sud sur le Rhône en 1582-1583.
Les fréquences sont calculées à partir du nombre de déclarations à la recette du « 2 % » dans un sens ou dans l’autre par rapport au nombre total

  • 41 AMA, CC 78.

63M. Morineau, travaillant sur ce même « controlle du 2 % des années 1660-1661 »41, signale l’importance de la foire de Beaucaire dans les activités portuaires d’Arles au milieu du XVIIe siècle et ajoute avec humour :

  • 42 M. Morineau, « Flottes de commerce et trafics français en Méditerranée au XVIIe siècle jusqu’en 16 (...)

la foire de Beaucaire semble avoir principalement les proportions d’une gigantesque foire à la sardine…42.

64Il souligne, contrairement à l’idée souvent reçue que Beaucaire était une grande foire de dimension internationale, qu’elle n’occasionnait, en fait, qu’un trafic national et même interprovincial. En 1660, il ne découvre qu’une quinzaine d’étrangers, Niçois, Catalans et Génois. Il est tentant de chercher à savoir si cette description correspond à ce qui se passait quelque quatre-vingts ans plus tôt.

65En juillet 1582, 8 449 barils et 1 402 quintaux de sardines circulent sur le fleuve pour un total de 14  542 barils et 2 251 quintaux pendant la totalité de l’année. On a vu que le baril de sardines correspondait grosso modo à une masse comprise entre un quart et un tiers de quintal ; ramenées à une base de 0,25 quintal pour un baril, ces quantités donnent : 3 514 quintaux, soit un peu plus de 144 tonnes en juillet, pour un total annuel de 5 886 quintaux ou environ 242 tonnes. 60 % des sardines qui circulent sur le Rhône vont à la foire de Beaucaire ou en reviennent ! Il y a bien lieu de parler de « gigantesque foire à la sardine » : les 10 000 barils de la foire en 1660, relevés par M. Morineau, qui font environ 103 tonnes, sont même légèrement inférieurs au tonnage trouvé en 1582. La proportion du volume total est aussi moindre en 1660 qu’il n’était en 1582 : 25 % en 1660 pour 60 % en 1582 ; la grande affaire de la foire est effectivement la sardine.

  • 43 Ibid., p. 150.

66En 1582, 228 patrons indiquent leur port d’origine sur les 249 qui déclarent, en juillet, le contenu de leur cargaison. Le constat est identique à celui fait par M. Morineau : la foire de la Madeleine n’attire à Beaucaire que 12 étrangers, tous de la Riviera ligure : Gênes, San-Remo, ou Voltri. Les Marseillais sont les plus nombreux (49 occurrences), viennent ensuite les Toulonnais (21 occurrences) suivis par les Martégaux (18 occurrences) et les Arlésiens eux-mêmes (17 occurrences). Effectivement, à la fin du XVIe siècle tout comme au milieu du suivant, « la grande manifestation de la Madeleine ne faisait appel au mieux qu’à un cabotage élargi »43. L’imagination des poètes a embelli les choses : si les produits venaient du monde entier, ils étaient, pour les plus exotiques d’entre eux, acheminés à Beaucaire via Marseille. Marchands et patrons étrangers ne s’y rendaient pas ou plus eux-mêmes à la fin du XVIe siècle.

  • 44 AMA, CC 838, obligation en date du 15/05/1587.

67La recette du droit du « 2 % » a fourni la base de cette étude du fret transitant à Arles ; il convient d’y ajouter les marchandises exportées par la ville et son territoire. L’importance des exportations de blé a été soulignée. Ce n’est cependant pas la seule production locale à être exportée sous obligations entre 1582 et 1588. Par obligation, il faut entendre celle de la personne et des biens du déclarant « aux rigueurs de toutes cours »44 pour respecter la promesse de rapporter dans un délai fixé par les autorités de la ville, le passeport de la marchandise endossé par les autorités du lieu de déchargement ; celles-ci peuvent être les consuls de la ville ou les officiers du port ou encore le consul de la nation française si la cargaison est négociée à l’étranger ou les autorités militaires si la marchandise leur est destinée. Le territoire exporte, outre son blé et ses grains, la laine produite par les moutons élevés en grands troupeaux en Crau mais aussi en Camargue. On distingue deux grandes catégories de laines : les « laines surges » et les « laines pelades ». Les premières sont celles qui n’ont été ni lavées ni dégraissées après la tonte ; les secondes sont détachées des peaux de moutons abattus pour la boucherie. Travaillées, ces laines fournissent du fil de laine d’agneau ou « anisse » et de la laine filée, ou « estame », que l’on tricote avec des aiguilles. Quelques cuirs locaux se rencontrent aussi dans les chargements, mais relativement peu.

68Le blé reste toutefois la denrée phare du terroir arlésien et son rôle spéculatif augmente au cours du dernier tiers du XVIe siècle. Les mentions « où bon lui semblera » et sa variante « où bon lui semblera fore et excepté aux terres des ennemys de sa majesté », portées dans les obligations aux lieu et place du port de déchargement se multiplient. On touche là, aux prérogatives des patrons qui se font marchands, en association ou, au moins, avec l’accord des affréteurs qui les chargent de négocier, au mieux de leurs intérêts, les précieuses cargaisons. La possibilité pour les vendeurs, par patron interposé, de trouver le meilleur prix pour leurs marchandises est ainsi largement favorisée. Cette denrée sensible, sujette à des interdictions de sortie tant royales que consulaires, peut servir de baromètre de l’économie : tout va bien, le blé s’exporte et on cherche le marché le plus attractif ; les temps sont durs, la famine menace et c’est la « sarrade » des blés, selon l’expression locale, leur commerce est interdit. Ainsi le faible nombre d’obligations relevé pour l’année 1583-84 traduit-il, peut-être, cet état de fait : les blés arlésiens ont pu être réquisitionnés pour les besoins d’autres contrées ou encore raflés par les huguenots languedociens.

69Autre question : quelles sont les destinations finales des grains que les patrons sont chargés de négocier « où bon leur semblera » ? Les obligations sont, en principe, suivies d’un court rapport indiquant la date et le lieu du déchargement ; en voici un exemple :

  • 45 AMA, CC 838, obligation en date du 18/02/1584.

L’an que dessus et le huictiesme du mois d’apvril en vertu de la certiffica [ti] on endossée au passeport expedié par messieurs les consuls à Sieur Claude Jouvene pour lequel ledit Honoré de Laye avoit chargé la quantité du son [le chargement est composé de 200 quintaux de son de blé à destination de Marseille] a l’obligat [io] n cy dessus escripte faicte ladite certifficat [io] n par les consuls de Marseille par laquelle… icell [uy] son avoir esté deschargé audit Marseille ladite obligat [io] n a este barree et cancelée45.

70Il est alors possible, pour les obligations « cancelées », de connaître la destination des navires. Malheureusement, elles ne sont pas nombreuses dans ce cas : en 1584, sur les 91 chargements partis « où bon semblera » à leurs patrons, seules 14 obligations ont été barrées ; elles révèlent toutes une direction privilégiée : l’Espagne. Quatre cargaisons de blé sont déchargées à Barcelone, deux à Almena (?), trois à Valencia, trois à Tarragone et une à Carthagène, la dernière concerne un chargement de blé vendu « aux armées de terre du Roy ». On note, sans surprise, la convergence des constats : entre le 13 et le 16 mai 1584, le registre de la recette du « 2 % » porte mention de 14 déclarations de mercerie mêlée, livres, cartes à jouer, charbon, vitres, papier en rame destinés aussi à « descendre en Espagne ». L’Arles ligueuse, se tourne résolument vers l’Espagne en multipliant les échanges commerciaux. Les registres des années 1585 et 1586, – pour lesquels les obligations sont lacunaires –, et 1587 ne permettent pas de confirmer ou d’infirmer cette orientation : en 1585, sur dix patrons autorisés à aller vendre du blé « où bon leur semblera », il n’y en a qu’un dont le port de déchargement est connu et c’est Barcelone ; l’année suivante, 38 patrons sur 137 reçoivent la même autorisation et 31 de ces obligations sont « cancelées » : 5 vers des terres amies du roi, sans plus de précision, 3 vers Sénima (?), quant aux autres destinations, elles se partagent entre Marseille (8), Gênes et sa Rivière (7), Nice et la côte varoise. En 1587, la collecte est très modeste : sur 9 obligations laissant le patron libre de son port d’arrivée, 3 sont barrées : 2 cargaisons ont été déchargées aux terres amies du roi, 1 à Six-Fours.

71Passage obligatoire des marchandises en provenance de Méditerranée et de celles, plus lointaines, redistribuées par Marseille, qui montent approvisionner Lyon, mais aussi de celles du nord et de l’est de la France dont sont demandeurs les bords de la Méditerranée, Arles est riche d’un fret potentiel qui dynamise ses activités maritimes et fluviales. La foire de Beaucaire constitue un facteur particulièrement favorable aux échanges commerciaux, ce dont les Arlésiens sont très conscients. Autre atout d’importance : le blé de son riche terroir dont l’exportation ne peut que les inciter à se lancer sur la mer.

72Mais qu’en est-il exactement ? L. Stouff a montré qu’à la fin du XVe siècle, il y avait peu de marins arlésiens et qu’en fait, les marchands et les marins du port d’Arles étaient originaires de Ligurie. Un siècle plus tard, la situation a-t-elle perduré, ou les Arlésiens les ont-ils peu à peu remplacés et pris une part active dans le transport de toutes les marchandises qui arrivaient jusqu’à eux ?

Les hommes du port

73C’est encore dans les registres de la recette du « 2 % » que la réponse a été cherchée ; tout comme pour le fret, les obligations de déchargement des marchandises exportées en ont complété les informations.

74L’utilisation des déclarations enregistrées par le commis du droit du « 2 % » n’est pas aisée. Il est vrai que ces documents, comme la majorité des autres, n’ont pas été établis à des fins statistiques ! Si, entre 1577 et 1584, l’origine du déclarant est la plupart du temps connue (dans environ 90 % des cas), sa profession l’est beaucoup moins fréquemment.

Les marins

  • 46 Ce terme est synonyme de « ripayre » : homme de peine qui travaille sur les quais, portefaix, GNO. (...)

75L’histogramme 1 ci-après, met en évidence la part modeste occupée par les Arlésiens parmi les marins qui fréquentent le port : moins d’un marin sur dix. Ceux que l’on rencontre sur les quais d’Arles, en 1582-83, sont davantage originaires de la côte provençale (37,5 % d’entre eux), de Tarascon ou de Beaucaire qu’Arlésiens. Globalement, en opposant l’axe rhodanien et la côte méditerranéenne, c’est cette seconde qui l’emporte car 48 % des marins du port d’Arles viennent des ports méditerranéens, mais les « ribeyriers »46 des rives rhodaniennes ne sont pas loin derrière avec une représentation de 41 %. Sous la désignation « divers », se trouvent regroupées deux déclarations, l’une faite par un Aixois, l’autre par un Auvergnat ; on peut douter qu’ils soient marins, encore que le second puisse descendre d’Auvergne par le Rhône et ses affluents. Les deux personnages sont plus vraisemblablement des affréteurs, mais les déclarations qu’ils ont faites ne mentionnant pas de transporteur, ils ont été considérés comme transporteurs eux-mêmes. On touche là à l’une des difficultés du traitement des sources.

  • 47 Les valeurs chiffrées figurent en annexe dans le tableau 1.

76Nous avons essayé de voir si cette répartition était ou non conjoncturelle, en la comparant à celles des années comprises entre 1577 et 159047. Cependant, la mauvaise tenue des registres s’accroît entre 1586 et 1589 et, si le registre de l’année 1590-91 est globalement beaucoup moins lacunaire que les précédents, il est muet plus d’une fois sur deux (dans 57 % des déclarations) sur l’origine du transporteur ; en conséquence, seules les années 1577 à 1586 inclusivement, ont fourni des éléments de comparaison.

77Une remarque s’impose : les marins de Beaucaire sont de plus en plus présents, au détriment des Tarasconais entre 1577 et 1584 ; mais ces derniers reprennent à nouveau leur place ensuite. Les marins de la côte provençale qui s’étend à l’Est de Marseille fréquentent largement le port d’Arles jusqu’en 1585, fréquentation soutenue grâce à la part croissante des Toulonnais ; en 1585-86, il n’y a plus guère que ces derniers à fréquenter le port d’Arles car ceux des petits ports de La Ciotat, Cassis, Fréjus, Bormes le désertent et même les marins d’Ollioules, jusque-là très actifs dans le bas Rhône, diminuent le nombre de leurs voyages dans la région. Autre phénomène : les Marseillais se font plus rares chaque année dans le port, jusqu’en 1584 ; les Martégaux profitent de l’éclipse partielle de la capitale phocéenne qui se remet difficilement de la contagion qui l’a rudement affectée en 1580. L’année 1584 marque un renversement de tendance : comme nous l’avons déjà signalé, les liens entre Arles et Marseille, dont la sensibilité politique est proche, se resserrent ; la forte présence des marins marseillais à Arles l’illustre.

78Tout comme celle des Marseillais, la présence des marins languedociens à Arles se fait plus discrète au cours de la période 1577-1584. Mais contrairement à ce qui se passe pour Marseille, ce relatif effacement se prolonge. Le Languedoc est au cœur des affrontements depuis le début des années 1560. Le brillant essor, entre 1530 et 1550, du port de Narbonne qui connaît son apogée dans la décennie suivante, conduit les marins narbonnais et ceux des ports voisins tels Frontignan, Sijean ou Sérignan vers Marseille mais aussi vers les ports rhodaniens : Aigues-Mortes, Arles, Tarascon, Villeneuve-lès-Avignon. Entre 1577 et 1582, il y a au port d’Arles, une forte présence de patrons languedociens puisqu’ils représentent près de 15 % du total des patrons payant la taxe du « 2 % ». De 1560 à 1590, la croissance du commerce maritime de Narbonne se trouve ralentie à cause des troubles violents qui agitent le Languedoc et la ville, elle aussi ligueuse, privilégie, dans cette période, les échanges avec Marseille ; les patrons languedociens ne forment plus que 6 à 7 % des transporteurs acquittant le « 2 % » à Arles entre 1582 et 1586.

Histogramme 1. Origine géographique des marins fréquentant le port d’Arles en 1582-83, d’après la recette du droit du « 2 % ».
AMA, CC 61

79Le ralentissement est aussi très sensible au niveau des villes de la vallée du Rhône ; Lyon,

  • 48 B. Bennassar, J. Jacquart, Le XVIe siècle, op. cit., p. 303.

pillée par les protestants, ravagée par la peste en 1564, atteinte dans sa manufacture… voit fuir les étrangers qui désertent les foires et expatrient leurs capitaux48.

80Le grand centre a, pour un temps, perdu son rayonnement : les hommes de la vallée du Rhône se font de plus en plus rares à Arles. Tarascon et, dans une moindre mesure Avignon, sont touchés par la perte de dynamisme du marché lyonnais. Seul port de la vallée du Rhône, Beaucaire, soutenu par sa foire, voit ses hommes multiplier leurs activités fluviales. Plus éloignée des conflits, la côte de Provence orientale, en particulier Toulon, l’autre port important de la province, profite des difficultés de Marseille pour augmenter sa part du trafic entre Méditerranée et Rhône. Lorsque les Marseillais reviennent à Arles, c’est au détriment des patrons des petits ports côtiers.

81Les Ligures, faiblement représentés en début de période voient leur pourcentage croître, de manière éphémère, entre 1577 et 1583-84 (de 1,91 % à 5,5 %). Les patrons de San-Remo ont la particularité de « monter » chargés d’agrumes qu’ils font redistribuer dans la vallée du Rhône par d’autres patrons dont ils affrètent les navires. Les Ligures qui animaient le port un siècle plus tôt, sont encore présents, mais ils ont cédé leur place prépondérante aux marins provençaux et languedociens.

82La nature même du document utilisé ne permet pas de faire la différence entre les marins stricto sensu et ceux qui circulent sur le fleuve uniquement, qu’on appellent actuellement bateliers ou mariniers. Pour ce, il faudrait connaître à la fois le port d’origine du patron et sa destination ; or les actes ne fournissent qu’occasionnellement les deux informations simultanément. Cette remarque ne vaut, naturellement, que pour les transporteurs originaires des ports de la vallée rhodanienne : les patrons d’Arles, Beaucaire, Tarascon ou Avignon, Aigues-Mortes ou Saint-Gilles, pour ne citer que les villes d’importance du bas Rhône, naviguent-ils exclusivement sur mer, sur le fleuve ou sur les deux ?

83Limitée aux villes d’Arles, Beaucaire et Tarascon, la réponse n’a pu être cherchée qu’à l’aide du registre de l’année 1583-84. car la destination de 87 % des transporteurs arlésiens (au sens large, en comptant ceux des Saintes-Maries de la Mer et de Trinquetaille) est connue ; pour Beaucaire et Tarascon, l’enregistrement est moins bon, mais cependant, 56 % des patrons beaucairois et 79 % de ceux de Tarascon indiquent vers où ils se dirigent. Il ressort des résultats que les Arlésiens circulent bien davantage sur le fleuve qu’en mer. Leur destination première est Beaucaire : plus d’un transporteur sur deux s’y rend ; le couloir rhodanien est leur lieu d’élection : ils se dirigent vers les ports situés entre Lyon et Aigues-Mortes quatre fois sur cinq. En dehors de deux mentions, Marseille n’attire pas les Arlésiens cette année-là et l’Espagne est le but de quatre voyages. En tout, moins d’une destination sur dix est maritime. Les marins de Trinquetaille semblent être plutôt des hommes du fleuve au vu de leurs destinations : 17 déclarations indiquent une localité riveraine, vers l’amont ou l’aval ; seuls trois chargements voyageront par mer, courts voyages puisque deux ont pour but Montpellier, et un Frontignan. Les destinations annoncées par les patrons de Beaucaire sont exclusivement rhodaniennes : Beaucaire elle-même puis Lyon, enfin Aigues-Mortes. La principale direction des Tarasconais est Avignon, ils fréquentent aussi Beaucaire ou rentrent à leur port d’attache. Les patrons et capitaines de Tarascon acheminent aussi le sel vers les greniers de la vallée du Rhône.

84Il semblerait que les trois ports, Arles, Beaucaire et Tarascon, aient leurs domaines d’activités propres : les marins de Tarascon se chargent de l’approvisionnement d’Avignon et de la remontée du sel ; ceux de Beaucaire acheminent les denrées vers Lyon, tout en occupant une place de choix dans le transport des marchandises vers leur propre cité, siège de la grande foire ; ceux d’Arles, en plus de desservir les ports fluviaux, naviguent sur mer, modestement en nombre de voyages, mais ils ont cependant dans leurs rangs des marins au sens étymologique du terme.

85Une autre question relative à la source utilisée, le « 2 % », se pose : n’agit-elle pas comme un prisme déformant, dans la mesure où elle est sélective ? Comme pour l’étude du fret, les obligations passées pour les marchandises immunes de cet impôt permettent de juger de la déformation éventuelle et de la rectifier, tout d’abord en déterminant si les patrons arlésiens sont davantage présents dans les exportations des marchandises du cru que dans le transport de celles en transit ou importées, puis en recherchant si, pour les besoins de celles-ci, les Arlésiens se font marins, en s’embarquant sur la mer pour des destinations plus lointaines.

  • 49 Elle figure en annexe dans le tableau 2.

86Analysé de manière analogue à ceux du droit du « 2 % », le registre des obligations passées pour l’exportation des denrées du cru entre 1582 et 1588 montre une distribution différente49. Les hommes du fleuve y sont faiblement représentés ; même si on y ajoute les patrons de « la côte languedocienne » puisqu’ont été considérés comme languedociens les ports de Saint-Gilles et d’Aigues-Mortes qui appartiennent aussi à la zone rhodanienne, le pourcentage des patrons originaires de la vallée du Rhône ne dépasse pas 20 %. Ce sont les ports provençaux, en particulier ceux situés à l’Est de Marseille ainsi que ceux de la côte ligure, qui envoient leurs marins s’approvisionner en grains à Arles. On note aussi une présence très nettement plus forte et en progression, des patrons arlésiens dans les affrètements occasionnés par les exportations de denrées locales ; ils sont, en proportion, sensiblement plus actifs dans le transport des marchandises du terroir que dans celui des denrées foraines : 12,5 % contre 9 % en 1582 et ce dernier pourcentage va en croissant les années suivantes, oscillant entre 17 et 40 %. La nature même des productions du cru explique l’absence de concurrence rencontrée à proximité par les patrons arlésiens pour leur transport. En effet, la recette du « 2 % » nous a montré que les patrons de Beaucaire et Tarascon battaient les Arlésiens sur leur propre terrain : ils passent respectivement 13 et 9,6 % des déclarations de chargements contre un peu moins de 9 % pour ceux d’Arles. Mais, on l’a remarqué, les hommes de ces deux villes restent sur le fleuve ; or, les cargaisons de blé qui font l’objet des obligations relevées ne sont pas destinées à monter vers le nord. On comprend que les Arlésiens qui, eux, s’aventurent sur mer, contrairement à leurs concurrents de Beaucaire et Tarascon, soient plus sollicités que ces derniers dans le transport des grains. On peut même voir dans ces chiffres une confirmation de la présence à Arles de marins, au sens premier du terme.

  • 50 C’est ainsi que les sources désignent le petit port des Saintes-Maries-de-la-Mer.
  • 51 Ces destinations sont rassemblées en annexe dans le tableau 3.

87La destination privilégiée des patrons arlésiens qui acheminent les marchandises du cru est manifestement Montpellier, tout au moins jusqu’en 1584-85 avant que la radicalisation des positions politiques ne les détournent du Languedoc ; les obligations sont passées, en majorité, par des marins de Trinquetaille qui vont y conduire de la laine. La côte languedocienne, via « les Maries »50, est la destination déclarée dans trois quarts des obligations passées entre 1582 et 158851. Descendant le petit Rhône, ils se dirigent ensuite sur mer vers Montpellier, Frontignan ou Narbonne.

88L’interrogation des obligations confirme ce qui a été trouvé grâce aux registres de la recette du « 2 % » : les marins d’Arles font principalement du cabotage fluvial qui semble s’ouvrir, au cours des quelques années étudiées, sur des voies maritimes, peut-être en partie sous la pression des événements politiques et des alliances qu’ils ont suscitées. Les Arlésiens commencent à quitter le fleuve pour les côtes languedocienne, espagnole ou niçoise et, bien sûr, pour participer à l’approvisionnement de Marseille.

89Complémentaires, marchands et marins sont les hommes du port. Il convient, pour rendre compte du rôle des Arlésiens dans les activités de leur propre port, de s’intéresser aux premiers : affréteurs, voire même armateurs, ils font transporter leurs marchandises par les seconds. Tout comme pour les marins, l’origine des chargeurs relevée dans les deux sources consultées (registres de la recette du droit du « 2 % » et registre d’obligations) et la proportion parmi ceux-ci des hommes de la ville jettent un éclairage sur l’engagement de la société arlésienne dans les activités commerciales locales.

Les affréteurs

90Peu nombreux sont, jusqu’en 1583, les actes de la recette du « 2 % » qui les font apparaître : est-ce parce que la pratique usuelle est celle du patron-marchand, c’est-à-dire du transporteur qui achète sa cargaison et se charge de la négocier dans un port ou un autre ? Ou est-ce une lacune dans les déclarations ? Le fait que la formulation employée par le commis de la recette soit différente lorsque les deux personnages, transporteur et affréteur, interviennent, le soin apporté par le rédacteur de la déclaration à la mention des noms respectifs incitent à pencher en faveur de la première hypothèse : la majorité des actes sont passés, ces années-là, par des patrons qui déclarent des marchandises en leur propre nom. On peut, en outre, étayer cette hypothèse par le fait qu’un même patron fait plusieurs déclarations différentes pour les marchandises qui composent sa cargaison, une pour chacun des affréteurs qui lui confient des denrées et éventuellement une en son propre nom.

91Hormis pour les années 1586 à 1589, pour lesquelles le contenu des déclarations est assez squelettique, le pourcentage de celles-ci indiquant un chargeur différent du transporteur a globalement tendance à croître, variant entre 16 et 40 % de 1582 à 1586 et atteignant même 60 % en 1590-91.

  • 52 Le détail est fourni en annexe dans le tableau 4.

92L’origine géographique des affréteurs telle que la dévoile la recette du « 2 % »52, montre d’une part, une grande diversité et d’autre part, le rôle dominant des chargeurs du port lui-même. Les fermiers du tirage du sel constituent le fort contingent de chargeurs du Dauphiné, de Pont-Saint-Esprit, des Dombes, – et plus généralement de la région Rhône-Saône –, ainsi que la majorité des affréteurs originaires de Beaucaire et une partie de ceux d’Avignon. Si l’on retire les convois de sel, il ressort qu’en dehors des hommes d’affaires arlésiens, sont actifs ceux de Marseille surtout et, dans une moindre mesure, ceux de Lyon. Les grandes places de commerce sont présentes dans les opérations de chargement au port d’Arles, peut-être plus qu’il n’apparaît, car certains des chargeurs arlésiens sont, en fait, facteurs de marchands lyonnais. Les hommes d’affaires étrangers, s’ils ne sont pas nombreux, ne sont pas totalement absents : on rencontre quelques affréteurs ligures, un Suisse et un Allemand. Les villes côtières ne fournissent qu’un faible contingent d’affréteurs. La géographie des places d’origine des chargeurs ne recoupe donc pas celle des ports d’attache des marins qui fréquentent le port d’Arles au même moment.

93Le pourcentage des affréteurs arlésiens progresse au cours des années 80 du XVIe siècle et se situe autour de 26 à 30 %. Il est vrai que la proportion croissante, dans le même temps, des chargeurs dont on ignore l’origine minimise la validité absolue de ces fréquences, mais elles peuvent, cependant, être considérées comme des valeurs minimales.

94Le rôle de Marseille se confirme jusqu’en 1584 – année charnière dans les choix politiques de la cité phocéenne –. Ses marchands semblent se détourner des activités commerciales, au moins en direction du nord et impliquant un passage par Arles : dans les registres du droit du « 2 % », les marchands marseillais sont moins présents pendant la période ligueuse. Ils reviennent en force dès avant la chute de Casaulx, puisqu’en 1590-91, ils représentent près de 19 % des affréteurs relevés dans cette même source.

95Les marchands lyonnais dont la présence est, en pourcentage, modeste, mais constante jusqu’en 1584, disparaissent ensuite des déclarations. Il est probable que le recours à des facteurs locaux se multiplie, évitant aux marchands étrangers de se déplacer ; le gonflement du pourcentage des chargeurs arlésiens pourrait, à son tour, trouver là une explication, au moins partielle.

96Avignon, suffisamment proche d’Arles pour que ses marchands puissent s’y rendre, et non concernée par les soubresauts politiques du royaume de France, conserve une représentation stable de ses affréteurs au port d’Arles : entre 10 et 12 %.

97Contrairement à Avignon, Frontignan, situé en Languedoc, n’est pas à l’abri des affrontements. Malgré ce, ses marchands sont présents au port d’Arles de manière modeste mais relativement régulière au cours des années considérées, exportant, bien sûr, du vin muscat ou du raisin, mais aussi, important des meubles de bois, du poisson (muges), du cuir, ou encore, participant à la redistribution de denrées entre Arles et Villeneuve ou Montpellier.

98L’étude des affréteurs chargeant à Arles durant les années 80 du XVIe siècle ne serait pas complète si on ne s’intéressait à ceux qui font transporter les marchandises du terroir arlésien. Il s’avère que les Arlésiens sont les premiers concernés par le transport des marchandises locales : ils passent 32 % des obligations en 1582 et près d’une sur deux ultérieurement.

99Les chargeurs originaires de l’intérieur du pays, – vallée du Rhône et régions limitrophes –, dominent largement dans les registres du « 2 % » puisqu’ils représentent 70 % de l’ensemble ; la frange méditerranéenne n’en fournit que 22 %. Par contre, le partage se fait de manière beaucoup plus équilibrée en ce qui concerne les denrées locales : 46 % des marchands qui les font transporter viennent de la vallée du Rhône et des régions voisines – Auvergne, intérieur de la Provence, proche Languedoc –, et 53 % de la côte méditerranéenne. Au cours de la décennie considérée, on note une concentration marquée de l’origine des affréteurs des marchandises locales ; ceux-ci sont essentiellement originaires des trois villes : Arles, Marseille et Montpellier.

  • 53 TDF, article « blanchier, blanquié » : mégisseur, chamoiseur, ouvrier qui prépare les peaux en bla (...)

100Les actes consultés, que ce soient les déclarations reçues par le receveur du droit du « 2 % » ou les obligations passées par le propriétaire de la cargaison devant le notaire, signalent les fonctions de chacun des personnages cités, souvent sa ville d’origine et parfois sa profession. Grâce à cette dernière information, nous avons tenté de mieux connaître les affréteurs arlésiens ; tenter seulement, car les termes employés diffèrent pour un même personnage qui est parfois qualifié de bourgeois, une autre fois de marchand, une autre encore de « sire » ou bien d’artisan tel « blanchier »53, cardeur ou savonnier.

101Les affréteurs arlésiens sont marchands, artisans ou bourgeois ; il faut leur ajouter ceux désignés sous le nom de « sire » car ce titre semble fréquemment attribué aux marchands, mais aussi aux bourgeois. Compte tenu des remarques ci-dessus, il est difficile de délimiter une frontière stricte entre marchands et artisans, entre marchands et bourgeois, mais aussi entre artisans et bourgeois. En ne faisant qu’une des quatre catégories : marchand, artisan, bourgeois et « sire », sur les six années étudiées, celle-ci représente 65 % des affréteurs arlésiens chargeant des marchandises locales exportées.

102De même, les chargeurs arlésiens mentionnés dans les déclarations du droit du « 2 % » sont marchands, artisans ou bourgeois. Plus de 54 % d’entre eux sont ou marchands ou « sires ». En leur ajoutant les artisans qui sont parfois marchands et artisans à la fois, et les quelques-uns qualifiés de bourgeois, on arrive à la presque totalité des chargeurs dont la profession est connue.

103On a pu remarquer, sans surprise, que certains des personnages, Jacques Adorcy, « blanchier » de Trinquetaille, Antoine Peinct, marchand et autres, rencontrés dans le registre d’obligations, apparaissent aussi comme chargeurs dans les déclarations du « 2 % ». Le livre de raison du marchand Antoine Peinct nous livre ses opérations commerciales entre 1579 et 1583. En association avec trois autres personnes – les noms de deux d’entre eux apparaissent dans le registre d’obligations consulté –, il achète une barque ; toujours en association avec divers personnages dont les noms reviennent régulièrement, il monte des affaires portant sur l’achat d’un radeau, l’achat et le transport par bateau puis la vente de marchandises variées : de la cannelle destinée à Lyon, du vin amené de Marseillan, des sacs de farine pour Martigues, du blé pour Narbonne, du vermillon pour Marseille, du bois à porter à Villefranche ; il y mentionne aussi des prêts qu’il fait, par exemple, à un patron pour acheter une barque, pour les soins à un patron malade etc. En outre, en mars 1583, puis à nouveau en 1589, les gabelles de la ville d’Arles lui sont « arrentées » pour six ans. On le retrouve aussi, en compagnie d’autres marchands dont les noms ont été rencontrés dans les déclarations du « 2 % » ou les obligations, comme Pierre Espinaud ou Jean Azegat, en tant que trésorier de la ville, dans les comptes du « 2 % » au début du XVIIe siècle.

104Certains de ces marchands sont fort actifs, ils passent de nombreuses obligations ou font plusieurs déclarations par an : en 1583-84, Jean Adorcy fait 6 déclarations de chargement à la recette du « 2 % », sire Urbain Faye 7, tout comme le revendeur Jehan Jullian ; sire Antoine Peinct en fait 5, le bourgeois Charles Palmier, 4. En outre, ce dernier passe, la même année, 3 obligations. Entre 1577 et 1582, Mathieu Bourc effectue 22 chargements – dont un sur des mulets –, de marchandises très variées : du pastel, de la laine « anisse », de la mercerie, des sardines entre autres. Dans les premières déclarations en 1577, on le dit originaire d’Aigues-Mortes ; à partir de juillet 1579, il est dit d’Arles. Il charge pour lui-même, probablement seul ou en association avec des marchands d’Arles, mais aussi comme facteur : du marchand Jean Granoullas de Lyon en 1582-83, de plusieurs marchands espagnols en 1578 et d’un marchand de Castelnaudary qui lui confie du pastel en 1579.

105Les registres de notaires de l’année 1582 font, en outre, ressortir dans les contrats commerciaux un groupe de capitalistes qui ne recoupe que partiellement celui des affréteurs relevés dans les déclarations du « 2 % » ou dans les obligations passées devant le notaire de la Communauté. Les grosses affaires, tel le négoce du blé à grande échelle, sont entre les mains des élites urbaines, nobles et bourgeois. L’exportation du blé fait l’objet de contrats de commande entre eux et des patrons et marchands d’Antibes et de la riviera ligure exclusivement. Le consul Simon Nicolay est particulièrement actif : sur les quatorze contrats de commerce maritime que recèlent les registres de notaires cette année-là, il est impliqué dans huit d’entre eux ; vendant à crédit du sel à des voituriers et « ribeyriers » d’Avignon et d’Arles, il y apparaît probablement comme personne publique mais, dans la plupart des autres cas, il intervient dans un consortium de capitalistes, probablement à titre privé.

106La comparaison, dans les registres du droit du « 2 % », de la valeur marchande moyenne des chargements faits par les affréteurs arlésiens et celle du fret déclaré par les transporteurs arlésiens qui, ne mentionnant pas de chargeurs, sont alors considérés comme leur propre affréteur, montre qu’entre 1582 et 1586, les cargaisons chargées par les marchands arlésiens ont une valeur très supérieure à celles que les patrons transportent pour leur propre compte : de 2 à 10 fois plus importantes. Ce constat implique que les marchands chargeurs d’Arles possèdent des capitaux ou des capacités d’emprunt suffisants pour mobiliser les sommes nécessaires à l’achat de cargaisons d’importance. En contrepartie, ceux qui sont à la fois chargeurs et transporteurs, font des affaires de moindre envergure ce qui apparaît nettement lorsqu’on parcourt les registres, les déclarations pouvant concerner des chargements très modestes.

107L’année 1590-91 se démarque très sensiblement dans ce domaine, par rapport aux années antérieures : la valeur marchande des denrées chargées par les marchands ou hommes d’affaires arlésiens est très voisine de celle des marchandises chargées par les patrons eux-mêmes. Il est difficile d’interpréter ce changement : est-il conjoncturel ? On peut se rappeler cependant, que depuis 1588 la faction ligueuse cherche avec son chef, le lieutenant Pierre Biord, à se saisir du pouvoir communal. L’année 1590, dans un contexte politique encore plus troublé depuis la mort d’Henri III, voit se multiplier à Arles les proscriptions de nobles par Biord. En outre, la ville doit faire face à de grosses dépenses pour se défendre contre les troupes du roi légitime Henri de Navarre. On peut comprendre la frilosité des capitaux locaux à s’investir dans de telles circonstances. Cependant, il peut aussi bien s’agir d’un retournement de tendance. Il faudrait connaître les chiffres relatifs à la fin du siècle pour se prononcer.

108Enfin, il n’a pas été possible, à l’aide de la même source, de savoir s’il y avait des armateurs arlésiens, autres que les patrons, eux-mêmes, qui semblent, en majorité, propriétaires de leur barque et qui, on l’a vu, sont aussi les chargeurs d’au moins d’une partie de leur cargaison. Par contre, d’autres sources, comme le livre de raison du marchand Antoine Peinct et les actes notariés relevés pour l’année 1582, les dévoilent un peu et on constate que les chargeurs les plus actifs, dont il a été question plus haut, sont aussi armateurs : c’est le cas d’Antoine Peinct qui achète une barque à un patron de San-Remo, en 1584. Jean Avignon, marchand de Trinquetaille, Gérard Chinalier aussi marchand, Nicolas Marin bourgeois, Trophime Rieu, cardeur, Mathieu Bourc, Charles Palmier marchands, effectuent, en 1582, par-devant les différents notaires de la ville, des ventes de barques à des « ribeyriers » arlésiens ou à des patrons étrangers. Certains actes livrent, en outre, une clause d’association avec le patron pour l’exploitation de la barque.

109On retiendra, comme bilan de ce panorama, les éléments suivants :

110À Arles, à la fin du XVIe siècle, les échanges commerciaux par voie fluviale et maritime sont soutenus ; le volume du trafic n’a rien de comparable avec celui de Marseille, mais il est supérieur à celui de Narbonne dont le destin portuaire montre d’ailleurs certaines ressemblances, au cours des siècles, avec celui d’Arles. A la toute fin du XVe siècle ont eu lieu deux événements qui ne sont vraisemblablement pas étrangers au retournement de situation favorable à Arles : la création de la foire de Beaucaire, – dont on a vu l’impact sur les recettes du droit du « 2 % » dès sa mise en place en 1577 –, et le rattachement de la Provence, quelques années plus tard, au royaume de France. Aigues-Mortes, depuis sa création et jusqu’alors, débouché méditerranéen de ce dernier, est un port malcommode qui s’envase inéluctablement. Il ne peut s’opposer à la mise en place de l’axe direct qui s’établit entre Marseille et Lyon, via Arles.

111L’exportation des produits du terroir, si elle est loin d’être négligeable, n’est pas le seul moteur des échanges ; l’importance du fret à acheminer tant entre Marseille et Lyon qu’à l’occasion de la tenue de la foire de Beaucaire, est un facteur de l’augmentation du nombre des marchands locaux qui affrètent des navires.

112Parmi ceux qui se chargent du transport des denrées foraines, moins de 10 % sont originaires d’Arles ; ils effectuent principalement du cabotage fluvial entre Aigues-Mortes et Lyon ; cependant, quelques-uns s’aventurent sur la mer, ils desservent alors les ports voisins du Languedoc, Marseille et vont même jusqu’en Espagne. Les patrons arlésiens sont nettement plus impliqués dans le transport des marchandises du cru, blé et laine : ils représentent entre 13 et 40 % des patrons qui les véhiculent. Ces exportations les conduisent vers deux destinations principales : Montpellier d’abord, relayé peu à peu, au cours des années troublées 1585-88, par Narbonne et Frontignan ; Marseille vient ensuite. Les registres de notaires nous montrent, à la même époque quelques patrons arlésiens fréquentant le port de Gênes ou faisant voile vers la Sardaigne.

113Ces marins d’Arles chargent fréquemment pour leur compte, mais ils ne sont pas les seuls à constituer les cargaisons. Le nombre de chargeurs distincts des transporteurs se multiplie au cours de la période 1578-1591 : les rôles respectifs semblent se diversifier. L’étude des affréteurs fait ressortir un groupe de marchands, revendeurs, artisans et bourgeois arlésiens dynamiques, possédant les capitaux nécessaires pour rassembler des cargaisons de valeur importante. Ces affréteurs arlésiens jouent un rôle moteur pour les patrons de la ville elle-même puisqu’ils les chargent du transport des denrées locales dans 44 % des cas et des marchandises foraines une fois sur quatre.

114Riche en fret mais relativement pauvre en marins, telle est la situation d’Arles dans les dernières décennies du siècle. J. Bernard, dans son étude sur Bordeaux un siècle plus tôt, y voit la spécificité des ports de commerce en rivière ; effectivement, Arles semble être d’abord orientée vers le fleuve, mais les signes d’un changement sont perceptibles : sous l’impulsion des affréteurs locaux, les patrons arlésiens commencent à se tourner vers la mer.

  • 54 AMA, CC 74, Comptes du « 2 % » 1611 : « faire muraille long la riviere du Rosne avec un quai muret (...)

115Dès le début du siècle suivant, la ville, non seulement panse ses blessures après la longue guerre civile, mais elle reconstruit ses murailles, ses quais54 et s’agrandit de toute part. Le roi lui concède une partie des recettes du droit du « 2 % » pour ce faire. Les expropriations et les travaux sur les quais montrent que la ville a conscience du rôle qu’elle joue dans les échanges commerciaux.

Détail du Plan de Nicolas de Quiqueran de Beaujeu dressé en 1743.
On peut y voir en particulier, les portes Saint-Louis, Notre-Dame et Sainte-Croix. La porte des Salins se situe légèrement en aval de la porte Sainte-Croix

Notes

1 BMA, ms. 111, Edit de création de la charge de professeur royal de mathématiques et ’hydrographie, 15/09/1696.

2 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, EHESS, Paris, 1992, p. 17.

3 AMA, BB 10, f°127. Une fuste est, aux XVe et XVIe siècles, un bâtiment à rames de la famille des galères, entre galiote et brigantin, GNO.

4 AMA, BB 10, f° 129v°.

5 P. Quiqueran de Beaujeu, Louée soit la Provence, Paris, 1551. Adaptation française de V. Autheman, Actes Sud, Arles, 1999.

6 J.-C. Roux, Arles, son histoire, ses monuments, ses musées, Paris, 1914, p. 93-95.

7 P. Quiqueran de Beaujeu, Louée soit la Provence…, op. cit., p. 78.

8 AMA, BB 10, f° 132 v°.

9 C’est l’actuel Espace Van Gogh.

10 BMA, ms. 217, en date du 30/05/1549.

11 BMA, ms. 217, année 1549.

12 BMA, ms. 260, f° 13 à 15 v°.

13 BMA, ms. 217, par exemple, les mémoires de Jacques Francony, notaire, sont utilisées pour des mentions climatiques et sanitaires en 1557.

14 BMA, ms. 225, Singularités historiques, littéraires, politiques, sacrées et profanes de la ville d’Arles. Ex libris Laurent Bonnemant presbiteri Arlatensis die 28/09/1789. Terraillon est le terme utilisé alors pour désigner un travailleur agricole.

15 B. Bennassar, J. Jacquart, Le XVIe siècle, Colin, Collection U, 1980, p. 52.

16 Ibid., p. 54-55.

17 Ibid., p. 55.

18 BMA, ms. 225, année 1571.

19 P. Quiqueran de Beaujeu, Louée soit la Provence…, op. cit., p. 178-182.

20 Les livres de la recette font figurer le sel taxé à un écu par muid.

21 AMA CC 55, Ordonnance faite par le lieutenant du Sénéchal à Arles, le 16/09/1577.

22 P. Rigaud, Arles, le Rhône, la mer, XIVe-XIXe siècles, Catalogue des sources de l’histoire maritime et fluviale d’Arles, d’après les fonds des archives communales, le fonds ancien de la médiathèque d’Arles, Arles, 1996, p. 64, 1574, CC 335, f° 68 v°.

23 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles…, op. cit., p. 227.

24 B. Bourjac, Mémoires et oublis de la Ligue Arlésienne. Les luttes de factions et leurs représentations (1589-1595), Mémoire de maîtrise sous la direction de W. Kaiser, Université de Provence, 2001, p. 3.

25 Le terme « bigarrats » caractérisait ceux qui étaient déchirés entre catholicisme et protestantisme ; les catholiques modérés séparaient politique religieuse et comportement pratique.

26 Il s’agit du quartier du Vieux Bourg, connu plus tard sous le nom de Roquette.

27 B. Bourjac, Mémoires et oublis de la Ligue Arlésienne…, op. cit., p. 4.

28 BMA, ms. 218, manuscrit de L. Bonnemant, en date du 08/04/1593.

29 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et le Narbonnais, 1300-1789, Presses universitaires de Perpignan, 1996, p. 420.

30 AMA, CC 61.

31 J. Billioud, Histoire du commerce de Marseille, sous la direction de G. Rambert, t. 3, Appendice : droits de douanes de 1584 à 1596, 1 à 6 %.

32 Cependant, le registre d’obligations consulté, AMA, CC 838, ne met pas en évidence d’exportations de blé vers l’amont du fleuve, ce qui suggère, que ou bien tout le blé était expédié vers la Méditerranée et le bas du fleuve, ou bien les exportations faites vers l’amont figurent dans un ou d’autres registres. Cette deuxième hypothèse est probablement à privilégier, au vu de ce que G. Pichard a établi à partir du péage de l’archevêché, il est vrai un siècle plus tard : les exportations de blé, en 1693, se font par mer dans 42 % des cas, mais 58 % d’entre elles remontent la voie rhodanienne. Travail communiqué par G. Pichard le 23/02/2002. Les chiffres que nous avançons ici sont donc fondés sur une estimation minimale des quantités de blé qui sortent du territoire arlésien.

33 AMA CC61, f° 62, « Cameradis » : chemise grossière et neuve, TDF.

34 Il s’agit des salines qui se trouvent en petite Camargue, non loin d’Aigues-Mortes.

35 Petit navire à voile gréé en latin armé à la pêche ou au cabotage, plus tard désigné sous le terme de tartane, GNO.

36 J.−L. Abbé, B. Brunel, J.-C. Helas, M.−C. Marandet, A. Serpentini, sous la direction de P. Charbonnier, Les anciennes mesures locales du midi méditerranéen d’après les tables de conversion. Publication de l’Institut d’études du massif Central, Clermond-Ferrand, 1994. La correspondance est de 41,802 kg pour le quintal d’Arles.

37 P. Quiqueran de Beaujeu, Louée soit la Provence, op. cit., p. 170.

38 On désigne par antenne, la vergue d’une voile latine très longue, effilée par les deux bouts, généralement en deux parties, la penne et le car. Antenolle en est le diminutif pour qualifier une petite antenne, GNO.

39 D’après T. Fassin, Essai historique sur la foire de Beaucaire, Thèse pour le doctorat, Aix-en-Provence, 1900, la foire semble avoir existée avant cette date, mais la charte de franchise n’ayant pas été retrouvée, seul le vidimus des privilèges de Beaucaire de 1463 fournit une certitude. Toutefois, un registre plus ancien, datant de 1315, fait mention de cette foire ; il s’agit du registre des péages de Beaucaire. L’auteur ajoute que la fin du XVe siècle marque le point de départ d’une ère de prospérité pour la foire de la Madeleine.

40 Une remarque peut minimiser ces chiffres : ont été comptés dans la recette du mois de juillet, les écus provenant de la taxation du transport de sel (1 écu par muid), alors que le sel ne faisait pas partie des denrées échangées à la foire. En excluant les convois de sel, le pourcentage record de 583 s’en trouve alors amoindri et les recettes occasionnées par la foire sont comprises entre 8 et 24,5 % au lieu de 8 et 32 %.

41 AMA, CC 78.

42 M. Morineau, « Flottes de commerce et trafics français en Méditerranée au XVIIe siècle jusqu’en 1669 » in Revue XVIIe siècle, 1970, n° 86-87, p. 150.

43 Ibid., p. 150.

44 AMA, CC 838, obligation en date du 15/05/1587.

45 AMA, CC 838, obligation en date du 18/02/1584.

46 Ce terme est synonyme de « ripayre » : homme de peine qui travaille sur les quais, portefaix, GNO. Dans le cadre de cette étude, nous l’avons plutôt rencontré pour désigner des hommes qui travaillent sur le fleuve.

47 Les valeurs chiffrées figurent en annexe dans le tableau 1.

48 B. Bennassar, J. Jacquart, Le XVIe siècle, op. cit., p. 303.

49 Elle figure en annexe dans le tableau 2.

50 C’est ainsi que les sources désignent le petit port des Saintes-Maries-de-la-Mer.

51 Ces destinations sont rassemblées en annexe dans le tableau 3.

52 Le détail est fourni en annexe dans le tableau 4.

53 TDF, article « blanchier, blanquié » : mégisseur, chamoiseur, ouvrier qui prépare les peaux en blanc.

54 AMA, CC 74, Comptes du « 2 % » 1611 : « faire muraille long la riviere du Rosne avec un quai murette et digues puis la porte dite Lamanon jusqu’à la muraille de la porte Notre Dame ». Les expropriations se multiplient entre 1600 et 1630 pour faire ces travaux. Le quai qui avait atteint en 1521 la porte de Lamanon, connue plus tard sous le nom de Saint-Louis, le port par excellence de déchargement des grains « où se trouvaient courtiers, notaires, mesureurs et gabeliers », J. Rossiaud, dossier de thèse pour le doctorat d’État, sous la direction de G. Duby, volume 3, p. 737, se voit prolongé progressivement jusqu’à la muraille neuve de la porte Notre-Dame (entre 1611 et 1615). En 1625, une maison est abattue pour continuer le quai depuis la porte Sainte-Croix jusqu’à celle des Augustins (1625) connue probablement ensuite sous le nom de porte des Salins, dans le quartier de la Roquette.

Table des illustrations

Légende Courbe 1. Prix moyen du blé à Arles au XVIe siècle, en sols.BMA, ms. 225
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Courbe 2. Recette du « 2 % » en livres tournois, 1578-1599.AMA, CC 55, 56, 64-73
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Courbe 3. Recette du « 2 % » déflatée en setiers de blé, 1578-1599.AMA, CC55, 56, 64-73 ; BMA, ms. 225
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Carte 3. Importance relative des flux commerciaux nord et sud sur le Rhône en 1582-1583.Les fréquences sont calculées à partir du nombre de déclarations à la recette du « 2 % » dans un sens ou dans l’autre par rapport au nombre total
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Histogramme 1. Origine géographique des marins fréquentant le port d’Arles en 1582-83, d’après la recette du droit du « 2 % ».AMA, CC 61
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Détail du Plan de Nicolas de Quiqueran de Beaujeu dressé en 1743.On peut y voir en particulier, les portes Saint-Louis, Notre-Dame et Sainte-Croix. La porte des Salins se situe légèrement en aval de la porte Sainte-Croix
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6504/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540