Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Façonner le passé

 | 
Jean-Luc Bonniol
, 
Maryline Crivello

Traces et mémoire

La dînette et le sabot : faire parler les objets pour fabriquer le passé

Jean-Yves Boursier

Texte intégral

  • 1 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, A. Colin, 1985 (7e éd.), p. 58.
  • 2 Op. cit., p. 107.
  • 3 Idem.

1Dans Apologie pour l’histoire, Marc Bloch considère que « le passé est, par définition, un donné que rien ne modifiera plus »1, un donné « qui ne laisse plus de place au possible »2 puisque seul l’avenir en relève, et à ce titre est « aléatoire »3.

2De ce passé, L’Internationale proclame sa volonté de faire « table rase », posant ainsi la question de la rupture et de la discontinuité dans le cours du temps. Le démantèlement de la Bastille, celui de la colonne Vendôme, ou encore celui du Mur de Berlin, illustrent dans la pratique cet énoncé politique. Or, la continuité du temps est un présupposé du travail de l’historien, et la problématique d’une certaine historiographie se fonde largement sur la catégorie de transformation, de détermination des causes du changement. « L’avant » explique souvent ce qui a eu lieu selon un principe de causalité téléologique. Nous en trouvons une application au « Musée de la Résistance en Morvan » à Saint Brisson (Nièvre), situé dans le Parc naturel régional du Morvan, où nous pouvons lire le titre suivant : « Raconter le Morvan d’autrefois pour comprendre le Morvan d’aujourd’hui. »

  • 4 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ? Paris, Agora, 1992.
  • 5 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Agora-Plon, 1990, (1ère éd., 1958), p. 412.

3De ce passé, Michelet voulait « la résurrection intégrale » et Ernest Renan voyait en lui un des éléments constitutifs de la nation comme « principe spirituel » dans la modalité de « la possession en commun d’un legs de souvenirs. »4 Il trouvait l’autre élément dans « le présent » et « le consentement actuel ». Enfin, Claude Lévi-Strauss voyait dans « la synthèse ethnologique », un dispositif méthodologique, visant à reconstituer le passé d’une population5.

4Le recours au passé est une pratique usuelle, invoqué de façon incantatoire dans un certain nombre de musées, de mémoriaux (de guerre notamment) avec inscriptions de sentences du type : « Celui qui ne se souvient pas est condamné à revivre le passé » (au Centre de la Résistance et de la Déportation de Lyon) ou encore, sur le site Internet du Mémorial pour la paix de Caen : « Garder la mémoire du passé, c’est s’ouvrir à l’ardente espérance de l’avenir. »

Les objets comme lien avec le passé

  • 6 Charles-Victor Langlois, Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, (...)
  • 7 Idem, p. 29-30.

5Selon Langlois et Seignobos, les maîtres de l’école méthodique : « pas de documents, pas d’histoire. »6 L’élément principal – « l’importance capitale » écrivent-ils – de leur méthodologie définit la tâche de l’historien : « Chercher, recueillir les documents est une des parties principales, logiquement la première partie du métier d’historien. En Allemagne, on lui a donné le nom d’heuristique. »7

  • 8 Jacques Hainard, « Objet en dérive pour le Salon de l’Ethnographie », Le Salon de l’Ethnographie, (...)

6Pour les paraphraser, nous pourrions dire : pas d’objets, pas d’exposition, pas de musée. Le terme musée signifie théoriquement collection d’objets, rassemblement et exposition au public d’un patrimoine, de ce qui est constitué comme tel. En effet, la muséologie met en scène, donne à voir des objets devenus des « expôts ». À ce propos, Jacques Hainard évoque « un langage auquel l’objet participe au sein d’une mise en scène, d’un décor, et le langage de la décoration constitue aussi le langage de l’exposition. [...] L’objet y est pensé en terme de décor, l’objet est décor comme le décor est lui-même objet d’exposition. »8 Ce langage sert à transmettre des informations dans la modalité de l’exposition et par une opération de communication.

7Si l’historien doit recueillir des documents, le muséologue – Georges-Henri Rivière considérait que la muséographie était la technique –, devra collecter des objets, opérer des acquisitions, en dresser l’inventaire, établir des nomenclatures, rédiger un catalogue, constituer des réserves, avoir un magasin, restaurer des objets. Cette mise en vitrine, en « expôt », provient de l’histoire naturelle et des encyclopédistes, le bon classement taxonomique étant une sorte de garantie scientifique de l’approche d’une société par ses objets.

  • 9 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1989, (1ère éd., 1947), p. 16.

8Dans le Manuel d’ethnographie, Marcel Mauss considère que « tout le monde peut être excellent muséographe », et il écrit : « Pour beaucoup de voyageurs, l’essentiel du travail ethnographique consistera dans le rassemblement et l’organisation de collections d’objets. C’est là une partie de la muséographie, qui comprend aussi les procédés de conservation et d’exposition de ces objets. »9 Les mots « organisation » et « procédés d’exposition » sont au cœur du mot « travail » ; ils différencient le muséographe de l’antiquaire et du collectionneur. La distinction entre eux se donne dans la prescription opérée par le muséographe dans une exposition consciente et pensée des objets.

Le lion en bronze

9L’accumulation d’objets et leur conservation au musée trouve son origine dans les « cabinets de curiosités » des princes. Dans celui du « Prince », situé dans le Morvan nivernais, à Château-Chinon, et nommé « Musée du Septennat », le classement des présents est fonction de leur type (médailles, par exemple) ou de leur origine géographique (Afrique). Cette organisation de l’exposition, proche du capharnaüm, peut relever de l’esthétique : l’objet pris comme objet d’art. Elle est peu révélatrice. Ce magnifique sabre offert par Hafez El Hassad est-il le symbole d’un savoir-faire technique, d’un art, ou bien d’une dictature de fer ?

10Toutefois, les objets exposés dans une « salle africaine », ou encore les cadeaux somptueux du roi du Maroc, Hassan II, les photos du Président en sa compagnie, renvoient à la carrière politique de François Mitterrand sous la IVe République. Ils nous rappellent, si nous le voulons, qu’il fut un des hommes des guerres coloniales, de l’Empire, et qu’il a maintenu ces liens sous la Ve, du temps de ses deux septennats.

11Dans la salle des cadeaux divers, on peut contempler une croûte offerte par Ronald Reagan et les photos de la famille royale d’Angleterre dans sa composition officielle, pas celle que donne la presse people. À proximité, sur une cheminée, mis en évidence, se trouve aussi un magnifique bronze, un lion de Belfort, don de Jean-Pierre Chevènement, maire de cette ville symbole de la défense du territoire national en 1870. Il faut se plonger dans le passé pour comprendre que cet objet traduit des relations privilégiées de l’ancien chef du CERES (un courant du Parti socialiste) dont l’aide apportée à François Mitterrand fut décisive pour sa conquête de l’appareil socialiste. Le lion matérialise des liens de fidélité, l’allégeance, à un homme au-delà des divergences conjoncturelles.

12Dans une autre salle, consacrée à la numismatique, on remarque, au milieu des nombreuses médailles offertes par diverses associations et villes, celle qui fut offerte par le journal L’Humanité à l’occasion de son centenaire en 1984, juste avant le départ des ministres communistes du gouvernement. Là aussi, on pourra interroger ce qui se trouve derrière la médaille : le soutien sans faille du PCF à François Mitterrand de 1965 à 1984. La médaille devient alors la trace d’une politique.

  • 10 Karel Bartochek, Les aveux des archives, Paris, Éditions du Seuil, 1996.
  • 11 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 320-321.

13De quel passé sont ces objets ? Ainsi présentés, dans un musée « d’antiquaire », ils ne nous disent rien du passé si nous ne faisons pas appel nous-mêmes à une connaissance de ce passé, à une enquête sur ce qui a eu lieu. Ils ne nous parlent pas plus qu’une archive pour l’historien, même si depuis quelques années, certains membres de cette profession évoquent « l’aveu des archives »10 qui parleraient toutes seules. Ces objets, comme les archives, nous rappellent la phrase de Lévi-Strauss : « Des archives on pourrait dire, paraphrasant un argument de Durkheim : après tout, ce sont des morceaux de papier.[…] Les archives sont l’être incarné de l’événementialité. »11 Ces objets peuvent même servir de support à un esthétisme et devenir objets d’art.

  • 12 Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1995 (1ère éd., 1950), p. 6-7.
  • 13 Aloïs Riegl, Le culte moderne du monument, Paris, Éditions du Seuil, 1984.

14Cependant Marcel Mauss écrivait : « Presque tous les phénomènes de la vie collective sont susceptibles de se traduire par des objets donnés, à cause de ce besoin qui a toujours poussé les hommes à imprimer à la matière la trace de leur activité. Une collection d’objets systématiquement recueillis est donc un riche recueils de « pièces à conviction », dont la réunion forme des archives plus révélatrices et plus sûres que les archives écrites parce qu’il s’agit d’objets authentiques et autonomes, qui n’ont pu être fabriqués pour les besoins de la cause et caractérisent mieux que quoi que ce soit les types de civilisation. »12 L’objet a traversé le temps, permet d’entrer en contact avec le passé ; il est essentiel pour retrouver le fil du temps, possède une « valeur d’ancienneté » tel que l’entend Aloïs Riegl13. En ce sens, les objets deviennent historiques et permettent ainsi d’objectiver l’événement.

La mitraillette comme indice

15En 1991, des recherches dans l’Yonne me conduisent au Musée-mémorial du Groupe Jovinien Bayard, le plus ancien de France, créé en1946 à Joigny. Dans une salle, une dizaine de personnes discute. À gauche en entrant, une sorte de panneau d’exposition est fixé à un mur. Une grenade pend, accrochée à un clou. Un document d’époque – une note manuscrite de renseignements sur la circulation des trains allemands –, est punaisé ; ailleurs une photo est collée, puis une affiche allemande offrant une prime à la suite d’un sabotage, et enfin, un trophée de guerre, un grand drapeau nazi avec la croix gammée, recouvre la moitié de ce panneau. Continuant la visite des lieux, nous pouvons apercevoir des photos jaunies placées dans des cadres accrochés à un autre mur ; il s’agit du mémorial. Plus loin, à droite, dans des vitrines, des objets divers sont accumulés, tels des reliques : revolvers, mitraillettes Sten, carabines américaines, fusil-mitrailleur, plastic, insignes allemands.

16Dans ce cas, les objets possèdent une valeur pour ces personnes présentes dans un lieu qui est le leur, un lieu de sociabilité, mais avant tout un lieu de mémoire dans la mesure où les acteurs de ces événements peuvent donner vie à ces objets par le récit qu’ils en font. Le groupe s’est approprié ces objets, s’identifie et communique par eux ; ils sont de son univers, et souvent, lui seul comprend la signification d’un objet.

17Ainsi, la mitraillette est devenue un signe, comme les diverses armes présentes dans la plupart des musées de la Résistance, transformés parfois en véritables dépôts d’armes. Ils nous disent : « Nous avons fait une guerre, nous avons été des soldats. » En corollaire, de nombreux trophées pris à l’ennemi, des prises de guerre : oriflammes, armes, brassards, insignes sont exposés comme au Musée de l’Armée secrète à Estivareilles (42) où une unité allemande a été capturée en août 1944. Ces expositions d’objets liés à la guerre attestent du caractère militaire de « la Résistance » ; ils en témoignent. On atteindra un degré supplémentaire au Musée de la Résistance de Limoges avec l’exposition, dès l’entrée du musée, d’un avion abattu par le maquis de Georges Guingouin, et qui fut source de conflit avec la municipalité socialiste de Limoges lors de l’édification du musée.

  • 14 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989, p. 147
  • 15 Idem, p. 8.
  • 16 À ce sujet, voir Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1997.

18Ces objets sont des « indices » matériels au sens donné par Carlo Guinzbourg pour retrouver la trace : ici celle des obscurs, des simples résistants et maquisards. Ils peuvent être ces « traces infinitésimales qui permettent de saisir une réalité plus profonde »14 ou bien le « détail révélateur »15. C’est ce que cherche l’historien dans le caractère authentique, véridique de la trace16. En revanche, peu d’armes sont exposées au Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne où le passé est énoncé principalement par des tracts, du papier. Dans ce musée, les armes, donc la guerre, importent moins que la propagande, l’appareil politique du PCF et les événements touchant à l’État (l’œuvre du gouvernement qui comptait des ministres communistes à la Libération). L’exposition des objets traduit un choix politique : celui de ne pas avoir prescrit la pratique de la guerre de libération nationale.

Faire parler les objets

  • 17 Georges-Henri Rivière, op. cit., p. 16.

19Pour Georges-Henri Rivière, le muséologue devait parvenir « à faire chanter les objets. » C’est la raison pour laquelle nous pouvons le paraphraser en disant « faire parler les objets ». De ce point de vue, il se situe dans le droit fil de ce qu’écrivait Marcel Mauss : « Branche de l’ethnographie descriptive, la muséographie enregistre les produits d’une civilisation, tous les produits, sous toutes leurs formes. L’établissement de collections d’objets présente une importance à la fois pratique et théorique. Importance pratique : les collections sont capitales pour connaître l’économie du pays [...]. Importance théorique, par la présence d’instruments caractérisant un certain type de civilisation. Les collections de musée restent le seul moyen d’écrire l’histoire. »17

  • 18 Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, 2000.

20La « mise en intrigue » dont parle Paul Ricœur18 à propos de l’histoire est l’équivalent de la mise en scène du muséologue. Jean-Paul Laurent a même parlé de « scénographie » où l’usage du texte est limité et le sens des objets précisé. On offre au visiteur des objets afin de les mettre en corrélation. La scénographie est d’autant plus importante que le nombre d’objets est faible. Tel est le cas dans les mémoriaux, ces grandes constructions récentes (Caen, Oradour, Vassieux) que Jacques Chirac a baptisé « temples du souvenir » et que le président du Conseil général PS de Haute-Vienne a nommé « œuvres de mémoire. »

  • 19 Georges-Henri Rivière, La muséologie, Paris, Dunod, 1985, p. 269.
  • 20 Les visites ont été faites au cours des dix dernières années.

21La muséologie peut reconstituer le passé, voire le fabriquer ; elle délivre un message idéologique au sens de manière de penser. Georges-Henri Rivière l’énonce clairement : « Le programme d’une exposition [...] est acte scientifique dans la mesure où il constitue l’armature idéologique de la présentation. […] La conception d’un musée suppose donc la mise en place d’un processus général (programme scientifique) […]. Il faut en effet parvenir à une ponctuation de l’espace adéquate à l’organisation idéologique du message à transmettre. »19 C’est ce que nous allons envisager au travers de quelques exemples choisis dans différents musées20.

La dînette

  • 21 Nombreuses visites à partir de 1990.

22Au « Musée de la Résistance dans le Morvan », localisé à Saint-Brisson21, l’exposition sacrifie au syndrome de la dînette, ces jouets utilisés ici pour symboliser les restrictions alimentaires qu’aurait subies la population. Le muséologue morvandiau a voulu mettre en évidence un rapport du type : années noires = restrictions = Résistance. Nous pouvons objecter qu’il peut se lire : années noires = restrictions = système D ou marché noir, comme si le fait de se nourrir difficilement entraînait un processus de Résistance associant une population homogène à une région qui le serait elle aussi. Or, la population du Morvan vivait avant-guerre en économie de subsistance, et de ce fait, fut moins touchée par ces restrictions qu’ailleurs. Il était possible de symboliser le Morvan de la guerre par un cochon conservé dans un saloir.

23Plus loin, à l’intérieur d’une vitrine, un mannequin représente « le portrait type du maquisard morvandiau » (sic). Cela relève de l’exposition du costume local telle que la concevait Georges-Henri Rivière dans « l’ethnographie folklorique », afin de conserver « l’héritage culturel des paysans », problématique qui sous-tendait dès avant-guerre le projet de Musée des Arts et Traditions Populaires et les musées d’identité régionale. Ainsi présenté, nous sommes en présence d’une valorisation identitaire d’une région.

La place du pli

  • 22 Plusieurs visites en 1991 et 1992.
  • 23 Visite en décembre 1999.

24Au « Musée de la Résistance nationale » implanté à Champigny-sur-Marne22, un tract est affiché : c’est l’Appel du 10 juillet 1940 de Maurice Thorez et Jacques Duclos. Il est plié, et la dernière phrase lisible est : « Jamais un grand peuple comme le nôtre sera un peuple d’esclaves enchaîné au char. » La suite, devenue invisible, peut être lue sur le négatif photo de l’original exposé derrière le panneau. Elle dit : « de l’impérialisme britannique. » Dans le premier cas, il s’agit d’un appel à la Résistance antinazie ; dans le second, un appel à ne pas combattre avec de Gaulle et les Britanniques contre les Allemands. Le pli a effacé la trace du passé. Depuis23, le panneau a été blanchi – comme objet, il en porte la trace : le texte précédent imprimé est remplacé par du papier blanc sur lequel ont été collés de nouveaux documents –, et le tract « À bas le gouvernement des pourris ! » a été substitué au précédent.

L’association

  • 24 Visite en avril 1991.

25Dans la salle 7 du « Musée de la Résistance et de la Déportation » situé dans la Citadelle de Besançon24, une vitrine a pour titre : « La naissance de la presse clandestine. » Elle contient des textes d’appel à la Résistance tels les Conseils à l’occupé. À côté d’eux, est placé le tract du PCF intitulé Peuple de France, dit Appel du 10 juillet 1940, qui est une prise de position contre toute résistance à l’occupant nazi. Au-dessus, en gros, figure l’inscription : « Le PC bisontin est décapité », et en dessous nous voyons des coupures de journaux du 10 novembre 1941, donc à une date où le PCF était devenu résistant, après le 22 juin 1941. Voilà une association intéressante, dans la mesure où la grande partie du mur suivant est consacrée au « colonel Fabien » en Franche-Comté et aux FTP (en gros) alors que l’on aperçoit le journal clandestin « Combat » en petit dans une vitrine consacrée aux « Mouvements » de Résistance. La continuité établie entre juillet 1940 et novembre 1941 permet d’éviter de traiter de la rupture constituée par le 22 juin 1941, et de faire du PCF une organisation résistante dès 1940. L’association permet de remonter et de réorganiser le temps.

Le volume

  • 25 Visite en mai 1992.

26Au très beau Musée de Fontaine de Vaucluse25 dit « L’appel de la Liberté », figurent trois vitrines de volumes égaux. Chacune d’elles représente une répression du régime de Vichy : la répression antimaçonnique, la répression anticommuniste et la répression antisémite. Même volume signifie même importance. Or, nul n’ignore que ces « répressions » n’étaient pas de même nature et n’ont pas produit les mêmes résultats. On remarquera la place symbolique occupée dès l’entrée par le bureau du maire accompagné d’un panneau : « Le Vichy de la révolution nationale : un régime ultra-conservateur », et non de « trahison nationale ». Vichy est ainsi présenté comme « réaction au Front populaire » alors que ce sont les élus de 1936 qui ont légitimé Pétain le 9 juillet 1940 en siégeant à Vichy sous contrôle des troupes allemandes. Le volume occupe beaucoup de place ; elle ne se trouve pas forcément à sa place.

La maquette

  • 26 Visites en 1992 et 1993.

27Au « Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation »26 de Lyon, nous pouvons lire sur un panneau : « Le 10 juillet, à Vichy, le maréchal Pétain reçoit les pleins pouvoirs. La 3e République a cessé d’exister, en même temps que le régime démocratique qui a été depuis un siècle celui de la France. » Plus loin, se trouve une maquette représentant l’Assemblée nationale recouverte d’un drap avec, d’un côté l’inscription « Autoritarisme », et à l’opposé « Pluralisme ». Sur le côté, un panneau présente les quatre-vingts parlementaires qui ont refusé les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940 comme opposants à Vichy et comme résistants.

  • 27 Sur le détail des opérations, on se référera à Henri Michel, Vichy, année 40, Paris, Robert Laffon (...)

28Ces 80 parlementaires ont voté contre les pleins pouvoirs et non contre Pétain qu’ils avaient suivi la veille, et encore moins contre la nécessité de mettre en place ce nouveau régime27. En quoi sont-ils résistants ? En quoi se sont-ils opposés à l’occupant nazi ? Le choix était « Résistance » contre « trahison » et non « autoritarisme » contre « pluralisme ».

29Le passé est fabriqué de telle façon qu’il puisse légitimer des énoncés politiques actuels et consensuels : là où existe le régime des partis et des élections, le parlementarisme, il existe la démocratie. Dans cette optique, il est nécessaire de trouver dans cette Assemblée nationale un début de résistance avec le vote des 80, alors qu’eux, comme les autres, ont mis en place légalement le régime de Vichy, l’ont légitimé, au regard des critères de la démocratie parlementaire française et sous le contrôle des troupes allemandes.

Le sabot de l’ancien évêché

  • 28 Plusieurs visites en 2000, 2001 et 2002.

30À Grenoble, si nous lisons la plaquette de présentation28, « Le Musée de l’Ancien Évêché invite à la découverte de l’histoire et des patrimoines de l’Isère » sur lesquels il « propose un regard nouveau ». Ce musée « retrace l’histoire d’un territoire, l’Isère, et des hommes qui l’ont occupé, façonné, modelé, aménagé. Cette histoire est présentée à travers des collections prestigieuses. » Se baptisant « Musée d’histoire », il entend proposer « à travers une sélection rigoureuse d’objets, de collections iconographiques, de matériaux documentaires soigneusement mis en scène – des maquettes notamment – un parcours chronologique sur l’histoire de l’occupation humaine en Isère, de la plus haute Préhistoire jusqu’à nos jours. »

31Dans cette ville de Grenoble existe depuis longtemps « le Musée Dauphinois ». Il a d’ailleurs fourni la plus grande part des objets et documents présentés dans le nouveau musée. Dans les deux cas, le nom se rapporte à un découpage administratif : celui des provinces de l’Ancien régime (le Dauphiné) et celui des départements (l’Isère).

32Une des salles du nouveau musée est baptisée : « Le Dauphiné à la veille de la Révolution ». Dès l’entrée, un panneau fixé au mur propose le texte suivant : « Berceau de la Révolution française comme il est traditionnellement écrit, le Dauphiné est le théâtre, au cours de l’année 1788, d’une succession de manifestations marquantes : la Journée des Tuiles, l’Assemblée de Grenoble, celles de Vizille et de Romans qui apparaîtront comme une préfiguration des événements révolutionnaires de 1789. » On peut y voir un effet du matérialisme déterministe qui sévit en sociologie et en histoire avec la problématique de l’accumulation quantitative préfigurant le changement qualitatif.

33La salle compte trois vitrines illustrant la vie quotidienne : dans les campagnes, dans les villes, le monde des privilégiés. « La vie quotidienne dans les campagnes » présente un peigne à carder le chanvre (Bourg d’Arud), une pelle-bêche (Vienne), un tronc d’église, une croix et un coq de clocher (Beauvoir-en-Royans). « La vie dans les villes » est illustrée par un magnifique sabot en faïence, originaire de La Tronche et daté de 1763, avec un cartel : « Faïence au grand feu à motif floral provenant des ateliers de La Tronche, elle porte l’inscription « Magdeleine Garcin 1763 » sous le dessous du pied » (sic).

  • 29 André Varagnac, Civilisation traditionnelle et genres de vie, Paris, Albin Michel, 1948. Sur cette (...)

34Ce sabot décoratif est exposé afin de résumer un univers social. Il est la véracité, l’authenticité même. Nous sommes ici en plein dans la problématique de Varagnac sur les genres de vie, concept utilisé aux fins de montrer des objets qui traduisent des cultures différentes, une manière « d’identifier une essence des cultures »29.

35Enfin, une très grande vitrine contient un tambour séparant deux bustes : ceux d’Antoine Barnave et de Joseph Mounier, deux chefs girondins. Le parcours dans cette salle se termine par un panneau intitulé : « La révolution dauphinoise » comportant le texte suivant : « Et au cours de l’été 1789, c’est l’explosion : 60 châteaux du bas Dauphiné sont pillés et incendiés par les paysans. Plus tard, pendant la Terreur (1793-1794), à Grenoble, 2 prêtres réfractaires seront conduits à la guillotine. » Une note de bas de page précise : « prêtres réfractaires : prêtres qui avaient refusé de prêter serment à la constitution civile du clergé (1790). » La Révolution est réduite à une ligne écrite sur la Terreur. La problématique identitaire provincialiste conduit à valoriser les chefs girondins ; quoi de plus logique.

Pleins et vides

  • 30 Georges-Henri Rivière, Museum 2, 1949, p. 215-226.

36Dans un article portant sur « Le rôle et l’organisation des musées », Georges-Henri Rivière écrivait : « Pleins et vides gagneront à être répartis selon les principes de la « symétrie dynamique », disposition qui consiste à grouper les objets en fonction d’un plan idéologique, de préférence à un formalisme générateur de pendants et de panoplies. »30

37Le Musée de l’Ancien Évêché de Grenoble compte une salle consacrée au XXe siècle sous la forme d’un tunnel à l’intérieur d’une sorte de millefeuilles composé de pages « une » du Petit Dauphiné, puis du Dauphiné Libéré, le quotidien régional, avec quinze séparations utilisées pour mettre en évidence ce qui a marqué le siècle.

38Dès l’entrée dans cette salle, sous le titre « La traversée du siècle », un texte indique : « Bien relative est la notion de patrimoine. Et il n’est de véritable validation que par le temps. Le choix entre tous les éléments – innombrables – apportés par le XXe siècle appartient donc à la postérité. Chacun peut toutefois s’essayer à faire un choix. À votre avis que restera-t-il, de tout cela ? Que retiendrait comme élément significatif (comme patrimoine) un musée qui serait créé en 2098 ? » La conclusion suit, très laconique : « Que reste-t-il de tout cela, Dites le moi ? Air connu, 1943. » Le réalisateur de l’exposition a inventé le self-service du passé où l’on choisit à volonté son événement dans le temps.

39L’exposition nous montre ce qui reste pour le muséologue dauphinois derrière l’apparente neutralité revendiquée, et malgré la déclaration préalable, les réalisateurs de ce parcours muséographique ont opéré des choix parmi les « innombrables événements » au travers des documents et des photos exposés. À l’intérieur d’une vitrine consacrée à la politique dans le siècle et à « Quel est l’avenir de la démocratie ? » figurent une ceinture tricolore d’élu, un tract électoral de la « liste Michallon » aux élections municipales de Grenoble en 1959, une carte d’électeur de 1932 et un autocollant de Ras le Front. Le texte d’accompagnement indique : « Le siècle aux trois Républiques : 28 préfets se succèdent en Isère, 8 présidents de Conseil général […] Un savant dosage de droite et de gauche. » Nous avions connu « l’ordre éternel » au XVIIIe siècle ; nous le retrouvons au XXe. Ce n’est plus celui des champs mais celui des institutions politiques, de l’État en France, avec « la gauche » et « la droite ».

40En face, un espace prétend traiter de « la politique » dans le siècle. On y voit trois photos : celle d’une manifestation anti-Le Pen en 1998 à Grenoble avec « Ras le Front », une de la venue de Maurice Clavel à l’Université de Grenoble en 1972, et enfin, une photo du général de Gaulle en visite en 1966 à Grenoble, Place de Verdun, dans sa voiture décapotable. Le passé politique du XXe siècle se réduit à ces éléments symboliques. L’exposition propose un énoncé politique : la politique est le parlementarisme. Tout ce qui échappe à ces critères : la guerre de maquis, la Résistance, les très importantes luttes contre le départ des soldats en Algérie en mai 1956 (la plus importante manifestation en France dont Bernard Tavernier fait état dans La guerre sans nom), les événements de 1968 innommables, etc., n’ont pas droit de cité, n’ont pas droit de passé.

Le sabot en bois du Morvan

41En 2001, au cours d’une visite au « Musée du sabot », lié à la dernière fabrique de sabots du Morvan, située à proximité du Musée de Saint-Brisson, précédemment évoqué, nous découvrons des photographies du propriétaire, élu local, en compagnie de François Mitterrand. Là aussi, un passé de la région, incarné dans le sabot, sous-tend des liens notabiliaires établis en 1946 lors de l’implantation de François Mitterrand dans la Nièvre, et l’enracinement des réseaux qui quadrillent un territoire.

  • 31 Moses I. Finley, Mythe, mémoire, histoire, Paris, Flammarion, p. 38.

42Ces musées prétendent nous enseigner sur les intentions des ancêtres, des gens du passé, et en fait, ils nous apprennent beaucoup plus sur celles de leurs réalisateurs. La mise en scène du passé, sa fabrication, et parfois sa manipulation, traduisent un modelage de la matière historique en fonction de besoins idéologiques. Nous avons très souvent une très bonne illustration du propos de Moses Finley : « On ne peut vraiment connaître que son propre temps […]. Le passé ne peut rien fournir de plus que des exemples confirmant les conclusions tirées à partir du présent […]. »31 La perspective téléologique domine dans de nombreux établissements, et la présentation des objets illustre en réalité un propos sur le présent.

  • 32 Éric Hobsbawm, Diogène, 168, Octobre-Décembre 1994, n° spécial, « La responsabilité de l’historien (...)

43La recherche d’un passé utilisable, d’un passé élaboré qui puisse légitimer des stratégies politiques ou identitaires, des politiques de production du local, entraîne que ces musées ne sont pas des « ateliers de l’histoire » mais des fabriques du passé, et cela sans négliger des formes de l’anachronisme dénoncé par Hobsbawm lorsqu’il parle de la « projection dans le passé des désirs du temps présent. »32 Cela implique parfois de construire le passé en fonction de ce que l’on veut valoriser.

44Aujourd’hui, semble dominer une sorte de nécessité de la quête des origines, de constitution des ancêtres pour répondre à une nostalgie du temps perdu, au sens de la perte, et en contrepartie à la recherche de « l’authentique ». Cette présentification permet de rendre le passé plus proche afin d’assurer une continuité, de jeter un pont avec lui et ainsi d’éviter de traiter des ruptures, de l’événement par une mise en ordre du temps. Parfois cela peut relever de la construction d’une « mémoire collective », c’est à dire d’une pensée réglée, et de constituer ces musées comme des institutions politiques qui participent à la formation d’une manière de penser le passé et le présent.

  • 33 Marc Bloch, op. cit., p. 107.

45Ce caractère normé entraîne qu’il n’existe plus de place au possible. Ces possibles, ces logiques différentes à l’œuvre, ne sont jamais présentées derrière ces objets, et pourtant Marc Bloch écrivait : « l’incertitude est alors en nous, dans notre mémoire et celle des témoins. Elle n’est pas dans les choses. »33

Notes

1 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Paris, A. Colin, 1985 (7e éd.), p. 58.

2 Op. cit., p. 107.

3 Idem.

4 Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ? Paris, Agora, 1992.

5 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Agora-Plon, 1990, (1ère éd., 1958), p. 412.

6 Charles-Victor Langlois, Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, (1ère éd. 1898), Paris, Kimé, 1992, p. 29.

7 Idem, p. 29-30.

8 Jacques Hainard, « Objet en dérive pour le Salon de l’Ethnographie », Le Salon de l’Ethnographie, Neuchâtel (Suisse), Musée d’Ethnographie, 1989, p. 11-30.

9 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1989, (1ère éd., 1947), p. 16.

10 Karel Bartochek, Les aveux des archives, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

11 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 320-321.

12 Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1995 (1ère éd., 1950), p. 6-7.

13 Aloïs Riegl, Le culte moderne du monument, Paris, Éditions du Seuil, 1984.

14 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989, p. 147.

15 Idem, p. 8.

16 À ce sujet, voir Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1997.

17 Georges-Henri Rivière, op. cit., p. 16.

18 Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, 2000.

19 Georges-Henri Rivière, La muséologie, Paris, Dunod, 1985, p. 269.

20 Les visites ont été faites au cours des dix dernières années.

21 Nombreuses visites à partir de 1990.

22 Plusieurs visites en 1991 et 1992.

23 Visite en décembre 1999.

24 Visite en avril 1991.

25 Visite en mai 1992.

26 Visites en 1992 et 1993.

27 Sur le détail des opérations, on se référera à Henri Michel, Vichy, année 40, Paris, Robert Laffont, 1967 et à l’incontournable ouvrage de Robert O. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Éditions du Seuil, 1973.

28 Plusieurs visites en 2000, 2001 et 2002.

29 André Varagnac, Civilisation traditionnelle et genres de vie, Paris, Albin Michel, 1948. Sur cette question, on se rapportera utilement au texte de Daniel Fabre, « L’ethnologie au carrefour des engagements », Jean-Yves Boursier (Dir.), Résistants et Résistance, Paris, L’Harmattan, 1997.

30 Georges-Henri Rivière, Museum 2, 1949, p. 215-226.

31 Moses I. Finley, Mythe, mémoire, histoire, Paris, Flammarion, p. 38.

32 Éric Hobsbawm, Diogène, 168, Octobre-Décembre 1994, n° spécial, « La responsabilité de l’historien. »

33 Marc Bloch, op. cit., p. 107.

Auteur

Université de Nice, LAMIC

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540