Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Façonner le passé

 | 
Jean-Luc Bonniol
, 
Maryline Crivello

Traces et mémoire

Du vestige exhumé au passé (re)produit. Archéologie, mission impossible ?

Philippe Jockey

Texte intégral

1Sommé par tous, sociétés, collectivités ou individus, non seulement d’exhumer le passé mais de tenter d’en rendre raison, l’archéologue est aussi confronté à l’obligation de le produire, à titre de preuve de son activité, voire de l’exhiber, comme on le fait d’un témoin à décharge. Il est tentant, dès lors, de céder – mais a-t-on réellement le choix ? – à la tentation de le re-produire, de le mettre en scène y compris littéralement.

  • 1 L’Odyssée de l’espèce, 2002 ; réalisateur : J. Malaterre ; Conseiller scientifique : Y. Coppens

2Un exemple tout récent vient encore de montrer la prégnance – et le succès afférent – d’une telle démarche : L’Odyssée de l’espèce1, fiction documentaire, diffusée à heure de grande écoute sur une chaîne généraliste, tend à réincarner quelques restes humains fort anciens, vertèbres, fragments de la boîte crânienne et autres fémurs qui scandent l’évolution humaine, au rythme des découvertes et des travaux des paléontologues et autres préhistoriens. Ce faisant, le réalisateur se fait sinon le « complice » du moins le « compère » du paléontologue – et réciproquement – dans cette entreprise qui vise moins à comprendre l’évolution de l’espèce humaine qu’à tenter d’en (dé)montrer les étapes successives.

  • 2 Célèbre entre toutes pour avoir été exhumée et baptisée par Y. Coppens, justement, qui l’aurait ap (...)
  • 3 Le Canard enchaîné (15 janvier 2003), p. 8.
  • 4 P. Jockey, « Maître des origines, figure du progrès, l’archéologue au miroir des images » in A.-M. (...)

3« Donner à voir », réincarner Lucy2 par le biais du masque en latex ou de l’image numérique, apporte moins à la connaissance qu’il ne renseigne sur l’imagination du réalisateur, mais satisfait ainsi le fantasme de l’inventeur, qui redonne vie, ainsi. Mettre des origines, c’est aussi se faire « maître des origines », s’en faire le metteur en scène. Nul surprise, dès lors, à ce que la plus haute instance de l’État, le Président de la république lui-même, ait manifesté son intérêt voire son admiration pour une œuvre qu’il aurait revue, nous dit-on, plusieurs fois3 : pouvoir, discours sur les origines et maîtrise des origines vont ensemble4.

4Il n’est donc pas inutile, me semble-t-il, de se pencher plus précisément sur les modalités concrètes de cette « fabrique de l’origine. »

« La fabrique de l’origine »

  • 5 La fabrique de l’origine, f. a. n° 10, Paris, « Autrement », printemps 2001.

« J’y lus l’inscription de l’antique roi Hammourabi qui avait
construit pour Shamash, sept cents ans avant Burnaburiash,
l’Ebabbar sur l’antique téménos et je compris son sens.
J’adorai en tremblant […] Mon cœur s’exalta, s’illumina
Mon foie, s’éclairèrent mes traits et je m’employai à
Mobiliser des travailleurs pour Shamash et Marduk, tenant
Le pic, portant la pelle, transportant le couffin. Je les
envoyai en masse refaire l’Ebabbar, le formidable temple,
mon sanctuaire exalté. Des spécialistes inspectèrent
l’endroit où se rencontrait le téménos pour en comprendre
la décoration […] Je posai le briquetage sur le sanctuaire
de l’antique roi Hammourabi. Je refis ce temple à l’antique
et je décorai sa structure […] Je refis bien l’Ebabbar à
l’antique, pour mes seigneurs, Shamash et Aya, et je le
restaurai. Je mis sur une tablette d’albâtre, l’inscription de
l’antique roi Hammourabi que j’y avais lue avec la mienne,
et je la replaçai à jamais. »5

  • 6 Cf. note précédente.
  • 7 J.-P. Demoule, « L’archéologie des autres », La fabrique de l’origine, p. 107-123.
  • 8 Ibid, p. 107.

5J’emprunte délibérément cette expression au titre de l’ouvrage collectif paru récemment, La fabrique de l’origine (2001)6. Dans l’une des belles études qu’on y trouve7, J.-P. Demoule cite notamment une inscription du VIIe s. av. n. è., découverte à Larsa, gravée par Nabonide, dans laquelle il reconnaît l’invention même de l’archéologie, dans ses différentes composantes, l’excitation, la technique, la manipulation8. Si l’on peut éventuellement discuter du détail d’une telle interprétation, nul doute, en revanche, que cette lecture ne mette à juste titre l’accent sur une dimension-clef de la démarche archéologique : la (re)construction du passé.

  • 9 Sur le mode de ces « lieux de mémoire » naguère inventoriés par Pierre Nora.
  • 10 Napoléon III et l’archéologie, Bulletin de la société historique de Compiègne, Compiègne, 2001.

6Cette reconstruction ne se fait pas sans règles : dans l’inscription de Nabonide, des spécialistes sont invités – par le pouvoir en place – à en comprendre le mode organisationnel. Il s’agit de reconstruire à l’identique un monument de mémoire9, dans une double finalité, mémorielle, certes, comme en témoigne la mention de la tablette d’albâtre, mais aussi de légitimation du pouvoir même qui préside à cette reconstruction. C’est peut-être moins l’archéologie que fonde le texte cité par J.-P. Demoule que l’un des usages qui en est fait, introduisant d’emblée une tradition qui s’affirmera, pour ne prendre qu’un exemple récemment développé, avec un Napoléon III10, comme on le reverra un peu plus loin.

  • 11 P. Jockey, L’Archéologie, Paris, Belin, 1999, p. 10-11.
  • 12 Au sens précis du terme, « redresser, replacer debout ».

7L’archéologie, d’entrée, n’est pas seulement un discours sur les choses anciennes, sur l’origine11 (archè), mais aussi une fabrique de cette dernière, un façonnage du passé qui permet, de ce fait, toutes les manipulations. L’intérêt de ce premier document comme de l’interprétation qu’en propose J.-P. Demoule est de réintroduire le mouvement, le temps du faire dans l’évocation de l’ancien. En témoigne par exemple la fréquence des verbes d’action, à sens factitif. Ce mouvement passe par la médiation du geste et de la technique comme, en second lieu, par l’observation du vestige, soit deux des composantes de l’archéologie expérimentale, telle qu’elle s’est développée depuis. Comme l’avait en son temps compris Nabonide, cette restitution du passé au présent12, à quoi vise parfois l’archéologie, passe par la maîtrise d’un savoir technique, formalisé dans un discours, i.e. une technologie, dans une démarche expérimentale.

Montrer, « donner à voir » plutôt que démontrer ?

  • 13 E. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

8Les premières mises en scènes archéologiques, dans le dernier tiers du XIXe s., se sont développées, une fois une condition préalable remplie, à savoir l’avènement progressif, depuis le milieu du XVIIIe s., de l’archéologie à l’histoire, condition réalisée dès les années 186013.

9Montrer…

  • 14 Cité par A. Farnoux, Cnossos. L’archéologie d’un rêve, Paris, Gallimard, « Découvertes », 1993, p. (...)

« Tout est astiqué, retapé, complété… »14 : les plasticiens du passé

10D’emblée, une mission nouvelle est assignée à l’archéologue : « montrer », mais plus encore « donner à voir ». Cet impératif très vite catégorique trouve une illustration saisissante dans un lavis de Mazois, daté de 1812 (fig. 1) et intitulé fort justement « Découverte préparée. » On y reconnaît un squelette, à demi-adossé à un monticule de terre (non fouillé ?) et dont les os sont demeurés, contre toute vraisemblance, en connexion. Cette image de la mort tragique – stricto sensu une vanité – est en outre opportunément – autant que dramatiquement – éclairée par le rais de lumière provenant d’un oculus et désignée au regard de trois visiteurs par l’index tendu d’un quatrième personnage, guide ou/et archéologue. Ce dernier, par son geste, dessine dans le champ de l’image une diagonale opposée à celle que trace le faisceau lumineux. À l’intersection de cette figure formant chiasme, le « mort-vivant », revivant en tout cas par la parole et sujet nouveau du discours archéologique. L’archéologue est bien désormais ce médiateur du passé, à charge, pour lui, de faire revivre ce dernier, suscitant émotion voire effroi chez ceux qui le reçoivent, à l’instar de la jeune bourgeoise qui lève la main en un geste de répulsion ( ?)

Stendhal lui-même ne s’y trompe pas, qui, visitant Pompéi, écrit à ce propos :

  • 15 Stendhal, Rome, Naples et Florence (1817), cité – fort opportunément –, par Robert Étienne, Pompéi, (...)

« (...) on se sent transporté dans l’Antiquité ; et, pour peu qu’on n’ait l’habitude de croire que ce qui est prouvé, on en sait sur le champ plus qu’un savant. C’est un plaisir fort que de voir face à face cette Antiquité sur laquelle on a lu tant de volumes… »15.

Figure 1. « Découverte préparée », Lavis pour les ruines de Pompéi, Mazois, 1812. Bibliothèque Nationale, Paris

Figure 2. Sophia Kastromenou parée des bijoux de la Belle Hélène, der Bazar, n° 16, 23 avril 1887

  • 16 P. Jockey, op. cit., p. 86-87.

11C’est dans cette relation triangulaire du vestige, de l’archéologue et du public que réside désormais l’essence même de l’archéologie16. Une ambiguïté originelle préside cependant à cette relation : s’agit-il seulement de rendre le passé présent (acte même d’exhumer) ou plutôt de rendre le passé au présent ? De l’exhumation on passe alors à la restitution, avec toute l’ambiguïté que ce mot exprime.

  • 17 À qui l’ont doit l’Expédition d’Égypte et l’avènement à l’histoire d’une civilisation alors pleine (...)

12Les politiques ont compris, d’emblée, l’intérêt d’une telle démarche. Preuve en est, par exemple, la « passion » que manifestent pour les fouilles de Pompéi Murat et la reine Caroline, la sœur même de Napoléon Ier17, souverains du royaume de Naples. Entre 1808 et 1815, non seulement ils multiplient les visites sur le célèbre site campanien mais ils en financent sur leurs fonds propres une partie du dégagement.

  • 18 Ultime avatar – à ce jour – de cette exigence, le film déjà évoqué (supra, p.), L’Odyssée de l’esp (...)

13Cette démarche a trouvé d’emblée ses expressions les plus célèbres, quoique dans le même temps les plus naïves, dans les fouilles d’un Schliemann à Mycènes ou à Troie. La fameuse photographie (fig. 2) représentant la jeune Sophia Kastromenou, épouse de l’épicier-archéologue, parée des « bijoux d’Hélène », empruntés au prétendu « Trésor de Priam » est le plus souvent commentée au titre de l’erreur commune consistant à ramener l’inconnu exhumé au seul connu, se privant ainsi de toute découverte nouvelle. Je la crois surtout emblématique de cette sollicitation – voire de cette exigence – par le public de la réincarnation du passé. Le squelette pompéien ne suffit plus, il faut lui prêter – sinon lui donner – vie18. La femme de l’archéologue vaut dès lors tous les mannequins !

Reconstruire le passé : le succès des anastyloses

14La pratique généralisée de l’anastylose – terme technique signifiant littéralement, à l’origine, le fait de redresser (ana-) les colonnes (stylai) d’un édifice (temple, monument public, etc.) coïncide avec les grandes explorations archéologiques qui se développent au tournant du XIXe et du XXe siècle. Il vaut la peine d’en rappeler le principe ainsi que les conséquences que l’application de ce dernier entraîne.

15Toute anastylose s’appuie d’abord sur l’inventaire et l’étude des vestiges qui vont participer à la reconstruction de l’édifice retenu, c’est-à-dire, dans le cas d’une anastylose stricto sensu, base, tambours de colonne, chapiteau et entablement. Or, la destruction ancienne de l’édifice qu’on se propose « d’anastyloser », le pillage ultérieur, souvent, des blocs qui le composaient, comme, enfin, au fil des siècles, l’altération générale voire la disparition totale de ses divers éléments constitutifs font qu’à l’arrivée, le puzzle est des plus dispersés voire des plus incomplets. C’est pourquoi aucune anastylose ne devrait ni ne peut prétendre à autre finalité que, une fois encore, « donner à voir », pour aider à la compréhension générale de l’édifice ou pour redonner de la verticalité à des sites qui en manquent désespérément. La perspective est moins scientifique dès lors que didactique ou simplement touristique, à moins qu’il ne s’agisse d’un mélange de l’un et de l’autre.

  • 19 Cf. P.-Y. Balut, P. Bruneau, Artistique et archéologie, Mémoires d’archéologie générale, 1-2, Pari (...)
  • 20 Les Allemands à Olympie, les Français à Delphes, à partir de 1892, pour ne prendre qu’un exemple b (...)

16L’anastylose, en réalité, « produit du passé » plutôt qu’elle ne le reproduit, en donne du moins une image dont on est seulement sûr que « ceux d’avant », nos prédécesseurs, ne l’ont jamais perçue ! Les quelques colonnes jadis redressées de la tholos de Marmaria à Delphes, célébrées pour leur admirable intégration au paysage (fig. 3a, b, c) comme la preuve du génie des Grecs, n’ont jamais été perçues comme telles par leurs « usagers »19. Quel passé voyons-nous en réalité ? Celui qui, dans le cadre des rivalités franco-allemandes des deux siècles passés20, conduisit les écoles étrangères d’archéologie en Grèce à rivaliser de puissance par le jeu, entre autres, justement, des anastyloses.

17De fait, les sites archéologiques que nous sommes, les uns et les autres, habitués à arpenter, sont le lieu même d’expression de ce façonnage du passé par ceux qui en ont en charge l’étude à un moment donné.

Figures 3 a, b et c. La Tholos de Marmaria à Delphes

Figures 3 a, b et c. La Tholos de Marmaria à Delphes

3a. La tholos après la fouille, École Française d’Athènes (ÉFA), cliché n° 74.501 (1938) photo P. Arnaudry

3b. Remontage des colonnes de la tholos, ÉFA, cliché n° L. 9785, 14, anonyme

3c. La tholos après l’anastylose, ÉFA, vliché n° 12.430, photo H. Ducoux

18Trois exemples, empruntés à des lieux et époques divers, permettront de préciser les formes de ce façonnage du passé par les archéologues en l’occurrence moins reconstructeurs que plasticiens du passé.

  • 21 A. Farnoux, op. cit., p. 87.
  • 22 Un archéologue français qui visite le chantier en 1902, E. Pottier, souligne à son propos que « l’ (...)
  • 23 Au rebours de ce qui est la règle en France au même moment, les explorations archéologiques d’Evan (...)

19On sait, en premier lieu, de quel surnom le fouilleur de Cnossos – le célèbre palais minoen, en Crète – Evans, au tournant du XIXe et du XXe siècle, fut en son temps affublé : « le constructeur de ruines »21. De fait, il fallait au fameux archéologue britannique, au-delà de la seule exhumation des vestiges – peu spectaculaires22 – reconstruire, donner à voir, ne serait-ce que pour satisfaire ses commanditaires présents ou pressentis23, inaugurant ainsi une dialectique de l’image et de l’argent qui ne cessera dès lors de se développer en matière d’archéologie.

  • 24 Cf. A. Farnoux, ibid., p. 86 sq.

20Il en résulta alors, en tout cas, une pratique systématique – voire frénétique ! – de l’anastylose, dénoncée par certains. Cette pratique coïncidait d’ailleurs avec la maîtrise toute nouvelle du béton armé24, outil à l’évidence de tout premier intérêt pour le premier de ces plasticiens du passé. Un envoyé spécial du Journal des Débats ira jusqu’à écrire :

« Il y a plus de maçons, de charpentiers et de forgerons occupés à cette œuvre de réédification qu’il n’y a de terrassiers sur le champ de fouilles. Tout est astiqué, retapé, complété. ».

  • 25 A. Farnoux, op. cit., p. 87.

21Une photographie de chantier prise alors, est comme le commentaire direct de ces propos : elle est révélatrice, en tout cas, de l’activité déployée dans la reconstruction25. On y reconnaît Evans, de blanc vêtu, plastronnant au milieu de ses maçons… L’un comme les autres firent si bien qu’aujourd’hui, lorsque nous arpentons le site de Cnossos – et comme on l’a souvent fait observer – c’est bien la Cnossos d’Evans que nous voyons, produit d’un rêve d’archéologue, plutôt que le palais des Minoens.

22On pourrait croire cette pratique aujourd’hui révolue. Il n’en est rien, et l’on continue, à coup de truelles et de béton, à façonner le passé, voire à fabriquer de la ruine, comme on va le voir un peu plus loin.

23Un article du journal Le Monde (en date du 14 septembre 2002) présentait, il y a peu, à la rubrique « Aujourd’hui Sciences », l’entreprise actuelle d’anastylose du Létoon de Xanthos (Lycie), situé dans l’actuelle Turquie, par les archéologues et architectes français de l’École française d’Athènes.

24Le site (IIe s. av. J.-C.), consacré au culte de Léto, la mère d’Artémis et d’Apollon dans la mythologie grecque, manque aujourd’hui singulièrement de « verticalité. » Seules les krépis (les socles) des temples de Léto, Artémis et Apollon, quasiment arasés, sont conservées. Le tout n’est, autour, que profusion de blocs – certes aujourd’hui rangés et conservés à près de 75 % d’entre eux – pour lesquels il était tentant, dans un contexte d’une plus grande ouverture du site au tourisme, de proposer une anastylose.

25Celle-ci est aujourd’hui en cours, selon des principes très clairement – et très honnêtement – énoncés par l’un des maîtres d’œuvre du projet, l’architecte J.-F. Bernard :

  • 26 Cité par P. Barthélémy, Le Monde, samedi 14 septembre 2002, p. 29.

« …il faut aussi rendre intelligible l’architecture. Un bâtiment se lit dans les trois dimensions. Il faut donc qu’une partie de l’élévation soit remontée, que le visiteur puisse percevoir les dix mètres de hauteur, l’organisation du plan, la monumentalité, les proportions, qu’il puisse admirer la qualité de certains éléments décoratifs comme les chapiteaux ioniques d’angle ou les gargouilles en forme de tête de lion… »26

26On ne saurait mieux souligner qu’en fait de reconstruction partielle ou totale du site, on vise plutôt à son façonnage, fruit d’un projet architectural et touristique, ce dernier fonction de contraintes et de critères spécifiques – explicites, tels que le visiteur, ou implicites, tels que son financement même. À propos de celui-ci, on notera qu’il provient du Ministère français des Affaires Étrangères. En matière d’archéologie, le pouvoir en place n’est jamais loin d’intervenir, à l’intérieur des frontières comme à l’extérieur. Au mieux on lira, au terme de cette reconstruction partielle, la projection « pétrifiée » du point de vue privilégié par l’archéologue.

27Ce façonnage du passé se fait ici avec l’intention affirmée de recourir aux techniques antiques – au camion-grue, attendu avec impatience, près – de transport, de levage et de mise en place des blocs architecturaux. De fait, en archéologie, on ne trouve nul façonnage du passé qui ne prétende dans le même temps s’appuyer peu ou prou sur le recours sinon à l’expérimentation archéologique stricto sensu, du moins à une reconstruction « à l’antique. » L’exemple de Glanum est, de ce point de vue, particulièrement éloquent.

Figure 4. Perspective axonométrique simplifiée du projet de reconstruction partielle du petit temple de Glanum, P. VARÈNE, « L’apport de l’ethno-archéologie à la connaissance des techniques antiques de construction : deux exemples tirés de la reconstruction partielle d’un temple à Glanum », Journal of Roman Archaeology, 6 (1993), p. 195, fig. 2. Droits réservés IRAA

Glanum, ou la production contemporaine de fausses ruines

28Le site de Glanum, à 2 km au Sud de Saint-Rémy-de-Provence, au pied du versant septentrional des Alpilles, est occupé depuis le début du premier millénaire av. J.-C. Capitale des Glaniques au cours des deux derniers siècles avant notre ère, il se pare de nouveaux monuments et d’un forum sous la domination romaine, avant sa destruction partielle (270 n. è.)

  • 27 P. Varène, « L’apport de l’ethno-archéologie à la connaissance des techniques antiques de construc (...)
  • 28 Ibid., p. 194.

29Le projet de reconstruction partielle, au début des années 1990, s’est attaché à l’un des temples du site, dénommé, faute d’identification assurée, le « petit temple »27 (fig. 4). Il fut mené à bien entre octobre 1991 et septembre 1992, sous la responsabilité de P. Varène, architecte. L’article, qui rend compte de l’opération, souligne avec une grande honnêteté que la reconstruction « n’a pas été faite à l’identique, en utilisant uniquement l’outillage et les moyens de préhension de levage de l’Antiquité et [qu’elle] n’entre donc pas, en conséquence, dans le cadre de l’archéologie expérimentale. »28

  • 29 « Seule la mouluration inférieure du podium est antique (…) Tout le reste est moderne, conçu à par (...)

30À cette première option, somme toute courante, s’en ajoute une seconde, plus inattendue : le choix – qui ne fait, à l’exception d’une mention initiale29, l’objet d’aucun commentaire – de produire de la fausse ruine ! (fig. 5 a et b).

  • 30 Ibid., p. 201.

31En effet, il ne s’agit plus ici d’une anastylose stricto sensu, utilisant les éléments antiques et les replaçant littéralement les uns sur les autres, quitte à les compléter, de temps à autre, de quelques éléments modernes, mais d’une fabrication pure et simple, visant à une reproduction partielle, concept patrimonial inédit. Par scrupule, les artisans d’un tel projet ont exclu d’emblée la reproduction totale. Ce faisant, néanmoins, ils livrent au regard une ruine taillée à coups de ciseau droit et de pointe modernes, à la manière dont, aux siècles passés, on érigeait dans les parcs, des « folies » où les ruines antiques – pareillement factices – étaient les lieux favoris de tous les épanchements libertins. Le passé est ici façonné de toutes pièces, y compris son œuvre destructrice, puisque l’altération même des blocs et des colonnes est fictive, produit de la technè moderne, tronçonneuse comprise30.

Figures 5a et b. Les fausses ruines de Glanum..., P. VARÈNE, « L’apport de l’ethno-archéologie à la connaissance des techniques antiques de construction : deux exemples tirés de la reconstruction partielle d’un temple à Glanum », Journal of Roman Archaeology, 6 (1993). Droits réservés IRAA

Expérimentation archéologique et façonnage du passé

Démontrer… ?

  • 31 Cf. supra, note 20.

32L’essor rapide de l’archéologie à la fin du XIXe siècle, qu’illustre l’ouverture concurrente de multiples chantiers de fouilles qui reproduisaient, notamment sur la terre hellénique, les rivalités des vieilles nations européennes31, eut encore pour conséquence, au-delà des seules reconstructions que je viens d’évoquer, la mise en place des premières procédures expérimentales. Par expérimentation archéologique, il faut ici comprendre la démarche – empruntée au monde des sciences dures – consistant à formuler, face au témoignage des sources textuelles ou des vestiges observés, des hypothèses que la mise en œuvre d’une expérimentation permettra – ou non – de valider.

  • 32 H. Blümner, Technologie und Terminologie der Gewerbe und Künste bei Griechen und Römern, Leipzig, (...)

33C’est au même moment, en effet, et de manière convergente, que se place l’acmè d’une civilisation résolument technicienne, conséquence de la Révolution Industrielle. Dans la dialectique de la machine et du geste, on commence à porter un regard rétrospectif sur celui-ci. C’est le temps des encyclopédies techniques, telle la fameuse entreprise d’H. Blümner, qui vise à dresser l’inventaire et le lexique des artisanats et des arts grecs et romains32. Les premières approches expérimentales qui voient alors le jour s’insèrent dans ce contexte très spécifique.

  • 33 P. Pomey, E. Rieth, « La trirème antique de Napoléon III : un essai d’archéologie navale expérimen (...)

34Parmi elles, j’en retiendrai d’abord une, récemment mise en exergue33, pour son « exemplarité » : la reconstruction expérimentale d’une trirème antique sous les auspices de Napoléon III, Empereur des Français (fig. 6).

Figure 6 : Photographie de la trirème impériale, P. POMETY, E. RIETH, « La trirèmeantique de Napoléon III : un essai d’archéologie navale expérimentale sous le Second Empire », Napoléon III et l’archéologie, Bulletin de la société historique de Compiègne, Compiègne, 2001, p. 254, fig. 8

  • 34 Mentionnons seulement, outre le colloque des 14 & 15 octobre 2000, « Napoléon III et l’archéologie (...)

35Née de la volonté de l’Empereur – une nouvelle fois… –, dont des ouvrages récents ont rappelé l’intérêt très vif qu’il portait par ailleurs à l’Antiquité classique et notamment à la figure comme à l’œuvre de Jules César34, la reconstruction d’une trirème antique, d’après les maigres sources textuelles et quelques documents figurés, occupe, entre 1860 et 1861, deux « hommes de l’Empereur », l’ingénieur du Génie maritime Dupuy de Lôme, maître d’œuvre du projet et l’historien de la marine Jal.

  • 35 Cf. infra, pour une définition plus complète.
  • 36 P. Pomey, E. Rieth, op. cit., p. 250.

36Il s’agissait alors, sur le plan historique et scientifique, de valider ou d’infirmer, par la reconstruction à l’identique, les hypothèses formulées par Jal, notamment sur la disposition supposée des trois rangs de rameurs, selon une démarche caractéristique de l’expérimentation archéologique35. P. Pomey et E. Rieth ont montré36 comment, de ce point de vue, les hypothèses formulées devaient d’emblée s’accommoder de contraintes modernes spécifiques sans rapport avec la problématique antique, telles que le passage sous les ponts de la Seine (hauteur et largeur) – lieu prévu pour l’expérimentation – la navigation fluviale (imposant un faible tirant d’eau) ou encore des dimensions compatibles avec le caractère expérimental de l’entreprise. Toutes contraintes obérant d’entrée la validité de l’expérimentation même. On notera au passage que ce poids des contraintes contemporaines de l’expérimentation même est d’ailleurs une constante des procédures expérimentales, en infléchissant dès lors fâcheusement la rigueur méthodologique.

37Les contraintes évoquées comme l’option retenue d’une construction de la trirème selon les normes de construction modernes eurent raison de l’expérimentation archéologique qui s’acheva au terme de deux jours d’essais de navigation, après sa mise en eau à Asnières le 9 mars 1861, en présence de l’Empereur et de l’Impératrice.

  • 37 P. Bruneau, P.-Y. Balut, Artistique et Archéologie, MAGE 1-2, n° 216, p. 214 : « ...Définie par la (...)

38On retiendra de cette démarche expérimentale – quels qu’en fussent les résultats – quelques traits caractéristiques : la dépendance de l’archéologie de l’histoire des techniques – l’archéologie n’est-elle pas, de ce point de vue, comptable de tous les arts37 ? ; le souci de donner à voir autant – et plutôt ? – que de démontrer ; l’intérêt du pouvoir, une nouvelle fois, pour ces formes de « façonnage du passé » voire leur prise en charge même par lui et lui seul.

  • 38 Le Petit Robert (1973), s. v.

39Il s’agit moins, dès lors, de comprendre le passé qu’en réalité de le « restituer » au regard. Pourtant, sa compréhension même passe par le façonnage, au sens littéral du terme, « mettre en œuvre, travailler (une matière, une chose), en vue de donner une forme particulière. »38

  • 39 S. de Beaune, Pour une archéologie du geste, Paris, CNRS Éditions, 2000.

40« Façonner le passé » ne vise alors plus seulement à le reproduire – allant, comme on l’a vu, jusqu’à produire de la fausse ruine ! – mais, au moyen de sa reproduction, à le comprendre. C’est ainsi qu’il faut apprécier cette « archéologie du geste » que le préhistoriens ont théorisée et mise en pratique depuis les années 197039, poussant ainsi jusqu’au bout de sa logique l’archéologie expérimentale.

Pour une « archéologie du geste »

  • 40 J.-C. Milner, Le périple structural. Figures et paradigme, Paris, Le Seuil, 2002.
  • 41 Les Anglo-Saxons prennent moins de précaution, qualifiant cette dernière de « Old Archaeology. » P (...)

41Rappelons ici que l’archéologie expérimentale est née de la convergence de trois facteurs : la révolution structuraliste ; le développement de la New Archaeology ; le succès concomitant de l’ethnologie. De la révolution structuraliste, qui touche, dès l’entre-deux guerres, le monde des sciences humaines40, la démarche expérimentale retient une idée-clef : l’existence d’invariants techniques structurels, dès lors reproductibles, en dépit de la distance considérable qui sépare parfois l’artefact de sa reproduction. Cette idée de la reproductibilité est au cœur de la New Archaeology, ou « Archéologie nouvelle », qui s’essaie à fonder une science du passé sur toute une série de critères scientifiques s’opposant le plus souvent terme à terme aux pratiques de l’archéologie dite « traditionnelle »41 (« Objectivité vs Subjectivité » ; « Déduction vs Induction », etc.) L’ethnologie, enfin, représente le comparant idéal à partir duquel reconstruire le geste technique.

42Privilégiant le raisonnement déductif sur la seule intuition (inductive), l’expérimentation vise à valider – ou à infirmer – une ou plusieurs hypothèses nées de l’observation d’un ou d’une série d’artefacts. Indissociablement liée aux problématiques de l’histoire des techniques, l’expérimentation (ré)introduit cette « archéologie du geste » en faveur de laquelle plaidait encore il y a peu Sophie de Beaune.

43De ce point de vue, et en dépit de ses arrière-pensées politiques et de l’interaction fâcheuse de contraintes modernes dans sa mise en œuvre, l’aventure de la « Galère de César » constituait une avancée importante en matière d’archéologie expérimentale. La démarche consistant, en effet, à valider ou à infirmer un faisceau d’hypothèses suscitées par l’observation d’un vestige ou d’une source textuelle était réellement novatrice. Rien de bien étonnant, en l’occurrence, si l’on considère la réelle modernité en la matière de « Napoléon le Petit ». La révolution des sciences humaines qui allait se développer au tournant des années 1960 confirmerait cette intuition que le façonnage du passé était le moyen privilégié de restituer à ce dernier ses diverses temporalités.

  • 42 Ce même préhistorien signa, sous le pseudonyme de « Carsac », toute une série d’œuvres de fiction (...)

44Le concept même de chaîne opératoire, défini dès les années 1940 par A. Leroi-Gourhan et reformulé près de vingt ans plus tard par ce même fameux préhistorien, n’est rien d’autre que le souci de retrouver le temps du faire, dans la succession des gestes techniques qui informent le façonnage même de l’objet. L’épreuve du (re)« faire » permet de trancher dans la somme des hypothèses qu’un examen attentif de l’objet conduit à formuler. Combien de préhistoriens se lancèrent alors, à l’image d’un François Bordes42, dans la (re)production de l’outillage lithique ! Le façonnage visait ici moins à donner une image du passé qu’à en restituer la temporalité technique.

  • 43 En 1994.
  • 44 A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Glénat, Grenoble, 1999.

45Retrouver – au-delà même du geste, le temps mais aussi le goût du faire est au cœur, enfin, d’une expérience originale conduite il y a quelques années43 par deux chercheurs français, J.-P. Brun et A. Tchernia44 : la reconstitution du fameux pressoir décrit par Caton L’Ancien dans son traité De Agricultura, mais aussi sa mise en service !

46Écrit vers 182 av. J.-C., le De Agricultura est une œuvre de maturité qui se présente comme une série de notes, de conseils, de préceptes, de recettes sur les sujets apparemment les plus divers, la viticulture, l’oléiculture, l’arboriculture ou encore l’horticulture. Le « manuel » de fabrication n’est jamais loin à l’exemple des méthodes qu’il y expose pour la construction d’une ferme ou d’un pressoir. Caton écrit d’abord sinon pour agir directement du moins pour pousser à l’action en détournant ses contemporains de métiers jugés déshonorants tels le commerce ou l’usure au profit (dans tous les sens de ce terme) de la seule agriculture, source de revenus et seyant au uir bonus.

  • 45 Ibid., p. 94-101.

47Les historiens des techniques ont vu assez tôt quel profit ils pourraient tirer d’un tel descriptif technique pour tenter de reconstituer, à l’échelle 1/1, un tel dispositif de pressurage et d’en évaluer, par là même, tout à la fois la fiabilité et le rendement. C’est là le pari tenté – et réussi – dans les années 1990, par J.-P. Brun et A. Tchernia, avec le concours d’un viticulteur érudit de Beaucaire, H. Durand, qui prêta pour l’occasion ses installations, son raisin et finança la reconstitution d’un pressoir à levier du type catonien (fig. 7). Les détails de cette belle expérience sont relatés – et illustrés – avec une très grande précision et honnêteté dans l’ouvrage paru en 1999. Car il a fallu – sans compromission jamais – accepter quelques compromis techniques, fonction des contraintes existantes comme de l’incertitude dans laquelle nous sommes de certains détails touchant à la construction sinon au fonctionnement même du pressoir45.

48L’originalité de la démarche résidait ici moins dans la reconstitution du pressoir même – qui représentait pourtant déjà un premier pas important – que dans sa (re)mise en service effective. Les premières vendanges, accomplies dès 1995, « à la romaine » et le pressurage du raisin cueilli alors furent l’occasion de valider toute une série d’hypothèses formulées autour de la fabrication mais aussi du fonctionnement même du pressoir de Caton, « revu à la mode de Beaucaire. » La vinification, mise en œuvre d’après le procédé décrit par le Romain Columelle, au livre XII de son De Agricultura, constituait un dernier champ d’expérimentations qui conduisit le viticulteur-expérimentateur à enrichir sa cave d’un vin nouveau, le Turriculae produit selon les recettes antiques. Depuis, chaque année, au terme des vendanges de septembre, le pressoir fonctionne à nouveau, actionné par ses esclaves volontaires qui se donnent à voir et donnent à boire avec une joie non dissimulée (fig. 8).

  • 46 L. Sfez, Technique & idéologie. Un enjeu de pouvoir, Paris, Le Seuil, 2002

49Insensiblement, nous sommes passés d’un façonnage du passé à la mise en œuvre d’un authentique spectacle historique, construit, année après année, autour d’un « objet technique répétitif »46, le pressoir.

Figure 7. Le pressoir de Beaucaire, en « bois, en pierre et en corde », A. TCHERNIA, J.-P. BRUN, Le vin romain antique, Glénat, Grenoble, 1999, p. 97, fig. 127. Droits réservés J.-P. Brun et A. Tchernia

Figure 8. « Esclaves préposés au treuil en plein effort. » Droits réservés J.-P. Brun et A. Tchernia

50Cette mise en spectacle du façonnage a connu, la même année – simple coïncidence ou convergence des problématiques historiques mises alors en œuvre – un avatar peu banal.

51Il vaut la peine de relater ici cette dernière expérience qui mit en scène, dans le courant de l’année 1995, une expérimentation archéologique faisant du temps un acteur essentiel.

« Loft Story à l’Âge du fer »

  • 47 Dossiers d’Archéologie, n° 216 (1996) : « Voyage à l’Âge du Fer. », p. 42-49.
  • 48 Ibid., p. 42.
  • 49 Il sera inauguré en 1983.
  • 50 Ibid., p. 42.

52Relatée, avec une bonne dose d’humour, dans les Dossiers d’Archéologie47, l’expérience s’est déroulée entre le 16 janvier et le 17 mars 1995, soit « une période correspondant à deux cycles lunaires. »48, à Eindhoven (Pays-Bas). Il s’agissait de faire revivre un village « reconstitué » expérimentalement dans les années 198049. Le projet représentait la mise en œuvre d’une deuxième phase de l’expérimentation engagée une dizaine d’années plus tôt : après avoir« donné à voir » le passé, en reconstruisant un village de l’Âge du fer, on « donnait à vivre » ces structures vides. Huit volontaires furent retenus pour leurs compétences spécifiques, afin de « reconstituer au mieux une famille de paysans de la période gauloise. »50 Une parité stricte fut respectée : quatre femmes pour quatre hommes. Les objectifs scientifiques de cette manière d’expérience in vitro furent résumés dans un tableau éloquent, « Les motivations scientifiques. » :

« Pour cette expérience, chaque participant était venu avec ses propres motivations, en plus de celles qui avaient été définies pour le groupe. Les principales lignes directrices étaient les suivantes :
- L’aménagement du temps au cours de la journée en fonction des conditions climatiques ;
- La place effective prise par les tâches domestiques quotidiennes obligatoires (approvisionnement en bois ou en eau, cuisine, etc.) :
- les problèmes de comportement du groupe et leur évolution au cours de - la durée de l’expérience ;
- les quantités de nourriture individuelle et journalière ;
- l’élaboration des recettes et leur mise en œuvre ;
- l’incidence de la nourriture sur les individus ;
- la conservation et l’utilisation des produits d’origine animale ;
- la quantité de bois utilisée pour le chauffage et la cuisine, par ce groupe de 8 personnes sur une période donnée ;
- l’évolution du matériel et des outils et leur réparation ou remplacement éventuel. »

53Un huis clos consenti et respecté fut mis alors place, isolant stricto sensu, par des barrières de bois de 2 m 50 de hauteur, les acteurs (dans tous les sens du terme) et assurant une vie en complète autarcie…

  • 51 Ibid., p. 46.

54Le compte rendu – fort honnête, une nouvelle fois – de cette expérience est des plus mitigés ! La pluie et le froid semblent avoir littéralement douché assez vite les ardeurs des uns et des autres. L’ennui paraît avoir prédominé chez la plupart des participants, peu dissipé par une activité – peu intense – de « productions » textiles – réalisées avec des métiers à tisser fabriqués sur place. La cuisine du groupe était assurée par une personne affectée à plein temps à cette activité. Une grange fut même construite. Mais la production de fer, dans la perspective de la confection d’outils, fut rapidement abandonnée, s’avérant un échec51. De même, les « acteurs techno-archéologues » furent contraints de renoncer à d’autres activités aussi traditionnelles que la pêche et la chasse, comme ils le reconnaissent :

  • 52 Ibid., p. 48.

« Programmées au début de l’opération pour fournir de la viande fraîche à la cuisine, ces activités furent rapidement abandonnées, notamment en raison de la pollution importante du plan d’eau… »52

55La conclusion générale – mi-figue, mi-raisin – de cette expérience originale témoigne de la difficulté généralement rencontrée non seulement à « produire du passé » mais à le revivre !

56Quoi qu’il en soit, ce type de démarche expérimentale élargit le champ de l’archéologie du geste au temps du faire, contribuant à une meilleure compréhension de la technè, généralement définie comme « la maîtrise d’un savoir-faire dans un métier » et participant de l’humanité même de l’homme. On conçoit dès lors que l’expérimentation archéologique et les façonnages du passé qu’elle induit intéressent toujours, malgré ses tâtonnements voire ses erreurs, l’anthropologie contemporaine.

Notes

1 L’Odyssée de l’espèce, 2002 ; réalisateur : J. Malaterre ; Conseiller scientifique : Y. Coppens

2 Célèbre entre toutes pour avoir été exhumée et baptisée par Y. Coppens, justement, qui l’aurait appelée ainsi en écho à la fameuse chanson des Beatles, « Lucy in the Sky with Diamonds », diffusée alors sur les ondes internationales. On a parfois voulu reconnaître dans les initiales du titre anglais celles-là même d’un hallucinogène toxique… Quoi qu’il en soit, d’emblée, le baptême du fossile était le prélude à sa prochaine réincarnation… !

3 Le Canard enchaîné (15 janvier 2003), p. 8.

4 P. Jockey, « Maître des origines, figure du progrès, l’archéologue au miroir des images » in A.-M. Granet-Abisset, J.-N. Pelen (éd.), Le temps bricolé. Les représentations du Progrès (XIXe-XXe s.), Le Monde alpin & rhodanien, 3/2001, p. 77-94.

5 La fabrique de l’origine, f. a. n° 10, Paris, « Autrement », printemps 2001.

6 Cf. note précédente.

7 J.-P. Demoule, « L’archéologie des autres », La fabrique de l’origine, p. 107-123.

8 Ibid, p. 107.

9 Sur le mode de ces « lieux de mémoire » naguère inventoriés par Pierre Nora.

10 Napoléon III et l’archéologie, Bulletin de la société historique de Compiègne, Compiègne, 2001.

11 P. Jockey, L’Archéologie, Paris, Belin, 1999, p. 10-11.

12 Au sens précis du terme, « redresser, replacer debout ».

13 E. Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

14 Cité par A. Farnoux, Cnossos. L’archéologie d’un rêve, Paris, Gallimard, « Découvertes », 1993, p. 87.

15 Stendhal, Rome, Naples et Florence (1817), cité – fort opportunément –, par Robert Étienne, Pompéi, la cité ensevelie, Paris, Gallimard, « Découvertes », 1995, p. 23

16 P. Jockey, op. cit., p. 86-87.

17 À qui l’ont doit l’Expédition d’Égypte et l’avènement à l’histoire d’une civilisation alors pleinement redécouverte. Cf., par ex., le catalogue Mémoires d’Égypte, Paris, « La Nuée bleue », 1990, réalisé à l’occasion du bi-centenaire de la naissance de Champollion.

18 Ultime avatar – à ce jour – de cette exigence, le film déjà évoqué (supra, p.), L’Odyssée de l’espèce, où réalisateur (J. Malaterre) et paléontologue (Y. Coppens) s’associent pour « donner à voir » l’invisible, l’évolution de l’espèce humaine !

19 Cf. P.-Y. Balut, P. Bruneau, Artistique et archéologie, Mémoires d’archéologie générale, 1-2, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 1997, n° 62 a, p. 83-84. Comme le remarquent les auteurs, « c’est presque inévitablement une organisation rationnelle logique que le descripteur impose à un objet dont la pré-structuration est d’un autre mode de rationalité, technique, ethnique ou éthique ». Ibid., p. 84.

20 Les Allemands à Olympie, les Français à Delphes, à partir de 1892, pour ne prendre qu’un exemple bien connu, déplacent le champ de leurs antagonismes séculaires sur le sol grec. Sur cet aspect, souvent négligé, de l’histoire de l’archéologie, on lira avec profit l’historique qu’en retrace Pierre Amandry à propos de la « concession » française du site prestigieux de Delphes, sur fond de transactions commerciales : Pierre Amandry, « Fouilles de Delphes et raisins de corinthe », in coll. La redécouverte de Delphes, Paris, De Boccard, 1992, p. 77-128.

21 A. Farnoux, op. cit., p. 87.

22 Un archéologue français qui visite le chantier en 1902, E. Pottier, souligne à son propos que « l’arrivée au champ de fouille est une surprise. Pas d’acropole, pas d’éminence, rien qui décèle au premier coup d’œil un site aussi illustre. Dans un vaste terrain en contrbas de la route, en vue de collines pelées que recouvrent quelques maigres broussailles (...) on voit blanchir les blocs sortis de terre et s’agiter dans une poussière intense des silhouettes d’ouvriers. C’est le Palais de Minos. » (Cité par A. Farnoux, ibid., p. 45.)

23 Au rebours de ce qui est la règle en France au même moment, les explorations archéologiques d’Evans ne bénéficient alors d’aucun soutien financier gouvernemental, contraignant Evans à collecter des fonds par l’intermédiaire du Cretan Exploration Fund, entre 1899 et 1907.

24 Cf. A. Farnoux, ibid., p. 86 sq.

25 A. Farnoux, op. cit., p. 87.

26 Cité par P. Barthélémy, Le Monde, samedi 14 septembre 2002, p. 29.

27 P. Varène, « L’apport de l’ethno-archéologie à la connaissance des techniques antiques de construction : deux exemples tirés de la reconstruction partielle d’un temple à Glanum », Journal of Roman Archaeology, 6 (1993), p. 193 – 204.

28 Ibid., p. 194.

29 « Seule la mouluration inférieure du podium est antique (…) Tout le reste est moderne, conçu à partir d’une étude globale du monument prenant en compte les vestiges en place et les blocs existants. », Ibid., p. 193.

30 Ibid., p. 201.

31 Cf. supra, note 20.

32 H. Blümner, Technologie und Terminologie der Gewerbe und Künste bei Griechen und Römern, Leipzig, 1875 -.

33 P. Pomey, E. Rieth, « La trirème antique de Napoléon III : un essai d’archéologie navale expérimentale sous le Second Empire », in coll. Napoléon III et l’archéologie, Bulletin de la société historique de Compiègne, Compiègne, 2001.

34 Mentionnons seulement, outre le colloque des 14 & 15 octobre 2000, « Napoléon III et l’archéologie. Une politique archéologique nationale sous le Second Empire », publié l’année suivante (cf. la note précédente), la belle et opportune réédition de la traduction, par Napoléon III lui-même, de la Guerre des Gaules de César (Paris, Éditions Errance, 2001.)

35 Cf. infra, pour une définition plus complète.

36 P. Pomey, E. Rieth, op. cit., p. 250.

37 P. Bruneau, P.-Y. Balut, Artistique et Archéologie, MAGE 1-2, n° 216, p. 214 : « ...Définie par la mise en œuvre de la capacité d’outiller, l’objet de l’archéologie inclut donc toutes les manifestations techniques, y compris celles qui sont habituellement délaissées ou dévolues à d’autres spécialités : le tour de main, le produit transformationnel, le projeté, le fictif, ainsi que le détruit, si difficile qu’en soit l’observation (...) L’archéologie est comptable de l’art, ni plus ni moins (...) et d’abord tout l’art. »

38 Le Petit Robert (1973), s. v.

39 S. de Beaune, Pour une archéologie du geste, Paris, CNRS Éditions, 2000.

40 J.-C. Milner, Le périple structural. Figures et paradigme, Paris, Le Seuil, 2002.

41 Les Anglo-Saxons prennent moins de précaution, qualifiant cette dernière de « Old Archaeology. » Pour un tableau des principales oppositions, cf. P. Jockey, L’Archéologie, 1999, p. 194.

42 Ce même préhistorien signa, sous le pseudonyme de « Carsac », toute une série d’œuvres de fiction prenant pour cadre la préhistoire. On ne saurait mieux exprimer cette tentation constante de faire revivre son objet même d’étude.

43 En 1994.

44 A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Glénat, Grenoble, 1999.

45 Ibid., p. 94-101.

46 L. Sfez, Technique & idéologie. Un enjeu de pouvoir, Paris, Le Seuil, 2002

47 Dossiers d’Archéologie, n° 216 (1996) : « Voyage à l’Âge du Fer. », p. 42-49.

48 Ibid., p. 42.

49 Il sera inauguré en 1983.

50 Ibid., p. 42.

51 Ibid., p. 46.

52 Ibid., p. 48.

Table des illustrations

Légende Figure 1. « Découverte préparée », Lavis pour les ruines de Pompéi, Mazois, 1812. Bibliothèque Nationale, Paris
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Figure 2. Sophia Kastromenou parée des bijoux de la Belle Hélène, der Bazar, n° 16, 23 avril 1887
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figures 3 a, b et c. La Tholos de Marmaria à Delphes
Légende 3a. La tholos après la fouille, École Française d’Athènes (ÉFA), cliché n° 74.501 (1938) photo P. Arnaudry
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 3b. Remontage des colonnes de la tholos, ÉFA, cliché n° L. 9785, 14, anonyme
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende 3c. La tholos après l’anastylose, ÉFA, vliché n° 12.430, photo H. Ducoux
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 4. Perspective axonométrique simplifiée du projet de reconstruction partielle du petit temple de Glanum, P. VARÈNE, « L’apport de l’ethno-archéologie à la connaissance des techniques antiques de construction : deux exemples tirés de la reconstruction partielle d’un temple à Glanum », Journal of Roman Archaeology, 6 (1993), p. 195, fig. 2. Droits réservés IRAA
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Figures 5a et b. Les fausses ruines de Glanum..., P. VARÈNE, « L’apport de l’ethno-archéologie à la connaissance des techniques antiques de construction : deux exemples tirés de la reconstruction partielle d’un temple à Glanum », Journal of Roman Archaeology, 6 (1993). Droits réservés IRAA
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 6 : Photographie de la trirème impériale, P. POMETY, E. RIETH, « La trirèmeantique de Napoléon III : un essai d’archéologie navale expérimentale sous le Second Empire », Napoléon III et l’archéologie, Bulletin de la société historique de Compiègne, Compiègne, 2001, p. 254, fig. 8
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Figure 7. Le pressoir de Beaucaire, en « bois, en pierre et en corde », A. TCHERNIA, J.-P. BRUN, Le vin romain antique, Glénat, Grenoble, 1999, p. 97, fig. 127. Droits réservés J.-P. Brun et A. Tchernia
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Figure 8. « Esclaves préposés au treuil en plein effort. » Droits réservés J.-P. Brun et A. Tchernia
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6479/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteur

CCJ, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540