Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Façonner le passé

 | 
Jean-Luc Bonniol
, 
Maryline Crivello

Pratiques commémoratives

Témoignage. Le mémorial de Caen entre mémoire et histoire

Denis Maréchal

Texte intégral

1En préalable, il est indispensable de rappeler brièvement le paysage des sites de mémoire et la réalité de cette mémoire au début des années quatre-vingt. Pour d’emblée écarter de fausses pistes, je me dois de vous dire que j’ai travaillé pour le Mémorial de 1985 à 1990 : le Mémorial a ouvert ses portes le 6 juin 1988, j’ai donc participé aux trois ans de projet et aux deux premières années de son fonctionnement.

2Pour revenir, de manière fragmentaire, sur l’état de la mémoire et du rapport à l’histoire et au passé, il faut citer plusieurs dates : 1980 d’abord, l’année du patrimoine – une date clé –, puis 1982, où l’on assiste au début d’une régionalisation de la mémoire collective. À ce moment-là surgissent un certain nombre d’initiatives, pas seulement à Caen mais de manière disparate, et pas forcément ancrées dans la pierre. Ce n’est pas un hasard si la création de l’Association du Musée Mémorial de la bataille de Normandie est née en cette même année 1980, et si l’on trouve dans cette association des personnes ayant vécu et subi le bombardement de Caen. Ce tournant s’est ensuite accentué en 1984, l’année de la parution du premier tome des Lieux de mémoire de Pierre Nora.

3C’est en 1983 que le projet est lancé, de manière politique, à Caen. Que veut dire « de manière politique » ? En 1983, on trouve dans le programme électoral du maire sortant – et réélu –, Jean-Marie Girault, le projet d’édifier un Mémorial à Caen, sans plus de précisions. Il y a là, au cours du début de ces années 1980, un besoin social de construction de la mémoire. Cette mémoire sur Caen, je ne la dirais pas enfouie mais « empêchée », en référence au livre de Paul Ricœur qui évoque cette question et la décrit admirablement. Il faut toutefois préciser que cela n’a pas fait obstacle au travail de mémoire, qui s’est structuré partout aux alentours. En effet, si l’on regarde les musées de site qui jalonnent les plages de Normandie, on ne peut qu’être surpris puisque, finalement, on retrouve la chronologie très serrée de l’Opération Overlord, du Débarquement de Normandie. Par exemple, à 00 h 05, le 6 juin, cinq planeurs se posent à Pegasus Bridge, sur les bords de l’Orne. Or, il y a là un musée, édifié très tôt dans les années cinquante, qui commémore l’action des parachutistes britanniques. Ceux-ci en ont fait un lieu de souvenir actif et utile, où la commémoration se joue chaque année et où les acteurs, c’est-à-dire les soldats et les survivants, sont présents.

4On peut prolonger la description : j’avais recensé, en 1985, dix-sept musées de site. Cela vous donne un aperçu de la vitalité, de la densité et de la qualité de ce rappel à la mémoire et au passé. Du reste, celui-ci n’est pas seulement dû aux Britanniques. Par exemple, à Sainte-Mère-Église se trouve le Musée du Débarquement, en forme de parachute, symbolisant le débarquement allié dans cette commune. À Arromanches, où sont passés deux millions d’hommes au cours de l’été, on a édifié un musée in situ, qui vient d’ailleurs se confondre avec la plage par le biais d’une grande baie vitrée. Suite au désagrégement du port artificiel, dont il ne reste que quelques caissons, on a recréé celui-ci à coups de maquettes, de cartes, de photographies, de diaporamas et d’objets, afin de préserver la mémoire de l’événement lui-même.

  • 1 Ainsi m’est-il arrivé d’emmener en autostop de jeunes Américains, visitant les plages et qui, une (...)

5Cette fascination pour les hauts faits de la guerre s’accompagnait de la commémoration des morts dans les cimetières militaires. Le plus abouti et le plus émouvant, de ce point de vue-là, est le cimetière américain de Saint-Laurent et de Colle ville-sur-Mer, qu’il faut avoir vu au moins une fois pour saisir l’émotion qui se dégage du site et de son aménagement paysager. Il vaut aussi pour la fonction mémorielle active qu’il suscite, à travers des commémorations officielles régulières, mais pas seulement1.

6Du point de vue de ces événements militaires, relevant de l’« histoire-bataille », il faut également souligner la place des musées qui, plus tardivement, dans les années soixante-dix et quatre-vingt, se sont installés à l’intérieur des terres. Je pense notamment au Musée Mémorial de Bayeux qui donnait non pas le point de vue allemand, mais faisait place à des objets militaires allemands : chars, uniformes, photos. Il privilégiait ainsi exclusivement le registre de la conservation de collections, comme musée au sens strict du terme. Telle était, à grands traits, la situation de la géographie muséale.

7L’origine du Musée Mémorial de Caen vient d’un constat : au-delà de l’exposition et du rappel des faits, de l’histoire militaire, il manquait la compréhension de l’événement. On n’avait pas le « pourquoi » et, surtout, on n’avait pas le souvenir, inscrit dans la pierre, du bombardement de la ville de Caen. Il y avait seulement eu, dans les années cinquante, une première tentative d’édifier un mémorial dans le château médiéval de Caen, avec une sculpture commémorant les victimes du Débarquement et notamment des bombardements alliés. Mais cette période restait, dans les faits, une page blanche de l’histoire de la cité.

  • 2 Il y avait bien dans chaque village un monument aux morts et un cimetière avec des plaques commémo (...)

8Pour rappeler l’importance de l’événement, mentionnons ici le nombre de victimes civiles et rappelons surtout la date tardive à laquelle la connaissance précise des faits a été établie. L’enquête scientifique a été clôturée en 1995. Cela signifie que lorsque l’on élaborait le programme du Mémorial de Caen, nous n’avions pas d’indications fiables sur le nombre des victimes civiles, non seulement à Caen mais dans les départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne. Ceci explique qu’en parallèle, certains témoins du Débarquement s’étaient regroupés au sein de l’Université du Troisième Âge pour lancer une enquête : « On veut savoir combien nous étions, on veut savoir qui est mort »2. J’ai pu observer l’immense fossé qui existait entre l’histoire scientifique des laboratoires et des universités, et celle reçue et perçue par l’opinion publique. Une petite partie de mon travail a ainsi consisté à comprendre les uns pour mieux permettre aux autres de transmettre : une fonction de médiation, d’une certaine manière.

9Un décompte a finalement été réalisé : il y eut huit mille morts dans le Calvados, mille sept cents quarante et un à Caen, trois mille huit cent dans le département de la Manche et deux mille deux cent dans l’Orne. Ceci fait seize mille victimes : 60 % sont des victimes des bombardements alliés, 25 % des victimes de combats d’artilleries, 5 % concernent les exécutions sommaires commises par les armées allemandes en déroute, 6 % relèvent d’accidents liés aux opérations… Ce sont des chiffres qui vont du 1er mars 1944 – puisque les bombardements ont commencé avant le Débarquement lui-même – au 31 décembre 1945. Cette enquête a été fort longue : initiée au Mémorial par le conseiller historique que je fus, avec l’apport décisif de l’Université du Troisième Âge de Caen, elle a été relayée, à partir de novembre 1990, par l’historien Jean Quellien, du Centre d’Histoire de Recherches Quantitatives, qui a poursuivi cette enquête jusqu’en 1995. Ainsi, tout au long de l’élaboration du Mémorial et bien après son ouverture au public, en 1988, cette question lancinante revenait sans jamais obtenir de réponses.

  • 3 Présidé par le Maire, il va se réunir lors de cent cinquante réunions hebdomadaires, jusqu’à l’ouv (...)

10Parmi les membres fondateurs de l’Association du Mémorial de la Bataille de Normandie, en 1980, se trouve le Sénateur-Maire de Caen, maire et sénateur de 1970 à 2001. C’est donc un homme politique, UDF, qui avait un regard particulier vis-à-vis du Débarquement puisque qu’il avait dix-huit ans en 1944 et qu’il appartenait, en tant que jeune étudiant, aux équipes d’urgence qui se constituaient spontanément pour prêter assistance aux victimes des bombardements. Il disait, avec quelques autres, qui étaient pour certains dans son conseil municipal, qu’il faudrait bien, un jour, parler de cette question-là et « tirer les leçons de l’histoire ». Je dirais que c’était cela, le noyau et le levier de départ. Dans les années cinquante et soixante, la question de la mémoire ne s’était évidemment pas posée, non seulement parce qu’il y avait cette « mémoire empêchée », mais aussi parce qu’il fallait reconstruire une ville, qu’il fallait de nouveau l’équiper : la reconstruction effaçait, oblitérait la question de la mémoire, d’autant que celle-ci était saisie par d’autres, on l’a vu. Le grand tournant, c’est la création d’un comité de pilotage municipal de la ville de Caen à partir de 19843.

11Sur le plan politique, Louis Mexandeau, leader des socialistes caennais, s’il n’est pas le plus virulent, se positionne contre un projet jugé trop coûteux : il vote régulièrement contre celui-ci dans tous les conseils municipaux. C’est un choix que le cumul des mandats lui permet de moduler : il exprime, au conseil Général et au conseil Régional, des positions différentes concernant les choix budgétaires de ces assemblées qui participent au montage financier du programme. Pour le conseil Régional, il dit : « après tout, on a bien fait Versailles ! », et au conseil Général, il s’abstient ; enfin, comme ministre des PTT, il soutient l’ancrage d’une technologie alors nouvelle : le minitel, disponible dans le parcours des visiteurs.

  • 4 Cette impulsion est importante car elle va entraîner, dans son sillage, d’autres créations de lieu (...)

12Dans la majorité propre du maire, des oppositions se font également entendre sur la question des coûts : c’est un équipement structurant qui est prévu, pour un montant de l’ordre de quatre-vingt-dix millions de francs. La région Basse Normandie investit vingt-cinq millions de francs, le conseil Général du Calvados cinq millions. L’État rejoint ce programme à hauteur de quinze millions de francs. Il y a donc une charge nette pour la ville de quarante-cinq millions de francs. Il s’agit donc véritablement, de ce point de vue-là, d’un projet municipal : les concours extérieurs, notamment de l’État – je pense à la Direction Régionale des Affaires Culturelles, à l’origine de mon recrutement, au ministère de la Culture, au ministère des Anciens Combattants – vont suivre, mais non sans réticence. En bonne politique, on écoute les partenaires, certes, mais en même temps, l’avancement du projet reste dans un cadre municipal. C’est là un bel exemple, une première application de la décentralisation en matière culturelle : c’est l’un des premiers équipements en France qui, très tôt, prend ce train de la décentralisation lancé par Gaston Deferre4.

13Il faut également s’arrêter un moment sur le paysage international des musées au début des années quatre-vingts. Les premières « fabriques de mémoire » qui ont été visitées et analysées étaient américaines : l’Air Space Museum à Washington, avec l’American History, et, cela vous surprendra, l’Epcot Center à Orlando. Il s’agit de la phase pédagogique du parc Disney, un parc d’attraction sur lequel se trouvent de grands pavillons qui exposent les thèmes de l’énergie, de la santé, etc. Je dois reconnaître que j’ai été moi-même surpris et que j’ai eu du mal à m’y rendre, mais cela reflétait une volonté importante : celle de faire du Mémorial une locomotive touristique. Cette dimension a été affirmée très fortement – trop, parfois, à mon goût – et prise très au sérieux : pour des raisons de développement touristique local, il s’agissait bien de faire de ce lieu non pas l’endroit où l’on irait après avoir vu tout le reste, mais celui que l’on découvrirait d’abord pour aller, ensuite, sur les plages. C’était comme si ce site devait renouveler le cadre mémoriel préexistant. La municipalité avait demandé de le concevoir avec les moyens les plus modernes, les nouvelles technologies de communication, l’image animée : autant d’outils mis au service du passé. L’objectif annoncé était de faire venir au moins cinq cents mille visiteurs par an, d’où cette volonté d’avoir un lieu spectaculaire dans tous les sens du terme.

14L’Imperial War Museum a également été un lieu de référence, comme modèle à ne pas imiter ! Aujourd’hui, il s’est renouvelé, mais c’était un musée traditionnel, avec des vitrines, etc. : une perception tout à fait passive de la mise en scène des collections – tout comme le musée des Invalides l’a été si longtemps, avant d’entreprendre une très belle réhabilitation.

15Autre site sur lequel on a aussi beaucoup travaillé : le Musée de la Diaspora à Tel Aviv (Beth Hatefutsoth). Il était tout à fait intéressant car il y avait une démarche pertinente dans le domaine de la mémoire, pas seulement en relation avec la Deuxième Guerre mondiale et la Shoah, ce qui était central, mais aussi parce que Beth Hatefutsoth était le premier à ne plus être un musée au sens traditionnel du terme : par une scénographie audacieuse, c’était le premier à mettre en avant la photographie, le témoignage, la mémoire orale au cœur du musée, sans les reléguer dans un centre à part. Cela, c’était pour le musée Beth Hatefutsoth, et bien entendu le Yad Vashem.

  • 5 Composé de quatre personnalités incontestables dans le domaine de l’Histoire : Jean-Baptiste Duros (...)

16Durant cette pérégrination, le projet avançait parallèlement et bénéficiait d’éclairages neufs sur ce qui devait être affirmé. Nous parvenions à mieux le centrer, avec cette tension qui était permanente, et qui l’est encore de mon point de vue, entre l’impératif économique et l’impératif pédagogique. Il fallait être un moteur pour le développement de la région, devenir une vitrine touristique : comment ferait-on venir ces cinq cent mille visiteurs par an ? Pas avec la présentation des rapports de préfet sous l’Occupation, mais avec un discours scénographique et des images spectaculaires. Fort heureusement, cette tension touristique s’équilibrait avec la volonté d’en faire un lieu pédagogique, un espace d’apprentissage, d’explication et de compréhension – pas seulement un conservatoire des faits du passé pour le passé. Je m’explique : l’opérateur du projet, le Sénateur-Maire Jean-Marie Girault, a très vite compris que l’on ne pouvait pas se contenter de faire une énième démonstration spectaculaire, même actualisée, du Débarquement, voire même de la destruction de Caen : cela ne suffisait pas. Il fallait donc proposer une explication en amont et s’interroger sur les causes. De ce point de vue-là, l’idée de travailler de 1918 à 1945 a été un moment décisif dans la maturation du projet. Ceci a fait naître une autre volonté : l’histoire doit s’appuyer sur un discours scientifique, d’où la constitution d’un comité de parrainage5. François Bédarida est celui qui s’est le plus impliqué dans le projet. J’informais régulièrement les trois autres et, comme l’un d’eux l’assura élégamment : « Si on a une observation à faire, on vous la fera, mais si on ne répond pas, c’est que tout va bien ». François Bédarida a contribué à ne pas commettre d’impasse, ce qui était la volonté de chacun, et à accompagner le projet d’une dimension historique et explicative.

17Le parti pris a donc été le suivant : puisque l’objectif était d’atteindre cinq cent mille visiteurs, ceux-ci devraient comprendre une proportion significative de scolaires. Ceci revenait à affirmer que si le lieu n’était pas traversé par un flot ininterrompu de scolaires, l’objectif ne serait pas atteint. Cette démarche a été très utile pour imposer toute la rigueur historique nécessaire. Une convention a été passée entre l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) et la ville de Caen, et une équipe a été constituée : Étienne Fouilloux, professeur d’Histoire contemporaine à l’université de Caen et Denis Peschanski, chargé de recherches à l’IHTP, traitaient de la période 1918-1939 – la faillite de la Paix – ; Jean-Pierre Azéma, de l’IEP, et Henry Rousso, de l’IHTP, s’occupaient de la question de la France des années noires ; la troisième partie, que l’on a intitulée « Guerre mondiale, guerre totale », de 1941 jusqu’au 5 juin 1944, a été prise en charge par Robert Frank, professeur à Paris I, et moi-même ; enfin, pour la quatrième partie, du Débarquement à la fin de la bataille de Normandie et à la Libération, c’étaient Dominique Veillon, Philippe Buton et le général Delmas.

18Voilà donc le programme tel qu’il se profilait au moment où la première pierre du Mémorial était posée, en septembre 1986, par le Premier ministre de l’époque, Jacques Chirac. Dans le même temps, une question demeurait en suspens, celle de la cinquième fameuse partie. Le maire en parlait abondamment, déclarant en substance : « L’histoire ne peut pas s’arrêter en 1945, il faut donner du souffle à tout cela et donc achever sur un message d’espérance ». Les historiens de l’IHTP et, dans l’ensemble, tous les acteurs du projet, étaient très réticents. Je dois dire qu’en parallèle, les entreprises qui avaient été retenues pour fabriquer ce lieu – scénographes, réalisateurs de cinéma – étaient attentistes : c’était difficile, parce qu’il n’y avait pas vraiment de précisions.

19Lorsque se sont constitués les appels d’offre pour réaliser ces différentes parties, le choix d’un scénographe s’est imposé : Yves Devraine. C’est quelqu’un qui a une personnalité riche et forte, et qui avait convaincu le jury par sa capacité d’entraînement, sa conviction, son talent à dessiner et à représenter le programme scénographique. C’était cela, aussi, le choix : ce n’était pas seulement un jury qui prenait sa décision « à froid », puisque la personnalité de celui qui rapportait était un atout. Yves Devraine avait fait une présentation, devant ce groupe de pilotage, tout à fait séduisante et intelligente. Venant du monde des arts graphiques, il avait participé à plusieurs expositions internationales, à des aménagements en zones périurbaines : des lieux publics et plusieurs spectacles de sons et lumières en France et à l’étranger. C’était donc un aménageur, un créateur, un designer, rompu à ces grands projets qui doivent se monter très rapidement. Homme d’expérience, il a pris les rênes du programme et l’on a vu s’opérer un glissement somme toute logique : l’administration communale s’est peu à peu effacée et s’est placée au service de la création du lieu.

20L’architecte du bâtiment, Jacques Millet, ne s’est jamais trouvé impliqué à l’intérieur de l’édifice. En effet, il avait répondu à un concours avec une définition de programme très réduite. Il avait donc conçu un espace le plus neutre possible pour accueillir une scénographie qui viendrait ultérieurement, d’où le caractère austère, voire classique, de l’architecture. Il n’y a pas d’idée forte au point de vue architectural puisqu’il n’y avait pas encore de contenu lors de sa conception : c’était très difficile à faire et, de ce point de vue, il a rempli son objectif. Il a donc conçu un bâtiment qui a commencé à prendre forme, malgré un premier coup de pioche sans cesse retardé. L’État, les tutelles – le ministère des Affaires Culturelles, le ministère de la Culture, le secrétariat d’État aux Anciens Combattants – étaient très réticents vis-à-vis du projet. La mission des grands projets parisiens, qui avait une délégation pour les projets en régions, était plus que réticente et ne souhaitait pas voir ce projet éclore puisqu’il n’était pas « mûr » : il était en train de naître, il était en train de se faire. Malgré tout, l’engagement a été arraché au ministre de la Culture, François Léotard, en 1986, ce qui a permis d’engager les travaux aussitôt. S’il n’y avait pas eu ce coup de pouce politique, le projet aurait été réalisé à beaucoup plus long terme. À l’automne 1986, les choix étaient encore en train de se faire et les délais étaient très courts pour arriver à cette échéance de juin 1988, date de l’inauguration. C’était un engagement politique qu’il fallait tenir : les municipales avaient lieu en mars 1989, on ne pouvait pas inaugurer en juin 1989, c’était donc le 6 juin 1988, et pas le 7 !

21Sur la façon de faire, les crises, toujours à fleur de peau, se sont portées sur les choix du comité de pilotage pour le programme scénographique. Pour l’espace concernant le Débarquement, on nous proposait des péniches qui allaient bouger : le public allait s’y embarquer et revivre le Débarquement. C’était une option. Il y avait aussi des programmes tout à fait minimalistes disant : « Là, il y aura une vitrine, ici un écran vu de haut… ». Comme il n’y avait pas d’articulations entre les lots, cela ne fonctionnait pas.

  • 6 Devenu en 2001 l’ECPAD, Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défens (...)

22Le choix d’Yves Devraine a donné une autre perspective à cette mise en trois dimensions de l’Histoire, de la mémoire. Il a apporté du corps à une trame historique élaborée en parallèle par les historiens cités, chacun ayant rendu quatre à cinq feuillets d’intentions qui étaient autant de lettres de programmes. C’est devenu plus clair pour ceux qui, autour de moi, étaient chargés de collecter les archives sonores, visuelles, audiovisuelles. Une « campagne de ravitaillement » a été entreprise pour trouver ces images. La grande objection faite par la direction des Musées de France, c’était : « Pas de collection, donc pas de musée ! » – sous-entendu, pas de subventions… Les négociations, les discussions avec les inspecteurs du musée de France étaient âpres : pour eux, si on « apportait » des images, notamment des photographies de témoins de la destruction de la Cité, si on expliquait qu’on allait utiliser telle source d’archives venant de l’Établissement Cinématographique et Photographique des Armées (ECPA)6 ou des fonds d’archives d’autres pays, ils répondaient invariablement : « Oui, mais cela n’est pas un objet ». Cela n’était évidemment pas un objet, et cela n’avait pas l’intention de le devenir : ce n’était pas l’enjeu. Pour obtenir ces subventions, il fallait passer par la relation « classique » avec cette direction du ministère, d’où le recrutement d’une conservatrice qui a tout de suite travaillé sur les enjeux d’un musée de « société », c’est-à-dire sur ce qui relevait des conditions de vies matérielles sous l’Occupation : les objets de la vie quotidienne qui ont nourri, notamment, la partie concernant la France des années noires – économie de subsistance, etc. Deux documentalistes se sont attelés à cette tâche avec détermination et savoir-faire. Cela donnait donc une nouvelle épaisseur au projet, sans redondance, de surcroît, avec ce qui était exposé dans les autres sites.

23Ces appels d’offre se sont terminés par un choix sur lequel j’avais vraiment le sentiment d’avoir perdu une bataille. Nous n’étions que deux, avec le maire adjoint chargé des affaires culturelles, à exprimer nos doutes. Fort heureusement, les historiens l’ont dit, également, un peu plus tard. L’immaturité de l’entreprise en question, sa jeunesse, le fait qu’elle était un peu hasardeuse… : en fin de compte, cela n’a pas fonctionné, ce qui nous a permis de repartir et de trouver d’autres opérateurs. Là, nos choix ont été orientés grâce à l’aide du Centre National de la Cinématographie, le CNC, où j’avais d’abord rencontré Costa Gavras, séduit par le programme mais indisponible. J’ai ensuite contacté Jacques Perrin, acteur et producteur. Il avait notamment produit Z. Avec lui, nous avons travaillé de manière tout à fait différente, à la fois sur le film Le Jour J et sur le dernier, Espérance.

  • 7 Je voudrais dire un mot de ceux qui étaient contre le projet. J’ai déjà évoqué l’opposition munici (...)

24Je voudrais m’arrêter quelques instants sur le programme du Jour J. Le parti pris de son réalisateur, Didier Martini, relayé par la monteuse, Marie-Josèphe Yoyotte, était une idée séduisante. Comprenant bien qu’il fallait du spectaculaire et que cela ne pouvait pas être simplement un film de plus, l’idée était de se concentrer sur ce fameux double écran, qui devenait même triple : il donnait le point de vue de ceux qui subissaient l’assaut – l’armée allemande –, de ceux qui montaient à l’assaut – les armées alliées – et celui de la plage, avec un système assez compliqué d’enchevêtrement des écrans. La prouesse technique y était : les ingénieurs étaient rassurés, le public et ceux qui étaient intéressés par le développement touristique du site aussi. C’était un film que l’on ne pouvait montrer en vidéo ou diffuser à la télévision – l’écran est trop petit – et, en même temps, cela restituait en quinze minutes une vue spectaculaire du phénomène du Débarquement du 6 juin. De ce point de vue, le film a très bien fonctionné. Pour ce qui concerne le troisième film, dénommé Espérance, le principe retenu était le suivant : pas de discours sur l’image, afin d’éviter les problèmes de langues. Il devait être vu par tous, au même moment. Les casques infrarouges, qui fonctionnent très bien maintenant, ne marchaient pas à ce moment-là : ils existaient mais n’étaient pas encore fiables. Le choix s’est donc porté sur une symphonie d’images rétrospectives de 1945 à nos jours. Avec Jacques Perrin, nous nous demandions toujours comment nous allions pouvoir répondre intelligemment à cette commande sur l’« espérance » : très bien, mais laquelle ? En 1945 ? Jusqu’au début des années quatre-vingt ? Nous voulions donc montrer, en nous appuyant sur des images exceptionnelles d’archives, une symphonie visuelle. C’était, en fait, le message de conclusion. Il a évidemment posé problème puisque, lorsqu’on a validé le synopsis d’une facture très classique auprès de François Bédarida, on avait suivi précisément la chronologie des événements, des grandes conférences internationales, de San Francisco, de Bandung, etc. Plus tard, le montage d’archives de Marie-Josèphe Yoyotte a été présenté aux élus et notamment au Sénateur-maire. Celui-ci, en le découvrant, quelques jours avant l’inauguration, paraissait satisfait, mais en même temps, il était un peu réservé dans la mesure où cela ne symbolisait pas complètement le message de paix. Il comprenait que l’on parle de la guerre dans son entier, mais en aval, il voulait mettre en exergue l’idée que ce qui avait été vécu avait forcément porté ses fruits : la haine entre les hommes, après la Deuxième Guerre mondiale, pouvait-elle être de retour ? C’était un homme politique, il savait bien ce que pouvaient représenter la guerre froide et la décolonisation, mais il avait tout de même, en filigrane, cette volonté de dire : « Comment tirer les leçons de l’Histoire ? ». Il nous a d’ailleurs donné l’opportunité, sitôt l’inauguration passée, d’engager la première extension de ce Mémorial – je reviendrai là-dessus7.

25C’est le recul de l’objet et son corollaire, en l’occurrence l’avancée de l’archive, qui constituait certainement l’élément le plus neuf. Aujourd’hui, cela pourrait paraître presque banal, mais en 1988 cela ne l’était pas, loin s’en faut. Parmi les archives les plus spectaculaires que nous avons pu mettre en scène, puisque c’est de cela dont il s’agissait, il faut citer l’enregistrement de la conversation téléphonique entre le général Weygand et le général Huntziger, au moment de l’effondrement de la France, lors de la signature de l’armistice dans la clairière de Rethondes. La bande-son a été retrouvée dans les archives à Coblence. L’appel téléphonique au général Weygand avait été enregistré par les Allemands : « Mon général, c’est fait. – Je vous remercie de la façon dont vous l’avez fait ». C’est édifiant Les généraux savaient tout de même qu’ils pouvaient être écoutés, mais cela apporte en même temps une émotion d’une rare intensité.

26Au nombre des autres enjeux, je me souviens de cette analyse qu’avaient faite Henry Rousso et Jean Pierre Azéma sur les rapports des préfets de l’époque, concernant l’état mensuel de l’opinion. Aujourd’hui, on connaît tous ces rapports, depuis le procès Papon, mais à l’époque, ils n’étaient pas connus du grand public. On avait évidemment pris le cas du Calvados, en montrant comment, de mois en mois, l’opinion publique évoluait, ou plutôt comment les préfets de l’époque voyaient l’évolution de celle-ci. La présentation se basait sur des photocopies des rapports, illustrées d’un tableau, d’un diagramme… Elle montrait l’évolution des points de vue : « Que pensez-vous des Allemands ? » ; « Que pensez-vous de Vichy ? » ; « Que pensez-vous de la Résistance ? » ; etc.

27Toutefois, cette démonstration n’avait que très peu de visibilité par rapport à ce qui l’accompagnait en regard, à savoir un mur reconstitué – un vrai décor de théâtre – sur lequel était écrit : « Laval, au poteau », avec un vélo posé contre le mur. Entre le texte d’archives avec son interprétation historienne et le décor scénographique théâtralisé, le visiteur avait choisi : tout le monde s’arrêtait devant le vélo ! À part ceux qui, dans le cadre des visites pédagogiques, avaient à remplir un questionnaire sur : « Que pensait-on de Vichy en 1943 dans le Calvados ? », il faut raisonnablement reconnaître que le dispositif scientifique restait en retrait.

  • 8 Raoul HILBERG, La destruction des juifs d’Europe, Paris, Fayard, 1988.

28Autre moment sur lequel nous avons beaucoup travaillé : la présentation du génocide, dans la troisième partie du musée. C’était l’un des thèmes des plus difficiles à traiter et le programme a évolué. En un mot, il s’agissait pour Robert Frank, de même que pour l’ensemble des historiens, de présenter la question du génocide. Or, nous voulions présenter non seulement les faits, mais aussi les analyses des historiens, intentionnalistes et fonctionnalistes : nous souhaitions exposer ces deux thèses, aborder la chaîne des événements avec une chronologie rigoureuse, une cartographie des camps d’extermination, quelques citations des dignitaires nazies et des extraits du livre La destruction des juifs d’Europe de Raoul Hilberg8. Le scénographe refusait, quant à lui, d’entrer dans la sur-représentation, d’où une présentation d’une sobriété absolue, une non-représentation : il y avait un carrelage blanc, aucune image, aucune représentation d’objet, sauf les minuscules feuillets de l’abbé Daligault. Caennais déporté et mort en déportation, il avait fait passer ces feuillets sur lesquels il y avait des lettres et des petits dessins du camp où il se trouvait : ceux-ci sont exposés dans cette salle. Cela a satisfait les historiens : chacun était d’accord pour que l’on n’entre pas dans une représentation figurée du génocide. Toute émotion était délibérément bannie. Mais trois ans après l’ouverture, en 1991, l’émotion s’est imposée, avec des photographies de certains visages, une ambiance visuelle avec des projecteurs tout à fait particuliers, ce qui a mieux répondu à l’attente du public. En effet, les visiteurs eux-mêmes demandaient : « Pourquoi n’y a-t-il pas à cet endroit-là quelque chose de plus fort ? ». Cette interpellation ne pouvait pas rester sans réponse.

  • 9 Ceci nous a valu des contacts longs, et finalement fructueux, avec le comité d’histoire constitué (...)

29Dans cette troisième partie sur la « Guerre Mondiale, guerre totale », nous tenions également beaucoup à évoquer le projet Manhattan, avec deux maquettes à l’échelle 1 de Little Boy et Fat Man, les deux bombes lancées successivement sur Hiroshima et Nagasaki9.

30Il y avait donc ces thématiques qui jalonnaient le musée. On avait tout de même sacrifié aux uniformes. Le scénographe et moi étions très réservés sur le sujet, mais on a fini par s’y résoudre et avons « entreposé » cela dans une partie du musée : « un monde en uniforme ». Il y avait un uniforme de chaque pays : chacun intervenait, sollicité par le Sénateur-Maire de la ville et par les porteurs du projet, au travers des comités de soutien constitués dans plusieurs pays. Ils nous ravitaillaient en sources documentaires et en objets dignes d’un musée au sens basique du terme : les Soviétiques envoyaient des uniformes, du matériel, etc., les Américains des affiches, des photos, du matériel militaire lourd – deux chars, une maquette d’avion à l’échelle 1 finalement exposée dans le hall, etc. Chaque pays contribuait au projet et l’on voyait s’amonceler les objets, à notre corps défendant parfois, et au grand dam de la conservatrice qui devait, elle, continuer sur son idée de représentation de musée de société : comment est-ce qu’on s’habillait ? (les semelles compensées, des vêtements en toile de parachute, etc.). Sur le nazisme, dans la première partie notamment, on a exposé un reportage de Roger Schall, photographe français des années trente qui avait suivi, avec sympathie, les parades de Nuremberg organisées par le régime national socialiste. Nous avons utilisé ces photos pour une mise en scène, afin de montrer par l’image fixe ce qu’était une dictature. Là encore, il y a eu débat. Certains disaient : « Pourquoi des photos de quelqu’un qui était lui-même à l’opposé des valeurs que vous voulez véhiculer dans votre lieu ? ». Cela étant, la mise en scène, telle qu’elle était faite, ne prêtait pas à confusion.

31Pour finir sur ces rapports entre l’image, les objets, les maquettes…, je voudrais citer les vidéos, qui ont été nombreuses, à l’instigation de l’ECPA. Ses équipes ont réalisé un certain nombre de vidéogrammes autour des questions militaires, des grandes batailles, évoquant la guerre et son aspect planétaire : les préparatifs du Débarquement, Stalingrad, la bataille du Pacifique. Voilà, dans ses grandes lignes, le site tel qu’il a été présenté au public lors de son inauguration, le 6 juin 1988, avec toute cette scénographie qui en constitue l’aspect novateur. L’inauguration a été traditionnelle et classique, avec le Président de la République, François Mitterrand, qui venait juste d’être réélu, accompagné par plusieurs de ses ministres et par les ambassadeurs des treize pays ayant participé aux affrontements du 6 juin : l’Allemagne de l’est, la RDA, le Luxembourg, la Norvège, le Danemark, etc. Tous étaient représentés lors de cette cérémonie, afin de témoigner en faveur de ce Mémorial dédié à la paix. Les cérémonies de l’ouverture, largement retransmises par les médias, ont donné au projet une image positive, de par l’ampleur du thème et son caractère novateur.

32Avec Yves Devraine, nous avons très vite convenu de poursuivre sur ce terrain de la paix. Poursuivre, pourquoi ? Parce que le lieu choisi était en périphérie de ville, avec un point en rapport avec le passé : dans ces galeries souterraines au pied de la falaise, le général Richter avait séjourné quelques jours, à l’été 44. D’aucuns voulaient absolument réhabiliter cette partie-là et en faire un lieu où l’on pourrait notamment montrer les documents, le matériel, les uniformes acquis et qui n’avaient pu trouver place dans le parcours historique. Notre proposition entendait, quant à elle, revenir sur cette question de la paix au vingtième siècle, en élaborant une galerie des Prix Nobel de la paix, en montrant toutes les tentatives de paix honorés du Prix. Elle a été retenue et son inauguration s’est faite en 1991. Cette première extension a été suivie d’une seconde, celle qui, aujourd’hui, en 2002, concerne la destruction de la Cité avec un nouveau bâtiment qui traite, de manière approfondie, des rapports de force de 1945 à nos jours. Les objets y sont revenus en force avec un MIG 21, un missile du plateau d’Albion, une Traban, un morceau du mur de Berlin. On a également, de nouveau, un espace dédié à la paix, qui prolonge le premier et montre bien la ténacité d’une équipe municipale et de son Maire pour faire de ce musée un lieu neuf, à la fois dissemblable par rapport à ce qui a été et qui, aujourd’hui, semble à la croisée des chemins : le regard sur le siècle et sur l’histoire en train de se dérouler pose d’autres questions.

33Je renverrai en conclusion à Pierre Vidal-Naquet qui, tout en appréciant le Mémorial, remarquait : « L’abondance de ces musées peut engendrer le meilleur comme le pire », avant de répondre ceci à la question d’un journaliste de La Croix : « Peut-il y avoir un musée d’Histoire vivante ? » : « Absolument, c’est tout le problème, nous devons nous souvenir, c’est évident, mais nous ne devons pas devenir pour autant des esclaves de la mémoire. »

Notes

1 Ainsi m’est-il arrivé d’emmener en autostop de jeunes Américains, visitant les plages et qui, une fois dans le cimetière, ont tenu à faire un jogging autour de celui-ci ! Ils s’appropriaient ainsi symboliquement ce périmètre où sont enterrés 9 086 Américains, auxquels s’ajoute la liste des 1 557 disparus tombés lors des opérations du Débarquement.

2 Il y avait bien dans chaque village un monument aux morts et un cimetière avec des plaques commémoratives, mais jamais le décompte des victimes n’avait été entrepris. Les chiffres les plus fantaisistes circulaient : d’aucuns nous parlaient de six mille morts à Caen, d’autres de vingt mille… On peut trouver, selon les moments, des chiffres très disparates qui viennent d’Henri Amouroux, d’Alain Decaux, et dont le public avait connaissance à travers les médias.

3 Présidé par le Maire, il va se réunir lors de cent cinquante réunions hebdomadaires, jusqu’à l’ouverture en 1988. Il est composé par : le Maire, son Secrétaire général et son adjoint, son Premier adjoint, l’adjoint chargé des travaux et l’adjoint aux affaires culturelles, Chantal Rivière, une femme remarquable qui a elle aussi vécu l’été 1944 ; une administration communale, au rôle essentiel dans le projet : au titre d’administration de terrain, elle détient la maîtrise d’ouvrage et va contribuer à choisir les partenaires en assurant toute la viabilité administrative du projet. Chacun a sa propre perception du passé, forgée selon sa génération d’appartenance. Je me souviendrai toujours du Directeur général des services techniques qui, lorsque je suis arrivé dans ce comité de pilotage, un peu à la surprise générale, m’a expliqué : « Vous êtes là pour l’histoire pure ! ». Ce groupe de pilotage est étoffé par la présence de la responsable des bibliothèques municipales de la ville qui a connu, elle aussi, les événements de 1944, et, en 1987, par une jeune conservatrice.

4 Cette impulsion est importante car elle va entraîner, dans son sillage, d’autres créations de lieux de mémoire : je veux parler de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, qui est né quelques années plus tard et dont les équipes – hommes politiques de la Somme, conservateurs, maîtres d’œuvre – sont venues très régulièrement sur le site de Caen pour s’inspirer, reprendre ou éviter tel ou tel aspect de la gestion du projet. Se succèdent ensuite, de manière régulière, des délégations venues prendre modèle ou simplement glaner des conseils sur le développement du projet du Mémorial.

5 Composé de quatre personnalités incontestables dans le domaine de l’Histoire : Jean-Baptiste Duroselle, René Rémond, Pierre Chaunu parce qu’il est Caennais et François Bédarida.

6 Devenu en 2001 l’ECPAD, Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense, établissement public administratif.

7 Je voudrais dire un mot de ceux qui étaient contre le projet. J’ai déjà évoqué l’opposition municipale, mais je voudrais également mentionner d’autres structures qui animent la vie de la cité : les associations, qui se sont alors constituées spontanément. D’un côté, on trouvait celles qui travaillaient dans l’ombre, pour retrouver ces corps enfouis, perdus, qui allaient faire le décompte sur les monuments aux morts ou dans les états civils lorsqu’ils n’avaient pas été détruits. C’étaient, pour l’essentiel, des personnes de plus de soixante ans, à la retraite. De l’autre côté, il y avait ceux qui se posaient la question suivante : « Combien de temps encore allons-nous faire des mausolées tournés vers le passé ? ». C’était le leitmotiv d’une association de contribuables caennais, entraînés par un avocat qui considérait que tout cela n’avait pas de sens. Les pétitions, sur le marché, circulaient très bien. Ceci créait une atmosphère passionnelle et montrait, en même temps, l’immense écart entre les acteurs du projet et tous ceux qui, notamment dans les professions libérales, se demandaient : « Pourquoi remuer tout cela ? ». Il y avait une coupure, très forte, que j’ai moi-même ressentie parce que plusieurs de mes proches supportaient assez mal le fait que je travaille pour un projet dont ils ne voyaient pas bien le sens, dès lors qu’ils n’étaient pas historiens. Cela paraissait comme un « jouet », comme une « danseuse », comme quelque chose qui coûtait très cher : cela revenait systématiquement. Ceci a donné une perception collective négative qui s’est estompée au fil du temps, et notamment au moment de l’inauguration où tout s’est inversé puisque le pari était réussi.

8 Raoul HILBERG, La destruction des juifs d’Europe, Paris, Fayard, 1988.

9 Ceci nous a valu des contacts longs, et finalement fructueux, avec le comité d’histoire constitué aux États-Unis par des vétérans. Ils étaient, au départ un peu réticents et surpris : ils s’attendaient à ce qu’on leur demande des objets sur le Débarquement, et on les questionnait sur le programme de Los Alamos. Mais ils ont joué le jeu et ont donné des photographies et des documents tout à fait irremplaçables sur l’aventure du général Groves dans le projet Manhattan.

Auteur

Conseiller historique de 1985 à 1990 et responsable des programmes de juin 1988 à novembre 1990 pour la mise en place du Mémorial de Caen.
Inathèque de France, Paris

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540