Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Façonner le passé

 | 
Jean-Luc Bonniol
, 
Maryline Crivello

Pratiques commémoratives

Marseille, décembre 2000, le pont transbordeur est réapparu...

Régis Bertrand

Texte intégral

  • 1 Selon un légendaire rapporté par Justin au IIIe siècle ap. J.-C., Marseille aurait été fondée par (...)
  • 2 Le terme de « pont transbordeur » s’est imposé pour ce type d’ouvrages, bien que son inventeur, F. (...)

1Pour la Noël 2000 et le nouvel an 2001, qui marquent à la fois le passage dans le XXIe siècle et dans le troisième millénaire mais aussi la clôture ultime des « fêtes (prolongées) du XXVIe centenaire de la ville »1, la municipalité marseillaise a décidé de faire reconstituer à l’entrée du port le « pont transbordeur », mis en service en 1905, détruit quarante ans plus tard2.

  • 3 Les trois textes ont d’abord paru dans La Provence des 2 décembre, 9 décembre et 16 décembre 2000 (...)
  • 4 G. Blua, P. Carrese, P. Echinard, S. Lombardo, J.-J. Surian, Marseille. Un pont sur le IIIe millén (...)

2Le projet s’est heurté dans un premier temps à de considérables difficultés techniques ; il a été finalement réalisé grâce à deux grues géantes dont les flèches étaient rapprochées le soir. La silhouette ainsi obtenue a fait l’objet d’illuminations (« pleins feux pour aller vers le troisième millénaire » titrait La Provence du 2 décembre 2000) et l’on y projetait un spectacle lumineux en trois séquences de 10 minutes chacune faites d’un montage de photographies d’archives ou de clichés d’aujourd’hui et de dessins dus à l’artiste marseillais Jean-Jacques Surian, accompagnés de trois textes. « Marseille d’hier » rédigé par un « historien, membre de l’Académie de Marseille », Pierre Échinard ; « Marseille d’aujourd’hui » écrit par un journaliste, Salvadore Lombardo. Le troisième, dû à un écrivain-éditeur, Gérard Blua, correspondait dans sa première publication dans La Provence du 16 décembre 2000 à une séquence intitulée non pas « Marseille de demain » comme l’on s’y attendrait mais... « Marseille de toujours »3. Ces textes ont ensuite fait l’objet d’une publication en une plaquette, largement diffusée dans les librairies de la ville ; le dernier s’y intitule « Demain »4. L’ouvrage renferme en sus une introduction du journaliste Gabriel Chakra et un texte de fiction de l’écrivain Philippe Carrese où j’ai cru comprendre que, dès lors qu’il reliait les rives nord et sud, le pont était un symbole d’union entre les populations diversifiées des quartiers de Marseille, symbolisées par Gyptis et Protis.

  • 5 Contrairement à ce que sous-entend P. Carrese, « Protis, Gyptis et le pont transbordeur » dans G. (...)
  • 6 Marc Fardet, Le pont de Martrou [à Rochefort], dernier transbordeur de France, Rochefort, Centre i (...)
  • 7 Nathalie Abou-Isaac, op. cit., p. 38-39.
  • 8 Jean-Lucien Bonillo et al., Marseille, ville et port, Marseille, Parenthèses, 1991, p. 28-31, cite (...)

3Je me ferai un instant l’avocat du diable au sujet de cette « réalisation » pour observer qu’elle aurait dû théoriquement plonger les Marseillais dans la perplexité, ce qui n’a pas été apparemment le cas. Pourquoi choisir pour l’entrée dans le troisième millénaire un symbole vieilli de la modernité des débuts du siècle précédent, aux formes surannées ? De surcroît, la conception et la réalisation de ce pont n’avaient absolument rien de marseillais5 ; elles illustraient plutôt le savoir-faire ou le génie de l’Orléanais, puisque le transbordeur était sorti des forges de l’industriel Ferdinand Arnaudin (1845-1924) de Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), qui était non seulement l’inventeur de son principe (il avait eu l’idée des câbles à torsion alternative destinés à soutenir les ponts suspendus et avait fait breveter en 1887 « un système de pont à transbordeur ») mais aussi son propriétaire-exploitant6. Il convient d’ajouter que cet équipement urbain spectaculaire avait démontré sa médiocre rentabilité et donc sa faible utilité dès les années 1920, qu’il était même question de sa suppression en 1939, peu avant la Seconde guerre mondiale7. L’installation du pont transbordeur avait de plus constitué au début du XXe siècle une atteinte au paysage de la passe d’une brutalité sans précédent depuis la réalisation des forts Saint-Jean et Saint-Nicolas par Louis XIV8. Cette résille de ferraille aux dimensions démesurées se juxtaposait brutalement à la silhouette des deux forts. Il est évident que la construction d’un tel pont soulèverait aujourd’hui les protestations les plus véhémentes des protecteurs du patrimoine et qu’elle serait en théorie impossible en l’état de la législation à cause des périmètres de protection des monuments historiques qui bordent le port. Au cours de l’automne, alors que La Provence présente très favorablement le projet et publie les trois textes qui ont accompagné cette reconstitution, le même journal se félicite simultanément de la destruction par l’EDF de pylônes métalliques à haute tension qui, nous dit-on, « défiguraient » les calanques... Enfin le pont transbordeur semblerait a priori relever d’une mémoire collective fort inégalement partagée – celle des Marseillais encore en vie qui habitaient la ville dans la première moitié de ce siècle et éventuellement de leur famille qui ont pu en entendre parler.

  • 9 À noter que l’événement ne semble pas avoir fait l’objet d’un montage audiovisuel commercialisé so (...)
  • 10 C’est-à-dire des montages de citations.
  • 11 Allusions au sac de Marseille par les Aragonais en novembre 1423 et à la « peste de Marseille » de (...)

4Voilà ce qu’un observateur adoptant le point de vue de Sirius aurait pu dire. Or toutes ces objections sont autant de contresens sur la nature d’un événement qui ne fait nullement appel à la raison mais à l’imaginaire, s’adresse aux sens et éventuellement à la mémoire collective – c’est peut-être d’ailleurs la limite de sa réussite, j’y reviendrai. L’observation non-participante et l’enquête auprès des responsables et d’un échantillon de Marseillais n’étaient pas dans mes possibilités9 ; reste l’étude interprétative de données et indices issus des documents suscités par l’événement lui-même, soit des articles de la presse et surtout des trois textes rédigés pour l’occasion, auxquels j’ai déjà fait allusion. Ces textes n’étaient pas des centons10, ils ont été commandés par la municipalité à des auteurs qui se seraient livrés à cet exercice difficile en un bref laps de temps. Le premier se réduit à une série d’allusions incantatoires au passé de la ville, et il est permis de se demander ce qu’ont pu signifier pour nombre de spectateurs puis de lecteurs des phrases telles que : « Envahissante (sic), la mer a fait aussi mon malheur : l’Aragonais brisa la chaîne du port et pilla la ville, le Grand saint Antoine porta ma mort dans ses flancs »11. L’on notera de plus que l’auteur a relégué dans le non-dit les destructions et les drames humains de la Seconde guerre mondiale, fatale au pont, dans un site qui en porte pourtant les cicatrices. L’analyse des deux autres textes est rendue quelque peu incertaine par leurs audaces poétiques. Ainsi : « le grand port inoublié, longtemps, si longtemps assoupi sur sa grandeur passée, redevient lieu de conquêtes et objet de culte en se faisant métaphysique et clair passage de la mélancolie des origines à l’arrogance postmoderne de la folle et belle jeunesse » (« Marseille d’aujourd’hui »). Ces textes ont néanmoins été officiellement projetés en public et ils ont connu la publication « sur papier » sous une double forme, la presse quotidienne puis le recueil. L’on est donc fondé de juger qu’ils sont porteurs d’une représentation de Marseille qui a été avalisée par le municipe.

  • 12 Michel Samson, « L’Espagne pousse sa corne et ses ferias vers le Vieux-port de Marseille », Le Mon (...)

5La municipalité avait décidé d’organiser pour le passage du millénaire une gigantesque fête sur le port, inspirée des « bodegas » espagnoles12. C’est apparemment autour de cette manifestation nocturne, pendant la période des nuits les plus longues de l’année, que va naître l’idée de reconstituer le pont transbordeur. Le projet a, semble-t-il, été lancé par la petite équipe qui entoure l’adjoint délégué aux fêtes. L’idée a séduit le maire. Quelques mois plus tard, lors de la campagne pour les élections municipales, Jean-Claude Gaudin a effectivement dit sa satisfaction d’avoir fait réaliser cette reconstitution du pont transbordeur au cours du débat télévisé qui l’opposait à son principal rival.

  • 13 Cf. Régis Bertrand, Le Vieux-Port de Marseille, Marseille, J. Laffitte, 1998, dernier chapitre.
  • 14 Détails techniques : Sophie Manelli, « Pont transbordeur : l’envers du décor », La Provence, 9 déc (...)
  • 15 Elle a peut-être préexisté à la reconstitution du pont. L’un des premiers articles qui signale le (...)

6La « bodega » du millénaire s’inscrit dans la suite des grandes fêtes organisées sur le quai des Belges, la Massiliade en juin 1999 puis la Marcéleste en juin 2000. Ces fêtes semblent avoir achevé de faire découvrir les potentialités du site du Vieux-Port non plus pour des manifestations semi-improvisées, telle que celles qui marquèrent naguère les succès de l’OM ou la coupe du monde en 1998 mais pour des réjouissances organisées de façon volontariste par la municipalité. Cette relecture du plan d’eau et de ses rives, désormais perçus comme le lieu par excellence de la centralité affective marseillaise et des communions consensuelles13, a pu porter en germe l’idée de reconstituer de façon éphémère l’aspect disparu de ce décor historique. Le pont semblerait avoir été conçu très tôt comme l’élément d’exception du décor lumineux dont est traditionnellement habillé le centre-ville au moment des fêtes de fin d’année ; ce qui laisse penser que l’entreprise pourrait avoir aussi été influencée par l’utilisation parisienne de structures métalliques illuminées (la tour Eiffel mais aussi de grandes roues foraines) lors du passage à l’an 2000. Marseille reprend donc avec retard le thème du franchissement de la « porte du temps », illustré en d’autres villes l’année précédente. C’est ce que suggère la dernière phrase de « Marseille du passé » qui sollicite l’intercession de cette silhouette « de pacotille » (La Provence du 1er janvier 2001) pour accomplir le passage dans le nouveau millénaire. Fait plus original, le pont va s’avérer aussi un étonnant portique pour l’écran d’eau (40 m de côté) qui va recevoir des projections d’images au laser14. Je n’ai pu d’ailleurs savoir si l’idée d’une telle utilisation existait originellement15 ou si elle est venue charger de sens une opération qui aurait sinon paru sans doute bien onéreuse (1,2 m de francs) pour un résultat très statique.

7Un des initiateurs du projet, Gabriel Chakra, a analysé de façon très pertinente les significations du pont :

« Pour aborder aux rives du troisième millénaire, le sujet était cette fois tout trouvé : le pont transbordeur. Un symbole ne meurt pas. Inauguré en 1905, détruit en 1944, ce gigantesque meccano a donné sa silhouette au Vieux-Port. Il l’a chargé de sens en le sublimant par la modernité. On se le remémorait à travers films, photos et témoignages. Élément du patrimoine, il enjambait un demi-siècle de la vie de la cité et illuminait celle-ci de son aura métallique. Bien qu’absent du paysage, il était solidement ancré dans l’imaginaire phocéen. Pour tous, nostalgiques ou pas, c’était un organe vivant, dessinant un trait horizontal entre les deux rives, entre les deux forts. »

  • 16 L’essentiel du catalogue Le pont transbordeur et la vision moderniste, op. cit, leur est consacré. (...)
  • 17 Fait significatif sans doute de la perception du pont comme un élément du décor ou une œuvre d’art (...)

8L’on retiendra surtout cette expression significative de G. Chakra : le pont « a donné sa silhouette au Vieux-Port ». Une première explication semble effectivement d’ordre patrimonial : la réapparition éphémère du pont disparu vient restituer une sorte d’image canonique au paysage du Vieux-Port vu depuis le quai des Belges, ce forum de Marseille : celle qu’ont fixée, outre de nombreuses cartes postales, des artistes célèbres (Marquet, Camoin) et d’autres qui ne le sont que localement, des photographes illustres (L. Moholy-Nagy, S. Giedion ou G. Krull) ou non16. La « reconstruction » du pont correspondrait donc à la très forte valorisation artistique d’un état du paysage du Vieux-Port qui a été irrémédiablement détruit pendant et après la Seconde guerre mondiale et dont expositions et ouvrages illustrés n’ont cessé au cours de la dernière décennie de rappeler l’image caractéristique. Non seulement aux yeux de nos contemporains, il n’aurait pas défiguré le paysage du Vieux-Port, mais ce paysage aurait plutôt été altéré par sa disparition. L’on soulignera d’ailleurs un silence quasi général des trois textes sur la raison d’être du pont et son utilité, plutôt réduite. C’est à peine si la dernière phrase de « Marseille d’hier » rappelle de façon vague qu’il s’agissait d’un moyen de transbordement au-dessus de la passe : « entre les rives de mon Lacydon, s’éleva en 1905 le transbordeur, pour moi éternel (sic) trait d’union entre les peuples ». Le transbordeur avait été présenté de son temps comme une prouesse technique. À travers le regard des artistes, il apparaît désormais comme un ouvrage d’art qui était aussi une œuvre d’art moderne, comme le furent en leur temps le colosse de Rhodes ou le phare d’Alexandrie. La fonction symbolique de franchissement l’emporte dans l’imaginaire sur celle de traversée d’une rive à l’autre, qui était sa raison d’être17.

  • 18 J.-L. Bonillo, op. cit, p. 30 ; J. Arrouye, art. cit., p. 122-127 ; Patrick Boulanger, « Le pont t (...)

9J’ai eu l’occasion d’apercevoir un soir le faux pont illuminé. J’ai eu alors aussitôt la réponse à cette question : que pouvait représenter aujourd’hui le pont pour ceux qui ne l’avaient pas connu, ce qui était mon cas ? J’ai perçu intuitivement cette silhouette immense comme le seul arc de triomphe véritable qu’a eu Marseille, bien mieux que celui de la porte d’Aix, qui n’a jamais été significatif de quoi que ce soit pour les Marseillais. En préparant l’édition de la présente communication, j’ai retrouvé la même expression tour à tour sous les plumes de Jean-Lucien Bonillo (« Arc de triomphe arachnéen (...) porte qui ouvre et marque le passage de la ville à la mer »), de Jean Arrouye (« Une porte de l’Orient monumentale »), de Patrick Boulanger (« Un immense arc de triomphe visible de plusieurs milles, la « porte de France » comme on se plaisait à le dire »), sous celle d’un journaliste de La Provence qui annonçait la parution de Marseille. Un pont sur le troisième millénaire. L’on peut également citer Edmonde Charles-Roux qui évoque « l’immense portique (...) qui plus que tout autre évoquait la porte de l’Orient »18. Le transbordeur semblerait désormais la dernière de ces architectures éphémères qui pendant des siècles furent dressées au seuil des villes pour l’entrée des grands personnages, marquant le passage de la nature à l’urbanité et symbolisant l’accueil dans la cité. D’ailleurs, devant le « succès phénoménal » de la Nuit du millénaire (La Provence du 2 janvier 2002), la municipalité annonçait que le « pont » ne serait démonté qu’au lendemain de l’arrivée dans le Vieux-Port des vainqueurs de la course autour du monde The Race, qui passeraient ainsi sous son arche. Autant de réinterprétations strictement contemporaines de cette silhouette métallique : d’Albert Londres à Paul Nizan, aucun des intellectuels qui ont découvert Marseille depuis la rade pendant l’Entre-deux-guerres ne l’ont ainsi perçue – la plupart semble n’avoir même pas remarqué le pont ; du moins omettent-ils de le mentionner dans leurs récits.

  • 19 Jean Tourette, Marseille au temps du transbordeur. Cent souvenirs photographiques, Marseille, La S (...)
  • 20 En particulier dans Jean Bazal et Marcel Baudelaire, Marseille entre les deux guerres, Aubenas, éd (...)

10C’est la nostalgie d’un passé aux souvenirs prégnants qui semble expliquer le succès de cette réalisation. « On se le remémorait à travers films, photos et témoignages » écrit Gabriel Chakra. De fait, nos contemporains connaissent avant tout le transbordeur grâce à la trilogie de Marcel Pagnol. L’on peut aussi citer les illustrations d’une série d’ouvrages locaux, tels les souvenirs de Jean Tourette (1897-1976), journaliste à La Marseillaise, intitulés Marseille au temps du transbordeur19. L’on doit ajouter la multiplicité des reproductions de clichés du début de ce siècle qui montrent le Vieux-Port barré par le pont20. Il est révélateur que les Detaille, photographes de père en fils depuis plus d’un siècle, proposent des retirages en « posters » de leur fonds de clichés qui intègrent le transbordeur. Le point commun de ces images animées ou fixes est de montrer le pont dans l’environnement d’une ville économiquement active et d’évoquer, en particulier par l’entremise des films de Pagnol, une vie dure et frugale sans doute, mais riche de sociabilités et d’amitiés, un certain art de vivre marseillais qui est aujourd’hui fort idéalisé.

  • 21 « Il est l’image fantomatique d’un âge d’or supposé », selon Bernard Millet dans Le pont transbord (...)
  • 22 Évoquant l’abattage de la seconde pile, E. Charles-Roux écrit près d’un demi-siècle plus tard : «  (...)
  • 23 À noter que des quatre auteurs cités, seul A. Marquet semble avoir pleinement apprécié les formes (...)
  • 24 André Donzel, Marseille. L’expérience de la cité. Paris, Anthropos, 1998.

11« Un symbole ne meurt pas (...) il enjambait un demi-siècle de la vie de la cité et illuminait celle-ci de son aura métallique » écrit encore G. Chakra, de façon plus allusive. Le transbordeur s’est révélé marquer a posteriori un des sommets de la gloire portuaire de Marseille, avant les crises du XXe siècle21. Cette immense structure était le symbole même de la puissance du port au moment de son apogée. La fin du transbordeur ne marque pas seulement un des moments les plus terribles de l’histoire de Marseille. Elle semble rétrospectivement annoncer les désastres à venir : la fin du système colonial sur lequel Marseille avait fondé la dernière phase de sa prospérité et la désindustrialisation des « trente glorieuses » – qui sont économiquement calamiteuses à Marseille ; l’image péjorative qu’acquiert la ville, si différente de celle des deux siècles précédents22. Le texte « Marseille d’aujourd’hui » tend en conséquence à faire du retour fugitif du pont le signe de la renaissance de la ville, « puisque Marseille, le nom du Sud, est de retour ». Le souvenir fantomatique du transbordeur qui n’exista qu’un peu plus d’une génération capitalise les nostalgies : il fait avec le recul du temps référence au temps où Marquet peignait le port, où Dellepiane dessinait les affiches des expositions coloniales et des grandes compagnies de navigation, où Brauquier évoquait l’au-delà de Suez et Pagnol le courrier de Saïgon23. Le retour du pont exorcise cette seconde moitié du XXe siècle qui, perçue sans recul au niveau d’un vécu, est considérée comme l’un des pires moments de l’histoire de Marseille, ce qui est exact si l’on considère l’économie, la démographie et le prestige de la ville24.

  • 25 Sophie Manelli, « Pont transbordeur : ils exigent l’original ! », La Provence, 1er janvier 2001, p (...)

12Bien plus, une modeste association préexistant depuis dix ans, « Les amis du pont transbordeur », semble avoir trouvé à travers cette évocation un nouveau souffle. Elle milite en effet pour la reconstruction définitive en grandeur réelle et à l’identique du pont transbordeur. Elle propose de le faire fabriquer par les industries métallurgiques de Fos. La société Arnaudin qui avait réalisé le « vrai » transbordeur et qui existe toujours serait, paraît-il, prête à en fournir les plans25. Parmi les arguments avancés, le principal est intéressant : si l’on avait « endommagé la tour Eiffel » lors de la Seconde guerre mondiale, on l’aurait à coup sûr reconstruite. On répondra que c’est bien la preuve que le pont transbordeur n’avait pas dans l’imaginaire des années quarante la signification que revêtait déjà alors la tour Eiffel.

  • 26 E. Charles-Roux, op. cit, p. 58-59 va jusqu’à affirmer qu’il s’agit de la « plus cruel(le) ... des (...)
  • 27 J. Tourette, op. cit, p. 116 (et également E. Charles-Roux, op. cit, p. 59). Pierre Guiral, Libéra (...)

13En effet, les étapes de la disparition du pont semblent éludées au profit des réinterprétations de la mémoire collective, qui en font le monument victime de la guerre par excellence26. Lorsque le 2 janvier 2001, Michel Samson correspondant du Monde rend compte dans ce dernier journal de la « bodega » marseillaise, il évoque « la réplique du pont transbordeur, qui fut un symbole de la modernité marseillaise entre les deux guerres avant d’être détruit par l’occupant allemand en 1944 ». Il ne fait sans doute que reprendre la conclusion de l’article de Robert Arnoux, dans La Provence du 10 décembre 2000, qui retrace l’historique du transbordeur : « quand les Allemands le dynamitèrent l’année suivante, le pont transbordeur n’était que l’ombre de lui-même. La nostalgie et l’imaginaire lui conféreraient, plus tard, une dimension qu’il n’eut jamais de son vivant ». La plupart des auteurs s’accordent en fait avec Jean Tourette pour affirmer que dans le cadre des opérations systématiques de destruction générale du port préparées par les Allemands et déclenchées dans la nuit du 21 au 22 août 1944, « l’occupant fit sauter la pile (...) du côté du fort Saint-Jean ». Pierre Guiral précise que, selon un de ses informateurs, l’ordre de destruction n’aurait pas été explicitement donné pour le pont transbordeur, « qui venait d’être encore vanté en ces dernières années par un journaliste allemand de Signal » mais il ajoute que « les Allemands crurent avoir rendu [le Vieux-Port] inutilisable par la destruction de l’immense carcasse du pont transbordeur, dont une arche seule sauta ». Lucien Gaillard attribue en revanche la chute de la moitié septentrionale du pont à l’explosion dans des conditions mal définies de la poudrière installée par les Allemands dans les casemates du fort Saint-Jean27.

  • 28 Celles de Marcel Bovis sont reproduites dans Le pont transbordeur et la vision moderniste, op. cit(...)
  • 29 P. Guiral, op. cit, p. 103 ; P. Boulanger, art. cit., p. 72 et 75. J.-L. Bonillo, op. cit, p. 29 q (...)

14La pile qui se dressait près du fort Saint-Nicolas était restée debout avec la partie du tablier qu’elle portait. De nombreuses photographies prises entre août 1944 et août 1945 suggèrent qu’elle était entièrement haubannée et donc que la moitié du pont était quasiment intacte28. Le rétablissement du pont ne fut pas envisagé. Cette partie fut abattue par le service des Ponts et Chaussées le 1er septembre 194529.

  • 30 Philippe Joutard dir., Histoire de Marseille en treize événements, Marseille, J. Laffitte, 1988.
  • 31 Les clichés des p. 42-43 de G. Blua et al, op. cit, montrent chacun de ces mots projeté sur le « p (...)

15Cette reconstruction éphémère du « gaillard d’acier » (J. Tourette), que d’aucuns voudraient durable, couronne un topique amplement décliné par les deux dernières municipalités après avoir été naguère développé par les auteurs de l’ouvrage collectif Histoire de Marseille en treize événements30. Marseille a « toujours » su trouver tôt ou tard une solution à ses problèmes au cours d’une histoire cyclique faite de recommencements. Le passé est ainsi garant de l’avenir : aux pires moments, Marseille puise chaque fois en elle-même les forces du renouveau. Le texte « Marseille de toujours » – devenu à l’édition « demain » – s’efforce de dégager des sortes de permanences ou des invariants de la vie mouvementée de la ville à travers les mots : amour, réunir, solidaires, énigme, imaginaire, lumière, légende et ... éternité31. Il est vrai que ce dernier terme est plus qu’imprécis sous la plume de celui qui l’emploie : « éternité, déjà, tu traverses les heures et les traverseras de sans cesse en toujours, gîte de tous les phares, havre de tous les passages, île de toutes les floraisons, hors de la permanence de leurs ténèbres, vers l’aurore qui draine les appels, les rires et les amours. »

16À cet égard le pont symbolise cette alternance de bonheurs et de malheurs que constitue l’histoire de Marseille. Lors d’un discours d’inauguration d’une exposition, qui paraissait improvisé, le maire précédent, Robert Vigouroux, avait à la fois surpris et fait sourire l’auditoire en déclarant qu’il avait hâte d’atteindre le nouveau millénaire car le XXe siècle avait été si contraire à Marseille, qu’il espérait que le XXIe lui serait inversement favorable comme l’avait déjà été le XIXe. Cette vision millénariste s’avérait relever d’une intuition fondamentale : celle du nouveau départ que suscite dans l’imaginaire le passage d’une telle étape chronologique. À l’aube de 2001, avec le changement de siècle, cette évocation du passé projetée dans l’avenir annonce la sortie de cette phase dépressive dans laquelle a vécu la ville pendant plus d’une génération.

17Les lendemains de fête procurent quelque recul. L’on ne voudrait pas sur interpréter des textes de circonstance mais le message qu’ils délivrent avec insistance est le suivant : « il s’agit de ne plus jamais oublier de rêver, de rêver puis d’aller rencontrer son rêve définitif et grand au confluent du destin et du mythe » (« Marseille aujourd’hui »). C’est là un avenir où le port – le vrai, celui d’Euroméditerranée –, semble avoir fort peu de place. L’on retiendra d’ailleurs que le navire le plus récent qui est évoqué dans les textes est ... le steamer, qui était déjà un rafiot lorsque le pont transbordeur a été édifié. Si le Marseillais que je suis reprend un instant la place de l’historien, je déplorerai que les mots « chercher », « découvrir », « entreprendre », « réussir », « main d’œuvre habile et ingénieuse », n’apparaissent pas, et que la technopole se retrouve citée entre « Vélodrome », « musée » et « Dôme ». Le troisième millénaire inaugurerait-il le temps des rentiers festifs dans une ville marquée par le chômage et l’économie souterraine ? Le « vivre ensemble » parait dans ces textes une fin en soi alors qu’il ne semblerait être qu’un préalable au « faire ensemble ». Reconstituer une innovation vieille d’un siècle, correspondant à un type d’ouvrage d’art depuis longtemps obsolète, dans un site qui n’est plus depuis un siècle et demi le cœur de l’activité portuaire et commerciale de la ville pourrait être interprété comme un certain manque d’ambition collective. Cette « recréation du passé » qui s’adresse à l’immédiateté visuelle et auditive et se situe sur le mode de la sensibilité poétique et de l’affectivité partagée véhicule un message qui aurait sans doute pu être plus riche s’il s’adressait également à l’intellect. Son impact risque d’être aussi éphémère que cette réapparition fugitive du pont, née du rapprochement pendant quelques heures de ces deux bras de grues.

Le pont transbordeur dans l’entre-deux-guerres. Collection privée, droits réservés

Document de communication de la ville de Marseille, 2001, paru dans La Provence, le 1er janvier 2001 (détail)

Notes

1 Selon un légendaire rapporté par Justin au IIIe siècle ap. J.-C., Marseille aurait été fondée par le mariage de la Ligure Gyptis et du Grec Protis, venu de Phocée en Asie mineure. Justin situait l’événement « aux temps du roi Tarquin » ; un autre auteur, Timée, fournit la date « ronde » de 600, retenue par les auteurs des Temps modernes.

2 Le terme de « pont transbordeur » s’est imposé pour ce type d’ouvrages, bien que son inventeur, F. Arnaudin, ait employé initialement l’expression de « pont à transbordeur », le transbordeur étant stricto sensu la nacelle de l’ouvrage, qui permettait le passage d’une rive à l’autre des passagers et véhicules.

3 Les trois textes ont d’abord paru dans La Provence des 2 décembre, 9 décembre et 16 décembre 2000 avec des reproductions très réduites des compositions de J.-J. Surian.

4 G. Blua, P. Carrese, P. Echinard, S. Lombardo, J.-J. Surian, Marseille. Un pont sur le IIIe millénaire, Marseille, éd. Autres temps, février 2001, 63 p.

5 Contrairement à ce que sous-entend P. Carrese, « Protis, Gyptis et le pont transbordeur » dans G. Blua et al., op. cit., p. 25 : « Et on craint dégun [personne] ni pour fabriquer des ponts transbordeurs, ni pour le reste ».

6 Marc Fardet, Le pont de Martrou [à Rochefort], dernier transbordeur de France, Rochefort, Centre international de la Mer, s. d. Nathalie Abou-Isaac, « Histoire du pont transbordeur de Marseille, 1905-1945 » dans Le pont transbordeur et la vision moderniste, catalogue de l’exposition du Musée Cantini, 6 décembre 1991-2 février 1992, Musées de Marseille-Réunion des musées nationaux, 1991, p. 19-42.

7 Nathalie Abou-Isaac, op. cit., p. 38-39.

8 Jean-Lucien Bonillo et al., Marseille, ville et port, Marseille, Parenthèses, 1991, p. 28-31, cite les réserves de la commission préfectorale chargée d’examiner le projet.

9 À noter que l’événement ne semble pas avoir fait l’objet d’un montage audiovisuel commercialisé sous forme de cassettes mais seulement, à titre rétrospectif, de l’ouvrage de G. Blua et al., signalé supra.

10 C’est-à-dire des montages de citations.

11 Allusions au sac de Marseille par les Aragonais en novembre 1423 et à la « peste de Marseille » de 1720. Si ce dernier événement est mentionné dans les manuels d’histoire et est encore présent dans la mémoire collective, le premier, qui correspond au contexte de la rivalité catalano-angevine en Italie, est ignoré de l’histoire de France.

12 Michel Samson, « L’Espagne pousse sa corne et ses ferias vers le Vieux-port de Marseille », Le Monde, 2 janvier 2001, p. 1. Une large partie de La Provence du même jour est consacrée à cette « Nuit du millénaire ». La livraison de La Marseillaise renferme aussi un article de Maurice Brandi. Cet organe d’opposition à la municipalité a en général peu mentionné le « pont ».

13 Cf. Régis Bertrand, Le Vieux-Port de Marseille, Marseille, J. Laffitte, 1998, dernier chapitre.

14 Détails techniques : Sophie Manelli, « Pont transbordeur : l’envers du décor », La Provence, 9 décembre 2000, p. 3.

15 Elle a peut-être préexisté à la reconstitution du pont. L’un des premiers articles qui signale le programme encore provisoire des fêtes de l’année 2000, paru dans La Marseillaise du 23 novembre 1999, indiquait : « La municipalité étudie un projet d’écran d’eau de 50 mètres de haut, symbole de la porte du troisième millénaire reliant les forts Saint-Jean et Saint-Nicolas, qui encadrent l’entrée du port ».

16 L’essentiel du catalogue Le pont transbordeur et la vision moderniste, op. cit, leur est consacré. Voir aussi Jean Arrouye, « Le fantôme du Pont transbordeur », Marseille, n° 164, août 1992, p. 122-127 et J.-L. Bonillo, op. cit., p. 30-31.

17 Fait significatif sans doute de la perception du pont comme un élément du décor ou une œuvre d’art monumentale, l’oubli total du « transbordeur » stricto sensu, soit de la nacelle, qui n’a pas été reconstituée. La « reconstitution » était d’ailleurs statique, alors que le vrai pont transbordeur était par définition une « machine en mouvement ».

18 J.-L. Bonillo, op. cit, p. 30 ; J. Arrouye, art. cit., p. 122-127 ; Patrick Boulanger, « Le pont transbordeur, symbole de Marseille d’antan », Marseille, n° 169, 1995, p. 72-75 ; La Provence, 25 février 2001 ; Edmonde Charles-Roux, L’homme de Marseille, Paris, B. Grasset, 2001, p. 58-59.

19 Jean Tourette, Marseille au temps du transbordeur. Cent souvenirs photographiques, Marseille, La Savoisienne, 1965. Le pont est dans cet ouvrage avant tout le symbole d’une époque, l’« avant-guerre », car sa promotion à titre de « monument disparu » n’a visiblement pas encore eu lieu lorsque l’auteur écrit. Il observe p. 114 : « on avait fini par s’habituer à cet ouvrage d’art qui avait pris place dans le décor » mais reconnaît avoir eu « quelque émotion » lors de sa destruction finale. On mesurera l’évolution de la mémoire collective au seul titre d’E. Charles-Roux, op. cit, p. 58-59 : « Marseille frappée au cœur. La fin du pont transbordeur ».

20 En particulier dans Jean Bazal et Marcel Baudelaire, Marseille entre les deux guerres, Aubenas, éd. de Bellande, 1977 passim et Gérard Detaille, Marseille naguère, 1859-1939, Paris, Payot, 1980. Dans ce dernier ouvrage, les p. 40-44 sont consacrées au « transbordeur » ; il apparaît aussi sur d’autres clichés et sur la jaquette de couverture.

21 « Il est l’image fantomatique d’un âge d’or supposé », selon Bernard Millet dans Le pont transbordeur et la vision moderniste, op. cit, p. 14 ; voir également la préface de l’ouvrage par Bernard Blistène et Sophie Manelli, « Un pont transbordeur entre deux millénaires », La Provence, 11 novembre 2000.

22 Évoquant l’abattage de la seconde pile, E. Charles-Roux écrit près d’un demi-siècle plus tard : « nul ne doutait que c’était bien la fin d’une époque et que le pont transbordeur ne serait jamais reconstruit ».

23 À noter que des quatre auteurs cités, seul A. Marquet semble avoir pleinement apprécié les formes et les proportions de cette structure métallique géante. Dellepiane, pourtant sensible à la modernité de son temps, n’a su en tirer qu’une effet pittoresque dans un calendrier de 1907 et il l’a omis dans son affiche pour l’exposition coloniale de 1906, qui montre en arrière-plan l’entrée du port, Françoise-Albane Beudon dir., David Dellepiane, peintre, affichiste, illustrateur, Marseille, Parenthèses, 1999, p. 196 et 161.

24 André Donzel, Marseille. L’expérience de la cité. Paris, Anthropos, 1998.

25 Sophie Manelli, « Pont transbordeur : ils exigent l’original ! », La Provence, 1er janvier 2001, p. 4.

26 E. Charles-Roux, op. cit, p. 58-59 va jusqu’à affirmer qu’il s’agit de la « plus cruel(le) ... des blessures que la guerre infligea au Vieux-Port ». Faut-il rappeler que le drame humain que fut la destruction par l’explosif en 1943 par l’occupant du quartier du port fut aussi une lourde perte monumentale, puisque l’essentiel des hôtels particuliers des négociants du XVIIe siècle furent anéantis ?

27 J. Tourette, op. cit, p. 116 (et également E. Charles-Roux, op. cit, p. 59). Pierre Guiral, Libération de Marseille, Paris, Hachette, 1974, p. 102-103. Lucien Gaillard, Marseille sous l’occupation, Rennes, Ouest France, 1982, p. 113.

28 Celles de Marcel Bovis sont reproduites dans Le pont transbordeur et la vision moderniste, op. cit, p. 139-140. D’autres sont dans L. Gaillard, op. cit, p. 114-115 et également dans Jean-Paul Beauquier et Lucien Gaillard, 1940-1944. Les Bouches-du-Rhône en images, Bruxelles, Sodim, 1977, p. 118 et 135. L’on ajoutera un cliché aérien de l’US Army publié dans Marseille n° 172, 1994, p. 20.

29 P. Guiral, op. cit, p. 103 ; P. Boulanger, art. cit., p. 72 et 75. J.-L. Bonillo, op. cit, p. 29 qualifie rétrospectivement cette opération d’« acte de vandalisme ». « Il était irréparable » affirme J. Tourette, op. cit, p. 116.

30 Philippe Joutard dir., Histoire de Marseille en treize événements, Marseille, J. Laffitte, 1988.

31 Les clichés des p. 42-43 de G. Blua et al, op. cit, montrent chacun de ces mots projeté sur le « pont » en surimposition d’une évocation stylisée d’un monument marseillais (la gare Saint-Charles pour... « imaginaire »).

Table des illustrations

Légende Le pont transbordeur dans l’entre-deux-guerres. Collection privée, droits réservés
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Document de communication de la ville de Marseille, 2001, paru dans La Provence, le 1er janvier 2001 (détail)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6476/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540