Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Façonner le passé

 | 
Jean-Luc Bonniol
, 
Maryline Crivello

Expériences festives

Le spectacle de l’histoire. Mises en fête et en scène de l’histoire locale dans un village audois

Sylvie Sagnes

Texte intégral

  • 1 Pour cela, voir dans ce même volume, la contribution de Maryline Crivello.

1Façonner le passé, c’est, entre autres manières de procéder, le mettre en scène, le mettre en fête. En vérité, spectacle et fête se rendent rarement l’un sans l’autre au rendez-vous de l’histoire : qu’elle procède de la plus improvisée ou de la plus théâtralisée des manières, la fête historique met nécessairement en scène le passé ; de son côté, le spectacle historique comprend toujours au moins une scène ou un tableau évoquant la fête. Mêlés à des degrés divers, fête et spectacle historiques déclinent une vaste gamme de possibles aussi bien du point de vue de la forme (animation de rue, défilé historique, son et lumière, cinéscénie) que du fond (fresque, époque précise, événement particulier). Et les « fièvres d’histoire » (Bensa 2001) qui affectent aujourd’hui jusqu’à la plus modeste des localités ne vont pas sans démultiplier et les occurrences ni renouveler les configurations qu’elles peuvent adopter. Il ne s’agit pas ici d’évaluer le phénomène pas plus qu’il ne saurait être question de dresser l’inventaire des effets de cette diversification1. Nous nous contenterons d’interroger cette compatibilité manifeste : jusqu’où s’opère la collusion ? Quels en sont les ressorts et les effets ?

  • 2 Cette enquête a été conduite dans le double cadre d’une thèse de doctorat, sous la direction d’Agn (...)
  • 3 Afin de respecter l’anonymat des informateurs qui ont inspiré ces lignes, prénoms, patronymes et t (...)

2Pour ce faire, nous nous appuierons sur une enquête2 conduite dans un village de la plaine viticole audoise, localité que nous appellerons Le Bousquan3. Là, depuis 1996, le dernier dimanche de juillet est réservé aux « Médiévales ». Organisées par le Comité des Fêtes du village, ces festivités proposent aux 2000 et quelque Bousquanais, outre un spectacle historique joué l’après-midi, une grand-messe, un marché médiéval, des animations de rues, avant de rassembler tous les participants, à la tombée de la nuit, autour d’un banquet dit lui aussi « médiéval ». D’édition en édition, la formule n’évolue guère, si ce n’est qu’elle supprime ou ajoute au programme certains rendez-vous comme l’inauguration d’une croix, un défilé, un apéritif, une exposition, ou qu’elle déplace les animations, tel le spectacle qui depuis 2000 a quitté le boulodrome communal pour l’avenue principale. Seuls changent vraiment le thème (la construction de l’église, les vendanges, les petits métiers d’autrefois…) et l’époque (le Moyen-Âge, la Renaissance, le Grand Siècle, le Ier Empire, l’Antiquité romaine…) que mettent en scène et en fête ces « Médiévales » bousquanaises.

3C’est donc une représentation à chaque fois unique que nous offrent les figurants bousquanais et les troupes professionnelles qui évoluent en alternance sur la scène du boulodrome ou celle de la Départementale 11. Ils illustrent – plus qu’ils ne l’interprètent – un texte que lit en direct le sonorisateur du spectacle. Deux femmes se chargent de la composition de ces scénarios : Danièle, la présidente du Comité des Fêtes, en conçoit les grandes lignes ; de son côté Geneviève dote de chair ce squelette. Aussi distinctes que soient leurs contributions à l’élaboration de ce texte, l’une et l’autre trempent leur plume dans l’encre d’un même intérêt passionné pour l’histoire de leur localité, intérêt découlant d’une autre passion partagée, celle de la généalogie. Ce faisant, d’une curiosité à l’autre, des ancêtres au contexte en passant par la reconstitution de cousinages, Geneviève a précédé Danièle sur les chemins du passé bousquanais, ou plus exactement s’est essayée à d’autres formes de consommation et de production de cette histoire. Après le dépouillement des registres paroissiaux et d’État Civil utile à la reconstitution de son arbre généalogique, elle s’est en effet lancée dans la lecture des registres de délibérations consulaires, des compoix et brevettes, ces archives jusque-là ignorées par les historiens bousquanais lui offrant le terrain de nouvelles explorations. Elle en publie les résultats dans la revue de l’association Histoire et Généalogie en Minervois, mais aussi, à l’occasion, dans les pages de L’Indépendant, dont elle est, pour le Bousquan, la localière. S’étonnera-t-on alors du titre de « Chargée des recherches historiques » que ses amis du Comité des Fêtes lui confèrent pour rendre compte de sa contribution aux « Médiévales » ?

4Ce titre est en réalité plus surprenant qu’il n’y paraît de prime abord dans la mesure où l’on ne retrouve rien des récentes découvertes de Geneviève dans les pages des différents scénarios. En lieu et place, ceux-ci donnent à voir et entendre l’histoire locale telle que l’ont établie, avant elle, les érudits bousquanais. Pour tout dire, cette manière de « copier/couper/coller » qui s’accommode du mot à mot, ne caractérise pas seulement la fabrique de ces scénarios. En effet, les textes « copiés » eux-mêmes, à savoir les monographies et articles commis par les prédécesseurs de Geneviève, n’ont pas été autrement conçus et de fait, depuis le XVIIe siècle, le récit du passé se répète, quasi identique à lui-même. Sans entrer plus avant dans le détail de cette réécriture (Sagnes, 2001), on notera qu’en s’y adonnant, Geneviève s’inscrit dans une tradition historienne avec laquelle elle rompt par ailleurs. C’est du moins ce que semble lui signifier l’accueil, en l’occurrence mitigé, réservé à ses autres travaux, bien moins conformes à ce que l’on entend, localement, par « recherches historiques ». A contrario, le titre dévolu par le Comité des Fêtes, ambigu seulement aux oreilles du profane, sanctionne l’orthodoxie de ses nouvelles façons de faire l’histoire et consacre son entr0ée dans le petit monde des historiens locaux.

5Monolithique, donné d’emblée, non à élaborer mais simplement à ré-énoncer, le récit que l’on fait ici du passé local ne laisse d’intriguer : quel contenu en effet peut s’accommoder d’une curiosité comme par avance anesthésiée ? Nous ne répondrons ici que brièvement à cette question pour l’avoir fait plus amplement ailleurs (Sagnes 2002). Nous rappellerons simplement qu’il s’agit là d’une histoire œuvre d’historiens « généralistes », qui non content d’embrasser toutes les périodes et tous les sujets, les convoquent en ordre dispersé, parfois sans grand souci de cohérence. Il apparaît par ailleurs que l’on a affaire à une histoire désincarnée, soit qu’elle vide de leurs contenus habituels les incontournables dates de l’histoire régionale comme l’épopée cathare ou les grandes heures de l’aventure viticole, soit qu’elle change d’échelle et plagie les pages de quelque manuel d’histoire de France, soit encore qu’elle abuse de l’imagerie de la vie quotidienne. Dépouillant son texte de faits et traits spécifiquement locaux, l’historien local fabrique un passé hybride, syncrétique, où se mêlent différents imaginaires du temps d’avant : le Moyen-Âge et l’hier pas si lointain des souvenirs d’enfance, en particulier, participent de l’élaboration d’un temps sans date propre à célébrer un éternel de concorde et de cohésion, celui du Bousquan.

Quand le local entre dans l’histoire

6Hors du temps, hors d’atteinte des crises et des bouleversements, des antagonismes et des dissentiments, ce village absolu qui nous est raconté n’advient cependant pas uniquement dans les histoires que racontent les historiens locaux. Les rituels communautaires que sont – ou qu’étaient – notamment la fête locale et les sépultures donnent régulièrement l’occasion de le mettre en acte, sans pour autant que les historiens s’en saisissent et qu’automatiquement on les considère comme « historiques ». En revanche, il semblerait que cet adjectif convienne à la production d’histoire. C’est en tout cas ce que suggère le tapage qui entoure nos « Médiévales ». Il n’est qu’à se plonger dans l’un des articles de Geneviève, écrit à l’occasion de la première édition des fêtes historiques et intitulé « Cela s’est passé en — 96 », pour se convaincre du caractère d’historicité que l’on reconnaît à celles-ci. En incluant, dans le vaste inventaire chronologique des années 96, le millésime 1996 qu’elle accompagne du commentaire « le village se prépare à fêter ses 900 ans », la généalogiste n’inscrit-elle pas véritablement ces « Médiévales » dans le cours de l’histoire locale ? Par ailleurs, tout paraît avoir été mis en œuvre pour que n’échappe à personne et surtout pas à la postérité la portée exceptionnelle de ce rendez-vous estival. En 1996, avec quelque soixante-dix articles parus avant, pendant et surtout après les réjouissances dans les éditions locales de La Dépêche, Midi Libre, L’Indépendant et La Croix du Midi, la presse écrite a largement joué le jeu de cette historicisation, relayée depuis 1997 par la télévision régionale qui vient enregistrer, pour les diffuser le lendemain dans le cadre du journal, quelques images de chacune de ces fêtes. Quant à la fièvre photographique et vidéoscopique dont sont saisis tous les ans à cette occasion les gens d’ici, elle confirme dans leur statut d’événement mémorable ces journées de fête tandis qu’elle les consacre comme dignes de conservation et de mémoire. Le choix de ne donner qu’une seule et unique représentation du spectacle historique, contrairement à ce qu’il en est souvent ailleurs où le spectacle est joué tout au long de l’été selon une fréquence variable, participe également du processus d’historicisation de cet épisode historiographico-festif. Conscients du fait que l’événement ne s’accommode que difficilement de la réitération, les Bousquanais ont d’ailleurs hésité à reconduire l’expérience. Et si la nécessité événementielle se retrouve à peu près indemne à l’issue de la bataille feutrée que se sont livrés tenants et opposants de l’instauration d’une tradition de fêtes historiques, elle le doit sans doute au principe, acquis d’emblée, de renouveler, édition après édition, la teneur épocale et thématique de la fête et du spectacle.

7Mais peut-être est-ce l’exposition montée à l’occasion de la quatrième édition qui signifie le plus clairement la dimension historique reconnue à l’affaire. Présentée dans la remise du château, cette exposition rassemblait une quinzaine de costumes et quelques accessoires portés et utilisés lors des précédentes fêtes, ensemble que complétait une sélection des articles de presse et clichés évoqués précédemment. En l’occurrence, l’immédiateté ou la quasi-immédiateté de l’enclenchement de la procédure commémorative ne laisse de surprendre : songeons que cette rétrospective a été conçue seulement trois ans après le début de l’aventure des « Médiévales ». On aura également présente à l’esprit la concomitance qui lie la muséification de cet événement annuel et l’abandon, temporaire, par l’exégèse officielle du substantif « Médiévales » au profit du groupe nominal « Fêtes historiques ». Cette mutation terminologique vise sans conteste à ajuster le vocabulaire à l’époque célébrée par ces fêtes, en l’occurrence le XVIIe siècle. Ce faisant l’adoption de ce nouveau terme aurait pu advenir plus tôt, en 1997 comme en 1998, les organisateurs ayant situé l’action des deuxième et troisième éditions respectivement à l’orée et au cœur de la Renaissance. « Historiques », ces fêtes ne le sont donc pas du seul et unique point de vue du prétexte qui est le leur. Il semble en effet qu’il faille également entendre l’adjectif dans l’autre acception qui est la sienne et de fait envisager ces fêtes comme le moyen que les Bousquanais d’aujourd’hui se donnent d’entrer à leur tour dans l’histoire.

8Cela dit, il s’agit de comprendre pourquoi représenter l’accomplissement communautaire s’avère plus « historicisable » que de le vivre. Encore faudrait-il s’assurer qu’en le donnant à voir, on ne le réalise pas, d’une façon ou d’une autre.

Une affaire d’entre soi

9Par et pour soi, l’histoire locale ne vise pas une autre audience que celle strictement réduite aux limites du local. Certes, Danièle et Geneviève prétendent œuvrer pour le plaisir et l’édification du « public se déplaçant parfois de très loin ». Mais l’on se fourvoierait à les croire sur parole, quand l’invocation de ces « milliers de visiteurs et de touristes » ne leur sert qu’à répondre aux éventuelles critiques dont ces « Médiévales » peuvent faire l’objet. En effet les indices abondent, qui illustrent le repli de la communauté locale sur elle-même à l’heure de l’invocation de son histoire, au premier rang desquels le geste rituel de fleurissement, recommencé tous les ans, quelques jours avant le coup d’envoi des festivités. Danièle et sa complice de toujours au Comité des Fêtes, Marinette, attendent pour ce faire l’heure où le soleil moins brûlant devient supportable, et partent chargées de fleurs synthétiques et de fil de fer. C’est au pied des croix situées à la croisée des chemins et aux limites du village qu’elles déposent et fixent leurs bouquets de fausses fleurs. Au seuil de chaque édition, elles semblent ainsi marquer les contours de l’espace réservé de la commémoration, la frontière du territoire privé de la sollicitation du passé.

10Le temps n’est pas moins que l’espace fermé et, autant que faire se peut, réservé à la communauté locale. La date choisie pour ces fêtes bousquanaises, à savoir le dernier dimanche de juillet appelle en vérité une triple lecture. Notons en premier lieu qu’il s’agit d’un temps creux, touristiquement parlant, celui du départ des juillettistes et de l’attente des aoûtiens. Ce dimanche est en outre celui de l’arrivée du Tour de France sur les Champs Élysées, événement propre à décourager les visiteurs potentiels qui, au spectacle du Bousquan, peuvent préférer celui que leur offre le petit écran, dans la fraîche pénombre de leur salon. Ce court intervalle de l’été, dispensé de la société des autres, voisins ou inconnus venus d’ailleurs, présente cet autre avantage, du point de vue communautaire, d’inscrire ces fêtes nouvelles dans le calendrier traditionnel des fêtes d’ici.

11Qu’elles « tombent » avant ou après le 26 juillet, les « Médiévales » sont d’une façon ou d’une autre associées à la fête du quartier Sainte Anne. Cette proximité aménagée tous les ans peut sembler s’être trompée de date et le choix d’un rapprochement avec la fête locale paraître plus judicieux. Mais gardons-nous de nous fier seulement aux dénominations de ces fêtes. La fête « locale », dite ailleurs « votive », n’est plus depuis longtemps ce qu’elle était. Au Bousquan comme dans les autres villages, cette fête intéresse désormais presque exclusivement la jeunesse, celle d’ici et des environs qui « tourne », de bal en bal, ou « suit », soir après soir, tel ou tel orchestre prestigieux. Lieu de rencontre (Bozon, Héran 1987), moment privilégié de la construction des identités sexuelles (Saur 1992), la fête est donc moins « locale » qu’il n’y paraît, au point d’ailleurs qu’au Bousquan, certains désertent à ce moment-là le village pour se réfugier sous des cieux moins bruyants. La fête dite « du quartier Sainte Anne » a conservé de son côté une diversité de formes et de fonctions qu’a dû inspirer, avant d’y renoncer pour elle-même, la fête locale. Messe, distribution des petits pains, apéritif-concert, repas collectif, retraite aux flambeaux, feux d’artifice et bal s’enchaînent tout au long de la journée, la fête s’efforçant de n’oublier personne, jeunes et moins jeunes, enfants et anciens. Comme elle couvre tous les âges, cette fête englobe tout le quartier, un quartier dont à vrai dire on ne sait trop où il commence et où il finit tant la distribution des petits pains à l’anis et la procession à la lueur des lampions sont promptes à inclure dans leur itinéraire les lotissements nouvellement construits. En fait, c’est le village dans son entier qui participe à ces festivités de sorte que « la Sainte Anne » finit par ressembler à ces lundis de fête locale que décrit Patrick Champagne (Champagne 1977) ou à ces derniers jours de fête observés dans le Lot par Dominique Saur (Saur op. cit.). Plus locale que la fête locale, moins privée que ne l’est généralement une fête de quartier, « la Sainte Anne » entraîne les « Médiévales » et les « Fêtes historiques » dans son temps particulier qui est un temps à soi.

12À leur tour, les modalités de financement de ces fêtes peuvent témoigner du réflexe de clôture qui nous occupe. En effet, aux demandes de subventions, le Comité des fêtes préfère, et de loin, l’organisation de lotos et de tombolas, la vente de bouteilles et de souvenirs, et ne solliciter l’aide que de quelques sponsors locaux (mairie, agences de banque…). Ainsi l’argent lui-même a-t-il du mal à porter atteinte à la règle du par et pour soi qui prévaut.

13Confirme encore la prégnance de cet impératif d’isolement la promotion dont ces fêtes font l’objet. Réalisées à moindre frais, les affiches sont uniquement composées d’un texte imprimé sur papier couleur, généralement fluorescent. L’absence d’illustration et plus largement de recherche situe ces affiches dans la lignée, minimaliste, de celles annonçant foires et lotos. À l’évidence, aucun effort particulier n’est fourni pour attirer l’œil des amateurs et habitués de ce type de manifestation. Par ailleurs, on conviendra que la réalisation et la diffusion de deux modèles différant par leur format, la mise en page et les polices de caractère utilisées, ne favorisent pas davantage la communication avec le public extra-local. Ces deux modèles d’affiches résultent de deux financements distincts. Le choix du Comité des Fêtes de ne pas cumuler les sommes obtenues pour concevoir et imprimer une seule affiche ne laissera perplexes que ceux à qui échappe le besoin d’intimité que requiert la convocation du passé local. Les tracts se prêtent à la même analyse, puisqu’eux aussi édités à partir de deux maquettes distinctes. On ajoutera simplement à leur sujet que, pour les mettre à la disposition du public, le Comité des Fêtes n’a pas pensé en 1996 à solliciter l’aide de l’Office de Tourisme, confiant leur diffusion au secrétariat de la mairie et à quelques commerçants du village…

14Depuis 1996, l’OTSI a réussi à s’imposer en tant qu’intermédiaire de cette redistribution. Cependant, jamais encore les hôtesses ne se sont vu confier l’enregistrement des réservations pour le banquet ou des entrées au spectacle. Danièle et Camille, elle aussi bénévole du Comité des Fêtes, se chargent de ces tâches, ce qui, on le notera, soumet la participation à ces fêtes à une connaissance précise des personnes, de leur domiciliation et de leurs fonctions au sein du Comité des Fêtes. Certes le touriste, comme le journaliste, est admis, requis même d’applaudir et de porter le témoignage de cette belle réussite communautaire. La nécessité de sa présence n’en demeure pas moins tout à fait secondaire, à tel point qu’aux prémices de l’aventure, l’on a songé, sans toutefois donner suite au projet, à réclamer un droit d’entrée aux seuls spectateurs « de l’extérieur ».

15L’éventualité de cette mesure discriminatoire fait singulièrement écho aux commentaires qu’a suscités, lors de la première édition, la progression du nombre de réservations pour le banquet. Bien qu’au départ, le nombre maximal de convives ait été fixé à quatre cents, ces agapes en ont au final réuni près de huit cents. « C’est des gens du Bousquan, alors on peut pas refuser », ont estimé les organisateurs prenant le risque de se voir dépassés et perdre la maîtrise des opérations. Il importait peu que le service des convives souffre de quelques lenteurs quand ce n’était qu’à regret que Camille enregistrait les réservations des « gens étrangers ». « Y a des gens de Thuirs qui ont écrit à la mairie pour s’inscrire. Bon, tant pis, on les prend, mais si ça continue y aura plus d’étrangers que de gens du village ! »

Le présent de l’histoire

16On n’en finirait pas de relever les indices de cette intimité soigneusement ménagée dans laquelle se laisse enfermer la communauté locale à l’heure de convoquer son histoire. Visant les retrouvailles de la communauté avec elle-même, ce resserrement multiforme en est une condition nécessaire mais non suffisante. Car pour former ici et maintenant cette super-communauté à laquelle on rêve en se transportant hors du temps avec l’historien, l’entre soi, aussi hermétique soit-il, n’a de raison d’être qu’activé, travaillé de part en part d’esprit communautaire. À l’historien revient de l’insuffler.

17Ainsi pour s’assurer l’adhésion de tous, s’applique-t-il à choisir des thèmes aussi peu polémiques que l’édification d’une église, une fête des vendanges, les métiers d’autrefois, ou encore une noce au château. À l’exemple des « célébrations nationales (qui) ne renvoient (...) qu’une image très partielle, pacifiée, irénique, de la mémoire de la France et imposent un modèle frivole de commémoration où la tension et les enjeux sont par définition absents » (Gasnier 1994 : 98), la production d’histoire locale se place résolument sous le signe du consensus. On rappellera qu’une même propension à réaliser l’unanimité a présidé en 1989 à l’organisation des manifestations du Bicentenaire et ce, en dépit des pièges inhérents à l’exercice. « Conscients des tensions que la période révolutionnaire pouvait réveiller localement, rapporte Pascale Baboulet-Flourens au terme d’une enquête menée dans les communes du Lot, ils (les organisateurs) se sont pliés à l’esprit de consensus général qui dicte, localement, les moindres actions publiques et ont passé sous silence des faits gênants relevés lors de leurs recherches dans les archives » (Baboulet-Flourens 1999 : 115).

18Fédératrice, l’histoire locale s’efforce en outre de ne pas tomber dans l’exclusivisme. L’élargissement de l’histoire à l’échelle de la France voire de l’Europe trouve là sans doute sa principale raison d’être. Convoquer « l’homme du Moyen-Âge » ou le « soldat romain », raconter les croisades en Terre Sainte, rappeler les heures sombres de l’enfance de Louis XIII comme retracer la biographie de Napoléon produit au final une histoire d’ici qui n’oublie personne et à laquelle se raccroche sans peine jusqu’au plus récemment installé au village. Le parallèle s’impose une fois encore avec les observations faites lors des célébrations locales du Bicentenaire. Les bénéfices à espérer du changement d’échelle l’ont semble-t-il emporté sur les préventions que ne manque pas d’inspirer 1789, thème toujours sujet à polémiques. Ainsi, parce que la Révolution française est apparue aux uns et aux autres comme « un patrimoine, un événement d’une histoire commune, à tous les Français qu’ils soient nés au village ou non », comme « le dénominateur commun à tous les résidants » (Ibidem), sa commémoration non seulement s’est avérée possible mais a fait sens à la petite échelle du local. Au Bousquan, outre l’histoire événementielle, le registre de la vie quotidienne dote l’histoire locale d’atours surdimensionnés. Il suffit en effet de convoquer ces figures plus ou moins intemporelles et universelles du paysan et de l’artisan ou leurs « variantes spécialisées » que sont le chasseur, le vigneron, la lavandière, la nourrice, la dentellière, le rémouleur, le tonnelier, pour qu’apparaisse sur scène l’autochtone du XIIe siècle, de la Renaissance, de l’Empire romain ou napoléonien, selon les exigences de chronologie adoptée. Rien de plus aisé, pour tout un chacun, que de se reconnaître légataire d’un passé si peu spécifiquement local. Quant aux catégories du « folklore » et de la « tradition », si elles sont également sollicitées, ce n’est pas tant pour ce qu’elles induisent de « typicité » et d’« authenticité » locales, que pour l’universalité de leur manifestation non seulement d’une région à l’autre, mais aussi d’un pays à l’autre. Ainsi doit-on comprendre l’invitation faite en 2001 au groupe de Librazdh, tout droit venu d’Albanie avec ses rythmes, ses chants et ses pas. Pareille délégation de la fonction de représentation et d’incarnation du passé local présente l’avantage certain de placer Bousquanais et « estrangers » à égalité face à l’histoire de la localité. S’il paraît malaisé d’évaluer l’efficacité de ces différents procédés auprès des consommateurs de cette histoire, les 35 % de nouveaux venus au village que comptent dans leurs rangs les figurants du spectacle du Bousquan tendent à montrer que cette histoire se laisse plutôt facilement adopter.

  • 4 Mugnaini, « La mise en scène du passé : l’histoire en fête et théâtre dans les fêtes urbaines en To (...)

19Si atteindre à l’idéal communautaire dont l’histoire locale ne cesse de faire l’apologie est bien comme nous tentons d’en convaincre le lecteur au cœur du projet historiographique, on ne doit plus dès lors s’étonner du fait que la fête serve de cadre privilégié à cette production et, corrélativement, de la référence systématique au Moyen-Âge. Car fête et Moyen-Âge ne sont pas à considérer séparément, l’un redoublant l’efficacité de l’autre à susciter, maintenir et renouveler le sentiment communautaire. Le Moyen-Âge ajoute en effet à la fête une plus-value dans la mesure où, comme c’est le cas au Bousquan, les acteurs sociaux se conforment à une certaine représentation de la société médiévale faite de cortèges, farandoles, rondes et tablées à n’en plus finir. « Moins une question de forme que d’esprit »4, comme l’affirme avec justesse Fabio Mugnaini à propos des fêtes toscanes, le Moyen-Âge ne renforce cependant pas l’action cohésive de la fête du seul et unique fait qu’il invite, le temps d’une danse, les Bousquanais à se donner la main. On admettra à cet égard que renouer avec les pratiques traditionnelles d’inversion n’est pas la plus anodine des conduites qu’encourage la référence à ce passé lointain. Le rire doit bien sûr beaucoup aux costumes et aux personnages que les uns et les autres s’inventent pour la circonstance. Dominique, l’électricien du village, s’est converti pour les besoins des « Médiévales » 1998 en poissonnier toujours prêt à gratifier les spectateurs de quelques sardines odorantes. Le public et ses amis figurants ont eu le plaisir de le retrouver l’année suivante incarnant un évêque plus enclin à embrasser les filles ou à se dandiner au son des tambours qu’à bénir ses ouailles. De même s’amuse-t-on tous les ans au Bousquan des détournements d’usage auxquels s’ingénient les accessoiristes : couvercles de lessiveuses convertis en boucliers, entonnoirs recyclés en trompettes, ou encore bâtons de ski transformés en épées.

20« Médiévale », en somme la fête se fait « super-fête », plus qu’une autre à même d’atteindre l’objectif d’affirmation et de régénération communautaire que l’on assigne plus généralement à la fête et que de son côté fait volontiers sien l’histoire locale. Le double positionnement de Danièle, à la fois présidente du Comité des Fêtes et « historienne », n’est assurément pas le résultat d’une coïncidence fortuite.

Une machine à intégrer

21La machine à intégrer que se révèle être l’événement historiographique finira de balayer les doutes, si tant est qu’il en reste, s’agissant de la double vocation de l’histoire à dire et à faire l’absolu communautaire. L’entre soi présidant à l’affaire est en effet traversé de mouvements centripètes à la faveur desquels la possibilité est offerte au plus grand nombre de s’impliquer. Sans conteste, le spectacle tient une place essentielle dans ce dispositif d’agrégation. Tout d’abord parce que conçu sous forme de tableaux et non de scènes parlées, il s’accommode d’une distribution fluctuante. Jamais en effet n’est fixé à l’avance le nombre de participants et peu importe que ce nombre varie d’une répétition à l’autre, à telle enseigne qu’en 1996 ceux qui le souhaitaient ont eu la possibilité de rejoindre la troupe des figurants le jour même de la représentation, à la seule et unique condition qu’ils soient « habillés ». Armé de sa rigueur et du désir de « faire quelque chose de propre », le sonorisateur qui fait également office de metteur-en-scène, a eu raison dès 1997 de ces figurants de la dernière heure, étant parvenu à obtenir que tous les participants assistent au moins à la répétition générale. Le spectacle n’en conserve pas moins une rare capacité d’absorption, et plus encore ces trois dernières années où, présenté sous forme de cavalcade, il ne nécessite aucune répétition et s’accommode de mises au point de dernière minute.

22Son efficacité ne se cantonne cependant pas aux seuls effets de cette perméabilité. D’un point de vue plus quantitatif, on notera sa capacité à établir des liens suffisamment solides pour être réactivés en d’autres occasions de l’année. Les rendez-vous réguliers au rythme des réunions et des répétitions, le temps alors passé ensemble durant les temps morts de mise au point technique ou scénique, le verre de l’amitié levé au terme de chacune de ces occasions de rencontre, tout est mis en œuvre pour que les uns et les autres fassent mieux connaissance et se sentent solidaires. Ils y parviennent d’autant plus que tous partagent, sinon le même trac, le même contentement à l’heure des applaudissements, que tous vivent la même aventure, et participent du même événement. « Moi, tu vois, explique Josette, revenue au Bousquan couler les jours heureux de sa retraite, j’ai parlé à des gens à qui je n’avais jamais adressé la parole. Je suis partie d’ici pendant trente-cinq ans, et là, j’ai parlé à des gens que je ne connaissais pas pour ainsi dire et avec qui maintenant je plaisante… C’est vrai ! Un à qui j’avais jamais parlé, c’est Paul, tu vois qui je veux dire ? Je ne lui avais jamais adressé la parole. Il est du Bousquan pourtant, mais il n’est pas de mon âge, alors on n’avait jamais eu l’occasion de se fréquenter ». Croyons Josette sur parole : le spectacle n’a pas sa pareille pour intégrer les « nouveaux » ou réintégrer les « revenus », et permettre qu’opère la magie communautaire.

23Sans doute plus qu’un autre celui de 1999 a fait la preuve de son savoir-faire en la matière au point que, s’il n’avait été le quatrième du genre, l’on aurait pu le croire mis sur pied tout exprès pour permettre à Alain de revendiquer et de se voir reconnaître sa « bousquanaisité ». Cavalier émérite, ce jeune bousquanais évolue en effet, non loin du Bousquan, au sein d’une troupe de cascadeurs et de voltigeurs toute désignée pour figurer au nombre de ces professionnels qui, tous les ans, rehaussent de leurs prouesses et de leur art les tableaux du spectacle. Alain est par ailleurs l’un de ceux, si ce n’est celui, dont l’attachement identitaire au Bousquan s’avère le plus problématique, parce que contrarié par un passé aussi douloureux que tragique. Sa petite sœur, à peine majeure, décède à la suite d’une leucémie et le chagrin qu’en ressent son père, déjà affaibli à force d’alcool, l’emporte à son tour. Alain vit alors avec sa mère et son frère qui s’auto-promeut chef de famille. Sous l’autorité de ce grand frère quelque peu tyrannique, Alain se laisse entraîner, dans l’huis clos de la maison familiale, dans des beuveries dont les voisins, tremblants, devinent l’ampleur aux cris, voire aux coups de fusils, qui déchirent la quiétude habituelle du quartier. Maire, gendarmes, pompiers interviennent régulièrement, jusqu’à ce samedi après-midi où le grand frère attache sa mère à une chaise, l’asperge d’essence et l’enflamme… Le fils parricide est arrêté, incarcéré, jugé, et Alain, au terme de cet enchaînement de malheurs, se voit pris en charge par un centre de réadaptation. Aujourd’hui ouvrier agricole et cavalier de haut niveau, cet « enfant du pays » ne pouvait certainement pas rêver d’une plus belle opportunité de revenir au village et d’une plus éclatante manière de se voir signifier l’absolution que lui accordent de concert tous les Bousquanais, plus enclins à lui faire endosser le rôle de victime que celui de complice dans le drame où périt sa mère. Quant au spectacle qui fournit le prétexte de ce « retour participant », il semble bien qu’on l’ait investi, au fil du temps, de missions symboliques, sinon de plus en plus ambitieuses, du moins de plus en plus explicites. Nous reviendrons sur cette montée en puissance de la lisibilité des enjeux concomitante, le lecteur l’aura remarqué, d’une historicisation de plus en plus déclarée de la fête et d’une démonstrativité accrue en ce qui concerne la vérité d’un absolu communautaire de toujours.

24Mais avant de nous pencher sur toutes ces évolutions et de nous interroger quant à leur éventuelle convergence, il nous faut encore, pour apprécier à sa juste mesure le pouvoir intégrateur de l’histoire en actes, considérer ce que l’entreprise a d’éprouvant et partant, ce en quoi elle s’apparente à un rituel de passage. Car il est un fait que l’on n’entre pas dans l’histoire, toute locale soit-elle, comme dans un moulin. Danièle la première se conforme à cette logique initiatique tandis qu’elle dépense son énergie jusqu’à mettre en péril sa santé. On peut s’étonner de ce que l’« historienne » elle-même ait ainsi à faire et refaire la preuve par l’épreuve de son autochtonie tant son appartenance paraît acquise et ne nécessiter aucune validation supplémentaire. En fait, si Danièle a à se plaindre de chutes de tensions consécutives à l’investissement sans limite de son temps et de son énergie dans ces fêtes, elle le doit à l’effet conjugué de la centralité de sa position et de son ascendance paternelle. Issue d’une lignée de Bousquanais dont ses recherches généalogiques lui ont permis de préciser et de dater la profondeur, Danièle est par ailleurs fille d’un réfugié espagnol. Si les responsabilités symboliques qu’elle assume ne revêtaient pas l’importance que l’on sait, il y a fort à parier que cette part d’étrangeté ne serait pas si sensible et n’aurait pas à être négociée contre une surenchère de « mérites ».

25Du côté des figurants, on retiendra l’exemple de Max, parce que le plus extrême et donc le plus à même d’illustrer la nécessité symbolique qui nous occupe. Installé depuis quelques années au village, Max y est plus connu sous son escai nom « l’Américain » que lui vaut, non pas une quelconque origine anglo-saxonne mais sa maîtrise de l’Anglais et un séjour Outre-Atlantique. Sa participation au spectacle a indéniablement contribué à intégrer « ce garçon » dont jusqu’en 1996 on ne savait pas grand-chose. Au plus croyait-on avoir découvert son nom, Mail, pour l’avoir vu inscrit sur sa boîte aux lettres. « Il est gentil, ce Max », concèdent les figurants. Mais, dans le même temps et parfois face aux mêmes interlocuteurs, l’on peut s’entendre dire : « Y a des gens qui nous ont demandé si on l’avait pris exprès pour faire la Jugie, s’il fallait quelqu’un de spécialement laid pour ressembler au personnage ». Ou encore : « La Jugie, en fait, ça serait pas son premier rôle. On a raconté sur la place que, plus jeune, il a fait du cinéma. Il a joué dans un film sur l’Occupation et tiens-toi bien, il jouait le rôle de Laval ! C’est le portrait craché de Laval, c’est son sosie ! » Et dans la foulée, les Bousquanais qui ne craignent pas d’en rajouter, de souligner à l’envi son assiduité au café : « Ah bé ! c’est un bel héritage qu’on a fait là ! Tu le vois pas qui passe ses journées au café ? ! » Manifestement, à ce moment-clef de son intégration, rien de son physique ou de ses habitudes ne semble pardonné à Max et ce traitement particulier n’est peut-être pas sans rapport avec son anglophilie affichée. Étranger de nature, mais volontairement étrange, cet étrange étranger de l’intérieur est de fait comme mis en situation de disputer à la rumeur et aux moqueries son droit de cité dans l’espace et le temps de la communauté.

  • 5 « Qu’une suée ! »

26Quant au commun des figurants, leur engagement a également un coût, en disponibilité, patience, mais aussi en argent. Songeons que le budget moyen d’un couple de figurants nobles en 1999 s’élevait à 980 francs, somme comprenant la location des costumes, l’achat des perruques, les repas et la cassette vidéo. Moins aisément quantifiable que la dépense, l’endurance n’est pas le moindre des sacrifices requis pour satisfaire aux exigences du passage de la communauté à l’histoire. Chacun doit en effet se résoudre à évoluer sous un soleil de plomb et s’accommoder des perruques, chapeaux, collants, jupons à l’inconfort desquels la canicule de juillet ne fait qu’ajouter. « Qu’una susada ! »5 s’exclament à l’unisson nobles et paysans sous l’œil compatissant du public.

27Car ce dernier n’est pas en reste de stoïcisme, rattrapé qu’il est par la dynamique intégratrice du spectacle, y compris par sa dimension initiatique. Le prix à payer excède en effet les vingt ou vingt-cinq petits francs réclamés à l’entrée, « obole » dont la modicité ne doit s’entendre que comme le moyen de s’assurer l’assistance d’un maximum de Bousquanais. C’est sur un autre plan que celui de l’argent que se situe le sacrifice de l’autre côté de la scène. En réalité rien ne semble négligé de ce qui pourrait contrarier le confort et la passivité qui est supposée être celle du spectateur, à commencer par l’effort d’imagination qu’il lui est implicitement demandé de fournir en l’absence de décor, ou plus exactement en présence d’un fond de scène occupé par les camions du traiteur. L’exercice se complique encore quand apparaissent figurants et professionnels dans la mesure où nos spectateurs, assis sur des chaises toutes au même niveau et de plein pied avec la scène n’ont de chance de distinguer quelque chose qu’à condition de se lever. En 1996, la difficulté a été poussée jusqu’au point où, debout ou assis, les spectateurs avaient pris place au soleil tandis que, durant deux bonnes heures, professionnels et figurants évoluaient à l’ombre des peupliers. Symptomatique du traitement singulier réservé au spectateur, cette distribution inversée de la lumière entre scène et public ne laisserait de surprendre si ne la légitimait une nécessité de l’ordre du rite. Dans le cas contraire, on aurait effectivement peine à concevoir que personne parmi les membres du Comité des Fêtes et pas même ceux d’entre eux qui appartiennent au Corps des Sapeurs-Pompiers n’aient mis en garde les organisateurs contre le danger que pouvait représenter cette immobilité forcée et prolongée sous le soleil de juillet.

Les ratés de l’histoire

28C’est à l’ombre que depuis 1997 le public jouit des différents tableaux et lors des éditions 1998 et 1999 des gradins ont même été installés à son intention. Moins éprouvant, le spectacle est aussi moins couru : sept cent entrées en 1999 contre près de deux mille en 1996. N’en concluons pas au masochisme caractérisé des Bousquanais mais interrogeons plutôt cette coïncidence. Il semblerait que les concessions faites par les organisateurs et le public à d’autres impératifs que ceux qu’édicte l’histoire en marche compromettent l’efficacité intégratrice du spectacle, et partant en diminuent la force d’attraction. Cependant il ne saurait être question d’imputer aux seules exigences de sécurité ou de confort la baisse du nombre de spectateurs et avec elle la réussite en demi-teinte du projet communautaire. Ce serait passer outre le fait que la soumission à des logiques étrangères, et même contraires au dessein que poursuit l’historien, ne survient pas isolément mais dans un contexte marqué par d’autres évolutions. Tensions, crises de légitimité, démissions, à commencer par celle de Jean à la mise en scène, mises à l’écart, en particulier celles de moins en moins déguisées de l’ethnologue indigène, trahissent ce retournement, mais aussi et surtout la diminution du nombre de figurants. Avec plus de cent participants en 1996, soixante-deux en en 1997, soixante en 1998 et seulement cinquante en 1999, trente-huit en 2000, la troupe des Bousquanais se réduit au fil des éditions comme une peau de chagrin en dépit de l’arrivée de nouvelles recrues. De toute évidence, l’histoire en marche doit se résoudre à laisser son escorte s’effilocher.

29Sans doute est-ce au regard de ces repositionnements et de cette moindre adhésion qu’il faut comprendre la plus grande lisibilité, déjà soulignée, des enjeux de la fête historique. De fait, jamais comme en 1999 l’exégèse officielle, reprise par la presse, n’a mis en avant la « complicité sincère » qui règne entre « les acteurs occasionnels et bénévoles (...) toutes opinions politiques et tous âges confondus ». « Il y a beaucoup de liens qui se sont créés, renchérit Danièle dans la chronique locale du Midi Libre, et c’est surtout cela la fierté du Comité des Fêtes du Bousquan. L’amitié fait la force du Comité ». Comme si de la sorte elle pouvait pallier ce que les faits ne vérifient plus vraiment, l’intention se commet dans l’explicitation mais aussi dans la simplification. Les trois dernières éditions (2000, 2001, 2002) illustrent plus particulièrement notre propos. En quittant la scène du boulodrome pour celle de l’avenue principale, le spectacle historique s’est mué en « cortège », c’est à dire en une manière de cavalcade au sein de laquelle se succèdent chars, figurants et professionnels ordonnés en « tableaux ». En 2000, la justification officielle de ce déplacement et des évolutions induites de la mise en scène recourait aux dégâts occasionnés au boulodrome par les terribles inondations de novembre 1999. Néanmoins la décision de changer de décor et de forme précédait cet événement météorologique. Du reste, la rénovation du terrain n’a pas ramené le spectacle de l’histoire sur les bords de l’Argent Double. Volontairement donc, la mise en scène privilégie une disposition et un mouvement, ceux du défilé, depuis longtemps et très largement éprouvés dans les spectacles du Bousquan, sans doute parce qu’ils traduisent mieux que tout autre la dynamique cohésive qu’entend exalter ici l’histoire. Et de même que la mise en scène se trouve dépouillée de tous les effets susceptibles de complexifier la lecture de l’idéal communautaire, le propos de ces spectacles « déambulants » va sans détour à l’essentiel, en particulier en 2001, où l’habituelle conjugaison tous azimuts de l’histoire locale à différents temps (Moyen-Âge, époque déterminée et passé immédiat) a fait place à une conjugaison à un temps unique, celui sans date des « vieux métiers » et du « folklore ». Cette année-là, le souci de simplification et de lisibilité a atteint de tels sommets que le spectacle de l’histoire, déployé sur l’asphalte de la Départementale 11 au long de laquelle s’étend le village, s’est passé du texte habituellement lu par le sonorisateur.

30Précédant l’ethnologue sur le chemin de l’observation et de l’analyse, les Bousquanais interprètent ces signes d’une unanimité ratée comme le résultat, prévisible et classique, d’un effet d’usure. « Tu sais, c’est partout pareil, au bout d’un certain temps, les gens ils en ont marre. Ils se lassent ». Il est pourtant des manifestations qui ne s’essoufflent pas, telle la fête du quartier Sainte Anne qui en 1999 célébrait son cinquantenaire. Aussi l’argument d’une dégénérescence naturelle n’est-il que partiellement recevable. Peut-on pour autant diagnostiquer une carence de tradition ? En d’autres termes les fêtes du Bousquan doivent-elles leur déclin au fait que, contrairement à d’autres manifestations du même genre telles les Fêtes de Maures et Chrétiens (Albert-Llorca 1998), elles ne sont pas « traditionnelles », c’est à dire inscrites dans le temps, et mieux « originelles », avec ce que cela implique de légitimité et d’évidence ? Ces questions étant posées, on peut aussi renverser la perspective et considérer que le phénomène de perpétuation relève plus de la conséquence que de la cause. Dès lors, il ne s’agit plus de trouver dans le défaut de tradition une éventuelle réponse mais le ressort d’une nouvelle interrogation : pourquoi diable ces fêtes ne « prennent »-elles pas en tant que tradition ?

31Pourquoi donc les efforts du Comité des Fêtes visant à hisser ces fêtes au rang des traditions locales ne se voient-ils pas suivis d’effets ? Car il est indéniable que Danièle et ses acolytes ne ménagent pas leur peine pour parvenir à ce résultat, tandis qu’ils persistent à organiser les « Médiévales » mais aussi à les coupler à la fête du quartier Sainte-Anne, comme si le caractère de traditionalité pouvait s’acquérir par contagion. La conception de séquences à connotation traditionnelle voire traditionaliste, à savoir le banquet et la grand-messe, étaye par ailleurs les tentatives d’inscription dans l’ordre de la tradition. Ce faisant, c’est certainement en fabriquant la mémoire de ces fêtes (photographies, vidéos) et en la sollicitant (expositions, cortège rétrospectif des éditions précédentes en 2001), cela dans le cours même de leur déroulement, que le Comité des Fêtes achemine le plus sûrement les « Médiévales » sur les chemins de la tradition. Si ceux-ci n’aboutissent pour l’heure que dans une impasse, la solution au problème est peut-être à chercher dans le passé auquel renvoie cet embryon de tradition, à savoir un passé par la force des choses aussi court qu’immédiat ; qu’en est-il en effet d’une tradition que ne porte pas l’élan d’une certaine intemporalité ? Sans doute l’inscription définitive des « Médiévales » au calendrier festif du Bousquan est-elle d’abord affaire de persévérance et de patience.

32Mais l’on doit aussi prendre en considération le fait que la pérennisation du principe de ces « Médiévales » présente le désavantage de creuser l’écart entre le dessein de se conformer, le temps d’une journée, à un modèle communautaire de concorde et la réalité d’une localité « normalement » soumise aux tensions (socio-économiques, générationnelles, politiques…). En d’autres termes, la répétition a pour effet de rendre de moins en moins crédible le surpassement périodiquement programmé des scissions qui traversent le Bousquan. Au final, les efforts de mise en acte de l’idéal communautaire produisent, le temps de ces fêtes historiques, une situation aussi éphémère qu’artificielle, une illusion de plus, en somme, qui se superpose à celle créée par le spectacle, une image du présent dans laquelle de moins en moins de Bousquanais se reconnaissent. Pour sortir de l’impasse, le Comité des Fêtes pourrait s’inspirer des fêtes locales telles que les plus âgés les ressuscitent dans leurs souvenirs. Les festejaires d’alors, plutôt que d’ignorer les clivages, voire de les nier comme s’y emploie l’actuel Comité, faisaient des divisions un des éléments de la fête. S’ils les montaient en épingle et les tournaient publiquement en dérision, c’était pour en user comme des mots d’une langue qui, parce que compréhensibles seulement par ceux d’ici, étaient propres à renforcer l’entre soi. Ainsi se souvient-on en Minervois des airs de Marseillaise, d’Internationale ou d’Ave Maria que les musiciens, emmenés par le groupe des jeunes, jouaient en l’honneur des conseillers municipaux au moment des « sérénades nocturnes » et du tour de table. Mises en musique, les options idéologiques ne divisaient plus alors le village entre Rouges et Blancs, mais suscitaient le rire tout en offrant l’opportunité d’une réelle connivence. Aussi ne s’étonnera-t-on pas du fait que celles, parmi les fêtes historiques qui ont intégré l’ordre de la tradition, offrent à la communauté locale, à l’instar des fêtes patronales évoquées à l’instant, l’occasion de se réconcilier avec elle-même dès lors que leur ambition est de renvoyer l’image d’une unité renouvelée. Dans les fêtes valenciennes de Maures et Chrétiens notamment, les Ambassades burlesques s’emploient à « tourner en dérision les personnalités locales qui ont enfreint en quelque manière les règles de la morale sociale pendant l’année » (ibid. : 34).

33Ne sachant produire rien d’autre qu’une illusion de concorde, la machine festive tourne pour l’heure à vide au Bousquan. Car célébrer l’harmonie communautaire en faisant l’économie de l’autodérision et de la liquidation des divisions s’avère un exercice difficile auquel on ne saurait s’adonner qu’exceptionnellement. Ainsi s’explique le fait que la toute première édition, envisagée par la majorité des participants comme la dernière, ait été celle qui a rassemblé le plus grand nombre de figurants, spectateurs et convives. Cette année-là, même la nébuleuse du « contre-parti », qui habituellement boycotte les animations du village pour marquer son opposition à la municipalité en place, a été de la partie. De leur côté, les « jeunes » n’ont pas été en reste, prenant très à cœur leurs rôles qui de fous, qui de pèlerins ou de chevaliers. Et pourtant, ces mêmes jeunes s’ingénient chaque année à contrarier le déroulement de la fête locale, manifestant de la sorte leur dépit de se voir dépossédés de la direction du Comité des Fêtes par les actuels conseillers municipaux et leurs sympathisants. À la faveur d’un charivari nocturne, où le roulement des containers à ordures ménagères traînés par des voitures se mêle à leurs cris et leurs chants, ils protestent contre l’usurpation d’un rôle qui leur revient traditionnellement. Après 1996, leur défection et celle de « la gauche » en annonçait bien d’autres, y compris dans les rangs des « vieux » et de « la droite ». Car telle qu’elle est actuellement conçue et vécue, l’aventure des « Médiévales » ne dispose pas des moyens de devenir « traditionnelle » ; au plus peut-elle donner dans le registre de l’histoire, événementielle, cela va sans dire.

34Les mises en scène et en fête de l’histoire locale au Bousquan et peut-être plus encore les revers qu’elles connaissent montrent combien le spectaculaire et le festif peuvent se trouver intriqués, en même temps qu’ils dessinent les limites d’une pareille intrication. Car « faire du passé un éternel présent », comme aime à le dire Geneviève pour décrire son travail d’historienne, est bien plus aisé que de faire entrer le présent dans l’histoire, surtout lorsque le prix à payer pour réussir ce passage est calculé à hauteur de ce qui est donné à voir du passé en question. En dépit de son incontestable efficacité opératoire, la relation mimétique qui lie fête et spectacle n’empêche pas le présent de se faire attendre au rendez-vous de l’histoire. Pour tout dire, il y a loin du représenté au vécu, et rêver tout haut ne suffit pas à passer outre ce que l’on vit tout bas.

Bibliographie

Bibliographie

Albert-Llorca Marlène (sous la dir. de), Des rites producteurs d’histoire. Fêtes et spectacles des pays toulousain, basque et valencien, Rapport final à Mission du patrimoine ethnologique du Ministère de la Culture, Toulouse, GREMOC, 1998.

Amalvi Christian, Le goût du Moyen-Âge, Paris, Plon, 1996, Coll. Civilisation et mentalités.

Baboulet-Flourens Pascale, « Variations sur un événement annoncé. Les manifestations du bicentenaire de la Révolution française dans le Lot », Ethnologie française, vol. XXIX, n° 1, 1999, p. 111-120.

Bensa Alban, « Fièvres d’histoire dans la France contemporaine », Une Histoire à soi. Figurations du passé et localités, (sous la direction de Bensa Alban et Fabre Daniel), Paris, MSH, 2001, p 1-12.

Bensa Alban, Fabre Daniel, (sous la dir. de), Une Histoire à soi. Figurations du passé et localités, Paris, MSH, 2001.

Bozon Michel, Heran François, « La découverte du conjoint. I. Évolution et morphologie des scènes de rencontre », Population, n° 6, 1987, p 943-986.

Champagne Patrick, « La fête au village », Actes de la Recherche en Sciences sociales, n° 17/18, 1977, p 73-84.

Crivello Maryline, « Comment on revit l’histoire. Sur les reconstitutions historiques. 1976-2000 », La pensée de Midi, n° 3, 2000, p 69-74.

Fabre Daniel, « L’histoire a changé de lieux », Une Histoire à soi. Figurations du passé et localités, (sous la direction de Bensa Alban et Fabre Daniel), Paris, MSH, 2001, p 13-41.

Garcia Patrick, Le bicentenaire de la Révolution française : pratiques sociales d’une commémoration. Paris, Eds du CNRS, 2000.

Gasnier Thierry, « La France commémorante, les célébrations nationales (1986-1993) », Le Débat, n° 78, 1994, p 89-98.

Halbwachs Maurice, La mémoire collective, Paris, PUF, 1968.

Hervieu Bertrand, Viard Jean, Au bonheur des campagnes (et des provinces), Paris, L’Aube, 1996.

Kayser Bernard, 1990, La renaissance rurale. Paris : Armand Colin.

L’estoile Benoît de, « Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire », Terrain, n° 97, 2001, p 123-138.

Martin Jean-Clément, Suaud Charles, Le Puy-du-Fou en Vendée. L’histoire mise en scène, Paris, L’Harmattan, 1996.

Nora Pierre, « Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux », Les lieux de mémoire, T I, La république, (sous la direction de Nora Pierre), Paris, Gallimard, 1984, p 17-42.

Sagnes Sylvie, « De l’archive à l’histoire : aller-retour », Une Histoire à soi. Figurations du passé et localités, (sous la direction de Bensa Alban et Fabre Daniel), Paris, MSH, 2001, p 71-86.

- « Le passé des historiens locaux », Ethnologies comparées, n° 4, 2001, http://alor.univ-montp3.fr/cerce/revue.htm.

Saur Dominique, Ethnologie du bal des fêtes locales. Regards sur la fête locale à Douelle : 14, 15, 16 août 1991, Mémoire de DEA, (sous la direction de Daniel Fabre), Toulouse, EHESS, 1992.

Thiesse Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, MSH, 1997.

Tourangeau Rémi, Fêtes et spectacles du Québec, Québec, Nuit Blanche Éditeur, 1993.

Zonabend Françoise, La mémoire longue. Temps et histoire au village, PUF, Paris, 1980.

Notes

1 Pour cela, voir dans ce même volume, la contribution de Maryline Crivello.

2 Cette enquête a été conduite dans le double cadre d’une thèse de doctorat, sous la direction d’Agnès Fine, Racines et enracinement. Parenté et localité dans la France contemporaine, (EHESS, Toulouse, 2000) et de l’appel d’offres de la Mission du Patrimoine ethnologique « Producteurs, productions et enjeux contemporains de l’histoire locale ».

3 Afin de respecter l’anonymat des informateurs qui ont inspiré ces lignes, prénoms, patronymes et toponymes sont remplacés par des noms d’emprunt.

4 Mugnaini, « La mise en scène du passé : l’histoire en fête et théâtre dans les fêtes urbaines en Toscane », communication présentée lors du colloque « La production d’histoire locale », Toulouse, juin 1999.

5 « Qu’une suée ! »

Auteur

LAIC, Ministère de la Culture-CNRS, Paris

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540