Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

La France et l'Inquisition (XVIe-XXe siècle)

Télévision et Inquisition. Du Drame cathare aux années Arte (1966-2002)

Television and Inquisition: from “the Cathar tragedy” to the age of Arte channel (1966-2002)

Bernard Cousin et Maryline Crivello

Résumé

The present study, based on thirty or so TV broadcasts on the topic of Inquisition, between 1966 and 2002, has been organized around three periods: first comes a dramatizing-the-past approach, which enhances the powerful moments of national history, typified by La caméra explore le temps, around the Cathar tragedy directed by André Castelot, Alain Decaux and Stellio Lorenzi in 1966; then comes the time of historians specializing on the subject (70’s through 90’s), like B. Bennassar or C. Ginzburg who appear personally on TV screens to present documentaries and conduct debates; finally, recent times start a reflection on the memories the Inquisition has bequeathed to us, in the wake of the Franco-German cultural channel Arte.

Texte intégral

1Chacun sait la place occupée par l’histoire dans la culture française. Aux lendemains de la Libération, ce goût pour le passé est alimenté par l’édition (romans, biographies ou revues comme Historia…), et se reflète aussi dans les grands moyens de communication. Le tribunal de l’Histoire d’Alain Decaux et d’André Castelot, fut l’un des grands succès de la radio d’après-guerre et dans sa filiation, La caméra explore le temps, des mêmes auteurs, accompagnés du réalisateur Stellio Lorenzi fut l’une des émissions vedettes de la télévision.

2Rappelons que les représentations télévisuelles de l’Histoire, et tout particulièrement celles de l’Inquisition, renvoient à une histoire du médium – dans le cas de notre étude, de l’ORTF à Arte – à des contextes singuliers de production et de diffusion, à des auteurs, soit à l’ensemble de l’activité représentative elle-même qui résulte de choix de sujets, de mises en scène et d’un travail préalable d’interprétation. Hormis ces spécificités télévisuelles, incontournables pour étudier les modalités de transmission de l’Histoire à la télévision, les interactions entre ce média et l’édition, les débats d’historiens ou l’actualité politique peuvent permettre de mieux appréhender la vulgarisation historique.

  • 1 Ces émissions sont disponibles à l’Inathèque de France, BNF, Paris.

3Cette étude qui porte sur un corpus d’une trentaine d’émissions1 prenant pour sujet l’Inquisition entre 1966 et 2002 s’organise autour de trois périodes : le temps de la dramatisation du passé qui valorise les moments forts de l’histoire nationale symbolisé par La caméra explore le temps, autour du Drame cathare ; le temps des historiens qui interviennent à l’écran à la faveur de documentaires et de débats ; le temps d’une réflexion sur les héritages mémoriels de l’Inquisition, porté par la chaîne culturelle Arte.

Une émission emblématique : le drame cathare

  • 2 On utilisait le terme de « dramatiques » pour désigner ces fictions télévisées.
  • 3 Le Figaro, 17.03.1966.
  • 4 Officiellement, la série devenait trop ancienne. Cependant, la participation de Stellio Lorenzi aux (...)

4Dans les années soixante, sous l’impulsion de Jean d’Arcy, Directeur de la programmation, les œuvres de télévision inédites et les dramatiques2 historiques sont valorisées. C’est le cas de La caméra explore le temps d’André Castelot, Alain Decaux et Stellio Lorenzi, au succès avéré auprès du public « de l’instituteur de village au chef de l’État ». Cette série comporte plus d’une trentaine d’émissions d’une durée moyenne de deux heures par sujet, réalisées entre 1957 et 1966. Cette année-là justement, correspond à la dernière diffusion de la série et concerne l’inquisition médiévale et le combat contre l’hérésie cathare en Languedoc. Elle a eu une répercussion considérable, éveillant des débats dans l’espace public et politique. En effet, le cas des Cathares est exemplaire, car sa diffusion fait figure d’événement. André Brincourt, critique au Figaro, en témoigne3 : « Cette émission est attendue comme un événement… parce qu’il s’agit de la dernière Caméra explore le temps. » Même tonalité dans Le Monde : « Le grand événement du mois à la télévision, c’est certainement la diffusion, le 22 et 29 mars, du Drame cathare… Cette émission, longtemps attendue, est aussi le chant du cygne de cette grande série historique, presque malgré la faveur dont elle jouit auprès du public, il a été décidé à la Direction de l’ORTF, qu’on en resterait là »4.

  • 5 Le Figaro, 17.03.1966. Entretien avec André Brincourt.

5Le Drame cathare comporte deux parties : le premier épisode s’intitule La croisade et le second prend pour titre L’Inquisition. L’émission bénéficie de moyens de tournage en extérieur, plutôt rares pour la télévision du moment. Cependant, c’est bien l’interprétation des acteurs qui concourt à la popularité de la série, véritable laboratoire d’un théâtre historique à visée didactique. En effet, autour de La caméra s’était constituée une véritable troupe d’acteurs, capables de maîtriser en direct des textes longs et complexes et d’incarner par leur jeu tout un imaginaire de l’Histoire. Par ailleurs, l’assise scientifique de la série était fondée sur un recours systématique à la preuve et au statut de l’archive en Histoire. Le document écrit se subdivisait entre documents institutionnels, attestant des faits, et documents au contenu plus intime permettant l’écriture des dialogues. La preuve par l’archive devient, dans le cas des Cathares, le moteur essentiel de la réalisation et conditionne le régime de vérité. Stellio Lorenzi raconte : « j’ai découvert à la fois le support idéal et la meilleure garantie historique : la chanson de la croisade albigeoise », rédigée pour la plus grande partie par un auteur anonyme. Nous avons tout enregistré au magnétophone. Neuf heures de bandes. 9087 vers occitan ! C’est un véritable reportage. Pour moi, cet auteur anonyme c’est Eluard de la Résistance du XIIIe siècle. Il est notre guide durant l’émission. »5 André Castelot relève, pour sa part, la difficile conciliation entre le métier d’historien et la dramatisation : « nous avons été obligés, par désir de rendre clair et accessible un sujet difficile, de prendre des libertés de forme, mais la vérité historique et l’objectivité n’en n’ont pas moins été notre seul but… » Maurice Herr du journal La Croix, sensible au discrédit que la perception de l’Inquisition risque de provoquer auprès du public, remarque que l’auteur du manuscrit, s’il n’est pas cathare, appartient cependant au camp des vaincus. Il est certain que le statut d’exemplarité accordé à ce seul document reste le point faible de l’émission, d’après son détracteur.

  • 6 Le Figaro, 28.03.66.
  • 7 Entretiens de mars-avril 1966. Fonds ORTF déposé aux Archives de Fontainebleau (F41 bis 4483 910460 (...)
  • 8 Article de Jean Vigneron, 24. 3.66.

6La conception de l’Histoire, et ici de l’Inquisition, est qualifiée par certains d’idéologique. Il est vrai qu’à partir de 1961, sous l’influence de Stellio Lorenzi – qui n’a jamais caché son appartenance au Parti Communiste – La caméra explore le temps devient porteuse de valeurs universelles et suscite la discussion (la lutte contre le fanatisme, la lutte contre la répression, la lutte contre l’intolérance, le débat politique…). Dans le cas des Cathares, les journalistes de la presse écrite s’enthousiasment pour la parole qui se délie après la diffusion : « dix millions de Français ont trouvé un sujet de conversation : les Cathares… C’est que notre histoire a ses prudences… Or, n’est-ce pas le rôle de la télévision d’ouvrir les dossiers et n’est-il pas significatif, en cette période d’œcuménisme et de tolérance religieuse, de montrer l’évolution de l’Église ? C’est le miracle de la télévision : la France entière met en question un moment de son histoire »6. À travers ces commentaires formulés par des critiques de la presse écrite transparaît la découverte de la fonction sociale de l’Histoire, référent incontournable pour débattre du présent. La ré-interprétation des faits à la lumière du vécu de chacun constitue un second élément notable et sensible à travers une enquête menée en mars et avril 1966, après la diffusion des Cathares. Il s’agit là de 25 entretiens qualitatifs menés à Garches, Nanterre, Puteaux et Rueil-Malmaison7. Pour chacun des comptes rendus, sont mentionnés le sexe, le métier et l’âge. Les enquêteurs se disent impressionnés par la précision de la datation des événements religieux par les téléspectateurs et par les discussions que l’émission avaient suscitées au travail ou en famille. Un jeune homme de 15 ans indique : « notre instituteur nous avait dit de la regarder… parce qu’à l’école, il y a des livres sur la croisade des Albigeois. Il nous dit toujours de regarder La caméra explore le temps, il trouve que c’est une bonne émission. » Un homme de 38 ans, agent PTT explique : « En toute honnêteté, j’ai presque honte d’être chrétien, de voir comment le peuple à une époque traitait les gens. Ca rappelle même un peu la Gestapo (…). L’arrestation de ce pauvre type, ça rappelle la Gestapo. Contre la force, y’a pas beaucoup de résistance.(…) L’église, c’était la dictature de l’époque ». L’Histoire, comprise au travers d’une expérience personnelle, est alors comparée aux exactions ou aux blessures d’un passé proche. Les articles les moins élogieux reprennent l’argumentation. C’est le cas du journal La Croix : « J’ignore si les auteurs savaient, quand ils l’entreprirent, que ce grand dessein serait aussi le dernier. En tout cas, ils n’ont rien négligé pour qu’on parle beaucoup de leur Drame cathare. Et la vision du bûcher de Montségur sur lequel s’ouvre et se ferme leur évocation, me paraît, en l’occurrence, exemplaire. (…) Aux yeux et aux oreilles de beaucoup – de trop de téléspectateurs – le Drame cathare ne peut manquer d’apparaître comme l’un des visages… de l’Église d’aujourd’hui. Ce serait monstrueux. Mais à qui la faute ? »8 Quelle que soit la bonne foi des auteurs, l’interprétation de la presse a donc perçu une fonction dénonciatrice et mémorielle de l’Histoire, relue à la lumière du présent.

7Cette émission traitant du thème de l’Inquisition est restée emblématique : Philippe Joutard, enquêtant sur les Camisards cévenols en 1967 raconte, qu’un an après, il pouvait mesurer encore l’influence de l’émission auprès des paysans qui s’étaient d’emblée assimilés aux persécutés. Aujourd’hui encore, l’émission alimente tout un légendaire dont sont friands les touristes dans les hauts lieux du catharisme. D’après Emmanuel Leroy-Ladurie, elle aurait également participé à la résurrection d’une identité locale. Il considère en effet, que l’émission sur les Cathares, en 1966 – à la fois prise de conscience et invention de la conscience – est un épisode fondamental du mouvement occitan.

Les historiens ont la parole

  • 9 Voir Isabelle Veyrat-Masson, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran, Paris (...)

8Dans le quart de siècle suivant (1967-1991), Les dossiers de l’écran fut l’une des émissions les plus populaires de la télévision française. Le principe en était simple : un thème par soirée, illustré par une fiction, en général un film de cinéma, suivi d’un débat faisant appel à des témoins et des spécialistes, et dans lequel des téléspectateurs pouvaient intervenir, par des appels téléphoniques9. La moitié des thèmes abordés était de nature historique, et l’Inquisition eut son Dossier de l’écran le 19 juin 1979, sur la deuxième chaîne à 20h30. Le film choisi pour débuter la soirée est Giordano Bruno de Giuliano Montaldo. Il est assez récent, puisque réalisé en 1973, et dénonce l’Inquisition romaine qui a condamné à mort et fait brûler vif le philosophe ami de Galilée. G. Montaldo est un réalisateur italien qui avait connu en 1971 un grand succès international avec un autre film pamphlet contre l’intolérance et les préjugés, mais situé celui-là dans l’Amérique des années 1920 : Sacco et Vanzetti. Le débat qui suit, animé par le journaliste Joseph Pasteur, rassemble sur le plateau deux « grands témoins » de convictions opposées, le père Bruckberger et Roger Labrusse, président de la fédération internationale de la libre pensée, et quatre universitaires de renom spécialistes d’histoire religieuse ou de l’Inquisition : Giovanni Gonnet (Rome), Ricardo Garcia Carcel (Barcelone), Pierre Pierrard (Paris) et Bartolomé Bennassar (Toulouse). Ils répondent aux questions des téléspectateurs qui portent essentiellement sur l’histoire de l’Inquisition et sur les procès célèbres. Ainsi, pour la première fois à la télévision française, à cette occasion, les historiens prennent la parole sur l’Inquisition. Ils vont la garder.

  • 10 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1 (...)

9Quelques mois plus tard, en décembre 1980, Pierre Dumayet consacre une de ses émissions de la série Les nouvelles de l’histoire à Carlo Ginzburg. Elle est diffusée sur la première chaîne, en deuxième partie de soirée, et reprend le titre du livre de C. Ginzburg, qui vient d’être traduit en français : Le fromage et les vers10. L’auteur y retrace l’histoire et les idées du meunier frioulan Menocchio, qui finit brûlé en 1600, sur condamnation du Saint-Office. Cette émission représente une nouvelle étape dans l’intervention télévisuelle de l’historien sur l’Inquisition : celui-ci n’est plus convoqué simplement comme expert, pour rétablir les faits historiques après un film de fiction ; c’est son discours qui est au cœur de l’émission, construite comme un long entretien, illustré par des documents. La télévision devient ici une chambre d’écho de l’histoire, et en l’occurrence des recherches les plus récentes. En fait le livre, qui rend compte d’une recherche, trouve une traduction télévisuelle.

10De manière moins élaborée, par le truchement d’une simple discussion, d’autres livres sur l’Inquisition accèdent au public du petit écran, notamment avec Apostrophes de Bernard Pivot. Ainsi en 1981, dans une émission dont le titre est Pardonner à ceux qui nous ont offensés, Bernard Pivot accueille Louis Sala Molins, auteur d’un dictionnaire des inquisiteurs ; en 1984, lors d’un Apostrophes intitulé Comment devenir un saint, il invite l’écrivain conteur Henri Gougaud, qui vient de publier au Seuil L’Inquisiteur, ouvrage qui retrace l’histoire de Jacques Novelli, grand Inquisiteur à Toulouse au XIVe siècle.

11Les années quatre-vingt, qui correspondent à la période d’apogée des thèmes historiques sur les chaînes généralistes, livrent des productions d’œuvres diverses, mettant en scène l’Inquisition, de La Sorcière de Michelet adaptée sous forme de dramatique par Charles Brabant (1982) à Montségur opéra de Marcel Landowski qui raconte l’histoire d’une jeune cathare (1986). La série En direct du passé, destinée à la jeunesse, consacre en 1982 une émission à l’Inquisition au XVIe siècle. Enfin le magazine d’information de Bernard Rapp L’assiette anglaise prend le titre provocateur L’Inquisition pour évoquer les remous provoqués, en 1988, par la sortie à Paris du film de Martin Scorcese La dernière tentation du Christ, et les risques de développement de l’intégrisme et de l’intolérance en France.

Les années Arte

12Dans les années quatre-vingt-dix, l’Inquisition n’est plus très présente sur les grandes chaînes généralistes, du moins à une heure de grande écoute. Ainsi la diffusion par FR3 en 1992 d’une fiction coproduite avec la télévision espagnole TVE intitulée La légende du curé de Bargota est reléguée en fin de soirée à 23 heures. Quant à la diffusion de Torquemada, coproduction internationale en deux épisodes, elle est programmée par France 2 en 1996 au milieu de la nuit. Les livres ne bénéficient pas d’un meilleur horaire : c’est au Cercle de minuit que Laure Adler reçoit en 1997 l’écrivain Michel Del Castillo pour son livre La tunique d’infamie qui évoque l’Inquisition espagnole. Le 1er septembre 1999 le journal télévisé de 20 heures de TF1 consacre une « brève » (16 secondes) à l’annonce faite par le pape Jean-Paul II d’une journée de repentance de l’Église, pour les fautes qu’elle a commises au cours de son histoire, parmi lesquelles les excès de l’Inquisition. Au total donc bien peu de choses, sur les trois chaînes principales, au cours de cette décennie, surtout si on la compare à la précédente.

13Il faut en fait, ces dernières années, se tourner vers la chaîne culturelle franco-allemande Arte, et La Cinquième, avec laquelle elle partage les créneaux horaires du même réseau, pour trouver des émissions sur l’Inquisition dans la diffusion hertzienne (hors chaînes thématiques diffusées par câble ou satellite). Dans la série Des religions et des hommes, en 1996, Jean Delumeau consacre une émission à l’hérésie et à l’Inquisition. En 1998, à deux reprises, le journal télévisé d’Arte propose un court sujet sur l’ouverture aux chercheurs des archives de l’Inquisition romaine, et le sommet des experts réunis à Rome à cette occasion.

  • 11 La grande œuvre sur le sujet demeure la dramatique réalisée pour la télévision dans la série La cam (...)

14Cependant c’est l’année 2002 qui sur Arte fait le plus de place à l’Inquisition. Deux soirées du mois de janvier (le 10 et le 17) sont consacrées à un Thema sur le sujet. Selon le principe de ces soirées, chacune comprend plusieurs émissions, deux ou trois documentaires et un film. Le programme commence à 22 heures, et se termine assez tard (entre 2 et 3 heures du matin). Le 10 janvier, consacré au catharisme, est dû à des équipes de réalisation françaises. La soirée s’ouvre sur un premier documentaire, de Michel Roquebert, présentant une histoire chronologique de l’hérésie cathare, qui évite les pièges du sensationnel et de l’hagiographie. La soirée se poursuit avec la diffusion du film La fiancée des ténèbres, de Serge de Poligny, réalisé sous l’occupation en 1944 avec Jany Holt et Pierre-Richard Wilm. Le lien avec le catharisme est ténu : l’action se situe à Carcassonne, où un ancien instituteur, habitant dans un château fait des recherches sur les Cathares. Il s’agit surtout d’une histoire d’amour, contrariée, qui vire vers le fantastique. Ce choix, sans doute par défaut, est révélateur des lacunes de la production cinématographique sur le sujet11. Après le film, un second documentaire, destiné aux insomniaques ou aux possesseurs de magnétoscopes puisque débutant à 1 heure 15, est construit selon un dispositif scénique original et très dépouillé : le comédien Michael Lonsdale reçoit, dans une grande salle médiévale, plusieurs historiens ou spécialistes du catharisme qui abordent chacun un aspect : catharisme et patriotisme occitan, Napoléon Peyrat « inventeur » de Montségur, le lien avec l’ésotérisme, le « pays cathare »…

15La soirée du 17 janvier est centrée sur l’Inquisition moderne, et réalisée par les Allemands de la NDR. Le film choisi est tchèque, La chasse aux sorcières et se situe dans la Bohème au XVIIe siècle. Il est accompagné de trois documentaires. Le premier Profession inquisiteur, présente un panorama chronologique de l’Inquisition, qui va de la lutte contre le catharisme au XXe siècle ; plusieurs historiens, de diverses nationalités européennes interviennent. Le second documentaire, intitulé Chasseur de sorcières, fait alterner quelques scènes muettes de reconstitution montrant un bûcher, quelques documents iconographiques d’époque commentées en voix off, et des entretiens avec des historiens sur la chasse aux sorcières en Allemagne et en Italie aux XVIe et XVIIe siècles. Enfin le troisième documentaire s’intéresse à la période contemporaine, à la Congrégation pour la doctrine de la foi, et présente notamment une enquête faite auprès d’un prêtre et d’une religieuse nord-américains, réduits au silence pour une activité pastorale jugée trop bienveillante envers les homosexuels. L’impression laissée par le visionnage de ces deux Thema est celle d’une production de qualité fournie aux téléspectateurs, dans des documentaires parfois un peu denses, pour les Allemands, ou sacrifiant un peu trop à la recherche formelle, pour les Français. En tout état de cause, ils constituent une bonne base pour s’informer sur la question.

16Au mois d’octobre suivant, Arte revient sur le sujet en programmant sous le titre L’Inquisition révélée, trois documentaires de 52 minutes, réalisés par des Allemands de la ZDF et programmés à 20 h 45. On peut s’étonner de ce que la chaîne revienne, quelques mois seulement plus tard, sur un sujet qu’elle a déjà longuement abordé. Outre le fait qu’il y a eu probablement concurrence entre les deux sociétés de production allemandes, cette seconde série d’émissions indique d’emblée ce qui, aux yeux des réalisateurs, la justifie. La séquence qui sert d’introduction aux trois émissions précise en effet : « Nous avons été la première équipe de télévision à fouiller les documents secrets de l’Inquisition pour découvrir la vérité qui se cache derrière la légende macabre ». Les deux premiers volets portent sur la période XVIe-XVIIIe siècle et sont directement inspirés du livre du chercheur néo-zélandais Peter Godman, l’un des premiers à travailler sur les archives après leur ouverture en 1998, et qui s’exprime longuement. Le montage fait alterner entretiens, reconstitutions scénarisées et documents iconographiques anciens. L’émission recherche l’effet « scoop », annoncé par le titre : L’Inquisition révélée. De fait, malgré l’intérêt historique certain de l’information donnée, il est difficile de parler de révélations, même si, comme l’explique P. Godman, les archives permettent de comprendre la mentalité et le raisonnement des inquisiteurs. Dans un contexte certes différent, les archives de l’Inquisition espagnole avaient déjà suscité de telles analyses. Le troisième volet concerne la période contemporaine et les transformations issues du concile Vatican II, jusqu’à la décision de 1998 d’ouverture, contrôlée, des archives. L’action de Monseigneur Ratzinger, artisan de la suppression de l’Inquisition, et actuel préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi qui lui a fait suite est analysée ; il intervient à plusieurs reprises, ainsi que des théologiens auxquels il s’est opposé. Ce troisième volet est d’ailleurs présenté par Alexandre Adler dans le cadre des Mercredis de l’histoire, habitués à traiter de l’histoire du XXe siècle.

17L’Inquisition a donc été présente sur le petit écran en France, depuis quarante ans, mais de manière épisodique. Il reste une émission phare, celle de La caméra explore le temps, qui a marqué les mémoires et contribué à valoriser le phénomène cathare. Elle date d’une époque où la représentation de l’histoire passait par la reconstitution historique, et la dramatisation. L’évolution des matériels de prise de vue, la multiplication des chaînes ont changé les conditions de réalisation et de diffusion. Cependant cette veine ne s’est pas éteinte ; elle s’est prolongée avec les fictions historiques. Dans les années qui ont suivi, l’historien, auteur d’un ouvrage sur le sujet, a été convoqué comme expert. On voit par là que la télévision, média audiovisuel, se rattache aussi à la culture de l’écrit. Enfin plus récemment, l’exemple de l’Inquisition confirme le recul des émissions historiques non liées au XXe siècle sur les chaînes généralistes. Le relais est pris par Arte, avec des documentaires fouillés et internationaux (ce qui est nouveau). Mais même sur cette chaîne culturelle, les choix de programmation dépendent de conditions en partie extérieures au caractère intrinsèque du sujet comme son lien avec l’actualité (ici l’ouverture des archives), ou le phénomène de mémoire, conservée ou reconstruite, comme celle du catharisme.

Notes

1 Ces émissions sont disponibles à l’Inathèque de France, BNF, Paris.

2 On utilisait le terme de « dramatiques » pour désigner ces fictions télévisées.

3 Le Figaro, 17.03.1966.

4 Officiellement, la série devenait trop ancienne. Cependant, la participation de Stellio Lorenzi aux grèves de février 1965 et son appartenance au Parti Communiste ont certainement joué un rôle dans sa disparition. Il avait d’ailleurs été prévu de reprendre la formule avec un nouveau titre et sans le réalisateur, Stellio Lorenzi.

5 Le Figaro, 17.03.1966. Entretien avec André Brincourt.

6 Le Figaro, 28.03.66.

7 Entretiens de mars-avril 1966. Fonds ORTF déposé aux Archives de Fontainebleau (F41 bis 4483 910460/6).

8 Article de Jean Vigneron, 24. 3.66.

9 Voir Isabelle Veyrat-Masson, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran, Paris, Fayard, 2000, 567 p. qui consacre deux chapitres à l’analyse de cette émission-phare de la télévision française.

10 Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1980, 220 p.

11 La grande œuvre sur le sujet demeure la dramatique réalisée pour la télévision dans la série La caméra explore le temps analysée plus haut, et dont certains extraits sont repris pour illustrer les propos du documentaire diffusé par Arte.

Auteurs

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540