Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

La France et l'Inquisition (XVIe-XXe siècle)

Inquisition romaine et évêques français pendant le concile de Trente

Roman Inquisition and French bishops during the Council of Trent

Elena Bonora

Résumé

This paper tries to examine different attempts made by the Roman Inquisition under Pius IV to prosecute French bishops accused of heresy. The lawsuit case was dealt with by giving prominence to the French side and the conflicting points of view between Gallican independence and universal hegemonic pretensions of the Holy See. From the Roman viewpoint and in the light of the newly accessible records of the Congregation for the Doctrine of Faith, its seems legitimate to place this event in a process of redefining the relationship between papacy and Inquisition started soon after the death of Paul IV. The reorganization of the Inquisition’s prerogatives and powers made by Pius IV inside the Roman Curia pinpointed the problem of heretic bishops and cardinals as the harshest motive for conflict.

Texte intégral

  • 1 Je prépare une étude plus vaste sur ce sujet.
  • 2 Voir le cas de l’évêque de Troyes Antonio Caracciolo et sa tentative d’être accepté comme évêque pa (...)

1Au cours des guerres de religion, l’Inquisition et la papauté essayèrent à maintes reprises, avec des résultats inégaux, d’intenter des procès à des représentants prestigieux de la hiérarchie ecclésiastique sujets du roi de France1. C’étaient tous des hommes d’Église appartenant à de grandes familles, ayant parfois avec la monarchie des liens de parenté, et titulaires de diocèses figurant parmi les plus importants du royaume. Il s’agissait aussi d’hommes au service de la monarchie engagés dans la diplomatie, dans le gouvernement militaire des provinces, ou dans les offices, ou encore de membres du Conseil privé du roi, de présences habituelles à la cour et de grands noms de la politique de la couronne. Certains d’entre eux avaient ouvert les portes des cathédrales aux prédicateurs protestants, d’autres s’étaient mesurés à des tentatives hasardeuses d’institutionnalisation de la Réforme, même au sein des structures diocésaines dépendant de Rome2. La plupart avaient reçu une formation culturelle et religieuse désormais incompatible avec les nouvelles orientations de l’église de la Contre-Réforme, même si vue de la France la situation pouvait encore sembler fort différente par rapport aux prises de conscience qui s’étaient opérées pendant les vingt années précédentes chez leurs homologues italiens.

  • 3 Voir Antoine Degert, « Procès de huit évêques français suspects de calvinisme », Revue des question (...)

2Les initiatives entreprises par l’Inquisition romaine dans les années 1560 contre sept évêques français et contre le cardinal Odet de Châtillon ont surtout été lues comme une question de caractère juridictionnel au cœur de laquelle se trouvait le problème du rapport entre la couronne et la papauté3. Toutefois, les développements qu’a connus ces vingt dernières années l’historiographie axée sur le XVIe siècle politique et religieux italien rendent aujourd’hui inadéquate l’image massive d’une curie romaine formant un bloc compact contre les pouvoirs de la monarchie française. C’est pour cette raison que je parlerai de l’affaire des évêques français accusés d’hérésie en quittant le terrain de la juridiction et en la prenant en considération sous un angle essentiellement politique et romain. Ceci signifie inscrire cet événement dans le processus de redéfinition des rapports entre la papauté et l’Inquisition, processus lancé après la mort de Paul IV. Ce réaménagement des prérogatives et des pouvoirs de l’Inquisition centrale mené par le successeur Pie IV à l’intérieur de la curie romaine vit précisément dans le problème de l’hérésie d’évêques et de cardinaux le motif le plus âpre de conflit.

  • 4 Pierre Hurtubise éd., Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), Rome, U (...)

3Si nous nous en tenons à une perspective strictement juridictionnelle, le conflit entre la couronne et le Saint-Siège sur la question des « évêques huguenots » ne pouvait connaître qu’une seule issue possible. En 1573, dix ans après les sentences d’excommunication prononcées à Rome contre les évêques français, le nonce Antonio Maria Salviati constatait l’échec des interventions romaines contre ces sujets du roi de France. Salviati déplorait en effet que l’un d’entre eux fût en Pologne au service du roi dont il jouissait d’une faveur inconditionnelle. Qu’un autre fût en train d’essayer de vendre son bénéfice. Qu’un autre encore résidât dans une abbaye qu’il possédait, après avoir résigné son évêché à un autre hérétique. L’un avait également perdu son épiscopat, mais seulement après avoir perdu les faveurs de la reine hérétique de Navarre. Un autre était mort, mais de son vivant avait bénéficié de rentes épiscopales. C’était donc une défaite pour Rome, dont se plaignait le nonce, en songeant non seulement aux fidèles abandonnés à la merci des pasteurs métamorphosés en loups, mais aussi à la perte des revenus passés dans les mains d’hérétiques et au manque à gagner des offices romains qui ne tiraient plus aucun profit de la confirmation papale et de l’expédition des bulles dans la mesure où le roi se refusait à nommer leurs successeurs4.

  • 5 ACDF, Sant’Ufficio, UV 77, 62 Varia, n° 47.

4Un siècle et demi plus tard, un assesseur du Saint-Office, Marcantonio Ansidei, nous fournit une autre lecture de cette affaire. En 1719, ce fonctionnaire scrupuleux recomposa l’histoire de ces procès advenus au XVIe siècle pour légitimer l’intervention de l’Inquisition contre les évêques français qui se révoltaient contre la bulle Unigenitus et en appelaient au concile général. Mais la logique d’Ansidei était celle de l’office central de l’Inquisition, pour lequel la mémoire historique constituait le plus précieux des arcana imperii – une logique au sein de laquelle la reconstitution de l’événement servait à justifier l’exercice d’un pouvoir5. Comme je l’ai déjà dit, il est opportun de reconstituer l’histoire des initiatives romaines menées contre les évêques français imputés d’hérésie en tenant compte des deux fronts sur lesquels s’est développée la politique de Pie IV : d’un côté, à l’extérieur, la grande politique européenne et l’extraordinaire entreprise du concile. De l’autre, à l’intérieur, la réduction drastique des pouvoirs de la congrégation de l’Inquisition dans les cas d’hérésie impliquant les représentants les plus prestigieux de la hiérarchie ecclésiastique.

  • 6 « Adiicientes quod si ullo umquam tempore apparuerit aliquem episcopum, etiam pro archiepiscopo seu (...)

5L’accusation d’hérésie prononcée contre les évêques et les cardinaux, et employée comme arme pour éliminer des adversaires politiques, situés au sommet de l’institution et responsables de propositions religieuses alternatives, avait risqué de déstabiliser l’Église sous le pape-inquisiteur Paul IV. De ce point de vue, la bulle Cum ex apostolatus officio du 15 février 1559 ne semble pas avoir éveillé chez les historiens l’attention qu’elle mérite. Avec cette bulle, le pape Paul IV avait introduit des éléments inédits d’anarchie au coeur de la monarchie pontificale. Bien plus dangereuse que les thèses conciliaires les plus radicales, la haute importance qu’il avait attribuée aux cardinaux de l’Inquisition ouvrait la porte à de futurs schismes et à de gravissimes lacérations au sein de l’Église. À partir de cet instant, en effet, étaient légitimées la déposition immédiate de tout souverain pontife ayant nourri des opinions hérétiques avant son élévation sur le trône papal, ainsi que la rébellion des sujets contre un pape hérétique6.

  • 7 Voir Massimo Firpo et Dario Marcatto éds., I processi inquisitoriali di Pietro Carnesecchi (1557-15 (...)
  • 8 « Ante omnia, ne videatur id ei profecto egisse ut quaecunque decreta Pauli IV subverteret, texenda (...)

6Comme on le sait, après l’élection de Pie IV – un pape qui ne provenait pas des rangs de l’Inquisition – eurent lieu les absolutions tourmentées des évêques et des cardinaux poursuivis par Carafa, et grâce à une série d’interventions énergiques sur le plan politique, le pouvoir passa d’une congrégation discréditée de l’Inquisition au collège des cardinaux7. Outre des actions politiques de grand éclat, Pie IV introduisit de profondes transformations même sur le plan normatif. Comme un membre haut placé de la curie le suggérait au biographe du pape Médicis, ce dernier n’était pas un perturbateur de l’ordre ecclésiastique. C’était plutôt un chef de l’Église qui, après la politique inconsidérée de son prédécesseur, « coactus [fuit] novum ius rescribere »8. Et ce « novum ius » concernait surtout la congrégation de l’Inquisition.

  • 9 Bullarium diplomatum et privilegiorum sanctorum romanorum pontificum, vol. 7 : A Pio IV (an. 1559) (...)
  • 10 Bullarium, op. cit., vol. 7, p. 499-502, bulle Inter multiplices curas du 21 décembre 1566.

7Les bulles des 14 et 31 octobre 1562 constituèrent une étape importante de ce processus de redéfinition normative9. Ces bulles revoyaient les compétences, l’organisation et les prérogatives de la congrégation. Comme par le passé, on y confirmait les facultés des cardinaux inquisiteurs d’instruire les procès lors des causes d’hérésie concernant les cardinaux et les évêques des pays d’outre-Alpes, avec des références transparentes à la France. Mais, à la grande différence du passé, et contrairement à ce qui avait été établi par la Licet ab initio, la bulle instituant la congrégation, les cardinaux de l’Inquisition furent privés de la prérogative de procéder, dans ces cas, « usque ad sententiam ». Cette faculté était en effet réservée au pape. D’ailleurs, dans la bulle du 31 octobre, lors d’une tentative évidente de clarification d’un passage crucial, on précisait que la prérogative de promulguer la sentence revenait uniquement au consistoire secret. Il me semble significatif que l’Inquisitor maior Michele Ghislieri en 1566, après son intronisation, s’empressât de renouer au moyen d’une nouvelle bulle avec les constitutions de Paul IV contre les hérétiques et de permettre à l’Inquisition d’annuler les sentences « consistorialiter emanatas », ainsi que celles prononcées par le concile10.

  • 11 L. von Pastor, op. cit., vol. 7, p. 485.
  • 12 Voir M. Firpo et D. Marcatto éds., op. cit., p. LXXXIV.

8Selon l’historien de la papauté, Ludwig von Pastor, les bulles de 1562 démontreraient que Pie IV, à l’encontre de ce qui était affirmé par ses contemporains, n’avait aucune intention de démanteler la congrégation de l’Inquisition. Son but était, au contraire, de la renforcer11. L’erreur de perspective commise par le grand historien allemand, consiste à avoir interprété les deux documents à la lumière d’une réalité factuelle, autrement dit sur la base de l’état d’incertitude et de repliement sur soi auquel le Saint-Office avait été contraint par les absolutions papales, comme celle du Cardinal Morone, par l’incarcération de certains de ses membres12, par la limitation radicale de ses compétences et – élément non négligeable – par la destruction de sa mémoire historique et de ses archives dans l’incendie de Ripetta.

  • 13 ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563, 1er mars 1560, f. 44 (cardinaux Bernardino Sco (...)
  • 14 Voir M. Firpo et D. Marcatto éd., op. cit., p. LXXXIII ; Luigi Carcereri, Giovanni Grimani patriarc (...)
  • 15 Voir ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563.

9L’ouverture des archives centrales du Saint-Office permet aujourd’hui de mesurer – avec davantage de précision que ne put le faire Pastor – cet affaiblissement des pouvoirs de l’Inquisition opérée sur le plan politique par Pie IV au cours de ses deux premières années de pontificat. Contrairement aux réunions très fréquentées qui se tenaient sous Paul IV, le nombre des cardinaux inquisiteurs se réduisit très nettement, au point que parfois deux seulement étaient présents aux congrégations qui se déroulèrent au cours de l’année 156013. Cette donnée n’est pas significative en soi, mais elle le devient si on la prend en considération parallèlement à d’autres facteurs. Comme le fait que, lorsqu’il s’agissait d’obtenir des absolutions, le pape nommait ad hoc et pour un bref laps de temps des hommes de son entourage14. Mais, surtout, comme le fait que de 1560 à 1562, pendant trois bonnes années, aucune congrégation ne se déroula en présence du pape15.

10Le terme de comparaison des bulles de Pie IV de 1562 ne réside pas, toutefois, dans cette situation concrète, qui était la résultante d’une lutte politique récente, mais dans la physionomie institutionnelle de la congrégation de l’Inquisition telle qu’elle avait été déterminée sur le plan normatif par Paul III et Paul IV. Eu égard à cet élément de comparaison, les bulles de 1562 fixèrent des limites essentielles au pouvoir du Saint-Office romain. Ces dernières avaient en effet pour but de réorganiser l’office central de l’Inquisition en vue d’une intervention contre les évêques et les cardinaux « extra Italiam » mais, en même temps, dans ce genre de cause, elles plaçaient la congrégation sous le contrôle étroit du pape. De cette manière, Pie IV faisait du Saint-Office un instrument politique à utiliser selon les objectifs fixés par sa politique conciliaire, et non pas par l’idéologie du cardinal Ghislieri.

  • 16 Bernard Barbiche et Ségolène Dainville barbiche, « Les légats a latere en France et leurs facultés (...)
  • 17 ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563, 17 novembre 1562, f. 120.
  • 18 ACDF, Sant’Ufficio, St. St. R 4 d, Processus in Offitio Sanctae Romanae Inquisitionis pro fisco dic (...)
  • 19 ACDF, Sant’Ufficio, UV 77, 62 Varia, n° 47, allegato A.
  • 20 « [Il papa] dissimula tutto et gli par ben dissimularlo per non far peggio, così dovrete far voi an (...)
  • 21 Borromée écrivait que le pape « è stato importunato da ogni banda a proceder contra il cardinale Sc (...)
  • 22 Susta, op. cit., vol. I, p. 296.
  • 23 Susta, op. cit., vol. II, p. 372, 378, 396-97, 414, 425. « Con un piede a Roma e l’altro a Ginevra, (...)
  • 24 Voir Susta, op. cit., I, p. 258 sq., le cardinal Giovanni Morone au duc d’Albe, Trente, 2 octobre 1 (...)

11Jusqu’à ce moment-là, en ce qui concerne le problème des évêques français suspects, Pie IV avait suivi la méthode déjà expérimentée consistant à envoyer des légats a latere dotés d’amples pouvoirs pour mener la lutte contre l’hérésie. Ce choix excluait l’intervention de la congrégation de l’Inquisition et réservait toute l’affaire aux négociations diplomatiques entre le pape, la couronne et les parlements qui avaient l’autorité d’enregistrer, ou non, ces pouvoirs16. Il se produisit cependant, fin novembre, un brusque tournant dans l’attitude du Saint-Siège. Le cardinal Odet de Châtillon fut cité à Rome par les cardinaux de l’Inquisition sur la base des prérogatives que leur avaient attribuées les bulles d’octobre17. Les enquêtes que l’Inquisition menait à l’encontre de Châtillon avaient été ouvertes en 155718. En 1561, au lendemain du Colloque de Poissy, le cardinal de Tournon, en qualité de légat en France, avait été chargé par Pie IV d’effectuer une enquête sur ce cardinal et sur certains évêques19. Bien que l’on disposât désormais à Rome d’un dossier consistant sur l’hérésie de cet ecclésiastique, et malgré les pressions de Philippe II et de la faction philo-espagnole qui s’était formée au sein de la curie, Pie IV s’était refusé jusqu’alors d’agir20. Les raisons en sont la politique européenne du pape. « Avant que nous ne mettions ce gros morceau de viande au feu », écrivait son neveu, le cardinal Charles Borromée au cardinal Hippolyte d’Este, le 28 juillet 1561, il faut « s’assurer des choses du concile » et attendre que « les prélats de France soient envoyés et presque arrivés à Trente »21. Un mois plus tard, le cardinal légat Hippolyte d’Este, le beau-frère de Renée de France, arrivait à la cour, chargé d’une mission très délicate : celle de « gagner Navarre »22. Pie IV, donc, temporisa jusqu’à ce que la convocation conciliaire fût certaine, et jusqu’à ce que l’accord avec Antoine de Bourbon, roi de Navarre, constituât une perspective politique concrète où le pape parvint à impliquer – au prix de grands efforts – l’Espagne de Philippe II23. Comme l’attestent les sources diplomatiques, la cour romaine pressentait alors le risque du schisme de l’Église gallicane et de l’échec du concile général, et elle craignait aussi une alliance entre Antoine de Bourbon, les princes allemands et l’Angleterre, voire éventuellement l’inquiétante candidature du roi de Navarre à la succession impériale24.

  • 25 Susta, op. cit., vol. II, p. 239, Borromée aux legats, Rome, 8 juillet 1562.
  • 26 Susta, op. cit., vol. II, p. 325 sq., Borromée aux legats, Rome, 22 août 1562.
  • 27 Susta, op. cit., vol. II, p. 338 sq., Girolamo Seripando à Borromée, Trente, 6-7 septembre 1562.
  • 28 Susta, op. cit., vol. II, p. 358 sq. Borromée aux legats, Rome, 11 septembre 1562.
  • 29 Susta, op. cit., vol. III, p. 452-454, Carlo Visconti à Borromée, Trente, 6 décembre 1562. Sur les (...)

12Qu’est-ce qui, au cours de l’automne 1562, détermina le tournant dans la politique papale ? La radicalisation de la première guerre de religion, en un conflit entre la couronne et les huguenots, marqua la fin de la politique de médiation confiée au cardinal d’Este. Le concile, solennellement ouvert le 18 janvier 1562, suivait son cours. L’été de la même année, on regardait à Rome avec une très vive inquiétude l’arrivée du cardinal de Lorraine et d’un « nuage d’évêques français » à ce concile qui semblait avoir désormais pour seul but de miner l’autorité papale25. En août, la crainte était à son comble : Charles Borromée avertissait Seripando que le cardinal de Guise envisageait d’arriver avec une quarantaine de prélats, de s’allier avec les Allemands et, « ce qui importe le plus », avec une partie des Espagnols. Le pape en personne avertissait qu’il se tenait sur le qui-vive, « connaissant très bien la température du cerveau de ce monsieur »26. Un mois plus tard, à Rome, on savait que les Français « étaient sur le point de [les] mettre dans de grands labyrinthes et dans des questions inextricables non seulement sur ce qu’il restait à faire, mais sur ce qui était fait »27. Tandis que l’on essayait à Trente de rassembler le plus grand nombre possible d’évêques italiens en les rappelant des sièges les plus lointains et en interdisant à tous les autres de s’éloigner, on commença à craindre aussi l’arrivée d’évêques suspects d’hérésie tels Jean de Monluc, évêque de Valence, et Antonio Caracciolo, évêque de Troyes28. C’est dans ce contexte que se déchaîna entre 1562 et 1563 l’offensive de l’Inquisition contre les sept évêques français. « Ab Hispana scabie, incidimus in morbum Gallicum », plaisantait-on à Trente au début de l’année 1562, un mois après l’arrivée des évêques français. Mais il est tout à fait significatif qu’aucun des prélats, contre lesquels était en cours le procès inquisitorial, n’osât se présenter au concile29.

  • 30 ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563, f. 154-155, 16 mars 1563, f. 155 ; 30 mars 156 (...)
  • 31 ASV, Archivio Concistoriale, Acta Miscellanea 34, f. 158 sq. Voir aussi le témoignage de Paolo Sarp (...)

13En mars 1563, toutes les congrégations du Saint-Office où l’on discuta la cause de Châtillon se tinrent, et ce pour la première fois depuis l’élection de Pie IV, coram sanctissimo. À l’une d’entre elles participa même le cardinal Morone qui allait partir pour Trente30. On décida alors, conformément à la bulle de 1562, que les cardinaux inquisiteurs devaient procéder dans les citations « quoad observationem terminorum usque ad sententiam exclusive ». Et en effet, ce fut au cours du consistoire secret du 31 mars 1563, et non pas durant une congrégation de l’Inquisition, que le pape promulgua la sentence de contumace de Châtillon qui fut privé de ses titres. Encore non convaincus, le notaire et le procureur fiscal de l’Inquisition demandèrent à cette occasion « ut pontifex pronunciaret qui sententiam tulit ». Le pape répondit qu’il la souscrirait lui-même. Quant à la publication, il déciderait par la suite s’il l’insérerait dans la bulle In coena Domini, ou s’il y procéderait à l’occasion d’un consistoire public31.

  • 32 Bullarium, op. cit., vol. 7, p. 249 sq., bulle Romanus Pontifex Christi vicarius du 7 avril 1563.

14Lors du consistoire qui excommunia le cardinal de Châtillon, devant un collège de cardinaux désormais transformé en lieu institutionnel où se prenaient les décisions les plus importantes dans la lutte contre l’hérésie, tandis que les hommes de l’Inquisition étaient réduits, au sein du Sacré Collège, au rôle de simples rapporteurs, le souverain pontife exposa l’urgence de poursuivre les évêques français suspects d’hérésie. Ce fut alors que le cardinal de Pise Scipione Rebiba, membre du Saint-Office sous Paul IV et incarcéré par Pie IV, demanda et obtint du pape l’attribution de plus amples pouvoirs. Le 7 avril 1563 fut donc promulguée une bulle qui modifia substantiellement les procédures pour la publication des citations exercées contre des évêques et des cardinaux soupçonnés d’hérésie32.

  • 33 ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563, f. 156v, 13 avril 1563.
  • 34 Les évêques cités étaient : Antonio Caracciolo évêque de Troyes, Jean de Monluc évêque de Valence, (...)

15Comme on le sait, la publicité des citations était un des droits fondamentaux reconnus par le Saint-Office aux imputés et plongeait ses racines dans la culture théologique et juridique de l’église catholique. Mais l’obligation de la citation du coupable représentait aussi un élément procédural qui risquait de bloquer le déroulement des procès de l’Inquisition, un motif constant de conflit avec les autorités laïques des lieux où ils devaient advenir, ainsi que l’occasion de jeux rocambolesques de cache-cache entre envoyés de l’Inquisition et imputés. Par la bulle du 7 avril, universellement considérée comme un document promulgué ad hoc contre les prélats français, le souverain pontife accorda à l’office central de l’Inquisition la faculté de citer les coupables par un édit public en affichant les citations aux quatre endroits habituels de Rome, sans qu’il fût nécessaire de les intimer en personne. Sur cette faculté se greffait la possibilité pour le tribunal central, de procéder sur la base d’informations recueillies « summarie et extraiudicialiter ». Et en effet, les citations des sept évêques français, sous peine d’excommunication latae sententiae lancées le 13 avril 156333, furent exécutées selon cette forme jusqu’à la sentence de contumace prononcée le 22 octobre de la même année34.

  • 35 Sur l’importance politique de la publication des citations dans le rapport entre l’église et l’état (...)

16Ce qui permettait cette procédure exceptionnelle, c’était une amplification de la clause de non tuto accessu déjà envisagée par les Clémentines, et reprise dans la Licet ab initio. Cette clause avait été pensée pour permettre aux autorités ecclésiastiques de publier des avertissements d’excommunication valables même sur les lieux où pullulaient les sectes. Dans des régions où les envoyés du pape ne pouvaient pénétrer sans risquer la mort. Dans des pays où la vie des bons catholiques était en danger, et dans les domaines soumis à des souverains qui n’étaient pas à même de sauvegarder la vraie foi. La signification symbolique que l’adoption d’une telle procédure pour la publication des citations contre les sujets français pouvait recouvrir aux yeux de la couronne, ainsi que la gifle représentée par l’« injure » essuyée par le roi, et perpétrée contre le royaume de France, si solennellement et officiellement assimilé à une terre d’hérétiques, me paraissent évidentes35.

  • 36 P. Sarpi, op. cit., vol. II, p. 1226.
  • 37 Arch. St. Ven., Sant’Ufficio, Processo contro Dionisio Gallo, b. 22, déposition de Giovan Francesco (...)

17Paolo Sarpi fut le premier, dans son extraordinaire lecture du XVIe siècle politique et religieux, à établir d’une manière claire et articulée le lien entre conjoncture politique et offensive de l’Inquisition contre les évêques français, et à mettre en lumière la valeur de propagande que revêtaient aussi les initiatives romaines36. En 1566, un patricien de la famille vénitienne Pisani fut interrogé comme témoin par l’inquisiteur de Venise lors du procès intenté contre le prêtre français Dionisio Gallo, prédicateur et prophète, et partisan d’une proposition de réforme politique et religieuse qui l’avait fait arrêter pour hérésie. Il me paraît significatif que, dans ce contexte, ce noble vénitien rapportât à l’inquisiteur qu’il avait pris l’étranger qu’il avait vu en train de prêcher dans la cour du Palais des Doges vêtu d’un long habit orné de coeurs brodés, rien moins que pour un évêque français37.

Bibliographie

18Annales ecclesiastici ab anno MCXCVIII ubi desinit cardinalis Baronius auctore Odorico Raynaldo […] auctore J. D. Mansi, 15 vol., Lucae, typis Leonardi Venturini, 1747-1756.

Bibliographie

Barbiche, B., et Dainville Barbiche, S., « Les légats a latere en France et leurs facultés aux XVIe et XVIIe siècles », Archivum Historiae Pontificiae, 23, 1985, pp. 93-165.

Bullarium diplomatum et privilegiorum sanctorum romanorum pontificum, 24 vol., Augustae Taurinorum, 1857-1872.

Carcereri, L., Giovanni Grimani patriarca d’Aquileia, accusato di eresia, Roma, Cooperativa tipografica Manuzio, 1907.

Degert, A., « Procès de huit évêques français suspects de calvinisme », Revue des questions historiques, 76, 1904, pp. 61-108.

De Vivo, F., « Dall’imposizione del silenzio alla « guerra delle scritture ». Le pubblicazioni ufficiali durante l’interdetto del 1606-1607 », Studi veneziani, n.s., 41, 2001, p. 179-213.

Firpo M. et Marcatto D., éds., I processi inquisitoriali di Pietro Carnesecchi (1557-1567), 2 vol. en 4 tomes, Città del Vaticano, Archivio Segreto Vaticano, 1998-2000.

Hurtubise, P., éd., Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), Rome, Université Pontificale Grégorienne, 1975, (Acta Nuntiaturae Gallicae, 13),

Johnson Burns, L.T., « The politics of conversion : John Calvin and the bishop of Troyes », The Sixteenth Century Journal, 25, 1994, n° 4, p. 809-822.

Leathers Kuntz, M. « Profezia e politica nella Venezia del sedicesimo secolo : il caso di Dionisio Gallo », Studi veneziani, n.s., 22, 1991, p. 49-74.

Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, documents recueillis par G. Canestrini et publié par A. Desjardins, 3 vol., Paris, Imprimerie impériale, 1859-1865.

Pastor, L. (von), Storia dei papi dalla fine del Medioevo, 16 vol., Roma, Desclée & C., 1910-1934.

Roberts, P., « Religious conflict and the urban setting : Troyes during the French Wars of Religion », French History, 6, n° 3, 1992, p. 259-278.

Sarpi, P., Istoria del concilio tridentino, a cura di C. Vivanti, 2 vol., Torino, Einaudi, 1974.

Sforza Pallavicino, P., Istoria del concilio di Trento, vol. 2, in Roma, Angelo Bernabò dal Verme, 1756-1757.

Susta, J., Die römische Kurie und das Konzil von Trient unter Pius IV. Actenstüke zur Geschichte des konzils von Trient, 4 vol., im auftrage der Historischen Commission der Kaiserlichen akademie der Wissenschafter, Wien, Holder, 1904-1914.

Tallon, A., La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, École française de Rome, 1997.

Turchetti, M., Concordia o tolleranza? : François Bauduin (1520-1573) e i « Moyenneurs », Genève, Droz, 1984.

Wanegffelen, T., Ni Rome ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1997.

Annexes

Abréviations

ACDF, Sant’Ufficio
Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede, Archivio della Congregazione del Sant’Ufficio

St. St.
Stanza Storica

ASV
Archivio Segreto Vaticano

Arch. St. Ven.
Archivio di Stato di Venezia

Notes

1 Je prépare une étude plus vaste sur ce sujet.

2 Voir le cas de l’évêque de Troyes Antonio Caracciolo et sa tentative d’être accepté comme évêque par l’église réformée de Troyes : Thierry Wanegffelen, Ni Rome ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1997, p. 229-253, 331-352 ; Loretta T. JOHNSON BURNS, « The politics of conversion : John Calvin and the bishop of Troyes », The Sixteenth Century Journal, 25, 1994, n° 4, p. 809-822 ; Penny Roberts, « Religious conflict and the urban setting : Troyes during the French Wars of Religion », French History, 6, n° 3, 1992, p. 259-278.

3 Voir Antoine Degert, « Procès de huit évêques français suspects de calvinisme », Revue des questions historiques, 76, 1904, p. 61-108.

4 Pierre Hurtubise éd., Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), Rome, Université Pontificale Grégorienne, 1975, (Acta Nuntiaturae Gallicae, 13), p. 389, Antonio Maria Salviati au cardinal Tolomeo Gallio, 25 janvier 1573.

5 ACDF, Sant’Ufficio, UV 77, 62 Varia, n° 47.

6 « Adiicientes quod si ullo umquam tempore apparuerit aliquem episcopum, etiam pro archiepiscopo seu patriarcha, vel primatem se gerentem aut praedictae Romanae Ecclesiae cardinalem, etiam, ut parefertur, legatum, seu etiam Romanum Pontificem, ante eius promotionem vel in cardinalem seu Romanum Pontificem assumptionem, a fide catholica deviasse aut in aliquam haeresim incidisse, promotio seu assumptio de eo, etiam in concordiam et de unanimi omnium cardinalium assensu facta, nulla, irrita et inanis existat » (Bullarium diplomatum et privilegiorum sanctorum romanorum pontificum, vol. 6 : Ab Hadriano VI (an. 1522) ad Paulum IV (an. 1559), Augustae Taurinorum, Sebastiano Franco et Henrico Dalmazzo editoribus, 1860, p. 551-556.

7 Voir Massimo Firpo et Dario Marcatto éds., I processi inquisitoriali di Pietro Carnesecchi (1557-1567), vol. I/1 : I processi sotto Paolo IV e Pio IV (1557-1561), Città del Vaticano, Archivio Segreto Vaticano, 1998, p. XXXVII-LIV

8 « Ante omnia, ne videatur id ei profecto egisse ut quaecunque decreta Pauli IV subverteret, texenda est oratio ut appareat ob multorum querimonias qui se Pauli sanctionibus iniuste tractatos lamentabantur, coactum esse novum ius rescribere ». Le conseil était adressé à Onofrio Panvinio, continuateur de l’ouvrage de Giovanni Battista Platina, Historia de vitis Pontificum Romanorum (cité par Ludwig von Pastor, Storia dei papi dalla fine del Medioevo, vol. 7, Roma, Desclée & C., 1923, p. 655).

9 Bullarium diplomatum et privilegiorum sanctorum romanorum pontificum, vol. 7 : A Pio IV (an. 1559) ad Pium V (an. 1572), Augustae Taurinorum, Sebastiano Franco et Henrico Dalmazzo editoribus, 1862, p. 236-239, bulle Pastoralis officii munus du 14 octobre 1562 ; L. von Pastor, op. cit., vol. 7, p. 627-628, bulle Saepius inter arcana mentis du 31 octobre 1562.

10 Bullarium, op. cit., vol. 7, p. 499-502, bulle Inter multiplices curas du 21 décembre 1566.

11 L. von Pastor, op. cit., vol. 7, p. 485.

12 Voir M. Firpo et D. Marcatto éds., op. cit., p. LXXXIV.

13 ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563, 1er mars 1560, f. 44 (cardinaux Bernardino Scotti et Michele Ghislieri) ; 24 maggio 1560, f. 52v, (cardinaux Giovanni Puteo et Rodolfo Pio di Carpi).

14 Voir M. Firpo et D. Marcatto éd., op. cit., p. LXXXIII ; Luigi Carcereri, Giovanni Grimani patriarca d’Aquileia, accusato di eresia, Roma, Cooperativa tipografica Manuzio, 1907, p. 17.

15 Voir ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563.

16 Bernard Barbiche et Ségolène Dainville barbiche, « Les légats a latere en France et leurs facultés aux XVIe et XVIIe siècles », Archivum Historiae Pontificiae, 23, 1985, p. 93-165.

17 ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563, 17 novembre 1562, f. 120.

18 ACDF, Sant’Ufficio, St. St. R 4 d, Processus in Offitio Sanctae Romanae Inquisitionis pro fisco dicti offitii contra Ill.mum et Rev.mum Cardinalem Castillionum ac nonnullos episcopos archiepiscopos et alios prelatos Galliae, ff. 654-702v. Voir aussi ACDF, Sant’Ufficio, UV 77, 62 Varia, n° 47, allegato A.

19 ACDF, Sant’Ufficio, UV 77, 62 Varia, n° 47, allegato A.

20 « [Il papa] dissimula tutto et gli par ben dissimularlo per non far peggio, così dovrete far voi ancora in quel modo et fino a quel termine che vi parerà, drizzando la barca hora con speranze, hora con risentimenti, secondo le pieghe che vedrete fare a lui, et temporeggiando » (Josef Susta, Die römische Kurie und das Konzil von Trient unter Pius IV. Actenstüke zur Geschichte des konzils von Trient, vol. I, Wien, Holder, 1904, p. 225, le cardinal Charles Borromée au nonce Sebastiano Gualtieri, Rome, 28-29 juillet 1561). Voir aussi J. SUSTA, op. cit., p. 204, 221, 427 ; vol. II, p. 427, 436, 465-469.

21 Borromée écrivait que le pape « è stato importunato da ogni banda a proceder contra il cardinale Sciatiglione […]. Pare a S.S.tà che non sia bene a farlo finché li prelati di Francia non siano inviati et quasi arrivati a Trento, per assicurarsi delle cose del concilio prima che mettiamo questo gran pezzo di carne a foco » (J. Susta, op. cit., vol. I, p. 221, Borromée au cardinal Hippolyte d’Este, Rome, 28 juillet 1561).

22 Susta, op. cit., vol. I, p. 296.

23 Susta, op. cit., vol. II, p. 372, 378, 396-97, 414, 425. « Con un piede a Roma e l’altro a Ginevra, una mano tesa verso la Spagna e l’altra verso la Germania, la posizione di Antonio, almeno fino all’autunno del’61, era la più scomoda ed instabile di quella di qualsiasi altro uomo politico del momento » (Mario TURCHETTI, Concordia o tolleranza ? : François Bauduin (1520-1573) e i « Moyenneurs », Genève, Droz, 1984, p. 207).

24 Voir Susta, op. cit., I, p. 258 sq., le cardinal Giovanni Morone au duc d’Albe, Trente, 2 octobre 1561 ; p. 277-281, instructions du pape Pio IV au comte Brocardo Persico envoyé en Espagne, Rome, 18 ottobre 1561. Voir aussi Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, documents recueillis par G. Canestrini et publiés par A. Desjardins, vol. 3, Paris, Imprimerie impériale, 1865, p. 496, Étampes, 20 settembre 1562, l’ambassadeur Niccolò Tornabuoni au duc de Toscane.

25 Susta, op. cit., vol. II, p. 239, Borromée aux legats, Rome, 8 juillet 1562.

26 Susta, op. cit., vol. II, p. 325 sq., Borromée aux legats, Rome, 22 août 1562.

27 Susta, op. cit., vol. II, p. 338 sq., Girolamo Seripando à Borromée, Trente, 6-7 septembre 1562.

28 Susta, op. cit., vol. II, p. 358 sq. Borromée aux legats, Rome, 11 septembre 1562.

29 Susta, op. cit., vol. III, p. 452-454, Carlo Visconti à Borromée, Trente, 6 décembre 1562. Sur les évêques français au concile de Trente, voir Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, École française de Rome, 1997.

30 ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563, f. 154-155, 16 mars 1563, f. 155 ; 30 mars 1563 (congrégation avec le cardinal Morone) ; f. 166, 31 marzo 1563 (congrégation de l’Inquisition et consistoire secret).

31 ASV, Archivio Concistoriale, Acta Miscellanea 34, f. 158 sq. Voir aussi le témoignage de Paolo Sarpi, (Paolo Sarpi, Istoria del concilio tridentino, a cura di C. Vivanti, vol. II, Torino, Einaudi, 1974, p. 1073-1074).

32 Bullarium, op. cit., vol. 7, p. 249 sq., bulle Romanus Pontifex Christi vicarius du 7 avril 1563.

33 ACDF, Sant’Ufficio, Decreta Sancti Offici 1559-1563, f. 156v, 13 avril 1563.

34 Les évêques cités étaient : Antonio Caracciolo évêque de Troyes, Jean de Monluc évêque de Valence, Jean de Chaumont ou Saint-Romain archevêque d’Aix, Claude Régin évêque d’Oloron, Louis d’Albret évêque de Lescar, Jean de Saint-Gelais évêque d’Uzès, Charles Guillart évêque de Chartres. Sur le consistoire du 22 octobre 1563 voir : ASV, Archivio Concistoriale, Acta Miscellanea 34, f. 184 sq. ; Annales ecclesiastici ab anno MCXCVIII ubi desinit cardinalis Baronius auctore Odorico Raynaldo […] auctore J. D. Mansi, vol. XV, Lucae, typis Leonardi Venturini, 1756, p. 427-428 ; Pietro Sforza pallavicino, Istoria del concilio di Trento, vol. II, in Roma, Angelo Bernabò dal Verme, 1757, p. 944. Sur l’exécution des citations à Rome, voir ACDF, S. Ufficio, St. St. R 4 d, n° 13-18. En même temps la reine de Navarre Jeanne d’Albret fut citée pour hérésie : je prépare une étude plus vaste pour placer cette grave mesure dans le cadre général de la politique de Pie IV.

35 Sur l’importance politique de la publication des citations dans le rapport entre l’église et l’état, voir Filippo De VIVO, « Dall’imposizione del silenzio alla « guerra delle scritture ». Le pubblicazioni ufficiali durante l’interdetto del 1606-1607 », Studi veneziani, n.s., 41, 2001, p. 179-213.

36 P. Sarpi, op. cit., vol. II, p. 1226.

37 Arch. St. Ven., Sant’Ufficio, Processo contro Dionisio Gallo, b. 22, déposition de Giovan Francesco Pisani di Marcantonio, 2 luglio 1566. Sur le cas de Dionisio, voir Marion LEATHERS KUNTZ, « Profezia e politica nella Venezia del sedicesimo secolo : il caso di Dionisio Gallo », Studi veneziani, n.s., 22, 1991, p. 49-74.

Auteur

Université de Parme

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540