Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et contrôle idéologique

Projection publique et projection diffuse de l’Inquisition

Public showing and diffuse showing of the Inquisition

Juan Ignacio Pulido Serrano

Résumé

Through the reflections exposed in my contribution, I would think about the Inquisition’s capacity to influence the society of its time. Thus, I would concentrate on the two aspects that made the Inquisition’s social presence felt in Spain down to Modern Times. Those aspects can be defined as a public showing and a diffuse showing of the Court of Faith; both are linked to one another, and contribute assistance to each other to help them win and retain their power. By public showing I mean all the activities that, directly or indirectly, projected the institution’s image and its ideology towards society. As I am trying to explain hereafter, those activities helped to give a powerful visible presence to the meaning of the institution in the social sphere. The concept of diffuse showing is a reference to the extended period the Inquisition did last beyond its limits as an institution. That was made possible through a dense network of social relationships the members had at various levels, outside the proper inquisitorial field.

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Dedieu, L’administration de la Foi. L’inquisition de Tolède (XVIe-XVIIIe siècles), Madr (...)
  • 2 « La inquisició a debat », Revista D’Historia Moderna Manuscrits, n° 13, 1995, p. 39-41

1L’objectif des considérations qu’on va exposer est de réfléchir sur la capacité d’influence que l’Inquisition avait sur la société espagnole pendant les siècles qui constituent ce qu’on appelle l’Âge Moderne. Ainsi donc, dans les pages suivantes, notre intention est d’essayer d’expliquer quelques-unes des formules qui rendirent possible la pénétration sociale de l’Inquisition. Pour commencer, je crois convenable d’attirer l’attention sur un aspect concernant ce thème, qui a été déjà mis en relief par l’historien Jean-Pierre Dedieu en différentes occasions. Dans son livre L’administration de la Foi, il remarque la grande importance, pour l’institution inquisitoriale, de la fonction de propagande et sa présence publique comme moyen de dissuasion dans la lutte contre l’hérésie1. Voici plusieurs années, dans un débat sur l’Inquisition, Dedieu nous parla du caractère paradoxal des chiffres de la répression. Au désavantage de ce qu’on pensait, à partir du milieu du XVIe siècle le nombre des victimes de l’action inquisitoriale fut très faible. Les chiffres que cet historien nous donne parlent clairement : dans les grandes villes, chaque année on inculpait 7 personnes sur 40 000 ou 50 000 ; dans les moyennes et petites localités, environ 3, et dans les villages seulement 1 personne. Presque personne en réalité. Alors, se demande Dedieu, d’où vient cette image omniprésente de l’Inquisition ? Lui-même fait allusion à une stratégie bien définie et développée par cette institution, et qu’il qualifie de « politique de communication » ou « politique d’image », avec laquelle furent obtenus, en plus, des résultats importants à l’heure de consolider l’édifice idéologique dominant dans la monarchie espagnole2.

  • 3 Jaime Contreras, « Procesos culturales hegemónicos : De religión y religiosidad (Reflexiones sobre (...)
  • 4 Bartolomé Bennassar, « Modelos de la mentalidad inquisitorial : métodos de su “pedagogía del miedo” (...)

2La question de cet historien continue à être là, en nous lançant un défi de réponse. Sans doute, il faut de multiples raisons pour donner une réponse satisfaisante et complète à cette question, même si dans les pages suivantes, sans prétendre tarir le sujet, nous allons essayer d’explorer l’une des ces possibles causes, déjà signalée par Dedieu. Il s’agit de la projection sociale que l’institution avait, une projection attachée à une stratégie bien étudiée et d’une grande efficacité. Au-delà des tâches répressives que le tribunal réalisa depuis le secret relatif au procès, à partir d’une position occulte aux yeux de la société, l’Inquisition a réservé une bonne partie de ses efforts et de ses énergies pour développer des voies de communication et des formules de propagande qui permettent sa pénétration dans la société, pour inoculer de cette manière tout un ensemble d’idées et valeurs qui fortifient ce que Jaime Contreras a dénommé comme un discours culturel hégémonique3. Pour sa part, Bartolomé Bennassar nous a parlé des œuvres pédagogiques de l’Inquisition, en se référant à la « pédagogie de la peur » et à « diffusion subtile de la peur entre les couches du corps social ». Le secret absolu de procès, la mémoire de l’infamie et la menace de la misère furent, selon cet hispanisant, les armes utilisées par le tribunal pour imposer sa présence implacable dans la société4.

3En suivant le même trait indiqué par ces auteurs et d’autres, nous voulons réfléchir ici à deux des voies utilisées par l’Inquisition pour pénétrer dans la société qui, nous le croyons, sont importantes et en relation étroite l’une avec l’autre. Ce sont des voies qu’on peut indiquer par projection publique et projection diffuse de l’Inquisition. Par projection publique on veut dire toutes les activités qui, d’une manière directe ou indirecte, projetaient dans la société l’image de l’institution de même que son idéologie. Ces activités, comme on va le démontrer dans les pages suivantes, contribuaient en plus à fortifier la présence visible de la signification de l’institution dans l’espace social. Par projection diffuse on comprend la prolongation de l’Inquisition au-delà des confins propres à l’institution, grâce au riche éventail des relations sociales maintenues par ses membres dans divers espaces, loin du terrain strictement inquisitorial. Chacun des hommes qui faisaient partie de l’Inquisition se projetait aussi hors de celle-ci, à travers les activités qu’il réalisait en marge des occupations de son poste. Le rayon d’action de ces individus dépassait, donc, le monde inquisitorial. En outre, comme on sait, les membres de l’Inquisition avaient plusieurs emplois : ils exerçaient d’autres tâches, différentes de celles de leur poste au tribunal. Grâce à ce dédoublement, ces hommes se transformèrent en de magnifiques transmetteurs de la doctrine et de l’image du Tribunal de la Foi, en faisant des ponts entre l’institution et l’entourage social. En plus, cette projection diffuse de l’Inquisition dans la société à travers ses membres fut essentielle pour garantir le plus grand succès possible de sa présence publique et de ses objectifs pédagogiques et publicitaires.

4Jusqu’aujourd’hui, les historiens ont insisté beaucoup sur le sens et la fonction de l’autodafé comme cérémonie publique avec une arrogante incidence dans la société. Mais, au-delà de ces actes ponctuels qui ne laissèrent pas d’être sporadiques et destinés seulement à un nombre réduit de villes, il y avait d’autres formes et moments où l’institution inquisitoriale sortit dans la rue à la rencontre de la société. En plus des autodafés, il y eut beaucoup d’autres occasions qui justifièrent son apparition, les unes de nature ordinaire et les autres de caractère extraordinaire : ensemble, ces occasions purent faire de la dite présence une constante. Comme il y a lieu d’imaginer, nous sommes en train de parler d’un phénomène urbain et réduit aux villes principales de la monarchie, même si, sans aucun doute, à partir de ces localités, il fut possible d’irradier une influence importante sur le reste du territoire. Les occasions où l’Inquisition apparaissait en public furent très diverses. En voici quelques exemples.

  • 5 Sur les cérémonies de 1632 et 1640, voir la documentation qui existe à l’Archive Historique Nationa (...)

5Un fait apparent pour la vie espagnole de l’époque, comme celui de la publication par l’Inquisition d’un nouvel Index des livres interdits et expurgés, était uni à une cérémonie publique où l’on célébrait l’événement avec un grand apparat. Un cas pareil eut lieu à Madrid avec la publication des Index de 1632 et de 1640. Les autorités inquisitoriales voulurent donner à ces actes la plus grande solennité et propagande possible, et pour cela elles mobilisèrent leurs ressources. On choisit le dimanche pour la célébration des cérémonies. Un jour auparavant, le samedi, on devait faire une longue procession qui parcourût les principales rues et places de la ville. Plus de soixante familiers du Saint-Office, avec leurs chevaux, enseignes et étendards, faisaient partie de l’accompagnement. Dans les lieux les plus fréquentés, le cortège s’arrêtait et, avec les timbales et les trompettes, on appelait les gens à venir écouter l’annonce qui les convoquait à la cérémonie inquisitoriale du lendemain. Cette annonce même faisait partie du spectacle inquisitorial qui aurait lieu le lendemain5.

  • 6 Agustín de P. Castro, Sermón que predicó…en la publicación del Índice Expurgatorio de los libros qu (...)

6Par ailleurs, des employés du tribunal se dirigeaient vers les couvents, les monastères et les églises pour prévenir et commander que chacun collaborât ses obligations. Le lendemain, dimanche matin, une procession peuplée sortait des maisons du Tribunal de la Foi et, entourée par la multitude qui se mobilisait à l’occasion, parcourait les rues vers l’église élue pour la célébration de l’acte : parmi le cortège on pouvait voir des gens nobles, des autorités ecclésiastiques, des religieux de différents ordres, des ministres, des familiers et des commissaires de l’Inquisition. Après, à l’intérieur de l’église, on procédait à la cérémonie, sermon inclus, à la charge de quelque prédicateur réputé de la Cour. En 1632, nous savons que le prédicateur de l’Église de Santa María était le célèbre jésuite Agustín de Castro, un strict collaborateur de l’Inquisition et un participant à plusieurs de ses fêtes. L’imprimerie immortalisa et divulgua son sermon6. Le fait de fêter la censure, comme dans ces cas, signifiait porter sur la scène urbaine tout un ensemble d’actions qui aidaient l’Inquisition pour propager son image et sa doctrine. En outre, les autorités inquisitoriales veillaient à ce que la nouvelle arrivât aux lieux principaux de la monarchie, en mobilisant les tribunaux du district pour que, « dans toutes les églises, cathédrales et collèges et autres lieux », l’Index fût publié aussi avec la solennité convenable.

  • 7 Bibliothèque Nationale de Madrid, ms. 9572, feuilles 7. et 8. Certamen poético que la Augusta Ciuda (...)
  • 8 Bibliothèque de Francisco de Zábalburu (Madrid), dossier M-37-1496, « Descripción de la solemne y s (...)

7Un autre exemple où l’Inquisition apparaît dans la scène sociale, un exemple qui a laissé quelque piste documentée, est celui de 1619 à Saragosse. On fit alors des fêtes pour célébrer la décision de Philippe III de promouvoir Fray Luis de Aliaga au poste d’Inquisiteur Général. Pendant ces jours, l’Inquisition compta sur une promotion très spéciale dans cette ville, et elle ne rata pas l’occasion d’exalter son image. Une affiche annonçant un concours poétique et quelques vers composés pour l’occasion en portent témoignage : comment ces fêtes servaient à propager, d’une manière très sonore, les différentes manifestations publiques d’exaltation du Saint Tribunal7. Loin de là, à Grenade, les festivités de 1664 dédiées à la mémoire de Pedro d’Arbués, inquisiteur tué de la main d’un groupe de convertis, donnèrent lieu à un ensemble considérable de manifestations et d’actes habituels lors de telles célébrations : poésie de tout genre, architecture éphémère, feux d’artifice, représentations théâtrales, sermons et processions dans les rues et églises de la ville. Pendant cette ambiance de fête, l’image de l’Inquisition était de premier ordre au-dessus de n’importe quelle autre institution, et à son exaltation participaient tous les voisins du lieu, ainsi que les visiteurs étrangers et même ces individus qui s’amusaient avec la lecture des rapports manuscrits et imprimés qui décrivaient la fête8.

8À ce type de fêtes inquisitoriales, il faut ajouter quelques autres qui atteignirent un relief très spécial à l’époque. Celles-ci eurent lieu aux différents moments où l’Inquisition organisa et promut des manifestations publiques de type religieux et politique contre l’hérésie. Il n’y a pas de doute que cette institution assuma sa part de responsabilité dans la défense du programme politico-religieux de la monarchie catholique, pas seulement, comme nous avons dit ci-dessus, en poursuivant et en punissant le délit d’hérésie, mais aussi en collaborant intensément dans les tâches d’endoctrinement et de diffusion de cette idéologie. Ainsi, la lutte contre l’erreur hérétique ne se faisait pas uniquement avec l’activité du procès, mais aussi avec sa capacité de propager et de mobiliser la société. À cette fin, l’Inquisition organisa plusieurs actes publics sous forme de fêtes qui servirent comme support et véhicule de collaboration dans la divulgation efficace et massive du programme idéologique de la monarchie. De cette manière, des actes sacrilèges supposés contre la religion et l’Église, survenus autrefois, donnèrent lieu à une réponse programmée qui, dirigée par l’Inquisition, arrivait généralement à entraîner les autres institutions et l’ensemble de la société dans la prise de la scène publique. Le sacrilège ou offense religieuse se transformait en scandale public et, en plus, en prétexte opportun pour déchaîner tout un système bien organisé et dirigé de réponses massives avec des actes d’apologie et de réaffirmation militante. Les injures étaient proférées surtout contre l’Eucharistie, la Vierge ou les images du Christ Crucifié : des principes basiques du catholicisme dans la Monarchie Espagnole, comme l’étaient le christocentrisme, le mystère eucharistique ou l’Immaculée Conception.

9Dans ce sens, le problème des possibles et différentes interprétations du mystère de l’eucharistie ouvrit, comme on sait, une grave brèche dans la chrétienté, en opposant avec violence, dans le champ de bataille et dans le débat religieux et intellectuel, les européens durant une partie du XVIe et du XVIIe siècle. Il fallut défendre les positions fixées dans le monde catholique sur cette question d’une manière constante et intense, en utilisant plusieurs et différents moyens qui engendrèrent entre les fidèles catholiques une grande sensibilité à cet aspect fondamental de la croyance. Il ne fallait pas seulement motiver les fidèles pour qu’ils fréquentassent plus souvent le sacrement de la communion, mais encore leur expliquer son sens avec constance et neutraliser le progrès possible de ces interprétations de l’eucharistie qui niaient ou mettaient en question le dogme catholique. En s’adjoignant aux ministres de l’Église dans leur tâche dévouée et quotidienne d’endoctrinement des fidèles, concernant l’eucharistie ou d’autres aspects, l’Inquisition contribua à l’entreprise à sa manière, avec des campagnes ponctuelles et sporadiques, mais avec une énorme conviction et une grande capacité d’entraînement social.

  • 9 J.-P. Dedieu fait allusion à ce cas dans le chapitre intitulé « El modelo religioso : las disciplin (...)

10Dans ce sens, ce qui fut fait à Madrid en 1624 sert d’exemple. Cette année-là, la ville fut parcourue par d’intenses mobilisations multitudinaires qui eurent lieu à la suite de deux actions inquisitoriales accompagnées chacune d’un autodafé. Dans chacun des deux autodafés il sortit un seul accusé, ce qui indique que tout l’apparat extraordinaire qui se mit en scène répondait à l’objectif, non seulement de châtier l’hérétique, mais surtout de donner une leçon aux fidèles. Les deux accusés furent punis à cause d’actes sacrilèges contre l’eucharistie, outrages qui avaient engendré une commotion profonde à Madrid. Des dizaines de milliers de spectateurs dans un théâtre grandiose tel que la Plaza Mayor et quelques-unes des rues principales de Madrid ; beaucoup d’effort et plusieurs heures de travail de la part des ministres et officiers dans les préparatifs d’une cérémonie qui supposait de grandes dépenses. En outre, dans ce climat de dévotion, se déchaînèrent dans la ville plusieurs fêtes religieuses en faveur de l’eucharistie, des fêtes qui recommencèrent à mobiliser les gens durant plusieurs mois. Sur l’échafaud de la Plaza Mayor, face à la multitude, il y avait seulement un accusé dans chacun des autodafés. Un nombre peu abondant, va-t-on penser, mais suffisant pour compléter la mise en scène promue par l’Inquisition qui voulut emmener dans la rue tous ces moyens disponibles pour participer à la défense du mystère de l’eucharistie, en transformant Madrid en une allégorie, comme s’il s’agissait d’un drame sacramentel, avec une représentation théâtrale collective où tout le monde intervenait et dans laquelle le Saint-Office assumait le rôle de protagoniste. C’étaient, il est vrai, des occasions ponctuelles et sporadiques extraordinaires, mais qui complétaient l’action doctrinale de l’Église, qui agissait à travers d’autres conduites plus ordinaires9.

  • 10 F. Alonso Rivera, Historia sacra del Santísimo Sacramento contra las herejías de estos tiempos, Mad (...)
  • 11 Hortensio Paravicino, « Oración evangélica del Santísimo Sacramento, en ocasión de un sacrilegio… » (...)
  • 12 Deux versions légèrement différentes peuvent être lues dans la Royale Académie de l’Histoire, 9/370 (...)
  • 13 Andrés de Almansa y Mendoza, Relación de auto púbico de la Fe, que se celebró en esta Corte, Doming (...)

11Ces sacrilèges et les réactions correspondantes s’appuyèrent sur une énorme publicité. Des rapports manuscrits et imprimés, des annonces, des sermons immortalisés grâce à l’imprimerie, et même quelques livres qui profitèrent de l’atmosphère pour favoriser leur diffusion, comme celui du frère dominicain Alonso Rivera, Historia sacra del Santísimo Sacramento contra las herejías de estos tiempos (Histoire sacrée du saint sacrement contre les hérésies de cette époque), écrit avant ces événements mais publié dans ce climat de ferveur eucharistique parallèle à l’intervention inquisitoriale10. Les prédicateurs plus célèbres de la Cour montèrent sur les chaires de diverses églises de la ville et mirent leur art oratoire à son service. Quelques-uns de ces sermons atteignirent une grande diffusion grâce à l’imprimerie : c’est le cas de ceux de Hortensio de Paravicino, Cristobal Torres ou Francisco Boyl ; ce dernier était qualificateur de l’Inquisition11. D’autres textes, de moindre poids mais pas moins demandés, occupèrent les imprimeries pendant ces jours-ci, et non seulement celles de Madrid. À Séville, on fit plusieurs impressions d’Un rapport du sacrilège délit qu’un hérétique étranger commit dans le Couvent de San Felipe de la ville de Madrid, le cinq juillet, quand un religieux disait la messe (Relación del sacrilego délito que cometió un hereje extranjero, en el Convento de San Felipe de la villa de Madrid, a cinco de este mes de julio estando diciendo misa un Religioso) (1624)12. Il y eut aussi les rapports imprimés qui décrivaient deux autres autodafés, celui qui fut célébré le 21 janvier et celui du 14 juillet de cette même année13. Enfin, un grand nombre d’écrits circulèrent à cette époque-là, en rassasiant la curiosité et les demandes d’information des uns et des autres, en transmettant à tout le monde une image positive de l’Inquisition.

  • 14 Juan Lúcio de Azevedo, Historia dos cristaos-novos portugueses, Lisbonne, Libraría Clássica, 1975 ( (...)

12Un autre cas qui nous sert d’exemple et qui eut encore une plus grande influence fut celui de la ville de Lisbonne en 1630, quand un sacrilège commis aussi contre l’eucharistie, cette fois-ci dans l’église de Santa Engracia, déchaîna un scandale d’énormes dimensions et une série de graves répercussions au Portugal et, en outre, à la Cour de Madrid. L’Inquisition, sans doute, était derrière tout cela et elle agit selon une stratégie bien étudiée. En résumant, les événements se déroulèrent de la manière suivante : le 15 janvier 1630 furent volées les vases sacrés du reliquaire de l’Église signalée ci-dessus. Le fait fut interprété immédiatement comme un sacrilège commis par les nouveaux chrétiens de la ville, preuve de leur persistance dans le judaïsme et de leur haine des chrétiens. Le tribunal du Saint-Office saisit en qualité de suspect Simón Días Solís, un nouveau chrétien qui appartenait à une famille des hommes d’affaires, et le condamna à une mort cruelle et horrible après un jugement sommaire plein d’irrégularités, pendant lequel l’accusé, malgré la torture, ne reconnut pas les accusations qui lui étaient imputées. Les inquisiteurs ne donnaient pas d’importance à ces détails, puisque leur objectif était de provoquer un scandale social suffisamment tapageur pour être écoutés dans les milieux lointains14.

13Le climat engendré alors anima le courage des habitants de Lisbonne et d’autres villes portugaises, et ils répétèrent plusieurs fois des épisodes de tension et d’hostilité contre la population des nouveaux chrétiens. Ainsi, les mobilisations massives organisées à la faveur de ce crime impie furent accompagnées d’agressions violentes qui laissèrent quelques morts et beaucoup d’autres victimes dans plusieurs villes du Portugal. Le rôle joué par l’Inquisition dans ces graves événements fut essentiel, puisqu’ils ne peuvent pas être expliqués sans son action. Elle eut ses raisons, sans doute de nature politique. L’inquisition portugaise essayait, déjà avant, de faire valoir ses opinions à la Cour de Madrid, où on discutait alors sur la politique à suivre en relation avec les nouveaux chrétiens portugais et, aussi, sur la manière de se comporter avec eux dans les tribunaux inquisitoriaux de ce royaume. L’inquisition portugaise comptait sur quelques moyens formels, de caractère institutionnel, pour participer dans ces débats et influer sur les décisions de Madrid ; mais elle avait aussi à sa portée des formules plus efficaces, qui exploitaient la capacité de l’Inquisition à la projeter sur la société et mobiliser la masse dans un sens prédéterminé.

14Ils agissent ainsi. Ils inventèrent un délit à partir d’un fait ponctuel – le vol des hosties –, ils sélectionnèrent un accusé comme victime propitiatoire et, après, ils engendrèrent un scandale public de grandes proportions. Avec tout cela ils donnèrent lieu à une infinité de mobilisations qu’ils canalisèrent à leur profit et qui servirent pour donner une forme à un argument politique important afin de presser la Couronne. Cela explique que l’Inquisiteur Général du Portugal lui-même, Francisco de Castro, et les ministres principaux de l’inquisition de ce Royaume se vissent mêlés à de tels événements. Quand, plus tard à la Cour de Madrid, ces hommes participèrent aux débats sur cette affaire, ils n’hésitèrent pas à donner cet épisode comme exemple évident avec lequel justifier des doutes mesurés envers la population convertie : voilà la méchanceté de ces hommes et, par ailleurs, la bruyante clameur populaire de la société qui exigeait du roi une intervention urgente et ferme.

15On peut faire ici une réflexion sur la signification d’une institution comme celle de l’Inquisition. Parmi toutes les institutions de l’Ancien Régime, seules quelques-unes eurent une capacité équivalente à celle du Saint-Office pour faire de la politique depuis la rue. Ainsi, aux voies ordinaires de participation dans le jeu institutionnel propre à cette époque, l’Inquisition ajoutait une autre qui avait, sans doute, une énorme rentabilité. Elle avait une capacité de procès et de punition qui se déroulait grâce à l’action dans le secret absolu, mais qui pouvait être exprimée aussi dans l’espace public d’une manière très efficace. La combinaison secret/publicité donnait à l’Inquisition une grande force, puisqu’elle pouvait, à travers le secret du procès, élaborer des idées fixes et les projeter après, avec succès, dans la société grâce à son apparat de propagande. Voilà pourquoi l’Inquisition se transforma en une institution très utile pour la Couronne dans ses objectifs politiques et, d’autre part, obtint là une autonomie suffisante pour pouvoir influer sur les décisions du roi. C’est ce qui se passa plusieurs fois dans l’histoire de cette institution. Durant la première moitié du XVIIe siècle, ce mécanisme se répéta dans la relation complexe entre l’inquisition du Portugal et la Couronne espagnole. Ainsi, par exemple, dans des moments très difficiles comme ceux-là, la Couronne empêcha en plusieurs occasions la célébration de quelques autodafés publics qui étaient déjà programmés en différentes dates et lieux du Portugal. Cependant, par ailleurs, l’Inquisition mettait en marche toutes ses machines pour organiser de grandes apparitions publiques, à travers lesquelles elle obtenait des effets sociaux qui l’appuyaient et qui arrivaient à engager la Couronne.

  • 15 Juan I. Pulido Serrano, « La fe desatada en devoción : proyección pública de la Inquisición de Gran (...)

16En d’autres occasions, l’importance de l’action inquisitoriale avait un caractère plutôt local, sans la prétention d’arriver aux niveaux de la haute politique comme nous avons vu dans le cas précédent. Un cas pareil est celui de l’épisode qui eut lieu dans la ville de Grenade en 1640, et qui a une relation étroite avec le thème que nous sommes en train de traiter. Pendant la Semaine Sainte de cette année-là, des affiches apparurent fixées à la porte de la Cathédrale avec des mots injurieux contre la Vierge. L’événement pourrait avoir été un parmi d’autres comme il y avait jadis, mais les autorités du tribunal inquisitorial de Grenade ne l’entendirent pas ainsi ; elles essayèrent, d’une manière préméditée, d’engendrer un scandale social dans la ville pour en tirer différents profits15. Ainsi, l’action du tribunal eut deux aspects bien différents. D’un côté, il ouvrit les procédures en quête de l’auteur de cette infraction jusqu’à sa capture : un pauvre ermite qui confessa rapidement sa culpabilité et qui dit avoir commis ce délit afin de susciter chez les fidèles plus de dévotion envers la Vierge, parce qu’il croyait que la dévotion régnante était trop tiède. Cependant, l’ermite passa à un plan secondaire. La priorité passa à l’autre ligne d’action inquisitoriale, qui s’efforça de mobiliser la ville à travers un ensemble de différentes manifestations publiques qui purent se maintenir actives durant plusieurs mois, transmettant la ferveur à d’autres villes andalouses.

  • 16 Antonio Luis Cortés Peña et Bernard Vincent, Historia de Granada. III. La época moderna. Siglos XVI (...)
  • 17 Antonio Luis Cortés Peña, « Andalucía y la Inmaculada Concepción en el siglo XVII », in José Alcalá (...)

17Pendant cette année, près de cinquante manifestations religieuses purent être comptabilisées dans la ville de Grenade, auxquelles on doit ajouter celles des autres localités andalouses16. Sans doute, c’était une réponse sociale extraordinaire, dont l’initiative et la gestion doivent être attribuées à l’Inquisition qui bénéficia avec succès du climat de ferveur enraciné en Espagne et, surtout, en Andalousie17. Le tribunal inquisitorial de Grenade tira profit de cet événement ponctuel pour développer sa stratégie de présence publique et, ainsi, accaparer pour soi une plus grande part dans l’espace social de la ville. Malgré les résistances de l’un des autres pouvoirs urbains, l’Inquisition réussit à jouer le rôle principal dans la vie publique et à canaliser pour elle la piété collective durant plusieurs mois, depuis la Semaine Sainte jusqu’à la fin de l’année. Ainsi, sans aucun doute, elle put exalter l’image de l’institution, justifier son existence et diffuser quelques messages et idées qui allaient au-delà de la défense de la Vierge. Le tribunal grenadin, comme les autres tribunaux du district, participait à l’ordonnance politique de la société à côté des autres institutions urbaines, et c’est dans ce sens qu’on peut expliquer sa stratégie : sa revendication finale, à travers les diverses manifestations publiques, n’était qu’une défense et une mise en relief de sa position dans cette ordonnance.

18En résumant ce qu’on a vu jusqu’à maintenant à travers les exemples choisis, il faut rappeler que l’Inquisition développa une tâche importante d’autopromotion, en utilisant tout un ensemble de ressources publicitaires qu’elle su déployer efficacement dans l’espace urbain. Mais, en plus de l’autopublicité, l’Inquisition exerça des tâches non négligeables d’endoctrinement social, en appliquant ses ressources communicatives à la défense des valeurs et des idées du programme idéologique de la monarchie et de l’Église catholique. La défense du mystère de l’eucharistie (Madrid, 1624 et Lisbonne, 1630) ou celle de l’Immaculée Conception (Grenade, 1640) furent des occasions qui servirent les deux objectifs : autopromotion et endoctrinement. Les célébrations à l’occasion de la publication des Index des livres interdits (Madrid, 1632 et 1640), de l’élection d’un nouvel Inquisiteur Général (Saragosse, 1619) ou de la béatification de l’inquisiteur martyr Pedro d’Arbués (Grenade, 1664), toutes ces occasions avaient la même fonction. Elles ne sont qu’un échantillon des successives apparitions publiques ; en réalité, il y avait bien davantage.

  • 18 J’ai essayé de répondre à cette interrogation à partir d’un cas concret que j’ai analysé dans : Jua (...)

19Voyons maintenant l’un des motifs principaux qui rendirent possible cette projection publique dont on vient de parler. Il faut que nous nous demandions comment cette institution atteignit un tel degré d’intensité dans ses apparitions et comment elle put atteindre des mobilisations si massives et si prolongées selon ses convictions18. Il n’y a pas de doute que cette capacité de convocation et de mobilisation était, spécialement, un fruit de ce que nous avons dénommé antérieurement projection diffuse de l’Inquisition. Les membres de cette institution, ou ceux qui avaient un lien quelconque avec elle, agissaient aussi dans les autres espaces sociaux et institutionnels, ce qui leur permettait de déplacer l’esprit et les propos inquisitoriaux vers d’autres champs de la société. De cette manière, quand l’Inquisition programmait un acte public, elle ne faisait pas seulement un appel général à la société pour qu’elle se joignît à elle, mais elle mobilisait aussi ses membres pour qu’ils essayassent d’entraîner l’ensemble des institutions et de la société. Dans cette mission, le pluri-emplacement des individus de l’institution était essentiel, c’est-à-dire la présence ou appartenance des membres de l’Inquisition à d’autres instances institutionnelles ou sociales.

  • 19 Archive Historique National, Section d’Inquisition, livre 274 (1), feuilles 121-122v. (1640).
  • 20 L’Inquisiteur Général ordonnait de visiter « touts les confesseur séculiers et réguliers, et princi (...)

20Ainsi, pendant les cérémonies publiques organisées à Madrid, par exemple, en 1632 et 1640 pour diffuser la publication des Index des livres interdits, le Conseil de l’Inquisition se concentra sur la mobilisation de ses qualificateurs qui, en plus de remplir ce poste, se trouvaient à la tête de divers couvents et monastères de la ville. Si nous lisons la liste des qualificateurs convoqués à ces actes, nous pouvons constater que la majorité étaient des prieurs, mais aussi quelque vicaire, abbé ou recteur des instituts religieux de Madrid19. La donnée a son importance, plus encore si nous considérons que ce qu’on célébrait alors était la censure des livres, quand les principales bibliothèques se trouvaient précisément au sein de ces couvents et monastères. La présence de ces qualificateurs du Saint-Office – des prieurs et d’autres autorités religieuses – pendant les actes donnait un grand relief aux cérémonies et, à la fois, compromettait et entraînait leurs communautés religieuses respectives ainsi que les personnes qui avaient quelque lien avec eux. Mais, que peut-on dire des commissaires qui, en plus, étaient curés dans les différentes paroisses de la ville ? Eux aussi furent convoqués en 1632 et 1640 par l’organe de gouvernement de l’Inquisition, le Conseil de la Suprême, pour participer à ces actes et pour transporter dans leurs églises et confessionnaux respectifs la doctrine de la censure exhibée dans les cérémonies. Entre autres choses, on leur demanda d’interroger leurs paroissiens, durant la confession, sur des livres et des lectures, ce qui multiplia ainsi le rayon d’action des mesures prises et même de l’image inquisitoriale20.

  • 21 Juan I. Pulido Serrano, Injurias a Cristo, p. 230-243.

21La projection diffuse de l’Inquisition se réalisait aussi à travers les importants ministres puisqu’ils étaient membres du Conseil de la Suprême, son organe de gouvernement. Ces conseillers avaient un pluri-emploi, et nous pouvons les trouver faisant partie d’autres institutions importantes et influentes. Exposons ici comme exemples les cas de deux conseillers remarquables : Gonzalo Chacón et Ortiz de Sotomayor, membres de la Suprême durant la première partie du règne de Philippe IV et, à la fois, chapelains majeurs des couvents des déchaussées royales et de la Royale Incarnation à Madrid. Deux couvents sous le patronat royal qui, comme on sait, avaient une énorme influence tant à la Cour qu’à la ville et appuyaient l’Inquisition ponctuellement, comme en 1632, après l’autodafé21. Il est permis de penser, alors, que quand le Conseil de l’Inquisition organisa quelques stratégies d’apparition publique et de mobilisation sociale, des conseillers comme Gonzalo Chacón et Ortiz de Sotomayor, grâce à leur condition de chapelains majeurs de ces couvents, agirent pour faciliter leur participation et leur appui à la convocation inquisitoriale.

22Le succès extraordinaire des mobilisations dévotionnelles à Grenade (1640) en défense de la Vierge offensée, et la grande publicité que l’Inquisition atteignit pour elle, furent possibles grâce à la présence serrée de ses membres et collaborateurs dans les différents milieux et institutions de la ville. Si nous développons les images qui nous restent de ces actes-là, nous voyons que ces individus travaillaient ça et là pour appuyer le tribunal et exalter son image. Un commissaire du Saint-Office – curé de la localité d’Alfacar – donna à l’imprimerie un petit traité pour être dédié à l’Inquisition, dans lequel il exaltait l’image de cette institution. L’imprimé fut divulgué avec profusion, quelques exemplaires arrivant jusqu’à Madrid. Au début du texte, il y avait les signatures des autres membres de l’inquisition grenadine : celle du père Antonio del Campo, lecteur de théologie au collège de la Compagnie de Jésus et qualificateur du Saint-Office, et celle du moine dominicain Antonio de Sarabia, prédicateur et qualificateur aussi du tribunal. Dans la localité de Puerto Santa María (Cadix), où on célébra aussi des fêtes contre les injures de Grenade, il y avait, entre autres actes, une importante procession où l’Inquisition eut un rôle de protagoniste, selon le rapport imprimé à cette date :

  • 22 Royale Académie de l’Histoire, 9-17-4-3541, feuille 171v. Lope de Liaño y Leiva, « Relación de las (...)

« Après une équipe de laquais, allait le commissaire du Saint-Office avec une croix de procession ; c’est clair que pour la défense de la très Sainte Marie devait la porter un ministre juste du tribunal, de qui, comme d’un verre divin, émanaient les crédits de la Foi contre les nuages hérétiques et les brouillards du judaïsme »22

  • 23 Les deux drames sacramentels se trouvent recueillis dans : Luis Paracuellos Cabeza de Vaca, Triunfa (...)
  • 24 Agustín Martínez de Busto, Descripción de la solemne y sumptuosa fiesta, aparato y ceremonias que e (...)

23Dans la ville de Grenade, la majorité des processions organisées en réparation à la Vierge traversèrent dans leur parcours les maisons de l’Inquisition, dont la façade contenait un autel face auquel les gens s’exclamaient en faveur du Tribunal. Ces exclamations laudatives purent être écoutées aussi durant les représentations des drames sacramentels programmés pour l’occasion. Dans le drame d’Alvaro de Cubillo, par exemple, les acteurs répétaient plusieurs invocations à l’Inquisition : « Alors, vivat la Foi du Christ et de la Sainte Inquisition ! » ; et le personnage allégorique qui représentait la ville de Grenade faisait une acclamation solennelle en sa faveur : « …je viens pour me mettre à tes pieds, avec la fortune et avec la vie… ». Le dramaturge Calderón de La Barca aussi, dont le drame sacramentel La Hidalga del valle fut représenté ces jours-là, fait une exaltation de l’Inquisition dans la louange qui commençait la représentation23. Par ailleurs, plusieurs membres du Tribunal de la Foi de Grenade utilisèrent leur génie littéraire et ils se consacrèrent à la poésie pour propager l’image de l’institution. Une poésie qui put être divulguée de multiple manière : accrochée aux murs de la ville, lue à l’intérieur des églises, manuscrite ou imprimée dans des pages libres ou dans différentes anthologies. Ainsi, sont arrivés jusqu’à nous les vers de quelques commissaires du Saint-Office, comme ceux d’Agustín Martínez Bustos ou ceux de Gabriel Rodríguez Escabias, des exemples parmi plusieurs autres membres du tribunal qui réalisèrent volontairement des tâches additionnelles à celles qui leur incombait. Vingt-cinq ans après, en 1664, on va voir le commissaire Agustín Martínez prendre de nouveau sa plume pour faire une description détaillée de la fête réalisée à Grenade à la mémoire de l’inquisiteur martyr Pedro de Arbués, dans laquelle ne manquèrent ni les compositions poétiques en faveur de l’institution ni la participation des familiers et commissaires du tribunal24.

  • 25 Luis Paracuellos Cabeza de Vaca fait allusion au premier dans Triunfales celebraciones que en apara (...)
  • 26 BNM, V.E. 45-38, « Justa literaria propuesta por la ilustre congregación de Ministros y Familiares (...)

24Nous ne nous trouvons pas face à des cas isolés. Il est évident que c’est un phénomène très généralisé. Beaucoup de membres de l’Inquisition participaient aux diverses manifestations culturelles de l’époque et mettaient leur don littéraire au service de l’institution. Certainement, il n’y a pas plusieurs cas comme celui du poète Lope de Vega, familier de l’Inquisition, qui a participé avec sa plume à différentes mobilisations publiques du Saint Tribunal. Cependant, ce qui importait alors n’était pas la qualité des poètes et leurs compositions, mais l’effet qu’ils causaient dans les campagnes de propagande organisées avec constance. Nous sommes au courant, par exemple, de divers concours poétiques organisés par les membres de l’Inquisition – ou, au moins, en comptant sur leur participation – et qui avaient comme objectif de promouvoir ou faciliter la promotion de cette institution. Dans l’ensemble des mobilisations qui eurent lieu à Grenade après les offenses contre la Vierge en 1640, nous avons les concours convoqués par Don Pedro Francisco de Alarcón (Grenade, 1640) et Andrés Godínez de Zaragosa (Málaga, 1641)25. À Madrid, en 1633, la confrérie des familiers et commissaires de l’Inquisition, dont on va parler plus tard, organisa une joute poétique où participèrent les poètes les plus illustres de l’époque et dont le sujet à traiter était les gloires de l’Inquisition, de ses saints patrons et de ses fondateurs, les Rois Catholiques26. À Saragosse, en 1619, la ville organisa un concours poétique pour célébrer la promotion de Fray Luis De Aliaga par Philippe IV au poste d’Inquisiteur Général. Plusieurs paragraphes demandaient aux poètes d’écrire des vers en faveur de l’Inquisition, comme dans l’alinéa quatre où on avait proposé comme sujet de concours la glose suivante :

  • 27 BNM, ms. 9572, feuille 7. Certamen poético que la Augusta Ciuda de Zaragoza

Fernando surveille et propage
la Foi avec l’Inquisition,
dont l’abri et la protection
donne Filipo a Aliaga27.

  • 28 Edward Glaser, « Invitation to intolerance. A study of the Portuguese sermons preached at auto-da-f (...)
  • 29 Francisco Boyl, Al Venerabilísimo y Santísimo Sacramento del Altar, Corona de nuestra Santa Fe. Ser (...)

25De la même façon que la poésie, le sermon, le prédicateur et la chaire furent des véhicules très utiles qui servirent beaucoup aux objectifs inquisitoriaux, en projetant son image et sa doctrine dans l’espace public. Sont déjà connus les sermons prêchés dans les autodafés et leur fonction vindicative du Saint Tribunal28. Les prédicateurs et leurs sermons sont présents quand l’Inquisition paraît en scène, comme dans les fêtes déjà signalées comme exemples. Dans toutes ces occasions, le sermon et le prédicateur avaient un rôle de promotion, et quelques-uns parmi eux, passés à l’imprimerie, sont arrivés jusqu’à nos temps. Ainsi, dans les fêtes de réparation à l’eucharistie, célébrées à Madrid en 1624, prêcha le père de l’ordre de la Merci, Francisco Boyl, l’un des prédicateurs les plus remarquables de la Cour de Philippe IV et un collaborateur strict du Saint-Office, non seulement par son poste de qualificateur, mais aussi comme orateur dans plusieurs fêtes inquisitoriales29. D’autres sermons des fêtes de 1624 nous sont parvenus, comme ceux de Fray Hortensio Paravicino et de Cristobal Torres, les deux divulgués grâce à l’imprimerie.

  • 30 Quarante ans après, on célébrait encore à Lisbonne des fêtes en réparation à l’Eucharistie de l’Égl (...)
  • 31 Timoteo Ciabra Pimentel, Hondade David, con cinco sermones, o piedras, tiradas en defensión, y alab (...)
  • 32 Luis de Melo, Christiana invectiva contra enemigos de nuestra Santa Fe en dos sermones. Madrid, 165 (...)
  • 33 Agustín de P. Castro, Sermón que predicó… en la publicación del Índice Expurgatorio de los libros, (...)
  • 34 Juan Algar Montenegro, Sermón en la magestuosa fiesta, que la esclarecida ciudad de Granada celebró (...)

26À la suite des sacrilèges de Lisbonne de 1630, perpétrés aussi contre l’eucharistie, la prédication fut très intense et se prolongea au long du XVIIe siècle, pour empêcher l’oubli de cet événement30. L’intérêt suscité par ces sermons ne se limita pas seulement au public portugais, mais aussi en Espagne, ce qui explique l’existence des traductions de ces textes en espagnol. Par exemple, dans la ville de Barcelone, plusieurs sermons composés à cette occasion par Fray Timoteo Ciabra Pimentel, religieux né et mort à Lisbonne31, furent imprimés en espagnol. Fut traduit et imprimé aussi, cette fois à Madrid en 1650, un sermon prêché par Luis de Melo, inquisiteur du Conseil de l’inquisition du Portugal, pendant la fête de réparation célébrée dans l’église de Santa Engracia32. De la même façon, l’imprimerie divulgua les sermons prêchés pendant les fêtes organisées par l’Inquisition en 1632 et 1640 pour célébrer la publication des Index de livres interdits et expurgés : le jésuite Agustín de Castro, qualificateur du Saint-Office et collaborateur strict depuis la chaire, fut chargé de prêcher la première des deux années, et Fray Francisco de Peralta, la deuxième33. Par ailleurs, pendant les fêtes de Grenade de 1640 en réparation à la Vierge, il y eut aussi beaucoup de sermons, quelques-uns furent diffusés en caractères d’imprimerie : on a celui de Juan Algar Montenegro, chanoine de la Magistral de Grenade et qualificateur du Tribunal de la Foi, et celui de Luis Parilla de Torres34.

  • 35 Parmi la diverse bibliographie qui existe sur le thème, c’est toujours très suggestif le travail d’ (...)

27Nous nous trouvons ainsi devant un grand nombre de sermons vindicatifs de l’Inquisition, beaucoup prêchés par des membres de l’institution ou par des hommes qui étaient en relation étroite avec elle ; quelques autres furent faits par des sympathisants. Voilà une preuve de ce que nous avons appelé projection diffuse de l’Inquisition et des moyens par lesquels elle donna de la puissance à sa présence publique. Ainsi, la défense et l’exaltation du Tribunal de la Foi furent pensées en bonne partie depuis la chaire, un moyen qui exerçait une énorme influence sociale. On a déjà mis en relief la fonction du prédicateur et des sermons dans la société, à une époque où les gens s’intéressaient à ce type de manifestations35. Les Églises se remplissaient de fidèles qui les fréquentaient pour écouter des prédicateurs plus ou mois célèbres, et les imprimeries trouvèrent dans l’art oratoire sacré un négoce bien demandé. Il n’est pas bizarre, alors, que l’Inquisition utilisât ce moyen de communication pour projeter dans la société une image positive et tout un ensemble de messages qui appartenaient à son idéologie, comme on l’a vu dans les cas ci-dessus exposés.

  • 36 Juan C. Galende Díaz, « Una aproximación a la hermandad inquisitorial de San Pedro Mártir », in Cua (...)
  • 37 Jaime Contreras, « La infraestructura social de la Inquisición : comisarios y familiares », in Alca (...)

28En laissant de côté ces aspects, voyons maintenant les autres moyens que l’Inquisition utilisa pour atteindre une excellente projection publique dans l’ensemble de la société. Nous parlons de la fonction des confréries inquisitoriales, sur lesquelles nous ne savons pas beaucoup de choses. Les Confréries de San Pedro Martyr, à la mémoire de leur patron Pedro de Verona, apparurent à la fin du XVIe siècle et arrivèrent à se propager dans toutes les villes où il y avait un tribunal de district36. En 1569, grâce au Pape Pie V, le pontificat consentit la fondation de ces congrégations, même si c’était au début du XVIIe siècle quand leur implantation arriva à se généraliser dans les territoires de la monarchie. S’y regroupaient les différents membres du Saint-Office, principalement les familiers et les commissaires qui, comme on sait, formaient le groupe le plus nombreux des collaborateurs de l’institution37.

  • 38 Bibliothèque Royale de Palais (Madrid), III, 6501 (4°), « Constituciones de la Congrégación de los (...)
  • 39 Archive Historique National (Madrid), Inquisition, livre 8, « Libro de la hazienda de la Congregaci (...)
  • 40 « Constituciones de la Congregación de los familiares del Santo Ofíciodesta villa de Madrid… », Feu (...)

29La fonction principale de ces organisations inquisitoriales était de participer aux tâches publicitaires de l’Inquisition et de faciliter ses stratégies dans ce qu’on appelle la « politique de communication » qu’elle déroula au long du temps. Publicité et propagande : telles furent les deux fonctions qui justifièrent l’existence de ces confréries. Ce que reflètent les constitutions ou les statuts qui réglementèrent leur existence. Par exemple, les constitutions de la Confrérie de Murcie, fondée en 1607, explique que celle-ci naissait pour « défendre la foi catholique et la religion chrétienne », en aidant à la conservation et l’augmentation du Saint-Office. « Conservation et augmentation » voulaient dire, pour ces hommes, travailler à la diffusion d’une image positive de l’institution, une image qui traversât le tissu social et facilitât de cette manière son acceptation par la majorité. De même, dans les constitutions de la congrégation de Madrid, formulées en 1625, on constate que la fonction principale de cette association était de participer aux différentes fêtes qui avaient comme finalité l’exaltation du Tribunal de la Foi et de sa doctrine38. C’est ce que corroborent aussi les livres de la confrérie qui sont arrivés jusqu’à nous, où se trouvent recueillies toutes les activités réalisées et leurs coûts respectifs. Grâce à quoi nous savons, entre autres choses, que la plupart de l’argent de la confrérie s’appliquait, en quantité très importante, au paiement des célébrations qu’on faisait au long de l’année39. Pas étonnant alors, que, dans leurs inventaires de biens, abondent les objets employés à l’embellissement des apparitions publiques : des broderies, des étendards, des brancards, des croix, des haches, et autres éléments ornementaux. D’autre part, d’après les différentes constitutions de ces confréries, tous leurs membres étaient obligés d’être présents aux fêtes publiques, dûment équipés de leurs enseignes, capes et chevaux, menaçant d’amendes sévères celui qui s’absenterait40.

30Tout cela indique, sans aucun doute, que la fonction principale de ces confréries de San Pedro Martyr était d’aider l’Inquisition à se projeter avec la plus grande efficacité possible dans la société. Elles collaboraient d’une manière substantielle au financement des actes dirigés par le Saint-Office sur la scène publique, elles participaient à l’organisation de ces actes et elles étaient indispensables pour l’éclat des célébrations. On pouvait voir les confréries de San Pedro Martyr dans toutes les apparitions publiques de l’Inquisition, dont nous avons parlé dans les pages antérieures et dans plusieurs autres pages, comme pourra l’estimer celui qui regarde le célèbre tableau du peintre Francisco de Ricci qui représente l’autodafé qui eut lieu à Madrid en 1680. Sur la toile ressort la tumultueuse présence des membres de la confrérie inquisitoriale. Ils furent, sans doute, l’image la plus visible et la plus proche de l’Inquisition, sa vitrine ou son écran.

  • 41 À une date très tardive comme celle de 1781, les constitutions de la confrérie de Madrid informait (...)
  • 42 Juan C. Galende Díaz, « Una aproximación a la hermandad inquisitorial de San Pedro Mártir », p. 79.

31Les confréries de San Pedro Martyr, soumises à l’obéissance des autorités inquisitoriales, étaient obligées de participer à tous les actes publics convoqués par l’Inquisition, actes ordinaires ou extraordinaires. Le lien étroit et la sujétion de ces associations locales à l’égard de leurs tribunaux respectifs et, finalement, à l’égard de l’Inquisiteur Général, garantissaient leur collaboration immédiate et efficace. La confrérie de Madrid, rattachée directement à l’Inquisiteur Général et avec plus de 200 membres, allait à tous les actes auxquels participait le Conseil de la Suprême, tant aux célébrations mêmes (autodafés, édits, anathèmes, etc.) qu’à celles auxquelles le Conseil était invité ou il avait l’habitude d’aller41. Mais, en outre, les différentes confréries de San Pedro Martyr avaient leur propre calendrier de fêtes, qui variait de l’une à l’autre, mais qui arrivait généralement à comprendre une demi-douzaine d’apparitions publiques chaque année. Par exemple, toutes commémoraient leur saint patron, Pedro de Verona, et leur co-patron, Saint Dominique. Mais il y avait aussi d’autres dates signalées dans le calendrier, pendant lesquelles chacune de ces confréries organisait ses fêtes respectives, en variant d’une ville à une autre. Les occasions pour apparaître sur la scène publique se succédaient et n’importe quel événement de caractère extraordinaire mobilisait cette armée de fidèles militants dans l’esprit inquisitorial, prêts à prendre la rue. L’enterrement d’un confrère, par exemple, servait pour que la confrérie sortît à la ville avec une grande solennité : « On gardera la louable coutume que la Congrégation doit être présente dans les enterrements de tous les frères, hommes et femmes, en se réunissant dans la maison mortuaire, si c’est en public, et si c’est en secret, à la porte de l’église où le mort va être enterré ; et dans l’un ou l’autre cas, on disposera l’accompagnement en commençant par les gendarmes, suivra l’étendard conduit par les députés… et, immédiatement, les autres individus en deux files avec des cierges allumés : après, ira le cadavre… »42. Sans aucun doute, l’existence et l’activité abondante de ces congrégations, prêtes à dérouler une fonction de propagande, expliquent, dans une certaine mesure, l’énorme écho et la présence sociale que l’Inquisition eut dans le passé. Elles couvrirent la distance existante entre le faîte de l’institution – Tribunaux de district et Conseil de la Suprême – et l’espace urbain où elles étaient implantées. C’est là, sans doute, où se manifestait l’image visible d’une institution qui exécuta la plupart de ses tâches dans le secret absolu. Situées sur ce plan, les confréries de San Pedro Martyr jouèrent un rôle important dans la transmission de l’esprit et la doctrine inquisitoriale à l’ensemble de la société, en utilisant plusieurs ressources matérielles et humaines, ainsi qu’une stratégie adéquate et constante quand elles cherchaient la multiplication des effets de leur présence publique.

Notes

1 Jean-Pierre Dedieu, L’administration de la Foi. L’inquisition de Tolède (XVIe-XVIIIe siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 1989, p. 269.

2 « La inquisició a debat », Revista D’Historia Moderna Manuscrits, n° 13, 1995, p. 39-41

3 Jaime Contreras, « Procesos culturales hegemónicos : De religión y religiosidad (Reflexiones sobre el hecho religioso. La España del Antiguo Régimen) », Revista de Historia Social (n° 35, 1999, p. 3-22.

4 Bartolomé Bennassar, « Modelos de la mentalidad inquisitorial : métodos de su “pedagogía del miedo” », in Alcalá, Ángel et autres, Inquisición española y mentalidad inquisitorial, Barcelone, Ariel, 1984, p. 174-181. Idem, Inquisición española : poder político y control social, Barcelone, Crítica, 1984, spécialement les p. 94-125.

5 Sur les cérémonies de 1632 et 1640, voir la documentation qui existe à l’Archive Historique National, Inquisition, livre 274(1), feuilles 123-127v. et 130-146v. Quelques considérations intéressantes sur la fonction de l’annonce publique dans la société de l’époque, voir A. Suárez, « La función del pregón en los autos sacramentales de Calderón », in Ignacio Arellano, et autres (éd.), Divinas y humanas letras. Doctrina y poesía en los autos de Calderón, Kassel, Reichenberguer, 1977, p. 527-555.

6 Agustín de P. Castro, Sermón que predicó…en la publicación del Índice Expurgatorio de los libros que se hizo en 18 de enero de 1632 en esta Corte. Madrid, veuve de Luis Sánchez, 1632. Bibliothèque de la Diputation Foral de Navarre, Ca 67/35/70.

7 Bibliothèque Nationale de Madrid, ms. 9572, feuilles 7. et 8. Certamen poético que la Augusta Ciudad de Zaragoza con su Universidad, de quien es patrona, propone en el Teatro de aquella, a los ingenios Españoles, en la promoción dignísima del Ilustrísimo señor Don Fr. Luis de Aliaga, Confesor de su Majestad y de su Consejo de Estado, a la presidencia y oficio del Inquisidor General. Saragosse, 1619.

8 Bibliothèque de Francisco de Zábalburu (Madrid), dossier M-37-1496, « Descripción de la solemne y sumptuosa fiesta, aparato y ceremonias que el Tribunal del Santo Ofício de esta ciudad de Granada hizo a la celebración de la beatificación de glorioso e invicto mártir Pedro de Arbués, canónigo de la Santa Iglesia Metropolitana de Zaragoza, primer Inquisidor del Reyno de Aragón, en el día 17 de septiembre deste año de 1664 en el Convento Real de Santa Cruz desta Ciudad. Dedicada al Tribunal del Santo Ofício de la Inquisición desta Ciudad y Reyno de Granada. Escríbela el Maestro Agustín de Busto… Impresa en Granada, en la Imprenta Real de Baltasar de Bolivar… Año 1664 ».

9 J.-P. Dedieu fait allusion à ce cas dans le chapitre intitulé « El modelo religioso : las disciplinas del lenguaje y de la acción », in Bartolomé Bennassar, Inquisición española : poder político y control social, p. 218-219.

10 F. Alonso Rivera, Historia sacra del Santísimo Sacramento contra las herejías de estos tiempos, Madrid, 1626. Dans le prologue, l’auteur nous dit que le motif qu’il avait pour écrire cette œuvre fut quelques injures que les hérétiques avaient commis contre le très Saint Sacrement, spécialement dans cette Cour, pour répondre, selon il atteinds, à tels sacrilèges et au scandale. En réalité, le livre était déjà écrit quand le double scandale arriva, puisque les dates des censures et des approbations sont 1621 et 1622. Bibliothèque Nationale de Madrid, 2/55112.

11 Hortensio Paravicino, « Oración evangélica del Santísimo Sacramento, en ocasión de un sacrilegio… » in J. Ibarra, Oraciones evangélicas o discursos panegíricos de M. Hortensio Félix Paravicino, Madrid, 1766, t. III, p. 290-310 ; Cristobal Torres, Sermón para el auto de fe de 1624, (s.l., s.a.) ; Francisco Boyl, Al venerabilísimo y Santísimo Sacramento del Altar, Corona de nuestra Santa Fe, Madrid, 1624, BNM, V.E. 13-10.

12 Deux versions légèrement différentes peuvent être lues dans la Royale Académie de l’Histoire, 9/3705, feuilles 35.-36vto. et 9/3685, feuilles 59-60v.

13 Andrés de Almansa y Mendoza, Relación de auto púbico de la Fe, que se celebró en esta Corte, Domingo 21 de enero de 1624, Madrid, (s.a.), Royale Académie de l’Histoire, 9/3726 ; Pedro López de Mesa, Relación verdadera del auto de la Fe, que se celebró en la villa de Madrid, a catorze días del mes de Iulio deste presente año de 1624, Madrid, 1624, BNM, R-13027 (15).

14 Juan Lúcio de Azevedo, Historia dos cristaos-novos portugueses, Lisbonne, Libraría Clássica, 1975 (2a éd.), p. 202-204.

15 Juan I. Pulido Serrano, « La fe desatada en devoción : proyección pública de la Inquisición de Granada (1640) », Revista Torre de Lujanes, n° 40 (1999), p. 95-108.

16 Antonio Luis Cortés Peña et Bernard Vincent, Historia de Granada. III. La época moderna. Siglos XVI, XVII y XVIII, Grenade, 1986, p. 204.

17 Antonio Luis Cortés Peña, « Andalucía y la Inmaculada Concepción en el siglo XVII », in José Alcalá-Zamora et Ernest Belenguer (Coords.), Calderón de la Barca y la España del Barroco, Madrid, Centre d’Études Politiques et Constitutinnels, 2001, vol. I, p. 401-428.

18 J’ai essayé de répondre à cette interrogation à partir d’un cas concret que j’ai analysé dans : Juan I. Pulido Serrano, Injurias a Cristo. Religión, política y Antijudaísmo en el siglo XVII, Madrid, Université d’Alcalá, 2002.

19 Archive Historique National, Section d’Inquisition, livre 274 (1), feuilles 121-122v. (1640).

20 L’Inquisiteur Général ordonnait de visiter « touts les confesseur séculiers et réguliers, et principalement ceux qui avaient curé d’âmes, qu’aux personnes qui confessaient devant eux, surtout pendant le Carême pour remplir leurs devoirs face à l’Église, leurs interroger et examiner pour savoir s’ils ont quelques livres interdits », Ibidem, feuille 139v.

21 Juan I. Pulido Serrano, Injurias a Cristo, p. 230-243.

22 Royale Académie de l’Histoire, 9-17-4-3541, feuille 171v. Lope de Liaño y Leiva, « Relación de las fiestas que se han hecho en la Ciudad de Gran Puerto de Santa María a los desagravios de la ley de Gracia y de María Santísima Madre de Dios, y Señora nuestra, con una protestación de la Fe » Cadix, (Imprimé par Fernando Rey), 1640.

23 Les deux drames sacramentels se trouvent recueillis dans : Luis Paracuellos Cabeza de Vaca, Triunfales celebraciones que en aparatos majestuosos consagró religiosa la Ciudad de Granada a honor de la Pureza Virginal de María Santísima en sus desagravios, a quien devota las dedica esta Ciudad, en todo ilustre, en todo grande. Grenade, 1640, feuilles 96-v., 97., 98v., 99-100v.

24 Agustín Martínez de Busto, Descripción de la solemne y sumptuosa fiesta, aparato y ceremonias que el Tribunal del Santo Ofício de esta ciudad de Granada hizo a la celebración de la beatificación de glorioso e invicto mártir Pedro de Arbués…, Granada, 1664.

25 Luis Paracuellos Cabeza de Vaca fait allusion au premier dans Triunfales celebraciones que en aparatos majestuosos consagró religiosa la Ciudad de Granada a honor de la Pureza Virginal de María Santísima en tus desagravios, a quien devta las dedica esta Ciudad, en todo ilustre, en todo grande. Grenade, 1640, feuille 12vto. Le deuxième, dans Andrés Godínez de Zaragoza, Justa literaria que hicieron los dos números de esta Ciudad de Málaga a María… en sus desagravios de 1640, Malaga, 1641, se trouve à la Hispanic Society of America.

26 BNM, V.E. 45-38, « Justa literaria propuesta por la ilustre congregación de Ministros y Familiares del Santo Ofício de la Inquisición, que milita en esta Corte debaxo de la protección del Glorioso S. Pedro Mártir » (Madrid, 1633).

27 BNM, ms. 9572, feuille 7. Certamen poético que la Augusta Ciuda de Zaragoza

28 Edward Glaser, « Invitation to intolerance. A study of the Portuguese sermons preached at auto-da-fé », Hebrew Union College Annual, vol. XXVII, Cincinnati, 1956, p. 374. L’auteur utilise l’expression « towards an apoteosis of the Holy Tribunal », quand il se réfère aux sermons prêchés dans les autodafé de Portugal, auxquels il a consacré une étude minutieuse.

29 Francisco Boyl, Al Venerabilísimo y Santísimo Sacramento del Altar, Corona de nuestra Santa Fe. Sermón a su piadosa solemnidad que se celebró en esta Corte del Rey N. S. Viernes doce de Julio del año mil y seiscientos y veinte y cuatro. Octavo día, del en que se cometió la sacrilega apostasía, de arrojarle y pisarle un hereje, en la Iglesia de S. Felipe, Convento de los Padres Agustinos. Caso en que se extremó el sentimiento Christiano de los fieles deste Reino. Madrid, 1624, BNM, V.E. 13-10.

30 Quarante ans après, on célébrait encore à Lisbonne des fêtes en réparation à l’Eucharistie de l’Église de Santa Engracia, comme le document suivant le démontre : Cristobal de Almeida, Sermam do dezagravo de Christo sacramentado na sollennisima festa que no mes de Janeiro Ihe faz todos os annos a Nobreza de Portugal na Igresa de Santa Engracia. Pregado pello P.M. Fr. Christovam d’Almeida, Calificador do S. Officio, & Lente de Prima de Teología no Collegio de S. Agostinho desta Cidade de Lisboa, & Bispo de Targa. Lisbonne, 1671. BNM, V.E. 104-27.

31 Timoteo Ciabra Pimentel, Hondade David, con cinco sermones, o piedras, tiradas en defensión, y alabança del Santísimo Sacramento del Altar, contra Herejes Sacramentarios, y Judíos baptizados en el Reino de Protugal, Apostatas de nuestra Santa Fe : por la ocasión del robo sacrílego cometido en la Iglesia Parroquial de Santa Engracia en la ciudad de Lisboa. Barcelone, 1631. BNM, 2-8719.

32 Luis de Melo, Christiana invectiva contra enemigos de nuestra Santa Fe en dos sermones. Madrid, 1650.

33 Agustín de P. Castro, Sermón que predicó… en la publicación del Índice Expurgatorio de los libros, que se hizo en 18 de enero de 1632 en esta Corte. Madrid, veuve de Luis Sanchez, 1632. Bibliothèque de la Diputation Foral de Navarre, 67/35/7. Fray Francisco de Peralta, Sermón que predicó el Padre… en la publicación del Índice Expurgatorio de los libros que se hizo en 15 de Julio de 1640. Ce sermon peut être dans la Bibliothèque privée des héritiers de Miguel Herrero García (Madrid).

34 Juan Algar Montenegro, Sermón en la magestuosa fiesta, que la esclarecida ciudad de Granada celebró este año de 1640, en la Apotólica y Mitropolitana Iglesia, a los desagravios de la reyna del cielo, por el sacrilego delito que cometieron Judio Cibelando blasfemo su Virginal Pureza. Cantose en esta fiesta la Misa de la Limpia Concepción. Grenade, 1640. Luis Parrilla de Torres, María desagraviada u oración evangélica contra el libelo, que pérfidos hereges opusieron a su Pureza Virginal católicamente venerada, y defendida por los Nobles Ermanos del Refugio, de la siempre mayor y más devota ciudad de Granada. Grenade, 1640. Les deux sermons se trouvent dans la Bibliothèque privée des héritiers de Miguel Herrero García (Madrid).

35 Parmi la diverse bibliographie qui existe sur le thème, c’est toujours très suggestif le travail d’Orozco Emilio Díaz, « sobre la teatralización del templo et la función religiosa en el Barroco : el predicador y el comidiante », dans son œuvre Introducción al Barroco, Grenade, Université de Grenade, 1988, vol. I, p. 295-316.

36 Juan C. Galende Díaz, « Una aproximación a la hermandad inquisitorial de San Pedro Mártir », in Cuadernos de Investigación Histórica, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1991, p. 45-86.

37 Jaime Contreras, « La infraestructura social de la Inquisición : comisarios y familiares », in Alcalá, Ángel, et autres, Inquisición Española y mentalidad inquisitorial, Barcelona, Ariel, 1984, p. 123-146. Elena Sánchez de Madariaga, Cofradía y sociabilidad en el Madrid del Antiguo Régimen, thèse doctoral inédite, Université Autonome de Madrid, 1996, p. 433-639.

38 Bibliothèque Royale de Palais (Madrid), III, 6501 (4°), « Constituciones de la Congrégación de los familiares del Santo Ofício desta villa de Madrid, Corte de su Majestad, aprobadas, y confirmadas por los SeñoresInquisidores Apostólicos contra la herética pravedad, del Arzobispado y Reyno de Toledo, de la advocación de San Pedro Mártir, sita y fundada en el Colegio de S. Tomás de la Religión del Patriarca Santo Domingo, Madrid, (Por la viuda de Alonso Martín), 1625 ». De la même manière, on peut voir à la Bibliothèque Nationale de Madrid (V.E. 189-27), les « Constituciones de al Hermandad de los oficiales, familiares y ministros del Santo Ofício de la Inquisición de la Ciudad y Reyno de Granada, (Par Juan Muñoz), 1617 », chapitres 9, 11 et 15.

39 Archive Historique National (Madrid), Inquisition, livre 8, « Libro de la hazienda de la Congregación de comisarios y familiares del Santo Ofício de la Inquisición desta villa de Madrid ».

40 « Constituciones de la Congregación de los familiares del Santo Ofíciodesta villa de Madrid… », Feuilles 13-vto.

41 À une date très tardive comme celle de 1781, les constitutions de la confrérie de Madrid informait que « de inmemorial tiempo a esta parte logra esta Congregación el particular honor de asistir a todas las fiestas, que celebra el Supremo Consejo de Su Majestad de la Santa General Inquisición, dignándose Su Alteza de mandar comunicar para ello a la misma el orden correspondiente por medio del Tribunal de Corte », Juan C. Galende Díaz, « Una aproximación a la hermandad inquisitorial de San Pedro Mártir », p. 79.

42 Juan C. Galende Díaz, « Una aproximación a la hermandad inquisitorial de San Pedro Mártir », p. 79.

Auteur

Université d’Alcalá

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540