Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et contrôle idéologique

Umberto Eco et les interrogations de Bernard Gui

Umberto Eco and Bernard Gui’s Interrogations

Peter Biller

Abstract

Umberto Eco’s The Name of the Rose popularised an image of a fictional «Bernardo» Gui’s engaged in dialogue with a suspect who resisted with verbal trickery. This is rooted in Bernard Gui’s Practica inquisitionis, particularly its three chapters on questioning Waldensians. Two of these look unreal and very literary, informed by the theological-literary topos of the heretic as cunning, while one is transparently a practical and sober question-list intended for real use. But this opposition fiction: reality is wrong. Some of Gui’s remarks in the «literary» section arose from Gui’s experience. Where Gui copied from a previous source he chose what he copied. Most importantly, his comment that Waldensians were difficult and that they used veiled words is paralleled in Gui’s culpe and sentences: the end of almost each of these note the fact of reluctance to confess, and several note the use of veiled words.

Full text

  • 1 Voir la note 8 ci-dessous.

1Dans le film de Jean-Jacques Annaud Le Nom de la rose (1986) un inquisiteur « pernicieux », « Bernardo » Gui, joué par F. Abraham Murray, interroge et torture un homme faible et incohérent appelé Salvatore. Dans la source directe, le roman d’Umberto Eco (1980), Salvatore commence par faire usage de faux-fuyants. Par exemple, interrogé sur ce qu’il croit, il répond à l’inquisiteur, « Je crois à tout ce que vous et les autres bons docteurs me demandent de croire ». Par de telles réponses évasives, il s’arrange pour éviter de dire ce qu’il croit au fond de lui. Mais l’inquisiteur connaît ces astuces, et arrive à briser Salvatore non seulement par le recours à la torture mais aussi du fait que, connaissant par avance la nature des hérésies en question, il peut formuler des questions qui ne demandent qu’une réponse par « Oui » ou par « Non ». Par ce biais-là il amène Salvatore à une confession complète. Cette séquence inoubliable, qui a fait passer l’une des images les plus explicites que l’on puisse trouver à l’époque moderne du pouvoir brutal exercé par un inquisiteur, trouve sa source directe dans le roman d’Umberto Eco de 1980 et ce roman puise lui-même, comme le savent beaucoup de ses lecteurs, à une fascinante diversité de sources médiévales qui ont été coupées et collées dans le texte d’Umberto Eco, comme des tickets de bus ajoutés à un collage de Kurt Schwitters. Et les textes coupés-collés au chapitre contenant cette séquence – « Nones » – venaient de la Practica inquisitionis, achevée aux alentours de 1323, de l’inquisiteur dominicain, non fictif celui-là, Bernard Gui1. Bien que les hérésies de Salvatore mélangent plusieurs de celles décrites par Bernard Gui, surtout les Béguins et les Pseudo-Apôtres, la plus grande partie du dialogue entre l’inquisiteur fictif « Bernardo » Gui et Salvatore viennent d’une section de la Practica traitant du thème : comment interroger les vaudois ?

  • 2 Herbert Grundmann, « Ketzerverhöre des Spätmittelalters als quellenkritisches problem », Deutsches (...)
  • 3 « Tout, même les choses qui ne leur étaient jamais venues à l’esprit » ; Philip van Limborch, Histo (...)
  • 4 « Il s’était composé une cartula [texte écrit ou petit morceau de parchemin] avec un certain art ma (...)
  • 5 Herbert Grundmann, « Der Typus des Ketzers in mittelalterliche Anschauung », Kultur- und Universalg (...)

2L’exercice du pouvoir par un inquisiteur pervers sur une victime faible et sans défense, et les techniques particulières d’interrogation par lesquelles un inquisiteur pouvait mettre des mots dans la bouche de cette victime : voilà des thèmes qui ne sont pas nouveaux. Mettre les mots du décret Ad nostrum du concile de Vienne dans la bouche de suspects était au cœur de l’étude des interrogations d’Herbert Grundmann et de Robert Lerner2, et le thème est ancien. Dans son histoire de l’Inquisition, publiée en 1692, après avoir décrit soigneusement les inquisiteurs utilisant des questions toutes prêtes dans l’interrogation des suspects et les pressions qu’il exerçaient sur eux, Philip van Limborch le formulait presque comme un aphorisme : tout ceci devait amener les gens à confesser omnia, etiam quae nunquam ipsis in mentem venerunt3. Ceci est au cœur de l’histoire que le moine bénédictin Richer de Senones racontait avec hilarité, écrivant en 1264 ou 65 au sujet de l’inquisiteur dominicain discrédité, Robert le Bougre, que quadam arte cartulam sibi composuerat, ut, si quando eandem cartulam capiti alicuius superponeret, quecunque ille volebat, velet nollet, fateretur4. N’est pas nouveau non plus le thème de la duplicité de l’hérétique – duplicité qui se rattache à l’une des principales caractéristiques morales de l’hérétique, l’hypocrisie, qu’Herbert Grundmann a analysée dans son étude sur le topos médiéval de l’hérétique et que l’on peut trouver un peu partout dans les textes médiévaux5.

  • 6 James B. Given, Inquisition and Medieval Society : Power, Discipline and Resistance in Languedoc, I (...)

3Jusqu’ici, notre voyage partant du cinéma moderne semble nous conduire vers quelque chose d’apparemment simple – quelques clichés, des faits bien connus, sur notre sujet. Mais ces parties de la Practica de Bernard Gui posent en fait deux problèmes. Les duplicités décrites par Bernard Gui n’ont pas à être présentées comme elles le sont dans Le Nom de la rose, de faibles petits glapissements : piètres subterfuges d’une victime passive face à la brutalité du pouvoir inquisitorial. On pourrait les interpréter de façon plus positive, à la lumière des interprétations que les historiens nous ont concoctées, récemment, où a été mise en relief la résistance collective et individuelle à l’inquisition en Languedoc. James Given a été remarquable dans ce domaine, soulignant le thème à la fois par le contenu de son Inquisition and Medieval Society et un mot clé du sous-titre de ce livre, Résistance, et Caterina Bruschi a commencé de publier son interprétation complexe des dépositions languedociennes des années 1240 à 1280, où elle présente un dialogue entre inquisiteur et témoin qui est beaucoup plus complexe et y rajoute toute une histoire sur la résistance du suspect6. Donc – comment nous faut-il « lire » ces duplicités vaudoises dans le manuel de Bernard Gui ? Et voici le second problème. Le propre livre de Bernard Gui Practica inquisitionis est lui-même un texte en partie construit de nombreux emprunts à des textes antérieurs, et les sections sur les duplicités vaudoises copient deux textes écrits longtemps auparavant. Le contenu de ce livre n’est-il qu’une construction textuelle ? Présentait-il une forme de contrepartie dans la réalité des interrogatoires conduits par Bernard Gui en personne ?

4Je vais aborder ces questions en examinant de plus près le manuel de Bernard Gui sur la façon de mener l’Inquisition, sa Practica inquisitionis, et le livre qui contient les textes des culpe et les sentences de vaudois interrogés par Bernard Gui, le Liber sententiarum.

  • 7 Bernard Gui, Practica inquisitionis heretice pravitatis, éd. Célestin Douais, Paris, Alphonse Picar (...)

5Je commence par la cinquième partie de la Practica, me servant à la fois des éditions de Célestin Douais et de Guillaume Mollat7. Douais inclut le texte complet des cinq parties, mais sans ajouter d’annotations, alors que Mollat ne publie que la cinquième partie de la Practica. Il identifie beaucoup des passages copiés par Bernard Gui, et il nous facilite la lecture, en laissant les ipsissima verba en romain et en imprimant les copies Verbatim de Gui en italique. Mais attention, ami lecteur : Mollat n’a pas identifié toutes les sources et analogies, et donc l’utilisation de son édition présente des risques.

6Il faut que je rappelle rapidement en quoi se distingue la cinquième partie de la Practica de Bernard. Dans sa cinquième partie chaque section traite, en monographie, d’une secte, la première les manichéens modernes, la seconde les vaudois, et ainsi de suite. Dans la section qui lui est consacrée une secte a droit à plusieurs chapitres, qui normalement donnent une description comprenant son histoire, son culte, son mode de vie particulier et ses croyances, et également une liste spéciale très élaborée de questions à poser aux adeptes du groupe en question. Dans son introduction Gui rajoutait d’autres distinctions, envisageait l’application générale de l’interrogatoire approprié à la secte, et l’adaptation de cet interrogatoire à tel ou tel individu, utilisant une comparaison médicale : il n’y a pas un médicament pour toutes les maladies, mais plutôt des maladies individuelles avec leur médicament particulier.

  • 8 « Ne faut-il pas que je croie cela ? » « Je ne t’ai pas demandé ce que tu dois croire, mais ce que (...)

7Dans le cas des vaudois trois chapitres semble-t-il ont trait à l’interrogation, le chapitre 7, De astuciis et fallaciis quibus se contegunt in respondendo, le chapitre 8, De sophismatibus et duplicitatibus verborum ipsorum, et le chapitre 9, Interrogatoria specialia ad illos de secta Valdensium. Le chapitre 7 contient l’échange entre « Bernardo » Gui et Salvatore qui apparaît dans Le Nom de la rose8.

  • 9 L’Ordo processus Narbonensis, Texte zur Inquisition, éd. Kurt-Viktor Selge, Gütersloh, 1967, Gerd M (...)

8Si nous examinons ces chapitres dans l’édition de Mollat, ils semblent à première vue se répartir en deux groupes. Le dernier chapitre, Interrogatoria specialia ad illos de secta Valdensium, fournit les questions pour les credentes vaudois, commençant par quand et où quelqu’un les vit, qui les entendit, ce qu’ils dirent, etc. Le matériau est très reconnaissable, comme les interrogatoria ad credentes de secta Manicheorum de la section précédente : il y a les questions sur lesquelles sont basées les interrogations standard du Languedoc, en remontant jusqu’à la fin des années 1230. Mais alors que la liste de questions des inquisiteurs de la fin des années 1240 fournissait des questions applicables à la fois aux credentes des cathares et des vaudois9, nous trouvons à présent des interrogatoria specialia, ce qui implique des types de questions générales identiques, mais à présent judicieusement rédigées pour s’adapter à diverses sectes. Ce chapitre 9, Interrogatoria specialia ad illos de secta Valdensium, paraît refléter et guider une pratique inquisitoriale intelligente. En fait, si nous regardons les culpe et les sentences sur les disciples vaudois dans le Liber sententiarum de Gui, il est clair qu’il a utilisé cette liste de questions, et de manière plutôt judicieuse.

9Les deux chapitres précédents, De astuciis et fallaciis et De sophismatibus et duplicitatibus, semblent contraster nettement. Ils ne se présentent pas en eux-mêmes comme des formules, mais comme des conseils, et le contraste entre la formule légale et la littérature courante semble être accentué par deux facteurs. D’abord le propos des deux chapitres semble être de taxer les vaudois de duplicité, un des éléments du topos familier théologico-polémique de l’hérétique comme hypocrite et menteur. Ensuite, il y a l’influence sur la rédaction due au fait qu’ils ont été abondamment empruntés à des textes beaucoup plus anciens, et pour un cas à un milieu non français. Comme le remarquait Mollat, le chapitre 7 empruntait au De inquisitione hereticorum du Pseudo-David d’Augsbourg rédigé postérieurement aux années 1250, et le chapitre 8 au traité sur les matières dignes d’être prêchées d’Étienne de Bourbon, qui se termine avec la mort de son auteur en 1260. Le ton et le caractère des trois chapitres semblent changer rapidement, d’un stéréotype théologico-littéraire (chapitres 7-8) à un matériau pratique pour inquisiteur (chapitre 9). Le rapport entre les chapitres 7-8 et l’expérience inquisitoriale pratique de Gui semble discutable.

  • 10 Antoine Dondaine, « Le Manuel de l’Inquisiteur (1230-1330) », Archivum Fratrum Praedicatorum 17, 19 (...)
  • 11 J’ai comparé le texte de Gui avec (a) le De inquisitione hereticorum, éd. Wilhelm Preger, « Der Tra (...)

10Examinons plus attentivement les chapitres 7-8. D’abord, bien que le De inquisitione hereticorum attende encore son éditeur moderne, on a cessé de l’attribuer à un franciscain allemand. L’une des deux recensions semble être d’origine française et – comme l’a suggéré Antoine Dondaine – il semble probable qu’elle soit la plus ancienne des deux10. Alors que la comparaison des deux manuscrits publiés n’est pas entièrement concluante, le plus grand nombre de variantes en corrélation suggère que Gui utilisait cette version plus ancienne, probablement française11. Il faut cesser de penser que Gui aurait introduit des matériaux d’origine germanique dans son chapitre 7. En second lieu, nous devons modifier notre optique sur le chapitre 8. Alors qu’au chapitre 7 Bernard Gui se réfère spécifiquement aux vaudois – il commence en disant, Notandum est quod Valdenses –, au chapitre 8 il commence en disant Notandum est itaque quod heretici. Autrement dit, le thème spécifique de la duplicité vaudoise du chapitre 7 a entraîné une digression, dans laquelle Gui parle de la duplicité des hérétiques en général, et non des vaudois en particulier. Pour ce qui est de la duplicité spécifiquement vaudoise un seul chapitre nous intéresse et non deux.

  • 12 Voir Peter Biller, « Why no Food ? Waldensian Followers in Bernard Gui’s Practica inquisitionis and (...)
  • 13 Voir Peter Biller, « Bernard Gui, Sex, and Luciferanism », Dominicans and the Medieval Inquisition. (...)

11Comment considérer les couches textuelles chez Bernard Gui ? Il semble judicieux de distinguer plusieurs types de texte dans la Practica : la copie Verbatim de textes précédents ; l’adaptation de textes précédents ; les mots de Gui lui-même, ses ipsissima verba. Mais franchement, après avoir identifié ces niveaux, nous nous retrouvons avec une corrélation qui n’est pas simple à faire entre ces niveaux et le niveau de pensée consciente et l’observation de Bernard Gui. Par exemple, Bernard Gui copie le récit sur les origines des vaudois d’Étienne de Bourbon, mais il le fait très consciemment. Il était lui-même bon historien, comparatiste de textes concordants ou divergents ; il savait qu’Étienne était une bonne source, du fait qu’il avait parlé à des prêtres qui avaient parlé aux fondateurs du valdéisme ; et il apporta quelques changements mesurés et délibérés, adaptant, par exemple, ce que disait Étienne du rôle des femmes12. À l’identique, il adapta le De inquisitione hereticorum et Étienne de Bourbon sur les thèmes du sexe et des lucifériens, à la lumière de ce que l’on découvrait sur les vaudois ailleurs en Europe dans la seconde décennie du XIVe siècle13. Donc, le simple fait de la copie doit être envisagé avec précaution.

  • 14 Manuel, éd. Mollat, vol. 1, p. 74, 76.
  • 15 Manuel, éd. Mollat, vol. 1, p. 64.

12Regardons-y à nouveau. Vers la fin du chapitre 8 Gui écrit sur les hérétiques des choses qui ne semblent empruntées à aucune source. Il dit que lorsqu’on les interroge certains hérétiques font semblant d’être idiots ou fous, et quand ils parlent ils ajoutent des propos impertinents ou imbéciles ou railleurs, et ils veulent paraître parler en plaisantant, jocose. Il a souvent vu des gens de ce type : Et aliquos tale sepe vidi14. Il ne semble pas y avoir de raison impérative à considérer que ceci ne provienne pas de la pratique inquisitoriale de Gui, n’ait pas été observé par lui, et ne se répercute pas sur ses conceptions et ses habitudes littéraires. Je le répète, l’introduction du chapitre 7 semble n’avoir été copiée sur aucune source. Notandum est, écrit-il, quod Valdenses sunt valde difficiles ad examinandum et ad habendum veritatem ab eis de erroribus suis15. Il nous faut au moins caresser l’hypothèse que ceci est ce que Gui a eu conscience de vivre en interrogeant des vaudois. Et, en conséquence, cela, ce qui suit – la copie du De inquisitione hereticorum – matérialise le choix conscient et réfléchi d’un texte dont le contenu correspondait à son expérience des vaudois interrogés, quoiqu’avec les mots d’un auteur plus ancien.

  • 16 Manuel, éd. Mollat, vol. 1, p. 16.
  • 17 B. Gui, Practica inquisitionis IV.iii.2.A.b-c, éd. Douais, p. 219-20 ; les divisions de l’œuvre son (...)

13Avant d’en finir avec la Practica, j’aimerais souligner un parallèle intéressant. Il y a un point fameux dans la cinquième partie de la Practica où Gui dit que la conversion de cathares est très utile parce qu’elle est presque toujours sincère, et non feinte16. Le contraste suggéré avec les vaudois est évident, et en fait les mots de Gui font écho à un passage plus long de la 4e partie de la Practica, où il expose ce contraste. Notandum autem est ad cautelam quod per experientiam sepius est probatum quod conversio hereticorum certior est et contriciter aut veraciter convertuntur, aut pro fide, seu magis perfidia sua, mori pocius eligunt quam converti. Hereticorum autem de secta Valdensium seu Pauperum de Lugduno conversion multum dubia est et suspecta, et frequenter ficte redeunt, ut evadant manus inquisitorum et ad vomitum revertantur17.

  • 18 Jacques Paul, « La mentalité de l’inquisiteur chez Bernard Gui », Bernard Gui et son monde, Toulous (...)
  • 19 J’ai comparé le texte de Gui avec la version du De auctoritate qui se trouve à la Bibliothèque nati (...)

14D’ailleurs, on sait depuis longtemps qu’un traité écrit peu après 1280 fournit le modèle et une grande partie du contenu de la 5e partie de Gui – le De auctoritate et forma inquisitionis – et dans son étude de Bernard comme inquisiteur Jacques Paul indiqua une méthode d’accès à Gui : examiner les divergences entre cette source et le texte de Gui18. Si nous comparons les deux, nous découvrons que la section entière est nouvelle19. En d’autres termes, il est très probable qu’elle soit de Gui lui-même. Et il faut aussi remarquer que Gui, chose inhabituelle, insiste fortement sur l’expérience : per experientiam sepius est probatum. Autrement dit, un type de duplicité vaudoise, la conversion fictive, est ce que Bernard Gui lui-même présente comme une caractéristique des vaudois, comme il l’a souvent observé.

  • 20 Le texte a été édité deux fois, par Philip van Limborch, Liber Sententiarum Inquisitionis Tholosana (...)
  • 21 Je ne m’intéresse pas ici aux variations dans les statistiques des culpe et des sentences sur les v (...)
  • 22 Liber sententiarum, p. 221-7 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1006-26.
  • 23 Liber sententiarum, p. 223 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1010.

15D’après le contexte – et dans la Practica – ceci vient étayer la lecture que je propose du chapitre 7. Que trouvons-nous, toutefois, si nous examinons ces textes qui furent plus directement issus des interrogatoires de vaudois menés par Gui, le Liber sententiarum ?20 Je compte 91 cas, 2 de frères vaudois, 89 de leurs disciples21. J’en laisse de côté sept dont la sentence fut l’exécution (1 frère, 6 disciples), et j’examine les 84 autres. Comme nous savons d’après beaucoup de rapports précédents – et, spécialement maintenant, avec l’Inquisition and Medieval Society de James Given – le matériau vient de divers sermones generales, dans chacun desquels figurent des groupes de gens qui se voient infliger divers types de punitions, pèlerinages sans croix, avec croix, emprisonnement, etc. Prenons comme exemple le sermo generalis de septembre 1319, et la section sur ceux qui vont être condamnés à porter des croix. On y trouve 14 disciples des vaudois, et sur chacun figure la culpa, document qui contient des extraits du registre d’interrogation, listant les items qui indiquent le degré de culpabilité22. Un exemple type est la culpa que porte Jeanne, épouse d’un tisserand. La culpa liste les signa ou indicia de sa faute : dans leur maison à elle et à son mari elle a vu 7 frères vaudois ; elle les nomme ; elle ne les a pas vus qu’une fois mais en diverses occasions et en divers lieux ; ils ont mangé et bu des produits de la maison, et quelquefois y ont passé la nuit. Et la liste continue23.

16Jusqu’ici donc le texte issu de l’interrogation de Gui est en corrélation exacte avec le chapitre 9 de la Practica. Qu’en est-il du chapitre 8 ? Eh bien, de la série de documents d’inquisition – (1) liste de questions, (2) compte rendu d’interrogation, et (3) culpa extraite du compte rendu d’interrogation – il nous manque l’élément central, le compte rendu d’interrogation : et donc nous ne pouvons voir un compte rendu de déposition de suspects en train de se débattre en subissant la question. Mais nous ne sommes pas en manque total de témoignage. En effet, le tout dernier item d’une culpa mentionne à quel degré le témoin se montra coopérant avec l’inquisiteur ou lui résista. Dans le cas de Jeanne, la femme du tisserand, la culpa se termine ainsi : nec voluit confiteri donec fuit capta et detenta in muro Tholose, et negavit a principio veritatem in judicio contra proprium juramentum. Dans pratiquement tous les cas on note une forme de résistance ou d’esprit récalcitrant. Il n’y a que quatre culpe de disciples comparus devant Bernard Gui où aucune résistance ne soit mentionnée.

  • 24 Liber sententiarum, p. 356 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1504.

17Le refus de comparaître ou d’avouer est présent dans presque tous les cas. 38 culpe comprennent des mots identiques ou similaires à cette formule sur la négation de la vérité, negavit a principio veritatem contra proprium juramentum. La culpa décrit quelquefois la résistance avec plus d’insistance : fuit confessus valde invitus24. Et dans trois cas la culpa de Gui énonce une sorte de duplicité avec plus de précision verbale.

  • 25 Liber sententiarum, p. 346 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1470.
  • 26 Liber sententiarum, p. 360, 377, 378 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1516, 1578, 1582. Liber sent (...)

18Une culpa est portée par le disciple du nom de Jacques Creyssan, et Bernard Gui a fait un rare commentaire professionnel sur cette personne : fuit difficilis ad veritatem confitendum25. Ceci est très proche du commentaire qu’il fit dans sa Practica au début du chapitre 7, et maintenant parlant des vaudois en général : Valdenses sunt valde difficiles ad examinandum et inquirendum et ad habendum veritatem ab eis. Ainsi, il existe en fait un lien étroit entre la pratique inquisitoriale de Bernard Gui et la partie initiale du chapitre 7, avec sa remarque sur les duplicités vaudoises. Qu’en est-il du reste de ces passages du De inqisitione hereticorum que Bernard Gui choisit de copier ? La duplicité de Jacques Creyssan est très succinctement formulée dans la culpa, qui dit que Jacques negavit ac palliavit veritatem, et il y a plusieurs autres cas où Gui utilise une formule avec des variantes de palliatus et de diminutus, comme par exemple : fuit prima vice confessa palliate et diminute, celando veritatem26. Palliate – « d’une façon voilée » ou « entourée de secret » ou « couverte » : les mots suggèrent précisément ce que suggère la rubrique du chapitre 7, sur les subterfuges quibus se contegunt, « par lesquels ils se couvrent eux-mêmes ».

  • 27 Le registre d’inquisition de Jacques Fournier évêque de Pamiers (1318-1325), éd. Jean Duvernoy, Tou (...)
  • 28 Peter Biller, The Waldenses, 1170-1530 : Between a Religious Order and a Church, Aldershot, 2001, A (...)

19Ces formules dans les culpe de Bernard Gui sont d’une brièveté frustrante, et nous n’avons aucun des registres de dépositions de Gui. Mais nous avons, par contre, des comptes rendus d’interrogations contemporaines de vaudois par Jacques Fournier. Interrogé par Fournier, Jean de Vienne tout d’abord déclara qu’il croyait que des juges pouvaient exécuter des criminels, et mis sous pression il dit qu’il ne savait que croire. Sommé de prêter serment, il prétendit qu’une fois, après avoir guéri d’une maladie, il avait juré de ne jamais prêter serment. Le mensonge, à l’évidence, avait pour but de cacher le fait que Jean souscrivait à la prohibition vaudoise de prêter serment sous peine de péché. Enjointe elle aussi de prêter serment, sa femme Huguette imagina quelque chose d’encore plus ingénieux. Elle dit que, peu de temps avant, elle avait juré alors qu’elle était enceinte et avait fait une fausse couche – étant enceinte à ce moment-là elle craignait de subir une autre fausse couche si elle prêtait serment. Elle imagina un autre mensonge, qu’un prêtre lui avait interdit de jurer27. Un frère vaudois interrogé par Fournier, Raimon de la Côte, essaya d’utiliser des astuces verbales pour induire Fournier en erreur à propos de la réception des femmes chez les vaudois, et bien que le compte rendu indique que Fournier ne fut pas induit en erreur – car Fournier inséra l’expression sceptique ut dixit à ce moment crucial – le subterfuge était tel que des historiens modernes, se sont laissé abuser en lisant le passage28.

20Ces exemples contemporains, encore décelables dans les minutes plus complètes des interrogations de Fournier, corroborent ma première suggestion : qu’il y avait une corrélation étroite entre la description faite par Gui des subterfuges oraux des vaudois au chapitre 7 de sa Practica et la façon dont il voyait sa propre expérience d’inquisiteur. Il empruntait des mots, mais ces mots correspondaient parfaitement à son idée de ce qu’il avait vu. Ensuite, l’examen du chapitre 7 en parallèle avec les culpe des vaudois du Liber sententiarum cadre avec les arguments avancés par James Given et Caterina Bruschi. Dans le Languedoc du début du XVe siècle la relation entre inquisiteur et suspect n’était pas aussi simple que le tableau donné dans Le Nom de la rose. Il y avait presque toujours une résistance obstinée et, très souvent, habile au cours des interrogations.

Bibliography

Bibliographie

Bernard Gui, Practica inquisitionis heretice pravitatis : éd. Douais, C., Paris, 1886.
- Manuel de l’inquisiteur : éd. Mollat, G., Paris, 1925-6, réimpr. 1964.

Bernard Gui : Limborch, P. van, Liber Sententiarum Inquisitionis Tholosanae Ab anno Christi mcccvii ad annum mcccxxiii [= 2e partie, paginée séparément, de Limborch, P. van, Historia Inquisitionis, Amsterdam, 1692].

Bernard Gui : Pales-Gobilliard, A., Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, 1308-1323, Paris, 2002.

Biller, P., The Waldenses, 1170-1530 : Between a Religious Order and a Church, Aldershot, 2001.
- « Why no Food ? Waldensian Followers in Bernard Gui’s
Practica inquisitionis and culpe », in Texts and the Repression of Medieval Heresy, éd. Bruschi, C., and Biller, P., Woodbridge and Rochester, N.Y., 2003, p. 127-146.
- « Bernard Gui, Sex, and Luciferanism », in
Dominicans and the Medieval Inquisition. Acts of the first international seminar organized by the Dominican Historical Institute, Rome, February 23-25, 2002, Rome, 2003, p. 411-426.

Bruschi, C., « Magna diligentia est habenda per inquisitorem : Precautions before Reading Doat 21-26 », in Texts and the Repression of Medieval Heresy, éd. Bruschi, C., and Biller, P., Woodbridge and Rochester, N.Y., 2003, p. 111-25.

De auctoritate et forma inquisitionis : Bibliothèque nationale de France, MS Collection Doat 36, folios 1-26v.

De inquisitione hereticorum (la recension plus longue) : éd. Preger, W., « Der Tractat des David von Augsburg über die Waldesier », Abhandlungen der bayerischen Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, 14, Munich, 1879, p. 204-35.

De inquisitione hereticorum (la recension plus courte) : éd. Martène, E., and Durand, U., Thesaurus novus anecdotorum, Paris, 1717, vol. 5, col. 1777-94.

Dondaine, A., « Le Manuel de l’Inquisiteur (1230-1330) », Archivum Fratrum Praedicatorum 17, Rome, 1947, 85-194.

Given, J. B., « A Medieval Inquisitor at Work : Bernard Gui, 3 March 1308 to 19 June 1323 », Portraits of Medieval and Renaissance Living : Essays in memory of David Herlihy, éd. Cohn, S. K. Jr., and Epstein, S. A., Ann Arbor, 1996, p. 207-32.
- Inquisition and Medieval Society : Power, Discipline and Resistance in Languedoc, Ithaca, N.Y., and London, 1997.

Grundmann, H., « Ketzerverhöre des Spätmittelalters als quellenkritisches problem », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 21, Munich, 1965, 519-575.
- « Der Typus des Ketzers in mittelalterliche Ansschaung »,
Kultur- und Universalgeschichte : Walter Goetz zu seinem 60. Geburtstag, Leipzig and Berlin, 1927, p. 91-107.

Jacques Fournier, Le registre d’inquisition de Jacques Fournier évêque de Pamiers (1318-1325), éd. Duvernoy, J., Toulouse, 1965.

Lerner, R., The Heresy of the Free Spirit in the Later Middle Ages, Berkeley, L.A., and London, 1972.

Limborch, P. van, Historia Inquisitionis, Amsterdam, 1692.

Ordo processus Narbonensis : Texte zur Inquisition, éd. Selge, K.-V., 1967, p. 70-76.

Paul J., La mentalité de l’inquisiteur chez Bernard Gui », Bernard Gui et son monde, Toulouse, 1981, p. 279-316.

Richer de Senones, Chronicon, éd. Waitz, G., Hannovre, 1880.

Notes

1 Voir la note 8 ci-dessous.

2 Herbert Grundmann, « Ketzerverhöre des Spätmittelalters als quellenkritisches problem », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 21, 1965, 519-575 ; Robert E. Lerner, The Heresy of the Free Spirit in the Later Middle Ages, Berkeley, L.A., and London, California University Press, 1972.

3 « Tout, même les choses qui ne leur étaient jamais venues à l’esprit » ; Philip van Limborch, Historia Inquisitionis iv.13, Amsterdam, Henricus Wetstenius, 1692, p. 276.

4 « Il s’était composé une cartula [texte écrit ou petit morceau de parchemin] avec un certain art magique, de sorte que lorsqu’il plaçait cette cartula sur la tête de quelqu’un, cette personne avouerait bon gré mal gré quoi que ce fût qu’il [Robert] veuille lui faire dire » ; Richer de Senones, Chronicon iv.18, éd. Georg Waitz, Hannover, Hahnsche Buchhandlung, 1880 (Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, 25), p. 307-8.

5 Herbert Grundmann, « Der Typus des Ketzers in mittelalterliche Anschauung », Kultur- und Universalgeschichte : Walter Goetz zu seinem 60. Geburtstag, Leipzig et Berlin, B. G. Teubner, 1927, p. 91-107.

6 James B. Given, Inquisition and Medieval Society : Power, Discipline and Resistance in Languedoc, Ithaca, N.Y., et London, Cornell University Press, 1997 ; Caterina Bruschi, « Magna diligentia est habenda per inquisitorem : Precautions before Reading Doat 21-26 », Texts and the Repression of Medieval Heresy, éd. Caterina Bruschi et Peter Biller, Woodbridge et Rochester, N.Y., York Medieval Press with Boydell and Brewer, 2003 (York Studies in Medieval Theology, 4), p. 111-25.

7 Bernard Gui, Practica inquisitionis heretice pravitatis, éd. Célestin Douais, Paris, Alphonse Picard, 1886 ; Bernard Gui, Manuel de l’inquisiteur, éd. Guillaume Mollat, Paris, 1925-6, réimpr. 1964, Société d’Édition « Les Belles Lettres » (Les Classiques de l’Histoire de France, 8).

8 « Ne faut-il pas que je croie cela ? » « Je ne t’ai pas demandé ce que tu dois croire, mais ce que tu crois ! » « Je crois à tout ce que vous et les autres bons docteurs me demandent de croire » dit le cellérier effrayé ; Umberto Eco, The Name of the Rose, trad. anglaise, London, Secker and Warburg, 1980, p. 372. « Nonne deberem bene hoc credere ? » Si autem examinans dicat ei : « Non quero si debeas credi set si credis » , respondet : « Credo quicquid vos et quicquid alii boni doctores me jubent credere » ; Gui, Manuel, éd. Mollat, vol. 1, p. 66.

9 L’Ordo processus Narbonensis, Texte zur Inquisition, éd. Kurt-Viktor Selge, Gütersloh, 1967, Gerd Mohn Verlag (Texte zur Kirchen- und Theologiegeschichte, 4), p. 71-2.

10 Antoine Dondaine, « Le Manuel de l’Inquisiteur (1230-1330) », Archivum Fratrum Praedicatorum 17, 1947, p. 180-3.

11 J’ai comparé le texte de Gui avec (a) le De inquisitione hereticorum, éd. Wilhelm Preger, « Der Tractat des David von Augsburg über die Waldesier », Abhandlungen der bayerischen Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, 14, 1879, p. 204-35, et avec (b) les variantes de la recension courte, donnée dans l’édition de Preger mais plus pratique (et quelquefois plus complète) à consulter dans Edmond MartÈne et Ursin Durand, Thesaurus novus anecdotorum, Paris, 1717, F. Delaulne, vol. 5, col. 1777-94. Une comparaison avec les manuscrits s’impose.

12 Voir Peter Biller, « Why no Food ? Waldensian Followers in Bernard Gui’s Practica inquisitionis and culpe », Texts and the Repression of Medieval Heresy, éd. Bruschi and Biller, p. 138-139.

13 Voir Peter Biller, « Bernard Gui, Sex, and Luciferanism », Dominicans and the Medieval Inquisition. Acts of the first international seminar organized by the Dominican Historical Institute, Rome, February 23-25, 2002, Rome, 2003, Dominican Historical Institute (Dissertationes Historicae XXIX), p. 411-426..

14 Manuel, éd. Mollat, vol. 1, p. 74, 76.

15 Manuel, éd. Mollat, vol. 1, p. 64.

16 Manuel, éd. Mollat, vol. 1, p. 16.

17 B. Gui, Practica inquisitionis IV.iii.2.A.b-c, éd. Douais, p. 219-20 ; les divisions de l’œuvre sont celles qu’en donne Douais.

18 Jacques Paul, « La mentalité de l’inquisiteur chez Bernard Gui », Bernard Gui et son monde, Toulouse, 1981, Edouard Privat (Cahiers de Fanjeaux, 16), p. 279-316.

19 J’ai comparé le texte de Gui avec la version du De auctoritate qui se trouve à la Bibliothèque nationale de France, MS Collection Doat 36, où la section parallèle est sur les folios 19-v.

20 Le texte a été édité deux fois, par Philip van Limborch, Liber Sententiarum Inquisitionis Tholosanae Ab anno Christi mcccvii ad annum mcccxxiii, éd. P. van Limborch [= deuxième partie, paginée séparément, de P. van Limborch, Historia Inquisitionis, Amsterdam, 1692, Henricus Wetstenius, et par Annette Pales-Gobilliard, Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, 1308-1323, Paris, 2002, CNRS Éditions (Collection Sources d’Histoire Médiévale, 30).

21 Je ne m’intéresse pas ici aux variations dans les statistiques des culpe et des sentences sur les vaudois données par divers spécialistes, parce que les différences sont minimes, et que je suppose qu’elles émanent de différentes opinions sur la nature vaudoise ou non-vaudoise d’un ou deux cas marginaux. C’est chez James B. Given que l’on trouvera un calcul statistique sophistiqué et très intéressant du Liber sententiarum, dans son « A Medieval Inquisitor at Work : Bernard Gui, 3 March 1308 to 19 June 1323 », Portraits of Medieval and Renaissance Living : Essays in Memory of DavidHerlihy, éd. Samuel K. Cohn Jr et Steven A. Epstein, Ann Arbor, 1996, The University of Michigan Press, p. 207-32.

22 Liber sententiarum, p. 221-7 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1006-26.

23 Liber sententiarum, p. 223 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1010.

24 Liber sententiarum, p. 356 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1504.

25 Liber sententiarum, p. 346 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1470.

26 Liber sententiarum, p. 360, 377, 378 ; Livre des sentences, vol. 2, p. 1516, 1578, 1582. Liber sententiarum, p. 221-7 ; Livre des sentences, vol. 2, 1582.

27 Le registre d’inquisition de Jacques Fournier évêque de Pamiers (1318-1325), éd. Jean Duvernoy, Toulouse, 1965, Édouard Privat (Bibliothèque Méridionale 3e série, 41), vol. 1, p. 508, 509, 519 ; comparez l’abréviation de celui-ci et le commentaire de l’inquisiteur dans leurs sentences, Liber sententiarum, p. 289, 290, et Livre des sentences, p. 1264, 1268.

28 Peter Biller, The Waldenses, 1170-1530 : Between a Religious Order and a Church, Aldershot, 2001, Ashgate (Variorum Collected Studies Series, 676), p. 150-3.

Author

Université d’York

© Presses universitaires de Provence, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540