Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et contrôle idéologique

Le pouvoir de l’Inquisition à travers ses peines. Le cas de Montauban (1241)

The Inquisition’s power through its penalties. The case of Montauban (1241)

Jörg Feuchter

Résumé

Our contribution analyzes the power of Languedocian inquisitors of the first generation (starting in 1233-34) through their penalties, by examining a local case, a mass punishment that happened in Montauban (Tarn-et-Garonne) in 1241 AD. The inquisitor imposed very different penances according to offences. A close investigation of municipal sources allows us to suppose that at least the harshest penalties were never carried out. Furthermore, one may safely exclude a social stigmatization of penitents, even the most harshly affected. As it happens, the penal power of «l’Inquisition» seems really restricted. In the framework of a collective «negociation» strategy with the penalizing church, the penalized group, largely identifiable with urban elites, seems to have got a relatively lenient penalty and then a favourable commutation of sentence.

Texte intégral

  • 1 James B. Given, Inquisition and Medieval Society. Power, Discipline and Resistance in Languedoc, It (...)
  • 2 James B. Given, Inquisition, p. 66-67.
  • 3 James B. Given, Inquisition, p. 84-85. À voir aussi : Bernard Guillemain, « Les hérétiques réconcil (...)
  • 4 James B. Given, Inquisitors, p. 356-359 (« a repressive agenda whose nature was essentially negativ (...)

1Les sanctions pénales étaient un des moyens les plus manifestes avec lesquels les inquisiteurs médiévaux exerçaient leur pouvoir. La « technologie de la pénalisation » était un élément indispensable de la « technologie du pouvoir » inquisitoriale dont James B. Given a récemment donné l’analyse profonde, développée à partir des procès de Bernard Gui (XIVe siècle)1. L’inquisition médiévale en tant qu’institution pénalisante opérait à la fois un mécanisme de thérapie, un contrôle social et un système sémiotique2. Elle créait aussi son propre objet, un « nouveau groupe social » marginal, formé par des hérétiques et croyants pénitents, manipulés, stigmatisés et contrôlés leur vie durant par l’Église3. M. Given a aussi montré les limitations du pouvoir pénal inquisitorial : les inquisiteurs dépendaient de la coopération des pouvoirs séculiers aussi bien que du soutien du pape. Ils se heurtaient parfois à la résistance violente ou juridique des populations concernées, et leur action était « essentiellement négative », dépendant d’une « stratégie d’isolation » plutôt que de la mobilisation de forces sociales positives4.

2Cette analyse-modèle sert de base à ma communication, qui examinera l’une des premières pénalisations de masse dans l’histoire de l’inquisition médiévale, faite dans la ville de Montauban (Tarn-et-Garonne) en l’an 1241, à la fin d’un des grands procès de la première décennie d’inquisition dominicaine. Le but de la communication est de chercher à comprendre le pouvoir réel des sanctions imposées sur une société locale.

3Après la présentation du cadre local seront examinés la logique des peines imposées, l’origine sociale des pénitents, l’accomplissement effectif des peines et l’impact social de la pénalisation qui est largement absent. En concluant, je chercherai des explications possibles pour une « inquisition sans marginalisation » en proposant de comprendre la relation entre l’inquisiteur et les pénalisés non comme une rue à sens unique, mais plutôt comme une « négociation » du pouvoir.

Le cadre local

  • 5 Pour l’histoire de l’inquisition méridionale voir : Yves Dossat, Les crises de l’inquisition toulou (...)
  • 6 Arrêt de l’activité inquisitoriale en 1238 à cause du rapprochement entre le comte Raymond VII de T (...)
  • 7 Paenitenciae fratris Petri Sillani. Bibliothèque Nationale de France Fonds Languedoc-Doat, t. 21, f (...)
  • 8 Esquisse biographique : Jörg Feuchter, « Pierre Sellan, un vieillard expérimenté », Les inquisiteur (...)

4Dès le début de l’année 1234, les dominicains étaient chargés de la persécution des hérétiques dans les diocèses languedociens5. En Quercy, ils menaient leurs premières inquisitions en 1235. Dans la ville de Montauban ils arrivaient en 1236. Or, pour des raisons politiques les procès quercynois n’aboutirent à des sanctions que cinq à six ans plus tard, en 1241 et 12426. Les peines alors proclamées nous sont parvenues sous le nom de « Pénitences de frère Pierre Sellan »7, d’après l’inquisiteur en charge8. Le registre rassemble à peu près 650 pénitences canoniques imposées à Montauban et dans huit autres localités principales du Quercy.

  • 9 Le nombre d’habitants peut être évalué à ce nombre. Pierre des Vaux-de-Cernay donne le nombre de «  (...)
  • 10 Pour l’analyse des autres registres pénales inquisitoriales de cette première génération, voir Y. D(...)
  • 11 Juridiquement, toutes les sanctions prononcées par les inquisiteurs étaient des pénitences. Pour la (...)

5Le document est d’une valeur particulière pour l’histoire de la pénalisation inquisitoriale. Il contient les sanctions les plus nombreuses des premières inquisitions méridionales, absolument aussi bien que proportionnellement : à Montauban, 256 personnes y sont nommées dans une ville de quelques milliers d’habitants seulement9. À la différence des autres registres de l’époque10, il ne contient pas de peine « sévère », voire de mort, de prison ou de confiscation. Il ne consiste qu’en pénitences11 et permet donc l’étude du type de sanction le plus diffusé par la première inquisition. C’est aussi le registre le plus détaillé quant au dénombrement des délits. Combinées avec les riches sources communales, les pénitences pour Montauban permettent l’analyse approfondie et intégrale d’une pénalisation de masse imposée à une société locale.

  • 12 Pour l’histoire générale de la ville, voir Philippe Wolff, « Réflexions sur l’histoire médiévale de (...)
  • 13 Sur ces incursions, voir Richard Benjamin, « A Forty Years War : Toulouse and the Plantagenets, 115 (...)
  • 14 Le 8 avril 1205 le premier marchand de vin originaire de Montauban est mentionné en Angleterre (Rot (...)
  • 15 Pierre-Clément Timbal, « Les villes du consulat dans le Midi de la France », Recueils de la Société (...)
  • 16 Je garde ce nom « cathare » malgré la contestation qu’il soit inadéquat, car fixant une vision « ré (...)
  • 17 Les seuls cas aux proportions comparables sont Gourdon et Montcuq (Lot) (connus aussi d’après le té (...)
  • 18 Elle le sera dans ma thèse de doctorat à la Humboldt-Universität zu Berlin.
  • 19 Voir, pour les vaudois méridionaux, Schneider, Waldensertum, p. 7-55 ; Yves Dossat, « Les vaudois m (...)

6Montauban, fondation récente (1144) des comtes de Toulouse, situé aux confins du Quercy et du Toulousain, était rapidement devenu une des villes les plus importantes dans les domaines comtaux12. Située sur les bords élevés du Tarn, elle devait son ascension à sa position stratégique en tant que place forte contre les incursions anglaises13 et à son commerce international14. En 1195, le consulat obtenait l’autonomie judiciaire face au comte, élément central de la liberté communale15, ainsi que la mise à l’écart du coseigneur de la ville, l’abbé de St-Théodard. L’émancipation de la tutelle de cette abbaye bénédictine voisine ne s’étendait cependant pas au domaine religieux. La seule église dans la ville demeurait un prieuré de St-Théodard. La négligence et l’avarice des clercs qui la desservaient faisaient l’objet de plusieurs plaintes de la commune. Or pour satisfaire leurs besoins religieux, les habitants de la ville disposaient d’une alternative. Ils avaient même un triple choix de religions : au début du XIIIe siècle, le valdéisme aussi bien que le catharisme16 étaient solidement enracinés à Montauban. La coexistence équilibrée des deux hérésies aux dogmes très différents dans une seule ville a de quoi étonner17, mais l’analyse de la vie religieuse montalbanaise entre trois pôles – catholique, cathare, vaudois – ne peut être développée dans le cadre de cette communication18. Constatons seulement que la forte présence des « Pauvres de Lyon » est un fait exceptionnel dans une terre « albigeoise » où les vaudois étaient bien erratiques comparés aux cathares ubiquitaires19.

La logique des peines

  • 20 Juridiquement, les inquisiteurs en tant que personnes ecclésiastiques ne condamnaient pas à la mort (...)
  • 21 Voir Kolmer, Ad capiendas, p. 158 et 218.
  • 22 « Il n’est pas venu dans le délai de grâce », f. 186v et 220, éd. Duvernoy : p. 32 et 102.

7Cent soixante-trois hommes et quatre-vingt-treize femmes montalbanais sont condamnés dans le registre de Pierre Sellan. Tous s’étaient auparavant confessés chez Sellan en profitant du tempus gratiae, le « délai de grâce », qui venait d’être introduit afin de rompre les « conspirations de mutisme » auxquelles les inquisiteurs s’étaient heurtés auparavant. En ce temps d’indulgence, le confessant spontané et prêt à tout dire était protégé des peines sévères, c’est-à-dire la condamnation à la mort20, la prison perpétuelle ou encore la confiscation des biens. La mesure se révéla un succès majeur pour les inquisiteurs21. Les pénitences données par Pierre Sellan en sont le premier grand témoin. Seulement deux noms dans le registre y portent la notice non venit in tempore gratiae22.

  • 23 L’empire latin érigé en 1204 se trouvait alors sous la menace d’une récupération grecque. Pour une (...)
  • 24 Lieu de pèlerinage en Espagne septentrionale, proche de la ville de Leon.

8En 1241, la semaine de l’Ascension, l’inquisiteur submergeait la ville de pénitences : il n’imposait pas moins de 711 pèlerinages pénaux et il y ajoutait encore une trentaine d’obligations au service militaire à Constantinople23 ainsi que huit obligations à porter des croix d’étoffe sur le vêtement. Pourtant, cette pléthore de sanctions ne relève pas du tout de l’arbitraire. Au contraire, l’analyse révèle une correspondance étroite entre délits et sanctions, les dernières conjuguées habilement avec la quantité. Puisque les pèlerinages menaient à sept lieux différents, des plus proches aux très éloignés : Le Puy, Saint Gilles, San Salvador de Asturias24, Saint-Denis, Saint-Jacques de Compostelle, Cantorbéry et Rome (voir tableau 1), l’inquisiteur pouvait ficeler des « paquets » pénaux aux combinaisons de pèlerinages très différenciés, des relativement légères aux très lourdes.

  • 25 En plus, des 31 pénitences à un seul pèlerinage, 27 prévoyaient la destination lointaine de Saint-J (...)
  • 26 Leur nombre total était 219 à Montauban. Des 256 personnes dans le registre, il faut d’abord soustr (...)

9Les condamnations légères, c’est-à-dire un ou deux pèlerinages, sont peu nombreuses (45, soit la cinquième part)25, tandis que plus de la moitié26 (115) des pèlerins forcés de Montauban devait en accomplir au moins quatre (voir tableau 2). Les peines les plus sévères étaient réservées aux croyants cathares purs et durs. Parmi eux, les hommes (au nombre de trente) devaient aller combattre à Constantinople, les femmes (huit au total) devaient accomplir un nombre élevé de pèlerinages et en plus porter la croix d’étoffe pendant des années (d’une jusqu’à sept). À part cette distinction chez les peines maximales, les sanctions étaient égales pour les deux sexes : les femmes (un tiers des condamnés) recevaient autant et les mêmes pèlerinages que les hommes.

  • 27 f. 276v-277v (édition Duvernoy : p. 204-206).

10Pareil constat d’égalité pénale pour les deux hérésies : sauf pour les sanctions maximales, « privilège » des adeptes fervents des albigeois, les pénitences diffèrent peu. Il n’est guère question de peines légères pour les amis des vaudois : Trois quarts d’entre eux doivent accomplir au moins trois pèlerinages. Il faut donc conclure que ce qui entrait dans le compte inquisitorial n’était pas tant la spécificité de l’hérésie que l’attachement individuel plus ou moins étroit avec l’hérésie, qui trouvait son expression dans les contacts avec les hérétiques. La lourdeur de la sanction dépendait directement de la fréquence, de la durée et de la catégorie du contact avec l’hérésie (de la simple rencontre jusqu’à la participation formelle aux rites hérétiques). Tous ces détails sont minutieusement énumérés dans le registre. Prenons l’exemple des pénitences pour deux sœurs, Marauda et Dulcia, originaires de la famille De la Mota27.

  • 28 Édition partielle : Gottfried Koch, Frauenfrage und Ketzertum im Mittelalter. Die Frauenbewegung im (...)
  • 29 Dulcia soror eius dixit in omnibus et per omnia idem quod Marauda soror sua praeter hoc quod non iu (...)
  • 30 Hoc quidem ita perstringimus, non ut vos poenitentias praetaxatas omnes ubique, vel omnes omnibus i (...)
  • 31 Les pénitences des inquisiteurs étaient prononcées publiquement. Sur ces sermons voir Thomas Scharf (...)
  • 32 Andreas Heinz, « Bußwallfahrt », Lexikon für Theologie und Kirche, 3e édition, t. 5, Fribourg (Alle (...)
  • 33 Pour l’histoire du pèlerinage pénitentiel imposé aux hérétiques voir les études classiques de Louis (...)

11Marauda avait rencontré ses parents, les « parfaites » cathares Astorgua (sa mère), Arnalda et Petrona (ses sœurs), célèbres à cause des longues confessions « autobiographiques » qu’Arnalda délivrait aux inquisiteurs (dans d’autres registres inquisitoriaux)28. En plus, Marauda avait entendu la prédication d’autres parfaits et mangé deux fois avec eux. Depuis, elle les avait rencontrés encore une fois et leur avait donné à manger. Pour ces délits elle recevait l’obligation de se rendre à cinq lieux saints : Le Puy, Saint Gilles, Saint Jacques de Compostelle, Saint Denis et Cantorbéry. En plus, elle devait porter une croix d’étoffe sur ses vêtements pendant un an. Quant à sa sœur Dulcia, l’inquisiteur remarque sommairement qu’elle « confessait exactement comme Marauda, sa sœur, sauf qu’elle n’était pas allée à Lavaur pour rendre visite à sa mère et ses sœurs »29. La conséquence : Dulcia recevra exactement un pèlerinage de moins que Marauda : Idem quod proxima excepto Sancto Dionisio. En l’occurrence, un seul contact hérétique équivalait donc à un voyage pénitentiel. L’inquisiteur fixait le « montant » de la peine en correspondance exacte avec la somme des délits constatés, ce qui était facilité par l’emploi de pénitences variables en quantité. Pierre Sellan avait donc parfaitement appliqué la maxime de la discretio, la différenciation des sanctions, telle qu’elle serait expressément conseillée aux inquisiteurs par les archevêques méridionaux en 124330. Cette logique proportionnelle des peines donnait une leçon salutaire aux Montalbanais, à savoir d’éviter le moindre contact avec les hérétiques dans le futur, puisque aucun contact dans le passé n’était resté sans conséquence sur l’étendue de la pénitence. C’est aussi une logique différentielle, puisqu’elle rendait patente, par l’étendue diverse des sanctions pour chaque pénitent31, l’exposition individuelle à l’hérésie. La population touchée était ainsi divisée en individus plus ou moins coupables et pénalisés. Quant à la sanction principale, le pèlerinage pénitentiel, elle avait aussi des fonctions multiples : Elle était à la fois un voyage purifiant32, un exil temporaire éloignant le pénitent du milieu hérétique pendant des mois ou des années, ainsi qu’une performance du retour à l’orthodoxie, l’idée même du pèlerinage aux lieux saints étant fortement contradictoire avec les dogmes soit du catharisme soit du valdéisme33. La combinaison d’aspects thérapeutiques, sémiotiques et sociaux de la pénalisation inquisitoriale relevés par James B. Given chez Bernard Gui sont donc combinés aussi dans la « technologie » pénale employé par Sellan. Or quel pouvoir réel a-t-elle pu développer sur plus de 250 personnes à Montauban affectées par les pénitences ? Pour répondre à cette question il faut d’abord mieux connaître ces victimes.

L’origine sociale élevée des pénitents

  • 34 Les plus importantes sont les Livres consulaires de Montauban, inédits : Archives municipales de Mo (...)
  • 35 À Montauban existait un système de moulins « capitaliste » comparable à l’exemple toulousain (voir (...)
  • 36 Pour l’usage (pluriel, aux critères multiples) de ce terme voir Les élites urbaines au moyen âge. X (...)
  • 37 Le quart non identifié n’était pas nécessairement en bloc de statut social inférieur ; y figurent a (...)
  • 38 Jean-Louis Biget, L’extinction du catharisme urbain : les points chauds de la répression », Cahiers (...)
  • 39 Jean-Loup Abbé, « La société urbaine languedocienne et le catharisme au XIIIe siècle. Le cas de Lim (...)

12Grâce à des riches sources communales34, le statut social de presque 200 des 256 personnes condamnées en 1241 peut être saisi : c’est toujours un statut élevé. Les pénitents eux-mêmes ou leurs parents figurent sur les listes consulaires montalbanaises, parmi les témoins des actes communaux. Ce sont aussi des propriétaires fonciers et des « seigneurs des moulins »35. C’est donc pour des élites urbaines36 qu’il faut compter les trois-quarts ou plus37 des pénitents de la ville. Le cas montalbanais appuie ainsi l’hypothèse que les hérésies urbaines (dans l’occurrence, le valdéisme aussi bien que le catharisme) se recrutaient « parmi les notables », développé pour le seul catharisme à Albi par Jean-Louis Biget38 et récemment confirmé pour Limoux (Aude) par Jean-Loup Abbé39. Bien sûr, nous présupposons que le registre donne une image fiable des habitants mêlés aux hérésies et pas seulement des membres des élites. Présupposition qui nous semble pourtant confirmée par les quelques pénitents de statut social modeste dispersés dans le registre. Or il est remarquable que dans la plupart des cas, et à la différence des autres pénitents, ils ne sont entrés en contact avec l’hérésie que par leur activité professionnelle : il y a des journaliers qui ont travaillé chez des patrons hérétiques, lesquels ont cherché à « missionner », ou bien des bateliers qui ont transporté des parfaits.

  • 40 Les clans De Aussac, De Biole, Carbonel, De Castilho, Davi, Engelbaudi, Folcaldi, De Gaulena(s), De (...)

13Parmi les élites politiques et économiques à Montauban, nos pénitents n’appartiennent pas à une fraction minoritaire. Au contraire, rares sont les familles d’élite qui ne comptent au moins un condamné en 1241 et les clans les plus puissants sont les plus touchés par les pénitences. Ainsi, on peut discerner une quinzaine de groupes familiaux à la présence très fréquente et persistante au consulat urbain40. Si l’on compare cette « élite dans les élites » avec notre registre inquisitorial, il en résulte non seulement qu’elle y est très présente, mais aussi que leurs membres sont les individus le plus et le plus durement affectés par les peines : Ces 15 familles comprennent à elles seules une bonne soixantaine de pénitents, dont treize hommes condamnés au service militaire à Constantinople (sur un total de 30 Montalbanais recevant cette catégorie de sanction) ainsi que cinq femmes condamnées aux croix d’étoffe (sur un total de huit). Ce « gratin » social couvre donc la moitié des peines maximales, et le maximum de condamnations par famille (de six à neuf) peut être observé chez la poignée de clans ayant l’accès le plus fréquent au consulat.

14La semaine de l’Ascension 1241, l’inquisiteur avait ainsi pénalisé toute une couche sociale. Il avait transformé l’ensemble de la classe gouvernante de Montauban en groupe de pénitents. Accomplir à la lettre les sanctions aurait signifié la dispersion aux quatre vents de centaines de leurs membres pendant des années, et même pour trente hommes parmi eux, le risque de mourir en guerre. Cependant, il ne semble pas que les pénitences aient étés honorées si scrupuleusement.

L’accomplissement des pénitences

  • 41 Elles étaient prévues par les conciles méridionaux : Concile de Toulouse 1229, éd. Mansi 23, coll. (...)
  • 42 « Sentences et lettres de Guillaume Arnaud et d’Étienne de Saint-Thibéry (12351241) », Doat 21, f. (...)

15À la différence d’une peine de mort, de prison ou de confiscation, il ne suffit pas de prononcer et d’exécuter une pénitence, il faut aussi en surveiller l’accomplissement. Le moyen principal de surveillance était les litterae testimoniales41. Il s’agit d’un système de chartes, d’un véritable dossier pénitentiel individuel contenant les obligations à accomplir et les confirmations des pèlerinages déjà faits, à montrer aux autorités ecclésiastiques par le pénitent. Malheureusement, aucune de ces litterae ne nous est parvenue pour la période des premières inquisitions méridionales. Il existe par contre quelques autres témoignages. Ainsi, dans le premier registre pénal toulousain (à partir de 1235) on trouve des remarques (non datées) selon lesquelles nombre de condamnés auraient montré des litterae testimoniales pour l’accomplissement complet ou partiel de leurs pèlerinages42.

  • 43 Pénitences, f. 298v-299 (édition Duvernoy, p. 242).
  • 44 Albe, Hérésie, pièce justificative III, p. 463.

16Plus spécifiquement pour les pénitences quercynoises de Pierre Sellan, nous disposons de deux chartes de l’évêque de Cahors, écrites vers 1255. La première nous apprend le destin d’une femme de Moissac, condamnée en 1241 par Pierre Sellan à cinq pèlerinages et un an de croix d’étoffe, donc à une pénitence sévère43, comme pour les sœurs Marauda et Dulcia. L’évêque constate qu’elle avait accompli un voyage à Saint-Jacques de Compostelle avant de commuer ses autres pèlerinages en des visitations annuelles à des églises plus proches, à Agen et à Cahors. Dans la lettre de 1255 environ, lui est remis aussi ce reste d’obligations, à cause de « sa tenue bonne et pieuse », mais surtout pour le versement d’une somme considérable au profit de l’église cahorsine44.

  • 45 Il s’agit d’un certain Guillelmus Baussani/de Baussano (et de sa femme Bernarda). Sa condamnation n (...)
  • 46 Albe, Hérésie, pièces justificatives I et II, p. 461-462. La première charte date de février 1242, (...)

17Le même évêque, dans une deuxième lettre de 1255, tirait le bilan pénitentiel d’un couple45 de Cahors, lui aussi condamné par Pierre Sellan. Le mari avait été condamné à vingt ans de séjour outremer. Il avait fait son passage en terre sainte avant février 1242, et s’il est retourné (avec permis papal) avant les vingt années prescrites, il y aurait quand même séjourné diucius, longtemps. Son épouse aussi avait entièrement accompli ses pénitences46. Dans ces cas, au moins une partie des pénitences était accomplie, le reste commué ou bien racheté.

  • 47 Voir Richard W. Emery, Heresy and Inquisition in Narbonne, New York 1941, p. 88 (Studies in History (...)
  • 48 « Registre du notaire ou greffier de l’inquisition de Carcassonne », édité par Célestin Douais, Doc (...)

18Pourtant, nous possédons aussi des exemples des pénitences pas du tout accomplies : en 1247 et 1248, le roi saint Louis sommait des habitants de Narbonne d’accomplir leurs vœux de croisade qu’ils auraient émis à cause de crimes d’hérésie, et cela probablement déjà dans les années trente, mais apparemment jamais honorés, car encore en 1247-1248 les sollicités préféraient la fuite à l’accomplissement47. Autre exemple, dans les années 1250, les inquisiteurs de Carcassonne cherchaient à forcer de nombreux pénitents à honorer leurs obligations de croisade ou de pèlerinage, auparavant négligées48.

  • 49 Dans le registre, la première pénitence pour Constantinople, donnée en 1241 dans la ville de Gourdo (...)
  • 50 Paix conclue en janvier 1243 avec Louis IX après la courte révolte de Raymond VII.
  • 51 Archives nationales, J 306, 73 (une liste de 134 noms).
  • 52 1244 : Livre rouge (=AM Montauban, AA 1) f. 31, 1247 : Livre rouge f. 8, 1248 : Doat 90, f. 237v, 1 (...)
  • 53 Livre rouge, f. 106v-107.

19Pour les pénitents montalbanais, nous ne disposons d’aucun document pareil. Toutefois, la question de l’accomplissement des peines dans cette ville peut être approchée d’une façon indirecte, au moins pour la fraction des pénitents mâles le plus sévèrement condamnés, obligés au service militaire à Constantinople, puisque le passage vers l’est était prescrit avant l’Avent 124249, il faudrait s’attendre à ce que ces trente hommes soient absents de Montauban après cette date. Mais ce n’est pas le cas puisqu’en mars 1243, nous trouvons pas moins de quinze d’entre eux encore présents en ville : à l’occasion du serment à la paix dit de Lorris50, que tout la commune devait prêter, leurs noms sont parmi les 134 donnés dans la charte de serment51. Presque deux ans après le jugement de l’inquisiteur Sellan, ils n’avaient donc pas encore commencé leur pénitence. Qu’ils l’aient fait après, cela paraît très improbable : plusieurs d’entre eux sont attestés à Montauban dans les années suivantes, ici et là parmi les témoins des actes de la pratique locaux pendant les années 1240. Pour l’un d’entre eux on peut même vérifier formellement qu’il n’a pas fait le passage entre-temps. Il s’agit d’un membre de la puissante famille Folcaut, nommé Arnaud, condamné en 1241 à trois ans de séjour à Constantinople. Cet Arnaud Folcaut n’est pas seulement attesté en ville en mars 1243, il y est aussi présent en septembre 1244, en juin 1247, en août 1248 aussi bien qu’en décembre 124952. Nous pouvons donc strictement exclure qu’il se soit éloigné de Montauban pour trois ans dans les années 1240 et nous soupçonnons qu’il n’en était pas autrement pour les autres « croisés » de 1241. Encore en 1249, dix d’entre eux figurent sur une liste de 164 représentants de la commune53.

  • 54 Consilium des trois archevêques méridionaux (1243), éd. Mansi 23, p. 356f. La source ne dit pas le (...)
  • 55 Voir Maier, Preaching, p. 69-70.
  • 56 Voir les lettres pontificales envoyées aux évêques méridionales en 1247-1248 : Registres d’Innocent (...)

20En 1243, le pape Innocent avait défendu aux inquisiteurs d’obliger les pénitents à la croisade parce qu’il craignait une congrégation d’hérétiques outremer54. Il avait toutefois ordonné que les obligations données avant cette décision soient honorées, d’ailleurs la prohibition même était à court terme. Au contraire, la pression sur les croisés récalcitrants devenait à nouveau particulièrement considérable dans la seconde moitié de cette décennie, marquée par la préparation de la grande croisade de saint Louis (débutée en 1248)55. Ci-dessus, nous avons déjà évoqué le cas des croisés de Narbonne, sollicités par le roi en 1247/1248. L’Église aussi faisait de son mieux en favorisant la commutation d’autres pénitences d’hérésie pour la participation à la croisade, notamment quand Raymond VII de Toulouse voulut joindre la croisade56.

  • 57 Voir James Brundage, Medieval Canon Law and the Crusader, Madison et al. 1969, chapitre « Crusader (...)
  • 58 Voir Registre Carcassonne, éd. Douais, Documents, t. 2, p. 181, 188-189 et 202 (et passim).
  • 59 Lea, Geschichte, I, p. 526-527.
  • 60 Registres d’Innocent IV, t. I, édité par Élie Berger, Paris 1884, n° 3508 (décembre 1247).
  • 61 Concile de Béziers, éd. Mansi, t. 23, coll. 715-724, ici 720.

21Comment Arnaud Folcaut et les autres « croisés » montalbanais ont-ils fait pour esquiver l’obligation à la croisade ? Est-ce par la commutation en d’autres pénitences, par un rachat direct ou par la substitution, donc par l’envoi d’un remplaçant payé à leur place ? Le rachat des vœux de croisade était très courant depuis quelques décennies57, et dans les années 1250, les inquisiteurs à Carcassonne effectuaient plusieurs commutations pour le transitus transmarinus58. Auparavant, la légitimité de la commutation des pénitences pour hérésie était en discussion59. Toutefois, le pénitent de Cahors mentionné ci-dessus, bien qu’aisé, était néanmoins allé personnellement en terre sainte avant 1242, et une lettre papale de l’an 1247, prévoyant la commutation d’autres types de pénitences en croisade, dit que le pénitent devait accomplir la croisade personaliter60. D’un autre coté, le concile de Béziers (1246) permettait une substitution, si le replaçant était plus idoine à la tâche61. Devant ces contradictions et faute de documents explicites, les circonstances de l’abandon des croisés involontaires à Montauban n’ont pu être établies.

  • 62 Auguste et Édouard Molinier, « Najac en Rouergue. Notes historiques et archéologiques », Bibliothèq (...)
  • 63 Pour l’histoire de l’église voir R. Rey, « Une église de communauté laïque au XIIIe siècle : Saint- (...)
  • 64 Livre rouge f. 31.

22L’hypothèse la plus probable nous semble pourtant que toutes ou une grande partie des pénitences (pas seulement celles de croisade) n’auraient pas été commuées individuellement, mais collectivement pour un projet commun, à savoir le financement d’une nouvelle église, à l’instar du cas bien documenté de la ville de Najac (Aveyron). Dans cette commune rouergate, en 1258, les inquisiteurs concluaient un accord avec les consuls qui s’obligeaient à bâtir à leurs frais une plus grande église. Les inquisiteurs promettaient de remettre collectivement les pénitences pour les habitants condamnés et de les commuer en sommes à payer à l’œuvre de l’église62. À Montauban il existe plusieurs chartes témoignant d’un agrandissement de l’église locale, commencé précisément dans les années après 1241, apparemment sous l’égide des consuls63. À part cette coïncidence temporelle, est-ce un pur hasard de retrouver en 1244 comme maître d’œuvre notre Arnaud Folcaut, pénitent de 124164 ?

L’impact social largement absent

  • 65 Registre Carcassonne, éd. Douais, Documents, t. 2, p. 199-200.
  • 66 Registre Carcassonne, éd. Douais, Documents, t. 2, p. 231-232.

23Un fait que nous pouvons cependant établir avec certitude est l’absence d’un effet de stigmatisation sociale sur les pénitents. Certes, il est hors de doute qu’à Montauban comme ailleurs les pénitences pour délit d’hérésie avaient pour but d’humilier. Dans le cas des croix d’étoffe, c’est littéralement le cas. Ce sont des penitentie confusibiles, « des pénitences à rendre honteux » dans la langue des inquisiteurs65. Il est évident que les croix étaient perçues comme un opprobre par leurs porteurs. Ces derniers les cachaient ou tout simplement enlevaient ces signes d’infamie. Les actes des inquisiteurs méridionaux en portent témoignage. À Carcassonne, un pénitent avait même conclu un véritable contrat de « lobbying » avec un parent de l’évêque afin d’obtenir une dispense pour ses croix d’étoffe66.

  • 67 Siegfried Lamnek, « Sanktion », Wörterbuch der Soziologie, publié aux soins de Günter Endruweit et (...)
  • 68 Kathrin Utz Tremp, Waldenser, Wiedergänger, Hexen und Rebellen. Biographien zu den Waldenserprozess (...)

24Même en l’absence de signes extérieurs, des sanctions pénales peuvent en général entraîner un stigmate invisible sur les condamnés, « sanction informelle », réaction de l’environnement social à la sanction formelle67. Kathrin Utz Tremp en a constaté les effets à la suite des procès des vaudois à Fribourg (Suisse) (XIVe siècle) : des condamnés à des amendes pécuniaires, donc des pénitences relativement légères, restaient compromis leur vie durant par l’implication dans un procès d’hérésie. Ils n’entraient plus dans des fonctions communales et ils ne participaient plus comme avant aux transactions économiques68.

  • 69 Les livres consulaires nous font connaître les consulats pour deux tiers des années 1250-1270.
  • 70 Dans le registre figurent deux « B. Capel », f. 229 et 233v, édition Duvernoy : p. 124 et 130. D’ap (...)
  • 71 Doat 89, f. 22-26.
  • 72 Doat 90, f. 236-237v.

25On aurait pu s’attendre à des effets pareils à Montauban après 1241. Or il n’en est rien. La « mort sociale » observée à Fribourg n’a pas lieu. Prenons encore l’exemple d’Arnaud Folcaut et son clan, durement touché par Sellan : Arnaud et son frère Pierre Raymond sont destinés à Constantinople, quatre autres membres de leur famille aux pèlerinages. Pourtant, dans les années cinquante et soixante, aucun consulat69 ne se passe d’un Folcaut. Le fait d’avoir reçu une pénitence n’empêcha ni Arnaud ni Pierre Raymond d’accéder plusieurs fois au consulat. Pierre Raymond y siégeait d’ailleurs déjà en mars 1243. Il n’était donc pas question d’incapacité civique, même passagère. Et les Folcaut ne sont qu’un exemple : très rares furent les familles « pénitentes » qui perdirent leur présence au consulat dans l’après 1241. Le seul cas qui saute à l’œil est le clan De la Mota, très gravement affecté par les pénitences (six pénitents, dont trois hommes destinés à Constantinople et deux femmes obligées aux croix d’étoffes). Ses membres mâles, auparavant souvent parmi les consuls et les témoins d’actes consulaires, n’y apparaissent plus. Or leur disparition politique ne se produit pas immédiatement après 1241, mais seulement après l’an 1244, ce qui laisse plutôt supposer un lien causal avec l’interception près de Toulouse de leur parente Arnalda, parfaite cathare « de longue durée » (depuis 1209, avec interruptions). Elle était la sœur non seulement de Marauda et Dulcia mentionnées ci-dessus, mais aussi de cinq pénitents mâles de 1241. Très rares sont aussi les homines novi sans passé hérétique qui font leur apparition dans le consulat. Au contraire, le clan « montant » de ces décennies 1240-1270 sont les Carbonnel, dont pas moins de neuf membres de famille avaient reçu une pénitence par Sellan. Ensemble, avec les Folcaut et les Guiraut (sept pénitents en 1241), ils dominent le consulat. Même dans le clergé ils ne sont pas mal vus, mais plutôt respectés : un de pénitents de 1241, Bernard Capel70, est choisi en 1247 comme arbitre dans un litige opposant l’abbaye de St-Théodard aux templiers de Lavilledieu71. Le même Bernard Capel, ensemble avec notre Arnaud Folcaut, figure comme témoin d’un acte de l’évêque toulousain concernant un hôpital à Montauban, en 124872.

  • 73 Voir Wolff, Réflexions, et Idem, « Les luttes sociales dans les villes du Midi français du XIIIe au (...)

26Bien sûr, le pouvoir des élites n’est pas toujours incontesté. À partir de l’an 1249 ils voient l’assaut du « peuple menu » de la ville, qui exige la participation politique et l’égalité dans l’impôt. Ces luttes sociales entre les anciennes élites et les nouvelles couches montantes étaient dans l’air partout dans la région, mais le cas de Montauban est de quelques années antérieur aux autres73. La position des élites a-t-elle précocement souffert sous le coup de l’inquisiteur en 1241 ? C’est possible, mais nous ne pouvons pas le vérifier. De toute façon, les anciennes élites maîtrisaient la charge : ils acceptaient le partage formel du pouvoir, mais après quelques années nous les retrouvons de nouveau seuls au consulat, monopolisant encore les affaires politiques et économiques à Montauban.

Négociation du pouvoir ?

  • 74 Abbé, Société, p. 131-132.
  • 75 Guillemain, Hérétiques, p. 345 et 348.

27Il est incontestable que les pénitents de Montauban ne sont pas devenus membres d’un « outgroup » marginalisé. Non seulement les sanctions les plus sévères ne semblent guère avoir été accomplies, mais encore le procès de masse de l’an 1241 n’a pas laissé de tâches même sur les individus les plus affectés (le cas des De la Mota mis à part). L’empreinte du pouvoir de l’Inquisition n’est guère repérable dans la structure sociale de la ville. Comment expliquer cette pénalisation inquisitoriale sans conséquences sociales, contraire à l’image qu’on se fait du sort des hérétiques réconciliés, mais conforme aux observations faites par Jean-Loup Abbé pour Limoux74 ? Bernard Guillemain, dans un article sur les hérétiques réconciliés en tant que « marginaux », a évoqué la possibilité qu’il y aurait eu envers les pénitents des complaisances chez des « populations qui se savaient suspectes et que la répression frappait », ainsi qu’une « solidarité des habitants », vu le grand nombre de sanctionnés75. Pour le cas de Montauban j’avancerai une hypothèse plus spécifique : il ne s’agit pas d’une « solidarité des habitants » générale mais plutôt de la solidarité d’un groupe bien distinct et organisé, à savoir les vieilles élites urbaines. C’était la seule couche de la société montalbanaise affectée par la pénalisation inquisitoriale, et cela presque intégralement, si nous prenons comme unités les familles qui comptent au moins un pénitent. Ainsi, parmi les 134 représentants de la ville énumérés à l’occasion du serment sur la paix (1243), pas moins de 109 (81 %) appartenaient à une telle famille (et 54 parmi ces 134, soit 41 %, avaient personnellement reçu une pénitence).

28Les luttes sociales à partir de 1249 montrent bien que ces élites urbaines ne jouissaient guère d’une solidarité naturelle dans la ville. Au contraire, leur position hégémonique était très contestée. Il faut donc chercher les raisons de leur persistance sociale chez eux-mêmes.

  • 76 Jean-Louis Biget, « L’extinction du catharisme urbain : les points chauds de la répression », Cahie (...)
  • 77 Le concept « négociation » est emprunté chez Stephen Greenblatt, Shakespearean Negotiations. The Ci (...)
  • 78 Voir Kolmer, Ad capiendas, 152.
  • 79 Voir Pelhisson, Chronique, p. 68-70.
  • 80 Voir Feuchter, Viellard, p. 49.

29Le rôle des élites urbaines dans l’histoire de l’inquisition méridionale, si leurs membres ne sont pas simplement vus comme des victimes passives, est souvent réduit à leur participation dans des actes de révolte ouverte contre les inquisiteurs, tels le « complot des archives » à Carcassonne en 1284-1285 (attentat manqué sur les registres des inquisiteurs) et les autres conspirations d’Albi, de Cordes et de Limoux à la fin du XIIIe siècle76. Tous ces actes de « résistance » ont été futiles à la fin. Les élites des villes en question les ont payés très cher parfois. Or le cas de Montauban nous semble indiquer qu’entre le statut de victimes et la résistance spectaculaire, il y avait aussi une stratégie plus souple et, dans une certain sens, plus efficace. Nous proposons d’interpréter l’« inquisition sans marginalisation » à Montauban comme le résultat d’une « négociation »77 du pouvoir entre inquisiteur/Église pénalisante d’une part et les élites urbaines de l’autre. Elle consistait en deux éléments : le premier était l’acceptation par l’inquisiteur et par la population des conditions du tempus gratiae. Les deux parties avaient de bonnes raisons pour entrer dans ce compromis : l’inquisiteur Sellan venait d’apprendre qu’une stratégie trop dure ne devait pas nécessairement le mener directement au but78. En 1236, juste avant son arrivée à Montauban, il avait été privé de sa compétence pour le diocèse de Toulouse à cause d’une plainte du comte Raymond VII79. Déjà en 1234 et 1235, le pape avait réagi à des plaintes pareilles en interdisant les pratiques irrégulières employées par Sellan et ses collègues80. Cependant, les résultats de cette ligne raide avaient été maigres. Le vaste emploi du délai de grâce est bien le signe d’un changement vers une approche beaucoup plus pragmatique.

  • 81 Guillaume Pelhisson, Chronique (1229-1244) suivie du récit des troubles d’Albi (1234). Texte édité, (...)
  • 82 Le fait d’avoir récidivé après une réconciliation antérieure aggravait seulement la pénitence, voir (...)

30En ce qui concerne les Montalbanais, ils devaient en 1236 avoir devant les yeux les événements de Toulouse, où une lutte violente entre inquisiteurs et commune dès l’an 1234 avait mené à l’expulsion des inquisiteurs de la ville. Or c’était la victoire à Pyrrhus, car les inquisiteurs forçaient leur retour et proscrivaient les consuls responsables81. Dans leur comportement « collaborateur » envers l’inquisiteur Sellan, les élites montalbanaises ont choisi une stratégie opposée à celle de leurs voisins toulousains. Ainsi ils ont évité les plus graves conséquences : À Montauban, même les récidivistes en délit d’hérésie n’étaient pas mis en prison en 124182.

  • 83 Pour des mainmises communales sur l’église dans la région voir Nicole Lemaître, « Finances des cons (...)
  • 84 Livre rouge, f. 106v-107.

31Le deuxième point de « négociation » était la commutation des pénitences pour l’agrandissement de l’église (si notre hypothèse est pertinente). À première vue, cela pourrait apparaître comme une belle pénitence symbolique, un geste triomphant de l’église catholique : des ex-croyants hérétiques contribuent a bâtir la maison de Dieu. Pourtant, l’agrandissement de l’église en ville était aussi bien un moyen d’émancipation des Montalbanais contre le régime religieux de l’abbaye de S. Theódard. Il s’insère comme un pas décisif dans la longue lutte des habitants de Montauban pour le contrôle de « leur » église83. Seulement quelques années plus tard, dans l’an 1249, la commune s’arrogea le contrôle financier de cette église84. C’est donc encore une situation dont les Montalbanais se tiraient au mieux.

  • 85 Robert Ian Moore, The Formation of a Persecuting Society. Power and Deviance in Western Europe, 950 (...)
  • 86 Une « inquisition » au sens institutionnel n’a jamais existé avant la fin du Moyen Âge, voir Richar (...)
  • 87 Il existe un seul procès inquisitorial contre un Montalbanais après 1246, de l’an 1276 (Doat 25, f. (...)

32Bien que les inquisiteurs de la première génération fussent des pionniers et bien que leur technologie du pouvoir fût (surtout dans la combinaison des éléments connus) innovatrice, leur pouvoir pénal connaissait des limites étroites. Dans une « société persécutrice »85 seulement émergente, ce que nous appelons en rétrospective « l’Inquisition »86 n’était pas encore un appareil totalitaire et tout-puissant. Les inquisiteurs menaient les premiers procès de masse dans l’histoire du Moyen Âge, et ils devaient accepter des compromis avec les populations concernées. À la différence des procès de Fribourg (Suisse) deux siècles plus tard, ils n’avaient pas à faire à une toute petite minorité, mais à une très large majorité dans la couche décisive de la population. Cela n’équivalait pas à une défaite des inquisiteurs : à la différence d’autres villes, Montauban cessa dès alors d’être un foyer d’hérésie87.

Notes

1 James B. Given, Inquisition and Medieval Society. Power, Discipline and Resistance in Languedoc, Ithaca (New York) et London 1997. À voir aussi son « The Inquisitors of Languedoc and the Medieval Technology of Power », American Historical Review 94 (1989), p. 336-359, ainsi que « Social stress, social strain, and the Inquisitors of medieval Languedoc », Christendom and its Discontents, ed. Scott L. Waugh et Peter D. Diehl, Cambridge 1996, p. 47-66. Pour la technologie de la prison, voir aussi : Edward Peters, « Prison before the Prison : The Ancient and Medieval Worlds », The Oxford History of the Prison. The Practice of Punishment in Western Society, publié aux soins de Norval Morris et David J. Rothman, New York 1995, p. 3-47 (p. 30-32 : « The Prisons of the Inquisitors »).

2 James B. Given, Inquisition, p. 66-67.

3 James B. Given, Inquisition, p. 84-85. À voir aussi : Bernard Guillemain, « Les hérétiques réconciliés dans le Sud de la France », Minorités et Marginaux en France méridionale et dans la péninsule ibérique (VIIe-XVIIIe siècles) (Actes du Colloque de Pau, 27-29 mai 1984), Paris 1986, p. 339-350.

4 James B. Given, Inquisitors, p. 356-359 (« a repressive agenda whose nature was essentially negative » ; « Many of the inquisitor’s techniques depended for their effectiveness on a strategy of isolation », p. 359).

5 Pour l’histoire de l’inquisition méridionale voir : Yves Dossat, Les crises de l’inquisition toulousaine au XIIIe siècle (1233-1273), Bordeaux 1959 ; Lothar Kolmer, Ad capiendas vulpes. Die Ketzerbekämpfung in Südfrankreich in der ersten Hälfte des 13. Jahrhunderts und die Ausbildung des Inquisitionsverfahrens, Bonn, 1982 (Pariser Historische Studien 19).

6 Arrêt de l’activité inquisitoriale en 1238 à cause du rapprochement entre le comte Raymond VII de Toulouse et le pape Grégoire IX sous le signe de la lutte contre l’empereur Frédéric II. Il en résultait une pause d’inquisition de trois ans (Voir Y. Dossat, Crises, p. 137-145).

7 Paenitenciae fratris Petri Sillani. Bibliothèque Nationale de France Fonds Languedoc-Doat, t. 21, f. 185-312v. Le document a été édité récemment, mais pas de façon « critique » : L’inquisition en Quercy. Le registre des pénitences de Pierre Cellan 1241-1242, édité par Jean Duvernoy, Cahors 2001. Il a été étudié par : Edouard Albe, « L’hérésie albigeoise et l’inquisition en Quercy », Revue d’Histoire de l’Église de France 1 (1910) p. 271-293, 412-428, 460-472 ; Jean Duvernoy, « Albigeois et Vaudois en Quercy d’après le registre des pénitences de Pierre Sellan » Moissac et sa région. Actes du XIXe Congrès d’études régionales tenu à Moissac les 5 et 6 mai 1963, publié par la Fédération des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Albi 1964, p. 110-121 ; Martin Schneider, Europäisches Waldensertum im 13. und 14. Jahrhundert. Gemeinschaftsform, Frömmigkeit, Sozialer Hintergrund, Berlin et New York, 1981, p. 7-29 (Arbeiten zur Kirchengeschichte 51) ; Kolmer, Ad capiendas, p. 150-162 ; Peter Biller, « Curate infirmos : the Medieval Waldensian Practice of Medicine », Studies in Church History 11 (The Church and Healing) (1982), p. 55-77 et du même auteur, « The Preaching of the Waldensian Sisters », Heresis 30 (1996) p. 137-168.

8 Esquisse biographique : Jörg Feuchter, « Pierre Sellan, un vieillard expérimenté », Les inquisiteurs. Portraits de défenseurs de la foi en Languedoc (XIIIe-XIVe siècles), publié aux soins de Laurent Albaret, Toulouse, 2001, p. 41-55.

9 Le nombre d’habitants peut être évalué à ce nombre. Pierre des Vaux-de-Cernay donne le nombre de « 3000 et plus » en 1217. Des estimations modernes comparatives arrivent à 8000 pour l’an 1300. Voir Petri Vallium Sarnaii Monachi Hystoria Albigensis, édité par Pascal Guébin et Ernest Lyon, t. II, Paris, 1930, p. 301304 (Société de l’histoire de France. Publications. Série antérieure à 1789, 412) ; Paul Bairoch, Jean Batou et Pierre Chèvre, La population des villes européennes de 800 à 1850. Banque de données et analyse sommaire des résultats, Genève 1988, p. 27 (Publications du centre d’histoire économique internationale de l’université de Genève 2). Dans la ville de Toulouse, plusieurs fois plus grande avec environ 25 000 habitants, le nombre des condamnées pour hérésie a été estimé à 500 (John Hine Mundy, The Repression of Catharism at Toulouse. The Royal Diploma of 1279, Toronto, 1985 (Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Studies and Texts 74), p. 46.

10 Pour l’analyse des autres registres pénales inquisitoriales de cette première génération, voir Y. Dossat, Crises, p. 246-268 ; Mundy, Repression ; Jean-Louis Abbé, « La société urbaine languedocienne et le catharisme au XIIIe siècle. Le cas de Limoux (Aude) », Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, publiés aux soins de Patrick Boucheron et Jacques Chiffoleau, Paris, 2000, p. 119-139.

11 Juridiquement, toutes les sanctions prononcées par les inquisiteurs étaient des pénitences. Pour la « peine de mort », voir note 20.

12 Pour l’histoire générale de la ville, voir Philippe Wolff, « Réflexions sur l’histoire médiévale de Montauban », publié dans : Idem, Regards sur le Midi médiéval, Toulouse 1978, p. 333-345 ; Annie Lafforgue, « Naissance d’une ville (12e-13e siècle) », Histoire de Montauban, publié aux soins de Daniel Ligou, Toulouse, 1984, p. 25-50 ; Jean-Claude Fau, « Au temps des frères Bonis (fin 13e-1ère moitié du 14e siècle) », Histoire de Montauban […], p. 51-71.

13 Sur ces incursions, voir Richard Benjamin, « A Forty Years War : Toulouse and the Plantagenets, 1156-96 », Historical Research. The Bulletin of the Institute of Historical Research 61 (1988) p. 270-285. Encore en 1206, Montauban était prise par le roi anglais Jean sans Terre (Wilfrid Lewis Warren, King John, Londres, 1978, p. 117).

14 Le 8 avril 1205 le premier marchand de vin originaire de Montauban est mentionné en Angleterre (Rotuli litterarum clausarum, publié aux soins de Thomas Duffus Hardy, t. I, Londres, 1833, p. 52).

15 Pierre-Clément Timbal, « Les villes du consulat dans le Midi de la France », Recueils de la Société Jean Bodin 6 : La Ville, Brüssel, 1954, 343-370, ici 358.

16 Je garde ce nom « cathare » malgré la contestation qu’il soit inadéquat, car fixant une vision « réifiante » et donc « faussée » de la dissidence qu’il désigne, voir Julien ThÉry, « L’hérésie des bons hommes. Comment nommer la dissidence religieuse non vaudoise ni béguine en Languedoc (XIIe - début du XIVe siècle) ? », Heresis 3637 (2002) p. 75-117, citations p. 117.

17 Les seuls cas aux proportions comparables sont Gourdon et Montcuq (Lot) (connus aussi d’après le témoignage des « Pénitences »).

18 Elle le sera dans ma thèse de doctorat à la Humboldt-Universität zu Berlin.

19 Voir, pour les vaudois méridionaux, Schneider, Waldensertum, p. 7-55 ; Yves Dossat, « Les vaudois méridionaux d’après les documents de l’Inquisition », Cahiers de Fanjeaux 2 (Vaudois languedociens et Pauvres catholiques) (1997), p. 207-226 ; Jörg Feuchter, « Von predigenden ‘törichten Weiblein’ zu zurückgezogenenen keuschen Jungfrauen, « die besser heiraten sollten ». Waldenserinnen im Mittelalter », Die Waldenser. Spuren einer europäischen Glaubensbewegung, publié aux soins de Günter Frank, Albert de Lange et Gerhard Schwinge, Bretten 1999, p. 51-69 ; Carlo Papini, Valdo di Lione e i « poveri nello spirito ». Il primo secolo del movimento valdese (1170-1270), Turin 2001, p. 317-328.

20 Juridiquement, les inquisiteurs en tant que personnes ecclésiastiques ne condamnaient pas à la mort, mais le transfert d’un excommunié au bras séculier entraînait automatiquement la peine capitale.

21 Voir Kolmer, Ad capiendas, p. 158 et 218.

22 « Il n’est pas venu dans le délai de grâce », f. 186v et 220, éd. Duvernoy : p. 32 et 102.

23 L’empire latin érigé en 1204 se trouvait alors sous la menace d’une récupération grecque. Pour une discussion de ces pénitences militaires, voir Peter Segl, « “Stabit Constantinopoli”. Inquisition und päpstliche Orientpolitik unter Gregor IX. », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters 32 (1976) p. 209-220. Il faut ajouter que l’un des témoins montalbanais avait reçu une pénitence antérieure par « frère Guillaume de Cordelle » (f. 234, édition Duvernoy : p. 132). Ce franciscain était dès 1235 le chef de la prédication française contre les Grecs et les Sarrasins, voir Christoph T. Maier, Preaching the Crusades. Mendicant Friars and the Cross in the Thirteenth Century, Cambridge 1998, p. 33-35 (Cambridge studies in medieval life and thought 4). L’inquisiteur Sellan suivait donc probablement les traces de ce prêcheur de croisade quand il enjoignait le service militaire à Constantinople.

24 Lieu de pèlerinage en Espagne septentrionale, proche de la ville de Leon.

25 En plus, des 31 pénitences à un seul pèlerinage, 27 prévoyaient la destination lointaine de Saint-Jacques de Compostelle.

26 Leur nombre total était 219 à Montauban. Des 256 personnes dans le registre, il faut d’abord soustraire 30 qui recevaient l’obligation du service militaire à Constantinople. Pour sept autres noms ne figure aucune sanction.

27 f. 276v-277v (édition Duvernoy : p. 204-206).

28 Édition partielle : Gottfried Koch, Frauenfrage und Ketzertum im Mittelalter. Die Frauenbewegung im Rahmen des Katharismus und des Waldensertums und ihre sozialen Wurzeln (12.-14. Jahrhundert) Berlin 1962 (Forschungen zur mittelalterlichen Geschichte 9), p. 187-200 ; étudié par Anne Brenon, Les femmes cathares, Paris 1992, p. 13-79 et 220-234 ; Daniela Müller, Frauen vor der Inquisition. Lebensform, Glaubenszeugnis und Aburteilung der deutschen und französischen Katharerinnen), Mainz 1996, p. 98-101 (Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz. Abteilung Abendländische Religionsgeschichte 16) [Ouvrage à utiliser avec beaucoup de prudence]. Astorgua et Petrona étant déjà décédées et Arnalda encore cachée par le milieu des croyants cathares autour de Lanta (Haute-Garonne) jusqu’en 1243, elles ne figurent pas dans le registre des pénitences de Pierre Sellan (1241).

29 Dulcia soror eius dixit in omnibus et per omnia idem quod Marauda soror sua praeter hoc quod non iuit ad Vaurum ad videndum matrem et sorores.

30 Hoc quidem ita perstringimus, non ut vos poenitentias praetaxatas omnes ubique, vel omnes omnibus imponatis : sed ut eas secundum discretionem vobis traditam a Domino, pro culparum et personarum, locorum et temporum et aliarum circumstantiarum qualitate ita caute ac provide dispensetis, ut sive plectendo, sive ignoscendo, vitam culpabilium corrigatur : « Consilium » des trois archevêques de Narbonne, d’Aix et d’Arles, réunis pour un synode à Narbonne en 1243, éd. Giovanni Domenico Mansi, Sacrorum Conciliorum Nova et Amplissima Collectio t. 23, coll. 353-366, ici 357 (Mansi donne l’année 1235, erronée, voir Histoire générale de Languedoc, t. 7, p. 94, Toulouse 1879). Nouvelle édition : Texte zur Inquisition, par Kurt-Victor Selge, Gütersloh 1967, p. 60-69 (Texte zur Kirchen- und Theologiegeschichte, 4).

31 Les pénitences des inquisiteurs étaient prononcées publiquement. Sur ces sermons voir Thomas Scharff, « Schrift zur Kontrolle - Kontrolle der Schrift. Italienische und französische Inquisitoren-Handbücher des 13. und 14. Jahrhunderts », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters 52 (1996) p. 547-584, ici 564-566. Pour un exemple d’un tel sermon voir « in solemni condemnatione haereticorum » du dominicain Humbert de Romans, De eruditione religiosorum, liber II : De modo prompte cudendi sermones, in Maxima bibliotheca veterum patrum, éd. M. de la Bigne, Lyon 1667, t. 25, n° 62, p. 555. Voir aussi les pages de Bernard Gui sur ces sermons, (Practica inquisitionis heretice pravitatis, auctore Bernardo Guidonis, éd. Célestin Douais, Paris 1886, p. 83 suiv.).

32 Andreas Heinz, « Bußwallfahrt », Lexikon für Theologie und Kirche, 3e édition, t. 5, Fribourg (Allemagne) 1994, col. 858-859.

33 Pour l’histoire du pèlerinage pénitentiel imposé aux hérétiques voir les études classiques de Louis Tanon, Histoire des tribunaux de l’Inquisition en France, Paris, 1893, p. 501-510 ; Charles Molinier, L’inquisition dans le midi de la France au XIIIe et au XIVe siècle. Étude sur les sources de son histoire, Paris 1880, p. 399-410 ; Henry Charles Lea, Geschichte der Inquisition im Mittelalter, t. I, Bonn, 1905 [édition originale : A History of the Inquisition in the Middle Ages, t. 1, New York, 1887], p. 520-522. L’étude plus récente de Louis Carlen, Wallfahrt und Recht im Abendland, Fribourg (Suisse) 1987, p. 37 et 93 (Freiburger Veröffentlichungen aus dem Gebiete von Kirche und Staat 23) n’apporte que peu de nouveau.

34 Les plus importantes sont les Livres consulaires de Montauban, inédits : Archives municipales de Montauban, AA 1 et AA 2 (« Livre rouge » et « Livre des serments »). L’analyse détaillée sera donnée dans ma thèse.

35 À Montauban existait un système de moulins « capitaliste » comparable à l’exemple toulousain (voir Germain Sicard, Aux origines des sociétés anonymes. Les Moulins de Toulouse au Moyen âge, Rennes et Paris 1953 (Affaires et gens d’affaires 5) ; voir Livre rouge f. 11v, 11v-12, 13, 16v.

36 Pour l’usage (pluriel, aux critères multiples) de ce terme voir Les élites urbaines au moyen âge. XXIVe congrès de la SHMES (Rome mai 1996), Rome 1997 (Collection de l’École Française de Rome 238).

37 Le quart non identifié n’était pas nécessairement en bloc de statut social inférieur ; y figurent ainsi plusieurs « dames » (dominae) dont cependant seulement le prénom est donné, ce qui rend l’identification difficile.

38 Jean-Louis Biget, L’extinction du catharisme urbain : les points chauds de la répression », Cahiers de Fanjeaux 20 (Effacement du catharisme ?) (1985), p. 305-340, citation 321).

39 Jean-Loup Abbé, « La société urbaine languedocienne et le catharisme au XIIIe siècle. Le cas de Limoux (Aude) », Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, publié par Patrick Boucheron et Jacques Chiffoleau, Paris 2000, p. 119-139.

40 Les clans De Aussac, De Biole, Carbonel, De Castilho, Davi, Engelbaudi, Folcaldi, De Gaulena(s), De la Garriga, Geraldi, Lhautier, De la Mota, De la Pozaca, De Sapiac, Tozet.

41 Elles étaient prévues par les conciles méridionaux : Concile de Toulouse 1229, éd. Mansi 23, coll. 191-203, ici 196 ; plus élaboré : Concile de Béziers 1246, éd. Mansi 23, coll. 715-724, ici 721-722.

42 « Sentences et lettres de Guillaume Arnaud et d’Étienne de Saint-Thibéry (12351241) », Doat 21, f. 143-185, ici f. 178-179v. Voir aussi Scharff, « Kontrolle », p. 564-566.

43 Pénitences, f. 298v-299 (édition Duvernoy, p. 242).

44 Albe, Hérésie, pièce justificative III, p. 463.

45 Il s’agit d’un certain Guillelmus Baussani/de Baussano (et de sa femme Bernarda). Sa condamnation ne se trouve pas dans les pénitences de Sellan, Cahors n’étant pas parmi les lieux énumérés dans le registre. Il est cependant mentionné dans la pénitence d’autrui en tant que confident-dépositaire des hérétiques, mention qui avait probablement mis l’inquisiteur sur ses pas (f. 220, édition Duvernoy p. 102).

46 Albe, Hérésie, pièces justificatives I et II, p. 461-462. La première charte date de février 1242, la deuxième d’octobre 1255.

47 Voir Richard W. Emery, Heresy and Inquisition in Narbonne, New York 1941, p. 88 (Studies in History, Economics and Public Law 480) et Maier, Preaching, p. 70.

48 « Registre du notaire ou greffier de l’inquisition de Carcassonne », édité par Célestin Douais, Documents pour servir à l’histoire de l’inquisition dans le Languedoc, Paris 1900, t. 2, p. 115-301), voir par exemple p. 181 et 201-202.

49 Dans le registre, la première pénitence pour Constantinople, donnée en 1241 dans la ville de Gourdon, porte les spécifications suivantes : et portabit crucem ad mensuram palmi super humeros et arripiet iter a prima dominica adventus Domini usque ad annum (f. 186, édition Duvernoy p. 30). Dans la suite, à chaque pénitence pour Constantinople, l’inquisiteur se contente d’une remarque sommaire : de cruce et via sicut alii.

50 Paix conclue en janvier 1243 avec Louis IX après la courte révolte de Raymond VII.

51 Archives nationales, J 306, 73 (une liste de 134 noms).

52 1244 : Livre rouge (=AM Montauban, AA 1) f. 31, 1247 : Livre rouge f. 8, 1248 : Doat 90, f. 237v, 1249 : Livre rouge f. 108.

53 Livre rouge, f. 106v-107.

54 Consilium des trois archevêques méridionaux (1243), éd. Mansi 23, p. 356f. La source ne dit pas le nom du pape, mais c’était très vraisemblablement Innocent IV. Puisqu’il y est dit que la prohibition était nuper factam sont pratiquement à exclure ses prédécesseurs Grégoire IX, mort le 22.8.1241 et Célestin IV qui ne siégea qu’une quinzaine de jours en octobre-novembre 1241. Innocent IV avait commencé sa papauté le 25.6.1243.

55 Voir Maier, Preaching, p. 69-70.

56 Voir les lettres pontificales envoyées aux évêques méridionales en 1247-1248 : Registres d’Innocent IV, t. I, édité par Elie Berger, Paris 1884, n° 3508, 3677 et 3866. Un concile prévoit même un règlement détaillé pour ces « croisés » au double sens : On leur donne permis d’enlever leurs croix d’hérétiques en terre sainte, mais pas pendant l’allée et le retour (Concile de Béziers 1246, éd. Mansi 23, coll. 715724, ici 720-721).

57 Voir James Brundage, Medieval Canon Law and the Crusader, Madison et al. 1969, chapitre « Crusader Status and the Obligations of Crusaders », (p. 115-138) pour les principes généraux de commutation et substitution de vœux. Maier, Preaching, p. 135-142, traite spécialement la pratique dans les années 1230 et 1240.

58 Voir Registre Carcassonne, éd. Douais, Documents, t. 2, p. 181, 188-189 et 202 (et passim).

59 Lea, Geschichte, I, p. 526-527.

60 Registres d’Innocent IV, t. I, édité par Élie Berger, Paris 1884, n° 3508 (décembre 1247).

61 Concile de Béziers, éd. Mansi, t. 23, coll. 715-724, ici 720.

62 Auguste et Édouard Molinier, « Najac en Rouergue. Notes historiques et archéologiques », Bibliothèque de l’École des Chartes 42 (1881) p. 129-156 et 360382 ; voir aussi Jean-Louis Biget et Patrick Boucheron, « La fiscalité urbaine en Rouergue. Aux origines de la documentation fiscale : le cas de Najac au XIIIe siècle », La fiscalité des villes au Moyen Âge. France méridionale, Catalogne et Castille. Les systèmes fiscaux, t. 1, publié aux soins de Dominique Menjot et Manuel Sánchez Martinéz, Toulouse 1996, p. 15-29.

63 Pour l’histoire de l’église voir R. Rey, « Une église de communauté laïque au XIIIe siècle : Saint-Jacques de Montauban », Annales du Midi 1956, p. 169-173.

64 Livre rouge f. 31.

65 Registre Carcassonne, éd. Douais, Documents, t. 2, p. 199-200.

66 Registre Carcassonne, éd. Douais, Documents, t. 2, p. 231-232.

67 Siegfried Lamnek, « Sanktion », Wörterbuch der Soziologie, publié aux soins de Günter Endruweit et Gisela Trommsdorff, Stuttgart 1989, t. 3, p. 555.

68 Kathrin Utz Tremp, Waldenser, Wiedergänger, Hexen und Rebellen. Biographien zu den Waldenserprozessen von Freiburg im Uechtland (1399 und 1430), Fribourg (Suisse) 1999, p. 19.

69 Les livres consulaires nous font connaître les consulats pour deux tiers des années 1250-1270.

70 Dans le registre figurent deux « B. Capel », f. 229 et 233v, édition Duvernoy : p. 124 et 130. D’après les sources communales, ils sont père et fils.

71 Doat 89, f. 22-26.

72 Doat 90, f. 236-237v.

73 Voir Wolff, Réflexions, et Idem, « Les luttes sociales dans les villes du Midi français du XIIIe au XVe siècle » dans : Idem, Regards sur le Midi médiéval, Toulouse 1978, p. 213-231.

74 Abbé, Société, p. 131-132.

75 Guillemain, Hérétiques, p. 345 et 348.

76 Jean-Louis Biget, « L’extinction du catharisme urbain : les points chauds de la répression », Cahiers de Fanjeaux 20 : Effacement du catharisme ?, Toulouse 1985, p. 305-340.

77 Le concept « négociation » est emprunté chez Stephen Greenblatt, Shakespearean Negotiations. The Circulation of Social Energy in Renaissance England, Berkeley 1988. Dans le domaine de l’histoire de l’Inquisition moderne, Silvana Seidel Menchi a développé l’idée d’une « médiation » par des inquisiteurs prêts à des traitements et compromis. Ces inquisiteurs étaient comme le notre « de première génération ». Ils siégeaient immédiatement après la réforme dans les années 1535-1555 (Silvana Seidel Menchi, « Inquisizione come repressione o inquisizione come mediazione ? Una proposta di periodizzazione », Annuario dell’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea 35/36 (1983-1984), p. 51-77).

78 Voir Kolmer, Ad capiendas, 152.

79 Voir Pelhisson, Chronique, p. 68-70.

80 Voir Feuchter, Viellard, p. 49.

81 Guillaume Pelhisson, Chronique (1229-1244) suivie du récit des troubles d’Albi (1234). Texte édité, traduit et annoté par Jean Duvernoy, Paris 1994.

82 Le fait d’avoir récidivé après une réconciliation antérieure aggravait seulement la pénitence, voir par exemple f. 240v-241 (édition Duvernoy p. 144), la pénitence la plus dure pour une femme. Un seul habitant de Montauban est connu pour avoir été condamné à la prison perpétuelle dans cette première phase de l’Inquisition, dans l’an 1246 par l’inquisiteur Bernard de Caux (éd. Douais, Documents, t. 2, p. 31-34).

83 Pour des mainmises communales sur l’église dans la région voir Nicole Lemaître, « Finances des consulats et finances de paroisses dans la France du sud-ouest, XIVe-XVe siècles », L’Hostie et le denier. Les finances ecclésiastiques du haut Moyen Âge à l’époque moderne, publié aux soins de Marcel Pacaut, Genève 1991, p. 101-117.

84 Livre rouge, f. 106v-107.

85 Robert Ian Moore, The Formation of a Persecuting Society. Power and Deviance in Western Europe, 950-1250, Oxford et New York 1987.

86 Une « inquisition » au sens institutionnel n’a jamais existé avant la fin du Moyen Âge, voir Richard Kieckhefer, « The Office of Inquisition and Medieval Heresy : The Transition from Personal to Institutional Jurisdiction », Journal of Ecclesiastical History 46 (1995) p. 36-61.

87 Il existe un seul procès inquisitorial contre un Montalbanais après 1246, de l’an 1276 (Doat 25, f. 231-241). Or l’hérésie de l’individu accusé est caractérisée par l’absence totale de la notion de « secte », c’est-à-dire de la dissidence religieuse comme phénomène social, pratiqué collectivement.
NB C’est seulement après la rédaction de cette contribution que j’ai pris connaissance d’un autre article traitant les pénitences des premiers inquisiteurs méridionaux : Andrew P. Roach, « Penance and the Making of the Inquisition in Languedoc », Journal of Ecclesiastical History 52 (2001), p. 409-433.

Table des illustrations

Titre Tableau 1
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 2
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

Auteur

Université Humboldt de Berlin

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540