Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et contrôle social

Commissaires et familiers au Portugal. L’Inquisition au village au XVIIIe siècle

Commissaries and familiars in Portugal. The Inquisition in the village 18th century

Michele Janin-Thivos

Résumé

After being installed very lately in Portugal, the network of local agents of the inquisitorial power was strengthened during the first half of the 18th century. The need to control the population was still prominent as the repression against New Christians provided by a hierarchical network of commissaries and district notaries was maintained throughout the whole period. On the contrary, familiars were little involved in this matter. Reaching the rank of familiar was a supplementary element of social distinction in a quest for honours which affected the social classes seeking nobility. The purity of blood, which was a fundamental criterion in order to become a minister of the Holy Office, could be forged and thus did not systematically exclude the lineage of the New Christians who could afford long and costly enquiries until they were eventually rewarded.

Texte intégral

  • 1 Et les notaires de districts qui les assistent.
  • 2 José Veiga Torres, « da repressao religiosa para a promoção social », Revista critíca de ciências s (...)
  • 3 Ibid., p. 113, augmentation de 24 % des familiers entre 1670 et 1720 et de 158 % des commissaires ( (...)
  • 4 J. Veiga Torres donne le chiffre de 1 familier pour 6 victimes durant le XVIe siècle, puis 1 pour 1 (...)
  • 5 ANTT, Livre 149 des nominations (1735-51), registre 525 des dépôts des candidats à l’habilitation ( (...)
  • 6 Ont été recensés à travers les différentes sources : 452 familiers et 112 commissaires pour les ann (...)

1Dans les paroisses du vaste district d’Alentejo et Algarve administré par le tribunal d’Evora, le pouvoir inquisitorial est représenté au XVIIIe siècle au niveau local par les ministres bénévoles que sont les familiers et les commissaires1. Les inquisiteurs n’entreprenant plus de visites de district, ce sont eux qui constituent le premier niveau d’intervention de l’Inquisition en dehors du siège du tribunal, en assurant sa présence dans tout l’espace soumis à sa juridiction. La singularité portugaise a été relevée en ce qui concerne leur mise en place tardive, leur nombre et leur évolution par l’étude de José Veiga Torres2. Pour lui, l’augmentation du nombre des familiers entre 1670-1770, coopérants laïcs à cette institution par rapport aux commissaires ecclésiastiques, est liée à une demande de promotion sociale au sein de certains groupes sociaux, la bourgeoisie mercantile en particulier. Cette demande de reconnaissance sociale par l’accès à la familiature aurait entraîné la hausse du nombre des commissaires car, selon lui, « les commissaires et les notaires augmentent non en fonction de l’activité répressive du tribunal, mais en fonction de l’accroissement de la création du nombre de familiers »3. Les commissaires auraient donc pour tâche essentielle de réaliser des enquêtes de pureté de sang pour faire barrage aux Nouveaux-Chrétiens aspirant à une promotion sociale et l’Inquisition aurait à côté de son rôle purement répressif, celui de légitimation de la distinction sociale. Toutefois, J. Veiga Torres avait relevé, sans l’expliquer, que les années 1705-50 présentaient une anomalie, puisque durant cette période l’activité répressive reprenait4 alors que le nombre des familiers était stabilisé. Le district du tribunal d’Evora sur lequel peu de travaux ont été engagés, présentait donc un terrain favorable pour tenter d’éclairer cette particularité. L’étude sociale des ministres menée à partir des registres d’habilitations5 a permis d’évaluer leur nombre6 et l’enracinement géographique du tribunal. Le rôle respectif des commissaires et familiers a pu être saisi à travers les traces de l’activité inquisitoriale (procès, correspondance, diligences, carnets du promotor…)… Ces résultats ont conduit à préciser la vision de J. Veiga Torres sur les relations entre ces deux représentants du tribunal inquisitorial durant la première moitié du XVIIIe siècle. Le rôle des commissaires est-il bien de faire avant tout des enquêtes de pureté de sang et sont-ils les rouages de la promotion sociale ? Enfin, du commissaire ou du familier, qui exerce au village, l’autorité réelle au nom du Saint-Office ?

Familiers et commissaires, agents d’un même pouvoir

  • 7 J.-P. Dedieu a signalé que pour l’époque moderne en Espagne, il s’agissait du seul réseau couvrant (...)
  • 8 Ainsi, l’habilitation du notaire de Beja, Luis de Gois Nogueira en 1696 précise : « il connaît bien (...)
  • 9 Faro 15, Lagos 10, Avis 5, Estremoz 10, V. Viçosa 10, C. Maior 6, Moura 4, Serpa 4, Montemor 4, cf. (...)
  • 10 Les variations annuelles vont de 5 en 1734 à 27 en 1741. Les familiers sont jeunes lors de leur hab (...)
  • 11 Ex : Arraiolos 11, Castelo de Vide 9, Coruche 6, Crato 10, Monforte 7, Redondo 6, etc.
  • 12 Voir J.-P. Dedieu, « Limpieza, pouvoir, richesse, conditions d’entrée dans le corps des ministres d (...)
  • 13 Elvas (9 %), Avis (4,5 %), Crato (2,5 %) et Alcacer (3,5 %).

2Au Portugal, la mise en place du réseau des agents inquisitoriaux, bien que tardive, s’est effectuée sur la base d’une étroite territorialisation du pouvoir pour des raisons d’efficacité7 L’insistance sur le critère de connaissance des lieux et des personnes est explicite dans le cas des commissaires8 choisis la plupart du temps parmi les prêtres exerçant dans leur localité de naissance. Paradoxalement, cette nécessité d’enracinement local semble moins grande dans le cas des familiers puisqu’une bonne partie d’entre eux est née hors de la paroisse dans laquelle ils exercent leurs responsabilités. La réglementation inquisitoriale est également plus vague en ce qui concerne leur nombre puisque, fixe-t-elle, il y aura « un commissaire par ville, village, lieu-dit et des familiers selon les besoins ». En 1682, une sévère remise en ordre a conduit à réglementer les abus. Le conseil général, après accord avec le roi, a fixé leur nombre à 2 familiers dans chaque ville et chef-lieu de canton et 1 seul pour les villages. Pour les localités « plus notables », le nombre est précisé en 1693 à 50 pour Evora, 20 pour Elvas et Portalegre, 10 pour Beja, etc.9 Or, les évaluations faites pour la première moitié du XVIIIe siècle à partir des sources inquisitoriales laissent supposer qu’on est très loin de ces chiffres en particulier pour les commissaires. Le dépouillement des séries continues des années 1725-51 indique qu’il y a environ 4 nominations par an. Le plus souvent on mentionne lors des habilitations qu’il n’y a pas de commissaire dans un espace géographique correspondant à la comarca (canton) ou une partie de celle-ci et il y a de nombreuses mentions de vacance de plusieurs années de la fonction. Pour les familiers, les nominations portent durant la même période sur 17 familiers10 par an pour l’ensemble de la circonscription d’Evora et bien que l’évaluation globale du nombre ne puisse être précisée, on constate certaines irrégularités. De nombreuses petites localités qui ne devraient avoir qu’un seul familier connaissent la nomination consécutive de 2, 3 ou même davantage11 – qui s’ajoutent peut-être à d’autres déjà en fonction, alors que d’autres n’ont aucune nomination. L’inégalité de cette répartition amène à conclure qu’il existe un certain nombre de familiers surnuméraires12, ce qui semble montrer la persistance de pratiques anciennes malgré les interdictions répétées. Si les comarcas surreprésentées d’Evora (35 %), V. Viçosa (15 %) et Beja (14 %), sont celles qui sont les plus peuplées, on remarque aussi que plus on s’éloigne d’Evora, moins on a de familiers. Cette variation s’explique par le besoin de représentation du tribunal puisque Evora et les localités proches font participer un grand nombre d’agents aux cérémonies du pouvoir inquisitorial : accompagnement des pénitents en procession, auto da fé, messes de la confrérie de S. Pedro Martyr, etc. Le recrutement de ces familiers était d’ailleurs favorisé par le fait qu’une grande partie du petit personnel inquisitorial d’Evora accédait à ce statut (gardes, médecins, chirurgiens…). Mais les comarcas qui ont un faible nombre de familiers sont aussi celles qui ont été le moins touchées par la répression dans cette première moitié de siècle (Algarve 4,3 %, Ourique 4,7 %, Portalegre 7,5 %)13. On peut donc en conclure que la nomination de familiers semble encore, en partie au moins liée à l’activité répressive du tribunal – plus que J. Veiga Torres ne l’indique pour l’ensemble de la période.

  • 14 Il vient de Colos, Messejana, doyenné d’Ourique. En revanche, le commissaire en place sera très act (...)
  • 15 Selon les périodes, ces localités ne sont pas les mêmes ; la distinction semble attachée à la perso (...)
  • 16 Baltasar Pereira, notaire du Saint-Office à Tavira, doit mener des enquêtes ou entendre des témoins (...)

3Toutefois, si apparemment la territorialisation des fonctions de familier et de commissaire semble la règle, elle ne s’applique pas à la lettre. Ainsi en octobre 1720, lorsqu’il s’agit de procéder à des arrestations massives dans la ville de Beja, les 10 familiers de la localité ne suffisent pas et le conseil général demande que dans l’urgence, on fasse de nouvelles nominations, puis envoie deux familiers d’Evora pour organiser plus efficacement les poursuites. Le familier sort ainsi de son strict espace d’intervention locale pour des missions exceptionnelles imposées par le tribunal. Il est amené à se faire connaître et reconnaître à l’extérieur avec sa « lettre » de familier, par exemple dans les auberges où il doit se loger. Mais tous ne sont pas sollicités de la même manière. On relève le nom de quelques familiers d’Evora à qui l’on confie généralement ces missions de confiance (transfert de fonds et d’hommes, « vigie » des cachots, etc.). Si ces quelques familiers paraissent employés à plein temps par le tribunal, ils ne semblent pas être dans une position hiérarchique supérieure à l’échelle du district. En revanche, dans le cas des commissaires, l’étude de la correspondance souligne la participation beaucoup plus forte de certains d’entre eux qui ont une activité qui déborde sur le territoire de certains de leurs collègues. À Beja par exemple vers 1720, le commissaire local intervient très peu dans les procès, mais on sollicite régulièrement celui d’un autre doyenné14 qui déploie une activité couvrant une zone dépassant les limites tant civiles qu’ecclésiastiques. Il s’agit d’une situation que l’on retrouve dans une dizaine de localités du district15 où certains commissaires semblent disposer d’une autorité supérieure qui les amènent à multiplier les déplacements au-delà de leur paroisse d’origine. Ainsi, s’il y a dix fois plus de familiers que de commissaires, le nombre ne doit pas faire illusion. Les familiers constituent un réseau éclaté, discontinu, sauf dans un rayon proche du siège du tribunal où ils renforcent la visibilité de celui-ci. En revanche, le réseau de commissaires couvre l’ensemble du district, il est hiérarchisé, formé d’ecclésiastiques qui consacrent un temps important à la gestion des affaires inquisitoriales. Il faut enfin remarquer que, si contrairement à la démonstration générale de J. Veiga Torres, le nombre des commissaires nommés ne semble pas en sensible augmentation, il en va tout autrement des notaires de district. Vers 1750, on constate que toutes les localités, y compris les plus réduites, disposent désormais d’un notaire qui effectue les mêmes missions que le commissaire. Il y a donc eu durant cette première moitié du siècle, la consolidation d’un réseau permanent d’agents inquisitoriaux au niveau local, vivier dans lequel seront recrutés les commissaires après une nouvelle habilitation. Elle a entraîné une progression de l’encadrement de la population, de la formation et de la sélection des commissaires. Devenir commissaire, après en avoir exercé les tâches pendant une période « probatoire »16 qui peut durer plus de 15 ans, est sans doute devenu une distinction supérieure, première étape d’une « carrière des honneurs » au sein de l’administration inquisitoriale et ecclésiastique.

Habilitations, profils et milieux

  • 17 Exemple un peu antérieur (en 1687) de Manuel Alvares Azeitado, refusé pour ascendance judaïsante (m (...)
  • 18 Voir plus loin cas du parent de l’inquisiteur Camacho.

4L’attrait pour les fonctions de commissaires et familiers semble intact au début du XVIIIe siècle : « désir » ou « honneur de servir le Saint-Office » « et non l’enrichissement » sont ainsi invoqués par les candidats. Mais le plus souvent il s’agit simplement de combler un manque lié à un décès, à l’incapacité définitive d’un commissaire ou à l’insuffisance du nombre de familiers dans la région. Ces demandes n’ont de chance d’aboutir que si elles sont fortement soutenues : une sorte de « présélection » sous forme de recommandation est pratiquée ce qui explique le nombre très faible de candidatures rejetées. Les règlements fixent de manière détaillée les conditions exigées de l’impétrant, mais un refus ne devait pas décourager, certains candidats rejetés étant acceptés quelques années plus tard au terme d’une longue enquête d’habilitation fort coûteuse17. Celle-ci peut être expéditive (quelques mois au cours desquels six ou huit témoins sont entendus) : il s’agit alors de candidat ayant déjà un parent familier (père, frère, oncle, neveu, gendre…). Si le fait d’avoir un parent membre du tribunal (ministre ou officier) semble provoquer une accélération de la procédure, ce n’est pas toujours le cas18. Pour les autres, l’habilitation dure plusieurs années en raison de la diversité des vérifications à réaliser ou des divergences d’appréciation.

  • 19 « Les lettrés seront préférés », règlement de 1640.
  • 20 Cas de l’habilitation d’un familier de Badajoz en 1733, sans doute pour surveiller les mouvements d (...)
  • 21 Manuel Cançado qui fait une demande pour être commissaire en 1719. Plusieurs témoins déclarent que (...)

5L’aptitude du candidat repose en premier lieu sur sa capacité intellectuelle, précisée pour les commissaires : ecclésiastiques bien formés ou diplômés19. C’est le cas de 20 d’entre eux pour lesquels la mention figure : 5 sont docteurs (dont un diplômé de philosophie de la Sapienza à Rome), 12 licenciés en droit canon, 2 maîtres ès arts, 1 bachelier en théologie. Le niveau d’études ne joue pas pour les familiers qui doivent toutefois savoir lire et écrire ; les lettres de candidature lorsqu’elles sont conservées en témoignent et certains se vantent même de connaître le latin. On comprend que cette condition privilégie les lettrés et agents administratifs locaux. S’ajoute à cette définition objective, un jugement plus subjectif sur la « capacité » du candidat à assumer la charge d’agent du Saint-Office, appréciation fortement divergente d’ailleurs selon les témoins en raison du caractère flou de cette condition. Les critères ainsi évoqués étaient sans doute : l’exercice de l’autorité, indispensable en cas d’emprisonnement, l’aptitude à garder le secret dans ces affaires délicates, l’honnêteté dans tous les cas, etc. Le commissaire, comme le familier, représentant du Saint-Office dans la localité, doit être capable d’en assumer l’autorité en toutes circonstances sans abus de pouvoir. Responsabilité, efficacité mais aussi modération, sont donc des qualités exigées parallèlement au niveau d’instruction. Quelques cas de refus pour ne pas « avoir de talent », être « ignorant » soulignent l’application de ce principe. Toutefois, la condition la plus exigeante, celle qui explique la lenteur des enquêtes, est la naissance. Elle comprend plusieurs éléments : bien qu’exigée, la naturalité n’est pas un critère effectif puisque certains familiers sont des étrangers20, quant à la légitimité (refus des enfants naturels, illégitimes ou abandonnés), elle ne semble pas entraîner de vérifications particulières. C’est bien la condition de pureté de sang qui ralentit les enquêtes. Elle porte sur trois générations du côté paternel et maternel et est vérifiée par une série de témoignages (12 mais on atteint fréquemment en cas de doute les 50 et plus) recueillis par un commissaire ou un notaire dans les différentes localités où la famille s’est déplacée. La majeure partie des candidats rejetés par jugement définitif du conseil général a ainsi un ascendant mulâtre, morisque ou nouveau-chrétien. La proportion importante de rejet des candidatures de mulâtre ou morisque par rapport aux Nouveaux-Chrétiens d’origine (qu’on sait très nombreux dans la population de la région) surprend, mais cela doit davantage faire conclure à l’habilité de ces derniers à détourner les règles du jeu social. Parmi les recours utilisés pour brouiller les pistes, la forte homonymie, la mobilité, les mariages successifs21 sont autant d’éléments dans lesquels les témoins s’embrouillent, volontairement ou non, ce qui permet d’introduire un doute exploité par le candidat. Dans l’enquête de familiature, la procédure se trouve alourdie en cas de mariage antérieur ce qui amène de nombreux familiers à demander leur habilitation lorsqu’ils sont encore célibataires. La pureté de sang de la famille de l’épouse doit en effet être établie, pour protéger de la « contamination » le sang du lignage du familier. En revanche, malgré la rigueur de l’examen de l’habilitation des femmes, les instructions (1725) précisent bien que cela n’autorise pas un frère à s’en prévaloir dans une candidature devant le Saint-Office. L’habilitation engage la femme individuellement et non l’ensemble de sa famille. Elle a une moindre valeur juridique et sociale que celle des hommes. Pour un candidat, le choix du conjoint est soumis à des contraintes très fortes, le mariage se trouvant repoussé d’environ deux ans, d’où le recours à des stratégies de contournement comme épouser une fille ou une sœur de familier, cas très fréquent. Cela conduit au renforcement de l’homogamie parmi ces élites, mais peut inversement entraîner des mésalliances. Ainsi Francisco Guerreiro de Aboim, noble titulaire d’un majorat qui le place parmi les plus riches familles de la région a-t-il épousé successivement deux jeunes filles de même condition. Après le décès de la seconde, il connaît un refus du Saint-Office en octobre 1711 et ne peut épouser D. Joana Salema de Figueireido, fille « de parents nobles des principales familles de cette ville (Portalegre) qui vivent des rentes de leur majorat ». Il épouse alors une fille d’obscur familier en avril 1712, la procédure se trouvant accélérée. Les exigences inquisitoriales ont donc un effet sur l’âge au mariage, sur les stratégies matrimoniales, renforçant la cohésion du groupe qui sert et utilise la puissance du tribunal.

  • 22 L’enquête de pureté de sang de l’épouse du candidat familier Antonio Borges Coelho, prouve que son (...)
  • 23 Cas de Joseph Freire de Mattos (Galveas) en 1693 « por ser muito pobre ».
  • 24 Exemple : la distinction faite dans la nomination aux ordres militaires : « les laboureurs honorabl (...)
  • 25 Voir par exemple le recrutement des « juiz de fora », certains mettant un certain temps à se déplac (...)
  • 26 Fidalgos 6 %, laboureurs 30 %, artisans 6 %, lettrés 2,6 %, juristes 2,5 %, bureaucratie 4,5 %, mil (...)
  • 27 Celles-ci viennent d’ailleurs en grande partie d’un de ses oncles dont le fils est familier et qui (...)

6L’examen des candidatures porte également sur les qualités morales et les « bonnes vie et mœurs » d’un candidat qui ne doit pas être suspect d’infamie ainsi que ses ascendants. La vérification de non-condamnation est attestée par les différents tribunaux d’inquisition du royaume mais ce n’est pas le cas pour les autres cours22. Quant aux qualités morales exigées, l’examen est peu rigoureux ; le familier a des témoignages attestant qu’il est de « charité connue », le commissaire qu’il fait preuve de « prudence et vertu »… Seules, les questions portant explicitement sur la vie sexuelle des candidats-commissaires sont précisées : ont-ils des enfants ? Vivent-ils en concubinage ?... Mais l’étude des habilitations prouve les faiblesses de l’application de ces principes. Le commissaire Manuel Ramos est ainsi déclaré de « bonnes vie et mœurs » par une partie des témoins avant que l’un d’eux n’émette des doutes. Une enquête plus poussée verra la vérification du fait qu’il a eu en réalité deux enfants d’une esclave mulâtre. Le problème moral est assez vite évacué – bien qu’on ait tout de même cherché à savoir si cela s’était produit avant ou après l’ordination. Reste la question de la « mulatice » de l’enfant. Après des considérations contournées, il ressort qu’étant le descendant du prêtre, il n’a pas transmis cette tâche à son père. On constate donc que dans ce cas précis, la volonté d’appuyer un candidat talentueux efface tous les empêchements. Pourtant, le registre des demandes rejetées prouve qu’il n’en allait pas toujours ainsi : certains refus sont liés au concubinage d’un curé, d’autres à un alcoolisme manifeste troublant l’ordre public. La question du comportement des commissaires n’est donc pas uniquement formelle. Quant aux familiers certains sont refusés pour « parler mal », avoir mauvais esprit ou calomnier trop facilement. En fait, le tribunal doit pouvoir faire confiance à ses agents mais n’exige pas d’eux un comportement irréprochable. En revanche, ses ministres (donc bénévoles), doivent disposer de ressources suffisantes pour vivre ; la pauvreté implique le rejet impitoyable d’une candidature23. Il n’est donc pas surprenant que la majeure partie des familiers appartienne à la catégorie de ceux qui « vivent de leurs affaires » (18,7 %), de leurs rentes ; bon nombre d’entre eux sont laboureurs (30,3 %), catégorie aisée dans cette région qui les place souvent dans la noblesse locale24. Un pourcentage non négligeable vit ainsi dans « la loi de la noblesse » et se situe dans les familles « principales » de la localité, celles qui exercent le « gouvernement » de la municipalité. Pour les séries continues étudiées, ce premier groupe représente la moitié du total. Un très petit nombre appartient à une catégorie nettement supérieure, celle des fidalgos avec majorats ; sept sont même Chevaliers de l’Ordre du Christ ou de Santiago (7 %). Ils occupent parfois des fonctions de responsabilités administratives (juges-conseillers dans différents tribunaux supérieurs du royaume, juge forain, 16,7 % ou militaires, 7,8 %). Ces familiers disposent d’un très grand prestige social qu’ils apportent à l’Inquisition mais ne lui sont que de peu d’utilité puisqu’ils ne résident pas toujours. Leur recrutement apparaît presque systématique25 et ils participent peut-être de ces « familiers surnuméraires » sans fonction véritable évoqués plus haut. Mais il ne faut pas sous-estimer totalement l’adhésion de ces catégories à l’action inquisitoriale : la familiature permet à certaines familles « puritaines » d’afficher leur soutien à l’Inquisition. Ainsi, le familier et juge forain de Nisa, écrit à l’inquisiteur général en 1721 pour se plaindre du fait que des Nouveaux-Chrétiens notoires ont obtenu des témoignages favorables concernant leur pureté de sang. Il déplore ce fait en s’indignant que « de cela puissent résulter quelques germes de corruption dans la république catholique ainsi qu’un préjudice au fisc royal », termes résumant bien l’adhésion à l’idéologie du pouvoir civil et inquisitorial. Le statut social de ces élites implique leur intégration dans les structures inquisitoriales, sans préjuger de leurs convictions. Toutefois, à cette époque et en ces lieux, la familiature ne semble pas toujours un instrument de promotion sociale puisque ceux qui la demandent sont en grande partie issus de la catégorie en voie d’anoblissement ou ayant déjà acquis cette position. On constate en effet la part limitée des autres professions représentées : un artisan, peu de marchands et hommes de négoce (12,7 %), médecins et autres (5 %). Résultat nettement plus faible que les chiffres donnés par J. Veiga Torres (33 % entre 1701-5026, avec dit-il, une augmentation durant la période 1721-70). Les régions d’Alentejo et Algarve semblent moins propices que Lisbonne à l’émergence d’une catégorie de commerçants fortunés, mentionnés pour Evora et Montemor seulement et souvent originaires d’une autre région. À Beja ou Faro, le commerce paraît encore être aux mains de commerçants nouveaux-chrétiens d’origine. La répartition observée correspond sans doute à un poids plus lourd des activités traditionnelles dans cette région agricole riche où la rente de la terre constitue la base de la fortune. Il convient donc de nuancer le rôle tenu par la familiature dans la recherche de la promotion sociale des familles. Le cas d’Antonio Borges Coelho dont « le sang cloche du côté (de la ville) d’Almada », reflète parfaitement l’aspiration de familles ayant du sang nouveau-chrétien. Son père, laboureur enrichi, occupait déjà les offices nobles de la municipalité et avait réussi à se faire reconnaître comme « vivant dans la loi de la noblesse ». Le fils jouit du soutien de deux familiers de la ville dans sa conquête de la familiature, il les a déjà aidés dans des arrestations pour le Saint-Office au grand scandale de la population. À partir d’un certain poids social, en raison des clientèles constituées, la pureté de sang cesse d’être une donnée objective face à la volonté du candidat qui a besoin de la familiature pour rendre incontestable la progression déjà accomplie par la famille. Il oblige en quelque sorte la société et l’Inquisition à lui reconnaître la place qu’il s’est donnée. La familiature ne lui donne pas le pouvoir dans la ville, un pouvoir qu’il détient déjà, mais elle fait reconnaître la position acquise et est un moyen de faire disparaître les murmurações27. D’une manière générale, il s’agit donc plus de consolidation des positions acquises que de véritable promotion. L’habilitation à la familiature n’est pas un véritable obstacle à l’insertion des Nouveaux-Chrétiens lorsqu’ils ont déjà franchi les étapes antérieures de la promotion sociale (noblesse locale ou même ordres militaires). Une légitimation supplémentaire pour ceux qui ont les moyens d’investir dans une longue enquête dans laquelle ils devront affronter de fortes résistances et peut-être soudoyer des témoins…

  • 28 Vigário da vara, représentant de l’évêque.
  • 29 Conego, parfois doutoral, mais aussi deão (Portalegre, Faro)
  • 30 « Le diocèse de Beja au XVIIIe siècle », BPE, Paris, 1971. Il note les conséquences de ce faible en (...)
  • 31 Le recours aux tribunaux ecclésiastiques suscite parfois des résistances au sein même du clergé com (...)

7Le milieu social dont les commissaires sont issus n’est pas très différent de celui des familiers, légèrement inférieur toutefois, la plupart sont fils de laboureurs. Ces ecclésiastiques se recrutent dans les ordres militaires d’Avis ou Santiago particulièrement bien représentés dans la partie sud de la province. Beaucoup d’entre eux sont curés dans l’église paroissiale du lieu comme prieurs, cumulant parfois cette fonction avec celle de vicaire forain28 dans l’archiprêtré. Les sièges diocésains (Faro, Elvas, Portalegre) ont des chanoines29 qui exercent régulièrement cette charge de commissaire, mais ils ne sont pas toujours les plus actifs (à l’exception de ceux d’Elvas). L’exercice des fonctions suppose la résidence dans la localité, ce qui explique sans doute la différence relevée entre les nombreuses habilitations par rapport au faible nombre de commissaires actifs. Les correspondances ne mentionnent jamais d’absence lors de l’envoi d’une lettre de commission. Or, même si les travaux sur l’ensemble du clergé de la circonscription font défaut, J. Marcadé n’a pas manqué de faire un certain nombre d’observations sur le diocèse de Beja qui souligne la faible résidence et l’encadrement insuffisant des paroissiens30. On peut donc penser que la fonction de commissaire repose sur les plus capables de ces ecclésiastiques. Toutefois, malgré les affirmations de A. Prosperi portant sur un contexte différent, il ne semble pas qu’au XVIIIe siècle, le pouvoir spirituel des commissaires s’appuie directement sur un rôle de confesseur qu’ils délèguent fréquemment. Si l’exercice de la charge de commissaire participe des mêmes méthodes et du même effort d’encadrement, il l’a amené à développer un rôle plus administratif que religieux. Cela a sans doute contribué à éloigner de la charge d’âmes et de guide spirituel des ecclésiastiques qui ont passé un temps important à entendre des témoins, établir des certificats et rendre des comptes sur leurs déplacements plutôt que développer leur rôle spirituel31.

L’activité inquisitoriale au village

  • 32 J.-P. Dedieu, op cit., p. 194, les familiers : « il s’agit d’agents purement passifs. En principe c (...)
  • 33 Un commissaire (Paulo Raposo Madeira) réclame que l’on aligne les pratiques sur celles de Coïmbra e (...)
  • 34 Caderno do promotor, années 1719-29, sur 58 cas relevés, seuls 10 ont été transmis par un familier (...)
  • 35 E. Salvado Borges note dans son ouvrage sur Cuba (Homens, fazenda e poder no Alentejo de Setecentos (...)
  • 36 Le commissaire ne sélectionne donc pas toujours parmi les plus proches du prétendant comme l’affirm (...)

8Dans chaque localité du district un commissaire et un familier peuvent intervenir au nom du tribunal. Ils doivent suivre les instructions données sans retard, sans prendre d’initiative personnelle. Le familier doit assister le commissaire lorsqu’il le lui demande et l’aviser lorsqu’il constate un dysfonctionnement relevant de l’action inquisitoriale. L’Inquisition au village, c’est donc le commissaire ; le familier n’est qu’un agent d’exécution32. À travers l’étude de l’activité inquisitoriale, on constate que ce rôle de police ne touche qu’à peine 10 % des familiers ; les autres se contentent de recevoir la distinction liée à la fonction et peut-être au prestige des célébrations. La charge de travail accomplie par les deux ministres du tribunal est donc fort inégale. Le familier a des fonctions de police : il arrête les prisonniers, participe parfois à la surveillance des cachots. Il assiste le commissaire en allant chercher les témoins convoqués pour les auditions et effectue les transferts de fonds du tribunal d’Evora à Lisbonne, mais aussi pour le paiement des commissions ou habilitations, les confiscations des biens ou l’argent réclamé par un prisonnier pour ses besoins personnels. La confiance du tribunal doit être entière, d’où un choix qui se porte sur des individus plutôt fortunés, moins susceptibles d’être tentés par des détournements. Le commissaire, quant à lui, intervient d’une part en amont des procès : c’est lui qui recueille les dénonciations, en avertit le tribunal, qualifie la faute33, puis à la demande du tribunal effectue une partie de l’information en enregistrant les témoignages, en se prononçant sur leur validité. Il a ainsi la possibilité d’écarter certaines poursuites ; on constate que dans les affaires de sodomie, blasphème, magie, il relativise souvent les faits. Un certain nombre d’affaires mineures se règlent directement dans le couvent ou l’église du lieu où le commissaire a convoqué les témoins. Dans la mesure où il n’y a pas de visite au XVIIIe siècle, c’est donc le commissaire qui représente le tribunal inquisitorial sur place. Si le familier peut également transmettre les dénonciations, l’examen des registres34 prouve qu’il le fait en général seulement là où il n’y a pas de commissaire35. Au cours des enquêtes et procès, le commissaire est chargé d’entendre les témoins selon une procédure très codifiée. Il ne doit pas s’écarter du texte qui lui a été remis, mais peut faire preuve d’une certaine initiative dans le choix des témoins, surtout dans les enquêtes de pureté de sang où la liste des témoins à interroger ne semble pas fournie. Favorable à un candidat, il peut donc le sélectionner en fonction des clientèles ; il est frappant de constater que si dans certains procès d’habilitation de nobles, ce sont les « plus apparents » de la ville qui déposent, dans d’autres cas, ce sont des femmes, des pauvres qui n’appartiennent pas au même milieu36, ce qui permet sans doute d’orienter l’enquête. Le crédit qu’il accorde aux témoignages reste à discuter par le tribunal mais la pratique semble montrer que son avis est généralement retenu. En dehors des procès, le commissaire doit encore recenser, surveiller et interroger les étrangers. Il doit aussi faire des enquêtes sur les bibliothèques et la circulation des livres, faire des inventaires lors de leur cession ou vente et pour cela doit se déplacer chez les particuliers concernés. Dans un certain nombre de petits ports comme Faro ou Portimão, le commissaire doit visiter les navires systématiquement. C’est lui, plus fréquemment que le familier, qui surveille l’accomplissement des peines et vérifie que les bannis respectent leur assignation à résidence.

  • 37 Exemple du commissaire Manuel Marques Rodea de Messejana qui se plaint de n’avoir pu monter à cheva (...)
  • 38 Le même Manuel Marques Rodea ne peut faire ses diligences au mois de décembre en raison du mauvais (...)
  • 39 Habilitation de Luis de Beja.

9En raison de ces différentes activités, s’il est les « yeux et les oreilles » de l’Inquisition au village, il n’y réside que très partiellement. Il passe une grande partie de son temps sur les routes pour se rendre d’un couvent ou d’une cure à l’autre à cheval. Il parcourt régulièrement cette zone à moins d’événements majeurs : maladie37, mauvais temps38 qui empêchent tout déplacement ou ralentissent les investigations. Ces absences sont très irrégulières : de 1 à 2 jours en général pour une simple enquête d’habilitation ou la vérification d’un témoignage, elles passent à 8 ou 10 jours lorsqu’il s’agit d’effectuer les auditions de témoins à la demande du défenseur dans un procès. D’une manière générale, les constatations de J. Veiga Torres ne se vérifient absolument pas durant cette période : l’essentiel de l’activité des commissaires – ceux qui agissent – n’est pas lié aux habilitations de familiers mais bien à la répression inquisitoriale. L’Inquisition s’appuie sans doute sur les plus capables de ses commissaires pour l’encadrement et la surveillance de la population dans un « réseau dormant » plus large qui n’intervient que très ponctuellement. Les limites du pouvoir du commissaire tiennent aux pressions locales : celle des familles qui souhaitent assurer leur position sociale par la familiature, celle des témoins dans les procès qui attendent une intervention favorable. Issus des mêmes milieux, des mêmes familles ou des mêmes clientèles que les familiers, les commissaires ont généralement une attitude plutôt favorable lors des habilitations en affirmant par exemple dans ce cas de doute que « toutes les familles de la ville ont du sang nouveau-chrétien »39. Inversement, un candidat peut s’estimer injustement brimé par un commissaire : l’un des candidats refusés de Beja dénonce le fait que le commissaire est son ennemi et obtient la nomination d’un commissaire étranger à la ville et ses coteries. Cette situation n’est pas exceptionnelle et montre que le tribunal est conscient des enjeux de pouvoir qui s’expriment autour d’une habilitation. Il y a donc tout un éventail de relations possibles entre commissaires et familiers, même s’ils sont au service de la même institution. Les réseaux dépassent parfois le cadre étroitement local : ainsi Afonso Camacho Guerreiro de Aboim évoque dans sa demande d’habilitation sa parenté avec l’un des inquisiteurs du Conseil Général de Lisbonne. Loin d’accélérer la procédure et malgré l’avis favorable du commissaire, des suppléments d’enquêtes sont réclamés plusieurs fois. L’inquisiteur, D. Manuel Camacho Guerreiro de Aboim devra fournir son témoignage et son arbre généalogique pour que l’habilitation soit enfin accordée. Or, il appartient à une famille puissante, les Guerreiros, qui « truste » les postes de familiers et commissaires dans la région d’Almodovar, Ourique, Castroverde, etc. On peut donc se demander si les rivalités de clans ne s’exercent pas jusqu’à l’intérieur du tribunal, certains inquisiteurs mettant une mauvaise volonté manifeste à conforter la prééminence sociale de certains de leurs collègues.

  • 40 Refus en 1703 pour « Afonso de Souza e Beja Sampayo, fidalgo de SM, senhor da villa de Lumiares (ca (...)
  • 41 Comme en Espagne, B. Bennassar, L’inquisition espagnole, Paris, Hachette, 1979, p. 98.

10S’il y a bien autour de la nomination des familiers et commissaires d’importants enjeux locaux de pouvoir, les positions ne doivent pas être caricaturées. Ainsi, entre Vieux et Nouveaux-Chrétiens, le préjugé est contrebalancé par la prise en compte des conditions locales. Dans un procès, un témoignage d’un commissaire ou d’un familier en faveur d’un accusé nouveau-chrétien n’est pas exceptionnel. De même, quelle que soit l’origine sociale des ministres du Saint-Office, les relations avec les membres de l’aristocratie ne sont pas forcément favorables. Les demandes d’habilitation de fidalgo sont examinées avec une grande rigueur. Parmi les rejets40, on trouve ainsi plusieurs candidats chevaliers des ordres militaires. Toutefois, si une partie des relations entre commissaires et familiers, nous échappe et est sans doute réglée par les liens familiaux et le clientélisme, la dépendance du familier vis-à-vis du commissaire ne semble pas aussi forte que J. Veiga Torres l’indique. En effet, si le commissaire « fait » le familier, l’inverse est vrai également, le témoignage d’un ou deux familiers étant généralement requis dans les habilitations de commissaire. Les familles puissantes du lieu ont besoin de la collaboration de tous les membres déjà établis dans le Saint-Office pour acquérir ou maintenir des positions. Il existe donc une patrimonialisation de ces fonctions41, comme dans la famille des Guerreiros, conformément au schéma esquissé par J. Veiga Torres. Mais il peut y avoir aussi contrôle réciproque lorsque des familles concurrentes se partagent les positions-clefs. Et si les conflits ou les pressions peuvent nuire à la bonne marche de l’activité inquisitoriale, l’appel à un commissaire extérieur à la ville, en rupture avec le principe de territorialisation, est sans doute la réponse à ces rivalités.

11L’examen des nominations de familiers et commissaires dans les années 1700-50 dans le district du tribunal d’Evora révèle l’attraction que les fonctions inquisitoriales exercent au sein des élites locales. Paradoxalement, elle prouve aussi qu’au XVIIIe siècle, rares sont les familles parmi celles qui obtiennent la familiature qui peuvent se vanter de n’avoir aucun ancêtre nouveau-chrétien ou autre origine « impure ». Malgré sa rigueur, l’enquête de pureté de sang est souvent un phénomène de reconstruction des généalogies qui n’a rien d’une vérification scientifique. À travers quelques exemples comme celui de Beja on voit à l’œuvre des stratégies puissantes pour « purifier » le sang par l’accès à la noblesse, aux ordres militaires, à l’Église, la familiature étant l’étape ultime. Avoir un membre de la famille au sein de l’Inquisition devient ainsi une garantie, une concrétisation de la promotion sociale accomplie. Ces familles disposent donc d’un pouvoir réel par le cumul de fonctions leur permettant d’augmenter leur « capital d’honneur », mais qui passe aussi par leur aptitude à conforter les positions sociales de leur clientèle et à monopoliser à leur profit la distribution des honneurs par la familiature. Contrairement à ce qui a pu être observé en Espagne et ce qui a été énoncé par J. Veiga Torres, l’attractivité des fonctions de familiers et commissaires au XVIIIe siècle reste également liée à l’activité répressive qui nécessite le maintien de structures d’encadrement comme à Beja en 1720, lorsqu’il s’avère nécessaire de « faire » de nouveaux familiers compte tenu de l’ampleur de la répression. La collaboration à la répression, par conviction ou opportunisme, donne une position forte dans la localité. Le familier ou le commissaire reste celui qu’on craint, avec lequel on négocie, qu’on cherche éventuellement à manipuler en faisant pression sur lui. D’où le recours de plus en plus fréquent à des commissaires de confiance désignés pour des missions hors de leur village, plus aptes entre autres à surveiller le clergé dont la part augmente dans l’activité répressive du Saint-Office. Cette évolution, loin de diminuer l’encadrement des populations, permet de gagner en efficacité.

Notes

1 Et les notaires de districts qui les assistent.

2 José Veiga Torres, « da repressao religiosa para a promoção social », Revista critíca de ciências sociais, n° 40, oct 1994.

3 Ibid., p. 113, augmentation de 24 % des familiers entre 1670 et 1720 et de 158 % des commissaires (p. 130).

4 J. Veiga Torres donne le chiffre de 1 familier pour 6 victimes durant le XVIe siècle, puis 1 pour 1 victime fin XVIIe ; au XVIIIe, il y aurait 2 familiers pour 1 victime.

5 ANTT, Livre 149 des nominations (1735-51), registre 525 des dépôts des candidats à l’habilitation (1725-1754), registre des refusés (livre 36), sondage dans les habilitations elles-mêmes.

6 Ont été recensés à travers les différentes sources : 452 familiers et 112 commissaires pour les années 1725-1750.

7 J.-P. Dedieu a signalé que pour l’époque moderne en Espagne, il s’agissait du seul réseau couvrant l’ensemble du territoire. Ce n’est pas tout à fait le cas au Portugal où parallèlement existe aussi le réseau des commissaires des ordres militaires qui réalise des enquêtes de pureté de sang moins sélectives que celles du Saint-Office. Il n’y a pas de commissaire à Evora, siège du tribunal.

8 Ainsi, l’habilitation du notaire de Beja, Luis de Gois Nogueira en 1696 précise : « il connaît bien les familles et les générations de cette ville ».

9 Faro 15, Lagos 10, Avis 5, Estremoz 10, V. Viçosa 10, C. Maior 6, Moura 4, Serpa 4, Montemor 4, cf. décret de D. Pedro, ANTT livro 381.

10 Les variations annuelles vont de 5 en 1734 à 27 en 1741. Les familiers sont jeunes lors de leur habilitation, ils exercent donc longtemps leurs fonctions.

11 Ex : Arraiolos 11, Castelo de Vide 9, Coruche 6, Crato 10, Monforte 7, Redondo 6, etc.

12 Voir J.-P. Dedieu, « Limpieza, pouvoir, richesse, conditions d’entrée dans le corps des ministres de l’inquisition », Les sociétés fermées dans le monde ibérique, p 176, « le familier surnuméraire à qui on ne commettait point d’affaires ».

13 Elvas (9 %), Avis (4,5 %), Crato (2,5 %) et Alcacer (3,5 %).

14 Il vient de Colos, Messejana, doyenné d’Ourique. En revanche, le commissaire en place sera très actif dans les années 30.

15 Selon les périodes, ces localités ne sont pas les mêmes ; la distinction semble attachée à la personne, non à la localité ou à la position hiérarchique au sein de l’Église locale.

16 Baltasar Pereira, notaire du Saint-Office à Tavira, doit mener des enquêtes ou entendre des témoins dans une large zone, alors qu’il existe théoriquement des commissaires pour la même région. Le partage des fonctions entre notaire et commissaire, entre commissaires, n’est pas très clair.

17 Exemple un peu antérieur (en 1687) de Manuel Alvares Azeitado, refusé pour ascendance judaïsante (malgré sa position de fidalgo et de chevalier de l’ordre du Christ) qui présente sa candidature 16 ans après et est alors accepté. Le coût élevé de l’enquête sert-il uniquement à couvrir les frais où est-ce une manière déguisée « d’acheter » l’habilitation ?

18 Voir plus loin cas du parent de l’inquisiteur Camacho.

19 « Les lettrés seront préférés », règlement de 1640.

20 Cas de l’habilitation d’un familier de Badajoz en 1733, sans doute pour surveiller les mouvements de population à la frontière.

21 Manuel Cançado qui fait une demande pour être commissaire en 1719. Plusieurs témoins déclarent que « malgré ses cheveux et sa couleur », il descend de mulâtres, sa grand-mère étant même esclave. Toutefois, comme il a trois frères religieux, ayant déjà subi eux-mêmes une habilitation, l’enquête conclura que c’est la deuxième femme de son grand-père qui était esclave et qu’il n’est donc pas issu d’une origine impure.

22 L’enquête de pureté de sang de l’épouse du candidat familier Antonio Borges Coelho, prouve que son père Luis de Castanheda e de Brito a été condamné pour blasphème (et viol de deux femmes effectuant un pèlerinage), envoyé en exil à Castromarim, razzié par les Maures, a fini sa vie en Barbarie, peut-être renégat (circonstance aggravante) comme certains l’affirment dans la localité. Ce dernier point n’étant pas prouvé « de visu », il n’en est pas tenu compte et l’on ne retient pas non plus l’infamie liée à cette condamnation. Comme le signale J. Veiga Torres, au XVIIIe siècle, le doute bénéficie au candidat.

23 Cas de Joseph Freire de Mattos (Galveas) en 1693 « por ser muito pobre ».

24 Exemple : la distinction faite dans la nomination aux ordres militaires : « les laboureurs honorables qui ne labourent pas pour de l’argent comme les cereiros e abegaos ». F. Olival, Ordens militares, Guerra, religion Poder e Cultura, Lisboa, Ed Colibri, 1999, p 204.

25 Voir par exemple le recrutement des « juiz de fora », certains mettant un certain temps à se déplacer pour prêter serment…

26 Fidalgos 6 %, laboureurs 30 %, artisans 6 %, lettrés 2,6 %, juristes 2,5 %, bureaucratie 4,5 %, militaires 6 %, autres 1,5 % entre 1701-1750, d’après tableau p. 133, op. cit. Les catégories se recoupent d’autant moins que l’on est souvent chevalier d’un ordre militaire, propriétaire vivant « de ses affaires » et juge dans une cour supérieure, ou « capitão-mor ».

27 Celles-ci viennent d’ailleurs en grande partie d’un de ses oncles dont le fils est familier et qui juge intolérable la prétention de son neveu à égaler son fils !!!

28 Vigário da vara, représentant de l’évêque.

29 Conego, parfois doutoral, mais aussi deão (Portalegre, Faro)

30 « Le diocèse de Beja au XVIIIe siècle », BPE, Paris, 1971. Il note les conséquences de ce faible encadrement : fréquentation des sacrements insuffisante (communion, mais aussi baptême, mariage ou enterrements sans cérémonie religieuse) et concubinages fréquents.

31 Le recours aux tribunaux ecclésiastiques suscite parfois des résistances au sein même du clergé comme le signale B. Leal, La crosse et le bâton, Visites pastorales en Algarve…(1630-1750), la moitié des ecclésiastiques gardant le silence sur les « péchés publics ».

32 J.-P. Dedieu, op cit., p. 194, les familiers : « il s’agit d’agents purement passifs. En principe ce sont des gardes armés, sans aucun pouvoir judiciaire qui ne peuvent rien faire sans ordre précis du tribunal ou des commissaires ».

33 Un commissaire (Paulo Raposo Madeira) réclame que l’on aligne les pratiques sur celles de Coïmbra en cas de sodomie et pour les gitans (caderno 14, p. 87).

34 Caderno do promotor, années 1719-29, sur 58 cas relevés, seuls 10 ont été transmis par un familier au commissaire du chef-lieu ou au tribunal.

35 E. Salvado Borges note dans son ouvrage sur Cuba (Homens, fazenda e poder no Alentejo de Setecentos, o caso de Cuba, E. Colibri, Lisboa, 2001) que le commissaire de Cuba reçoit les dénonciations d’autres localités comme V. Alva, S. Matias, Beringel et Vidigueira et pense qu’il s’agit d’une protection de l’anonymat des dénonciateurs.

36 Le commissaire ne sélectionne donc pas toujours parmi les plus proches du prétendant comme l’affirme J. Veiga Torres p. 123.

37 Exemple du commissaire Manuel Marques Rodea de Messejana qui se plaint de n’avoir pu monter à cheval pendant tout le printemps et a du attendre début juin pour faire passer son courrier par le commissaire de Beja, Andre Pires Nolasco, (ANTT, liv 21, 1132-33). On encore celui de Paulo Alvares de Loulé qui n’a pu écrire en raison de « hua molestia no dedo index da mao direita », ibid.

38 Le même Manuel Marques Rodea ne peut faire ses diligences au mois de décembre en raison du mauvais temps comme le commissaire de Mertola qui a dû faire demitour en raison des pluies. (3/1/1133, ibid.).

39 Habilitation de Luis de Beja.

40 Refus en 1703 pour « Afonso de Souza e Beja Sampayo, fidalgo de SM, senhor da villa de Lumiares (ca de Linhares), filho de Martim Afonso de Souza Beja, fama de mourisco por via materna, Beja ». Ou pour Luis do Brito e Azevedo, fidalgo de SM, en 1714 pour une « enquête mal faite ».

41 Comme en Espagne, B. Bennassar, L’inquisition espagnole, Paris, Hachette, 1979, p. 98.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540