Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et pouvoirs ecclésiastiques

Les évêques et l’Inquisition portugaise (1536-1613)

Bishops and the Portuguese Inquisition (1536-1613)

José Pedro Paiva

Résumé

Our paper will analyze the relationship between episcopal power and Inquisition during the period of establishment and consolidation of the Portuguese inquisition, that is to say from the pope’s bull Cum ad nihil magis in 1536 until the first Regimento printed according to the action of inquisitor general Pedro de Castilho in 1613. I willl try to defend the thesis that in Portugal, in spite of some punctual misunderstandings, chiefly in the first years after the Council of Trent, the relationship between Inquisition and diocesan prelates was, in general, one of good cooperation and even complementarity. This means that the Portuguese case, as it appears in recent enquiries, seems to be different from what happened in other modern Inquisitions.

Texte intégral

  • 1 Sur les différentes étapes de l’implantation du Tribunal de la Foi au Portugal, jusqu’à la réorgani (...)
  • 2 Voir Adriano Prosperi, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Torino, Giul (...)
  • 3 Voir, Idem, p. 281. Prosperi a même suggéré que les évêques et l’Inquisition, surtout après Trente, (...)

1Cette étude vise à évaluer un sujet qui, étrangement, n’a pas encore attiré une grande attention : le rapport entre les évêques et l’Inquisition portugaise pendant la période de son établissement et organisation1. J’estime ce fait étrange puisqu’on sait parfaitement aujourd’hui, comme cela a été démontré par Adriano Prosperi, que, depuis sa création, l’Inquisition Moderne a créé un problème de pouvoir à l’intérieur de l’Église : celui de la définition des limites et des compétences des organes ayant la capacité d’intervenir dans le domaine du contrôle des pratiques religieuses et plus amplement des comportements des populations2. D’autant plus que, comme l’affirme l’auteur se reportant au cas italien, il y eut, dès le début, une ambition sans bornes de l’Inquisition qui visait l’expansion de son domaine d’intervention au-delà de ses limites, ce qui a provoqué des conflits et la superposition de pouvoirs avec les tribunaux épiscopaux préétablis3.

  • 4 Voir Francisco Bethencourt, História das Inquisições em Portugal, Espanha e Itália, Lisboa, Círculo (...)

2Au Portugal aussi, l’Inquisition a cherché à étendre son domaine d’intervention. La bulle d’institution de 1536 concédait au Tribunal des pouvoirs pour persécuter les hérésies de judaïsme, protestantisme, islamisme et sorcellerie, mais le premier monitoire de la foi, daté de cette même année 1536, fait déjà référence à la bigamie et à quelques propositions hérétiques. En 1552 il étend sa juridiction aux cas de contrebande sur les territoires maures, en 1562 à la sodomie (confirmation juridique d’une pratique à laquelle il se livrait déjà) ; finalement, à partir de 1599, la sollicitation en confession est, elle aussi, de son ressort4.

  • 5 Je présenterai seulement trois exemples. En 1542 un habitant de Gouveia alla à l’Inquisition de Coï (...)

3Au Portugal aussi, dans un premier temps, cette introduction d’une nouvelle instance suscita des doutes, créa des équivoques et assurément quelques conflits, non seulement entre les titulaires de ces pouvoirs, mais aussi entre les populations qui devaient faire les dénonciations5.

  • 6 Voir Adriano Prosperi, Tribunali della coscienza…, op. cit., p. 278.
  • 7 Voir Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione e dei suoi raporti con il potere (...)

4L’origine de tout ce problème était la notion d’hérésie. Ayant des contours flous, même entre les théologiens, comme il est signalé par Francesco Beretta dans le chapitre qu’il écrit dans ce volume. Ce concept d’hérésie empêchait la délimitation rigoureuse entre la juridiction épiscopale préexistante et la juridiction inquisitoriale, dont la fonction était d’assister l’ordinaire du lieu dans la répression des hérésies6. Toutefois, la création des Inquisitions ne priva pas les évêques de cette compétence. Comme il a déjà été exemplairement démontré par Agostino Borromeo, une bulle d’Innocent IV, datée de 1252, confirma le principe de la compétence commune des ordinaires et des inquisiteurs pour les cas d’hérésie. Cette superposition de fonctions permettait à tous deux de procéder en cette matière et même par rapport au même cas, ce qui finit par donner lieu à des situations embarrassantes. Les canonistes tentèrent de résoudre ce problème et, au concile de Vienne (1311-13), le pape Clément V, au moyen de la constitution Multorum Querela, régula ces rapports, en établissant que tous deux pouvaient procéder, mais qu’ils devaient agir conjointement dans trois situations : lorsqu’ils voulaient aggraver les conditions d’incarcération des accusés (situation qui n’a jamais été mise en pratique au Portugal), soumettre les accusés à la torture et finalement en phase de délibération des procès (vote collégial des procès). Cette constitution, publiée par Jean XXII en 1317 dans les célèbres Clementines, établit définitivement le principe de la juridiction cumulative en matière de foi7.

  • 8 Cf. Fortunato de Almeida, Historia da Igreja em Portugal, nouvelle édition, Porto-Lisboa, Liv. Civi (...)
  • 9 Voir, par exemple, l’avis officiel faisant référence à la visite du diocèse de Coïmbre en 1743, pub (...)

5Ces normes sont entrées en vigueur au Portugal après que l’Inquisition fut établie. La bulle de la fondation, comme le rapporte Fortunato de Almeida, déterminait que les inquisiteurs agiraient de commun accord avec les ordinaires des lieux, en même temps qu’elle les habilitait à intervenir dans les causes d’hérésie intentées par les évêques. En d’autres termes, et citant ses propres mots : « Nul diplôme pontifical concernant l’établissement de l’Inquisition n’accuse la pensée de déroger la juridiction des ordinaires en matière d’hérésie »8. Ainsi, dans de nombreuses Constitutions de diocèses, même dans celles promulguées aux XVIIe et XVIIIe siècles, les évêques n’ont jamais renoncé à ordonner aux fidèles de leur dénoncer les cas d’hérésie, et les premiers points consignés par les ordonnances des visites des prélats exigeaient expressément la dénonciation de ces crimes9.

  • 10 Voir Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione… », op. cit., p. 246-47. Au Port (...)
  • 11 À l’heure actuelle il n’est pas encore possible d’affirmer avec exactitude quand cela se passa. Dan (...)
  • 12 Le premier Regimento da Inquisição (Règlement de l’Inquisition), daté de 1552, consacre le vote col (...)
  • 13 Les premiers dont on a connaissance furent les évêques de Porto et du Brésil, déjà en 1559 ; voir I (...)
  • 14 Ce fut, par exemple, le cas de L. Molina, C. Carena et F. Castro Palao, voir Agostino Borromeo, « C (...)

6Il arrive que dans les royaumes ibériques, sous la pression des monarques, il soit devenu habituel que les évêques livrent aux inquisiteurs les cas d’hérésie dont ils avaient pris connaissance10. En pratique, à partir de la fin du XVIe siècle11, au Portugal, le Saint-Office commence à exercer ce pouvoir en exclusivité, quoique le principe du vote collégial ait toujours été sauvegardé12. Et cela fut toujours mis en pratique, bien que, progressivement, les évêques aient tendu à déléguer leur vote à un représentant du Tribunal de la foi13. Autrement dit, de fait et non de droit, on créa une exclusivité inquisitoriale dans le traitement de l’hérésie, que certains auteurs de traités des XVIIe et XVIIIe siècles considérèrent comme de droit14.

7En tenant compte de l’encadrement normatif légal qui vient d’être présenté, nous nous proposons maintenant d’examiner de plus près les relations entretenues par les deux pouvoirs.

Paradigmes individuels de l’action

8Une méthodologie sûre pour évaluer les rapports entre l’Inquisition et l’épiscopat est la reconstitution du modèle d’action d’un groupe d’évêques en ce qui concerne l’exercice de leur juridiction, au cours de différentes conjonctures. Il s’agit d’un parcours lent mais qui autorise des conclusions consistantes, en même temps qu’il permet d’évaluer avec plus de détails les contours que ces rapports ont pris au cours du temps.

  • 15 Malheureusement, les rares cas identifiés jusqu’à ce jour appartiennent tous aux XVIIe et XVIIIe si (...)

9Mais on bute sur un problème : la disparition quasi totale des archives des Tribunaux (Auditoires) diocésains. Hormis quelques procès provenant de la justice épiscopale – actuellement conservés dans les Archives de l’Inquisition – qui ne permettent toutefois pas l’esquisse d’un tableau général de ce que furent les caractéristiques, le volume, les rythmes et la sévérité de l’action des tribunaux des évêques, et la référence à l’un ou l’autre livre contenant des extraits des coupables condamnés15, on ne trouve pas de documentation susceptible d’éclairer cet aspect du passé. Il existe, cependant, d’autres sources qui permettent de connaître l’atmosphère relationnelle qui s’est établie entre le Saint-Office et les prélats des diocèses. Les collections de correspondance, les séries de consultations du Conseil général, l’échange d’informations entre les Tribunaux des districts et le Conseil général du Saint-Office sont, à cet égard, d’un grand intérêt.

  • 16 II n’existe actuellement aucune étude monographique complète sur sa biographie et sur son action. O (...)
  • 17 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida da Inquisição de Coimbra, Liv (...)
  • 18 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Corres pondência recebida da Inquisição de Coimbra, Li (...)
  • 19 Se soumettant, inclusivement, à occuper une place de plus petite importance que celle des inquisite (...)
  • 20 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro (...)
  • 21 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro (...)
  • 22 Voir Constituicoens synodaes do Bispado de Coimbra Feitas e ordenadas em synodo pello Illustrissimo (...)
  • 23 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro (...)
  • 24 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro (...)
  • 25 Voir IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisões cartas e outros papeis desde o anno de 153 (...)
  • 26 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro (...)
  • 27 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida da Inquisição de Coimbra, Livr (...)

10Des recherches que j’ai déjà réalisées m’ont permis de trouver une information abondante à propos de quelques prélats spécifiques. J’ai sélectionné deux cas, absolument distincts, qui méritent une reconstitution monographique ultérieure : celui d’un prélat qui a presque toujours maintenu un rapport de collaboration très étroite avec le Saint-Office, et un autre qui fut protagoniste de grands conflits avec le Tribunal de la Foi. Le premier, D. Afonso de Castelo Branco, fut évêque d’Algarve (1581-85) et postérieurement de Coïmbre (1585-1615)16. Son activité permet d’entrevoir de nombreux aspects qui ont caractérisé la coopération entre ces deux pôles importants du pouvoir dans le champ religieux. Surtout en tant qu’évêque de Coïmbre, il assistait personnellement aux séances des procès inquisitoriaux (soit d’accusés de son diocèse soit de ceux d’autres diocèses)17, il déléguait sa représentation à des inquisiteurs quand il ne pouvait pas être présent18, il prêcha dans plusieurs autodafés et il y assistait dans l’espace que l’Inquisition lui réservait sans provoquer de conflits à cause de la place qu’il occupait publiquement pendant la cérémonie19, il donnait son avis pour la nomination à des charges d’official et de ministre du Saint-Office20, il remettait à l’Inquisition les cas d’hérésie dont il prenait connaissance pendant les visites pastorales qu’il réalisait, il informait l’Inquisition des endroits du diocèse où se concentraient les grandes communautés de cristãos-novos (« nouveaux chrétiens », marranes) qui réclamaient l’action inquisitoriale21, il élabora des Constitutions diocésaines où il prescrivit les normes détaillées de l’exercice des visites pastorales qui respectaient entièrement les prérogatives du pouvoir inquisitorial22, dans les cas douteux il ne déclenchait pas les procès dans son Auditoire sans d’abord consulter les inquisiteurs23, il donna son avis sur la façon de convertir les cristãos-novos24, il mit à disposition sa prison (aljube) pour que les accusés condamnés par le Saint-Office y fussent emprisonnés25. Une lettre qu’il écrivit, le 28 janvier 1588, au Conseil général de l’Inquisition reflète exactement son positionnement et même, il faut le signaler, une certaine soumission vis-à-vis de l’Inquisition. On y lit : « Je vais tous les jours aux assises ordinaires comme Son Altesse (l’inquisiteur général, le cardinal Alberto) m’a ordonné sauf les lundis et les vendredis où j’assiste à la relação (tribunal de l’évêque) à la délibération des faits de cet évêché. Et j’ai fait la prédication pour l’autodafé qui, j’ai confiance en Notre Seigneur, sera digne de ce jour et j’en suis plus content que de la précédente et en ceci et en tout ce qui est au service du Saint-Office je le ferai toujours avec grand plaisir, si Son Altesse et Vos Excellences me l’ordonnent »26. Ce zèle et cette loyauté étaient reconnus par les inquisiteurs de Coïmbre qui, lorsqu’ils écrivent à ce même Conseil, le 23 juillet 1592, affirment : « les personnes que l’on croit devoir assister à cette séance sont l’évêque de Coïmbre, personne à qui cette Inquisition est fort redevable, et qui avec son autorité et vote honore ce Tribunal, notamment ayant donné à toutes les délibérations auxquelles il a assisté jusqu’à présent tellement de satisfaction »27.

  • 28 Il existe de nombreuses études sur la vie et l’action de cet archevêque, mais nulle n’évoque la que (...)
  • 29 Ce n’est pas seulement devant le Saint-Office que le prélat chercha à défendre sa juridiction. Il e (...)
  • 30 Au sujet de toutes ces polémiques, qui méritent une reconstitution détaillée, voir IAN/TT, Conselho (...)
  • 31 Malgré les menaces, il ne les a sûrement pas mises à exécution. Dans la série de lettres de prélats (...)
  • 32 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Cartas que os Senhores Inquisidores Gerais escreverão a (...)

11À l’autre extrême nous avons l’action de l’archevêque d’Evora, D. Teotonio de Bragança (1578-1602)28. À l’inverse du prélat de Coïmbre et, je crois pouvoir l’affirmer à partir des indices disponibles, en sens contraire à celui de la majorité des évêques, il eut plusieurs démêlés avec le Saint-Office dans l’intention de défendre ce qu’il considérait sa juridiction légitime et la représentation publique de son statut29. Il ne participait que très rarement aux assises et il refusa même de le faire en présence de l’inquisiteur Rui Pires de Veiga (voulant s’y faire représenter, les inquisiteurs mirent leur veto à quelques-uns des représentants qu’il avait nommés), il eut des disputes à cause de la place et du type de chaise qu’il voulait occuper pendant les autodafés auxquels il assistait, il déclara qu’il annulerait les procès votés au Saint-Office en son absence ou en absence d’un de ses représentants, il menaça même de recourir au Pape pour défendre ses droits30, mais il semble qu’il ne l’ait jamais fait31. Ce climat est bien évident dans la consultation du Conseil Général à l’Inquisiteur, datée du 1er juillet 1594, quand les députés, tenant compte des informations qu’ils recevaient des inquisiteurs d’Evora et des plaintes de l’archevêque, plaident : « Il ne faut pas déférer les plaintes que l’archevêque présente à Votre Altesse dans cette missive ; nous rappelons seulement à Votre Altesse qu’il faut que l’archevêque ait plus de respect envers le Saint-Office et ses ministres et qu’il ne puisse ni penser ni dire à Votre Altesse qu’il y a des désordres et qu’il en rendra compte à Sa Sainteté et qu’on lui signifie avec combien de secret, d’autorité et d’honneur il se doit de traiter les choses de l’Inquisition et ses ministres. Et que, quand il ne voudra pas assister en personne aux séances des procès de ses sujets, il devra nommer un conseiller canoniste de sa Cour d’assises qui soit toujours en ville afin de le remplacer, au sujet duquel le Saint-Office cherchera à obtenir des informations quant à son intégrité et avec cela toutes ces plaintes cesseront »32.

  • 33 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Maço 10, documento 16.

12Il faut souligner que ces litiges ne signifient pas, de la part du prélat, une opposition totale à l’action du Saint-Office. Bien au contraire, en 1604-05, alors qu’un pardon général des cristãos-novos était en préparation, D. Teotónio alla à Madrid, conjointement avec les archevêques de Lisbonne et Braga, afin d’essayer de convaincre le roi des préjudices qu’une telle décision causerait à la préservation de l’intégrité religieuse du royaume33.

  • 34 Sur la notion d’Église comme corps hétérogène traversé par de multiples conflits et diverses straté (...)

13On pourrait présenter d’autres exemples d’évêques qui ont maintenu de bons rapports avec l’Inquisition ou qui eurent des conflits avec elle. Il n’y a pas eu une position unique et corporative de l’épiscopat en cette matière. Comme pour beaucoup d’autres sujets34, il y eut maintes façons d’agir, qui dépendirent des personnes, de leurs rapports clientélistes et familiers, de leurs carrières, des conjonctures. Mais la thèse que j’essayerai de soutenir est que, au Portugal, depuis le début de l’établissement de l’Inquisition et pendant toute la phase d’organisation, le paradigme dominant fut celui de l’évêque de Coïmbre. En d’autres mots, malgré quelques mésententes ponctuelles, peut-être plus vives au cours des premières années après Trente, les rapports entre l’Inquisition et les prélats diocésains furent, en général, de grande coopération et même de complémentarité. C’est ce que nous tenterons de démontrer dans le chapitre qui suit.

Formes de coopération

  • 35 Alexandre Herculano signala deux évêques qui furent peu enclins à persécuter des cristãos-novos, ma (...)
  • 36 Sur les rites de fondation du Tribunal voir Francisco Bethencourt, Historia das Inquisições…, op. c (...)

14L’appui de l’épiscopat portugais à l’Inquisition se manifesta depuis le début de son installation définitive en 1536. D’après ce qu’on sait, le projet même de création du Tribunal ne suscita pas de réactions contraires de la part des évêques35. La syntonie entre les deux pouvoirs est évidente dans les rites mêmes de l’établissement du Tribunal. En effet, deux jours seulement après l’acceptation de la bulle de la fondation définitive de l’Inquisition, lors d’une cérémonie qui eut lieu à Evora, D. Diogo da Silva, inquisiteur général et évêque de Ceuta, dans un des premiers actes importants qu’on lui connaisse, s’adresse à l’archevêque de la ville, le cardinal D. Alphonse (frère du roi), sollicitant tout son appui pour son exécution, et l’archevêque s’engagea à donner toute l’aide demandée. De cet acte, d’une profonde valeur symbolique, mais qui eut des conséquences pratiques, il existe même un registre écrit notarial36.

  • 37 Francisco Bethencourt avait déjà constaté cet engagement des évêques dans le procès d’implantation (...)
  • 38 Cela est prouvé par un procès actuellement à l’Inquisition de Lisbonne, où paraît un document, daté (...)
  • 39 La lettre de D. João III pour l’évêque de Porto est publiée dans António Baião, A Inquisição em Por (...)
  • 40 La participation des évêques est, significativement, déclarée depuis le Prologue du Règlement, voir (...)
  • 41 Une liste des individus qui composaient cet organe peut être trouvée dans Maria do Carmo Dias Farin (...)
  • 42 Cela se passa, par exemple, avec l’évêque de Lamego, en 1581, D. António Teles de Meneses, qui visi (...)

15Pendant les années suivantes, l’engagement des prélats dans le procès d’enracinement du Tribunal ne cessa pas37. On en trouve des traces. D’une part, le fait que l’évêque de Coïmbre, Jorge de Almeida, qui avait été nommé inquisiteur par la bulle de 1536, ait exercé de fait son action d’inquisiteur38. D’autre part, en 1541, quand il fut décidé d’établir des tribunaux de district à Porto et à Lamego, le roi écrivit aux évêques des diocèses pour les charger de cette mission39. De plus, à la même époque, le premier à être nommé inquisiteur de Coïmbre fut, lui aussi, un évêque, celui de S. Tomé, le frère Bernardo da Cruz. Plus tard, en 1552, quand fut élaboré, par ordonnance de l’inquisiteur général D. Henrique, le premier règlement du Tribunal, pièce fondamentale de la définition de son statut, compétences et organisation, celui-ci sollicita la participation de l’archevêque de Braga, Baltasar Limpo, et des évêques d’Angra et d’Algarve, respectivement Rodrigo Pinheiro et João de Melo e Castro40. Ces derniers étaient membres du Conseil général du Saint-Office, organe central du Tribunal où, dès les premières années, la présence d’évêques fut régulière41. Quelques-uns de ses membres, après avoir abandonné le Conseil en vertu de leur nomination à un évêché, et donc déjà en tant qu’évêques, furent conviés à réaliser des visites aux tribunaux de district de l’Inquisition, une preuve de plus de la confiance de l’Inquisiteur général à l’égard de certains et aussi de leur interférence dans le fonctionnement concret du Tribunal42.

  • 43 On en trouve une version castillane dans IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Maço 1, documento (...)

16L’alliance des deux pouvoirs fut aussi évidente à certains moments critiques de la vie du Tribunal. Ainsi, dans les années 1604-05, alors que la concession d’un pardon général aux cristãos-novos était en préparation, fait qui finit par être réalisé, les prélats du royaume, cette fois-ci de concert, préparèrent un avis qu’ils envoyèrent au roi, où ils tentaient de le convaincre des préjudices que cette mesure apporterait43.

  • 44 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro (...)

17À défaut d’autres indices, nous pourrions aussi justifier cette thèse de coopération des prélats avec le Tribunal par le biais des déclarations explicites du zèle et de l’engagement dans les causes du Tribunal de la Foi que nombre d’entre eux ont voulu enregistrer par écrit. Voyons, à titre d’exemple, la missive que l’évêque de Coïmbre, Gaspar do Casal, qui avait participé au concile de Trente, envoya au Conseil général, le 19 février 1582 : « En toutes les choses qui s’offriront du Saint-Office tant au temporel qu’au spirituel je recevrai toujours une très grande grâce si V. M. m’ordonnent de m’y occuper particulièrement comme aux ministres mêmes de cette maison ; parce que de cet office les prélats doivent beaucoup s’honorer car c’en est le propre. Je ferai la prédication et j’assisterai à la délibération des faits quand j’y serai mandaté et avec grand plaisir et désir de faire en tout ce qui est service de Notre Seigneur et le salut des prisonniers et en tout autre chose je travaillerai pour accomplir cette si juste obligation »44.

18Sous quelles formes, par quels moyens et dans quels domaines cette coopération se manifesta-t-elle ?

  • 45 Les contraintes de l’espace disponible nous empêchent de démontrer de manière exhaustive les divers (...)

19Dès son instauration, l’Inquisition utilisa les structures épiscopales préexistantes comme support de son action. Cette utilisation eut lieu sur plusieurs plans45 :

    • 46 Voir Francisco Bethencourt, História das Inquisições… op. cit., p. 44-46.

    dans la définition de la géographie des tribunaux des districts qui, après quelques expériences frustrées, se consolide définitivement en 1565 en décalant les frontières des diocèses46 ;

    • 47 Voir, par exemple, la lettre que l’Inquisiteur général écrivit à l’Inquisition de Coïmbre, le 16 dé (...)

    dans l’utilisation des églises paroissiales disséminées sur tout le territoire, sous l’autorité des prélats, pour la lecture et divulgation des édits de la foi et d’autres avis émanant de l’Inquisition47 ;

    • 48 On pourrait présenter des centaines de cas. Un bon exemple : IAN/TT, Inquisição de Lisboa, processo (...)

    dans l’utilisation des fonctionnaires de l’administration épiscopale pour exercer des fonctions au nom du Saint-Office48 ;

    • 49 Il y a un grand nombre de procès à l’Inquisition qui furent déclenchés à partir d’informations déli (...)

    dans la réception d’informations et de procès des tribunaux des évêques49 ;

    • 50 C’est ce qui s’est passé avec l’Inquisition de Porto ; voir Elvira Mea, « A Inquisição do Porto », (...)
    • 51 Voir Paulo Drumond Braga, A Inquisição nos Açores, op. cit., p. 182.

    dans l’utilisation des prisons épiscopales pour y faire incarcérer ses accusés50 et dans la demande adressée aux évêques d’appréhender les suspects d’hérésie et de les envoyer à l’Inquisition51 ;

    • 52 Cela se passa de façon très significative, pour le moins dans les visites aux îles, comme le montre (...)

    dans l’aide accordée par les évêques pour la réalisation des visites inquisitoriales52.

20La coopération entre ces deux sphères ne se limita pas à ces aspects plus strictement liés à l’exercice de l’activité répressive du Tribunal, ou, si l’on préfère, qui impliquait le jugement des accusés. Il y eut d’autres domaines où l’Inquisition recourut au pouvoir épiscopal ou l’utilisa :

    • 53 L’inventaire et le contenu des sermons connus, prêchés par des évêques dans les autodafés méritent (...)

    dans le fondement doctrinal et idéologique de l’action du Saint-Office, dont les échos nous sont parvenus, par exemple, à travers la prédication de sermons dans les autodafés et l’élaboration d’avis et la consultation des prélats pour la préparation d’un catéchisme doctrinal pour les cristãos-novos53 ;

    • 54 Voir la minute de la missive que l’inquisiteur général envoya à l’évêque d’Algarve, Fernando Martin (...)

    dans la préparation des index de livres prohibés54 ;

    • 55 Notons que cette inspection était déjà réalisée par les prélats et que certains la continuèrent, au (...)

    dans l’inspection et le contrôle des ports maritimes pour empêcher l’entrée de livres suspects55 ;

    • 56 À partir des années 60, grâce à l’action du cardinal Henrique, sur presque toutes les rentes des mi (...)

    dans le financement du Tribunal, par le biais de la concession de pensions imposées sur les rentes des tables épiscopales, ce qui nécessitait l’aval de leurs titulaires56.

  • 57 Le réseau de commissaires et familiers commence à être construit aux environs de 1570, mais il n’at (...)
  • 58 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida da Inquisição de Coimbra, Livr (...)
  • 59 Cf. Elvira Cunha de Azevedo Mea, « O procedimento inquisitorial garante da depuração das visitas pa (...)

21Il faut reconnaître que les inquisiteurs étaient très conscients de l’importance de l’appui des prélats pour l’exercice de leur activité, surtout au moment de l’implantation et de l’organisation du Tribunal. Car les évêques, au moyen des paroisses et de l’exercice régulier des visitations, avaient une connaissance beaucoup plus proche et détaillée du territoire, dont l’Inquisition profita pour obtenir des informations et faire passer ses ordres. Ceci fut spécialement évident jusqu’au début du XVIIe siècle, puisque le Saint-Office ne disposait pas encore d’un réseau de commissaires et de familiers capable de garantir le contrôle effectif de tout le territoire57. Nous pourrions fournir plusieurs exemples de ce qui vient d’être affirmé. Nous en avons choisi un fort éloquent. Le 13 août 1588, Luis Gonçalves Riba Fria et Bartolomeu da Fonseca, inquisiteurs dans le district de Coïmbre, écrivent au Conseil général ce qui suit : « nous faisons beaucoup de capital avec les informations des prélats des visites de leurs diocèses avec qui nous courons et même aidons et ils servent à surveiller ces gens de la nation et les autres cas de cette table où ils les trouvent et nous croyons que par cette voie on a guéri quelques âmes »58. Elvira Mea soutient même que, jusqu’en 1570, l’Inquisition de Coïmbre ne fait pas de visites parce que les dénonciations qu’elle recevait de la ville et de ses alentours et les informations qui lui étaient envoyées par les évêques de son district suffisaient à alimenter la capacité installée dont l’Inquisition disposait à cette époque59.

  • 60 Voir José Pedro Paiva, « Inquisição e Visitas Pastorais : Dois mecanismos complementares de control (...)
  • 61 Quelques données dans Francisco Bethencourt, História das Inquisições…, op. cit., p. 282, et José P (...)
  • 62 Voir les données actuellement disponibles dans Francisco Bethencourt, História das Inquisições…, op (...)
  • 63 Voir les données pour le diocèse de Coïmbre dans José Pedro Paiva, « A administração diocesana… » o (...)

22En fonction de ce qui vient d’être exposé, je crois pouvoir affirmer que, graduellement, on avança vers une action coopérante et, nous l’osons dire, complémentaire, surtout en ce qui concerne l’activité de contrôle de l’orthodoxie et de normalisation sociale des comportements des fidèles. Comme je l’ai déjà affirmé ailleurs60, quoique pour une époque postérieure, l’existence d’une division du travail normalisateur des comportements entre les deux sphères semble évidente. De façon schématique, vu qu’il nous est impossible de présenter ici le sujet en plus de détail, nous pouvons dire que cette complémentarité se manifesta de la manière suivante. Au niveau des espaces d’action concrète, on vérifie que l’Inquisition a agi majoritairement sur les populations urbaines, tandis que les évêques ont aussi agi en espace rural61. En outre, les deux instances ont eu la préoccupation de vérifier la conduite religieuse des populations sur des plans distincts : l’Inquisition, persécutant surtout les hérésies et, dans ce domaine, les cristãos-novos accusés de pratiques judaïsantes qui, comme on le sait, ont presque monopolisé l’activité du Saint-Office portugais62 ; les évêques, par le biais des visites pastorales et de leurs tribunaux, furent plus attentifs au comportement religieux et moral incorrect des chrétiens de souche ancienne (les « vieux-chrétiens »), infligeant des peines à ceux qui n’allaient pas à la messe, ne recevaient pas les sacrements, travaillaient les jours saints, vivaient en concubinage, buvaient du vin en excès, ou avaient des inimitiés publiques – exemples de quelques délits plus communs qui étaient dénoncés aux visiteurs63.

  • 64 Cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Livro n° 681, f. 57, document intégralement publié par Joaquim R (...)
  • 65 Nous ne connaissons aucun procès mené contre des accusés de judaïsme au tribunal de l’archevêque, m (...)

23Dans une phase transitoire il se peut dire que dans quelques diocèses les évêques aient continué à persécuter des hérésies tel le judaïsme, après la création de l’Inquisition. Cela s’infère d’une missive écrite par l’inquisiteur général, le cardinal archiduc Alberto, aux inquisiteurs de Coïmbre, le 12 juillet 1592, suite à une visite réalisée par Martim Gonçalves da Câmara à ce Tribunal du district. À un certain moment, le cardinal écrit : « Vu que des dénonciations qui sont faites aux prélats, ou à leurs officiaux, de péchés concernant le Saint-Office, on retire peu de fruit si on y procède ordinairement, il nous parut vous écrire, et vous recommander par notre lettre, que quand quelques-uns des témoins viennent dénoncer devant eux les cas susdits, ils prennent les témoignages par eux-mêmes et ne les commettent pas à leurs officiaux, et les envoient à l’Inquisition. Les inquisiteurs nous aviseront, ou le Conseil, de ce que les évêques feront dans ces cas »64. C’est ce qui semble s’être passé dans l’archidiocèse de Braga, jusque tard, du temps encore de D. Fr. Bartolomeu dos Mártires65. Mais depuis les dernières années du XVIe siècle et le début du XVIIe cette pratique est certainement tombée en désuétude, car la juridiction sur les judaïsants commença à être privative, appartenant, de fait, au Tribunal de la Foi.

  • 66 Cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisões cartas e outros papeis desde o anno de 1536 (...)

24Le tableau qui vient d’être ébauché ne prétend pas cacher qu’il y eut aussi des méfiances, des craintes, des conflits et que même la communication ne se fit pas toujours de manière efficace entre l’Inquisition et les évêques. Le 4 mars 1586, l’évêque de Lamego écrivit au Conseil général pour l’informer qu’à la suite de la visitation il avait envoyé à l’Inquisition de Coïmbre certaines personnes dont les fautes lui paraissaient être du ressort du Saint-Office. Comme il reprochait aussi à cette Inquisition de ne jamais avoir accusé réception de ces cas, le Conseil détermina que les inquisiteurs, à partir de ce moment, devaient écrire sans délai aux évêques leur communiquant que les accusés qu’ils envoyaient étaient jugés à l’Inquisition ou, quand ces cas n’étaient pas de leur ressort, devaient leur faire parvenir cette information afin qu’ils fussent jugés dans leurs tribunaux66.

25À partir des cas déjà connus, il semble que la plupart des polémiques ont eu lieu autour de trois aspects :

    • 67 C’est ce que fit l’évêque de Guarda, Nuno de Noronha, ce qui donna lieu aux protestations de l’Inqu (...)
    • 68 Cela se passa avec l’évêque de Coïmbre, Manuel de Meneses, ce qui motiva des plaintes de l’Inquisit (...)

    le paiement des pensions que les Inquisitions avaient imposées aux évêchés, surtout quand les évêques ont voulu ériger des séminaires et ont réclamé la contribution du Saint-Office67 ou quand ils ont dû payer des pensions concernant les périodes de siège vacant68 ;

    • 69 Chacun de ces délits justifierait une appréciation détaillée, impossible au vu des contraintes de c (...)

    la juridiction par rapport aux délits à caractère mixte, comme ce fut le cas de la bigamie, du blasphème, des pratiques magiques et superstitieuses ou de la sollicitation69 ;

    • 70 Le cas le plus suggestif est celui qui impliqua l’archevêque d’Evora, Teotónio de Bragança. Il y eu (...)

    la représentation du pouvoir dans les cérémonies publiques, notamment aux autodafé70.

  • 71 Voir Giuseppe Marcocci, I tribunali della fede in Portogallo nell’etá del concilio di Trento. Inqui (...)
  • 72 Ce bref est publié dans Corpo diplomático Portuguez…, op. cit., vol. IX, p. 233.
  • 73 Voir Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra, Apontamentos dos prelados deste reino nas cortes (...)

26Il semble probable qu’après la célébration du concile de Trente, qui a renforcé de manière significative le pouvoir des évêques, les problèmes se soient intensifiés avec certains prélats et que ceux-ci aient cherché à défendre, par différents moyens, leur juridiction et pouvoir, agissant avec une certaine autonomie par rapport au Saint-Office, comme cela fut suggéré par Giuseppe Marcocci, pour les cas de Bartolomeu dos Mártires (archevêque de Braga), Jerónimo Osório (évêque d’Algarve) et António Pinheiro (évêque de Miranda)71. D’autant plus qu’à la même époque, dans le contexte de la stratégie d’augmentation de la juridiction du Saint-Office, par le biais du bref Cum audiamus, daté du 14 avril 1561, Pie IV concédait à l’Inquisiteur général la faculté de saisir, toutes les fois qu’il jugea justifiables, les causes d’hérésie pendantes à l’ordinaire du lieu, à n’importe quel moment du procès, et d’inhiber, sous menace de peines ecclésiastiques, les juges auxquels elles étaient affectées72. On sait comment les prélats protestèrent-ils en laissèrent un registre dans des Apontamentos qu’ils ont rédigés pour les cortes de 1562. Dans ce document ils ont aussi cherché à obtenir, par contrainte, le contrôle de la vie du Tribunal, insistant sur la nécessité de visites régulières des tribunaux de district de l’Inquisition, réalisées de préférence par des prélats, et suggérant la participation, qu’il considèrent fondamentale, de prélats dans le Conseil général de l’Inquisition73. Mais les proportions assumées par ces mésententes nous empêchent de parler d’un conflit durable et systématique. Ce furent des mésentences ponctuelles.

27Avant de mettre un point final à cette réflexion, j’aimerais souligner quelques conséquences que cette coopération entre le pouvoir inquisitorial et le pouvoir épiscopal eut dans la vie portugaise et, simultanément, chercher à comprendre ce qui fut à la base de cette bonne relation.

28Pour ce qui est des conséquences, il semble évident que la tendance globale à la syntonie entre ces deux pouvoirs fut un élément de plus pour renforcer la force et la solidité de l’Église au Portugal. D’autre part, ce fut un facteur qui contribua de façon décisive à la préservation de l’intégrité religieuse du royaume et au maintien de l’orthodoxie des pratiques et croyances religieuses des populations, et de leurs comportements moraux. Si la diffusion de courants dissidents de la catholique romane fut relativement marginale au Portugal à l’Époque moderne, cela ne découla pas, à mon avis, d’une quelconque caractéristique génétique, ou essence ontique spécifique qui fissent des portugais de fervents fidèles du catholicisme. Au contraire, cela doit être mis en rapport avec l’action de l’Église portugaise et en particulier avec les mécanismes de vigilance qui furent créés pour préserver le royaume de la « contagion » des courants hérétiques qui, depuis le début du XVIe siècle, menaçaient l’unité de l’Église romane. Autrement dit, ma thèse est que l’unité et la complémentarité de ces secteurs importants de l’Église est un des aspects qui permet de mieux comprendre l’efficacité de l’activité de contrôle des comportements et pratiques religieuses des populations et la diffusion extrêmement limitée de groupes religieux dissidents au Portugal.

29Quelle fut la racine de cette bonne coopération ? Le roi et le profond entrecroisement de relations entre l’Inquisition et le pouvoir épiscopal parmi la mobilité d’individus entre les deux.

  • 74 La forte intervention du monarque dans la vie de l’Inquisition a déjà été signalée par Francisco Be (...)

30La forte intervention du roi dans la constitution et implantation du Tribunal au Portugal et le contrôle qu’il exerçait sur l’Inquisiteur général et les évêques (c’était lui qui les choisissait, pratiquement sans contraintes, depuis le règne de D. Manuel) peuvent aider à comprendre la coopération, puisqu’elle est du propre intérêt du monarque74. D’ailleurs, le recours au monarque lors de situations de conflit pour essayer d’harmoniser les parties en litige, est un signe évident de son importance.

  • 75 Cf. Maria do Carmo Jasmins Dias Farinha, Os arquivos da Inquisição, Lisboa, Arquivo Nacional da Tor (...)
  • 76 Calcul réalisé à partir des registres d’une base de données prosopographique des évêques portugais, (...)

31Le croisement de carrières et la circulation de personnes entre les prélatures diocésaines et les hautes charges de l’Inquisition fut un autre facteur déterminant pour le rapprochement et la coopération qui eut lieu et tout cela, il faut le souligner, résulta aussi des politiques de nomination à des charges importantes dans les deux hiérarchies que le monarque adopta. Les inquisiteurs généraux, à l’exception du cardinal archiduc Alberto, furent toujours recrutés parmi les évêques portugais75. Et sur 114 évêques nommés entre 1536 et 1613, trente, soit 26.3 %, avaient d’abord fait carrière dans l’Inquisition, comme promoteurs, députés, inquisiteurs ou membres du Conseil général76. Ce pourcentage s’élève à 38 % quand on ne dénombre que les évêques du continent, sans aucun doute les plus influents.

  • 77 Dans la Péninsule Italique on vérifie aussi que le pape a récompensé certains inquisiteurs en les n (...)
  • 78 C’est ce qu’on déduit, par exemple, d’une lettre que l’inquisiteur général écrit à l’Inquisition de (...)

32En somme, l’ubiquité de certains personnages, qui firent carrière dans l’Inquisition avant d’être prélats77, ou de prélats qui, pour finir, ont rejoint le Tribunal de la Foi, ce qui permettait la création de relations interpersonnelles avec les appareils bureaucratiques des deux instances et une connaissance de son fonctionnement interne, fut un aspect déterminant pour le climat de bonne coopération entre les deux parties. Et les échanges ne se faisaient pas seulement au plus haut niveau. Surtout jusqu’à la fin du XVIe siècle, il fut fréquent de voir des gens qui exerçaient des fonctions dans les appareils de l’administration épiscopale (proviseurs, vicaires généraux, conseillers) et occupaient simultanément des charges dans les tribunaux de district de l’Inquisition (promoteurs, députés). Ce n’est que vers la fin du XVIe siècle que l’on trouve des échos d’une politique du Saint-Office qui commence à exiger un statut d’exclusivité de fonctions pour ses agents78.

33Comme corollaire, je dirais que le cas portugais, tel que les enquêtes réalisées jusqu’à ce jour le laissent entrevoir, paraît être distinct de ce qui s’est passé dans les autres Inquisitions modernes.

  • 79 À ce sujet Andrea del Col, en résumant ces thèses, à écrit : « la maggior importanza dell’ordinario (...)
  • 80 Cf. Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione… », op. cit., p. 244.

34En Italie, ou existaient 171 diocèses et 42 tribunaux de l’Inquisition, il y eut des situations très difformes suivant le statut de l’Inquisition, l’action concrète et la tradition de l’action des prélats sur le terrain. De ce qu’on connaît, par exemple dans les régions intégrées dans la République de Venise, jusqu’aux années 70 du XVIe siècle, il y eut une grande articulation entre évêques et inquisiteurs et même une certaine suprématie des premiers sur les derniers79. Dans les zones de quelque façon subordonnées à l’autorité des rois catholiques, comme le constate Agostino Borromeo, par rapport à la Sicile, à Naples, à Milan et à la Sardaigne, la relation entre les deux pouvoirs fut distincte, mais on a généralement assisté à une ambiance d’harmonie, que cet auteur attribue à la proximité et à une plus grande subordination des inquisiteurs et évêques au pouvoir papal, qui aura joué le rôle d’élément modérateur et dissuasif de conflits80.

  • 81 Maximiliano Barrio Gozalo signale que seulement 21 % des évêques de Castille et Léon (entre 1556 et (...)
  • 82 Thèse déjà soutenue par Francisco Bethencourt, História das Inquisições…, op. cit., p.284, et que I (...)
  • 83 En 1595, par exemple, l’archevêque de Grenade recourra à Rome pour protester contre les obstacles q (...)
  • 84 Il y a une vaste littérature sur le procès inquisitorial contre l’archevêque de Tolède ; voir José (...)

35En Espagne, les monarques, peut-être désireux de limiter les concentrations excessives du pouvoir entre les mêmes mains, optèrent de ne pas privilégier des carrières fluides entre les deux instances81, ce qui, associé à la prédisposition d’accroissement de la juridiction inquisitoriale (normalement avec l’appui du roi), au caractère centralisateur que l’Inquisition généralement cultiva et au grand sentiment d’autonomie de certaines régions, a fini par créer un cadre où les conflits furent plus fréquents et parfois d’une extrême violence82, obligeant certains prélats à faire appel à Rome pour défendre leur juridiction83, ou même leur vie. En effet, on n’y connaît que des cas d’évêques condamnés par l’Inquisition – tel est le cas de l’archevêque de Tolède, Bartolomé Carranza de Miranda, en 155984.

36Au Portugal prédomina un cadre de rapports coopérants et une relative homogénéité territoriale de l’action, justifiés par l’extension limitée du royaume, par une relative unité politique, par la capacité d’interférence royale, par l’échelle réduite de ses élites et par la centralisation précoce et forte du Saint-Office.

Notes

1 Sur les différentes étapes de l’implantation du Tribunal de la Foi au Portugal, jusqu’à la réorganisation décisive mise en marche par l’Inquisiteur général Pedro de Castilho, voir Joaquim Romero Magalhães, « Em busca dos tempos da Inquisição (1573-1615) », Revista de História das Ideias, vol. 9, (1987) p. 191-228, dont nous nous servons pour délimiter le terme chronologique de la recherche.

2 Voir Adriano Prosperi, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Torino, Giulio Einaudi Editore, 1996, p. 62-63.

3 Voir, Idem, p. 281. Prosperi a même suggéré que les évêques et l’Inquisition, surtout après Trente, furent protagonistes de deux programmes différents d’action. Les premiers agissaient par le biais d’une présence systématique auprès des populations en utilisant une « miséricorde évangélique », la seconde par le recours à la répression punitive, voir idem p. 278-289.

4 Voir Francisco Bethencourt, História das Inquisições em Portugal, Espanha e Itália, Lisboa, Círculo de Leitores, 1994, p. 149, et Paulo Drumond Braga, A Inquisição nos Açores, [s.l.], Instituto Cultural de Ponta Delgada, 1997, p. 294, 404-405 et 448.

5 Je présenterai seulement trois exemples. En 1542 un habitant de Gouveia alla à l’Inquisition de Coïmbre pour dénoncer un concitoyen qui vivait en concubinage, délit qui était de la juridiction épiscopale, cf. Instituto dos Arquivos Nacionais/Torre do Tombo (dorénavant IAN/TT), Inquisição de Coimbra, Livro segundo das denunciaçoes, Livro n°75, f. 212v. À son tour, en 1569, l’inquisiteur général ordonna aux inquisiteurs de Coïmbre de remettre à l’évêque de Porto les accusés de bigamie qui leur avaient été envoyés par cet évêque de Porto puisque, comme le cas était de nature mixte, le prélat avait juridiction pour procéder, cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisoes cartas e outros papeis desde o anno de 1536 athe todo o ano de 1599, Livro 271, f. 25. En 1609, même les inquisiteurs d’Evora doutaient encore s’ils devaient procéder, dans les cas de sollicitation, cumulativement avec les évêques et prélats des religions ou « in solidum », cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida das inquisiçoes de Lisboa e de Evora, Livro 97, f. non numéroté, lettre 76.

6 Voir Adriano Prosperi, Tribunali della coscienza…, op. cit., p. 278.

7 Voir Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione e dei suoi raporti con il potere episcopali nell’Italia Spagnola del Cinquecento », Annuario dell’Istituto Storico Italiano per L’Età moderna e contemporanea, vol. 29-30, 197778, p. 225-27. Andrea del Col a très bien démontré comme dans les territoires qui formaient la République de Venise, particulièrement dans le patriarcat d’Aquileia, ces deux pouvoirs ensemble ont surveillé sur l’orthodoxie des populations en persécutant les hérétiques, cf. Andrea Del Col, L’Inquisizione nel patriarcato e diocesi di Aquileia (1557-1559), Trieste, Edizione Università di Trieste, 1998, p. XXII-XXVII, LXXV et CCXXIII.

8 Cf. Fortunato de Almeida, Historia da Igreja em Portugal, nouvelle édition, Porto-Lisboa, Liv. Civilizaçao, 1967-71, vol. II, p. 401-02 et 421. La bulle de fondation est publiée dans Corpo diplomático Portuguez contendo os actos e relações políticas e diplomáticas de Portugal com as diversas potencias do mundo desde o século XVI até aos nossos dias, Lisboa, Typographia da Academia Real das Sciencias/Imprensa Nacional, 1862-1959, vol. III, p. 302-05.

9 Voir, par exemple, l’avis officiel faisant référence à la visite du diocèse de Coïmbre en 1743, publié par Isaías da Rosa Pereira, « As visitas pastorais como fonte histórica », Revista da Faculdade de Letras de Lisboa, IIIe série, n° 15, 1973, p. 66-67. Dans certains diocèses on prit la précaution d’omettre le mot hérésie de la notification, quoiqu’on y fît toutefois appel au travers d’une formule : « Si vous savez, ou avez entendu dire d’une quelconque personne qui ait dit, fait ou commis quelque chose contre notre sainte foi catholique », cf. « Regimento do auditorio ecclesiastico do bispado de Viseu e dos officiaes da justiça ecclesiastica do dito bispado » in Constituiçoens synodais do bispado de Viseu, Coimbra, Nicolau Carvalho, 1617.

10 Voir Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione… », op. cit., p. 246-47. Au Portugal cette pratique est promulguée dans nombreuses Constitutions des diocèses. Par exemple dans celles de Lamego, decrétées en synode en 1639, il est ordonné aux visiteurs ce qui suit : « Si vous trouvez quelques personnes comprises ou coupables dans le crime d’hérésie, ou apostasie, sorcière avec pacte signé, blasphème hérétique, dans le péché pervers, ou le prêtre de se commettre avec une femme dans l’acte de confession, ou mariés avec une autre femme la précédente étant en vie, et d’autres cas qui appartiennent au Saint-Office, pour qu’on y procède et délibère sous forme du droit et des brefs apostoliques vous remettrez les coupables aux inquisiteurs apostoliques de la maison et district de Coïmbre… », cf. Constituicoes synodaes do Bispado de Lamego, Lisboa, Miguel Deslandes, 1683, p. 543-544. Dans celles de Porto de 1687 on stipule même, dans le Livro V, titulo 1, constituição 1, « Que soient dénoncés au Tribunal du Saint-Office les hérétiques ou suspects d’hérésie », cf. Constituicoes synodaes do bispado do Porto, Porto, Joseph Ferreira, 1690.

11 À l’heure actuelle il n’est pas encore possible d’affirmer avec exactitude quand cela se passa. Dans les couronnes de Castille et Aragon l’hérésie devient un délit exclusif de l’Inquisition en 1562, comme le dit Bartolomé Bennassar dans le chapitre qu’il écrit dans ce volume.

12 Le premier Regimento da Inquisição (Règlement de l’Inquisition), daté de 1552, consacre le vote collégial de la sentence aux chapitres 47 et 49 ; voir Regimento da Santa Inquisiçam, publié par António Baião, A Inquisição em Portugal e no Brazil. Subsidios para a sua história, Lisboa, Of. Tip. – Calçada do Cabra, 1906, p. 42 (il existe un exemplaire de ce Regimento à IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Livro n° 330). Les procès jugés le confirment.

13 Les premiers dont on a connaissance furent les évêques de Porto et du Brésil, déjà en 1559 ; voir IAN/TT, Inquisição de Lisboa, Livro 330, documents 80 et 81, publiés par Isaias da Rosa Pereira, Documentos para a história da Inquisição em Portugal (século XVI), Lisboa, Caritas Portuguesa, 1987, p. 79-80. Il y eut des cas où l’inquisiteur général, D. Henrique, en tant que légat papal, autorisa les inquisiteurs à remplacer les ordinaires. Autrement dit, il invoca son pouvoir papal délégué pour révoquer un pouvoir épiscopal. C’est ce qui s’est passé le 8 juin 1564 quand il attribua des pouvoirs à Ambrósio Campelo, inquisiteur de Lisbonne, pour « autorictate apostolica », en tant qu’ordinaire des diocèses de Guarda et Lamego, assister à des procès d’accusés de ces évêchés ; cf. IAN/TT, Inquisição de Lisboa, Livro 330, document 95, publié par Isaías da Rosa Pereira, Documentos…, op. cit., p. 90. Vers la fin du XVIe siècle la pression du Tribunal fut énorme pour empêcher que les évêques pussent déléguer leur pouvoir, refusant toute nomination qui ne fut pas approuvée au préalable par l’Inquisiteur général ou par le Conseil général ; voir IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisoes cartas e outros papeis desde o anno de 1536 athe todo o ano de 1599, Livro 271, f. 468.

14 Ce fut, par exemple, le cas de L. Molina, C. Carena et F. Castro Palao, voir Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione… », op. cit., p. 248.

15 Malheureusement, les rares cas identifiés jusqu’à ce jour appartiennent tous aux XVIIe et XVIIIe siècles. Voir Arquivo da Universidade de Coimbra, Livro de extratos de culpados do arcediagado do Vouga, III/D, 1,4,5,45 et Arquivo Histórico do Patriarcado de Lisboa, Livro de assentos da Relação Patriarcal de Lisboa (1719), Livro 475.

16 II n’existe actuellement aucune étude monographique complète sur sa biographie et sur son action. On peut trouver quelques éléments dans Joao de Almeida Soares, Vida e morte de Dom Affonço Castelbranco Bispo de Coimbra…, Academia das Ciências de Lisboa, Manuscrito 194 Vermelho, et Manuel Augusto Rodrigues, « D. Afonso de Castelo Branco, estudante da Universidade de Coimbra, bispo do Algarve e de Coimbra – a sua concio num auto de fé », Boletim do Arquivo da Universidade de Coimbra, vol. XV-XVI, (1995-96), p. 1-71, qui contient références bibliographiques.

17 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida da Inquisição de Coimbra, Livro 95, f. non numéroté, lettre 71.

18 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Corres pondência recebida da Inquisição de Coimbra, Livro 95, f. non numéroté, lettre 63.

19 Se soumettant, inclusivement, à occuper une place de plus petite importance que celle des inquisiteurs et contribuant à ce que, dans ces conditions, le chapitre de l’épiscopat (Sé) se fît représenter comme corp ; voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 43.

20 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 101.

21 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 99.

22 Voir Constituicoens synodaes do Bispado de Coimbra Feitas e ordenadas em synodo pello Illustrissimo Senhor Dom Affonso de Castel Branco…, Coimbra, António de Mariz, 1591, surtout Titulo XXVIII.

23 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 35.

24 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettres 50 et 51.

25 Voir IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisões cartas e outros papeis desde o anno de 1536 athe todo o ano de 1599, Livro 271, f. 294.

26 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 31.

27 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida da Inquisição de Coimbra, Livro 95, f. non numéroté, lettre 46.

28 Il existe de nombreuses études sur la vie et l’action de cet archevêque, mais nulle n’évoque la question de ses rapports avec l’Inquisition. Voir Nicolau Agostinho, Relaçam summaria da vida do senhor Dom Theotonio de Bragança, Evora, Francisco Simões, 1614 ; J. Pinharanda Gomes, O arcebispo de Evora D. Teotónio de Bragança (escritos pastorais), Braga, Ed. Auteur, 1984 ; Durval Pires de Lima, « Dois arcebispos da Casa de Bragança : D. Teótonio e D. Martinho de Portugal », Anais da Academia Portuguesa de Historia, vol. 31, 2a série, (1986), p. 55-132 ; Frederico Palomo, « La autoridad de los prelados postridentinos y la sociedad moderna. El gobierno de don Teotonio de Braganza en el arzobispado de Evora (1578-1602) », Hispania Sacra, Vol. XLVII, n° 95 (1995), p. 587-624.

29 Ce n’est pas seulement devant le Saint-Office que le prélat chercha à défendre sa juridiction. Il en fit de même avec le chapitre de la cathédrale et les Ordres militaires. Sur ce sujet voir Frederico Palomo, « La autoridad de los prelados postridentinos… », op. cit., p.607-621.

30 Au sujet de toutes ces polémiques, qui méritent une reconstitution détaillée, voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Cartas que os Senhores Inquisidores Gerais escreverão ao conselho e respostas de consultas que o conselho fez sobre varias materias, Livro 130, f. 18 et qq ; Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 15 et Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida das inquisiçoes de Lisboa e Evora, Livro 97, f. non numéroté, lettres 39, 46 et 47.

31 Malgré les menaces, il ne les a sûrement pas mises à exécution. Dans la série de lettres de prélats adressées au pape conservée à l’Archivio Segreto Vaticano on ne trouve pas de lettres de cet archevêque sur cette matière et, ce qui est fort significatif, dans la correspondance abondante qu’il échangea avec le légat Bichi, il y a beaucoup de références aux recours qu’il présenta au Saint-Siège à cause de ses querelles avec les Ordres militaires, mais aucune référence quant à des désaccords avec l’Inquisition ; cf. Archivio Segreto Vaticano (dorénavant ASV), Fondo Confalonieri, n° 33, f. 400 et qq.

32 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Cartas que os Senhores Inquisidores Gerais escreverão ao conselho e respostas de consultas que o conselho fez sobre varias materias, Livro 130, f. 23v.

33 Voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Maço 10, documento 16.

34 Sur la notion d’Église comme corps hétérogène traversé par de multiples conflits et diverses stratégies d’action voir José Pedro Paiva, « A Igreja e o poder » in Carlos Moreira Azevedo (dir.), História Religiosa de Portugal, Lisboa, Círculo de Leitores, 2000, vol. II, p. 135-138.

35 Alexandre Herculano signala deux évêques qui furent peu enclins à persécuter des cristãos-novos, mais sans démontrer qu’ils étaient contre la création du Tribunal ; voir Alexandre Herculano, Historia da origem e estabelecimento da Inquisição em Portugal, Lisboa, Bertrand, 1975, tomo 1, p. 208-211 (l’édition originale de cet ouvrage date de 1854-59).

36 Sur les rites de fondation du Tribunal voir Francisco Bethencourt, Historia das Inquisições…, op. cit., p. 22-23.

37 Francisco Bethencourt avait déjà constaté cet engagement des évêques dans le procès d’implantation du Tribunal ; voir Francisco Bethencourt, « Campo religioso e Inquisição em Portugal no século XVI », Estudos Contemporâneos, n° 6, 1984, p. 48.

38 Cela est prouvé par un procès actuellement à l’Inquisition de Lisbonne, où paraît un document, daté du 19 août 1541, par lequel l’évêque accorde des pouvoirs à son vicaire général pour « prendre entière connaissance et procéder » contre les accusés d’hérésie sur le territoire de l’évêché « par viam visitationis ou inquisitionis selon le droit », cf. IAN/TT, Inquisição de Lisboa, processo n° 2068, f. 3. Ce procès prouve, en définitive, ce qui sur l’action de Jorge de Almeida en qualité d’inquisiteur a été écrit par Pedro Monteiro, « Noticia geral das Santas Inquisiçõens deste reino e suas conquistas, ministros e officiaes de que cada huma se compoem » in Colleçam dos documentos e Memórias da Academia Real, Lisboa, Pascoal da Sylva, 1723, p. 471.

39 La lettre de D. João III pour l’évêque de Porto est publiée dans António Baião, A Inquisição em Portugal e no Brazil…, op. cit., p. 27. Sur l’activité de l’évêque de Porto en tant qu’inquisiteur voir Elvira Mea, « A Inquisição do Porto », Revista de Historia – Centro de História da Universidade do Porto, vol. II, p. 5-17.

40 La participation des évêques est, significativement, déclarée depuis le Prologue du Règlement, voir Regimento da Santa Inquisiçam, publié par Baião, António – A Inquisição em Portugal e no Brazil…, op. cit., documento XXXI, p. 31.

41 Une liste des individus qui composaient cet organe peut être trouvée dans Maria do Carmo Dias Farinha, « Ministros do Conselho Geral do Santo Ofício », Memória, n° 1, 1989, p. 102-163.

42 Cela se passa, par exemple, avec l’évêque de Lamego, en 1581, D. António Teles de Meneses, qui visita le tribunal du district de Coïmbre. Des références à ce fait dans IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettres 58 et 59.

43 On en trouve une version castillane dans IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Maço 1, documento 13, Razões dos prelados e Inquisição para o rei não interceder pelo perdão geral.

44 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 29. D’autres exemples de ce genre, dans la même source : lettres 2 et 6.

45 Les contraintes de l’espace disponible nous empêchent de démontrer de manière exhaustive les divers aspects ; nous ne fournirons donc que quelques exemples pour soutenir chacune des affirmations.

46 Voir Francisco Bethencourt, História das Inquisições… op. cit., p. 44-46.

47 Voir, par exemple, la lettre que l’Inquisiteur général écrivit à l’Inquisition de Coïmbre, le 16 décembre 1588 où il communique la sentence d’une prieure du monastère de Anunciada de Lisbonne. D’après cette sentence, il fallait recueillir les morceaux de tissus qu’elle avait distribués portant la marque de ses plaies et d’autres objets qu’elle distribuait comme reliques. Il y est aussi dit que « par ma lettre je recommande à l’évêque comte et aux autres prélats de ce district qu’ils fassent publier un mandat que pour cet effet j’ai rédigé dont il vous sera aussi donné une copie et qu’ils nomment quelques personnes pour qu’elles recueillent lesdites choses et vous les envoyent », cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisões cartas e outros papeis desde o anno de 1536 athe todo o ano de 1599, Livro 271, f. 280.

48 On pourrait présenter des centaines de cas. Un bon exemple : IAN/TT, Inquisição de Lisboa, processo n° 94. Il s’agit d’un procès contre Teresa Gomes, pour cause de judaïsme, mis en marche en 1579. L’Inquisition demande au proviseur et vicaire général de l’évêché de Guarda de, au nom de l’Inquisition, faire notifier des témoins pour comparaître devant l’Inquisition, et confie d’autres fonctions à un archiprêtre de Castelo Branco.

49 Il y a un grand nombre de procès à l’Inquisition qui furent déclenchés à partir d’informations délivrées par les Tribunaux épiscopaux. Nous soupçonnons qu’un inventaire systématique des procès inquisitoriaux recherchant la source des informations qui furent à leur origine révélerait des données très significatives à ce sujet. Ne disposant pas de cet inventaire, nous proposons quelques exemples : IAN/TT, Inquisição de Lisboa, processo n° 2246 (il s’agit d’un procès de bigamie, déclenché par le vicaire général du diocèse de Porto, ensuite livré à l’Inquisition) ; Inquisição de Coimbra, processo n° 3159 et 3160 (c’est un procès de sodomie, commencé en 1587, par le vicaire général de Braga et postérieurement remis au tribunal de l’archevêque de Braga et finalement jugé à l’Inquisition). À l’Inquisition de Coïmbre il y eut même un registre des accusations qui étaient livrées par les évêques, cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de denunciasoens que derão pessoas particulares contra outras e de algumas que se remeterão dos ordinarios (1551-1591), Livro 79.

50 C’est ce qui s’est passé avec l’Inquisition de Porto ; voir Elvira Mea, « A Inquisição do Porto », in op. cit., p. 9.

51 Voir Paulo Drumond Braga, A Inquisição nos Açores, op. cit., p. 182.

52 Cela se passa de façon très significative, pour le moins dans les visites aux îles, comme le montre Fernanda Olival pour le cas de la visite à Madère dans les années 1591-92. En effet, les cas qui furent délibérés sur place résultèrent d’un collectif formé par le visiteur (l’inquisiteur Jerónimo Teixeira Cabral), le vicaire général du diocèse en représentation de l’évêque, deux religieux franciscains et le recteur du Collège des Jésuites. La lecture des sentences fut toujours faite sur une estrade spécialement construite à l’intérieur de la cathédrale, cf. Fernanda Olival, « A visita da Inquisição à Madeira em 1591-92 » in Actas do III Colóquio Internacional de História da Madeira, Funchal, Secretaria Regional do Turismo e Cultura, 1993, p. 499-501. Dans certains diocèses italiens parfois les inquisiteurs ont accompagné les visiteurs des évêques dans les visites pastorales, pour faire des inspections sur les comportements hérétiques. Ainsi, par exemple, en 1559 dans la visite de Strigno, voir Andrea del Col, « La confessione di fede di un gruppo eterodosso in Valsugana nel 1559 » in Andrea del Col et Rosanna Paroni Bertoja (a cura di), Sotto il Segno di Mennochio, Montreale Valcellina, Circulo Culturale Mennochio, p. 124-125.

53 L’inventaire et le contenu des sermons connus, prêchés par des évêques dans les autodafés méritent d’être étudiés. On en trouve un exemple dans Manuel Augusto Rodrigues, « D. Afonso de Castelo Branco…, op. cit. Sur la création d’un catéchisme spécifique pour les cristãos-novos (marranes), idée lancée en 1589 par l’Inquisiteur général, et qui compta avec l’opposition de la majorité des évêques, voir MEA, Elvira Cunha de Azevedo, A Inquisição de Coimbra no século XVI. A instituição e a sociedade, Porto, Fundação Eng. António de Almeida, 1997, p. 474. Quelques-uns des avis des évêques sur cette matière révèlent des préoccupations quant à la protection du statut du Tribunal. Par exemple, l’évêque de Viseu, en janvier 1593, s’oppose à cette idée : la fonction de l’Inquisition étant de juger, il pense qu’elle ne peut pas courir le risque, à cause de la publication de ce catéchisme, de provoquer une polémique ; cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 64.

54 Voir la minute de la missive que l’inquisiteur général envoya à l’évêque d’Algarve, Fernando Martins Mascarenhas, en 1597. Il y est dit qu’étant en cours la révision de l’Index « et étant le négoce d’une telle qualité il me parut qu’à nul autre avec plus de raison on ne pourrait demander avis et conseil sur eux qu’à V. S. qui en tant qu’insigne théologien, et si curieux de livres, et si expérimenté dans le gouvernement de lettrés et d’écoles, a les aspects humainement requis pour y réussir et en tant qu’évêque aura l’expresse assistance de Dieu pour le faire. Et ainsi je demande à V. S. la bienveillance (puisque la chose est le propre de l’obligation épiscopale et tellement du service de Dieu, et du Siège apostolique, de sa Majesté et du bien de ces royaumes) de rafraîchir la mémoire de ce qui sur cette matière aura été considéré et observé et m’envoie à leur sujet les avertissements qu’elle jugera opportuns », cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Consultas do Conselho aos Inquisidores Gerais, Livro n° 369, f. 87. Pour le cas de l’Inquisition Romane, Gigliola Fragnito a réalisé une reconstitution très détaillée des rapports entre évêques et Inquisition dans ce qui concerne la censure des livres, voir son étude dans ce volume.

55 Notons que cette inspection était déjà réalisée par les prélats et que certains la continuèrent, au moins jusqu’à la fin du XVIe siècle. Quand l’Inquisition voulut commencer à contrôler les ports elle demanda des informations aux prélats et des suggestions quant aux personnes qui pourraient exercer de telles fonctions, comme le prouve les lettres de l’archevêque de Braga et de l’évêque de Porto de l’année 1581 ; voir IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettres 1 et 66.

56 À partir des années 60, grâce à l’action du cardinal Henrique, sur presque toutes les rentes des mitres furent imposées des pensions pour l’Inquisition, élément important du financement du Tribunal. Ces pensions avaient l’autorisation des évêques lorsqu’elles étaient préconisées pour les diocèses ; voir, par exemple, ASV, Archivio Concistoriale, Acta Camerarii, vol. 9, f. 17v (concernant la préconisation de l’évêque de Portalegre, André de Noronha, en 1560, avec l’imposition d’une pension de 175 ducats pour l’Inquisition). Certains évêques furent de fidèles exécuteurs de ces payements. Par lettre datée du 1er juillet 1566, adressée à André Lamego, chanoine de la de Coïmbre et receveur général de l’évêché, l’évêque de la ville, João Soares, déclare avoir institué que tous les ans l’évêché donnerait au Saint-Office une pension de 600 mille réis, payés en deux termes, l’un à la saint Michel et l’autre à Noël. Et comme la somme de Noël n’avait pas encore été acquittée il ordonne de le faire ; cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisões cartas e outros papeis desde o anno de 1536 athe todo o ano de 1599, Livro 271, f. 5.

57 Le réseau de commissaires et familiers commence à être construit aux environs de 1570, mais il n’atteint une dimension acceptable qu’à partir des premières décennies du XVIIe siècle ; voir José Veiga Torres, « Da repressão religiosa para a promoção social. A Inquisição como instância legitimadora da promoção social da burguesia mercantil », Revista Crítica de Ciências Sociais, vol. 40, (1994), p. 109-135.

58 Cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida da Inquisição de Coimbra, Livro 95, f. non numéroté, lettre 22.

59 Cf. Elvira Cunha de Azevedo Mea, « O procedimento inquisitorial garante da depuração das visitas pastorais de Braga (Século XVI) » in Actas do IX Congresso da dedicação da Sé de Braga, vol. II/2, 1990, p. 73.

60 Voir José Pedro Paiva, « Inquisição e Visitas Pastorais : Dois mecanismos complementares de controle social ? », Revista de História das Ideias, 11, 1989, p. 85-102.

61 Quelques données dans Francisco Bethencourt, História das Inquisições…, op. cit., p. 282, et José Pedro Paiva, « A administraçao diocesana e a presença da Igreja. O caso da diocese de Coimbra nos séculos XVll e XVII », Lusitania Sacra, 2a série, 3, 1991, p. 94-95.

62 Voir les données actuellement disponibles dans Francisco Bethencourt, História das Inquisições…, op. cit., p. 279.

63 Voir les données pour le diocèse de Coïmbre dans José Pedro Paiva, « A administração diocesana… » op. cit., p. 87-95, et pour l’archevêché de Braga dans Franquelim Neiva Soares, A arquidiocese de Braga no século XVII. Sociedade e mentalidades pelas visitações pastorais (1550-1700), Braga : s.n., 1993, vol. 1, p. 184-196.

64 Cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Livro n° 681, f. 57, document intégralement publié par Joaquim Romero Magalhães, « Em busca dos tempos da Inquisição… », op. cit., p. 215-221.

65 Nous ne connaissons aucun procès mené contre des accusés de judaïsme au tribunal de l’archevêque, mais il y a de forts indices qu’il ait exercé juridiction dans ce domaine, notamment parce qu’il n’existe pas à l’Inquisition de Coïmbre de procès intentés à des sectateurs du judaïsme originaires du diocèse à l’époque où Bartolomeu dos Mártires fut évêque ; sur ce sujet voir Elvira Cunha de Azevedo Mea, « O procedimento inquisitorial… », op. cit., p. 71.

66 Cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisões cartas e outros papeis desde o anno de 1536 athe todo o ano de 1599, Livro 271, f. 232.

67 C’est ce que fit l’évêque de Guarda, Nuno de Noronha, ce qui donna lieu aux protestations de l’Inquisiteur général à qui le prélat répondit arguant que si le Saint-Office avait un indult ou un privilège d’exemption en cette matière, et que si cela se pratique de cette sorte dans d’autres évêchés, qu’il le lui communique afin de rayer le Saint-Office de la liste de ceux qui contribuent pour le séminaire ; cf. IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 55. Le même type de problème avec l’évêque de Miranda, cf. lettre 110.

68 Cela se passa avec l’évêque de Coïmbre, Manuel de Meneses, ce qui motiva des plaintes de l’Inquisition auprès du tribunal apostolique et la protestation de l’évêque qui allégua, entre autres choses, que le juge apostolique, évêque de Viseu, était partie intéressée et donc non exempt ; voir IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisões cartas e outros papeis desde o anno de 1536 athe todo o ano de 1599, Livro 271, ff. 73-98.

69 Chacun de ces délits justifierait une appréciation détaillée, impossible au vu des contraintes de cette communication. À titre d’exemple nous ferons référence à quelques querelles entre l’Inquisition et l’archevêque de Lisbonne, Miguel de Castro (1586-1625) à cause de la juridiction sur les cas de bigamie et de cures superstitieuses ; voir José Pedro Paiva, Bruxaria e superstição num país sem caça às bruxas : 1600-1774, Lisboa, Editorial Notícias, 1997, p. 31-32. De nouvelles données sur ce conflit dans IAN/TT, Conselho Geral do Santo Ofício, Consultas do Conselho aos Inquisidores Gerais, Livro n° 369, f. 171, et Conselho Geral do Santo Ofício, Correspondência recebida de arcebispos e bispos, Livro 91, f. non numéroté, lettre 8. Une lettre du Conseil adressée à l’archevêque sur cette matière prouve que le conflit fut l’exception et non la règle, puisqu’il y est dit que les inquisiteurs généraux avaient communiqué aux évêques que c’était au Saint-Office que revenaient ces cas et qu’ils les envoyaient toujours à l’Inquisition.

70 Le cas le plus suggestif est celui qui impliqua l’archevêque d’Evora, Teotónio de Bragança. Il y eut aussi parfois des problèmes avec la place qui était accordée aux prélats au cours des audiences auxquelles ils assistaient au Tribunal de la Foi. C’est ce qui s’est passé en 1560 : l’archevêque de Lisbonne, Fernando Coutinho, refuse d’assister ou d’envoyer ses délégués aux séances de l’Inquisition parce qu’on ne lui attribue pas la place juste à la table, c’est-à-dire celle immédiatement en dessous du président qui représentait l’inquisiteur général. Il déclarait aussi nuls les procès votés sans sa présence. Cf. IAN/TT, Inquisição de Lisboa, Livro 330, documento 40, publié par Isaías da Rosa Pereira, Documentos…, op. cit., p. 45-46.

71 Voir Giuseppe Marcocci, I tribunali della fede in Portogallo nell’etá del concilio di Trento. Inquisitoti, vescovi, confessori, Facoltá di Lettere e Filosofia, Universitá degli Studi di Pisa, 2001/2002, thèse non publiée.

72 Ce bref est publié dans Corpo diplomático Portuguez…, op. cit., vol. IX, p. 233.

73 Voir Biblioteca Geral da Universidade de Coimbra, Apontamentos dos prelados deste reino nas cortes que se fizeram em Dezembro de 1562, manuscrito 3187.

74 La forte intervention du monarque dans la vie de l’Inquisition a déjà été signalée par Francisco Bethencourt. Il estime que l’autonomie du Tribunal par rapport à la couronne commence seulement à se manifester, de manière graduelle, à partir de la fin des années 40 du XVIe siècle ; voir Francisco Bethencourt, História das Inquisições…, op. cit., p. 23-24, et Francisco Bethencourt, « A Inquisição » in Carlos Moreira Azevedo (dir), História Religiosa de Portugal, Lisboa, Círculo de Leitores, 2000, vol. II, p. 100.

75 Cf. Maria do Carmo Jasmins Dias Farinha, Os arquivos da Inquisição, Lisboa, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, 1990, p. 301-302.

76 Calcul réalisé à partir des registres d’une base de données prosopographique des évêques portugais, qui sert de support à une étude que je prépare en ce moment sur les prélats portugais à l’époque moderne (1585-1777).

77 Dans la Péninsule Italique on vérifie aussi que le pape a récompensé certains inquisiteurs en les nommant évêques, cherchant de cette façon à mieux contrôler la hiérarchie de l’Église, voir Paolo Simoncelli, « Inquisizione romana e riforma in Italia », Rivista Storica Italiana, Anno C, fascicolo 1 (1988), p. 72-73.

78 C’est ce qu’on déduit, par exemple, d’une lettre que l’inquisiteur général écrit à l’Inquisition de Coïmbre, en mars 1578, dans laquelle il affirme que par la visite qu’il fit faire à ce district il sut que le promoteur de cette Inquisition était aussi le proviseur et vicaire général de l’évêché, « et parce que les charges du Saint-Office requièrent des ministres moins occupés », il ordonne son licenciement ; cf. IAN/TT, Inquisição de Coimbra, Caderno de provisões cartas e outros papeis desde o anno de 1536 athe todo o ano de 1599, Livro 271, f. 135.

79 À ce sujet Andrea del Col, en résumant ces thèses, à écrit : « la maggior importanza dell’ordinario rispetto all’inquisitore, l’intersecarsi dell’azione inquisitoriale con il governo pastorale, la pluralitá di giudici competenti, la costanza dei raporti con la Congregazione del Sant’Ufficio, l’appogio e il controllo esercitato delle autoritá statali », cf. Andrea Del Col, L’Inquisizione nel patriarcato e diocesi di Aquileia, op. cit., p. LXXV. Voir aussi Andrea del Col, « Organizzazione, composizione e giurisdizione dei tribunali dell’Inquisizione romana nella republica di Venezia (1500-1550) », Critica Storica, XXV (1988), p. 244-294.

80 Cf. Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione… », op. cit., p. 244.

81 Maximiliano Barrio Gozalo signale que seulement 21 % des évêques de Castille et Léon (entre 1556 et 1699) ont fait une carrière antérieure à l’Inquisition, cf. Maximiliano Barrio Gozalo, Los obispos de Castilla y Léon durante el Antiguo Régimen (1556-1834), Estudio socioeconómico, Zamora, Junta de Castilla y León – Consejeria de Educación y Cultura, 2000, p. 71. Pour les diocèses de la Galice au temps de Philipe II on constate une préalable présence à l’Inquisition des évêques encore beaucoup plus faible, seulement 2 sur un total de 31 nommés, cf. Domingo L. González Lopo, « El alto clero gallego en tiempos de Felipe II » in Antonio Eiras Roel (coord) – El reino de Galicia en la monarquia de Felipe II, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, 1998, p. 330.

82 Thèse déjà soutenue par Francisco Bethencourt, História das Inquisições…, op. cit., p.284, et que Ignasi Fernandez Terricabras soutient dans le chapitre qui a écrit pour ce volume.

83 En 1595, par exemple, l’archevêque de Grenade recourra à Rome pour protester contre les obstacles que l’Inquisition soulevait à la publication d’édits en matière de foi ; voir Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione… », op. cit., p. 247.

84 Il y a une vaste littérature sur le procès inquisitorial contre l’archevêque de Tolède ; voir José Ignacio Tellechea Idígoras, El arzobispo Carranza y su tiempo, Madrid, Ediciones Guadarrama, 1968, et, du même auteur, « El Proceso del arzobispo Carranza » in Joaquin Perez Villanueva et Bartolomé Escandell Bonet (dir.), Historia de la Inquisición en España y America, Madrid, Biblioteca da Autores Cristianos, 1984, p. 556-598.

Auteur

Université de Coimbra

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540