Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et pouvoirs ecclésiastiques

Le pouvoir de l’Inquisition espagnole en débat ? Le Saint-Office et la troisième étape du concile de Trente (1562-1563)

Should the power of Spanish inquisition be called into question? The Holy Office and the third stage of the Council of Trent (1562-1563)

Ignasi Fernández Terricabras

Résumé

It would make sense to think that the Inquisition’s power must have been analyzed by the Council of Trent. The bishops never would have missed an opportunity to give a ruling on an institution that encroached upon some of their former attributions. And yet the Council issued no decree on the Inquisition. King Philippe II’s watch prevented any conciliar decision from interfering with the Spanish Holy Office. Even though there was no official debate on the Inquisition in the conciliar records, diplomatic correspondance confirms the existence of an underground debate within sessions around the problem on several aspects such as: the 1558 revision of the Roman Index; issuing a safe-conduct for Protestants to go to Trent; the orthodoxy of Carranza’s catechism; the bishops’ power to absolve in conscience all doubtful cases, including heresy; the decree imposing the pope as the only competent judge in criminal affairs involving bishops; the patriarch of Aquilea’s case, etc.

Texte intégral

1Au XVIe siècle, les années 1560 sont le moment où la Contre-Réforme prend corps. Dans le catholicisme toutes les options semblent encore possibles et, pour cette même raison, toutes les tensions atteignent leur apogée au cours de ces années cruciales, parce que tous les participants jouent leurs cartes en ayant pleinement conscience de l’importance de l’enjeu.

  • 1 Hubert Jedin, Historia del Concilio de Trento, Pampelune, EUNSA, 4 v, 1972-81. Alain Tallon, Le Con (...)

2La troisième étape du concile de Trente, qui reprend les débats des deux étapes antérieures (1545-48 et 1551-2), a lieu dans ce contexte « ouvert », entre le 18 janvier 1562 et le 4 décembre 15631. Pendant ces deux années, toutes les inquiétudes et les aspirations des catholiques de l’époque convergent encore une fois vers le concile, ainsi que leurs désaccords et leurs doutes. Une des grandes questions du concile est celle de l’exercice du pouvoir dans l’Église catholique, c’est-à-dire des rapports qu’entretiennent monarchies absolutistes, Papauté, évêques et clergé. D’une façon ou d’une autre, nombre de débats conciliaires renvoient à cette question, ce qui préoccupe les princes catholiques, qui craignent les ingérences du concile ou du pape dans leurs domaines.

  • 2 Ricardo García Cárcel, Doris Moreno Martínez, Inquisición. Historia crítica, Madrid, Temas de Hoy, (...)

3Les choses étant posées ainsi, il serait logique de penser que le pouvoir de l’Inquisition a dû être un des aspects analysés à Trente. Les évêques réunis en concile n’allaient pas manquer l’occasion de statuer sur une institution qui, en réalité, exerce des attributions jusqu’alors confiées aux évêques. En effet, depuis la fondation de l’Inquisition espagnole, en 1478, ses rapports avec les évêques ont été difficiles. Même si les premières bulles des papes exigeaient la participation des évêques dans les affaires, celle-ci va devenir une simple formalité administrative2.

  • 3 Adriano Prosperi, Il Concilio di Trento : una introduzione storica, Einaudi, Turin, 2001, p. 143-6  (...)

4Or, le concile de Trente n’a pas formulé de décret sur l’Inquisition. Le fait est étonnant, d’autant plus que, comme l’a souligné Adriano Prosperi, l’Inquisition romaine est née en 1542 en tant qu’institution provisoire, dans l’attente que le concile puisse affronter les questions posées par les hérétiques. Si dans les années 1540 l’alternative entre l’Inquisition et le concile, la première étant la voie préférée du parti intransigeant, le deuxième compris comme projet de réconciliation pacifique, semble claire, en 1563, lorsque le concile finit, il est évident que la Papauté préfère l’Inquisition, qui va devenir un élément fondamental de la Contre-Réforme3.

  • 4 Jean-Pierre Dedieu, René Millar Carvacho, « Entre histoire et mémoire. L’Inquisition à l’époque mod (...)

5Notre contribution prétend montrer une des causes qui expliquent cette timidité du concile vis-à-vis de l’Inquisition : la surveillance constante de Philippe II à l’égard de toute décision du concile qui puisse toucher le Saint-Office espagnol, même tangentiellement. L’influence du monarque n’est pas toujours évidente dans les sources employées traditionnellement : les actes du concile de Trente ou les procès de l’Inquisition. En revanche, l’analyse des instructions de Philippe II à ses ambassadeurs, conservées dans les Archives de Simancas (AGS), peut nous apporter de nouvelles données. Même si officiellement il n’existe pas de débat conciliaire sur l’Inquisition, la correspondance diplomatique atteste l’existence d’un débat souterrain autour du problème. Leur analyse nous permet de coopérer au développement de deux lignes de force de l’historiographie actuelle sur l’Inquisition, telles que Jean-Pierre Dedieu et René Millar Carvacho les ont définies : insérer les questions sur le Saint-Office dans une perspective politique plus large et chercher de nouvelles sources non inquisitoriales qui puissent nous éclairer sur l’histoire du Saint-Office4.

6Le comte de Luna, Claudio Fernández Vigil de Quiñones est l’ambassadeur de Philippe II auprès du concile. Tandis qu’il arrive à Trente, le marquis de Pescara, Francisco de Ávalos, exerce ses fonctions. Leurs interlocuteurs à Trente sont les légats de Pie IV, notamment le cardinal Giovanni Morone, qui va présider le concile à partir de mars 1563. Cependant, une partie importante du travail diplomatique se déroule à Rome, où la Curie essaie de tenir les rênes du concile. Au début du concile, l’ambassadeur auprès du pape est Francisco de Vargas. Il est remplacé au début de 1563 par Luis de Requesens. Leur action est renforcée par la présence d’un ambassadeur extraordinaire, Luis de Zúñiga y Dávila, qui arrive à Rome en 1563.

  • 5 José I. Tellechea Idígoras, « Cartas y documentos tridentinos inéditos (1563) », Hispania Sacra, 16 (...)

7À Trente, Pedro Zumel, chanoine de Málaga, agit comme représentant de l’Inquisiteur Général et archevêque de Séville, Fernando de Valdés. En outre, le conseiller de l’Inquisition Ventura de Guzmán séjourne à Rome entre les mois de mai et de septembre de 1563 pour demander au pape d’obliger les évêques réunis à Trente à modérer leurs propos. Une partie de leur correspondance, archivée dans les volumes du procès contre Carranza, a été exhumée par le professeur Tellechea Idígoras5.

Un débat souterrain : l’Inquisition espagnole et le pouvoir des évêques

8Dans les instructions de Philippe II à ses ministres sur les points que le concile de Trente ne doit pas du tout aborder, il y a toujours un paragraphe sur les privilèges de l’Inquisition espagnole. Le roi craint que les légats ne suggèrent aux pères de parler de l’Inquisition. C’est pourquoi la volumineuse correspondance croisée entre Madrid, Rome et Trente aborde souvent le sujet.

  • 6 AGS, Estado (désormais E), 892, f. 136.
  • 7 E, 893, f. 101. Voir aussi 1213, f. 153.

9Le 2 novembre 1562, par exemple, le général observant de l’Ordre de Saint François, Cristóbal de Zamora, écrit à ce propos à Philippe II et au confesseur royal Bernardo de Fresneda. Zamora leur demande que l’ambassadeur du roi à Trente agisse en faveur du Saint-Office, « parce qu’il a entendu que certains prélats aboient après ce Saint Tribunal »6. Le roi fait immédiatement entrer ses diplomates dans le jeu : « On m’a averti que quelques prélats parmi nos sujets n’agissent pas en ce qui concerne le Saint-Office de l’Inquisition avec la chaleur et le zèle qu’ils devraient ». Il insiste sur l’importance de conserver l’autorité des inquisiteurs, car leur action explique l’absence d’hérésies dans les royaumes ibériques. Il ordonne à Vargas de défendre les prérogatives de l’Inquisition non seulement à cause « du grand fruit que le Saint-Office porte dans ces royaumes, mais encore de l’exemple et la crainte qu’il répand dans les autres »7.

  • 8 E, 893, f. 166 ; 895, f. 7.
  • 9 T, p. 231, le 23 août 1563.

10Néanmoins, Pie IV répond que plusieurs évêques espagnols comptent parmi ceux qui voudraient débattre du pouvoir de l’Inquisition8. Le pape magnifie sans doute certaines plaintes des évêques dans le cadre de sa lutte avec Philippe II pour contrôler le concile. Or, il semble clair que le roi fait crédit aux personnes qui abordent cette question. Ainsi, l’archevêque de Messine, Gaspar de Cervantes, se plaint dans une lettre à Guzmán : « Ici l’Inquisition a si peu d’aide que je ne sais plus quoi dire, sauf que le démon lui cherche toujours des entraves »9.

  • 10 E, 893, f. 183. Voir aussi T, p. 200. Une lettre semblable de l’évêque de Patti, Bartolomé Sebastiá (...)

11Depuis Trente, les sujets de Philippe II se hâtent de se justifier. Fernando Vellosillo, par exemple, théologien du roi à Trente, écrit à Philippe II le 30 mai 1563 : « L’évêque de Cuenca (Fresneda) m’a écrit que j’ai été calomnié dans la Cour de Votre Majesté comme étant homme qui dans ce concile a traité mal les affaires de son service et (qu’on dit) que je ne suis pas défenseur des prééminences du Saint-Office ni de son personnel ». C’est pourquoi il demande à l’ambassadeur du roi, le comte de Luna, d’attester qu’il a toujours défendu l’autorité du Saint-Office10.

  • 11 E, 1213, f. 60.
  • 12 T, p. 226 ; voir aussi p. 196.

12Philippe II avait-il raison de craindre les débats conciliaires ? Derrière les discussions sur le fondement théologique du pouvoir des évêques, le sujet majeur de la troisième étape du concile, a pu planer un doute que Pagnano, agent de Philippe II à Trente, expose ainsi : si le concile conclut que le pouvoir de l’épiscopat relève du droit divin, les évêques « ne devraient avoir aucune obligation ou compte à rendre à la juridiction séculière et moins encore à la juridiction spirituelle de l’Inquisition »11. D’après une lettre de Zumel, le 16 août 1563 : « Ces prélats (….) cherchent prééminences et exemptions, parce qu’ils veulent ici que l’Inquisition ni le roi, même pas le Pape, puissent leur donner ou leur prendre rien, s’ils pouvaient s’en sortir avec leur idées sur la juridiction »12.

  • 13 La réaction de Zumel : T, p. 217, 231.

13De toute façon, même si le pouvoir de l’Inquisition n’a jamais été entièrement examiné à Trente, il est certain que les problèmes dans les rapports entre les évêques et l’Inquisition sont parfois apparus. C’est le cas, par exemple, lorsque le concile envisage d’accorder aux évêques le pouvoir d’absoudre in foro conscientiae tous les cas réservés, ceux d’hérésie y compris13.

14Le comte de Luna demande aux légats d’enlever cet article. Néanmoins, ceux-ci répondent que « tous les prélats » demandent d’aborder cette question. Luna propose alors de restreindre l’absolution aux cas d’hérésie qui ne peuvent pas être prouvés, tout à fait individuels et cachés. L’évêque de Ciudad Rodrigo, Diego de Covarrubias, défend cette idée devant les autres pères, mais il n’est pas entendu, sous prétexte que le décret sera très utile en Italie.

  • 14 CT, IX, 891-981. Les votes mentionnés : p. 915 (Grenade), 824 et 923 (Brugnato), 945 (Pampelune), 9 (...)
  • 15 E, 652, f. 116. L’avis de Vargas : E, 895, f. 41. En 1564, le Conseil de Castille veut empêcher l’a (...)

15Covarrubias et Luna proposent alors d’ajouter une clause qui enlève cette faculté aux évêques des royaumes où il existe des inquisiteurs généraux. Ceci provoque l’opposition non seulement de plusieurs évêques italiens, mais aussi des « épiscopalistes » ibériques les plus en vue : les archevêques de Grenade, Pedro Guerrero, et de Braga, Bartolomé de Martyribus, ou l’évêque de Ségovie, Martín Pérez de Ayala. L’évêque de Salamanque, Pedro González de Mendoza, écrit dans son journal que l’évêque est « l’inquisiteur ordinaire » dans son diocèse. Néanmoins, seul l’évêque de Brugnato, le dominicain italien Antonio de Cucurno, demande explicitement qu’on aborde laréforme de l’Inquisition, mais sa demande est complètement ignorée. À vrai dire, peu d’évêques parlent ouvertement en faveur de l’Inquisition : parmi les Espagnols, les évêques de Lleida (Antonio Agustín) et de Pampelune (Diego Ramírez)14. En novembre 1563, 125 évêques votent contre la clause proposée par Covarrubias. Le décret octroie donc aux évêques le pouvoir d’absoudre les hérétiques in foro conscientiae. La bataille de Trente perdue, Luna suggère à Philippe II de demander un privilège du pape interdisant l’application de ce canon en Espagne15.

  • 16 José I. Tellechea Idígoras, El arzobispo Carranza y su tiempo, Madrid, Guadarrama, 1968.
  • 17 E, 652, f. 107.
  • 18 CT, IX, 748-887. Les votes : p. 800 (Guerrero), 828 (Ayala), 854 (Agustín), 859 (Covarrubias).

16Il en va de même à propos du décret qui veut que le pape soit le seul juge compétent pour les affaires criminelles impliquant des évêques. Bien évidemment le texte peut affecter l’Inquisition espagnole qui maintient l’archevêque de Tolède, Bartolomé de Carranza, en prison pour hérésie depuis 155916. Philippe II se met en colère : le 22 septembre 1563, il ordonne à Luna de lui communiquer le nom des promoteurs d’une telle mesure et lui ordonne d’en empêcher l’étude à tout prix17. Néanmoins, plusieurs prélats espagnols, comme Guerrero, l’approuvent. Pérez de Ayala, Antonio Agustín et d’autres évêques demandent que ces affaires puissent être jugées par les conciles provinciaux. En revanche, Covarrubias pense que les anciens canons suffisent et qu’il ne faut rien ajouter sur cette question18.

  • 19 E, 652, f. 116. Une lettre de Zúñiga, E, 895, f. 198.

17La clause provoque aussi les protestations des ambassadeurs français au concile. C’est dire que le décret touche un aspect fondamental : celui du contrôle de l’épiscopat par l’État ou par le Saint-Siège. Les diplomates réussissent à enlever la clause non obstantibus quibuscumque privilegiis. Cependant, après ses enquêtes à Trente, Luna est convaincu que le texte n’a pas été suggéré par des pères conciliaires, mais qu’il a été rédigé à Rome. Il reconnaît, néanmoins, que les évêques réunis à Trente l’ont très bien reçu19.

  • 20 E, 894, f. 102. Adriano Prosperi, Tribunali…, op. cit., p. 129-32.

18Pour la même cause, Philippe II s’occupe très activement d’un problème qui, apparemment, devrait peu le concerner : éviter que l’affaire du Patriarche d’Aquilée, Giovanni Grimani, évêque vénitien accusé d’hérésie par l’Inquisition romaine, puisse être réglée au concile, « ce qui pourrait avoir une mauvaise conséquence pour d’autres affaires ». Bien que traditionnellement les conciles aient condamné les auteurs hérétiques, ils ne peuvent pas aller jusqu’à juger les affaires des particuliers20. Malgré son avis, une commission conciliaire est chargée d’examiner les écrits de Grimani. L’archevêque de Grenade, Pedro Guerrero, et les évêques de Tortose, Martín de Córdoba, et de Ségovie, Pérez de Ayala, font partie de cette commission. Le 15 septembre 1563, elle déclare que les ouvrages de Grimani sont catholiques.

La XVIIIe session et ses conséquences : le sauf-conduit et l’Index

  • 21 E, 892, f. 153 ; 895, f. 133. Sur les problèmes provoqués par le sauf-conduit, même à l’Inquisition (...)
  • 22 E, 892, f. 16, 19.

19Théoriquement, l’un des principaux objectifs du concile est la comparution des protestants à Trente. Respectant la tradition, le 26 février 1562, le concile délivre un sauf-conduit leur permettant de se rendre à Trente sans être inquiétés. Or, au lieu de recopier le texte envoyé en 1551 aux protestants allemands, les pères introduisent à la demande de l’empereur Ferdinand Ier une nouvelle clause qui élargit son application à tous les hérétiques21. Vargas écrit rapidement au roi pour l’avertir du problème : ainsi rédigé, le sauf-conduit comprend les hérétiques jugés en Espagne par le Saint-Office22.

  • 23 E, 893, f. 65. Lettres à Pescara et à Luna : 1213, f. 2 et 163.
  • 24 AGS, PR, 21, n. 113. E, 892, f. 38.

20Philippe II ordonne à ses ambassadeurs d’obtenir l’exemption de ses royaumes. Il fait, encore, une apologie de l’Inquisition espagnole, qui d’après lui est la cause qui explique la situation excellente du catholicisme en Espagne. Pour le roi, il est très important que les inculpés par le Saint-Office en Espagne « comprennent qu’ils n’ont pas et qu’ils ne peuvent pas avoir recours ou chercher un subterfuge dans aucun autre lieu ni cour, et que leurs causes et affaires doivent être jugées et conclues seulement par ces ministres. N’importe quelle entrée, porte ou sortie qu’on leur donnerait dans cette affaire serait la ruine et la destruction totale de ces royaumes »23. Finalement, Pie IV accepte la pétition du roi et lui promet que l’on ne recevra à Trente aucun inculpé par les tribunaux espagnols24.

  • 25 Hubert Jedin, op. cit., v. IV-1, p. 44-5. La communication de Gigliola Fragnito montre que la censu (...)

21Lors de la XVIIIe session, les légats proposent aussi la révision de l’Index de livres interdits de 1558, qui est devenue indispensable parce que le rigorisme de Paul IV a freiné le développement des études théologiques25. Or lorsque la nouvelle arrive à Madrid, la Cour pousse un cri d’alarme : étant donné que l’Inquisition espagnole avait déjà publié en 1559 son propre Index, il se peut que le concile autorise des livres interdits en Espagne.

22Craignant le désaveu de l’Inquisition espagnole que cette situation entraînerait, Philippe II s’oppose fermement à l’initiative des légats. D’après sa lettre à Vargas du 26 avril 1562, la censure des livres ne relève pas de la compétence du concile. Celui-ci doit se borner à condamner les erreurs et à promulguer les dogmes qui inspireront l’action des universités et des censeurs de chaque royaume, à qui incombe la mission d’examiner chaque livre. En outre, la tâche semble impossible, tous les évêques réunis à Trente devant lire chaque livre et accorder leurs avis. Enfin, les conseillers du roi comprennent que l’affaire Carranza montre son nez depuis le début du concile.

  • 26 E, 893, f. 65.

23Dans la lettre, il y a une affirmation du roi très intéressante pour comprendre le rôle que la Couronne attribue aux Index dans le contexte de l’encadrement social et politique propre à la Contre-Réforme : les Index doivent interdire non seulement les livres qui soutiennent les hérésies, communes à toute la Catholicité, mais aussi tout le livre qui « contient des choses suspectes ou scandaleuses, ou présente quelque danger ou inconvénient, compte tenu de la situation des territoires et des circonstances, et de ce qui paraît convenable au vu de l’expérience, et d’autres justes considérations qui dépendent de maintes particularités et différences suivant la diversité des hommes et des territoires et les propriétés et spécificité de la langue » que les évêques étrangers ne peuvent pas comprendre26.

  • 27 E, 1213, f. 2.

24Le roi suggère aux légats d’occuper les prélats à l’examen d’autres questions. À Trente, Pescara doit exposer ses idées aux évêques espagnols, afin qu’ils empêchent toute tentative de réexamen des livres déjà interdits en 155927. Les légats n’abandonnent pas leurs projets, mais consentent à renvoyer la résolution à la fin du concile. À Trente, entre temps, une commission examinerait les textes des auteurs qui pourraient être réhabilités.

  • 28 E, 1213, f. 163. Le roi insiste le 10 août 1563 : E, 652, f. 94.

25Quoique lentement, cette commission conciliaire travaille à la révision de l’Index, ce qui dérange Philippe II, à en croire ses instructions à Luna le 20 octobre 1562. Philippe II reprend les idées déjà exposées et affirme : « Dans nos royaumes, où la censure a été faite par les ministres du Saint-Office de l’Inquisition avec des considérations justes et saintes, l’on ne peut absolument pas permettre que les livres qu’ils ont réprouvés et interdits soient réadmis »28.

  • 29 Hubert Jedin, op. cit., v. IV-2, p. 361. J. I. Tellechea Idígoras, « La aprobación del Catecismo de (...)

26Les pires craintes de Philippe II sont confirmées quand, le 2 juin 1563, la commission tridentine pour la révision de l’Index délivre un certificat d’orthodoxie au catéchisme rédigé par Bartolomé de Carranza. La commission a demandé leur avis à plusieurs théologiens parmi lesquels quatre prélats espagnols : l’archevêque de Grenade, Pedro Guerrero, et les évêques d’Ourense, Francisco Blanco ; d’Almería, Antonio Corrionero, et de León, Andrés Cuesta. Ces experts ont conclu que le livre de Carranza est tout à fait catholique29. Cependant, seuls six membres de la commission, dont aucun espagnol, participent à la session qui décide sur cette question, bien que le certificat octroyé aux agents de Carranza soit signé par onze membres de la commission.

  • 30 T, p. 206, 209.

27Zumel accuse plusieurs évêques espagnols de ne pas avoir su arrêter le coup. Il affirme que la décision de la commission est nulle et tout à fait irrégulière, parce que l’affaire étant commissionnée par le pape à l’Inquisition espagnole, le concile ne pouvait pas intervenir30.

  • 31 E, 652, f. 95.

28Philippe II, furieux, nie aussi la compétence de la commission conciliaire dans ce domaine. Il accuse les agents de Carranza d’avoir procédé subrepticement et avertit que leurs démarches ne vont pas profiter à l’archevêque. Le roi exige du pape le châtiment de tous ceux qui sont intervenus dans l’affaire, car elle est « la plus importante et essentielle qui pouvait nous être arrivée ». Cependant, il prévient que cette punition doit être appliquée sans nouvelle étude des livres ou du procès contre Carranza. Il se plaint amèrement de la réalisation de ses craintes sur la révision de l’Index : « On voit bien qu’il y avait des buts particuliers pour aborder ceci dans le concile, dont celui-ci a dû être un des plus principaux »31.

  • 32 T, p. 212, 220, 237, 245, 247.

29Or, à ce moment, l’action des agents du roi manque de coordination. D’un côté, Ventura de Guzmán ordonne à Zumel de ne rien demander ou laisser par écrit, de sorte que personne ne puisse dire que le Saint-Office a demandé l’intervention du concile. D’après eux, la commission ne doit plus intervenir dans l’affaire, même pas pour révoquer ce qui a été décidé. Il ne reste qu’à attendre la punition par Pie IV des responsables et le désaveu romain du concile32.

  • 33 Hubert Jedin, op. cit., v. IV-2, p. 362. Voir aussi T, p. 220.

30En revanche, l’ambassadeur Luna, qui n’a pas encore reçu les instructions royales, et quelques évêques espagnols veulent une rectification de la commission. Néanmoins, le président de la commission, l’archevêque de Prague, défenseur de l’orthodoxie du livre, résume l’avis de la majorité : « Le malheur du pauvre archevêque est d’avoir un diocèse tellement riche ; s’il en avait un pauvre, personne ne lui aurait imputé de telles calomnies »33.

  • 34 E, 652, f. 108, le 15 novembre 1563.

31Après plusieurs votes, les pères conciliaires espagnols se scindent : le groupe dirigé par Pedro Guerrero défend ouvertement l’orthodoxie du catéchisme, mais ils ne font pas partie de la commission. En revanche, les membres espagnols qui participent à la révision de l’Index, votent contre Carranza. Il s’agit de l’évêque de Lleida, Antonio Agustín, et des généraux des franciscains observants, Francisco de Zamora, et des jésuites, Diego Laínez. Finalement, Morone parvient à trouver une solution. La décision de la commission serait considérée comme inexistante et son certificat retiré en secret pour qu’elle ne soit pas obligée de se rétracter publiquement. Philippe II accepte l’idée de Morone et répète que l’Inquisition espagnole ne tiendra pas compte de ce qui a été fait à Trente sur le problème de Carranza. Au surplus, il réprimande son ambassadeur de l’avoir renseigné trop tard des démarches faites à propos de cette affaire34.

  • 35 T, p. 217. José I. Tellechea Idígoras, « Aprobación de la Guía de pecadores de Fray Luis de Granada (...)
  • 36 T, p. 243-4.

32Néanmoins, l’affaire de Carranza a deux conséquences. En premier lieu, il semble que certains auteurs persécutés cherchent à faire examiner leurs livres par le concile. C’est le cas, par exemple, de Luis de Granada et, d’après Zumel, de François de Borja35. En deuxième lieu, l’espoir des partisans de Carranza de voir transféré le procès à Trente est ravivé. Des prélats présentent un texte aux légats où ils affirment clairement que le pape doit aider l’archevêque, homme qui a publié plusieurs livres catholiques en défense de la Papauté. Les évêques iront chercher l’appui des princes séculiers s’ils pensent que le Saint-Siège cesse de les protéger36.

  • 37 E, 897, f. 15.
  • 38 E, 896, f. 3.
  • 39 E, 896, f. 27, 30 et 33. Le roi approuve ces démarches : 897, f. 46.

33La conclusion hâtive du concile ne permet pas la publication de l’Index à Trente. La XXVe et dernière Session du concile renvoie donc la publication de l’Index au pape. Philippe II ordonne à l’ambassadeur Requesens de veiller à ce que les livres interdits par l’Inquisition espagnole ne soient pas approuvés à Rome37. Mais l’ambassadeur observe que les agents de Carranza à Rome « sont ici très favorisés et que l’archevêque tient pour ses amis, ou pour mieux dire l’Inquisition pour ses ennemis, la plupart de cette Cour »38. La pression exercée par Requesens porte ses fruits : les évêques chargés de l’affaire lui assurent que l’Index aura une clause qui précise que le pape ne veut pas porter préjudice aux Index rédigés dans chaque province39.

  • 40 Hubert Jedin, op. cit., v. IV-2, p. 364-5.
  • 41 E, 896, f. 45 ; voir aussi f. 57 et Jesus Martinez de Bujanda, Index de Rome, 1557, 1559, 1564, Gen (...)

34Finalement, la publication officielle de l’Index a lieu à Rome le 14 mars 1564, quoique le texte soit communément appelé Index tridentin40. Requesens obtient que Pie IV accorde aux évêques et aux inquisiteurs généraux la faculté d’interdire dans leurs circonscriptions les livres admis par l’Index romain. En réalité, l’ambassadeur ne cherchait qu’à favoriser le Saint-Office, mais le Pape force aussi l’inclusion des prélats. Requesens ne s’en formalise pas : certes, il aurait préféré que les évêques n’aient pas ce pouvoir, mais il pense qu’« en Espagne, il est clair qu’ils ne vont pas l’utiliser sans la volonté de Votre Majesté et de l’Inquisition »41.

  • 42 Stefania Pastore, op. cit., p. 120-1.

35La correspondance des évêques espagnols et des ambassadeurs qui sont à Trente montre l’existence d’un débat souterrain autour de l’Inquisition espagnole. Un débat qui atteint son apogée lorsque la commission conciliaire qui rédige l’Index doit examiner les œuvres de l’archevêque Carranza. Stefania Pastore en a développé une analyse profonde. Elle considère que ce débat est la traduction, pour un groupe compact d’évêques, d’une contestation ouverte de l’orientation de la politique confessionnelle mise en œuvre par Philippe II. Ce groupe, qui défend l’extension des pouvoirs juridictionnels de l’épiscopat, a dû faire face à ce qu’elle appelle le « parti philo-inquisitorial », composé des évêques les plus dociles aux instructions du roi42.

36À notre avis, dans ce débat, les protagonistes principaux ne sont pas les évêques, mais les diplomates et surtout les deux monarques qui peuvent influencer l’Inquisition espagnole : Philippe II et Pie IV. Les discussions sur l’Inquisition ne sont qu’un élément supplémentaire dans les complexes rapports entre la Couronne et le Saint-Siège lors du concile. Affleure dans toutes les discussions entre le roi et le pape la rivalité dont l’enjeu est la maîtrise des domaines de contrôle exclusif du clergé. Il est normal que Philippe II craigne que ceux qui ont vu leur pouvoir amoindri par les prérogatives accordées à l’Inquisition espagnole n’essaient de regagner du terrain en saisissant l’occasion que le concile leur donne.

37Les lettres du roi montrent qu’il se méfie de l’attitude des évêques, prélats espagnols y compris. Et, au vu de leurs votes à Trente, peut-être avait-il raison, car l’épiscopat hispanique n’adopte pas une position uniforme dans les débats qui concernent l’Inquisition espagnole. Certains prélats, comme l’archevêque de Grenade Pedro Guerrero, veulent même renforcer les pouvoirs épiscopaux face à l’Inquisition. Mais il est à souligner que la seule possibilité que le conseiller Ventura de Guzmán puisse se rendre à Trente lors de son voyage à Rome provoque un grand désarroi parmi l’épiscopat espagnol. Ils sont nombreux à écrire à Guzmán pour l’assurer de leur loyauté au Saint-Office. Et les documents transcrits par Tellechea montrent l’existence d’une importante circulation de lettres contenant critiques, rumeurs, voire calomnies moyennant lesquelles les uns et les autres ont voulu s’attirer les sympathies de la Cour et de l’Inquisition.

  • 43 Adriano Prosperi, Il Concilio…, op. cit., p. 152. Sur le concept si proche de « pédagogie de la peu (...)

38Pourrait-on penser à une occasion manquée par les évêques réunis à Trente ? Finalement, ils ont montré majoritairement une grande timidité en tous les aspects concernant l’Inquisition. Les causes sont sans doute diverses : le manque de volonté de la Papauté, qui veut asseoir clairement la supériorité de la Curie romaine – la Congrégation du Saint-Office comprise-, sur le pouvoir des évêques ; la peur des évêques eux-mêmes, qui ont vu au cours de ces années quelques-uns des plus prestigieux d’entre eux affronter les procès de l’Inquisition (Pole, Carranza, Morone lui-même,…) ; la pression des pouvoirs civils sur l’épiscopat,… Il reste que, comme l’a dit Adriano Prosperi, « ce ne sont pas les évêques tridentins qui auront la charge de guider le peuple à travers les voies licites ni de lui montrer celles qui sont illicites. La pédagogie négative de la religion est mise entre les mains de l’Inquisition, à laquelle revient de décider de ce qui est correct, soupçonnable ou décidément hérétique »43. Le combat entre les évêques et les inquisiteurs, si combat il a eu, a été emporté par ces deniers.

  • 44 Jean-Pierre Dedieu, René Millar Corvacho, op. cit., p. 351.

39Notre contribution montre le rôle actif que Philippe II a joué dans le dénouement de ce combat. Tout au long des sessions conciliaires, il insiste sur le même leitmotiv : le concile non seulement ne doit pas débattre des prérogatives de l’Inquisition espagnole, mais il ne peut non plus rien décider qui puisse porter préjudice aux procès déjà entamés par les inquisiteurs de ses royaumes. Les sources citées renforcent l’idée de Dedieu et Millar Corvacho : on y voit « toute l’importance qu’a eue, pour le développement de l’Inquisition en Espagne ou au Portugal, l’appui constant d’une monarchie efficace qui a su déblayer, lorsqu’il en était besoin, l’espace juridictionnel nécessaire à son libre exercice », dans ce cas, en concurrence avec le pouvoir de l’épiscopat44.

  • 45 José Luís González Novalín, El Inquisidor General Fernando de Valdés, Oviedo, Universidad de Oviedo (...)

40Certes, l’attitude de Philippe II a pu être influencée par l’inquisiteur général, Fernando de Valdés. Sa présence active ne fait aucun doute dans les réunions des conseillers qui orientent la politique du monarque lors de la convocation de la troisième étape du concile, en 1560 et 1561. Néanmoins, il est plus difficile de préciser son poids durant le concile, auquel il n’assiste pas. Zumel et Guzmán lui adressent leurs rapports, mais il semble clair qu’en 1564 il ne joue plus un rôle essentiel dans la politique ecclésiastique de la Monarchie45.

  • 46 Bernardo Hernández, « La naturaleza de la Inquisición, ¿política o religiosa ? », Raphaël Carrasco, (...)

41La ferme attitude de Philippe II à ce propos pourrait aussi contribuer à envisager à nouveau le vieux débat sur la nature ecclésiastique ou politique du Saint-Office. Entre ceux qui croient que l’Inquisition était un instrument contrôlé par la Monarchie et ceux qui ont souligné son caractère ecclésiastique, une troisième voie s’est affirmée dans les dernières années : celle des historiens qui voient l’Inquisition comme un « troisième pouvoir » qui a su utiliser la double légitimité de son pouvoir pour se frayer un domaine autonome entre la Monarchie et la Papauté46.

42Devrait-on examiner cette idée à la lumière des derniers acquis historiographiques sur la confessionnalisation ? Certes, la période examinée ici est trop courte pour extrapoler. Néanmoins, la détermination et la constance des expressions de Philippe II en faveur de l’Inquisition durant la troisième étape du concile de Trente cadrent mal avec l’idée d’un fonctionnement autonome de l’Inquisition espagnole. Et, bien que le roi et le pape se soient opposés fortement sur plusieurs aspects du concile de Trente, en ce qui concerne l’Inquisition, l’accord semble toujours facile à obtenir. C’est peut-être que les tribunaux de l’Inquisition travaillent en réalité dans le sens voulu par les deux souverains : celui du contrôle des consciences et de la pensée dans les étroites limites de l’orthodoxie catholique. L’Inquisition semble être, plutôt qu’un pouvoir autonome, une zone d’intersection entre les deux institutions.

  • 47 Adriano Prosperi, Tribunali,…, op. cit., p. 42-6, 60-74.
  • 48 T, p. 53. Sur la réaction des prélats italiens, L. Carcereri, op. cit., p. 82-6 ; A. Tallon, op. ci (...)

43À cet égard, l’absence de décrets sur l’Inquisition au concile de Trente peut être comprise comme un pas en avant dans le contrôle des pouvoirs épiscopaux par les pouvoirs centraux. Ce n’est que dans les territoires comme Naples ou Milan, où ni l’Inquisition espagnole ni l’Inquisition romaine ne peuvent agir, que les évêques gardent leurs pouvoirs, bien qu’ils soient souvent forcés d’attribuer la charge de vicaire épiscopal aux clercs choisis par les inquisiteurs romains47. À Trente, par exemple, la seule nouvelle que Philippe II veut introduire l’Inquisition à Milan provoque l’indignation des évêques italiens. Cardillo de Villalpando doit déclarer publiquement « que l’Inquisition ne désavoue pas dans ce cas les ordinaires, mais qu’elle les appelle toujours à (participer à) ce qu’elle fait »48. Après le concile de Trente, les évêques ne sont plus en mesure de contester le pouvoir de l’Inquisition, en Espagne comme en Italie. Le Saint-Office devient un instrument qui vise à mettre sous le contrôle de la Monarchie en Espagne et de la Curie en Italie de nombreux aspects qui relevaient auparavant de l’autorité épiscopale.

Notes

1 Hubert Jedin, Historia del Concilio de Trento, Pampelune, EUNSA, 4 v, 1972-81. Alain Tallon, Le Concile de Trente, Paris, Cerf, 2000. Ignasi Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du concile de Trente, Paris, Publisud, 2001. Les actes, Concilium Tridentinum. Diariorum, Actorum, Tractatuum, 14 v, Gorres-Gesellschaft, Fribourg, 1901-85 (désormais CT).

2 Ricardo García Cárcel, Doris Moreno Martínez, Inquisición. Historia crítica, Madrid, Temas de Hoy, 2000, p. 33. Henry Charles Lea, Historia de la Inquisición española, Madrid, FUE, 1983, v. I, p. 654-5, 548-60. Ángel Alcalá, « Herejía y jerarquía. La polémica sobre el Tribunal de la Inquisición como desacato y usurpación de la jurisdicción episcopal », José Antonio Escudero, Perfiles jurídicos de la Inquisición española, Madrid, Universidad Complutense, 1989, p. 61-90. Agostino Borromeo, « Contributo allo studio dell’Inquisizione e dei suoi rapporti con il potere episcopale nell’Italia spagnola », Annuario dell’Istituto Storico Italiano per l’età moderna e contemporanea, 1977-8, p. 219-76.

3 Adriano Prosperi, Il Concilio di Trento : una introduzione storica, Einaudi, Turin, 2001, p. 143-6 ; Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Turin, Einaudi, 1996, p. 38-46, 117-34. Alain Tallon, « Le Concile de Trente et l’Inquisition romaine », Mélanges de l’École Française de Rome, 1994, 106-1, p. 129-59.

4 Jean-Pierre Dedieu, René Millar Carvacho, « Entre histoire et mémoire. L’Inquisition à l’époque moderne : dix ans d’historiographie », Annales HSS, 57-2, 2002, p. 353, 363

5 José I. Tellechea Idígoras, « Cartas y documentos tridentinos inéditos (1563) », Hispania Sacra, 16, 1963, p. 191-248 (désormais T). Sur ces personnages, Constancio Gutiérrez, Españoles en Trento, CSIC, Valladolid, 1951 ; José Martínez Millán, Carlos De Carlos, Felipe II (1527-1598). La configuración de la Monarquía Hispana, Salamanque, Junta de Castilla y León, 1998.

6 AGS, Estado (désormais E), 892, f. 136.

7 E, 893, f. 101. Voir aussi 1213, f. 153.

8 E, 893, f. 166 ; 895, f. 7.

9 T, p. 231, le 23 août 1563.

10 E, 893, f. 183. Voir aussi T, p. 200. Une lettre semblable de l’évêque de Patti, Bartolomé Sebastián : E, 893, f. 129.

11 E, 1213, f. 60.

12 T, p. 226 ; voir aussi p. 196.

13 La réaction de Zumel : T, p. 217, 231.

14 CT, IX, 891-981. Les votes mentionnés : p. 915 (Grenade), 824 et 923 (Brugnato), 945 (Pampelune), 944 et 948 (Ségovie). La citation de Mendoza, II, 711.

15 E, 652, f. 116. L’avis de Vargas : E, 895, f. 41. En 1564, le Conseil de Castille veut empêcher l’application du décret : AGS, PR, 22, 106. Sur le développement du débat et sur ses suites en Espagne après la fin du concile, Stefania Pastore, « Roma, il Concilio di Trento, la nuova inquisizione. Alcune considerationi sui rapporti tra vescovi et inquisitori nella Spagna del cinquecento », L’Inquisizione e gli storici : un cantiere aperto, Rome, Accademia dei Lincei, 2000, p. 109-46

16 José I. Tellechea Idígoras, El arzobispo Carranza y su tiempo, Madrid, Guadarrama, 1968.

17 E, 652, f. 107.

18 CT, IX, 748-887. Les votes : p. 800 (Guerrero), 828 (Ayala), 854 (Agustín), 859 (Covarrubias).

19 E, 652, f. 116. Une lettre de Zúñiga, E, 895, f. 198.

20 E, 894, f. 102. Adriano Prosperi, Tribunali…, op. cit., p. 129-32.

21 E, 892, f. 153 ; 895, f. 133. Sur les problèmes provoqués par le sauf-conduit, même à l’Inquisition romaine, A. Tallon, op. cit., p. 136-9 ; Luigi Carcereri, « Appunti e documenti sull’opera inquisitoriale del concilio di Trento nell’ultimo periodo (156163) », Rivista Tridentina, 1910, X-2, p. 75-9, 86-8.

22 E, 892, f. 16, 19.

23 E, 893, f. 65. Lettres à Pescara et à Luna : 1213, f. 2 et 163.

24 AGS, PR, 21, n. 113. E, 892, f. 38.

25 Hubert Jedin, op. cit., v. IV-1, p. 44-5. La communication de Gigliola Fragnito montre que la censure des livres avait provoqué des conflits entre évêques et inquisiteurs.

26 E, 893, f. 65.

27 E, 1213, f. 2.

28 E, 1213, f. 163. Le roi insiste le 10 août 1563 : E, 652, f. 94.

29 Hubert Jedin, op. cit., v. IV-2, p. 361. J. I. Tellechea Idígoras, « La aprobación del Catecismo de Carranza en Trento con noticias sobre la Comisión del Index (1563) », Scriptorium Victorieuse, 1987, p. 348-402.

30 T, p. 206, 209.

31 E, 652, f. 95.

32 T, p. 212, 220, 237, 245, 247.

33 Hubert Jedin, op. cit., v. IV-2, p. 362. Voir aussi T, p. 220.

34 E, 652, f. 108, le 15 novembre 1563.

35 T, p. 217. José I. Tellechea Idígoras, « Aprobación de la Guía de pecadores de Fray Luis de Granada en el Concilio de Trento », Hispania Sacra, 12, 1959, p. 225-7.

36 T, p. 243-4.

37 E, 897, f. 15.

38 E, 896, f. 3.

39 E, 896, f. 27, 30 et 33. Le roi approuve ces démarches : 897, f. 46.

40 Hubert Jedin, op. cit., v. IV-2, p. 364-5.

41 E, 896, f. 45 ; voir aussi f. 57 et Jesus Martinez de Bujanda, Index de Rome, 1557, 1559, 1564, Genève, Droz, 1990. L’Index tridentin influence la rédaction de l’Index espagnol de 1583 : Virgilio Pinto Crespo, Inquisición y control ideológico en la España del siglo XVI, Madrid, Taurus, 1983, p. 68-9, 77-82.

42 Stefania Pastore, op. cit., p. 120-1.

43 Adriano Prosperi, Il Concilio…, op. cit., p. 152. Sur le concept si proche de « pédagogie de la peur », Bartolomé Bennassar, L’Inquisition espagnole, XVe-XIXe siècles, Hachette, Paris, 1979, p. 105.

44 Jean-Pierre Dedieu, René Millar Corvacho, op. cit., p. 351.

45 José Luís González Novalín, El Inquisidor General Fernando de Valdés, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1968, t. I, p. 357-76.

46 Bernardo Hernández, « La naturaleza de la Inquisición, ¿política o religiosa ? », Raphaël Carrasco, L’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle (1478-1561), Paris, Ellipses, 2002, p. 115-21. Francisco Bethencourt, La Inquisición en la época moderna, Madrid, Akal, 1997, p. 368-72. En général, on suit Francisco Tomás y Valiente, « Relaciones de la Inquisición con el aparato institucional del Estado », Gobierno e instituciones en la España del Antiguo Régimen, Madrid, Alianza, 1982, p. 13-35.

47 Adriano Prosperi, Tribunali,…, op. cit., p. 42-6, 60-74.

48 T, p. 53. Sur la réaction des prélats italiens, L. Carcereri, op. cit., p. 82-6 ; A. Tallon, op. cit., p. 145.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540