Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et pouvoirs civils

Saint-Office, familles et conflits à Venise, le cas d’Alessandro Trissino (1540-1560 env.)

Holy Office, families and conflicts in Vicenza: the example of Alessandro Trissino (1550-1560)

Lucien Faggion

Résumé

A second reading of some legal proceedings taken by the Holy Office, may give an inkling of a backstage often covert reality going beyond plain religious dissent: families and their dissensions, rivalries degenerating into violent settlings of scores at the risk of toppling familial inner harmony, the determination of people in dispute to follow the institutional way - i.e. appeal to the Holy Office – to eliminate tough opponents or at least made out to be such. For example, the proceedings started in 1563 against Alessandro Trissino a nobleman from Vicenza reveal the social and familial stakes about honour and lineage purity, the existence of a powerful network of warring noblemen in Vicenza, as well as pressure groups vying for power in Venice.

Texte intégral

  • 1 Voir F. Ambrosini, Storie di patrizi e di eresia nella Venezia del ’500, Milan, 1999 ; A. Del Col, (...)
  • 2 Sur l’hérésie et les idées protestantes à Vicence, A. Olivieri, “Alessandro Trissino e il movimento (...)
  • 3 Sur l’Inquisition en Italie, voir E. Brambilla, Alle origini del Sant’Uffizio. Penitenza, confessio (...)

1La République de Venise a été un terrain favorable à la diffusion et à l’implantation du protestantisme1. Au début du XVIe siècle, Pier Paolo Vergerio, originaire de l’Istrie, apparenté à une famille du patriciat vénitien, s’était lancé dans une carrière ecclésiastique, puis avait adhéré à la nouvelle foi, en nourrissant la conviction que la Réforme ne pouvait pas s’épuiser, en Italie, dans une série d’expériences individuelles, mais au contraire nécessitait une base territoriale organisée et solide du point de vue politique, ainsi que le soutien déclaré d’un Prince. Selon lui, la République pouvait assumer cette mission importante. Se diffusent alors dans l’État vénitien, les idées évangéliques, anabaptistes, antitrinitaires où Padoue, grand centre universitaire, joua un rôle fondamental, tout comme la ville voisine, Vicence, qui se montra également sensible à la diffusion des idées nouvelles2. Dans la première moitié du XVIe siècle, le climat culturel et religieux à Vicence est très brillant, notamment dans le cercle de l’humaniste Giangiorgio Trissino qui s’intègre aussi bien dans les réseaux sociaux et politiques de sa ville natale, que dans ceux de la capitale et des grands centres culturels de l’Italie de l’époque. Cependant, le développement du protestantisme ne va pas sans soulever des difficultés, à Rome, où la congrégation du Saint-Office, appelée Inquisition romaine, est réorganisée en 1542, une institution dont le but est de réprimer l’hérésie3. La répression devait être conduite de façon systématique grâce aux différents tribunaux diocésains de l’Inquisition, gérés par celui de Rome. Soucieuse de son image d’État souverain et indépendant, Venise avait décidé que, pour rendre valables les décisions prises par le Saint-Office, il fallait que soient présents les membres d’une magistrature de la ville, spécialement créée pour l’occasion, en 1547, les Trois Sages contre l’Hérésie (Tre Savi all’eresia) ; dans la Terre Ferme, les recteurs étaient chargés d’intervenir. La création de cette magistrature constituait à la fois un compromis et une manifestation d’indépendance de la part du patriciat vénitien qui n’hésita pas à montrer sa réticence face à l’Inquisition romaine. Du reste, des divergences entre Venise et l’Inquisition devaient bientôt apparaître, divergences dues aux conflits d’intérêts et d’autorité entre les pouvoirs religieux et séculier, celui de l’État vénitien qui s’attribuait un droit de regard très étendu sur les dossiers étudiés. Le Conseil des Dix avait également contribué à lutter contre l’hérésie en intervenant lors d’une opposition entre les deux autorités et en incitant leurs propres collaborateurs et les recteurs du Dominio à signaler les cas de déviance religieuse.

2L’émergence du calvinisme, ainsi que sa propagation à Vicence, un des principaux foyers de l’« hérésie » dans l’État vénitien, ont mis en lumière trois figures sans doute emblématiques de la dissidence religieuse locale : Nicolò et Pietro Pellizzari, et le noble Alessandro Trissino. Si la diffusion et la consolidation des idées protestantes, entravées toutefois par les autorités dès les années 1560, sont aujourd’hui connues pour Vicence, il n’en est pas de même du milieu social et politique, des réseaux de connaissances, des systèmes de clientèles et de patronage dans lesquels ont vécu les « hérétiques » vicentins d’obédience calviniste. Dès 1540, des procès sont instruits contre des protestants de Venise et de la Terre Ferme, procès qui s’intensifient les décennies suivantes : Alessandro Trissino, issu d’un lignage ancien et puissant de l’aristocratie, est signalé à l’attention du Saint-Office qui le poursuit dès 1563, alors qu’il était âgé de 40 ans environ et le force à quitter définitivement les terres de la République pour les Trois Ligues où il réside jusqu’à son décès, survenu probablement en 1576. L’analyse du cas d’Alessandro Trissino contribue à rendre perceptible le jeu des alliances, les tensions et les rivalités existant au sein de la société locale et à Venise au milieu du XVIe siècle.

3L’intérêt porté par Alessandro aux idées protestantes ne remonte pas aux années 1560, qui correspondent à la phase de répression engagée par la République contre les groupes religieux dissidents. Déjà dans les années 1540, le noble vicentin témoignait un réel attachement à ce nouveau credo. L’inculpation d’Alessandro ne dépend pas uniquement des autorités laïques et religieuses, préoccupées par le maintien exclusif de la foi catholique ; elle s’explique également par la crise profonde qui déchire la Maison Trissino à l’époque. Il est ainsi légitime de s’interroger sur le retard des poursuites engagées contre ce noble qui avait pu, pendant plus de deux décennies, fréquenter les milieux cultivés de la capitale et de la Terre Ferme et discuter des idées venues de Genève ou du Saint Empire sans être importuné par les autorités vénitiennes. Au-delà de l’aspect purement spirituel déjà connu, il est nécessaire de réaliser une lecture nouvelle du procès instruit par le Saint-Office de Venise contre Alessandro Trissino, dont l’accusation, même fondée et légitime aux yeux des représentants de l’État et de l’Église de Rome, peut ne servir que de prétexte à un règlement de compte.

Alessandro Trissino et sa famille

  • 4 L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vic (...)

4Le procès instruit contre Alessandro Trissino n’est pas épais, mais apparaît néanmoins, en qualité de témoin, son frère Francesco, membre du Collège des Juges4, qui n’hésite pas à intervenir à plusieurs reprises pour le défendre, malgré les charges accablantes qui pèsent sur le noble calviniste vicentin. L’affaire qui pousse Alessandro à prendre finalement la fuite pour les Trois Ligues, où il décède dans les années 1570, jette le désarroi et la stupeur dans la Casa Trissino, qui connaît des conflits, d’une violence parfois exceptionnelle, depuis le début du XVIe siècle. L’accusation dont fait l’objet Alessandro contribue à mettre en lumière le sentiment de la pureté du lignage, les réseaux inter- et intrafamiliaux, ainsi que les rapports entretenus par des élites de la Terre Ferme avec le patriciat vénitien au XVIe siècle, période au cours de laquelle le pouvoir central intervient de façon très prononcée dans les querelles citadines du Dominio.

5Les Trissino font partie de l’aristocratie traditionnelle de Vicence, dominent la ville depuis plusieurs siècles et sont divisés en deux principaux lignages, appelés colonnelli : l’un, désignés « Miglioranza » ; l’autre, « Panensacco », lesquels se subdivisent à leur tour en une infinité de branches. Alessandro appartient aux « Miglioranza », il est le fils naturel de Giovanni, juge collégial, personnalité riche et influente, qui l’a élevé avec ses deux autres frères Francesco, lequel suit son père dans la carrière de juge, et Ludovico, malgré l’ostracisme qui caractérise l’aristocratie locale en matière de naissance illégitime, un ostracisme qui se reflète dans le règlement de la plupart des magistratures urbaines, parmi lesquelles le prestigieux Collège des Juges. Alessandro fait figure de principal intellectuel et théoricien de l’hérésie à Vicence : auteur d’un remarqué « Ragionamento », publié à Chiavenna en 1570, lors de son exil forcé, il s’insère dans des réseaux qui s’étendent à Lyon, à Genève et au nord de l’Europe. L’intense activité spirituelle et la forme de propagande religieuse d’Alessandro marque en définitive l’histoire du protestantisme à Vicence au milieu du XVIe siècle, mais permettent également de faire intervenir, même discrètement, les ennemis de sa famille, à l’affût des moindres faits et gestes pouvant les affaiblir sur le plan local et régional. Les Trissino connaissent, dans la seconde moitié du XVIe siècle, de graves difficultés liées au concept du sang pur que les testateurs ne manquent pas de rappeler à l’attention de leurs descendants : aussi bien les « Miglioranza » que les « Panensacco » s’efforcent de mettre de l’ordre dans leurs affaires privées, afin d’éviter que l’héritage, objet de tant de convoitises intrafamiliales, soit perdu ou dispersé.

  • 5 C. Povolo, L’intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seic (...)

6Malgré ses qualités intellectuelles, Alessandro ne bénéficie pas nécessairement d’une place enviable au sein de la maisonnée Trissino, du fait de son statut de fils naturel et de protestant convaincu, et les rivalités entre les différentes branches se dessinent peu à peu. La quête de l’honneur individuel et familial fait ainsi surgir de vives tensions qui peuvent être résolues soit par le recours aux institutions, évitant toute confrontation avec les autorités vénitiennes, soit par la violence, qui suppose une intervention légitime de la capitale et une réparation effectuée aux dépens des Trissino, obligés de s’en remettre à une instance externe pour la résolution de leurs propres litiges et craignant l’infamie, au cas où une confiscation des biens était décidée par la classe dirigeante de la République. Les dissensions se trouvent en outre relayées par l’appartenance des différentes branches Trissino à l’un des deux clans qui sèment consternation et terreur à Vicence : les Capra et les da Porto, qui figurent parmi les familles les plus en vue de l’aristocratie traditionnelle et décident du sort des factions qui surgissent dans la ville et l’arrière-pays5.

  • 6 Archivio di Stato de Vicenza (désormais : A.S.Vi), Archivio Trissino, carton 330, f. 1-15v.

7Il est probable que les premiers éléments de crise et de clivage à l’intérieur de cette Maison remontent à 1483, lorsque Gasparo, père de l’humaniste Giangiorgio, rédige son testament : c’est alors qu’il met un accent particulier sur la pureté du lignage, les naissances légitimes qui seules peuvent assurer honneur et prestige à la famille6. Cette idée portée sur la pureté du lignage se retrouvent auprès d’autres familles nobles de la Terre Ferme, tout comme dans les multiples branches Trissino aussi bien chez les « Miglioranza » que chez les « Panensacco » qui ne se privent pas de l’exprimer dans le courant du XVIe siècle. Quoique enfant naturel, Alessandro vit avec sa famille et fréquente la haute société vicentine et vénitienne : au sein même de sa lignée, il jouit d’une relative liberté que l’accusation d’hérésie vient pourtant perturber et remettre en question l’équilibre du lignage sans doute déjà très précaire, en raison des rivalités qui sont apparues durant la première moitié du XVIe siècle.

  • 7 Voir F. Ambrosini, op. cit.

8Le frère d’Alessandro, le juge collégial Francesco, connaît les rouages des institutions juridiques de Vicence et de Venise, il maîtrise le droit justinien, le ius commune, appliqué dans l’ensemble de la Terre Ferme, précieux instrument au service des aristocraties urbaines, qui défendent leurs propres prérogatives face à Venise, au nom des liens du sang, les vengeances nobiliaires se trouvant légitimées du point de vue juridique par les Consulats et les Collèges des Juges citadins du Dominio. Le rôle assumé par Francesco permet de faire ressortir les réseaux de connaissance et les systèmes de clientèles qui existent dans la République et auxquels appartient également le protestant Alessandro. De par son activité professionnelle et les liens tissés par les siens depuis plusieurs décennies, Francesco est poussé à fréquenter les cercles vénitiens, les tribunaux de la capitale et les réseaux de pouvoirs du patriciat, auprès duquel il peut trouver des appuis indispensables au salut de son frère calviniste, malgré l’opprobre qui touche la famille Trissino. Francesco parvient à gagner la caution d’une partie de l’aristocratie de la lagune, qui témoigne d’un intérêt très prononcé pour les idées nouvelles provenant du Nord7. Cette affaire qui trouble l’équilibre de cette branche des « Miglioranza » doit être saisie avec une autre qui concerne, à la même époque, le cousin Giulio Trissino, fils de l’humaniste Giangiorgio, chanoine suspecté de sympathiser avec les idées protestantes, bénéficiant de soutiens auprès des membres du patriciat de Venise, qui ne supportent pas les injonctions de Rome destinées à le faire emprisonné. Cultivé, brillant, intégré dans le monde vénitien, Alessandro paraît également profiter, du moins au début, d’une certaine complaisance auprès de ses amis et de ses patrons de la lagune. Dans les années 1558-1562, avant d’être tenu de se présenter au Saint-Office en 1563, il fréquente les cercles de plusieurs patriciens vénitiens, parmi lesquels il est possible de compter Vittore Pisani, Girolamo et Zaccaria Dolfin, Felice Bon, Vittore Correr, Giovanni Paolo Contarini et Marino da Pesaro. Des nobles vicentins étaient également intégrés dans ces réseaux, tels que Giulio et Tiberio Piovene, les juges collégiaux Ghellino Ghellini et Fabio dalla Scroffa.

  • 8 A.S.Vi, Archivio Notarile (désormais : AN), Iseppo Trissino, 22 décembre 1545. Iseppo Trissino rapp (...)
  • 9 A.S.Vi, Corporazioni Religiose Soppresse, carton 2848, procès d’admission au Collège des Juges de C (...)
  • 10 A.S.Vi, AN, Vicenzo Piovene, carton 6861, 28 juillet.

9Alessandro avait déjà soulevé, en décembre 1545, des difficultés au sein de sa propre famille, alors qu’il se faisait saisir par un officier du recteur de Vicence : le notaire de la famille, Iseppo Trissino, rédige ainsi dans la demeure du juge collégial Achille Trissino, en présence de deux nobles vicentins, Battista Thiene, fils du célèbre jurisconsulte Ferdinando, et Antenore Sangiovanni, un compte rendu, peu précis, des événements qui ont valu la mobilisation des principaux membres de la famille et la présence nécessaire et obligée de deux témoins8. Son frère Francesco, ainsi que Achille défendent la cause d’Alessandro qui s’était présenté de façon sans doute intempestive à un repas de mariage, armé. Le port d’armes avait aussitôt alerté les représentants des autorités vénitiennes qui se trouvaient non loin de là. Cette branche des « Miglioranza » cherche à préserver l’honneur de la Maison et tente d’atténuer la gravité des faits reprochés au jeune Alessandro en faisant appel aux membres influents de la famille Trissino. Pris isolément, cet incident traduit simplement un esprit de caste où la défense du nom et d’un de ses membres s’avère primordiale. Toutefois, si on élargit le cercle à d’autres branches de la famille, l’épisode de 1545, aussi banal qu’il puisse paraître, et le cas d’Alessandro lui-même prennent un éclairage différent : il figure comme un indice des tensions très vives, voire explosives, qui animent la Casa Trissino depuis le début du XVIe siècle. L’année 1545 est marquée par deux autres événements qui peuvent contribuer à éclairer d’une façon singulière la vie de la Maison et exprimer les rapports de force qui s’instaurent entre les différents membres du colonnello « Miglioranza » : en avril, Ciro conclut le contrat de mariage avec Laura Thiene, en présence de ses frères Girolamo et Francesco Thiene, de Ferdinando Thiene, du chevalier Giovanni Thiene, du juge Achille Trissino et de Bernardino da Porto9 ; en juillet, Giovanni Trissino, le père d’Alessandro, décide de tester et établit le partage des biens familiaux entre ses deux fils Francesco et Ludovico, laissant à son fils né d’une liaison adultérine une somme d’argent de 40 ducats que les héritiers sont tenus de verser chaque année, lors de la fête de saint Martin10.

Le rôle du Saint-Office dans la logique de la réparation intrafamiliale

10Les tensions qui conduisent à la dénonciation d’Alessandro et à la convocation de celui-ci à se présenter à l’Inquisition rendent perceptibles les rivalités existant au sein même de la Maison Trissino, tous lignages confondus. Une nouvelle branche, les « Vello d’Oro », issus des « Miglioranza », suscite jalousie et rancune, car ils sont riches et puissants, jouent un rôle de premier plan aussi bien à Vicence qu’à Venise et à Rome.

11Les différends au sein des Trissino commencent avec Giangiorgio, l’illustre homme de lettres, connu dans les prestigieux foyers culturels que comptait l’Italie d’alors, dévoué à Charles Quint qu’il suivit même à Bologne pour son couronnement, qui avait conclu deux mariages, lourds de conséquences, au sein même de la Maison Trissino : il épousa d’abord Giovanna Trissino, de laquelle union naquit Giulio ; puis, après son décès survenu en 1505, il épousa en 1523 Bianca Trissino, fille du juge Nicolò et veuve, depuis 1522, d’Alvise Trissino. De cette union naquit Ciro, le second fils de Giangiorgio. Ces mariages sont à l’origine de graves dissensions au sujet de l’héritage et mettent en opposition toute la Maison Trissino, les deux colonnelli « Miglioranza » et « Panensacco », avec un système très complexe et enchevêtré d’alliances et de solidarités, de clientèles et de patronage. Le chanoine Giulio se voit déshérité au profit de son demi-frère cadet, Ciro, par son père Giangiorgio. Cette contestation entre les frères Giulio et Ciro nourrit l’exaspération de la parenté du chanoine qui le soutient ouvertement, mais doit se défendre des menées de Ciro et de ses alliés, également puissants et influents.

  • 11 Giangiorgio Trissino indique en effet dans son testament de 1549 : « e, per essere io a Roma, havev (...)

12Les antagonismes opposant Giangiorgio Trissino et son fils aîné Giulio ne restent pas isolés et protégés par une quelconque loi du silence : le colonnello des « Miglioranza » se trouve en conflit déclaré pour l’héritage qui concerne la branche « Dal Vello d’Oro ». Contre les intérêts de Giangiorgio se manifestent les familles de sa première épouse Giovanna Trissino, fille du juge Francesco, de sa seconde épouse Bianca, fille du juge Nicolò et, enfin, les descendants d’Alvise, avec qui Bianca avait précédemment vécu. Il est ainsi évident que le juge Gasparo, fils d’Alvise et de Bianca, tout comme le juge Pietro Francesco, cousin de ce dernier, revendiquent une partie des biens maternels. Les prétentions, les ambitions s’étendent à d’autres branches de la Casa, en particulier à la parenté de Giovanna, dont le frère Giovanni soutient depuis le début du litige son neveu Giulio, au même titre que la lignée collatérale de Cristoforo, cousin de Bianca. Aidé et encouragé par la parenté de sa défunte mère, Giulio réclame non seulement le nécessaire pour vivre décemment, mais aussi la portion qu’il estime lui revenir de l’héritage maternel. Selon Giangiorgio, Giulio a tenu des propos agressifs et dénués de respect envers son frère cadet, ce qui l’amène à ignorer les prétentions de son fils aîné : il commence à offrir à Ciro la maison et les biens de Cricoli, lieu prestigieux situé au nord de la ville de Vicence qui regroupait des hommes de lettres, puis à lui céder les maisons et les terres possédées dans la vallée de l’Agno (Quargnenta, Cornedo) et, enfin, à lui vendre sa demeure de Vicence. Ciro, le fils cadet, devient ainsi le propriétaire des biens paternels qui échappent au frère aîné. Protégé par son père, Ciro est en conflit ouvert avec Giulio, la parenté de Giovanna et ses amis qui sont nombreux à Vicence. Les désaccords entre le père et Giulio semblent très difficiles à résoudre, étant donné la puissance du réseau d’alliance en faveur de son fils aîné. Ce différend permet de comprendre les raisons qui ont poussé le père à rédiger plusieurs testaments : le premier, du 11 octobre 1543, et le second, du mois d’octobre 1549. Le testateur confie à la République de Venise, au Conseil des Dix, le soin d’exécuter ses dernières volontés, un procédé qui lui permet d’échapper au monde vicentin dominé par des nobles qui ne lui sont pas forcément favorables : une telle décision révèle l’existence de rapports très tendus entre les deux frères. Dans le premier testament, Giangiorgio ménageait son fils aîné en lui accordant des ressources suffisantes pour sa subsistance ; en revanche, dans le second testament, il exclut Giulio de l’héritage paternel. L’argument qu’il utilise est lourd de conséquence et exaspère la situation déjà tendue, voire même compromise entre les deux frères et les différents lignages Trissino. Giulio est ouvertement critiqué pour adhérer aux idées protestantes, ce qui, du point de vue juridique, le prive naturellement de l’héritage11.

  • 12 Voir, par exemple, ce que Giulio a écrit à ce sujet : Biblioteca Civica Bertoliana de Vicence, ms. (...)

13Alessandro dépend ainsi du groupe qui s’est mis du côté du chanoine Giulio et s’oppose à la branche à laquelle appartient Ciro, le très riche membre des « dal Vello d’Oro » qui est à l’origine de multiples convoitises provenant des autres branches des « Miglioranza » et dispose de surcroît de nombreux soutiens à Vicence, à Venise et à Rome. À ces appuis indispensables s’ajoutent ceux accordés par la parenté de la mère de Ciro, Bianca, mais aussi de nouveaux et redoutables antagonistes qui avancent de grandes prétentions sur le legs maternel. Ces quêtes de plusieurs héritages enveniment la situation familiale, suscitent des rivalités qui ne peuvent pas apaiser la situation difficile existant chez les Trissino, entre Ciro, légitime héritier, reconnu par son père, et Giulio, fils délaissé, auquel seule une fonction de chanoine est conférée, mais à qui il ne manque pas toutefois divers appuis octroyés par des membres éloignés de la famille. Tout comme pour Alessandro, mais de façon plus insidieuse, le chanoine Giulio est soupçonné de pactiser avec les idées protestantes, ce qui ne manque pas de soulever des difficultés avec l’Église, à l’avantage de Ciro, sans doute responsable de cette accusation qui lui permettait de se libérer de son frère12. Au décès de leur père Giangiorgio, en 1550, les deux frères se trouvent dans un conflit qui reste tendu jusqu’à la fin de leur existence, mais Ciro est néanmoins parvenu à ses fins, par le truchement de la loi et l’intervention d’une magistrature, le Saint-Office.

14L’alternative censée apaiser les différends existant au sein de la Casa Trissino réside dans l’accusation d’hérésie qui met un terme aux tensions intrafamiliales. Ciro n’a pas hésité à mettre en avant les liens qui unissaient son frère aîné à Pellegrino Morato, qui diffusait à Vicence les nouvelles idées protestantes, et à son cousin Alessandro. Ciro Trissino utilise les voies légales offertes par la société de son temps pour anéantir ses ennemis et gérer, seul, l’immense patrimoine laissé par son père. Les rivalités se déploient dans le champ judiciaire, dans les litiges liés à l’héritage, sans menacer l’intégrité physique des membres des différents lignages de la Casa Trissino. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, les Trissino comptent cinq juges dans le puissant Collège citadin : Girolamo (1537-1569), Achille (1539-1569), Francesco (1544-1578), Gasparo (1549-1591) et Pietro Francesco (1558-1605). L’autorité conférée par le droit, le ius commune, permet à ces experts juridiques de s’immiscer dans les affaires familiales sans affecter la stabilité et la cohésion de la Maison. Très prudents, ils ne se privent pas néanmoins de soutenir et d’encourager leurs amis pour faire opposition à des membres rivaux de leur parenté. La branche « dal Vello d’Oro », qui ne compte pas de juges collégiaux, est représentée par Pompeo, le fils de Ciro, qui a étudié le droit à l’université et tient à mener une activité ecclésiastique à Rome. Les conflits sont de nature pacifique, concernent la justice civile, des causes de baux, des achats, des ventes, des héritages, des inventaires de biens. Toutefois les rivalités encore vives éclatent dans la seconde moitié du XVIe siècle et suivent un rituel rationnel. Le langage de la violence paraît peu à peu s’installer dans l’espace de la famille divisée et déchirée.

  • 13 A.S.Vi, AN, Vicenzo Piovene, carton 6861.
  • 14 C’est ainsi que Giovanni Trissino désigne, dans son testament, comme exécuteurs testamentaires Giro (...)

15La dénonciation au Saint-Office d’une probable adhésion de Giulio aux idées protestantes provoque une rupture définitive de l’équilibre familial qui détermine, indirectement, le sort du cousin Alessandro : bénéficiant au début du patronage d’une partie de la classe dirigeante vénitienne, férue de liberté républicaine et opposée au pouvoir romain, Giulio est toutefois abandonné et livré à son sort en 1573, date à partir de laquelle les appuis ne lui sont plus assurés et l’emprisonnement inéluctable et immédiat : il meurt ainsi dans les geôles de l’Inquisition de Venise en 1577. Alessandro Trissino a payé fort probablement les liens que ses deux frères et plusieurs de ses cousins avaient exprimé pour le chanoine Giulio, avec lequel il avait lui-même entretenu une solide amitié. Il est probable que Ciro, le grand rival, se soit débarrassé de ses ennemis en recourant à une arme efficace et légale qui était celle de la dissidence religieuse, à une période où l’État vénitien commençait à se mobiliser davantage contre les idées protestantes, afin d’éviter des ingérences de Rome, et où les idées post-tridentines gagnaient peu à peu les diocèses de la République de Venise. C’est ainsi que Ciro s’était contenté de se servir de la politique de répression menée par l’État pour éliminer tout d’abord son frère qui réclamait toujours une partie des biens paternels et ses alliés. Le recours à l’Inquisition permet également d’éliminer les membres de la famille issus d’une liaison adultérine : l’hypothèse d’une éviction d’Alessandro pour cause de naissance illégitime ne doit pas, malgré tout, être écartée. Les tensions qui gravitaient autour de l’héritage reposaient inévitablement sur la naissance légitime, la pureté du sang qui n’avaient pas cessé de préoccuper les élites de la République de Venise au XVIe siècle et qui justifiaient une réelle reconnaissance du legs par l’entourage de la maisonnée : les testaments rédigés par certains membres des « Miglioranza » dévoilent une stratégie précise qui témoigne de leurs préoccupations pour l’honneur du lignage, le sort de leur descendance et de leurs biens. Les Trissino cherchent à protéger leur patrimoine grâce au fidéicommis. Les vives tensions existant dans les lignages de cette Casa, mais aussi dans d’autres familles nobles de la Terre Ferme, laissent sans doute craindre le pire aux testateurs qui insèrent une clause défensive dans leurs testaments, afin de s’assurer la pérennité de leur patrimoine : il était en effet stipulé la plupart du temps que le membre de la famille qui s’était rendu coupable d’un acte criminel se voyait privé d’office de l’héritage qui revenait dès lors au membre le plus proche non entaché par un tel délit, afin que l’État ne s’approprie pas des biens familiaux. C’est en ces termes dénués d’équivoques que s’expriment Galeazzo en 1550, le juge Gasparo en 1569, Iseppo en 1572 et Ciro en 1575, mais également le père d’Alessandro qui teste le 28 juillet 154513. Les testateurs rendent également perceptible le jeu des alliances qui forment le lignage et paraissent défendre une identité commune face aux menaces constituées par les faide meurtrières qui caractérisent Vicence dans les dernières décennies du XVIe siècle14.

16Les rivalités, pourtant, ne connaissent pas de trêves : ainsi, au sein du colonnello Panensacco, plusieurs meurtres sont commis entre 1540 et 1583, et ont pour motif l’héritage, ainsi que la pureté du lignage. Lelio Trissino décide, en décembre 1581, de faire assassiner son frère Leonida, car celui-ci souhaitait épouser sa domestique Aquilina avec laquelle il avait eu deux enfants. Fidèle à une telle logique, le même Lelio s’était naturellement empressé d’accorder une dot à la servante qui avait vécu à ses côtés en qualité de concubine. Les enjeux étaient ainsi considérables et certains membres n’hésitaient pas à commettre l’irréparable pour avoir satisfaction.

17Jusqu’en 1573, les différends entre Giulio et Ciro, ainsi que les difficultés soulevées par Alessandro, ont suivi les voies légales, les poursuites du Saint-Office contre Giulio et Alessandro étant dues à Ciro, qui disposait d’un excellent réseau de connaissances et d’amis à Rome, afin que ceux-ci interviennent à Venise et réduisent au silence les ennemis de la branche « Dal Vello d’Oro ». Les autres conflits, connexes, liés aux deux frères en querelle, suivent également une procédure judiciaire qui n’entache pas l’équilibre, certes précaire, de cette lignée nouvelle et prestigieuse, ni même l’intégrité physique des membres de cette maison de l’aristocratie vicentine. Toutefois, avec l’emprisonnement de Giulio et les poursuites menées contre le cousin Alessandro, obligé de fuir, les tensions ne cessent d’augmenter. Les difficultés familiales ne trouvent une véritable issue que dans le langage de la violence, la seule en mesure de pacifier et de rétablir un équilibre, même fragile, imposé de l’extérieur : après le recours au Saint-Office, sollicité par Ciro désireux d’éliminer ses adversaires, il revient à l’État lui-même de casser la logique de la vengeance nobiliaire et la force des réseaux « dormants », en instaurant ses propres codes de résolution et de conduites.

Notes

1 Voir F. Ambrosini, Storie di patrizi e di eresia nella Venezia del ’500, Milan, 1999 ; A. Del Col, L’Inquisizione nel patriarcato e diocesi di Aquileia, 1557-1559, Trieste, 1998 ; G. Gullino (éd.), La Chiesa di Venezia tra Riforma protestante e Riforma cattolica, Venise, 1990 ; J. Martin, Venice’s Hidden Enemies. Italian Heretics in a Renaissance City, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1993. Cette étude présente les premiers résultats d’une recherche plus ample qui concerne l’ensemble de la famille Trissino entre 1480 et 1660 environ, les alliances, les systèmes de clientèles et de patronage à la tête desquels elle s’est trouvée impliquée. Une attention particulière est prêtée également au rôle joué par les notaires auprès de cette puissante Maison et dans son entourage, mais aussi dans le village Trissino, situé à l’entrée de la vallée de Valdagno, au nord-ouest de la province de Vicence. Voir L. Faggion, « Les notabilités rurales dans le Nord-est de l’Italie au XVIe siècle : les notaires, entre élites locales et aristocratie urbaine » (Actes du Colloque « Construire des Mondes », Aix-en-Provence, octobre 2001, à paraître), mais également Id., « Affanni, trahison et justice à Venise au XVIe siècle », Laboratoire italien (à paraître) et Id. « Disordini in una famiglia dell’aristocrazia vicentina : i Trissino nella seconda metà del ’500 » (Actes du Colloque « Il linguaggio della violenza », Capodistria, octobre 2001, à paraître). Le procès relatif à Alessandro Trissino se trouve à l’Archivio di Stato de Venise, Sant’Uffizio, carton 19.

2 Sur l’hérésie et les idées protestantes à Vicence, A. Olivieri, “Alessandro Trissino e il movimento calvinista vicentino del Cinquecento”, Rivista di storia della Chiesa in Italia, 21 (1967), p. 54-117 ; Id., Riforma ed eresia a Vicenza nel Cinquecento, Rome, 1992.

3 Sur l’Inquisition en Italie, voir E. Brambilla, Alle origini del Sant’Uffizio. Penitenza, confessione e giustizia dal medioevo al XVI secolo, Bologne, 2000 ; A. Prosperi, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Turin, 1996. Sur l’hérésie en Italie, lire également D. Cantimori, Eretici del Cinquecento e altri scritti, Turin, 1992 ; F. Chabod, Per la storia religiosa dello Stato di Milano durante il dominio di Carlo V. Note e documenti, Bologne, 1938 ; M. Firpo, Riforma protestante ed eresie nell’Italia del Cinquecento, Rome-Bari, 1993 ; A. Prosperi, L’eresia del Libro Grande. Storia di Giorgio Siculo e della sua setta, Milan, 2000 ; S. Seidel Menchi, Erasme hérétique. Réforme et Inquisition dans l’Italie du XVIe siècle, Paris, 1996.

4 L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l’époque moderne (1530 env.-1730 env.), Genève, 1998.

5 C. Povolo, L’intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, 1997.

6 Archivio di Stato de Vicenza (désormais : A.S.Vi), Archivio Trissino, carton 330, f. 1-15v.

7 Voir F. Ambrosini, op. cit.

8 A.S.Vi, Archivio Notarile (désormais : AN), Iseppo Trissino, 22 décembre 1545. Iseppo Trissino rapporte ainsi les événements qui scandalisent les membres de la famille Trissino : « Ibique cum sit quod de mense preterito Alexander filius naturalis quondam Magnifici equitis et doctoris captus fuerit per offciales Clarissimi Domini Potestatis in domo m.ri Vincentii Baslarii (ou : Bastarii) habitatoris prope plateum bladorum quo idem Alexander se contulerat ad nuptias D. Corone filie dicti m.ri Vincentii ex causa delationis armorum ; propterea per dicti officiales ut dum vidissent ipsum Alexandrum ingrendi dictum domum a longe et dum deponuisset capa et arma pro sedendo ad mensam nuptialem dictis officiales domum ipsam ingresse eum cepereunt super tecto ispius domus quo ipse Alexander audito strepitu introventii ( ?) confugerat (…) ».

9 A.S.Vi, Corporazioni Religiose Soppresse, carton 2848, procès d’admission au Collège des Juges de Ciro Trissino (1.08.1653).

10 A.S.Vi, AN, Vicenzo Piovene, carton 6861, 28 juillet.

11 Giangiorgio Trissino indique en effet dans son testament de 1549 : « e, per essere io a Roma, haveva (Giulio) eletto doi li Arbitri, e l’uno era figliolo di una sorella di sua madre, il quale era eretico e luterano, come lui, e l’altro era stato sur Advocato e Consultore contre me (…) » ; « (…) io totalmente exheredo, et privo il prefato M. Giulio di ogni successione de le facoltà mie per qualunque nome io possiedo, et prohibisco ogni azione, o ragione, che o per legitima, o per altra cosa potesse havere nela detta mia eredità : e questa tale privazione faccio, oltre le predette ingratitudini, ancora per essere egli eretico et rubello de la Religione Cattolica e Christiana et de la Santa Sede Apostolica, et ancora lo faccio, acciò che la robba, che m’hanno lasciato i miei Progenitori, vada con quelli pochi meglioramenti, che li ho fatti, nei nostri posteri e descendenti, e, mancando quelli, vada ne l’Ill.mo Dominio e non sia da la costui malignità biscacciata, et privatane la nostra posterità » ; B. Morsolin, Giangiorgio Trissino o monografia di un letterato del XVI secolo, Vicence, 1878, p. 513-514.

12 Voir, par exemple, ce que Giulio a écrit à ce sujet : Biblioteca Civica Bertoliana de Vicence, ms. 447, f. 87.

13 A.S.Vi, AN, Vicenzo Piovene, carton 6861.

14 C’est ainsi que Giovanni Trissino désigne, dans son testament, comme exécuteurs testamentaires Girolamo Trissino, le révérend Giulio, fils de Giorgio Trissino, et son neveu, Achille Trissino. Les différentes lignées se retrouvent ainsi réunies et solidaires des intérêts de la Casa. Mais la dictée de son testament se réalise en présence du fameux juriste Ferdinando Thiene, avec lequel il est apparenté, et Benedetto Trissino.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540