Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et pouvoirs civils

L’Inquisition et les autorités locales : Casale Monferrato en 1628

The Inquisition and civilian authorities: Casale Monferrato in 1628

Albrecht Burkardt

Résumé

Starting from a report of 1628 by the inquisitor of Casale, this contribution analyzes the working conditions of the Holy Office in the capital city of Monferrato. The conditions were poor, it seems, since the civilian authorities controlled the court by manipulating men-at-arms and through the activities of a Dominican collaborator. The problems are partly linked to the inquisitor (which was to be dismissed the following year); but they illustrate structural conflicts, with civilian authorities (which tried to control the Inquisition for reasons of state), as well as with the convent housing the court, the latter being, in the monks’ opinion, an obstacle to the good relations within the community.

Texte intégral

  • 1 Cf. Albrecht Burkardt, « “Paese da gente […] che non giovano parole” : l’Inquisition romaine face a (...)

1Lorsqu’en 1628, la congrégation romaine promulgua un édit interdisant aux inquisiteurs locaux de recevoir des recommandations en faveur des inculpés du Saint-Office, les réactions des agents concernés n’étaient guère enthousiastes. Certes, il y avait des inquisiteurs qui approuvaient entièrement la mesure prise, mais bien d’autres se montraient hésitants. Parmi les objections lancées celles concernant le rapport avec les princes étaient sans aucun doute les plus insistants. Ne plus recevoir les recommandations des puissants de ce monde, ce n’était pas seulement un acte grossier (ou qui risquait en tout cas d’être pris comme tel) ; c’était aussi brouiller des relations qui, à d’autres occasions, pouvaient se révéler de première importance, voire qui l’étaient constamment parce que le bon fonctionnement du tribunal dépendaient de la bienveillance des pouvoirs en place1.

  • 2 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede [ACDF], Rerum Variarum 1599-1630, f° 481.
  • 3 « Son timidissimo della scomunica che gia habbiamo in raggionar di cose spettanti al Santo Offizio  (...)
  • 4 ACDF, Rerum Variarum 1599-1630, f° 482-484v. Afin de limiter le nombre de notes en bas de page, nou (...)

2Cette dernière assertion ne ressort certes pas régulièrement des réponses à l’édit de 1628 : elle aurait trop blessé l’orgueil de la congrégation romaine. Il n’en reste pas moins que, dans bien des lettres, l’argument est sous-jacent, et dans certains cas les choses vont plus loin encore. C’est vrai en particulier des informations qui nous parviennent de la part de fra Giacomo Figino, l’inquisiteur de Casale Monferrato. Dans une lettre, rédigée le 27 mars, ce dernier ne se déclare d’ailleurs pas opposé à l’édit, loin de là. Comme tous ses collègues, il affiche sa fidèle obéissance à la congrégation autant que la pureté de ses intentions (« io son pronto con tutto l’affetto ad indrizzar ogni attione, e parolla a bon fine »)2. Seulement, les faits qui s’opposent à une mise en pratique des nouvelles règles sont multiples, et les sanctions de l’édit semblent effrayantes : en cas de doute, c’est l’excommunication qui menace l’inquisiteur3. C’est là d’ailleurs, chez tous les correspondants, le motif (ou le prétexte ?) principal qui justifie les objections envoyées à Rome. Chez l’inquisiteur de Casale, les choses vont plus loin, toutefois ; Figino joint à sa lettre un mémoire qui cherche à parcourir toutes les occasions où le contact avec les autorités civiles va de pair avec des recommandations ; se dresse ainsi tout un tableau des difficultés que posent, au quotidien, les rapports entre le Saint-Office et les pouvoirs civils4.

3Une telle description de l’environnement politique livrée par un inquisiteur représente un document rare qui mérite d’être analysé de plus près. Ce d’autant plus que l’image du travail du Saint-Office que nous livre fra Giacomo Figino ne correspond guère aux idées reçues d’un tribunal qui, souverain et rigoriste, aurait fait frémir tout le monde. Le bilan que dresse l’inquisiteur est, au contraire, assez peu réjouissant pour l’institution inquisitoriale : le climat général dans lequel évoluait le tribunal de la foi à Casale semble avoir été assez hostile à ce dernier ; et les autorités princières, qui, aux yeux de l’inquisiteur, en étaient les principaux responsables, disposaient de moyens efficaces permettant de contrôler, voire de bloquer les activités du Saint-Office. Au-delà des circonstances précises, les plaintes de l’inquisiteur de Casale renvoient alors à des conflits bien plus répandus non seulement entre l’Inquisition et les pouvoirs étatiques, mais aussi entre l’inquisiteur et son couvent d’accueil, conflits forts à tel point, dans notre cas, qu’ils tourneront mal, en fin de compte, pour l’inquisiteur lui-même : un an après son mémoire sur les recommandations, il sera destitué de sa charge.

Un climat hostile

  • 5 Un mémoire établi pour la congrégation romaine à la fin du XVIIe siècle classe ainsi le tribunal de (...)
  • 6 Voire l’accès de certains membres de ces élites à des postes de haute responsabilité à Mantoue même (...)
  • 7 Cf. Rosso, art. cité, p. 107 ; pour une bonne synthèse des institutions politiques du Monferrato à (...)

4À Casale, le tribunal de l’Inquisition était une institution de taille assez mince qui travaillait dans le cadre d’une situation politique complexe5. Depuis le deuxième tiers du XVIe siècle, le Monferrato et sa capitale administrative, Casale, étaient sous gouvernement des Gonzague de Mantoue. Cette domination n’excluait pas, toutefois, une certaine participation des élites locales au pouvoir6. Le sénat, dont les membres géraient la justice civile et criminelle, était bien constitué de notables de Mantoue et du Monferrat ; le président de l’institution était toujours recruté dans l’élite locale7.

  • 8 Cf. « Relazione dell’illustrissimo Signor Gioanni da Mulla ritornato di ambassator dal Cardinal Duc (...)

5Les sénateurs (ou du moins certains d’entre eux, en l’occurrence le président de l’institution) siégeaient aussi aux différentes sections du conseil d’État (en particulier le conseglio ordinario et le conseglio secreto), le véritable centre du pouvoir, présidé par le gouverneur, remplaçant du duc. Y siégeaient également, outre les fonctionnaires de « robe longue » (les sénateurs), le grand chancelier (administrateur en chef du conseil ordinaire et gardien des clés de la ville), le président du magistrat, ainsi qu’un certain nombre de militaires : des généraux du duc, mais aussi le commandant de la citadelle de Casale, lieu de première importance stratégique ; celui qui était en possession de cette superbe place forte, c’est ce que soulignent constamment, par exemple, les rapports des ambassadeurs vénitiens, était en possession du pays tout entier8.

  • 9 L’ouvrage de référence reste, pour le cours des événements, Romolo Quazza, La guerra per la success (...)

6Remarque bien à propos parce que nous sommes, en 1628, à la veille de la guerre de succession de Mantoue opposant, pour l’essentiel, le prétendant français, le duc de Nevers, au duc de Savoie9. À ce moment, les anciennes institutions sont toujours en place (et elles le resteront, d’ailleurs, grosso modo, dans les décennies à venir). De même, on n’a guère l’impression que la situation de crise divise en quelque sorte les représentants du pouvoir civil. Bien au contraire, à entendre l’inquisiteur, cette élite semble être de caractère assez homogène, en tout cas face à l’Inquisition. Vis-à-vis du tribunal de la foi, en effet, les représentants des différentes institutions politiques semblent tous caractérisés par une attitude qui, à en croire fra Giacomo Figino, vacille entre l’hostilité et le mépris : « è exoso in questi paesi questo Santo Tribunale » (f° 482v). Sans aucun doute, les premiers responsables de ce climat sont les officiers du duc, depuis le gouverneur et d’autres « ministri » jusqu’aux simples gens d’armes dont l’inquisiteur souligne à plusieurs reprises « la puoca fedeltà » (f° 482).

7La même attitude se retrouve dans les couches populaires, et non par hasard ; elle descend du haut vers le bas : « all’esempio dei Magistrati anco i Popoli sono in questo stato anviosi contro il Sant’Offizio » (f° 482v). D’où, chez ces derniers, une autre attitude quasiment générale : en cas de confrontation avec l’Inquisition, tout le monde ou presque a recours tout d’abord à ces mêmes institutions ducales : « ogni plebeo citato qua, prima di comparire suol ricorrere al Senato overo al Conseglio cercando di contendere » (ibid.). Ce réflexe ne mène d’ailleurs pas à l’anarchie générale : « tutti questi Signori sogliono rimandarli all’obedienza del Santo Offizio » (ibid.). Les autorités civiles, en effet, n’étaient guère enclines à nourrir la désobéissance, même envers une institution qu’elles estimaient peu. Mais ce n’est pas mettre en cause ce peu d’estime en tant que tel. Selon Figino, ce dernier se nourrissait, essentiellement, de deux sources certes distinctes, mais qui faisaient bon ménage : l’impiété et une trop grande affection pour les affaires de l’État.

  • 10 Traiano Guiscardi, grand chancellier, homme de lettres et académicien, « uomo, che con la sua singo (...)
  • 11 Traiano Viscardi lui-même illustre bien ces valeurs s’il souligne, dans une lettre de 1629, que « n (...)
  • 12 Du moins dans ce sens que ces derniers refusent que quelqu’un des leurs « conduca un soldato al San (...)
  • 13 Certains de ces protecteurs se sentaient en tout cas suffisamment proches du président pour venir l (...)

8Quant au premier point, tout le monde n’avait certes pas la réputation du grand chancelier Traiano Guiscardi (ou « Viscardi », comme dit le texte), l’un des hommes puissants à Casale, et pourtant « communemente tenuto in malissimo credito di fede » (f° 484)10. Cependant, l’impiété se traduit aussi par tout un système de valeurs parallèle aux vertus religieuses, système auquel appartiennent ces hauts dirigeants et qui freine l’engagement pour la foi. Parmi ces valeurs, l’amitié et la fidélité11, mais aussi certaines notions d’honneur : l’honneur de soldat, par exemple, qui semble interdire à certains officiers de la citadelle de délivrer à l’Inquisition l’un des leurs12 ; notion d’honneur aussi qui mène, chez le gouverneur, à condamner bien plus sévèrement la ruse à l’aide de laquelle fra Giacomo avait réussi à arrêter un inculpé qu’il ne se réjouisse de l’arrestation elle-même : « voi havete condutto alla trapola quel pover[o] giovine », pose-t-il devant l’inquisiteur (482) ; propos certes motivé également par le fait que le gouverneur n’était pas un ennemi de ceux qui cherchaient à protéger le jeune homme en question (un certain Francesco Prandi)...13.

9Parmi ces valeurs, on pourrait ranger également l’autre source principale des résistances envers les activités de l’Inquisition, mais qui prend, chez Figino, une place à part. À commencer par le fait qu’elle se désigne, à l’encontre des attitudes mentionnées jusqu’alors, par un terme technique précis : il s’agit d’un certain « intérêt d’état ». « Hanno trovato un interesse di stato questi Signorii ducali con il quale cercano tenir in molto servitù questo Santo Officio », c’est ainsi que résume l’inquisiteur ce qui est sans doute le message principal de son texte (f° 483). De même, chez l’un des collaborateurs les plus efficaces des « ministri » (et auquel on reviendra encore) « l’interesse di stato è molto grande, e pur sappiamo que questo molte volte accieca » (f° 484).

  • 14 Cf. Domenico Taranto, Studi sulla protostoria del concetto di interesse da Commynes a Nicole (1524- (...)
  • 15 Voir, sur ce point, Taranto, op. cit., ainsi que Robert Bireley, The Counter-Reformation Prince. An (...)

10Figino ne nous livre pas de définition plus précise de ce qu’il entend par « intérêt d’état » ; mais il est clair que nous avons affaire ici à une notion se situant en proximité immédiate de ce terme qui domine les théories politiques de l’époque : la « raison d’État »14. Aussi, chez fra Giacomo, l’acception de ce vocabulaire est-elle largement négative, ce qui renvoie à la réception fort ambiguë de la « raison d’État » dans le monde catholique15. De même, le terme est le plus clairement opposé aux impératifs qui rendent légitimes et nécessaires l’activité du Saint-Office : « il grande interesse che ha con questi Signori », nous dit l’inquisiteur à propos du collaborateur mentionné, « non li lascia conoscer il vero, ne aprender le ragioni del Santo Offizio » (f° 483). Raisons qui, la formule même en témoigne, s’opposent le plus évidemment à celles de l’État (ou bien à ses intérêts).

  • 16 Pour le couple de la force et de la ruse, et pour la réception de ces deux moyens politiques rendus (...)
  • 17 L’édit s’appuyait toutefois sur des réglementations émises, dès 1616, par le Saint-Office. En effet (...)

11La « raison d’État » et sa condamnation se retrouvent dans les procédés des ministres, procédés qui – serait-ce un hasard ? – se caractérisent par ces fameuses vertus que prônait déjà Machiavel, père fondateur de la science en question : la force et la ruse (ou bien la dissimulation)16. À l’occasion, en effet, le conseil n’hésite pas à casser certains décrets venant de la part des institutions ecclésiastiques, comme c’est le cas, par exemple, d’un édit récent contre les juifs émis, il est vrai, par l’ordinaire17 ; parfois, le gouverneur refuse aussi de faire arrêter un homme à la demande du Saint-Office. Le plus souvent toutefois les autorités n’agissent pas ouvertement contre l’Inquisition, mais d’autant plus volontiers en cachette. Il faut ainsi des occasions particulières – l’engagement et les remarques du gouverneur dans l’affaire Francesco Prandi en est une – pour se rendre compte de « la puoca fedeltà des ministri, e l’anima di chi commanda ». Et fra Giacomo d’ajouter : « simil frutti si può cavar in altre occasioni accio non la facino sugli occhi » (f° 482).

Le contrôle princier

12Dans ces agissements dirigés contre le Saint-Office, deux procédés, récurrents, semblent particulièrement efficaces ; et dans un sens, nous retrouvons là les deux modes d’action dont nous venons de parler (la force et la ruse) : il s’agissait d’une part de contrôler l’accès de l’inquisition aux gens d’armes ; d’autre part, de s’assurer de collaborateurs « espions » au sein même du tribunal (ou dans ses alentours immédiats).

  • 18 « […] ho scoperto che in secreto [les sbires] danno aviso al Sig.r Gover.re d’ogni mio ordine avant (...)

13Pour les autorités au service du duc, l’occasion principale de contrôler l’activité de l’Inquisition se prêtait au moment de l’arrestation de l’inculpé. Dès le début de son mémoire, Figino souligne, en effet, que « in questo stato l’inquisitore non può tenir famiglia de birri separata, ma è forzato servirsi di quelli della corte Ducale » (f° 428) : à l’instar de ce qui se passait dans bien d’autres tribunaux locaux, l’inquisiteur de Casale ne disposait pas de gens d’armes qu’il aurait commandé lui-même ; pour arrêter quelqu’un il fallait donc avoir recours aux autorités civiles. Or, aux yeux de l’inquisiteur, cette nécessité impliquait de nombreux inconvénients, à commencer par une perte de temps sensible. Afin de mobiliser ne serait-ce que quelques sbires, il fallait tout d’abord contacter le barigel de la ville, mais qui pouvait exiger à son tour que soit informé, avant d’agir, le gouverneur (si ce dernier n’était pas informé directement, quoique « in secreto », par les gens d’armes eux-mêmes, comme le suggère Figino pour la situation actuelle)18. En moins de rien, des heures précieuses, voire des jours entiers s’écoulaient avant que la « corte armata » agisse ; c’était sans doute le temps qu’il fallait à l’inculpé pour s’échapper.

  • 19 L’intercesseur « venne da me […] pregarmi per il sudetto Inquisito e m’assicurò che egli si dispone (...)
  • 20 Dans certains cas, les blocages pouvaient aller plus loin encore, les autorités civiles (en cas de (...)

14Cette perte de temps n’était pourtant qu’un premier aspect des problèmes que posaient l’accès aux gens d’armes. Était en jeu également le secret inquisitorial : faire arrêter quelqu’un par les soins du duc, c’était en tout état de cause révéler aux agents concernés l’identité de l’inculpé. Au-delà de la violation d’un principe quasiment sacré, cette révélation encourait des risques dans la pratique. Le nom de l’inculpé passant par la main de plusieurs personnes (le barigel, le gouverneur, les sbires), il y avait bien des chances que quelqu’un d’entre elles avertisse le personnage concerné ou indique son nom à des tiers qui, à leur tour, pouvaient songer à des mesures adéquates. Francesco Prandi, par exemple, n’était même pas encore arrêté, lorsqu’un protecteur cherchait déjà à arranger les choses (sans hésitation, il suggère à l’inquisiteur de laisser s’enfuir le jeune homme)19. L’incident n’était certainement pas unique dans son genre puisqu’il reposait sur une donnée pour ainsi dire structurale, et que l’on connaît déjà : le détour par le barigel « esitando alquanto l’esecutione [de l’arrestation] » (f° 482), voici le temps qu’il fallait pour que les indiscrétions produisent des effets20.

  • 21 Cf. ibid., f° 483 ; Rota, originaire de Mantoue, avait été inquisiteur de Casale pendant une périod (...)

15Le deuxième moyen par lequel les autorités civiles cherchaient à contrôler l’Inquisition se situe sur un tout autre plan : il s’agissait là d’une sorte d’activité d’espionnage. En effet, les ministres du duc étaient parvenus à placer, dans le monastère même des dominicains, siège du Saint-Office, un homme de leur confiance : le père Benedetto Rota (ou « Ruota », selon le texte). Ce dernier avait tout ce qu’il fallait pour remplir, à la perfection, la tâche requise, surtout parce qu’il avait été lui-même, pendant un certain temps, l’inquisiteur de la ville21. Le mauvais traitement d’une affaire particulière lui avait valu la mutation vers un autre lieu, mais depuis quelques années, le voici de retour à Casale, à l’incitation (et au service) des gens du duc. « Da quattro anni in qua questi Signori hanno fatto ritornar quel padre in questo Convento per Confessore di un Monastero [de religieuses], ma sotto questo titolo evidentemente io conosco che vi lo mantengono per sopraintendere alle cose del Santo Officio in servitio loro » (f° 483). Propos facile à prouver dans la mesure où, plus d’une fois, Rota avait été au courant d’incidents qui s’étaient produits entre le seul inquisiteur et le gouverneur, par exemple. Que, de plus, il fréquentait, et bien trop souvent, Traiano Guiscardi, ce chancellier « tenuto in malissimo credito di fede », était un autre fait parfaitement avéré.

16Le terrain d’action de ce père était large. C’était tout d’abord l’intervention directe auprès de l’inquisiteur pour défendre la cause non seulement de tel ou tel accusé, mais de presque tout le monde : Qu’il s’agisse d’un inculpé de sorcellerie ou de personnes impliquées dans telle autre affaire gravissime, « quasi niuno mi viene in queste carceri ch’egli non voglia farsi protettore suo al mio dispetto » (ibid.). Dans ce cadre, Rota n’hésitait même pas, semble-t-il, à prendre contact avec les inculpés incarcérés, que ce soit en payant des pots de vins aux custodes, ou en profitant, bien plus simplement, de l’état délabré du lieu de détention : « le carceri qua non hanno di carcere altro che il […] nome, nel recto ognuno gli può parlare da porte, e finestre » (ibid.). De même, Rota se faisait le conseiller des proches de certains inculpés ; tâche facilitée par le fait que la chambre qu’il habitait était en proximité immédiate des locaux du Saint-Office : rencontrer les personnes ayant affaire à l’Inquisition était ainsi quasiment inévitable. D’où enfin une conséquence qui, pour Figino, était beaucoup plus désagréable encore. Rota ayant été lui-même inquisiteur pendant longtemps et habitant, à l’heure actuelle, quasiment l’antichambre des locaux de l’institution, bien des personnes le prenaient lui, Rota, pour l’inquisiteur actuel. On s’imagine sans mal la rage stupéfiée de fra Giacomo à rencontrer ainsi, à plusieurs reprises, des personnes ayant demandé à parler au père inquisiteur, mais qui, lorsque Figino arrivait en personne, répondaient « che non ero io quello che cercavano, ma volevano quel Padre Inquisitore che confessa le Monache » (f° 483v).

17Dans ses activités (d’après ce que nous en saisissons pour l’instant), Rota semble avoir joué le rôle d’une sorte d’avocat ange gardien des inculpés du Saint-Office ; mais au-delà, il est clair que ce père exerçait aussi une sorte d’activité d’espionnage. Et c’était encore son lieu d’habitation qui en constituait la première base. Comme l’on a vu, la cellule qu’habitait ce père se trouvait très proche des locaux du Saint-Office : alors que ceux-ci se trouvaient au premier étage, le frère habitait une chambre qui se situait à côté de l’escalier qui y montait ; position stratégique qui permettait de contrôler assez systématiquement le monde qui passait par là. Mais il y avait pire. La même pièce se trouvait précisément en dessous de celle où Figino passait la plupart du temps en exerçant sa charge d’inquisiteur. Les conséquences de ce fait étaient nettes : « non posso dire una parolla, ne in Congregatione, ne fuori, [senza] che s’egli è in camera non mi senta » (f° 484).

18Que Rota ait passé les informations qui lui parvenaient aux gens du duc, Figino en était tout à fait certain : les interventions continues de l’ex-inquisiteur en faveur des « ministri », les bon rapports qu’il entretenait avec certains d’entre eux, bien des connaissances qu’il n’aurait pas dû avoir, tout cela était trop parlant pour qu’on puisse avoir des doutes. Agir contre cet homme désagréable était néanmoins difficile. D’une part, les recommandations de l’ex-inquisiteur ne dépassaient jamais les limites du tolérable en ce qui concernait leur contenu ; aussi Figino ne doutait-il pas du fait (en tout cas pas ouvertement, dans une lettre à la Congrégation) que, quant à l’orthodoxie de ses croyances, son confrère était malgré tout un homme fiable (« non penso cosa sinistra di questo padre in matieria di fede » ; f° 484). D’autre part, Rota n’agissait guère ouvertement. Et lorsqu’il intervenait auprès de Figino, il prenait soin de le faire dans la seule présence de l’inquisiteur (ce qui rendait compliquée la tâche de prouver ces agissements vis-à-vis de tiers). Enfin il y avait là le fait que Rota était justement un homme proche des ministres du duc et, malgré tout, fra Giacomo avait besoin de leur collaboration. S’attaquer directement au personnage en question était donc chose peu conseillée : « e mi conviene andar co[n] molta destrezza seco, perché disquitandolo lui, sariano in rotta con me tutti i Ministri ducali » (f° 483).

19Arrivé à ce point, la boucle semble désormais bouclée. Figino ne pouvait guère recruter ses propres gens d’armes ; et il avait du mal à se débarrasser du père Rota. Et pourtant, c’était par ces biais que les autorités ducales semblent être parvenues à ériger, à Casale, un véritable système de prévention et de défense face aux activités de l’Inquisition. Figino avait d’ailleurs beau se plaindre ; au fond, son argumentation impliquait qu’on ne pouvait guère faire autrement que de tolérer la situation. Il faut rappeler à ce propos qu’officiellement, le premier sens du mémoire rédigé par Figino n’était pas de dénoncer ce que l’on sait, mais de démontrer à quel point les recommandations étaient inévitables. Dans certains cas, elles pouvaient d’ailleurs être utiles (en fournissant à l’inquisiteur des connaissances dont il ne disposait pas). Quant aux recommandations des puissants, c’était en quelque sorte le prix à payer afin de bénéficier de leur collaboration. Une collaboration dont l’accès aux gens d’armes ne constituait pas le seul enjeu. Comme l’on a vu, le Saint-Office ne jouissait guère de sympathie auprès des populations du Monferrato. Peu importe que les vrais responsables de cet état d’esprit fussent (selon Figino) les autorités civiles elles-mêmes, celles-ci n’en garantissaient pas moins le fonctionnement de la machine inquisitioriale par un effet bénéfique de leur attitude hostile : en jouant, auprès des couches populaires, le rôle d’un intermédiaire protecteur (« il che fanno molte volte con qualche raccomandationi [sic] »), ces dernières, rassurées, étaient prêtes à communiquer avec le Saint-Office ; en revanche, sans cet appui, Figino en était certain, « non esaminessimo mai un testimonio, ne forniressimo mai cause » (f° 482v). Or ce même arrière-fond ne rendait-il pas inévitable la tolérance du « système de prévention et de défense » mis en place par les ministres du duc, et en particulier les agissements du père Rota ? Figino ne va pas jusque là. Mais les plaintes ne débouchent pas non plus sur une revendication nette adressée à la congrégation, celle d’agir, par exemple, contre l’exinquisiteur. Fra Giacomo se contente, une fois de plus, d’assurer que « tanto scrivo solo perche le sig.rie loro Ill.me vedano le difficoltà ch’io havrei in servar i suoi ordini circa le raccoman[dationi] havendo qua l’opposit.ne di q.o Padre tanto favorevole a q.i Sig.ri che accettarà sempre ogni loro raccomand.ne [et qui] « con la sua gentilezza rende sempre piu exoso il mio offo ogni volta ch’io servi quel ordine » (f° 484).

  • 22 « Hanno sentito q[ue]sti miei SS.ri Ill.mi la difficoltà motivata da VR, con la scrittura ricevuta (...)
  • 23 Le mémoire de Figino, rappelons-le, fut envoyé à Rome le 22 avril, le décret de la congrégation (ci (...)

20Est-ce pour cela que la congrégation romaine est restée étonnamment laconique face aux plaintes de l’inquisiteur de Casale ? Le fait est en tout cas patent : les cardinaux se contentent d’une réponse « standard » telle qu’ils l’envoient à tant d’autres inquisiteurs locaux à propos de la communication avec les autorités civiles. En revanche, des problèmes concrets relevés par Figino, la réponse ne souffle mot22. Les cardinaux ne se rattrapent pas non plus dans les mois à venir, où, bien au contraire, la communication entre Rome et Casale se raréfie nettement. Sans doute ce dernier fait est-il dû au siège de la capitale du Monferrato qui débute en mai 162823. En tout cas, lorsqu’au printemps 1629, les courriers redeviennent plus fréquents, rien n’a changé : Rota est toujours actif et fait plus que jamais souffrir son successeur.

Inquisition et pouvoir d’État

21La situation que nous décrit Figino est-elle le produit d’un moment très particulier de l’histoire du tribunal à Casale, voire ne serait-elle que la vision cauchemardesque d’un inquisiteur trop sensible et dont les tâches se seraient retournées en quelque sorte contre lui-même, en forme d’un profond complexe de persécution ?

  • 24 Voir, sur ce point, Prosperi, Tribunali, op. cit. ; Giovanna Paolin, « Gli ordini religiosi e l’Inq (...)

22La dernière hypothèse n’est pas dépourvue d’intérêt. Nous savons, en effet, très peu de l’univers des inquisiteurs, depuis les rituels qui créaient (ou réaffirmaient) l’identité du groupe jusqu’aux façons de penser de ces administrateurs de la foi24. Notre document témoignerait-il d’une attitude – revers même du secret inquisitorial – qui verrait un trait propre des activités de l’inquisiteur dans le fait d’avoir à travailler dans un environnement le plus souvent hostile, voire dans un climat de continuelles conspirations dirigées contre le Saint-Office ? Chez l’inquisiteur de Casale, une mentalité de ce genre a sans doute eu sa part dans la production des « réalités » dont Figino était sûr de rendre compte. Il serait plus audacieux, toutefois, de généraliser cette attitude, et, à dire vrai, même les observations de fra Giacomo n’étaient ni de purs fantasmes, ni le fruit de circonstances totalement atypiques : l’inquisiteur de Casale, nous le verrons au passage, n’est pas le seul à faire mention de tentatives des autorités civiles d’influencer telle ou telle cause ; mais surtout les moyens principaux par lesquels les autorités civiles à Casale parvenaient à contrôler les activités du Saint-Office renvoient tous deux à des constellations conflictuelles récurrentes dans l’exercice du pouvoir inquisitorial.

23C’est vrai tout d’abord en ce qui concerne l’accès aux gens d’armes. Il s’agissait là d’un problème qui était tout sauf anodin. Certes, tout le monde ne profitait pas des protections que rendait possible le contrôle des arrestations : il est évident que plus l’inculpé était proche des représentants du pouvoir étatique, plus c’était probable qu’il bénéficierait d’un soutien de la part de ces derniers ; dans un cas génois (que nous retrouverons plus loin), l’inculpé soutenu est bel et bien le barigel de la ville ; dans l’affaire Prandi, à Casale, nous ignorons la qualité de l’accusé, mais celle de l’intercesseur est tout aussi parlante : c’est un fils du président du sénat qui intervient auprès de l’inquisiteur afin d’éviter l’arrestation ; c’est lui aussi qui met au courant de l’affaire le gouverneur. Il serait toutefois erroné de vouloir réduire ce genre d’incidents (et ce qui les rendait possibles) à de simples abus de pouvoir commis en fonction des rapports clientélistes si typiques de l’Ancien Régime. À la vérité, se dessine, à l’arrière-fond, un problème d’ordre théologico-politique. L’essor de l’État moderne passe, nous l’avons tous appris, par un processus de monopolisation de la violence légitime (autant que du pouvoir juridique) au sein des institutions étatiques. Nous avons certes appris également que l’histoire de ce processus, à l’époque moderne, est l’histoire de ses blocages. Ce qui n’empêche pas que les tentatives d’imposer ces monopoles ont aussi marqué les différents états italiens. De même, il est clair que l’Inquisition et ses prérogatives, fondées sur des impératifs de nature religieuse, ne sont pas restées à l’abri de ce genre d’initiatives. Les conflits à Casale renvoient donc à une histoire de plus longue durée qui ne comprend pas seulement des blocages occasionnels tels qu’on les trouve décrits chez fra Giacomo Figino, mais aussi les tentatives d’imposer de façon plus systématique un droit de contrôle des autorités étatiques sur l’activité inquisitoriale.

  • 25 Que Figino ne semble pas en savoir davantage est sans doute lié au fait que les archives de l’inqui (...)
  • 26 ACDF, Decreta 1619-1620, f° 196 ; l’information parvient à la congrégation par une lettre de l’inqu (...)
  • 27 Sanct.mus ordinavit Ill.mo Card.li Millino ibidem presenti, ut faciat verbum cum Ep.o Albae Agente (...)
  • 28 Cf. Sergio Pagano, Il processo di Endimio Calandra e l’Inquisizione a Mantova nel 1567-1568, Rome, (...)
  • 29 Dès le mois d’avril, en effet, le conflit recommence : en réponse aux plaintes de l’inquisiteur de (...)
  • 30 Lettre du 17 juillet 1628 (ACDF, St. St., LL5 - g, 16v).

24Figino en sait d’ailleurs quelque chose parce qu’il a lui-même trouvé, dans les archives du tribunal, les traces d’une telle tentative qui se serait déroulée en 1612 : à ce moment, les ministres du duc auraient présumé que l’inquisiteur ou ses vicaires, lorsqu’ils voulaient faire arrêter quelqu’un, devaient leur révéler non seulement le nom de l’inculpé, mais aussi la nature du délit, et, ce qui pis est, l’identité du dénonciateur et des témoins (cf. f° 482). Ce n’est pas le seul incident du genre25. Quelques années plus tard, à la fin de l’année 1619, le duc de Mantoue s’attaque à un autre champ sensible, celui des publications, en ordonnant, comme le résument les decreta de la congrégation, nihil typis mandari in d.a Civitate etiam spectans ad S.m Off[izi]um, nisi de licentia eius ministro[rum]26. Dans l’un et dans l’autre cas, ces tentatives n’ont pas été couronnées de succès ; à propos des publications, par exemple, les cardinaux romains refusent catégoriquement toute concession, et finalement le duc semble prêt à respecter l’avertissement de se garder de nouveautés de toute sorte27. Il reste que les choses ont bien changé par rapport aux années 1560 lorsque, à en croire Sergio Pagano, la congrégation romaine était parvenue à discipliner à la perfection le pouvoir ducal et à le faire collaborer à une répression sans faille de l’hérésie dans les territoires des Gonzague28. Les tentatives mentionnées témoignent d’une nette volonté d’émancipation, et si elles n’aboutissent pas officiellement, cela n’empêche pas que, dans une certaine mesure, elles soient mises en pratique quand même. D’où l’usage fréquent d’une « vertu » qui nous est désormais familière : la dissimulation. En effet, alors que les agents du pouvoir civil pratiquent ce que les tentatives de réforme ne cherchent à la limite qu’à officialiser, les lettres du duc contredisent constamment ce qui se passe en réaffirmant, régulièrement, la parfaite soumission aux « intérêts » du Saint Siège et de ses représentants. Il en va ainsi du conflit de 1619 qui, on dirait presque naturellement, ne s’arrête pas après la soumission officielle du duc29. L’on retrouve la même hypocrisie à propos de l’accès aux gens d’armes : en juillet 1628, le nouveau duc Charles, animé d’un vif « zelo […] verso il servitio di Dio », mais en contradiction flagrante avec les pratiques rapportées par fra Giacomo Figino, ne rassure-t-il pas l’évêque de Casale de sa volonté de respecter à la perfection un souhait de l’ordinaire qui, visiblement, tient à cœur de ce dernier : « et il Bargello di Casale con sua famiglia havrà espresso commandamento d’eseguire gl’ordine della v.ra giusta et del v.ro Tribunale prontamente e […] senza darne parte ad altri – con cominatione controfacendo severo castigo »30

  • 31 ACDF, Rerum Variarum 1599-1630, f° 505 (lettre de l’inquisiteur de Gênes à la congrégation, le 8 fé (...)
  • 32 Ibid., f° 504 (lettre du 16 janvier 1631).
  • 33 ACDF, Decreta 1630, f° 6v.
  • 34 L’on trouve une rapide description du couvent dans le compte rendu d’une inspection effectuée, le 2 (...)

25Des rapports tout aussi conflictuels s’observent à propos de l’activité du père Rota. Parmi les lettres envoyées à Rome à l’occasion du décret de 1628 (ou se référant à ce dernier), les révélations de fra Giacomo restent certes uniques ; néanmoins, l’inquisiteur de Casale n’est pas le seul à dénoncer des personnes agissant, semblerait-il, sur l’impulsion des autorités civiles. En 1631, par exemple, l’inquisiteur de Gênes se plaint fortement d’un certain Giacomo Spinola, consulteur du Saint-Office qui, entre autres, aurait cherché à obtenir le soutien de l’avocat du tribunal avec l’argument qu’en favorisant une certaine cause, « fara cosa molto grata a questo senato » ; une collaboration avec les autorités civiles est ici d’autant plus probable que l’inculpé, nous l’avons vu en passant, n’est autre que le barigel de la ville31. Cela dit, Spinola, qui fait aussi « molte altre instanze et importunità […] in materia d’altre cose spettanti […] al Sant’Offizio »32, n’est pas pour autant un deuxième Benedetto Rota ; son cas diffère à plusieurs égards de celui de l’ex-inquisiteur de Casale, et ces différences sont tout à fait révélatrices. D’une part, servir les intérêts de l’État n’était à la limite qu’un motif parmi d’autres expliquant la conduite de Spinola : à la vérité, le consulteur semble surtout avoir travaillé pour son propre compte : en 1630, il avait déjà perdu une fois sa charge pour avoir accepté des pots de vin en échange de son engagement pour certains inculpés du Saint-Office (ob extorsionem pecuniarum a reo sancti Officii) ; c’est grâce aux « mérites » que Spinola semble quand même avoir accumulé qu’il arrive à récupérer son poste quelques mois plus tard, pour retomber tout de suite, à en juger d’après les plaintes de l’inquisiteur, dans les vieilles habitudes33. D’autre part, les deux prétendus collaborateurs des autorités civiles ne se positionnent pas de la même façon par rapport au Saint-Office : alors que Spinola remplit des tâches à l’intérieur de la machine inquisitoriale, Rota a certes fait autant autrefois, mais désormais il n’appartient qu’à la « communauté d’accueil » de l’institution. Or, à l’encontre de Spinola (assez autonome dans ses actions), l’ex-inquisiteur aurait eu du mal à exercer son activité sans l’accord tacite des autres membres de la communauté, ou du moins de certains d’entre eux, en l’occurrence les plus influents, à commencer par le prieur. Un accord qui implique du même coup désaccord avec l’inquisiteur. Nous saisissons là le deuxième champ de conflits annoncé plus haut ; en effet, c’est à l’arrière-fond de tensions quasiment structurales entre l’inquisiteur et son couvent d’accueil que les affrontements entre Figino et Rota prennent tout leur sens34.

L’inquisiteur et son couvent

  • 35 Voir Paolin, « Gli ordini religiosi », art. cité, en particulier p. 173 et 180 sq.

26Dans un article récent, Giovanna Paolin a bien souligné l’ambiguïté qui marque, dans l’Italie de l’époque moderne, les rapports entre l’Inquisition et les ordres mendiants. D’une part, ces derniers avaient un poids certain dans l’organisation interne du Saint-Office : les inquisiteurs, on le sait, se recrutaient exclusivement parmi les franciscains et (surtout) les dominicains ; les généraux des deux ordres siégeaient dans les réunions de la congrégation romaine. Mais sur le plan local, d’autre part, les relations entre l’inquisiteur et son couvent d’accueil n’étaient pas toujours les meilleures. Selon Paolin, les mésententes tenaient surtout au décalage mental entre des inquisiteurs attachés aux valeurs modernes de la Contre-Réforme et des communautés traditionalistes liées aux solidarités locales35. L’hypothèse semble parfaitement opératoire dans notre contexte : les solidarités considérées n’auraient-elles pas favorisé ici la collaboration avec les autorités civiles dont le père Rota aurait été le protagoniste principal ? Il est vrai que ce « collaborateur » avait lui-même été l’inquisiteur de la ville pendant bien longtemps, sans connaître, apparemment, les mêmes problèmes. Mais ce n’est pas contredire l’hypothèse : celle-ci ne dit pas que les conflits en question auraient été inévitables. Il s’agit donc de différencier entre les cas conflictuels et ceux témoignant d’une intégration réussie : pourquoi Rota a-t-il pu appartenir à cette dernière catégorie, alors que Figino a connu le sort inverse ?

  • 36 ACDF, St. St., M4-b (1), f° 17, lettre non datée, mais rédigée avant le 30 avril 1615, date d’une p (...)
  • 37 Voir, en attendant, les problématisations plus générales de l’auteur (Peter Schmidt, « Fernhandel u (...)
  • 38 Cf. ACDF, St. St., M4-b (1), f° 61 (lettre de Rota à la congrégation, le 6 février 1616) ; Rota ava (...)
  • 39 Ibid., f° 22v.

27Pour Rota, l’intégration dans la communauté était sans doute favorisée d’emblée par le fait que le père était originaire sinon de Casale du moins de Mantoue, ce qui impliquait une familiarité avec les traditions locales, références politiques inclues. Est-ce à dire que Rota a effectivement collaboré avec les autorités civiles, et cela dès l’époque où il avait lui-même été chargé de l’inquisition de Casale ? C’est loin d’être exclu ; et les remarques de Figino sont, à cet égard, tout à fait suggestives. Elles nous font revenir à l’épisode qui a fait perdre à Rota son poste d’inquisiteur, épisode dont Figino indique bien qu’elle s’était produite « per occasione d’alcuni heretici Alemani che habitavano all’hora qua » (f° 483). Figino ne se trompe pas. Depuis une douzaine d’années, l’inquisition de Casale a affaire à la présence de négociants suisse-allemands dans la ville, agents de confession protestante et pourtant tolérés par le duc ; ce dernier comptait ainsi contribuer, comme il l’expliquait lui-même, dans une lettre adressée au pape au début de l’année 1615, « al sollivamento di quel povero stato hormai rovinato dall’infinite calamità »36. Les travaux de Peter Schmidt nous éclaireront sur les détails de cette affaire37. En attendant, il est toutefois possible de se faire une image de la part du père Rota dans le cours des événements, une part qui, à dire vrai, se réduit plutôt à une absence : alors que l’affaire commence dès les débuts de 1615 (et est aussitôt connue à Rome, nous venons de le voir), Rota ne signale la présence des étrangers qu’un an plus tard, en février 1616, et même à cette occasion il ne fait que réagir : c’est seulement lorsqu’un serviteur des négociants est arrêté par l’inquisiteur de Tortona que Rota, à son tour, informe la congrégation romaine de la présence des maîtres dans sa ville38. Or peu importe que le pape avait décidé, dès mai 1615, de laisser aller, momentanément, les choses (ut nihil faciendïf)39, la conduite de Rota ne pouvait guère susciter la sympathie des cardinaux romains : étant donnée la probabilité fort réduite que l’inquisiteur aurait pu réellement ignorer la présence des négociants, comment ne pas soupçonner qu’il ait pratiqué à leur égard, au dépit de sa charge, une tolérance tout aussi généreuse que celle que leur avait réservé le duc lui-même ?

  • 40 Ibid., f° 62v.
  • 41 Voir ACDF, Decreta 1616, p. 147.
  • 42 Voir Decreta 1616, p. 139 et 329.
  • 43 Voir supra, note 5. Peut-on donc supposer que la « faute » de Rota a été jugée, par les cardinaux, (...)
  • 44 ACDF, Decreta 1617, p. 72.

28La réaction de la congrégation est laconique mais parlante : le 25 février 1616, elle décide de convoquer l’inquisiteur à Rome (S.mus ordinavit, inq[uisito]rem vocari ad Urbem)40. Cela dit, les résultats de l’interrogation, qui se déroule le 7 avril41, sont bien moins dramatiques que l’on aurait pu le croire : Rota n’est pas destitué de sa charge ; et sa mutation (la congrégation le prévoit d’abord pour Crema, mais l’envoie en fin de compte à Bergame)42 n’équivaut pas à une dégradation ; si sanction il y a eu, elle réside donc, à la limite, dans le fait que le dominicain n’a pas bénéficié d’une promotion, après un service de si longue durée dans un tribunal de « seconde classe »43. Est-ce pour cela que Rota décide, dès 1617, de quitter sa charge d’inquisiteur ? Voilà en tout cas la véritable surprise mais dont l’arrière-fond nous reconduit aux problématiques envisagées. Il est clair, en effet, qu’un groupe de pression sachant se faire sentir à Rome a tout fait pour que Rota revienne à Casale ; seulement, il ne s’agit pas des agents du duc de Mantoue, mais – et n’est-ce pas tout à fait parlant que Figino n’en souffle mot ? – des dominicains eux-mêmes. C’est le provincial de l’ordre qui, dès février 1617, demande et obtient, de la part de la congrégation, licentiam […] deputandi Priorem Conventus Casalis fratrem Benedettum [sic] Rotam modernum Inquisitorem Bergomi, si ipse consentiat44.

  • 45 L’accord de Rota nous paraît par ailleurs fort probable ; il est clair en tout cas que ce dernier a (...)
  • 46 Decreta 1621, copia, p. 62 ; Monumenta ordinis fratrium praedicatorum Historica tomus XI. Acta capi (...)

29Nous ignorons si Rota a accepté le poste, mais cela ne remet pas en cause les enseignements principaux que l’on peut tirer de l’épisode45. Tout d’abord, ce dernier relativise encore l’idée (propagée, implicitement, par Figino) selon laquelle Rota aurait été renvoyé de Casale pour avoir été reconnu, officiellement, dès cette époque, « collaborateur » des gens du duc. Pourquoi la congrégation aurait-elle permis, dans ce cas, le retour du père sur les « lieux du crime » ? D’autres indices vont dans le même sens. Quelques années plus tard, en 1621, Rota demande à la congrégation de lui permettre d’obtenir le magisterium in sua religione, en rappelant à sa faveur la période de vingt ans qu’il a passée au service du Saint-Office. Les cardinaux renvoient la décision au général des dominicains, mais précisent qu’ils ne voient pas d’inconvénient dans cette promotion qui, d’ailleurs, se produira la même année46.

  • 47 Cf. Max Heimbucher, Die Orden und Kongregationen der katholischen Kirche, vol. 1, Paderborn, Schoen (...)

30L’épisode est tout aussi parlant en ce qui concerne les données sur place. En effet, être rappelé à Casale pour devenir prieur du couvent indique une popularité incontestable de ce père au sein de la communauté : chez les dominicains, les prieurs étaient élus directement par les membres des différents couvents47. Cet arrière-plan rend du coup bien mieux compréhensible le conflit avec fra Giacomo Figino. En toute évidence, ce dernier avait tant de mal à se débarrasser de Rota parce qu’il ne s’agissait pas seulement de l’ex-inquisiteur, mais aussi de l’exprieur de la communauté (ou du moins d’une personne tenue en haute estime, suffisamment pour avoir été trouvée digne d’occuper ce poste) ; un homme, enfin, qui avait obtenu le titre fort prestigieux de magister de l’ordre des dominicains !

  • 48 En tout cas, les decreta des années concernées ne nous livrent pas d’indices de ce genre (cf. ACDF, (...)

31Si certains inquisiteurs arrivaient donc très bien à s’entendre avec leur communauté d’accueil, il reste à savoir pourquoi Figino n’a pas su en faire autant. Une première hypothèse s’impose sans difficulté : ne peut-on pas penser que la cause principale des problèmes de fra Giacomo était l’existence même du père Rota, non pas tant comme prétendu espion des autorités civiles, mais comme ex-inquisiteur qui, jaloux de son successeur, et sans doute toujours blessé de son renvoi, aurait constamment cherché à prouver qu’il était malgré tout le meilleur inquisiteur ? Nous le croirions volontiers. L’hypothèse a néanmoins des limites nettes dans la mesure où Figino n’a pas été le premier successeur de Rota et où les inquisiteurs intermédiaires ne semblent pas avoir rencontré des conflits semblables48. Il s’agira donc de recentrer l’attention sur le personnage de fra Giacomo Figino. Mais c’est revenir tout d’abord aux possibles tensions entre les inquisiteurs et leur couvent d’accueil. En effet, les éléments de mésentente avancés par Giovanna Paolin ne sont pas les seuls à prendre en considération.

32Dans les couvents hébergeant un tribunal de l’Inquisition, ce dernier constituait en quelque sorte un « État dans l’État ». Le Saint-Office disposait de ses locaux propres, et d’un personnel dont les membres étaient loin d’appartenir toujours à la communauté d’accueil (à commencer par l’inquisiteur lui-même qui n’était que très rarement originaire du couvent où il exerçait sa charge). Il n’est donc pas difficile de s’imaginer que, parfois, les membres « ordinaires » du couvent pouvaient considérer que l’institution inquisitoriale dérangeait le bon déroulement de leur vie communautaire, ne serait-ce qu’à cause du fréquent « passage » de personnes étrangères au couvent, ou, plus généralement, parce que l’institution prenait trop d’ampleur. Naturellement, il y avait là aussi le fait que le couvent participait, à certains degrés, aux « frais » (mansiones) du Saint-Office.

33Les inquiétudes que pouvait créer la présence d’un tribunal prennent une toute autre « valeur », si l’on voit que les frères du couvent n’étaient pas exempts des prérogatives de l’inquisiteur ; ils pouvaient donc facilement se sentir menacés, ou, tout au moins, « sous surveillance » de l’homme du Saint-Office. Chez ce dernier, inversement, ces prérogatives pouvaient favoriser des abus de pouvoir : l’inquisiteur risquait de faire valoir (pour ne pas dire imposer) son autorité dans des domaines qui se situaient en dehors de ses compétences (en l’occurrence la vie communautaire). D’où enfin le danger de sensibles conflits de pouvoir, en particulier entre l’agent du Saint-Office et le prieur du couvent.

  • 49 ACDF, Decreta 1619, f° 112v.
  • 50 Ibid., f° 37.
  • 51 Decreta 1624, f° 136 ; Decreta 1619, f° 62v (dans ce dernier cas, il s’agissait, en l’occurrence, d (...)

34Il suffit d’un coup d’œil dans les decreta des années qui nous concernent pour se convaincre que ces considérations ne relèvent pas de la théorie pure. Les plaintes du genre considéré y apparaissent régulièrement, et si elles concernent souvent la question des mansiones, les dénonciations d’un abus de pouvoir de la part de l’inquisiteur ne sont pas moins fréquentes ; naturellement, les deux types de plainte pouvaient aller de pair avec, ou « s’effacer » derrière, cette autre, plus générale, que le tribunal, tel qu’il était géré, dérangeait le bon fonctionnement de la communauté. En 1619, par exemple, l’un des frères du couvent dominicain de Côme (sans doute le prieur), récuse sévèrement l’attitude de l’inquisiteur qui se mêle dans toutes les affaires internes du couvent (se ingerat in omnibus muneribus Conventus)49 ; de même, l’agent du Saint-Office n’hésite pas à s’attaquer à des frères particuliers, de façon fort abusive, selon l’un d’entre eux50. Les sources nous renseignent également sur les conflits entre l’inquisiteur et le prieur du couvent d’accueil. En 1624, la congrégation est informée circa rixam sequatam inter Inq[uisito]rem Cremae et Priorem d[ict]ae Civitatis ; dès 1619, elle avait reçu une lettre de la part de l’archevêque de Pise quibus [literis] scrivit agisse reconciliandis inter se, Guardiano Conventus, et Inquisitorem d[ict]ae Civitatis51.

  • 52 Decreta 1624, f° 179.
  • 53 Decreta 1627, f° 62v (congrégation du 7 avril).

35Des conflits semblables se retrouvent également à Casale, et ce tout d’abord à cause de la tendance de certains inquisiteurs à accroître le personnel (aux yeux de la communauté, le Saint-Office risquait donc de prendre trop d’ampleur). En 1624, par exemple, un prédécesseur de Figino avait cherché à instaurer le poste d’un provicaire qui se serait rajouté à celui du vicaire du tribunal52. La tentative ne réussit pas, sans doute grâce à la résistance des membres du couvent. Résistance qui s’articule bien plus nettement trois ans plus tard, lorsque c’est fra Giacomo lui-même qui cherche à mettre en œuvre un projet d’expansion encore plus ambitieux. Dans une lettre examinée par la congrégation au mois d’avril, le prieur du couvent, Bonifatius Fossati, blâme ainsi Inq[uisito]rem d[ict]ae Civitatis uti non solum Vicario, sed et[iam] Provicario, et duobus Notariis regularibus ultra saecularem in damnum, etpreiudicium d[icti] Conventis53. Nous voici devant l’un de ces conflits entre la communauté d’accueil et l’inquisiteur concernant le bon déroulement de la vie conventuelle. Reste à savoir quels motifs ont poussé Figino à faire augmenter si considérablement le personnel de son tribunal. Une première hypothèse s’impose sans mal : confronté aux dimensions médiocres de l’institution qu’il commandait, Figino aurait satisfait, par les mesures prises, et tout en comptant sur les applaudissements de la congrégation, ses ambitions frustrées. Autre hypothèse : l’inquisiteur aurait tenté, par ces mêmes mesures, de renforcer sa position par rapport à une communauté d’accueil avec laquelle il aurait déjà entretenu des rapports conflictuels.

  • 54 Exigence compréhensible dans la mesure où l’inquisiteur avait cherché à placer des neveux au sein d (...)
  • 55 Ibid., f° 113v.

36Quoi qu’il en soit, il est certain que la tentative n’a pas connu le succès espéré. En effet, la congrégation était loin de soutenir aveuglement ses agents ; d’habitude, elle s’efforçait plutôt à concilier les partis opposés. À Pise, en 1619, les cardinaux approuvent pleinement l’initiative de l’archevêque, tout en demandant à l’inquisiteur de mettre du sien pour apaiser le conflit54. Ils exigent la même chose de l’inquisiteur de Crema, en 1624. Dans des cas sans doute moins faciles à régler, la congrégation renvoie l’affaire à un arbitre, d’habitude l’évêque du lieu ou encore le provincial, voire le général de l’ordre concerné. Mais les cardinaux n’hésitent pas non plus à reprendre nettement leurs agents sur place, tel à Côme, où la congrégation commande, sans hésitation, à son représentant ut non se ingerat in his, quae non spectant ad suum officium, sed solum incumbat negotiis S.ti Officii55.

  • 56 Decreta 1627, f° 62v (les cardinaux ordonnent Inq[uisito]ri scribendum ut Officium Provicarii suppr (...)
  • 57 Decreta 1625, f° 94 (la dénonciation, rédigée par le cancellarius du tribunal, date du 9 mai).
  • 58 Les cardinaux se contentent de demander à Figino ut super contentis in illis [literis] informet (ib (...)
  • 59 Dans le cas d’un soupçon de sollicitation (soulevée contre un frère franciscain), cas « inditiato d (...)

37En vue de ces décisions, il n’est guère étonnant de voir que l’entreprise de Figino échoue, elle aussi, en bonne mesure. Comme déjà en 1624, les cardinaux déclarent superflue la charge de pro vicaire à Casale, et ils ne concèdent à fra Giacomo qu’un seul notaire ultra Notarium saecularem56. En soi, ces « sanctions » n’ont rien de dramatique ; elles suggèrent toutefois que, dès cette époque, la congrégation n’a guère pu avoir une image « sans tâches » de l’inquisiteur de Casale. L’impression est corroborée par d’autres indices. En effet, les plaintes du père Fossati ne sont pas les premières qu’entendent les cardinaux à propos de fra Giacomo Figino et de ses façons de gérer sa charge : dès 1625, à peine arrivé à Casale, ce dernier avait dû faire face à tout un ensemble de reproches que lui faisait l’un de ses collaborateurs au tribunal de Tortona, l’inquisition que Figino avait présidée auparavant57. Les reproches étaient restés, là encore, sans conséquences58, mais il est peu probable qu’ils aient été oubliés. Il nous semble clair en tout cas que, dès les événements de 1627, la congrégation a dû commencer à se méfier de l’inquisiteur. L’on peut sans doute ressentir cette méfiance dans les quelques causes pour la solution desquelles Figino fait appel à la congrégation : à chaque fois, celle-ci prend pour ainsi dire les attitudes d’un père Rota, et empêche l’inquisiteur de pousser plus loin ses envies de persécuteur59. Mais surtout cette méfiance explique le silence des cardinaux face aux plaintes de Figino à propos de l’interdiction des recommandations : ceux-ci devaient se douter que, dans son mémoire, l’inquisiteur ne leur révélait à la limite qu’une partie des faits.

  • 60 Le duc exige elegi in Inq[uisition]em Casalen. personam sibi confidentem, maxime his temporibus bel (...)
  • 61 Cf. ACDF, Decreta 1629, congrégation du 25 avril.
  • 62 Voir ibid., congrégation du 4 juillet.

38Nous saisissons du même coup qu’en 1628, la situation de fra Giacomo Figino était devenue assez peu commode. En litige avec les membres de son couvent d’accueil, et tout sauf estimé par les agents du duc, il ne disposait pas non plus de l’appui des cardinaux romains. L’on commence alors à comprendre le tournant dramatique que prend « l’affaire Figino », comme l’on peut désormais l’appeler, dès 1629. Le silence de la congrégation n’est autre que le calme qui précède la tempête. Le « showdown » débute en janvier, lorsque, par l’intermédiaire de son agent romain, le duc de Mantoue fait demander à la congrégation que soit nommé à Casale, dans cette période de guerre, un inquisiteur de sa confiance. La congrégation refuse, le poste n’étant pas vacant, mais elle fait quand même envoyer au duc une liste des frères prêcheurs qui, dans l’avenir, pourraient occuper la charge60. Le ton est donné. Néanmoins, le choc décisif se produit au sein même de la communauté des dominicains. Une fois de plus, Figino se voit en conflit avec un prieur du couvent, le père Chrysostome. Nous ignorons quand, précisément, et à propos de quoi le conflit éclate ; il est clair, en revanche, qu’il devient vite acharné à tel point qu’en avril (au plus tard), Figino fait incarcérer le prieur dans les cachots du Saint-Office61. Quelques semaines plus tard, fra Giacomo recommence à se plaindre du père Rota qui continue à se mêler des affaires de l’inquisiteur (ingérence d’autant plus compréhensible, dirions-nous, que la communauté est dépourvue de son prieur)62.

  • 63 Voir ibid.
  • 64 Ibid., f° 96v, congrégation du 30 mai.
  • 65 […] ut huc mitteret Processum contra dictem Priorem, quo viso, et terminata causa, cogitabitur illi (...)

39Les plaintes au sujet de Rota restent, là encore, sans réponse de la part des cardinaux ; sèchement, ces derniers se contentent, début juillet, de demander à Figino de terminer le procès contre le père Chrysostome et d’en envoyer la copie à Rome63. Visiblement, la congrégation est arrivée à bout de patience. Fra Giacomo en est d’ailleurs conscient, et cela, apparemment, depuis un certain temps. Déjà à la mi-mai, en effet, peu après l’arrestation du prieur, il avait fait intervenir en sa faveur, auprès de la congrégation, le cardinal Camponi qui, dans une lettre aux cardinaux, evixem commendat Fratrem Fighinum Inquisitorem Casalen., qui multa passus est in obsidione dictae civitatis, precipuo ob defectam Prioris Conventus dictae Civitatis, quem Inquisitor coactus fuit carcerare, illumque provideri instat de aliqua alia Inquisitione [...]64. La congrégation ne rejette pas cette demande de mutation, mais, dès ce moment, elle exige qu’avant de décider quoi que ce soit, se termine le procès contre le prieur des dominicains65.

  • 66 […] consideratisque gravaminibus eidem Priori indebite illatis, et auditis votis Ill.mi privarunt d (...)

40Figino a dû se douter que son destin d’inquisiteur allait en bonne partie dépendre des contenus de ce procès ; et c’est peut-être pour cela que les cardinaux doivent attendre presque deux mois encore avant que le document désiré arrive enfin à Rome. Attente qui, néanmoins, n’arrange rien pour l’inquisiteur de Casale. Les preuves du procès ne semblent nullement convaincre les cardinaux, tout à l’encontre des plaintes du prieur. Aussi les fautes procéduriales commises par Figino sont-elles, apparemment, grossières à tel point que la solution « douce » (la mutation de l’inquisiteur) n’est plus adaptée aux circonstances. Le 24 août, la congrégation ordonne à l’inquisiteur de Tortona de se rendre à Casale et de libérer des prisons le père Chrysostome, lavé de tout soupçon ; fra Giacomo Figino, en revanche, est destitué de sa charge, et les cardinaux le « déshabilitent » même ad huiusmodi munus amplius exercendum. L’inquisiteur de Tortona est censé l’amener avec lui, ibique [à Tortona] illum absolvat ab sententia excommunicationis, quam incurrit ; entre-temps, le général des dominicains est chargé de faire le nécessaire pour que Figino puisse être réintégré dans son couvent d’origine, à Milan66.

  • 67 Vicarii Sancti Officii Casalis conquerentis de Priore conventus dictae civitatis, lectis literis da (...)

41Comment appréhender ce retournement complet de la situation ? Et surtout ce dernier met-il en question les analyses que nous avons conduites plus en avant ? Il est certain que, désormais, nous saisissons beaucoup mieux le contexte immédiat du mémoire qui nous a principalement intéressé. Le décret portant sur les recommandations est en effet l’occasion bienvenue, pour Figino, de dénoncer une situation et des personnes qui lui rendaient la vie difficile, mais dont tous les facteurs étaient loin de correspondre aux problèmes que posait l’édit de 1628. Ainsi, fra Giacomo fait souverainement abstraction, dans son texte, des tensions avec la communauté d’accueil. Mais est-ce dire par là même que les éléments nommés par Figino sont tout simplement inventés ? Ce n’est guère probable. Nous avons vu que ni les conflits avec les autorités étatiques, ni ceux avec le couvent d’accueil n’étaient une spécificité de l’inquisition de Casale Monferrato ; et que ces deux facteurs puissent, à l’occasion, « fusionner », sous forme d’alliances locales dirigées contre l’inquisiteur, est une conséquence tout à fait envisageable. Conséquence qui, à Casale, est rendue d’autant plus probable que des sources indépendantes nous ont confirmé que Figino ne se faisait pas aimer par le pouvoir ducal, alors que le père Rota, la « pièce maîtresse » de l’alliance considérée, avait déjà fait montre de rapports bien plus « conciliants » avec les autorités civiles. Enfin, les conflits entre l’inquisiteur et le couvent d’accueil n’ont pas commencé, à Casale, avec l’arrivée de Figino ; ils ne cesseront pas non plus après son départ. Dès 1630, le prieur du couvent doit faire face à un nouveau conflit, non pas avec l’inquisiteur, mais avec le vicaire du Saint-Office. Ce dernier aurait-il été un homme de confiance de fra Giacomo Figino ? Cela, en tout cas, ne l’aurait pas désavantagé : la congrégation tranche en sa faveur67.

  • 68 Si à Casale, et dans les plaintes de Figino, l’évêque ne figure pas particulièrement, c’est sans do (...)

42Reste à considérer, une dernière fois, pourquoi fra Giacomo a eu tant de mal à Casale Monferrato. L’état actuel de la recherche ne nous permet pas de connaître la nature précise de bien des reproches que l’on a faites à Figino. Il est clair, cependant, que celles-ci concernaient à chaque fois la façon dont l’inquisiteur gérait sa charge. On peut donc supposer que cette gestion était conduite soit d’une manière très maladroite, soit d’une façon trop « ambitieuse », voire rigoriste. Au-delà de cette alternative (dont les deux termes, bien entendu, ne s’excluent pas mutuellement), un même commentaire s’impose, toutefois. Le cas que nous venons d’analyser semble prouver, en effet, que la tâche d’inquisiteur exigeait la nécessité de savoir nouer habilement tout un réseau de relations : avec les collaborateurs du Saint-Office, avec les membres du couvent d’accueil, avec l’évêque68, avec les représentants du pouvoir civil… ; seul le bon maniement de ces relations menait à un « équilibre de pouvoir » qui rendait possible le fonctionnement de l’institution. À l’évidence, fra Giacomo Figino n’a pas su se montrer à la hauteur de ces exigences ; d’où sa chute.

  • 69 Dès décembre 1619, en effet, la congrégation ordonne aux inquisiteurs de Mantoue et de Casale, ains (...)
  • 70 Dès le 27 février 1620, la congrégation ordonne d’enregistrer les témoignages rassemblés contre le (...)
  • 71 ACDF, Decreta 1630 (copia), p. 636. Cette solution, déjà favorisée en 1619/1620, s’était imposée ég (...)
  • 72 À plusieurs reprises, Guiscardi se rend en tout cas en France où le Saint-Office le fait surveiller (...)

43Un tel « équilibre » pouvait nécessiter des compromis incluant, parfois, la tolérance même de « l’intolérable ». Le meilleur exemple, à Casale, en est la carrière de Traiano Guiscardi. En effet, Figino n’est pas le seul à juger ce personnage fort suspect « in materia di fede » ; c’est tout au moins depuis la fin des années 1610 que Guiscardi et tout un ensemble d’autres personnes de son entourage sont soupçonnés d’hérésie69. Cependant, même si plusieurs inquisiteurs travaillent, depuis ce temps, à établir un procès contre le chancelier, le Saint-Office ne passera jamais à l’acte, du moins tout au long des années 162070 ; et encore en 1630, les cardinaux optent, face aux informations livrées, cette fois, par l’évêque de Casale, pour leur solution désormais classique : observer attentivement le chancelier (eumdem Viscardum […] diligenter observandum), mais sans aller plus loin (pro nunc non esse ulterius procedendum)71. Pourquoi cette hésitation continue ? Visiblement, Guiscardi était un homme trop important sur l’échiquier politique pour qu’on ait pu facilement se débarrasser de lui. Ce d’autant plus qu’il s’agissait sans doute de l’un des architectes de la succession « française » du duché de Mantoue72, politique que le pape, en bon anti-habsbourgeois, ne devait pas voir d’un œil hostile.

  • 73 Pour l’hypothèse d’une première décadence de l’institution à l’époque qui nous concerne, voir, par (...)
  • 1 Mes remerciements vont à Francesco Beretta pour ses suggestions critiques, ainsi qu’à Alejandro Cif (...)

44Grâce à la conjoncture politique internationale, un homme comme Guiscardi était donc plus ou moins « hors d’atteinte » des filets de l’Inquisition ; mais il faut considérer que, sur le plan local, bien d’autres représentants du pouvoir étatique savaient faire autant. Il pouvait même arriver que celui-ci sache obtenir des concessions de la part de la congrégation romaine : le renvoi de Figino doit aussi être vu dans ce contexte. Ce genre d’incidents ainsi que les diverses tentatives (mentionnées plus haut) de contrôler l’institution inquisitoriale témoignent-ils ainsi, dès ce premier tiers du XVIIe siècle, d’une dégradation du pouvoir du Saint-Office, voire d’un déclin qui aurait trouvé son terme seulement dans la suppression des tribunaux au XVIIIe siècle73 ? Les choses ne sont sans doute pas aussi simples. Si nous n’en sommes décidément plus à la verve (inquisitoriale) du demi-siècle suivant la (re)fondation des tribunaux, nous ne sommes pas pour autant devant les attitudes (étatiques, « éclairées ») du XVIIIe siècle. Bien plutôt, nous aurions l’impression que les conflits à Casale constituent, dans ce « siècle sans histoire » (comme disait jadis Giuseppe Galasso), l’une des nombreuses expressions d’une situation qui était certes caractérisée par des tensions récurrentes entre « intérêts d’État » et impératifs religieux ; tensions qui, cependant, ne menaient jamais à une rupture véritable, tant les institutions étatiques avaient eux-mêmes « intérêt » de s’appuyer, à l’époque de la confessionnalisation, sur l’Église. D’où d’innombrables bribes de conflit qui surgissaient ici et là, non seulement, bien sûr, dans les territoires des Gonzague, tout au long du siècle, mais qui restaient, le plus souvent, semblerait-il, sans lendemain1.

Notes

1 Cf. Albrecht Burkardt, « “Paese da gente […] che non giovano parole” : l’Inquisition romaine face aux pratiques de recommandation », à paraître dans les actes du colloque L’intercession du Moyen Âge à l’époque moderne. Fondements et usages d’une pratique sociale, 3-4 novembre 2000, Université Paris XII et EPHE, éd. J.-M. Moeglin, Genève, Droz, 2003.

2 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede [ACDF], Rerum Variarum 1599-1630, f° 481.

3 « Son timidissimo della scomunica che gia habbiamo in raggionar di cose spettanti al Santo Offizio », fait ainsi savoir fra Giacomo à la Congrégation (ibid.). L’assertion fait certes allusion à des sanctions déjà prévues antérieurement, notamment celles concernant le non-respect du secret inquisitorial. Néanmoins, l’édit de 1628 n’est de toute façon, Figino le voit bien, qu’une sorte d’annexe à ces dernières réglementations ; aussi l’interdiction des recommandations se justifie-t-elle, principalement, « praeter silentium quod inviolabiliter in omnibus causis S. Officii servare debent [les agents du Saint-Office/AB] » (ACDF, Decreta 1628, f° 6). Pour une discussion de l’importance du secret inquisitorial pour le fonctionnement du Saint-Office, voir Adriano Prosperi, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Turin, Einaudi, 1996, p. 194-210.

4 ACDF, Rerum Variarum 1599-1630, f° 482-484v. Afin de limiter le nombre de notes en bas de page, nous insérons immédiatement dans le texte les renvois à ce document ; les abréviations employées dans le manuscrit, ont été développées, cas évidents mis à part. Nous savons peu de choses de l’auteur de notre document. Il est clair toutefois que Fra Giacomo, « magister » originaire de Milan, n’est pas un débutant dans la charge qui est la sienne. Après avoir été nommé inquisiteur, pour la première fois, en 1622, il exerce cette fonction à Casale depuis 1625, et continuera à le faire jusqu’en 1629 ; plus tard, il deviendra « Prior insignis Conventus S. Mariae Gratiarum Mediolani, cuius erat Alumnus » (Luigi Mádaro, « Gli inquisitori in Alessandria, Asti, Casale e Tortona fino al secolo XVIII (dalla Tabula Inquisitorum Italiae del Muzio) », Rivista di storia, arte e archeologia per le province di Alessandria e Asti, XXXV (1926), p. 15-47, en particulier p. 44 (pour la citation, voir ibid.) ; voir également ACDF, Stanza Storica [St. St.], II2-i, Risposte degli Inq[uisito]ri alla l[ette]ra circolare della S.C. in data delli 19 feb. 1707 di dover mandare alla S. C. un catalogo di tutti li loro Inq.ri Antecessori, f° 107).

5 Un mémoire établi pour la congrégation romaine à la fin du XVIIe siècle classe ainsi le tribunal de Casale parmi une dizaine d’inquisitions « di seconda classe » en Lombardie et en Vénétie, inquisitions opposés aux « Inquisitioni primarie : Milano, Faenza, Bologna, Genova, Cremona, Venezia » (ACDF, St. St., JJ2-a (1), 415).

6 Voire l’accès de certains membres de ces élites à des postes de haute responsabilité à Mantoue même ; cf. Claudio Rosso, « Un microcosmo padano : note sul Monferrato dall’età di Guazzo all’annessione Sabauda », in : Daniela Ferrari, éd., Stefano Guazzo e Casale tra Cinque e Seicento. Atti del Convegno di studi nel quarto centenaio della morte. Casale Monferrato, 22-23 ottobre 1993, Rome, Bulzoni, 1997, p. 103-129 (« Europa delle Corti ». Centro studi sulle società di antico regime. Biblioteca del Cinquecento 78) ; Raffaele Tamalio, « Trasferimenti di famiglie nobili tra Mantova e Casale nel Cinque-Seicento », ibid., p. 153-170.

7 Cf. Rosso, art. cité, p. 107 ; pour une bonne synthèse des institutions politiques du Monferrato à l’époque qui nous concerne, voir Elena Mongiano, « ‘Una fortezza quasi inespugnabile’. Note sulle istituzioni del Monferrato durante il ducato di Vincenzo I Gonzaga », Rivista di storia, arte e archeologia per le province di Alessandria e Asti, CI (1992), p. 103-124 ; Id., « Istituzioni e archivi del Monferrato tra XVI e XVIII secolo », in Ferrari, éd., Stefano Guazzo, op. cit., p. 219-240 ; pour des rapides synthèses contemporaines, voir les relations des ambassadeurs vénitiens, en particulier « Relazione dell’illustrissimo ed eccellentissime Signor Nicolò Dolfin ritornato d’ambasciatore al Signor Duca Carlo di Mantova […] letta nell’eccellentissimo senato il 5 agosto 1632 », in : Relazioni degli ambasciatori veneti al senato, a cura di Arnaldo Segarizzi, vol. I : Ferrara, Mantova, Monferrato, Bari, Laterza, 1912, p. 176 ; « Relazione dell’illustrissimo Signor Alvise Donato, ritornato di Casal di Monferrato […] presentata a di 3 febbraio 1614 nell’eccellentissimo collegio », ibid., p. 237.

8 Cf. « Relazione dell’illustrissimo Signor Gioanni da Mulla ritornato di ambassator dal Cardinal Duca di Mantova Ferdinando 1615 », in : Relazioni degli ambasciatori veneti al senato, op. cit., p. 136-137 ; « Relazione dell’illustrissimo Signor Alvise Donato », cit., p. 236 ; voir également Roberto Dresko et David Parrott, « The sovereignty of Monferrato and the citadel of Casale as European problems in the early modern period », in Ferrari, éd., Stefano Guazzo, op. cit., p. 11-86.

9 L’ouvrage de référence reste, pour le cours des événements, Romolo Quazza, La guerra per la successione di Mantova e del Monferrato (1628-1631), 2 vol., Mantova, Casa Editrice G. Mondovi, 1926 ; pour une synthèse rapide, voir Dresko et Parrott, « The sovereignty of Monferrato », art. cité, p. 42-59.

10 Traiano Guiscardi, grand chancellier, homme de lettres et académicien, « uomo, che con la sua singolare prudenza, virtù, e destrezze ha saputo amicarsi tutti i Potentati, e Prencipi d’Europa » (Gioseffantonio Morano, Catalogo degli illustri scrittori di Casale, e di tutto il Ducato di Monferrato […], Asti, Stamperia del Pila, 1771, p. 59), semble à l’apogée de sa renommée justement dans les années 1620-1630, réputation qui, comme on le voit, n’est pourtant pas partagée par tout le monde (pour plus de détails, voir infra).

11 Traiano Viscardi lui-même illustre bien ces valeurs s’il souligne, dans une lettre de 1629, que « nel coltivare sinceramente l’amicizia e nel servire gli amici e padroni e nell’osservargli, non mi son lasciato, giusta le mie forze, sin qui vincere da nessuno nè lo farià nell’avenire » (L’assedio di Casale. Lettere private dalla città assediata (1629) – Breve Relazione dei fatti di guerra nello stato di Milano (1630), Madrid, Istituto Italiano di Cultura, 1976 (Collanea « Documenti e ricerche » V), p. 54. D’après ce qu’on sait de lui, il n’y a guère de raison de croire que Viscardi aurait perdu son désir de servir « amici e padroni » lorsqu’il était confronté à des affaires concernant le Saint-Office.

12 Du moins dans ce sens que ces derniers refusent que quelqu’un des leurs « conduca un soldato al Santo Offizio, e che vi resti prigione, e perciò mandono loro il soldato sine alla porta del Castello, e della Cittadella, e quivi noi mandiamo i birri che lo ricevono per il Santo Offizio » (f° 482v).

13 Certains de ces protecteurs se sentaient en tout cas suffisamment proches du président pour venir le voir afin qu’il intervienne dans l’affaire (voir infra).

14 Cf. Domenico Taranto, Studi sulla protostoria del concetto di interesse da Commynes a Nicole (1524-1675), Naples, Liguori, 1992 ; selon les analyses de l’auteur, c’est surtout avec l’œuvre de Guicciardini que l’acception « politique » de la notion d’intérêt s’impose en Italie, notion qui connaît, par la suite, un usage fréquent chez les auteurs des traités consacrés à la raison d’État (voir ibid., p. 61-129). Les recherches consacrées à celle-ci sont nombreuses. Depuis l’ouvrage désormais classique de Friedrich Meinecke, Die Idee der Staatsraison in der neueren Geschichte (1957), ce champ d’étude a été dominé, pendant longtemps, par l’historiographie allemande (voir en particulier les travaux de Roman Schnur, Die französischen Juristen im konfessionellen Bürgerkrieg des 16. Jahrhunderts, Berlin, Duncker & Humblot, 1962 ; Id., éd., Staatsräson : Studien zur Geschichte eines politischen Begriffs, ibid., 1975, et Michael Stolleis, Staat und Staatsraison in der frühen Neuzeit. Studien zur Geschichte des öffentlichen Rechts, Francfort sur le Main, Suhrkamp, 1990), pour être récupéré, dans ces derniers vingt ans par la recherche italienne (voir la récente synthèse de Maurizio Viroli, From politics to reason of state : the acquisition and transformation of the language of politics 1250-1600, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, ainsi qu’Aldo E. Baldini, éd., La ragion di Stato dopo Meinecke e Croce : dibattito su recenti pubblicazioni, Gênes, Name, 1999) et française (voir en particulier la grande thèse d’Étienne Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Colin, 1966, ainsi que les travaux plus récents dirigés par Yves-Charles Zarka, Raison et déraison d’État. Théoricens et théories de la raison d’État aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUF, 1994).

15 Voir, sur ce point, Taranto, op. cit., ainsi que Robert Bireley, The Counter-Reformation Prince. Antimachiavellianism or catholic statecraft in early modern Europe, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1990.

16 Pour le couple de la force et de la ruse, et pour la réception de ces deux moyens politiques rendus fameux par Machiavel (Il principe, ch. 18), voir Michael Stolleis, « Löwe und Fuchs. Eine politische Maxime im Frühabsolutismus », in Id., Staat und Staatsraison, op. cit., p. 21-36 ; pour la dissimulation, voir en particulier Albano Biondi, « La giustificazione della simulazione nel cinquecento », in Eresia e riforma nell’Italia del Cinquecento, Florence, Sansoni, 1974 (Biblioteca del Corpus Reformatorum Italicorum, Miscellanea I), p. 7-68 ; Adelin-Charles Fiorato, « Simulation/Dissimulation », in : Alain Montandon, éd., Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 1995, p. 801-845.

17 L’édit s’appuyait toutefois sur des réglementations émises, dès 1616, par le Saint-Office. En effet, Figino fait ici allusion à l’édit du 19 décembre 1625 : l’évêque de Casale, Scipione Agnello, « deplorando alcuni atti generici di mancato rispetto al passagio di immagini religiose intimava agli ebrei un rispettoso contegno […]. Faceva inoltre obbligo ai Cristiani di non mangiar con essi, nè abitarvi insieme, nè chiamarli in caso di malattia, di non partecipar alle loro feste e […] di non far servizi vili agli ebrei » etc. En réponse, le duc même faisait publier, dix jours plus tard, un édit « per proibire che si maltratassero gli Ebrei del Monferrato » (Salvatore Foa, Gli ebrei nel Monferrato nei secoli XVI e XVII, Alessandria, Succ. Gazzotti & C., 1914, p. 114-115).

18 « […] ho scoperto che in secreto [les sbires] danno aviso al Sig.r Gover.re d’ogni mio ordine avanti che esequirli » (f° 482).

19 L’intercesseur « venne da me […] pregarmi per il sudetto Inquisito e m’assicurò che egli si disponeva a fugire » (f° 482).

20 Dans certains cas, les blocages pouvaient aller plus loin encore, les autorités civiles (en cas de doute le gouverneur) interdisant (« secretamente ») l’arrestation ; les effets étaient les mêmes : « se costui [l’inculpé] fugge », c’est ce que Figino fait savoir à l’agent concerné, « non si potrà esser senza che non si sia fuga agiutata » (f° 483).

21 Cf. ibid., f° 483 ; Rota, originaire de Mantoue, avait été inquisiteur de Casale pendant une période même assez longue, de 1603 à 1616 : de 1545 à 1707, un seul inquisiteur a été plus longtemps chargé de cette tâche à Casale, à savoir le premier, fra Vincenzo di Conzano ; en règle générale les inquisiteurs gardent leur tâche pendant une période de cinq à sept ans, comme c’est le cas également de fra Giacomo Figino (cf. Mádaro, art. cité, p. 38-39 ; ACDF, St. St., II2-i, f° 107).

22 « Hanno sentito q[ue]sti miei SS.ri Ill.mi la difficoltà motivata da VR, con la scrittura ricevuta circa l’osservanza del nuovo decreto di non ricevere raccomandationi nelle cause del Santo Offo, et hanno ordinato q[ue]sti miei SS.ri Ill.mi ch’io le scriva, che con buona occasione ella può far sapere al Goverre et ad altri Officiali di cotesta Città l’ordine che tiene di non ricevere raccomandationi, i quali se poi non desisteranno, non haveranno occa.ne di dolersi di lei, se non ne terrà conto alcuno, come dovrà fare. Di Roma li 6 di Maggio 1618 » ; Biblioteca Angelica Vaticana (BAV), Barb. lat. 6336, f° 116 ; voir également ACDF, Decreta 1628, f° 486v).

23 Le mémoire de Figino, rappelons-le, fut envoyé à Rome le 22 avril, le décret de la congrégation (cité dans la note précédente) date du 3 mai ; nous ignorons si fra Giacomo l’a reçu : jusqu’à la fin de l’année, une seule lettre de Figino, datant du mois de septembre, mais qui ne touche pas aux affaires abordées dans le mémoire, arrive à Rome (cf. BAV, Barb. lat. 6336, f° 239) ; la raréfaction est nette si l’on voit que huit lettres de l’inquisiteur de Casale ont été reçues, en revanche, entre janvier et avril de la même année (cf. ibid., passim).

24 Voir, sur ce point, Prosperi, Tribunali, op. cit. ; Giovanna Paolin, « Gli ordini religiosi e l’Inquisizione : analisi di un raporto », in Id. et Andrea del Col, éd., L’inquisizione romana : metodologia delle fonti e storia istituzionale ; atti del seminario internazionale, Montereale Valcellina, 23 e 24 settembre 1999, Trieste, Edizioni Università di Trieste, 2000, p. 169-185, en particulier p. 175, ainsi que les récents travaux de Peter Schmidt, « ‘Et si conserva sana…’. Konfessionalisierung und Sprache in den Briefen der römischen Inquisition », in Historische Anstöße. Festschrift für Wolfgang Reinhard zum 65. Geburtstag am 10. April 2002, éd. Peter Burschel, Mark Häberlein, Volker Reinhardt, Wolfgang J. Weber, Reinhard Wendt, Berlin, Akademie Verlag, 2002, p. 122-151 ; Id., « De sancto Officio Urbis – Aspekte der Verflechtung des Heiligen Offiziums mit der Stadt Rom im 16. und 17. Jahrhundert », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 82 (2002), p. 404-489.

25 Que Figino ne semble pas en savoir davantage est sans doute lié au fait que les archives de l’inquisition de Casale ne sont, à ce moment, qu’en voie de construction ; en 1628, Figino fait lui-même construire les locaux destinés à les accueillir (cf. ASV, Barb. lat. 6336, f° 60v).

26 ACDF, Decreta 1619-1620, f° 196 ; l’information parvient à la congrégation par une lettre de l’inquisiteur de Casale datant du 3 janvier 1620.

27 Sanct.mus ordinavit Ill.mo Card.li Millino ibidem presenti, ut faciat verbum cum Ep.o Albae Agente di Ducis in Urbe, ut abstineatur novitatibus (ibid.). Dans une lettre du 22 janvier 1620, l’inquisiteur de Casale constate se p[e]ntasse Duci Mantuae, un dernier prétexte (et idem facturum erga Ducem Sabaudiae) n’impressionne pas les cardinaux qui réaffirment l’avertissement, ut servet [le duc] solitum, et obstineat ab novitatibus (ibid., f° 202). Quant à l’affaire de 1612 (cf. ACDF, Decreta 1612, f° 60 u. 86), Figino cite lui-même la résolution des cardinaux « che solo in caso di mera necessità si debba manifestar il nome della p[er]sona che ha da carcerarsi, et il titolo del delitto in genere, ma che in niun modo si manifestino i nomi de testimonii » (f° 482).

28 Cf. Sergio Pagano, Il processo di Endimio Calandra e l’Inquisizione a Mantova nel 1567-1568, Rome, 1991.

29 Dès le mois d’avril, en effet, le conflit recommence : en réponse aux plaintes de l’inquisiteur de Casale, S.mus ordinavit rescribendi, ut imprimat quisquid sibi occurrit pro servitio officii, non obstan. impedimentis p[raesenta]tis a Ministris Ducis, et dicat id facere de ordine S.tis Suae, et sacrae Cong.nis (ACDF, Decreta 1619-1620, f° 338v, congrégation du 14 mai 1620).

30 Lettre du 17 juillet 1628 (ACDF, St. St., LL5 - g, 16v).

31 ACDF, Rerum Variarum 1599-1630, f° 505 (lettre de l’inquisiteur de Gênes à la congrégation, le 8 février 1631).

32 Ibid., f° 504 (lettre du 16 janvier 1631).

33 ACDF, Decreta 1630, f° 6v.

34 L’on trouve une rapide description du couvent dans le compte rendu d’une inspection effectuée, le 22 mars 1650, sous les auspices de la Congregatione dello stato dei Regulari (ASV, Congr. Stato Regulari I, Relationes, vol. 26, f° 674) : « Il Convento e assai grande, nel quale si sono Claustri, una bella libraria con 84 casse de libri. Il S.to officio ha 5 celle, alcune carceri ». Vers 1618, la communauté comptait une trentaine de frères (« ma adesso per le guerre non si mantengono »). À l’heure de l’enquête, il n’en reste plus qu’une douzaine (ibid., f° 680v-681).

35 Voir Paolin, « Gli ordini religiosi », art. cité, en particulier p. 173 et 180 sq.

36 ACDF, St. St., M4-b (1), f° 17, lettre non datée, mais rédigée avant le 30 avril 1615, date d’une première réponse du pape (cf. le revers de la lettre, ibid., f° 22v).

37 Voir, en attendant, les problématisations plus générales de l’auteur (Peter Schmidt, « Fernhandel und römische Inquisition. ‘Interkulturelles Management’ im konfessionellen Zeitalter », in Hubert Wolf, éd., Inquisition, Index, Zensur. Wissenskulturen der Neuzeit im Widerstreit, Paderborn, Schoeningh, 2001, p. 105120).

38 Cf. ACDF, St. St., M4-b (1), f° 61 (lettre de Rota à la congrégation, le 6 février 1616) ; Rota avait pris connaissance de l’arrestation, qui a dû se produire à la fin de l’année 1615 (l’interrogation de l’agent débute le 9 janvier 1616 ; voir ibid., f° 24-35v), par une lettre de l’inquisiteur de Tortona datant sans doute de la fin du même mois (l’inquisiteur de Casale y répond le 2 février ; ibid., f° 46 et 61).

39 Ibid., f° 22v.

40 Ibid., f° 62v.

41 Voir ACDF, Decreta 1616, p. 147.

42 Voir Decreta 1616, p. 139 et 329.

43 Voir supra, note 5. Peut-on donc supposer que la « faute » de Rota a été jugée, par les cardinaux, comme l’exception à la règle du comportement d’un homme qui, jusqu’alors, n’avaient pas donné d’autres raisons de se méfier de lui ? Il semble bien que oui. Rappelons à ce propos que Rota était déjà l’inquisiteur de la ville lors du conflit (mentionné plus haut) qui opposait, en 1612, le Saint-Office aux agents du duc de Mantoue à propos de l’accès aux gens d’armes. Nous ignorons les détails de cette affaire ; mais visiblement la conduite de Rota n’a pas été en cause à cette occasion.

44 ACDF, Decreta 1617, p. 72.

45 L’accord de Rota nous paraît par ailleurs fort probable ; il est clair en tout cas que ce dernier a effectivement lâché son poste à Bergame, s’il l’a jamais véritablement occupé : les décrets de 1616 et 1617 n’indiquent aucun contact entre Rome et Bergame pour la brève période pendant laquelle Rota a été officiellement chargé de ce tribunal. La première lettre d’un inquisiteur de Bergame dont les décrets font mention arrive le 6 septembre 1617 (voir Decreta 1617, p. 381) ; mais sans aucun doute, l’auteur n’en est pas l’ex-inquisiteur de Casale : un jour plus tard, en effet, les cardinaux discutent en congrégation une pétition de ce dernier (datant du 20 août), dont le résumé met déjà au passé l’activité de Rota en tant qu’inquisiteur du Saint-Office (voir ibid., p. 477).

46 Decreta 1621, copia, p. 62 ; Monumenta ordinis fratrium praedicatorum Historica tomus XI. Acta capitulorum generalium (vol. VI) recensuit Fr. Benedictus Maria Reichert, Rome, 1902.

47 Cf. Max Heimbucher, Die Orden und Kongregationen der katholischen Kirche, vol. 1, Paderborn, Schoeningh, 1933, p. 480.

48 En tout cas, les decreta des années concernées ne nous livrent pas d’indices de ce genre (cf. ACDF, Decreta 1617-1625).

49 ACDF, Decreta 1619, f° 112v.

50 Ibid., f° 37.

51 Decreta 1624, f° 136 ; Decreta 1619, f° 62v (dans ce dernier cas, il s’agissait, en l’occurrence, d’un couvent franciscain).

52 Decreta 1624, f° 179.

53 Decreta 1627, f° 62v (congrégation du 7 avril).

54 Exigence compréhensible dans la mesure où l’inquisiteur avait cherché à placer des neveux au sein du tribunal ; la congrégation lui demande ainsi, ut ex se removeat a d[ict]o Convento f[rat]rem suum Nepotem inservientem pro Cancellaris sancti officii (Decreta 1619, f° 62v).

55 Ibid., f° 113v.

56 Decreta 1627, f° 62v (les cardinaux ordonnent Inq[uisito]ri scribendum ut Officium Provicarii supprimat utendo solum Vicario, ac similiter ultra Notarium saecularem habeat tm. unum regularem).

57 Decreta 1625, f° 94 (la dénonciation, rédigée par le cancellarius du tribunal, date du 9 mai).

58 Les cardinaux se contentent de demander à Figino ut super contentis in illis [literis] informet (ibid.).

59 Dans le cas d’un soupçon de sollicitation (soulevée contre un frère franciscain), cas « inditiato da una sola donna di sollecitatione in confessione, et attesa la relatione che VR dà del soggetto, e la cospiratione dei suoi frati, questi miei SS.ri Ill.mi hanno risoluto, che non proceda più oltre, ma l’osservi » (BAV, Barb. lat. 6336, f° 9v, lettre de la congrégation à Figino, le 8 janvier 1628). Dans un deuxième cas, les cardinaux considèrent que « non è cosa che spetti al santo off.o », et là encore, ils demandent donc à Figino que « non procederà più oltre VR contro il sudetto per detta denuntia », tout en précisant que celle-ci « non è senza grande affettatione data da un sudetto contro un suo superiore » (ibid., f° 82, lettre du premier avril). Les deux cas n’ont pas dû renforcer la confiance de la congrégation en les compétences juridictionnelles de fra Giacomo.

60 Le duc exige elegi in Inq[uisition]em Casalen. personam sibi confidentem, maxime his temporibus bellicis. En réponse, Ss.mus mandavit responderi eius Agenti, Inq.nem non vacare, ac praeterea sibi dari listam fratrum Ord. Praedicator. ex ditione status Eccl.ici. aptorum ad huoi. munus obeundum (Decreta 1629, copia, f° 36v).

61 Cf. ACDF, Decreta 1629, congrégation du 25 avril.

62 Voir ibid., congrégation du 4 juillet.

63 Voir ibid.

64 Ibid., f° 96v, congrégation du 30 mai.

65 […] ut huc mitteret Processum contra dictem Priorem, quo viso, et terminata causa, cogitabitur illiprovidere de aliqua Inquisitione (ibid.).

66 […] consideratisque gravaminibus eidem Priori indebite illatis, et auditis votis Ill.mi privarunt dictum Inquisitorum officio, ac inhabilitarunt ad huiusmodi munus amplius exercendum ; Mandaruntque insuper scribi Inquisitori Derthonae, qui quamprimum ad civitatem Catalen. se conferat, dictum fratrem Chrisostomum e carceribus libere dimittat, declaretque Processum, et carcerationem huiusmodi ipsum non afficere ; f.rem. Fighinum Derthonam secum ducat, ibique illum absolvat ab sententia excommunicationis, quam incurrit. Ordinaveruntque denique P. Generali Ordinis Praedicatorum, qui precipiat eidem Fratri Fighino, ut ad suum conventum Mediolani redeat (ibid., f° 129v ; congrégation du 24 août 1629).

67 Vicarii Sancti Officii Casalis conquerentis de Priore conventus dictae civitatis, lectis literis datis Il.mi. D.ni. mandarunt Procuratori Generali Ordinis Praedicatorum, qui significet dicto Priore, ut cum dicto vicario bene se gerat (Decreta 1630, f° 99).

68 Si à Casale, et dans les plaintes de Figino, l’évêque ne figure pas particulièrement, c’est sans doute parce que ce dernier était plutôt rangé parmi les alliés de l’inquisiteur (nous avons vu en tout cas qu’il avait lançé les mêmes plaintes au sujet de l’accès aux gens d’armes). Plus généralement, toutefois, les conflits entre l’inquisiteur et l’évêque n’était pas ce qui manquait en Italie, et on les retrouve également à Casale. Quelques mois seulement après le départ de Figino, l’évêque est sévèrement réprimandé par la congrégation de vendicato sibi titulo ac nomine supremi Inquisitoris ; Decreta 1630 (copia), p. 636.

69 Dès décembre 1619, en effet, la congrégation ordonne aux inquisiteurs de Mantoue et de Casale, ainsi qu’à l’évêque de cette dernière ville, ut diligenter observent Troianum Guiscardum Nobilem Casalem, et Complices inditiatos de haeresi (ACDF, Decreta 1619-1620, f° 183v).

70 Dès le 27 février 1620, la congrégation ordonne d’enregistrer les témoignages rassemblés contre le chancelier (ibid., f° 301) ; ordre relancé, sans doute sur l’arrière-plan de nouvelles dénonciations, le 14 mai (interim curet impinquare processum ; f° 338v) et le 10 septembre (ut examinent [l’évêque et l’inquisiteur de Casale, ainsi que l’inquisiteur de Mantoue] testes super fama Troiani Guiscardi circa eius vitam in spectantibus ad religionem (f° 396) ; en revanche, les cardinaux déclinent toute tentative d’arrêter le chancelier, comme le suggère, le 28 août, par exemple, l’inquisiteur de Mantoue.

71 ACDF, Decreta 1630 (copia), p. 636. Cette solution, déjà favorisée en 1619/1620, s’était imposée également en 1621 et 1622 (Decreta 1621, p. 96 ; 1622, p. 223). Vues les reproches lancées par Figino contre le père Rota, prétendu proche du chancelier, on ne s’étonnera pas que fra Giacomo a aussi enquêté sur les mœurs de ce dernier ; toutefois, lui aussi n’obtiendra, de la part des cardinaux, que la devise habituelle (diligenter illud observet) ; cf. Decreta 1625, f° 164.

72 À plusieurs reprises, Guiscardi se rend en tout cas en France où le Saint-Office le fait surveiller par les soins du nonce (cf. Decreta 1622, p. 223 ; 1625, f° 190).

73 Pour l’hypothèse d’une première décadence de l’institution à l’époque qui nous concerne, voir, par exemple, la synthèse récente de Giovanni Romeo, L’Inquisizione nell’Italia moderna, Rome et Bari, Laterza, 2002, p. 63-94.

Notes de fin

1 Mes remerciements vont à Francesco Beretta pour ses suggestions critiques, ainsi qu’à Alejandro Cifres pour l’aide archivistique qu’il a bien voulu m’accorder lors de la préparation de ce texte.

Auteur

Université de Lyon 2

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540