Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Inquisition et pouvoirs civils

Un « laissez-passer » pour l’inquisiteur. Les rapports entre l’Inquisition et les autres pouvoirs en Suisse romande au XVe siècle1

A pass for the inquisitor. The relationships between inquisition and other powers in French-speaking Switzerland in the 15th century

Kathrin Utz Tremp et Georg Modestin

Résumé

The inquisition came relatively late into French-speaking Switzerland. Its coming as a permanent institution was due to a first case against Waldensian heretics in Fribourg in 1399, that was followed by a second case in 1430. Soon, the Dominican inquisitors from Lausanne were to deal with a new sect, that of the supposed worshippers of the devil, hence the emergence of trials for witchcraft at a particularly early time in Western Switzerland. Yet, ecclesiastical judges did not work in an empty space; they were confronted with other powers such as the city of Fribourg, the bishop of Lausanne, and his cathedral chapter, that conditioned their sphere of activity.

Texte intégral

La mise en place d’une inquisition permanente

  • 1 La première partie de cette contribution, qui présente la mise en place de l’Inquisition en Suisse (...)
  • 2 Eva Maier, Martine Ostorero, Kathrin Utz Tremp, « Le pouvoir de l’inquisition », Les pays romands a (...)
  • 3 Bernard Andenmatten, Kathrin Utz Tremp, « De l’hérésie à la sorcellerie : l’inquisiteur Ulric de To (...)
  • 4 Kathrin Utz Tremp, « Ist Glaubenssache Frauensache ? Zu den Anfängen der Hexenverfolgungen in Freib (...)

1La mise en place d’une inquisition permanente en Suisse romande est relativement tardive par rapport à d’autres régions. La France méridionale la connaît en effet dès 1233, la Bohême, le Dauphiné et le Piémont dès la première partie du XIVe siècle2. Pourtant, sur le papier, l’Inquisition en Suisse romande existe déjà depuis 1267, quand le pape Clément IV ordonne aux dominicains de mettre sur pied une inquisition dans les diocèses de Besançon, Genève, Lausanne, Sion, Toul, Metz et Verdun3. Mais c’est seulement dans la deuxième moitié du XIVe siècle qu’un dominicain du couvent de Lausanne, François de Moudon, essaie de donner vie à cette institution en s’attaquant, en 1375, à une maison de béguines du Libre Esprit de la ville de Fribourg (diocèse de Lausanne) qui étaient probablement des tertiaires franciscaines ; quoi qu’il en soit, il dut abandonner ses démarches4.

  • 5 Quellen zur Geschichte der Waldenser von Freiburg im Uechtland (1399-1439), ed. par Kathrin Utz Tre (...)

2François de Moudon ne disposait vraisemblablement ni du soutien de la ville de Fribourg ni de celui de l’évêque de Lausanne. Ces deux appuis étaient pourtant nécessaires pour avoir du « succès », ce que montre le procès contre des hérétiques vaudois mené en 1399, de nouveau à Fribourg. Les autorités fribourgeoises reçoivent, avant le 28 novembre de cette année, de leurs voisins bernois, une liste contenant les noms de 54 personnes soupçonnées d’être des hérétiques vaudois, dénoncées lors d’un procès précédent à Berne. En bons catholiques, comme ils disent, les Fribourgeois s’adressent alors à l’évêque de Lausanne, Guillaume de Menthonay (1394-1406), qui, le 28 novembre 1399, mandate pour l’enquête à Fribourg le dominicain Humbert Franconis, membre du couvent des dominicains de Lausanne et inquisiteur, ainsi que Guillaume de Vufflens, gardien du couvent des franciscains de la même ville et Aymon de Taninges, official du diocèse de Lausanne (1394-1402)5.

  • 6 Kathrin Utz Tremp, « Der Freiburger Waldenserprozess von 1399 und seine bernische Vorgeschichte », (...)
  • 7 Quellen, p. 208-209.

3C’est, pour ainsi dire, le premier « laissez-passer » pour un inquisiteur en Suisse romande, mais on voit tout de suite que, loin d’être seul, l’inquisiteur était bien encadré : par un représentant de la concurrence franciscaine et par un représentant de l’évêque lui-même. En s’adressant à l’évêque et non pas directement à l’inquisiteur, les autorités fribourgeoises respectaient la voie officielle, et cela contrairement aux autorités bernoises qui, quoique faisant partie du diocèse de Lausanne, ne s’étaient adressées ni à l’évêque ni à l’inquisiteur de ce diocèse, mais avaient préféré faire venir un dominicain du couvent de Bâle6. En donnant son « laissez-passer » pour l’enquête fribourgeoise, l’évêque de Lausanne se définissait quant à lui clairement comme souverain de l’inquisition naissante en Suisse romande7.

  • 8 Quellen, p. 200-208, p. 587-635, annexe I, n° 2-6, voir également Gertrude Barnes Fiertz, « An Unus (...)

4Le mandat donné par l’évêque – et par la ville – ne garantissait pourtant pas le « succès ». Le 3 décembre 1399, Humbert Franconis commence son enquête à Fribourg ; mais deux jours plus tard, il en perd déjà son latin, car les suspects se déclarent tous non coupables. Il adresse donc, le 5 décembre, une lettre aux autorités de Berne pour leur demander plus de renseignements, mais en vain : celles-ci ne veulent en aucun cas livrer les actes de leur procès à l’inquisiteur même auquel elles n’avaient pas fait appel. Ce dernier finit par être également abandonné par la ville de Fribourg, qui l’avait pourtant fait venir ! Il ne lui restait rien d’autre à faire que d’acquitter, le 23 décembre 1399, tous les suspects, une issue extrêmement rare pour un procès d’inquisition8.

Ulric de Torrenté

  • 9 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 75-77, 106-107, annexe n° 1.

5Mais l’histoire de l’Inquisition en Suisse romande ne s’arrête pas là. Depuis le début des années 1420, elle est au centre des préoccupations d’un homme qui y croit : Ulric de Torrenté, lui aussi du couvent des dominicains de Lausanne. Son premier « cas » est un prédicateur hétérodoxe, Nicolas Serrurier, qui avait été condamné au concile de Constance en 1418 et qui débarque en 1423 à Lausanne. Ulric de Torrenté tenait à le condamner, mais n’était soutenu dans ses efforts ni par l’évêque de Lausanne, Guillaume de Challant (1406-1431), ni par le duc de Savoie Amédée VIII (1391-1439), mais en revanche par le pape Martin V. Celui-ci adresse des lettres aussi bien à l’évêque qu’au duc, mais doit se contenter de nommer, le 18 mars 1424, Ulric de Torrenté comme inquisiteur apostolique pour les diocèses de Besançon, Genève, Lausanne, Sion, Toul, Metz et Verdun, les diocèses déjà nommés en 1267, sans pourtant réussir à faire condamner le prédicateur hétérodoxe9.

  • 10 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 77-78 ; voir également Chantal Ammann-Doubliez, « La p (...)
  • 11 Quellen, p. 662, annexe II, no 3g ; voir également Maier, Ostorero, Utz Tremp, « Le pouvoir de l’in (...)

6Malgré cette nomination, Ulric de Torrenté continue d’abord à rencontrer des résistances, surtout de la part des évêques, mais aussi de la part du duc de Savoie. Il est bien appelé, en 1428, en Valais occidental, probablement par l’abbé de St-Maurice, pour mener une première chasse aux sorciers et sorcières, mais l’évêque de Sion ne l’admet pas dans sa principauté où pourtant, au même moment, débute l’une des premières grandes chasses aux sorciers et sorcières10. En 1430, ce sont de nouveau les Fribourgeois qui dépannent l’inquisiteur, en faisant appel à lui au moment où ils sont enfin prêts à faire juger « leurs » vaudois qui avaient échappé à la justice inquisitoriale en 1399. Pour ce faire, ils empruntent de nouveau la voie officielle : ils envoient leur chancelier, Bérard Chaucy, auprès de l’évêque de Lausanne, lui demandant de faire venir l’inquisiteur et le représentant épiscopal, Jean de Colonnes, official du diocèse de Lausanne de 1418 à 142711. L’évêque de Lausanne préfère donc envoyer l’inquisiteur à Fribourg plutôt que de cautionner ses démarches dans sa propre ville épiscopale.

  • 12 Quellen, p. 106-123, voir également Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 84-88.

7À Fribourg, l’inquisiteur et le représentant épiscopal ne sont pourtant pas laissés seuls, mais entourés – et contrôlés – par un tribunal d’assesseurs laïcs importants, dont l’avoyer et son remplaçant ainsi que le bourgmaître, les quatre bannerets (les préposés des quatre quartiers de la ville) et des membres du Petit Conseil. Pour la première fois dans la carrière d’Ulric de Torrenté, nous le voyons agir au sein d’un tribunal mixte, qui regroupe inquisiteur, représentant de l’évêque et délégation de la ville. Cette dernière cependant donne nettement la préférence au représentant de l’évêque en lui payant, à la fin du procès, une rémunération plus grande qu’à l’inquisiteur. Ce sont aussi les assesseurs laïcs, et surtout les bannerets, qui commencent à freiner l’énergie de l’inquisiteur quand, après presque une demie année d’inquisition, le procès menace de s’éterniser12.

De l’hérésie à la sorcellerie

  • 13 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 93-94, 110-113, annexe n° 3 (1438, juillet 23).

8Huit ans plus tard, en 1438, Ulric de Torrenté, est appelé à Dommartin (au nord de Lausanne), une châtellenie qui relevait du chapitre cathédral de Lausanne. Le châtelain avait arrêté et accusé un homme nommé Pierre de la Prélaz alias Mugnerii, âgé d’environ 40 ans et diffamé du crime d’hérésie par la rumeur publique. Ulric de Torrenté est dans ce cas accompagné du chanoine Philibert de Ruppe, juge et commissaire du chapitre, et du prêtre Pierre Raveneti, chapelain de la cathédrale et procureur de la foi. Il n’a donc pas plein pouvoir, mais est contrôlé par deux représentants du seigneur concerné, le chapitre de Lausanne. Après application de la torture, demandée par le procureur de la foi, l’accusé avoue avoir renié Dieu, la sainte Trinité, la cour céleste et sa part du Paradis, et avoir prêté hommage au diable ; il s’avère donc être un sorcier et est, pour cette raison, condamné au bûcher. La sentence est lue par le juge et commissaire Philibert de Ruppe à Dommartin devant une grande foule, et cette lecture est accompagnée d’un sermon prononcé par l’inquisiteur. Les nouveautés démonologiques communiquées de cette manière à la population de Dommartin porteront leurs fruits, comme en témoignent les nombreux procès de sorcellerie instruits dans cette châtellenie à la fin du XVe et au début du XVIe siècle13.

  • 14 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 95-98, 114-118, annexe n° 4a et b (1439, juin 20).
  • 15 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 98, 102.

9Nous ne savons malheureusement pas par qui Ulric de Torrenté est appelé à Neuchâtel une année plus tard, en 1439, pour juger deux « sorciers », Jaquet dou Plain et Enchimandus le Masseller, qui sont tous deux condamnés au bûcher. Ici, à Neuchâtel, Ulric de Torrenté est pour la première fois « seul », indépendant, sans accompagnateur embarrassant. Il porte le titre d’inquisiteur dans les diocèses de Lausanne, Genève et Sion et plusieurs autres non précisés, mais il est en même temps le représentant de l’évêque de Lausanne, Jean de Prangins (1433-1440), qui avait apparemment renoncé à le faire accompagner par un de ses officiers. Son seul compagnon est un confrère, Aymo Ceriati, à qui incombe le rôle de procureur de la foi14. On retrouve là l’assistant qu’Ulric de Torrenté avait demandé dans une supplique au pape Martin V en 1424. La réussite de leur action dépend cependant de la collaboration des notables locaux, laïcs et ecclésiastiques, qui recourent à eux en cas de nécessité, comme l’avaient fait les autorités de Fribourg en 1399 et 143015.

  • 16 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 71, 73, 118-119, annexe n° 5.

10En 1440, l’inquisiteur Ulric de Torrrenté porte pour la dernière fois la titulature élargie d’inquisiteur dans les diocèses de Besançon, Lausanne, Genève, Sion, Metz, Verdun et Toul ; dorénavant, ses successeurs, issus du couvent dominicain de la Madeleine de Lausanne, porteront régulièrement, jusqu’à la fin du XVe siècle, le titre d’inquisiteur des trois diocèses romands, Lausanne, Genève, Sion. Le fractionnement du ressort inquisitorial et l’apparition d’une titulature réduite aux seuls diocèses romands est un signe parmi d’autres d’une activité régulière de l’institution16.

  • 17 Utz Tremp, « Ist Glaubenssache Frauensache ? », p. 42-47, voir également Kathrin Utz Tremp, « Von d (...)
  • 18 Martine Ostorero, « Folâtrer avec les démons ». Sabbat et chasse aux sorciers à Vevey (1448), Lausa (...)

11C’est sans doute la lutte contre l’hérésie, et en particulier contre les vaudois de Fribourg, qui a le plus contribué à la création d’une inquisition permanente en Suisse romande. Dans la deuxième moitié des années 1430, c’est la nouvelle secte des sorciers et sorcières qui devient la cible préférée de cette institution. Pourtant, au moment même où Ulric de Torrenté juge les sorciers de Dommartin et de Neuchâtel, les autorités de Fribourg mènent, dans les années 1437 à 1442, leur propre chasse aux sorciers et sorcières, sans faire appel à l’inquisiteur, qu’ils connaissaient pourtant bien – ou trop bien – puisqu’il avait été à la tête du grand procès contre les vaudois de 1430. Ses « clients » les plus anciens et les meilleurs l’abandonnaient donc les premiers17. D’autre part, l’évêque de Lausanne, et surtout le successeur de Jean de Prangins, Georges de Saluces (1440-1461), était loin d’avoir renoncé à ses droits comme souverain de l’Inquisition : c’est probablement lui qui déclenche la chasse aux sorciers et sorcières qui se déroule à Vevey en 144818.

La collaboration avec l’évêque (Lausanne, 1458-61)

  • 19 Voir Georg Modestin, Le diable chez l’évêque. Chasse aux sorciers dans le diocèse de Lausanne (vers (...)
  • 20 Voir Laurence Pfister, L’enfer sur terre. Sorcellerie à Dommartin (1498), Lausanne, Université de L (...)

12Deux séries de procès, l’une dans les années 1460, l’autre à l’extrême fin du XVe siècle, sont particulièrement révélatrices de l’interdépendance entre la démarche de l’inquisition dominicaine et la volonté de persécution de la part des pouvoirs ecclésiastiques et politiques. Dans les deux exemples, le pouvoir politique et ecclésiastique est réuni dans les mêmes mains : en 1458 et 1461, les terres sur lesquelles la répression s’abat font partie des possessions de l’évêque de Lausanne, prince d’Empire19 ; en 1498, elle frappe la seigneurie de Dommartin qui, comme nous l’avons vu, appartient au chapitre cathédral de Lausanne20. En termes de liberté d’action de l’Inquisition, ces deux vagues de procès ne diffèrent pas fondamentalement : dans les procès des années 1460, l’inquisiteur dominicain se voit adjoindre un vicaire épiscopal ; en 1498, il est sous l’emprise du chapitre.

  • 21 Modestin, Le diable, p. 39-41.

13Certains indices dans le déroulement des affaires en 1458 et 1461 montrent à quel point l’intervention de l’Inquisition est tributaire de ce pouvoir – politique – de l’évêque : non seulement les procès se déroulent dans le château épiscopal d’Ouchy, près de Lausanne, où les suspects sont amenés de loin ; mais c’est également par des châtelains épiscopaux qu’ils ont été arrêtés dans leurs villages d’origine et transférés à Lausanne pour être présentés au tribunal. En cours de route, ils ont dû subir des pressions de la part des officiers de l’évêque, comme le montre l’exemple de Guillaume Girod, originaire de la châtellenie épiscopale de Lucens, qui comparaît devant le tribunal en octobre 1461. Dans son cas, le vicaire de l’évêque, le juriste lausannois Pierre Creschon, s’est rendu quelques jours avant le début du procès au château de Lucens où était alors détenu le suspect, afin de s’assurer que ce dernier avouerait ce que les officiers de l’évêque attendaient de lui21.

  • 22 Modestin, Le diable, p. 323-324. Nous sommes par ailleurs en train de préparer un article biographi (...)
  • 23 Voir Ostorero, « Folâtrer avec les démons ».
  • 24 Modestin, « Des Bischofs letzte Tage ».

14Pierre Creschon est un homme-clé dans la mise en place des procès des années 1460 : il intervient avant même le début d’un procès, pour surveiller ensuite les premières séances en tant que vicaire épiscopal, et à l’occasion comme représentant de l’inquisiteur. Une fois qu’une affaire suit son cours, il se permet de s’éclipser22. Sa présence, de même que le fait que la répression s’abat uniquement sur les possessions épiscopales, qui ne forment pourtant que quelques confettis dispersés en territoire savoyard, trahissent l’empreinte de l’évêque Georges de Saluces, connu pour avoir déjà été l’instigateur d’une chasse en 1448 autour de Vevey23. On se demande alors à quel point les inquisiteurs dominicains de Lausanne ont été simplement mis à contribution par lui pour mener à bien la partie « procédure » d’une chasse qui, dans un contexte politique tendu, aurait le caractère, avoué ou non, d’une démonstration du pouvoir épiscopal dans celles de ses possessions qui pouvaient être contestées, voire menacées par des velléités expansionnistes de la ville de Fribourg24.

Au service du chapitre cathédral (Dommartin, 1498)

  • 25 Voir en particulier Pfister, L’enfer, p. 131-152 (chapitre « Procédures et compétences »).
  • 26 Voir Danielle Anex-Cabanis, « Rapports entre l’évêque et le chapitre de Notre-Dame de Lausanne au s (...)
  • 27 Voir Pierre-Han Choffat, La sorcellerie comme exutoire. Tensions et conflits locaux : Dommartin 152 (...)

15L’encadrement de l’Inquisition par un autre pouvoir est encore plus manifeste dans les procès à Dommartin en 149825. Ces procès ont lieu sur fond de tractations incessantes entre l’évêque et son chapitre qui, vers la fin du XVe siècle, a réussi à se soustraire à la tutelle épiscopale, faisant preuve d’une large autonomie en matière de juridiction dans ses possessions. En 1453, Georges de Saluces reconnaît au chapitre l’omnimode juridiction dans ses trois châtellenies, dont Dommartin, se réservant l’appel en quatrième instance, probablement plus théorique que réel26. Notons que lors de deux procès en 1524 et 1528, les chanoines prétendront même que leurs possessions à Dommartin n’appartiennent à aucun diocèse (nullius dyosesis)27 !

  • 28 Pour la suite, voir Pfister, L’enfer.
  • 29 Protestation de l’évêque Aymon de Montfaucon contre le chapitre (26 novembre 1498), éditée dans Pfi (...)
  • 30 Archives de l’État de Neuchâtel (AEN), archives anciennes, cote E 24/3, jugement prononcé par le ch (...)
  • 31 Arbitrage entre l’évêque Aymon de Monfaucon et le chapitre (1504, février 6), édité dans Pfister, L (...)
  • 32 Jugement contre François Marguet et Isabelle Perat du 14 novembre 1498, supra, note 30.

16Le conflit latent éclate à nouveau en 1498 au sujet de la compétence en matière de répression de l’hérésie, lorsque, dès le 25 octobre, le chapitre fait instruire un procès contre trois de ses ressortissants de la châtellenie de Dommartin28. Pour cela, il s’est assuré les services du vice-inquisiteur François Fossaud OP, surveillé de près par les chanoines résidents de Dommartin et leur châtelain. Un mois plus tard, le 26 novembre, l’évêque Aymon de Montfaucon (1491-1517) proteste contre ce qu’il considère comme un empiétement sur ses droits, puisqu’il se réserve comme évêque la juridiction en matière d’hérésie. Selon lui, les chanoines avaient abusé de son absence momentanée pour s’arroger des compétences qui ne leur revenaient pas29. Or à ce moment-là, les verdicts sont déjà tombés : le 14 novembre, les deux premiers suspects ont été bannis30 ; le troisième procès, dont la dernière séance a lieu deux jours plus tard, s’est soldé par une condamnation à mort, comme nous l’apprend un document plus tardif, mais toujours lié à cette affaire. Il s’agit de l’arbitrage du 6 février 1504, par ailleurs infructueux, entre l’évêque et le chapitre au sujet de leurs droits respectifs de juridiction. D’après cette source, la suspecte en question avait été remise au bras séculier « sans inquisiteur » (sine inquisitore)31, fait corroboré par l’issue des deux affaires précédentes où le chanoine chargé de prononcer le verdict – le bannissement – a procédé « par lettres patentes à la place de l’inquisiteur » (vice inquisitoris per litteras patentes)32.

  • 33 Pfister, L’enfer, p. 150-152.
  • 34 Voir par exemple Nicolau Eymerich, Francisco Peña, Le manuel des inquisiteurs, éd. par Louis Sala-M (...)

17Le chapitre agit donc de son propre chef, en prenant de vitesse l’évêque et l’inquisiteur. La tâche de ce dernier se résume à mener les interrogatoires, tandis que ce sont les seigneurs du lieu, les chanoines, qui prononcent le jugement. Un autre élément, qui filtre à travers les interrogatoires, vient renforcer l’impression que ce sont les chanoines qui tiennent les rênes, au détriment de l’évêque et de l’inquisiteur : quelques semaines avant le début des procès, le chapitre avait ordonné une enquête dans ses terres pour dénicher des « hérétiques » cachés33. Cette enquête semble s’être déroulée sans la participation, voire à l’insu, des inquisiteurs lausannois – tout le contraire de ce qui est stipulé dans les manuels des inquisiteurs34

Un enchevêtrement juridique (Dommartin, novembre 1498)

18Un seul des quatre cas instruits à Dommartin en 1498 – celui contre Pierre des Sauges alias Menetrey – ne soulève aucune protestation de la part de l’évêque. Pour nous, il est d’autant plus intéressant qu’il se déroule dans un enchevêtrement juridique complexe, à l’intérieur duquel l’inquisition dominicaine semble encore plus l’auxiliaire des autres pouvoirs que dans les procès précédents.

  • 35 Voir Eugène Mottaz, Dictionnaire historique, géographique et statistique du Canton de Vaud, 2 vol., (...)
  • 36 Ici dans le sens de « dénonciation », « requête adressée à un juge » (Gallone, Organisation judicia (...)
  • 37 Lettres testimoniales issues par les chanoines résidents à Dommartin au sujet de l’arrestation et d (...)

19Pierre des Sauges alias Menetrey est originaire de Poliez-le-Grand, un village qui n’appartient pas à la seigneurie de Dommartin35. S’il a été néanmoins arrêté par les officiers du chapitre et emprisonné dans le château de Dommartin, c’est – d’après le témoignage des chanoines qui est le seul renseignement que nous ayons sur l’arrière-plan de ce cas – « suite à une clame36 et à la demande de la sainte inquisition » (tam ad clamam quam ex officio sacre inquisitionis). Qu’est-ce que cela signifie ? Sur place, c’est – comme dans les trois autres procès – le vice-inquisiteur François Fossaud qui est chargé de l’affaire. Pour la mener à bien, il invoque, toujours selon la même source, d’une part l’autorité apostolique (ex parte apostolica…) – sous entendu : celle de l’inquisiteur –, d’autre part celle de l’évêque (et reverendi […] domini Lausannensis episcopi). La demande d’arrestation auprès des chanoines est justifiée par la « juridiction spirituelle » sur Poliez-le-Grand (de iuridictione spirituali ipsius domini Lausannensis episcopi) que l’évêque revendique pour lui37.

  • 38 Il s’agit du chanoine Laurent Curnillion qui avait, à peine trois semaines plus tôt, prononcé les v (...)
  • 39 Pour l’ensemble de cet épisode, voir les lettres testimoniales dans lesquelles le chanoine Laurent (...)

20Autre indice, peut-être plus fort encore, de l’influence que l’évêque exerce dans ce cas sur l’Inquisition : ce n’est pas François Fossaud qui rend la sentence ; il ne fait que la transmettre quelques jours après la conclusion du procès. Or, lorsqu’il arrive le 3 décembre à Dommartin avec la sentence, sans doute de retour de Lausanne, il bute contre des portes fermées. C’est seulement après que l’inquisiteur s’est expliqué que le chanoine en charge38 établit en quelque sorte un « laissez-passer » et lui donne accès au château, tandis que son accompagnateur, le curé de Gruyères, qui vient peut-être de la part de l’évêque, doit rester dehors39. Visiblement, les chanoines se méfient de l’inquisiteur qu’ils perçoivent probablement comme un « agent » épiscopal. Pourtant, peu auparavant, il avait encore œuvré à leur service à l’occasion des trois procès contre autant de ressortissants du chapitre.

  • 40 Celui de présentation incombe par contre à l’abbé de Montbenoît (abbaye de chanoines réguliers de S (...)
  • 41 Voir la protestation de l’évêque Aymon de Montfaucon contre le chapitre (1498, novembre 26), supra, (...)
  • 42 Voir l’arbitrage entre l’évêque Aymon de Monfaucon et le chapitre (1504, février 6), supra, note 31 (...)
  • 43 Voir les lettres testimoniales faisant état de l’arrestation et détention de Pierre des Sauges alia (...)

21Retournons aux fondements « politiques » de ce cas. Il est certes vrai que l’évêque de Lausanne peut invoquer une certaine autorité spirituelle sur Poliez-le-Grand. Mais, à part le fait que la paroisse se situe dans son diocèse, cette autorité paraît bien ténue : l’évêque possède tout au plus le droit d’institution40. Pourtant, il ne peut faire autrement qu’invoquer son autorité spirituelle : il doit rester fidèle à la ligne d’argumentation qui est la sienne dans les tractations simultanées qu’il mène avec le chapitre au sujet des trois cas contestés dont nous avons parlé41. Toute argumentation « seigneuriale » affaiblirait sa position, car c’est celle des chanoines qui avancent contre l’évêque leur autorité en tant que maîtres temporels – et spirituels – de Dommartin42. Les chanoines craignent d’ailleurs l’empiétement de l’évêque sur leur autorité : dans les lettres testimoniales qui rendent compte des circonstances de l’arrestation de Pierre des Sauges, ils prennent soin de réserver tous leurs droits sur Dommartin43.

  • 44 Voir Maxime Reymond, L’abbaye de Montheron, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 1918 (...)
  • 45 Il n’est pas identifié dans les actes du procès ; voir à son sujet Bissegger-Garin, « Montheron », (...)
  • 46 À son sujet Reymond, L’abbaye de Montheron, p. 81.
  • 47 Reymond, L’abbaye de Montheron, p. 157 et 177.

22Quant au procès en tant que tel, il est, comme les trois précédents, instruit par le vice-inquisiteur François Fossaud, toujours suivi de près par les chanoines résidents de Dommartin et leur châtelain. Ce qui le distingue cependant des autres cas, c’est la présence lors des interrogatoires de deux nobles, dont Jean de Goumoëns, ainsi que de dignitaires de l’abbaye cistercienne de Montheron au Nord de Lausanne. Si l’intérêt du premier s’explique par le fait que sa famille, figurant parmi les principaux donateurs de Montheron, possède depuis le XIIe siècle des droits à Poliez-le-Grand44, la présence des cisterciens pourrait nous renseigner sur le fond de cette affaire. Lors de la séance d’ouverture, le 13 novembre, on trouve l’abbé en personne, Thomas Mathey (1486-1505/06)45, parmi les assesseurs ; par la suite, il se fait représenter par le prieur Louis Vuillier (1495-1505)46, accompagné d’un frère. Pourquoi cet intérêt ? L’abbaye de Montheron, comme la famille de Goumoëns, dispose de biens à Poliez-le-Grand47. Mais il y a une raison plus importante : l’abbé possède probablement, au nom de son abbaye, une juridiction particulière sur la famille de l’accusé Pierre des Sauges.

  • 48 Archives de la ville de Lausanne (AVL), Montheron 758 (quod prenominati domini abbas, monaschi [sic (...)
  • 49 Pour le sens tout relatif du terme homo liber au Pays de Vaud, voir Morard, « La dépendance ».
  • 50 Archives cantonales vaudoises (ACV), Terrier Ff 448, en faveur de l’abbaye de Montheron, f. 76 et s (...)

23Ce statut est attesté depuis la fin du XIVe siècle : en 1387, l’abbaye possédait à Poliez-le-Grand deux hommes libres, dont Rolet des Sauges, qui tenaient d’elle des biens et reconnaissaient sa juridiction directe. Ainsi Rolet se reconnaissait – comme il le fit pour ses héritiers – « homme libre et franc » des frères de Montheron, à qui revenaient « ban, clame et domaine direct sur lui »48. Notons que ce rapport à l’abbaye est lié à un legs fait deux ans auparavant par un certain Humbert, fils de feu Pierre de Goumoëns. Or le statut de la famille des Sauges, derrière lequel on devine l’héritage d’un ancien affranchissement resté partiel – affranchissement de la taille, mais continuité de la dépendance juridique49 – est attesté dans les mêmes termes au milieu du XVe siècle : dans un terrier en faveur de l’abbaye Montheron, qui porte entre autres sur ses possessions à Poliez-le-Grand, les hommes de la famille des Sauges reconnaissent à la mi-janvier 1455(56) être des « hommes libres et francs de l’abbé et du couvent de Montheron »50.

  • 51 ACV, Terrier Ff 448, f. 117v-118v et f. 119-122 (1455/56, [janvier 15]).
  • 52 ACV, Terrier Fp 4, en faveur du prieuré de Lutry, f. 151v-152v (1486, juin 18).
  • 53 Pfister, L’enfer, p. 52 et 121.

24Pierre des Sauges, l’homme accusé de sorcellerie en 1498, ne faisait certainement pas exception : il dépendait juridiquement de l’abbé de Montheron, ce qui explique la présence de ce dernier lors de l’ouverture de son procès. Si lui-même ne se reconnaît pas en 1455(56) homo liber et franchus reverendi patris abbatis et venerabilium religiosorum à l’instar des autres membres de sa famille, c’est parce qu’à cette date il était simplement trop jeune pour signer lui-même une reconnaissance. En effet, parmi les signataires figure Jean des Sauges, fils de feu Pierre et homo franchus et liber de l’abbé et du couvent, qui reconnaît tenir de nombreux biens de l’abbaye en son propre nom ainsi qu’au nom de son frère Pierre51, que nous pensons pouvoir identifier avec le sorcier présumé de 1498. On retrouve les deux frères en 1486, cette fois-ci en tant que censitaires – et non pas « hommes » – du prieur et prieuré bénédictin de Lutry52. L’étendue des biens reconnus par les frères Jean et Pierre des Sauges semble les placer relativement haut sur l’échelle villageoise, une supposition corroborée par le fait que Pierre sera appelé en 1494 à représenter son village dans une commission censée résoudre des problèmes de droit de pâturage entre Poliez-le-Grand et Dommartin ; cette nomination pourrait lui avoir attiré des inimitiés53

  • 54 Morard, « La dépendance », p. 325 (pour le début du XIVe siècle), ainsi que Danielle Anex, Le serva (...)
  • 55 Au sujet de Froideville, voir François Béboux, « Froideville », Dictionnaire historique de la Suiss (...)
  • 56 AVL, Montheron 205, reconnaissance passée en faveur de l’abbaye de Montheron par les communiers et (...)
  • 57 Bissegger-Garin, « Montheron », HS III/3, p. 319.

25Quel que fût son statut au sein du village, Pierre des Sauges dépendait juridiquement de l’abbaye de Montheron, par ailleurs notoire pour sa tendance à vouloir maintenir le plus longtemps possible l’asservissement de ses sujets54. Que l’affranchissement puisse coexister avec une dépendance juridique – ce qui est le cas, comme nous le pensons, de la famille des Sauges – est amplement démontré par l’exemple du village de Froideville, du ressort spirituel et temporel de l’abbaye de Montheron, dont les habitants ne furent affranchis de la taille qu’en 145555. Or jusqu’à la Réforme, l’abbé de Montheron revendique et exerce le « mère et mixte empire, omnimode juridiction et seigneurie » sur ses censiers de Froideville, à l’exception toutefois de l’exécution du dernier supplice. Tout criminel condamné à mort devait être remis par les officiers de l’abbaye à ceux de l’évêque de Lausanne, à qui seul incombait le droit de dernier supplice56, et qui se considérait comme protecteur du couvent57.

  • 58 Voir les lettres testimoniales de 1482 de l’évêque Benoît de Montferrand (14761491) en faveur de l’ (...)
  • 59 Cas attestés en 1529 (AVL, Montheron 208 et 209) et en 1530 (AVL, Montheron 210 et 211).

26Les abbés de Montheron veillaient jalousement sur leurs droits de juridiction, d’ailleurs continuellement réaffirmés58, et les exerçaient au pied de la lettre59. Dans ce contexte, il n’est pas sans intérêt que la démarche suivie dans le cas de Pierre des Sauges rappelle ce que nous venons de voir au sujet de celle en cours à Froideville. Il est donc probable que ce soit l’abbé de Montheron Thomas Mathey qui, pour faire juger un sorcier présumé, a fait appel à l’évêque. Celui-ci, au lieu de confier la cause au bailli de Lausanne, son juge au temporel, ou à ses officiers, en aurait chargé un inquisiteur dominicain – étant donné qu’il s’agissait d’un cas d’« hérésie » –, en se réservant toutefois le jugement. Pierre des Sauges a-t-il eu vent de l’affaire ? S’est-il enfui de Poliez-le-Grand pour chercher refuge dans la seigneurie voisine de Dommartin ? Cela expliquerait pourquoi l’évêque s’est adressé aux chanoines de Lausanne pour faire saisir et emprisonner le fugitif. Comme prévu, pour continuer dans cette logique, François Fossaud se rend à Dommartin pour mener à bien le procès. Or les choses semblent échapper au contrôle de l’évêque, car en même temps, les chanoines font instruire à Dommartin par le même François Fossaud trois autres procès – contre la volonté expresse du prélat, qui estime ses droits spirituels lésés.

  • 60 Voir la chronologie des procès dans Pfister, L’enfer, p. 303-304.

27Qu’est-ce qui a déclenché quoi ? Les trois procès contre les sujets du chapitre à Dommartin sont-ils à l’origine de l’affaire Pierre des Sauges, ou l’inverse ? Nous l’ignorons, même si le fait que, quelques semaines avant les procès, les chanoines avaient appelé à la dénonciation des hérétiques fait pencher la balance en faveur du premier cas de figure. Quoi qu’il en soit, l’évêque a manifestement été pris au dépourvu par les chanoines : les lettres testimoniales au sujet de l’arrestation et de la détention de Pierre des Sauges, établies à la demande des chanoines résidents de Dommartin, datent du 14 novembre 1498. Le 26 novembre Aymon de Montfaucon proteste contre ce qu’il considère comme une violation de ses prérogatives dans les autres cas. Mais à ce moment-là, ceux-ci sont déjà conclus60.

28L’autorité de l’inquisiteur ne sort pas non plus renforcée de cette lutte entre l’évêque et le chapitre : l’impression que l’on retient est celle d’un homme tributaire des pouvoirs politiques, que les chanoines n’hésitent pas à faire attendre devant leurs portes lorsqu’il transmet un jugement émanant de l’évêque.

Juridiction et pouvoir

  • 61 Voir le Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, vol. V (Neuchâtel, 1930), p. 314 (« P (...)

29Il n’est pas improbable que Pierre des Sauges ait fait les frais de la détermination de l’abbé de Montheron d’affirmer ses droits de juridiction, d’autant plus menacés, du moins à Poliez-le-Grand, que le village relevait politiquement depuis 1475 de deux grandes puissances régionales : les villes de Berne et de Fribourg, qui ne se sont cependant pas saisies de ce procès. Poliez-le-Grand, où, comme nous l’avons vu, différents seigneurs avaient des droits particuliers, était une dépendance du château d’Échallens ; dans le cadre des guerres de Bourgogne, Échallens avait été occupé à la fin de l’année 1475 par les Confédérés et incorporé au bailliage commun d’Orbe et d’Échallens, dont l’administration revenait à tour de rôle à Berne et à Fribourg. Ajoutons que cette attribution ne s’était pas faite sans heurts ; au contraire, elle avait été le fruit d’âpres négociations entre Berne, Fribourg et les autres Confédérés, qui avaient perduré jusqu’en 148461.

  • 62 Voir Georg Modestin, « Der Teufel in der Landschaft. Zur Politik der Hexenverfolgungen im heutigen (...)
  • 63 ACV, Terriers Fp 6 et 10 (1516), Fp 11 (1517), Fp 12, 13, 14 etc. (1518) en faveur de LLEE de Berne (...)
  • 64 Bissegger-Garin, « Montheron », HS III/3, p. 319.

30L’hypothèse selon laquelle l’exercice de la juridiction, et en particulier la persécution de sorciers et sorcières, pouvait servir soit à défendre, soit à revendiquer des pouvoirs politiques menacés ou disputés a été étayée ailleurs62. Elle sert peut-être à éclaircir le fond du procès contre Pierre des Sauges. Ce qui plaide en sa faveur, c’est que l’appropriation des territoires nouvellement acquis par Berne et Fribourg ne se fit pas du jour au lendemain. Ce fut un lent processus, ce dont témoigne le fait que les premiers terriers concernant Poliez-le-Grand en faveur de LLEE de Berne et de Fribourg ne datent que du début du XVIe siècle63. L’abbé de Montheron avait-il donc peur que « ses » hommes ne passent sous domination étrangère ? Dans ce cas, un procès de sorcellerie aurait pu être un moyen de manifester ses propres droits avec un éclat certain. D’autant que les Bernois n’hésitaient pas à grignoter la position de l’abbaye, ce qu’illustrent dans un autre domaine leurs tentatives de prise de contrôle lors de la vacance du siège abbatial au début du XVIe siècle64. Dans ce champ miné de tensions politiques, l’inquisiteur dominicain apparaît comme un acteur parmi d’autres, un acteur que les opposants mettent à contribution en leur faveur si la situation le demande.

  • 65 Voir l’affaiblissement de la juridiction des chanoines dans la châtellenie capitulaire de Saint-Pre (...)
  • 66 Voir l’arbitrage entre l’évêque Aymon de Monfaucon et le chapitre (1504, février 6), supra, note 31
  • 67 Regesten zur Schweizergeschichte aus den päpstlichen Archiven 1447-1513 (6. Heft. Die Pontifikate A (...)

31Quant à Dommartin, les conflits de juridiction qui servent de toile de fond aux procès contre trois ressortissants de la châtellenie capitulaire y sont manifestes. Ils s’inscrivent dans la longue lutte entre les évêques et le chapitre au sujet de leurs prérogatives respectives, exacerbée, peut-être, par la difficulté qu’éprouvent les chanoines, à la suite des remous causés par les guerres de Bourgogne, à faire valoir leurs droits dans leurs possessions65. Les lendemains des procès de Dommartin sont marqués par des arbitrages entre évêque et chapitre, dont on ne peut cependant que constater l’échec66. À ce sujet, il serait tentant de mettre en rapport l’affaire des procès avec une lettre du pape Alexandre VI du 7 octobre 1499, adressée à personne d’autre que… l’abbé de Montheron, Thomas Mathey, dans laquelle ce dernier est sommé de trancher un différend qui oppose les chanoines et l’évêque à cause d’une « certaine juridiction »67. Malheureusement, les détails de cette commission nous échappent.

Dommartin, 1524-1528

  • 68 Choffat, La sorcellerie comme exutoire, p. 64-67.

32Une trentaine d’années plus tard, lorsqu’une nouvelle vague de procès secoue Dommartin, les chanoines, contrairement à ce qui s’est passé en 1498, ne font plus appel à un inquisiteur dominicain. Ils confèrent l’instruction des affaires à un chanoine régulier de l’ordre des Augustins – à qui il manque toutefois ce qui pouvait rester du prestige de ses confrères prêcheurs, ne serait-ce que parce que sa maison était placée sous la juridiction du chapitre ! – ainsi qu’à leur propre châtelain68. La dépendance des inquisiteurs dominicains de Lausanne de la bienveillance et de la volonté de collaboration des pouvoirs politiques – un trait constant dans notre région, que ces pouvoirs soient détenus par les villes, l’évêque ou le chapitre – ne se manifeste jamais aussi clairement que lorsque ces derniers renoncent au concours des prêcheurs, comme cela avait également été le cas de la ville de Fribourg un siècle plus tôt. Par la suite, la conquête du Pays de Vaud savoyard et de la principauté ecclésiastique de Lausanne par les Bernois réformés en 1536 changera la donne.

Notes

1 La première partie de cette contribution, qui présente la mise en place de l’Inquisition en Suisse romande et analyse le cas fribourgeois, a été rédigée par Kathrin Utz Tremp. Georg Modestin est l’auteur de la seconde partie, traitant des terres de l’évêque et du chapitre cathédral de Lausanne. Tous deux tiennent à remercier Clémence Thévenaz Modestin de sa relecture du texte français.

2 Eva Maier, Martine Ostorero, Kathrin Utz Tremp, « Le pouvoir de l’inquisition », Les pays romands au Moyen Âge, sous la dir. d’Agostino Paravicini Bagliani et al., Lausanne, Éditions Payot, 1997, 640 p., p. 247-258, ici p. 247.

3 Bernard Andenmatten, Kathrin Utz Tremp, « De l’hérésie à la sorcellerie : l’inquisiteur Ulric de Torrenté OP (vers 1420-1445) et l’affermissement de l’inquisition en Suisse romande », Revue d’histoire ecclésiastique suisse, 86, 1992, p. 69-119, en particulier p. 72-73.

4 Kathrin Utz Tremp, « Ist Glaubenssache Frauensache ? Zu den Anfängen der Hexenverfolgungen in Freiburg (um 1440) », Freiburger Geschichtsblätter, 72, 1995, p. 9-50, ici p. 15-18.

5 Quellen zur Geschichte der Waldenser von Freiburg im Uechtland (1399-1439), ed. par Kathrin Utz Tremp, Hannovre, Hahnsche Buchhandlung, 2000, 837 p. (Monumenta Germaniae Historica, Quellen zur Geistesgeschichte des Mittelalters, n° 18), ici p. 199-200, 585-587, annexe I, n° 1.

6 Kathrin Utz Tremp, « Der Freiburger Waldenserprozess von 1399 und seine bernische Vorgeschichte », Freiburger Geschichtsblätter, 68, 1991, p. 57-85, ici p. 59.

7 Quellen, p. 208-209.

8 Quellen, p. 200-208, p. 587-635, annexe I, n° 2-6, voir également Gertrude Barnes Fiertz, « An Unusual Trial under the Inquisition at Fribourg, Switzerland, in 1399 », Speculum, 18, 1943, p. 340-357.

9 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 75-77, 106-107, annexe n° 1.

10 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 77-78 ; voir également Chantal Ammann-Doubliez, « La première chasse aux sorciers en Valais (1428-1436 ?) », L’imaginaire du sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430 c.-1440 c.), réunis par Martine Ostorero, Agostino Paravicini Bagliani, Kathrin Utz Tremp, Lausanne, Université de Lausanne, 1999, 571 p. (Cahiers lausannois d’histoire médiévale [CLHM], n° 26), p. 63-97.

11 Quellen, p. 662, annexe II, no 3g ; voir également Maier, Ostorero, Utz Tremp, « Le pouvoir de l’inquisition », p. 250-251.

12 Quellen, p. 106-123, voir également Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 84-88.

13 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 93-94, 110-113, annexe n° 3 (1438, juillet 23).

14 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 95-98, 114-118, annexe n° 4a et b (1439, juin 20).

15 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 98, 102.

16 Andenmatten, Utz Tremp, « De l’hérésie », p. 71, 73, 118-119, annexe n° 5.

17 Utz Tremp, « Ist Glaubenssache Frauensache ? », p. 42-47, voir également Kathrin Utz Tremp, « Von der Häresie zur Hexerei. Waldenser- und Hexenverfolgungen im heutigen Kanton Freiburg (1399-1442) », Les sorcières, les seigneurs et les juges. La persécution des sorciers et sorcières dans le territoire de la Suisse actuelle à la fin du Moyen Âge. Dossier éd. par Georg Modestin et Kathrin Utz Tremp, Revue Suisse d’Histoire, 52, 2002, p. 103-162, ici p. 115-121.

18 Martine Ostorero, « Folâtrer avec les démons ». Sabbat et chasse aux sorciers à Vevey (1448), Lausanne, Université de Lausanne, 1995, 323 p. (CLHM, n° 15), p. 59, 281-282, annexe n° 1.

19 Voir Georg Modestin, Le diable chez l’évêque. Chasse aux sorciers dans le diocèse de Lausanne (vers 1460), Lausanne, Université de Lausanne, 1999, 403 p. (CLHM, n° 25), ainsi que « Des Bischofs letzte Tage. Georg von Saluzzo und die Hexenverfolgung im Fürstbistum Lausanne (1458-1461) ». Colloque international Hexenverfolgung und Herrschaftspraxis (Wittlich, 11-13 octobre 2001), à paraître.

20 Voir Laurence Pfister, L’enfer sur terre. Sorcellerie à Dommartin (1498), Lausanne, Université de Lausanne, 1997, 325 p. (CLHM, n° 20), de même qu’Andreas Blauert, Frühe Hexenverfolgungen. Ketzer-, Zauberei- und Hexenprozesse des 15. Jahrhunderts, Hambourg, Junius, 1989, 178 p. (Sozialgeschichtliche Bibliothek bei Junius, n° 5), ici p. 87-97. Nous contredirons cependant plus bas la conclusion de Blauert, selon laquelle l’évêque aurait finalement réussi à imposer face au chapitre ses droits de juridiction en matière de persécution de la sorcellerie (p. 96).

21 Modestin, Le diable, p. 39-41.

22 Modestin, Le diable, p. 323-324. Nous sommes par ailleurs en train de préparer un article biographique consacré à Pierre Creschon (à paraître en 2003 dans la Revue d’histoire ecclésiastique suisse).

23 Voir Ostorero, « Folâtrer avec les démons ».

24 Modestin, « Des Bischofs letzte Tage ».

25 Voir en particulier Pfister, L’enfer, p. 131-152 (chapitre « Procédures et compétences »).

26 Voir Danielle Anex-Cabanis, « Rapports entre l’évêque et le chapitre de Notre-Dame de Lausanne au sujet de leurs droits respectifs de juridiction », Mémoires de la Société pour l’Histoire du Droit et des Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 34, 1977, p. 97-105, ainsi que Paolo Gallone, Organisation judiciaire et procédure devant les cours laïques du Pays de Vaud à l’époque savoyarde (XIIIe-XVIe siècle), Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1972, 303 p. (Bibliothèque historique vaudoise [BHV], n° 45), p. 67-69.

27 Voir Pierre-Han Choffat, La sorcellerie comme exutoire. Tensions et conflits locaux : Dommartin 1524-1528, Lausanne, Université de Lausanne, 1989, 224 p. (CLHM, n° 1), p. 57 et 81.

28 Pour la suite, voir Pfister, L’enfer.

29 Protestation de l’évêque Aymon de Montfaucon contre le chapitre (26 novembre 1498), éditée dans Pfister, L’enfer, p. 281-283, ici p. 282.

30 Archives de l’État de Neuchâtel (AEN), archives anciennes, cote E 24/3, jugement prononcé par le chanoine Aymonet (on s’attendrait à voir Laurent) Curnillion ou Curvillion contre François Marguet et Isabelle Perat (1498, novembre 14). Nous remercions le professeur Jean-Daniel Morerod (Neuchâtel) d’avoir mis à notre disposition une transcription de ce jugement. Au sujet du chanoine Laurent Curnillion (1484-1508), voir Maxime Reymond, Les dignitaires de l’église Notre-Dame de Lausanne, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 1912, 523 p. (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la Suisse romande [MDR], 2e série, t. VIII), p. 306.

31 Arbitrage entre l’évêque Aymon de Monfaucon et le chapitre (1504, février 6), édité dans Pfister, L’enfer, p. 284-287, ici p. 285.

32 Jugement contre François Marguet et Isabelle Perat du 14 novembre 1498, supra, note 30.

33 Pfister, L’enfer, p. 150-152.

34 Voir par exemple Nicolau Eymerich, Francisco Peña, Le manuel des inquisiteurs, éd. par Louis Sala-Molins, Paris-La Haye, Mouton, 1973, 249 p. (Le savoir historique, n° 8), p. 118.

35 Voir Eugène Mottaz, Dictionnaire historique, géographique et statistique du Canton de Vaud, 2 vol., Lausanne, 1914/21 (réimp. Genève, 1982), vol. II, p. 466-469.

36 Ici dans le sens de « dénonciation », « requête adressée à un juge » (Gallone, Organisation judiciaire, p. 139ss). Il faut distinguer ce sens de celui de « droit sur un dépendant et ses enfants » (Nicolas Morard, « La dépendance des ruraux », Les pays romands au Moyen Âge, p. 315-331, ici p. 320-321), dont il sera question plus bas.

37 Lettres testimoniales issues par les chanoines résidents à Dommartin au sujet de l’arrestation et détention de Pierre des Sauges alias Menetrey (1498, novembre 14), éditées dans Pfister, L’enfer, p. 279-280.

38 Il s’agit du chanoine Laurent Curnillion qui avait, à peine trois semaines plus tôt, prononcé les verdicts contre François Marguet et Isabelle Perat.

39 Pour l’ensemble de cet épisode, voir les lettres testimoniales dans lesquelles le chanoine Laurent Curnillion fait établir ce qui s’est passé (1498, décembre 3), et que Laurence Pfister a quelque peu surinterprétées comme « laissez-passer » délivré à l’inquisiteur ; elles sont éditées dans Pfister, L’enfer, p. 277-278.

40 Celui de présentation incombe par contre à l’abbé de Montbenoît (abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin, dép. Doubs), La visite des églises du diocèse de Lausanne en 1453, éd. par Ansgar Wildermann, 2 vol., Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 1993, 179 et 658 p. (MDR, 3e série, t. XIX et XX), vol. II, p. 592-593.

41 Voir la protestation de l’évêque Aymon de Montfaucon contre le chapitre (1498, novembre 26), supra, note 29, ici p. 282.

42 Voir l’arbitrage entre l’évêque Aymon de Monfaucon et le chapitre (1504, février 6), supra, note 31, ici p. 285.

43 Voir les lettres testimoniales faisant état de l’arrestation et détention de Pierre des Sauges alias Menetrey (1498, novembre 14), supra, note 37, ici p. 280.

44 Voir Maxime Reymond, L’abbaye de Montheron, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 1918, 242 p. (MDR, 2e série, t. X), p. 177, ainsi qu’Isabelle Bissegger-Garin, « Montheron », Helvetia Sacra [HS] III/3 : Die Zisterzienser und Zisterzienserinnen, die reformierten Bernhardinerinnen, die Trappisten und Trappistinnen und die Wilhelmiten in der Schweiz, rédigé par Cécile Sommer-Ramer et Patrick Braun, 2 vol. (pagination continue), Berne, Francke, 1982, p. 312340, ici p. 320.

45 Il n’est pas identifié dans les actes du procès ; voir à son sujet Bissegger-Garin, « Montheron », HS III/3, p. 337-338.

46 À son sujet Reymond, L’abbaye de Montheron, p. 81.

47 Reymond, L’abbaye de Montheron, p. 157 et 177.

48 Archives de la ville de Lausanne (AVL), Montheron 758 (quod prenominati domini abbas, monaschi [sic] et convenctus [sic]pro se et eorum successoribus […] habent et habere debent supra res et possessiones superius declaratas et supra me dictum Roletum banum, clamam et directum dominium). Cet acte est utilisé dans Reymond, L’abbaye de Montheron, p. 157, et Mottaz, Dictionnaire, vol. II, p. 467 (où il est faussement question d’un Robert des Sauges).

49 Pour le sens tout relatif du terme homo liber au Pays de Vaud, voir Morard, « La dépendance ».

50 Archives cantonales vaudoises (ACV), Terrier Ff 448, en faveur de l’abbaye de Montheron, f. 76 et ss.

51 ACV, Terrier Ff 448, f. 117v-118v et f. 119-122 (1455/56, [janvier 15]).

52 ACV, Terrier Fp 4, en faveur du prieuré de Lutry, f. 151v-152v (1486, juin 18).

53 Pfister, L’enfer, p. 52 et 121.

54 Morard, « La dépendance », p. 325 (pour le début du XIVe siècle), ainsi que Danielle Anex, Le servage au Pays de Vaud (XIIIe-XVIe siècle), Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1973, 409 p. (BHV, n° 47), p. 317 (« alors que les monastères cisterciens de Bonmont, Hauterive et Hautcrêt n’ont quasiment plus que des tenanciers libres, l’abbaye de Montheron, elle aussi de l’ordre de Cîteaux, maintient dans la taillabilité presque tous les habitants des villages de Boulens [pendant tout le XVe siècle] et de Froideville [jusqu’en 1455] »). Il s’agit de villages qui dépendent entièrement de l’abbaye de Montheron.

55 Au sujet de Froideville, voir François Béboux, « Froideville », Dictionnaire historique de la Suisse [publication électronique DHS], version du 16.06.2002.

56 AVL, Montheron 205, reconnaissance passée en faveur de l’abbaye de Montheron par les communiers et habitants de Froideville (1412, janvier 11). L’acte en question manque aux archives depuis 1989 ; nous renvoyons dès lors au regeste établi par Denis de Thurey dans les années 1740-1750 dans AVL, Nouveau répertoire des titres de Montheron, t. 1 [R63/1], p. 178-182. Les clauses citées sont suivies d’une délimitation minutieuse du territoire de la seigneurie de Froideville.

57 Bissegger-Garin, « Montheron », HS III/3, p. 319.

58 Voir les lettres testimoniales de 1482 de l’évêque Benoît de Montferrand (14761491) en faveur de l’abbaye au sujet de l’infraction desdits droits : AVL, Répertoire des titres de Montheron, t. 1, p. 182 (note de D. de Thurey sans autre référence), ainsi que le vidimus de 1520 par l’official de Lausanne d’un acte passé en 1514, restipulant les droits de l’abbaye : AVL, Montheron 206.

59 Cas attestés en 1529 (AVL, Montheron 208 et 209) et en 1530 (AVL, Montheron 210 et 211).

60 Voir la chronologie des procès dans Pfister, L’enfer, p. 303-304.

61 Voir le Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, vol. V (Neuchâtel, 1930), p. 314 (« Poliez-le-Grand »), et II (Neuchâtel, 1924), p. 738 (« Échallens »), ainsi qu’Emmanuel Dupraz, « Les baillis d’Orbe et d’Échallens », Revue historique vaudoise, 12, 1904, p. 1-12, ici p. 1-2. Pour un exemple d’un procès de sorcellerie instruit par le bailli bernois d’Orbe et d’Échallens, voir le cas de Claude Rolier (1524) dans Choffat, La sorcellerie comme exutoire, p. 19-54.

62 Voir Georg Modestin, « Der Teufel in der Landschaft. Zur Politik der Hexenverfolgungen im heutigen Kanton Freiburg von 1440 bis 1470 », Freiburger Geschichtsblätter, 76, 1999, p. 81-122, et « Wozu braucht man Hexen ? Herrschaft und Verfolgungen in Châtel-Saint-Denis (1444-1465) », Freiburger Geschichtsblätter, 77, 2000, p. 107-129. Voir aussi Rita Voltmer, « Hexenprozesse und Hochgerichte. Zur herrschaftlich-politischen Nutzung und Instrumentalisierung von Hexenverfolgungen », Hexenprozesse und Gerichtspraxis, éd. par Herbert Eiden et Rita Voltmer, Trêves, Paulinus Verlag, 2002, 621 p. (Trierer Hexenprozesse. Quellen und Darstellungen, n° 6), p. 475-525, de même que les actes à paraître du colloque international Hexenverfolgung und Herrschaftspraxis (Wittlich, 11-13 octobre 2001), organisé par Rita Voltmer (Trêves) und Gudrun Gersmann (Munich).

63 ACV, Terriers Fp 6 et 10 (1516), Fp 11 (1517), Fp 12, 13, 14 etc. (1518) en faveur de LLEE de Berne et de Fribourg.

64 Bissegger-Garin, « Montheron », HS III/3, p. 319.

65 Voir l’affaiblissement de la juridiction des chanoines dans la châtellenie capitulaire de Saint-Prex, Catherine Santschi et al., Saint-Prex 1234-1984, Saint-Prex, Commune de Saint-Prex, 1984, 172 p., ici p. 64-65.

66 Voir l’arbitrage entre l’évêque Aymon de Monfaucon et le chapitre (1504, février 6), supra, note 31.

67 Regesten zur Schweizergeschichte aus den päpstlichen Archiven 1447-1513 (6. Heft. Die Pontifikate Alexanders VI. 1492-1503 und Pius’ III. 1503), éd. par Caspar Wirz, Berne, Wyss, 1918, IV+407 p., ici p. 218, n° 563.

68 Choffat, La sorcellerie comme exutoire, p. 64-67.

Auteurs

Université de Lausanne

Gymnase allemand de Bienne

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540