Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Approche générale

La Congrégation de l’Inquisition et la censure doctrinale au XVIIe siècle1

Congregation of the Inquisition and doctrinal censorship: power strengthening of an institution devoted to intellectual control in the first half of the 17th century

Francesco Beretta

Résumé

The analysis made on three records from the Roman Holy Office, our interpretation taking the style of that court into account, has allowed us to see how theological censorships were set up and how the Congregation of the Inquisition used them to strengthen its own power. At the same time, the documents allow us to pose the problem of how Rome’s doctrinal decisions were received or how resistance cropped up, relying on the support of local powers. Consequently, we are led to wonder about the role played by doctrinal censorship in helping the Congregation of the Inquisition strenghthen its power of intellectual control in the Catholic sphere of influence.

Texte intégral

Affermissement du pouvoir d’une institution de régulation intellectuelle

  • 1 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Fonds national suiss (...)

1Je proposerai quelques considérations autour d’un problème qui me paraît fondamental et qui n’a pas reçu jusqu’ici, me semble-t-il, toute l’attention qu’il mérite : comment s’est construit le pouvoir de la Congrégation romaine du Saint-Office en tant qu’institution de régulation intellectuelle et de production d’orthodoxie.

  • 1 Étant donné les limites imparties à cette étude, je ne peux pas proposer une bibliographie développ (...)
  • 2 Neveu 1993 ; Elm/Rebillard/Romano 2000.
  • 3 Pour une autre étude qui applique au phénomène de l’Inquisition moderne une approche inspirée des t (...)

2De nombreuses études existent – je pense notamment au jansénisme – qui traitent des grands débats théologiques où le Saint-Office romain ou son président, le souverain pontife, sont intervenus soit pour trancher les questions, soit pour imposer le silence1. Toutefois, l’analyse du phénomène de la censure doctrinale a été largement dominée par des études relevant de l’histoire des idées, aux dépens d’une analyse plus approfondie des mécanismes intellectuels, sociaux et politiques qui conduisent à la production d’une nouvelle orthodoxie. Dans une approche renouvelée d’histoire intellectuelle, la Congrégation de l’Inquisition ne saurait être considérée comme gardienne d’une doctrine préexistante et définissable dans l’abstrait puisque l’orthodoxie elle-même se compose et se recompose à travers un processus historique complexe qui retient de plus en plus l’attention des historiens2. L’activité du Saint-Office romain apparaît en réalité comme l’expression d’une configuration particulière du champ théologique, à l’intérieur duquel elle exerce une fonction de régulation qu’il faut étudier dans son interaction avec d’autres agents et institutions dotés de pouvoir intellectuel et social3.

  • 4 Poncet 1998.

3Sans prétendre apporter ici une réponse exhaustive à la question posée, je me limiterai à mettre en évidence quelques aspects de cette problématique et à indiquer quelques pistes de recherche. Je le ferai en partant de trois dossiers issus des archives du Saint-Office romain dont les fonds sont actuellement conservés dans les Archives de la Congrégation pour la doctrine de la foi (ACDF). L’ouverture récente de ces archives, célébrée officiellement en 19984, a mis à la disposition des chercheurs des matériaux très utiles pour l’étude des mécanismes de production de l’orthodoxie. Mais, en même temps, il est indispensable d’indiquer quelles sont les limites et les conditions d’utilisation des documents conservés.

  • 5 Cf. Dictionnaire de droit canonique, t. VII, Paris, 1965, 1092-4.
  • 6 Beretta 2001, 20-1.
  • 7 Beretta 1998, 34-5.
  • 8 Pour plus de détails, voir Tedeschi 1997 ainsi que Beretta 1998, dont je prépare une nouvelle éditi (...)

4Je commencerai par préciser que lorsque je parle de style de l’Inquisition romaine, dans son état de la première moitié du XVIIe siècle, je me réfère à un système complexe qui comprend la législation pénale ecclésiastique et civile, la jurisprudence du Tribunal, la doctrine de théologiens et canonistes, ainsi que les usages pratiqués lors de l’instruction des procès. La formule « style du Saint-Office », l’une des expressions du concept classique de stilus Curiœ romanœ5, est utilisé fréquemment dans les sources du XVIIe siècle6. Ainsi, le biographe de Giangarsia Millini, l’un des cardinaux inquisiteurs les plus prestigieux sous le pontificat de Paul V, rapporte les efforts accomplis par le prélat pour acquérir une connaissance approfondie du « style du Tribunal », indispensable à l’exercice de ses fonctions7. Transformée en concept historique, la notion de style permet d’englober dans toute sa complexité le système de doctrines et de pratiques, soumis à une évolution continue, qui forge le monde mental des agents de l’Inquisition romaine et constitue leur système de repères. La connaissance du style du Saint-Office romain est donc indispensable pour une interprétation correcte des documents conservés. J’en exposerai ici quelques éléments essentiels concernant notre sujet8.

5Le fondement de la juridiction du Saint-Office est constitué par la sentence d’excommunication des hérétiques, prononcée ipso jure, c’est-à-dire en vertu du droit en vigueur. Selon l’idéologie inquisitoriale, il suffit d’adhérer volontairement, avec l’intellect, à une et une seule proposition hérétique, tout en manifestant par une parole ou par un acte cette adhésion, pour être excommunié. On ne peut être absout de l’excommunication ainsi encourue que par le Tribunal du saint-Office dont la tâche est la suivante : déterminer s’il y a eu hérésie, puis amener le coupable à abjurer pour pouvoir l’absoudre de l’excommunication ; ou déclarer formellement, par une sentence promulguée publiquement, son état d’excommunication permanente, en cas d’obstination ou de récidive, pour pouvoir livrer l’hérétique impénitent ou relaps au bras séculier pour être exécuté.

  • 9 Cf. Neveu 1993, 239-381.

6Dans le fonctionnement du Tribunal, une importance essentielle revient à la détermination de la valeur doctrinale de ce qu’on appelle la matière du crime de l’accusé, c’est-à-dire les propositions qui lui sont imputées. Pour ce faire, la théologie scolastique a développé un outil intellectuel qu’on appelle les censures théologiques. En voici les principales pour ce qui concerne notre sujet : une doctrine peut être hérétique, si elle s’oppose directement et manifestement à la foi ; elle est erronée, si l’opposition à la foi est seulement indirecte ; elle sent l’hérésie, hœresim sapiens, ou – avec plus de précision – elle est proche de l’erreur si, en appliquant les critères théologiques, elle peut impliquer l’hérésie ; elle est téméraire, si elle s’oppose à un large consensus théologique, sans mettre la foi en question ; elle blesse les oreilles des fidèles, piarum aurium offensiva, si elle porte atteinte à la conscience chrétienne sans comporter la suspicion d’hérésie9.

  • 10 Beretta 2001, 43-4.
  • 11 « Circa hoc extra controversiam duo omnino certa apud omnes habeantur. Primum ex propositionibus da (...)

7Cette opération de censure doctrinale est fondamentale car le sort de l’accusé et les peines qui l’attendent dépendent en bonne partie de la valeur théologique de la matière de son crime. Ainsi, selon le style du saint-Office romain, pour condamner quelqu’un au bûcher comme hérétique impénitent, il est indispensable que les propositions qui lui sont imputées soient reconnues comme formellement hérétiques, toute autre censure théologique inférieure étant insuffisante10. Ou encore, l’abjuration ne peut être imposée que si la matière du crime porte atteinte à la foi, de façon directe ou indirecte, c’est-à-dire si les propositions en question sont hérétiques, erronées ou proches de l’erreur, mais pas seulement téméraires11.

  • 12 Carena 1655, 264-5, traité qui reproduit assez bien la pratique inquisitoriale de la première moiti (...)

8L’activité de discernement théologique a acquis une importance croissante dès les dernières décennies du XVIe siècle, lorsque la Congrégation de l’Inquisition, fondée en 1542 pour contrecarrer la diffusion de la Réforme protestante dans la péninsule italienne, a réussi à imposer un réseau d’administrations locales qui lui permettent de contrôler l’Italie centrale et septentrionale. Mis au service du disciplinement, le Saint-Office a développé son activité dans le domaine du contrôle des mœurs et de la répression de la superstition. Mais ce système ne peut fonctionner, par principe, que si le délit comporte une dimension doctrinale qui justifie l’excommunication, principal fondement de la juridiction du Tribunal. La nouvelle situation a d’ailleurs poussé le Saint-Office romain à étendre sa juridiction également aux propositions qui méritent des censures théologiques de degré inférieur à l’hérésie12.

  • 13 Carena 1655, 105-122.

9Prenons l’exemple de la bigamie, délit poursuivi par l’Inquisition romaine depuis les dernières décennies du XVIe siècle et source de conflits de juridiction avec les fors épiscopaux et séculiers. La prétention de la juridiction inquisitoriale au monopole du for en matière de bigamie dépend d’un argument de caractère doctrinal : celui qui se marie une deuxième fois, alors que sa première femme est toujours en vie, est suspect de croire, à l’encontre d’un canon du Concile de Trente, que le mariage n’est pas unique et indissoluble. Pour la Congrégation de l’Inquisition, la matière de son crime n’est donc pas le fait de la bigamie en lui-même, mais l’adhésion probable de l’intellect à une proposition contraire à la foi, définie par le Concile de Trente : l’accusé est donc suspect d’hérésie et il doit abjurer13.

10Si les cas de bigamie ne posent pas de problèmes particuliers au niveau du discernement doctrinal, toute autre est la situation des différentes doctrines et formes de dévotion qui fleurissent au XVIIe siècle. Dans ce contexte, un rôle essentiel revient aux théologiens consulteurs du Tribunal, qu’on appelle également les qualificateurs, leur fonction étant celle de se prononcer sur la qualification doctrinale, c’est-à-dire sur la censure théologique que mérite la matière du crime de l’accusé. Il s’agit de théologiens de renom, qui peuvent être ou non consulteurs stables du Saint-Office romain, qui appartiennent à différents Ordres religieux et qui sont censés représenter les diverses écoles théologiques présentes dans l’espace intellectuel catholique.

  • 14 Congar 1994, 303-4.

11Il importe de relever que les qualificateurs exercent un magistère de docteurs – propre également aux Facultés de théologie, comme celle de Paris – auquel on reconnaît à l’époque une importance décisive14. En effet, dans le monde mental de la scolastique la théologie est considérée comme une science qui permet des conclusions certaines. Le jugement des théologiens qualificateurs est donc considéré comme décisif pour le Tribunal, alors que l’avis des consulteurs canonistes, concernant les aspects judiciaires des procès, est seulement considéré comme prudentiel. C’est pourquoi le document qui exprime le résultat de l’opération de censure doctrinale réalisé par les qualificateurs, signé de leur propre main et versé au dossier judiciaire, revêt la plus grande importance. Au sein du Tribunal, ne peuvent en principe s’opposer à ce jugement que les rares cardinaux inquisiteurs qui sont eux-mêmes théologiens, tel un Robert Bellarmin, ou le pape, en vertu de son office de pasteur suprême.

12Dans cette activité de discernement doctrinal exercée par les qualificateurs se construit un aspect essentiel du pouvoir de la Congrégation du Saint-Office. Car toute la question est de savoir dans quelle mesure leur jugement est vraiment objectif, « scientifique », ou s’il ne représente, en réalité, qu’un compromis issu de considérations « politiques » ou l’affirmation d’une position parmi d’autres, à l’intérieur des nombreux débats et conflits qui caractérisent le monde théologique de l’époque. De plus, se pose le problème du prestige, de l’autorité doctrinale qui sera reconnue à ce jugement, surtout s’il est entériné par le pape. Car le président du Tribunal romain de l’Inquisition, le souverain pontife, est généralement considéré, au XVIIe siècle, comme juge suprême des controverses en matière de foi, même si des réserves sont exprimées quant aux conditions d’exercice et à la valeur absolue de cet office.

13Il y a donc réciprocité dans l’accroissement du capital symbolique. Car si le pouvoir intellectuel de la papauté est renforcé par l’activité de discernement doctrinal confiée aux théologiens qualificateurs, en vertu du caractère « scientifique » de leur magistère de docteurs, en retour le pouvoir intellectuel des qualificateurs s’amplifie, au milieu des controverses théologiques de leur temps, grâce au prestige pontifical qui entérine leurs décisions. Une nouvelle institution de régulation intellectuelle se met ainsi progressivement en place, dès le milieu du XVIe siècle, à l’intérieur du catholicisme, en concurrence avec le pouvoir de discernement doctrinal reconnu, depuis le Moyen Âge, aux Facultés de théologie et aux Ordres religieux. L’affaire du jansénisme est exemplaire de ce point de vue, mais trop complexe pour être abordée ici. J’ai préféré présenter quelques exemples liés à la censure des livres qui permettent d’illustrer la dynamique et les limites de ce phénomène d’affermissement du pouvoir intellectuel de la Congrégation de l’Inquisition.

  • 15 Pour ce qui suit, voir Beretta 2000.

14Ceci m’amène à parler des sources utilisées pour l’enquête. Dès les premières décennies du XVIIIe siècle, on assiste à une prise de conscience, au sein du Saint-Office romain, de l’importance des documents liés à la fonction de régulation théologique développée depuis deux siècles. Toutefois, dans les archives du Tribunal, ces documents étaient en grande partie dispersés dans les milliers de volumes regroupant les procès15. Au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le dominicain Giuseppe Maria Lugani a opéré une restructuration complète des archives en réalisant une nouvelle collection d’environ 1 500 volumes comprenant les matières de doctrine et de juridiction les plus importantes. Cette collection jurisprudentielle réunissait des matériaux issus de séries hétéroclites ou extraits du fonds des procès qui comprenait plus de 4 000 volumes à la veille de la Révolution. Les nouveaux volumes regroupaient les documents les plus importants de plusieurs centaines d’affaires et de procès, et en particulier les censures des théologiens qualificateurs, tout en indiquant quelle avait été la décision arrêtée par la Congrégation.

15Comme on le sait, l’ensemble des archives du Saint-Office romain a été transporté à Paris par ordre de l’empereur Napoléon, en 1810, mais, compte tenu de la quantité de volumes qu’il aurait fallu retransporter à Rome, en 1814-1815, les chargés d’affaires pontificaux ont reçu mission de récupérer la nouvelle collection jurisprudentielle, réalisée quelques décennies auparavant et qui réunissait, aux yeux de la Congrégation, les documents indispensables à son fonctionnement. En revanche, ils ont liquidé la masse des procès, considérés comme n’ayant plus d’utilité. Nous ne disposons donc aujourd’hui, sauf exceptions, que des volumes réorganisés par l’archiviste Lugani.

16Si cette situation rend très difficile la reconstitution globale de l’activité du Tribunal, en revanche elle fournit des matériaux très utiles pour l’enquête envisagée ici. J’ai retenu trois dossiers qui permettent d’illustrer les différentes composantes du pouvoir intellectuel du Saint-Office romain, et ceci relativement à des agents qui se situent dans trois configurations assez différentes du champ théologique. Tout en profitant du caractère jurisprudentiel des sources utilisées, je me suis limité à présenter les éléments essentiels de chaque épisode, en leur appliquant l’outillage herméneutique que fournit l’étude du style du Tribunal. J’ai donc renoncé à recourir aux sources issues des archives locales, comme l’aurait demandé une étude plus approfondie de chaque cas. Sur cette base, je formulerai, en conclusion de l’exposé, quelques remarques sur la fonction du Saint-Office romain en tant qu’institution de régulation intellectuelle.

  • 16 ACDF, SO, St. st. O 1 n, dossier 1, ff. 755-60. Ce recueil d’une trentaine de feuillets a été réali (...)
  • 17 ASV, Fondo Borghese II, 68, ff. 71-2.

17Le premier cas retenu est celui du capucin Hippolythe Averoldi, professeur de théologie à Brescia. Dans un opuscule envoyé au pape Clément VIII en l’année 1600, Averoldi affirme que l’Antéchrist dont il est question dans l’Apocalypse est à identifier avec le prophète Mahomet. Quelques propositions tirées de l’opuscule sont censurées par la Congrégation du Saint-Office en tant que téméraires, erronées et sentant l’hérésie, et le capucin se voit contraint de signer une rétractation à Rome, en septembre 160116. Par la suite, Averoldi compose un traité latin et, dans une lettre adressée à Clément VIII, il se plaint du traitement subi. Selon le religieux, les cardinaux inquisiteurs n’ont pas le droit de résoudre les controverses théologiques et ses arguments lui permettent, en tant que théologien, d’affirmer que son opinion trouve son fondement dans l’Écriture sainte. En octobre 1605, à Rome, Averoldi est de nouveau obligé de se rétracter, en promettant de se soumettre désormais à la Congrégation17.

  • 18 Document authentique de la censure, daté du 5 mai 1610 et signé par les qualificateurs, ACDF, SO, S (...)
  • 19 Décret de Paul V du 27 mai 1610, ACDF, SO, Decreta 1610, p. 228. La copie de la censure a été envoy (...)
  • 20 Benzoni 1970, 49.
  • 21 Ferraro 1993, 94.

18Mais une fois rentré à Brescia, le théologien capucin reprend la plume pour défendre son opinion et, suite à une perquisition de sa cellule, en septembre 1607, il est arrêté par l’inquisiteur. Quelques propositions tirées de ses écrits sont soumises aux théologiens qualificateurs du Saint-Office romain qui leur appliquent la censure d’erronée en matière de foi, voire d’hérétique pour certaines d’entre elles18. En mai 1610, le pape Paul V décrète qu’on transmettra à Averoldi la censure des consulteurs romains pour qu’il se décide à abjurer comme véhémentement suspect d’hérésie19. Mais, suite à l’affaire de l’interdit de Venise, dans laquelle Averoldi a pris parti pour la République, le capucin peut compter désormais sur l’appui des autorités politiques20. De plus, il appartient à l’une des familles les plus puissantes de Brescia21.

  • 22 Lettre du nonce à Venise du 4 septembre 1610, ASV, Segr. Stato, Venezia 40, ff. 632-634.
  • 23 Décrets de Paul V du 22 juillet et du 9 septembre 1610, ACDF, SO, Decreta 1610, p. 321 et 394. Cf. (...)
  • 24 ACDF, SO, St. st. O 1 n, dossier 1, ff. 1001-40.

19Fort de cet appui, Averoldi refuse d’abjurer et demande qu’on reconsidère les arguments théologiques qu’il a avancés, ou que la question soit tranchée par le pape en personne. L’affaire se complique à cause d’une controverse entre Venise et Rome en matière de juridiction inquisitoriale : la République s’oppose au fait que le verdict a été prononcé à Rome ainsi qu’à la formulation prévue pour l’abjuration, d’après laquelle la durée d’emprisonnement dépend du bon plaisir de la Congrégation du Saint-Office, ce qui est inacceptable pour le magistrat22. L’entêtement d’Averoldi va lui coûter cher, car le pape Paul V, inflexible, ordonne qu’il reste emprisonné aussi longtemps qu’il ne se décidera pas à abjurer23. Plusieurs demandes de libération, en 1613, 1616, 1619 et 1621 ne changent rien à la situation24.

  • 25 Ibid., ff. 1047-56.

20Enfin, sous le nouveau pontificat de Grégoire XV, suite à une nouvelle demande de libération, le cas est soumis à l’analyse minutieuse du cardinal Desiderio Scaglia qui, après avoir été inquisiteur de Milan et commissaire du Saint-Office, jouit d’une grande autorité au sein de la Congrégation. Dans un document de 15 pages, le cardinal dominicain discute, à l’aide de nombreuses citations de théologiens contemporains, les arguments d’Averoldi pour conclure que la censure prononcée par les qualificateurs en 1610, postulant une atteinte à la foi, ne lui paraît pas justifiée. En février 1623, la Congrégation revient sur le verdict d’abjuration et se limite à demander à Averoldi, une nouvelle fois, une simple rétractation de ses propositions, tout en maintenant la peine d’emprisonnement de durée au gré de la Congrégation25. Comme ce verdict ne sera pas formalisé dans une sentence d’abjuration, mais réglé par voie administrative, le conflit de juridiction avec la République est résolu du même coup.

  • 26 Le copieux dossier de cette affaire, ACDF, SO, St. st. O 3 e, ff. 102-292, se trouve dans un volume (...)

21La rétractation de propositions censurées est également imposée à un autre capucin qui, à l’occasion de l’interdit de Venise, a choisi, contrairement à Averoldi, le camp de la papauté. Il s’agit du célèbre prédicateur Hyacinthe Natta, de Casale Monferrato, auteur de nombreux ouvrages de dévotion, mais aussi actif dans la vie politique de son temps. Ce deuxième cas se passe à Pérouse, en 1619, où le prédicateur capucin a introduit un rite populaire qui prévoit d’offrir les nouveau-nés à une statue de la Vierge Marie, appelée la « Vierge de la vie », nouvellement fabriquée et placée dans une chapelle de la cathédrale26. Le succès du nouveau culte soulève des résistances et l’inquisiteur de Pérouse, le dominicain Tommaso Margottini, refuse de donner l’imprimatur à un opuscule rédigé par Natta pour expliquer la nouvelle dévotion. Mis lui-même en question, car le manuscrit du capucin a reçu l’imprimatur du réviseur de la curie épiscopale, l’inquisiteur transmet le dossier à Rome.

  • 27 Décret du 30 janvier 1620, ACDF, SO, Decreta 1619-1620 (copie), f.195v°.
  • 28 Exemplaire authentique de la censure, avec les signatures des qualificateurs, ACDF, SO, St. st. O 3 (...)

22Face à la prise de position de l’évêque de Pérouse en faveur du capucin, le pape Paul V décide de soumettre les propositions tirées de l’opuscule à la censure des théologiens qualificateurs de la Congrégation27. L’opération de censure, dirigée par le dominicain Desiderio Scaglia qui, à cette époque, est encore commissaire du Saint-Office, aboutit à la qualification de plusieurs propositions en tant que téméraires, sacrilèges, injurieuses à l’égard des sacrements et tout au moins erronées dans la foi, c’est-à-dire presque hérétiques. Parmi d’autres griefs, l’oblation des enfants à la statue de la Vierge semble mettre en question la valeur même du baptême28.

  • 29 Ibid., ff. 233-41.
  • 30 Ibid., ff. 268-75.

23Appelé à Rome et interrogé par Scaglia, le capucin Natta aura à se rétracter par un acte formel, signé devant le commissaire du Saint-Office, le 21 février 162029. Le même sort attend, le 4 mai suivant, le réviseur épiscopal, Giovanni Nicola Leonzi, supérieur du collège de l’Oratoire de Pérouse, qui a donné l’imprimatur au manuscrit de Natta30. En dépit de la qualification théologique très dure, la Congrégation a décidé de terminer le procès par une rétractation – qui à la différence de l’abjuration ne comporte pas de conséquences pénales, ni d’incapacité à accéder aux charges ecclésiastiques – car elle considère probablement que le sens hérétique des propositions n’a pas été perçu par les deux accusés. Natta et Leonzi s’en sortent sans trop de dommages.

  • 31 Ibid., ff. 245/261v°.

24Enfin, même si les prêtres de l’Oratoire tentent de sauver la statue de la Vierge, désormais conservée en un lieu privé, le Saint-Office romain intervient pour supprimer définitivement le culte et l’évêque de Pérouse lui-même est soumis à une rigoureuse admonestation dont le contenu est approuvé par le pape Paul V. Le fondement doctrinal de l’admonestation de l’évêque, mise en acte par le cardinal Giangarsia Millini, est fourni par la censure théologique réalisée par les qualificateurs du Saint-Office romain, que le cardinal inquisiteur doit porter à la connaissance de l’évêque de Pérouse, tout en lui reprochant d’avoir laissé se répandre des doctrines jugées par les théologiens romains comme étant erronées en matière de foi. Ces griefs d’ordre doctrinal légitiment un renforcement du contrôle de l’autorité épiscopale de la part de la Congrégation qui demande à l’évêque de soumettre désormais à l’approbation préalable du Saint-Office de Rome toute nouvelle forme de dévotion31.

  • 32 Ce dossier était conservé, au XVIIe siècle, dans le volume 53 de la chancellerie, cf. l’inventaire (...)
  • 33 Garuti 1993, 22.
  • 34 Ibid., 192-4.

25Le poids de l’avis des qualificateurs de l’Inquisition ressort également du troisième cas retenu ici, qui concerne l’affirmation de l’égale autorité des apôtres Pierre et Paul32. Dans le contexte des polémiques soulevées par la publication de l’ouvrage De la fréquente communion (1644) d’Antoine Arnauld, dont la préface de la quatrième édition fait allusion à cette doctrine, Martin de Barcos, abbé de Saint-Cyran, publie plusieurs écrits pour défendre l’unique primauté des deux apôtres33. Faute d’obtenir une condamnation en France, le parti de la régente Anne d’Autriche et de Mazarin demande l’intervention du pape. Le 6 avril 1645, les théologiens qualificateurs du Saint-Office romain appliquent la censure d’hérésie à la proposition qui affirme que Pierre et Paul sont l’unique chef de l’Église, si l’on entend par là qu’un égal pouvoir revient aux deux apôtres dans le gouvernement de l’Église34.

  • 35 Décret du 27 avril 1645, ibid., 73, note 17.
  • 36 Lettre du 9 juin 1645, ibid., 196-7. Cf. la lettre du 24 novembre 1645, ibid., 200.
  • 37 Décrets du 13 juillet et 21 décembre 1645, ibid., 197-8/201.
  • 38 Ibid., 32-34.

26Le 27 avril 1645, le pape Innocent X ordonne d’envoyer la censure au nonce Guidi di Bagno et de la faire connaître à Paris35. Le nonce répond que, selon ses informateurs, une prise de position personnelle du pape est indispensable pour faire cesser la controverse, mais qu’elle doit éviter la censure d’hérésie pour ne pas soulever de nouvelles polémiques36. Le souverain pontife lui fait écrire que la doctrine en question a déjà été condamnée comme hérétique par les Pères de l’Église et par les Conciles, comme le montre la censure des qualificateurs du Saint-Office, et que par conséquent une déclaration doctrinale de sa part n’est pas nécessaire37. L’intervention personnelle d’Innocent X se limite donc à la proscription du livre de Barcos, dont la légitimation doctrinale est fournie par le jugement porté par les qualificateurs du Saint-Office en vertu de leur magistère de docteurs. Ce que conteste précisément une partie des théologiens français, Barcos ayant exposé, dans un traité de presque 800 pages, de nombreux arguments qui montrent que la doctrine condamnée par les théologiens romains trouve son fondement dans la Tradition38. Qui donc a raison ?

  • 39 Ibid., 86. Cf. 84, note 68.
  • 40 Ibid., 252-5.

27La proposition qui postule une égalité des deux apôtres dans le gouvernement de l’Église est soumise à une nouvelle censure des qualificateurs du Saint-Office, en novembre 1646, et dans la séance de la Congrégation du jeudi 24 janvier 1647, sur la base de l’expertise des théologiens romains, Innocent X condamne comme hérétique la proposition en question, hœreticam censuit ac declaravit39. Cette définition doctrinale prononcée personnellement, cette fois, par le pape sera publiée sous la forme d’un décret du Saint-Office envoyé à tous les nonces et inquisiteurs pour qu’ils le publient dans leur domaine de juridiction. Le nonce à Paris fait traduire et imprimer le décret et l’envoie à tous les archevêques et évêques de France40, ce qui provoque une double réaction.

  • 41 Ibid., 257-63/268-85.

28D’une part, les théologiens du parti adverse font circuler des pamphlets qui stigmatisent l’intervention romaine : à leur estime, la proposition censurée n’est pas celle soutenue par les auteurs français et amène à un contresens ; selon les critères de la théologie, la décision du Saint-Office manque de fondement ; si la doctrine avait été réellement hérétique, la Faculté de théologie de Paris l’aurait elle-même censurée ; « l’honneur de la Sorbonne » est ainsi mis en question par les théologiens romains ; le pape n’a pas agi comme docteur universel mais seulement comme docteur particulier, donc sa décision ne saurait être obligatoire ; d’après les bruits qui circulent, Innocent X lui-même n’est pas en mesure de dire s’il a parlé ex cathedra ou pas41.

  • 42 Ibid., 288-93. Cf. le Dictionnaire de droit canonique de Durand de Maillane, t. I, Lyon 1770, 665-6 (...)

29D’autre part, le Parlement de Paris s’insurge contre la publication du décret par le nonce, bien qu’elle ait été acceptée par le roi, parce que le document pontifical ne lui a pas été soumis pour être enregistré. Le 15 mai 1647, le Parlement promulgue un arrêt général qui interdit à tous les archevêques et autres ordinaires de la monarchie de recevoir, faire publier et exécuter les décrets de la Congrégation de l’Inquisition, comme toutes les autres Bulles pontificales, « sans Permission du Roy, vérifiée en la Cour ». Les correspondances échangées montrent que le Parlement souhaitait défendre ses prérogatives de Cour souveraine et, surtout, éviter que ne soit progressivement introduite la juridiction de l’Inquisition romaine en France42.

30Les trois cas retenus permettent de mettre en évidence, en guise de conclusion, quelques éléments de la problématique présentée en commençant. Je formulerai en même temps quelques interrogations en vue d’un prolongement de la recherche.

31Un premier aspect est celui de la production des censures théologiques et de leur utilisation par la Congrégation du Saint-Office pour affermir son propre pouvoir. Se pose la question de la situation doctrinale des agents qui ont produit la censure – les qualificateurs, les cardinaux, le pape – dans le champ théologique : quels courants, quelles écoles, quels intérêts représentent-ils ? Nous avons vu, dans le cas d’Averoldi et dans celui d’Arnauld/Barcos que l’avis des docteurs, tout en s’appuyant sur le même type d’argumentation théologique, peut diverger considérablement. Ainsi, les conclusions de la science théologique peuvent dépendre, bien souvent, des circonstances politiques.

32En réalité, l’enjeu est celui du pouvoir intellectuel dont disposent les théologiens, s’appuyant sur les institutions auxquelles ils appartiennent. En s’opposant à la définition des théologiens romains, la Faculté de théologie de Paris défend son propre prestige, ce qui explique, entre autres, l’intervention du Parlement. Le refus d’introduire la juridiction du Saint-Office en France va ainsi de pair avec la réaffirmation de l’autonomie intellectuelle des théologiens parisiens, cette autonomie étant, en retour, un important instrument de légitimation du gallicanisme.

33Dans les États pontificaux, en revanche, l’avis des docteurs au service de la Congrégation du Saint-Office est considéré comme irréfragable, même sans prise de position doctrinale explicite du pape. Il permet donc d’épauler l’inquisiteur de Pérouse et de faire cesser une nouvelle dévotion, en dépit de son approbation par l’ordinaire du lieu et par ses propres théologiens. Toutefois, le cas d’Averoldi montre que, au sein même du Saint-Office romain, les avis des théologiens peuvent diverger et qu’une doctrine qualifiée d’hérétique en 1610, ne mérite plus cette censure en 1623.

34Un deuxième aspect de notre problématique est celui de la réception des qualifications théologiques rendues par le Saint-Office et entérinées par le pouvoir pontifical. Car ces censures ne sont acceptées que dans la mesure où il y a une reconnaissance de la fonction régulatrice des Congrégations romaines, de la part des religieux qui se rétractent, ou des autorités ecclésiastiques qui acceptent de publier leurs décisions. D’autres théologiens s’y opposeront, pour des raisons qui sont tout autant d’ordre doctrinal que de prestige intellectuel. Mais le succès de leur résistance dépendra de l’appui du magistrat, de la République de Venise ou du Parlement de Paris. On peut donc mettre en évidence, dans les espaces de la catholicité du XVIIe siècle, une sorte de « géographie » des pouvoirs intellectuels qui voit se superposer, dans toute la complexité de la société d’Ancien régime, les sphères de compétence des institutions régulatrices, souvent liées aux autorités étatiques, et les conflits de prestige entre les théologiens et les réseaux qui les soutiennent et qui peuvent revêtir, dans le cas des Ordres religieux, une dimension internationale.

35Les cas présentés ici, bien qu’assez représentatifs de la situation de la première moitié du XVIIe siècle, ne doivent pas faire oublier les dizaines d’autres dossiers disponibles dans les archives du Saint-Office romain. Toutefois, des dossiers aussi copieux que ceux relatifs aux affaires Natta et Arnauld/Barcos sont relativement rares. Il faut donc acquérir une connaissance suffisamment approfondie du style du Saint-Office romain pour pouvoir interpréter correctement la documentation, parfois très lacunaire, relative aux cas retenus par l’archiviste Lugani lors de son tri. Sur cette base, et grâce à un recours aux sources locales, il sera possible d’entreprendre une étude plus approfondie permettant de reconstituer le rôle de la censure doctrinale comme instrument d’affermissement du pouvoir de la Congrégation de l’Inquisition, en tant qu’institution de régulation intellectuelle, dans les espaces de la catholicité.

Bibliographie

Bibliographie

Benzoni Gino, « I “teologi” minori dell’Interdetto », Archivio veneto 91 (1970), 31-108.

Beretta Francesco, Galilée devant le Tribunal de l’Inquisition, Fribourg, 1998 ;
- « Le Siège apostolique et l’affaire Galilée : relectures romaines d’une condamnation célèbre », Roma moderna e contemporanea 7, 1999, 421-46 ;
- « L’archivio della Congregazione del Sant’Ufficio : bilancio provvisorio della storia e natura dei fondi d’antico regime », Del Col Andrea/Paolin Giovanna (éds), L’Inquisizione romana : metodologia delle fonti e storia istituzionale. Trieste/Montereale Valcellina, 2000, 119-144. Publié également dans Rivista di storia e letteratura religiosa 37, 2001, 29-58 ;
- « Giordano Bruno e l’Inquisizione romana. Considerazioni sul processo », Bruniana & Campanelliana 7, 2001, 15-49.

Bethencourt Francisco, L’Inquisition à l’époque moderne, Paris, 1995.

Carena Cesare, Tractatus de Officio Sanctissimœ Inquisitionis et modo procedendi in causis Fidei, Cremona, 1655.

Congar Yves, Église et papauté, Paris, 1994.

Elm Susanna, Rebillard Éric, Romano Antonella (éds), Orthodoxie, Christianisme, Histoire, Rome, 2000.

Ferraro Joanne Marie, Family and public life in Brescia (1580-1650), Cambridge/New York, 1993.

Garuti Adriano, S. Pietro unico titolare del primato. A proposito del decreto del S. Uffizio del 24 gennaio 1647, Bologna, 1993.

Neveu Bruno, L’erreur et son juge, Napoli, 1993.

Poncet Olivier, « L’ouverture des Archives du Saint-Office et de l’Index. Échos d’une journée de présentation », Revue d’histoire de l’Église de France 84, 1998, 97-103.

Tedeschi John, Il giudice e l’eretico, Milano, 1997.

Notes

1 Étant donné les limites imparties à cette étude, je ne peux pas proposer une bibliographie développée à ce sujet.

2 Neveu 1993 ; Elm/Rebillard/Romano 2000.

3 Pour une autre étude qui applique au phénomène de l’Inquisition moderne une approche inspirée des travaux de Pierre Bourdieu, voir Bethencourt 1995, 313-367.

4 Poncet 1998.

5 Cf. Dictionnaire de droit canonique, t. VII, Paris, 1965, 1092-4.

6 Beretta 2001, 20-1.

7 Beretta 1998, 34-5.

8 Pour plus de détails, voir Tedeschi 1997 ainsi que Beretta 1998, dont je prépare une nouvelle édition qui tirera profit des sources désormais accessibles aux ACDF.

9 Cf. Neveu 1993, 239-381.

10 Beretta 2001, 43-4.

11 « Circa hoc extra controversiam duo omnino certa apud omnes habeantur. Primum ex propositionibus damnabilibus 1. 2. et 3. gradus, nempe hœretica, erronea, sapiente hœresim, seu hœreticali oriri obligationem abiurandi, vel de formali, si reus S. Officii aliquam earum proferens fateatur pravam credulitatem, et se hæ reticum manifestet ; vel de vehementi, aut de levi si intentionem neget, etiam post inflictam ei torturam (excipe ubi esset sponte comparens) attenta qualitate personæ, et propositionis prolatæ. Secundum ex aliis propositionibus damnabilibus reliquorum graduum, nimirum ex temeraria, scandalosa, offensiva piarum aurium, male sonante, blasphema, etc. nequaquam cogi eas proferentem ad abiurandum ullo modo, sed expediri solere cum correptione, et declaratione, aut revocatione propositionis prolatæ, cum poenitentiis etc. », ACDF, SO, St. st. Old, premier fascicule, document « N° XIII ». Cf. Beretta 1999, 430.

12 Carena 1655, 264-5, traité qui reproduit assez bien la pratique inquisitoriale de la première moitié du XVIIe siècle.

13 Carena 1655, 105-122.

14 Congar 1994, 303-4.

15 Pour ce qui suit, voir Beretta 2000.

16 ACDF, SO, St. st. O 1 n, dossier 1, ff. 755-60. Ce recueil d’une trentaine de feuillets a été réalisé par l’archiviste Lugani en sortant quelques pièces du dossier judiciaire original. Ce dernier se trouvait dans le volume 1062 de la série des procès et devait comprendre plus de 400 feuillets, étant donné que la numérotation d’archives inscrite sur les documents conservés va de 646 à 1056.

17 ASV, Fondo Borghese II, 68, ff. 71-2.

18 Document authentique de la censure, daté du 5 mai 1610 et signé par les qualificateurs, ACDF, SO, St. st. O 1 n, dossier 1, ff. 948-9.

19 Décret de Paul V du 27 mai 1610, ACDF, SO, Decreta 1610, p. 228. La copie de la censure a été envoyée à l’inquisiteur de Brescia le 29 mai 1610, ACDF, SO, St. st. O 1 n, dossier 1, f. 949 v°.

20 Benzoni 1970, 49.

21 Ferraro 1993, 94.

22 Lettre du nonce à Venise du 4 septembre 1610, ASV, Segr. Stato, Venezia 40, ff. 632-634.

23 Décrets de Paul V du 22 juillet et du 9 septembre 1610, ACDF, SO, Decreta 1610, p. 321 et 394. Cf. la lettre du nonce du 8 janvier 1611, ASV, Segr. Stato, Venezia 42, f.11.

24 ACDF, SO, St. st. O 1 n, dossier 1, ff. 1001-40.

25 Ibid., ff. 1047-56.

26 Le copieux dossier de cette affaire, ACDF, SO, St. st. O 3 e, ff. 102-292, se trouve dans un volume dont l’archiviste Lugani a numéroté les pages et réalisé un index détaillé.

27 Décret du 30 janvier 1620, ACDF, SO, Decreta 1619-1620 (copie), f.195v°.

28 Exemplaire authentique de la censure, avec les signatures des qualificateurs, ACDF, SO, St. st. O 3 e, ff. 228-30.

29 Ibid., ff. 233-41.

30 Ibid., ff. 268-75.

31 Ibid., ff. 245/261v°.

32 Ce dossier était conservé, au XVIIe siècle, dans le volume 53 de la chancellerie, cf. l’inventaire ACDF, SO, St. st. P 1 a, f. 179 : « Liber de Primatu S. Pauli et eius Censura. Vol. 53 ». L’archiviste Lugani a inséré le fascicule dans le quatrième tome de la nouvelle série des Censuræ librorum, créée par lui, ACDF, SO, Censuræ librorum 1641-1648, fasc. 14. Les documents qu’il contient ont été publiés par Garuti 1993, 191-301.

33 Garuti 1993, 22.

34 Ibid., 192-4.

35 Décret du 27 avril 1645, ibid., 73, note 17.

36 Lettre du 9 juin 1645, ibid., 196-7. Cf. la lettre du 24 novembre 1645, ibid., 200.

37 Décrets du 13 juillet et 21 décembre 1645, ibid., 197-8/201.

38 Ibid., 32-34.

39 Ibid., 86. Cf. 84, note 68.

40 Ibid., 252-5.

41 Ibid., 257-63/268-85.

42 Ibid., 288-93. Cf. le Dictionnaire de droit canonique de Durand de Maillane, t. I, Lyon 1770, 665-6, qui cite une intervention très significative d’Omer Talon, avocat au Parlement de Paris, au sujet de l’arrêt du 15 mai 1647.

Notes de fin

1 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Fonds national suisse.

Auteur

Université de Fribourg

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540