Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Inquisition et pouvoir

 | 
Gabriel Audisio

Ouverture

Gabriel Audisio

Texte intégral

1Le présent ouvrage constitue les actes du colloque international tenu à Aix-en-Provence, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, les 24-26 octobre 2002 sur le thème « Inquisition et Pouvoir ». Cette rencontre s’insère en fait dans la réflexion engagée par le programme de recherche CNRS intitulé « Religion et pouvoir » qui s’est déroulé de 1998 à 2003, au sein du laboratoire TELEMME. Elle en a marqué aussi le point culminant, tout comme la publication de ses actes en signale l’achèvement.

2L’objectif était d’inviter les chercheurs à concentrer leur regard sur cette grande institution qui marqua tellement les pays méditerranéens durant plusieurs siècles, dans la complexité de sa nature et de son fonctionnement puisque s’y retrouvent toutes les grandes composantes humaines : politique, religion, économie, culture, arts.

3Nous avons souhaité saisir cette réalité dans le temps long : du Moyen Âge à nos jours, couvrant ainsi les trois grandes formes que connut l’institution inquisitoriale : médiévale, ibérique (Espagne 1481 ; Portugal 1536) et romaine (1542).

4L’espace géographique couvert intéresse les pays italiens et ibériques, à l’ancrage méditerranéen majeur, mais aussi les zones plus lointaines qui connurent également l’Inquisition parce que soumises politiquement aux pays ibériques, à savoir les empires espagnols et portugais. La France, quant à elle, est intéressée par l’inquisition médiévale seulement, encore que certaines zones de son territoire actuel, relevant de puissances étrangères, connut également l’inquisition romaine (Comtat Venaissin) ou espagnole (Nord, Franche-Comté, Roussillon).

5Trois axes de réflexion sont ici abordés :

  • Le pouvoir au sein de l’Inquisition : sa nature, ses limites, ses contradictions, son évolution…
  • Les rapports entre le pouvoir inquisitorial et les autres pouvoirs (politiques, ecclésiastiques, économiques, sociaux) dans leurs variations mêmes selon les aires, les périodes, mais aussi d’autres paramètres, tels que les personnes : hostilité, indépendance ou autonomie respective, alliance passive, coopération plus ou moins intense.
  • Le pouvoir de l’Inquisition sur l’imaginaire : il s’agit de prendre la mesure de l’image qui a été retenue de cette institution dans le temps long, et donc jusqu’à aujourd’hui à travers les divers modes d’expression artistiques. Bien des disciplines concernées auraient pu être ici abordées : littérature, peinture, vitraux, gravure, sculpture, cinéma, télévision, bande dessinée, théâtre, opéra… Seuls en fin de compte littérature, droit et télévision sont traitées, faute de combattants.

6La tenue de ce colloque fut particulièrement pertinente de trois points de vue : sur le plan chronologique, après les colloques du Vatican (1998), de Montereale en Trentin, Italie (1999) et de Cuenca en Espagne (2000) ; sur le plan géographique parce que se tenant en France, pays qui n’a pas connu l’Inquisition moderne, et hors des instances religieuses ; sur le plan thématique parce que, si les études sur l’Inquisition sont nombreuses et si le thème proposé a fait l’objet de quelques recherches locales, il n’a pas encore fait l’objet d’une mise en perspective profonde dans le temps et l’espace.

7Cette manifestation et la publication qui lui fait suite se révèlent particulièrement importantes et même exceptionnelles compte tenu de l’historiographie existante pour aborder un aspect de synthèse curieusement jusqu’ici négligé et qui permet à la fois d’opérer une mise au point et un bilan des travaux, parfois importants, déjà effectués, révéler de jeunes chercheurs en cours d’exploitation de champs inexplorés et ouvrir de nouvelles perspectives grâce notamment à l’approche puridisciplinaire et aux regards croisés sur les sources.

8Par ailleurs, la diachronie et l’espace couvert, à la fois précis et large, ont été déterminés par la logique de la problématique ; la volonté d’une vision comparative se concrétise également par une orientation pluridisciplinaire, comme cela avait été le cas pour le colloque « Religion et Identité », tenu à Aix en 1996 et édité par les Publications de l’Université de Provence en 1998. Le colloque s’est déroulé en six sessions, qui constituent les parties du présent volume : Approche générale, Inquisition et pouvoirs civils, Inquisition et pouvoirs ecclésiastiques, Inquisition et contrôle social, Inquisition et contrôle idéologique, La France et l’Inquisition (XVIe-XXe siècles). En outre, une table ronde, ouverte au public et non publiée ici, s’est également tenue sur le thème « L’Inquisition : quel héritage aujourd’hui ? » avec G. Audisio, B. Bennassar et F. Bethencourt, présentée et animée par le journaliste marseillais Jacques Bonadier.

9Le comité scientifique était composé de G. Audisio (France, Université de Provence/UMR TELEMME), Francesco Beretta (Suisse, Université de Fribourg), Francisco Bethencourt (Portugal, Université de Lisbonne, Directeur du Centre Gulbenkian de Paris), Jaime Contreras (Espagne, Université de Alcalà de Henares), Massimo Firpo (Italie, Université de Turin). Réuni à Paris les 23 mars et 23 novembre 2001, il a fixé les grandes orientations et, suite à un large appel à communications, eut à choisir parmi cinquante cinq propositions. En fin de compte il a retenu 30 intervenants, dont finalement seulement 21 ont pu effectivement participer à la rencontre, provenant de 9 pays : Allemagne, Angleterre, Brésil, Espagne, France, Italie, Portugal, Suisse, USA. La sélection a été rigoureuse, elle s’est faite sur la base de considérations exclusivement scientifiques ou pour des raisons d’équilibre. Quoique douloureuse, elle s’est révélée nécessaire. Les défections ne pouvaient être prévues. Les langues officielles ont été le français et l’anglais. Pour des raisons éditoriales seul le français a été retenu dans la présente publication des actes ; toutefois les résumés anglais ont été joints en fin de volume.

10Une telle manifestation ne peut se tenir sans la contribution, le soutien et la complicité de multiples instances, partenaires, collègues et collaborateurs. Elle a pu être programmée grâce à un multi-partenariat financier : Université de Provence, CNRS, Région PACA, Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Centre Gulbenkian de Paris, École Française de Rome, Casa de Velázquez de Madrid. Je tiens à remercier toutes les personnes qui l’ont rendue possible : les membres du Comité scientifique, qui ont assumé un réel rôle parfois délicat de contrôle et dont la renommée scientifique a contribué au succès de l’entreprise ; les collègues venus spécialement pour participer notamment aux débats sans toutefois produire une communication (A. Del Col, W. Monter) ; les collègues de l’Université de Provence parmi lesquels tout particulièrement B. Cousin, directeur de notre laboratoire CNRS et directeur des Publications de notre Université, et M. Janin-Thivos à plusieurs titres et C. Pégon pour la traduction anglaise des documents du colloque ; les collaborateurs de l’UMR TELEMME enfin qui ont assuré, avec efficacité et cordialité, la logistique et l’accueil : C. Bruggiamosca, E. Carroll, C. Dotto, L. Lablache, A. Bouyala, C. Borello, C. Delpy, S. Bentin ainsi que J. Tourrel qui a assuré la traduction en français des contributions anglaises de P. Biller et J.-B. Given et en anglais des résumés.

11Le succès de ce colloque a tenu à plusieurs ingrédients, pas toujours réunis : rigueur scientifique, respect de la parole d’autrui, cordialité des rapports humains, confort des conditions de travail, ponctualité et respect des temps de parole, engagement dans la participation, importance accordée au débat.

12Le colloque a permis une avancée tout à la fois pour la réflexion au sein du programme de l’UMR, pour la recherche historique internationale portant sur l’Inquisition, pour le rayonnement national et international tant de l’Université de Provence que de la MMSH. Au vu du succès remporté par le colloque, tant auprès des spécialistes qu’auprès d’un public plus large, je ne doute pas de l’accueil qui sera réservé à ce volume des actes, dont toutes les contributions me paraissent dignes d’intérêt, plusieurs réellement remarquables et certaines tout à fait exceptionnelles. Considérons cette pierre comme une contribution à l’édifice commun de la construction en recherche historique, toujours en train, toujours en chantier et qui n’a, d’ailleurs, aucune chance d’être un jour terminé et moins encore achevé.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540