Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en société au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Daniel Le Blévec
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Différences : intégration, exclusion

Les lépreux peuvent-ils vivre en société ? Réflexions sur l’exclusion sociale dans les villes du Midi à la fin du Moyen Âge

Daniel Le Blévec

Texte intégral

  • 1 F. BÉRIAC, « Mourir au monde. Les ordines de séparation des lépreux en France aux XVe et XVIe sièc (...)
  • 2 Ead., Histoire des lépreux au Moyen Âge. Une société d’exclus, Imago, Paris, 1988. – R. I. MOORE, (...)

1Les lépreux peuvent-ils vivre en société ? La vision traditionnelle que l’on retient de la lèpre et des lépreux au Moyen Âge conduit à répondre d’emblée par la négative. L’image du pauvre lépreux au visage ravagé, vêtu de haillons, annonçant son passage en actionnant une cliquette pour alerter la population et l’inciter à s’écarter afin d’éviter la contamination, fait partie des topoi couramment repris dans l’historiographie et dans l’iconographie, de même que le terrifiant cérémonial liturgique de séparation des lépreux qui fait d’eux des « morts au monde », dont on sait qu’il est tardif, propre à un tout petit nombre de régions de la Chrétienté, en tout cas totalement absent des sources méridionales1. L’ouvrage de Françoise Bériac paru en 1988, Histoire des lépreux au Moyen Âge, sous-titré « Une société d’exclus », s’insère dans cette vision marginalisante des victimes de la lèpre, confortée par l’existence de la croyance en une malédiction divine frappant cette catégorie de personnes et justifiant les mesures prises à leur encontre. D’autres travaux envisageant la question de la marginalité sociale dans son ensemble ont mis en avant un processus général qui aurait conduit l’Église et la société chrétienne, à partir de la seconde moitié du XIIe siècle, à durcir leur attitude vis-à-vis de toute forme de déviance, de comportement ou de situation hors norme, que ce soit à l’égard des juifs, des hérétiques, des prostituées et donc à l’égard des lépreux, faisant de la société de l’Occident médiéval, pour reprendre le titre d’un ouvrage de l’historien anglais Robert Moore, paru en 1987, une « société persécutrice »2.

  • 3 F. O. TOUATI, Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la pr (...)
  • 4 D. LE BLÉVEC, La part du pauvre. L’assistance dans les pays du Bas-Rhône du XIIe siècle au milieu (...)
  • 5 J. ROSSIAUD, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1998.

2Des études postérieures ont apporté quelques nuances à ce schéma pourtant devenu classique. À propos des lépreux, les recherches de François-Olivier Touati, portant notamment sur la France du Nord, ont montré que la présentation traditionnelle qu’on en faisait était trop univoque. Prenant le contre-pied des conclusions de Françoise Bériac, cet historien s’est efforcé de montrer au contraire la relative intégration des lépreux dans la société urbaine, au plan topographique, économique et religieux3. Les travaux récents sur la marginalité ont replacé les mesures prises par les autorités ecclésiastiques ou civiles pour isoler les lépreux, les encadrer, les surveiller et leur interdire notamment d’errer librement, dans une évolution toute en nuance des mentalités religieuses au cours des derniers siècles du Moyen Âge. Si les lépreux sont condamnés à vivre désormais en reclus, ils n’en bénéficient pas moins d’efforts significatifs réalisés en leur faveur : soutien financier aux établissements où ils sont reçus, soins médicaux, aide spirituelle, etc.4 Il en va de même des prostituées, déjà bien intégrées dans la société urbaine, si l’on se réfère aux études de Jacques Rossiaud, et envers lesquelles on note des efforts réels pour les arracher à leur genre de vie et les réhabiliter socialement par le travail, le mariage ou l’entrée en religion5.

  • 6 A. VAUCHEZ, [n. 2], p. 822.

3Il n’en reste pas moins que l’on ne saurait nier, à la fin du Moyen Âge, la réalité d’une radicalisation de l’attitude de l’Église et de la société d’Occident dans son ensemble vis-à-vis des déviants et des minorités, en fonction d’une conception de l’unité chrétienne assimilée à l’uniformité. Ce durcissement se fonde sur la hantise de la diversité et sur l’obsession de ce qu’André Vauchez appelle la reductio ad unum6. La diversité est dès lors assimilée au mal. Le diable est d’abord celui qui divise, diabolos. Une telle évolution des mentalités, qui rejette le droit à la différence, s’exprime clairement dans le domaine de la théologie, dans celui du droit canonique et dans celui de l’ecclésiologie. Au plan institutionnel et social, dans les villes d’Occident, ce rejet prend des formes plus concrètes, s’intégrant dans le phénomène de normalisation des comportements caractéristique des gouvernements urbains de l’époque. Qu’en est-il de ce phénomène dans les villes du Midi ? Choisies comme un poste d’observation privilégié pour en mesurer l’intensité, les cités de la basse vallée du Rhône, et plus particulièrement Avignon, offrent une documentation, peut-être pas surabondante, mais dont les éléments subsistants n’en sont que plus intéressants dans la perspective retenue ici, notamment les statuts des léproseries, les actes notariés et les délibérations communales.

4Construite à la fin du XIIe siècle, bénéficiaire de nombreux bienfaits de la part de la bourgeoisie et de l’aristocratie locale, ainsi que de la cour pontificale lors de sa présence au bord du Rhône au XIVe siècle, la léproserie Saint-Lazare d’Avignon continue à fonctionner et à faire parler d’elle au XVe siècle, époque où la documentation la concernant est la plus fournie. Située au nord-est de la cité pontificale, relativement proche des remparts après la construction de la nouvelle enceinte sous Innocent VI, cet établissement n’a pas laissé de statuts, à l’inverse des léproseries de Nîmes, de Montpellier et de Marseille. Mais on dispose à son sujet de tout un arsenal de textes réglementaires, figurant notamment dans les délibérations municipales et dans les dispositions judiciaires. Ils nous informent sur la place que la société urbaine consentait à faire aux lépreux et sur le regard qu’elle portait sur eux.

La position des clercs

5Depuis longtemps, l’institution ecclésiastique a légiféré à propos des lépreux, notamment par les canons des conciles. Mais entre la norme ainsi définie et sa mise en pratique effective des obstacles se dressent souvent, que la jurisprudence s’efforce de franchir ou de contourner. C’est donc surtout à travers les actes de la pratique, en particulier de la pratique juridique, que se vérifie l’application plus ou moins stricte de la norme canonique. Une situation illustre bien cet aspect : le mariage des lépreux. Cette question a très tôt préoccupé les hommes d’Église, qui ont fini, à l’époque carolingienne, par admettre que le conjoint sain puisse se séparer du conjoint lépreux et contracter ensuite un second mariage, sous la condition toutefois du consentement mutuel des époux. Le mariage entre deux lépreux est par ailleurs autorisé.

6À l’époque grégorienne, l’évolution qui fait du rite du mariage un véritable sacrement conduit à un durcissement de la position de l’Église, de plus en plus réticente à dissoudre ce que Dieu est sensé avoir uni. En 1179, Alexandre III incite les époux dont l’un est atteint de lèpre à se prêter mutuellement assistance et recommande au conjoint sain de se consacrer d’abord au service du conjoint malade. Si le conjoint lépreux doit se retirer des lieux habités en raison de la gravité de son état, le mariage n’en est pas dissous pour autant. Il est donc clair que l’état de lépreux de l’un des époux ne saurait être aux yeux de l’Église du XIIe siècle une cause de dissolution du mariage.

  • 7 Arch. dép. Vaucluse, not. Avignon, ét. Pons n° 1373, fol. 153v.
  • 8 super divorcio seu separacione et annulacione cujusdam matrimonii dudum inter ipsos Guillelmum et D (...)
  • 9 Nos Johannes Blancherii officialis prefatus, visis per nos et diligenter inspectis libello predicto (...)

7Si au XIIIe siècle, l’institution ecclésiale continue à camper fermement sur ses positions, ces dernières vont peu à peu s’assouplir à la fin du Moyen Âge. Les annulations de telles unions vont en effet finir par être acceptées. Sans doute la maladie ne rompt-elle pas ipso facto le mariage. Elle oblige le conjoint infecté à l’internement et le conjoint sain, s’il veut être libéré de cette union, à réclamer le divorce devant l’officialité du lieu. C’est donc seulement après une procédure conduite devant le tribunal de l’évêque que l’annulation peut être prononcée. En août 1440, l’official d’Avignon instruit une affaire de cet ordre7. L’épouse, Dauphine Chabaude, saine, demande le divorce ou la séparation avec annulation du mariage, d’avec son mari, Guillaume Duch, lépreux, qui est entré à la léproserie8. La sentence manque, le notaire ayant négligé de la reproduire en entier. Mais l’intitulé de l’acte : sentencia in causa divorcii matrimonii, indique que la demande a été jugée recevable et que l’official l’a accueillie favorablement. La procédure ayant été transcrite dans le registre d’étendues du notaire, l’on peut supposer que le divorce a été finalement prononcé. Le fondement juridique de cette décision trouve-t-il sa validité dans la conception du lépreux considéré comme « mort au monde » ? Le tribunal admet-il que le mariage a, en quelque sorte, cessé d’exister, comme en cas de mort naturelle de l’un des époux, circonstance qui autorise le conjoint survivant à contracter légitimement une nouvelle union ? La question reste ouverte, en l’absence des attendus de la sentence. Toujours est-il que l’official ne prend pas sa décision à la légère. Il précise en effet qu’il a interrogé des témoins, qu’il a consulté des médecins et des juristes et qu’il a longuement délibéré avant de se prononcer9. Les médecins mentionnés ont vraisemblablement pratiqué sur le mari une « expertise de léprosité » selon les règles alors habituelles, examen qui s’est révélé positif. Quant à la consultation des juristes, elle prouve que la doctrine à ce sujet reste encore floue, voire ambiguë. L’official, lui-même, canoniste de formation sans doute, préfère solliciter l’avis de spécialistes avant de prononcer sa sentence.

8Le recours à des gens de savoir, consultés à titre d’experts, est une pratique qui se développe beaucoup à la fin du Moyen Âge. Les tribunaux, qu’ils soient civils ou ecclésiastiques, intègrent désormais ces expertises à la procédure. Leur usage témoigne que, sur ce plan également, le monde de la lèpre est intégré dans les pratiques et la norme qui régissent la société.

La position des autorités laïques

9Le regard porté sur les lépreux par les autorités laïques est révélateur de la place qu’on leur accorde au sein de la société. Ce regard peut être perçu à travers les dispositions arrêtées par les pouvoirs civils, soucieux au XVe siècle de veiller à la bonne situation sanitaire de la population.

10À cet égard, on ne doit pas séparer les mesures de ségrégation touchant les lépreux de celles qui visent à protéger les habitants contre la peste ou, plus généralement, contre tout danger extérieur risquant de les menacer. Elles s’inscrivent donc dans une politique globale des municipalités, illustrée notamment par le recrutement de médecins salariés pour soigner les pauvres infirmes et les malades gisant dans les hôpitaux de la ville.

11À Avignon, l’autorité publique est alors partagée entre deux instances :

  • la municipalité, représentée par le conseil des syndics, qui dispose d’une assez large autonomie administrative ;
  • le pouvoir pontifical, le pape étant le souverain temporel d’Avignon depuis 1348. Après le retour de la curie à Rome, le pouvoir temporel du pape a été exercé localement par un légat, qui délègue lui-même une large partie de ses attributions à un viguier et à une cour de justice, appelée la cour de Saint-Pierre ou cour temporelle10.
  • 11 Arch. mun. Avignon, GG hôp. Saint-Lazare, généralités.
  • 12 Ex parte siquidem eorum humilimme vestris dominacionibus quatenus intuitu pietatis et misericordie (...)
  • 13 Super facto leprosorum, conclusio quod eis pro eorum necessitate, actento quod eis prohibetur intro (...)

12L’un des problèmes auxquels sont confrontées les autorités, responsables de la santé des habitants, est la présence en ville de pauvres errants, de marginaux sans domicile fixe, venus pour mendier et contre lesquels elles doivent élaborer une réglementation répressive. Face à cette mendicité sauvage, les lépreux de Saint-Lazare veulent faire valoir leur différence et défendre leurs intérêts. Pour eux, comme du reste pour beaucoup de pensionnaires d’hôpitaux, les quêtes constituent une source de revenus importante. Ils ne veulent pas, par conséquent, être assimilés aux mendiants gyrovagues. C’est donc très officiellement qu’ils adressent, au début de 1451, une supplique aux syndics, par l’intermédiaire d’un avocat, pour avoir la permission d’envoyer deux d’entre eux quêter aux portes des églises les jours de fête, en particulier le jour de la Fête-Dieu11. Ils attirent l’attention des autorités communales sur la protection officielle qu’elles leur accordent et sur la priorité dont ils jouissent par rapport aux étrangers. Ils précisent que le produit des quêtes leur est nécessaire pour améliorer leur pauvre vie et pour entretenir leur maison. En échange ils prieront pour la prospérité des syndics et pour celle de la ville, rappelant ainsi que, dans la conception du temps, les lépreux, pauperes Christi, sont considérés comme des intercesseurs privilégiés auprès de Dieu12. Le 27 mars, le conseil fait droit à leur requête. Il les autorise à envoyer en ville un ou deux d’entre eux pour quêter. Il leur vote même un subside de 10 florins13.

  • 14 Arch. mun. Avignon, boîte XI, n° 15. J. Girard et P. Pansier (éds), La cour temporelle d’Avignon a (...)

13Cette autorisation ne paraît avoir été que temporaire. Peu à peu la position des autorités vis-à-vis des lépreux va se durcir. Lorsque, vers 1458, la cour temporelle promulgue des criées (mesures réglementaires « proclamées »), trois d’entre elles sont relatives aux lépreux14. La première (Contra leprosos ne entrent civitatem) leur interdit d’entrer ou de demeurer en ville, de jour comme de nuit, sous peine de la fustigation sine misericordia. La seconde (Contra eosdem, quod exeant civitatem) ordonne aux personnes atteintes de lèpre qui se trouveraient en ville d’en sortir immédiatement, sous la même peine. La troisième (Contra eosdem, ne recipiantur in domibus) défend aux habitants de recevoir un lépreux dans leur maison. Quiconque aurait loué une chambre ou une maison à un lépreux encourt une amende de 100 livres. S’il ne peut la payer, il sera fustigé et la maison ou la chambre sera confisquée.

  • 15 Des dispositions analogues ont été prises dans d’autres villes, notamment à Marseille (A. FABRE, H (...)

14Il est clair que ces mesures visent d’abord et essentiellement les lépreux vagabonds, auxquels une stricte ségrégation est imposée : pas de lépreux intra muros. Mais, par voie de conséquence, c’est l’ensemble du monde lépreux qui est officiellement séparé du monde des sains. La léproserie est donc la victime de ce durcissement et de la généralisation de la norme15.

  • 16 Super facto leprosorum qui petunt posse ingredi istam civitatem ista septimana sancta veniendi, del (...)
  • 17 À Marseille, les consuls désignaient chaque année un quêteur pour solliciter des aumônes en faveur (...)
  • 18 Ainsi en 1468 : quod dicti leprosi extranei quovismodo non habeant hanc civitatem ingredi et requi (...)
  • 19 Bibl. mun. Avignon, ms 6111, p. 559.

15L’évolution ainsi amorcée est confirmée quelques années plus tard. À une nouvelle demande d’autorisation de quêter pendant la semaine sainte présentée en 1464 par les lépreux de Saint-Lazare les autorités opposent un refus formel, en assimilant clairement les pensionnaires de la léproserie aux forenses et aux extranei. Seule mesure en leur faveur, une aumône leur sera accordée, dont le montant n’est pas précisé tout en étant qualifié de « raisonnable »16. Cette aumône devait être fixée à 10 florins et figurer par la suite régulièrement dans les délibérations municipales. Elle devient, à la fin du siècle, une sorte de droit fixe que la ville verse à la léproserie pour que ses habitants n’en sortent pas et ne viennent pas vagabonder par les rues et les carrefours17. Quant aux lépreux étrangers, ils restent indésirables. Ils sont impitoyablement refoulés à l’extérieur des remparts, comme en témoigne le renouvellement des mesures à leur encontre18. Un renouvellement qui est aussi la preuve que certains d’entre eux parvenaient à franchir les barrières. À tel point que la ville dut recruter, dans les années 80 du XVe siècle, des « chasseurs de lépreux » (casso paures), bien payés pour accomplir leur triste besogne. Les comptes municipaux mentionnent ainsi une somme de 10 florins et 4 sous versée en 1487 à un certain Nico et à ses compagnons per metre los paures de Sant Lase fora de vila19.

16Cette « chasse aux ladres » est le résultat le plus concret de la normalisation du statut du lépreux qui vise, dans les villes provençales de la fin du Moyen Âge, à circonscrire le phénomène lépreux dans un cadre bien défini, rassurant en quelque sorte, celui de la léproserie, institution quasi municipalisée avec ses règles propres et ses rapports codifiés avec les autorités. Un consensus s’est établi à cet égard entre l’Église, le pouvoir civil et la population pour l’établissement d’un ordre social qui ne peut tolérer aucun facteur perturbateur, comme peut l’être la présence de lépreux étrangers, potentiellement dangereux. L’idéal de bon gouvernement qui inspire désormais ceux qui ont en charge le destin de la cité implique une responsabilisation accrue à l’égard de la bonne santé des habitants, une vigilance exacerbée face à toute intrusion venant de l’extérieur et par conséquent la nécessité d’éviter – voire d’éliminer sans ménagement – toute cause d’infection possible, d’où qu’elle vienne. Un tel programme ne peut passer que par la définition d’une norme sociale, officialisée par l’écrit. Les lépreux d’Avignon, même s’ils n’ont pas été dotés d’un règlement spécifique comme celui qui régissait à la même époque les léproseries d’autres villes méridionales, n’ont pas échappé pour autant à cette évolution générale.

La communauté des lépreux, une micro-société

  • 20 Ch. GIRAUD, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, Paris, 1846, II, p. 222.
  • 21 D. LE BLÉVEC, [n.4], p. 831.
  • 22 J. AVRIL, « Le IIIe concile du Latran et les communautés de lépreux », Revue Mabillon, t. IX, 1981 (...)

17La création des léproseries, à partir du XIIe siècle, avait répondu à un double souci : d’une part une préoccupation charitable, venir en aide à des malheureux mis à l’écart, même par leur famille parfois, et qui n’avaient d’autre ressource que d’errer sans but ni abri, ou ayant trouvé refuge dans de misérables cabanes de fortune installées dans les parages des agglomérations ; d’autre part une préoccupation sanitaire, la croyance en la contagion de la lèpre étant alors fortement ancrée dans les esprits. Il est ainsi significatif de voir coïncider chronologiquement, par exemple, la mention dans les statuts municipaux d’Arles datant de la fin du XIIe siècle d’une interdiction faite aux lépreux et aux lépreuses de demeurer à l’intérieur de la ville, d’y stationner ou de s’y rendre, de jour comme de nuit, et en même temps les premiers legs pro leprosis dans les testaments arlésiens20. Dès lors qu’ils étaient ainsi regroupés en communautés, forcés de cohabiter pendant de longues années, puisque la lèpre est une maladie évolutive, à l’issue inéluctable certes mais selon un lent processus de dégradation physique, les lépreux constituèrent des societates originales, des fraternités soudées par la nécessité de devoir affronter le même mal, les mêmes humiliations, les mêmes rejets, et tenant à la fois de la communauté hospitalière, de la confrérie, du collège, avec en arrière-plan la référence idéale du propositum monastique, puisque leur seule occupation, une fois entrés dans la léproserie, était de se consacrer, dans ce cadre adapté, à la préparation de leur salut21. Dans cette perspective, la concession tout à fait exceptionnelle d’une chapelle et d’un cimetière propres, officialisée par le canon 23 de Latran III, Cum dicat Apostolus, traduit la volonté de la hiérarchie ecclésiastique de considérer les lépreux comme des fils de Dieu et, à l’image de tous les pauperes, comme les membres souffrants du Christ22. Il s’est trouvé des hommes d’Église pour comprendre que, rejetés ici-bas, les lépreux trouveraient dans l’au-delà une place à la mesure des souffrances qu’ils auraient endurées. Il s’en est trouvé aussi parmi les laïcs. Sans aller jusqu’à adopter des attitudes héroïques comme celles de Louis IX ou de François d’Assise, nombreux ont été les simples fidèles qui, tout en partageant le consensus général favorable à la séparation des lépreux de la partie saine de la société, les ont considérés comme des intercesseurs efficaces pour leur propre salut et ne les ont donc pas oubliés dans leurs générosités testamentaires.

  • 23 L. LEGRAND, Statuts d’hôtels-Dieu et de léproseries. Recueil de textes du XIIe au XVe siècle, Pari (...)

18Dans le cadre institutionnalisé de la léproserie, partageant le même genre d’existence, la même infortune et les mêmes tristes perspectives, les lépreux éprouvèrent assez tôt le besoin de mettre au point des observances codifiées, indispensables pour le fonctionnement au quotidien de leur maison. Parmi les plus anciens statuts, on relèvera ceux de la maladrerie Saint-Lazare de Montpellier, datant des années 1149-115823. Ils ne comprennent pas ces mesures « protectrices » que l’on trouve dans ceux, plus tardifs, de Nîmes ou de Marseille ou dans les dispositions réglementaires concernant la léproserie d’Avignon et qui visent, comme on vient de le voir, à contrôler soigneusement le processus d’intégration au sein de la societas des lépreux. Les archives notariales nous livrent par ailleurs de nombreux exemples du rituel d’entrée en léproserie. Ces témoignages sont eux aussi tardifs et l’on ne saurait donc en étendre aux époques précédentes les dispositions qu’ils révèlent. Peut-être traduisent-elles donc une évolution propre au XVe siècle. Toujours est-il que c’est bien devant le notaire, qui s’est déplacé pour la circonstance jusqu’à la maison des ladres, que la cérémonie se déroule alors.

  • 24 Arch. dép. Vaucluse, not. Avignon, ét. Pons n° 46, fol. 59. Receptio in hospitale Sancti Lazari pr (...)
  • 25 Le ribérier est un portefaix travaillant sur les bords du Rhône au déchargement des navires.
  • 26 ... pauperes lazari receperunt dictam Catherinam in dicto hospitali et confessi fuerunt habere uste (...)
  • 27 ... dictus Stephanus Tibaudi confessus fuit debere dicto hospitali et pauperibus videlicet XXV flor (...)

19Le 24 mai 1465, une nouvelle pensionnaire entre à la léproserie d’Avignon24. Catherine, épouse d’un ribérier avignonnais25, atteinte de lèpre, est conduite par son mari Estève Tibaud à l’hôpital Saint-Lazare. Elle y est reçue par la communauté des malades, alors composée de 11 hommes et d’une femme. Son intégration parmi eux est conditionnée par l’apport, attendu de la récipiendaire, de ses effets personnels et par le paiement d’un droit d’entrée de 25 florins, une somme relativement élevée. La nature des ustensilia que Catherine est tenue d’apporter n’est pas précisée. D’après d’autres sources de même nature, on sait qu’il s’agit de linge, de petit mobilier, de vaisselle. Elle est également tenue d’amener sa literie, notamment un matelas et une couverture, ce qu’apparemment elle ne fait pas puisque son mari doit s’engager à verser 2 florins en plus pour compenser cette absence, somme avec laquelle sans doute la léproserie en fera l’acquisition26. Des facilités de paiement sont accordées. La somme totale de 27 florins sera réglée en deux versements de 13 florins et demi, le premier avant Noël de l’année en cours, le second avant la Saint-Michel de l’année suivante27.

  • 28 BnF, nouv. acq. lat. 1320, fol. 24-25.
  • 29 L. MENARD, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, 2e éd. Nîmes, 1874 (...)

20Cet exemple ne nous apprend rien de bien nouveau sur l’entrée en léproserie à la fin du Moyen Âge. Si aucune référence n’est faite à des statuts propres, dont la maison d’Avignon semble donc bien avoir été dépourvue, il s’insère dans une série de rituels identiques pratiqués ailleurs, les différences n’étant que de l’ordre du détail. Ainsi à Marseille, l’article 2 des statuts prévoit que tout lépreux reçu doit apporter un lit garni, avec couverture et draps, ainsi que le ménage qui lui sera nécessaire, plus un scandal d’huile pour le luminaire, 4 gros tournois et demi pour sa nourriture et 6 gros pour nourrir les pauvres malades de la léproserie28. À la léproserie de Nîmes, le droit d’entrée est de 15 livres tournois pour les habitants de la ville et 25 livres pour les non-citoyens. Le trousseau exigé comprend un lit, un matelas, un coussin, 6 draps, 2 couvertures, 6 écuelles, 2 plats d’étain. Mais les pauvres pourront être reçus sans payer pro Dei amore29.

21Les règles que se donne à elle-même la société des lépreux ont donc un double objectif : d’une part l’entretien de la maison, d’autre part la protection de la communauté. Le droit d’entrée en est le symbole. C’est à la fois une source de revenus et un moyen de sélection contre les vagabonds. On ne reçoit que les malades connus, bien intégrés dans un milieu socio-professionnel et présentés par leur famille. À la léproserie, ils continueront à « vivre en société », une société restreinte certes, mais où jouent à plein les solidarités communautaires.

  • 30 D. LE BLÉVEC, [n. 4], p. 836.

22Le cas particulier des lépreux d’Avignon doit naturellement être mis en rapport avec les situations propres à d’autres villes. Cette mise en perspective permet de se forger une impression d’ensemble, celle d’une oscillation permanente des autorités civiles et religieuses et de la population entre rejet et tolérance, entre ségrégation et intégration. Ces attitudes sont conformes à l’ambivalence de la vision du lépreux, pécheur puni pour ses fautes mais aussi image du Christ souffrant. D’autant que les situations sont diverses et contrastées. Dans bien des villes du Midi, la législation restrictive signalée pour Arles ne retrouve pas. À lire les règlements municipaux de Salon par exemple, ou ceux de Bagnols-sur-Cèze, datant de la fin du XIIIe siècle, on constate la présence de lépreux se déplaçant librement au milieu des citadins30. Les seuls interdits qui les frappent portent sur le contact avec les denrées alimentaires. Ils ne doivent pas toucher le pain, les poissons, les viandes et fruits vendus au marché en dehors de ce qu’ils ont acheté. Ce qui induit qu’ils ont la possibilité de fréquenter le dit marché.

23Mais il est vrai aussi qu’à partir du milieu du XIVe siècle, on sent se dessiner une évolution vers un durcissement des attitudes. Les préoccupations nouvelles des pouvoirs urbains en matière de santé publique et de responsabilité sociale, conséquence des épreuves qu’ils ont dû affronter lors des épidémies de peste, le rôle accru des médecins et des juristes dans les catégorisations, créent des conditions nouvelles dont les sources méridionales rendent témoignage. Un clivage de plus en plus net oppose désormais d’un côté les léproseries qui, en tant qu’institutions bien enracinées à la fois dans un territoire et dans un tissu social organisé, entretiennent des rapports parfaitement officialisés avec les autorités et avec les habitants, permettant ainsi aux lépreux qui en sont les pensionnaires de continuer à « vivre en société », de l’autre l’univers mal défini, effrayant comme toute réalité non insérée dans un cadre délimité par des normes précises, de la lèpre-maladie et des lépreux gyrovagues, susceptibles de répandre la corruption du fait de leur présence incontrôlée parmi les personnes saines. Aux habitants des léproseries-prieurés, dont les maisons sont des éléments reconnus de l’organisation ecclésiastique, au point d’être parfois soumises aux taxes synodales et aux décimes, s’opposent les lépreux non soumis au contrôle social et ecclésiastique, éléments perturbateurs, facteurs de désorganisation de l’ordre civique auquel aspirent les élites urbaines. C’est donc surtout contre ces derniers que sont prises, à partir de la fin du XIVe siècle, des mesures restrictives.

24Cette distinction essentielle entre d’une part les « bons lépreux », ceux qui ont accepté de se retirer pour vivre en pénitents derrière les murs d’une maladrerie, lieu rassurant, bien circonscrit dans la topographie de la ville et qui participent de ce fait à l’ordre urbain, d’autre part les lépreux vagabonds, inconnus, dissimulant parfois leur état parmi la population saine, inquiétants par conséquent, cette distinction détermine les comportements individuels et collectifs face à la lèpre, entre peur et fascination, entre effroi et attirance. Alors que le vagabondage des lépreux n’est toléré sous aucun prétexte et que les mesures discriminatoires se renforcent à l’égard des étrangers, on continue à entretenir des relations normales avec les léproseries. Les autorités municipales étendent sur elles une tutelle administrative qui ne se distingue pas de celle qu’elles exercent sur les hôpitaux. Les bâtiments de la léproserie sont parfois contigus à ceux d’un hôpital fréquenté, comme à Nîmes ou à Arles. Les voyageurs longent leurs murs lorsqu’ils arrivent en ville ou qu’ils en partent. Les plus pieux peuvent entrer dans la chapelle, dédiée à saint Lazare ou à sainte Marie-Madeleine, et y déposer une offrande. Les paysans censitaires qui exploitent les terres de la léproserie s’y rendent chaque année à la Saint-Michel pour y porter le montant de leurs redevances. Les foules dévotes s’y pressent les jours de fête pour bénéficier des indulgences accordées par les papes à ces occasions.

25L’on voit donc avec quelles précautions il convient d’utiliser le terme d’exclusion lorsqu’on évoque les lépreux au Moyen Âge. Si exclusion il y a eu, elle a touché essentiellement les étrangers. Quant aux communautés lépreuses vivant en maladrerie, elles constituent bien une société de reclus, non une société d’exclus.

Notes

1 F. BÉRIAC, « Mourir au monde. Les ordines de séparation des lépreux en France aux XVe et XVIe siècles », Journal of Medieval History, 1985, p. 245-268.

2 Ead., Histoire des lépreux au Moyen Âge. Une société d’exclus, Imago, Paris, 1988. – R. I. MOORE, The formation of a Persecuting Society. Power and Deviance in Western 950-1250, Oxford, Oxford University Press, 1987. Traduit en français sous le titre : La persécution. Sa formation en Europe Xe-XIIIe siècles, Les Belles Lettres 1991, 10/18 1997. Aussi : D. NIRENBERG, Communities of Violence. Persecution of Minorities in the Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 1996. Voir les nuances apportées par A. VAUCHEZ dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Pietri, A. Vauchez et M. Venard (dirs), Histoire du christianisme, t. 5 : Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274), Paris, Desclée, 1993, p. 819-822.

3 F. O. TOUATI, Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province ecclésiastique de Sens jusqu’au milieu du XIVe siècle, Bruxelles, DeBoeck Université, 1998.

4 D. LE BLÉVEC, La part du pauvre. L’assistance dans les pays du Bas-Rhône du XIIe siècle au milieu du XVe siècle, Rome, École française, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 265), p. 822-846.

5 J. ROSSIAUD, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1998.

6 A. VAUCHEZ, [n. 2], p. 822.

7 Arch. dép. Vaucluse, not. Avignon, ét. Pons n° 1373, fol. 153v.

8 super divorcio seu separacione et annulacione cujusdam matrimonii dudum inter ipsos Guillelmum et Dalphinam contracti.

9 Nos Johannes Blancherii officialis prefatus, visis per nos et diligenter inspectis libello predicto testiumque predictorum depositionibus, relacione medicorum et aliis cause hujusmodi mentis ac concluso in causa habitoque super premissis peritorum in jure consilio, cum matura deliberatione ad nostram diffinitivam sententiam duximus procedendum.

10 Histoire d’Avignon, Édisud, Aix-en-Provence, 1979, p. 290-291.

11 Arch. mun. Avignon, GG hôp. Saint-Lazare, généralités.

12 Ex parte siquidem eorum humilimme vestris dominacionibus quatenus intuitu pietatis et misericordie placeat concedere aut concedi facere licenciam ut saltim duo ipsorum in diebus festivis, maxime que erit festum Corporis Domini nostri Ihesu Christi, possint ac valeant intrare civitatem et in portis saltim ecclesiarum posssint a Christi fidelibus pias expetere elemosinas pro eorum paupercula vita et eorum domus reparacione et sustentatione. Nam secundum jus divinum et humanum super forensibus aliquod privilegium debent habere quia civitatis et ejus protectione sunt, quare placeat eos tanquam vestris oculo pietatis et misericordie respicere et vestrum dulce, benignum et gratum transmitere, et ipsi pro bono statu et vestrum continue Deum exorabunt.

13 Super facto leprosorum, conclusio quod eis pro eorum necessitate, actento quod eis prohibetur introitus civitatis, dentur pro una vice tantum X floreni et quod ipsi lazari depputent unum vel duos qui querant infra villam pro eis (Arch. mun Avignon, BB délibérations, t. 2, fol. 96).

14 Arch. mun. Avignon, boîte XI, n° 15. J. Girard et P. Pansier (éds), La cour temporelle d’Avignon aux XIVe et XVe siècles, Paris-Avignon, 1909, p. 159.

15 Des dispositions analogues ont été prises dans d’autres villes, notamment à Marseille (A. FABRE, Histoire des hôpitaux et des institutions de bienfaisance de Marseille, Marseille, t. II, 1855, p. 30).

16 Super facto leprosorum qui petunt posse ingredi istam civitatem ista septimana sancta veniendi, deliberatum extitit et conclusum quod non veniant, ymo quod detur provisio quod nec ipsi degentes in hospitali Sancti Lazari hujus civitatis, neque forenses, nec extranei ingrediantur civitatem sub penis eisdem imponendis. Et etiam capitaneis et custodibus portalium per que ipsi leprosi ingredirentur et secundum discretionem dominorum consulum pro tempore existentium fiat eis elemosina racionabilis et secundum quod eis videbitur racionabiliter (Arch. mun. Avignon, BB délibérations, t. 3, fol. 123).

17 À Marseille, les consuls désignaient chaque année un quêteur pour solliciter des aumônes en faveur de la léproserie (A. FABRE, [n. 15], p. 33).

18 Ainsi en 1468 : quod dicti leprosi extranei quovismodo non habeant hanc civitatem ingredi et requiratur N. in Christo pater dominus gubernator ut precipiat officiariis justicie quod adhibeant omnimodo remedium quod eis erit possibile (Arch. mun. Avignon, BB délibérations, t. 3, fol. 198).

19 Bibl. mun. Avignon, ms 6111, p. 559.

20 Ch. GIRAUD, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Âge, Paris, 1846, II, p. 222.

21 D. LE BLÉVEC, [n.4], p. 831.

22 J. AVRIL, « Le IIIe concile du Latran et les communautés de lépreux », Revue Mabillon, t. IX, 1981, p. 21-76.

23 L. LEGRAND, Statuts d’hôtels-Dieu et de léproseries. Recueil de textes du XIIe au XVe siècle, Paris, 1901, p. 181-183.

24 Arch. dép. Vaucluse, not. Avignon, ét. Pons n° 46, fol. 59. Receptio in hospitale Sancti Lazari pro Catherina uxore Stephani Tibaudi, riberii habitatoris Avinionensis.

25 Le ribérier est un portefaix travaillant sur les bords du Rhône au déchargement des navires.

26 ... pauperes lazari receperunt dictam Catherinam in dicto hospitali et confessi fuerunt habere ustensilia que portare tenetur, exceptis matalacio et una coopertura pro quibus solvere promisit dictus Stephanus duos florenos.

27 ... dictus Stephanus Tibaudi confessus fuit debere dicto hospitali et pauperibus videlicet XXV florenos pro intrata ejusdem Catherine et duos florenos ad causam dictorum matalacii et cooperture, quos promisit solvere per solutiones sequentes videlicet hinc ad festum Nativitatis Domini XIII fl. cum dimidio et aliam medietatem a festo sancti Michaelis in unum annum proximum.

28 BnF, nouv. acq. lat. 1320, fol. 24-25.

29 L. MENARD, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, 2e éd. Nîmes, 1874, t. IV, p. 30-31.

30 D. LE BLÉVEC, [n. 4], p. 836.

Auteur

Université Paul-Valéry-Montpellier III

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540