Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en société au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Daniel Le Blévec
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Différences : intégration, exclusion

La société hérétique dans le diocèse de Carcassonne au milieu du XIIIe siècle

Jacques Paul

Texte intégral

1Il serait peut-être plus exact de donner à ce titre une forme interrogative, car l’incertitude demeure. On sait très bien qu’il y a une église cathare, des parfaits et des croyants, mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils forment une société, c’est-à-dire un groupe socialement identifiable par des liens de solidarités particuliers et par un comportement distinct.

2Pour aborder un pareil sujet, il faut s’affranchir des opinions péremptoires qui ont pour effet d’évacuer le problème. Tenir que le Languedoc est cathare est d’une certaine façon l’éliminer, car si la société est acquise à l’hérésie, il est, à l’évidence, parfaitement inutile de chercher si ses adeptes forment un groupe ayant une cohérence. Bien des considérations historiques reposent sur ce postulat, le plus souvent sous-entendu. Les études l’ont ruiné, car les hérétiques n’ont jamais formé qu’une minorité relativement faible, même là où leur implantation a été la plus forte. Dans ces conditions la question posée en préliminaire est légitime, ce qui ne signifie pas qu’il est simple d’en traiter et encore moins qu’il faut y apporter une réponse positive.

3De même, mais en sens inverse, si l’on réduit le catharisme à une simple dissidence sans contenu religieux spécifique, la recherche devient également inutile puisqu’il s’agit simplement de chrétiens en difficulté avec des autorités ecclésiastiques. Cette réduction les réintègre dans la société commune, car ils sont simplement plus affranchis des hommes d’Église et plus critiques à l’égard de Rome. Une telle opinion peut se prévaloir de la difficulté que l’Inquisition éprouve à identifier les hérétiques. Elle se heurte aux récits faits par les prévenus eux-mêmes. Dans un certain nombre de cas, ceux que retiennent les procès verbaux, ils se situent volontairement en marge des comportements ordinaires des fidèles catholiques. Pour la recherche présente, on juge inutile d’entrer dans la discussion sur la fiabilité des dépositions, à vrai dire très peu sollicitées. Si l’on tient qu’ils ont des convictions propres, on est en droit de se demander si les cathares sont parvenus à constituer une société distincte et jusqu’à quel point, puisqu’ils vivent au milieu d’une population catholique comme une minorité religieuse, persécutée de surcroît.

  • 1 Le registre de Jacques Fournier permet la reconstitution de la société de Montaillou comme le mont (...)
  • 2 Le registre d’enquête de Bernard de Caux, Ms 609 de la B.M. de Toulouse, pour une période comparab (...)
  • 3 Édition C. Douais, Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition, 2 vols, Paris, 1900, t. II (...)

4Alors qu’il est déjà difficile de dire en quoi consiste la vie en société, tant les aspects en sont nombreux, celle d’un groupe hérétique est selon toute vraisemblance plus délicate encore à aborder. On ne peut se limiter à de simples références à la structure hiérarchique de l’église cathare, car il s’agit d’une vue générale qui n’ajouterait rien à ce que l’on sait déjà. Il faut également éviter de prendre pour spécifique ce qui est en fait commun. Les aspects concrets de la vie d’un groupe sont le plus souvent dissimulés par l’impossibilité d’identifier les personnes et d’analyser leur comportement. Une pareille recherche est étroitement dépendante des documents sur lesquels elle peut s’appuyer. Sur la base de ce que l’Inquisition consigne dans ses registres, il paraît possible d’examiner les liens qui unissent les cathares, qu’ils soient géographiques, sociaux ou familiaux. L’objectif est donc circonscrit et fort modeste. Une analyse rapide des différentes sources montre assez vite que l’image qui s’en dégage est très variable1. Le fait n’a rien d’étrange, car les circonstances mettent en lumière tel type de faits plutôt que tel autre. À vrai dire, lorsqu’il s’agit de documents de l’Inquisition, bien des éléments dépendent de la procédure suivie, des questions posées et surtout des lieux concernés. Dans ces recherches il faut tenir le résultat pour partiel. C’est, au mieux, un certain état dans un milieu donné. Rien ne dit qu’il n’en aille pas autrement ailleurs2. La présente étude repose sur le Registre du greffier de l’Inquisition de Carcassonne3. Ce choix n’est pas fait au hasard. Le document se recommande à l’attention parce que les informations y sont sûres et précises et qu’elles concernent un horizon restreint, le diocèse de Carcassonne, pendant un temps assez bref, ce qui élimine les distorsions d’un trop vaste espace et d’une longue durée.

5Le Registre est une minute notariale qui comporte deux parties bien distinctes. La première est une main courante qui va de 1250 à 1258, en 270 paragraphes ou 278 rubriques si l’on compte les bis et les ter. Chacune d’elles enregistre des faits et des résolutions liés à l’activité du tribunal, mais extérieurs à l’enquête proprement dite. On y trouve les engagements de prévenus qui doivent se tenir à la disposition du tribunal tout comme l’élargissement de prison de condamnés malades. Des accusés y font part de leur intention de se défendre et donnent le nom des ennemis dont ils récusent le témoignage. On y traite aussi de l’aménagement des pénitences, de la conversion en amendes de pèlerinages impossibles à accomplir et de bien d’autres affaires grandes ou petites. Le but le plus évident de ces textes est de mettre par écrit les obligations pour lesquelles les prévenus et les condamnés prennent des engagements envers l’évêque et l’Inquisition. Leurs promesses doivent être garanties par des fidéjusseurs qui se portent caution pour eux, sous peine d’avoir à payer une amende dont le montant est fixé. Dans cette partie du registre on voit apparaître, succinctement il est vrai, plusieurs centaines de personnes.

  • 4 Doc. p. 122, n° 14.
  • 5 Doc. p. 128, n° 24.
  • 6 Doc. p. 126, n° 22 et p. 128, n° 25.
  • 7 Doc. p. 135, n° 36.

6Quelques indices évidents laissent penser que l’action contre les hérétiques de Guillaume Arnaud, évêque de Carcassonne, ne commence pas avec le début de cette minute notariale. Alors que les premières pièces datent de la mi-mars 1250, dès le 16 avril de la même année, Bernard Raymond, un clerc de Conques, est libéré de prison pour infirmité4. Il n’est pas fait mention de lui précédemment, indice il est vrai peu significatif, car un détenu ne figure pas dans cette main courante, puisqu’il n’a pas à prendre l’engagement de comparaître sur simple convocation. Ce clerc est en prison avant cette date, le fait n’est pas discutable. Force est d’admettre qu’il a été entendu par le tribunal, puis condamné et qu’il purge une peine. Comparution, sentence et libération peuvent-elles ne prendre qu’un seul mois ? Ce serait bien étrange ! On est en droit de penser le contraire. On pourrait faire la même analyse pour Arnaud Brunel de Couffoulens, libéré le 14 mai5. Il y a d’autres élargissements pour le même motif le 9 et le 15 août de la même année6. Ils se poursuivent l’année suivante où l’on en compte huit. On note également que, le 30 novembre 1250, Pierre Pelha condamné à porter les croix obtient de les déposer pendant la durée d’un voyage7. Dès les premiers mois, ces cas sont suffisamment nombreux pour y voir l’écho d’une activité antérieure.

  • 8 Doc. p. 188, n° 178 et p. 202, n° 170.
  • 9 Doc. p. 159 n° 181.

7D’autres indices suggèrent la même conclusion. Pons Vital se présente devant l’inquisiteur parce qu’il est, en même temps que son frère alors décédé, héritier d’un oncle qui avait été condamné à faire un pèlerinage en Terre sainte pour cinq ans. Passage jamais accompli, pour lequel l’héritier doit payer sur les biens reçus une somme à titre de compensation8. De même, l’injonction faite le 5 octobre 1251 aux condamnés de Preixan, de Couffoulens, de Cavanac, de Cornèze, de Leuc et de Villefloure d’accomplir leur pénitence et en particulier de partir en pèlerinage laisse supposer que l’action est engagée depuis quelques temps9. On ne sait pas évidemment quand elle a commencé.

  • 10 J. PAUL, « Le registre du greffier de l’Inquisition de Carcassonne », Le médiéviste devant ses sou (...)

8À la fin du Registre, le greffier donne des signes manifestes de lassitude. Les actes sont abrégés, les item se multiplient. Des indications précieuses comme le lieu d’origine des personnes disparaissent. Il n’est pas acquis pour autant que l’action cesse, même si elle se ralentit, comme le montre la diminution du nombre d’actes d’année en année10. Rien n’assure non plus que les actes passés pendant ces années se trouvent consignés en totalité dans ce cahier. Bref, on ne saurait tenir le document pour complet et il convient d’en tenir compte dans l’interprétation des résultats.

  • 11 J. PAUL, [n. 10], p. 115 et sq.

9La deuxième partie du manuscrit transcrit des interrogatoires. Ces dépositions ou confessions s’étalent sur les années 1250 à 1257. En fait l’essentiel se concentre sur quelques jours, du 12 au 17 mars 1250. Les textes postérieurs sont le plus souvent des compléments, parfois copieux, concernant les personnes interrogées pendant cette période et retombées dans l’hérésie. Ces pages comportent quelques renvois à d’autres volumes, disparus depuis, ce qui atteste d’une activité continue. Il n’en subsiste qu’une très faible partie. Quelques prévenus dont les réponses aux questions des inquisiteurs apparaissent dans cette partie du Registre figurent également dans la première. Leur présence prouve qu’il y a un lien entre les deux aspects de la procédure engagée, ce qui permet quelques déductions fort importantes11. Il paraît raisonnable de tenir ce registre pour complet pendant les quelques jours de grande activité, car il paraît difficile à un tribunal de faire beaucoup plus.

10Sur la base des informations sur l’origine des prévenus et des condamnés libérés on peut esquisser une ou plusieurs cartes. C’est le monde dans lequel l’hérésie est à la fois présente, avec les condamnés, ou simplement diffuse, avec les prévenus. Elle englobe de simples suspects ce qui fait aller au-delà des frontières de la dissidence proprement dite, car il peut s’agir de simples sympathisants. On est alors aussi près que possible d’une société hérétique, s’il y en a une. Les actes comportent également le nom et assez souvent l’origine des fidéjusseurs ce qui élargit encore ce cercle.

Géographie de l’hérésie

  • 12 Ibid., p. 118-119.

11Les actes de la première partie du Registre sont datés et font état du lieu où ils ont été rédigés, dans les rares cas où s’il ne s’agit pas de Carcassonne. Ils comportent le nom du prévenu, c’est bien le moins, et habituellement la ville ou le village où il réside. Ses fidéjusseurs sont soigneusement enregistrés, formalité indispensable puisqu’ils servent de caution et le lieu où ils habitent est assez souvent noté. Ces données succinctes permettent déjà une analyse, car la série est suffisante. Dans les interrogatoires de la deuxième partie apparaissent également le nom et l’origine des personnes. La similitude des renseignements fournis n’incite pas pour autant à les mélanger, car ils jalonnent des moments différents de la procédure. Or, à chaque étape de celle-ci, les juges prennent toutes les décisions qui relèvent de leur compétence. Les personnes tenues pour innocentes sont renvoyées immédiatement après l’interrogatoire et n’apparaissent plus dans les textes, sauf si des éléments nouveaux les mettaient en cause par la suite. D’autres, jugées suspectes, doivent s’engager à comparaître à nouveau sur simple convocation et à se soumettre à l’évêque, c’est-à-dire à accomplir les pénitences qui leur seront imposées. Elles figurent alors dans la première partie du Registre où sont consignés leurs engagements, le nom de leurs garants et le montant de l’amende à payer en cas de défaut. Les plus gravement compromises sont emprisonnées, elles sont de ce fait à la disposition des inquisiteurs et n’apparaissent pas dans la main courante, car il n’est besoin d’aucune promesse pour s’assurer d’elles12. N’est écrit que l’indispensable et il diffère selon les prévenus et la gravité des charges qui pèsent sur eux. À mélanger ces données, on confondrait innocents, suspects et coupables, ce qui n’est pas souhaitable. Ces indications portent également sur des durées de temps très différentes, ce qui en fait des indicateurs peu comparables. Consigner les dépositions des habitants de quelques villages sur huit jours ou enregistrer les engagements des suspects sur huit ans ne sont pas exactement la même chose.

12Établir des cartes revient à lier des personnes à des lieux en suivant les indications des textes. Lorsque les toponymes et hameaux n’apparaissant pas dans la liste des paroisses, ils sont rattachés au village dont ils relèvent. On ne retient que le lieu d’habitation du prévenu au moment de sa comparution, même s’il est fait mention d’une résidence antérieure. Pour ce qui est des personnes, celles qui sont l’objet de plusieurs actes différents sont enregistrées une seule fois. De même lorsque plusieurs prévenus sont mentionnés sous une même rubrique, chacun d’eux est décompté.

13Il semble opportun de commencer par les interrogatoires de la deuxième partie. C’est suivre l’ordre de la procédure, car les prévenus n’apparaissent dans la main courante que lorsqu’une charge est retenue. De plus, les confessions permettent d’interpréter certaines données géographiques, ce que la main courante ne permet pas. Du 12 au 17 mars 1250, l’Inquisition siège sans relâche, elle le fait encore le 8 avril. Ensuite le manuscrit s’interrompt et les interrogatoires au demeurant peu nombreux ne forment plus une suite. Dans cette courte semaine le tribunal s’est intéressé aux habitants de deux secteurs bien définis du diocèse de Carcassonne : la région de Leuc-Cavanac d’une part et le Val-de-Daigne, dans la vallée de l’Orbieu, en amont de Lagrasse. Le fait confirme que les inquisiteurs travaillent par secteurs géographiques, ce que l’on sait par d’autres documents contemporains. Rien n’interdit de penser que d’autres registres, auxquels le texte fait quelquefois allusion et qui ont disparu, concernaient d’autres régions. Dès lors la signification d’une carte dressée sur cette base est très limitée. C’est un instantané ou presque, précieux si l’on admet que du 12 au 17 mars 1250, les interrogatoires des inquisiteurs ont quelque chance d’être complets, insuffisant néanmoins s’ils ont commencé avant et se sont poursuivis ensuite, hypothèse très probable.

Carte 1 – Diocèse de Carcassone, carte des interrogatoires (Jacques Paul)

  • 13 Doc. p. 251, n° 8.
  • 14 Doc. p. 295, n° 44
  • 15 Doc. p. 285, n° 33.
  • 16 Doc. p. 269, n° 28 et p. 286, n° 34.
  • 17 Doc. p. 118, n° 5.

14Sur cette base, le caractère localisé du phénomène hérétique est évident, trop peut-être d’ailleurs. Ses différents aspects méritent néanmoins l’analyse. Quelques témoins dont la résidence n’est pas dans les villages sur lesquels porte l’enquête soulignent le caractère systématique de la recherche. Deux d’entre eux sont de Carcassonne. L’un porte le nom de Guillaume de Cornèze, ce qui suffit à expliquer sa présence dans une information sur un hameau dont il est peut-être le seigneur13. Il a été convoqué par les juges, ce qui signifie que les inquisiteurs pensent obtenir de lui au moins quelques informations. L’autre est une femme, comparaissant le 8 avril, dont le nom laisse penser à quelque parenté avec une famille compromise de Cornèze14. Ils ne savent rien ni l’un ni l’autre. On peut en déduire que contrairement aux apparences, le tribunal ne se disperse pas mais fait converger les recherches. Une femme qui réside à Verzeille, avoue avoir adoré un parfait, à Leuc où elle s’était rendue à l’invitation d’une cousine15. Le cas se rattache à l’enquête sur ce village. On ne sait si elle a été citée ou si elle est venue de son plein gré faire sa confession, ce qui ne permet pas de savoir si Verzeille rentre dans le cadre de l’enquête. Ce village paraît peu ou pas touché par l’hérésie. Deux personnes de Villefloure se présentent spontanément devant l’évêque. L’une est si gravement compromise qu’elle est emprisonnée16. Dans la main courante, une pièce du 17 mars, contemporaine donc des dépositions conservées, mais reflétant un interrogatoire antérieur, inconnu dans la deuxième partie du Registre, montre que ce village fait partie de la zone d’enquête, puisqu’un autre habitant s’engage à faire les pénitences que lui imposera l’évêque17. Prévaut une impression de concentration sur un espace réduit. Il faudrait pouvoir dire si elle tient au caractère limité de l’enquête ou si l’hérésie est absente des villages de la périphérie.

  • 18 Doc. p. 118, n° 7.

15L’évêque de Carcassonne procède à neuf interrogatoires pour Cornèze entre le 12 et le 17 mars, ce qui est énorme pour un village qui n’a peut-être pas vingt maisons. Une croyante, très engagée dans l’hérésie, reste en prison. Ne semblent pas inquiétés du tout 4 témoins. Par contre, 4 autres ne parviennent pas à convaincre l’évêque de leur innocence. On les retrouve, le 24 mars, dans la main courante, prenant l’engagement de se soumettre et d’accomplir toutes les pénitences18. Dans cet acte apparaissent deux membres supplémentaires des familles les plus suspectes, de la tranche d’âge des aînés. On ne sait s’ils ont été interrogés avant le 12 mars, ce qui n’a rien d’impossible, ou s’ils sont joints à l’acte par simple décision du tribunal. Les confessions donnent des noms et montrent que l’hérésie s’étend au-delà du groupe entendu par l’évêque entre le 12 et le 17 mars. Il y a, à Cornèze, une implantation hérétique qui ne se limite pas aux membres d’une seule famille.

  • 19 Doc. p. 244-251.
  • 20 Doc. p. 118, n° 6 et p. 119, n° 8.

16À Leuc, des témoins, six en tout, dénoncent de leur propre gré les activités hérétiques d’un couple du village19. Ils marquent une forte hostilité à l’hérésie quine paraît pas avoir beaucoup d’autres adeptes, si l’on en croit leurs dépositions. À Cavanac, les trois personnes interrogées sont très compromises. Leurs confessions précises et souvent copieuses ne font pas entrevoir d’autres fidèles en ce lieu. Leurs récits renvoient à Couffoulens d’où viennent les parfaits qui leur rendent visite. Ils descendent toujours dans la même maison, celle du personnage le plus compromis. L’enquête aborde également ce village, puis, le 8 avril, Preixan. Au-delà, il n’y a plus d’informations sur ce canton dans la deuxième partie du Registre. L’enquête est tronquée. On peut s’en convaincre facilement, car des actes de la main courante du 22 et du 24 mars, contemporains de celui qui concerne Cornèze, enregistrent les engagements des gens de Preixan. L’action de l’Inquisition s’y déroule en même temps qu’à Leuc, à Cavanac et à proximité20.

  • 21 J. PAUL, « L’hérésie au village », L’Église au village, Cahier de Fanjeaux, t. 40, Toulouse, 2006, (...)

17L’impression qui se dégage de l’ensemble est en fin de compte assez claire. Leuc et Cavanac sont déjà à la périphérie, car seuls quelques habitants paraissent concernés par l’enquête21. Cornèze n’est pas le centre de ce noyau hérétique, même si ce hameau est très touché, mais Couffoulens, longuement évoqué dans les diverses confessions et probablement Preixan. Plus loin l’hérésie paraît absente. L’image est ponctuelle. Elle a un intérêt qui tient à son caractère instantané.

  • 22 Doc. p. 121, n° 12 et p. 257, n° 16.

18On n’obtient rien d’aussi précis à partir des interrogatoires des gens du Val-de-Daigne. Entre le 12 et le 17 mars, l’évêque cite six personnes issues des villages de Taurize, de Villetritouls et de Rieux-en-Val qui ne savent rien ou ne veulent rien dire. Une femme de Montlaur n’est pas plus éloquente. Un témoin interrogé le 11 novembre 1250 ne dit rien non plus. Une courte confession de février 1251 fait entrevoir un passage d’hérétiques dans la région. À vrai dire le fait n’est pas douteux, comme le prouvent les dépositions des gens de Cavanac. L’évêque sait à quoi s’en tenir et poursuit son enquête. On en trouve un écho dans des pièces de la main courante imposant la soumission à des habitants de ce pays. Un habitant de Rieux-en-Val interrogé en mars où il avait tout nié, doit prendre l’engagement de répondre à toutes les citations de l’évêque, le 20 juin22. Ce délai montre qu’il a su déjouer la perspicacité des inquisiteurs pendant plusieurs mois. Néanmoins, de mars à novembre 1250, huit actes concernant huit personnes montrent que l’enquête progresse, même si aucune confession ne permet d’en savoir plus.

19Avec la main courante la documentation devient à la fois plus abondante et plus pauvre. Sur la base des textes précédemment étudiés, il apparaît qu’un engagement notarié de la première partie du Registre correspond à un ou plusieurs interrogatoires de la seconde, comme on le voit pour Cornèze, pour Leuc ou pour Cavanac. Or l’activité du tribunal entre le 12 et le 17 mars, avec ses 33 interrogatoires, ne donne lieu qu’à cinq actes pour ces trois villages et ne concerne que trois groupes de prévenus. Si l’on tient ce rapport entre les deux parties du Registre pour globalement exact, les 270 rubriques de la première partie témoignent d’une activité intense et durable de l’Inquisition. Les interrogatoires correspondants n’ayant pas été conservés, elle échappe entièrement, sauf lorsqu’une notice plus développée parce qu’il y a contestation des faits en dit un peu plus. Ces actes font connaître 199 prévenus ou condamnés dont les noms renvoient à des villages et des hameaux identifiables où ils ont leur domicile. Dès lors les investigations précédentes peuvent être prolongées, tout en sachant qu’on ne dispose pas exactement des mêmes informations.

Carte 2 – Diocèse de Carcasonne, carte des élargissements de prison (Jacques Paul)

20Certaines rubriques de la première partie consignent l’élargissement de prison de malades, de femmes ayant à faire leurs couches et de personnes bénéficiant de mesures de grâce. Rien ne permet d’évaluer ce que leur nombre représente par rapport à l’ensemble des condamnés. On en compte 21 dont l’origine est connue. Leur répartition sur la carte montre une dispersion géographique à peu près sans signification, sauf sur un point. Parmi eux, cinq, soit un quart environ, sont originaires de Cavanac, Couffoulens et Preixan. Il est difficile de croire à une simple coïncidence. Il faut plutôt y voir la confirmation de l’existence d’une zone bien délimitée où l’implantation hérétique est forte.

21Les 178 autres sont des prévenus laissés en liberté parce que leurs fautes ne méritent pas la prison. Ils seront interrogés à nouveau si nécessaire et une pénitence leur sera infligée. Elles sont d’une inégale sévérité et vont du port des croix au départ pour la Terre sainte. Aussi, une carte dressée à partir de cette liste fait-elle ressortir les lieux où la présence hérétique est aux yeux des inquisiteurs indiscutable, sans que la compromission soit équivalente partout. Ce flou n’a pas que des inconvénients. S’il y a une société hérétique on la trouve là.

  • 23 Doc. p. 126, n° 22 et p. 128, n° 25.
  • 24 M. MAHUL, Cartulaire et archives des communes de l’Ancien diocèse et de l’arrondissement administr (...)
  • 25 Doc. p. 120, n° 10.
  • 26 Il y a un cas comparable, mais en fin de compte différent. L’évêque autorise la sortie de prison d (...)

22Quelques anomalies font problème et les explications que l’on peut en donner restent incertaines. L’évêque de Carcassonne a, en matière de foi, juridiction sur son diocèse. On est surpris de constater qu’il statue sur le cas de personnes relevant d’une autre autorité religieuse, de l’archevêque de Narbonne en l’occurrence. Ainsi, il autorise la sortie de prison pour cause de maladie de deux condamnés, l’un est de Caunes, l’autre de Villarzel-du-Razès23. Ces personnes sont dans la prison de Carcassonne, le fait est indiscutable, ce qui ne signifie pas pour autant que l’évêque soit lui-même responsable de la sentence. Les inquisiteurs dominicains qui ont tenu leurs assises à Caunes ou à Limoux peuvent bien en être les auteurs. Le rôle de l’évêque se borne à une mesure de clémence, prévue d’ailleurs par les textes, pour des condamnés qui sont dans ses geôles. Le cas de trois autres personnes paraît plus délicat encore. L’évêque reçoit les engagements des fidéjusseurs de deux habitants de Lairière et accepte qu’un prévenu de Vignevieille paye 12 livres tournois pour sa pénitence. Ces deux villages relèvent du canton de Moutoumet, au sud de celui de Lagrasse, et sont réputés appartenir au diocèse de Narbonne. Certes, ils sont situés en lisière et leur situation n’est pas sans ambiguïté puisqu’ils dépendent de la sénéchaussée de Carcassonne pour la justice et que l’abbaye de Lagrasse a des droits sur l’un d’eux24. Néanmoins, la juridiction de l’évêque de Carcassonne y est plus qu’incertaine. Il semble d’ailleurs le reconnaître, car sa seule exigence à l’égard des fidéjuseurs est que ces gens de Lairière ne quittent pas Carcassonne25. Cette disposition est de toute rareté dans le Registre et laisse supposer que l’évêque sait que, de retour dans leur village, ces prévenus lui échapperaient entièrement26. Dans cette hypothèse l’évêque de Carcassonne se constitue juge de marchands, de voyageurs et de tous ceux qui parcourent le pays. Quant au prévenu de Vignevieille la rubrique, particulièrement succincte, est exceptionnelle. Des amendes peuvent compenser des pénitences non accomplies, des pèlerinages principalement. Elles ne sont pas infligées directement. L’anomalie dans la juridiction s’accompagne de dispositions inhabituelles.

  • 27 Doc. p. 224, n° 221.

23Les limites du diocèse sans être factices ne correspondent pas aux liens réels qui unissent les gens. Le cas le plus intéressant est celui d’une personne de Limoux qui fait un don de 100 sous pour construire un hospice dans le monastère de Rieunette. L’archevêque de Narbonne dont il relève et qui l’a condamné pour hérésie à des pèlerinages remet à l’évêque de Carcassonne sa capacité de lui en faire grâce, car cette aumône se fait en faveur d’un établissement de ce diocèse27.

  • 28 Doc. p. 152, n° 64.

24Pour l’essentiel les prévenus de la première partie du Registre sont des justiciables de l’évêque de Carcassonne. L’étalement sur huit ans des procédures et le nombre des personnes concernées permettent d’établir une carte plus fournie de la diffusion de l’hérésie. Néanmoins elle est à prendre en considération avec beaucoup de réserves critiques car, selon toute probabilité, les enquêtes des inquisiteurs ont commencé avant 1250. Pourtant, ce que l’on peut en déduire avec prudence ne manque pas d’intérêt. En dehors du bourg de Carcassonne, les prévenus se répartissent sur 36 paroisses différentes, ce qui est assez peu, car il y a plus de 130 lieux habités répertoriés. Une zone où l’Inquisition n’intervient pas dans ces années 1250-1258 apparaît à l’ouest du diocèse, le long de la vallée de l’Aude à l’aval de Carcassonne. Faut-il la tenir pour tout à fait sans hérétique ? Non, bien sûr, puisqu’on relève un élargissement de prison dont bénéficie un habitant de Capendu28. L’Inquisition y a fait des interventions, mais n’a pas jugé utile de poursuivre plus longuement. Si la région avait déjà été très visitée par les inquisiteurs, il serait surprenant qu’il n’y ait aucun récidiviste. Elle a été peu touchée selon toute vraisemblance.

  • 29 M. MAHUL, [n. 24], t. III, passim donne le nombre de feux pour certains d’entre eux en 1377. L’ind (...)

25En sens inverse, là où les actes enregistrant les engagements des prévenus et de leurs fidéjusseurs sont nombreux, l’hérésie est bien présente. C’est le cas de certains villages et surtout de petites régions assez bien circonscrites. Une géographie se dessine. Au nord du diocèse, les prévenus sont nombreux à Roquefère, à la Bastide-Esparbairenque, à Canecaude, dans la paroisse de Villardonnel, à Tourette et, dans une moindre mesure, à Salsinge, à Cuxac-Cabardès, aux Iles, et à Fournes. On y décompte 50 prévenus, c’est-à-dire plus d’un quart du total. C’est considérable, car ces villages de la Montagne Noire n’ont jamais été très peuplés29. Dans ce cas prévaut aussi l’impression d’un noyau fortement marqué par la dissidence et d’une périphérie où l’hérésie s’estompe rapidement.

26Les deux régions où les inquisiteurs ont fait des enquêtes et où les interrogatoires sont conservés, au moins pour la semaine qui va du 12 au 17 mars 1250, méritent de retenir également l’attention. Les actes notariés de la première partie du Registre montrent qu’ils ont poursuivi leurs investigations. Dans le Val-de-Daigne où la dissidence a été si difficile à cerner, dix prévenus sont en fin de compte contraints de prendre les engagements habituels envers l’évêque. Les coupables présumés viennent pour l’essentiel de Villetritouls et de Rieux-en-Val. L’hérésie est également présente, très modestement il est vrai, dans quelques villages aux alentours. Dans une vallée assez reculée et peu peuplée, la présence de dix suspects n’est pas négligeable.

Carte 3 – Diocèse de Carcasonne, carte de l’origine des prévenus (Jacques Paul)

  • 30 Dans les interrogatoires un iste est intrusus signale ceux qui sont en prison. Il y en a plusieurs (...)

27La main courante apporte un lot d’informations sur la région de Couffoulens Cornèze. Elle donne à ce que les interrogatoires faisaient entrevoir une confirmation sur la durée, ce qui est très important. On y décompte vingt-quatre prévenus, sans compter les cinq condamnés élargis de prison et ceux qui restent détenus30. Les dépositions mettaient en évidence le rôle de Couffoulens, village dont viennent les parfaits. Les actes notariés laissent penser que Preixan est plus concerné encore puisqu’on y décompte onze prévenus. Il n’y a aucune discordance fondamentale entre les deux informations, mais seulement la différence entre un instantané, la situation telle qu’on peut l’appréhender en mars 1250 et une présence hérétique sur plusieurs années. Les deux villages sont voisins, deux kilomètres à vol d’oiseau les séparent, mais aucun pont sur l’Aude ne permet d’aller directement de l’un à l’autre. On ne perçoit d’ailleurs aucun rapport entre eux.

28La première partie du Registre incite encore à prendre en considération l’ouest du diocèse. On relève dix-sept prévenus à Arzens, six à Alzonne, dix à Moussoulens, dix à Pezens. Ces villages sont séparés par des distances qui vont de 4 à 7 kilomètres mais ne forment pas pour autant un pays bien défini. Ils semblent également beaucoup plus peuplés que ceux entrevus jusqu’à présent. Le nombre de suspects est donc à prendre de manière relative. Sauf pour Pezens, on ne remarque pas d’influence sur le voisinage immédiat. L’implantation géographique de l’hérésie paraît ici différente, ponctuelle sans plus. Illusion ou réalité, on ne sait. On le constate, sans être en mesure d’avancer la moindre explication, car il faudrait des points de comparaison qui font défaut. Enfin, il y a une lacune importante. Carcassonne échappe à toute appréciation, car on y compte que très peu de prévenus.

La sociabilité hérétique

29La capacité des hérétiques à constituer une société a été confrontée aux données géographiques du Registre. Le caractère local de l’implantation, assez souvent à l’échelle des cantons actuels, est une première réponse, à interpréter à la lumière des faits et gestes significatifs des rapports humains qu’entretiennent les prévenus et les autres habitants. La première partie du Registre apporte effectivement des éléments capables de soutenir sur ce point une analyse.

30Les suspects laissés en liberté et les condamnées élargis de prison à titre temporaire doivent fournir des fidéjusseurs qui se portent garants de leurs engagements, soit de se présenter devant leurs juges, soit de retourner en prison le moment venu. Ils s’obligent à payer une amende en cas de défaut. Il y en a au moins deux, le plus souvent quatre ou cinq, quelquefois seulement de sept à neuf. Il est très rare qu’un prévenu se porte caution pour lui-même. Une foule de gens se trouve ainsi mêlée aux affaires d’Inquisition. Quelques-uns d’entre eux sont commis d’office à ce rôle par l’évêque. Ils s’esquivent aussi rapidement que possible, il y en a la preuve. Ceux qui acceptent cette responsabilité aident quelqu’un de leur entourage proche ou plus lointain à se tirer d’un mauvais pas. Ce milieu assez large pourrait constituer la société hérétique, car se porter volontairement caution est une marque d’attention pour une personne et, sinon un témoignage d’amitié, ce que l’on ne peut prouver, au moins un indice de rapports de sociabilité.

31Les rubriques de la première partie du Registre font mention de 618 fidéjusseurs. Il n’y a pas réellement autant de personnes, car certains se portent caution à plusieurs reprises. Ce chiffre est impossible à corriger, car au-delà des cas évidents, il faut se garder d’assimiler des homonymes qui n’habitent pas le même village. De même font difficulté les variations dans l’orthographe et les noms trop communs. Dans ces conditions il vaut mieux les prendre tous en bloc, ce qui n’a d’ailleurs pas grand inconvénient, car chaque caution donnée est significative. À tout prendre quelqu’un qui joue le rôle de fidéjusseur à plusieurs reprises marque mieux qu’un autre son appartenance à un milieu défini.

32Une telle solidarité a des motifs. Nul ne peut se flatter de les connaître tous et encore moins d’en détecter les ressorts. Il paraît opportun d’interroger les textes d’un triple point de vue, répondant à trois types de rapports humains. D’abord, les liens de parenté peuvent engager à la solidarité. Il n’y aurait là rien d’étrange ni d’exceptionnel. Ensuite, une commune adhésion à l’hérésie peut justifier un comportement qui n’est pas sans risque en faveur d’autrui. Enfin, les relations de voisinage peuvent être un motif suffisant pour venir en aide à une personne en difficulté. Rien n’interdit évidemment que ces motivations s’additionnent.

  • 31 Pour l’analyse détaillée cf. J. PAUL, « Famille et hérésie », Famille et parenté dans la vie relig (...)

33Il est possible d’étudier la place qui revient aux membres de la famille puisque le Registre note le lien de parenté entre un prévenu et un fidéjusseur, s’il existe. Il est tout à fait raisonnable d’envisager que maris, épouses pères, mères, frères, sœurs, oncles, neveux ou gendres puissent tenir pour une obligation de se porter caution pour l’un des leurs. Or, le décompte de cette catégorie de fidéjusseurs donne un résultat dès plus modeste, sinon tout à fait dérisoire. Ensemble, ces parents proches ne représentent que 6,25 %. Autant dire que la solidarité familiale n’apparaît pas comme une motivation importante. Cette constatation pose évidemment bien des questions31. On peut élargir le groupe avec la parenté mal définie qui se déduit de l’identité des noms de famille dans un même lieu d’habitat. Elle ne dépasse pas 4,3 %. Or, cette dernière est encore moins probante, puisqu’elle peut se confondre avec de simples rapports de voisinage. Bref, la sociabilité hérétique ne repose pas sur les liens de famille.

34Les affinités religieuses et spirituelles peuvent entrer en compte. Le problème est de les mettre en évidence. Un critère paraît assez probant. Si quelqu’un s’est porté caution pour un prévenu et qu’il est à son tour contraint de prendre à l’égard de l’évêque les engagements exigés de tous ceux qui ont fait quelques gestes de dévotion envers des parfaits, on est en droit de conclure qu’il partage avec lui une commune sympathie pour l’hérésie. C’est bien sûr un motif plausible de solidarité, même s’il n’est pas exclusif. Une pareille analyse, minutieuse à l’évidence, peut se faire dans les zones où les suspects sont nombreux, celles qui ont été géographiquement identifiées précédemment. Il faut procéder village par village, sans omettre les solidarités à plus longue distance qui vont au-delà de ces étroites limites. Ces dernières sont à l’évidence les plus significatives, car elles sont encore moins réductibles que les autres à de simples faits de voisinage.

  • 32 Canecaude fait partie aujourd’hui de la commune de Villardonnel, mais s’en distinguait au Moyen Âg (...)
  • 33 M. MAHUL, [n. 24], t. III, p. 202 signale 5 feux pour 1377.

35Il faut ici entrer dans le détail et analyser des exemples. La région connue aujourd’hui comme le canton du Mas-Cabardès est celle qui compte, au milieu du XIIIe siècle, le plus de prévenus de tout le diocèse. Ainsi à Canecaude, village disparu, neuf habitants sont obligés de fournir des cautions pour rester en liberté32. Parmi eux, trois ont servi de fidéjusseurs aux autres suspects avant d’être eux-mêmes inquiétés et trois se portent caution alors qu’ils ont été auparavant contraints à divers engagements envers l’évêque. Bref, six prévenus sur neuf sont garants les uns pour les autres. L’affinité religieuse paraît indiscutable, même si rien ne prouve qu’elle est seule à entrer en jeu. Pour l’ensemble de ces prévenus, vingt fidéjusseurs différents s’engagent trente-deux fois. L’un d’eux quatre fois, trois autres trois fois et trois deux fois. Sept personnes assurent presque les deux tiers des cautions. Un seul de ces sept est inculpé, et d’ailleurs emprisonné. Enfin six fidéjusseurs ne sont pas de Canecaude, trois viennent du village immédiatement voisin de Villardonnel, les autres d’un peu plus loin. En fin de compte, on identifie à Canecaude un milieu ayant une certaine complaisance pour les hérétiques de seize personnes. Neuf d’entre elles sont assez compromises pour mériter pour le moins une pénitence. Dans un village minuscule, c’est énorme33. Or, on ne peut imaginer qu’un fossé sépare inculpés et fidéjusseurs d’un même lieu. Ceux qui se portent garants à plusieurs reprises marquent-ils quelque sympathie pour les croyants des hérétiques ou illustrent-ils simplement la solidarité villageoise ? On ne sait, car ils n’ont pas eu de compte à rendre à l’Inquisition. On peut estimer que la situation accepte des nuances, mais il ne faut pas aller plus loin dans l’hypothèse. Six d’entre les fidéjusseurs paraissent avoir des liens de famille avec les prévenus, ce qui est plus que la moyenne. Au terme de cette analyse, il faut convenir que ces résultats ne sont pas transposables en tout lieu, car il s’agit d’un hameau. Un milieu si restreint impose peut-être des contraintes inconnues ailleurs.

  • 34 Doc. p. 237, n° 251.
  • 35 Ar de Cazillac est fidéjusseur à Roquefère Doc. p. 163, n° 91. Il se soumet à l’évêque Doc. p. 241 (...)
  • 36 Arnaud Gauzinh est fidéjusseur en Doc. p. 154, n° 68 ; p. 165, n° 94 ; p. 168, n° 100 ; p. 201, n° (...)
  • 37 G. Clerc : Doc. p. 169, n° 104 et p. 222, n° 217.

36À Salsinge, à 4 kilomètres de là, il y a huit prévenus pour une agglomération un peu plus importante. Trois d’entre ont servi de garants avant d’être inquiétés à leur tour. C’est moins que précédemment, mais significatif. Il y a en tout trente-trois fidéjusseurs représentés par vingt-huit personnes différentes. Plus peuplé, ce village offre plus de candidats que Canecaude pour cette fonction. Il est également moins fermé sur lui-même, car huit fidéjusseurs viennent des alentours et un de Carcassonne, ce qui est moins surprenant qu’il n’y paraît, puisque la procédure se fait au siège de l’évêché. Cette impression d’ouverture tient d’abord à ce que cinq habitants du village voisin de Villardonnel font partie des huit personnes qui se portent caution d’un couple d’inculpés34. On ne connaît pas leur motivation. Certains ont déjà été fidéjusseurs ailleurs et l’un d’eux à plusieurs reprises. Quand ces gestes, à distance même réduite, se multiplient et qu’il n’y a pas d’explication familiale, il paraît normal de privilégier la solidarité religieuse. On en reste néanmoins à de simples indices. Aux Îles, 3 kilomètres plus loin, il y a cinq prévenus. L’un d’eux, avant d’être inquiété, a été fidéjusseur pour un suspect de ce village et un autre pour un prévenu de Roquefère qui est à proximité35. Bref deux sur cinq, ce qui est encore significatif. Le premier de ces fidéjusseurs est un cas digne d’intérêt. Arnaud Gauzinh s’est porté caution quatre fois : pour un homme des Iles, pour quelqu’un de Salsinge et pour deux habitants de Roquefère. Il donne à la sociabilité hérétique un horizon plus élargi mais qui ne va pas à plus de 8 kilomètres36. À Roquefère, où il y a sept prévenus, l’un d’eux a été fidéjusseur auparavant et un autre se porte caution pour quelqu’un qui est inculpé le même jour que lui. Un des fidéjusseurs de Roquefère, habitant la Bastide-Esparbeirenque, est contraint à son tour de prendre les engagements habituels envers l’évêque37.

37On pourrait poursuivre. La solidarité religieuse et spirituelle, que l’on suppose entre prévenu et fidéjusseur inquiété à son tour, est très variable selon les lieux. Massive à Canecaude, elle est absente à Cuxac-Cabardès ou à Tourette. À vrai dire, des nombres souvent faibles ne sont pas toujours significatifs. Globalement dix-sept des cinquante prévenus ont été fidéjusseurs pour l’un d’eux, soit un peu plus d’un tiers. Ceux qui acceptent de se porter caution pour un accusé d’hérésie se recrutent dans un nombre appréciable de cas parmi eux. Le fait est significatif. Néanmoins ils ne représentent qu’un peu plus de 12 % des fidéjusseurs de cette région.

38On ne saurait tenir l’actuel espace du canton du Mas-Cabardès, zone rurale peu peuplée où l’implantation hérétique a été forte, pour exemplaire. Il faut confronter les constatations effectuées à d’autres résultats glanés ailleurs.

  • 38 Doc. p. 123, n° 16 et p. 230, n° 234.
  • 39 Doc. p. 151, n° 60 et p. 217, n° 204.
  • 40 Doc. p. 167, n° 99 et p. 223, n° 218.
  • 41 Doc. p. 118, n° 7.
  • 42 Doc. p. 129, n° 26.

39À Preixan, on compte dix prévenus, un seul s’est porté caution pour un habitant de son village38. Couffoulens est peu significatif, car les actes y concernent surtout des sorties de prison. À Arzens, sur les neuf personnes inquiétées par l’Inquisition, une seule s’est portée caution auparavant39. Quelques personnes d’Alzonne condamnés à des pèlerinages en Terre sainte rechignent à partir pour des raisons d’âge, ce qui signifie que l’Inquisition y est à l’œuvre depuis longtemps. Il n’y a que deux prévenus, l’un d’eux a été la caution de l’autre, c’est peu significatif compte tenu du passé40. À Pezens, aucun des cinq prévenus n’a été fidéjusseur. Il n’y a rien de marquant dans ce domaine. Deux actes concernant Cornèze offrent peut-être un début d’explication de ces différences. Le premier est unique en son genre. Six prévenus de ce hameau sont caution solidairement les uns pour les autres et le fait est enregistré dans un seul et même acte, qui fait suite à l’interrogatoire de quatre d’entre eux quelques jours auparavant41. On peut estimer que les charges retenues contre ces gens ne sont pas graves au point de chercher des garanties plus importantes que celles fournies par les biens des prévenus. D’ailleurs six personnes caution in solido, c’est plus qu’il n’en est demandé habituellement. Est-ce toute l’explication ? Dans le second cas un prévenu reçoit la caution de son frère, d’une personne habitant Carcassonne qui semble être le châtelain et de quelqu’un dont on ne sait rien42. Dans un si petit village, ceux qui sont disposés à venir en aide à des personnes compromises ne sont pas très nombreux. Le propos n’est pas dépourvu d’intérêt.

40En fin de compte, l’étude des villages de la vallée de l’Aude et de la plaine donne des résultats passablement différents de ceux de la Montagne Noire. La solidarité religieuse y existe, puisqu’on la rencontre en nombre de lieux, mais elle reste discrète et passe au second plan. Le cas de Cornèze éclaire peut-être celui de Canecaude. Le petit nombre d’habitants incite les inquisiteurs à accepter plus facilement comme fidéjusseurs des suspects. Après tout, ils engagent leurs biens et peuvent faire l’affaire comme les autres. Les exemples de la région du Mas-Cabardès, qu’on les tienne pour exceptionnels ou pas, ont le mérite de montrer que des sympathies religieuses existent et sont vraisemblablement à la base d’une certaine sociabilité. La diversité des résultats selon les lieux ne permet pas de l’évaluer. D’ailleurs, les relations de voisinage, beaucoup plus faciles à identifier et partout présentes, ont tendance à l’emporter. Mais qui peut dire si un voisin se porte caution par amitié ou par conviction ?

41Les rapports humains dans un même village ont une importance décisive, que les prévenus signalent leurs ennemis ou qu’ils fassent appel à leurs amis pour leur servir de caution. Les notaires qui rédigent les actes de la première partie du Registre notent, assez fréquemment, mais pas toujours, le lieu où résident les fidéjusseurs. Lorsque cette indication fait défaut la notice est inexploitable. Dans dix-neuf rubriques au moins, ceux qui se portent caution sont tous du même village que les suspects. Dans d’autres cas, certains viennent d’une agglomération voisine. Ils sont peu nombreux à être originaires de diocèses voisins. Pour apprécier le caractère local de la solidarité, il faut, autant que faire se peut, évaluer le nombre des compatriotes qui se portent caution pour les prévenus. Le chiffre exact est difficile à établir, car le lieu d’origine apparaît quelquefois au terme d’une énumération et il est impossible de savoir s’il porte uniquement sur la dernière personne ou s’il concerne également les précédentes. Le nombre des cas absolument sûrs s’élève à 146. En incluant ceux où une incertitude demeure on aboutit à 201. En tenant compte de ces deux chiffres les voisins sont présents dans une proportion qui va de 23,5 % à plus de 32 %. Il n’y a pas là toute la vérité, car les rubriques sans indications de lieu sont nombreuses, surtout à la fin du Registre. De plus, les calculs précédents laissent de coté les agglomérations voisines, celles qui, distantes de quelques kilomètres, sont un horizon familier. Si l’on en tient compte, il faut ajouter encore 17 %. Sur ces bases, une évidence s’impose : se porter caution pour un prévenu relève de la sociabilité du village et du pays. Les liens de famille ont une importance réduite. Les affinités religieuses jouent un rôle certain qui se révèle à certaines occasions. Elles se distinguent mal des solidarités locales. Ces dernières sont dominantes parce qu’elles sont visibles et qu’elles ont un caractère englobant.

Conclusion

42Il faut maintenant revenir à la question initiale. Les croyants de l’hérésie forment-ils un groupe dont on puisse dire qu’il constitue une société ?

  • 43 Doc. p. 159, n° 81.

43L’étude géographique met en évidence leur présence dans un ou deux villages voisins et dans une moindre mesure aux alentours. À mesure que l’on s’éloigne de ces centres, leur nombre diminue rapidement. À la périphérie des réactions d’hostilité sont perceptibles, comme à Leuc où les habitants dénoncent les agissements d’un couple. Au-delà, le pays paraît ignorer le phénomène. On perçoit un noyau. Le fait est souligné par un acte qui enjoint à ceux de Prexian, de Couffoulens, de Cavanac, de Cornèze, de Leuc et de Villefloure qui ont été condamnés à des pèlerinages mineurs de partir dans les 15 jours43. Cette injonction, unique en son genre, comporte une énumération qui recoupe exactement la carte des prévenus. Il serait hasardeux de récuser une pareille information qui aboutit à circonscrire une petite région où l’hérésie est bien présente en son centre. Le Mas-Cabardès ou le Val-de-Daigne paraissent répondre à cette configuration. Pezens est probablement dans le même cas. Ailleurs la dissidence paraît plus ponctuelle sans que l’on puisse en donner une explication. Des espaces intermédiaires semblent séparer ces zones touchées par l’hérésie. L’ensemble laisse l’image d’une implantation en archipel. Ces noyaux ne sont pas sans rapport comme le montrent les interrogatoires puisque les parfaits se rendent de Couffoulens au Val-de-Daigne.

44Cette géographie ne favorise pas la constitution d’une société hérétique. Le va-et-vient des parfaits assure une certaine liaison entre ces groupes qui restent néanmoins cloisonnés. Les rapports entre eux ne sont pas suffisants pour qu’ils constituent la base d’une vie sociale. La vie se concentre sur le village et les précautions liées à la persécution réduisent l’activité à celle d’une petite église ou d’une secte.

  • 44 Voir par ex. le cas de Sicre de Cavanac où le changement se fait le jour même. Doc. p. 117, nos 3 (...)

45Le système de la caution repose normalement sur des rapports de proximité, mais ils peuvent être très différents de nature. La disparité énorme qui apparaît entre la famille et les voisins est une évidence qui pose de graves questions. Force est de conclure que la sociabilité de village est le fait qui ressort de ces actes notariés. Or, se porter garant est un geste dont l’interprétation est délicate et la signification incertaine. Selon les cas, il peut témoigner d’une solidarité religieuse ou d’un simple tissu de relations humaines. Pour pousser plus loin l’analyse, il faut faire appel à quelques considérations annexes. Il apparaît à la lecture de la première partie du Registre que l’évêque et les inquisiteurs désignent parfois d’office des fidéjusseurs. Dans ce cas, ils sont remplacés par d’autres, choisis par les prévenus dans les jours qui suivent et le plus souvent sans délai44. Une telle pratique incite à penser que la caution implique une sympathie, mais on ne peut pas en définir la nature. L’inculpation de fidéjusseurs montre qu’elle peut être religieuse et on ne peut l’exclure. Toutefois ils ne sont pas très nombreux à être inquiétés. L’Inquisition ne reproche rien au plus grand nombre. Les quelques centaines de fidéjusseurs marquent une sympathie sans avoir fait le moindre geste répréhensible. Ce milieu villageois qui apparaît à l’occasion des enquêtes et interrogatoires peut-il être tenu pour une société hérétique ? C’est bien improbable.

46La géographie de l’hérésie, avec cette répartition par noyaux est assez curieuse pour retenir l’attention. Cette configuration peut être le résultat d’une répression commencée depuis les années 1230 ou d’un travail de prédication des parfaits, très inégal selon les lieux. Aucun élément décisif ne permet de trancher.

Notes

1 Le registre de Jacques Fournier permet la reconstitution de la société de Montaillou comme le montrent E. LE ROY LADURIE, Montaillou, village occitant, Paris, 1975 et R. WEIS, Les derniers cathares, trad. franç. Paris, 2002. L’étude fait apparaître surtout des structures communes assez archaïques. Dans les premières décennies du XIVe siècle, ce village paraît connaître une situation assez particulière qu’il ne faut probablement pas généraliser.

2 Le registre d’enquête de Bernard de Caux, Ms 609 de la B.M. de Toulouse, pour une période comparable fait apparaître des phénomènes différents.

3 Édition C. Douais, Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition, 2 vols, Paris, 1900, t. II, p. 115-301, cité Doc suivi de la page et du numéro de paragraphe.

4 Doc. p. 122, n° 14.

5 Doc. p. 128, n° 24.

6 Doc. p. 126, n° 22 et p. 128, n° 25.

7 Doc. p. 135, n° 36.

8 Doc. p. 188, n° 178 et p. 202, n° 170.

9 Doc. p. 159 n° 181.

10 J. PAUL, « Le registre du greffier de l’Inquisition de Carcassonne », Le médiéviste devant ses sources, C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi (éds), PUP, Aix-en-Provence, 2004, p. 109-129.

11 J. PAUL, [n. 10], p. 115 et sq.

12 Ibid., p. 118-119.

13 Doc. p. 251, n° 8.

14 Doc. p. 295, n° 44

15 Doc. p. 285, n° 33.

16 Doc. p. 269, n° 28 et p. 286, n° 34.

17 Doc. p. 118, n° 5.

18 Doc. p. 118, n° 7.

19 Doc. p. 244-251.

20 Doc. p. 118, n° 6 et p. 119, n° 8.

21 J. PAUL, « L’hérésie au village », L’Église au village, Cahier de Fanjeaux, t. 40, Toulouse, 2006, p. 255-281.

22 Doc. p. 121, n° 12 et p. 257, n° 16.

23 Doc. p. 126, n° 22 et p. 128, n° 25.

24 M. MAHUL, Cartulaire et archives des communes de l’Ancien diocèse et de l’arrondissement administratif de Carcassonne, t III, p. 367 et sq.

25 Doc. p. 120, n° 10.

26 Il y a un cas comparable, mais en fin de compte différent. L’évêque autorise la sortie de prison d’un malade originaire de Canecaude, mais lui interdit de quitter le Bourg. C’est une simple assignation à résidence. Doc. p. 165, n° 94. Les fidéjusseurs d’un prévenu de Salsinge s’engagent à ce qu’il soit présent à son procès sans s’absenter ni s’enfuir. C’est une variante aggravée de l’obligation de se présenter aux convocations de l’évêque, Doc. p. 154, n° 68.

27 Doc. p. 224, n° 221.

28 Doc. p. 152, n° 64.

29 M. MAHUL, [n. 24], t. III, passim donne le nombre de feux pour certains d’entre eux en 1377. L’indication n’est pas sans intérêt.

30 Dans les interrogatoires un iste est intrusus signale ceux qui sont en prison. Il y en a plusieurs de cette zone.

31 Pour l’analyse détaillée cf. J. PAUL, « Famille et hérésie », Famille et parenté dans la vie religieuse du Midi (XIIe-XVe siècle), Cahiers de Fanjeaux, t. 43, p. 349-372.

32 Canecaude fait partie aujourd’hui de la commune de Villardonnel, mais s’en distinguait au Moyen Âge. On ne retient que les prévenus. Est laissé de coté le cas d’une femme élargie de prison pour maladie dans les conditions habituelles Doc. p. 226, n° 226 et celui d’un condamné libéré sous simple serment en Doc. p. 205, n° 178. Le même apparaît auparavant comme inculpé en Doc. p. 133, n° 32 et figure à ce titre dans les calculs.

33 M. MAHUL, [n. 24], t. III, p. 202 signale 5 feux pour 1377.

34 Doc. p. 237, n° 251.

35 Ar de Cazillac est fidéjusseur à Roquefère Doc. p. 163, n° 91. Il se soumet à l’évêque Doc. p. 241, n° 264.

36 Arnaud Gauzinh est fidéjusseur en Doc. p. 154, n° 68 ; p. 165, n° 94 ; p. 168, n° 100 ; p. 201, n° 168. Il est lui-même inquiété p. 240, n° 260.

37 G. Clerc : Doc. p. 169, n° 104 et p. 222, n° 217.

38 Doc. p. 123, n° 16 et p. 230, n° 234.

39 Doc. p. 151, n° 60 et p. 217, n° 204.

40 Doc. p. 167, n° 99 et p. 223, n° 218.

41 Doc. p. 118, n° 7.

42 Doc. p. 129, n° 26.

43 Doc. p. 159, n° 81.

44 Voir par ex. le cas de Sicre de Cavanac où le changement se fait le jour même. Doc. p. 117, nos 3 et 4.

Table des illustrations

Légende Carte 1 – Diocèse de Carcassone, carte des interrogatoires (Jacques Paul)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Carte 2 – Diocèse de Carcasonne, carte des élargissements de prison (Jacques Paul)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Carte 3 – Diocèse de Carcasonne, carte de l’origine des prévenus (Jacques Paul)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540