Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en société au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Daniel Le Blévec
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Sociétés de semblables

Entre sentiment et ambition : les réseaux de Jacques de Vitry au miroir du Supplementum ad Vitam Mariae Oigniacensis de Thomas de Cantimpré

Jean Donnadieu

Texte intégral

1La vie en société résulte de rapports qui attachent l’individu au groupe auquel il appartient et dont il épouse le mode de vie, les façons de voir et de penser, dont il partage les émotions et la sensibilité. Nous avons choisi d’examiner, à travers l’exemple de Jacques de Vitry, ce que pouvait être dans la première moitié du XIIIe siècle ce type de relations dans le monde des clercs ou des religieux et dans lequel les rapports personnels reposent sur des liens d’affectivité forts. Nous examinerons les différents aspects de ces rapports noués par Jacques de Vitry notamment avec le prieur et les membres de la communauté canoniale d’Oignies, le cardinal Hugolin, futur Grégoire IX, et Thomas de Cantimpré, dans le récit que ce dernier fait de ces relations.

  • 1 J. F. BENTON, « Qui étaient les parents de Jacques de Vitry ? », Le Moyen Âge, 70, 1964, p. 39-47  (...)
  • 2 J. DONNADIEU, « L’Historia orientalis de Jacques de Vitry. Tradition manuscrite et histoire du tex (...)

2Jacques de Vitry (1165/1170-1240) a porté sur la vie en société le regard d’un homme d’Église à l’heure des défis posés par les conditions sociales et politiques de son temps. On sait peu de chose de ses origines1. Il fit ses études à Paris puis entra vers 1208 chez les chanoines réguliers au prieuré Saint-Nicolas d’Oignies où il devint le confident de Marie d’Oignies et commença une carrière de prédicateur de la croisade. Clerc de grande culture, évêque d’Acre de 1216 à 1227, puis évêque auxiliaire de Liège et cardinal (1229), il a laissé une Vita Mariae Oigniacensis, une Historia orientalis, une Historia occidentalis, des lettres rédigées en Orient et une très importante collection de sermons modèles. Il a bénéficié de son vivant d’une grande renommée comme savant, prédicateur et prélat expérimenté, qui lui a survécu chez les Mendiants notamment qui ont fait un grand usage de ses sermons et de l’Historia orientalis2.

3Bien des indices dans les écrits de Jacques de Vitry ou dans les sources, assez rares dans l’ensemble, qui se rapportent à sa vie laissent à penser qu’il a entretenu de nombreuses relations officielles et personnelles à l’intérieur de réseaux variés. Parmi ceux-ci, les cercles savants à Paris, les communautés canoniales et cisterciennes du diocèse de Liège et des diocèses limitrophes, les milieux en rapport avec la prédication et la croisade, tant en Orient qu’en Europe du Nord et en Italie à partir de 1229.

  • 3 AASS, Juin 5, Supplementum ad vitam Vitae Mariae Oigniacensis, Paris-Rome, 1866, p. 572-581 (Supple (...)

4Le propos de cette étude n’est pas de faire le bilan de nos connaissances sur cette vie relationnelle si importante par ailleurs. Nous avons choisi d’étudier celle-ci au miroir du Supplementum ad Vitam Mariae Oigniacensis de Thomas de Cantimpré, composé en 1231 alors que Jacques de Vitry est encore en vie3.

  • 4 Thomas Cantimpratensis Liber de natura rerum, Editio princeps secundum codices manuscriptos, H. Boe (...)
  • 5 A. DEBOUTTE, « Thomas de Cantimpré », DS col. 785, col. 786.
  • 6 Thomae Cantipratensi Boni universalis de apibus, G. Golvener (éd.), Douai, 1597.
  • 7 AASS, Juin 3, Vita Sanctae Lutgardis, Paris, 1867, p. 189-210.

5Thomas (ca. 1201-1270), originaire du Brabant, est entré jeune dans la communauté canoniale de Cantimpré en Cambrésis où il entreprend de composer à partir de 1223 le Liber de natura rerum – synthèse des connaissances en histoire naturelle, utilisée ensuite par Albert le Grand, Barthélemy l’Anglais et Vincent de Beauvais – auquel il aurait travaillé jusqu’à son départ pour Paris en 12374. Vers 1231 il quitte Cantimpré pour rejoindre les Prêcheurs, puis séjourne à Paris pour compléter ses études de 1237 à 12405. À partir de 1256, à la demande de Humbert de Romans, il commence la rédaction des deux livres d’exempla du Bonum universale de apibus6. Il est encore l’auteur de plusieurs Vitae dont celle de Lutgarde, abbesse du monastère des cisterciennes d’Aywières en Brabant7. Le Supplementum s’inscrit plutôt dans cette veine hagiographique.

  • 8 AASS, Juin 5, Vita Mariae Oigniacensis, Paris, 1867, p. 547-572 (Vita Mariae).
  • 9 Vita Mariae, [n. 8], II, 106 ; Supplementum, prologue.
  • 10 Supplementum, [n. 3], 4, 19.
  • 11 Ibid., 4, 24-27.

6Il s’agit d’une œuvre de commande rédigée à la demande du prieur d’Oignies, Gilles de Walcourt, sans doute pour continuer la Vita Mariae composée par Jacques de Vitry après la mort de Marie (1213)8. Il est probable que Thomas s’est servi de notes rassemblées par Jacques de Vitry, et non exploitées, sur les miracles de Marie et qu’il s’est appuyé aussi sur le témoignage du prieur9. Le Supplementum se présente comme une succession d’exemples, formant un troisième livre à la suite de la Vita Mariae. Thomas y expose les interventions de Marie, avant et après sa mort, dans la vie du prieuré et surtout celle de Jacques de Vitry. Pour cette dernière, les épisodes racontés sont très certainement fondés sur les dires du prieur Gilles et de certains frères10, mais à la date où l’auteur compose son ouvrage il est peu probable qu’il se soit entretenu avec son modèle, ce qu’il n’aurait pas manqué de signaler11.

7Le dernier et quatrième chapitre du Supplementum est de nature un peu différente. Il porte moins sur l’action miraculeuse de Marie que sur un épisode décisif de la carrière de Jacques de Vitry, quand celui-ci se prépare à partir pour Rome en dépit de l’opposition de ses proches. Thomas se fait porte-parole de la communauté d’Oignies, plusieurs années après l’évènement, pour tenter de convaincre Jacques de revenir au prieuré.

  • 12 J. L. KUPPER, « Hugues II de Pierrepont », DHGE 25, col. 268.

8Le passage qui suit raconte ce qu’il peut être convenu d’appeler « l’abandon » du prieuré par Jacques de Vitry, alors évêque auxiliaire dans le diocèse de Liège depuis 1226-1227 auprès de Hugues de Pierrepont12. Nous sommes au mois de juillet 1229, au lendemain de la mort de ce dernier, lorsque Jacques est appelé par le pape à Rome où il est nommé évêque de Tusculum et cardinal. L’épisode est rapporté sous forme d’histoire mettant en scène ce que nous proposons d’appeler, faute de mieux, les sentiments et les ambitions des personnages qui en sont les acteurs tels que présentés par Thomas, présentation dramatisée et non dépourvue d’intention apologétique. Ce récit est un exemple rare du fonctionnement des réseaux de Jacques de Vitry et de leur vitalité. Il revêt un double intérêt. La plume de Thomas de Cantimpré éclaire un épisode de la vie de Jacques, qu’il est seul à rapporter ainsi, tout en mettant en évidence à sa manière, et à l’occasion d’un fait singulier, la nature des liens qui attachent Jacques aux frères du prieuré, à Marie et au pape Grégoire IX. En prenant nettement position dans le débat, surtout dans la suite du récit, Thomas enfin se reconnaît partie prenante à ces relations.

  • 13 Supplementum, [n. 3], 4, 22-23 ; cf. Annexe 1.

Après donc la mort du pape Honorius III, quand les vénérables cardinaux de la curie romaine eurent pertinemment et par ordre divin élevé comme pape Grégoire – neuvième du nom – le dit évêque d’Ostie, Hugolin, homme de capacité supérieure en tout et de toute façon, le vénérable évêque Jacques, nous l’avons dit, meilleur ami et connaissance de ce souverain pontife, se disposait à aller lui rendre visite. Alors le prieur et les frères n’en furent pas peu attristés et se mirent instamment à redouter que le dit pape, en le revêtant d’une haute charge, ne le retienne auprès de lui, comme malheureusement cela advint par la suite.
Donc, comme le jour approchait où l’évêque en question allait prendre la route pour la ville de Rome, s’étant quelque peu assoupi après les prières des matines, voilà que la servante du Christ, la vénérable Marie, semblant comme défaite, lui apparut dans son sommeil. Il paraissait à l’évêque qu’un grand souci la tourmentait, et comme il s’apprêtait à lui donner l’onction avec l’huile comme à une très grande malade, Marie, l’air farouche, comme indignée et visiblement bouleversée, dit : “Tu ne pourras certes pas me conférer l’onction car ton rituel n’est pas en mesure de le faire, mais donne la à notre prieur et aux frères qui, comme moi, sont très profondément affectés par ton départ”. Aussitôt éveillé, l’évêque appelle le prieur et les frères et leur rapporte les paroles de la servante du Christ reçues pendant son sommeil. Cependant, il ne renonce pas à son projet et fait tous ses préparatifs pour prendre la route. Ce que voyant, le vénérable prieur Gilles en fut affligé et, ne pouvant absolument pas s’y résigner, se mit à implorer la servante du Seigneur de barrer la route à l’évêque. Cette sainte femme se manifesta à lui dans une apparition, et dit alors : “La voie prise par l’évêque te contrarie, n’en doute pas, elle me contrarie aussi. Et donc je ne ferai pas route avec lui. Mais trois femmes l’accompagnent aux mains desquelles il n’échappera pas. Laisse le donc, qu’il fasse ce qu’il veut, tu ne pourras le faire revenir sur sa décision !”
Aussitôt, dès que la servante du Christ eût ainsi parlé au prieur, tout à coup l’évêque survint. À sa voix le prieur sortit de son extase et lui raconta ce que dame Marie, lui apparaissant au moment même, lui avait dit sur son départ. Sois stupéfait, lecteur, et considère le prodige ! L’évêque nullement ému par ces paroles dit encore en se moquant du prieur : “À moi aussi dame Marie a parlé de la sorte. Je ne suis troublé en rien par de telles paroles, il y a assez d’espace entre les portes. Je reviendrai plus tôt que tu n’espères. Ne te trouble pas, frère très cher ! Pour avouer la vérité à ta charité, il serait très dommageable pour moi, et pour lui plus encore, si je ne me déplaçais pas pour voir un si grand ami lors d’un tel changement de circonstances. En outre, je ne crois pas, et même je le présume certain, que le pape ne me retiendra jamais contre mon gré comme vous le craignez”. Par ces mots il consola comme il put le prieur et les frères et partit pour Rome. Et ainsi que Dieu l’avait révélé au prieur par sa servante il y fut saisi par deux femmes, l’épiscopat et le cardinalat. Ce que put être la troisième, nous ne pouvons aujourd’hui le savoir clairement13.

  • 14 Supplementum, 4, 27.

9Le Supplementum présente donc quatre personnages : Jacques de Vitry, le prieur Gilles, Marie et le pape. Jacques se trouve au centre d’un petit réseau de relations de nature différente qui montrent, à chaque fois, qu’il était l’objet d’un attachement singulier. L’auteur, Thomas, se joint à la scène pour interpréter sévèrement l’attitude de Jacques et se livre même dans les dernières lignes du Supplementum à une critique plus franche encore14. Il tient là pourtant un discours ambigu ; car derrière les admonestations se profile l’idée que la voie prise a ouvert à Jacques des réseaux plus étendus, ceux d’une notoriété dont Thomas lui-même se fera l’agent.

Un réseau de relations selon Thomas de Cantimpré

10Tout en exposant les faits, Thomas fait état des liens qui unissent Jacques à sa communauté, à Marie et au pape. Ces liens sont, eux aussi, de nature différente et trouvent à s’exprimer dans son vocabulaire qui traduit des sensibilités et des histoires singulières venant à se croiser et se contrarier dans le récit.

La communauté d’Oignies

11Depuis plus de vingt ans Jacques de Vitry est un membre du prieuré Saint-Nicolas, régi par la règle des chanoines de Saint Augustin, situé à Oignies, localité disparue aujourd’hui, alors non loin de Namur dans le diocèse de Liège. Pour décrire l’état d’esprit du prieur Gilles, et dans une certaine mesure celui de Marie, Thomas use d’un vocabulaire particulier – celui des sentiments – afin d’évoquer la tristesse, la douleur morale et physique. Prior et fratres non modicum contristatri coeperunt rapporte le texte alors que Jacques se dispose à s’en aller, tristesse doublée de la crainte, vehementer metuere, de le voir rester à Rome et d’abandonner ainsi son prieuré. Cette perspective prend une tournure plus grave encore, jusqu’à l’affection physique qui touche Marie, au moins en apparence, quasi infirmanti similis, mais surtout le prieur et les chanoines d’Oignies, injunge priorem nostrum cum fratribus qui tuo discesssu graviter infirmantur. L’arbitrage de Marie est sollicité, véritable supplique, aggrediens deprecari, afin d’empêcher ce départ, super impeditione episcopi itineris. De cette souffrance, impatientissime doluit, et de cette épreuve, le prieur finit par sortir consolé, consolatus, par les paroles d’apaisement de Jacques, non turberis frater carissime. Dans un passage précédent du Supplementum, un an avant sa mort, Marie annonce au prieur le départ de Jacques pour l’Orient en termes voisins et qui aident à comprendre la nature des rapports de Jacques avec ses frères d’Oignies.

  • 15 Ita, inquit, fiet, sed non videbo, videbis autem tu et contristaberis ; sed tristitia tua vertetur (...)

Il en sera ainsi, dit-elle, mais je ne le verrai pas, mais toi tu le verras et tu en seras attristé ; mais ta tristesse se changera en joie quand tu le verras revenir de ces régions ici même, et vivre chez lui avec toi15.

12L’expression physique de cette relation trouve son fondement dans l’appartenance à une petite communauté de fondation récente (ca. 1187-1192) à l’intérieur de laquelle les liens entre frères ne revêtent pas forcément de caractère individuel mais tiennent à des réalités plus concrètes, d’une certaine façon vitales, d’équilibre et de survie. Le point de vue de Thomas rejoint celui du prieuré au moins sur ce point quand, vers 1244, le prieur Siger fait rédiger une histoire de la fondation du couvent en l’honneur de Gilles de Walcourt et ses frères. C’est une apologie du fondateur du couvent dans laquelle Jacques de Vitry est présenté comme membre éminent d’une communauté qu’il a servie tant par ses mérites que par ses dons, comme un fils doit le faire à l’égard de sa mère.

  • 16 Ob specialem vero gratiam et debitae venerationis affectum in quibus tanquam matri filius divino pr (...)

Il promut notre église même par nombre de faveurs spirituelles et de biens temporels, car, conformément au commandement divin, tel un fils envers sa mère il se reconnaissait lié par une gratitude toute spéciale et le sentiment du respect qu’il devait16.

  • 17 F. COURTOY, Le Trésor du prieuré d’Oignies aux sœurs de Notre-Dame de Namur et l’œuvre du frère Hu (...)
  • 18 Historia fundationis, [n. 16], col. 330 b.
  • 19 L. H. COTTINEAU, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1936, 2, col. 339 (...)
  • 20 Ibid., 1, col. 1156.
  • 21 Monasticon Praemonstratense, 1, Circaria Graeca et Hierosolimitana, N. Backmund (éd.), 1952, préfac (...)
  • 22 B. BOLTON, « Faithfull to whom ? Jacques de Vitry and the French bishops », Revue Mabillon, Nouv. (...)

13Les services, les dons ont été les manifestations d’un devoir d’entretien et de soutien moral et matériel envers le prieuré auxquelles Jacques a satisfait durant les années d’éloignement lorsqu’il se trouvait en Orient (1216-1227), puis à Rome (1229-1240). Le Trésor d’Oignies, actuellement conservé à Namur, possède plusieurs pièces attribuées à sa générosité, parmi lesquelles figurent des reliques fameuses venues enrichir la bonne renommée du lieu, ce dont les documents font état17. L’Historia fundationis lui rend grâce après sa mort de cet appui indéfectible18. Mais ce n’est pas là une exclusivité car le soutien affectueux de Jacques, et ses lettres d’Orient en témoignent, a joué encore en faveur des abbayes voisines du prieuré : Aywières, Villers19, Floreffe20. Dans ce dernier cas, l’évêque d’Acre use de son influence auprès du patriarche de Jérusalem en faveur des Prémontrés pour la récupération de deux monastères de Palestine21. Cet esprit de solidarité intercommunautaire avait d’ailleurs sa contrepartie, et le général des Prémontrés à son tour plaide la cause de Jacques auprès de deux papes successifs22.

  • 23 U. BERLIERE, « Les évêques auxiliaires de Liège », Revue Bénédictine, 29, 1912, p. 69-73.
  • 24 Jacques de Vitry, Lettres de la Cinquième Croisade, R. B. C. Huyghens (éd.), traduction G. Duchet-S (...)
  • 25 Vita Mariae, [n. 8], II, 101.
  • 26 Lettres, [n. 24], 6, p. 154 ; ibid., 7, p. 162.

14L’Historia fundationis, composée bien après la mort de Gilles survenue en 1234, est une apologie du premier prieur de Saint-Nicolas d’Oignies. La place reconnue à Jacques est celle du bienfaiteur de la communauté qu’il n’a pas cessé d’honorer de ses dons et de protéger. Ainsi, de façon assez prosaïque, la sauvegarde des intérêts du couvent pouvait justifier la crainte du prieur pour ce départ annoncé, vécu comme une perte, car Jacques occupait alors dans le diocèse de Liège depuis 1227 la fonction d’évêque auxiliaire23. Son absence risquait de distendre les liens intracommunautaires et d’affaiblir la position du prieuré. Les relations de Jacques avec ses frères d’Oignies sont le corollaire d’une communauté de vie, et il ne semble pas en conséquence que le caractère individuel ou particulier de ces relations avec tel membre soit signalé, au moins par Thomas. Les expressions carissimi fratres rencontrées dans la correspondance de Jacques24 ou ici, s’adressant au prieur, frater carissime, doivent être prises au sens le plus général, la dilection entre frères d’un même couvent. En particulier il ne paraît pas y avoir eu de relation intime entre Jacques et le prieur Gilles, son confesseur25. Quand depuis l’Orient l’évêque d’Acre s’adresse à ses frères d’Oignies il ne s’adresse pas à son prieur, mais à la collectivité ou au magister Jean de Nivelles – dont il n’est pas question dans le Supplementum – en qui il paraît avoir confiance lorsqu’il fait part de ses réserves à l’égard de la prédication franciscaine et de son amertume devant les défections de son entourage26.

  • 27 Supplementum, [n. 3], 1, 2-3 ; ibid., 3, 19-20.
  • 28 Ibid., 1, 3.
  • 29 Ibid.

15Thomas, dans ce tableau des relations intracommunautaires, fait une place particulière à Marie intervenant à deux reprises depuis un au-delà tout proche du monde des vivants et facilement accessible aux vivants eux-mêmes. Elle visite Jacques de Vitry au cours du sommeil, in somnis, pour le semoncer, puis apparaît au prieur dans une vision diurne, per visum, pour faire une révélation. L’apparition de Marie, morte en 1213, témoigne, pour Thomas, de la persistance et de la solidité des liens qui attachent la jeune femme au prieur et à Jacques. Songe et vision sont les véhicules de sa position à l’égard de Jacques, empreinte, non de peur et de tristesse, mais de réprobation : Illa, torvo vultu, similis indignanti, satagentem intuita. Une incompréhension semble séparer maintenant les deux personnages que les chapitres précédents tendaient à relier par un sentiment réciproque de complicité ou d’accord fondé sur le soutien de Marie et la pieuse vénération de Jacques27. Leur relation personnelle, développée sur des registres différents dans la Vita Mariae et dans le Supplementum, paraît se distendre. La colère de Marie devient désaveu, voire indifférence, lorsque le prieur à son tour reçoit sa révélation : Sine ergo illum, faciat quod vult ! De la même façon, Jacques ne tient pas compte de la distance qui le sépare de Marie. Il se prépare à accomplir un geste inadapté à l’état et à la condition de celle-ci. Il en vient par ailleurs à interpréter selon ses vues la prophétie que lui rapporte le prieur. Enfin la lucidité contrariée de Marie s’accompagne du renoncement à suivre Jacques sur le chemin de Rome : Sicut contrarium tibi est episcopi sic et contrarium mihi esse non dubites ; et ideo non comitabor euntem. Car un tel appui n’avait jamais manqué. Marie l’avait soutenu quinze ans plus tôt en dépit des craintes du prieur Gilles avant son départ en Orient28. Cette fois, elle se range au côté de ce dernier, sans contrarier pour autant la volonté de Jacques et en révélant l’avenir ainsi qu’elle l’avait fait de son vivant en d’autres circonstances29.

Relations avec le nouveau pape

16Thomas présente l’amitié du pape comme ancienne et forte : Venerabilis episcopus Jacobus optime et amicus et notus ipsi summo pontifici. La précipitation de Jacques pour aller à Rome est dictée par cette amitié sous un prétexte mystérieux qui fait référence à un lien de commune dépendance. Selon Thomas, Jacques et le cardinal Hugolin se seraient rencontrés lors d’un séjour romain de l’évêque d’Acre que l’on peut situer en 1222. Hugolin paraît avoir été intéressé à cette rencontre et l’évêque d’Acre s’y était préparé par un cadeau.

  • 30 Supplementum, 3, 15 ; Annexe 2.

À l’époque du seigneur Honorius, troisième pape du nom, quand le vénérable Jacques, encore évêque d’Acre, vint à Rome, il fut reçu très officiellement par le pape Honorius en personne et les frères cardinaux, et surtout par le seigneur Hugo alors évêque d’Ostie et cardinal de l’Église romaine – homme certes en tout point de grande dignité et sainteté. Or il se trouvait que le vénérable évêque d’Ostie désirait le voir depuis longtemps. On ne doit pas passer sous silence que cet évêque d’Acre avait fait passer au dit évêque d’Ostie un cadeau précieux et de belle apparence, une coupe d’argent massif, remplie de noix muscades. Cet homme, qui se faisait sans relâche le contempteur de telles pratiques, renvoya la coupe mais garda les noix muscades en lui faisant dire : “Ce présent de noix muscades est un présent de l’Orient, mais la coupe d’argent serait un présent venu de Rome”. Et certes, l’élégance du propos le dispute à sa vérité. Donc lorsqu’ils purent avoir ensemble une entrevue secrète, le seigneur d’Ostie dit à l’évêque d’Acre : “Vraiment très cher frère, je me réjouis beaucoup de ta venue dans ces régions, désirant depuis longtemps déjà m’entretenir avec toi et te dévoiler les secrets de mes pensées intimes que j’étais difficilement disposé à révéler à quelqu’un d’autre. Et donc, afin que quelque miséricorde du Seigneur tout-puissant me soit accordée par ton conseil et le secours de tes prières, je te confierai le secret de mon cœur scrupuleusement. Pèse donc ce que je vais te dire !
Sache que j’ai été livré par le Seigneur à l’aiguillon de l’Ennemi, tel le bienheureux Job, mais plus gravement qu’il le fut dans son corps, moi, je le suis dans mon âme. Tant le blasphème contre l’esprit me tourmente l’âme, l’écrase sous les assauts répétés des tentations, que presque chaque jour je suis poussé au désespoir. Je reprends ma respiration, très peu de temps cependant, quand je siège dans le consistoire avec mes frères cardinaux pour les affaires à traiter, la souffrance dont je suis envahi cesse alors quelque peu. Mais hélas, revenu aux occupations coutumières, l’aiguillon du monstrueux tourment me reprend, il ne me laisse jamais retrouver la paix dans la nourriture, la boisson, le sommeil. Mon esprit est épuisé par des pensées sans nombre, mon corps presque sans force me contraint à la solitude. Et, pour ne garder par devers moi quelque chose que tu n’aies pas à examiner à fond, je crains par-dessus tout ne pouvoir supporter une telle charge, d’être complètement rejeté hors de l’état de la sainte foi30.

  • 31 Ibid. ;Lettres de Jacques de Vitry (1160/1170-1240), évêque de Saint-Jean d’Acre, R. B. C. Huygens (...)
  • 32 Aubri de Trois-Fontaines, P. Scheffer-Boichorst (éd.), MGH SS XXIII, p. 950.

17Une telle confidence peut laisser croire que Jacques fut confesseur d’Hugolin, ce que rien ne confirme. Il est donc possible que le passage doive être mis au bénéfice des confidences de Jacques au prieur, et de celui-ci à Thomas. Dans le récit, la confiance du cardinal Hugolin envers l’auteur de la Vita Mariae peut encore indiquer une relation antérieure, et il n’est pas impossible que l’évêque d’Acre ait voulu préparer auprès d’un membre très influent de la Curie son retour en Europe après l’échec de la croisade (1216-1221), car, à ce sujet, la réticence d’Honorius III était forte31. Dans la suite du récit Jacques vient en aide à Hugolin en lui procurant la lecture de la Vita Mariae où le futur pape va puiser les forces nécessaires, devenant ainsi le débiteur de Jacques. Selon Thomas, ce dernier semble être entré dans la mouvance du cardinal auquel il apporte – outre un cadeau – le consilium et l’auxilium. La symbolique du don accepté et partiellement retourné qui recouvre le don mutuel des personnes paraît indiquer encore entre les deux hommes un lien d’étroite dépendance. Alors s’explique mieux le départ pour Rome survenu en juillet 1229, les circonstances étant toutes autres : Ut verum tuae fatear caritati, grave mihi esset, et illi fortiter gravius, ut tantum amicum in tanta rerum mutatione visitans non viderem. Jacques répond au devoir qui l’appelle auprès du nouveau pape, au même titre que précédemment lorsque, à l’occasion d’un séjour en Italie, il s’était rendu à l’invitation d’Hugolin. Thomas insiste naturellement sur leur relation, qui en vient à supplanter des rapports plus anciens noués au sein de la communauté canoniale sous l’autorité de son prieur et fondateur. Hugolin est seul à recevoir le qualificatif d’amicus qui, dans le récit, indique une relation plus intime résultant d’un échange de vue, en lisière de tout rapport institutionnel. Il est vrai que Jacques prend le soin de rassurer le prieur et de préserver des liens qui, dans le propos que Thomas lui fait tenir, ne viennent pas contrarier les relations lointaines et toutes personnelles qui ont pu s’établir entre le nouveau pape et lui, en sorte que les deux relations se superposent. La suite des évènements le montre puisque Jacques reste attaché au prieuré et au souvenir de Marie au point de se faire inhumer à ses côtés conformément à ses volontés32.

  • 33 BENTON, [n. 1], p. 39-47 ; Actes des Princes Evêques de Liège. Hugues de Pierrepont 1220-1229, E. (...)

18Thomas fait état de relations gouvernées par le sentiment qui, faute de pénétrer plus avant dans les textes, ne saurait être assimilé à la pure affection mais plutôt à des rapports d’étroite dépendance, sans doute contraignants, tissés entre les individus obéissant à la même règle, et qui tiennent au respect des engagements, au partage d’intérêts bien compris et à des liens spirituels profonds. C’est sans doute ainsi qu’il faut interpréter nombre de relations de Jacques, notamment avec Robert de Courson et Hugues de Pierrepont. Dans ce dernier cas on a supposé l’existence d’une relation étroite et presque affectueuse entre les deux hommes, relation qui aurait pu favoriser la carrière de Jacques après son retour d’Orient. Pourtant les formules usuelles des actes de l’évêque de Liège ne laissent à ce sujet filtrer aucun indice : A venerabili fratre nostro domino Jacobo Acconensi episcopo33.

Du récit exemplaire à l’apologie

  • 34 J. L. KUPPER, [n. 12], col. 267-268.
  • 35 A. PARAVICINI BAGLIANI, [n. 1], p. 107.

19Comme l’ensemble du livre, et l’œuvre même de Thomas, ces récits sont empreints d’une forte dimension exemplaire. Le Supplementum n’est pas une chronique ni un livre d’histoire et, dans la réalité, les choses se sont passées différemment. En effet il y a près de deux ans d’écart entre l’élection de Grégoire à la mort d’Honorius (1227) et la nomination de Jacques, resté à Liège jusqu’à la mort du prince-évêque Hugues de Pierrepont (juillet 1229) dont le neveu et successeur paraît avoir poursuivi la politique34. La hâte des retrouvailles, l’ardente nécessité de la rencontre résultent donc d’une amplification du discours ; et le départ de Jacques est bien plutôt consécutif à sa nomination comme évêque de Tusculum et cardinal par Grégoire IX seulement à l’occasion d’une seconde promotion de cardinaux35.

  • 36 U. BERLIERE, Monasticon Belge, Province de Namur et du Hainaut, Liège, 1961, p. 453.
  • 37 Supplementum, [n. 3], 4, 21.
  • 38 Ibid., 4, 25-27.

20Le discours précédent doit être rapporté à l’interprétation que Thomas de Cantimpré fait d’un évènement déjà ancien. Il écrit le Supplementum en 1231 alors que Marie est morte depuis dix-huit ans, que Jacques est cardinal à Rome depuis deux ans déjà et que le prieur vieillissant va laisser après sa mort, survenue en 1234, un établissement en proie aux difficultés matérielles qui culminent sous le priorat suivant36. Thomas lui-même cette année-là, ou celle d’après, est sur le point d’abandonner la vie canoniale pour entrer chez les Prêcheurs. Son but est certes de satisfaire à la commande du prieur pour transcrire les miracles de Marie et valoriser la bonne renommée du couvent et encore de faire une présentation exemplaire des épisodes de la vie de Jacques de Vitry à la lumière de ces miracles. Il livre son interprétation des faits sans doute influencé par le récit du prieur et soumis à ses propres émotions. Pour ce, il use d’une méthode éprouvée : citations apocryphes, révélations de l’au-delà, reconstruction du passé à partir du présent, recours à l’allégorie. Son discours se développe sur deux niveaux bien imbriqués. D’une part ce qui est dit de Jacques, son attitude au cours de la journée qui précède son départ, revient à souligner qu’il est l’homme de sa volonté propre37. Ensuite, Thomas donne son appréciation sur la façon dont Jacques de Vitry est passé d’un niveau relationnel à un autre, apparemment plus élevé et plus brillant38. À cet effet il joue sur deux registres : l’un, critique, montre que Jacques satisfait à une ambition de carrière sans égard pour le contrat qui le lie à la communauté d’Oignies et des fidèles du diocèse. L’autre montre qu’en se libérant de l’emprise de Marie et du prieuré d’Oignies Jacques accède à un statut nouveau. Il élargit ses relations et ses réseaux en accédant à une position plus élevée dans l’entourage du pape. Il acquiert une renommée supplémentaire appuyée sur la dignité de sa fonction et l’étendue de son œuvre. Thomas de Cantimpré n’a pas connu directement Jacques de Vitry, mais il a fortement contribué à sa renommée intellectuelle. À ce titre il entre dans le jeu des relations de Jacques de Vitry pour avoir été un artisan de la diffusion de son nom et de sa pensée.

L’abandon des âmes

21Quelques années plus tôt, alors qu’il rentrait en Europe en bateau et qu’il était sur le point de périr en mer, Marie était venue au secours de Jacques. Elle lui avait fait reproche d’être l’homme de sa propre volonté :

  • 39 Sed tu, homo voluntatis tuae, consiliis meis et eorum qui spiritualiter amabant te numquam acquiesc (...)

Mais toi, homme de ta volonté, tu n’as jamais voulu acquiescer à mes conseils et aux conseils de ceux qui t’aimaient selon l’esprit39.

22Dans le récit et au premier abord, la présentation faite par Thomas semble remettre en cause la bonne foi de l’évêque qui se joue de la crédulité de Gilles et des siens. Le prieur n’avait sans doute pas la possibilité de s’opposer à ce départ, sinon en faisant appel aux sentiments fraternels entre membres du prieuré. Les mots que Thomas met dans la bouche de Marie, les paroles apaisantes de Jacques témoignent d’une attitude pour le moins ambiguë en ce qui le concerne : désinvolture et suffisance moqueuse, priori ridens subintulit. Jacques persiste dans sa décision par un comportement dont les conséquences se lisent dans la révélation de Marie au prieur. Pourtant l’ambition, sous-jacente, de l’évêque quittant Oignies pour Rome n’est pas réellement dite dans le récit de cette journée. L’argument qui justifie le départ est fondé sur un attachement spirituel et un devoir d’obéissance envers le pape : Ut verum tuae fatear caritati, grave mihi esset, et illi fortiter gravius, ut tantum amicum in tanta rerum mutatione visitans non viderem. C’est une décision qui n’engage pas l’avenir : Satis est locus in januis, citius revertar quam speratis. Jacques conserve alors une marge de manœuvre entre le devoir de rejoindre le pape et l’éventuel retour à Oignies.

23La réponse est donnée dans les dernières pages du Supplementum qui résonnent comme un reproche fait à Jacques de Vitry de délaisser la communauté pour un avantage de situation ; et l’auteur, substituant sa voix à celle du prieur, l’apostrophe sur la conséquence réelle de ce départ qui revient à le faire sortir du cercle et des réseaux que lui imposaient son ministère d’évêque. En effet, derrière le petit groupe des chanoines d’Oignies se dessine la toile combien plus vaste des fidèles du diocèse dont il a la charge et, bien plus, des âmes menacées :

  • 40 Supplementum, [n. 3], 4, 24 ; Annexe 3.

Maintenant donc, évêque de Tusculum, je dois te faire honte, cardinal de l’Église romaine ! Certes n’importe qui peut le constater, la servante de Dieu a dit vrai et même très vrai en attestant que tu es l’homme de ta volonté, toi qui fut obstiné en tout devant les révélations si évidentes, ô combien, de cette servante du Christ au point de ne pouvoir être ébranlé d’aucune façon dans ta volonté. Frères, qu’il considère donc, qu’il considère cet évêque de Tusculum, s’il a progressé sous l’effet de cette volonté, s’il a encouru de la sorte une quelconque condamnation, si entre temps il a omis des choses qui auraient pu être utiles à la gloire du Christ et au salut des âmes délaissées ! Ces âmes que Jésus, prince de notre salut, a rachetées de son propre sang et par sa mort ignominieuse sur la croix !
Il s’adonne à l’étude des Écritures à ce que j’entends, il se tient tranquillement au chaud, tandis que dans les contrées de la Lotharingie où le suprême pontife, le Christ, l’a fait revenir d’Orient comme légat – ce que nous croyons très certain – les âmes délaissées sans aide ni conseil s’avancent vers l’enfer40 !

24Jacques de Vitry, par son départ, renonce donc à instruire les fidèles du diocèse. Le déni d’une telle assistance, fondée sur l’aide et le conseil, consilium, auxilium, met les âmes en situation d’être abandonnées ou délaissées, desolatae, destitutae. Et enfin, en l’absence de pasteur, voilà qu’elles se trouvent livrées au risque d’être damnées. Le cardinal Hugolin lui aussi réclamait de l’évêque d’Acre consilium et auxilium, lexique à résonance déjà ancienne au XIIIe siècle, mais qui prend un tour singulier appliqué par Thomas à la communauté des âmes liées à leur évêque. Il y a dans le discours une charge apparente contre la vie de cour romaine, conforme à des courants en vogue chez les Mendiants, sans pour autant remettre en cause la hiérarchie de l’Église, loin de là. Thomas évite donc les généralités et reste fidèle à la personne de Jacques dont il rapporte un épisode de vie, épisode de nature exemplaire, en suggérant simplement que l’évêque d’Acre a manqué à sa coutumière simplicité et à sa coutumière prudence, sans lui imputer directement d’arrière-pensée.

Iter ad urbem Romanam

  • 41 Ibid., 4, 25.
  • 42 Supra, [n. 30].

25Pourtant l’interprétation de l’auteur ne s’arrête pas à la rhétorique de l’abandon d’Oignies et des fidèles du diocèse de Liège. Il dresse sur la nature des relations de Jacques un bilan plus nuancé. Cela tient peut-être au but que s’était fixé Thomas de le faire revenir à Oignies. Il s’adresse donc directement à son modèle en lui faisant valoir les mérites comparés de la gloire romaine et de la vie in humili loco de Oignies inter oves Beghinarum41. À cet égard il ne manque pas de présenter le départ de Jacques comme un pèlerinage, iter ad urbem Romanam, dont il est permis de supposer que l’on revient. Faut-il penser alors que le Supplementum ait atteint ce but puisque le retour aura bien lieu, une année à peine après la mort du cardinal42 ?

  • 43 Supplementum, [n. 3], 4, 25.
  • 44 Ibid., 4, 27.

26Pour sa part, Marie, guide coutumier dans le Supplementum, s’efface, contre son gré mais, dans le texte, conformément à une volonté supérieure. Sa révélation faite au prieur s’épanouit en allégorie menaçante qui inquiète plus encore les frères : Tres mulieres de quarum manibus non evadet. Thomas, après coup, en révèle le sens, les deux premières femmes, rivales de Marie, sont l’épiscopat et le cardinalat, et la troisième sans doute la ville de Rome et l’exercice du pouvoir que l’auteur à ce moment du récit ne peut ou ne veut interpréter autrement ; ultérieurement il la désigne comme Lotharingiae partis ecclesia vers laquelle Jacques serait appelé à revenir après avoir répudié les deux premières mulieres43. Heureuse perspective pour Thomas et les frères d’Oignies, mais nous n’en sommes pas là encore et, dans le récit, l’image de Marie s’estompe comme celle d’une intermédiaire entre l’au-delà et le monde présent, celui des réalités. Jacques en conséquence se détache d’elle, de son influence, homme de sa propre volonté il est libre de sa destinée qui non seulement le porte aux plus hautes fonctions et vient à le placer dans une position concurrente à celle de Marie. Car toute la fin du livre lui est consacrée comme un vibrant appel au retour, mais aussi et surtout comme le témoignage du lien secret qui s’établit entre l’auteur, Thomas, et son modèle Jacques ; et c’est ainsi que l’ouvrage s’achève sur un hommage passionné qui fait oublier une fois encore que le Supplementum est, à l’origine, une continuation de la Vita Mariae44.

  • 45 Ibid., 4, 27.

27En se glissant définitivement dans le récit à partir de Supplementum 4, 24, Thomas se place dans la mouvance de l’évêque et se substitue à Marie. Le discours, jusque là organisé autour du lien de protection de celle-ci envers Jacques, tel que le Supplementum le rapporte dans une suite d’interventions miraculeuses ou merveilleuses, et qui attache celui-ci à la bienveillante attention de Marie, se mue en une supplique argumentée qui peut traduire l’état d’esprit dans lequel se trouvaient le prieur Gilles et les frères. Cependant Thomas laisse percer un sentiment d’admiration tout personnel envers celui qui fut l’un des plus grands prédicateurs de son temps : Tanta veneratione dilexi, ut me solius nominis vestri laetificaret auditus45. Il est, comme Jacques, entré dans une communauté canoniale, mais plus jeune d’une génération et sur le point d’entrer chez les Dominicains. Son œuvre écrite traverse le siècle, et il a sans aucun doute contribué jusque dans les dernières années de sa vie à la renommée de Jacques dans la littérature didactique. Ainsi le fait-il entrer dans le réseau savant et intemporel des auctoritates :

  • 46 In quo capitulum de apibus secundum philosophos Aristotelem, Solinum, Plinium, magnum Basilium, Amb (...)

De ce livre j’ai examiné avec soin et avec une grande attention le chapitre sur les abeilles d’après les philosophes Aristote, Solin, Pline, Basile le grand, l’évêque Amboise et Jacques, évêque d’Acre46.

  • 47 A. PARAVICINI BAGLIANI, [n. 1], vol. 2, p. 413-416.

28On peut se demander encore si l’iter ad urbem Romanam n’est pas dans l’esprit de Thomas une consécration pour Jacques appelé à participer à la direction de l’Église, du moins à assister le pape de son conseil et de ses prières. Les faits paraissent lui donner raison car, entre 1229 et 1239, les souscriptions dans les actes officiels montrent que l’évêque de Tusculum, âgé déjà, n’a cessé de suivre le pape dans ses déplacements47.

  • 48 Vita Mariae, [n. 8], II, 80.
  • 49 Lettres, [n. 24], 1, passim.
  • 50 A. PARAVICINI BAGLIANI, [n. 1], vol. 1, p. 107.

29Sur ces rapports avec les papes successifs nous savons peu de choses. Dans la Vita Mariae il est fait état d’un magister qui, avant de se rendre à Oignies, a fait un long détour par Rome pour y visiter les reliques des apôtres48. Il peut s’agir de Jacques, ce qui supposerait des liens antérieurs au voyage de l’été 121649. Son silence sur ses relations avec Grégoire IX contraste avec ce qu’il rapporte de son entrevue avec Honorius III qui le consacre dans sa charge, tout en le tenant éloigné du théâtre de la prédication en Europe. Les relations avec Honorius, telles que nous les lisons dans les lettres d’Orient, ne franchissent pas le cap des rapports officiels, mais le silence observé par Jacques de Vitry envers Grégoire IX n’autorise pas forcément à renvoyer au simple récit légendaire le témoignage de Thomas50.

Conclusion

30Tout en rapportant un épisode de la carrière de Jacques de Vitry, Thomas de Cantimpré offre un modèle de vie en société, modèle suivant lequel les rapports s’exercent à l’intérieur de réseaux définis, structurés qui, tout en paraissant s’exclure, interfèrent à plusieurs niveaux. Jacques passe de la fréquentation du prieuré d’Oignies dont il est un membre éminent à l’entourage du pape, à Rome où il poursuit sa carrière. L’interprétation que fait Thomas de cet épisode revient à lui faire épouser la cause du prieuré. Il voit dans cette promotion l’abandon d’une fraternité et la rupture du lien étroit qui retenait Jacques à Oignies, abandon étendu au diocèse lorsqu’il renonce au soin de la foule anonyme des âmes dont il a la charge. Pourtant l’auteur entre à son tour dans la mouvance de Jacques en laissant percevoir déjà dans le Supplementum ce que sera sa postérité intellectuelle, réseau d’influence dont Thomas sera un artisan. Pour décrire cet état particulier où se trouve Jacques, au centre d’un système relationnel complexe, Thomas, loin de dresser l’histoire exacte ou la chronique des faits, en propose un récit exemplaire, et non forcément légendaire, tout à fait digne de rester dans les mémoires des frères d’Oignies pour lesquels ce livre a d’abord été écrit.

31Jacques de Vitry est ainsi décrit comme un homme de réseaux. Dans ce portrait de psychologie exemplaire, Thomas offre son interprétation de ce que pourrait être un modèle de la vie en société cléricale et religieuse. Sa conception paraît englober trois aspects complémentaires, dont le comportement de Jacques donne comme une forme de condensé. L’individu est appelé à vivre dans le cadre d’une relation, dans un lieu précis et entouré de sa familia. Aussi en rompant cette relation proprio voluntate en perturbe-il l’ordre au détriment du groupe, ici la petite communauté des frères d’Oignies. Néanmoins, à l’intérieur de celle-ci, la relation de gré à gré ne peut être ignorée, au contraire. Il semble qu’elle soit nécessaire pour que se créent de nouveaux rapports, extérieurs au groupe d’origine mais devant viser à en garantir la survie et en assurer le développement. Dans ce contexte, l’ambition de carrière n’a pas sa place, et tout le bénéfice des réseaux ainsi constitués, reposant sur la personne de celui qui en est le centre, doit revenir à la communauté toute entière. Si, selon Thomas, Jacques de Vitry paraît y avoir renoncé dans le diocèse de Liège, il a, par d’autres voies et d’autres réseaux, gagné d’une certaine façon la reconnaissance de la postérité. Le cas de Jacques de Vitry sous le regard de Thomas de Cantimpré démontre ainsi le paradoxe contenu dans un tel modèle et la difficulté d’en concilier tous les aspects.

Annexes

Annexe 1

22. Igitur cum reverendi patres Romanae curiae cardinales, defuncto domino Honorio papa tertio, prefatum Hugonem Ostensiem episcopum, virum utique in omni virtute praecipuum, in Gregorium hujus nominis papam nonum, ordinatione divina congrue sublimassent, venerabilis episcopus Jacobus, optime – ut praediximus – et amicus et notus ipsi summo pontifici, eum invisere disponebat. Unde prior et fratres non modicum contristari coeperunt – ut postea, pro dolor, evenit – vehementer metuere, ne eum dictus papa secum implicatum dignitate aliqua detineret. Igitur cum dies immineret quod idem episcopus ad urbem Romanam iter arriperet, post matutinorum laudes cum se paululum sopori dedisset, ecce ancilla Christi Maria venerabilis episcopo, quasi infirmanti similis, in somnis apparuit.

Cumque episcopo videretur se magna cura satagere, ut eam oleo quasi graviter aegrotantem inungeret, illa, torvo vultu, similis indignanti, satagentem intuita, dixit : « Non me quidem inungere poteris cum modum inunctionis meae ordinarius tuus non habeat, sed inunge priorem nostrum cum fratribus qui ex tuo discessu, sicut et ego graviter infirmantur ! » Nec mora expergefactus episcopus priorem cum fratribus advocat, et quid sibi ab ancilla Christi in somnis dictum sit indicat ; a proposito tamen nihilominus non revocatus, ut iter aggrederetur curis omnibus insistebat.

23. Haec ut vidit venerabilis prior Aegidius impatientissime doluit, et super impeditione episcopi itineris ancillam Christi aggrediens deprecari ; beata ipsa mulier per visum apparuit cui etiam dixit : « Sicut contrarium tibi est episcopi sic et contrarium mihi esse non dubites, et ideo non comitabor euntem ; sed comitantur eum tres mulieres de quarum manibus non evadet. Sine ergo illum, faciat quod vult, non eum ab intentione revocare nunc poteris ! » Nec mora ut dico priori ancilla Christi haec dixit, repente episcopus supervenit, cujus voce ab extasi revocatus illi retulit, quid sibi domina Maria, in ipso eodemque momento per visum apparens, de ejus recessu praedixit.

Obstupesce, lector, intuere miraculum ! Verbis his nil motus episcopus priori ridens subintulit : « Et mihi, inquit, domina Maria hujusmodi dixit. Nil talibus moveor, satis est locus in januis, citius revertar quam speratis. Non turberis, frater carissime ! Ut verum tuae fatear caritati, grave mihi esset, et illi fortiter gravius, ut tantum amicum in tanta rerum mutatione visitans non viderem. Praeterea non credo – imo certus praesumo – quod me, sicut vos timetis, renitentem secum nequaquam papa detineat. »

His verbis dictum priorem et ceteros fratres, ut potuit consolatus, Romam profectus est. Et ut priori Deus per suam famulam revelavit a duabus mulieribus episcopatu scilicet et cardinilitate, ibidem comprehensus est. Tertia vero mulier quae esse possit ad praesens quidem dilucide scire non possumus.

Annexe 2

15. Tempore domini Honorii hujus nominis papae tertii, cum venerabilis Jacobus adhuc Acconensis episcopus Romam venisset, ab ipso papa Honorio et fratribus cardinalibus, maxime a domino Hugone tunc Ostiensi episcopo et Romanae curiae cardinali, viro utique in omni sanctitate dignissimo, officiosissime est susceptus. Erat autem ipse venerandus Ostiensis episcopus ex multo tempore eum videre desiderans. Nec praetermittendum, quod cum ipse Acconensis episcopus eidem Ostiensi episcopo exenium pretiosum ac pulchrum visu, cuppam scilicet argenteam pondere gravidam, plenam muscatis nucibus transmisisset. Ille vir, totius muneris constantissimus refutator, domino Acconensi cuppam statim remisit, muscatas vero nuces retinuit, dicens : « Fructus hic nucum muscatarum, fructus es Orientis, cuppa vero argentea Romanae urbis est fructus. » Eleganter quidem et vere dixit. Igitur postquam secretum ad invicem colloquium habere potuerunt, dominus Ostiensis Acconensi episcopo dixit : « Vere, ait, frater carissime, multum te in partibus istis venisse congrulator, ex multo jam tempore colloqui tibi et arcana secretorum meorum reserare desiderans, quippe quae vix ulli unquam alii patefacere disponebam. Ut ergo mihi, per consilium et auxilium orationum tuarum propitiatio aliqua ab omnipotenti Domino concedatur, tibi totum secretum cordis mei effundam diligenter ; quae tibi dixero pondera ! Itaque noveris me cum beato Job datum a Domino stimulis inimici, sed eo gravius quo ille in corpore, ego autem in anima. Spiritus blasphemiae adeo animam meam vexat et variis tentationum fluctibus obruit et usque in desperationem quotidie fere detrudor. In hoc solo respiramen accipio, et hoc tamen minimum, ut dum cum fratribus cardinalibus in consistorio ad causas debitas sedeo, interim cessat paululum passio qua confundor. Sed heu ! cum revertor ad solita repetit me immanis cruciationis aculeus, nec ullis me sinit sibis, potu vel somno refici ad quietem ; sed exhausto spiritu cogitationibus infinitis, corpus prope exangue cogit ad vastitatem. Et ut nihil in me tibi maneat indiscussum, illud quammaxime vereor ne tantum pondus ferre non valens, a statu sanctae fidei omnino dejiciar.

Annexe 3

Nunc igitur ad te mihi reverendum est, Tusculane praesul, Romanae curiae cardinalem. Verum quidem, ut in his quisquam potest advertere, verissimum Dei famula dixit hominem voluntatis tuae te esse contestans, qui utique ad tam evidentissimas ipsius ancillae Christi revelationes obstinatus ita fuisti, quod nullo modo moveri a voluntate propria potuisti.

Videat ergo, fratres, videat Tusculanus ille, si mediante effectu voluntatis suae profecerit, si ullum ex eo damnum incurrerit, si aliqua interim praetermisit quae ad honorem Christi et salutem animarum desolatarum proficere potuissent : quas scilicet animas salutis nostrae princeps Jesus proprio sanguine et ignominiosa crucis morte redemit. Scripturis studet, ut audio, quiete fovetur, et in partibus Lotharingiae quibus – ut certissime credimus – a summo pontifice Christo legatus a partibus Orientis remissus est animae destitutae consilio vel auxilio tendent ad inferos !

Notes

1 J. F. BENTON, « Qui étaient les parents de Jacques de Vitry ? », Le Moyen Âge, 70, 1964, p. 39-47 ; A. PARAVICINI BAGLIANI, Cardinali di Curia e « familiae » cardinalizie dal 1227 al 1254, vol. 1, Padoue, 1972, p. 102, 110.

2 J. DONNADIEU, « L’Historia orientalis de Jacques de Vitry. Tradition manuscrite et histoire du texte », Sacris Erudiri XLV, 2006 ; à paraître, Jacques de Vitry, Histoire orientale, J. Donnadieu éd. et trad. (Sous la règle de Saint Augustin), Brepols.

3 AASS, Juin 5, Supplementum ad vitam Vitae Mariae Oigniacensis, Paris-Rome, 1866, p. 572-581 (Supplementum).

4 Thomas Cantimpratensis Liber de natura rerum, Editio princeps secundum codices manuscriptos, H. Boese (éd.), Berlin-New York, 1973, p. 3.

5 A. DEBOUTTE, « Thomas de Cantimpré », DS col. 785, col. 786.

6 Thomae Cantipratensi Boni universalis de apibus, G. Golvener (éd.), Douai, 1597.

7 AASS, Juin 3, Vita Sanctae Lutgardis, Paris, 1867, p. 189-210.

8 AASS, Juin 5, Vita Mariae Oigniacensis, Paris, 1867, p. 547-572 (Vita Mariae).

9 Vita Mariae, [n. 8], II, 106 ; Supplementum, prologue.

10 Supplementum, [n. 3], 4, 19.

11 Ibid., 4, 24-27.

12 J. L. KUPPER, « Hugues II de Pierrepont », DHGE 25, col. 268.

13 Supplementum, [n. 3], 4, 22-23 ; cf. Annexe 1.

14 Supplementum, 4, 27.

15 Ita, inquit, fiet, sed non videbo, videbis autem tu et contristaberis ; sed tristitia tua vertetur in gaudium cum ipsum a partibus illis reverti videris ad locum istum et tecum privatim vivere, Supplementum, [n. 3], 1, 3.

16 Ob specialem vero gratiam et debitae venerationis affectum in quibus tanquam matri filius divino praecepto se teneri cognoscebat, multis beneficiis temporalibus et spiritualibus eandem ecclesiam nostram promovit, dans Historia fundationis venerabilis ecclesiae beati Nicolai Oigniacensis ac ancillae Christi Mariae Oigniacensis, E. Martène et U. Durand (éds), Amplissima collectio, 6, col. 330 b.

17 F. COURTOY, Le Trésor du prieuré d’Oignies aux sœurs de Notre-Dame de Namur et l’œuvre du frère Hugo, Bruxelles, 1953 ; Chartes du prieuré d’Oignies de l’ordre de Saint-Augustin, E. Poncelet (éd.), in Annales de la Société archéologique de Namur, 31, 2e partie, p. 101-103, n° 114.

18 Historia fundationis, [n. 16], col. 330 b.

19 L. H. COTTINEAU, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1936, 2, col. 3395.

20 Ibid., 1, col. 1156.

21 Monasticon Praemonstratense, 1, Circaria Graeca et Hierosolimitana, N. Backmund (éd.), 1952, préface ; Regesta regni Hierosolymitani, 1097-1291, R. Röhricht (éd.), 1, Insbrück, 1893, n° 905.

22 B. BOLTON, « Faithfull to whom ? Jacques de Vitry and the French bishops », Revue Mabillon, Nouv. série IX, 70, 1998, p. 68-70.

23 U. BERLIERE, « Les évêques auxiliaires de Liège », Revue Bénédictine, 29, 1912, p. 69-73.

24 Jacques de Vitry, Lettres de la Cinquième Croisade, R. B. C. Huyghens (éd.), traduction G. Duchet-Suchaux, Turnhout, 1998, p. 136 (Lettres).

25 Vita Mariae, [n. 8], II, 101.

26 Lettres, [n. 24], 6, p. 154 ; ibid., 7, p. 162.

27 Supplementum, [n. 3], 1, 2-3 ; ibid., 3, 19-20.

28 Ibid., 1, 3.

29 Ibid.

30 Supplementum, 3, 15 ; Annexe 2.

31 Ibid. ;Lettres de Jacques de Vitry (1160/1170-1240), évêque de Saint-Jean d’Acre, R. B. C. Huygens (éd.), Leyde, 1960, p. 155.

32 Aubri de Trois-Fontaines, P. Scheffer-Boichorst (éd.), MGH SS XXIII, p. 950.

33 BENTON, [n. 1], p. 39-47 ; Actes des Princes Evêques de Liège. Hugues de Pierrepont 1220-1229, E. Poncelet (éd.), Bruxelles, 1946, n° 266.

34 J. L. KUPPER, [n. 12], col. 267-268.

35 A. PARAVICINI BAGLIANI, [n. 1], p. 107.

36 U. BERLIERE, Monasticon Belge, Province de Namur et du Hainaut, Liège, 1961, p. 453.

37 Supplementum, [n. 3], 4, 21.

38 Ibid., 4, 25-27.

39 Sed tu, homo voluntatis tuae, consiliis meis et eorum qui spiritualiter amabant te numquam acquiescere voluisti, Supplementum, [n. 3], 4, 21.

40 Supplementum, [n. 3], 4, 24 ; Annexe 3.

41 Ibid., 4, 25.

42 Supra, [n. 30].

43 Supplementum, [n. 3], 4, 25.

44 Ibid., 4, 27.

45 Ibid., 4, 27.

46 In quo capitulum de apibus secundum philosophos Aristotelem, Solinum, Plinium, magnum Basilium, Ambrosium episcopum et Iacobum Acconensem cum magna consideratione perspexi, Thomas de Cantimpré, [n. 4], p. 1.

47 A. PARAVICINI BAGLIANI, [n. 1], vol. 2, p. 413-416.

48 Vita Mariae, [n. 8], II, 80.

49 Lettres, [n. 24], 1, passim.

50 A. PARAVICINI BAGLIANI, [n. 1], vol. 1, p. 107.

Auteur

Docteur de l’Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540