Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre en société au Moyen Âge

 | 
Claude Carozzi
, 
Daniel Le Blévec
, 
Huguette Taviani-Carozzi

Sociétés de semblables

La vie en société à Noyon et dans sa région d’après la Vita Eligii

Christophe Jauffret

Texte intégral

  • 1 Les éditions les plus accessibles de la Vita Eligii sont celles de J.-P. Migne, Patrologie Latine, (...)
  • 2 Toutes les affirmations relatives à la critique de la source ne peuvent être développées ici, elle (...)

1La Vita Eligii1 témoigne de la vie en société à Noyon et dans sa région. Elle s’intéresse à la période qui s’ouvre en 640 et s’étend jusqu’à 680 environ. C’est à cette époque qu’un faisceau d’indices permet de situer la rédaction de cette Vie de saint Éloi par saint Ouen2.

  • 3 E. VACANDARD, Saint Ouen, évêque de Rouen (641-684). Études d’histoire mérovingienne, Paris, 1902  (...)

2Ouen, c’est-à-dire Audoenus, ou encore Dadon, est issu d’un puissant lignage dont les membres appartiennent aux catégories sociales les plus élevées du royaume des Francs3. Ses parents, Aiga et Autharius, possèdent de grands domaines dans la région de Soissons. Sous le règne de Clotaire II, Ouen suit la formation dispensée au Palais afin de préparer les principaux agents du pouvoir royal à l’exercice de leurs fonctions. Il devient alors l’ami personnel d’Éloi. La qualité du travail de cet orfèvre avait suscité l’intérêt du roi ; il l’avait choisi comme monétaire au service du Trésor. Après avoir été le référendaire de Dagobert, Ouen est nommé évêque de Rouen, lorsqu’en 640, Éloi est promu au siège épiscopal de Noyon-Tournai.

  • 4 [n. 2].
  • 5 En particulier dans le Prologue du livre I et dans la Préface du livre II, p. 198-200 et 228, Ghes (...)

3La Vita Eligii est une legenda hagiographique consacrée par l’auteur à la mémoire de son ami. Elle cultive l’ambition de faire connaître un homme dont les res gestae correspondent au nomen d’Eligius, c’est-à-dire electus, l’élu de Dieu, appelé à la sainteté par l’exercice éminent des vertus4. De par la nature de l’ouvrage, et plus précisément en raison du projet clairement énoncé par son rédacteur5, l’écriture de la source a été réalisée au moyen d’une sélection d’informations positives. Et puisque l’évêque Éloi a vécu dans la région de Noyon, le contexte de ses res gestae est celui de la vie de la société locale. Sans être une priorité pour le rédacteur, l’analyse de structures, de liens ou de mécanismes sociaux est donc partie intégrante du récit.

4La Vita Eligii est l’unique source apportant des informations concernant cette société, à cette époque. Si l’absence d’autres documents limite les possibilités de comparer ou de compléter son témoignage, il est malgré tout possible de l’interroger en se référant aux très riches informations que la critique a tirées des sources de l’histoire du regnum Francorum au VIIe siècle.

  • 6 Seuls des chapitres du livre II sont cités dans cet article.
  • 7 Cf. notamment A. de MOREAU, Histoire de l’Église en Belgique, tome 1, Bruxelles, 1940.

5Même si le plan du texte n’est pas strictement chronologique, c’est essentiellement dans le second des deux livres de la Vita Eligii qu’on trouve des éléments relatifs à la vie sociale à Noyon et dans sa région6. Toutefois, la Vita ne s’intéresse pas exclusivement à la société vivant dans ce territoire : seulement la moitié des quatre-vingts chapitres du livre II concerne cette population. En effet, Éloi était simultanément évêque de Tournai7 ; l’ouvrage consacre donc plusieurs chapitres à ses res gestae dans certaines régions de l’actuelle Belgique. De plus, il a toujours beaucoup voyagé et, tout au long de son épiscopat, il a accompli diverses missions politiques et religieuses à l’extérieur de son diocèse. Tous les extraits de la Vita Eligii ne peuvent donc être interrogés de la même manière pour savoir en quoi consista la vie de la société noyonnaise. On ne doit pas pour autant négliger les passages relatifs aux étrangers séjournant à Noyon ou dans les environs : la vie d’un organisme social peut aussi être saisie dans les rapports qu’il entretient avec les personnes qui n’en sont pas membres. D’ailleurs, saint Ouen, lui-même, n’appartenait pas à la société dans laquelle Éloi exerça son apostolat.

6L’intérêt manifesté par saint Ouen à l’égard de la population du Noyonnais, permet de s’interroger : quelle conception de la vie en société exprime ce lettré issu d’un des plus hauts lignages du regnum Francorum, ayant exercé d’éminentes fonctions auprès du roi, et connu pour le zèle pastoral qu’il manifesta une fois devenu évêque de Rouen ?

7Trois aspects du récit de la Vita Eligii permettent de rassembler les éléments d’une réponse. En premier lieu, la source montre comment la vie de la société noyonnaise se traduisit par l’organisation d’un territoire sous l’autorité d’institutions exerçant une influence considérable sur ses activités. Ensuite, l’ouvrage témoigne de l’existence d’une hiérarchie entre les membres de cette société : elle n’est pas le moindre effet de l’influence des institutions cherchant à régir des liens destinés à promouvoir un équilibre social dans le territoire de leur ressort. Enfin, la nature de la source, c’est-à-dire la Vita d’un saint prélat, conduisit l’auteur à se montrer particulièrement attentif aux rapports entre la pastorale mise en œuvre par Éloi, et les pratiques de sociabilité d’une population dont il était l’évêque.

La vie sociale d’un territoire

8La Vita Eligii s’intéresse à la société formée par les habitants d’un territoire dont les limites correspondent aux circonscriptions de deux institutions régissant la vie sociale de ses habitants : l’Église et l’administration du royaume des Francs.

  • 8 En particulier, les chapitres 5, 19 et 60, respectivement p. 232, 273-274 et 300 [n. 1].
  • 9 Cependant, Berthmundus, qui assiste au concile de Paris en 614, est le premier évêque dont on est (...)
  • 10 Chapitres 49 et 54, p. 296 et 297-298, Ghesquière [n. 1].
  • 11 Cf. la synthèse p. 340-341 et p. 346-347 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise. Carte archéologique de la Fra (...)

9Au cœur de cet espace se trouve la ville de Noyon, agglomération que plusieurs chapitres désignent par les expressions oppidum Noviomagensis ou oppidum Noviomensis8. Au VIIe siècle, c’est dans cette ville que réside l’évêque de la civitas Vermandensis, la cité de Vermand. Ce prélat ne résidait pas originellement à Noyon mais à Vermand ; la tradition attribue le transfert du siège épiscopal à saint Médard, au milieu du VIe siècle9. La Vita Eligii considère toujours Vermand comme la métropole de la civitas10. L’usage de désigner le siège épiscopal par le nom de l’une ou l’autre de ces villes, est confirmé par quelques sources plus tardives : l’évêque de Noyon porte encore le titre d’évêque de Vermand dans les diplômes de Charles-le-Chauve11.

  • 12 Notamment les chapitres 19, 20 et 21, respectivement p. 273-274, 274-275 et 275, Ghesquière [n. 1]
  • 13 P. 298, Ghesquière [n. 1].
  • 14 P. 302, Ghesquière [n. 1]. À propos d’Amalbertus cf. R. HENNEBIQUE-LE JAN, « Prosopographica neust (...)
  • 15 P. 300-301, Ghesquière [n. 1]. Concernant Garifred cf. R. HENNEBIQUE-LE JAN, « Prosopographica neu (...)

10Outre les habitants de la ville de Noviomum, la source prend en considération des personnes résidant dans les campagnes environnantes12. Ainsi la société noyonnaise s’inscrit-elle dans le territoire du pagus de Noyon, c’est-à-dire la partie méridionale de la cité de Vermand. Une circonscription confiée à l’administration d’un comte, tandis que la partie septentrionale du territoire de la cité était administrée par un autre comes. Le comte de Noyon doit être bien distingué de celui de Vermand. La Vita Eligii ne les confond pas : au chapitre 54, l’ouvrage met en scène Garifred13, comes de Vermand. Au chapitre 65, la source nomme le comte de Noyon : il s’agit d’Amalbertus14. Puis, en le désignant seulement par son titre, le chapitre 61 montre ce comte intervenant dans le règlement juridique d’un conflit ayant eu la campagne de Noyon pour théâtre15. Dans le même passage, le texte accorde aussi le titre de dux à ce représentant du pouvoir royal.

  • 16 P. 300-301, Ghesquière [n. 1].
  • 17 P. 273-274, Ghesquière [n. 1].

11Correspondant, dans la Vita Eligii, aux circonscriptions mises en place par l’Église et par l’administration du regnum Francorum, le territoire du Noyonnais voit également sa vie sociale s’animer du fait d’interventions de leurs représentants. La source montre les justiciables répondant aux convocations du tribunal comtal16, tandis que les fidèles se rassemblent lorsque l’évêque visite les communautés chrétiennes17. Les déplacements du prélat, du comes ou des habitants, entre Noyon et ses campagnes, témoignent ainsi de l’organisation d’une société rurale soumise aux autorités ecclésiastiques et politiques rayonnant depuis un centre urbain.

  • 18 P. 340-341 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise [n. 11].
  • 19 Chapitre 21, p. 275, Ghesquière [n. 1].
  • 20 Chapitre 43, p. 292-293, Ghesquière [n. 1].
  • 21 Chapitre 46, p. 293-294, Ghesquière [n. 1].

12L’étymologie du toponyme de Noviomagus, lieu de marchés et de foires, semble indiquer que ce phénomène de polarisation existait aussi, et depuis fort longtemps18, en ce qui concerne les activités économiques de la société noyonnaise. Justement, la source mentionne un fermier19, un vigneron20, un mulomedicus21 ou vétérinaire ; ces personnages ont des affaires à régler avec l’évêque, non pas en tant que leur chef spirituel, mais à propos du droit de propriété, de la gestion de biens d’Église, des soins donnés à un animal.

  • 22 P. 275, Ghesquière [n. 1].

13Dans la Vita Eligii, la vie sociale du pagus de Noyon s’exprime donc par des échanges liés à des activités de natures très différentes entre les secteurs ruraux de son territoire et son centre urbain ; les déplacements des habitants profitent à certains établissements, comme l’auberge dont il est question au chapitre 2122. Or, le territoire du pagus était aussi relié aux autres circonscriptions ecclésiastiques de la Gaule et aux autres régions du royaume des Francs. Sa population entrait ainsi en relation avec les habitants de différents territoires, et sa vie sociale en éprouvait les effets.

  • 23 M. ROBLIN, Le terroir de l’Oise aux époques gallo-romaine et franque. Peuplement, défrichement, en (...)

14Au VIIe siècle, Noyon est située au carrefour de routes importantes. Les travaux de M. Roblin23 restituent l’itinéraire des voies reliant la ville avec sa métropole ecclésiastique de Reims. Ces routes gagnent aussi Amiens et le littoral de la Manche par lequel on communique avec les îles britanniques. Beauvais, Compiègne et, au-delà, Paris, sont également reliées à Noyon par des axes fréquentés. La voie fluviale est aussi utilisée vers le sud et vers l’ouest, elle correspond au cours de l’Oise. Il est en outre possible de remonter cette rivière, de rejoindre la vallée de l’Escaut, de gagner l’actuelle Belgique, et Tournai, dont Éloi, ses prédécesseurs et ses successeurs, furent les évêques.

  • 24 P. 300-301, Ghesquière [n. 1].
  • 25 P. 301-302, Ghesquière [n. 1].
  • 26 P. 305-306, Ghesquière [n. 1]. Sur les trafics de reliques, cf. P. GEARY, Furta Sacra. Thefts of R (...)

15Des échanges interrégionaux animant la vie sociale du pagus de Noyon, dans ses activités religieuses, politiques ou économiques, la Vita Eligii évoque certains aspects parmi les moins honorables. Il est question de vols, aux chapitres 6124 et 6425, et d’un trafic de reliques, au chapitre 7126.

  • 27 P. 277, Ghesquière [n. 1].
  • 28 Concernant Erchinoald, cf. I. HEIDRICH, « Les maires du Palais neustriens du milieu du VIIe au mil (...)

16Malgré tout, parmi les étrangers qui séjournent à Noyon, figurent des personnages très importants. Au chapitre 2627, on voit intervenir le maire du Palais de Neustrie, Erchinoald. Sa venue semble être motivée par des considérations exclusivement administratives ou politiques : Erchinoald28 somme Éloi de l’accompagner dans l’un de ses déplacements. Ce passage rappelle que les membres de la société noyonnaise ont des liens politiques avec l’ensemble des habitants du regnum. Mais cela ne va pas sans conflits d’intérêts, exprimés ici par l’inquiétude du clergé à l’annonce de l’absence de son évêque du fait des exigences d’Erchinoald.

  • 29 Chapitre 29, p. 278, Ghesquière [n. 1].
  • 30 Chapitre 50, p. 296, Ghesquière [ibid.].
  • 31 Chapitre 59, p. 299, Ghesquière [ibid.].
  • 32 Chapitre 71, p. 305-306, Ghesquière [ibid.].
  • 33 Chapitre 36, p. 286-287, Ghesquière [ibid.].
  • 34 Chapitre 55, p. 298, Ghesquière [ibid.]. Concernant Ébroïn cf. I. HEIDRICH, « Les maires du Palais (...)
  • 35 Chapitres 49 et 54, p. 296 et 298, Ghesquière [n. 1].
  • 36 Chapitre 42, p. 292, Ghesquière [n. 1].

17Du vivant de saint Éloi, des étrangers à la société locale venaient ainsi le visiter, la plupart recherchant ses conseils, demandant sa bénédiction ; par exemple l’abbé Domnolus29. Après la mort du saint, le flux des pèlerins paraît augmenter. Les malades semblent être les plus nombreux : on signale un jeune homme d’origine saxonne arrivant d’outre-mer30, un fou furieux amené d’Amiens31, un clerc venu de Reims32. Mais des Grands viennent aussi s’incliner sur la tombe d’Éloi. Ainsi la reine Bathilde et ses fils33, ou encore Ébroïn34, maire du Palais de Neustrie et successeur d’Erchinoald, et enfin le comte de Vermand35 ou celui de Thérouane36.

  • 37 P. 286, Ghesquière [ibid.].
  • 38 La Vita Eligii illustre la permanence de phénomènes surtout étudiés pour les Ve et VIe siècles, cf (...)

18Au dire du chapitre 36, la société noyonnaise manifesta une vigoureuse cohésion, lorsqu’au jour des funérailles d’Éloi la reine Bathilde fit part de son intention d’emporter le corps du saint dans sa fondation monastique de Chelles : orta est ingens vociferatio et tumultus magnus ab universa plebe Noviomagensi, « il s’éleva une grande clameur et un grand tumulte dans tout le peuple de Noyon »37. Tous souhaitaient bénéficier de la prière du saint en ayant la possibilité de venir, à Noyon même, se recueillir sur son tombeau. Aux nombreux facteurs de polarisation du centre urbain, agissant comme autant d’agents de cohésion de la société locale, devait ainsi s’ajouter l’attraction exercée par le corps et la puissance d’intercession de saint Éloi38.

19On trouve ici la confirmation du fait que, suivant l’auteur de la Vita Eligii, la société noyonnaise est principalement identifiée à sa communauté chrétienne, elle correspond à une partie d’un diocèse, lequel est une portion de l’Église catholique dont les fidèles sont unis par delà les limites géographiques et les catégories sociales.

Hiérarchie et protection d’un équilibre social

20La source ne cultive pourtant pas l’illusion suivant laquelle la société en question serait, d’une quelconque manière, égalitariste. Bien au contraire, et quoiqu’elle ne dise rien de la présence d’esclaves dans cette population, la Vita Eligii met en valeur son organisation hiérarchique. Dans ce récit, dont tous les protagonistes noyonnais semblent avoir le statut d’homme libre, les personnes sont surtout reconnues en fonction de leur place dans une hiérarchie, elle-même garante de la préservation d’un équilibre social.

  • 39 Chapitres 46, 47 et 61, respectivement p. 293, 293-294 et 300-301, Ghesquière [n. 1]. Concernant M (...)

21Identifiée à sa communauté chrétienne, la société noyonnaise a un évêque à sa tête. Si la Vita Eligii parle essentiellement de l’évêque Éloi, elle rapporte aussi certaines interventions de son successeur : Mummolenus39. L’évêque dirige un clergé dont la source mentionne plusieurs personnages exerçant leurs fonctions dans la ville de Noyon ou dans les alentours.

  • 40 P. 277, Ghesquière [n. 1].
  • 41 A. BLAISE, Dictionnaire latin des auteurs chrétiens, Turnhout, 1954, p. 751.
  • 42 Chapitres 19, 20 et 25, p. 273-274, 274-275, 276-277, Ghesquière [n. 1].
  • 43 Chapitres 19 et 38, p. 273-274 et 290, Ghesquière [ibid.].
  • 44 Chapitres 38, 46 et 60, p. 290, 294-295 et 299-300, Ghesquière [ibid.].

22Au chapitre 26, le clergé est désigné par l’expression seniores et abbates civitatis40. Le contexte laisse entendre que le terme de seniores se rapporte à des clercs, même s’il est vrai qu’il a pu désigner des notables laïcs de la communauté chrétienne41. D’autres membres du clergé interviennent ; certains sont prêtres42, quelques uns sont diacres43. La Vita Eligii connaît aussi des abbés, en particulier l’abbé Sparvus44.

  • 45 P. 286, Ghesquière [ibid.].
  • 46 P. 350 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise [n. 11] ; à propos du titre d’abbas, cf. L. LEVILLAIN, « Études (...)
  • 47 À ce propos cf. B. MEIJNS, « Des basiliques rurales dans le nord de la France ? Une étude critique (...)
  • 48 P. 350 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise [n. 11].
  • 49 Chapitre 38, p. 290, Ghesquière [n. 1].

23À Noyon, comme en d’autres lieux, la source semble réserver ce titre au chef d’une communauté religieuse. Or, Sparvus est présenté comme le supérieur de la communauté qui a la charge du lieu de culte où se trouve la sépulture de saint Éloi. Ce lieu de culte, le chapitre 36 le localise à l’extérieur de la ville, au-delà d’un marais45. Une tradition très ancienne veut que cet endroit corresponde au monastère de Saint-Loup dont Sparvus aurait été l’abbé, au sens de « chef d’une communauté monastique »46. Sparvus était-il plutôt le supérieur d’un groupe de clercs menant le genre de vie de ceux qu’on devait ultérieurement appeler des chanoines47 ? La Vita Eligii n’en dit rien, évoquant simplement la sépulture – locum sepulcri, sepulcrum – qui se trouvait-là, et qui n’était peut-être qu’une chapelle funéraire au moment des obsèques d’Éloi. Aujourd’hui ce quartier porte encore le nom d’Oroir, c’est-à-dire oratorium48. Quoi qu’il en soit, l’évêque Mummolenus est clairement présenté comme le supérieur hiérarchique de Sparvus, lui-même donné comme le responsable d’une communauté où on le voit prendre des sanctions contre le diacre Uffo49.

  • 50 P. 232, Ghesquière [ibid.].
  • 51 P. 347 et 350 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise [n. 11].
  • 52 Chapitre 46, p. 293-294, Ghesquière [n. 1].
  • 53 Chapitre 60, p. 300, Ghesquière [ibid.].

24Si rien ne peut être affirmé concernant la présence d’une communauté monastique masculine dans la ville de Noyon, le chapitre 5 rapporte la fondation d’une communauté féminine par saint Éloi50. Il est possible d’identifier cette fondation avec le monastère de Sainte-Godeberthe, situé hors les murs de la ville, et dont on trouve mention dans des textes un peu plus tardifs51. Dans tous les cas, on évoque les femmes comme des personnages discrets mais actifs de la société noyonnaise, appartenant à des catégories sociales différentes ; par exemple la dame de condition élevée à laquelle l’évêque Mummolenus voudrait offrir le cheval de saint Éloi52, ou bien l’épouse de Modolenus53.

  • 54 P. 300, Ghesquière [ibid.].
  • 55 P. 275, Ghesquière [ibid.].

25Au chapitre 60 en effet, il est question de Modolenus, centenarius oppidi Noviomagensis colonus54. La mention de ce centenier, subordonné du comte, rappelle que, outre la hiérarchie ecclésiastique, existe une hiérarchie des agents du pouvoir royal. Quant au mot colonus, il semble être lié à un statut juridique de résident permanent. Modolenus est un petit notable dont les problèmes sont pris en considération par l’abbé Sparvus. Or, si Modolenus réside à l’intérieur de l’agglomération de Noyon, un autre colonus, vivant dans la campagne, entre Noyon et Compiègne, intervient au chapitre 2155. La scène se déroule dans un champ appartenant à ce personnage qui pense avoir le droit de se plaindre des serviteurs d’Éloi, parce qu’ils mangent les fruits d’un noyer sans en avoir reçu l’autorisation ; protestation dont saint Éloi ne conteste pas la légitimité, il en déplore seulement le ton méprisant.

  • 56 Chapitre 45, p. 293, Ghesquière [ibid.].
  • 57 Chapitre 64, p. 301-302, Ghesquière [ibid.].
  • 58 P. 298, Ghesquière [ibid.].

26Comme Modolenus, plusieurs habitants du pagus de Noyon sont désignés par leur nom. Mais d’autres ne le sont pas ; en particulier les gens que leur statut place dans les échelons inférieurs de la société noyonnaise. Ainsi en est-il de prisonniers56 ou d’un voleur57. Il y a aussi les mendiants dont il est question au chapitre 54, dans lequel la source laisse percevoir l’écart considérable entre la condition de ces gens et celle du comte58.

27La structure que sa hiérarchie confère à cette société se conjugue, d’après la source, avec deux autres facteurs assurant l’équilibre social du Noyonnais : la famille et le droit.

  • 59 P. 293-294, Ghesquière [ibid.].
  • 60 P. 300, Ghesquière [ibid.].
  • 61 P. 300-301, Ghesquière [ibid.].
  • 62 P. 273-274, Ghesquière [ibid.].
  • 63 P. 274-275, Ghesquière [ibid.].
  • 64 Sur la familia, cf. K. KROESCHELL, article « Familia », Handwörterbuch für Rechtsgeschichte, tome (...)

28L’existence de familles conjugales est avérée par les chapitres 4659, 6060 et 6161, où il est question des liens du mariage et de la filiation. Ces liens ne sont pourtant pas les seuls modèles de parenté dont la source rend compte. En effet, les chapitres 1962 et 2063 mentionnent la familia64 de deux puissants personnages : le maire du Palais, Erchinoald, et son successeur, Ébroïn. Dans la société noyonnaise, il existait donc des solidarités de type « familial » très larges, ayant elles-mêmes leur propre hiérarchie.

  • 65 P. 298-299, Ghesquière [n. 1]. À propos des références à la loi salique cf. B. KRUSCH, p. 731 [ibi (...)
  • 66 Cf. p. 298, Ghesquière [ibid.].
  • 67 Cf. p. 299, Ghesquière [ibid.].

29Parmi les situations pour lesquelles l’intercession de saint Éloi est demandée, se trouvent plusieurs affaires dont la source met en relief le caractère juridique. Le chapitre 5765 cite quasiment mot pour mot la loi salique, en expliquant ses exigences relatives à la procédure de prestation des serments. Dès lors, le parjure est traité comme une grave maladie du corps social. Le saint le combat avec un zèle comparable à celui qu’il déploie contre les maladies physiques. C’est pourquoi, aux chapitres 5666, 57 et 5867, saint Éloi démasque des traîtres venus jurer sur son tombeau, selon ce que la justice exigeait d’eux pour apporter la preuve de leur prétendue innocence.

30Or, si Éloi intervient à la suite de démarches individuelles dans les trois précédentes affaires de parjure, le chapitre 61 rapporte comment une assemblée représentative de la société noyonnaise tout entière, présidée par l’évêque et le comte, demanda l’intercession du saint en vue de protéger sa cohésion menacée par un conflit familial :

  • 68 Post hos autem dies fuerat quoddam furtum in rure Noviomagensi admissum : cumque persona admissi fa (...)

Peu de temps après, un vol ayant été commis dans la campagne de Noyon, et comme on recherchait l’auteur du forfait, un jeune homme se trouva chargé de la culpa par quelque indice. Or, à cette époque, le jeune homme en question était en conflit avec son père et, pour cela, bien sûr, s’efforçait de lui tendre des pièges. Une occasion s’étant présentée, et ayant adroitement repoussé l’opinion défavorable qui courait sur lui, il commença à la détourner sur son père. Pour une querelle de cette sorte, tous deux furent conduits au lieu où se traitent les affaires publiques et, une grande foule s’étant rassemblée, ils comparurent devant l’évêque et le comte. Là, se disputant encore, le fils s’évertuait à faire retomber l’accusation sur son père et, au contraire, le père se défendait en disant être innocent de ce crime ; ainsi se disputaient-ils devant le duc et l’évêque. Nous vîmes alors s’accomplir ce que le Seigneur annonça jadis dans l’Évangile : “les fils s’élèveront contre leurs pères et ils les accableront de leur haine”. Parmi les assistants, certains prenaient parti pour le fils, mais d’autres, à juste raison, estimaient qu’il ne convenait pas de croire un fils contre son père. Or, l’altercatio s’éternisait entre les parties et, comme il était difficile et téméraire de prendre une quelconque décision, l’évêque et le duc s’étant concertés, considérant qu’on ne pouvait connaître d’aucune manière la vérité, ils les remirent au jugement du bienheureux confesseur : “Parce que, dirent-ils, nous ne savons pas lequel nous devons croire plutôt que l’autre, c’est à toi, saint Éloi, qu’avec le conseil de Dieu, nous remettons humblement ce jugement” [...]68

31La foule assemblée in publicum, assiste à une séance du mallus ; en présence du comte, comme il se doit, mais aussi avec la participation de l’évêque. Le vocabulaire juridique du passage est précis. L’altercatio correspond à la première phase d’un procès au tribunal comtal. Dans cette procédure accusatoire, la personne mise en cause doit apporter la preuve correspondant au rejet de la culpa dont on la charge.

  • 69 C’est ce que prescrit la loi salique [n. 89].

32Mais, dans ce cas précis, la procédure est brouillée puisque, au fil des débats, on ne sait plus très bien qui, du père ou du fils, est vraiment l’accusé. Dès lors, les repères juridiques ne sont pas les seuls à être brouillés : les liens familiaux le sont, au sens strict, avec cette affaire opposant un père à son fils, et qui choque de nombreux assistants approuvés par l’auteur. Les liens de parenté sont également remis en question dans une acception beaucoup plus vaste puisque, dit la suite du chapitre, un serment doit être demandé au fils, serment qui, sauf dispense69, devra être prêté par un groupe de cojureurs appartenant, selon toute probabilité, à sa familia au sens large. Mais, les deux protagonistes font partie d’une même familia...

33Cette affaire témoigne d’une crise profonde dans la société noyonnaise. Apparemment désemparés, le comte et l’évêque demandent l’intercession de saint Éloi. Or cette prière est prononcée par les deux plus hauts personnages de cette société, en présence d’une grande partie de la population, à un moment où la cohésion sociale se trouve gravement compromise : en pareilles circonstances, c’est quasiment la protection du saint patron de tous que sollicite la société du pagus Noviomagensis.

  • 70 O. GUILLOT, « La justice dans le royaume franc à l’époque mérovingienne », La Giustizia nell’alto (...)

34Et saint Éloi résout le différend par un miracle tout à fait adapté aux pratiques judiciaires du temps ; elles visent moins à juger qu’à garantir la paix en évitant la vengeance70. C’est pourquoi il est légitime de penser que le désarroi de l’évêque et du comte n’était qu’apparent ; ne connaissaient-ils pas les mécanismes régissant la société qu’ils gouvernaient ?

35Et, en effet, à peine le fils a-t-il prêté serment, le voici saisi d’un très grave malaise ; par compassion, de nombreuses personnes s’en vont trouver son père pour qu’il prie avec elles afin d’obtenir la guérison du jeune homme, lequel retrouve effectivement la santé. Finalement cet élan de ferveur a rétabli l’équilibre social menacé. Rejoignant l’objectif essentiel de la justice par la promotion d’une réconciliation entre tous les habitants du pagus. Or, cet objectif était aussi l’un des aspects de l’apostolat d’Éloi, même s’il n’hésita pas à contester certaines pratiques de sociabilité.

Pastorale et sociabilité

36L’évêque Éloi consacrait beaucoup de temps à l’enseignement.

  • 71 P. 271-272, Ghesquière [n. 1].
  • 72 M. BANNIARD a donné une analyse très riche de cette forme de prédication : « Latin et communicatio (...)

37Le chapitre 16 est un éloge de son éloquence dans la prédication71 ; une éloquence comprise comme une manière claire de s’exprimer, non comme un langage ampoulé ou destiné à se concilier les auditeurs par la ruse72.

  • 73 Cf. p. 244-270, Ghesquière [n. 1].
  • 74 Praedicatio Eligii de supremo judicio, MGH SRM, tome IV, Hanovre, 1902, p. 751-761.

38Toutes les éditions de la Vita Eligii reproduisent le texte d’un long enseignement d’Éloi : il en constitue le chapitre 1573 ; seul Bruno Krusch l’a édité à part, en annexe de la légende hagiographique, sous le titre de Praedicatio Eligii de Supremo Judicio74.

  • 75 Chapitre 16, p. 271, Ghesquière [n. 1].

39Cette prédication n’est pas un sermon en tant que tel. Le rédacteur de la Vita le présente comme un florilège des thèmes favoris d’Éloi dans l’enseignement de la doctrine chrétienne75 : explication du symbole des Apôtres, pratique des œuvres de miséricorde et rejet de coutumes liées au paganisme ; par exemple cesser de travailler le jeudi ou formuler des vœux à l’adresse d’une personne qui est en train d’éternuer...

  • 76 Le long chapitre 8 est consacré au récit de cet apostolat, p. 238-239, Ghesquière [ibid.].

40Il va sans dire que ces enseignements sont censés avoir un impact sur le comportement des auditeurs, donc de modifier certaines pratiques de sociabilité. Or, la situation religieuse des diverses parties du diocèse de Noyon-Tournai n’est pas du tout identique. Si la région de Tournai est présentée comme une terre quasiment païenne76, la source, on l’a vu, identifie la société du pagus de Noyon avec sa communauté chrétienne : ici l’Église est florissante, beaucoup mieux organisée.

41Tous les passages de la Praedicatio Eligii de Supremo Judicio s’adressaient-ils indistinctement à tous les fidèles du diocèse d’Éloi ? En particulier, les appels à se détourner de pratiques liées au paganisme ont-ils pu être prêchés à la population christianisée du pagus de Noyon ?

  • 77 À propos de cette altercation, cf. M. ROUCHE, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes 418-781 : Naiss (...)

42Le chapitre 1977 apporte une réponse claire à ces interrogations :

  • 78 Le livre II utilise le mot diocesis au sens de paroisse. Le chanoine J. LE VASSEUR proposait d’ide (...)
  • 79 Igitur quondam tempore cum dies natalitius Beati Petri Apostoli in diocesi quadam haud procul a Nov (...)

À un certain temps de là, comme on célébrait la fête du bienheureux apôtre Pierre, dans une paroisse78, non loin de la ville de Noyon, Éloi se rendit en ce village et il y prêchait la parole de Dieu avec une grande constance, comme il en avait l’habitude, et il exhortait surtout le peuple à rejeter tous les divertissements abominables des démons, et les danses et les caranisas, et il disait qu’il fallait abandonner toutes ces superstitions. Or, quelques-uns des principaux habitants de ce lieu écoutaient sa prédication avec amertume, soit parce qu’il voulait détruire leurs fêtes, soit parce qu’il voulait anéantir leurs coutumes qu’ils croyaient légitimes. Alors, quelques hommes méchants tinrent conseil, ils étaient principalement de la familia d’Erchinoald, lequel, en ce temps-là, était préfet du Palais et rival d’Éloi, mais pas pour le bien ; ils s’entendirent ensemble de sorte que, si Éloi s’opposait de nouveau à leurs sornettes, ils se jetteraient à l’instant sur lui et le tueraient. Ce qu’Éloi ayant su, animé d’un grand désir du martyre, il se leva aussitôt et recommanda à tous ceux qui l’accompagnaient que personne ne le suive, à l’exception de deux clercs et d’un diacre. Il vint donc au milieu de la foule du peuple et, se tenant sur un lieu élevé, devant la basilique, il commença à prêcher avec véhémence, reprenant le peuple de ce qu’il fuyait les avertissements salutaires pour s’attacher aux phylactères du diable. La foule, violemment émue à ce discours, lui répondit par des injures et, le menaçant de la mort, lui disait : Jamais, Romain que tu es, bien que tu nous le reproches souvent, tu ne pourras détruire nos coutumes, mais nous célébrerons toujours nos solennités comme nous l’avons fait jusqu’à ce jour, et il n’y aura aucun homme qui puisse jamais nous défendre ces jeux antiques, et qui nous sont si agréables [...]79

43Le vocabulaire du passage met en valeur la structure sociale de la communauté : les principaux habitants, praestantiores, et le reste de la population, qu’on peut identifier à la foule, populorum turba ou turba. La familia d’Erchinoald, à laquelle appartiennent les notables du lieu, exerce ici une influence considérable. Or, la diversité des catégories sociales n’est pas un obstacle à la cohésion de cette population soudée par des coutumes, consuetudines nostras, et la manière dont sont célébrées les fêtes, sollemnia nostra.

  • 80 J. GAUDEMET et B. BASDEVANT, Les canons des conciles mérovingiens, VIe-VIIe s., volume 2, Paris, 1 (...)

44La communauté paraît tout à fait christianisée : elle dispose d’un lieu de culte, basilica, et l’ensemble de la population se réunit pour écouter son évêque venu la visiter le jour où elle célèbre la fête de l’apôtre Pierre qui est, selon toute vraisemblance, son saint patron. Pourtant l’évêque accuse ces fidèles d’introduire des pratiques insensées dans le programme des célébrations. Le passage fait nettement référence aux Actes du concile de Chalon80 auquel Éloi a participé ; ainsi lorsqu’il dénonce les jeux, ludi, et autres danses, que son propos attribue au diable en l’identifiant aux dieux païens.

  • 81 Concernant l’apostolat d’Éloi, cf. P. J. FOURACRE, « The work of Audoenus of Rouen and Eligius of (...)
  • 82 Le chapitre 15 de la Vita Eligii affirme que les saltationes aut caraulas reviennent chaque année (...)
  • 83 DU CANGE, Glossarium mediae et infimae latinitatis, tome II, Graz, 1954, p. 160.
  • 84 P. 246, et note (b) de l’éditeur, p. 251, Ghesquière [n. 1].
  • 85 Le synode réuni par l’évêque Aunacharius d’Auxerre avait désigné les personnages considérés comme (...)

45C’est dans ce contexte ambigu qu’est employé le mot « superstitions », superstitiones81. Ce mot révèle la permanence de pratiques héritées du paganisme. Elles ont leur propre calendrier, comme l’indique l’expression sollemnia nostra, qui fait référence à des célébrations annuelles82. Et, si l’on considère les suffixes des termes carasina83 et de « magicien », caragius, utilisé par le chapitre 15 de la Vita84 et, à la même époque, par le synode d’Auxerre85, mais aussi les contextes dans lesquels ces mots sont employés, la permanence de ces superstitiones pourrait révéler l’existence d’une sorte de clergé parallèle dont les services seraient sollicités par les habitants du Noyonnais, dont les pratiques appartiendraient à la sociabilité du lieu.

  • 86 DU CANGE [n. 83], tome VI, p. 210.

46Le contenu de la riposte de la foule est, lui aussi, ambigu. Il ne s’agit pas d’une protestation spécifiquement religieuse, puisque ce n’est pas en référence à tel ou tel aspect du christianisme que le prélat est injurié : on l’apostrophe par le terme de Romain, Romanus – il faut entendre ici Aquitain86 – c’est-à-dire, de prime abord, une insulte à caractère ethnique et culturel.

47L’auteur de la Vita Eligii met en scène l’affrontement de deux points de vue : celui de l’évêque – qu’il partage – et celui d’une société qui se considère comme chrétienne et ne semble pas voir d’inconvénients à la pérennité d’usages hérités d’un passé dont elle a abandonné la religion. La source témoigne ainsi d’une profonde imbrication des pratiques de sociabilité, en particulier des repères culturels et religieux. Les tenants des deux points de vue ont également conscience de cette imbrication mais n’en tirent pas les mêmes conclusions : pour la foule, l’abandon des coutumes affaiblit les mécanismes qui assurent la cohésion sociale, tandis que le prélat identifie la survie de tels usages avec une fragilité de la communauté chrétienne.

  • 87 [note 76].
  • 88 [ibid.].
  • 89 Chapitre 7, p. 234, Ghesquière [n. 1].
  • 90 Chapitre 41, à propos des voiles recouvrant les ornements d’églises pendant le carême, p. 291-292, (...)

48Le chapitre 19 de la Vita montre aussi que la société chrétienne du pagus de Noyon n’était pas forcément docile aux consignes de son évêque, considéré, par certains de ses membres, comme un étranger, voire un intrus, dans leur communauté. Pourtant, c’est bien à des chrétiens que saint Éloi adresse ici des reproches. L’hagiographe n’en doute pas et en produit la meilleure preuve lorsqu’il relate – ce qui autorise des comparaisons – l’apostolat d’Éloi dans la région de Tournai qu’il dit peuplée de barbares païens87. Dans cette contrée, l’évêque prêche, bien sûr, mais davantage en encourageant qu’en réprimandant ; on le voit aussi baptiser88. Il accorde une importance particulière à l’aménagement des lieux de culte qu’il enrichit de reliques des saints89. Rien de tel dans le pagus de Noyon, où l’espace semble déjà équipé d’un nombre important d’églises, et où le calendrier chrétien rythme le temps d’une société dont les membres sont familiarisés avec des usages liturgiques très précis90.

49Ici l’enjeu pastoral est donc différent : il consiste en un approfondissement de l’évangélisation. D’ailleurs, la suite du chapitre 19 montre comment Éloi réussit à désarmer la colère des fidèles auxquels il voulait imposer un tri qualitatif de leurs pratiques de sociabilité. Or, pour approfondir la christianisation du pagus de Noyon, Éloi a besoin de collaborateurs bien disposés. C’est pourquoi, il s’applique à réformer son clergé.

  • 91 P. 274-275, Ghesquière [ibid.].
  • 92 P. 276-277, Ghesquière [ibid.].

50Au dire de la source, cette réforme va au-delà d’une moralisation de la vie des clercs. Même si les chapitres 2091 et 2592 peuvent évoquer des problèmes de cet ordre, c’est dans le contexte de la communion ecclésiale liée à l’obéissance, que les interventions du prélat sont présentées.

  • 93 Y. CONGAR, L’Écclésiologie du haut Moyen Âge. De saint Grégoire le Grand à la désunion entre Byzan (...)
  • 94 E. VODOLA, Excommunication in the Middle Ages, Berkeley, 1986.

51Or, si la communion est un lien de nature spirituelle, elle a d’indéniables conséquences sociales ; aussi bien dans les rapports entre l’évêque et les clercs, qu’à l’échelle de la vie des fidèles, puisque le clergé a vocation de guider les croyants en divers aspects de leur vie personnelle ou collective93 ; lorsque la communion fait défaut, l’excommunication est prononcée94.

52La source rend compte des répercussions sociales de la qualité du lien de la communion ecclésiale. Dans le premier cas, le clerc s’amende et la population en témoigne auprès de l’évêque ; on évoque ici aussi la structure de la société avec la mention d’envoi de lettres par les Grands et les anciens, Optimates et seniores, afin d’obtenir la réintégration complète du prêtre. Dans le second exemple, le prêtre fait fi de l’excommunication, et sa triste fin remplit les fidèles d’un effroi qui resserre les liens communautaires par l’affirmation de l’autorité épiscopale.

53Toutefois, si Éloi sanctionne les manquements à l’obéissance par l’excommunication, sa Vita insiste sur le fait qu’il cherche toujours à obtenir la réintégration des coupables. Pas seulement parce qu’il est un saint homme dont on raconte la vie, mais aussi au nom de l’efficacité pastorale dans une société chrétienne. Et cela, toujours en application des canons conciliaires, en particulier ceux du concile de Chalon.

54Les décisions de ces assemblées invitaient également les prélats à veiller sur le patrimoine de leurs diocèses. Éloi, affirme son biographe, y fut particulièrement attentif.

  • 95 P. 272-273, Ghesquière [n. 1].

55Ainsi, au chapitre 18, Éloi défend-il fermement sa position face à un notable qui revendique la possession d’un bois appartenant à l’Église95. Or, précise la source, ce sinistre personnage appartient à la familia d’Ébroïn. Il espère vraisemblablement une solidarité active de ce groupe, et spécialement une intervention de son membre le plus illustre. C’est sans doute pour cette raison qu’il vient régulièrement insulter Éloi, le menaçant en faisant référence à la force, tandis que l’évêque répond par des arguments fondés sur le droit. L’évêque finit par excommunier cet homme qui se trouve plongé dans une sorte de maladie, laquelle remplit ses proches d’un effroi salutaire. L’auteur conclut en expliquant que cela constitue une démonstration de la force divine habitant la parole d’Éloi. On peut également en déduire deux principes relatifs à la vie en société : le passage affirme la supériorité du lien spirituel de la communion ecclésiale sur les diverses formes de solidarité sociale – en l’occurrence celle de la familia – et la priorité des relations régies par le droit face à la violence, associée, dans l’esprit du rédacteur, à certaines pratiques de sociabilité.

  • 96 P. 282-283, Ghesquière [ibid.].
  • 97 J. DURLIAT, « Les attributions civiles des évêques mérovingiens : l’exemple de Didier de Cahors », (...)

56Quant au chapitre 3396, il relate une promenade d’Éloi dans les rues de Noyon. Passant près de la cathédrale, il ordonne des réparations. De fait, comme tous les évêques mérovingiens, l’évêque de Noyon avait pour attribution de commander des travaux, y compris des constructions civiles ; le cas de Didier de Cahors, ami et correspondant d’Éloi, est bien connu97. L’influence du prélat sur la vie de la société pouvait donc aussi être liée aux transferts de fonds nécessaires à la réalisation des chantiers, ou même à ses choix concernant l’aménagement de l’espace urbain.

57Par tous ces exemples, le rédacteur de la Vita Eligii voulait donc démontrer en quoi la pastorale d’un évêque était susceptible de transformer en profondeur la société à laquelle il s’adressait. Si l’hagiographe n’idéalisait ni ne contestait les structures hiérarchiques de la société noyonnaise, il pouvait néanmoins envisager la remise en question de certaines pratiques de sociabilité, à partir du moment où les changements étaient obtenus par référence au droit, spécialement celui de l’Église.

  • 98 [n. 38].

58Or, la source rapporte que les interventions d’Éloi continuèrent après sa mort, lorsqu’il cessa d’être un pasteur et fut considéré comme un intercesseur par les chrétiens du pagus de Noyon. La vénération de saint Éloi appartenait désormais à l’apostolat du clergé qu’il avait gouverné pendant une vingtaine d’années : en devenant l’impresario de ce culte, suivant l’expression de P. Brown98, le clergé de Noyon poursuivait plusieurs objectifs que le saint avait fixés à sa propre pastorale.

  • 99 P. 292-293, Ghesquière [n. 1].
  • 100 P. 298-299, Ghesquière [ibid.].
  • 101 P. 293-294, Ghesquière [ibid.].

59En effet, depuis le séjour des saints, Éloi paraît assurer le suivi de certains dossiers ouverts du temps de son épiscopat. Ces affaires concernent tout particulièrement le patrimoine de l’Église. Les chapitres 4399 et 57100 montrent comment sont punis les usurpateurs de biens ecclésiastiques, en réponse aux prières qu’ils étaient venus formuler hypocritement sur le tombeau de l’évêque. Au chapitre 46101, le saint intervient aussi pour faire respecter les dispositions de son propre testament concernant le legs d’un cheval ; l’abbé Sparvus, qui s’estime lésé par le successeur d’Éloi, s’en est remis à son intercession.

  • 102 En particulier le canon 18 du concile de Clichy, réuni en 626-627, cf. J. GAUDEMET et B. BASDEVANT (...)
  • 103 P. 298, Ghesquière [n. 1].

60Dans une société chrétienne, et vivant essentiellement des revenus de la terre, pareilles interventions ne correspondent pas forcément à des préoccupations strictement matérielles. Le droit canon, on l’a vu, s’y intéresse, et les conciles mérovingiens veillent jusqu’au respect des testaments épiscopaux102. De fait, les revenus liés à ces opérations permettent d’assurer le service essentiel de la liturgie et de venir en aide aux pauvres. Or, au témoignage de toutes les parties de la Vita Eligii, une proportion non négligeable de gens semble subsister grâce à cette forme de redistribution des richesses à laquelle Éloi accordait beaucoup d’importance. C’est justement ce qu’au chapitre 54103 le comte de Vermand rappelle aux mendiants qui séjournent devant le lieu de culte où se trouve la sépulture de saint Éloi. À partir de ce moment-là, explique le texte, le comte est miraculeusement invité par le saint à prendre son relais en faisant de généreuses aumônes.

61Le respect des biens d’Église, la fréquentation des lieux de culte et l’aumône correspondent donc à des pratiques de sociabilité étroitement liées, et très recommandables selon le rédacteur de la légende hagiographique ; des pratiques qui ne remettent pas en question les structures de la société dont la source reconnaît pourtant l’injustice ou déplore la violence, mais qui peuvent en alléger les inconvénients, assurer un équilibre social, ou opérer certaines transformations en conformité avec le droit.

  • 104 Chapitre 48, p. 295-296, Ghesquière [ibid.].
  • 105 Chapitre 60, p. 300, Ghesquière [ibid.].
  • 106 Chapitre 52, p. 297, Ghesquière [ibid.].

62De son vivant, l’évêque Éloi témoignait d’une affection comparable envers les pauvres et les malades, transportant toujours sur lui des onguents afin de soulager les corps meurtris. Après sa mort, saint Éloi intercède pour des aveugles104, en faveur d’une femme atteinte d’une tumeur105, et même pour une muette à laquelle le clergé enseigne qu’il n’est pas nécessaire de prononcer de paroles pour bien prier106. La Vita Eligii rapporte les guérisons spectaculaires de toutes ces personnes. Dans ce texte, la société noyonnaise est identifiée avec l’Église, formant un corps dont certains membres sont souffrants. La prière des malades, ou leur guérison, n’ont donc pas seulement une dimension individuelle : toute la communauté est concernée et invitée par le clergé à demander l’intercession du saint d’une voix unanime. Prier est alors vécu comme une activité éminemment sociale à laquelle participe le saint.

Conclusion

63En faisant le récit d’un certain nombre de res gestae de l’évêque Éloi dont il veut promouvoir le culte, l’évêque Ouen de Rouen s’intéresse à la vie sociale du Noyonnais où le saint a exercé son apostolat.

64L’auteur de la Vita Eligii montre comment cette société occupe le territoire qui est le sien, comment elle y organise ses activités sous le contrôle de l’Église et des représentants de l’administration du regnum Francorum. La Vita met également en valeur la structure sociale de la population de cet espace géographique. Outre la hiérarchie, le texte évoque diverses formes de parenté et le rôle du droit dans la recherche d’équilibres sociaux. La source, en effet, ne donne pas un tableau statique de la société : elle en évoque les pratiques, sans omettre l’existence de crises susceptibles de perturber la vie de ses membres. Rédigeant la Vita d’un saint évêque, Ouen a également accordé son attention aux effets de l’apostolat d’Éloi sur les habitudes des fidèles dont il était le pasteur, et sur les liens qui les unissaient ; il leur prêchait en tenant compte de leurs représentations au sujet de la vie sociale, mais non sans contester certaines pratiques de sociabilité.

65La Vita Eligii porte donc un regard subtil sur la société noyonnaise. Elle aide même à en saisir la complexité, dans la mesure où, l’identifiant à une communauté chrétienne florissante, elle en expose le contre-modèle dans les chapitres évoquant l’apostolat d’Éloi à Tournai et dans sa région. Mais l’exposé est d’autant plus nuancé qu’il n’est jamais manichéen : une fois convertis, les Barbares païens du nord de la Gaule se montrent parfois plus attentifs aux conséquences sociales des enseignements de leur évêque que les chrétiens du Noyonnais.

  • 107 Parmi les formes de communication qu’il étudie, M. Banniard met en valeur celle de la langue parlé (...)

66En écrivant la Vita Eligii, l’évêque de Rouen manifeste plusieurs qualités requises d’un historien. En outre, M. Banniard affirme qu’en étudiant la langue utilisée par saint Ouen pour reconstituer les dialogues entre tel et tel habitant de la région de Noyon, il serait possible de rendre compte des usages linguistiques de ces gens107, donc de restituer un élément essentiel des pratiques sociales qui les unissaient.

67Rassembler les éléments destinés à nourrir les chapitres relatifs au pagus de Noyon, permit à l’évêque Ouen d’exprimer sa conception de la vie en société. L’auteur, appartenant lui-même à l’un des plus hauts lignages du regnum, ayant exercé des fonctions élevées auprès du roi, n’énonce pourtant pas le point de vue d’un Grand du royaume exclusivement préoccupé des intérêts de la catégorie sociale à laquelle appartient sa famille. En effet, s’il ne remet pas en question les structures et autres repères de la vie en société qu’il observe, Ouen ne les idéalise pas non plus. Ne cherchant pas à dissimuler telle inégalité choquante, telle injustice, y compris lorsqu’elles ont été commises par des notables ou par un prélat.

68Saint Ouen exprime avant tout le point de vue critique d’un évêque soucieux de faire progresser la christianisation. Dans une société vue comme le corps ecclésial, et qui n’a donc jamais terminé de se convertir, pas seulement dans ses manières de penser ou de comprendre, mais aussi dans les actes de sa vie sociale, le rôle de l’évêque est primordial. Les canons conciliaires ayant trait aux pratiques de sociabilité lui fournissent des repères très clairs afin de guider ses ouailles. La description de la vie sociale comporte alors, en elle-même, une tension entre la réalité des situations vécues et l’idéal chrétien proclamé par le clergé. Aussi voit-on dans la Vita Eligii, coexister diverses représentations, s’affronter les positions de manière très vivante, au gré d’anecdotes où les réussites de l’évêque sont mises en valeur, sans taire les difficultés rencontrées. En fait, les obstacles opèrent comme autant de mises en valeur des réussites du saint, ils sont liés à cette conception de la vie sociale. Par conséquent, de son vivant et après sa mort, le saint évêque est présenté comme un acteur essentiel de la vie en société. Susceptible de prendre part à tous ses aspects, d’abord grâce à ses res gestae, puis grâce à son intercession, laquelle ne peut être véritablement sollicitée que si les croyants se souviennent de son existence, d’où l’exigence sociale d’en rédiger la Vita.

  • 108 P. 198-200, Ghesquière [n. 1].
  • 109 Concernant les multiples aspects de la societas des saints, F. DOLBEAU, Sanctorum, societas. Récit (...)

69Dans le prologue du livre premier, l’auteur de la Vita Eligii rappelle que la mémoire des saints est véhiculée par les groupes sociaux qui en assurent le culte108. Il énonce ainsi une motivation supplémentaire à son intérêt particulier pour la société noyonnaise. Cette motivation est d’ordre mémorielle et liturgique. De fait, c’est cette société qui veille sur le tombeau de saint Éloi, y cultive sa mémoire et continue de vivre dans sa societas109. La Vita Eligii se devait de lui présenter un miroir du passé vécu avec le saint, l’encourageant à recourir à l’intercession d’Éloi, tant qu’il se trouvera des Noyonnais pour écouter ou pour lire le témoignage de saint Ouen.

Notes

1 Les éditions les plus accessibles de la Vita Eligii sont celles de J.-P. Migne, Patrologie Latine, t. 87, Paris, 1863, col. 479-594, et de B. Krusch, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores Rerum Merovingicarum, t. 4, Hanovre, 1902, p. 198-311. Toutefois, B. Krusch ayant choisi d’éliminer un très grand nombre de passages, c’est une ancienne édition du Bollandiste Joseph Ghesquière qui est utilisée ici : Acta Sanctorum Belgii, t. 3, Bruxelles, 1785, p. 198-311.

2 Toutes les affirmations relatives à la critique de la source ne peuvent être développées ici, elles constituent les éléments d’une thèse en cours de rédaction sous la direction du professeur C. Carozzi.

3 E. VACANDARD, Saint Ouen, évêque de Rouen (641-684). Études d’histoire mérovingienne, Paris, 1902 ; G. SCHEIBELREITER, « Audoin von Rouen. Ein versuch über den Charakter des 7. Jahrhunderts », H. Atsma (dir.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, tome I, Sigmaringen, 1989, p. 195-216.

4 [n. 2].

5 En particulier dans le Prologue du livre I et dans la Préface du livre II, p. 198-200 et 228, Ghesquière [n. 1].

6 Seuls des chapitres du livre II sont cités dans cet article.

7 Cf. notamment A. de MOREAU, Histoire de l’Église en Belgique, tome 1, Bruxelles, 1940.

8 En particulier, les chapitres 5, 19 et 60, respectivement p. 232, 273-274 et 300 [n. 1].

9 Cependant, Berthmundus, qui assiste au concile de Paris en 614, est le premier évêque dont on est certain qu’il réside à Noviomum.

10 Chapitres 49 et 54, p. 296 et 297-298, Ghesquière [n. 1].

11 Cf. la synthèse p. 340-341 et p. 346-347 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise. Carte archéologique de la France, Paris, 1995.

12 Notamment les chapitres 19, 20 et 21, respectivement p. 273-274, 274-275 et 275, Ghesquière [n. 1].

13 P. 298, Ghesquière [n. 1].

14 P. 302, Ghesquière [n. 1]. À propos d’Amalbertus cf. R. HENNEBIQUE-LE JAN, « Prosopographica neustrica : les agents du roi en Neustrie de 639 à 680 », H. Atsma (dir.), La Neustrie, [n. 3], p. 242.

15 P. 300-301, Ghesquière [n. 1]. Concernant Garifred cf. R. HENNEBIQUE-LE JAN, « Prosopographica neustrica... », [n. 14], p. 249.

16 P. 300-301, Ghesquière [n. 1].

17 P. 273-274, Ghesquière [n. 1].

18 P. 340-341 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise [n. 11].

19 Chapitre 21, p. 275, Ghesquière [n. 1].

20 Chapitre 43, p. 292-293, Ghesquière [n. 1].

21 Chapitre 46, p. 293-294, Ghesquière [n. 1].

22 P. 275, Ghesquière [n. 1].

23 M. ROBLIN, Le terroir de l’Oise aux époques gallo-romaine et franque. Peuplement, défrichement, environnement, Paris, 1978, p. 220-225.

24 P. 300-301, Ghesquière [n. 1].

25 P. 301-302, Ghesquière [n. 1].

26 P. 305-306, Ghesquière [n. 1]. Sur les trafics de reliques, cf. P. GEARY, Furta Sacra. Thefts of Relics in the central Middle Ages (800-1100), Princeton, 1978.

27 P. 277, Ghesquière [n. 1].

28 Concernant Erchinoald, cf. I. HEIDRICH, « Les maires du Palais neustriens du milieu du VIIe au milieu du VIIIe siècle », H. Atsma (dir.), La Neustrie, [n. 3], p. 217-229.

29 Chapitre 29, p. 278, Ghesquière [n. 1].

30 Chapitre 50, p. 296, Ghesquière [ibid.].

31 Chapitre 59, p. 299, Ghesquière [ibid.].

32 Chapitre 71, p. 305-306, Ghesquière [ibid.].

33 Chapitre 36, p. 286-287, Ghesquière [ibid.].

34 Chapitre 55, p. 298, Ghesquière [ibid.]. Concernant Ébroïn cf. I. HEIDRICH, « Les maires du Palais neustriens du milieu du VIIe au milieu du VIIIe siècle », [n. 28], p. 217-229.

35 Chapitres 49 et 54, p. 296 et 298, Ghesquière [n. 1].

36 Chapitre 42, p. 292, Ghesquière [n. 1].

37 P. 286, Ghesquière [ibid.].

38 La Vita Eligii illustre la permanence de phénomènes surtout étudiés pour les Ve et VIe siècles, cf. P. BROWN, Le Culte des saints. Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris, 1984 ; B. BEAUJARD, Le culte des saints en Gaule. Les premiers temps. D’Hilaire de Poitiers à la fin du VIe siècle, Paris, 2000.

39 Chapitres 46, 47 et 61, respectivement p. 293, 293-294 et 300-301, Ghesquière [n. 1]. Concernant Mummolenus, cf. S. RACINET, « Saint Mommelin, 22e évêque de Noyon », Tous azimuts. Mélanges de recherche en l’honneur du Professeur Georges Jehel, 13, 2002, p. 403-410.

40 P. 277, Ghesquière [n. 1].

41 A. BLAISE, Dictionnaire latin des auteurs chrétiens, Turnhout, 1954, p. 751.

42 Chapitres 19, 20 et 25, p. 273-274, 274-275, 276-277, Ghesquière [n. 1].

43 Chapitres 19 et 38, p. 273-274 et 290, Ghesquière [ibid.].

44 Chapitres 38, 46 et 60, p. 290, 294-295 et 299-300, Ghesquière [ibid.].

45 P. 286, Ghesquière [ibid.].

46 P. 350 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise [n. 11] ; à propos du titre d’abbas, cf. L. LEVILLAIN, « Études sur l’abbaye de Saint-Denis à l’époque mérovingienne », Bibliothèque de l’École des Chartes, 72, 1921, p. 5-116.

47 À ce propos cf. B. MEIJNS, « Des basiliques rurales dans le nord de la France ? Une étude critique de l’origine mérovingienne de quelques communautés de chanoines », Sacris Erudiri, 2002, volume 41, p. 301.

48 P. 350 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise [n. 11].

49 Chapitre 38, p. 290, Ghesquière [n. 1].

50 P. 232, Ghesquière [ibid.].

51 P. 347 et 350 dans G.-P. WOIMANT, L’Oise [n. 11].

52 Chapitre 46, p. 293-294, Ghesquière [n. 1].

53 Chapitre 60, p. 300, Ghesquière [ibid.].

54 P. 300, Ghesquière [ibid.].

55 P. 275, Ghesquière [ibid.].

56 Chapitre 45, p. 293, Ghesquière [ibid.].

57 Chapitre 64, p. 301-302, Ghesquière [ibid.].

58 P. 298, Ghesquière [ibid.].

59 P. 293-294, Ghesquière [ibid.].

60 P. 300, Ghesquière [ibid.].

61 P. 300-301, Ghesquière [ibid.].

62 P. 273-274, Ghesquière [ibid.].

63 P. 274-275, Ghesquière [ibid.].

64 Sur la familia, cf. K. KROESCHELL, article « Familia », Handwörterbuch für Rechtsgeschichte, tome I, Berlin, 1971, p. 1066-1067 ; à propos de la familia d’Erchinoald et d’Ébroïn, voir R. LE JAN, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle), Paris, 1995, notamment aux pages 339-343 et 387-414.

65 P. 298-299, Ghesquière [n. 1]. À propos des références à la loi salique cf. B. KRUSCH, p. 731 [ibid.].

66 Cf. p. 298, Ghesquière [ibid.].

67 Cf. p. 299, Ghesquière [ibid.].

68 Post hos autem dies fuerat quoddam furtum in rure Noviomagensi admissum : cumque persona admissi facinoris quaereretur, juvenis quidam per indicium ejusdem culpae conscius compellabatur : habebat autem idem juvenis eo tempore cum genitore suo quamdam contentionem, ob quam videlicet et insidias ei moliebatur intentare : tum ergo occasione reperta, et satis accurate repellens a se hujuscemodi opinionem, coepit eadem super patrem velle deflectere. Ducuntur igitur in hujusmodi jurgio uterque in publicum, et conglobatis undique multis sistuntur in examine Episcopi et Comitis : ubi multa vicissim altercantes satagebat filius magnopere in patrem calumniam reflectere, econtra pater, ut res erat, innoxium se hujus facinoris esse defendebat ; atque in hunc modum contendebant coram Duce et Episcopo. Tunc itaque vidimus impleri quod Dominus in Evangelio olim praedixit : Exurgent, inquit, filii in parentes, et odio eos afficient. Quidam ergo circumstantium partibus filii favebant, alii vero rectius quid promulgantes, non esse rectum credi filio super patrem judicabant. Cumque diu hujuscemodi altercatio inter eos verteretur, nec facile aut temere a quoquam definiretur, tandem Episcopus cum Duce accepto consilio, cum nullatenus possent rei veritatem cognoscere, judicio eos committunt beatissimo Confessori : Quia, inquiunt, nescimus cui ex his potius credi decernamus, tibi, sancte Eligi, cum Dei sententia hoc supplices judicium committimus..., cf. p. 300-301, Ghesquière [n. 1].

69 C’est ce que prescrit la loi salique [n. 89].

70 O. GUILLOT, « La justice dans le royaume franc à l’époque mérovingienne », La Giustizia nell’alto medioevo (secoli V-VIII). Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, XLII, volume 2, Spolète, 1995, I, p. 653-731.

71 P. 271-272, Ghesquière [n. 1].

72 M. BANNIARD a donné une analyse très riche de cette forme de prédication : « Latin et communication orale en Gaule franque : le témoignage de la Vita Eligii » dans Le septième siècle, changements et continuités. Actes du Colloque bilatéral franco-britannique tenu au Warburg Institute les 8 et 9 juillet 1988, édités par J. Fontaine et J. N. Hillgarth, Londres, 1992, p. 58-86.

73 Cf. p. 244-270, Ghesquière [n. 1].

74 Praedicatio Eligii de supremo judicio, MGH SRM, tome IV, Hanovre, 1902, p. 751-761.

75 Chapitre 16, p. 271, Ghesquière [n. 1].

76 Le long chapitre 8 est consacré au récit de cet apostolat, p. 238-239, Ghesquière [ibid.].

77 À propos de cette altercation, cf. M. ROUCHE, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes 418-781 : Naissance d’une région, Paris, 1979, p. 395 ; M. BANNIARD en donne également un commentaire : « Latin et communication orale en Gaule franque : le témoignage de la Vita Eligii » Le septième siècle... [n. 62], p. 66 ; voir aussi P. J. FOURACRE, « The work of Audoenus of Rouen and Eligius of Noyon in extending episcopal influence from the town to the country in seventh-century Neustria », Studies in Church History, XVI, 1979, p. 77-91.

78 Le livre II utilise le mot diocesis au sens de paroisse. Le chanoine J. LE VASSEUR proposait d’identifier la localité en question avec le village de l’Abroye, ou bien celui de Ville, qui ont saint Pierre pour patron, cf. Annales de l’église cathédrale de Noyon, tome I, Paris, 1633, p. 457.

79 Igitur quondam tempore cum dies natalitius Beati Petri Apostoli in diocesi quadam haud procul a Noviomensi oppido celebratur, adiens Eligius vicum cum ingenti constantia praedicabat, sicut semper consueverat, Dei verbum abjiciendos duntaxat atque abominandos esse cunctos daemonum ludos, et nefandas saltationes, vel caranisas, omnesque inanes prorsus relinquendas superstitiones. Quam ejus praedicationem praestantiores quique loci illius valde aegre ferebant, scilicet quod ferias eorum everteret, ac legitimas, ut putabant, consuetudines exinaniret. Tunc pravi quique ineuntes consilium, et praecipue ex familia Herchenoaldi, qui erat eo tempore Praepositus Palatii, aemulabantur Eligium, sed non ad bonum : decreverunt ergo simul, ut si ulterius hujusmodi nugis eorum contrairet Eligius, illico irreuntes interficerent eum. Quod cum Eligius cognovisset, ingenti martyrii desiderio stimulatus surrexit concite, et praecepit suis omnibus, ut nullus eum, praeter duos clericos, atque unum diaconum, sequeretur. Venit ergo per medias populorum turbas, et stans in quodam eminenti loco ante basilicam, coepit instantius praedicare vehementer turba commota, probosa ei verba cum ingenti protervia respondebant, interim ei minitantes, atque dicentes : Nunquam tu, Romane, quamvis haec frequenter taxes, consuetudines nostras evellere poteris, sed sollemnia nostra sicut hactenus fecimus, perpetuo semperque frequentabimus, nec ullus hominum erit, qui priscos atque gratissimos possit nobis unquam prohibere ludos..., p. 273-274, Ghesquière [n. 1].

80 J. GAUDEMET et B. BASDEVANT, Les canons des conciles mérovingiens, VIe-VIIe s., volume 2, Paris, 1989, p. 548-565.

81 Concernant l’apostolat d’Éloi, cf. P. J. FOURACRE, « The work of Audoenus of Rouen and Eligius of Noyon... » [n. 67]. À propos des superstitions et de l’ambigüité de ce terme, cf. P. RICHÉ, « La pastorale populaire en Occident (VIe-XIIe s.) », Histoire vécue du peuple chrétien, Paris, 1979, p. 195-221 ; J.-Cl. SCHMITT, « Les “superstitions” », dans Histoire de la France religieuse, sous la direction de J. Le Goff et R. Rémond, tome I, Paris, 1988, p. 417-551.

82 Le chapitre 15 de la Vita Eligii affirme que les saltationes aut caraulas reviennent chaque année au solstice de juin, p. 247, Ghesquière [n. 1].

83 DU CANGE, Glossarium mediae et infimae latinitatis, tome II, Graz, 1954, p. 160.

84 P. 246, et note (b) de l’éditeur, p. 251, Ghesquière [n. 1].

85 Le synode réuni par l’évêque Aunacharius d’Auxerre avait désigné les personnages considérés comme des magiciens par l’expression caragius, cf. J. GAUDEMET et B. BASDEVANT [n. 80], p. 488.

86 DU CANGE [n. 83], tome VI, p. 210.

87 [note 76].

88 [ibid.].

89 Chapitre 7, p. 234, Ghesquière [n. 1].

90 Chapitre 41, à propos des voiles recouvrant les ornements d’églises pendant le carême, p. 291-292, Ghesquière [ibid.].

91 P. 274-275, Ghesquière [ibid.].

92 P. 276-277, Ghesquière [ibid.].

93 Y. CONGAR, L’Écclésiologie du haut Moyen Âge. De saint Grégoire le Grand à la désunion entre Byzance et Rome, Paris, 1968.

94 E. VODOLA, Excommunication in the Middle Ages, Berkeley, 1986.

95 P. 272-273, Ghesquière [n. 1].

96 P. 282-283, Ghesquière [ibid.].

97 J. DURLIAT, « Les attributions civiles des évêques mérovingiens : l’exemple de Didier de Cahors », Annales du Midi, 91, 1979, p. 237-254.

98 [n. 38].

99 P. 292-293, Ghesquière [n. 1].

100 P. 298-299, Ghesquière [ibid.].

101 P. 293-294, Ghesquière [ibid.].

102 En particulier le canon 18 du concile de Clichy, réuni en 626-627, cf. J. GAUDEMET et B. BASDEVANT, Les canons des conciles mérovingiens [n. 80] p. 538-539.

103 P. 298, Ghesquière [n. 1].

104 Chapitre 48, p. 295-296, Ghesquière [ibid.].

105 Chapitre 60, p. 300, Ghesquière [ibid.].

106 Chapitre 52, p. 297, Ghesquière [ibid.].

107 Parmi les formes de communication qu’il étudie, M. Banniard met en valeur celle de la langue parlée dans la société noyonnaise. Il analyse plusieurs passages de la Vita Eligii, en particulier le dialogue du chapitre 18 entre Éloi et l’usurpateur de biens ecclésiastiques ; « Latin et communication orale en Gaule franque : le témoignage de la Vita Eligii », Le septième siècle, changement et continuités [n. 72].

108 P. 198-200, Ghesquière [n. 1].

109 Concernant les multiples aspects de la societas des saints, F. DOLBEAU, Sanctorum, societas. Récits latins de sainteté (IIIe-XIIe s.), Subsidia Hagiographica, 85, 2 volumes, Bruxelles, 2005.

Auteur

Doctorant de l’Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540