Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence au Moyen Âge

 | 
Martin Aurell
, 
Jean-Paul Boyer
, 
Noël Coulet

Conclusion

Texte intégral

1Il n’y avait plus de synthèse aussi ample sur la Provence médiévale, que le présent ouvrage, depuis les contributions rassemblées dans le second volume Des Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, publié en 1924 sous la direction de Paul Masson. Rien n’est plus juste que de rendre hommage aux érudits qui participèrent à cette œuvre magistrale, au sens étymologique : J. Billioud, V.-L. Bourrilly, A. Brun, R. Busquet, L. Constans, A. D’Agnel, E. Duprat et M. Raimbault. En rédigeant notre version de La Provence au Moyen Âge, nous n’avons cessé de sentir ce que nous devions à ces prédécesseurs, dont les écrits conservent une pleine actualité. Nonobstant, les recherches se sont beaucoup multipliées en quatre-vingts ans. Nous pouvions dorénavant livrer aux lecteurs davantage qu’une répétition de ce que nos devanciers avaient exposé. La connaissance de la période envisagée a sensiblement évolué, non tant dans l’établissement des faits que dans leur interprétation. L’historiographie provençale n’est plus l’apanage d’une érudition locale. À cet égard, elle a profité d’une véritable internationalisation, dans ses auteurs et dans son public. Son ouverture l’a intégrée aux évolutions récentes de la pensée historique et a élargi ses problématiques.

2Inspirés des tendances actuelles de la « nouvelle histoire », nous avons donc réservé la première place à une étude rajeunie du politique, conçue comme l’analyse des systèmes de pouvoir, et aux « représentations ». Néanmoins, nous n’avons pas oublié les facteurs socio-économiques, qui ont bénéficié d’une série d’enquêtes approfondies pendant les dernières décennies. Au vrai, le projet d’une « histoire totale », selon les conseils de Marc Bloch amplifiés par Georges Duby, a guidé notre démarche. Nous avons considéré les diverses manifestations du passé comme autant d’objets d’histoire, sans hiérarchie stricte entre eux, mais en interaction permanente. Naturellement, la dimension d’un livre ne permettait pas de tout dire. Dans la logique de nos choix, nous avons toujours favorisé les analyses structurelles. Les combiner avec un cadre événementiel suffisant a représenté une gageure. En effet, nous conservions le souci de fournir des informations précises. Selon le même esprit, nous avons enrichi nos exposés de documents pertinents, afin de confronter le discours historique avec la réalité des sources. Nous pensons que cette préoccupation, de rester en contact avec un milieu déterminé et concret, ne nous a pas éloignés de notre désir commun et fondamental de refuser le « provincialisme » (si le jeu de mots est permis). Pour nous, la Provence médiévale appartient à la grande histoire, au moins comme exemple.

3Ainsi fournit-elle, d’abord, un excellent modèle de la désagrégation ultime du système carolingien. Les royaumes qui lui succédaient, tel celui de Bourgogne-Provence, en représentaient les derniers avatars. Sur leurs décombres, les principautés périphériques triomphaient. En la matière, la réussite du marquis Guilhem II est un authentique cas d’école. Cependant, la dissociation du pouvoir ne s’arrêtait pas à ce niveau. La Provence subissait une atomisation de l’ancienne puissance publique parmi les plus accentuées, avec une prolifération de seigneuries banales. Elle apprend, toutefois, que la division de l’autorité ne signifiait pas nécessairement une anarchie générale. Les valeurs aristocratiques, qui s’imposaient comme partout, impliquaient une morale, une idéologie religieuse et un minimum de discipline au sein de la classe militaire.

4Surtout, des forces favorables à un ordre plus solide émergeaient vite. Sur ce plan, le cas provençal confirme l’apport, décisif dans un premier temps, du monachisme réformé, à la recherche de la paix. Puis, il met en relief les aspirations des évêques grégoriens ou post-grégoriens, imposant leur seigneurie sur les cités. L’affirmation de ce pouvoir épiscopal contribuait aux similitudes qui plaçaient plusieurs villes de Provence dans une situation comparable à leurs voisines d’Italie. À un niveau plus modeste et avec un peu de retard, elles reproduisaient leur destin de plusieurs manières. À leur façon, elles rassemblaient une petite aristocratie militaire, qui tirait avantage du renouveau économique. Comme les agglomérations italiennes, en effet, les villes provençales bénéficiaient au XIIe siècle d’une certaine renaissance, dans les activités et dans la population. Devenus plus forts, les chevaliers urbains promouvaient des consulats. Inspirés des précédents italiens, ceux-ci commençaient de se former dans le second quart du XIIe siècle. Sortes d’institutions de paix au départ, tolérées voire souhaitées par les évêques, ils freinaient les divisions et les vendettes.

5Il est vrai que les communes concouraient bientôt à augmenter le désordre. Les tensions sociales et les divisions, qui les habitaient, les rendaient inquiètes et agitées. Ce contexte, également partagé avec les villes italiennes, contribua probablement à l’adoption du podestariato, toujours sur leur modèle. De surcroît, les communes n’entendaient pas abdiquer leur autonomie, devant le redressement du pouvoir princier. Le développement de Marseille la laissait même approcher de la liberté des cités-États transalpines. L’aristocratie baronniale, forte de l’indépendance acquise depuis longtemps, ne désirait pas davantage se soumettre.

6Le milieu provençal se distinguait malgré tout de l’Italie communale. Il se rattachait aux espaces ibérique et français en ce qu’il devenait le cadre d’expériences étatiques plutôt précoces, instructives du tournant qu’amorçait l’organisation politique de l’Occident. Avec un certain paradoxe, elles se développaient malgré la longue résistance qui laissait la dissociation du pouvoir survivre, dans certains secteurs du pays, jusqu’au milieu du XIIIe siècle. Pourtant, les comtes catalans entamaient très sérieusement la restauration de l’autorité princière vers le milieu du XIIe siècle. Avec leur dernier représentant, Raimond Bérenger V, il n’est déjà plus abusif de parler d’État. Entre milieu XIIIe siècle et milieu XIVe siècle, les premiers Angevins inséraient la Provence dans le groupe de tête des contrées les plus fermement administrées. Aidés des traditions capétiennes et siciliennes, ils développaient encore leur propre logique du gouvernement. Elle s’appuyait sur une idéologie puissante, alimentée par les liens qui unissaient la monarchie de Provence-Sicile au souverain pontife.

7L’incontestable, quoique partielle, réussite angevine n’empêchait pas la région d’entrer, à partir des années 1340, dans un cycle de difficultés et de tragédies. La société locale et le régime politique avaient des responsabilités spécifiques dans ces infortunes. Elles s’accumulaient, cependant, en stricte concordance avec les malheurs qui frappaient partout. Au fond, les causes étaient communes. La Provence supportait même les contrecoups de la guerre de Cent ans, bien qu’elle se déroulât hors de ses frontières. Au bout du compte, la contrée connut le douteux privilège d’illustrer parfaitement le mécanisme des crises de la fin du Moyen Âge. Aucune ne l’épargna. Sa lente reconstruction, pendant le XVe siècle, constitue une ultime confirmation de la violence du choc supporté par l’Europe.

8Il ne suffirait pourtant pas de considérer l’histoire provençale pour sa seule exemplarité. Celle-ci s’augmente de la contribution du pays aux évolutions de l’Occident, comme un acteur quelquefois important. Ce fait se vérifie sous l’aspect culturel, que la région collaborât à la renaissance juridique, accueillît la dernière floraison de la lyrique d’oc, servît de refuge aux savants juifs ou reçût le cerveau de la chrétienté, avec la curie. La Provence assuma un rôle non négligeable dans la politique européenne. Sa position l’exposait à des appétits nombreux ou la mettait au service de grands desseins. Rappelons sa place dans les plans catalans, toulousains, anglais, impériaux, pontificaux et, bien sûr, angevins et français. La première moitié du XIIIe siècle la trouva au carrefour de toutes les rivalités. Ce contexte aide à comprendre tel portrait médiocrement flatteur des autochtones, tracé sur les débuts du XIIIe siècle par Gervais de Tilbury, « maréchal de la cour impériale au royaume d’Arles » pour Otton IV : « Près du cours du Rhône, les souffles sont pleins de force, et les hommes sont engendrés gonflés de vent, vains, inconstants et suprêmement menteurs dans leurs promesses. » Davantage que de la mutabilité des habitants, il convient de parler de celle d’une terre à la fois disputée et riche de ses atouts sur la scène internationale.

9Elle se trouva ballottée entre des destinées opposées. Elle parut, à l’occasion, en voie de constituer une entité indépendante et respectée. Le marquisat de Provence, sous les comtes de la première race, ouvrait cette perspective. Elle se matérialisa avec Raimond Bérenger V. En revanche, celui-ci puis son gendre, Charles Ier, brisaient le modèle, à l’état virtuel, d’un réseau de robustes communes et de solides baronnies, selon un système proche du royaume d’Italie, cette autre terre d’empire. Avec Charles Ier, la Provence était pour la seconde fois incluse dans une vaste stratégie méditerranéenne, qui la dépassait. Elle avait déjà servi l’expansionnisme barcelonais. Le comté de Provence se voyait maintenant entraîné dans l’épopée des Angevins de Sicile. Mais qu’ils en fissent, un moment, le barycentre de la chrétienté n’empêchait pas la contrée de régresser, à peu près définitivement, au rang d’une province. La seconde maison d’Anjou complétait la déchéance politique. Celle-ci favorisait l’étape finale de l’annexion par le royaume de France. D’une certaine façon, elle se préparait depuis le milieu du XIIIe siècle.

10Décidément, le devenir de la Provence n’eut rien de linéaire. Il n’y a guère de Provence éternelle. Cette leçon se vérifie sous le rapport de l’économie et de la société. Par exemple, une restructuration radicale du peuplement, à l’avantage de l’habitat groupé, accompagnait le temps des seigneurs. Les malheurs de la fin du Moyen Âge achevaient de forger des traits essentiels du pays. Retenons la vigueur du « campanilisme » ou les relations entre hautes et basses terres. Elles se redéfinissaient sous l’effet d’une rupture des équilibres démographiques et d’une explosion de la transhumance « classique ».

11On le voit, toutefois, l’inconstance des choses n’empêcha pas ces évolutions socio-économiques de marquer longtemps la contrée dans ses hommes, dans ses paysages et dans ses structures. Leurs résultats demeurent trop perceptibles, aujourd’hui, pour nécessiter un recensement. Ils ne sont pas moins évidents que l’héritage politique d’une assez facile intégration à l’ensemble français. D’un côté, l’historiographie de la Provence médiévale invite à se méfier des permanences, des évidences et des mythes. C’est l’un de ses plus riches enseignements. De l’autre, sa maîtrise demeure nécessaire pour accéder à l’intelligence du présent. Et son intérêt est d’autant plus grand qu’elle sert, désormais, la connaissance globale du procès de formation des sociétés occidentales.

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540